Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2



 



Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub.
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Tour des Médias
Aller à la page : Précédent  1, 2
Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Empty
Ce message a été posté Mer 13 Fév 2013 - 21:27

Le membre 'Loïs Lang' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Empty
Ce message a été posté Ven 15 Fév 2013 - 17:53

Le message comment à être diffusée et Lauren cille, se relâche et abaisse la baguette au moment où l’alarme retentit. Comme piquée par un fer porté au rouge, elle s’ébroue et manque de relâcher son attention sur le sortilège. Mais aussitôt mue par la volonté inébranlable de contrôler les choses jusqu’au bout, elle referme sa prise sur Loïs qui n’a pas bronché. La bouche soudain pâteuse, Lauren se rend compte que les voix qu’elle a entendu une fraction de seconde avant l’alarme se sont éloignées. Dans la boule de cristal, la voix de l’Ordre jaillit pour tous les citoyens sorciers de Londres, et peut-être même au-delà des frontières de la ville. C’est maintenant qu’il faut agir. Lauren ramasse aussitôt le badge et entraine Loïs à sortir du poste de diffusion, surveillant rapidement les alentours. Il n’y a personne et elle referme la porte dans un mouvement rapide pour se tourner vers le bloc d’accès à l’entrée. Un choix s’impose à elle.

Si elle relâche Loïs pour essayer de détruire ce bloc à coup de sortilèges, la journaliste la tuera, tout simplement pour avoir trahit leur plan qui est de protéger ses arrières et ce qu’elle devra ensuite raconter et justifier auprès des Ombres. Mais si elle ne le fait pas, les miliciens entreront sans aucune difficulté et stopperont le message. L’alarme a déjà alerté les équipes de sécurité qui se précipitent sur la trace fictive pointée par le gardien ensorcelé. Lauren baisse les yeux en se mordant la lèvre, et tombe nez à nez avec ses chaussures.

Et le talon cassé.

Ses yeux se plissent alors s’accroupit à peine, retire ses escarpins et se tourne vers le boitier. Inspirant longuement, elle bande les muscles et frappe.

Spoiler:
 

Il était clair que les sorciers n'étaient pas nés de la dernière pluie et avait prit en compte les attaques physiques en plus des attaques sorcières. La chaussure siffla, son cuir fondant sous le contact du boitier et Lauren pesta à mi-voix. C'était un véritable échec.

Il n’y avait plus le temps de s’occuper du boitier. Les bottes des miliciens claquaient déjà vers leur direction et Lauren attrapa Loïs par le bras, sentant l’Impero relâcher sa prise. Le sortilège allait céder sous peu mais il était primordiale d’attirer l’attention des miliciens ailleurs. Cela fonctionnerait peut-être pour offrir à l’Ordre un peu de répit, elle n’en savait rien. Lauren se précipita dans les couloirs, transpirant à grosses gouttes et défonça la porte du premier bureau venu.

Elle avait pris le chemin opposé au bureau du directeur de diffusion et tomba nez à nez à une foule de jeunes femmes habillées de tailleurs stricts, apparemment fort occupées à organiser les programmes. Il y avait là une monticule de paperasse et ce fut le seul bruit continu alors que la vingtaine de personnes présentes dans cette salle la fixait avec des yeux ronds. Lauren s’éloigna prudemment de la porte et, avec dégoût, consentit à se placer derrière Loïs. Imitant ainsi un nombre incalculable de films d’action moldu, elle inspira un bon coup et plaça la baguette contre la tempe de Loïs avec toute la volonté dont elle put faire preuve.

« NE BOUGEZ PAS ! Ne bougez pas ou je… JE TUE LA FEMME ! »

Quelques bouches s’ouvrirent démesurément et Lauren observa du coin de l’œil une jeune femme tressaillir pour reculer au fond de la salle, les mains plaquées sur son cœur.

« J’AI DIS DE NE PAS BOUGER ! »

La porte était entrouverte et Lauren tourna la tête, pour beugler, sous une inspiration subite.

« JE RECLAME LA PAIX POUR LES NES-MOLDUS ! L’EGALITE POUR TOUS ! AU NOM DE L’ORDRE DU PHENIX ! QUE LA JUSTICE SE METTE EN PLACE ! A- A MORT MERVYN KARK ! A MORT LES MANGEMORTS ! LES ASSASSINS ! »

Un bref coup d’œil lui suffit pour comprendre que les miliciens avaient clairement saisit son message. Génial, maintenant elle était une terroriste affichée, bien que protégée sous le polynectar, ça ne déformait en rien sa voix. Zut de zut mais tant pis.

Elle misait sur la surprise pour qu’aucune secrétaire n’ait l’idée de l’attaquer mais dans le doute Lauren se calla plus fermement contre le mur pour mieux surveiller le bureau. Nul doute que les miliciens n’allaient pas tarder à passer à l’attaque. Et sa priorité était toujours de protéger Loïs.

Une vérité aussi soudaine que cruelle s’imposa dans son esprit. Si les miliciens entraient et prenaient en compte que la terroriste menaçait Lang, ils n’hésiteraient pas à se passer de la sang-de-bourbe pour l’arrêter et l’interroger. Lauren blêmit et sentit la baguette lui rouler entre les doigts. Elle raffermit de nouveau sa prise, s’insulta à mi-voix et commença à fouiller ses poches.

Elle disposait d’une grenade au poivre et d’un fumigène, rien de plus. Cela ne pèserait pas grand-chose face aux miliciens, surtout qu’elle devrait laisser la baguette à Loïs sous peine de se faire décapiter par cette dernière au retour du QG. Pas de magie, deux artefacts moldus, face à une trentaine, voire plus, de soldats enragés qui ne voulaient que lui faire la peau. Ha ha ha. Si Merlin était semblable à Dieu, qu’il fasse un miracle.

Une idée, vite.

« Ils ne connaissent pas le fumigène. » Chuchota-t-elle alors que les femmes reculaient. La majorité d’entre elles avaient la baguette à la main, et là aussi, elle devait faire peser dans la balance que l’une d’entre elle, une petite mangemort déterminée à poutrer du phénix, pourrait bien tenter son jour de gloire au sein de la faction.
« NE BOUGEZ PAS OU JE VOUS TUE TOUTES ! »

Ils ne connaissaient pas les fumigènes moldus, par leur forme en tout cas. Ils avaient bien des sortilèges mais si elle n’agissait pas maintenant elle serait coincée, définitivement. Quelle idée d’avoir choisi un bureau bordel !

« Toi là ! T'es une sang-basique de rang de mon cul n'est ce pas ? » Cria-t-elle à une jeune femme qui fit un signe négatif de la tête. « Viens un peu par ici. »




« Le terroriste est en zone de diffusion, bureau des arrangements papiers. Je répète, le terroriste est dans un bureau. On ignore s’il est secondé par un autre membre de l’Ordre. Equipe 1 ?

- RAS.
- Equipe 3 ?
- RAS.
- Equipe 4 ?
- Ils sont entrés dans le poste de diffusion. Les techs s’en occupent, à vous.
- Bien reçu. Equipe 2 et 5 passons à l’offensive dans S-10. Equipe 6 aux sorties auxiliaires. Equipe 7 à l’entrée principale. Baguettes levées, prêts à tirer. L’individu doit être capturé vivant. Je répète. Le terroriste doit être capturé vivant !
- On signale un mouvement.
- Quelle nature ?
- La porte s’ouvre monsieur. La visibilité est réduite. …. Le terroriste a un otage, féminin. Le terroriste est une femme !! »




« Ne bouge pas espèce de pute ou je te scalpe, tu as compris ?
- Tu vas crever toi et tes copains phénix je te jure que tu vas –
- Tu la fermes ou je t’arrache la langue. Avance. »

Lauren maintint la baguette de la sorcière blonde et commença à sortir. Les miliciens avaient envahi chaque couloir et leur baguette était levée contre. Dans l’office, les femmes se regroupaient autour du corps de Loïs, qui ne devait déjà plus être soumise à l’Impero. Lauren referma la porte, les doigts crispés sur le fumigène. Il n’avait pas une portée très importante mais cela devrait suffire.

Deux fois à gauche. Puis sur dix mètres sauter à l’étage suivant par la rambarde. Deux fois à gauche, dix mètres, on saute. Deux fois à gauche, dix mètres, on saute.

« ABAISSEZ LA BAGUETTE ! » Ordonna un milicien, puis, avec un sourire, il ajouta d’une voix plus douce.
« Vous ne sortirez pas d’ici. »

Lauren haussa vaguement une épaule et dégoupilla la grenade.

« Pour l’Ordre du Phénix mon salop.
- TUEZ LA ! » Hurla la jeune femme. « TUEZ CETTE CHIENNE D’ANARCHISTE ON- »

La grenade rebondit deux fois au sol et Lauren repoussa la femme pour se protéger les yeux. Il n’y eut qu’un boum ténu quand la grenade explosa et tourbillonna sur elle-même pour répandre la fumée. Celle-ci envahit le couloir mais Lauren était déjà entrain de se précipiter sur la gauche, frappant au hasard. Une main la saisit, arracha une mèche de cheveux et un sortilège manqua de lui faucher la jambe. Mais les miliciens étaient organisés, et dans ce bordel, aucun autre ne suivit le mouvement de lancer des sorts. Ils auraient pu s’attaquer eux-mêmes.

Lauren couru, avisa la rambarde, ses pieds nus claquant au sol, et sauta.

Le mouvement fut correctement effectué, même si la chute le fut beaucoup moins. Elle se prit les pieds dans la rambarde inférieure, tomba lourdement sur son poignet gauche qui craqua sinistrement. Le temps d’un hurlement de douleur, les miliciens commençaient déjà à se précipiter dans sa direction. Lauren roula, les larmes aux yeux et se précipita vers les ascenseurs.

Bloqués bien évidemment.

Un stupéfix la manqua de quelques millimètres et elle recula sous le dôme protecteur du plafond avant de commencer à haleter. La sortie était à quelques mètres, la principale bien évidemment. La sortie de secours se situait à l’opposée, et elle était tout aussi bien gardée.

« LA TERRORISTE EST LA ! ELLE EST ARMEE ! PREMIER ETAGE ! REGROUPEMENT ! »

Fait chier !

Lauren sut que son poignet ne serait qu’une vaste plaisanterie à son retour au QG, si elle en sortait vivante.

L’entrée n’était qu’une ouverture béante et surexposée.

Elle ferma les yeux, inspira et s’élança vers la rambarde du premier étage au moment où les miliciens arrivaient de nouveau.

Elle s’écrasa au sol cinq mètres plus bas, roula sur elle-même en protégeant son poignet du mieux qu’elle pu et sentit son genou lui céder à son tour. Là, ça allait être compliqué pour courir.

« Sortie de secours dans ton dos. Sortie de secours, vingt mètres derrière toi » Sanglota-t-elle pour s’encourager.

Les miliciens se précipitèrent aux rambardes et commencèrent à hurler des Stupéfix.

Ce fut le chaos. La violence des sortilèges éclata la majorité des dalles au sol, ainsi qu’un pot de fleurs gigantesque non loin de Lauren. Un éclat de marbre lui entailla la joue profondément et elle endigua le sang en rampant au sol, dans la poussière des débris. Des hurlements contradictoires furent beuglés par les chefs d’équipe. Elle fit trois mètres avant d’apercevoir l’équipe 6, qui gardait l’entrée.

Lauren cracha au sol, sortit la deuxième grenade au poivre et la dégoupilla.

« Ca va faire mal » Jura-t-elle avant de la lancer, aux pieds des premiers assaillants.

Le couloir fut remplit de gaz en une fraction de secondes.

Lauren se précipita, essayant de ne pas respirer, mais le gaz s’attaquait aussi aux yeux et elle fut larmoyante, aveuglée par la souffrance en quelques instants. Si l’équipe 6 n’avait pas eu le temps de renvoyer la grenade à l’opposée et subissait de plein fouet ses effets, ce n’était pas le cas du reste des miliciens qui se précipitèrent aussitôt à sa poursuite.

Lauren gémit, couru en boitant vers la sortie de secours et tenta d’attraper sa baguette. Cette dernière lui envoya un sortilège cuisant sans une once de pitié et Lauren sentit la peau de sa main commencer à se couvrir de cloques. Un sortilège la faucha à la jambe, lui découpant la peau et les muscles, ratant de peu son tendon. Lauren trébucha, s'appuya contre le mur et se poussa en avant en trainant la patte. Un autre sortilège lui enserra le bras dans un filet barbelé qui transperça son manteau, son pull et atteignit sa chair. Un stupéfix éclata le mur à côté de son oreille. Ils la rattrapaient.

Elle hurla de haine en défonçant la porte de sortie de secours, et tomba au sol tout en transplanant.


Dernière édition par Lauren Hudson le Ven 15 Fév 2013 - 18:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Empty
Ce message a été posté Ven 15 Fév 2013 - 17:53

Le membre 'Lauren Hudson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Dsnon1 Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub. - Page 2 Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2

Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub.
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Tour des Médias