J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée]



 



J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Commerces
Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mar 22 Mai 2012 - 12:57


    Johanna se préparait joyeusement pour rejoindre le troupeau de Gryffondor, prêt à partir en visite à Pré-au-Lard. Intérieurement, elle ne savait pas si elle avait vraiment envie d’y aller mais la lettre que Mr. Wallas lui avait fait parvenir était assez claire : profiter de la sortie pour rejoindre Léo Elensar, un serveur, qui devait lui faire un rapide topo de la situation avant que les deux partent à la chasse aux trésors. La récompense prévue ? Quelques petits joujoux inoffensifs que les Ombres avaient réussi à récupérer en décembre. Par joujoux inoffensifs, Joe pensait bien sûr à de toutes petites et mignonnes armes roses à fleufleurs. La blonde retint un gloussement en fermant son manteau et dissimula sa baguette dans sa manche, l’accrochant comme à son habitude dans son bracelet en cuir. Des armes roses à fleurs. Et puis quoi encore. Elle se dit que le manque de sommeil ne lui allait définitivement pas mais dévala les escaliers, rejoignant ses amis devant la Grande Porte.

    Le trajet se fit assez rapidement, tout le monde voulant acheter le plus de bonbons possible avant de remonter au Château avant le couvre-feu. Parce que, bien sûr, personne ne voulait se faire engueuler par Maîtresse Dragonne en Chef. MDC… Intéressant comme surnom. Joe cacha ses mains dans ses poches, vérifia que ses chaussures étaient bien attachées et descendit lentement le chemin qui menait au village. Elle n’était pas pressée, Léo lui avait donné rendez-vous aux Trois-Balais où ils devaient boire un verre ensemble comme de vieux amis alors qu’elle le connaissait à peine… Mais c’était un bon plan pour discuter tranquillement de la stratégie qu’ils allaient adopter. En disant qu’elle ne le connaissait qu’à peine, Joe se mentait un peu. Elle l’avait vu souvent lors des sorties à Pré-au-Lard où tout le monde finissait par descendre aux Trois-Balais pour se réchauffer ou pour fêter un quelconque événement. Puis, elle l’avait vu deux ou trois fois en dehors, aussi, le croisant par hasard. Bref, peu importait, au final.

    Avant d’aller au bar, Joe décida de faire sa réserve de bonbons. Elle n’avait plus de ces cochonneries addictives que l’on appelle Chocogrenouilles. Elle avait envie de dragées surprises, aussi. Et de Fizwizbiz, de souris en sucre, de baguette à la réglisse… Oh, et des plumes en sucre ! La blonde toucha son ventre en grimaçant et se résigna à ne prendre que des Chocogrenouilles et des souris en sucre. Le reste de son argent, eh bien, elle le mettrait de côté pour une prochaine fois. Ou pour une Bièreaubeurre avec Léo. Oui, voilà, elle allait faire ça. C’est avec un grand sourire que notre gourmande entra dans les Halles d’Or et se dirigea directement chez Honeydukes. Après avoir fait ses achats, Joe salua ses amis, ressortit des Halles d’Or et traversa le petit pont pour aller aux Trois Balais, ignorant la statue du Lord Noir Libérateur. Bizarrement, cette appellation résonnait avec ironie dans la tête de la blonde et elle poussa la porte de la taverne avec un peu plus de force que nécessaire. Celle-ci s’ouvrit violemment et la lionne se fit toute petite après sa gaffe. Elle alla s’asseoir à une table, assez en retrait, après avoir fait un geste de la main en direction de Léo. Elle ne se rappelait pas que le serveur était aussi… Craquant. Joe sourit en enlevant son manteau, qu’elle posa sur le dossier de la chaise, et se pencha sur la carte, hésitant entre une Bièreaubeurre et un Whisky Pur-Feu. Mais vu ce qui les attendait, il valait mieux jouer la sécurité.

    Le jeune homme vint s’asseoir en face de Joe et notre blonde leva les yeux, offrant à Léo son plus beau sourire. Elle ne s’en rendait même pas compte, pour être franche, mais le sourire de Joe était toujours éclatant. Même quand elle n’allait pas très bien, elle offrait son plus beau sourire. A chaque fois. La Gryffondor prit un court instant pour détailler le jeune homme. Après tout, il valait mieux qu’elle puisse le reconnaitre dans une foule si les choses tournaient mal. Un sourire timide mais vraiment mignon, des cheveux bruns en bataille, de taille moyenne et mince. Léo était ce genre de garçon timide mais qui a un petit truc en plus qui fait craquer les filles. Et les garçons, d’ailleurs ! Le sourire de Joe s’élargit un peu plus mais elle garda sa réflexion pour elle.

    Salut Léo ! Ca va ? Tu as l’air un peu fatigue. Longue journée ? Ou longue nuit ?

    Joe ne pensait pas à mal mais elle se rendit compte, un peu trop tard, certes, que sa phrase pouvait être mal interprétée. Faisant comme si de rien n’était, elle joignit ses mains et posa son menton au creux de ses paumes.
Revenir en haut Aller en bas

Leo Elensar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mar 22 Mai 2012 - 23:03





And it seems like, in the grand scheme of it all
The world’s run by a few people and we never seen them at all
How do they exist if we don’t know who they are?
They can be you, they could be me, they could be queens and gods
Some say that we’re slaves, an alien race created us all
From a distant star, some say through evolution we evolve
But if anything, what you finna see is a change, don’t be alarmed
And whoever they are, well i think that it’s time we start takin’ charge

    La journée commençait tout juste et Leo prenait son temps. Il ne travaillait pas aujourd’hui. Il aurait pu rester toute la journée à se prélasser sur son lit à ne penser à rien mais il devait quand même se lever. Le soleil était déjà bien haut dans le ciel et le serveur ne voulait pas arriver en retard à la taverne familiale. Il allait passer pour quelqu’un ne pouvant se passer de son lieu de travail mais peu importe si les gens pensaient cela. Leo avait toujours adoré trainer ici lorsqu’il était étudiant. S’habillant rapidement, le jeune homme se regarda rapidement dans le miroir. Ce n’était pas le reflet de quelqu’un de très en forme que lui renvoyait le miroir mais ce n’était pas si mal et puis il avait récupéré. Ce qui n’était pas si mal en soit vu les circonstances. L’irlandais avait enchainé les missions depuis un moment et l’Ordre plus Zahid qui était activement recherché, les tensions qui se faisaient de plus en plus sentir, même à Pré-au-Lard. Toutes les conditions n’étaient pas remplies pour le rendre frais et disponible à cent pour cent pour cette étudiante qu’il allait … coacher ? Lui, coacher quelqu’un ? C’était drôle, vraiment. La plupart des étudiants avaient pour habitude de le prendre pour un pote alors coacher l’un d’eux ? Il espérait juste ne pas prendre pour cible l’étudiante qui n’avait rien demandé, qui n’était pas la source de toute cette tension qui régnait partout ou il allait.

    Leo repris son rituel habituel. L’air frai de Londres le réveillait. Quand avait-il décidé qu’il était plus sur de ne pas transplaner directement chez lui ? Se faisait-il suivre, savait-on qu’il était proche de Zahid, pourquoi personne ne l’avait encore interrogé ? Toutes ces questions le stressaient et le faisaient faire des détours inutiles avant de rentrer chez lui ou de transplaner. Ce qui paraissait peut-être ridicule car un tireur d’Elite parviendrait sans aucun mal à le retrouver. Il restait facilement atteignable. Si les hommes du Ministère se pointaient au « Trois Balais », Leo savait pertinemment qu’il ne chercherait pas à s’enfuir. Il ne causerait pas de problèmes aux O’Ryan, il en avait déjà assez fait. Et, après tout, le Ministère ne savait rien. Si Hansen leur avait lancé cette bombe qu’il avait entre les mains, depuis bien longtemps, il serait mort. Torturé au préalable, peut-être aurait-il suivit le chemin de Miss Callaghan avec une toute autre fin. Toujours était-il qu’il était encore plus ou moins en sécurité et qu’il lui restait son don d’occlumens au cas où les choses tourneraient mal. Si un Legimens plus brutal que sa tante se pointait, il était cuit mais il savait aussi qu'il le repousserait aussi fort que ses pouvoirs lui permettent avant d’abandonner. Il avait toutes les raisons de ne pas abandonner mais lorsqu’on trouvait plus fort que soi, il fallait se rendre à l’évidence.

    C’est l’air un peu morose qu’il regagna Pré-Au-Lard en ce début d’après-midi. Un regard accusateur se leva vers la statue du Lord. Pourquoi t’es mort du con. On se plaignait quand t’étais là… c’est devenu deux fois pire. La seule solution : se battre. Se battre jusqu’à ce qu’un chemin s’offre à eux. La victoire ou la défaite. L’un ou l’autre, pas d’entre deux. Kark était Ministre mais l’Ordre du Phenix devenait de plus en plus nombreux chaque jour. Johanna Springstone. La jeunesse croyait encore en l’Ordre du Phénix alors que les plus âgés venaient à douter des actions menées par leur chef. Il désignait Jake, entre autre, mais ce dernier n’était pas le seul. Et Leo sourit devant la statue, comme pour se moquer du Lord, de sa faction des Héritiers, se moquer de l’Ombre pour ce qu’ils allaient accomplir.

    Décidé à mener à bien leur mission, le jeune homme ouvrit la porte du bar et lança un petit sourire à Cléia qui aidait ses parents ce jour-là. Il ne savait toujours pas si c’était une bonne idée de venir ici pour papoter mission mais après tout où pouvaient-ils aller d’autre. Les élèves étaient de sortie à Pré-au-Lard et emmener la Miss ailleurs aurait été mal vu et il n’avait pas l’envie de lancer une rumeur de plus. En fait, la taverne familiale était, au final, l’endroit idéal. Bourré d’étudiants. Personne ne ferait d’allusion douteuse et ce n’était pas la première fois qu’une étudiante de l’école de sorcellerie viendrait le voir pour parler. Son esprit le guida jusqu’à Norine Peters qui travaillait au château. Il se demanda si cela allait mieux pour elle depuis la dernière fois. Dans un coin de sa tête, il se promit de lui écrire pour lui demander de ses nouvelles. Lorsqu'ils s’étaient vus, ils avaient brièvement parlé. Lui était pressé par les clients et Norine par les courses qu’elle devait ramener au château. Elle avait été sa messagère pour Johanna. En réalité, c’était la jeune étudiante qui avait pris les devants. Il espérait juste qu’il ne soit rien arrivé à son amie. Leo regarda la salle se remplir d’étudiants qui lui firent parfois signe avec un sourire. Ce qui était un peu gênant dans le métier de serveur était que les clients les plus réguliers n’avaient pas de difficulté à retenir son prénom. Lui, en revanche. C’était plus compliqué.

    Heureusement, il avait un nom. Mais il devait malheureusement s’avouer qu’il n’arrivait pas à mettre de visage sur ces informations. Un petit sourire amusé se logea sur ses lèvres lorsqu’une ravissante blonde fit une entrée plutôt remarquée. Aussitôt, la jeune demoiselle fit semblant de rien et se dirigea vers une table. Les entrées du style avaient le don d'être retenues mais elle n’était pas déstabilisée pour autant, cela se voyait dans sa façon de se déplacer. Légère, déterminée. Puis son regard croisa le sien et elle lui fit signe. Sourire timide, était-ce elle ? Il n’y avait qu’une façon de le savoir et puis quel était la chance pour qu’une étudiante l’invite à sa table. Nulle. Leo s’avança vers la table et offrit un sourire plutôt timide à l’adolescente. Être mentor, diplomate, pédagogue … c’était tout nouveau pour lui.

    Salut Léo ! Ca va ? Tu as l’air un peu fatigué. Longue journée ? Ou longue nuit ?

    L’irlandais manqua de s’étrangler avec sa salive mais réussi à se reprendre avec plus ou moins de facilité. « Juste fatigué. », lui répondit-il avec un demi-sourire. Ce n’était pas inscrit sur son front qu’il était gay, si ? Puis il décida de ne pas s’en faire. Johanna, car il savait à présent que la jolie blonde au sourire étincelant en face de lui ne pouvait être qu’elle, ne pensait pas à mal en agissant ainsi spontanément. Il dégageait chez la jeune fille une certaine vitalité qui manquait à certains d’entre eux. « Cette semaine était plus difficile à gérer que d’habitude. » Ce n’était pas un mensonge. Il était parti en mission, avait géré son job, s’était vertement engueulé avec Noah. Oui, cette semaine avait été peu reposante en réalité.

    « Et toi, j’imagine que Poudlard c’est un peu pareil. L’approche de la fin d’année, les examens et puis le reste. », rajouta t-il sans pour autant le dire. Il y avait des rumeurs sur les dispositions prises au château. Ce n’était que des rumeurs bien sur mais une rumeur ne se base t-elle pas sur un soupçon de vérité ? « Tu as choisi ? » Dans quelques minutes, une flopée d’élève allaient arriver et ils auraient quartier plus ou moins libre jusqu’à leur destination. Ils devraient être prudents mais les passants seraient dans les bars ou les magasins. Peu d’inquiétude de ce côté-là. Restait d’autres dangers. L’Ombre de la Rose Noire, cette maison délabrée et les sortilèges de protection qu’il faudrait outrepasser. Leo passa commande et sourit, amusé en apercevant le paquet de sucrerie dépasser par sa poche. « Tu es passée chez Honeydukes ? Tu as des Chocogrenouilles ? Un peu de sucre ne nous fera pas de mal, enfin … je pense. » Leo réceptionna les deux boissons pour les poser au milieu de la table puis se passa la main dans les cheveux. Être mentor … quelle idée avait traversé l’esprit de Wallas au moment de leur donner cette mission. Ils étaient assez éloignés des autres tables, ce qui leur permettaient de parler normalement tout en faisant attention aux personnes passant à leur côté pour quitter la salle. « Alors, qu’est-ce que tu en penses ? », lui demanda t-il en l’observant calmement. Les sortilèges de protection du bâtiment nécessiteraient probablement d’un peu plus de temps pour les rendre caducs. Mais il connaissait plusieurs contre-sorts et ceux-ci les aideraient peut-être. Ils ne pouvaient pas se permettre d’y aller en mode bourrin parce que cela attirerait l’attention et c’était la dernière chose dont il avait envie. Il avait besoin de l’avis de Johanna pour forger ou plutôt renforcer le sien. Les décisions se prenaient en duo. Chaque décision était importante pour leur mission et la manière dont ils s’en sortiraient. Il fallait avant tout qu’ils soient d’accord autrement il n’était même pas question d’essayer. La première étape restait alors la discussion, exposer ses idées et écouter celles de l’autre. C’était, selon lui, la base de toute mission et peut-être était-ce ce que son leader voulait qu’il lui apprenne. Entre autre. Mais il avait la brève impression qu’elle le savait déjà parfaitement.




Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Jeu 24 Mai 2012 - 16:21


    Joe remarqua que Léo était à deux doigts de s’étouffer suite à sa question mais elle eut la gentillesse de faire comme si de rien n’était. Apparemment, le serveur avait quelque chose à se reprocher. Enfin, il avait un secret… Enfin.. Roh pis bref ! Cela amusait beaucoup la jeune fille de voir un léger rouge se rependre sur les joues de Léo et elle ne fit pas très attention à la réponse qu’il lui donna. Quelque chose à voir avec beaucoup de travail ou un truc du genre. L’esprit de la blonde n’était pas exactement fixé sur la semaine du jeune homme. Il trouvait bien plus amusant de faire une liste des questions qu’elle pourrait lui poser pour en savoir plus. Mais ça ne serait pas très gentil… Quoique, à choisir entre la gentillesse et le comique…

    Et toi, j’imagine que Poudlard c’est un peu pareil. L’approche de la fin d’année, les examens et puis le reste.

    Oui, on a pas mal de révisions à faire… Mais vu l’ambiance qui règne, c’est bien plus intéressant de se plonger dans des études de sortilèges que de trainer dans les couloirs.

    Un petit sourire, presque triste, tira les lèvres de la lionne et elle se remémora les derniers mois au Château. C’avait été un beau bordel. Les Ombres qui tentaient de s’échapper étaient certainement l’événement qui l’avait le plus marqué. Elle se réveillait parfois en sursaut, voyons Ashley se tordre de douleur sur le sol. Elle voyait aussi ses propres jets verts filer au-dessus du lac et se perdre dans le noir. Elle se rappelait du visage de Zéphyr à ce moment-là et se rappelait aussi qu’elle s’était juré de ne pas réfléchir à son geste. Elle avait lancé le sortilège de la mort avec le désir qu’il touche les Ombres. Elle ne voulait surtout pas savoir les conséquences que cette pensée pouvait avoir sur son esprit. La question de Léo la fit revenir au présent, dans une taverne bien vivante et non sur un lac gelé.

    Tu as choisi ?

    Je prendrais une Bièreaubeurre s’il te plait.

    Tu es passée chez Honeydukes ? Tu as des Chocogrenouilles ? Un peu de sucre ne nous fera pas de mal, enfin … je pense.

    Joe éclata de rire devant l’air de gamin qu’avait pris le visage de Léo lorsqu’il avait aperçu les bonbons et lui tendit le paquet remplie de Chocogrenouilles et de souris en sucre. Ces sucreries étaient addictives, vraiment. C’était vraiment stupide mais chaque fois que la blonde avait un coup dans le moral, elle dévorait des Chocogrenouilles à tour de bras. Un super remonte-moral, ces petites choses.

    Alors, qu’est-ce que tu en penses ?

    Que le sucre nous sera très utile. Joe sourit avant de reprendre un air un peu plus sérieux et de baisser sa voix. Il va falloir s’occuper des alarmes, parce que c’est sûr à quatre-vingt-dix-neuf pour cent qu’il y en aura. Les Ombres ont la fâcheuse tendance de mettre des saletés de sortilèges de protection, le genre de truc bien énervant comme un Conjunctiva ou un Defenestro. Peut-être que leur but n’est pas de tuer ceux qui seraient assez fous pour venir leur voler leur joujoux mais de les blesser pour les interroger…

    Joe grimaça légèrement en disant ça car, entre la mort et se faire attraper par des Ombres alors qu’ils sont en train de fouiller dans une de leur cachette secrète, elle ne savait pas vraiment ce qu’elle préférait. La mort, certainement. Moins douloureux que les techniques d’interrogations que les Ombres utilisaient. Comment ça elle ne les connaissait pas ? Non, effectivement, et elle préférait ça. Personne ne serait assez fou pour se pointer chez un Ombre en lui disant : « Et, regarde, j’ai un flingue à toi ! » juste pour tester leurs interrogatoires pour ensuite revenir et écrire un livre dessus. Quoique.

    Une fois dedans, je suppose qu’on va devoir les chercher. Donc si on trouve un truc pour rester en contact, ça peut être pas mal. Pour ressortir sans se balader avec des joujoux, on peut utiliser un peu la métamorphose pour en faire… Je sais pas moi, des paniers de fraises. Et toi, qu’est-ce que tu en penses ?
Revenir en haut Aller en bas

Leo Elensar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 0:18

    Poudlard avait changé, ce qui n’avait rien d’étonnant. Déjà sombre à l’époque de Voldemort, les nouvelles mesures mises en place ne devaient pas arranger les choses. Parfois Leo se plaisait à s’imaginer le Poudlard d’avant mais les temps étaient si difficiles qu’avec même une imagination aussi débordante que la sienne, il avait du mal. Poudlard restait un lieu d’endoctrinement qu’il avait eu du mal à supporter. Oh tout ne s’était pas mal passé mais entendre tous les jours ou presque que les sangs-mêlés ne méritent que la mort n’était pas vraiment des plus agréables. Mais tout avait changé depuis la fuite des élèves Ombres. Il y avait des rumeurs, les ‘on dit que’ mais Leo ne voulu pas lui en demander d’avantage. Ils n’étaient pas là pour cela. C’était sans doute égoïste de le penser. Après tout il ne savait pas comment cela se passait pour Johanna à Poudlard. Et dire une phrase bateau pour combler le blanc qui n’était pas présent ne l’intéressait pas mais il espérait que la fin de l’année se déroule sans trop de problème pour la jeune fille et ses proches.

    L’irlandais sourit amusé au rire de Johanna. Dès qu’on avait passé la vingtaine on ne devait plus apprécier les sucreries et Chocogrenouilles en tout genre ? Et bien c’était une rumeur bien fausse. Leo n’était jamais contre. Voyant le paquet tendu dans sa direction, le jeune homme ne pu résister. La petite souris verte pleine de sucre était beaucoup plus tentante que la Bierraubeure amère qui se trouvait sous ses yeux. Il avait le droit de redevenir gamin cinq minutes. La mission ne serait pas un échec parce qu’ils avaient craqué pour ces friandises bien vicieuses qui se trouvaient sur cette table. Deux. Trois. A un moment donné il faudrait qu’il s’arrête. Il n’allait pas lui chaparder tout son paquet tout de même. Il s’arrêta et s’adossa sur sa chaise en l’écoutant exposer son avis. Décidément il l’aimait bien. La mission avait plus de chance de bien se dérouler si ils n'avaient pas envie de se trancher la gorge toutes les cinq minutes. Et, vrai de vrai, il ne voulait pas de mal à l’adolescente en face de lui. En fait, c’était plutôt le contraire. Il ferait tout pour qu’elle rentre à temps à Poudlard, qu’elle n’ait pas d’ennuis, qu’elle ne se retrouve pas dans des situations délicates par son manque de jugement et sa précipitation. Johanna devait rentrer saine et sauve à Poudlard. Mission réussie avec succès ou complètement foirée.

    « Que le sucre nous sera très utile. Il va falloir s’occuper des alarmes, parce que c’est sûr à quatre-vingt-dix-neuf pour cent qu’il y en aura. Les Ombres ont la fâcheuse tendance de mettre des saletés de sortilèges de protection, le genre de truc bien énervant comme un Conjunctiva ou un Defenestro. Peut-être que leur but n’est pas de tuer ceux qui seraient assez fous pour venir leur voler leur joujoux mais de les blesser pour les interroger… »

    Leo hocha la tête. Il était bien d’accord. Tuer, les Ombres pouvaient le faire comme des grands alors qu’obtenir des informations de factions ennemies était d’autant plus intéressant que jouissif pour ceux qui effectuaient ses tortures. Il repensa à Eireann O’Callaghan et frissonna. Avec le temps, elle se remettrait de ses blessures mais le chemin serait long. Leo avait toujours vu en elle une femme forte et fière de ses opinions. Elle ne se laisserait pas briser par les Ombres qui l’avaient maintenue prisonnière.

    « Une fois dedans, je suppose qu’on va devoir les chercher. Donc si on trouve un truc pour rester en contact, ça peut être pas mal. Pour ressortir sans se balader avec des joujoux, on peut utiliser un peu la métamorphose pour en faire… Je sais pas moi, des paniers de fraises. Et toi, qu’est-ce que tu en penses ? »

    Leo ne put s’empêcher de rire doucement à la remarque de la blonde. Ce n’était pas une si mauvaise idée mais les voir se balader avec des fraises alors que ce n’était pas vraiment l’époque, cela semblerait louche. Quoique … ils pouvaient avoir fait des commandes pour il ne savait quels clients. « C’est bien du style des Ombres de planquer des sortilèges foireux pour démasquer les fouineurs pour les interroger ensuite. J’espère qu’aucune sentinelle ne sera postée aux alentours parce qu’autrement on est dans le caca jusqu’au coup. Quoiqu’à deux contre un, on devrait pouvoir être en mesure de le mobiliser sans trop de mal pour l’envoyer au QG. Mais j’aimerais éviter de déclencher l’alarme magique qui les mèneraient droit jusqu’à nous. Il n’y en aura peut-être pas mais je propose d’être prudent une fois à l’intérieur et de ne toucher qu’aux armes que nous voyons. »

    Leo s’arrêta un moment pour réfléchir. Un code pour rester en contact. Il n’était pas doué pour les codes. Un mot de passe ? Genre Karkus en slip de bain ? « J’avais bien une idée de mot de passe mais si on est pas les seuls … on est cuit. C’est le genre de mot de passe qui ne leur plairait pas. Mais puisque tu parlais de fraise, qu’est-ce que tu dis de « Fraise ? » Leo le savait bien, ce n’était pas terrible. Vraiment pas mais il n’était pas doué pour les codes. « Sonorus pour amplifier le son et si le mot est répété par nous deux, cela veut dire que tout va bien. Si y’a pas de réponse de l'autre et bien ... » Leo n'avait pas réellement besoin de terminer cette phrase. Il espérait sincèrement que cette mission se déroule pour le mieux. Cependant, il avait bien envie de lui rajouter autre chose mais le regard franc en face de lui, lui disait qu’elle refuserait tout bonnement de le laisser s’il venait à être dans la mouise. « Par contre pour le camouflage je propose un sort de désillusion. Du moins qu’on essaye et puis si ça va pas va pour les fraises… en espérant que personne ne nous demande d’en croquer une autrement, il risque d’être fort déçu. », rajouta t-il avec un petit sourire avant de redevenir sérieux. « Je suppose que ça sert à rien de te demander de fuir si je réponds pas au code pas vrai ? »

    Règle numéro 1 : Les décisions se prennent en duo
    Règle numéro 2 Une mission se passe bien lorsque les deux partenaires ne veulent pas se trancher la gorge toutes les cinq minutes.
    Règle numéro 3 : Connaître les réactions de ses partenaires.

    Spoiler:
     



Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Ven 1 Juin 2012 - 18:50

    C’est bien du style des Ombres de planquer des sortilèges foireux pour démasquer les fouineurs pour les interroger ensuite. J’espère qu’aucune sentinelle ne sera postée aux alentours parce qu’autrement on est dans le caca jusqu’au coup. Quoiqu’à deux contre un, on devrait pouvoir être en mesure de le mobiliser sans trop de mal pour l’envoyer au QG. Mais j’aimerais éviter de déclencher l’alarme magique qui les mèneraient droit jusqu’à nous. Il n’y en aura peut-être pas mais je propose d’être prudent une fois à l’intérieur et de ne toucher qu’aux armes que nous voyons.

    Johanna hocha la tête. Si jamais une sentinelle était postée, ils seraient bien embêtés mais devraient réussir à s’en sortir. Tant qu’ils n’avaient pas à lancer de sortilèges Impardonnables, cela arrangeait la lionne. Mais autrement, elle n’aurait aucun problème pour lancer un sort de défense si elle devait le faire ou si la vie de Léo ou la sienne était en danger. Elle ne savait pas vraiment comment le jeune homme fonctionnait lors des missions que le QG lui assignait et n’était elle-même pas très expérimentée mais elle ferait tout pour que cette mission, leur mission, soit un succès. Après tout, c’était plus que positif de faire perdre un avantage considérable aux Ombres tout en aidant l’Ordre…

    J’avais bien une idée de mot de passe mais si on est pas les seuls … on est cuit. C’est le genre de mot de passe qui ne leur plairait pas. Mais puisque tu parlais de fraise, qu’est-ce que tu dis de « Fraise » ? Sonorus pour amplifier le son et si le mot est répété par nous deux, cela veut dire que tout va bien. Si y’a pas de réponse de l'autre et bien ...

    En fait, je pensais à quelque chose de plus subtil… Je sais que les objets moldus ne fonctionnent pas à l’intérieur du Château mais je me demandais si, ici, à Pré-au-Lard, il serait possible d’utiliser ce que les Moldus appellent des oreillettes. Une fois reliée entre elles, elles permettent à deux personnes de rester en contact sans que les autres n’entendent ce qu’ils se disent. Je ne sais pas si tu en as déjà entendu parler…

    Joe avait appris l’existence de ces petites choses grâce à son frère, Nicholas, mordu de technologie. Enfin, ce que les Moldus appelaient de la technologie… Car, évidemment, les sorciers étaient bien plus avancés mais, à cause de cette foutue guerre de sang, ils refusaient de partager leurs connaissances avec des êtres inférieurs … Quel gâchis. Et dire que cela aurait pu faire évoluer les deux camps. Mais ce n’était pas le moment de tenir un débat politique avec un être imaginaire dans sa tête. De un elle passerait pour une folle et de deux, leur mission était bien plus importante pour le moment.

    Par contre pour le camouflage je propose un sort de désillusion. Du moins qu’on essaye et puis si ça va pas va pour les fraises… en espérant que personne ne nous demande d’en croquer une autrement, il risque d’être fort déçu.

    Joe hocha une fois de plus la tête. Le sort de Désillusion était une bonne idée. Heureusement qu’elle gérait plutôt bien les sortilèges sinon, elle aurait été un poids plus qu’autre chose. En même temps, elle le pratiquait depuis plus d’un an et, comme pour tous les autres sortilèges appris en cours, s’entrainait régulièrement pour ne pas perdre la maîtrise… Comme quoi, les heures passées dans de petites salles poussiéreuses n’avaient pas servi à rien !

    Je suppose que ça sert à rien de te demander de fuir si je réponds pas au code pas vrai ?

    Johanna éclata de rire comme si le serveur venait de lui dire la blague la plus drôle qu’elle n’ait entendu jusqu’ici. Il ne fallait pas oublier qu’ils étaient dans une taverne où régnait la bonne humeur et des visages un peu sombre ou une discussion qui semblait un peu trop sérieuse ne pouvait qu’attirer l’attention. Et ce n’était pas ce qu’il voulait. La jeune fille pouffa pendant un instant car, à cause de son hilarité fainte, elle s’était rappelé une blague que son frère lui avait raconté, tellement nulle qu’elle n’avait pas pu s’arrêter de rire pendant dix bonnes minutes.

    - Joe, Joe ! Hé, dit, comment on appelle une gousse d’ail, jetée contre un mur, qui revient vers toi ?

    -Euuuuh je ne sais pas. Dit-le-moi

    -Eh bah… Le retour du jet d’ail !


    Suite à ce souvenir, Johanna eut un peu de mal à se reprendre puis fini par réponse à Léo.

    Effectivement, ça ne sert à rien du tout parce que je ne te laisserais pas derrière. Et je suppose que tu ferais de même pour moi donc… La jeune fille se leva, attrapa son paquet de bonbons et commença à se diriger vers la sortie après avoir avalé la dernière goutte de Bièreaubeurre et avoir réglé sa note. Allez mon chou ! On se dépêche, si tu veux encore des souris en sucre !

    La jeune fille sortit de l'établissement sans même avoir vérifier que le jeune homme la suivait. S'ils devaient faire croire aux autres que ce qu'ils allaient faire était totalement légal et absolument pas dangereux, autant faire semblant d'appâter un garçon avec des sucreries. C'était certainement le meilleur moyen. Une fois que Léo arriva à ses côtés, la blonde le prit par le bras et marcha joyeusement jusqu'à l'endroit où devait logiquement, aux dernières nouvelles, probablement éventuellement normalement et encore d'autres mots en -en, bref, l'endroit où les armes devaient se trouver.

    Les deux jeunes gens arrivèrent devant une maison délabrée, aux façades ternies par les assauts du temps et dont trois ou quatre des volets ne tenaient qu'à moitié, faisant un bruit horrible d'ongles que l'on fait grincer sur un tableau noir, au moindre coup de vent. Plongeant sa main dans sa poche, Joe sortit deux Chocogrenouilles, en tendit une à Léo et avala l'autre. Un peu de sucre, hein ? Eh bien, let's go !

Revenir en haut Aller en bas

Leo Elensar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Jeu 7 Juin 2012 - 11:24

    Des oreillettes, des oreillettes qu’est-ce que c’était que ce truc ? Leo se posait cette question lorsque Johanna l’attira à l’extérieur. Vrai, ils devaient agir comme s’ils étaient de bons amis pour ne pas attirer les soupçons et s’il se débrouillait plus que mal, la Gryffondor gérait.

    Allez mon chou ! On se dépêche, si tu veux encore des souris en sucre !

    Plus que bien même. Si elle continuait dans cette direction, certains allaient finir par croire … ce qu’ils voulaient bien croire. L’irlandais esquissa un sourire et la suivit quelques secondes plus tard en payant leurs consommations. Ils arrivèrent assez rapidement non loin de la maison et Leo l’observait avec méfiance. Elle paraissait … normale. Totalement délabrée mais normale. Sauf quelques plaisantins ayant envie de se prendre une poutre dans la gueule, personne ne viendrait fouiner les environs parce qu’il n’y avait rien à voler.

    « Bon tu me montre ces oréiettes ? », lui demanda t-il curieux. La demoiselle semblait en connaitre beaucoup sur les moldus ? Avait-elle deux parents moldus ? Leo ne lui posa pas la question. Après tout ce n’était pas cela l’important. L’important résidait dans les qualités des sorciers et leurs aptitudes magiques. Le sang n’avait rien à voir là-dedans. Johanna lui montra comment l’appareil fonctionnait et l’irlandais sursauta lorsqu’il entendit une vois dans l’oreille lorsque la blonde recula de quelques mètres. Ah d’accord. Okay, il comprenait. Oui, c’était beaucoup plus efficace qu’un mot de passe et plus discret aussi. « Les Ombres et certains Héritiers ne l’admettront jamais mais ils perdent beaucoup à se borner à dénigrer les moldus ainsi. », murmura Leo lorsqu’ils se séparèrent. « Je vais voir par le jardin. Tu fais attention hein ? », lui demanda Leo en évitant une branche qui lui barrait le passage. « C’est trop facile. », murmura t-il. « Y’a vraiment… » Youps, il avait parlé un peu trop vite. Ses yeux le piquèrent. Ca commençait bien. « Foutus Ombres. », jura t-il en sentant l’œil le démanger. Ça allait passer. Prendre son mal en patience. Attendre. Ca ira mieux. Sauf que maintenant il voyait trouble. L’irlandais se lança un Revirgor et continua. L’œil picotait encore mais au moins il ne pleurait plus. Son œil l’empêchait de se concentrer sur les alentours. Si bien que lorsqu’une liane arriva de nulle part pour l’attacher le pied, il se retrouva parterre. Légèrement sonné. Quelle merde. « Diffindo. », murmura t-il pour se détacher de la liane qui lui serrait la cheville.

    Spoiler:
     

    Silence radio de l’autre côté. « Joe, tout va bien ? », lui demanda t-il en se relevant. Prudemment, le serveur se rendit jusqu’à la porte arrière de la maison qui était ouverte. Ouverte … il n’y avait pas de porte, tout simplement. L’irlandais s’avança mais rien ne vint. Un sifflement l’averti d’un danger imminent et il se baissa.

    Spoiler:
     

    C’est tout ? Il pouvait rentrer sans se faire transpercer par il ne savait quelle défense maintenant ? « Je suis à l’intérieur. » Un grésillement lui répondit. L’oreillette fonctionnait-elle bien ? Il n’en savait rien. Allez savoir mais elle pouvait lui répondre entre deux pièges quand même. « Qu’est-ce que tu fous Joe, rien de cassé ? » Il n’allait pas paniquer maintenant hein. C’était juste. Il préférait avoir une réponse que de ne rien savoir du tout. Il lui laissait cinq minutes, si d’ici là toujours rien. Il ferait demi tour.



Dernière édition par Leo Elensar le Jeu 7 Juin 2012 - 11:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Jeu 7 Juin 2012 - 11:24

Le membre 'Leo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsnon1

--------------------------------

#2 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Sam 16 Juin 2012 - 12:20


    Bon, tu me montres ces oréiettes ?

    Joe sourit et sortit deux petits bouts de plastique de sa poche. Il fallait qu’elle pense à remercier son frère pour lui offrir des tas de gadgets inutiles en temps normal. Mais cette fois, ils allaient très certainement leur sauver la vie si un babouin d’Ombre pointait son derrière rouge. Elle expliqua rapidement l’utilisation des machins à Léo et glissa le bout de plastique dans son oreille après avoir activé le son. Elle fit pareil pour Léo puis lui donna son oreillette et le regarda l’enfiler. Pour tester le bon fonctionnement des joujoux, Joe recula de quelques mètres, appela Léo par son prénom et le regarda sursauter, retenant un éclat de rire. Sur un accord rapide, il se décida que Léo entrerait par le jardin pendant que Joe trouverait une porte pour entrer. Pas la porte principale, évidemment. Cette dernière était très certainement piégée et il serait ridicule de faire échouer la mission aussi rapidement.

    Avant de la quitter, Léo conseilla à la blonde de faire attention et la seule chose qu’elle trouva à répondre fût un hochement de tête rapide et un léger sourire pour réconforter le serveur. Puis, elle tourna les talons et enjamba un petit muret pour rejoindre la cour arrière de la maison. Du moins, ce qui devait être la cour arrière. Car, au fil des années, les herbes folles avaient pris place sur les pavés et quelques fleurs poussaient entre les mauvaises herbes. C’était plutôt joli si on ne prenait pas en compte les deux-trois bestioles, ou plutôt cadavres de bestioles, venu ici pour rendre leur dernier soupir. En tout cas, elle espérait que c’était ça. Si d’autres bêbêtes avaient tués les.. chiens ? qui étaient là, il valait mieux pour elle qu’elle trouve une autre entrée. Mais aucun bruit ne dérangeait le silence tout relatif de la cour et, haussant les épaules, Joe se dirigea lentement vers la porte qu’elle apercevait derrière un mur de lierre.

    La voix de Léo résonna dans son oreille mais un mouvement furtif sur sa droite attira son attention et elle oublia de répondre au jeune homme. Fronçant les sourcils, Joe marcha lentement vers la droite et découvrit un simple chat égaré. Soupirant doucement, elle prit la poignée de la porte après avoir vérifié qu’aucun sortilège n’était posé dessus et la descendit. Un craquement sourd la fit sursauter mais il s’agissait juste du bois de la porte, restée fermé depuis bien trop longtemps. Prudemment, Joe entra dans la maison abandonnée et regarda rapidement ce qui l’entourait. Un long couloir, débouchant sur ce qui semblait être un salon avec trois canapés confortables plein de poussière, deux fenêtres laissant passer quelques rayons de soleil. Et un escalier. Joe avança dans le couloir, ignorant un mal de tête qui commençait à pointer son nez à cause de l’odeur de renfermé qui régnait partout. Puis, ces jambes lâchèrent. D’un coup. Sans qu’elle ne voit le coup venir. Joe se retrouva assise par terre, les jambes engourdies et pleines de fourmis piquantes.

    Les larmes lui montèrent aux yeux car, dans la chute, elle s’était cogné le coude contre le mur et de longues langues de feu remontaient dans son bras. Respirant calmement, Joe lança un Infinite Incantatem sur ses jambes et massa rapidement son coude, prenant enfin le temps de répondre à Léo qui commençait à s’inquiéter, vu le ton de sa voix.

    Spoiler:
     

    ça va, ne t’inquiète pas. Juste un Jambencoton et trois canapés à l’horizon. Ah, et un escalier. Je vais aller voir ce qu’il y a en haut, si jamais. Mais je t’attends. Et pour toi ?

    Joe écouta la réponse du serveur en se dirigeant vers l’escalier, faisant bien attention à ne pas s’effondrer sur ses jambes encore fragiles. Arrivée au pied de l'escalier, elle s'assit sur une marche, la baguette toujours à portée de main, au cas où, et attendit que Léo la rejoigne. Aucune bestiole n'était visible, bien qu'un léger bourdonnement se fasse entendre, et les sortilèges de défense placé sur la maisonnette étaient basique, ce qui n'était pas vraiment normal. Quelque chose de mieux devait les attendre à l'étage sinon, c'était que les Ombres étaient vraiment des babouins sans cervelle.


Dernière édition par Johanna C. Springstone le Sam 16 Juin 2012 - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Sam 16 Juin 2012 - 12:20

Le membre 'Johanna C. Springstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Leo Elensar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mar 19 Juin 2012 - 20:23



    Leo se retira en vitesse les aiguilles de la main et entra dans la vieille bâtisse. Sur que la déco intérieure ferait fuir les sorcier au gout mobilier les plus craignos. Deux canapés frippés, les murs fissurés. L’irlandais se demandait si un une des parties du mur n’allait pas lui tomber dessus à tout moment. Aussi, s’abstient-il de s’asseoir sur un des canapés pour voir l’état de sa cheville. Il pouvait se déplacer, ne sentait pas de douleur au niveau des articulations lorsqu’il marchait. Tout allait bien. Pour le moment. Tout objet de cette maison semblait prêt d’être une arme pour lui barrer la route. Leo imagina sans nulle difficulté un expulso intenté sur le canapé envoyant balader toute personne tentant de s’y asseoir. En face du canapé se trouvait une vitre… les conséquences seraient désastreuses si un tel sort y était caché. Mieux valait ne pas tenter le diable.

    La réponse de Johanna le soulagea. Rien de cassé, ils étaient tous deux sauf, à l’intérieur et n’avaient plus qu’à monter les escaliers. Mais maintenant qu’il avait vu ce qui les avait accueillit à l’entrée il était moins enclin à visualiser ce qui pouvait les attendre plus haut. Pourquoi pas des haches pour leur couper la tête tant qu’ils y étaient. « J’ai l’impression de me retrouver devant les films moldus d’aventure que me montrait ma tante quand j’étais petit. », marmonna Leo en arrivant devant l’escalier sur lequel la jeune fille s’était installée. « Tu crois qu’ils ont installé un système comme pour les escaliers des filles à Poudlard ? Cet escalier est peut-être select quand à ceux qui lui grimpent dessus. », commenta t-il avec un sourire. C’était une feinte vraiment pourrie, pour sur mais peut-être se feraient-il éjecter comme des malpropres à la moitié du chemin. Et là, bonjour la dégringolade, les blessures et les bobos à n’en plus finir. Ils auraient du prendre une échelle et grimper par les fenêtres. Précautionneusement, l’irlandais évalua chaque marche présente avant d’y poser le pied. Il n’aimait pas cet escalier et ce ne fut qu’à la dixième marche que son pied passa au travers de cette marche en bois. Maudits-soit ses Ombres. Ils n’allaient tout de même pas mettre trois heures avant d’arriver à l’étage tout de même !

    Par chance, ils arrivèrent sans réel problème au palier supérieur. Les pièces étaient sombres, ils n’y voyaient rien alors qu’il faisait plutôt jour et cela le perturbait. Ce n’était pas logique. Quelque chose ou quelqu’un maintenait cet aspect de nuit et l’irlandais ne voulait pas trop vite connaitre la raison de cette obscurité dans les deux pièces présentes à cet étage. Les pièces devaient être assez grandes et si armes il y avait, ils n’allaient surement pas pouvoir y entrer aussi facilement.

    L’irlandais regarda un moment la jeune fille à sa droite. « J’aime pas ça, pas du tout. Lumos ! », murmura t-il en espérant que cela soit suffisant.

    Spoiler:
     

    Règle numéro 1: Les décisions se prennent en duo
    Règle numéro 2: Une mission se passe bien lorsque les deux partenaires ne veulent pas se trancher la gorge toutes les cinq minutes.
    Règle numéro 3: Connaître les réactions de ses partenaires.
    Règle numéro 4: Toujours suivre ses instincts.






Dernière édition par Leo Elensar le Mar 19 Juin 2012 - 20:31, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mar 19 Juin 2012 - 20:23

Le membre 'Leo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

--------------------------------

#2 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

--------------------------------

#3 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mer 20 Juin 2012 - 12:42


    Joe regarda Léo arriver lentement vers elle et remarqua qu’il boitait légèrement. Et qu’il avait des petites piqures bizarres sur la main. Par le slip de Merlin, sur quoi était-il tombé ? Des petites bestioles à piques ou des seringues volantes ? En tout cas, lorsque le serveur fit une vanne vraiment nulle, Joe le regarda d’un air dubitatif et hésita à lui répondre quelque chose. Puis, elle se résigna et se dit qu’elle lui balancerait une blague débile plus tard. Comme ça, ils seraient à égalité. Les deux jeunes montèrent lentement les escaliers, craignant des sortilèges planqués sous une marche ou dieu sait quoi encore.

    Joe sursauta quand le pied du serveur passa à travers une marche et se dit qu’il allait boiter encore plus, ce qui n’était pas vraiment à leur avantage niveau discrétion. Si elle lui lançait un petit Episkey, il n’allait pas lui en vouloir, si ? La lionne sortit sa baguette et lança rapidement le sort sur la cheville de Léo, ne prêtant pas vraiment attention au noir qui régnait à l’étage. C’est seulement quand elle releva les yeux après avoir soigné Léo qu’elle remarqua que l’obscurité n’était pas tout à fait normale, surtout qu’il devait être quoi… Midi ? Une heure, peut-être ? Ce n'était pas du tout normal... Léo s'occupa de lancer un Lumos mais immédiatement après, un poids s'abattit sur les épaules de Joe et elle se retrouva clouée au sol, sans comprendre ce qui lui arrivait. Quand elle regarda ce qui l'entourait, elle soupira en voyant les mailles d'un filet entouré son corps.

    Super... Finite Incantatem

    Spoiler:
     

    Joe se releva, aidée par Léo qui lui tendait la main, et observa ce qui l'entourait. Deux pièces, de taille à peu près égale, face aux escaliers que les deux jeunes venaient de grimper et dont seul un mur fin marquait la séparation. A part ça, il n'y avait strictement rien. Rien de visible, en tout cas. Joe prit une grande respiration et ouvrit lentement la première porte, après avoir vérifié qu'il n'y avait aucun risque de se prendre un coup de hache derrière la nuque. Les gonds grincèrent, un peu comme dans les films d'horreur qu'elle aimait regarder quand elle était avec ses frères. Mais encore une fois, rien ne se passa. Le calme reprit sa place et Joe pénétra dans la pièce, lentement, la baguette en avant. Un sifflement sourd avertit la blonde qu'un sort semblait se diriger vers elle mais elle n'en vit les conséquences que lorsqu'elle se retrouva suspendue en l'air par une cheville. Sa baguette lui échappa des mains, l'empêchant de se dépatouiller toute seule et Joe n'eut comme réflexe que d'attacher ses longs cheveux afin de voir si un autre sortilège ne lui arrivait pas dans la figure.

    Hum, Léo ? Tu peux me faire descendre ? Pas que j'aime pas être au septième ciel, hein... Mais là, c'est moyen, quand même.


Dernière édition par Johanna C. Springstone le Mer 20 Juin 2012 - 12:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mer 20 Juin 2012 - 12:42

Le membre 'Johanna C. Springstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1 J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Leo Elensar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Dim 8 Juil 2012 - 21:59

    La mission supposée facile se révélait plus difficile qu’il ne l’avait pensé au départ. Les pièges leur tombaient dessus les un après les autres et il se demandait combien d’autres allaient arriver. Ils n’étaient qu’au premier étage, n’avaient n’étaient pas encore entré dans les pièces que déjà plusieurs pièges minimes mais bien embêtant, leur tombaient dessus. C’était, si pas dangereux, très embêtant. Il n savait pas réellement comment s’y prendre. Les pièges étaient bien planqués et ne se voyaient qu’à la dernière minute. Ils étaient surpris à chaque fois.

    La encore, Johanna s’était faite prendre par un piège et Leo se demanda combien de pièges étaient mis en place dans cette fichue baraque délabrée. Il libéra aisément Joe avant de vérifier si elle n’avait rien. Elle n’était pas blessé ou du moins n’en avait pas l’air. La pièce était grande, plusieurs armoires de tailles différentes se tenaient à divers endroits. Leo fronça les sourcils. Il doutait sincèrement que les armes se trouvent dans ces armoires. Ces meubles étaient des cachettes bien trop visibles. Il devait y avoir un enclenchement magique quelque part. Une pièce cachée dans une autre comme pour la célèbre salle sur demande de Poudlard.

    L’irlandais s’avança prudemment. « Ces armoires sont mises bien trop en évidence. Aparescio. », murmura t-il en visant le centre de la pièce.

    Spoiler:
     

    Leo resta songeur un instant avant de leur lancer un Aegio pour le cas où. Mieux valait être prudent. Le jeune homme avisait les armoires d’un air suspicieux. Et si, en les ouvrant, des objets de dangers divers leur sautait à la gorge. Il s’approcha prudemment de la première armoire pour l’ouvrir. Rien. Rien du tout. Plop. Leo se retourna vivement. Un elfe de maison, un elfe de maison. Ce n’était pas prévu, ça. Que s’était-il passé. L’ouverture de cette fichue armoire avait-elle déclenché l’apparition de cet Elfe ? Leo regarda Johanna d’un air consterné. Il ne savait pas d’où provenaient cet elfe et la dernière fois qu’il avait croisé des Elfes sur son passage, cela s’était mal passé. Pourtant, celui-là n’avait pas l’air menaçant. Un elfe était attaché à un lieu, à ses Maîtres. Elfes des Ombres ou de l’ancien propriétaire de la maison ? Le propriétaire était sans doute mort vu l’état de la maison ici présente. Pourtant cet elfe était toujours là.

    « Vous n’avez donc pas fini d’envahir la maison de mon Maître ?! », s’insurgea l’Elfe passablement peu joyeux de leur venue.

    Que … QUOI ? Un ELFE … Un Elfe !! Leo n’avait pas la frousse des Elfes mais il ne leur faisait pas confiance parce qu’ils n’agissaient que pour une seule et unique personne. L’irlandais le regarda attentivement, sans prononcer un mot. Les Elfes, il ne leur faisait pas confiance depuis l’attaque au Ministère. Qui était-il celui-là ? Celui de l’ancien propriétaire ou celui d’un des Ombres qui l’avait laissé en arrière pour surveiller l’endroit qui leur servait de planque ? Il n’en savait rien. « Qui est ton Maître ? », lui demanda prudemment Leo. « Ceux qui sont venus précédemment, votre maître les connaissait-il ? »

    L’Elfe renifla de mépris. « Mafrak ne sert pas les envahisseurs. Malfrak aime son Maître. Il lui a dit de surveiller la maison, de rester avec le nouveau propriétaire des lieux. Malfrak est un bon elfe de maison. Malfrak n’a pas osé… Les autres étaient trop nombreux. Mais Malfrak pense que deux enfants ne peuvent rien contre lui. Sortez ! », leur intima t-il. Il était évident que le Maître en question était mort ... ainsi l'irlandais évita de soupirer d'agacement face à l'attitude de cet Elfe. Ce n'était évidemment pas avec cet attitude d'esclave amouraché qu'ils gagneraient ... un jour peut-être ... leur liberté.

    Leo grinça des dents. Encore un fou qui obéit à son maître même après sa mort. Il savait se dont ils étaient capable. Ceux de Kark étaient mort pour ce cinglé qui les aurait tué pour un faux pas. L’irlandais n’était pas pour l’esclavage des Elfes de Maison mais dieu que ceux-ci étaient pénibles. Et c’était bien par cette appartenance à leur maître qu’ils étaient aussi détestables que la personne pour laquelle il travaillait. Leo ne s’ennuya pas à lui demander pour qui il travaillait. Pour le moment, tout ce qu’il supposait était qu’il ne travaillait pas avec les Ombres.

    Il restait cependant méfiant. Si l’Elfe n’était pas menaçant, il n’était pas pour autant favorable à leur débarquement. Sa remarque pourtant montrait que d’autres étaient venus auparavant. « D’autres sorciers sont venus avant ? Ils ne travaillaient pas avec votre maître ? Sont-ils venus déposer des affaires ? Réponds. », lui demanda d’un ton qu’il voulait le plus poli possible à la créature. Il ne fallait pas qu’il s’énerve.

    L’Elfe les regarda en haussant les épaules. « Malfrak ne voit pas pourquoi il devrait vous le dire. Malfrak ne sait pas. Malfrak ne fait qu’obéir aux ordres. Malfrak n’a pas peur de vous. », leur lança t-il un poil railleur. « Vous n’avez pas le droit de pénétrer dans cette demeure. Elle appartient toujours à mon Maître. », continua t-il en les fixant de ses grands yeux insistants. Alors ainsi ils n’étaient pas menaçants ? L’irlandais ne perdit pas de temps à s’offusquer. L’agaçante créature n’avait pas tout à fait tord. « Nous ne cherchons qu’à réparer le mal qui a été fait à la maison de ton Maître. », lui expliqu Leo d’un ton plus doux. « Des objets ont été disposés, camouflés par des sortilèges dans cette demeure. Tu n’as pas osé les déranger parce qu’ils étaient plus nombreux, plus … hum sombres. » Certes, il manquait d’adjectifs pour qualifier les Ombres sans pour autant les discréditer ou offusquer l’Elfe en pointant sa couardise. Quiconque aurait fait de même en croisant les membres de l’Ombre de la Rose Noire. « Nous voulons juste t’aider à rendre l’aspect de la maison de ton Maitre, avant que ces sombres individus n’arrivent pour tout changer. Quand nous seront parti, cela sera comme si personne n’était jamais venu. »

    Il ne savait pas si c’était une bonne idée de révéler leur intention à cet elfe de maison mais chose était dite. Il n’avait pas commencé les hostilités. Au moins, il ne leur avait pas révélé leur noms, ni qu’ils appartenaient à l’Ordre du Phénix. Une fois déguerpit, d’un claquement de doigts, ce dernier pouvait tout aussi bien aller prévenir que deux intrus étaient venu dans cet demeure alors qu’ils n’en avaient pas le droit.

    Spoiler:
     


    Règle numéro 1: Les décisions se prennent en duo
    Règle numéro 2: Une mission se passe bien lorsque les deux partenaires ne veulent pas se trancher la gorge toutes les cinq minutes.
    Règle numéro 3: Connaître les réactions de ses partenaires.
    Règle numéro 4: Toujours suivre ses instincts.
    Règle numéro 5: Ne faire confiance à personne



Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Dim 8 Juil 2012 - 21:59

Le membre 'Leo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

--------------------------------

#2 'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Lun 9 Juil 2012 - 19:54


    A peine Joe était-elle détachée du plafond qu’elle voyait des fléchettes filer devant ses yeux. Elle n’était pas vraiment sûre d’où ces petites choses sortaient mais se laissa ensorceler par Léo pour un minimum de protection avant que le jeune homme se dirige vers une armoire pour l’ouvrir prudemment. Aucun d’entre eux n’avait envie de finir à Sainte-Mangouste à cause d’un bébé dragon planqué dans une bouteille en verre ou Merlin seul sait encore quelles ruses stupides les Ombres pouvaient trouver. Plop ! Un elfe de maison, il ne manquait plus que ça ! Pourvu qu’il soit fidèle à son ancien maître et non pas aux Ombres sinon, ils seraient bien embêté…

    Vous n’avez donc pas fini d’envahir la maison de mon Maître ?!

    La blonde ouvrit la bouche afin de répondre à l’elfe mais Léo la devança et elle le regarda se débrouiller avec… Mafrak ? Bon, va pour Mafrak. L’elfe leur répondit qu’il ne servait pas les envahisseurs et qu’il n’avait pas peur d’eux. Ah ? Eh bien, tant mieux. Ils n’étaient pas là pour faire peur à qui que ce soit. Sortez ! Ah, voilà qui compliquait considérablement la donne. La lionne n’avait aucune intention de sortir avant d’avoir trouvé les armes que l’Ordre leur avait demandé de ramener au QG. Joe reporta son attention sur le serveur et remarqua qu’il se tenait éloigné de l’elfe, de manière presque défensive. Attendez… Léo avait peur de Mafrak ?! Voilà qui était cocasse. Elle n’hésiterait pas à le lui rappeler et un léger sourire tira ses lèvres. Léo avait peur d’un vieil elfe à moitié recroquevillé sur lui-même avec de longues oreilles pendantes et un nez crochu ? Il avait peur d’un être faisant la moitié voire même le quart de sa taille ? Un être avec une bouche de traviole, des petites dents pointues et des doigts aussi fins que ceux d’un enfant ? C’était bizarre, vraiment.

    D’autres sorciers sont venus avant ? Ils ne travaillaient pas avec votre maître ? Sont-ils venus déposer des affaires ? Réponds.

    Ne lui donne pas d’ordre, Léooooo ! Rooooh mais… Joe le laissa continuer sur sa lancée mais n’était pas vraiment d’accord avec sa façon de parler à Mafrak. C’était inutile de lui donner un ordre, après tout, il suffisait à l’elfe d’appeler les Ombres et ils étaient grillés. Autant mettre les chances de leur côté en restant poli avec l’elfe, en le traitant comme un homme. Il ne pourrait qu’apprécier, non ? Comme Joe le pressentait, l’elfe se braqua et refusa de répondre à Léo avant que celui-ci se rattrape et lui explique calmement qu’ils cherchaient simplement des objets différents afin de rendre à la maison son aspect d’origine. Moui, pas mal joué sur ce coup. L’elfe sembla réfléchir un instant et fit un pas hésitant vers le couloir. Johanna lui sourit et se tourna légèrement pour lui montrer qu’elle était prête à le suivre.

    L’elfe soupira et, trainant des pieds, marcha jusqu’à la deuxième pièce, ouvrit la porte à la volée sans prendre attention aux pièges qui se trouvaient éventuellement présents. Mafrak entra donc dans la pièce et attrapa ses oreilles pour ne pas qu’elles traient sur le sol. Il se dirigea vers un mur et traça un dessin dans le crépi craquelé du bout de l’ongle, faisant tomber quelques plaques d’enduit. Toute une parcelle du mur s’effaça alors, comme si Mafrak avait annulé une variante du sortilège Firma Exitum. Johanna savait que les Ombres étaient très doués en magie mais n’avait jamais entendu parler d’une variante pareille. Le mur avait simplement disparu et, à peine les trois personnes entrés dans la pièce auparavant dissimulée, le mur réapparu derrière eux.

    Mafrak a appris en regardant. Pas dangereux, venez. Envahisseurs pas très intelligents, pas fait attention à Mafrak. Pas vu que Mafrak apprenait en regardant. Pas très malins.

    Un bruit proche d’un rire passa les lèvres à peine existantes de l’elfe et Joe laissa sa baguette glisser entre ses doigts. Si l’elfe aimait vraiment son maître, il ne les bernerait pas. S’il se trouvait que ses maîtres étaient en fait des Ombres, ils étaient dans le caca de dragon. Aucun piège ne leur sauta à la gorge et au fond du petit couloir se trouvait un mur couvert des différentes armes qui avaient été volées à l’Ordre. De longs canons en métal surplombé par ce qui ressemblait à un mini-satellite avec, à la base, un compartiment dans lequel une baguette semblait avoir la place d’entrer. D’après ce qu’elle voyait de cette arme, il devait s’agir d’un amplificateur de sort. Une fois la baguette placée dans le compartiment, le sort lancé passait dans le canon à une vitesse proche de celle de la lumière et était amplifié par le mini-satellite. Les dégâts devaient être considérables avec ce machin.
    Spoiler:
     

    Le regard de la blonde se tourna vers une autre arme, bien plus petite, de la taille d’un revolver avec un canon légèrement retroussé, comme si la magie le faisait grimacer. Là, la baguette semblait avoir sa place à l’intérieur même du canon, comme si le jet lui-même devait être contenu en un seul rayon où toute la puissance était concentrée. Encore une grosse arme, plus courte que l’autre mais plus massive aussi, avec un canon plus court qui devait avoir à peu près le même effet que le « revolver » mais à plus grande portée.
    Spoiler:
     

    Et ce n’est pas comme s’il n’y avait que quelques exemplaires de chaque arme, non non. Il devait y avoir trois caisses de sous chaque exemplaire exposé. Trois caisses qui devaient arriver à la hanche de la lionne et dans lesquelles elle devait pouvoir dormir confortablement, allongée de tout son long.

    Eh beh… Va falloir transporter tout ça, maintenant, afin de remettre la maison de votre maître en état, Mafrak…
Revenir en haut Aller en bas

Leo Elensar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Mar 17 Juil 2012 - 23:03

    Leo pensait à l’Elfe plus qu’aux armes qu’ils devaient ramener alors que c’était clairement l’inverse qu’il aurait du faire. Il le regardait s’avancer avec méfiance. Non, vraiment, il n’aimait pas l’idée d’être guidé par l’un d’entre eux. Merlin seul savait qu’il ne les conduisait pas tout droit vers un piège. Les Efles étaient des créatures sournoises, fidèle qu’à leur maître. Et encore … Leo n’en était pas tout à fait certain. Que savaient-ils de la loyauté des Elfes ? Rien. Rien, pas un seul d’entre eux n’avait tenté de se mettre à leur place pour évaluer leur degré de fidélité et cela n’allait pas aller en s’arrangeant. Le jour ou un sorcier s’abaisserait à vivre comme les Elfes n’était pas venu. L’ancien Serdaigle avait conscience de ne pas avoir usé beaucoup de tact avec Mafrak et, fort heureusement, bien que ronchonnant, l’Efle n’avait pas beaucoup protesté. Peut-être n’était-il attaché qu’à l’ancien propriétaire de la maison en fin de compte. L’irlandais observa les gestes de Mafrak et une pièce cachée fit leur apparition. L’individu qui se tenait devant eux était très fier de lui.

    Mafrak a appris en regardant. Pas dangereux, venez. Envahisseurs pas très intelligents, pas fait attention à Mafrak. Pas vu que Mafrak apprenait en regardant. Pas très malins.

    Leo pensait qu’ils avaient surement d’autres Elfes à fouetter mais eut la présence d’esprit de se taire. Ce n’était pas le moment de vexer leur guide. Minutieusement, ils suivirent les pas de l’Elfes évitant ainsi tout nouveau petit piège vicieux pouvant les nuire. Le visage de Leo s’assombrit légèrement. Qu’importe leurs ennemis, ils ne manquaient pas d’ingéniosité pour ne pas leur faciliter la page. Mais, il aurait été stupide de croire que cette mission allait se passer sans encombre. Aucun Ombre n’était venu leur barrer la route mais il y avait cet Elfe. « Merci beaucoup, Mafrak. », lui fit Leo avec un hochement de tête. Leo passa un œil rapide sur les caisses. Le brun n’y connaissait pas grand-chose en armes. Sa baguette lui suffisait amplement mais une aide matérielle supplémentaire n’était pas de refus contre les Ombres. Contre Kark.

    « Que penses-tu de la métamorphose ou de l’illusion le temps qu’on transplane hors de Pré-au-Lard ? Le problème de l’illusion … plus le périmètre à couvrir est grand, plus le facteur de la fatigue augmente.», commenta t-il pour lui-même en se rappelant l’événement au Etats-Unis. « Non, la métamorphose reste ma meilleure solution. On pourrait tout aussi bien transplaner d’ici sans avoir à effectuer une quelconque métamorphose mais il y a surement un détecteur de transplanage ou je ne sais pas trop quoi. », marmonna t-il en se passant une main dans les cheveux. L’irlandais s’efforça de prendre une voix plus polie qu’il ne l’avait fait pour s’adresser à l’Elfe quelques instants plus tôt.

    « Mafrak pourrais-tu t’occuper de faire disparaître les traces des pièges si tu le peux … s’il te plait. », rajouta t-il rapidement. « Je sais d’expérience que vous êtes plein de ressources quand il s’agit d’obtenir ce que vous voulez. », nota t-il avec prudence. « Nous ne connaissons pas l’emplacement de tous les pièces placés par les autres sorciers. Vous si. » L’Elfe était supérieur à eux dans ce sens et le flatter lui semblait une bonne idée si bien qu’ils n’auraient qu’à réparer quelques vitres brisées, parquet abimé avant de repartir.

    « Mafrak en sait plus que les deux jeunes sorciers c’est certain. », commenta la créature avec une once de fierté. « Mafrak ne veut pas vous offenser mais Mafrak vous a vu vous enfoncer dans l’escalier. Pas doué. Sorciers pas doués. »

    Leo se retint de grogner d’agacement. Il ne pouvait pas tout prévoir et bon sang il n’avait pas à se justifier devant un Elfe. Ignorant la réflexion de l’Elfe, Leo se tourna vers Joe pour la suite de leur mission. « Vous avez raison. », lança t-il d’un ton cependant bien agacé. « Des caisses de fruits ? », lui proposa t-il en observant les trois caisses qui les attendaient. « En fait, le mieux serait de réduire leur taille. La métamorphose, ça fait un bail que je ne m’y suis pas remis. » Vrai qu’il n’avait pas beaucoup l’occasion de l’expérimenter dans son métier. L’irlandais se retourna vers Mafrak. « Si les autres sorciers reviennent, ils vont probablement être en colère que tout soit en ordre. » Pur mensonge. Enfin … à moitié. Si les Ombres revenaient, ils allaient être en colère mais pas pour cette raison. Il avait pris l’habitude de mentir pour sauver sa peau depuis des années et tant que cela fonctionnait, il n’allait pas se priver de continuer ainsi. « Mais si vous les observez comme les autres fois, vous ne risquez rien. » Sous entendu, sans vous faire prendre. La maison risquait de bruler sous la colère des Ombres mais cela ferait scandale dans la politique si parfaite de Mervyn Kark. Il n’avait pas besoin de bavure de ce genre de la part de ces sbires. Tout se passerait bien … enfin … rien n’était moins sur. Malfrak restait un Elfe.

    Règle numéro 1: Les décisions se prennent en duo.
    Règle numéro 2: Une mission se passe bien lorsque les deux partenaires ne veulent pas se trancher la gorge. toutes les cinq minutes.
    Règle numéro 3: Connaître les réactions de ses partenaires.
    Règle numéro 4: Toujours suivre ses instincts.
    Règle numéro 5: Ne faire confiance à personne.
    Règle numéro 6: Observer toutes les possibilités d'actions avant d'agir.

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Ven 20 Juil 2012 - 20:50


    Léo regardait les caisses d’armes avec autant d’étonnement que Joe. Quelques armes, ils avaient dit ? Eh beh, ils n’avaient pas exactement la même notion du mot quelques, de toute évidence. La blonde s’attendait à une dizaine d’armes, tout au plus. Mais là, c’était plutôt une dizaine de caisses. Comment allaient-ils faire pour sortir de là sans avoir cinquante cageots de fraises sous le coude ? Léo proposa la métamorphose et l’illusion tandis que Joe réfléchissait à un moyen bien plus discret que ça. Elle savait qu’un sortilège existait pour donner une profondeur infinie à un sac ou une poche… C’était quoi déjà ? Extension indétectable ou quelque chose comme ça… Raaaah pourquoi elle n’arrivait pas à se souvenir de ce sort ? Elle l’avait pourtant sur le bout de la langue… C’est hallucinant quand même comme les mots nous échappent quand on en a le plus besoin…

    Tu crois que si je jette un sort d’Extension Indétectable sur mon sac, qu’on cache les armes dedans et que tu les ramènes au QG, ça le fait ? Pour remplacer les armes on peut mettre des oranges métamorphosées à l’intérieur des caisses et prier pour que le sort tienne…

    Pendant qu’elle réfléchissait au meilleur moyen de sortir de là, Léo discutait avec Mafrak pour que l’Elfe fasse disparaitre les traces des pièges qui pouvaient encore se trouver dans la maison. Le barman flatta un peu l’égo de Mafrak et la blonde retint un rire. Léo qui semblait ne pas apprécier les elfes voire même d’en avoir peur tentait d’acheter Mafrak avec des compliments ? En tout cas, sa technique fonctionna car l’Elfe répliqua avec fierté qu’il en savait plus que les deux sorciers et fila dans la pièce qui cachait l’armurerie. Joe lança un clin d’œil à Léo avant d’ensorceler son sac puis d’ouvrir les caisses. Elle ne savait pas vraiment où ils allaient trouver les oranges ou autres objets éclectiques pour les métamorphoser en armes factices. Mafrak régla ce problème en revenant avec une boîte qu’il tenait soigneusement fermée.

    Mafrak entendu jeune fille. Mafrak vous apporte objet pour magie et remplacer armes. Attention, dangereux… Un peu.

    Joe prit précautionneusement la boite et jeta un rapide coup d’œil à l’intérieur. Cette fois, elle ne retint pas un léger rire. Des petites bestioles la fixaient depuis l’intérieur de la boite et il lui fallut un certain moment avant de remettre un nom sur ces amas de… Moisissure ? C’était des bandimons, si elle se rappelait bien des livres qu’elle avait feuilleté dans la bibliothèque. Ces bestioles étaient extrêmement nocives pour les fondations d’une maison et Mafrak avait dû les garder en cas de besoin. Joe endormit ces petits bouts qui, malgré tout, avaient des bouilles bien sympathiques, et les disposa dans les caisses après avoir enfourné les armes dans son sac à fond infini. Elle ne connaissait qu’un seul sortilège qui permettait de faire changer les choses de forme et ne l’avait jamais testé. Il n’était pas enseigné durant les cours, elle l’avait simplement lu dans un livre trouvé dans les étagères empoussiérées de la bibliothèque.

    Léo, je n’ai jamais testé ce sort… S’il ne fonctionne pas, tu pourras t’y coller ? La jeune fille attendit que son binôme accepte puis prononça la formule…Protéiforme.

    Spoiler:
     

    Seul la moitié des bandimons se transforma et Joe regarda Léo avec une grimace.

    Tu crois que ça suffit ? Sinon, on est un peu dans la mouise...

    Son père lui avait toujours appris à faire du mieux qu'elle le pouvait et là, elle n'était pas très fière d'elle... Elle aurait préféré que son sort soit parfait mais, d'un autre côté, elle pouvait être fière vu que c'était la première fois qu'elle le lançait. Elle savait que maintenant, il fallait bouger et rapidement. Le transplanage n'était pas une bonne idée et, vu que Mafrak s'était débarrassé des pièges restant, les deux jeunes pouvaient sortir de la maison tranquillement. Enfin, tranquillement... Tout était relatif.

    Joe vérifia une dernière fois qu'il ne restait plus une seule arme dans la pièce secrète et sortit, suivant l'Elfe et tirant Léo derrière elle. Elle n'avait pas spécialement envie de s'attarder plus que nécessaire et, après vérification, elle risquait de se faire mordre par le dragon qui surveillait les couvres-feu, j'ai nommé Grognard.

    Merci de ton aide, Mafrak. Maintenant, la maison de ton maître est débarrassée des choses que les envahisseurs avaient amené avec eux. Tu peux être fier. Fait attention à toi.

    Gentille fille. Mafrak intelligent, envahisseurs pas trouvé Mafrak si Mafrak ne veut pas. Au revoir, gentille fille et gentil garçon. Maître doit être content.

    L'Elfe disparu dans un craquement et les deux jeunes sortirent dans la rue. Il n'y avait presque personne et les rares sorciers qui passaient par là ne leur prêtaient pas la moindre attention. Ils étaient bien plus concentré sur leur destination que sur les deux jeunes qui sortaient d'une maison délabrée. Après tout, on aurait pu croire qu'ils avaient voulu passer un moment tranquille, rien que les deux... Cette pensée fit rire la jeune fille et elle tendit son sac à Léo.

    Je suis désolée de t'abandonner aussi rapidement après cette... aventure, mais si je ne rentre pas sur le champ, je vais me faire tuer par Grognard... J'aurais bien été boire un autre verre mais c'est un peu trop tard. Une autre fois, promis ! Rentre bien, fait attention à toi.

    Joe se hissa sur la pointe des pieds et fit un baiser léger sur la joue du barman puis se mit à courir en direction du Château. Là, ce n'était pas marche ou crève mais plutôt court ou fait toi bouffer toute crue par une dragonne qui ne devait pas avoir connu la douceur d'une nuit accompagnée depuis environ un siècle et demi. Et, bizarrement, Joe tenait à sa vie. Elle arriva devant les portes du Château complètement essoufflée, les joues rougies et les cheveux en bataille mais au moins, elle était à l'heure. Voire même en avance. Mais certes pas en retard vu qu'elle était encore vivante. Marche ou crève... Qui était le crétin qui avait inventé cette expression en fait ? Ce n'était pas parce qu'on s'arrêtait de marcher qu'on allait mourir... Aux dernières nouvelles, une pause au bord du lac était toujours bénéfique... Mais ce n'était pas la question et sans attendre une seconde de plus, la jeune Gryffondor remonta dans son dortoir avant de se précipiter dans la salle de bain pour une douche bien méritée.


Dernière édition par Johanna C. Springstone le Ven 20 Juil 2012 - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté Ven 20 Juil 2012 - 20:50

Le membre 'Johanna C. Springstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsnon1 J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée] Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Commerces