Happy anniversary sweetheart !



 



Happy anniversary sweetheart !
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Ven 25 Nov 2011 - 12:54

    Le samedi précédent, elle était encore seule, à se sentir malade et déprimée malgré l'emploi fantastique qu'elle avait. Et vu la conjoncture actuelle, elle aurait du s'en contenter et tenir le choc. Mais il y avait son père qui ne souhaitait plus lui adresser la parole et son mari qui l'avait mise à la porte et qui ne lui avait plus donné de nouvelles depuis leur séparation. Une situation atroce qui la détruisait à petit feu. Malgré cela, la jeune femme avait prit sur elle et s'était présenté sans prévenir au meilleur ami de son époux avec qui elle ne s'était jamais entendu et quelques heures après... et bien tout semblait réglé.

    Thomas et elle étaient rentré chez eux et un énorme poids avait quitté ses épaules, rien avait changé à la maison en près de deux mois si ce n'était le désordre ambiant qu'elle nettoya en quelques tours de poignet. La fin du week-end fut parfait et leur relation semblait revenir à la normale si ce n'est que le lundi matin, elle dut se résigner à partir et elle eut bien du mal à le lâcher.

    Le reste de la semaine fut tendu, elle lui envoya un simple hibou inutile car elle savait que le courrier était filtré et il répondit par une lettre tout à fait banale en retour. Pas la peine de s'occuper l'esprit avec ce genre de choses. Ils avaient réglé leurs problèmes le week-end précédent, tout serait parfait pour quand elle rentrerait le voir. En plus de ça, c'était leur anniversaire de mariage : sept ans. Il fallait qu'il fête ça d'une manière ou d'une autre.

    Et la nouvelle était tombée, des bruits de couloirs, des discussions et une confirmation par d'autres modérés de l'école qui lui avait raconté à mi-mot que Caius avait attaqué le manoir Kark pour reprendre Wilhemina qui n'y était pas. Tout avait explosé et c'était l'Ordre du Phénix qu'on pointait du doigt. L'Ordre du Phénix, c'était son mari et il y avait eu des blessés et probablement des morts. L'attente était atroce. Elle avait eu envie de transplaner directement chez elle et d'envoyer des tonnes de hiboux pour savoir comme il allait mais le professeur dut se contenter d'un hibou bateau avant de quitter le château aussi rapidement que possible le vendredi après midi quand son dernier cours fut fini.

    Quand elle débarqua dans la grande cheminée de leur salon, mis à part quelques bougies qui restaient perpétuellement allumées, pas de traces de son mari. Elle n'avait pas prévenu de son retour si tôt donc il ne risquait pas de l'attendre comme un idiot. N'empêche que son cœur battait la chamade alors qu'elle traversait le rez de chaussée en appelant son nom sans le croiser.

    C'était plus fort qu'elle, elle l'avait perdu par deux fois déjà et même si elle savait qu'il était en vie, restait à voir dans quel état. Pas de réponse. La sorcière repassa dans leur salon, se débarrassa de sa cape en vitesse si bien que sa piètre coiffure fut ruinée par ses gestes brusques et c'est quand elle ouvrit la porte d'entrée pour aller voir dans le jardin qu'elle entendit clairement un bruit de porte claqué. La sang pure fit demi tour et son coeur manqua un battement quand elle le vit devant la porte de son bureau. Espèce d'idiot.

    Elle effaça la distance qui les séparait pour le rejoindre et capturer ses lèvres sans un mot. Pas un bonjour, pas de petite discussion bateau, elle préféra l'attaque frontale et ne relâcha pas son étreinte pendant de longues secondes. Elle remarqua à peine les quelques éraflures qu'il avait sur le visage, se concentrant davantage sur ses mains qui l'entouraient et la sensation rugueuse de sa barbe alors qu'elle l'embrassait à répétition, ne lui laissant pas le loisir d'en placer une. Mais il y eut un moment où elle du se résoudre à l'abandonner, ne quittant tout de même pas son regard.

      « Joyeux anniversaire. »

    Les questions viendraient bien vite, pour le moment, il était préférable de se concentrer sur le positif.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 29 Nov 2011 - 19:55

    Heureusement que les médicomages de l’Ordre faisaient aussi bien leur boulot en dehors qu’à l’intérieur de Saint- Mangouste.
    Pendant un instant, langue collée au palet, son sang s’échappant d’un peu partout sur ses vêtements, un trou béant leur bloquant le passage jusqu’à la cheminée, il s’était cru fichu. D’ailleurs il s’en était fallu de tellement peu qu’il avait l’impression de sentir le roussit aujourd’hui encore, trois jours plus tard.
    Le fait qu’ils en aient réchappés tous les trois sans rien de plus que des blessures superficielles était un vrai foutu miracle. Enfin… superficielles… trois jours n’avaient pas été de trop pour se remettre de tout ça. Julian et Ethan en avaient eut besoin aussi. Pas forcément pour les mêmes raisons cela dit.
    Même s’ils en avaient miraculeusement réchappés, l’attaque en elle-même était un grand coup d’épée dans l’eau. Ils avaient fait sauter un manoir qui n’était rien d’autre qu’un manoir, le vrai QG des Ombres restait introuvable et ça n’était pas la belle et grande réussite dont leur avait parlé Wallas. Mais c’était une espèce de victoire tout de même pour Thomas. Affaiblir Kark et sa clique était une idée séduisante, mais l’idée de simplement mettre ses nerfs à vif le séduisait tout autant.
    Peu importe, tant qu’ils portaient un coup à Kark. Tout était bon à prendre, c’était sa vision des choses. Du moins s’en était-il persuadé pour le moment, malgré toutes les réticences éprouvées par Ethan.

    Tout cela n’arrangeait tout de même pas ses plans par rapport à Nora…
    Des semaines et des semaines ici à se morfondre sans que rien ne se passe et d’un coup tout arrivait en même temps. C’était toujours comme ça, il y avait simplement des périodes plus compliquées à gérer que d’autres et celle-ci en était très nettement une.
    Ils s’étaient réconciliés voilà quelques jours à peine, et n’avaient pas pu passer beaucoup de temps ensemble à cause de Poudlard.
    Et comme cette semaine avait été des plus ‘agitée’, il craignait la réaction de son épouse. Ils avaient échangé une lettre un peu creuse, juste parce qu’être en contacte était un sentiment rassurant, mais c’était aujourd’hui qu’elle revenait à la maison pour le week end et qu’ils se feraient face pour la première fois depuis qu’elle était de retour.
    Le sujet des factions était un sujet délicat entre eux, puisque leur dispute était encore toute fraiche, et il redoutait le moment ou il devrait parler de son implication dans ce qui s’était passé cette semaine.

    Moment qui allait apparemment arriver plus tôt que prévu car la voix de Nora venait de s’élever depuis le salon. Relevant la tête qu’il avait penchée sur le chat installé sur ses genoux, il lança un regard à l’horloge qui pendait au mur de son bureau puis esquissa un petit sourire. Son front tout de même plissé d’une espèce d’appréhension, il déplaça l’animal de ses genoux et se releva dans un grognement un peu raide.
    Les médicomages s’étaient chargés de ‘reboucher les trous’ et d’enlever tous les bouts de verres de sa peau, mais les courbatures, les estafilades et autres coupures étaient toujours là, même si en voie de guérison.

    Une fois dans le couloir ce fut pour la voir foncer vers lui. Il accueilli son étreinte et son baiser d’un faible rire mi surpris mi soulagé. C’était bon de la retrouver et de pouvoir sentir son odeur. C’était toujours dans ces moment-là qu’il prenait conscience d’à quelle point elle lui manquait. Il la laissa l’embrasser encore et encore, s’en délectant comme un gros chat qui ronronne avant qu’elle ne s’écarte.

    L’anniversaire ! En effet, c’était la période. Avec ce qui s’était passé cette semaine ça lui était un peu sortir de la tête. Ca n’empêchait absolument pas qu’ils fêtent la chose dignement, ils avaient tous le week end pour ça.

    « Tu m’as manqué, Madame Macnair » avoua-t-il en venant poser son front contre le sien.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 29 Nov 2011 - 21:37

    Elle adorait son sourire, elle ne pourrait se lever le matin que pour voir son sourire et l'entendre rire. Et c'était ce qu'il venait de faire en répondant à son étreinte. Ca voulait dire qu'il allait bien, qu'il était toujours lui, toujours maître de lui-même, son mari qu'elle aimait tant. L'entendre lui dire qu'elle lui avait manqué avant de coller son front au sien suffit à la faire chavirer de nouveau et sans vraiment comprendre ce qu'elle faisait, la sorcière repartit à l'assaut de ses lèvres en fermant les yeux pour profiter de cet instant qui serait loin de durer toujours. Après quelques secondes, elle s'immobilisa, gardant son visage aussi près possible du sien.

      « Tu m'as manqué aussi. J'ai eu peur, j'ai eu tellement peur. Je ne savais pas pour le Manoir Kark... »

    Bon et bien elle lançait le sujet sur la table sans avoir vraiment passé le cap des embrassades. Tant pis, elle ne tenait plus, elle avait besoin de savoir ce qu'il s'était passé. Les échos de sa faction n'étaient pas très positifs alors autant avoir la vision de l'Ordre.

      « Ils ont été très peu à y aller de ma faction, ils cherchaient Wilhemina et elle n'était pas là, il paraît qu'il y a eu des morts et quand on m'a dit que l'Ordre y était, j'ai su que tu y étais aussi et j'ai encore eu la peur de ma vie. Ils surveillent tous les hiboux, je pouvais même pas te demander comment ça allait sans attirer le soupçon sur nous deux. Et il n'y avait pas de sortie à Pré-Au-Lard alors j'ai même pas pu te voir. Je suis désolée ne pas avoir été là. »

    Nora passa une main sur sa joue rugueuse avec tendresse et déposa un dernier baiser sur ses lèvres avant de le prendre par la main et de l'attirer avec elle au salon pour se laisser tomber sur le sofa. Elle se sentait bien mieux maintenant qu'elle le savait à ses côtés. Vivre à Poudlard pendant la semaine était de la torture, elle avait envie de se coucher dans leur lit et de le sentir contre elle, elle voulait qu'ils mangent ensemble et qu'ils prennent le temps de recoller les morceaux même si cela ne semblait plus vraiment nécessaire. Il ne semblait pas y avoir de tensions entre eux, elle l'avait senti dans ses baisers. Et concernant les factions, elle comptait le jouer carte sur table sans jugement. C'était ainsi que les choses marcheraient.

      « Mais tu vas bien ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Certains parlent de fiasco à mi-voix, Caius a rameuté des troupes pour trouver Wilhemina chez son frère mais elle n'y était pas. Sa popularité chute rudement et il a des méthodes peu orthodoxes... un chasseur de dragons tu vois. D'ailleurs si Kark n'était pas élu et si je n'étais pas aussi bien placée sur sa liste noire, j'aurai lancé un appel à voté une loi contre la chasse. Tu sais que la population des Magyars à chuté terriblement l'année dernière ? C'est une catastrophe, leur peau pour des vêtements et les mettre en cage ou les attacher, cela me rend folle. Je préfèrerai qu'on pille notre compte à Gringotts que d'avoir un pauvre animal pour garder notre belle centaine de chandeliers de mariage... entre autres. »

    Cette pensée la fit sourire fortement et elle ne put s'empêcher de froncer son petit nez en pensant de nouveau aux pauvres animaux qui souffraient mais là n'était pas la question. La jeune femme tapota la théière qui trônait sur la petite table devant eux qui s'agita doucement avant de servir les deux tasses qui restaient inertes.

    Nora remonta ses pieds déchaussés sur le canapé et posa sa tête sur son coude sans quitter des yeux son mari à qui elle n'avait pas laissé le loisir d'en placer une. Le pauvre, c'était terrible quand elle s'emballait de la sorte, impossible de s'arrêter.

      « Bref... excuse moi, je suis fébrile. Tu veux me dire ce qu'il s'est passé ? »

    Elle voyait bien sur son visage qu'il avait prit des coups et s'il ne souhaitait pas lui en parler et passer à autre chose, et bien elle ferait avec. Mais elle souhaitait savoir ce qui lui était arrivé. Ce n'était pas réjouissant mais elle était inquiète.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Sam 3 Déc 2011 - 20:19


    C’était un peu le monde à l’envers. Nora qui s’excusait de ne pas avoir été là pour lui cette semaine alors que jusque là, Thomas s’était sentit coupable et s’était attendu à ce qu’elle désapprouve. Visiblement elle avait eut trop peur pour ça. D’un coté tant mieux pour lui, d’un autre il s’en voulait plus encore maintenant qu’il savait qu’elle s’était fait un sang d’encre. Il le savait déjà avant qu’elle ne le lui confie bien entendu, il la connaissait par cœur. Pourtant maintenant qu’il l’avait devant lui c’était une autre histoire. Contempler son visage inquiet, ses sourcils plissés d’appréhension, il préférait encore se battre contre les petits pantins malfaisants de Kark plutôt que d’être responsable de cette tête là !

    Il la suivit ensuite docilement jusqu’au salon, ou tout du moins s’y laissa trainer. Une fois assit, Thomas ouvrit la bouche à plusieurs reprises pour essayer de s’expliquer, de raconter ce qui s’était passé, ou au moins pour répondre aux quelques questions que Nora lui posaient, mais il finit par renoncer complètement et attendre sagement qu’elle ait vidé son sac.
    Si le sujet n’était pas aussi grave, il se serait sans douter laissé aller à rire, voir peut-être même, la moquer gentiment et la taquiner. Il se contenta pourtant d’un simple sourire un peu attendrit. Il était déjà bien content de ne pas se recevoir un savon, mieux valait laisser le dragon endormit…

    Surtout qu’en vérité il en apprenait pas mal avec ce que lui racontait sa femme. Lui apparaissait seulement maintenant, et très clairement, l’étrangeté de la situation concernant leur couple…
    Pourtant ça n’était pas comme si la chose était passée inaperçu pour lui ! Après tout c’est pour cette raison qu’ils s’étaient séparés durant des semaines : son appartenance à une faction « ennemie ».
    Et là d’un coup, Nora débarquait avec les échos qui se murmuraient de l’autre côté de la barrière et l’histoire qu’il avait lui-même vécut revêtait un tout autre aspect.
    Il s’étonnait aussi de la facilité avec la quelle elle lui divulgait certaines informations qu’il n’était pas sensé savoir du tout.
    Bien qu’en voyant débarquer Caïus en personne dans le Manoir Kark il s’était douté de quelque chose dans le genre, et ce que Julian lui avait rapporté de son désagréable tête-à-tête avec Higgs dans la penderie venait le prouver.

    Maintenant, lui-même était-il prêt à lui confier des informations qui ne concernant que l’Ordre du Phoenix ? Il éprouvait quelques réticences à en dire trop, même si au fond il avait toute confiance en Nora. Mais qui sait ce qui pouvait se passer ? Tout le monde savait qu’on pouvait arracher n’importe quoi à n’importe qui avec quelques petits doloris…

    « On a été envoyés là-bas pour mettre à sac le QG des Ombres » résuma-t-il d’un soupir désabusé avant de lever les yeux au ciel « sauf que… j’te le donne en mile : ça n’était pas le QG des Ombres. C’était juste son Manoir. Du coup ce cher Kark se retrouve à la rue mais ça n’est pas bien grave puisqu’il a toujours son QG. Je ne dirais pas que c’est un fiasco parce que je pense que c’est bien fait pour lui mais… on n’en n’est pas loin tout de même » avoua Thomas « En gros je t’ai fais peur pour pas grand-chose darling » sourit-il en coin tout en se rapprochant d’elle pour passer un bras dans son dos.

    Il déposa un baiser sur sa joue avant de prendre un air de baroudeur, un sourcil arqué et les paupières plissées il désigna sa jambe.

    « J’ai même reçu un coup de couteau tu sais. C’était terriblement dangereux et palpitant. Tu vas devoir t’occuper de moi tout le week end, me dorloter et faire absolument tout ce que je veux » badina Tom en venant perdre son nez dans le cou de sa femme « A commencer par ton pudding au chocolat. Quand c’est Neldo qui le fait il n’a pas l’même goût »

    Il élargit son sourire pour adopter l’air idiot qui collait à ses réclamations insolentes puis vint claquer des dents tout près de son oreille. Ca la faisait toujours glousser qu’il fasse ça, et il préférait nettement qu’elle glousse et sourit, et surtout qu’elle ait l’air heureuse, plutôt que de subir plus longtemps ses grands yeux bleus inquiets.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Sam 3 Déc 2011 - 22:33

    Elle avait écouté tout ce qu'il avait dit avec attention et s'était retenue de porter sa main à son cœur plus d'une fois. Non mais sérieusement ? Tout ça pour rien ? Juste une explosion ? L'Ordre aurait du être plus renseigné... et Caius aussi par la même occasion. Quelles bandes de bras cassés, du grand n'importe quoi.

    Si elle n'était ne serait-ce qu'un peu haut placée dans sa faction, elle aurait tenté de glisser quelques mots concernant une alliance parce qu'on pouvait toujours trouver des arrangements et qu'un mélange des deux face à Kark serait toujours meilleur à prendre. Mais avec Caius c'était peine perdue, autant tenter de faire passer sa loi concernant l'arrêt de la chasse aux dragons...

    Et bien entendu, quand la brune pensait en placer une, il avait commencé à être Thomas et présentement, elle gloussait comme une gamine en passant ses bras autour de son cou. Il avait réussi à la faire détourner de son objectif, elle avait été à deux doigts de détacher sa ceinture et de lui faire enlever son pantalon pour vérifier comment allait sa cuisse, là tout ce qu'elle voulait c'était l'embrasser et faire son pudding pour lui. Le pudding au chocolat d'anniversaire de mariage et ils devaient aussi (pour honorer la tradition) sortir la sacro-sainte première photo de l'heureux couple marié. Quelle horreur. Mais c'était la tradition.

    A moitié hilare, collée contre lui les bras autour de son cou, Nora ne put s'empêcher de l'embrasser une nouvelle fois avant de pointer sa baguette vers la cuisine sans murmurer un mot. Et le silence fut bien rapidement rompu par le bruit d'ustensiles divers qui prenaient vie. Maintenant, ça allait être à elle de jouer.

      « D'accord, je suis ton esclave ce week-end parce que je n'ai pas eu le temps de t'acheter ne serait-ce qu'une plume de busard grec pour écrire à ta femme la semaine – oui, je parle bien de moi – je comptais y aller maintenant mais j'ai préféré rentrer pour éviter que tu te morfondes sans moi... »

    La sang pure déposa un baiser sur sa joue avant de quitter sa place pour se précipiter vers la cuisine. Elle ouvrit rapidement les placards à la recherche des ingrédients qu'il fallait et ce fut pour son plus grand plaisir qu'elle trouva absolument tout ce dont 'elle avait besoin... classique. Nora clama un « Merci Neldo » de circonstance et se mit à rire quand un bouquet de roses rouges apparut sur sa gauche. Elle savait bien qu'il était dans le coin celui-la. Il se souvenait de la date et les laissait tranquille bien qu'il sache qu'il était toujours le bienvenue, surtout pour boire et manger en leur compagnie. Et surtout quand il n'était pas 16h.

      « Chéri, tu sortirais la photo ? »

    La directrice des serpentards imaginait parfaitement la tête qu'il devait tirer à ce moment là, s'il y avait bien une personne qui la haissait plus qu'elle, c'était lui. Peut-être qu'ils devraient abolir cette torture l'année suivante...

      « Et ensuite tu viens m'aider ? »

    Un tablier enfilé à la va vite alors qu'elle vidait de la farine dans un saladier où une cuillère remuait sans aucune aide, elle déposa bien vite le chocolat sur la casserole en cuivre posée sur le feu. Quand le sucre fut bien dosé, elle l'ajouta à la farine et fit de même avec tous les ingrédients sans se mélanger les pinceaux. S'il y avait bien une recette qu'elle assurait, c'était celle-ci... et les gigots d'agneau, et le ragout irlandais et le pain d'épices parce qu'elle adorait ça. Elle faisait même de superbes sculptures pour Noël qui étaient réputées dans la famille. Famille qu'elle ne verrait pas pour les fêtes et dont elle n'avait aucune nouvelle.

    C'était à cause de ce genre de pensées que son sourire s'évanouissait, tout n'était pas aussi simple qu'une recette de cuisine.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mer 7 Déc 2011 - 23:16

    Thomas avait accueilli les baisers de sa femme avec une délectation non feinte et un large sourire. Puis une fois qu’elle se fut levée pour gagner la cuisine, d’un grand soupir contenté il se laissa couler dans le divan, les deux bras et la tête sur le dossier, les pieds sur la table basse.
    Il tendit une oreille distraite aux bruits qui s’échappaient de la cuisine tout en profitant de la quiétude tranquille du moment.
    L’appréhension qu’il avait ressentit d’affronter Nora et ses inquiétudes, sa possible colère, l’avait empêché de s’impatienter comme il aurait du pour leur week end d’anniversaire. Maintenant que le sujet avait été abordé et réglé en un temps record, il pouvait enfin se réjouir comme il se devait de la soirée et des deux jours à venir.

    Sans compter que leur réconciliation ne datait que du week end précédent et qu’ils n’avaient pas encore put pleinement profiter de leurs retrouvailles.
    D’ailleurs, penser à cette période difficile ne fit qu’accroitre son sentiment d’intense soulagement actuel. Il leur avait fallu toute une période plutôt affreuse de crise et de séparation pour réussir à encaisser toute cette politique entre eux, mais la discussion qu’ils venaient d’avoir était la preuve qu’ils étaient bel et bien réconciliés. En ça, il ne regrettait pas l’escapade dans le Manoir Kark de cette semaine. Cette aventure lui permettait très ironiquement de se rassurer complètement à propos de son mariage et franchement, au point où ils en étaient tous, c’était toujours ça de prit.

    La voix de Nora le tira de ses pensées, et le sourire détendu qui flottait sur ses lèvres se mua en une moue d’étonnement sceptique.
    Il resta figé ainsi quelques secondes avant d’arquer un sourcil et de s’esclaffer. Se remettant précautionneusement sur ses jambes encore un peu trop raides à son goût, il traversa le salon pour s’accroupir devant une commode. Il ouvrit le dernier tiroir du meuble en question pour en extirper l’un des albums photos qui y était rangé.

    Tout en l’ouvrant, il revint lentement vers la cuisine, ses yeux clairs parcourant déjà les quelques premières photos de l’album. Ca commençait par le matin du mariage, juste avant la cérémonie. Des photos des invités et de la famille. Ca n’était qu’à la page cinq qu’on n’avait enfin droit à une photo d’eux deux juste après le « I do » fatidique, parce que même si c’était eux les mariés, ils n’avaient pas été les acteurs principaux de cette journée…
    C’était une photo hideuse d’ailleurs, où ils avaient l’air de deux petits sangs-purs sur-endimanchés et coincés, ce qui n’était pas très loin de la vérité à l’époque.

    Il s’esclaffa à nouveau et, l’album dans les mains, passa les bras autour de sa femme pour venir se coller à elle dans son dos. Il cala son menton au creux de son épaule et baissa son regard sur cet espèce d’étrange miroir du passé qu’il tenait devant eux.

    « On dirait une photo de moldu tellement on est rigide » marmonna-t-il d’un ton consterné juste avant d’être secoué d’un rire idiot « Nah ! On dirait une affiche publicitaire pour du laxatif. ‘Problème de bouchon ?’ » scanda-t-il d’une voix d’hôtesse avant de continuer à ricaner.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Ven 9 Déc 2011 - 13:09

      « Tu es stupide... »

    Nora ne put tout de même pas s'empêcher de pouffer de rire après sa superbe imitation de publicité pour laxatif. Quel idiot. C'était toujours le même refrain chaque année, exceptée l'année précédente. Elle avait passé sa soirée à boire après s'être enfermée dans sa chambre pour empêcher ses parents de la déranger. Il était mort et elle avait eu besoin de vivre ce moment à sa manière. Avec du pur feu, trop de pur feu. A ne pas retenter... jamais.

    En général ils s'offraient un cadeau stupide et se se goinfraient toute la soirée et une bonne partie de la nuit. Elle aimait acheter une très bonne bouteille de vin qui coutait les yeux de la tête pour la boire sur le sofa alors qu'il préférait son sacrosaint hydromel qu'il finissait rapidement pour ensuite se reporter sur sa bouteille à elle.

    Mais cette fois, vu la semaine qu'elle avait passé et bien elle n'avait rien préparé du tout. Pas de cadeau, pas de vin (bien qu'elle ait le temps d'aller en acheter une vu l'heure peu tardive) et aucun plat déjà préparé. La sang pure n'était pas une parfaite représentante de sa classe car elle travaillait, était incapable de produire un héritier aussi bien mâle que femelle et osait même avoir ses propres idées tout en voyageant aux quatre coins du monde. C'était probablement à cause de cette manière de vivre qu'on leur avait collé l'étiquette 'couple étrange' sur le front. Et personnellement, cela lui allait parfaitement.

    N'empêche qu'elle se sentait prise de court. C'était la vraie première fois qu'il passait une soirée pareille depuis son retour. Leurs deux anniversaires étaient passés à la trappe donc cette célébration aurait du être parfaite. Tu parles...

    Dans l'idéal elle aurait rédigé un menu qu'il aurait lu en diagonale, aurait rapidement redécoré la pièce juste pour marquer le coup... Et même si elle avait présentement des heures devant elle, elle se sentait coupable d'avoir envie de ne rien faire. Et comment avoir envie de bouger quand il était collé contre elle à l'enlacer en faisant des commentaires crétins sur leurs épousailles ?

      « Regarde toi comme tu as vieilli... Par contre je suis toujours aussi parfaite mise à part quelques petits kilos dont tu ne t'es jamais plaint. C'est fou comme ma robe est hideuse, même ça je n'ai pas pu choisir... enfin tu le sais, je répète ça à chaque fois... »

    L'irlandaise sourit largement avant de pivoter légèrement pour lui embrasser la joue et porter la cuillère en bois recouverte de chocolat à ses lèvres en pouffant de rire. Elle se sentait stupide quand il l'observait faire à manger parce qu'il ne savait rien faire de ses dix doigts et ne bougeait pas d'un pouce. Un vrai pacha déjà avant leur mariage, et elle n'avait pas franchement fait bouger les choses de manière drastique. C'était aussi à cause de Neldo ça... si seulement il l'avait écouté quand elle lui disait de laisser son ancien maître se débrouiller...

      « Et dis moi mon amour, mis à part du chocolat, tu veux manger quoi ? »

    L'ustensile encore recouvert de pâte à pudding vint s'écraser sur le nez puis la bouche du sang pur qui ne répliqua même pas quand son épouse se détacha de lui pour le fixer en riant à gorge déployée.

      « On arrête là, je suis désolée, c'était une simple blague... donc tu veux manger quoi ? »

    Calmant son hilarité, elle revint à sa place initiale non sans lui avoir d'abord léché le bout du nez. Ce week-end allait être un pur régal.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Lun 12 Déc 2011 - 22:15

    Il avait vu venir le coup quelques fractions de seconde avant d’entrer en collision avec la grande cuillère en bois recouverte de chocolat, mais ça n’avait pas été suffisant pour esquiver l’attaque. Il s’était contenté de plisser le nez et de fermer très fort les yeux, et de rester comme ça.
    L’album photo qui reposait encore dans ses mains se retrouva posé sur la table tandis qu’il poussait un long soupir à demi amusé.

    « Pfff et c’est moi qui suis stupide ? Bravo, quel culot... » blagua-t-il sans pour autant décrocher le moindre sourire « Tu es d’une douceur et d’une gentillesse inespérée ! Tu me dis que j’suis vieux et ensuite tu m’attaque avec ta cuillère. J’me sens rejeté tu sais. Tu m’oblige à choisir un plat excessivement compliqué ce soir, juste pour te compliquer la tâche » expliqua Thomas en se détournant pour faire quelques pas sur le côté.

    Il rejoignit l’évier et se rinça rapidement le visage (après avoir léché tout ce qu’il avait pu lécher évidemment) avant de l’essuyer rapidement sur la manche de son pull.
    Il dirigea à nouveau son regard clair sur son épouse qui continuait de touiller tranquillement dans sa casserole d’un air très satisfait d’elle-même. D’un index accusateur, il la pointa du doigt.

    « Et je te signal femme que c’est toi qui radote ! Ce qui veut dire que toi aussi tu vieillis, ne t’en déplaise »

    D’un air digne, il se dirigea vers la petite table centrale et y prit place, attirant l’album photo qu’il avait déposé la quelques instants auparavant. Il rouvrit la couverture et feuilla les mêmes photos qu’un peu plus tôt pour en revenir au point où elle l’avait interrompu avec ses pitreries.

    « Ah ! Regarde ça » s’esclaffa-t-il en désignant un cliché en particulier.

    La photo montrait les trois jeunes O’Broin, Nora assise, Cleo à ses côté, Keenan derrière la chaise. Ils avaient l’air raide comme des piquets et poussaient de gros soupirs d’ennuis. De temps en temps Cleo éternuait ou levait les yeux au ciel avant de croiser des bras boudeurs.

    « On dirait que tu as toute l’équipe des Canons de Chudley entre les deux fesses. Cleo à l’air du même avis que moi regarde les coups d’œil en coin qu’elle te lance. Cette petite est affligée ça se voit comme le nez de ta mère au milieu de sa figure de crapaud »

    Et avant qu’elle n’air put répliquer quoi que ce soit sur ce vil affront, il redressa la tête vers elle pour enchainer :

    « Oh ! Je sais ! Je veux manger un poulet rôti avec du riz et une sauce au cury » annonça-t-il d’un grand sourire innocent.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 13 Déc 2011 - 21:07

    La sang pure était habituée à encaisser tout ce que Thomas pouvait lui dire. Il était très bon pour tenter de la faire sortir de ses gonds et la taquiner plus ou moins fortement était un de ses passe temps favoris. Heureusement qu'elle avait une patience à toute épreuve, il y avait juste quelques petits trucs qu'il ne fallait pas attaquer et il le savait très bien. Pas touche à la famille. Surtout pas quand elle était en froid avec eux et qu'ils lui manquaient tous atrocement.

    Elle ne répondit rien, se contentant de calmer sa respiration alors qu'elle versait la pâte à gâteau dans le plat adéquat. Elle aimait faire tout cela manuellement, le goût était différent, c'était plus que certain. Et une fois cela fait, un léger tour de poignet suffit à ranger ce qui ne l'était pas quelques minutes plus tôt. Le temps que tout cela soit parfait, la jeune femme avait rendu son tablier. Pour de bon.

    Les quelques pas qui la séparait de la table centrale où siégait son mari furent bien vite avalés et c'est en prenant sa voix la plus snob qu'elle se pencha à son oreille pour déclamer une seule phrase.

      « Je n'avais absolument aucune envie de t'épouser mon amour, tu pardonneras donc la présence des Canons de Chudley dans mon postérieur... »

    Un baiser sur sa joue et un mi-sourire sur son visage parsemé de tâche de rousseurs et elle se détourna de lui pour se diriger dans le salon. Il l'avait bien mérité sur ce coup.

    Se dirigeant vers un des tiroirs du meuble en ébène près de leur aquarium vide qui regorgeait de vie des années plus tôt, Nora l'ouvrit pour en sortir sa vieille pipe et son tabac qu'elle n'avait pas utilisé depuis des lustres. S'il y a avait bien un soir où elle pouvait se faire ce petit plaisir, c'était celui-ci.

      « Neldo. J'ai besoin d'aide. »

    Leur elfe apparut bien vite, un air renfrogné sur le visage qu'il troqua bien vite pour quelque chose de plus joyeux en voyant sa pseudo maitresse allumer sa pipe à l'aide de sa baguette. Une longue première bouffée qui la fit tousser plus tard, la brune posa ses yeux clairs sur le petit être.

      « Thomas veut du poulet rôti avec une sauce au curry et quelque chose d'autre. Or, je n'ai plus aucune envie de le faire... tu n'aurais pas une envie incommensurable de cuisiner à tout hasard ? »

    Un fin sourire étira ses traits après qu'elle ait recraché de la fumée de nouveau. Elle espérait qu'il cède parce qu'elle n'en avait plus du tout envie. Et elle pouvait parfaitement se nourrir de pudding au chocolat car quand elle avait une crise d'envie de sucre, elle se laissait aller. Thomas connaissait très bien ses envies soudaines, quand elle était enceinte, il en avait vu de toutes les couleurs.

      « Mais du poulet et puis quoi d'autre ? »
      « Demande lui, il est juste là... »

    Nora l'indiqua d'une main molle avant de reporter son attention sur Neldo.

      « Peut-être qu'il ne répondra pas et dans ce cas il pourra demander A SA DRAGONNE DE MERE DE LUI FAIRE A MANGER ! »

    Peut-être qu'elle s'était un peu laissée aller avec le haussement de ton...
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 13 Déc 2011 - 22:25

    Ah ! Petite joueuse ! Thomas le lui aurait bien dit s’il n’avait pas eu peur de déclencher une tempête de neige et de feu à l’intérieur même de la maison. C’était elle qui avait commencé à le chercher et la bagarre s’arrêtait un rien trop vite à son goût cela dit ! Sous ses airs de glaçon qu’elle adorait se donner, il s’avérait qu’en vérité sa très chère et tendre épouse était effectivement aussi tendre que le flanc qu’elle lui préparait avec amour pour leur anniversaire. Il lui avait fallut quelques longs mois pour le réaliser après le mariage mais après avoir apprit à la connaître un peu mieux, il avait fini par comprendre que finalement, la couche de glace était plutôt fine et qu’il ne fallait pas gratter bien loin pour y percer un trou. Heureusement, elle était aussi pourvue d’une intransigeante dignité qui le préservait des scènes lorsqu’il allait trop loin et réussissait à la vexer comme c’était le cas maintenant.

    Par contre elle était passée experte dans l’art de la bouderie. Elle prenait ses grands airs et le snobait comme un va-nu-pieds pendant des jours parfois s’il le fallait. Du moins, si lui aussi jouait les têtus dans son coin et ne faisait pas un pas vers elle. Mais pour réchauffer la glace, il suffisait de se montrer un peu câlin, de la faire rire, et le tour était joué ! De toute façon c’était uniquement pour ça qu’elle se mettait à bouder, il en était persuadé. Pour qu’il vienne se faire pardonner et faire le gentil mari attentionné. Elle adorait ça ! Et pour pouvoir se réconcilier sur l’oreiller aussi, parce que ça faisait très longtemps que les Canons de Chudley avaient désertés son adorable petit postérieur galbé…

    Sans bouger de la cuisine, Thomas la laissa s’éloigner et regagner le salon puis écouta d’une oreille amusée tout l’échange avec Neldo. Il retenait son fou rire jusque là mais fut incapable de le faire taire en l’entendant crier. Il laissa son visage retomber sur l’album photo posé devant lui sur la table, hilare, et s’entoura de ses bras pour tenter d’étouffer sa voix. Rire trop fort c’était la possibilité de la vexer encore plus et mieux valait éviter apparemment.
    Lorsqu’il fut assez calmé pour redresser la tête, ce fut pour croiser le regard éteint et morne de Neldo qui l’observait sans esquisser le moindre mouvement, immobile, juste à côté de sa chaise.

    Thomas essuya rapidement les larmes de rires qui perçaient au coin de ses yeux, puis haussa une épaule l’air de dire ‘qu’est-ce que tu m’veux ?’.

    « Avec quoi le poulet au cury ? »
    « Ah oui ! Hum, avec du riz s’il te plait Neldo… si tu veux bien » articula-t-il en retenant quelques nouveaux ricanements.
    Après avoir levé les yeux au ciel d’un air affligé, l’elfe de maison acquiesça et se détourna pour tout naturellement se mettre au fourneau.
    « Oh quoi toi aussi tu boude ? C’était juste une toute petite blague ! »
    « Pas drôle »
    « Meuh si ! »
    « Non, pas drôle. Maîtresse Nora a plus vu sa famille depuis des semaines » répliqua Neldo à mi-voix pour ne pas être entendu ailleurs que dans la cuisine.

    La remarque suffit pour calmer radicalement l’hilarité de Thomas. A la place il poussa un long soupir contrarié. Il était tellement content que tout se passe bien avec Nora aujourd’hui qu’il en avait oublié tout le reste. Et comme la semaine avait été plutôt… mouvementée, cette dispute avec la famille lui était sortie de la tête.

    « Mwais c’est vrai qu’il y a cette histoire aussi » soupira-t-il avec agacement « Peut-être que c’est toi qui aurait du épouser Nora, hm ? T’y as pensé à ça ? »
    « Pas drôle » maugréa encore Neldo
    « Meuh si... » grinça Thomas avant de récupérer son album une fois de plus et de prendre la tangente.

    Il était reconnaissant à Neldo de lui avoir rafraichi la mémoire et en même temps il détestait qu’on lui mettre le nez dans sa propre bombabouse. Il rejoignit Nora dans le salon et la trouva assise dans le même divan qu’ils occupaient quelques instants plus tôt.

    « Serait-ce ta douce et tendre voix que j’entends s’élever depuis la cuisine mon amour ?! » en retrouvant son sourire et son air joyeux d’un claquement de doigt, une main sur l’oreille « Il me semblerait bien que derrière cet épais nuage de fumée se cache une espèce de sirène ensorcelante dont le chant mélodieux m’attire et m’hypnotise » vint-il lui grogner dans l’oreille « J’ai toujours trouvé ça très excitant que tu fume la pipe je te l’ai déjà dis ? » sourit-il avant de débarrasser délicatement sa nuque de quelques boucles brunes pour pouvoir y poser ses lèvres gourmandes.

    Il passa également une main dans son dos pour agripper ses hanches et l’attirer à lui. C’était quitte ou double, soit elle se laissait faire, soit elle continuait de bouder…
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mer 14 Déc 2011 - 13:06

    Heureusement que Neldo lui sauvait la vie encore une fois parce que l'envie de jouer à la parfaite épouse pour leur anniversaire de mariage s'était envolée. Normalement elle riait et ils s'amusaient comme des adolescents tout juste tombés amoureux mais cette année était différente. Les fois précédentes, leur monde n'était pas au bord du gouffre comme c'était le cas désormais. Ils n'étaient pas séparés toute la semaine et ne se disputaient pas en parlant politique. La donne avait changé mais la sang pure devait se rentrer dans le crâne que tant qu'ils étaient ensemble, il resterait tout de même un peu d'espoir.

    Il allait falloir qu'elle prenne sur elle et qu'elle se rende compte qu'il n'avait pas à subir ses états d'âme et ses sautes d'humeur. Elle avait fait ses choix, c'était elle qui s'était rendue dans le bureau de son père pour lui jeter des vérités horribles en pleine face, prenant bien soin de réfuter tout ce qu'il avait pu lui enseigner. Elle était allée très loin à cause de la détresse qu'elle ressentait après l'éviction de son propre foyer mais avec le recul, elle pensait tout ce qu'elle avait dit.

    Pourtant, vivre sans eux était une véritable torture. Elle se retenait d'envoyer le moindre hibou quand quelque chose d'amusant lui arrivait, se retenait tout juste de se rendre à la maison pour surprendre sa mère occupée à une activité futile qu'elle aimait tant. Et aucune invitation à prendre le thé avec son père ne s'était échappée de sa plume même si elle adorait l'avoir pour elle toute seule avant que Thomas ne rentre du Ministère... Ministère où il ne travaillait plus par ailleurs. Qu'en était-il de son père ? Avait-il été mit à pied lui aussi ? C'était peu probable, il était un homme extrêmement respectée à la Justice Magique mais de nos jours, rien n'était certain, tout basculait doucement et pas pour le meilleur.

    Sentant les lèvres de son mari dans son cou et ses mains sur ses hanches pour l'attirer contre lui, l'irlandaise ne put pas vraiment s'empêcher de sourire. Il savait tellement y faire, il n'était pas stupide comme elle l'avait dit un peu plus tôt, bien au contraire.

      « Oui oui je sais, tu le dis à chaque fois. Mais j'aime bien que tu me le dises. »

    La sorcière pencha légèrement la tête sur le côté pour lui faciliter la tâche dans ses embrassades si bien qu'elle ne pouvait pas arrêter ses frissons quand il atteignait des endroits bien sensibles, surtout sous son oreille. Tendant le bras vers la table basse, elle y déposa sa pipe et ferma les yeux en se laissant faire par l'expert qu'était son époux.

      « Je suis désolée, je ne pensais pas ce que j'ai dit. Enfin si, la partie sur ta mère je le pense un peu mais j'ai mes raisons. D'ailleurs s'ils font un repas de Noël, je resterai avec Neldo à la maison, je n'ai aucune envie de me forcer. »

    Déprimante, elle était en train de plomber l'ambiance et ce n'était pas du tout ce qu'elle avait voulu faire. Noël c'était chez ses parents avec tout le monde, c'était drôle et chaleureux. Une fois chez les Macnair l'avait traumatisé à vie. Hors de question de recommencer, à moins que...

      « Ou au contraire, on peut y aller et faire comme s'ils n'étaient pas là histoire de les mettre mal à l'aise. Ce serait drôle, tu adores faire ce genre de choses quand on est entouré de beau monde. »

    Thomas, un numéro à lui tout seul en société, impossible de compter le nombre de fois où elle avait enchainé les verres dans le seul but de ne pas se sentir mal à l'aise par sa faute. Mais pour le moment, tout ce qu'elle voulait c'était changer de sujet, ils devaient rire, pas se morfondre parce qu'elle avait des états d'âme. Il ne méritait pas ça après sa semaine car même si elle se sentait terriblement triste et soucieuse, elle n'avait pas le droit de détruire ce week-end.

      « Et avec un peu de chance, on pourra s'échapper dans la chambre de Brooke pour... jouer comme des grands. »

    Vengeance belle-soeur... vengeance.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Lun 19 Déc 2011 - 14:13

    Noël chez ses parents… s’il y avait bien une chose en ce bas monde à la quelle il n’avait strictement pas envie de penser c’était ça. Il y avait des millions de chose aux quelles il n’avait strictement aucune envie de penser en fait mais cette chose-là en faisait partie en tout cas.
    Passer les fêtes de fins d’années chez les Macnair c’était aussi amusant que de passer les fêtes de fins d’années dans un cimetière. Il avait apprit à détester noël et le nouvel an très tôt, quand il était encore tout jeune et se voyait obligé d’assister aux fêtes soporifiques de la famille.

    Heureusement, comme la mère de Julian était une Macnair, ils avaient pu apprendre à détester les fêtes ensemble. Puis plus tard, ils avaient essayés durant des années d’y échapper et d’obtenir l’autorisation de rester à Poudlard pour les vacances. Malheureusement on ne les avait jamais laissé faire. Ils avaient toujours été obligés de revenir pour subir ces interminables réunions de famille guindées et de passer les deux soirs de réveillon à se faire critiquer et emmerder par toutes les vieilles tantes décrépites qui croisaient leurs routes.

    La première fois qu’il s’était réellement amusé à Noël et pour le nouvel an c’était chez les O’Broin, la seconde année de leur mariage. Et ses deux parents avaient été odieusement froissés que Nora et lui choisissent d’aller en Irlande pour la semaine plutôt que chez eux. Et ils s’étaient froissés chaque années à partir de cette seconde année de mariage parce qu’ils étaient retournés au château O’Broin systématiquement. Thomas s’était sentit un peu coupable de laisser Julian se démerder tout seul mais une fois qu’on avait goûté à la chaleur des fêtes Irlandaises il était difficile de se résoudre à s’en passer.

    Pourtant cette année, vu comme c’était partit, il était fort possible que ça soit le cas. M’enfin un noël ici, dans l’intimité, juste tous les deux, pourquoi pas ?
    Quoi que tout n’était pas perdu concernant sa belle-famille. Il ne savait plus vraiment sur quel pied danser avec eux. Il ne savait plus vraiment comment les considérer.
    Les Macnair étaient des modérés eux aussi, pourtant ils restaient sa famille. Ils étaient odieux, imbuvables, sectaires et racistes et pourtant… pourtant il n’arrivait pas à faire autrement que de les aimer quand même. Il les détestait parfois c’était vrai aussi. Et en même temps lorsqu’il regardait sa mère, ou ses grandes sœurs, il ressentait cette espèce de tendresse particulière et unique, sans pouvoir s’en empêcher. C’était juste réellement plus fort que lui.

    Si c’était possible avec son affreuse famille, pourquoi n’était-ce pas possible avec les O’Broin, mille fois plus sympathiques et accueillants ?
    De toute façon il devait bien ça à Nora.

    La gardant tout près de lui mais s’écartant tout de même de son cou, il lui adressa un petit sourire indéchiffrable avant de déposer un bref baiser sur ses lèvres.

    « Evitons de faire des plans pour l’instant. On a encore le temps de voir venir »

    Il ne préférait pas promettre quoi que ce soit mais il avait bien son idée derrière la tête.
    Un de ces jours, il allait devoir croiser son beau-père pour qu’ils aient une petite discussion, et à partir de là, ils verraient bien de quoi l’avenir serait fait…

    « Pour le moment Noël est encore loin. Aujourd’hui c’est notre anniversaire… tu te souviens ? » Demanda-t-il d’un sourire joueur en venant frôler ses lèvres avec les siennes
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 20 Déc 2011 - 15:55

    Le temps de voir venir... oui et non. Si on passait outre les semaines à Poudlard et le week-end qu'elle leur devait une fois par mois, il ne restait pas vraiment de nombreux jours pour choisir ce qu'ils allaient faire. Et le week-end prochain, elle ne rentrerait même pas. Coup dur, deux semaines sans se croiser. Heureusement que les préparations de Noël approchaient et qu'elle allait surement devoir s'occuper de quelques élèves à chaperonner à Pré-Au-Lard. Et l'accent serait mit sur la nouvelle animalerie, bien entendu.

      « Bien sur que je sais... j'ai cette boule de culpabilité coincée entre mon cœur et ma gorge pour me rappeler que je n'ai aucun cadeau pour toi... »

    Elle en faisait des tonnes mais il aimait bien ça, en général il riait de la voir jouer à l'épouse éplorée se sentant coupable de la moindre chose allant de travers. Bien évidemment, la jeune femme aurait préféré avoir un cadeau tout aussi parfait que son pudding au chocolat que Neldo surveillait tel un maître pâtissier... mais ce serait pour plus tard.

    Peut-être une plante rare... ou un oeuf d'un animal quelconque acheté dans une sombre ruelle... Elle connaissait de plus en plus de monde et même des gens pas très fréquentables mais ils faisaient de très bons prix et possédaient de jolies petites surprises. On pouvait se retrouver avec un œuf de dragon en ayant payé pour quelque chose d'autre. Le bonheur des collectionneurs comme eux en quelque sorte.

    La sorcière se releva un très court instant pour remettre ses jupons en place et reprit place contre son mari tout en ouvrant l'album photo contenant les meilleures photos de leur mariage car bien entendu, il y en avait au moins le triple conservé ailleurs (probablement chez leurs parents).

      « Oh... regarde la tête de ton père ! On dirait que sourire risque de le tuer, et sa main sur ton épaule, on a l'impression que tu vas fondre. Et moi... j'ai juste l'air terrifié, le mouton au milieu des loups assoiffés de sang. C'est un peu vrai mais quand même... j'adore cette photo ! C'est la représentation parfaite de ce que ce mariage était pour moi. A l'époque... »

    Un sourire non feint sur les lèvres, Nora se retourna légèrement pour embrasser Thomas qui semblait lui aussi plongé dans de vieux souvenirs. Vieux... c'était un peu le cas, sept ans... ce n'était pas rien. Et ils auraient atteint la décennie de mariage avant ses trente ans. Niveau timing ils n'étaient pas trop mauvais.

    Si on supprimait Mervyn Kark du paysage et son enfermement à Poudlard, les choses seraient presque parfaites. Il ne manquait pas grand chose à leur bonheur et même sans cela, la sang pure était heureuse. Ce n'était pas rien !

      « Pourquoi on s'est jamais remarié ? On aurait du le faire quand on était en Islande en y réfléchissant bien, rien que nous deux et on l'aurait fait comme on le voulait, en le voulant réellement je veux dire. Notre mariage était atroce... si j'avais eu toute ma tête, j'aurai refusé ces chemins de table orange ! Orange !! Quelle idée ! Et dans ma robe j'avais l'air d'une meringue ensorcelée avec des chaussures... »

    C'est vrai qu'en y réfléchissant il y aurait tout à refaire de cette cérémonie.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 20 Déc 2011 - 19:00

    Un bras autour des fines épaules de la belle brune qui lui tenait chaud, Thomas étendit l’autre sur le dossier du divan où ils étaient confortablement installés. Il laissa son épouse tourner les pages de l’album dont elle s’était emparée et ses yeux clairs parcouraient les photos de leur mariage avec une espèce d’indifférence flegmatique. Contrairement à Nora, ces clichés l’amusaient presque. C’est vrai qu’ils avaient l’air d’une belle bande d’idiot et qu’au fond, aucuns sourires n’étaient sincères sur aucune des photos. En un sens c’était regrettable, et d’un autre côté… après tout c’était vieux, pourquoi s’en soucier alors qu’au final ils s’en étaient si bien sortit ?
    Aux yeux de Thomas ça n’était qu’une perte de temps et d’énergie. Il appréciait juste le fait de ressortir les photos une ou deux fois par an pour une occasion bien spéciale et les oublier totalement le reste de l’année. Ca s’appelait vivre dans l’instant présent, et il allait falloir que Nora s’y mette apparemment…

    « Aaahlala, darling, darling, darling » soupira-t-il d’un sourire tout en levant les yeux au ciel.

    Encore une fois, la preuve flagrante que Nora n’était absolument pas cette femme en acier qu’elle semblait être. Au contraire, elle était trop sensible. Pleine d’inquiétude et de questions. C’était en réalisant ce détail qu’il était tombé amoureux d’ailleurs. M’enfin pour l’heure, leurs inquiétudes allaient à l’avenir, pas au passé. Si le passé s’en mêlait aussi alors autant rendre son tablier tout de suite !

    « J’aurai du, on devrait, on aurait pu,… blablabla. On ne s’est jamais remarié parce qu’on avait mieux à faire. Voilà pourquoi. A quoi ça aurait servit hm ? C’est déjà fait alors basta. Ce n’était pas le plus fabuleux des mariages m’enfin… » admit-il avec de grands yeux et un regard entendu « … c’est le nôtre. Et avec le recule je trouve qu’on a été plutôt courageux. C’n’est pas un si mauvais souvenir que ça » fit remarquer Thomas avant de tourner lui-même une page de l’album « Enfin en tout cas pour moi, ça reste surtout le jour où je t’ai épousé »

    Il releva ses yeux bleus pour croiser ceux de la jeune femme. Envolé son air détaché, il lui adressa un sourire amoureux avant de se pencher vers elle pour déposer un bref baiser sur ses lèvres douces.
    Puis d’un claquement sec il referma l’album mariage et délaissa Nora pour se relever et traverser la pièce jusqu’à la commode où il avait trouvé l’objet. Il ouvrit le tiroir et y rangea celui qu’il avait dans les mains pour en agripper un autre. Celui de l’année qui suivait leur mariage. L’année où leur mariage avait commencé pour du vrai en réalité. Du moins entre eux.

    « Voilà qui sera plus distrayant ! » s’exclama-t-il avec bonne humeur avant de se laisser tomber à la renverse dans le divan pour venir poser sa tête sur les cuisses de Nora.

    Il ouvrit le second album sur son vente et ébaucha immédiatement un sourire.

    « J’oublie sans arrêt qu’on n’vivait pas ici au début. A chaque fois que je revois l’ancienne maison sur les photos j’me demande où on est. Ca c’est la fois où j’avais ramené l’Hippolux malade. Oooh et ça regarde c’est ma Paléothelyphonidae Florensis en pleine floraison. Très affectueuse pour une plante » commenta-t-il en tournant une nouvelle page « Ah ! Là ça devient carrément intéressant, c’est la première fois que tu m’as accompagnée en voyage. Han waw regarde comme je suis déjà bronzé en une seule journée ! »

    Sur le cliché, ils se tenaient l’un et l’autre par la taille, devant une maison au toit de paille, sur pilotis, qui trônait au dessus d’un fleuve bordé de jungle. Les cheveux de Nora étaient relevés en un chignon plein de boucle et elle tenait sur son épaule un petit parasol pour se prémunir du soleil qui dardait ses rayons cuisants. De son côté, Thomas, tout sourire, chassait de temps en temps un moustique, et saluait l’objectif entre deux regards complices avec la jolie brune qui lui tenait déjà compagnie à cette époque là.

    **

    « Et voilà ! » scanda fièrement Gerardo en décollant son œil globuleux de l’objectif « Très joli ! »

    Il parlait avec un accent fort et avait un sacré problème de conjugaison avec l’anglais mais c’était un sorcier très accueillant avec qui Thomas avait déjà travaillé quelques fois.
    Ils étaient arrivés chez lui la veille via Porte-au-loin, et il les avait hébergé chez lui pour leur première nuit au Pérou. La frontière Brésilienne étant toute proche, son épouse Federica qui en était originaire leur avait préparé un Churrasco et des beijinhos et ils avaient passé toute la nuit à déguster le Whisky pur feu typiquement Irlandais qu’ils avaient eux-mêmes ramené en cadeau.

    Ce matin, ils délaissaient le village natal de Gerardo, qui travaillait pour l’OIPAM, l’Organisation Internationale de Protection des Animaux Magiques, pour suivre la rivière et s’enfoncer en tête à tête dans la jungle luxuriante qui les séparaient du Brésil, en direction de la Sierra Divisor. Cette exubérance rocheuse était le lieu d’habitation des Aguacate Demonio, de minuscule batraciens magiques, cousines des Aguacate Peninsula qui n’étaient que de petites grenouilles normales et d’un bleu-vert très brillant.
    Contrairement à ce que l’on pouvait penser les Demonio n’avait absolument rien de démoniaque et était surnommée comme ça parce qu’il était impossible de les toucher à main nue sans se brûler très gravement. Raison pour la quelle cette espèce n’avait pas reçu toute l’attention qu’elle méritait dans le passé. Les deux Macnairs avaient néanmoins prévu tout ce qu’il fallait pour pouvoir étudier ses propriétés tranquillement et, pourquoi pas, en remmener une ou deux en Angleterre.

    « Merci Gerardo » sourit largement Thomas en se décollant de Nora pour reprendre son appareil photo « Et merci pour l’accueil, c’était très agréable »
    « Si ! » confirma chaleureusement l’autochtone en venant lui serrer la main, puis celle de Nora « Pas oublier, si problème, envoye une perroquet ! Entiende ? »
    « C’est comprit oui » rit Thomas avec une dernière tape amicale sur son épaule.

    Il laissa Nora faire ses adieux et descendit déjà sur la rive de la rivière pour décrocher la corde qui retenait leur embarcation au bout de bois sommaire qui servait de bite d’amarrage. Toutes leurs affaires y étaient déjà rangée (qui tenaient dans un seul et même petit sac à dos magique), ne manquait plus qu’à embarquer après cette dernière photo de la première étape de leur voyage.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mer 21 Déc 2011 - 19:43

    Le Pérou ! Elle était au Pérou avec Thomas ! Il avait suffit d'un simple portoloin et ils étaient arrivés bien loin en un rien de temps. Pourquoi ne faisaient-ils pas cela plus souvent ? C'était tout bonnement fantastique. Elle avait été effrayée par tant de nouveautés quand il lui avait parlé de son projet d'études et il ne lui avait pas fallu bien longtemps pour accepter. Comment lui refuser quoi que ce soit quand il l'embrassait tout en multipliant les arguments ?

    La sang pure avait du abandonner ses longues robes pour se contenter d'un pantalon plongé dans ses bottes et d'une chemise blanche près du corps. Marcher dans la jungle était une nouveauté pour elle mais il était certain que les robes ne feraient pas partie du voyage. Et il y avait aussi une autre chose assez étrange, Thomas lui avait dit qu'il n'était pas très enclin à se servir de sa baguette quand il voyageait... est-ce que cela voulait dire qu'il jouait au moldu ? Les réponses à ses questions viendraient bien assez vite.

    Et pour le moment, Nora était serrée contre la poitrine opulente de Federica qui lui avait fait promettre de revenir dès que possible avec ou sans Thomas. Elle avait tellement de choses à lui apprendre et surtout elle comptait la nourrir correctement... bien trop maigre la toute jeune irlandaise.

      « Il faudra qu'on revienne, j'ai juré à Federica qu'on repasserait l'année prochaine au plus tard...Et tu savais qu'il paraît qu'une espèce de dragons vit dans la jungle ? Elle m'a dit qu'ils étaient bien plus petits que la moyenne et qu'une personne les a vu avant de perdre l'esprit... J'aimerai bien donner notre nom à une espèce cachée depuis des siècles... »

    Refermant son ombrelle qu'elle jeta dans leur simili-pirogue, Nora passa ses bras autour du cou de son mari et l'embrassa quelques instants avec tendresse en fermant les yeux. Dès leur retour elle achèterait la plus belle plante qu'elle pourrait trouver à Londres pour remercier encore une fois ses parents d'avoir passé cet accord de mariage avec le clan Macnair, elle leur devait énormément et les remerciait silencieusement plusieurs fois par jour.

    Depuis que leurs problèmes semblaient bel et bien réglés, la jeune femme avait bien du mal à se lasser de rester au côté de son époux et devait aussi restreindre ses ardeurs. D'ailleurs, elle ne savait pas vraiment si ce qu'elle éprouvait et ce qu'elle voulait était normal. Il était répété et menacé que de partager le lit d'un sang mêlé ou pire, un sang de bourbe était fatal mais pour le reste, pas moyen de savoir ce qu'il fallait faire ou dire.

    Il fallait aussi à tout prix faire des héritiers mais cela mit de côté, est-ce qu'il était louable qu'ils passent autant de temps dans les bras l'un de l'autre ? C'était devenu son passe temps préféré en quelques courtes semaines mais qu'en diraient ses parents par exemple ? Mieux valait ne pas y penser et suivre le mouvement amorcé par Thomas.

    Thomas qui venait de lui attraper la main pour la faire monter dans l'embarcation avant de s'y asseoir juste après elle.

      « A nous les Demonios ! Et il faudrait qu'on essaie de trouver ce dragon, s'il se trouve qu'il est affectueux, on pourrait le ramener avec nous à la maison ! Mais ce serait étrange pour les voisins... En fait... il faudrait qu'on déménage dans un endroit vraiment à nous. »

    Plantant ses yeux clairs dans ceux tout aussi bleus de son amant, la brune passa une main sur son front pour essuyer les fines gouttes de sueurs qui s'y étaient crées.

      « Tu n'as jamais songé à vivre dans la campagne anglaise... ou en Irlande ? »
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 27 Déc 2011 - 19:52

    Autant d’enthousiasme c’était beau à voir. Lorsqu’il lui avait proposé de le suivre, elle avait tout d’abord eut l’air mitigé. Maintenant ça n’était plus le cas, elle semblait aussi excitée qu’une puce, peut-être même plus excitée que lui. La voir se passionner de la sorte lui arrachait un petit sourire attendrit tendit qu’elle s’installait dans leur embarcation.

    Ca lui rappelait les premières fois où lui-même avait mit un pied en dehors de leur petite île toute verte. Quelle impression magnifique et nouvelle, cette sensation de complète et totale liberté ! C’était à ce moment-là qu’il avait réalisé pleinement et consciemment à quel point la vie dans leur petit monde magique très fermé était pesante et pleine de barrières. Pleines de lois contraignantes, de préjugés oppressants et d’obligations inutiles et futiles.

    En comparaison à ce monde là, se retrouver isolé au cœur d’une jungle était grisant et libérateur. On se sentait plus vivant que jamais. Du moins c’était son cas à lui et il semblait qu’il en était de même pour Nora, ce qui était une excellente nouvelle et un point commun en plus.

    Car malgré les différences majeurs entre eux deux, ils n’étaient pas incompatibles du tout, ça ils l’avaient compris tous les deux et en jouissaient pleinement aujourd’hui. Thomas continuait d’apprendre à la connaître un peu plus chaque jour, mais il avait capté les grandes lignes de son caractère et plus le temps passaient plus il était facile de vivre avec elle. C’était une toute nouvelle dynamique et même s’il continuait d’avoir des vertiges en pensant que cet engagement était pour toute la vie, il y avait aussi une partie de lui qui commençait à très sincèrement y croire. Même à en avoir envie.

    Surtout avec une femme qui envisageait l’avenir avec un dragon dans le jardin. L’idée était totalement et complètement absurde, impossible et irréalisable mais c’était tout de même très drôle et mignon à entendre. Il n’eut même pas le cœur à la contredire et se contenta de rire un peu en acquiesçant.
    Entre temps, il s’était bien entendu saisit des rames et s’en était servit pour s’éloigner de la rive. Le courant assez fort de la rivière ferait le plus gros du travail, mais par simple plaisir, Thomas ramait tout de même, à son aise, sans se froisser un muscle.

    Après un dernier signe de la main à Gerardo et sa femme qui se détournèrent ensuite pour s’éloigner, il reporta son attention sur sa jeune épouse dont les boucles brunes luisaient de quelques jolis éclats dorés sous le soleil de plomb.

    « En Irlande ?! » s’étonna-t-il d’un sourire.

    Il haussa une épaule. A vrai dire il ne s’était même jamais posé la question. Il aimait voyager et vivre à l’étranger, mais il aimait aussi revenir chez lui. Maintenant, l’Irlande était comprit dans le tas lorsqu’il pensait à « chez lui ». Il considérait les deux îles comme une seule et même portion de terre.
    Chez lui, c’était surtout là où on parlait anglais et buvait du thé et du whisky. La description collait aussi bien à L’Ecosse qu’à l’Irlande où à l’Angleterre.

    « Je n’y ai jamais songé à vrai dire, mais… ma foi, pourquoi pas ? » nouveau haussement d’épaule un peu désinvolte « En vérité je crois que je m’en fiche un peu » avoua-t-il d’un sourire plus large encore « Pourquoi ? Tu veux déménager ? La maison ne te plaits pas ? » la questionna-t-elle tout en scrutant la rive opposée

    Puis délaissant les rames quelques instants, il plongea une main dans sa poche intérieur pour en sortir une carte des reliefs de la région ainsi que sa baguette. Un petit ‘pointe au nord’ lui indiqua la bonne direction, juste pour s’assurer qu’ils glissaient dans le bon sens de la rivière, en bons explorateurs du dimanche qu’ils étaient…
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Jeu 29 Déc 2011 - 16:46

    C'était plutôt encourageant de le voir comme ça et cette manière de répondre lui allait parfaitement. Elle s'était attendu à une réflexion autre que ça mais maintenant qu'il disait qu'il s'en fichait quelque peu, celui lui paraissait logique.

    Thomas n'était pas très attaché aux choses ou du moins pas de la même manière que les personnes qu'elle connaissait. Les mois passants, elle se rendait compte qu'il était un baroudeur appréciant tout de même d'avoir un chez soi et l'endroit de sa tanière lui importait peu tant qu'il y avait le principal : son lit, un jardin pour ses bêtes et peut-être elle-même. De son point de vue, il lui serait désormais inconcevable de vivre sans lui... restait à voir si cela était réciproque.

      « Ce n'est pas qu'elle ne me plaît pas. Comment te dire... »

    Nora fronça son petit nez alors qu'elle plongeait une main dans l'eau tout en s'allongeant un peu plus dans l'embarcation primitive.

      « Je ne l'ai pas choisie et toi non plus d'ailleurs. C'est une maison dont tu as hérité et moi à ta suite, ce que je voudrais trouver, c'est quelque chose pour nous trois et de toute manière quand on aura des enfants, il nous faudra plus grand... »

    Ses grands yeux bleus s'agrandirent sous la surprise de ce qu'elle venait de dire. Le fait qu'ils doivent avoir des enfants était la principale raison de leur union mais ils n'en avaient jamais véritablement parlé et c'était arrivé comme un cheveu sur la soupe. Son but était de les faire déménager pas de tomber enceinte.

      « En bref... il nous faudrait un coin de verdure, une maison qui nous plaise sans voisins pour nous dire quoi que ce soit et un grand jardin pour notre dragon... Et Neldo serait ravi, j'en suis certaine car il est déjà assez pour un départ dans un endroit plus éloigné de Londres. Je ne suis pas une citadine chéri, j'ai besoin de verdure et d'espace et de moins de détraqueurs dans mon espace vital. »

    Ces bêtes là restaient bien souvent près des grandes agglomérations, bien plus de victimes potentielles et de bonheur à dévorer. S'il y avait bien une chose qu'elle n'avait pas en accord avec le défunt Lord, c'était la mise en liberté de ces monstres. L'irlandaise les avait en horreur et ils lui faisaient froid dans le dos, comme la majorité de la population d'ailleurs.

    Donc partir dans la campagne, plus précisément en Irlande serait le meilleur des choix et ce n'était pas un problème pour aller au Ministère s'ils faisaient ce choix. Peut-être qu'ils obtiendraient une dérogation pour avoir leur cheminée raccrochée au réseau ou ce serait portoloin matin et soir. Tout simplement.

      « Tu imagines... plus de voisins, plus d'espace et un vrai endroit qui nous corresponde... »

    La sorcière changea de position pour s'avancer avec prudence jusqu'à son mari qui avait reprit sa pagaie en main tel l'expert qu'il n'était pas véritablement. Un sourire gourmand clairement affiché, la jeune femme se rapprocha de lui autant que possible pour lui susurrer à l'oreille.

      « Et on pourra baptiser absolument toutes les pièces de notre nouveau chez nous... »

    C'était osé mais depuis quelques temps elle osait bien plus de choses qu'elle n'aurait jamais imaginé de toute sa vie.

    Nora conclue sa phrases par un baiser langoureux qui fit légèrement tanguer l'embarcation et attendit une réponse.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Jeu 29 Déc 2011 - 21:29


    Des enfants ? Gloups. Au moment où elle avait dit ça, Thomas s’était même arrêté de ramer. Durant une petite seconde, il s’était figé, les yeux pleins d’étonnement, avant de se rendre compte que son attitude aurait pu être mal prise par Nora. Heureusement ce ne fut pas le cas et elle enchaina sur le sujet initial. Il avait de nouveau eu ce petit vertige caractéristique, le même qu’il y a quelques minutes. C’est vrai qu’en fait la chose coulait de source, c’était un peu le bute ultime de ce mariage. Quelques petits hérités, mâles si possible, avec le sang de deux très nobles et très anciennes familles. Vu comme ça, normal que cette situation lui donne le vertige. Elle aurait donné le vertige à n’importe qui de normal et d’un peu équilibré.

    Pourtant, même s’il débectait toujours le principe des mariages forcés comme le leur, même s’il avait plutôt mal vécut le sien, il fallait avouer qu’aujourd’hui les choses avaient beaucoup changées. Lorsqu’il mettait de côté ces histoires de sang-purs et qu’il regardait sa jeune et jolie épouse lui sourire sous le soleil brûlant du Pérou, effectivement, l’idée de lui faire quelques bébés revêtait soudain beaucoup plus de charme. Il aurait même pu en avoir vraiment envie s’il avait poussé la réflexion un peu plus loin, néanmoins il n’en n’arriva jamais là car sa jeune et jolie épouse en question ne lui laissa pas l’occasion de se concentrer plus longuement.

    L’argument d’un endroit vert et à leur image était bon, l’argument des Détraqueurs était excellent, l’argument du sexe était incontournable.
    Se désintéressant peu à peu de ses rames et même du décor splendide et luxuriant qui les entourait, Thomas laissa ses yeux délavés se faire absorber par le regard gourmand de la jeune femme. Dire qu’il y a une petite année à peine elle lui avait semblé frigide et coincée. Il avait fait d’elle un vrai monstre ! Elle le rendait fou lorsqu’elle faisait ce genre de chose et l’observait avec ces yeux là. C’était plus fort que lui, quand elle prenait cette expression un peu piquante ça lui donnait automatiquement des idées. Si elle ponctuait la chose d’un baiser comme celui là c’était juste fichu pour lui…
    D’ailleurs ça l’était.

    De quoi parlaient-ils encore ?
    Ah oui. Une maison, un déménagement. L’idée de devoir empaqueter toutes ses affaires et d’organiser un tel déplacement ne l’enchantait guère mais en même temps il était tout bonnement impossible qu’il lui dise non. Il n’aurait même pas été fichu de trouver le moindre argument contraire de toute façon.

    Lui adressant un large sourire un peu rêveur, il finit par soupirer pour reprendre un peu mieux le fil de ses pensées.

    « Hem… c’est effectivement une idée à retenir oui » finit-il par acquiescer en retenant juste à temps l’une des rames qui manqua presque de lui échapper « C’est vrai que je me suis installé là juste parce que c’était facile mais… l’Irlande, c’est une bonne idée. Une grande maison. Avec beaucoup de pièces » confirma-t-il avec grand sérieux, l’œil tout de même allumé d’une lueur de renard.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Lun 2 Jan 2012 - 20:58

    Une idée à retenir... en gros elle venait d'avoir gain de cause mais pour ne pas trop l'afficher, ils ne visiteraient pas qu'en Irlande, histoire qu'il ne se retourne pas contre elle dans un futur proche si leur choix s'avérait mauvais. Mais cela ne serait surement pas le cas car malgré toutes leurs différences qu'elle avait tout de suite pointé du doigt, ils se ressemblaient énormément.

    Grâce à lui, elle s'était découvert un bon nombre de talents ou plaisirs cachés. Cela allait des créatures magiques, aux plantes en passant par le sexe et un besoin irrémédiable de liberté, de faire les choses qu'elles voulaient sans se soucier des autres. De vrais révélations pour la sang pure qui avait toujours plus ou moins inconsciemment vécu pour faire la fierté de sa fille sans réellement penser à elle. La preuve en était, mis à part sa famille, elle n'avait pas réellement d'amis. Et s'en était toujours accommodé.

    C'était simplement qu'elle se rendait compte de tout cela depuis son mariage et remerciait encore une fois ses parents d'avoir fait un choix aussi parfait sans le savoir. Même si elle n'avait jamais vraiment cru aux grandes histoires d'amour qu'on pouvait entendre ou même encore lire, elle en était maintenant certaine. Thomas et elle étaient faits pour être ensemble, il était le seul homme qu'elle n'aimerait jamais, c'était une promesse muette qu'elle venait encore une fois de répéter alors qu'il la fixait.

      « Plein de pièces c'est promit. Il nous faudra au moins une grande bibliothèque, quatre chambres, un bureau, un très grand salon, une salle à manger et une très grande cuisine... que tu n'approcheras pas. »

    Un léger rire passa ses lèvres maintenant qu'elle imaginait ce à quoi il devait penser. Un vrai renard cet homme là.

      « Je jetterai un œil aux annonces en rentrant et tu n'auras rien à faire, juste visiter et signer pour leur donner libre service dans notre compte de Gringotts. En parlant de ça, je ne sais pas si je t'avais dit mais j'ai un compte à moi que mon père m'a ouvert quand je suis née, je ne suis pas aussi riche qu'une Lannister mais il y a de quoi acheter des petits quelques chose... et peut-être aussi une maison mais ça dépend de la location... »

    Son père lui avait pourtant dit de ne rien dire là dessus, pensant probablement qu'elle aurait à demander absolument tout le temps dès qu'elle souhaitait acheter quelque chose à son cher et tendre mari. En gros c'était un moyen détourné de rester maîtresse de ses dépenses et de continuer à faire ce qu'elle voulait. Mais après réflexion, il n'y avait juste pas besoin de lui cacher quoi que ce soit alors c'était sorti tout seul et peut-être qu'il en aurait besoin un jour. Qui pouvait prédire ce genre de choses quand il n'y avait pas de mediums dans leurs familles respectives ?

    Nora se tut tout de même un instant, en profitant pour regarder tout ce qui se passait autour d'eux en tentant de capter tous les sons alentours dont certains lui fichaient la chair de poule. Elle savait parfaitement ce qui se trouvait derrière ses arbres et même si elle était une sorcière tout cet inconnu était très impressionnant... et très excitant. Et ajoutez tout cela à son mari contre qui elle était toujours collée. C'était parfait.

      « Je t'aime. »

    L'irlandaise avait détourné son regard de la végétation pour planter ses yeux dans ceux de Thomas. C'était la première fois qu'elle disait ce genre de chose mais n'espérait rien en retour, simplement qu'il ne lui mente pas. Elle déposa un baiser sur ses lèvres dans un sourire et passa sa main dans l'eau fraîche du fleuve. Ils partiraient donc vivre en Irlande...
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Sam 7 Jan 2012 - 23:49

    Thomas n’était pas totalement dupe non plus. Il devinait aisément que sa très chère et tendre épouse menait aisément sa barque – sans mauvais jeu de mot puisqu’ils étaient effectivement dans une braque – pour obtenir ce dont elle avait le plus envie, à savoir : retourner vivre en Irlande. Elle n’avait pas été spécifique mais il commençait à la connaitre tout de même et sentait bien que c’est cette idée-là qui était entrain de germer sous sa tignasse de boucles brunes. Il savait bien qu’elle se montrait câline en partie pour lui faire passer la pilule. La vérité c’était surtout qu’il aurait dit oui à l’Irlande peu importe sa manière de le lui demander. Il se voyait mal lui refuser quoi que ce soit d’ailleurs, qu’elle se montre câline avec lui ou pas. Si jamais elle lui avait proposé d’aller vivre au bord du Mississipi dans une hutte ou au fin fond d’une rizière en Chine, il aurait probablement dit oui sans trop se poser de questions.

    C’était une question sur la quelle ses parents n’allaient pas être d’accord évidemment. Eux de leur côté, espérait plutôt qu’ils viennent carrément vivre au Manoir avec eux parce qu’il était le seul garçon et que la demeure familiale lui reviendrai dans un bon milliard d’années quand ses deux charognes de parents rendraient l’âme. Les Lannister aussi bien que les Macnair devenaient généralement d’increvables vieillards ce qui voulait dire une cohabitation de plusieurs décennies. C’était tout simplement hors de question, une question qui ne se posait même pas. N’empêche qu’ils allaient leurs casser les pieds quand même.

    Ca n’était pas cher payé cela dit, surtout lorsqu’il regardait la sublime jeune femme à côté de lui qui lui susurrait des je t’aime.
    Entre rendre heureuse une Vélane pareille, où ses deux parents austères et désagréables… décision vite prise !! Il était tout simplement conscient des problèmes que ça allait amener par la suite.

    D’un autre côté, les O’Broin seraient sûrement bien contents de leur décision. Il lui aurait d’ailleurs bien répondu à propos des O’Broin qu’ils n’étaient effectivement pas aussi riche qu’un Lannister, mais que lui si ! Et pour cause, sa mère en était une. C’était gentil de la part de son beau-père de mettre des gallions de côtés pour son aînée nouvellement mariée, mais Nora était plus à l’abri du besoin avec lui qu’avec eux. L’argent c’était – et de loin – le cadet de leurs soucis. Thomas était même plutôt du genre à ne plus bien savoir quoi en faire. Du coup, pourquoi ne pas les dépenser dans une maison ? L’idée était décidément plaisante.

    D’ailleurs ça n’était pas que l’idée qui lui semblait plaisante. C’était la vie toute entière en ce moment qui lui semblait plaisante. Il avait rarement eu l’impression d’être aussi bien dans sa peau que maintenant. Il avait surtout l’impression d’être enfin arrivé quelque part, d’être plus complet.
    Il réalisait également avec amusement qu’en réalité il était tout simplement entrain de se débarrasser des derniers relents d’adolescence qui lui restait encore, et ça faisait sacrément du bien.

    Il observa Nora quelques instants, le temps de se sentir chanceux, puis déposa un rapide baisé dans son cou avant de se remettre à pagayer plus énergiquement.
    Il confia même l’une des deux rames à la jeune femme et lui en expliqua le fonctionnement, la manière de diriger une embarcation de ce genre et le rythme à adopter pour ne pas trop se fatiguer.
    Ce qui était peine perdue sous cette chaleur et une petite heure plus tard déjà, le couple faisait une première halte sur la rive gauche.

    La barque solidement attachée au tronc d’un arbre aux racines barbotant dans l’eau, Thomas s’afférait déjà à faire un petit feu dans un recoin de terre sèche, histoire de chauffer l’eau pour le thé. Il agitait sa baguette devant le petit bois pour en faire augmenter les flammes et s’assit dans un soupir d’aise en observant sa jolie épouse sortir deux tasses du sac à dos où se trouvaient toutes leurs affaires.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Dim 8 Jan 2012 - 16:30

      « Accio tasses. »

    La baguette pointé sur le sac à dos ouvert, la sang pure patienta pas plus de deux secondes avant d'attraper les tasses au vol l'une après l'autre. Elle comptait aussi faire bouillir l'eau de leur théière d'un sort bien placé mais Thomas venait de faire... un feu. C'était plutôt original, en plus de ça il trichait totalement en attisant les flammes à coup de baguette. Mi-aventuriers... c'était tout à fait ce qu'ils étaient.

    La sang pure rejoint son mari en quelques enjambées et se laissa tomber à ses côtés après avoir vérifié qu'il n'y avait aucune créature dangereuse près d'eux. Même s'ils étaient des sorciers et que la vie était bien plus simple et d'une certaine manière moins dangereuse, l'irlandaise n'était pas certaine d'être ravie si elle tombait sur un serpent venimeux. Ou une grosse araignée... ou pire une chenille poilue toxique. Nora détestait les vers et autres trucs rampants, elle n'était pas facilement effrayée par quoi que ce soit mais ceux la pouvaient lui arracher quelques jolis frissons.

      « Tu triches... les moldus utilisent des allumettes et du papier pour éventer, j'ai lu ça dans un livre... »

    Elle sourit et l'embrassa tendrement sur la joue avant de se rapprocher encore de lui jusqu'à ce que leurs hanches se touchent et qu'elle puisse laisser tomber sa tête sur son épaule pour fermer les yeux quelques secondes.

    Les bruits autour d'eux étaient fascinants, tellement de nouveaux sons et son imagination s'était décuplée de manière drastique. Derrière chaque bruissement de feuille la sang pure s'imaginait un de ces animaux qu'elle avait vu dans les livres. Peut-être un scorpion mortel ou un jaguar furtif qui allait tenter de les dévorer. Dans ce cas ne leur resteraient plus que leurs réflexes pour se saisir de leurs baguettes et se protéger comme ils pouvaient.

    Et elle sursauta avec violence quand elle sentit quelque chose devant son visage alors qu'elle avait les yeux toujours fermés. A force de se monter la tête de la force, elle avait eu peur à cause de la tasse de thé fumante que Thomas tenait devant son nez. Son cœur à elle battait la chamade mais ça avait au moins le don de faire pouffer de rire son mari qui semblait ravi de la situation.

      « Je pensais juste à tout ce qui se trouve dans cette forêt, les jaguars et toutes les créatures venimeuses et même sans ça tu as les anacondas et les pythons qui peuvent nous étrangler si on perd notre baguette... Mais tu peux être certain que si cela t'arrive, je prendrai de très belles photos de toi mort étouffé ou empoisonné. »

    Tout en souriant, la jeune femme se saisit de sa tasse pour la porter à ses lèvres et en boire le vin breuvage. Il n'y avait pas tellement d'autres boissons meilleures que celle-ci. Le thé était une institution chez les anglo-saxons et eux deux ne faisaient pas exception à la règle. Qu'ils travaillent ou que ce soit le week-end, ils cessaient toujours toute activité à 10 et 16h chaque journée qui passait.

    Et même en vacances en Amérique du sud.

      « Je ferai juste quelques petits sorts de protection ce soir quand tu monteras la tente. Je m'en voudrai qu'il t'arrive quoi que ce soit. »

    Moqueuse... juste un peu. Et histoire de se faire pardonner, elle captura ses lèvres au goût de thé noir pendant quelques petites secondes avant de boire de nouveau dans sa propre tasse.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mar 10 Jan 2012 - 17:59

    Il n’y avait absolument pas tricherie mais Thomas se contenta de répondre à la jeune femme d’un simple sourire car il savait bien que c’était une boutade. Il n’essayait pas vraiment de jouer au moldu, du moins pas particulièrement. Il aimait juste pouvoir parfois faire les choses lui-même avec ses mains comme l’aurait fait un moldu. Mais ça n’avait rien à voir avec la magie en elle-même. Une chose n’était plaisante que si l’on s’en privait un peu parfois, le temps d’oublier comme il peut être si merveilleusement confortable d’être un sorcier. Ca n’était qu’ainsi qu’on pouvait se sentir chanceux de faire partie du monde magique. Si on ignorait comme il était difficile de faire les choses soit même comment pouvait-on pleinement apprécier sa baguette ?

    Thomas avait toujours trouvé qu’il manquait de travaux pratiques à Poudlard. Un cours où l’on apprendrait à faire les choses sans magie, au cas où. La baguette n’était jamais rien d’autre qu’un objet, puissant certes, mais que l’on pouvait perdre. Et un sorcier sans baguette et sans aucunes notions des gestes de survies moldus ne faisait pas long feu tout seul. Qui sait, peut-être que son entrainement lui sauverait la vie un jour ? En attendant c’était surtout très amusant de faire différemment que d’habitude.

    Et le temps qu’il sorte de ses pensées, l’eau pour le thé était chaude. Avec habitude, il versa le liquide fumant dans les deux tasses de voyages que Nora lui avait fourni. C’était une dynamique très différente d’être à deux pour un voyage. Tout seul il était beaucoup plus rapide, beaucoup plus furtif, très concentré. Cette fois-ci, l’atmosphère ressemblait plutôt à des vacances et c’était très plaisant ce rythme de promenade.

    Laissant échapper un petit rire, Thomas avala quelques menues gorgées de thé bien chaud avant de passer un bras autour des hanches de Nora. Il accueillit son baiser d’un sourire et termina d’une nouvelle gorgée avant de reprendre la parole.

    « Si ça peut te rassurer vas-y. Mais la tente était vendue avec un sort de repousse-insectes et de repousse-reptiles intégrés. Tant que je ne retrouve pas de mygale dans mon lit c’est le principal alors généralement je m’en contente sans rien ajouter »

    Bon évidemment ça ne l’avait pas protégé la fois où il s’était fait agressé par une bande de jeunes sangliers téméraires, ni la fois ou une bestiole inconnue et particulièrement grosse était venue renifler les abords de la tente, sans doute pour déterminer quel drôle d’animal pouvait bien vivre dans ce terrier bizarre. M’enfin pour tout ceux là (il y a MasterCard) il y avait la solution d’une bonne grosse buche dans le feu pour le faire tenir longtemps.
    D’ailleurs…

    « Je t’apprendrai à faire un feu ce soir si tu veux - avec un briquet, pas des allumettes ça fonctionne moins bien. Mis à part un bon petit sort c’est la meilleure protection et la plus efficace qui soit contre les carnivores et les bestioles venimeuses »

    Et elle n’avait pas intérêt à lui dire non parce que quoi qu’il en soit il adorait faire du feu sans magie et qu’elle le veuille ou pas, il allait tout lui expliquer en détail parce qu’il adorait ça, tout simplement.
    Il avait aussi prévu de lui montrer comment pécher, quelle fruit manger, quel coin choisir pour le campement et pourquoi, bref, tout ce qui le passionnait en somme, et qui n’intéressait généralement pas grand monde. Sauf elle, qui, depuis quelques mois, semblait passionnée par absolument tout ce qu’il pouvait bien raconter. Et il en avait, des choses à dire…

    « Un cobra m’a cherché des poux une fois en Egypte tiens, mais j’t’ai déjà raconté l’histoire il me semble »
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Ven 13 Jan 2012 - 18:53

    Faire du feu ? C'était assez spécial comme idée mais s'il le voulait vraiment et si cela leur permettait de partager encore des choses rien que tous les deux alors elle acceptait avec plaisir. Et à chaque fois qu'elle imaginait que ce qu'il avait à lui montrer était en réalité horriblement ennuyant et bien il s'avérait que c'était enrichissant et bien souvent amusant au plus haut point.

      « Bien sur que je sais pour le cobra et qu'il a tenté de t'attaquer mais tu as réussi à le mettre K.O rien qu'en le fixant car tu as les plus beaux yeux du monde. »

    Mi moqueuse, mi sérieuse. La jeune femme déposa une fois encore ses lèvres sur celles de son mari avant de boire de nouveau à sa tasse qui était bientôt vide. Ils n'avaient donc plus beaucoup de temps avant de reprendre leur route fluviale. Peut-être même qu'elle se laisserait tenter pour pagayer toute seule sans l'aide de Thomas. C'était à leurs risques et périls mais elle n'avait jamais été une gourde, plutôt le contraire même, elle était débrouillarde et le savait parfaitement. Ne manquait plus que lui l'apprenne car il était vrai qu'ils commençaient vraiment à se connaître depuis quelques mois et c'était la première fois qu'ils partaient en des sortes de vacances.

    Son père n'avait pas vraiment apprécié l'idée de la laisser suivre son époux aussi habitué soit-il de ce genre d'aventures. L'amérique du sud était pour sur une idée du Macnair. Pourquoi pas l'Irlande ou le Pays de Galles pour commencer en douceur ? Pas de serpents venimeux ou de félins mangeurs d'hommes et c'était le mieux pour sa fille, assurément.

    Mais le jeune homme savait très bien s'y prendre et après quelques paroles bien placées, tout s'était passé sans encombre avec le paternel O'Broin. Nora avait été très claire sur le sujet, elle se sentait incapable de partir si son père n'était pas totalement en accord avec ce choix là. Et vu la réaction qu'il avait eu après l'avoir écoutée, il était certain que ce serait la dernière fois que la jeune irlandaise lui demanderait son avis.

    Même s'ils étaient mariés depuis un peu plus d'une année désormais et qu'elle avait vingt ans à peine, il restait des petites choses pour lesquelles elle consultait ses parents et sachant qu'elle les voyait chaque semaine au moins une fois, ils savaient plus ou mois absolument tout ce qu'ils faisaient.

      « C'est aussi d'accord pour le feu mais je jetterai juste quelques petits sorts car je ne pense pas aux moustiques et autres petites grenouilles toxiques ou autres anacondas mais il y a des jaguars et encore d'autres grosses créatures inconnues tu vois ? Et je ne serai pas certaine d'avoir de fantastiques réflexes si on se fait attaquer en pleine nuit... Et tu as le sommeil lourd chéri alors on risque réellement de mourir. »

    Un sourire rassurant pour donner le change prit place sur ses lèvres même si elle parlait tout simplement de leur mort certaine si elle n'assurait pas leurs arrières à coups de sorts de protection.

      « Je sais que tu as voyagé des tonnes de fois seuls mais là peut-être que je vais nous attirer le mauvais oeil... Pas encore une morsure ou quoi que ce soit depuis la nuit dernière dans un endroit pareil, cela cache quelque chose très cher ami... »

    La journée se passerait bien, tant qu'elle voyait autour d'elle, Nora n'avait pas réellement de peurs mais la nuit serait différente. Elle n'allait pas fermer un oeil, il allait falloir que son mari la drogue ou qu'il la fatigue fortement.

      « Mais je te fais confiance bien entendu... »
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Mer 18 Jan 2012 - 16:54

    Le pire c’est que c’était vrai cette histoire de Cobra qui l’avait attaqué. Lui et le reptile s’étaient observés fixement, droit dans les yeux, durant d’atroces et interminables minutes. Ca lui avait paru durer des lustres et des lustres et n’en plus jamais finir. Jusqu’à ce qu’enfin, le serpent ne batte lentement en retraite et disparaisse…

    Il n’avait même pas eu à lui envoyer en sort, ça s’était passé sans heurts. Mais ça n’était pas parce qu’il avait les plus beaux yeux du monde cela dit, ça c’était la version de Nora. La vérité c’est que… eh bien il n’en savait rien, il ignorait comment se passaient les choses dans la tête d’un cobra. Il n’était pas fourchelangue en tout cas, de ça il était certain. Du calme, de la chance, énormément de soleil, bref, il s’en était sortit. C’était le principal.

    A écouter Nora ça ne serait pas si facile cette fois-ci. Parce que cette fois-ci, lorsque la nuit serait tombée, ils allaient mourir. Rien que ça. Et ça serait de sa faute en plus ! Parce qu’il avait le sommeil lourd – donnée absolument erronée mais bon, passons !

    « Bien entendu ! » reprit-il après elle tout en levant ses yeux au ciel, un vague sourire amusé aux lèvres « Tu sais, si un tigre entre dans la tente pour me grignoter une main, il y a de fortes chances pour que je me réveil. Surtout si de l’autre côté un anaconda est entrain d’avaler ma jambe. Sinon ça ne s’appel plus le sommeil, ça s’appel un coma et lorsqu’on est dans le coma on n’a rien à faire dans la jungle » conclut-il d’un haussement de sourcil très ‘cqfd’.

    Elle verrait bien elle-même cette nuit comment les choses se déroulaient en réalité, nul besoin d’argumenter avec elle à ce sujet. Le meilleur des enseignements était toujours l’expérience et le vécu !

    Il ingurgita ensuite quelques nouvelles gorgées de thé, et le goût soutenu et amer de la mixture lui donna envie d’un peu de tabac. Il farfouilla dans la petite sacoche passe-partout qui pendait à sa ceinture. Il y rangeait tous les petits objets usuels dont il avait besoin le plus fréquemment. Un peu de corde, un couteau Suisse, un mètre, une boussole, un briquet, une petite carte de la région, des mouchoirs, et l’une de ces minuscules gourde super pratique qui ne se vidaient jamais et qu’on pouvait ranger dans une poche (ils ne pourraient donc déjà pas mourir de soif, bonne nouvelle)
    C’était aussi là qu’il rangeait sa pipe, ainsi qu’un paquet de tabac. Une fois la pipe bourrée il coinça le bec entre ses lèvres et se saisit d’une des brindilles du feu pour l’allumer.

    Quelques bouffées et un long soupir d’aise plus tard, il s’installa un peu plus confortablement pour déguster la fin de sa tasse de thé.

    « On reprend la route dans 5 minutes, ça te conviens ? » questionna-t-il en fermant les yeux quelques instants.

    Il rouvrit cela dit presque aussi tôt un œil pour le poser sur sa femme.

    « Tu veux essayer au fait ? » en lui tendant sa pipe.

    A bien y réfléchir il ne l’avait encore jamais vu fumer. Puisqu’il l’avait emmenée pour élargir ses horizons, autant ne pas y aller de main morte et multiplier les découvertes !
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté Sam 21 Jan 2012 - 12:18

      « Essayer ? »

    La brune fronça les sourcils tout en tournant son visage vers lui pour tenter de comprendre ce qu'il tentait de lui faire essayer. Et mis à part le thé et la pipe, il n'y avait pas énormément de choix. Le thé était éliminé d'office car elle s'en remplissait le ventre depuis de nombreuses années déjà. Il voulait donc qu'elle fume. Idée assez idiote... quoique...

      « Qui te dit que je n'ai jamais essayé Sir Macnair ? »

    A la vue de ses traits franchement amusés, il n'y avait pas de doutes, il n'était pas dupe et commençait à vraiment bien la connaître. C'était une très bonne nouvelle sans l'être, cela signifiait que ses petits mensonges disséminés de temps en temps (rien de bien grave) passeraient de moins en moins.

      « Bon d'accord... j'avoue tout mais tu n'as pas le droit de rire si je m'étouffe avec ta fumée odorante ! »

    Elle savait qu'il n'allait pas cligner des yeux le temps qu'il faudrait pour voir comment elle s'y prendrait et quand il la lui tendit enfin et qu'elle la prit enfin entre ses doigts fins, elle avait passé et repassé le mode d'emploi de la chose au moins trois fois dans sa cervelle. C'était simple, il fallait juste aspirer et recracher.

    Mais ce ne fut pas si simple en fait. La fumée était bien plus dense et épaisse qu'elle l'avait imaginé et elle toussa une fois, rien qu'une avant de recracher tout la fumée qu'elle avait en bouche. Ses yeux piquèrent un petit instant si bien qu'elle les ferma en se concentrant doucement sur le goût qui lui prenait la gorge. Ce n'était pas désagréable du tout, au contraire même. Peut-être qu'elle s'y était mal prise alors elle retenta une nouvelle fois en prenant plus son temps et même si la fumée lui piquait de nouveau la gorge, elle ne toussa pas, se forçant à imiter Thomas dans ses moindres gestes.

    Elle continua son petit manège jusqu'à ce que son envie de tousser cesse et qu'elle sente sa tête lui tourner fortement, un peu comme quand elle se levait trop vite sans avoir bu ou manger quoi que ce soit pendant des heures. La sang pure tendit de nouveau l'objet à son très cher amant et se releva en douceur, le décor tanguant autour d'elle si bien qu'elle s'éloigna avec lenteur vers le bord de l'eau pour y tomber à genoux et passer un peu de liquide sur son visage qu'elle sentait brûlant.

    Le geste était agréable, la saveur était assez délectable mais trop vite et trop fort, cela la rendait malade. La prochaine fois elle se calmerait et apprendrait à faire les choses bien sans se précipiter. Ce qu'elle faisait la plupart du temps en fait.

      « Je vais bien... ça fait juste tourner la tête. »

    La sorcière ravala un reflux de son estomac et bascula avec légèreté pour se laisser tomber sur ses fesses. Peu lui importait à cet instant s'il y avait des petites bêtes pas loin, il fallait juste que son vertige se calme et il pourrait y aller.

    Cinq petites minutes...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Happy anniversary sweetheart ! Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2  Suivant

Happy anniversary sweetheart !
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations