Happy anniversary sweetheart ! - Page 2



 



Happy anniversary sweetheart !
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations
Aller à la page : Précédent  1, 2
Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Mar 24 Jan 2012 - 23:02


    Il avait bien été tenté de l’interrompre en la voyant tirer sur cette pipe, encore et encore une fois, mais finalement il ne l’avait pas fait. Oui c’était un peu sournois, mais en même temps, il lui avait bel et bien proposé « d’essayer » ! Pas de fumer tout le contenu de sa pipe à grandes bouffées et en moins de trente secondes ! Le temps qu’il se dise « non mais qu’est-ce qu’elle fabrique ? », sa jeune épouse en était déjà à sa troisième tentative, et elle tirait si fort sur cet engin que le tabac en rougeoyait et en crépitait copieusement. Autant la laisser aller jusqu’au bout du coup, elle verrait bien elle-même quels genre d’effets secondaires elle aurait à endurer pour les quelques petites minutes à venir.

    Il évita également de rire. Enfin de rire trop fort. Ses épaules se secouaient silencieusement, son nez retroussé pour éviter de faire le moindre bruit. De la où elle était, avec les yeux fermés de surcroit, Nora ne pouvait pas le voir et donc ne pouvait pas en souffrir ! S’il faisait ça dans son dos ça n’était pas vraiment de la moquerie, c’était logique.

    « Je vais bien... ça fait juste tourner la tête. »
    « Oui oui prend ton temps » répliqua-t-il d’un ton qu’il maitrisa le plus possible mais qui dérayait tout de même un peu dans l’hilarité parfois « Moi aussi tu sais ça m’a fait ça la première fois. J’m’en souviens encore, c’était dans le bureau de mon père au Manoir, avec Julian. Une réunion de famille quelconque. On s’est fait prendre parce que j’ai été malade…on devait avoir 7 ans » ajouta-t-il pour conclure.

    Et pour la taquiner surtout, oui oui. C’est sûr que la demoiselle avait de sérieuses lacunes dans certains domaines. On sentait qu’elle avait jusqu’ici passé sa vie cloîtré dans l’un ou l’autre château, le sien, ou à Poudlard, à bouquiner plus qu’autre chose.
    De temps en temps il aimait bien la faire mousser avec ça, mais pas trop souvent, il ne voulait pas se montrer blessant ou la diminuer non plus. Pas alors qu’elle commençait enfin à lui faire vraiment confiance.

    Du coup, il n’insista pas plus lourdement sur la chose et l’aida à se relever avant de rassembler rapidement leur affaire. Il éteignit le feu d’un sort, puis après un dernier baiser posé sur les lèvres de la jolie brune qui l’accompagnait, ils reprirent place à l’intérieur de leur embarcation pour continuer leur route le long du fleuve.

    Le soleil dardait ses rayons avec force et il leur fallu faire quatre haltes en tout, une première pour le repas de midi qu’ils avaient passé tout au bord de l’eau sur une splendide plage de galet plats où ils avaient observés de magnifiques spécimens de libellules. Une seconde fois pour prendre en photos de magnifiques rapides et quelques chutes d’eau paradisiaques. Une troisième fois pour le thé de 16 heures où toute une chorale de magnifiques perroquets colorés leur avait tenu compagnie, et enfin, une quatrième fois lorsque la lumière avait commencé à décliner.

    Ils étaient là dans un but bien précis, mais le temps n’était pas pour autant après eux. La route parcourue aujourd’hui lui avait semblée suffisante et la chaleur les avait tous les deux épuisés malgré qu’ils soient pour ainsi dire restés assis toute la journée.
    S’il avait été seul, certainement qu’il aurait continué d’avancer jusqu’à ce qu’il fasse presque nuit, mais il ne voulait pas mener une cadence trop dure à Nora qui n’avait encore jamais vécu ce genre d’expérience.

    Une fois l’embarcation sécurisée, ils s’étaient donc tous deux éloignés de la rive pour trouver un endroit satisfaisant ou planter leur tente. Thomas avait fini par se décider pour une petite clairière au pied d’un à-pic rocheux. Ils commencèrent par rassembler du bois morts et facile à ramasser et ils passèrent une heure au moins à discuter des différentes manières de faire du feu sans magie. Il sentait bien que Nora peinait à comprendre l’intérêt de s’embêter à le faire soit même lorsqu’un sort suffisait amplement et ne prenait pas plus d’une seconde, mais elle l’avait tout de même écouté avec attention. Peut-être finirait-elle par y prendre goût un jour, qui sait ?

    Le feu terminé, ne restait plus qu’à monter la tente, et cette fois la question ne se posait pas puisque c’était une tente magique et que c’était avec une baguette qu’il fallait l’installer.

    « Tu veux prendre une douche en premier ? » questionna le sorcier tandis qu’il étalait une longue couverture unie a l’entrée de la tente.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Mer 25 Jan 2012 - 19:18

    Elle avait vraiment tenter d'essayer de comprendre l'intérêt de faire du feu sans baguette. Nora avait répété absolument tous les gestes de son mari et avait plus ou moins réussi le passage dans le monde des sorciers connaissant les ficelles pour survivre sans baguette mais tout de même... c'était une idée loufoque.

    Ils n'allaient pas tomber dans une rivière et briser leurs deux baguettes et ils ne risquaient pas de tomber foudroyer par quelque chose de fou ou une guerre n'allait pas non plus éclater dans le coin. Mais c'était tout à son honneur de vouloir vivre différemment et elle y prenait goût ! Sans cela elle ne serait pas à ses côtés dans cette magnifique jungle emplie de dangers.

    Au moins ils avaient une vrai tente digne de ce nom, il n'avait pas lésiné sur l'objet qu'il avait monté en deux coups de baguette. Une vrai chambre avec un bon lit où ils pourraient se reposer – enfin lui, car elle ne dormirait surement pas – une belle cuisine savamment aménagée et tout ce qu'il fallait. Même une salle de bains.

    En parlant de ça, la jeune femme n'avait pas répondu tout de suite à son époux, préférant se lever légèrement sur la pointe des pieds pour venir l'embrasser avec douceur tout en passant ses mains sur son torse.

      « On peut y aller tous les deux... »

    Tout en disant ça, elle s'était mordillée la lèvre sans vraiment oser croiser son regard plus de quelques secondes d'affilée. Nora se doutait qu'il serait probablement d'accord avec son idée mais c'était juste son audace qu'elle avait encore du mal à affirmer totalement.

    Pour être honnête, elle avait eu envie qu'il la dévore toute crue plusieurs fois dans la journée. Du moins à partir de l'instant où son monde avait cessé de tourner et que son estomac soit calmé. La pipe avait un bon goût mais avec plus de parcimonie la prochaine fois. Hors de question de tirer dessus comme une écervelée. Cela avait été une bien belle leçon.

      « La journée a été longue et chaude alors ce serait mieux comme ça non ? Pas besoin d'attendre... et je pourrais te frotter le dos. »

    Sa touche d'humour l'avait un peu plus détendu et c'est sans cacher son envie qu'elle déboutonna avec lenteur les boutons de sa chemise parfaitement repassée malgré l'environnement et la journée passer à crapahuter sur leur embarquement plutôt rudimentaire.

    Cela avait été sa première et vraie journée d'aventurière et elle en était terriblement fière. Qui eut imaginé que la petite irlandaise au sang parfaitement pur depuis des centaines d'année aurait épousé un homme pareil désirant l'embarquer à lui lors de ses voyages ? Probablement personne et surtout pas elle.

    L'ayant presque débarrassé de sa chemise, elle s'attaqua à la sienne, ce qui changeait de ses habitudes vu qu'elle ne mettait que des robes depuis toute petite. Les pantalons et autres chemisiers n'étaient pas vraiment à son goût et elle ne trouvait pas cela élégant. Mais pour marcher dans ce pays, elle n'avait pas eu le choix.

    Mais une chose était sure : elle était raide dingue de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Dim 5 Fév 2012 - 0:37

    Il était encore tout à ses pensées : le feu, la tente, le bateau, la nourriture qu’il allait falloir préparer et cuir et le reste de leur itinéraire de demain, lorsque le tout s’envola aussi vite et aussi facilement qu’une plume après un petit coup de vent.
    Il avait simplement fallu pour cela que la jolie brune aux longues boucles aériennes glisse sa petite paire de main sur son torse pour qu’il en oublie jusqu’à la jungle qui les entouraient. Son air concentré de mec plongé dans ses pensées se détendit immédiatement pour un haussement de sourcil surprit, surtout séduit, et un petit sourire ravit.

    Et comment que ça serait mieux comme ça, là-dessus il est totalement d’accord avec elle !
    Il ne pense pas sur le coup qu’il faut quelqu’un pour entretenir le feu qui commence seulement à ressembler à quelque chose. Comment le pourrait-il alors qu’elle déboutonne sa chemise avec ce reflet plein de promesse au fond de ses grands yeux bleus ?
    Aucun homme normalement constitué n’aurait pu penser à l’entretien d’un stupide feu dans ce genre de conditions…

    Le temps qu’elle arrive au dernier bouton, c’est lui qui est déjà complètement en feu. Lorsqu’elle s’attaque à sa propre chemise c’est pire encore. Il se consume.
    L’air est lourd, chaud et moite, propice déjà, à donner ce genre d’idées sulfureuses aux gens. Du moins de son point de vue ! Maintenant c’est vrai que son esprit s’attardait souvent à ce genre de pensées, même lorsqu’il faisait moins cinq dehors…
    Mais bref ! Cette atmosphère bouillante, ce décor exotique et la chemise de son épouse ouverte sur sa peau pâle, c’était plutôt fort que lui, le reste passait à la trappe. Ne restait plus que les flammes pour lui dévorer le bas ventre.

    Tom ne se fatigue même pas à articuler la moindre réponse. C’est plutôt évident rien qu’en observant son regard presque avide et son expression de prédateur.
    D’ailleurs il grogne un sourire avant de se coller à la jeune femme et de capturer ses lèvres en un baiser profond. L’instant suivant, il saisit ses hanches fines pour la prendre dans ses bras.

    Un peu à tâtons, il se fraie un passage jusque dans la tente ombragée où la température est bien plus vivable. Le soleil y perce un peu vers l’avant mais le fond où se trouve le lit est plongé dans la pénombre fraiche, sous une moustiquaire immaculée. C’est plutôt là qu’il a envie d’aller s’allonger avec elle, mais il prend tout de même la direction de la microscopique salle de bain, dissimulée derrière un long rideau de perles de bois.
    Un cabinet et une douche c’est tout ce qui s’y trouve. Le temps qu’il s’immisce à l’intérieur de la cabine carrelée d’azure, il a déjà perdu la chemise et elle aussi.

    Quelques secondes de plus et le reste les rejoints sur le sol.
    Cela fait, sans hésitation il tourne le bouton qui actionne le jet d’eau… glacé, les trois premières secondes, ce qui les fige tous les deux et arrache un petit cri à Nora.
    Le reste se réchauffe doucement, jusqu’à atteindre une température parfaite, mais la pression n’est pas géniale.

    « J’avais oublié que ça faisait ça » rit-il ensuite, remit de son coup de froid « Il faut ouvrir l’eau avant de se mettre en dessous » lui précise-t-il tout de même, même si elle vient d’en faire les frais elle aussi…

    Puis d’un sourire énamouré, il se penche vers elle pour l’embrasser tendrement et reprendre où ils s’étaient arrêté deux secondes plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Lun 6 Fév 2012 - 13:14

    Nora répondit à son baiser avec entrain, encore sous le petit choc de l'eau glacé mais il suffisait qu'elle le regarde et tout allait mieux.

      « Je vois oui... »

    La brunette était encore étroitement collée à son mari à cause du réflexe de survie qui avait été de crier et trouver la chaleur là où elle était la plus proche. Et c'était Thomas bien entendu. Le corps encore traversé de quelques frissons intempestifs, elle repartit à l'assaut de ses lèvres pour oublier une fois pour toute cette petite interruption.

    Elle en oublia même l'endroit où ils se trouvaient et la dangerosité de tout ce qui se trouvait autour d'eux. Et cela ne lui venait même pas à l'esprit que leurs baguettes n'étaient pas à portée de main mais bien à l'extérieur de la douche, quelque part avec leurs vêtements en tas sur le sol de leur tente qui n'en était pas vraiment une.

    Quand il la serrait contre lui comme ça et qu'il la faisait glousser comme une petite fille, elle était juste incapable de penser correctement, trop obnubilé par ses mains et tout le reste. Jamais elle n'aurait pensé qu'aimer c'était aussi ça, un abandon total qui pouvait être terriblement effrayant. Mais une fois la confiance établie, il n'y avait même plus de questions à se poser et tout fonctionnait à merveille.

    C'est ainsi que se passait son mariage depuis que l'irlandaise avait apprit à lâcher du lest et à se laisser aller tout court. Il n'y avait rien qu'elle fasse qui soit réellement stupide et quand elle se sentait perdue (ce qui arrivait encore par moment), il suffisait qu'elle lui parle. En plus d'être son mari, il devenait doucement son confident et cela contribuait grandement à son bonheur présent.

      « Chéri... »

    Collée contre une des parois de leur minuscule douche, accueillant tout l'amour de son mari à coups de gémissements désorganisés, la sang pure stoppa tout mouvement avant de s'immobiliser totalement.

      « J'ai entendu un bruit... »

    Nora planta ses yeux bleus dans ceux de son époux et n'arriva pas à empêcher son sourire en voyant la manière dont il la regardait, à moitié agacé et à moitié totalement obnubilé par elle. Mais un nouveau bruit de feuillage à l'extérieur la força à regarder en direction de sortie de la tente.

      « T'as entendu ? »

    Apparemment non, car si elle était immobile, lui avait reprit ses activités comme si de rien était. Après tout, il avait surement raison, elle avait juste une peur bleue de l'endroit, enfin plutôt de ce qu'elle ne voyait pas. C'était déstabilisant mais cela ne lui occupa plus l'esprit bien longtemps, toute occupée à tenter de rendre à son époux la monnaie de sa pièce.

    Cette jungle leur donnait des ailes.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Jeu 9 Fév 2012 - 0:30

    « Hm ? »

    Quoi encore ?
    C’est tout ce que Thomas daigne répondre. Il a bien essayé d’écouter – du moins pendant environs trois secondes il avait plus ou moins tenté de le faire – mais c’était peine perdue.
    Pour sa défense : Elle faisait ce genre de choses sans arrêt. Sans arrêt, c’était à souligner. Ca n’était pas qu’il se fichait de ce qu’elle pouvait bien raconter et rien à voir non plus avec un quelconque manque de self control sur ses pulsions ou bien même de respect envers sa chaire et tendre…
    Pas du tout même.

    Nora avait juste la fâcheuse tendance d’aborder des sujets étranges et incongrus en plein milieu de leurs ébats. La dernière fois - la plus probante - s’était déroulée chez eux, dans la chambre, en plein câlin matinal vraiment sulfureux. D’un coup d’un seul elle s’était mise à parler de l’aménagement du bureau à cause du manque de place dans la bibliothèque. Ca l’avait coupé net… Il avait fallut qu’ils se disputent avant de pouvoir reprendre.

    Ca n’était qu’un exemple parmi tant d’autre et c’était surtout l’un des pires, mais ça expliquait aussi pourquoi il essayait tant bien que mal de développer une espèce d’imperméabilité à ce qu’elle pouvait bien raconter pendant l’action. Pour elle c’était facile, elle pouvait laisser son esprit vagabonder, mais pour lui ça n’était pas aussi simple, c’était lui qui faisait tout le boulot ! Si on venait le distraire et lui raconter n’importe quoi l’entreprise devenait ardue. Surtout dans cette position, dans une douche qui glisse, au beau milieu de la jungle. C’était purement et simplement du sabotage.

    Et pourtant elle insiste. Elle persiste et signe, elle à entendu quelque chose et revient à la charge, en lui tapotant l’épaule cette fois. Thomas lève les yeux au ciel et lui faire de nouveau face, émergeant à regret de ses fantasmes.

    « Quoi ? C’est normal d’entendre des bruits Nora on est dans la jungle ! » s’agace-t-il.

    Le regard qu’elle lui lance en dit long… S’il ne va pas voir elle retourne chez sa mère ou quelque chose comme ça…
    Thomas ne se cache pas pour exprimer son mécontentement. Il se recule et la délaisse avant de couper l’eau de la douche histoire de tendre l’oreille une bonne fois. Du coup il arrête de grogner et de maugréer et s’extirpe de la petite cabine pour capter plus finement les bruits provenant de l’extérieur.
    Mis à part le coulis de la rivière un peu plus loin, le bruissement des branches et des feuilles, quelques vagues cris d’oiseaux exotiques et lointains, ainsi que le crépitement rassurant du feu… absolument rien à signaler. Le calme plat.

    Il se tourne vers elle et lui fait signe qu’il n’entend rien tout en continuant d’écouter au cas où. Nora elle, lui fait signe d’aller jeter un œil. Il ne raffole pas de l’idée de sortir de la tente à poils, mais puisque Madame en avait décidé ainsi…
    Vite fait, il ramasse sa baguette et s’aventure prudemment vers la sortie. Pas qu’il soit pudique, et il sait qu’il n’y aura personne pour le voir, mais de là à se balader tout nu tout partout tranquillement, il y avait un monde ! On n’était pas élevé comme ça chez les Macnair…
    Mais bref, Thomas le fait quand même et s’extirpe de là pour lancer un regard circulaire sur leur camp.

    Stupéfaction…
    Thomas arque un sourcil.

    « Alors ça c’est cocasse darling… il y a un énorme cochon qui me regarde ! »

    C’est cocasse pour lui du moins, qui ne s’en inquiète pas plus que ça. D’ailleurs ‘cochon’, c’était pour minimiser et éviter d’inquiéter Nora. En réalité c’est un gargantuesque sanglier poilu qui sent mauvais et traine quatre ou cinq mouche dans son sillage…
    Il se tient là, immobile, à l’affut, de l’autre côté du feu, et le fixe de ses petits yeux noirs et brillant d’un peu de défis.

    « Ne sort pas ! Ca l’exciterait de te voir toute nue. Alors que moi, ça lui impose le respect »

    Il rit de son propre toupet.
    La bestiole était très grosse et aurait pu faire des dégâts, mais elle est seule et le feu la tenait éloignée. Un petit sort dans les fesses et on n’en parlait plus.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Sam 11 Fév 2012 - 22:59

    Il était en colère, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. La sang pure s'était attendue à ce qu'il refuse de sortir et se mette à lui expliquer une fois encore qu'elle tentait de détruire sa libido et que si elle n'en avait plus envie, il suffisait d'être claire. N'empêche qu'elle avait entendu un bruit autre qu'un simple bruit de feuillage de la jungle. Comme si elle ne savait pas qu'il y avait un bourdonnement constant dans cet endroit, cela faisait plusieurs heures qu'elle le parcourait et elle n'était pas stupide aux dernières nouvelles.

    Présentement, elle parlait d'un son particulier qui lui inspirait encore moins confiance que le reste et quand son mari l'abandonna pour sortir de la tente nu comme un ver... il aurait tout de même pu prendre le temps de passer une serviette autour de sa taille ! Si ses parents voyaient cela, il serait à parier que sa tendre maman irlandaise ferait un malaise même si elle expliquait calmement qu'ils tentaient de faire un héritier comme cela devait être le cas. Même si c'était un mensonge par ailleurs.

    Et elle avait été sortie de ses pensées par la voix de Thomas qui ne lui inspira pas franchement confiance. Lui trouvait cela cocasse et faisait des blagues stupides, elle en était plutôt terrifié. Comment pouvait-il rire face à un animal qui n'était surement pas heureux de trouver un homme nu sur son territoire. Bon... il fallait tout de même avouer que sa blague avait fait pouffer de rire son épouse qui n'attendit pas bien longtemps avant de se précipiter aussi vers la sortie.

    Thomas lui avait demandé expressément de ne pas bouger mais elle ne pouvait décemment pas rester immobile dans la douche à attendre qu'il se fasse embrocher ou qu'il tue l'animal. Et tout comme lui, elle attrapa sa baguette au passage sans prendre le temps de passer une serviette autour de sa poitrine.

    Ce fut bien vite le cadet de ses soucis quand elle vit la taille du petit cochon de son mari et par pur réflexe, la sang pure se colla au dos de son mari en frissonnant.

      « J'avais raison... »

    Et même s'ils n'étaient probablement pas en sécurité, cela faisait un bien fou de se l'entendre dire. N'empêche que l'animal était massif, vraiment très massif et surtout nauséabond et qu'il risquait de leur faire mal s'ils ne levaient pas leur baguette à temps.

    La première chose qui vint à l'idée de la jeune femme fut de passer ses bras autour des hanches de son époux pour plaquer ses mains sur la partie la plus sensible de son anatomie dans le seul but de le protéger. C'était assez stupide, elle devait l'admettre mais une petite particularité la fit rire de nouveau même si ce n'était pas du tout le moment.

      « Mes mains sont trop petites... »

    Nora cessa net quand elle vit l'animal bouger et plaqua ses lèvres sur l'épaule de son mari pour calmer l'hilarité qui menaçait de mettre leurs deux vies en danger bien qu'avec leurs baguettes il n'y avait pas trop de souci à se faire. La sienne était occupée sur l'avant du corps de son mari mais il avait surement plus de ressources qu'elle dans ce genre d'environnement.

      « Hum... il va nous attaquer ou il nous regarde juste pour le plaisir là... »
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 23:59

    Décidemment parfois, il y avait quelques connexions qui s’effectuaient dans le cerveau de Nora qu’il n’arrivait pas à comprendre. Elle jouait les adolescentes apeurée depuis leur arrivée mais lorsqu’une bestiole rôdait autour du camp et qu’il lui stipulait expressément de manière parfaitement intelligible de ne pas sortir de la tente, elle le faisait tout de même, et nue évidemment, juste histoire de se donner le grand frisson ! En réalité elle aimait ça se faire un peu peur. Il pouvait le comprendre il en était là aussi en même temps.

    Avec ça, son sens des priorités le laissait complètement perplexe… et l’endroit où elle venait fourrer ses mains – trop petites effectivement, ce qui méritait d’être souligné – n’était pas exactement l’endroit au quel il aurait pensé en premier.

    En règle générale, la situation tenait du grotesque.

    « Ce cochon va certainement détester absolument tous les anglais à partir de maintenant. J’espère que tu es fière de toi darling »

    Ca la fait pouffer dans son dos. Beh tiens ! Thomas commence à se demander si son numéro de demoiselle en détresse n’est pas une espèce de feinte pour qu’il joue au gros bras et la dorlote comme une petite princesse. Il ne perdait jamais de vue qu’elle avait été répartie chez les Serpentards après tout! Il fallait se méfier, il savait d’expérience qu’ils obtenaient toujours ce qu’ils voulaient, peu importe les moyens à employer. Et il savait aussi qu’elle adorait qu’il joue au Chevalier servant et que sous ses airs de gentille petite secrétaire se cachait le genre de demoiselle qui se pavanait nue devant de gros cochons poilus au beau milieu de la jungle Péruvienne, ses deux mains collées à…

    Le regard de Thomas s’arracha de l’animal pour se baisser sur son entre jambe et la baguette de son épouse qui lui semblait dangereusement placée par rapport à la partie fragile de son anatomie…

    « Evite de faire le moindre geste brusque… d’ailleurs, écarte-toi, comment veux-tu que je me concentre ? » tiqua Thomas à mi voix.

    Il l’incita à se reculer, lui lançant par la même occasion un regard mi amusé mi moralisateur, avant d’a nouveau lorgner du côté du sanglier.
    Celui-ci remuait la terre et l’humus de son imposant groin dégoulinant sans trop se soucier de leur présence. Il se contentait en gros de les prendre pour des idiots et de prendre un air détaché en songeant qu’ils finiraient bien par retourner dans la tente et lui laisser ainsi le loisir de fouiller dans leurs affaires et de retourner le campement.
    Et bien désolé Piggy mais l’on n’était pas aussi idiot dans la famille Macnair !

    « Accio appareil photo » lança Thomas avant de tendre la main pour y accueillir l’objet en question.

    Immortaliser l’instant avant de le faire fuir d’une pichenette magique dans les fesses, et ils pourraient reprendre leur activité là où ils l’avaient laissée. Le jeune sorcier colla l’appareil à son œil avant de faire pression sur le déclencheur. Un flash de lumière crue inonda la scène l’espace de quelques instants…


    **


    « Ahah ! Par Merlin j’avais totalement oublié l’épisode du cochon. On était tout nus à ce moment là, tu t’souviens ? »

    Il ricane et observe le cliché où l’on voit un énorme sanglier sursauter, braquer sur eux ses deux petits yeux porcins et noirs, avant de foncer en avant. Après ça le cadre flanche et l’appareille tombe par terre...
    Le bon vieux temps.


Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 14:02

    Ils avaient épluché de nombreux albums avant qu'ils décident de faire quelque chose d'un peu plus constructif. Sa mauvaise humeur envolée comme par magie, la jeune femme relaya Neldo dans la cuisine, pas très fière de lui avoir tout mit sur le dos de la sorte.

    Par contre, voir Thomas avachi sur le canapé avait réussi à lui redonner l'envie d'avoir sa bouteille de vin. C'était donc à grand renfort d'embrassades et de promesses au creux de son oreille qu'elle avait réussi à le faire décoller pour aller dans la boutique qu'il souhaitait tant qu'il faisait un bon choix qui leur plairait à tous les deux. Autant ne pas se leurrer, il allait autant boire de SA bouteille qu'elle le ferait elle même. C'était toujours le cas.

    Ils avaient mangé tous les deux à la lueur des chandelles en se remémorant de vieilles histoires, tout en faisant bien attention à ne pas parler de faction ou de guerre. Tout était parfait dans le meilleur des mondes pour cette soirée. Ils avaient le droit de respirer comme tout le monde et d'oublier pour une soirée que tout ne tenait plus qu'à un fil.

    Et une fois repus, ils avaient rejoint leur canapé après avoir sorti pipes et autres cigarettes qu'ils consommeraient en quantité, spécialement cette année. Sans oublier leurs verres et alcools respectifs qui ne seraient plus au petit matin... Nora le savait parfaitement.

    L'irlandaise s'était laissée tomber à côté de son anglais de mari avant de trinquer une première fois à ses sept longues années passées ensemble, tout en espérant qu'il y en ait encore de nombreuses... sans trop d'accrocs. Et les premiers verres avaient été descendus rapidement au fur et à mesure que la pièce s'emplissaient de fumée. Et plus les minutes passaient et plus la sang pure était enthousiaste et de bonne humeur. Il ne lui avait fallu que deux petites heures pour être parfaitement hilare et dépourvue de bouteille de vin français... vide.

      « Je suis ivre mon amour... »

    La sorcière avait planté un baiser sur la joue de son amant tout en se rapprochant de lui le plus possible. Il avait surement tout vu venir mais vu l'expression qu'il arborait, il ne devait surement pas être loin du même état qu'elle surtout qu'il avait bu très vite comparé à son habitude, au moins il ne pourrait pas se moquer d'elle... ou ce serait réciproque.

      « Tu te souviens de la première fois que tu m'as vu ivre ? »

    Il hocha la tête doucement, ses lèvres s'étirant doucement dans un sourire.

      « Ah tu vois... et bien on s'en fiche, ce que je veux savoir – et je connais déjà la réponse – c'est si tu te souviens précisément de ce qu'on a fait dans ma chambre... »

    Un rire qu'elle n'avait que rarement résonna dans la pièce alors qu'elle se hissait sur les genoux de Thomas en prenant bien soin de relever sa longue robe sur ses cuisses. Puis elle n'ajouta plus rien se jetant avec envie sur les lèvres du pauvre homme qui faillit en lâcher son verre mais qui ne tarda pas à répondre à son baiser. Ses petites mains partirent automatiquement à l'attaque des boutons de sa chemise alors que son coeur s'emballait terriblement, l'excitation la rendant fébrile.

      « Détache ma robe chéri. »
      « Est-ce que je peux aider ? »

    Nora avait sursauté comme jamais, se retournant pour fixer leur elfe de maison, ses yeux moqueurs plantés sur eux alors qu'il tournait la page de l'ouvrage qu'il était en train de parcourir. Elle l'avait oublié celui la...
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Sam 25 Fév 2012 - 22:21

    Thomas du se pencher de quelques degrés sur le côté pour poser ses yeux bleus sur la petite silhouette efflanquée studieusement installée dans le divan qui lui faisait face. De là où il était, le sorcier ne voyait dépasser de derrière le livre qu’une grande paire d’yeux globuleux au reflet à la fois malicieux mais placide, quelques longs doigts décharnés et une paire de longs pieds pointus. Cocasse.
    Le torse déjà à l’air, Thomas se contenta d’abord de rire, ses épaules secouées de quelques gloussements silencieux. Nora échangea d’ailleurs un regard amusé avec lui avant qu’il ne lève les yeux au ciel et ne se penche à nouveau pour s’adresse à leur elfe de maison.

    « Je crois que ça ira Neldo, je vais m’en sortir tout seul merci… tu peux… tu peux y aller » lui assura Tom en essayant tant bien que mal de garder un visage impassible.
    « Fort bien » consentit l’elfe avant de refermer son livre dans un ‘paf’ et de disparaitre dans un ‘plop’.

    Thomas se permit donc de rire plus franchement maintenant que la petite sensibilité de leur colocataire n’était plus dans les parages. C’est qu’il était susceptible et irascible le bougre, lorsqu’il s’y mettait. Et plus les années passaient plus ça devenait marqué. Logique après tout puisque cela ferait bientôt 12 ans qu’il était elfe libre. Il avait eut tout le temps nécessaire pour se développer une personnalité à la fois délicieuse et exécrable, à l’image de son « maître » comme le lui avait déjà fait remarquer Nora par le passé…
    Ils avaient grandit ensemble ça n’avait rien d’étonnant après tout.

    « Bien ! Où en étions-nous ? » soupira Thomas d’un très large sourire gourmant.

    Il n’y avait jamais rien de plus plaisant que lorsqu’elle prenait les devants en lui grimpant dessus de cette manière, ça avait le chic de le rendre fou en moins de temps qu’il ne fallait pour transplaner. Il se souvenait effectivement très clairement de la première fois où elle s’était retrouvée dans cette position. Un souvenir inoubliable et mémorable malgré l’alcool.

    « Ah oui j’me souviens… » d’un ton plein de promesses tout en passant ses mains le long des cuisses de sa compagne.

    Puis se redressant doucement pour venir se coller à elle et embrasser sa nuque, il prit soin de dégrafer les attaches de sa robe une à une avant de découvrir son dos pâle et clairsemé de tâches de rousseur d’un joli brun clair. Il y fit courir doucement ses doigts pour lui arracher quelques frissons d’un sourire coquin avant de se réinstaller plus profondément dans son fauteuil pour l’observer faire le reste.

    Elle préféra le torturer encore un peu plus longtemps en se concentrant plutôt de nouveau sur sa chemise à lui qu’elle termina d’ouvrir. Se faisant, l’une des bretelles de sa robe s’était affaissée le long de son épaule ce qui laissait apparente quelques petits centimètres de chaire tendre qu’il lui tardait de pouvoir dévorer. Il fit d’ailleurs remonter son doigt le long de son bras pour venir tirer sur cette bretelle qui lui faisait envie pour l’attirer à lui.

    Il accueillit ses lèvres sur les siens d’un long grognement de plaisir, laissant ses mains s’attarder de nouveau sur ses cuisses pour en relever toujours un peu plus les jupons.




Dernière édition par Thomas A. Macnair le Ven 2 Mar 2012 - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Dim 26 Fév 2012 - 12:17

    Il suffisait de quelques étreintes, de baisers passionnés, de caresses loin d'être chastes et ils s'enflammaient comme des torches plongées dans de l'huile. Il avait fallu du temps pour qu'ils s'apprivoisent et laisse tomber les barrières mais une fois arrivés à ce stade, ils n'avaient plus jamais fait marche arrière. Et jamais Nora ne l'avait arrêté volontairement... du moins jusqu'à ce soir.

      « Tu as déjà songé à vendre Neldo chéri ? »

    Sa question avait eu le mérite de lui faire cesser tout mouvement de main sur ses cuisses et lui faire planter son regard dans le sien. Ce n'était pas par pure envie qu'elle les torturait de la sorte, il fallait juste que ce moment s'imprime dans sa mémoire. Pour toujours.

      « Non ? Et bien moi non plus mais c'était jusqu'à ce que je me penche sur l'état de nos finances le week-end dernier... Tu savais qu'un leprechaun avait mit la main sur la moitié de notre fortune ? Et savais-tu, Ô homme de ma vie, que ce leprechaun s'appelait Thomas Alastor Macnair ? »

    Vu son regard, il commençait à comprendre ce qui lui tombait sur le coin de la figure. Il y avait eu rupture brutale et séparation, c'était un fait. Et tous deux en avaient souffert énormément, les forçant à boire plus que de raison, se morfondre et maudire l'univers. La sang pure s'était contentée de boire quand elle n'avait aucune grosses responsabilité sur le dos et à pleurer tout son saoul quand elle se retrouvait seul.

    Mais Thomas, lui, avait carrément racheté un commerce, qu'il avait bien entendu tout refait et vu qu'il s'agissait d'une animalerie, il avait du se fournir en marchandises vivantes. En bref, il s'était servi chez Gringotts comme à son habitude mais cette fois il n'y avait pas eu de brune amoureuse pour lui dire de cesser sa folie. En gros, il avait utilisé une jolie petite moitié de ce qu'ils avaient... et lui était à moitié Lannister, bon à préciser.

    Ils n'étaient pas ruinés, pouvait aisément subvenir à leurs besoins avec ce qu'ils avaient. Mais tout de même ! Comment s'était-il débrouillé pour que tout soit aussi cher ? Il était un vrai gamin avec une ressource pécuniaire presque illimitée et il se servait sans se poser plus de question. L'irlandaise s'était retenue de hurler et de lui mettre le nez dans les comptes mais quelque chose d'autre avait du lui traverser l'esprit et tout cela s'était envolé. Jusque maintenant.

      « La moitié Thomas ! La moitié !! »

    Comme elle se sentait soudainement sobre.

      « Est-ce que tu te rends compte ? Tu ne dépenses plus rien tant que tu n'as pas un retour sur investissement, à cette vitesse, d'ici neuf mois nous serons ruiné ! Ruiné ! Et ne compte pas sur moi pour demander quoi que ce soit à mon père. Et je préfère m'étouffer que parler à tes parents de problèmes d'argent. Tu vois ? »

    Oh oui, il voyait et détestait cette conversation vu la mine déconfite qu'il affichait. Ça sentait la fin des câlins sur le canapé et même son baiser ne parvint pas vraiment à le dérider. D'ici peu, il allait tenter de fuir quelque part pour la laisser en plan dans leur salon à moitié dénudée.

      « Je n'ai pas besoin que tu me répondes quoi que ce soit, je ne veux pas de disputes... je voulais juste que tu saches que je sais... parce que je finis toujours par tout savoir... »

    Elle avait sourit largement pour tenter de le dérider et avait déposé ses deux petites mains sur ses joues pour l'embrasser encore une fois, ne remontant pas sa robe qui glissait de ses épaules. Peut-être que cela n'avait pas été le très bon moment pour parler de ça après reflexion...
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Ven 2 Mar 2012 - 1:20

    Vendre… Neldo ? … est-ce que ses oreilles sont sous l’emprise d’un sort particulièrement cruel et vicieux ou est-ce qu’il a bien comprit ce qu’il vient d’entendre ? …
    Sur le coup, Thomas s’arrête tout net de bouger et affiche l’expression qui va de soit avec ce que vient de lui dire Nora. C’est un automatisme profond : le mot « vendre » associé à Neldo, son Neldo, le vexe immédiatement et le choc profondément. Surtout que cette question sort de nulle part. Durant quelques instants il tombe des nues et se demande si son épouse est sérieusement sérieuse ou si elle se moque de lui.

    Ce qui, fort heureusement, est bel et bien le cas. C’est un soulagement même si la suite ne l’enchante pas beaucoup plus en réalité.
    Un Leprechaun ? Tiens donc… comment un Leprechaun avait-il fait son compte pour mettre la main sur leur économie ? Un Leprenchaun n’avait même pas vraiment de mains !
    Et un Leprechaun ne pouvait pas non plus s’appeler exactement comme lui…
    Ce qui voulait dire qu’en réalité elle ne parlait pas d’un vrai Leprenchaun mais tout simplement de lui… Par Merlin ! ‘Pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué’, par Nora O’Broin-Macnair.

    Oui c’est vrai qu’il est lent à la détente en même temps, mais cette petite fourbe d’irlandaise toujours juchée sur ses jambes le prend carrément en traitre. Il a l’esprit ailleurs, pour ne pas dire ‘en elle’, parce que ça serait presque grossier même si beaucoup plus sincère. Quoi qu’il en soit, Gringotts et leurs économies sont loin de son esprit pour le moment et c’est un dur retour à la réalité qu’elle lui inflige sans l’ombre d’un remord.

    Lorsqu’elle reprend pour lui expliquer la situation plus en détail, il roule des billes d’un soupir un peu las avant de se laisser retomber dos contre le dossier confortable du fauteuil.
    Associer les mots « problème » et « argent », c’est pour lui tout aussi incongru et improbable que de parler de vendre Neldo, la vexation morale en moins.

    Pour tout dire il ignorait lui-même ce qu’il valait en gallions. Beaucoup, tout simplement, tellement qu’il était absolument surfait et inutile de s’embêter à compter quoi que ce soit. Il s’échinait depuis des années à expliquer ce principe tout simple à Nora, mais celle-ci s’obstinait à ne pas comprendre.
    Pourtant elle aussi avait grandit à l’abri de tout besoin. Ils étaient presque tout aussi riches que les Macnair. Pourtant ses géniteurs s’étaient sentit obligés de lui apprendre à compter la moindre noise. Du moins c’est ce que ça lui inspirait chaque fois qu’elle se mettait à parler de compte et d’économie. L’économie ça n’était pas son fort et le sujet l’ennuyait autant qu’un cours d’arithmancie.

    Maintenant… c’est vrai qu’avec ce magasin, sa rénovation et l’équipement, il avait dépensé sans compter et choisi la meilleure qualité, et donc le prix le plus élevé pour à peu près toutes ses fournitures.
    Il s’était même plutôt contenté de pointer du doigt ce qui lui faisait envie, avant de signer là où on lui disait de le faire sur le chèque, sans se soucier une seule seconde du nombre de zéro alignés juste sous son nez…

    « C’est bien gentil de me dire que je ne suis pas obligé de répondre quoi que ce soit mais tu viens de me dire que je ne peux plus rien dépenser, comment veux-tu que je ne réponde rien à ça ? Je suis sensé aller en Egypte la semaine prochaine pour acheter de vrais chats à neufs vies. Je suis obligé d’avoir de l’argent pour ‘acheter’ darling » expliqua-t-il sur le ton cynique de l’évidence.

    De toute manière personne au monde ne lui avait encore interdit d’utiliser son propre argent et ça n’allait pas commencer ce soir, juste parce qu’elle était belle et presque nue sur lui !

    « Tu exagère peut-être un peu en disant qu’on est ruiné… je n’ai pas pu dépenser tant que ça !... si ? ... J'ai fais ça ?! » questionne Thomas, mal à l’aise d’un coup.

    Parce que qu’un doute l’assaille maintenant. Est-ce qu’il les avait réellement mit sur la paille ou est-ce qu’elle enjolivait les choses comme d’habitude ?...
    L’idée d’être réellement …. ‘fauché’ lui semblait absolument horrible.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Ven 2 Mar 2012 - 12:41

    En effet, elle avait plus que mal choisi le moment pour parler de tout ça. C'était juste de nouveau dans sa tête et elle avait cru bien faire d'en parler maintenant histoire d'entamer leur nouvelle année à deux de la meilleure manière qui soit. Ou en l'occurrence pas du tout.

    La jeune femme avait eu le droit à un peu de cynisme totalement Macnairien avant d'avoir le droit à l'inquiétude pure et simple. Ce qui lui indiquait depuis le début ce qu'elle craignait fortement : il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il avait pu dépenser. L'irlandaise l'imaginait sans peine lors de ses achats, à pointer du doigt ou prendre tout ce qu'il voulait sans même regarder l'étiquette. C'était sa manière de faire et cela la rendait folle.

    Pour le moment, elle était simplement partagée entre de la culpabilité et de l'agacement. Il avait cinq ans de plus qu'elle et se comportait comme un enfant, c'était tout bonnement frustrant. Vraiment frustrant.

      « Une bonne grosse moitié de ce qu'on avait oui... J'ai essayé de voir ce qui avait pu se passer mais tu as déjà racheté tout ce magasin dans le centre de Pré-Au-Lard et depuis l'attaque du Chemin de Traverse, les prix ont augmenté drastiquement là-bas. Tu as apparemment tout refait à neuf et j'ai vu les meubles que tu as choisi et les cages et la nourriture... pourquoi fallait-il que tu prennes tout ce qu'il y a de plus cher et luxueux sur le marché ? Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne chéri ! On essaie de ne pas trop dépenser à la base afin de faire le maximum de bénéfices très rapidement pour pouvoir enjoliver l'endroit. Ce n'est pas un jeu ce magasin, c'est censé nous rapporter de l'argent Thomas ! »

    Il n'en avait probablement rien à faire, il allait souffler, lui demander de bouger, lui promettre qu'il avait comprit avant d'aller ailleurs. Pour la fuir et donc faire cesser la conversation. Superbe. Ce n'était absolument pas ce qu'elle avait souhaité pour eux mais maintenant qu'ils étaient lancé, elle voulait que les choses soient claires, vraiment claire entre eux deux.

    Nora posa ses mains sur son torse quelques secondes avant de se pencher plus avant sur lui et l'embrasser quelques petites secondes. Et elle se laissa aller contre lui, sa tête sur son épaule, elle n'avait qu'à pivoter un peu le visage pour être capable de lui embrasser le menton et la barbe auburn qui y poussait.

      « Je sais que je ne suis pas là, que je rentre le week-end et que nous n'avons presque pas de temps ensemble et j'en suis terriblement désolée. Tu me manques tout le temps... tu le sais pas vrai ? Et je sais qu'il faut qu'on s'habitue à cette manière de se voir mais je n'ai pas le choix et je ne peux pas avoir mes yeux partout comme avant. Il faut que tu fasses attention et que tu te mettes des limites. J'ai la tête pleine absolument tout le temps, je dois faire attention à ce que les élèves aillent bien, qu'il n'y ait pas de rebellion interne et le reste. Je l'ai voulu, je ne dis pas le contraire, c'est juste que je m'inquiète quand je vois l'état de notre compte... mais si on se reprend maintenant alors ça ira. Tu vois ? »

    Elle ferma les yeux un instant pour se concentrer sur les battements de son cœur à lui. C'était ça le plus important après tout, qu'ils soient tous les deux quoiqu'il arrive. Et qu'ils veillent l'un sur l'autre comme ils pouvaient.

    Tout cela dit, ce fut la culpabilité d'avoir gâché la soirée qui prit le dessus sur tout le reste et elle gigota un peu sur ses cuisses pour tenter d'être le plus proche de lui posible.

      « Je suis désolée si j'ai gâché la soirée... »

    Et ce n'était rien de le dire.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté Ven 2 Mar 2012 - 14:23

    La moitié sérieusement ? Même plus que la moitié d’après ce qu’elle avait l’air de dire. A quelle somme cela pouvait-il bien correspondre ? Il n’en n’avait pas la moindre petite idée, même pas l’ombre d’une seule, mais c’est vrai qu’il avait systématiquement choisi les prix les plus élevés. Pas parce qu’il aimait particulièrement dépenser son argent, juste parce qu’il avait toujours pu se permettre de choisir le meilleur matériel qui soit pour son travail et que tout naturellement c’est ce qu’il avait fait une fois de plus. Sauf que cette fois ça n’était pas une demande de fourniture envoyée au tout puissant Ministère qui se chargeait d’y mettre la somme, cette fois c’était lui qui régalait de bout en bout et malgré ce qu’il pensait ça n’était pas un puis sans fond apparemment…

    D’un côté il sentait poindre une très évidente culpabilité et un peu d’angoisse à l’idée de se dire que les risques étaient réels. D’un autre côté, il avait ouvert ce magasin avec ce qu’on pouvait trouver de mieux, et c’est ce que tout commerçant débutant rêvait de faire ! Il n’était pas regardant mais on pouvait lui laisser qu’il était conscient de sa chance au moins. Sauf que comme elle le disait elle-même, dans l’ordre normal des choses on commençait avec la base et on agrandissait et s’équipait mieux par la suite. Sauf que c’aurait été idiot pour lui de faire ça juste parce que c’était l’ordre des choses alors qu’il pouvait se permettre d’attaquer directement dans la cours des grands !
    Ou alors peut-être qu’il était entrain de se chercher des excuses pour ne pas trop s’angoisser sur le sujet ? Thomas n’en n’était même pas certain lui-même.

    Le visage un peu crispé par la réflexion, il accueillit tout de même l’étreinte de sa femme sans broncher, passant même une main sur son dos nu qu’il caressa distraitement, presque machinalement.

    Elle avait raison sur un point en tout cas, si elle avait été à la maison tous les jours comme avant les choses auraient été bien différentes. D’un côté sa présence rassurante et tendre lui manquait et le milieu de semaine se faisait souvent long et un peu solitaire. D’un autre côté il pouvait faire ce qu’il voulait comme il le voulait sans jamais devoir prendre en compte l’avis de qui que ce soit. En gros il pouvait vivre pour lui et rien que pour lui et d’une certaine manière, ça lui donnait en quelque sorte l’impression de rattraper son année perdue.
    Puis maintenant qu’il y pensait un peu mieux c’était encore plus que ça…

    « Non tu n’as pas gâché la soirée rassure-toi » soupira-t-il en lui adressant un bref regard rassurant « c’est juste que… je n’ai rien pu dépenser du tout l’année dernière il faut bien que j’me rattrape »

    Il avait lancé ça d’un ton léger, comme une petite boutade, mais dans le fond il ne riait pas du tout.

    « Enfin… tu n’étais plus là, je venais de perdre mon boulot... je crois que j’ai voulu, je ne sais pas, m’offrir quelque chose de bien pour changer »

    Il ne savait pas trop si elle comprenait le fond de sa pensée, il venait de la découvrir lui-même de toute façon, mais au moins il avait la satisfaction intérieur de savoir que c’était l’explication honnête à ses dépenses.

    « Je ferai en sorte qu’on rentre dans nos frais ne t’inquiète pas » conclut Thomas d’un petit sourire rassurant avant de se pencher vers elle et l’embrasser.



FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Happy anniversary sweetheart ! - Page 2 Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2

Happy anniversary sweetheart !
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations