ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE VI ϟ Event final - Page 2



 



ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE VI ϟ Event final
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Ministère de la Magie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 1 Sep 2011 - 23:12

Le membre 'Hudson K. Higgs' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 2 Sep 2011 - 12:20

L’attaque fut aussi inattendue et brève que le destin lui-même, mais surtout implacable. Le doux sentiment de protection générée par les imposantes portes d’or savamment gardé par deux des leurs, lui avait fait fermer les yeux. Elle se contentait de guetter l’arrivée de l’ascenseur. Grossière erreur. Calliope oubliait sa leçon de la veille, et ne s’en rappelait que trop tard une fois que le goût acre du sang se serait mêlé à l’amertume des regrets dans sa bouche. De dos la Kark ne vit pas Zadiste se faire saigner pour elle, ni la menace se rapprocher. Non elle attendait presque naïvement . Les heurs ne la préoccupaient pas, ça devenait venir d’ailleurs. « Le cœur ment, la tête joue des tours » ce n’était que trop vrai. Papa avait raison c’était toujours le cas, ou presque. Une exception confirmait la règle. « La peur est plus tranchante qu’aucune épée » Sans doute son père ne s’était-il jamais prit un sectumsempra dans le dos. Car après le coup de taille dont elle venait d’écoper magiquement, notre douce Calliope dont les linges se gorgeaient d’écarlates, pouvait affirmer sans crainte le contraire. Il s’était dessiné dans son dos une large entaille allant en diagonale dans son dos de son épaule gauche à sa taille. La poufsouffle se retourna presque aussitôt pour voir qui avait osé, qui avait osé l’attaquer d’une façon aussi fourbe. Enfin se retourner, basculer, tituber, de sorte à se retrouver une fraction de seconde appuyé contre la paroi de l’ascenseur. Dans l’instant la Kark ne fut même pas sure d’avoir été celle ayant initié le mouvement.

Le regard satisfait du Newburry alors qu’elle s’effondrait dans les bras de son frère lui fut odieux. Plus encore la soudaine raideur de son bras gauche, et de la douleur cuisant tout son corps. Le vil ne l’avait pas raté. Et où avait-il bien pu apprendre à lancer des sectumsempra ? C’était de la magie noire, noble matière enseignée aux sorciers nobles. Ce à quoi Jason ne s’apparentait absolument pas. Il avait dû chiper un des grimoires de ses camarades c’était la seule explication imaginable ou plutôt acceptable . Dans ses yeux, que la fièvre et la douleur gorgeaient de larmes, dansaient des astres et des fantômes arrachés à des souvenirs qui ne lui appartenaient même pas. Si sa bouche n’avait pas été si pâteuse, sa gorge trop sèche, et la douleur si intense, sans doute l’aurait-elle appelé. Maman. Mais le simple fait de respirer lui était intolérable, alors murmurer…pauvres fous. Elle se contentait d’entrapercevoir sa figure ternie au sourire mélancolique, inlassablement. Les paroles d’Arutha ne la touchaient pas. Son esprit était comme inaccessible. Coincé quelque part entre le rève et la réalité. Une antichambre de la mort. C’est d’ailleurs assez curieux l’aisance avec laquelle on se détache du monde, lorsque l’on se vide de son sang. Ça ne lui avait pas fait ça à Pré-au-Lard, sans doute que sa situation, même désespérée , n’était pas aussi critique qu’en cet instant. Sans doute que dans le cas contraire elle aurait été ému d’entendre, et surtout de voir son frère s’inquiéter, ou peut-être que la méfiance aurait primée. Avec Arutha rien n’est gratuit, et rien n’est jamais acquis. Mais quelle importance, elle ne distinguait rien à travers ce voile de larmes. Elle sentit qu’on la soulevait principalement parce que la douleur n’en fut que pire une fois déplacée.
Puis tout s’apaisa. Ou presque. Elle crut d’abord être morte, les douleurs persistantes firent taire ses doutes. La mort se devait d’être au moins un peu douce, elle se le devait. Toujours hébétée, elle reprit doucement conscience, ses larmes avaient roulées sur ses joues, et elle voyait clairement à nouveau. Et puis surtout, il n’y avait plus cette mortelle sensation que toute l’eau de votre corps allait fuir, vous laissant vide dans une mare de sang. Les portes de l’ascenseur se refermèrent et elle se sentit monter ou descendre, elle était encore trop étourdie pour se rendre compte. Ce fut un coup d’œil au clavier numérique qui lui rappela sa destination. Niveau 1. Mission. Ou pas, se relevant non sans douleur, elle prenait appuie tant bien que mal sur les parois pour se maintenir à la verticale. Puis approcha une main pleine de sang du clavier pour appuyer sur le « 2 ». Non, elle n’était pas complètement à l’ouest, au contraire petit à petit Calliope se réveillait. Tout restait encore embrumé et confus, mais elle ne perdait pas de vue le principal elle avait besoin de vivre. Elle n’allait pas mourir. Elle avait encore des choses à dire et faire. Lilith lui avait un câlin de son plein gré en juillet dernier, l’ancienne Poufsouffle avait donc une preuve tangible que les miracles existaient. Et puis elle avait encore des choses à dire à Tyzonn, des choses qui avaient encore besoin de mûrir…il lui fallait encore un peu temps. Et ce temps elle comptait bien le prendre. Elle avait encore des choses à apprendre et pas qu’elle, elle voulait lui apprendre à Phil. Son Phil aux visages si dur ce matin, elle ne pouvait pas l’abandonner, il fallait qu’elle le guide, il ne pouvait pas affronter tout ça, tout seul. Horrifiée, la Kark s’arrêta un instant réalisant que son père et sa mission n’avait pas été sa priorité le temps d’une poignée de minutes de lamentation. L’ascenseur se stoppa une petite minute au premier étage, avant de se remettre en route. « Second étage, département de la justice magique » avait dit machinalement le haut-parleur.

Elle se traina hors de la cage, et se colla au mur le plus proche. Il fallait qu’elle se rende au Q.G des policiers. Curieusement accoler son bras meurtrie contre du dur l’apaisait, non pas que la douleur à l’épaule s’en faisait moins cuisante non, Calliope était même à peu près certaine que c’était pire comme ça, mais au moins elle se sentait à peu près maintenu. La Kark avait l’avantage de connaitre le ministère, tout du moins le premier et le second étage, ils étaient ceux du Lord, de sa tante et de son frère. Elle y avait été à plusieurs reprises savaient où les choses se trouvaient à commencer par les médicaments. A moitié inconsciente, un souvenir c’était imposé à elle dans l’ascenseur. Elle avait huit étés chauds et beaux à son actif, peut-être même neuf, paré de sa plus belle robe de sorcier immaculée, Calliope et sa bouille d’ange avait accompagné son père au ministère pour une réunion avec le seigneur des ténèbres. D’habitude, elle restait assise, silencieuse presque immobile, à immortaliser tout de son sombre regard. Mais pas cette fois-ci, profitant de l’inattention des adultes, la Kark s’était sentit d’humeur mutine, et s’était mise à toucher les bibelots étranges se trouvant sur les imposantes étagères qui paraient les murs. Grossière erreur, l’un d’eux explosa comme un petit pétard la blessant. Elle avait été alors conduit au second étage par son père afin que les policiers se rendent utile et soigne la petite princesse sang-pure désobéissantes. Habituellement elle ne se rappelait que des cuisants reproches de son père et du seigneur des ténèbres, mais cette fois-ci la pharmacie des policiers s’était imposée à elle. Un trésor que la mémoire.

Il régnait dans le département une paix de mort. Les lumières étaient toutes éteints, et seules les fenêtres magiques laissaient passer une lumière tout à fait artificielle. Calliope se cramponnait à sa baguette et avançait à petit pas. Ce n’était pas parce que le dimanche était un jour chômé, qu’il y aurait forcément personne à l’étage. Elle laissait derrière une trainée sanglante, l’hémorragie avait beau s’être stoppée, elle était restée suffisamment longtemps allongée dans son sang pour que ses vêtements en soit imprégné. La marche jusqu’aux QG de la police magique fut âpre et longue, le cœur de la Kark affaiblie manquait un battement à chaque fois qu’elle voyait une ombre un brin suspecte.
Pourtant, elle avançait, encore et toujours. Aussi sûre qu’il lui resterait une once de vie, une goutte de sang elle avancerait. Il brûlait en la Kark une flamme, intense forte, brasier en devenir que seule la haine couplée à une intense soif de vengeance pouvait alimenter. Et surtout une certitude. Encore. Celle que du haut de ses dix-huit étés elle avait vu pire. Connu pire. Elle avait vu les sept enfers danser, cru mourir cent fois, apprit que la souffrance physique si elle fait fleurir dans les yeux des larmes stériles, n’heurte pas. Que la chair est faite pour être réparée, seule l’âme, l’âme brûle, seule l’âme vous consume. Encore faut-il pour cela laisser faire.

Enfin arrivée au quartier général des policiers, celui des aurors à une époque révolue, elle essaya de se repérer entre les différents box, mais sa mémoire semblait être aussi fuyante que la lumière ici. C’est enfin qu’elle l’a vit, comme un phare dans la nuit, la petite armoire blanche frappé d’une baguette croisée d’un os. Calliope franchissant les derniers mètres la séparant de son nirvana médicamenteux, elle priait intérieurement pour qu’aucun sort ne la protège. Elle dû poser sa baguette au sol pour forcer le mécanisme de l’armoire, la sorcière avait bien essayé de la garder dans sa main gauche, mais c’était impossible, elle était tout simplement incapable de refermer ses doigts sur le bout de bois. Une vague de soulagement la submergea lorsque dans un grincement sonore la porte de l’armoire s’ouvrit. A priori les policiers pensaient que la sécurité à l’entrée du ministère était suffisante, et puis une armoire perdue au milieu de policiers n’était pas un point vulnérable, pas besoin de le surprotéger. La Kark s’empara de ce qu’elle pensait une fiole d’essence de dictame. Dans une contorsion douloureuse, elle s’évertua à retirer son haut à moitié déchiré pour mettre à nue sa blessure. Le peu qu’elle en vue en tournant la tête lui arrachant un violent haut le corps. Sa main tremblante déboucha la fiole, et avec maladresse, la Kark entreprit d’appliquer des gouttes dans son dos. Le soulagement tout comme la fumée verte accompagnant la guérison, furent presque immédiate. Mais même si la douleur s’estompait à mesure que la potion faisait cicatriser ses chairs, Calliope n’était pas dupe. Elle avait été touché par de la magie noire, ce genre de blessure ne soigne pas aussi facilement. Il lui faudrait encore des soins, longs compliqués, avant que cette blessure ne se referme définitivement. Et naturellement elle portrait à vie ces stigmates dans son dos. Mais tout ce n’était que de la coquetterie. Non ce qui l’inquiétait vraiment son bras gauche, s’il n’était plus aussi douloureux, ni aussi raide qu’avant, elle n’arrivait toujours pas à en reprendre pleinement le contrôle, le simple fait de remuer les doigts était une épreuve de force. Calliope parvint toute fois à remettre les lambeaux de son haut, par pur pudeur. Elle avait un combat à livrer, un premier ministre moldu à coincer, elle ne pouvait pas se permettre de faire ça à moitié nue. De nouveau face à l’armoire, elle inspecta plus en profondeur son contenu, la jeune femme repéra alors ce qu’elle savait être des potions de régénérations sanguines. On lui en avait fait boire plusieurs après l’épisode des vampires. Sans hésiter, elle but le contenu d’une d’entre elle, puis fourra tant bien que mal dans ses petites poches quelques potions pour la suite.

Calliope inspira un grand coup, maintenant qu’elle était en état de se battre, elle pouvait à nouveau se jeter à corps perdu dans la fosse aux lions. Direction le niveau 1.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol

Revenir en haut Aller en bas

avatar
William R. Wallas
Willy Wonka
Messages : 439 Crédits : © Barda Doll
Age du personnage : 51 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Chef du Service des accidents matériels à Sainte Mangouste
Faction : Ordre du phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 2 Sep 2011 - 18:28

Le jeune Newburry avait réussi à retarder les héritiers Kark et c'était une bonne chose mais Wallas n'avait pas loupé l'essentiel de ce geste : Jayze s'était servi d'un sortilège de magie noire, un sortilège peu connu chez les sorciers d'ailleurs. William ne connaissait que trop bien ses effets puisqu'il en soignait de plus en plus en urgence, tant à l'hôpital qu'au Q.G. de l'Ordre : ce sortilège était lourd de conséquence, la magie noire laissait toujours une trace chez une personne. L'espace de quelques secondes, le leader de l'Ordre fut pris de pitié pour la jeune Calliope qui était bien trop jeune pour vivre une telle chose. Ces quelques secondes d'inattention coûtèrent cher à Wallas : le jeune Kark le ligota sans ménagement et le leader tomba à terre, sa baguette collée à son corps, suivant l'alignement de son bras. Il ne pouvait rien faire de plus. Et le jeune Newburry non plus : il était inerte, à ses côtés. Wallas avait l'impression que les choses allaient être bientôt terminées pour lui : il ne voyait plus d'alliés capable de les aider, tous étaient en très mauvaise posture. Et puis il fut libéré de ses liens. Il se releva, constata qu'une mangemort lançait un sort en direction de Newburry... Pour les aider ?! « Hudson Higgs... » murmura-t-il pour lui-même. Il vit l'héritier Kark gisant à terre, cherchant à atteindre sa baguette beaucoup trop loin de lui... Mais à quelques mètres de Wallas. Le leader de l'Ordre s'en empara avant de réanimer Jayze d'un enervatum. « Ressaisissez-vous, nous n'avons pas terminé ! » Il lui parlerait de la magie noire plus tard. Pour l'instant, tout ce qui comptait, c'était de rejoindre Hudson.

Ils réussirent à sauter tant bien que mal dans l'ascenseur, malgré l'étourdissement du jeune garçon. Les portes se refermèrent sur eux et la cage se mit en mouvement pour rejoindre le niveau un. Wallas comprit le but des héritiers Kark, du moins, en partie. « Il va falloir les empêcher d'atteindre le bureau du Ministre, il ne faut pas qu'il accède à cette pièce. Il y a bien trop de choses importantes... Non ! » Un éclair de lucidité traversa l'esprit de Wallas. Le passage... « Ils vont tenter d'atteindre le bureau du Ministre des moldus ! Il faut les en empêcher à tout prix ! Nous avons quelques secondes d'avance et la jeune Kark sera seule. Il faudra user de cet avantage. » Sauf que la jeune Kark avait elle, fait un détour par le niveau deux...

Les portes s'ouvrirent alors sur un niveau au couloir vide. C'était tout sauf bon signe. Wallas espérait seulement que les personnes qu'ils croiseraient au hasard ne serait pas des mangemorts. « Il faudra mettre en lieu sûr les personnes de permanence : il y a toujours du monde dans cette partie du Ministère, me^me un dimanche... Ah, j'ai aussi la baguette du jeune Kark : ça pourra nous donner un avantage. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 3 Sep 2011 - 9:34

Jayze tombait au sol comme une mouche, mais entre temps il avait lancé un sort sur Calliope qui s’effondrait dans les bras de son frère. Le même sort que j’avais reçut pour elle quelque minute au par avant. J’entendais ses supplications et je me surprenais à penser à ma propre sœur. J’aurais certainement été moins calme que lui. Me connaissant j’aurais tué l’homme qui aurait causé un tel affront. Le sang continuait de se déverser sur les vêtements de la jeune Poufsouffle, son visage devenant porcelaine, ses yeux commençait à partir au loin. Son frère entamait le processus de guérison. Le seul remède à ce sortilège, le contre sort capable d’arrêter ces saignements. Il déposait la jeune femme dans l’ascenseur tout en appuyant sur le bouton du premier étage. Pendant une minute j’ai crus qu’il allait monter avec elle. Un acte compréhensible. Pourtant, il revenait à la charge et au même moment surgissait de nulle part le jeune Arutha qui lançait un sort capable de le ligoter un des phœnix sur place..

Qu’elle ironie du sort. Voir l'un des plus agés des âmes faibles tombé devant tout le monde. Assez naïf pour croire que nous étions plus faibles qu’eux. Ils étaient vulnérables et assez idiot pour penser qu’il gagnerait se combat. Jamais ils ne pourraient gagner contre Merwyn. J’étais bien placé pour le savoir. Nous vivions dans un monde difficile ou les règles du jeu étaient la survie. Chacun pour soit, ou l’amour était une faiblesse. Seul l’intelligence trônait au milieu de tout se chantier. Entre temps Hudson était à nouveau en service. La jeune femme me jetait un coup d’œil agacé. En un rien de temps elle venait de propulser le dernier Kark restant quelque mètre plus loin. Libérant au passage son l'inconnu et cet idiot. Il manquait plus que ça. Il ne restait plus que moi et je ne savais pas comment j’allais me sortir de ce merdier. Entre temps l'homme aux traits ridés de l’ordre s’était emparer de la baguette magique d’Arutha et sans se préoccuper de nous, filait dans l’ascenseur. Agacer par ce devancement, je prenais pour cible une jeune femme. Arutha avait besoin d’une baguette et cette femme ne méritait pas d’en avoir une.

« Expelliarmus ! »

Je l’avais pris par surprise et la pauvre femme n’avait pas eu le temps de riposter. Elle hurlait à un homme qu’elle était sans défense. Il me restait donc très peu de temps avant que cette idiote est rameutée toute sa bande. Je revenais vers le Kark et tentait le tout pour le tout. Je ne pouvais pas le porter, j’étais trop faible dû au sectusempra. Comment un novice dans son genre pouvait-il connaitre un sortilège de magie noir aussi puissant ? Se pourrait-il qu’il y’est une nouvelle tendance dans leur rang ? Qu’elle ironie ! Je réduisais la distance qui me séparait de son corps inerte et sans me préoccuper de ce qu’il dirait, je le bousculais pour le réveillé. Bien entendu, il ouvrait les yeux doucement, mais cela n’avait aucun effet. C’est une bonne claque qui enfin le réveillait.

« Désolé mon vieux, mais on n’a pas le temps. C’est idiots ont réussit à monté la haut ! »


Je l’aidais à se relever tant bien que mal. Ignorant la douleur cuisante qui me traversait le corps. Les traces que laissait la magie noire était douloureuse. J’étais bien placé pour le savoir. Tout le monde autours de nous se battait sans se regarder dans notre direction. Jusqu’à ce que des cris affolés attirèrent mon regard. Le sol de l’atrium était en train de se détruire sur une centaine de mettre et se dirigeais droit vers nous. J’appuyais frénétiquement sur l’ascenseur qui arrivait dans un bruit sourd et m’engouffrais précipitamment dans la cabine. Je laissais Arutha s’adosser contre le mur et appuyais sur le bouton du premier étage. Là haut devait être encore pire qu’au rez de chaussée. L’ascenseur s’arrêtait, je jetais un coup d’œil au Kark pour lui demander s’il allait bien. Un hochement de tête me suffisait amplement comme réponse. Je savais que ce dernier n’allait pas laisser tomber. Le niveau était étrangement calme comme s’il n’y avait eu aucune bataille. Cela devait se passer un peu plus loin.

« Au faite, un de ses maudits phœnix t’a pris ta baguette. Ta de la chance je t’en est trouvé une autre. »


J’avais dis ses mots tout en chuchotant. Je lui tendais sa nouvelle baguette machinalement qu’il acceptait sans broncher. Maintenant c’était à nous de joué. Sortant de l’ascenseur mon instinct me disait d’aller tout droit. La baguette en main au cas où un de nos adversaire surgirait de nulle part.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jayze Newburry
Fondateur du club des saigneurs de Calliope
Messages : 834 Crédits : .sparkle
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Vendeur au magasin de Quidditch
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Serdaigle.


Rapeltout
Patronus : Aigle
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 3 Sep 2011 - 19:16

Je n'avais eu juste le temps de lancer mon sort sur Calliope, je l'avais touché. J'aimais beaucoup ce sort magique que mon père m'avait enseigné, et oui la famille Newburry prônait la magie noire et mon père m'avait enseigné quelques rudiments dont le sectumesempra. C'était des sorts magiques que je n'appréciais pas particulièrement, mais ils étaient utiles et surtout contre Calliope, c'était parfait. En tout cas, désormais, j'allais l'utiliser en derniers recours d’ailleurs, j'avais remarqué le regard du leader de l'Ordre, et je comprenais que je devais ne pas trop utiliser ce sortilège. Bref, à peine lui avais-je lancé ce sortilège que je m'étais retrouvé inerte et j'étais tombe raide au sol. On m'avait stupefixier, je n'avais pas vu qui m'avait lancé ce sort... Il y avait de nombreux mangemorts autour de moi, et je ne pouvais désigner lequel m'avait cela. Il était normal que j'avais une envie de vengeance, de lui lancer également un stupefix ou même un sort plus féroce. Enfin bref, il fallait que quelqu'un me sorte de là, mais il semblait n'y avoir aucune personne à vouloir m'aider. Je ne voulais pas attendre ici, je ne voulais pas passer pour un trouillard auprès des autres membres de l'Ordre. Pourtant, mes yeux s'ouvrirent doucement et je fus très vite pressé par Wallas. Il m'avait aidé à me relever, et m'avait dépêché à pénétrer dans l'ascenseur. J'avais au du mal, et il avait du me porter de l'aide car j'étais encore étourdi. Tellement j'étais étourdi, je venais juste de remarquer que le sol de l'Atrium s'était effondré et que certains membre de l'Ordre, mais ainsi que des mangemorts tombaient dans le gouffre.

Nous étions dans l'ascenseur, et il m'expliqua la situation. Le ministère des moldus, c'était donc là leur véritable cible. Les portes s'ouvrirent, nous donnant vue sur un couloir vide. Le leader me mit alors en garde qu'il fallait mettre en sécurité les personnes qui traînaient dans le coin. Je reprenais petit à petit mes esprits, ma baguette à la main, j'avançais tout en faisant attention à ce qu'il n'y est pas de mangemorts. Je ne savais pas du tout où j'avançais d'ailleurs, je n'avais jamais mis les pieds au Ministère de la Magie il faut dire. « Il n'y a personne là... », disais-je alors à l'adresse de William Wallas sans déplacer mon regard, je ne voulais me faire surprendre à nouveau par un méchant tout-pas-beau.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 4 Sep 2011 - 18:08

    A peine Arutha était-il sorti de l'ascenseur pour assurer la sécurité de Calliope, qu'un éclair rouge l'avait aveuglé. Il ignorait de qui il provenait. Sûrement pas Jayze, toujours cloué au sol par le stupefix brillant de Zadiste. Ni même William, promptement ligoté et cloué au sol. Par élimination, il restait Hudson. Cette brillante médicomage, meilleure amie de Callie. Enfin, peut-être plus maintenant, mais avant en tout cas. Dès que l'expelliarmus le heurta de plein fouet, le Kark décolla du sol, fit un bond un arrière involontaire sur une dizaine de mètre, puis se cogna la tête contre un mur. Assommé, il n'entendait plus que les battements sourds et ralentis de son coeur. Les yeux ouverts, tout était pourtant d'une obscurité profonde. Il ne voyait plus, ne pensait plus. Il sentit seulement un liquide tiède descendre le long de sa nuque avant de se perdre dans la sueur de son dos. Il ignorait combien de temps il était resté allongé, ni même combien de temps il resterait ainsi vulnérable. Un léger fourmillement au bout de ses doigts lui indiqua qu'il était encore en vie. Sa vision s'éclaircit peu à peu avant qu'il ne fasse face (pas fait exprès la rime absolument pourrie x) ) à un spectacle apocalyptique. Les gens couraient, hurlaient, tombaient, se tordaient de douleur, mourraient. Membres de l'ombre et membres de l'ordre mêlés, tous se ruaient vers les ascenseurs. Les uns pour mener à bien leur mission, les autres pour ralentir l'avancée de la mission. Tout n'était que brouhaha et capharnaüm. Petit à petit, une douleur s'éveilla à sa tête. Avant qu'il ne puisse bouger, dire un mot, ni quoi que ce soit d'autre, une claque phénoménale s'abattit sur sa joue. Secoué, tout devint soudainement très clair. Il se releva d'un coup et put apercevoir la mine plus ou moins désolée de son compagnon de route Zadiste.

      - Désolé mon vieux, mais on n’a pas le temps. C’est idiots ont réussit à monté la haut !

    Ces mots, au début, ne l'atteignirent pas. Il était trop ébranlé pour assimiler quelques simples paroles. Pourtant, après quelques secondes d’hébètement, il comprit. Il comprit que ces empotés de membres de l'ordre avaient réussi là où lui avait échoué. Ils étaient monté, ils avaient compris. Mais le pire dans tout cela, ça n'était ni sa force remise en question, ni même ses capacités à évaluer la situation. Le pire dans tout cela était que son honneur tombait en miettes, bafoué par des imbéciles, et Calliope, seule avec eux au premier étage. Il crispa la mâchoire, grinça des dents pour ne pas hurler. Unseelie lui tendit une main qu'il attrapa sans broncher. Il s'appuya sur l'épaule de son "ami" afin d'avancer un peu plus vite. Il avait l'impression que le monde s'était arrêté atour d'eux. Il ne restait qu'un seul objectif : rejoindre sa soeur et achever la mission. Le reste ne comptait plus. La douleur s'était estompée, malgré le sang descendant le long de son crâne et qui imbibait son dos, devancée par une soif de réussite et de vengeance. Arrivés devant un des ascenseurs, il se détacha de Zadiste et vint prendre appui sur les murs finement dorés de la cabine. Sa tête le tournait encore, mais il reprenait peu à peu ses esprits. Aussi hocha-t-il juste la tête lorsque l'autre jeune homme lui tendit une baguette en lui annonçant la capture de la sienne. Avec un grognement furieux, bestial, il la saisit et releva la tête. Elle ne tournait plus, c'était déjà ça. Il regarda longuement l'homme qui lui avait sauvé la vie et réussit enfin à prononcer un timide :

      - Merci. J'ai une dette envers toi, je... tâcherai de m'en souvenir.

    En réalité, il était bien plus touché par ce geste qu'il prétendait l'être. Il n'avait jamais eu vraiment d'amis, de personne à qui se confier, de gens à l'écoute, à part ses soeurs. Ca lui faisait un bien fou de se rendre compte qu'au final, dans cette quête de l'absolu pouvoir, il n'était pas seul, mais soutenu. Un sourire naquit alors sur ses fines lèvres. Un sourire qui ressemblait bien plus à un rictus mauvais, plein de promesses sombres. Lorsque les portes s'ouvrirent, les couloirs étaient sombres et surtout, vides. Trop calmes, trop silencieux. Cela ne présageait rien de bon. Brandissant sa baguette de fortune, il murmura :

      - Viens, nous sommes derrière eux. Il suffit de les avoir par surprise. Nous avons cet avantage.

    Il s'engagea dans l'allée plongée dans le faible éclairage des petites fenêtres, tâtonnant contre les murs, à la recherche d'un quelconque repère. Il connaissait bien le ministère, mais surtout le niveau deux. Il était venu, avec son père, quelques jours avant l'attaque et le résultat des élections en "éclaireur" au niveau un. Mervyn lui avait montré où travaillait qui, où il pouvait trouver de quoi se couvrir. Il repéra un bureau, à proximité de deux ombres aux taquets. Ils étaient donc là... Se faufilant avec la grâce d'un félin, il s'accroupit non loin d'eux, puis fit signe à Zadiste de venir.
    Cibles Verrouilées.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hudson K. Higgs
Docteur mamours
Messages : 1240 Crédits : furiedheart., tumblr
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage au service des pathologies des sortilèges - fin de spécialisation
Faction : Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Occamy
Epouvantard : le vide - pas celui des grandes hauteurs, mais celui de la solitude, de l'abandon
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 5 Sep 2011 - 15:01



La percussion tambourinait dans ses oreilles. « Juste à temps, » souffla-t-elle le cœur battant adossée au mur. Les émotions en pagaille un rire nerveux la chatouilla, le gazouillement explosa presque mais mordant sa lèvre inférieur, elle ferma ses paupières pour mieux le sceller. Et son apparence redevint sienne. « […] Nous avons quelques secondes d'avance et la jeune Kark sera seule. […] » Les traits de la sorcière se crispèrent ; ses yeux s’écarquillèrent. Calliope. Son corps enveloppé du carmin criard des condamnés s’imposa à sa mémoire. Elle pâlit. La jeune étudiante devait à peine pouvoir se tenir debout… Elle se redressa avec raideur, les traits tirés dans un portrait marmoréen de maîtrise. « […] Ah, j'ai aussi la baguette du jeune Kark : ça pourra nous donner un avantage. » Un demi-sourire suffisant éclaira l’ombre de ses prunelles. Une voix féminine annonça le Niveau Un et les portes s’ouvrirent sur un couloir vide. Ses entrailles se nouèrent. « Il n’y a personne ici, » observa le jeune Newburry. Les flammes léchaient ses yeux dont le flegme avait cédé à l’animosité. Il ne s’était pas à adresser à elle mais elle ne put s’empêcher de lui porter un regard sévère. « Hominum Revelio », fit-elle d’une voix que le tourment rendait acide. Personne. Rien n’indiquait sa présence. Ses yeux parcouraient, minutieux, à l’affût d’un moindre indice témoignant de la présence de Calliope en ces lieux. Rien. Ni trace d’un morceau de vêtement perdu, ni de sang séché nulle part. Le sol luisait. La belle enfant n’était parvenue au premier étage…du moins pas encore.

William soutint son regard. Ses iris se confondirent en un mélange de compassion et de fermeté, lui rappelant l’importance de leur avance, de leur présence à tous. Elle ne pouvait succomber à la détresse. Il n’y avait pas de guerre sans victime. Elle devait se faire une raison. Telle une enfant que l’on réprimande, elle baissa imperceptiblement des yeux, les poings serrés le long de son corps. Peut-être s’était-elle arrêtée en cours de route ? Elle jeta un dernier regard à l’ascenseur, acquiesça, et suivit les deux sorciers.

Ses yeux scrutaient la pâle clarté des couloirs qu’ils foulaient. Son ouï fouillait le silence grave des bureaux. Son épiderme frémissait sur la syncopé délicate de son intuition. Le calme solennel intimidait ses sens, contrariait son jugement. Elle se surprit même à craindre sa propre respiration. Un sentiment étrange tordait son ventre, comprimait sa gorge, travaillait son système neural. Des murmures ? Baguette levée, elle s’arrêta. Immobile et muette, elle dressa une oreille inquiète. Son esprit lui jouait-il des tours ? Des oiseaux apparurent à ses côtés. « Arutha Kark, » chuchota-t-elle. Avant que les volatiles ne la quittent, un silencio, rendit leurs battements d’ailes et cris inaudibles. Où qu'il fut, elle espérait ainsi ralentir son avancée.

Lancer de dés : Oppugnio

Oui : Les oiseaux se ruent sur l’héritier lui arrachant un cri. Ah, ah, ah Arutha c’est pas bien d’essayer d’attaquer les gens par derrière !
Non : Les oiseaux, agités par les émotions discordantes de leur envoyeur, filent vers l’ascenseur et criblent de coups un parfait inconnu deux étages plus haut. Ouille…


Dernière édition par Hudson K. Higgs le Lun 5 Sep 2011 - 15:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 5 Sep 2011 - 15:01

Le membre 'Hudson K. Higgs' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 5 Sep 2011 - 16:43

Escaliers ou ascenseur ? La Kark était déjà plantée devant l’ascenseur, en y retournant elle avait espéré que ce dernier soit resté à son étage. Tant pis, restait alors suspendu dans son esprit la fameuse question : escaliers ou ascenseur ? Escaliers ! Les escaliers de secours n’étaient pas très loin, et elle n’avait qu’un étage à descendre. Et surtout l’inaction la mortifiait. Elle n’eut pas de mal à les trouver, leurs emplacements étaient signalés par des panneaux illustrés montrant un sorcier en train de fuir dans les escaliers. La sorcière suivait à pas feutrée les indications, quand elle entendu au loin le « ding » significatif de l’ascenseur accompagnée de la fameuse voix monocorde. Calliope se figea instantanément, son cœur venait de manquer un battement. Elle n’avait pas appelé l’ascenseur, il était donc venu seul. Ses doigts se resserrent sur sa baguette alors que la Poufsouffle se plaquait contre le mur. Grossière erreur, le peu de discrétion qu’elle venait d’acquérir avait été annihilé par le petit cri de douleur que lui avait arraché sa blessure. Notre pauvre petite Kark se leurrait en pensant qu’un peu de dictame suffirait à la remettre complètement sur pied. Accordant un regard à la sorcière qui sortait de l’ascenseur, Calliope comprit instantanément en voyant qu’elle levait sa baguette, que la jeune femme brune l’avait repéré. Par pur réflexe, la Kark s’aplatit sur le sol pour esquiver l’éclair rouge. Elle n’était définitivement pas une mangemort. Toujours au sol, Calliope tenta de lancer un stupéfix à son tour, mais l’éclair rouge ne rencontra que le vide. La poufsouffle avait eu au moins le temps de se relever souplement, et d’enchainer avec un nouveau sortilège informulé. « Everte Statum » Cette fois-ci le sortilège heurta la jeune femme, la Kark ne prit pas le temps de voir à quel point le sortilège avait marché, préférant prendre la fuite et gagner les escaliers de secours.
Oui : Eireann se cogne la tête contre le mur et est sonnée. Pauvre bichette. [T.T]
Non : Eireann est propulsé en arrière, et atterri sur le popotin.

Aussi preste que lui permettait son état, la sorcière faisait défiler les marches sous ses pieds, baguette au poing au droit, la jeune femme s’efforçait d’observer un calme froid empli de méfiance. La tâche fut âpre, la poussée d’adrénaline provoquée par cette micro attaque, faisait battre son cœur à tout rompre. Enfin elle arriva au niveau 1. Elle s’arrêta devant la porte, inspira un grand coup et l’entrouvrit. La Kark entendit alors une faible clameur, des bruits de pas, quelques éclats de voix. Maudite, elle était maudite. Sans refermer la porte, Calliope essaya d’élaborer un plan, elle ne pouvait décemment pas sortir alors qu’elle ne savait pas ce qui l’attendait. Amis ou ennemis, ils étaient plusieurs, et la sorcière n’était plus assez naïve pour se jeter comme une bleue dans la fosse aux lions. Préférant les considérer comme des ennemis Calliope murmura d’une voix blanche son incantation « Serpensortia » Un long serpent noir sortit de sa baguette. « J’ai besoin de ton aide » avait-elle doucement persiflée « Faufiles-toi discrètement à l’extérieur, approches-toi des humains, observes-les et reviens pour me les décrires. » Montrant son bras au serpent, elle lui révéla sa marque des ténèbres. « Regardes s’ils ont ce tatouage aux bras »
Le serpent s’engouffra presqu’aussitôt dans le fin interstice laissé par Calliope.

Le serpent sera-t-il assez discret ?
Oui : Il observe sereinement ce qui se passe, et regagne avec la même discrétion la planque de Calliope.
Non : Il est repéré par un des sorcier présent alors qu’après avoir espionné il regagne la planque de Calliope. Le sorcier ne le rattrape pas, mais le voit s’engouffrer dans la planque de Calliope.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 5 Sep 2011 - 16:43

Le membre 'Calliope A. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
William R. Wallas
Willy Wonka
Messages : 439 Crédits : © Barda Doll
Age du personnage : 51 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Chef du Service des accidents matériels à Sainte Mangouste
Faction : Ordre du phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 5 Sep 2011 - 18:30

L'ingéniosité d'Hudson leur avait évité d'être pris par surprise. Son esprit était celui d'une serdaigle, rien ne pouvait faire douter le médicomage à ce sujet. Une fois le jeune Kark mis à découvert, Wallas réfléchit à toute vitesse : stopper ces mangemorts ne servirait à rien, il fallait détruire l'accès au bureau de ce cher petit ministre anglais. « Expelliarmus ! » lança-t-il en direction du jeune homme qui accompagnait Arutha Kark qui n'était pas avec sa soeur. Etait-elle déjà dans le bureau ? Il fallait agir vite !

Lancer #1
Oui : Zadiste est désarmée et Wallas récupère sa baguette.
Non : Zadiste est désarmé et Wallas ne récupère pas sa baguette.

« Il faut détruire l'accès entre les deux bureaux ! Hudson, Jayze, partez devant ! PROTEGO ! » vociféra-t-il pour qu'ils soient tous trois protéger tandis qu'ils se mettaient à courir, baguette levée pour pouvoir garder leur avance sur les deux autres.

Lancer #2
Oui : Les trois sont protégés du prochain sort qui leur sera lancé (à chacun)
Non : Seul l'un des trois sera protégé du prochain sort.





♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 5 Sep 2011 - 18:30

Le membre 'William R. Wallas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jayze Newburry
Fondateur du club des saigneurs de Calliope
Messages : 834 Crédits : .sparkle
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Vendeur au magasin de Quidditch
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Serdaigle.


Rapeltout
Patronus : Aigle
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 6 Sep 2011 - 7:28

J'étais avec mes deux partenaires : William et Hudson. Nous avancions discrètement, sans faire le moindre bruit. J'avais un peu peur, je l'avoue. Peur qu'un mangemort nous prenne par surprise et nous attaque sans que l'on puisse riposter. Nous nous arrêtions, mon regard s'arrêtait sur Hudson, apparemment elle avait remarqué quelque chose. Mon coeur battait à cent à l'heure, me demandant qui cela pouvait-il bien être. Les murmures de la membre de l'ordre fut 'Arutha Kark' et je compris qu'il s'agissait de mangemort surtout qu'il y avait un Kark. J'avais ma baguette à la main, je regardais derrière moi comme les deux autres en ma compagnie. Ils étaient deux, et ils furent mis à découvert par un sortilège lancée par Hudson : bien joué. William n'avait guère perdu de temps et avait lancé un sortilège de désarmement, tout en nous ordonnant de détruire l'accès au bureau du ministre. Je fis un signe de tête, me retournant alors pour courir jusqu'au bureau du ministre anglais. Protéger ou détruire ? Je n'avais pas bien compris, et à vrai dire j'avais opté pour la deuxième solution qui s'était avérée plus simple à faire.

Je pensais beaucoup trop, à vrai dire j'étais perdu et je me demandais pourquoi je me battais. J'y pensais depuis que le combat avait débuté. Je me battais pour les sang-de-bourbe, pour les moldus alors que je pouvais être un sang-pur si je ne faisais pas de bêtises comme celle-là. Je me demandais si ce n'était pas une cause perdue, les mangemorts étaient nombreux. Je tournais ma tête de gauche à droite, tentant de sortir de mes pensées néfastes. C'était une bonne cause, point barre, c'était la seule chose que je devais penser. J'étais arrivé avec Hudson devant la porte du ministre anglais, je l'ouvris et remarqua qu'il n'y avait personne à l'intérieur : parfait. « Recule un peu, s'il te plaît. Je vais tenter quelque chose pour bloquer son accès. », lui disais-je alors. Nous reculâmes, et je pointais ma baguette vers le plafond juste au dessus de la porte du bureau du ministre anglais : « Bombarda Maxima ! », disais-je. Et, BOUM !


Le sort est assez puissant ?
OUI : toute la porte est recouverte des débris du plafond
NON : la porte est encore accessible, mais le plafond peut encore céder à tout instant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 6 Sep 2011 - 7:28

Le membre 'Jayze Newburry' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 17:09

« Cinq porteurs de baguettes, maitresse. Deux portent votre marque. »
Calliope toujours silencieuse écoutait patiemment les informations que lui confiait le serpent. Deux mangemorts, mais qui ? La logique que voulait que cela soit Arutha et Zadiste, mais dans le chaos général tout avait très bien pu changer. Quoiqu’il en soit, elle n’allait pas laisser deux des siens affronter seuls trois ennemis. « Merci » murmura-t-elle au serpent alors que la créature magique se dissipait. Rapidement la Kark élabora silencieusement un plan tandis qu’un bruit d’explosion retentit. Il fallait qu’elle se dépêche. « Desillusio » petit à petit Calliope disparu, se fondant presque entièrement dans le décors.
Spoiler:
 
Ouvrant doucement la porte pour s’y faufiler, la poufsouffle s’arma de patience pour tempérer le flux d’adrénaline qui courrait dans ses veines, et referma avec soin la porte afin de faire le moins de bruit possible. Son seul avantage, c’était l’effet de surprise, et la Kark comptait bien ne pas le ruiner en se comportant comme un éruptif dans un magasin de fioles. Plus silencieuse qu’une ombre, et plus preste qu’un serpent, la Kark s’approchait de la zone de combat. Baguette au poing, elle s’arrêta un instant avant de lancer ses sorts, histoire d’adapter son plan à la situation. Zadiste et Arutha étaient bel et bien là, le juge n’avait pas de baguette, quant à son ainé il était armé, mais pas de son acajou habituel. L’ancienne préfète-en-chef fit vite le rapprochement avec l’homme d’une quarantaine d’année qui n’en possédait pas moins de trois. Son regard sombre se posa ensuite sur Newburry. Un vif sentiment de vengeance faillit la submergé, et la jeune femme se surprit même à esquisser dans les airs le mouvement d’un stupéfix. Plus tard. Il fallait qu’elle réfléchisse avant d’agir, et non qu’elle se lance comme un bouffondor téméraire. De la même façon, la Kark s’efforça de ne pas prêter attention à Hudson, trop de sentiments contradictoires à son égard. Le tout risquait de la troubler, non, pour renverser la situation à leur avantage. Il fallait qu’elle pense et se comporte comme Lilith, modèle ultime pour la Kark du calme froid et intelligent que se doivent d’observer les sorciers sur champs de bataille. D’abord il fallait qu’elle rétablisse un certain équilibre, en désarmant le sorcier le plus âgé. Toujours dans un souci de discrétion, elle préféra lancer un « expelliarmus » informulé, prenant le risque de finalement rater son sortilège. Un sort informulé permet d’obtenir un certain effet de surprise certes, mais il demande également plus de concentration, chose difficile à avoir lorsque l’on se retrouve au milieu d’ennemi avec la peur que son sortilège de désillusion cesse à tout moment.

Spoiler:
 

Calliope ne put s’empêcher de se mordre la lèvre quand seule la baguette d’Arutha arriva dans ses mains. Elle aurait bien juré si elle avait pu s’offrir le luxe de faire entendre sa voix, les cinq protagonistes avaient vu la baguette arriver dans sa direction, indiquant par la même occasion où était le sorcier venant de lancer un expelliarmus. Tant pis, il fallait bouger maintenant, alors qu’elle était toujours invisible, elle courut jusqu’à son frère et lui colla sa baguette dans sa main, avant de se ruer vers la porte du bureau du ministre qu’elle ouvrit à la volé avant de s’engouffrer dans cette pièce qu’elle ne connaissait que trop bien. Haletante, la Kark tenta de reprendre son souffle alors que petit à petit son corps reprenait ses couleurs, et qu’une intense douleur émanait de son dos.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol



Dernière édition par Calliope A. Kark le Mer 7 Sep 2011 - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 17:09

Le membre 'Calliope A. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :


--------------------------------

#3 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hudson K. Higgs
Docteur mamours
Messages : 1240 Crédits : furiedheart., tumblr
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage au service des pathologies des sortilèges - fin de spécialisation
Faction : Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Occamy
Epouvantard : le vide - pas celui des grandes hauteurs, mais celui de la solitude, de l'abandon
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 18:53

Ses vaisseaux se crispèrent tandis que sa pression grimpait à une vitesse vertigineuse. Le froid s’insinuait à la lisière de ses racines épuisées de leur sève. L’inflammation glaciale des articulations de ses doigts rendait douloureuse la pression exercée machinalement sur le bois de sureau. Figée par la tension insupportable, elle avait suivi ses créatures filer à l’angle du couloir. Un cri odieux déchira le silence. Et le sourire naquit à la commissure de ses lèvres ; ses inquiétudes muèrent en autant de vilenies ; ses veines se dilatèrent, se nourrissant d’une liqueur au parfum sucré ; elle se sentit flotter aux portes des frontières qu’elle s’était imposées. Ses défenses défaillaient, fatigués de se battre contre les impulsions primitives de l’aiglonne, envoûtées par le sifflement hypnotique de ses démons. Seule la présence de Jayze et William la gardait de l’ombre qui la dévorait. Son cousin fut désarmé. Elle ne put s’empêcher de faire peser sur lui un regard lourd d’invectives avant de rejoindre le jeune Newburry. Celui-ci lui intima de prendre ses distances ; elle obtempéra un sourcil sceptique relevé d’un angle aigu.

Le plafond chuchota un tremblement de poussière tandis qu’une nervure en fendit la structure lisse ; mais rien ne s’écroula. Elle soupira mi exaspérée, mi amusée. Zak aurait sans nul doute tenté la même chose, songea-t-elle. Un instant, elle considéra le plafond ; un rien suffirait à son effondrement. Le courant de ses réflexions fut soudainement interrompu. L’héritier venait de retrouver sa baguette… comme par enchantement. Ses yeux scrutèrent le couloir. Zadiste n’avait pu débarrasser le médicomage de la baguette d’Arutha, en outre, s’il l’avait pu il aurait préféré la sienne à celle d’un autre. Impossible. Quelque chose clochait, elle oubliait un détail. Un courant d’air balaya une mèche brune échappée de son nœud et la porte claqua. Merde. Elle pénétra dans le bureau du ministre, baguette pointée sur le néant et appela : « Calliope ! » Elle espérait que ce fut elle quand bien même sa présence n’augurait rien de bon. Ses déplacements témoignaient d’un rétablissement certains et c’était tout ce qu’il comptait. Elle l’entendait reprendre son souffle, lui indiquant sa position. Peu à peu le charme s’évanouissait. « Expelliarmus ! »

Spoiler:
 

Ses doigts resserrèrent leur étreinte sur le bois. Sa main libre se contractait, se décontractait inlassablement le long de son corps. Aucun mot ne sortit de sa bouche, ils s’entrechoquaient dans sa gorge et s’y tassaient. Ses sentiments s’étouffèrent dans l’étau de la confusion ne laissant jaillir qu’une colère atroce. L’irritation brûlait ses poumons. Sa fureur ne trouvait aucune raison. Elle avait pourtant besoin de se déverser, de s’écouler car elle lui était trop insupportable. La jeune Higgs se mordit le bout de la langue. « Ne bouge pas, » murmura-t-elle les lèvres pincées, ses prunelles embrasées d’un feu menaçant dont les étincelles ne brillaient que de regret. Sa baguette pointée sur son amie d'enfance, elle s'en approcha d'un pas lent l'obligeant à faire dos à la porte. Puis, tout en reculant, elle l'observait le cœur déchiré. Quand enfin elle trouva sa baguette, elle la ramassa. La distance n'atténuait l'abominable souffrance qui la rongeait mais lui sembla préférable à la proximité de ce corps frêle qu'elle ne pouvait soulager de son mal. « Pourquoi, » souffla-t-elle. Elle avait rêvé de ce jour, mais le cauchemar ne fut jamais aussi cruel. Chaque seconde était une lame meurtrière entaillant sa chair dans une lenteur religieuse dont elle savourait presque le mouvement. L’incision n’était rien comparée au regard noir de l’étudiante. Elle était le met délicat dont sa colère devait se nourrir pour ne pas mourir car il ne fallait qu'elle l'abandonne. Le poison délicat achevait ses dernières défenses. Le cristallin de ses prunelles se chargea d'éclair. D'un torrent froid. Elle accueillit son venin tel un vieil ami, l'écouta susurrer à son oreille : " Seuls les impies sont faibles. Nous Higgs restons fiers dans l'adversité." C'était la voix de son père.


Dernière édition par Hudson K. Higgs le Mer 7 Sep 2011 - 19:46, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 18:53

Le membre 'Hudson K. Higgs' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 19:59

    C'était la misère, le sort était vraiment contre les Kark. D'abord c'était Calliope, mystérieusement disparue dans l'ascenseur. En y repensant, il ne l'avait pas vue du tout à l'étage. Soit son sort avait échoué, et elle était morte, soit elle avait fait un détour ailleurs pour Dieu sait quoi ou, dernière possibilité, elle avait abandonné. Arutha frissona. Non, Callie ne pouvait être morte. Il n'était peut-être pas médicomage mais avait eu tellement de volonté que son "vulnera samento" avait forcément réussi ! Dans un hoquet de douleur, s'imaginant sa soeur baignant dans son sang, le coeur du jeune homme rata un battement. Puis un second lorsqu'il eut la certitude qu'ils étaient repérés. Cette certitude fut confirmée lorsqu'un chuchotis non loin de là ordonna à des oiseaux magiques de s'abattre sur lui. Il tenta de se protéger le visage de ses bras, mais rien à faire. tenaces, ils s'acharnaient sur lui. Incapable de faire le moindre mouvement, il finit par tomber à la renverse, se cogna contre le bureau. Deuxième fois en à peine 10 minutes qu'il se cognait la tête. Si cela continuait ainsi, il n'allait pas faire long feu. Pourquoi sa maladresse puérile reprenait le dessus lorsque les choses lui échappaient ? Comme si ça devait empirer... Non, vraiment, le sot s'acharnait contre lui, c'était une évidence.

    Ensuite, il ne vit pas trop ce qu'il se passa. Il entendit des bruits de pas précipités, puis une explosion. Celle-ci le réveilla et, peu à peu, il recouvra ses esprits. Il eut juste le temps d'apercevoir le plafond s'écrouler en infime partie devant la porte. Tsst, un bombarda maxima raté, pitoyable. Même lui aurait fait mieux. Il se mit à sourire en songeant à l'imbécile très mauvais en sortilèges. Ce n'était surement pas Jayze. S'il avait été capable d'un Sectumsempra, il aurait dû pouvoir arriver à ses fins... Mais là n'était pas la question. Se relevant comme il le put, Arutha put assister à la scène de désarmement de sa propre baguette. En effet, elle avait étrangement échappé des mains de William pour atterrir dans une forme de main invisible... Et si... Calliope ! Elle lui remit la baguette entre les mains et fila à toute vitesse. Elle était sûrement repérée. Si lui avait deviné sa présence, les autres, aussi idiots et pas doués soient-ils, n'étaient pas dupes à ce point. Une Kark disparue, une baguette réapparaissant, trop louche pour ne pas s'apercevoir du manège. Liam murmura un "merci" qui se perdit dans la semi-obscurité. Il se tourna ensuite vers Zadiste :

      - Hey, ils vont tenter de tuer Callie. Ils ont tout compris, il faut les en empêcher. Ecoute hum... J'essaie de protéger Calliope et tu t'occupes de trouver le ministre ? Je vous couvre, quoi qu'il arrive.


    Sans attendre de réponse, il fila à toute allure vers les membres de l'ordre. Ils s'étaient engouffrés dans le bureau du ministre dans lequel sa soeur était entrée, invisible, se fondant dans le décor comme un caméléon. Il ouvrit la porte à la volée, sans aucune précaution. C'était mauvais de sa part, mais le temps était compté. Un spectacle touchant s'offrit à lui. Hudson, devant Calliope, semblant indécise. Mini-Kark était désarmée, vulnérable. Cela ne pouvait se passer comme ça. Higgs ne ferait rien, mais William, ou encore ce Newburry insupportable n'hésiteraient pas à la tuer.
    Sans attendre, il passa à l'action hurlant à l'intention de sa soeur et de lui-même :

      - Protego !


    Se tournant ensuite vers William. Après tout, il devait affaiblir le plus grand, le leader des trois. Et, l'air déterminé, cracha dans un rictus mauvais :

      - Doloris !




Protego :
Oui : Arutha et Callie sont protégés des deux prochains sorts
Non : chamboulé, précipité, Aruthase foire comme un imbécile et ne peut donc assurer la protection de personne.

Doloris :
Oui : William tombe, et subit les effets du sort
Non : William ressent une légère douleur qui le paralyse quelques secondes seulement


Dernière édition par Arutha L. Kark le Mer 7 Sep 2011 - 20:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 19:59

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
William R. Wallas
Willy Wonka
Messages : 439 Crédits : © Barda Doll
Age du personnage : 51 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Chef du Service des accidents matériels à Sainte Mangouste
Faction : Ordre du phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 22:42

    Ils étaient à deux doigts. A deux doigts de leur objectif. Calliope Kark venait de tout faire rater. La déception n'était pas suffisamment forte, cependant, pour lui faire oublier sa colère. Le bureau du ministre était à présent rempli. Le jeune Newburry, Hudson et lui contre les deux enfants Kark.

    Le médicomage n'eut pas l'occasion de réfléchir à un plan d'attaque, Arutha Kark lui jetait le sortilège Doloris. Heureusement pour lui, son Protego préalablement lancé agissait toujours. Il ne ressentit donc aucune douleur significative du sortilège. Le soulagement s'écoula dans ses veines, et il put recommencer à réfléchir. Faisant confiance à ses deux alliés pour qu'ils le protègent, il se tourna vers la porte, pointa sa baguette sur un point imaginaire et de sa main sûre et stable de médicomage lança un firmare exire et fit le tour de la salle. Les filaments dorés, preuves que le sortilège fonctionnait, créaient une ligne horizontale. Une fois le point B atteint, toutes trace du sortilège s'effacèrent. A présent, il était sûr que plus personne n'entrerait ni ne sortirait.


Lancer de dé : William a du faire vite, le sortilège agira-t-il longtemps ?

Oui : Les effets s'estomperont au bout d'une demi heure
Non : Le sortilège cessera de faire effet d'ici dix minutes.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Sep 2011 - 22:42

Le membre 'William R. Wallas' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jayze Newburry
Fondateur du club des saigneurs de Calliope
Messages : 834 Crédits : .sparkle
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Vendeur au magasin de Quidditch
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Serdaigle.


Rapeltout
Patronus : Aigle
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 8 Sep 2011 - 19:27

C'était trop rapide pour mes petit yeux marrons clairs, et il fallait dire que je n'avais pas réellement compris ce qu'il s'était passé. J'avais tenté de bloquer l'accès au bureau du ministre, mais j'avais échoué lamentablement dans mon sort. Le plafond était seulement prêt à céder, et donc l'accès à la porte était toujours ouverte. J'avais presque réussi, on avait presque réussi à mettre un terme à notre mission. Enfin, s'il n'y avait pas eu cette poufsouffle. Elle avait tout gâché, il fallait qu'on se débarrassé d'elle sérieusement. Mon sortilège n'avait pas marché ou quoi ? Peut-être qu'elle voulait un peu plus pire. En tout cas, elle était rentrée dans le bureau du ministre, comme tout le monde désormais à vrai dire. Je regardais le doloris lancé par le Kark sur le leader de l'Ordre, mais qui n'eut aucun effet. Mon regard se portait sur les deux Kark et l'autre qui s'était mis en travers de mon sortilège lancé plus tôt dans cet évènement sur Calliope. Je tenais fermement ma baguette, il y avait beaucoup d'experlliamus qui volait dans les airs, pourtant je savais que même si je la tenais, elle volerait sans aucun doute.

Bref, je devais rester concentrer sur la situation. Je regardais mon compagnon exécuter un sort qui allait nous empêcher de sortir, et même empêcher les autres de rentrer dans la pièce. Les choses réellement sérieuse allaient commencer, désormais. Ma baguette se pointe envers les Kark. J'aurais pu la pointer sur celui qui m'avait stupefixer, mais je ne savais pas encore que c'était lui. A vrai dire, je ne savais pas trop quoi faire et j'étais un peu encore perdu dans mes pensées comme précédemment. Et, il faut l'avouer ce n'était pas exactement le bon moment pour être plonger dans ses pensées. Ma baguette étaient toujours pointé : « Petrificus Totalum ! », criais-je en direction du grand Kark. J'avais tenté de petrifier le Kark afin de le bloquer et que le combat soit plus facile : il semblait être le plus doué, et le plus sur de lui à vrai dire.

Le sort marche-t-il ?
OUI : Arutha est pétrifié quelques instants.
NON : Arutha ne l'est pas . Il faut rester concentrer petit Jayze.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 8 Sep 2011 - 19:27

Le membre 'Jayze Newburry' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 0:05

Sa baguette venait de quitter le fin écrin de ses doigts, lui arrachant une moue contrite. Elle n’aimait pas ça, cette situation lui en rappelait une autre. Plus de magie, cernée d’ennemis, il ne manquait plus qu’un huis clos, et Calliope sentirait comme cette nuit de juin, vulnérable et oppressée. Quoique, il lui restait son poignard trônant fièrement à sa cuisse droite. Sans doute la morsure était-elle plus douloureuse, c’était Hudson qui l’avait délesté de sa baguette. Hudson, la Kark s’était promis de lui tenir tête, l’adolescente avait même voulu lui offrir son premier sort. Mais entre des noirs desseins, et leur application réelle il y a un fossé, creusé par l’absence de baguette, mais surtout l’émergence de sentiments qu’elle aurait dû enterrer depuis longtemps. Reprenant une certaine contenance alors que son rythme cardiaque se stabilisait, la sorcière en profitait pour se redresser, et regagner la raideur caractéristique de toutes les jeunes filles de bonnes familles. Reforger le masque, un instant brisé, son regard sombre s’était à nouveau fait dur. Il lui avait suffi de se remémorer la douleur éprouvée lors du départ d’Hudson, l’intense sentiment de trahison supplantait comme à chaque fois la joie des jours heureux. « Ne bouges pas ! » L’ordre ne lui fit ni chaud ni froid, sans quitter la métamorphomage de son obscur regard, la belle Kark s’était contenté de reculer, juste quelques pas en arrière, la rapprochant un peu plus du bureau de son vénérable Lord. « Pourquoi ? » La question était sotte. Et pourquoi quoi ? Pourquoi se trouvait-elle ici ? Pourquoi se retrouvait-elle couverte de sang, incapable de bouger son bras gauche ? « Je te retourne la question, Hudson. Pourquoi ? Pourquoi faire ça ? Tu comptes toi aussi essayé de me saigner à mort ? Ça ne te suffit plus d’avoir trahit les tiens, il faut désormais que tu les extermines. » C’était vil, et injuste, Calliope le savait, et se délectait d’avance de la peine que ça pourrait faire à la jeune Higgs. Elle aussi devait payer, la Kark en avait assez d’être la seule à souffrir sans arrêt. La Poufsouffle continuait d’avancer à reculons se plaçant finalement derrière le bureau. Les choses s’enchainèrent alors rapidement, Arutha venait de débarquer lui créant une occasion inespérée.

Calliope avait à la grande différence des autres protagonistes se trouvant dans la salle l’avantage du terrain. Ce bureau, elle le connaissait par cœur ou presque , elle y avait passé de longues heures à attendre silencieuse et presque immobile, alors que son père s’entretenait avec le seigneur des ténèbres. Le bureau du Lord n’était pas qu’une simple salle de travail, c’était là où il consignait ses trésors, et Calliope avait eu la chance de le voir en utiliser une infime partie. Mais plus d’un an s’était écoulé depuis la mort de son vénérable seigneur, est-ce que ces jouets du Lord se trouvaient encore dans ce bureau ?
Spoiler:
 


Le seul moyen de le savoir restait encore de se lancer. Le bureau était ensorcelé à l’instar de la chambre des secrets seuls des mots en Fourchelang permettaient d’accéder aux trésors que renfermait ce bureau. C’était d’ailleurs sans doute pour cette raison qu’une partie de l’héritage du Lord n’avait pas été disséminé aux quatre coins du monde des sorciers. « Ouvres-toi » le premier tiroir obéit, s’ouvrant à la voler découvrant un fin bâton d’argent sur lequel un serpent d’or s’était enroulé. Rien de bien inspirant, mais elle n’avait pas le temps de chercher plus longtemps. La Kark se saisit de l’objet, le tenant comme une baguette, grossière erreur. Elle intimait des ordres confus en Fourchelang en priant intérieurement pour qu’un de ces derniers ait un quelconque effet sur cet artefact, et surtout pour que ce dernier ne soit pas qu’un simple objet de décoration. La chance finit par lui sourire car d’un mouvement brusque qui l’a fit lâcher le bâton d’argent se dernier muta, se déployant en un bouclier rond finement ouvragé, et dont le front était ceint d’une majestueuse tête de basilic. Etait-ce là un élément purement décoratif ou signe distinctif d’une magie noire plus puissante ?
Spoiler:
 
La Kark comprit bien vite qu’elle ne pourrait rien tirer de plus de ce bouclier, et entreprit de s’en servir immédiatement. La Poufsouffle s’en arma maladroite, et le dressant devant elle entreprit de charger Hudson avec afin de récupérer sa baguette. Mais cette tentative désespérée avait-elle une chance de marcher ?

Spoiler:
 


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol



Dernière édition par Calliope A. Kark le Ven 9 Sep 2011 - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE VI ϟ Event final
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Ministère de la Magie