i'll pick you up if you're getting down. (Graham)



 



i'll pick you up if you're getting down. (Graham)
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Institutions mangemorts :: Hôtel de ville
avatar
Marion J. Vaisey
Messages : 2504 Crédits : moi-même (avatar), broadsword (code) & tumblr (gifs)
Age du personnage : 21 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Assistante au Magenmagot Mangemort
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Panda roux
Epouvantard : Coincée dans un miroir et voir les murs se rapprocher sans réussir à s'en sortir. (Assapor style)
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 5 Oct 2014 - 11:09

La pluie de début Octobre s’abattait lourdement sur les fenêtres du bureau que je partageais avec Abruti Salamander, rendant l’atmosphère de la pièce encore plus morose qu’elle ne l’était déjà. Cela faisait maintenant quelques mois que Robin était aux mains des Phénix et Logan, malgré ses piques acerbes et sa suffisance, n’avait pas la même superbe qu’avant. Non pas qu’il en ait vraiment eu mais il était évident que quelque chose avait changé chez lui. Et je pouvais le nier autant que je le voudrais, si cela avait été Theo à la place de Robin, je n’en mènerai pas large non plus. Mais plus que lui, c'était une évidence.

J’étais perdue dans mes pensées lorsque Logan racla sa chaise dans un bruit désagréable et quitta la pièce sous mon regard noir. Le Salamander traînait cette chaise grinçante depuis bien trop longtemps mais la gardait plus pour me taper sur les nerfs qu’autre chose. Après tout, ce n’était pas si compliqué que de demander à un Basique d’aller lui en chercher une autre. Sauf si cela agaçait plus votre « rival » que vous-même. Car c’était ce que nous étions l’un pour l’autre : des rivaux. On nous promettait de belles perspectives d’avenir, très probablement les mêmes d’ailleurs. Mais le facteur « sortir de Pré-au-Lard et récupérer le pouvoir que les Phénix nous ont pris » n’était plus le seul à compter dans la balance : nous ne pouvions pas avoir les mêmes perspectives. Nous ne pouvions pas nous partager la première marche. Ce serait lui ou moi et je ne comptais certainement pas me faire évincer de la carte.

Je soupirai à cette pensée et jetai un coup d’œil à l’horloge. Logan était parti déjeuner et j’allais en faire autant. Vérifiant une dernière fois mon dossier, je me levai pour aller le déposer sur le bureau de la Mulciber-Kark, baguette dans la poche, avant de me diriger vers les ascenseurs. Ce midi ne serait pas un midi comme les autres : j’avais rendez-vous avec Graham pour le déjeuner. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu mon cousin et il serait, du moins je l’espérais, un moyen de me changer les idées. Car entre Logan, le travail et l’échec de la mission à la centrale nucléaire, les jours passaient et se ressemblaient. La mission avait d’ailleurs été un coup dur pour toutes les personnes au courant mais nous avions appris notre leçon : il ne fallait pas faire confiance à un Sang-de-Bourbe. Ou du moins, pas à n’importe lequel d’entre eux.

L’ascenseur, qui était étrangement vide à cette heure, indiqua que je venais d’atteindre l’étage de la Brigade Mangemort. Le bruit de l’étage me changea du mien, beaucoup plus calme et surtout beaucoup moins peuplé. En presque deux ans à l’Hôtel de Ville, je n’étais que très rarement venue ici. Les quelques fois où j’étais descendue étaient simplement pour venir voir Donald, et encore. Je vis d’ailleurs ce dernier au loin qui se demandait ce que je faisais là de par son froncement de sourcils et son regard interrogateur. Je lui demandai rapidement s’il avait vu mon cousin. Il hocha négativement de la tête et me dit au revoir d’un signe de main, pressé.

Je continuai d’avancer lorsqu’une voix familière m’interpella : Graham. Je vins à sa rencontre avec un léger sourire.

« Tu préfères quoi : le réfectoire ou un sandwich ? Car m’aventurer à Pré-au-Lard avec cette pluie ne me tente pas du tout. »

Les embrassades n’avaient jamais été ma tasse de thé, encore plus en public et Graham était le mieux placé pour le savoir. Je ne supportais pas les marques d’affection en public et cela ne changerait jamais. Il était vrai cependant que je tentais de faire des efforts au niveau de ma sociabilité avec l’aide de Donald –sachant pertinemment que cela me jouerait des tours pour l’avenir, même s’il faut pour cela que nous puissions sortir d’ici. Mais si je commençais à voir l’utilité de ce trait de caractère qu’avait mon fiancé, celui de montrer son affection en public n’était pas du tout limpide, car il ne l’était pas. D’une manière ou d’une autre, mes proches savaient qu’ils comptaient pour moi et vice-versa. Pas besoin que des inconnus le sache, ou cela pourrait me retomber dessus un jour. Ne jamais montrer ses faiblesses et avoir une longueur d’avance.
Dans le cas de Graham il n’y avait, certes, rien à cacher : nous partagions le même nom de famille. Mais cela ne changeait rien concernant les marques d’affection en public malgré tout.

« Tu n’as pas l’air en forme, ça va ? », demandai-je en fronçant les sourcils, remarquant à peine les traits de son visage. Le déjeuner faisait office de « pré-repas de famille ». Et vu sa mine, j’avais l’impression que le dit repas de famille serait plus mouvementé que d’habitude…

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

i don't believe in no-win scenarios
« we've all got a past that can hurt us, don't let yours hurt you. »
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

i'll pick you up if you're getting down. (Graham)
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Institutions mangemorts :: Hôtel de ville