Un ami qui vous veut du bien



 



Un ami qui vous veut du bien
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs
avatar
Jasper G. Westman
Messages : 58 Crédits : Topi
Age du personnage : 44 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Braconnier et contrebandier
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard

Ce message a été posté Mar 9 Sep 2014 - 9:54

Aaah, la Cabane Hurlante… Jasper ne s’attendait pas à se sentir nostalgique en venant ici mais une vague de souvenirs lui revient en mémoire alors qu’il considère la silhouette lugubre de la vieille bâtisse. Ça lui rappelle Poudlard. Le bon vieux temps de l’insouciance, quand il était si aisé de se faire peur avec de simples fantômes. Le grand jeu était de savoir qui serait le plus brave et oserait s’approcher au plus près de la maison. À l’époque ils étaient des gosses. Des gosses loin de se douter que d’ici quelques années la guerre leur apporterait son lot d’horreurs. Assez pour toute une vie de cauchemars.

Jasper s’ébroue comme un vieux chien.
Il remue les épaules pour mieux chasser les souvenirs de devant ses yeux.
Ce n’est pas pour ça qu’il est venu ici. Il faut qu’il arrête avec ces conneries.

D’un pas décidé il franchit le portique branlant marquant l’entrée de la propriété. Il n’a même pas un regard pour l’écriteau sur lequel on peut lire distinctement l’avertissement : no trespassing, violent gohsts ahead. Ça fait longtemps que le mythe de la Cabane Hurlante est mort. Et puis ce n’est pas la première fois qu’il fout les pieds ici. Depuis une dizaine d’année, les contrebandiers du coin ont pris l’habitude de se servir des lieux comme d’une planque. Jasper contourne alors la maison par l’arrière, là où il sait que le sortilège empêchant d’arracher les planches clouées aux fenêtres a en partie été levé. Après ça il suffit juste d’un peu de poigne pour ouvrir un passage. Et d’un bond leste pour passer de l’autre côté.

Un nuage de poussière se soulève autour de ses chaussures quand il atterri sur le parquet grinçant. Il se trouve dans le salon du rez-de-chaussée. Deux canapés recouverts de plaids à moitié mangés aux mites se font face et encadrent une imposante cheminée en pierre. Les tapis sur le sol se distinguent à peine à cause de l’insalubrité des lieux. Malgré ça, Jasper pousse un soupir d’aise comme s’il était bon de rentrer à la maison. Il y a un peu de ça d’ailleurs puisque Silas, Martin et lui avaient squatté ici après l’invasion des ricains, le temps de trouver quelque-chose dans le centre. C’est pour cela qu’il n’hésite pas quand il s’accroupit près de la vieille commode de grand-mère dans le fond de la pièce. Il fait sauter une lame de parquet et tire une bouteille de Pur-Feu hors de sa cachette.

Il y a aussi deux verres, qu’il pose sur le guéridon avant de se laisser tomber dans l’un des canapés, celui qui fait face à la fenêtre éventrée à travers laquelle il est passé. Parce qu’il attend quelqu’un. Un invité si l’on peut dire. Ian Blackburn. Il lui a envoyé un hibou ce matin en lui demandant de le retrouver ici. Il lui a expliqué comment trouver l’entrée mais est resté vague quant au reste. Il s’agit de ne pas effrayer l’animal avant l’heure. Il lui a simplement dit qu’ils devaient parler, que c’était important et que ça concernait le pacte que les Salamander avaient passé avec les loups suite à la mission qu’ils avaient accomplie ensembles. Rien de plus.

Un sourire mauvais fend les lèvres de Jasper alors qu’il arrache le bouchon de la bouteille d’un simple coup de dents. Il sait que ce qu’il a écrit dans sa lettre est maigre, que cela peut susciter la suspicion de son interlocuteur, mais il viendra. Il n’en doute pas. Ian Blackburn ne voudra pas attirer l’attention sur lui en faisant mine d’ignorer un tel courrier. Il prendra le risque. Et le piège se refermera sur lui. Chasser est une question d’habitude et ça fait bien longtemps que Jasper est passé maître en la matière.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 3 Oct 2014 - 20:58

Ian remonta le col de sa cape en marchant vers la cabane hurlante. Il était suffisamment agacé, voire inquiet, pour en plus se faire repérer entrer dans cette ruine plus que louche. Ou choper un rhume. Evidemment, il s'était douté que quelque chose comme ça allait arriver depuis qu'ils étaient rentrés de leur mission dans la forêt. En fait, il s'en était douté depuis qu'ils y étaient partis. Evidemment, si lui avait repéré ce qu'il y avait de louche avec Jasper Westman, lui qui avait vécu une grande majorité de ses plaines lunes enfermé dans une cave, lui qui se droguait à la potion tue-loup et qui cachait à presque toutes ses connaissances sa condition, il n'y avait aucun doute que Westman l'ai repéré. Comme Ooljee, et comme les autres loups.

Il avait eu peur que Westman ou un membre de la meute ne le dévoile pendant la mission. Il avait été prêt à faire quelque chose, il ne savait pas vraiment quoi, mais il avait passé la mission les cheveux dressés sur la nuque. Heureusement pour lui, il ne s'était rien passé pendant la mission. Enfin rien qui le concernait en particulier. Mais maintenant, quelques jours à peine plus tard, le temps de reprendre leur souffle, et il avait reçu ce hibou. L'écossais n'avait jamais été dupe, pour absolument rien, et il savait parfaitement ce que Westman allait lui dire, malgré le parchemin on ne pouvait plus vague qu'il avait envoyé.

Il aurait pu l'avoir invité pour se lier d'amitié, lui proposer de courir avec lui dans la forêt, ce genre de choses bucoliques, mais Ian avait passé plus de 25 ans de sa vie à se méfier de tout et de tout le monde, et il n'avait aucune confiance en son camarade garou. La soi-disant solidarité des loups ne les incluaient pas, ils ne faisaient pas partie d'une meute, et pour le peu qu'il le connaissait, Westman n'aurait aucun scrupule à le faire chanter. Le tout était de savoir ce qu'il voulait en échange de son silence. Et de savoir comment se sortir de ce merdier sans le tuer. Ou comment le tuer sans se faire prendre. Il pensa à Murphy en arrivant en vue de la cabane décrépie. Il verrait plus tard s'il lui en parlait ou non. Selon l'envergure du problème.

Le parchemin lui avait indiqué de faire le tour de la bicoque et passer par une certaine fenêtre. Super. Il grogna en donnant un coup de pied dans une planche en bois dans le chemin et sauta le chambranle. La cabane était en ruines, et envahie de poussière et moisissures. Ian retroussa légèrement le nez en se redressant, face à son hôte, assis tel un mafieux dans son canapé bouffé aux mites. Ou posé sur son coussin moisi comme un chien galeux.

"Westman."

Un petit hochement de tête en sa direction, et un coup d'œil vers les deux verres sur le guéridon. Whisky, à la couleur. Au moins le cabot avait un minimum de savoir vivre, mais il n'était pas sûr de vouloir toucher au verre. Pas envie d'attraper une saloperie. Ou des puces.

Alors il resta debout, détendu, attendant que Westman lâche sa petite bombe. Voir s'il scellait son destin, ou pas encore.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jasper G. Westman
Messages : 58 Crédits : Topi
Age du personnage : 44 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Braconnier et contrebandier
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard

Ce message a été posté Mer 8 Oct 2014 - 21:06

Le bouchon en liège, expulsé dans un souffle brusque, roule dans la poussière et Jasper ne se fait pas prier pour s’enfiler derechef une franche rasade de spiritueux dans le gosier. Son geste est suivi par un grognement appréciateur. C’est que c’est pas de la camelote ce petit digestif. Par curiosité, il fait tourner la bouteille sur elle-même pour jeter un œil à l’étiquette et ce qu’il y lit lui arrache un ricanement mauvais. Distillerie Blackburn. Encore une preuve que le hasard a franchement un humour unique en son genre ! On dirait presque un signe du destin, si tant est qu’il ait jamais cru à ces conneries. Ça l’amuse pourtant. Ce petit clin d’œil innocent qui n’en rend la plaisanterie que plus belle encore.

En attendant son invité, il a encore le temps de savourer deux délicieuses gorgées de nectar avant que le loup ne point le bout de son nez. Au sens propre et figuré. Et le moins qu’on puisse dire c’est que Ian Blackburn ne semble guère effarouché par cette rencontre. Jasper s’était attendu à ce qu’il montre de la curiosité ou même de l’indignation à ce qu’un basique pouilleux ait osé le traîné ici, dans ce taudis, pour une raison obscure. Mais Ian Blackburn se contente de le saluer sobrement. Pas de questions. Pas de phrases grandiloquentes. Son nom juste, et un hochement de tête. Sait-il ? Se doute-t-il ? Un nouveau sourire fend les lèvres du contrebandier, dévoilant ses dents noircies par le tabac et une hygiène discutable.

« Vous avez entendu parler de la parade de notre chère cheftaine de faction pour régler le petit soucis du mariage inter-espèces ? Attaque-t-il en s’octroyant le luxe de faire l’impasse sur les civilités de base. Puisque ça n’a pas l’air de déranger l’autre autant rentrer tout de suite dans le vif du sujet. Une superbe trouvaille, vraiment ! Une leçon de diplomatie ! Ou comment ne froisser l’ego d’aucun parti en rabaissant juste ce qu’il faut le statut des loups-garous pour que les véritables sang-pur ne se sentent pas rabaissé dans la très haute estime qu’ils ont d’eux-mêmes. »

Son sourire s’élargit. Oh non, il ne va pas lui simplifier la tâche et juste lui balancer ce qu’il a derrière la tête. Où serait la distraction sinon ? Jasper n’est pas un de ces rabat-joie qui ne croient pas à la possibilité de mixer le plaisir aux affaires. Il a d’ailleurs toujours mis un point d’honneur à savourer ses méfaits comme il savoure un bon whisky. Même quand il s’agit de tabasser un homme à mort. C’est ça qui différencie les amateurs des maîtres selon lui. Alors il ajuste sa position dans le canapé. S’enfonce plus profondément dans les coussins comme s’il s’agissait d’un trône. Le trône des misérables. De la vermine en son genre. Ceux qui se complaisent dans la chiure de ce monde et en tirent leur fierté sans la moindre honte. Sans le moindre scrupule.

« Asseyez-vous. J’ai justement un remontant qui devrait vous plaire pour faire passer la pilule d’une telle nouvelle. Ce sera plus facile à avaler pour vous. »

Il lui désigne le canapé qui lui fait face puis lui tend sa bouteille. Libre à lui de prendre un verre ou de picoler à l’ancienne, directement au goulot. Il y a plus de chance de choper une saloperie rien qu’en respirant l’air rance et humide qui flotte ici plutôt qu’en échangeant un pauvre milligramme de salive. Mais peut-être que l’allusion qu’il a discrètement glissé à l’intention de son interlocuteur lui fera passer l’envie de porter un toast. Ce n’est pas comme s’ils pouvaient fêter l’annulation prochaine de son mariage avec la délicieuse Heather Lannister ! Cela aurait été d’une impolitesse monstre !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Oct 2014 - 20:14

L'odeur de l'humidité et du moisi lui attaquait les narines. Il avait beau être une brute épaisse, avoir senti le sang sécher sur son visage, des cadavres brûler et les sorts qui craquaient dans l'air, il ne se considérait pas comme particulièrement précieux et qui plus est, il bossait dans de la bouse et du foin cinq jours par semaine, n'empêche qu'à ce moment précis, il plissait un peu le nez. Un coup d'œil autour de la pièce lui indiqua qu'aucune surface ne méritait qu'il s'assoie dessus. Alors il restait debout, les bras croisés; les yeux dans ceux de l'autre homme qui l'avait invité.

Et voilà que l'autre, en plus de lui montrer ses chicots dignes d'un paysan des âges sombres, commençait à entamer la discussion. Charmant, mais s'il voulait tailler le bout de gras, il aurait pu aller au bar faire du charme au barman. Lui aussi était basique, mais au moins il avait un minimum d'hygiène et ils pouvaient toujours se taper dessus s'ils s'embêtaient. S'il commençait à se battre avec machin, déjà il risquait d'attraper une saloperie s'il se faisait griffer, et en plus il n'était pas sûr d'avoir le dessus, pour une fois, même après avoir lutté avec une meute de croups.

Il haussa un sourcil en laissant Westman finir sa petite histoire. Sans vraiment s'en rendre compte, il s'était un poil redressé, les bras toujours croisés. Evidemment, il savait, ce con, et Ian était un habitué des insultes déguisés, bien que celles-ci ne le soient pas vraiment, déguisées. Il n'était pas vraiment un de ces sangs-purs qui se considéraient à mille lieux au-dessus de tout le monde, mais quand même, il n'allait pas laisser un pouilleux de basique lui casser du sucre sur le dos, surtout celui-là. Et non, il ne se considérait absolument pas au même niveau que ces gens qui avaient vécu toute leur vie dans des huttes en crotte et qui se baladaient à demi à poil. Même si il en avait quelques-uns ou unes de plutôt pas mal, ils n'étaient pas du même monde, merde quoi. Lui il s'était fait tomber dessus par un monstre dans sa jeunesse. Il était malade, rien de plus. Il ne se vautrait pas dans son animalité… enfin pas souvent quoi.

"Vous m'avez invité pour taper la causette Westman? Si c'est le cas on aurait pu se voir au café, j'aurais un peu moins craint pour l'intégrité de ma cape."

Alors oui, sa mère aurait sans doute froncé les sourcils à l'entendre parler comme ça, mais après tout, il n'avait pas que ça à faire, et si Jasper l'avait invité pour faire ami-ami, il n'avait qu'à s'y prendre autrement. Comme un sorcier civilisé. Ce qu'il n'était visiblement pas, donc pas la peine de faire des ronds de jambe devant lui.

Il baissa les yeux vers la bouteille qui lui était proposée et esquissa un sourire en coin. Au moins le cabot avait un minimum de gout. Sans doute volée, la bouteille, vu le prix du nectar créé dans leur grande distillerie des highlands. Mais il n'allait pas lui jeter la pierre pour ça.

"Je supporterais debout, vous inquiétez pas pour moi. Allez-y, je verrais si j'ai besoin de remontant après coup."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Un ami qui vous veut du bien
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs