ϟ EXTREMIS MALIS EXTREMA REMEDIA ϟ La fin



 



ϟ EXTREMIS MALIS EXTREMA REMEDIA ϟ La fin
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Institutions mangemorts
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 22:25


ϟExtremis malis extrema remediaϟ

Aux grands maux les grands remèdes

Calliope Kark, Esmé Selwyn, Lexy Kark, Marion J. Vaisey, Nathaniel Hansen, Thanatos Selwyn


Zone de transplannage - 20 aout - 23h04


Ils apparurent comme prévu dans la zone de transplannage devant l'entrée de Pré-au-Lard, tous amochés et ensanglantés, mais entiers. Tous, sauf Bobesco, qui lui n'était pas entier. Alors que la vitre avait explosé, un énorme morceau de verre coupant comme un rasoir avait frappé l'ancien champion du monde de duel en plein dans le visage tandis qu'il était en train de transplanner. Il avait fini désartibulé au niveau de la taille, seule la partie supérieure de son corps ayant réussi à trouver son chemin jusqu'à Pré-au-Lard et, enfoncé profondément dans son crâne, on voyait clairement le morceau de verre qui avait achevé le vieux mangemort. L'idée qu'un homme aussi utile soit mort à cause de l'idiotie d'Applesby révoltait Evan, mais le sang-de-bourbe avait déjà payé la peine capitale pour sa fourberie.

Informations Rp

ϟ Félicitations pour avoir survécu au gros bordel qu'était cette mission quasi-suicidaire !

ϟ Quelques secondes après votre arrivée, on vérifie vos marques des Ténèbres afin de s'assurer de votre identité, viennent ensuite les médicomages pour traiter tous les petits bobos que vous auriez à leur montrer.

ϟ Le cas Nathaniel étant particulier, il accompagnera Evan dans le post de conclusion pour aller faire son rapport à Elena. Les autres, vous êtes libres de faire rentrer vos personnages chez eux.

ϟ Vous avez jusqu'à jeudi, 18h pour poster au moins un message (plus si vous le souhaitez).

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Thanatos Selwyn
Messages : 36 Crédits : Lili
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Equilibriste, Elementariste
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Orque
Epouvantard : Depuis que son frère est mort, c'est la disparition de sa soeur qu'il craint le plus
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 3 Sep 2014 - 8:47


Il s’était retiré pour laisser Esmé opérer. Après le tour de force, la fourbe douceur de sa soeur aurait peut être été à même de tirer les vers du nez du Moldu terrorisé. Mais rien n’y fit, il avait persisté à nier l’évidence. Ou, comme Esmé le déclara, les mensonges ne venaient pas de lui. Thanatos coula un nouveau regard en biais à Trifouilli, mais n’eut pas le loisir de faire plus. Alors que Lexy Kark appelait ses ancêtres, une Calliope blanche comme un linge lui réclama une chaise, qu’il s’empressa de lui apporter. Il resta posté un pas derrière elle, les bras croisés, toisant le Moldu d’un oeil froid. La Kark usa quant à elle d’une menace autrement plus pernicieuse, et d’autant plus efficace qu’elle pouvait s’appuyer sur ce qu’il s’était passé plus tôt. Mais le Moldu terrorisé continuait à assurer qu’il n’y avait pas de bombe dans cette enceinte. A dire vrai, même si Thanatos n’avait pas compris la moitié des tenants et des aboutissants de la réponse donnée, l’essentiel était clair : ils ne gardaient pas leurs bombes numachin dans une centrale numachin. Bombes et centrales étaient deux choses très différentes. Deux choses tellement différentes que cela semblait évident pour un Moldu - et aurait du l’être pour un Sang De Bourbe, tellement proche des Moldus par le sang…
Thanatos croisa à nouveau le regard de sa soeur, un regard entendu. Ils étaient là parce que Gazouilli leur avait assuré qu’ils trouveraient ce qu’ils cherchaient ici. C’était lui qui les avaient mis en danger pour rien. Lui, l’impur, avait mis des Sang Pur en danger. Les Selwyn n’étaient peut être pas les plus farouches défenseurs de l’infériorité des impurs, mais là, Gazouilli avait largement dépassé les limites de l’acceptable.
Ils n’étaient pas les seuls à avoir mis la mandragore dans le chaudron : Marion était arrivée à la même conclusion et avait puni Parapluie sans même lui laisser le temps de se défendre. Mais à quoi bon ? Les preuves étaient accablantes, et même s’il semblait outrageux d’accorder plus de crédit à un Moldu qu’à un sorcier, fusse-t-il Sang de Bourbe, Parapluie n’avait rien pour lui.
D’ailleurs le Rosier en était arrivé à la même conclusion et exécuta le responsable de ce gâchi sans autre forme de procès.

L’heure était venue de transplaner et de rentrer à Pré Au Lard, bredouilles. Enfin… Pas tant que ça : Evan avait décidé d’emmener le Moldu avec eux. Qui sait ce qu’il pourrait leur apprendre…
Il fit face à sa soeur avec un air de dépit. Tout ça pour ca…

« Te loupe pas… » Lui dit-il en la désignant du doigt avec un sourire en coin. Il transplana au moment où Bobesco relâcha le sortilège de renforcement et donc juste avant que la vitre ne vole en éclats.

Il arriva sans encombre à l’entrée de Pré Au Lard, mais constata rapidement que ce n’était pas le cas de tout le monde. Bobesco n’était qu’à moitié arrivé, et cette moitié était à peine reconnaissable. Than ne connaissait pas spécialement le vieux duelliste, mais il avait prouvé plus que nécessaire sa haute utilité, et pour le peu de temps qu’il l’avait côtoyé, durant cette mission, Thanatos avait rapidement porté le vieillard en grande estime. Constater que Bobesco était finalement le plus gros gâchis de cette expédition le fit entrer dans une rage froide qu’il aurait bien aimé extérioriser sur la personne de Wallaby, mais le rat était déjà mort.

Thanatos montra rapidement sa Marque aux Douaniers à l’intérieur de son biceps puis les repoussa sans ménagement. Encore sous l’effet de son Contra Dolorem quasi réussi, il en avait oublié sa plaie à l’épaule. Ce fut Esmé qui l’arrêta pour qu’il prenne le temps de faire soigner sa blessure, précaution impérative pour lui éviter de nouvelles semaines cloué au sol. Il se laissa donc faire, une lueur mauvaise au fond des yeux.

« Toute cette expédition… Pour rien ! » Finit-il par lâcher, exaspéré. « On a même moins qu’avant de partir ! » Poursuivit-il en désignant le cadavre de Bobesco de sa main libre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Esmé Selwyn
Le Diable au Corps
Messages : 741 Crédits : Myrlu & Grey Wind
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Funambule-acrobate & Dresseuse de Fauves
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Auparavant un Cygne Noir, désormais une Hyène.
Epouvantard : Un Lapin. Blanc, le lapin.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 4 Sep 2014 - 14:47

C'était à se demander comment elle avait réussi à arriver entière. Le transplanage d'urgence n'était pas franchement son fort et sa dernière vision ayant été celle de la vitre qui commençait à voler en éclat, autant dire que la vague nausée qui l'assaillit alors qu'elle débarquait à Pré-au-Lard n'était pas seulement due à un quelconque mal de transport. Et cette fois-ci, nul bras pour la retenir. Elle atterrit donc à quatre pattes, avec toute la grâce d'un croup affamé.

Tandis qu'elle se remettait sur ses jambes dans un sursaut, son regard balaya les alentours. Tomba sur la moitié du corps sans vie du champion de duel. Une petite remontée de bile ravalée à la hâte. Quand bien même elle côtoyait de nombreux Monstres et autres erreurs de la nature depuis sa plus tendre enfance, ce genre de scène ne pouvait que la révulser. Déjà, parce qu'avouons-le, c'était plutôt moche à voir. Mais également parce qu'elle éprouvait une certaine reconnaissance pour le vieux sorcier. Ainsi qu'une bonne dose de colère contre les cloportes sans don ni humanité qui lui avaient ôté le souffle.

Soudain, ses prunelles se mirent à la recherche de son frère, craignant qu'il eut subi le même sort. Heureusement, il était non loin de là, parfaitement debout et alerte. La dernière - et jusqu'ici, unique - intervention en faveur de leur faction ayant réuni la fratrie les avait amputé d'un de ses membres. Le deuil avait déjà été suffisamment difficile à faire, la souffrance assez dévastatrice, aucun doute qu'elle n'aurait pu supporter qu'on lui prenne le seul frère qu'il lui restait. Elle s'empressa de le rejoindre et ils passèrent la barrière des douaniers ensemble, Than en premier. Ce dernier bouscula vivement les employés. Esmé fronça les sourcils tandis qu'elle s'empressait de relever son chemisier, dévoilant la Marque des Ténèbres qui serpentait sur son flanc.


" Than ! " l'alpagua-t-elle d'un ton vif. " Ton épaule ! "


La preuve de son appartenance aux Mangemorts dument vérifiée, elle rattrapa son aîné et la força à s'arrêter devant un médicomage. Désormais, elle avait pris l'habitude que le sang du jeune homme soit devenu aussi bouillonnant que celui de feu leur frère. Pour autant, cela ne signifiait pas qu'elle appréciait cette attitude. Surtout quand elle s'ajoutait à la flamme meurtrière de son regard. La Dresseuse était bien placée pour savoir à quel point la colère pouvait vite devenir synonyme d'inconséquence et par définition, faire commettre des erreurs irréparables.


" Cesse de t'agiter, tu veux ? " Campée derrière lui, elle avait saisi l'expression un brin agacé du soignant alors que le Selwyn discourait sur leur mission infructueuse. Elle posa une main apaisante sur sa nuque. " Tu n'es pas le seul que cela rend fou. Mais nous aurons tout le loisir d'en discuter plus tard. A la maison. "


Elle avait préféré enrayé ses paroles assassines avant que le peu de contenance qu'il subsistait chez l'un et l'autre ne vole en éclat. Si se faire remarquer était presque un mode de vie pour eux - particulièrement pour Esmé qui en avait fait son fond de commerce -, la situation était, elle, trop délicate, pour prendre le risque de s'oublier. Naturellement, elle ne pouvait pas lui reprocher sa réaction, aussi sa voix s'était-elle fait la plus douce possible. Finalement, elle se pencha légèrement afin de déposer un baiser sur sa tempe et lui glisser :


" Je reviens. "


Than semblant quelque peu calmé et sa propre plaie pouvant largement attendre le soins de Mimi, elle put sauter sur une autre occasion qu'elle avait espéré dès l'instant où elle avait vu la Kark prendre la relève de l'interrogatoire. La force qui s'était dégagée de la jeune veuve alors qu'elle n'hésitait pas à employer une ruse des plus cruelles, l'expression concrète de cette volonté qu'elle avait décelé pendant la bataille, son attitude charmante lorsqu'elle avait accepté son aide, son don de fourchelang ... Autant de paramètres qui avaient plus qu'éveillé l'intérêt d'Esmé. Ce n'était pas rare. Beaucoup de personnalités pouvaient attirer son attention. Il suffisait parfois d'une moue, d'un regard ou d'une phrase, tel que cela avait été le cas avec O'Ryan durant sa précédente mission à Londres. De même qu'elle pouvait se lasser tout aussi rapidement. Seulement, là, c'était différent. Elle n'aurait pas su expliquer en quoi. Elle se reposait sur l'intuition qu'elle avait délaissé en début de soirée - au moins le sang-de-bourbe avait-il payé pour sa bêtise, maigre consolation. Et elle escomptait bien trouver la réponse plus tard. Dans d'autres circonstances.

Elle rejoignit Calliope au moment où le médicomage qui l'avait prise en charge se permettait une remarque sur son état. Le coin de ses lèvres tressautèrent en un sourire amusé. Certains ne manquaient décidément pas de culot.


" Le sang versé pour une juste cause ne saurait être en vain, paraît-il. " railla-t-elle gentiment le vieil homme. " Qu'en pensez-vous, Miss Kark ? "


Son nez se plissa alors que son sourire s'éternisait. Elle leva un sourcil interrogateur vers la jeune fille, bien qu'il parut évident que la question était plus rhétorique qu'autre chose. Un simple moyen d'impulser une sorte de ... Connivence entre elles.


" Je suis venue vous souhaiter de vous remettre au mieux. Oh ! Et ... " Cette fois, ce furent ses paupières qui se plissèrent d'un air engageant. " ... Lorsque cela sera fait, j'apprécierais beaucoup que nos chemins se recroisent. Si possible, dans un contexte moins dramatique, bien entendu. "


Sur ces mots, elle la salua d'un signe de tête et tourna les talons. Thanatos l'attendait pour rentrer au Chimeria, piétinant presque d'impatience. Puisqu'elle l'avait obligé à se taire, il espérait bien pouvoir se rattraper une fois au Cirque. Cependant, même après ce qu'ils venaient de traverser, au-delà de l'amertume de la défaite et de la perte, la Dresseuse ressentit comme une petite pique d'excitation glisser dans ses veines. Finalement, quel mal y avait-il à voir aussi le bon côté des choses ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ways of dreams & shadows
On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin. Et dans ce petit espace, nous sommes libres. V pour Vendetta
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Marion J. Vaisey
Messages : 2504 Crédits : moi-même (avatar), broadsword (code) & tumblr (gifs)
Age du personnage : 21 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Assistante au Magenmagot Mangemort
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Panda roux
Epouvantard : Coincée dans un miroir et voir les murs se rapprocher sans réussir à s'en sortir. (Assapor style)
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 4 Sep 2014 - 20:56


Applesby se réfugia dans un coin au moment où je mis fin au sort. Désormais, tout le monde avait compris que le moldu disait la vérité et que la Sang-de-Bourbe n’avait fait que mentir et « penser ».  Penser nous avait mené directement dans une mission suicide et surtout à un échec dès le départ. Les centrales nucléaires ne contenaient pas les bombes nucléaires mais géraient l’énergie et l’électricité, d’après les dires du moldu. En temps normal, j’aurais voulu en savoir plus sur tout cela : les moldus avaient beau être de la vermine, la soif de connaissance était toujours présente malgré tout. Puis il n’était pas gallion courant d’en savoir le plus possible sur ses ennemis ? Non pas que les moldus soient réellement considérés comme tels mais s’il y avait bien une chose que cette mission avait mis en lumière –en plus des événements passés, c’était bien que les moldus n’étaient pas si inoffensifs que ce que l’on pouvait penser. Quand ouvriraient-ils les yeux, ces Héritiers ?

La sentence d’Applesby ne me fit ni chaud ni froid. J’avais passé mes nerfs sur lui, son sort m’importait peu et il méritait son sort. En revanche la garde moldue m’inquiétait plus. Beaucoup plus. Combien de temps Bobesco pourrait-il tenir ? Rosier avait dû se poser la même question pour ordonner à tous de transplaner sur-le-champ à Pré-au-Lard, en prenant le moldu avec nous. Ramener un moldu et transplaner devant tout un petit groupe ? Cela allait faire fureur à Pré-au-Lard et Maman Salamander n’appréciera probablement pas.

Si le temps de transplanage était très court, cela ne m’empêcha pas de récupérer un énorme morceau de verre dans l’épaule gauche, me faisant grimacer de douleur à l’atterrissage. Je faillis m’étaler sur le sol mais réussis, sans que je sache comment, à garder mon équilibre en avançant de quelques pas. Jetant un regard autour de moi, je remarquai que nous étions tous touchés par des bouts de verre mais encore entiers jusqu’à ce que je vis Bobesco, beaucoup moins chanceux et beaucoup moins vivant surtout. Quel gâchis.

Je détournai vivement la tête, pour me concentrer sur la douleur à l’épaule et à la marche jusqu’à la cabine du douanier. De retour au bercail, la procédure était toujours aussi prévisible : Marque des Ténèbres à montrer pour vérification puis arrivée des médicomages, talonnés par leur chef qui viendrait directement s’occuper de moi. Je montrai ma Marque sur ma cheville en déclinant mon identité et pénétrai dans l’enceinte de Pré-au-Lard à la suite de la fratrie Selwyn. Les médicomages foncèrent sur notre petit groupe d’éclopés et je ne pus m’empêcher de chasser ceux voulant s’occuper de ma blessure, les dirigeant plutôt vers les deux Kark. J’étais en train d’essayer de retirer le bout de verre planté dans mon épaule en sang au moment où une voix familière parvint à mes oreilles.

Grimaçant une nouvelle fois de douleur, je laissai mon père retirer le morceau et s’occuper de ma plaie sans un mot. Quelques secondes passèrent lorsqu’il rompit le silence, après avoir déposé un léger baiser sur mon front.

«  -  Pourquoi dès que tu sors de Pré-au-Lard, tu te retrouves dans un état pareil ?
-  Tu veux que je te réponde et qu’on se dispute devant un public ou préfères-tu qu’on oublie ta question pour que tu ailles t’occuper de, par exemple, Lexy ? »

Mon père soupira et secoua négativement la tête. Répondre à la question signifiait parler plus ou moins directement des factions et nous n’étions pas en état pour essayer, une énième fois, de convaincre l’autre de son allégeance.

« Je vais aller jeter un coup d’œil au reste du groupe, en effet, mais je te ramène ensuite avec moi, jeune fille. »

J’hochai la tête, sentant le nœud dans mon estomac, que j’avais ignoré jusqu’à présent, se défaire, avant de l’interpeller une nouvelle fois.
« Papa, » Je ne savais comment lui annoncer l’information mais il n’apprécierait encore moins de tomber nez-à-nez avec le Basique #4 lorsqu’il se présenterait (probablement) à la Clinique dans les prochains jours. « Nathaniel est de retour à Pré-au-Lard. »

Sa réaction ne fut, pour le coup, pas aussi prévisible que les événements depuis le retour : il tourna les talons sur un « ton oncle sera probablement ravi d’annoncer la nouvelle à ta tante » avant d’engager la discussion avec un des médicomages. J’en profitai pour me rapprocher des deux Kark au moment où Esmé retourna du côté de son frère. Nathaniel, le moldu et Rosier étaient hors de mon champ de vision et m’importaient peu.
Les deux jeunes femmes étaient, heureusement, dans un meilleur état qu’au moment de notre arrivée. Si je m'étais approchée pour avoir la confirmation qu'elles allaient bien, je ne pus sortir qu'un « J'espère malgré tout que notre mission n'a pas été si vaine que ça. Et j'ai été impressionnée par la maîtrise de ton interrogatoire du moldu, Calliope. » Conversation factuelle mais je ne savais quoi rajouter d'autres à la conversation. Si Lexy était une amie d'enfance et savait pertinemment que les conversations de ce type n'étaient pas ma tasse de thé, Calliope s'apparentait à une inconnue si on oubliait qu'elle était fille de, ancien modèle de la jeunesse Sang-Pure et la soeur d'Arutha, qui était on ne savait où, et de Clio avec qui je ne m'entendais pas.
Je m'aventurais donc sur une pente glissante à un moment plutôt inopportun. Cependant, je savais que je n'avais pas le choix : je recroiserai tôt ou tard le chemin de Calliope de par le fait qu'elle était, tout comme moi, la demoiselle d'honneur de Lexy. Alors autant essayer d'expérimenter quelque chose, non ? Du moins, jusqu'à ce que mon père en ait fini avec les médicomages.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

i don't believe in no-win scenarios
« we've all got a past that can hurt us, don't let yours hurt you. »
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 23 Sep 2014 - 14:31

Evan Rosier chassa le médicomage d'un geste agacé de la main et héla deux douaniers qu'il reconnaissait comme étant membres de l'Ombre de la Rose Noire. « Vous deux là, escortez le prisonnier moldu au QG, dans une cellule haute sécurité. » Ils avaient trop souffert ce soir et perdu un homme trop utile pour laisser la seule maigre récompense qu'ils avaient pu obtenir s'enfuir. D'un geste du doigt, il ordonna à Nathaniel Hansen de le suivre alors qu'il pénétrait dans l'enceinte de la place forte mangemort, direction l'Hôtel de Ville. Les dents serrées, la main plaquée contre ses côtes droites, Evan faisait de son mieux pour ne pas boiter, ne pas montrer de signe de faiblesse. Il avait vu pire, bien pire que ça, mais il n'avait plus 20 ans non plus. Cette pensée l'agaça et il redoubla la cadence.

Hansen sur les talons, il entra en trombes dans le bureau d'Elena Kark. « Le sang-de-bourbe mentait, il ne savait strictement rien. Il n'y avait pas de bombes dans la centrale, apparemment le nucléaire civil et militaire sont séparés, la centrale sert à fabriquer de l'énergie pour le peuple. » Les sourcils d'Elena se froncèrent. « Vous êtes sûr de ça ? » Le peu de patience du Rosier était à bout, son ton se fit glacial. « Oui, je suis sûr de ça. On a perdu un homme, Bobesco, le seul qui était foutu de faire quoi que ce soit, parce que vous n'avez pas été capable de vérifier vos informations correctement, la moindre des choses serait de ne pas remettre en cause la parole de celui qui vient de mettre sa vie en jeu pour rien. » Il voulait dire plus, tellement plus, mais il se tût. Ce n'était pas le moment pour ces idioties, Evan n'était pas le père d'Elena, il n'avait pas besoin de lui hurler dessus pour qu'elle sache qu'elle avait foiré son coup, mais il ne put s'empêcher de penser qu'ils ne se seraient jamais retrouvés dans cette situation si Mervyn était encore à la tête de la faction à la place de cette bonne femme.

« On a ramené un scientifique moldu par contre, quelqu'un qui devrait vraiment s'y connaître en nucléaire. On l’emmène en cellule au QG en ce moment même.
- Bien...
- Et Hansen est bien de retour, apparemment. Il va vous faire son rapport je suppose, moi je vais rentrer chez moi. » Evan tourna les talons, entendant distinctement Elena soupirer avant de servir un chaleureux « Bienvenue au bercail, Mr Hansen. Dites-moi tout ! » S'il y avait bien une chose que cette femme savait faire comme Mervyn par contre, c'était comment charmer tous les sorciers.

Informations Rp

ϟ L'event express est officiellement terminé ! Vos personnages sont libres de rentrer chez eux ou de se faire soigner à la Clinique.

ϟ Il leur est cependant demandé de ne pas ébruiter les détails du fiasco de cette mission ni de la capture du moldu.

ϟ Un communiqué de presse parlant de la mort de Bobesco et du retour de Nathaniel est posté dans l'édition de l'Union du lendemain. La situation de Nathaniel y est clarifiée de façon assez sobre, il y est décrit comme un bon soldat ayant fait de son mieux pour sa faction mais n'est pas plus glorifié que ça. La mort de Bobesco est décrite comme « un tragique accident lors d'une mission pour sa faction ».

ϟ Enfin, désolé du retard énorme pour cette conclusion les poulpes ! J'espère que cet event express vous aura plu !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

ϟ EXTREMIS MALIS EXTREMA REMEDIA ϟ La fin
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Institutions mangemorts