ϟ EXTREMIS MALIS EXTREMA REMEDIA ϟ Event Express V - Page 3



 



ϟ EXTREMIS MALIS EXTREMA REMEDIA ϟ Event Express V
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 13:17

Le membre 'Thanatos Selwyn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 14:36

Lexy tenait à peine debout quand les autres étaient déjà à terre. Il ne lui fallu pas bien longtemps avant que ses genoux ne veuillent rencontrer le sol. Les mains contre le béton, elle toussait et combattait ce sommeil intrusif. Ce fut à peine si elle entendit la porte disparaître dans le plafond. Par contre, les pas martelant, elle les avaient discernés. Elle se sentit soulevée, les paupières lourdes. Son corps était comme endoloris et sentait à peine qu'on le mettait la tête à l'envers. Elle n'était pas bien lourde, était sans défense, autant dire que le soldat eut une tâche aisée. Le balancement des pas la berceraient presque ... si l'air ne s'était pas soudainement purifié. Des sons, des bruits de chute, de balles et de sort... Elle heurta le sol de plein fouet, lâchée comme une vulgaire besace... bon... une vulgaire besace de luxe. Cela acheva de la réveiller.

Elle passa une main sur son visage, étalant le sang à présent un peu coagulé du moldu sur sa peau diaphane. Elle avait eut le temps de se mettre sur les avant bras quand on la souleva de nouveau. Des mains alliées cette fois-ci. L'imposant Selwyn venait de la remettre sur pied comme on remettait une poupée de chiffon à sa place, avec une facilité déconcertante. Son sourire lui fit monter le rose aux joues, avant qu'elle ne détourne les yeux en le remerciant. La jeune Kark reçu sa baguette et alla voir Calliope et Marion pour voir si ces brutes ne les avaient pas plus amochées. Il fallait courir, encore. Les pas de la Serpentard furent plus rapides, animés par la un mélange de peur et d’appréhension. Qu'allait-il leur arriver maintenant ? Elle suivait, avant d'entendre de nouveau des pas supplémentaires. Mais ce n'était pas possible ! Ils avait laissé des cailloux blancs ou quoi ? Evan ouvrit une porte à la volée dans laquelle tous s'engouffrèrent. Prise dans son élan, le regard jeté derrière elle pour savoir s'ils les suivaient encore, elle heurta le dos de Thanatos. Au moins s'eut le mérite de la stopper. Elle fit quelques pas en arrière, accusant le coup du choc - trop de muscles ! Ils étaient dans une salle avec une grande vitre. Qu'est-ce que c'était que ces machines lumineuses aux chiffres changeant constamment ?

Encore une fois, ce n'était pas le moment de faire son intellectuelle ! Elle se protégea derrière un comptoir aux côté de Nathaniel alors que les moldus armés envahissaient la pièce.

Elle se leva à peine, accroupie, assez pour viser une femme qui ne la regardait pas.

"Blixten"

C'était le moment de briller... et ce fut encore lamentable. L'éclair parcouru la moldue en ne faisansant que la destabiliser. Cela attira aussi l'attention d'un autre sur elle qui lui tira une balle dans la cuisse qu'elle n'avait pas complètement caché derrière le comptoir. Elle lâcha un cri, faisant sourire son ennemi. Il avait touché juste. Lexy ramena sa jambe vers elle en se mordant la lèvre inférieur pour ne pas hurler plus. Ses yeux s'emplirent de larmes alors que la douleur se répandait dans toute sa cuisse. C'était bouillant, affreux. Elle n'avait rien d'autre que ses mains pour exercer la pression appropriée. Enfin ... appropriée pour une plaie ouverte. On ne risquait pas de lui apprendre comment retirer ce morceau de métal de sa chair.

Spoiler:
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?



Dernière édition par Lexy Kark le Lun 1 Sep 2014 - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 14:36

Le membre 'Lexy Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Marion J. Vaisey
Messages : 2504 Crédits : moi-même (avatar), broadsword (code) & tumblr (gifs)
Age du personnage : 21 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Assistante au Magenmagot Mangemort
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Panda roux
Epouvantard : Coincée dans un miroir et voir les murs se rapprocher sans réussir à s'en sortir. (Assapor style)
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 18:20


Je rêvais. Du moins, je cauchemardais, cela ne pouvait être autrement. Je rêvais que je me retrouvais avec d’autres personnes Ombres, y compris le traître Nathaniel, dans un endroit un peu trop lié à la bombe nucléaire d’Assapor. Je rêvais que de la vermine moldue savait se défendre face à nos sorts à cause de leurs engins capables de lancer des boulettes pouvant faire saigner les sorciers. Je rêvais avoir eu la chance de ne pas me faire transpercer la peau par ces boulettes mais avoir été mise KO par un gaz.

Je sentais qu’on me soulevait. Un rêve, encore ? Secouée comme j’étais, j’en doutais fortement. Je commençais à reprendre connaissance et à réaliser la situation. Je ne rêvais pas, c’était la réalité. Comment pouvions-nous être battus par des moldus ? Des êtres inférieurs, plus forts qu’un groupe de sorciers ? Une raison de plus pour les exterminer, ainsi que le Sang-de-Bourbe qui nous avait mis dans cette situation. S’il n’avait pas eu l’inconscience de rentrer dans la salle de Repos, nous serions encore en train de nous balader incognito dans la centrale.

La rencontre brutale avec le sol fit son effet et me réveilla. J’eus à peine le temps d’apercevoir Rosier et Bobesco s’occuper de la garde « supérieure » moldu qu’il fut à nouveau l’heure de se relever et de marcher. Le frère d’Esmé –comment s’appelait-il déjà ? J’avais cru entendre « Theo » mais peut-être pensais-je un peu trop à mon propre frère en réalité– m’aida à me relever après Lexy et me rendit ma baguette alors que Lexy s’approchait de moi et Calliope. Je remerciai rapidement le Selwyn, adressai un léger sourire à Lexy et repris le rythme, comme tout le monde, me sentant tout de même minable de m’être endormie à cause d’un gaz moldu. Je passai rapidement la main sur le visage pour effacer les dernières traces de fatigue tout en courant. Jusqu’à ce que les gardes les retrouvent.
Encore une fois ; comment faisaient-ils pour nous retrouver aussi rapidement ? Ou pour nous retrouver tout court ? Et pourquoi, pourquoi, les cours d’Etudes de Moldus ne parlaient pas autant des technologies moldus ? Car s’il y avait bien des lacunes à combler, c’étaient bien celles-là.

Nous entrâmes tous dans une grande pièce remplie d’une autre technologie moldue qui prenait les trois quart d’un mur. Pas le temps de souffler ou de dire « ouf » que les gardes « supérieurs » moldus faisaient à nouveau leur apparition. Selwyn mâle rata sa cible tandis que Lexy prenait en cible une femme moldue belliqueuse. Je décidai de l’aider à l’achever avant de l’entendre hurler. Un autre l’avait touché et avait tenté de faire de même avec moi. Par je ne savais quel miracle, je réussis à l’éviter et à amener Lexy avec moi derrière un bureau. Scrout à la fin, où était Nathaniel quand on avait besoin de lui ? Cela me tuait de l’admettre mais il était le seul capable d’aider Lexy. Encore. Car lui dire que ça irait n’allait pas l’aider du tout. N’allait aider personne.

Et un moldu en moins ?:
 

Des représailles moldues ?:
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

i don't believe in no-win scenarios
« we've all got a past that can hurt us, don't let yours hurt you. »
code broadsword.


Dernière édition par Marion J. Vaisey le Lun 1 Sep 2014 - 19:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 18:20

Le membre 'Marion J. Vaisey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Esmé Selwyn
Le Diable au Corps
Messages : 741 Crédits : Myrlu & Grey Wind
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Funambule-acrobate & Dresseuse de Fauves
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Auparavant un Cygne Noir, désormais une Hyène.
Epouvantard : Un Lapin. Blanc, le lapin.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 19:49

Dormir ... Dormir ... Ainsi était la seule obsession de la Dresseuse dont la torpeur se faisait de plus en plus oppressante, la clouant sur les genoux, avant que ses bras ne cèdent à leur tour et qu'elle s'affale sur le sol. Il lui sembla entendre la voix de son frère résonner quelque part, certainement près d'elle, mais à la fois si loin de son esprit cotonneux. Elle tenta d'articuler quelque chose mais les syllabes restèrent bloquées dans sa gorge, ses lèvres refusant de se mouvoir. Puis, ce fut le noir.

Quand elle reprit conscience, son menton cognait contre le torse d'un homme lequel vibrait sous sa voix de stentor. Moqueuse.


" T'as vu un peu la tronche de leur commando à ces illuminés ? " raillait-il, visiblement très fier de l'affutage de son sens de l'analyse autant que de sa petite blague. " Ouais. Mais si tu veux mon avis, c'est pas le profil le plus intéressant de certains. Tu vois ce que je veux dire ? " répondit un autre type derrière lui.


Deux ricanements plus tard et entre deux spasmes migraineux, Esmé dut résister à l'envie de lui envoyer son pied dans la gueule.

Son porteur l'avait tout simplement jeté comme un sac de patates sur son épaule, si bien qu'il avait offert une vue imprenable sur son postérieur moulé dans son pantalon de cuir à quiconque les suivait. Rien que d'imaginer qu'un moldu était en train de lui reluquer le séant, elle sentait la nausée poindre. Heureusement qu'elle n'avait pas sorti la mini-jupe habituelle ! Qui savait ce que cette sous-race, dont la bestialité n'était plus à prouver, aurait tenté de lui faire ! C'était sale ! Contre-nature ! Ils paieraient très cher cet affront !

N'est-ce pas Bobesco ? On pouvait toujours compter sur le pourfendeur à la baguette implacable pour leur sauver la mise. Enfin, presque. Evan Rosier ne serait certainement pas de son avis. A nouveau jetée comme de rien sur le sol, elle se redressa péniblement en se massant le crâne qui avait percuté le carrelage, juste à temps pour voir leur meneur repousser des tentatives de soin avec hargne. Tout en récupérant sa baguette, une autre vision s'imposa à elle : celle du massacre de la brigade. Et autant dire que cette dernière lui plut bien davantage. Sans être une adepte des cadavres, la jeune femme prêchait allègrement l'autel de la vengeance.


" Ces fils de goule me doivent une manucure ! " répliqua-t-elle à l'adresse de Thanatos après qu'elle se soit remise sur ses jambes.


La manière toute Selwynienne de confirmer que tout était pour le mieux. Elle retint néanmoins un bref instant ses doigts entre les siens avant qu'il ne se dirige vers les autres demoiselles. Le contact physique avait également fait partie de leur éducation. Ce que les mots ne pouvaient pas dire, les geste compensaient. Une leçon encore plus durement acquise ces dernières années.

A peine le temps de se reprendre qu'il fallut se remettre à courir. Ou à fuir, plus précisément. A peine redondant. Tout à fait agaçant. Mais moins que le fait qu'un instant plus tard, ils se retrouvèrent encore piégés dans une pièce à issue unique. La Dresseuse en aurait pleuré de rage si elle n'avait pas eu d'autres dragons à fouetter.

Littéralement.


" Flagellus ! "


Le fouet qu'était devenue sa baguette s'enroula autour de l'avant-bras du vigile. D'un coup sec, elle parvint à lui faire lâcher son arme. Mais pas davantage. Les mini-missile mortifères continuaient de pleuvoir autour d'eux et elle eut juste le temps de se réfugier derrière une grosse machine à écran. Histoire d'éviter le gros des dégâts. Cette fois, ses doigts se tâchèrent de son propre sang. L'un d'eux lui avait entamé la peau. Rien de grave, bien que suffisant pour attiser la flamme de sa colère.


Et non, SM ça veut pas dire que \"Sang-Mêlé" ! a écrit:

T'aimes ça, hein, coquinou !
Oui/Oui : Force de l'habitude, le sortilège est parfaitement maîtrisé. Il s'enroule autour du cou du garde qui commence à suffoquer. Avant qu'elle ne l'envoie percuter un mur. Victoire par KO.
Oui/Non : Bien maîtrisé, certes, mais le fouet se contente de s'enrouler autour de son poignet. Bon, au moins, il est désarmé.
Non/Oui : Rah il a bougé le gueux ! Le fouet s'enroule autour de sa cuisse, ça le déstabilise mais Esmé aussi.
Non/Non : Le fouet se perd dans le vide et dégouté d'avoir raté sa cible, manque de se retourne contre sa lanceuse. Elle se fait fouetter la joue et ça fait un peu (beaucoup) bobo quand même !

Va chercher la baballe :
Oui : Elle évite de justesse qu'une balle ne se loge dans son bras grâce à une machine bizarre derrière laquelle elle s'est réfugiée mais l'une d'elle lui effleure quand même la peau et ça saigne.
Non : Une balle dans la jambe dans sa tentative de se mettre à couvert.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ways of dreams & shadows
On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin. Et dans ce petit espace, nous sommes libres. V pour Vendetta


Dernière édition par Esmé Selwyn le Lun 1 Sep 2014 - 19:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 19:49

Le membre 'Esmé Selwyn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Nathaniel Hansen
Poney rose officiel
Messages : 2861 Crédits : Myself - TUMBLR.
Age du personnage : 27 ans - né le 4 Janvier 1995.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Aide-soignant au black à l'hôpital de Melbourn (au sud de Cambridge)
Faction : Ombre de la Rose Noire infiltré chez les Phénix.
Maison : Serpentard.


Rapeltout
Patronus : Un labrador brun.
Epouvantard : Etre responsable de la mort des gens qu'il aime. Concrètement : voir un couteau planté dans l'abdomen de sa fiancée et se retrouver avec son sang sur les mains.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 20:12


N’empêche qu’ils avaient été aimables. Nathaniel ferma les yeux. C’est vrai qu’ils avaient été presque gentils. Comme quoi… Un bâillement lui décrocha la mâchoire. Des fois, il suffisait d’être compétent pour qu’on le reconnaisse pour sa valeur et non pas pour son sang. Pour que tout soit parfait – oh par Merlin, ses yeux piquaient désagréablement ! – il faudrait juste que les sang-purs autour de lui acceptent le fait qu’il n’avait pas trahi sa faction, jamais. A aucun moment. Enfin, les sang-purs étaient des personnes intelligentes. Il était sûr qu’elles comprendraient. Ca se voyait dans leurs tapes amicales, dans leur Merci, professeur (son cœur avait fait un bond de reconnaissance en entendant ces mots dans la bouche de Lexy). Un second bâillement le surprit et le Médicomage fronça des sourcils. On aurait dit un Somnus. Et si les Moldus avaient un traître – un vrai cette fois – parmi eux, qui leur avait concocté une protection magique qui leur donnait sommeil ? Quel sorcier serait capable de renier sa nature à ce point ? Un Phénix, surement…

Il tomba par terre, et sentit qu’on le ramassait. Il voulut protester mais on lui assena un coup sur le crâne. La douleur surgit et puis le noir.

Quand il se réveilla, il se sentit balloté. Heureusement pour lui et sa migraine, Evan et son accolyte firent tout le boulot d’élimination, cependant ils durent bougr rapidement. Pendant la fuite, l’esprit de Nathaniel s’échappa loin de cette chasse à l’homme dont ils paraissaient être victimes – les moldu semblaient les rattraper où qu’ils aillent de toute manière, pensa-t-il au moment où ils s’engouffrèrent dans une salle de verre, surprenant ainsi un scientifique.

Nathaniel se cacha derrière un bureau en se tenant le crâne encore douloureux, et fut bientôt rejoint par Lexy. Et ils furent attaqués, encore. Le Médicomage repensa une seconde à l’air hautain de la jeune fille remplacé un peu auparavant par un remerciement qui semblait sincère. Ils avaient besoin d’être soudés, tous ensemble, tous les Ombres présents ce soir. Elle se déplia pour jeter un sort, et il la regarda faire tandis qu’il craignait les impacts de métal qui produisaient des bruits sourds assourdissants.

Pourvu qu’il ne se plante pas. Pas encore. Mais son mauvais coup reçu sur la tête, et sa épaule droite encore rebelle à cause de leurs fichus bouts de métal…

« Stupefix ! »

Le sort:
 

et les représailles?:
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


'coz a heart that hurts
is a heart that works.
So I haven't given up , but all my choices, my good luck appeared to go and get me stuck in an open prison. Now I am trying to break free, be in a state of empathy, find the true and inner me ; eradicate the schism. No one can take it away from me, and no one can tear it apart.


      .                     [color=#8c6fb3]





.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 20:12

Le membre 'Nathaniel Hansen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 20:20

La bouche pâteuse les paupières lourdes, son esprit embrouillé oscillait encore entre les limbes de son subconscient et une réalité plus confuse encore. Ses pieds ne touchaient plus le sol, elle se serait cru flotter, si elle n’avait ressenti une poigne malhabile lui enserrer la taille. Tandis qu’une désagréable paluche s’attardait sur son menu fessier.

Un enchainement d’actions qu’elle ne perçut qu’à travers les cris, finirent par la faire atterrir douloureusement sur le sol. Sa blessure à l’épaule lui arracha un râle de douleur. La vie faisait rarement les choses bien, il avait fallu qu’elle tombe du mauvais côté. Onde de choc interne, enflammant ses sens alanguis.

Ses yeux se rouvrirent comme deux soucoupes et avant même d’avoir le temps de jurer en fourchelang – parce que jurer en Anglais c’est trop impoli, et has been aussi – elle se retrouvait nez-à-nez avec Thanatos Selwyn. Son sourire acheva d’échauffer ses sens. Pour autant, elle ne rougit pas. Sans doute avait-elle perdu trop de sang, pour que ses joues blêmes se teintent de la sorte. Quand bien même ce n’était pas le lieu de se comporter comme une adolescente. Et même sans la situation désespérer et la perte de sang, la présence d’Evan Rosier aurait eu de toute façon l’effet d’une douche froide. Si elle n’aimait pas le Rosier, elle lui épargnerait l’insulte de  voir l’épouse de feu son fils se pâmer comme une dinde devant un bellâtre seulement quatre mois après sa mise en terre. Elle remercia le Selwyn d’un mince sourire, que la douleur émanant de son épaule rendait difficile à esquisser.

Trop orgueilleuse pour avouer sa faiblesse, elle chassa de son esprit l’idée de demander l’assistance d’Hansen. Le refus d’Evan de se faire soigner acheva de la convaincre de serrer les dents. Toutefois la Kark ne se leurrait, si le démoniste refusait les soins ce n’était pas force physique, volonté ou abnégation totale de soi face à la mission. La raison de ce refus tenait en un mot « cicatrice ». Exposer une parcelle de son corps c’était potentiellement exhiber l’un des stigmates de sa malédiction personnelle. Calliope ne releva, croisant seulement les doigts pour que cette faiblesse physique n’enchaine pas une faiblesse mentale. La dernière chose dont ils avaient besoin dans cette mascarade c’était d’une crise de démonisme.

Elle s’efforça de suivre le mouvement vaille que vaille, mais même dans cette nouvelle pièce des ennemis arrivaient de toute part. Vermine. Pour ne rien arranger, dans son esprit dansait les suppliques du garde qu’ils avaient torturé. Pas d’armes. Pas assez lâche pour ordonner une retraite salutaire, elle s’efforça de contribuer encore une fois au domptage des nuisibles. « Serpensortia » Un long serpent noir s’échappa de sa baguette. La fatigue vouant à l’échec tout sort de magie noire, elle s’appuyait sur sa botte secrète. « Tue-les » L’ordre lancé en fourchelang fit s’élancer le serpent droit sur un moldu. Une flopée de balle volait à nouveau canardant à nouveau ses compagnons, elle s’efforça de rejoindre  pour s’enquérir de son état Lexy caché par la Vaisey derrière une partie du mobilier.
Attaque
Oui/oui : Le serpent étrangle sa victime.
Oui/non : Il parvient à s’enrouler autour du cou.
Non/oui : Il s’enroule autour du bras tenant l’arme l’empêchant de tirer.
Non/Non : Le serpent se fait buter avant d’atteindre sa cible.

Balle ou pas balle ?
Oui : Dans la jambe, ça va être pratique pour marcher.
Non : Chanceuse.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 20:20

Le membre 'Calliope Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 1 Sep 2014 - 23:26

Un moldu était mort, l'autre stupéfixé, Evan se chargea du dernier d'un moulinet agacé du poignet, ne prenant même pas la peine de le regarder s'étaler au sol dans une mare de sang. La situation était critique, tous ses hommes et lui-même étaient blessés et il entendait d'autres militaires se rapprocher de plus en plus d'eux. Evan ne se sentait pas en contrôle de la situation, et ce n'était pas bon. Pas seulement par pure crise de mégalomanie mais surtout parce que c'était dans ce genre de situations que son démon prenait le dessus sur lui et ce n'était simplement pas une possibilité qu'il pouvait envisager à l'instant présent. Il fallait qu'il puisse reprendre ses esprits, juste quelques secondes, ce serait suffisant. Le démoniste s'approcha de la porte et après l'avoir claquée violemment, il la condamna d'un Collaporta informulé. Cela ne tiendrait probablement pas très longtemps mais il prendrait le peu de secondes de calme qu'il pourrait voler.

Le chef du groupe s'appuya sur un bureau et prit une grande inspiration. Peut-être faudrait-il battre en retraite ? Ils avaient été envoyés pour détruire des armes moldues mais Evan Rosier était un homme bien trop important pour mourir en mission suicide. S'ils battaient en retraite, l'échec serait cuisant mais ils ne reviendraient pas les mains vides. Ils auraient des informations sur la centrale à donner au prochain groupe qui, mieux préparé, pourrait sans aucun doute réussir là où ils avaient échoué...

Mais il y avait aussi la possibilité que les bombes soient tout près...

Le regard glacial du Rosier se posa sur le scientifique moldu dont les pieds dépassaient de sous le bureau. Peut-être... ? Le sorcier attrapa le moldu par la cheville et le tira de sous sa cachette. « Pi-Pitié... Je ne veux p-pas de problèmes... » Ces êtres étaient-ils tous aussi dénués de dignité ? Evan ravala un reniflement hautain et attrapa fermement le col de son prisonnier avant de le jeter au sol au milieu de la pièce. « Faites-le parler. Mais gardez-le en vie, on ne sait jamais. » Evan Rosier n'était pas homme à déléguer ce genre de sale boulot à ses inférieurs mais dans le cas présent, il sentait qu'un acte de violence aussi intense qu'une séance de torture était ce qui lui manquait pour perdre totalement le contrôle de son être.

De l'autre côté du mur, les moldus arrivaient. Voyant que la porte ne s'ouvrirait pas, ils entreprirent de tenter de détruire l'énorme vitre qui semblait apparemment blindée. Dos à ses sous-fifres, Evan observait les moldus s’affairer comme des insectes, baguette au poing, prêt à ouvrir le feu si la vitre venait à lâcher.


Informations Rp

ϟ Vous êtes énervé ? Frustré dans votre vie ? Vous ne demandez qu'à extérioriser votre rage quelque part ? Pourquoi ne pas torturer un moldu ? Vos personnages peuvent tous participer à la séance de torture ou profiter des quelques instants de répit pour respirer un petit peu.

ϟ Vous pouvez utiliser autant de sortilèges de torture que vous voulez dans ce post tant que le moldu reste en vie. Il répondra à vos questions, mais ses réponses ne seront probablement pas au goût de vos personnages. A vous de voir si vous le croyez ou si vous pensez qu'il ment.

ϟ Sinon, de l'autre côté de la vitre vous pouvez voir les moldus qui cognent comme des sourds avec des sortes de béliers.

ϟ Vous avez jusqu'à mardi, 22h pour poster !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Thanatos Selwyn
Messages : 36 Crédits : Lili
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Equilibriste, Elementariste
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Orque
Epouvantard : Depuis que son frère est mort, c'est la disparition de sa soeur qu'il craint le plus
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 10:46

SALOPERIE DE GOULE DE MES DEUX ! Ca faisait MAL ! Comment pouvait on être aussi ridiculement dénué de magie et aussi contrariant ?! Il jeta un coup d’oeil à sa plaie pendant que ses camarades de jeu éliminaient les trois Moldus qui les harcelaient. Et quand il releva le nez, ce fut pour constater que Esmé était touchée aussi. Son sang ne fit qu’un tour et il fut à ses côtés en un clin d’oeil.

« Bon sang… T’as rien d’autre ? » demanda-t-il après avoir constaté que la blessure était moindre que la sienne, une main posée sur son poignet. Il aurait fait de la charpie de Moldu s’il en avait eu encore de vivant sous la main… Malheureusement, la revanche attendrait...
Il jeta un coup d’oeil autours de lui pour constater que presque tout ses partenaires d’expédition étaient touchés. Sauf Bobesco - mais ça pouvait se comprendre, vu son âge et son expérience - et Merlanfrit - sans doute que le Sang de Bourbe s’était courageusement caché pour éviter les ennuis. Cela étant, ce dernier était quantité négligeable, il avait déjà prouvé son inutilité par son incapacité à les guider dans la centrale.
Thanatos releva le nez en entendant le bruit caractéristique d’un Collaporta. Magnifique. Ils étaient maintenant bloqués, sans issue et sans solution pour réussir leur mission - ou même juste s’échapper…

« Pourquoi faut-il qu’à chaque fois qu’on met le pied hors de Pré Au Lard, ça tourne à la catastrophe ? » Lacha-t-il pour Esmé, un sourire acide aux lèvres. Sa soeur avait subit Assapor, lui Trent Park, et ils subissaient ensemble ce qui semblait bien être parti pour être le désastre de la centrale balnéaire… Et pendant ce temps, son épaule l’élançait… Et de l’autre côté de la vitre, les Moldus en pyjama taper contre avec des objets pour le moins volumineux, sans doute destinés à la casser… Ouh que cette situation l’irritait…

Et puis Rosier leur demanda d’interroger le Moldu en robe blanche, déjà bien malmené par leur chef de groupe. Le regard de Than se fit acéré et distant, lorsqu’il jeta un coup d’oeil à Esmé avant de se redresser. Hypnos n’aurait sans doute pas hésité une seule seconde, mais il n’était pas là, et il fallait bien que quelqu’un le fasse. Il fallait d’abord avoir les idées claires… Il se lança un Contra Dolorem et se planta à côté du Moldu, le toisant de toute sa - grande - hauteur.

Ca soulage:
 

« Je v-je vouvous dirai toutout ce que vous v-v-v-voudrez… » Pitoyable créature…
« C’est quoi ton nom ? »
« Art-Art-Arthur... »
« Ok Raclure... » Thanatos le contourna, l’attrapa par les cheveux pour le mettre à genoux et le fit regarder chacun des membres de leur petite expédition. Peu probable que le Moldu ait vraiment vu quoi que ce soit, terrorisé qu’il était. « Tout ces gens là, ce sont mes amis. Et elle là, c’est ma soeur. Et tes petits copains leur ont un peu fait mal. Alors dis nous où sont vos bombes ou je te fais mal. » Il lui écorcha la base du cou d’un Diffindo informulé pour appuyer ses dires.
« Aaaaaah ! Maimaimai il n’y a pas de boooombe iciiii ! » Lacha Arthur d’une voix haut perchée.
« Ne nous prend pas pour des imbéciles ! Endoloris ! » Le Moldu se mit à hurler de douleur. « On sait que c’est une centrale balnéaire, on sait que c’est l'endroit où vous rangez vos bombes balnéaires, c’est évident ! Alors épargne toi des souffrances ! »
« Je ne comprends rien à ce que vous diiiiiites ! » Le regard de Thanatos s’étrécit et il lança un nouvel Endoloris, mais il ne réussit qu’à faire pleurer le Moldu. Than releva le nez pour jeter un coup d’oeil à ses petits camarades, à commencer par Gouzigouzi, qui était le responsable de leur présence ici, et sensé être leur source fiable. Le Sang De Bourbe semblait aussi à l’aise que s’il était assis sur un Eruptif, mais ça pouvait être à cause de leur situation…
Il revint aux autres, et notamment à sa soeur. C’était elle qui avait du talent quand il s’agissait de percer à jour ce que les autres pouvaient cacher.


Dernière édition par Thanatos Selwyn le Mar 2 Sep 2014 - 10:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 10:46

Le membre 'Thanatos Selwyn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Esmé Selwyn
Le Diable au Corps
Messages : 741 Crédits : Myrlu & Grey Wind
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Funambule-acrobate & Dresseuse de Fauves
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Auparavant un Cygne Noir, désormais une Hyène.
Epouvantard : Un Lapin. Blanc, le lapin.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 13:01

Esmé laissa le fouet se dérouler et sa baguette reprendre sa forme initiale, non sans qu'un goût amer de déception n'envahisse sa bouche grimaçante. En sus de la douleur - négligeable en comparaison d'autres qu'elle avait enduré -, elle était frustrée d'avoir si mal visé, si mal géré un coup qu'elle était sensée maîtriser à la perfection. Ce pourquoi elle s'entrainait quasi chaque jour ! Elle était capable de dompter une créature de quatre fois son poids et un simple moldu serait hors de sa portée ? Elle ne pouvait que réfuter cette évidence et mettre son erreur sur le compte du chaos ambiant. La remise en question serait pour plus tard, si tant est qu'ils arrivent à sortir de ce bâtiment sur leurs jambes. Ce qui, avouons-le, semblait plutôt compromis. Bobesco avait beau être indemne et jouer son arme mieux qu'eux tous réunis, combien de temps pourrait-il encore leur sauver la mise avant qu'une de leurs baguettes difformes ne le mette hors service ?

Elle secoua la tête, autant par dépit qu'en réponse à la question de Thanatos. La blessure était minime, juste assez gênante pour l'énerver, pas assez pour l'handicaper réellement. Comparé à ses alliés, elle s'en sortait bien. Et en réalité, son propre état l'importait assez peu. D'un regard jeté à la ronde, elle jaugea les plaies de chacun. Non décidément, ils risquaient de ne pas faire long feu. Il y avait même fort à parier que le Collaporta du Rosier, reconnaissable à son caractéristique bruit de succion, ne fasse même que retarder l'échéance.


" Parce que rien ne vaut la maison, mon cœur. " répliqua-t-elle à l'adresse de son frère d'un ton absent, son attention tournée vers le scientifique que leur meneur venait d'extraire de sa cachette. " Tiens donc ... "


Le seul de leurs ennemis à avoir échappé à la nouvelle vague de massacre. Esmé avait vu bien des angoisses sur autant de faciès mais rarement quelqu'un sur le point de tâcher sa robe d'excréments tant il craignait pour sa vie. Elle ne savait pas qu'elle était sa fonction au sein de la centrale, néanmoins, il ne semblait pas avoir été formé pour l'attaque. Ou alors, il était très mauvais.

Elle croisa l'oeillade déterminée de son aîné. Il serait donc le premier à exécuter le nouvel ordre d'Evan. Bien. Elle n'en attendait pas moins de lui. En d'autres temps, il se serait écarté afin de laisser la place à son jumeau. Mais c'était avant qu'il hérite de la flamme vengeresse de ses prunelles et de toutes les conséquences que cela supposait. Et si certains ne seraient certainement pas à l'aise avec ce qui allait suivre - contrairement aux idées reçues, être Mangemort ne signifiait pas forcément être un adepte de la torture -, elle ne quitta pas la scène des yeux, excepté un instant pour croiser ceux de Nathaniel. D'un geste de l'index, elle lui fit signe de s'approcher.


" Pouvez-vous arrêter ça, s'il vous plaît ? " lui demanda-t-elle distraitement en levant son poignet ensanglanté dans sa direction.


Le fait était qu'aussi superficielle que fut la blessure, elle continuait de suinter sur le sol, ce qui ne seyait guère à la jeune femme. Il n'aurait plus manqué que l'un d'entre eux glisse sur une flaque de sang ! Traître ou non, quelles que furent ses motivations à avoir voulu rejoindre les Phénix, elle s'en moquait comme de son premier chapeau. Puisqu'il était là, alors autant qu'il se rende utile. Elle abandonna donc son bras à ses soins, son intérêt à nouveau totalement focalisé sur son frère et la victime. La concentration était difficile, au vu de toutes les interférences avec lesquelles son esprit déjà malmené par les derniers événements devait composer. Pourtant, c'était le seul moyen pour que son analyse soit efficace. Mentait-il ou non ? Ses gémissements faisaient-ils partie d'une de ses ruses ou ne comprenait-il réellement rien ? La tête légèrement penchée sur le côté, la jeune femme restait indécise.

Il était donc temps qu'elle aille remplacer Thanatos.


" Allons, allons ... " sussurra-t-elle tandis qu'elle s'agenouillait près de lui, séchant les larmes que le dernier endoloris lui avait arraché du revers de sa main cramoisie. " Je suis désolée pour mon frère. Nous sommes tous un peu à cran, Arthur, tu comprends ? " Continuant de hoqueter, la pauvre bête lui lança un regard embué, surpris par cette douceur après tant de vices. " Je-Je ... Sais pas ... Je-je vous juuuure ! Je-je com-comprends pas ... " Un bébé. Geignard. Ridicule. " Dis-nous juste où sont les bombes. Allez, juste ça. Et nous te laisserons tranquille. Tu as ma parole. " Un octave plus bas. Un peu plus de chaleur. Mais à nouveau, cette stupeur et cette incompréhension totale. " Mais y a pas-pas ça, i-ici ! " Un reniflement morveux. Esmé dut retenir une grimace de dégout. " Moi-moi, je ... Je m'occupe juste-juste ... De vérifier les opérations séquentielles et ... et ... La température des réacteurs et ... et ... " Par le Lord ! Qu'est-ce que cet insecte pouvait bien baragouiner ? D'un geste impatient et beaucoup moins délicat que ses paroles, elle saisit ses joues entre ses doigts. " Alors où sont les bombes nulléaires ? " Encore cet affolement. La légère vague de réconfort que les mots de la jeune femme avait provoqué en lui s'était dissipée. " Les ... hein ?! Mais-mais je sais pa-paaaas ! "


Elle le lâcha brusquement et se redressa. Sa patience était plus que limitée ce soir et elle lui aurait bien asséné un petit sortilège pour la forme, mais l'avada était le seul qui aurait pu la soulager. Or, leur meneur avait été tout à fait clair à ce sujet. Ils devaient le garder en vie. Elle avait usé du même ton envoutant dont elle se servait pour ses Fauves. Les moldus étaient bien comparables à des animaux, non ? Alors cela aurait du fonctionner. Ne serait-ce qu'un peu. Ou alors, cela avait marché. Impossible à déterminer avec exactitude. Il lui aurait fallu un environnement plus calme et surtout, du temps. Ce dont il ne disposait ni pour l'un, ni pour l'autre, bien entendu.


" Soit ce parasite dit la vérité, soit il a reçu un très bon entrainement. " lança-t-elle au Rosier pour toute conclusion à sa courte intervention, avant de lancer une œillade assassine au sang-de-bourbe.


Ce dernier s'était fait minuscule depuis un moment mais bien qu'elle n'en avait rien laissé paraître, elle ne l'avait pas oublié pour autant. Depuis le début, une petite voix lui soufflait que c'était lui qui leur racontait des conneries. Que tout était de sa faute. Et lorsque l'on en venait à la conclusion que l'on croyait davantage un moldu qu'un sorcier, on pouvait aisément en déduire que la situation était mal, très mal engagée. Quoi que peut-être pas perdue. Il restait des camarades pour continuer sur la lancée des Selwyn.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ways of dreams & shadows
On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin. Et dans ce petit espace, nous sommes libres. V pour Vendetta
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 19:28

Sa jambe sous l’impact se déroba sous elle. La douleur l’aveugla, s’accompagnant d’une nouvelle vague de faiblesse. Elle crut bien que cette fois-ci, elle allait sombrer pour de bon. Elle se focalisa sur le repère identifié, et sur sa cousine dans une piteuse situation également. Alors qu’Evan s’occupait de régler la situation, Calliope tâchait de ramper jusqu’à sa cousine, laissant derrière elle une trainée de sang. Lourdement elle s’adossa au bureau à côté de Lexy. Difficile de ma remarquer l’effet de miroir, toutes les deux avait la même plaie à une jambe près. Lui lançant un regard entendu associé à un soupir, elle murmura à sa cousine agitée : « Tout va bien se passer Lexy, on va s’occuper de toi !  »  Mais c'était sans compter sur son esprit d'initiative.

Peu amène d’aider sa cousine plus compétente en matière de médicomagie qu’elle, de par sa formation et son métier, elle s’efforça de maintenir une pression conséquente sur sa propre cuisse pour stopper l’écoulement.  Mais ses mains s’étaient faites écarlates, et la Kark sentait son pantalon se gorger de sang. Le bruit mat des corps tombant mort, suivant du bruit de succion caractéristique du collaporta, lui fit comprendre que ça y est la situation était ‘sous contrôle’…ou au moins à peu près.  « Mr Hansen ? Nous aurions besoin de vous par ici. » Son appel faisait écho aux hurlements de Lexy. Elle fit signe au basique de soigner sa cousine d’un mouvement de la tête, quant à la fouchelang nul besoin de demander. La mare de sang qui se formait autour d’elle était bien assez significative. Le saignement fut rapidement stoppé, et la plaie partiellement cicatrisée. Il n’y avait pour autant rien pour contrer la perte de sang. Trop sûre de sa supériorité face aux moldus, la poufsouffle n’avait pas jugé utile de s’armer de dictame et de fiole de régénération sanguine. Pale comme un linceul, elle sentait son cœur battre plus fort, plus vite. Elle avait froid et chaud à la fois, une coulée froide de sueur lui glaçait le dos. Il n’y avait guère que l’adrénaline qui courait dans son corps pour la maintenir alerte et la pousser à se relever.

Doucement ménageant ses forces, elle avait quitté sa mare de sang pour examiner l’endroit et écouter l’interrogatoire mené par les Selwyn, qui adoptait une stratégie classique, mais efficace dans la plus part des cas. Mais comme avec le précédent moldu, la torture ne fonctionnait pas, et encore une fois Calliope avait la désagréable mais bien prégnante sensation que tout ça était un vilain traquenard. La farce n’était pas de son goût, elle appréciait peu d’être saignée pour rien.  Taisant ses accusations elle se contenta de pourfendre d’un regard sombre le sang-de-bourbe. Une promesse plus qu’une menace, le moldu ne serait pas le seul soumis à la question.

La Kark cramponnée au bureau, remarqua un élément incongru dans la foule de papier de choses carré avec du verre étrange, un cadre. Un cadre avec une photographie où l’on identifiait clairement le prénommé Arthur en compagnie d’une fillette. Sa fille, gagea la Poufsouffle. Esmé venait de terminer son interrogatoire laissant la voie libre à la Kark.  Ses premières expériences en termes d’extraction forcée des informations remontaient à sa septième année à Poudlard. Calliope revoyait encore les corps inanimés des deux phénix et le bain de sang provoqué par l’idiote et dangereuse Cléia-Nora. Elle avait appris désormais d’autres procédés et comptaient bien les employer, notamment lors de son escapade à Godric's Hollow. Armée de la photographie, elle se planta devant Arthur. Sentant ses jambes flageller et un vertige arriver, elle s’adressa au beau Thanatos. « Mr Sewyn ? Pourriez-vous avoir la gentillesse de rapprocher cette chaise pour moi pendant que j’interroge notre prisonnier ? » Calliope demeura silencieuse, dévisageant le moldu et entretenant un malaise qui, elle l’espérait jouerait en sa faveur. La sang-pure accueillie la chaise avec un soulagement qu’elle s’efforça d’intérioriser. Avec calme et lenteur, elle y posa son séant. Pas affalée, mais droite comme un i, elle contraignait le moldu à baisser les yeux pour la regarder.
« Arthur ? Je crois que nous sommes partis du mauvais ici, et qu’il aurait fallu avant toute chose vous donner certaines informations, pouvant vous aider à mieux comprendre votre situation, ici. » Sa voix était claire, calme, aucune pointe de fatigue ne la trahissait. « Savez-vous qui nous sommes ? » Le moldu fit signe que non. « Eh bien, Arthur. Je suis Calliope Kark, et mes compagnons et moi-même sommes le salut de votre race. Nous sommes des sorciers. »
« Avec des chapeaux pointus, des balais et des baguettes ? » avait-il braillé incrédule. La Kark lui montra sa propre baguette avant d’ajouter « Oui, c’est exact. Et je crois que vous avez déjà vu et éprouvé ce que nous pouvions faire avec, et que notre supériorité n’est plus à prouver. En dépit, de ce qui peut sembler, nous ne venons pas ici pour vous exterminer, ou vous voler vos armes afin de les employer. Nous, venons pour aider votre race, la protéger de ses propres erreurs. Vous n’en aviez pas conscience jusqu’à hier, mais vous partagez la même  planète que nous, en abusez, et si depuis plusieurs siècles nous avons fermé les yeux sur vos agissements, nous ne pouvons plus. Nous avons vu en Inde votre comportement destructeur, et bien vu que vous êtiez incapable d’apprendre de vos erreurs. Vos actes nous concernent et nous atteigne, on ne peut donc plus vous laisser agir à votre guise. Nous sommes ici pour détruire ces armes, vous protéger de vous-même. »
« Etes-vous en train de me dire que vous cherchez à détruire une bombe nucléaire ? Et qu’elle se trouverait ici ? »
« C’est exact, Arthur. Alors où se trouvent vos bombes ? »
« Pas ici ! C’est une centrale nucléaire !   »
« Nous savons qu’il s’agit d’une centrale nucléaire, et que vous regroupez toutes vos sortes de champignons, ici.  Ne jouez pas les ignorants, faites nous gagner du temps.   »
« MAIS ON NE FABRIQUE PAS CA ICI ! On s’occupe de l’énergie ! On allume des lampes, on fait marcher des fours. JE NE SAIS PAS OU LE GOUVERNEMENT CACHE SES BOMBES.   » La jeune poufsouffle poussa un long soupir. « Arthur… ne poussez à me montrer désagréable. »
« JE VOUS JURE JE NE SAIS RIEN… »
« Pourriez-vous jurer ça sur la tête de votre propre engeance, Arthur ? » Triomphante elle montrait la photo au prisonnier. « Elle doit bien avoir au moins six ans votre fille, non ? A cet âge on est capable de raisonner, non ? Pensez-vous qu’elle comprendra quand nous retrouverons votre foyer, la délogerons de son lit et lui feront comprendre avant de mettre fin à sa brève vie qu’elle paye le manque de coopération de son père, que son petit l’aimait quand même ? Vous travaillez pour des gens abjects, Arthur. Les préférez-vous à votre propre sang ? » Le moldu se mit à nouveau à sanglotter, à prier, implorer dans un charabia plein de larmes qu’il ne savait rien, qu’il le jurait sur la tête de sa fille. Il suppliait encore la Kark de l’épargner quand cette dernière se leva péniblement de sa chaise avant de rejoindre les Selwyn et Evan. « Je crois qu’il y a bien un menteur dans cette salle, mais ce n’est le moldu. »[/color][/color]

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol



Dernière édition par Calliope Kark le Mar 2 Sep 2014 - 20:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 19:48

Lexy laissait les larmes rouler sur ses joues alors qu’elle étalait sa jambe. Ils seraient au calme quelques instants. Rester silencieuse était dur. Elle ravalait sa bile, sa salive comme elle le pouvait. L’idée qu’elle avait en tête était une très mauvaise idée… Mais la meilleure qu’elle avait. Elle vrilla ses iris dans celles de Marion, encore apte, mais s’adressait aussi à sa cousine.

« En aucun cas vous n’intervenez... »

Son cœur battait à tout rompre, elle n’entendait plus que ça, à moins que ce ne soit les moldus en train de charger la vitre comme des brutes. Ce n’était pas une bonne idée. Non c’était une très mauvaise idée. Pourtant c’était clair dans sa tête, il fallait toujours enlever les projectiles avant de suturer. On lui avait répété encore et encore. Un truc était logé dans la cuisse… l’action était simple. Certainement douloureuse… mais simple. Sa main gauche se ferma sur celle de Marion alors qu’elle approchait la droite de l’orifice sanguinolent. Ses doigts tremblaient. Elle sursauta rien qu’en touchant la plaie.

« En aucun cas. »

Elle inspira profondément avant de glisser un doigt dans sa blessure. Son visage se crispa alors qu’elle retenait son cri. Elle ferma les yeux, serrant la main. Vite, elle allait chercher plus loin. Bon sang ! Sa gorge grognait alors qu’elle se mordait la lèvre jusqu’au sang. Son index trouva la balle au bout de longues minutes durant lesquelles elle avait basculé la tête en arrière. Ce n’était pas professionnel de ne pas regarder son intervention en cours, mais c’était plus supportable ainsi. La pulpe de son doigt rencontra la boule de métal. Elle n’était pas loin. Le sang empli sa bouche alors qu’elle se décidait à y entrer son pouce. C’était trop. L’orifice n’était pas assez grand. Elle geignit, sa voix montant crescendo à mesure du chemin qu’elle parcourait. Elle regardait à présent. C’était trop important. Sa bouche ne tint bientôt plus, sa main gauche labourait celle de Marion par tant de douleur. Elle hurla alors que son pouce rejoignait son index pour se fermer autour du projectile. Idem que sous un Endoloris, sa souffrance éclate aux oreilles de tous. Avec un soulagement sans nom, elle retire ses doigts complètement rouges, tenant le précieux. Elle sent la sueur sur son front, le long de son dos. Sa main retombe au sol alors qu’elle voit Nathaniel à ses côtés, le visage transformé par l’émotion. Elle s’en fiche. Elle en sourirait presque tant le soulagement est grand. Ce qui lui avait paru des heures s’était passé à la vitesse de l’éclair.

Elle se laissa sermoner, soigner. Calliope fut soignée en moins de cris, ce qui était une bonne chose. La respiration forte, elle essaya de suivre l'interrogatoire.Le moldu ne mentait pas. Ils s'étaient mit dans un fourbi total pour ... RIEN.

Trois sorciers avaient essayés par diverses manières. Callie était très douée quand elle s'y mettait et Lexy n'allait certainement pas douter du talent des Selwyn. Ils avaient assez perdu de temps. Lexy fut aidée pour se relever. Ça le ferait. Elle tourna la baguette en sa direction pour s'administrer un Revigor, certes dans son état ce ne fut pas brillant, mais assez pour lui redonner un petit coup de fouet.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Marion J. Vaisey
Messages : 2504 Crédits : moi-même (avatar), broadsword (code) & tumblr (gifs)
Age du personnage : 21 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Assistante au Magenmagot Mangemort
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Panda roux
Epouvantard : Coincée dans un miroir et voir les murs se rapprocher sans réussir à s'en sortir. (Assapor style)
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 19:59


De derrière le bureau, je vis Calliope se prendre elle aussi une de ces balles en métal étrange dans la jambe et de ramper difficilement vers Lexy et moi. Je me décalai pour lui laisser de la place, me demandant quoi faire avec les deux Kark touchées. Je voulus appeler Nathaniel mais Calliope fut plus réactive, tout comme ce dernier.

Une nouvelle fois, j’évitai de croiser le regard du médicomage revenu d’entre les Phénix et me levai pour écouter le début d’interrogatoire des Selwyn. Un frisson parcourut mon échine à l’entente du prénom du moldu avant de lâcher un soupir excédé : Arthur.
Certes les sorciers n’avaient pas le monopole des prénoms mais quand même, tomber sur un moldu aussi inutile qu’effrayé qui portait le même prénom que mon père était une coïncidence de très mauvais goût. Mais ce dernier était le cadet de nos soucis : de l’autre côté de la vitre, la garde supérieure moldue essayait de pénétrer dans la pièce. Alors oui, essayer de soutirer les informations au moldu était une bonne idée mais ne fallait-il pas protéger encore plus la pièce ? Car vermine ou non, aucun ne semblait prêt à nous laisser tranquille et leurs armes étaient beaucoup plus néfastes.

Vérifiant que Lexy allait mieux, Calliope étant partie interroger le minable moldu Arthur, je me dirigeai non loin de la porte, faisant face à la garde supérieure. Surprise aux premiers abords, ils reprirent de plus belle avec leur… Chose lourde pour démolir la porte. Tôt ou tard, ils arriveraient à rentrer dans la pièce, plutôt tôt que tard d’ailleurs. Je voulus lancer un Convexo Defensionem pour nous aider lorsque la conclusion de Calliope, ainsi que la réaction du moldu, retentit : les bombes nucléaires n’étaient pas ici. « Pas dans une centrale nucléaire » avait-il déclaré avant ses jérémiades.

La colère m’envahit, sachant pertinemment qui blâmer pour ses foutaises. Les gardes moldus n’avaient pas menti, le scientifique non plus. Le seul coupable était le Sang-de-Bourbe.

« Applesby. »

Sans attendre une quelconque réaction, je me dirigeai furieusement vers le sorcier le plus impur et le plus inutile de la pièce pour lui lancer un sort. En espérant que cela fasse l’effet escompté.

« Toi. Qu’est ce qui t’as pris de raconter des bobards PAREILS et de nous mettre dans cette situation ? Tu mériterais un Avada bien placé. »

Parce que Marion a perdu patience avec le Sang-de-Bourbe...:
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

i don't believe in no-win scenarios
« we've all got a past that can hurt us, don't let yours hurt you. »
code broadsword.


Dernière édition par Marion J. Vaisey le Mar 2 Sep 2014 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 19:59

Le membre 'Marion J. Vaisey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Nathaniel Hansen
Poney rose officiel
Messages : 2861 Crédits : Myself - TUMBLR.
Age du personnage : 27 ans - né le 4 Janvier 1995.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Aide-soignant au black à l'hôpital de Melbourn (au sud de Cambridge)
Faction : Ombre de la Rose Noire infiltré chez les Phénix.
Maison : Serpentard.


Rapeltout
Patronus : Un labrador brun.
Epouvantard : Etre responsable de la mort des gens qu'il aime. Concrètement : voir un couteau planté dans l'abdomen de sa fiancée et se retrouver avec son sang sur les mains.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 20:21


Fichtre, il était à nouveau touché. Encore. La blessure à sa cuisse le brûlait. Nathaniel, en soit, ne comprenait même pas pourquoi et comment il avait pu être blessé, mais visiblement c’était le cas. La fatigue qui l’avait saisi un moment plus tôt, son épaule, la fort probable contusion à la tête… Non, il n’était pas en forme. Mais il lui fallait avancer, prouver qu’il restait utile pour le groupe, même blessé. D’ailleurs s’il pouvait soigner cette vilaine éraflure…

Il entendit le bruit caractéristique d’un Collaporta, et se redressa au-dessus du bureau pour observer Evan Rosier se pencher au dessus d’une table, l’air véritablement énervé. Les sorciers étaient coincés dans cette pièce vitrée, un moldu dans la salle. Au moins les sorciers pouvaient se poser et panser leurs blessures. Se détournant d’Evan au moment où celui-ci se rapprochait du Moldu, Nathaniel dédaigna le sang-de-bourbe et s’occupa de sa blessure rapidement : il lança un sortilège informulé pour nettoyer la plaie et arrêter le saignement. Une fois la plaie soignée, il se redressa et croisa à cet instant précis le regard d’Esmé Selwyn. La dresseuse l’invita à s’approcher d’un mouvement élégant du doigt et le médicomage ne put qu’obéir, baguette à la main. Il ne prêta que peu attention au ton distrait qu’elle utilisa et s’appliqua à soigner son bras du mieux qu’il pouvait.

« Mr Hansen ? Nous aurions besoin de vous par ici. »

Il se tourna en direction de la voix, jusqu’à voir les trois jeunes filles sang-pur derrière un bureau. C’était Calliope qui venait de l’appeler d’une voix calme. « Je suis là. » fit-il en s’agenouillant aux côtés de Lexy. Sa jambe semblait sur le point de se noyer dans une marre de sang, et la jeune femme d’ordinaire pas bien bronzée était désormais pâle comme un linge. Dans leur dos, le moldu sanglotait, mais Nathaniel n’en avait cure. Ce n’était pas son problème. Son problème, c’était de voir Lexy Kark, sang-pur de son état, les doigts enfoncés dans sa cuisse blessée pour en retirer le projectile. La jeune femme ne sembla pas s’apercevoir de sa présence alors qu’il l’appelait par son prénom – règle élémentaire de médicomagie : en cas de traumatisme, appeler les patients par leur prénom a plus de chance de provoquer une réaction que par leur nom de famille. Au contraire, elle laissa échapper un son de pure douleur avant de finalement retirer l’un de ces bouts de métal moldu avant même que Nathaniel n’ait pu l’en empêcher.

Le médicomage croisa ses yeux embués de larmes qui le regardèrent un instant sans le voir. Nathaniel retint un commentaire acerbe et s’attacha à soigner la plaie de la jeune femme. Il nettoya la blessure, la cicatrisa partiellement et lança un sortilège anti-douleur à la Kark. Quand ce fut fait, il chercha son regard : « Mademoiselle Kark, j’espère que vous avez conscience que retirer un éclat de métal de cette envergure soi-même sans prendre la précaution de se lancer un sortilège simple pour contrer la douleur – je suis persuadé que vous en avez appris récemment – est dangereux. Pour un peu que vous ayez endommagé les tissus, vous auriez pu avoir des séquelles pendant plusieurs années – et encore je suis gentil. Vous auriez dû m’appeler dès le début… Je suis là pour ça, est-ce que vous comprenez ceci, Lexy ? »

Le manque de réaction ne se fit pas sentir. Nathaniel, plutôt que d’attendre une réponse de la part de la convalescente, préféra se déplacer vers Calliope pour s’occuper de sa blessure. « Vous permettez.. ? » Bien, ce n’était pas très compliqué non plus. L’épaule du médicomage le lançait, mais il réussit à soigner la jambe de la jeune femme sans encombre. « Dites-moi si vous avez encore mal ou quoi que ce soit, il est possible que vous ayez besoin de soins complémentaires revenue à l'abri... » fit-il avant de se relever pour voir Marion lancer un Doloris au sang-de-bourbe. Oh…

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


'coz a heart that hurts
is a heart that works.
So I haven't given up , but all my choices, my good luck appeared to go and get me stuck in an open prison. Now I am trying to break free, be in a state of empathy, find the true and inner me ; eradicate the schism. No one can take it away from me, and no one can tear it apart.


      .                     [color=#8c6fb3]





.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Sep 2014 - 22:32

Evan Rosier prit une profonde inspiration avant de détourner les yeux de la vitre et les poser sur le moldu. « Vous êtes en train de me dire qu'il n'y a aucune bombe nucléaire entreposée dans la centrale nucléaire ? 
- C'est ce que je dis depuis le début, bon sang ! On s'occupe du nucléaire civil ici, l'énergie, l’électricité ! Les centrales nucléaires n'ont rien à voir avec le nucléaire militaire ! »

Le regard acide du sang-pur se détourna vers le sang-de-bourbe qui se faisait minuscule dans son coin. « Vous saviez ça ?
- Je... Je...
- Vous... ?
- Je pensais...
- Ah ! Vous pensiez... » Peut-être aurait-il fallu que ce sombre incapable s'abstienne de penser, ils se seraient évité un bon nombre de tracas ce soir. Du coin de l'oeil, il aperçu Bobesco qui, voyant que la vitre commençait à se fissurer sous les attaques des militaires moldus, la consolidait d'un sortilège informulé. Le Rosier ne lâchait pas Applesby du regard, sentant la rage bouillir un peu plus en lui à chaque fraction de seconde qui passait. Une seconde de silence, puis deux, puis trois, et Evan expira, ses épaules se relaxant en même temps que ses poumons se dégonflaient. Puis, rapidement mais calmement, il pointa sa baguette vers le sang-de-bourbe et déclama d'une voix blanche « Sectumsempra. » Le sortilège le prit en plein dans le torse et en partie dans la gorge. Le sang-de-bourbe s'étala au sol, des borborygmes immondes s'échappant de sa bouche alors qu'il s'étouffait dans son propre sang. « On s'en va. Et on prend le moldu avec nous.
- Le mol... Attendez... Vous parlez de moi ?! NON ! Pitié ! Je vous en supplie, j'ai une femme, une fi...
- Et faites-le taire ! Bobesco ! On s'en va ! »

Se préparant à transplanner, Dorrin Bobesco libéra son sortilège de renforcement de la vitre, qui vola en éclat sous le coup du bélier moldu. Des morceaux de verre volèrent à travers la pièce et touchèrent tous les sorciers présents dans la salle alors qu'ils transplannaient sous les yeux des militaires, avec le dénommé Arthur en otage.

Informations Rp  

ϟ Et voilà, c'est fini les enfants ! Dites adieu à la centrale balnéaire/nulléaire/nucléaire ! La fin se passe par ici!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

ϟ EXTREMIS MALIS EXTREMA REMEDIA ϟ Event Express V
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin