Rencontre du troisième type



 



Rencontre du troisième type
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs
avatar
Vivienne Lestrange
Messages : 639 Crédits : myself
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Mangemort
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : aucun
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 15 Juin 2014 - 17:21

Vivienne scrutait avec intensité la vieille horloge pendue au-dessus du manteau de la cheminée du salon de Mrs Macnair. Ses yeux n’étaient plus que deux fentes suspicieuses résolument braqués sur le cadran, prêts à détecter la moindre oscillation des longues aiguilles de fer. Elle se refusait à tourner ailleurs son attention tant qu’elle ne les aurait pas vues bouger. Tant qu’elle n’aurait pas eu la preuve que quelque sorcellerie malveillante n’en avait pas volontairement ralentie le cours dans le seul but d’exciter son impatience. « Bouge. Bouuuge, » était-elle en train de murmurer dans une ultime supplique quand le coude de sa sœur vint soudain heurter son flanc droit. Vivienne tourna la tête et se retrouva alors nez-à-nez avec une vieille bique de la famille Parkinson qui la dévisageait d’une manière qui attendait visiblement une réponse de sa part. « Oh oui ! Oui, c’est tout à fait passionnant ! » s’empressa-t-elle de rétorquer sans savoir de quoi il était question. À l’air décontenancé de son interlocutrice et au regard impérieux que lui jeta sa sœur, elle comprit qu’elle était tombée à côté de la plaque mais, fort heureusement, Kira enchaîna aussitôt sur un autre sujet et son étourderie fut vite oubliée.

Vivienne était au supplice. Cela faisait à peine une heure qu’elle était arrivée chez Gemma Macnair, répondant ainsi à son invitation de venir déguster le thé entre femmes et demoiselles de bonne famille, et cela lui semblait déjà une éternité. L’ambiance calfeutrée du salon au style victorien où se mêlaient les conversations et les petits rires sous les mouchoirs commençait à lui peser. Elle étouffait. Elle rêvait de se lever pour pouvoir au moins ouvrir une fenêtre et laisser pénétrer la brise fraîche de ce début de mois de juin, tout en sachant que prendre cette liberté alors qu’elle n’était pas chez elle lui vaudrait à coup sûr un nouveau regard désapprobateur de la part de son aînée. Et le Lord savait à quel point elle en recevait déjà assez comme ça dans une journée ! N’y tenant plus, la jeune Lestrange finit par s’excuser en prétextant devoir aller au petit coin. Cette ruse lui vaudrait certainement une remontrance plus tard mais l’ennui la consumait tant qu’elle n’en s’en souciait pas le moins du monde. Elle avait à peine mis un pied hors du salon qu’elle obliqua ainsi derechef vers la sortie.

Une fois à l’extérieur, Vivienne huma une grande bouffée d’air. Elle se sentait enfin libre, et le restant de la journée lui semblait soudain plein de tous les possibles. Vêtue d’une petite robe blanche où se dessinaient de grandes fleurs roses, un ruban cintrant ses hanches, un autre autour du cou, elle s’élança alors à travers les rues de Pré-au-Lard d’un pas léger, presque bondissant. Elle pouvait peut-être passer à l’hôtel-de-ville voir si Maddox pouvait s’éclipser discrètement du travail. Ou rendre visite à Primrose dans ses serres. Tout en gambadant, la jeune fille faisait la liste de ses envies. Elle ne faisait guère attention à ce qu’il se passait autour d’elle et ce qui devait arriver arriva quant au détour d’une rue elle rentra brusquement en collision avec une autre personne. L’homme faisait deux bonnes têtes de plus qu’elle et bien qu’il ne soit pas épais il la précipita sur les fesses sur le pavé de la ville. Vivienne laissa échapper un petit couinement de douleur, mais ce fut la honte d’être ainsi jetée à terre qui la remit sur ses pieds et empourpra son visage plus que la colère avec laquelle elle essaya de se redonner consistance.

« Mais vous êtes complètement idiot ! On ne vous a jamais appris à regarder devant vous quand vous marchez dans la rue ! Vous m’avez fait mal ! C’est une agression ! Vous savez à qui vous avez à faire au moins ? » scanda-t-elle en rehaussant le menton avec fierté, et ce même si elle paraissait bien petit et fluette face au sorcier qui lui faisait face…

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Rencontre du troisième type
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs