Baby in progress - please do not disturb



 



Baby in progress - please do not disturb
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs :: Habitations
avatar
Echo Leïa Zabini
Messages : 390 Crédits : TINA + tumblr + doudouw
Age du personnage : Vingt-sept ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ancien mannequin, travaille avec papa Zabini dans le milieu de la mode.
Faction : Héritière
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Une couleuvre
Epouvantard : Se faire renier par son père ; symbole de rupture définitive avec sa famille.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 11 Juin 2014 - 21:30

Echo est seule dans cette maison à laquelle elle a fini par plus ou moins s'habituer – même s'il est évident qu'elle ne vaut pas leur ancienne villa, que son placard à chaussures ne sera jamais aussi somptueux (elle n'a plus que quelques dizaines de paires d'escarpins, c'est d'une tristesse!), que les pièces ne seront jamais aussi lumineuses (mais même dans le noir absolu, une Zabini reste rayonnante, voyez-vous). Le jour décline lentement mais ne tombera pas avant un moment encore, elle ne sait pas du tout quand Eric rentrera du travail, leur elfe est en bas occupée avec le parquet du salon... Bref, donc, personne n'est là mis sinon elle.

En rentrant, elle a seulement pris soin de retirer sa petite veste. Clac clac clac, ses talons hauts résonnent dans les escaliers alors qu'elle se presse en direction de la chambre de son couple. Elle dépose son sac à main (Zabini) sur le lit, retire rapidement sa longue robe corail (Zabini) en prenant soin de ne pas la jeter comme un vulgaire chiffon. Même si on ne porte jamais deux jours de suite les mêmes vêtements (jamais!), attention, on respecte ces parfaits chefs-d’œuvre nés entre les doigts d'Amleth Zabini (ce héros).

Elle sort de son siiii beau sac une, deux, trois, douze bandelettes et clac, clac, clac, traverse la chambre en direction de la salle de bain. En sous-vêtements. Et perchée sur ses escarpins (Zabini bien-sûr (ses derniers amours en date)) d'un blanc parfait. Oui, parfaitement. Le plus normalement du monde.

Elle pose toutes ses bandelettes alignées sur le marbre du meuble du lavabo. Dans l'immeeeeense miroir (il est si grand qu'elle y tient les bras levés), on lit sur sur visage qu'elle est anxieuse. En fait, non. C'est pire que ça. Elle est morte de peur et... Ca se ressent puissance dix sur son humeur. Tenez, par exemple. Ce midi elle a failli assassiner la serveuse pour lui avoir apporté de la tarte à la violette parce qu'ils n'avaient plus de salades de fraises des bois (mais elle en avait sacrément envie, elle, aussi...). Mais bref, le sujet n'est pas à ses sautes d'humeurs encore plus remarquables qu'à l'ordinaire (quelles blagueuses, ces hormones!).

Le véritable problème est que ses « copines » mensuelles n'ont pas montré le bout de leur nez depuis trois semaines. Trois semaines jour pour jour. Elle ne s'est pas autorisée à paniquer jusqu'à ce laps de temps, mais présentement, elle a juste envie de hurler si fort qu'elle en ferait exploser toutes les vitres de la maison.

Elle prend le temps de s'observer dans le miroir. Son soutien-gorge, blanc licorne, est quasiment neuf et pourtant, elle a l'impression d'avoir la poitrine oppressée à l'intérieur. Sans doute parce que ses seins ont visiblement pris du volume. Un peu, pas beaucoup, suffisamment pour que ce soit douloureux.
Elle passe à l'étage inférieur. Son ventre. Pose ses deux mains bien à plat dessus – plat comme il devrait toujours, touuuujours l'être. Elle inspire, le rentre un peu, recommence la même chose mais de profil. Le constat s'impose inévitablement à elle : elle a...
Un petit ventre.
Oh par Merlin.
PAR MERLIN.
Elle est grosse, ça y est, énorme, difforme, c'est terrible, c'est affreux.
Mais aventurière intrépide comme elle, elle continue son observation.
Les fesses maintenant. Merlin soit loué, elles sont toujours aussi parfaites. Divinement galbées. A un tel point qu'elle pourrait elle-même en tomber amoureuse.
Mais ça ne change rien, puisque de toute façon, elle va bientôt être déformée du ventre.

Ses yeux commencent déjà à s'embuer. Elle attrape l'une des bandelettes. Inspire profondément, très profondément, lentement. Dépose un tout petit peu de salive au bout et la secoue pour accélérer le processus. Il faut dix secondes seulement pour que l'ensemble du papier se teinte de rose. Alors elle a un hoquètement de panique et attrape une par une les bandelettes restantes pour recommencer précisément la même chose. Douze fois au total. Mais rien à faire. Toutes prennent la même foutue teinte rose.

Echo tripote nerveusement le bout de ses cheveux nattés, fixant les papiers.
Elle les a alignés avec soin.
Douze tests de grossesse. Tous positifs.

Elle n'est pas tout à fait sûre de savoir ce que cela signifie dans l'immédiat. Mais la panique la gagne inévitablement, alors elle les jette sans aucune délicatesse dans le lavabo et traverse au pas de course la chambre pour ouvrir la grande porte coulissante de son immense dressing et s'asseoir à même le sol. C'est un peu son sanctuaire, ici – son placard à elle.

Elle attrape nerveusement un petit haut qui aurait été parfait pour la fin de l'été. Sauf qu'à la fin de l'été elle sera énorme, affreuse, et qu'elle ne pourra JAMAIS le porter, jamais, jamais ! Elle le serre contre elle (un peu comme une petite fille aurait agrippé son jouet préféré) en fixant ses longues jambes nues, et puis ses escarpins. Eux aussi commencent à l'oppresser. Et... Et... Et bientôt, peut-être que ses pieds vont quintupler de volume, comme tout le reste de son corps, peut-être qu'elle ne pourra même plus les glisser dans ses si belles chaussures, si délicates.
C'est au moment où cette pensée abominable la traverse qu'Eric apparaît dans son champ de vision (elle ne l'a pas entendu arriver).
Elle le fixe une demie-seconde les yeux grands ouverts, toujours par terre...
Et fond aussitôt bruyamment en larmes.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 27 Aoû 2014 - 11:46

Enfin ! Cette journée finit par se terminer !

Eric peut enfin laisser son sourire de présentateur charmeur au vestiaire. Aaaah … le confort d’une mine inexpressive et froide. Il n’avait pas tout ce travail des zygomatiques à faire avant de perdre son job, et sa merveilleuse Tour des médias, oui dans son cœur à lui cette tour était sienne. Il pouvait être odieux 24/24h et adorait ça. Sa chaise humaine lui manquait aussi … Tellement pratique. Et que dire de son assistant merveilleux ? Il n’avait plus bu pareil café que depuis le coup d’Etat Phénix. L’espèce d’assistant qu’il avait ne valait pas un clou. Heather en avait un mieux, le favoritisme est honteux ! Surtout quand il ne l’est pas pour sa personne !

Il avait quitté le plateau rapidement, s’enfermant dans son « bureau ». Vous croyez-quoi ? Qu’il n’est là que pour faire beau ? Quasiment, cependant, il aimait être aux fait de ce qui se passait et préparé aux informations données par les journalistes. Inutile de dire qu’il préférerait mourir en place publique que d’écorcher un mot en direct. Il y resta quelques heures avant de finir par rentrer chez lui. Pour une fois il ne rentrerait pas trop tard, c’est sa femme qui allait être contente. Sa « femme », un mot auquel il n’arrivait pas à se faire. Peut-être étaient-ils fiancés depuis si longtemps que le mariage n’avait rien changé dans l’essence de leur relation sinon son titre ? Ou bien peut-être que le playboy rangé au placard ne voulait pas se faire à l’idée de s’être fait passer la corde au cou ?

Echo était souvent seule le soir dans cette maison tout juste vivable. Il essayait quand c’était possible de rentrer un peu plus tôt, de toute manière sa vie n’était pas des plus trépidantes à Pré-au-Lard, autant rentrer et voir si Madame Lannister - oui on peut rêver, cette féministe ayant voulu garder son nom de scène… - était d’humeur pour une soirée câline…

Le sourire aux lèvres, il laissa l’elfe s’affairer au parquet. Personne dans le salon, ni dans la cuisine - on ne sait jamais, elle aurait pu s’y perdre. Le présentateur se dirigea vers l’étage. Ses chaussures firent résonner le bois des marches. Par le Lord, que le marbre lui manquait… La porte de la chambre était entrouverte… Héhé, peut-être qu’elle essayait de nouveaux vêtements … peut-être une nouvelle lingerie… Les idées qui se formaient dans sa tête étaient de plus en plus plaisantes.

La chambre était vide. Il y fit quelques pas, tendant l’oreille pour essayer de découvrir où se baladaient les escarpins hors de prix d’Echo. Rien.

Enfin si, un éclat de sanglots à sa droite.

Eric se tourna vers les portes du dressing.

« Echo ? »

Il mit la main à sa baguette avant d’ouvrir l’une des portes. On n’était jamais trop prudent. L’obscurité fit place à la lumière soudainement dans le placard aux merveilles et les yeux de l’Ombre tombèrent sur sa femme assise à même le sol, pleurant contre un bout de tissu… en sous-vêtements.

« Quelqu’un est mort ? »

Dit-il sans une once d’ironie. Il n’avait pas vu la jeune femme dans cet état depuis… non, il ne l’avait jamais vue comme ça. Il laissa sa baguette à sa place et ouvrit la seconde porte du dressing. Doucement, il s’agenouilla devant elle, se mettant à son niveau pour communiquer. Si jamais c’était à cause de sa manucure soi-disant ratée… Non, Echo ne pleurait pas dans ces cas là. Elle devenait une folle furieuse hystérique prête à avader tous ceux qui se trouveraient sur son chemin – parfois lui compris.
Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Baby in progress - please do not disturb
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs :: Habitations