The show must go on



 



The show must go on
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs
avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 11 Juin 2014 - 21:15

La majorité des citoyens enfermés à Pré-au-Lard tournaient en rond. Littéralement ou non. Mais il n'était pas rare, voir même quotidien, d'entendre des personnes se plaindre de ce confinement. De la promiscuité, du rationnement, du confinement, de l'absence de liberté... Autant de petites choses qui empoisonnaient la vie des fidèles du Lord, obligés de supporter un tel traitement en attendant leur revanche. Pourtant, il y avait une personne au moins que la situation ne semblait pas déranger plus que cela. Une personne qui, à vrai dire, trouvait son compte dans cet enfermement, si ce n'était le manque chronique d'ingrédients indispensables à la confection de ses potions. Une personne qui ne sortait que très peu des murs d'enceinte de l'immortelle école de Magie qu'était Poudlard, si ce n'était pour se rendre de temps à autres à son nouveau Quartier Général. De quoi tenter de se rendre utile pour sa mission, en somme. Murphy O'Ryan était, plus que jamais depuis leur enfermement à Pré au Lard, une ombre parmi les ombres. Ou plutôt, une ombre parmi les Ombres.

Mais ce soir, les choses étaient différentes. Oh, bien sûr, Murphy ne faisait pas non plus seulement des allers et retours entre le QG et ses sombres cachots qu'il avait très vite appris à affectionner, mais disons que le voir prendre part à quelconque évènement autre que les occasions officiels étaient chose plus que rare. Pourtant, rien de tel aujourd'hui. On ne l'avait pas forcé à sortir de son cachot, on ne lui avait fait parvenir aucune invitation officielle, il n'y avait aucune célébration particulière... Non. Rien de tout cela. Rien, en somme, qui ne puisse expliquer rationnellement la présence de Murphy O'Ryan dans le public du restreint Chimeria Horror Show. Rien, à part peut-être une phrase lancée en l'air après une sortie londonienne catastrophique. La promesse de se revoir, bientôt, peut-être. Quand leurs états respectifs le permettraient, bien sûr, parce qu'ils n'étaient ni l'un ni l'autre ressortis sans dégât de cette petite escapade. A croire qu'ils s'étaient pris au jeu, lui du chevalier servant un rien maladroit, elle de la demoiselle pas vraiment en détresse.

En tout cas, Murphy, lui, s'était pris au jeu sur le moment. Et s'il avait ensuite un peu oublié cette phrase lancée en l'air alors qu'on acceptait enfin de les laisser pénétrer dans l'enceinte de Pré au Lard et que, surtout, des médicomages les prenaient en charge, une affiche placardée sur le mur de son apothicaire lui avait remémoré ses quelques mots. En soit, le spectacle ne l'intéressait pas plus que cela ; il n'avait jamais été très friand de ce genre d'évènement. Mais repenser à Esmé Selwyn avait amené sur ses lèvres un irrémédiable petit sourire en repensant aux quelques moments partagés à Londres. Et deux semaines après, sans n'avoir revue une seule fois la jolie saltimbanque, Murphy s'était retrouvé à applaudir avec sa réserve habituels quelques numéros ma foi forts impressionnants - et bien sûr, parfaitement exécutés. Et Murphy s'était même senti mué d'un certain enthousiasme, toujours discret, bien sûr, lorsqu'il avait pu reconnaître l'artiste avec qui il avait pris plaisir à converser, si tant est que les brèves phrases échangées puissent être considérées comme une conversation. Et il avait applaudit sans gêne aucune à la fin du numéro, son léger sourire en coin admettant pour lui l'appréciation qu'il avait pu avoir de ce spectacle.

Mais il n'était pas venu que pour cela. Car, s'il avait fini par apprécier ce divertissement, ce n'était bel et bien pas pour cela qu'il avait fait le déplacement. Et il comptait bien pouvoir féliciter de vive voix l'artiste de la soirée - la seule qu'il avait prit la peine de vraiment remarquer -. Le voilà donc qui attendait désormais l'apparition de la belle, enveloppée dans une cape noire chargée de le couvrir du léger vent qui perturbait encore en ce mois de juin la campagne écossaise, et dans laquelle était surtout dissimulée quelques fleurs rapidement choisies. On jouait au chevalier servant ou l'on y jouait pas. Et puis, quoi de mieux pour féliciter une artiste ? Il pouvait presque d'ors et déjà entendre la réplique un rien cynique de miss Selwyn lorsqu'il lui offrirait ce présent. Mais, après tout, c'était aussi pour ça qu'il était venu ce soir. Et il espérait fortement que cette soirée remplirait son rôle jusqu'au bout. Juste une soirée agréable à se distraire.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Esmé Selwyn
Le Diable au Corps
Messages : 741 Crédits : Myrlu & Grey Wind
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Funambule-acrobate & Dresseuse de Fauves
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Auparavant un Cygne Noir, désormais une Hyène.
Epouvantard : Un Lapin. Blanc, le lapin.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 19 Juil 2014 - 23:22

Le rideau retomba derrière la Dresseuse. Son numéro était terminé. A la perfection, voilà l'expression qui la caractérisait le mieux. En toute modestie, naturellement. Comment expliquer autrement le tonnerre d'applaudissement qui suivait chacune de ses prestations, qu'elle soit sur terre ou dans les airs ? Si l'enfermement en terre Ecossaise était difficile à vivre pour bien des sorciers, il l'était bien moins pour la jeune femme. Elle avait non seulement la chance de pouvoir exercer son métier, l'amour de sa vie, mais en plus, elle continuait de tant recevoir de la part de son public. Quelle chanceuse elle était !

Du moins était-ce son état d'esprit en cet instant, alors qu'elle vérifiait le verrou des cages et en profitait pour adresser baisers et roucoulades à travers les barreaux à chacun de ses Bébés. Le grand sourire qui barrait son visage fardé se faisait, quoi qu'elle en dise, de plus en plus rare.

L'effervescence des grandes villes lui manquait. Quand bien même les Selwyn n'avaient pas hésité à réduire en cendres leur héritage et leur entreprise afin de rejoindre le fief Mangemort, même s'ils reconstruisaient tout, roulotte après tenture, en marge des autres citoyens, les faits étaient là. Ils n'étaient pas faits pour vivre parmi une communauté dont les membres étaient à l'image du ciel qui les surplombait. Gris. Sans saveur. Si au moins ils avaient eu la qualité d'avoir l'esprit aussi vaste ... Mais non. De vrais conservateurs. Etroits. Que ce soit dans leurs pensées ou dans leurs pantalons.

Au bout d'un an et demi, le jugement devenait rude. Et biaisé, à n'en pas douter. La mauvaise foi des jours sombres.

Alors oui, Esmé avait eu droit à une petite escapade à Londres deux semaines auparavant. Cela dit, on ne l'y avait pas envoyé pour faire du tourisme. Quoi que vue la teneur de la mission, en ce qui la concernait, c'était ce qui l'en rapprochait le plus. Participer à déchaîner les foudres d'une foule en colère, une occasion en or qu'elle n'aurait raté sous aucun prétexte ! D'ailleurs, avec le recul, elle en gardait un bon souvenir. Globalement, du moins. Ils avaient bien failli ne jamais retourner à Pré-au-Lard, leur chef de file avait été victime d'un avada et elle était rentrée avec une épaule déboitée. Entre autres joyeusetés. Qu'importe. L'essentiel était qu'elle se soit bien amusée.


" Comment s'est passé le show ? " interrogea soudain Mimi, la médicomage du Chimeria, l'interrompant pendant sa séance de câlins et lui épargnant ainsi davantage de se perdre dans ses réminiscences.


La Sang-Pur releva vers son amie un regard faussement atterré.


" Allons, trésor, tu ne les as pas entendus ? " s'indigna-t-elle. " Ce fut un triomphe ! "


Mimi soupira avant de lever les yeux au ciel. Ses lèvres affaissées semblaient former le mot "irrécupérable" sans même qu'elle ait besoin de l'articuler. Le sourire de la Dresseuse redoubla.


" Je parlais de ton épaule. Aucun problème d'articulation ? Pas de gêne ? De douleur ? "


Cette fois, ce fut au tour d'Esmé de s'en prendre au plafond. Mimi l'avait prise en charge à la Clinique à peine avait-elle pénétré dans le hall. Comment, avec de tels talents, aurait-elle pu négliger quoi que ce soit ? En presque trente ans de bons et loyaux services auprès du Cirque, elle n'avait jamais failli à sa tâche.


" Bien sûr que non. " répondit néanmoins la jeune femme de mauvaise grâce. " On dirait un oiseau de mauvaise augure. Tu me files le bourdon ! "


Comme pour appuyer ses dires, elle adressa un clin d'œil à la médicomage, puis quitta la tente. Elle était bien décidée à ne laisser personne - même l'une de leurs plus proches et fidèles employées - entamer sa bonne humeur enfin retrouvée. Aussi, elle reprit le chemin des coulisses et s'autorisa même un petit détour par l'entrée. Elle voulait savourer l'air frais autant que la vision des badauds comblés et repus quittant le terrain maintenant que le spectacle était terminé. Certains s'arrêtèrent pour lui rendre quelques hommages amplement mérités et inutile de préciser qu'elle se laissa prendre au jeu des flatteries. Néanmoins, il ne s'agissait pas de trop éventer l'aura de mystère qu'elle distillait avec tant de ferveur. Quelques minutes plus tard, elle s'apprêtait à reprendre le chemin de ses quartiers, lorsqu'elle aperçut une silhouette toute encapée de noir dissimulée dans l'ombre.

Heureusement pour l'inconnu, elle reconnut la posture, ainsi que l'expression aiguisée de son regard. Délaissant poliment ses admirateurs, elle s'avança vers lui, d'une démarche aussi souple que féline.


" Cher Mr O'Ryan ... " lança-t-elle au bout d'un instant, une moue malicieuse accrochée aux lèvres. " ... Je ne vous attendais plus. J'ai crains que vous ne m'ayez déjà oublié. "


L'apparition du bouquet de fleurs tomba à pic pour illustrer le ton faussement mélodramatique de la demoiselle. Comme il était agréable d'avoir un interlocuteur aussi adepte de la mise en scène que soi.


" Je suis ravie de m'être trompée. " continua-t-elle tandis qu'elle s'emparait délicatement de l'offrande. " Néanmoins, j'espérais de votre part une attention un peu plus, comment dirais-je ... Etudiée ? "


La déception était feinte. La pointe de cynisme dans sa voix, en revanche, d'une sincérité criante. Un comportement qu'elle ne se permettait que devant une poignée de personnes. Sachant qu'elle n'avait rencontré Murphy qu'une fois auparavant. Se pourrait-il qu'en notre maître des potions se cache un dompteur hors-pairs ? Ou était-ce qui émanait de lui, tout simplement ? Ces hypothèses ne tarderaient pas à se vérifier.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ways of dreams & shadows
On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin. Et dans ce petit espace, nous sommes libres. V pour Vendetta
Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

The show must go on
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs