On ne se connait pas vraiment, n'est-ce pas ? [Siobhan]



 



On ne se connait pas vraiment, n'est-ce pas ? [Siobhan]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations :: 3, Chemin de Traverse
avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 8 Mai 2014 - 12:15

Rentrer à la maison. Voilà tout ce que Jane voulait.

Moulue. Cassée. Déchirée. Epuisée. Autant d'adjectifs qui lui seyait parfaitement à l'heure actuelle.

Quelques heures plus tôt, elle s'était retrouvée au milieu d'une bataille. Parmi celles qui vous laissent un goût amer dans la bouche, l'odeur âcre  de la fumée dans les narines, la peau en feu et l'impression d'avoir été écartelée des entrailles jusqu'à la racine des cheveux.

La description peut paraître un peu exagérée, dite comme ça. Sauf que lorsque, à l'instar de la Callaghan, vous avez connu autant de paix depuis un an et demi, c'est à peu de choses près tout ce que vous êtes capable de ressentir. Avec le recul, le temps aidant, elle se ferait à l'idée. Mais pour l'instant, elle ne voyait que l'horreur continuer de défiler dans son esprit encombré.

Une population qui se soulève. Attaque. Se fait décimer. Brûler.
Des Mangemorts. Qui attaquent. Déciment. Brûlent.

Un éternel recommencement.

Les blessures de l'Irlandaise n'étaient pas aussi sévères, comparées à celles de certains de ses comparses. Alden avait du être transféré à Ste Mangouste. Blackburn avait eu plusieurs côtes brisées, ainsi que d'autres estafilades auxquelles elle préférait ne pas penser. Ne parlons même pas du reste de la troupe ... On pouvait considérer qu'elle s'en était plutôt bien sortie avec son oeil au beurre noir, son dos lacéré et son nez cassé. Ne parlons pas de la deuxième cicatrice qu'elle conserverait à cause d'un Feudeymon, elle préférait ne pas y penser.

En somme, rien ne justifiait qu'elle s'éternise davantage au QG, maintenant que le plus gros avait été soigné. Même si le médicomage qui l'avait prise en charge dès son arrivée aurait souhaité la garder en observation, aussitôt qu'elle eut retrouvé quelques forces, elle avait réclamé sa sortie. Son nez avait été remis droit, les griffures refermées ... Ça irait très bien ainsi. Physiquement du moins.

Psychologiquement, la seule chose qui l'apaisait était d'avoir Eireann et Ciaràn à ses côtés, débarqués aussitôt qu'on les avait mis au courant des derniers événements. Ce dont elle comptait bien profiter dans l'intimité, à l'abri des regards de leurs alliés et surtout, en-dehors de ces lieux tout d'un coup beaucoup trop fréquentés.

Trop d'effervescence. Trop de cris. Trop de monde.

Un soupir de soulagement avait traversé ses lèvres à peine la porte de l'appartement du Chemin de Traverse refermée derrière eux. Elle s'était trainée jusqu'à la douche et avait ensuite passé une petite demie-heure dans le salon avec eux, son cousin la forçant à avaler une part d'un de ses succulents gâteaux et Eireann l'encourageant à s'hydrater.

Au bout d'un moment, elle avait néanmoins senti ses paupières se fermer toutes seules et elle avait rejoint son lit, après avoir chassé les deux Callaghan de son chevet. Elle avait besoin d'être seule. De dormir. D'oublier.

Malheureusement, le sort semblait en avoir décidé autrement. Allongée sur les couvertures, ses cheveux humides tombant sur son visage tourné vers la fenêtre, le sommeil avait décidé de la fuir. Ses pensées tournaient en boucle tel un mauvais film moldu que l'ancien gouvernement aurait certainement brûlé. Comme le reste. Comme il le faisait toujours.

Merlin ! Quelle se sentait pathétique !

Elle grommela tandis qu'elle se laissait finalement tomber sur le dos, une main sur le front. Peut-être devrait-elle aller trouver Fuller pour lui demander si elle n'avait pas une petite dose de potion de sommeil sans rêves à lui filer ... Soudain, une ombre filtra par la porte entrouverte. Le couloir était toujours sensiblement illuminé, preuve que Ciaràn et - ou - Eireann veillaient toujours.

Plissant les yeux, elle garda un instant les yeux rivés sur la silhouette. Au vue de la carrure, il lui apparut que ce n'était ni l'un ni l'autre.


" Sio' ? " tenta-t-elle, d'une voix incertaine.


Ils avaient préféré laisser la jeune fille dormir. Le lendemain arriverait bien assez vite et avec lui, le fait qu'il faudrait l'informer de ce qui s'était passé. Sauf qu'a priori, quand bien même ils avaient pris moult précautions, leur retour n'était pas passé inaperçu.


" Entre si tu veux. "


Au prix d'un effort colossal de ses avant-bras, Jane se redressa en position assise avant d'accueillir la plus jeune des Callaghan avec un sourire d'où émanait une véritable chaleur.

Etrangement, il n'avait été question de renvoyer Siobhan ainsi qu'elle aurait pu le faire pour les deux autres. Comme si sa cousine avait la sensation qu'on la mettait déjà suffisamment à l'écart.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Siobhan Callaghan
Messages : 212 Crédits : Croco
Age du personnage : 16 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Eleve du 4ème niveau à l'institut Potter
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Un chiot
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 22 Mai 2014 - 19:46

La soirée avait été calme chez les Callaghan. Siobhan s'était retrouvée toute seule. Pour cause, ses cousines et son cousin n'étaient pas rentrés. La jeune femme les soupçonnait d'être en mission pour l'ordre. Encore une fois, on l'avait tenu à l'écart. De toute manière c'était simple, ils ne lui disaient jamais rien en ce qui concernait l'Ordre. Malgré toutes les questions qu'elles avaient pu leurs poser, elle n'avait obtenu que de rares réponses toutes évasives. Autant elle pouvait comprendre qu'on la met à l'écart, pour la protéger et parce qu'elle était jeune. Autant elle trouvait cela énervant de ne rien savoir. Elle ne pouvait juste constater les blessures subis par sa famille, sans forcément en connaitre la cause. Nombres de fois, elle avait râlé et boudé sans que cela ne changea rien. Du coup, elle  s'était fait une raison ou presque.

Ce soir, elle gardait l'appartement familial en compagnie de Croupy qui la suivit un temps, il était venue l’embêter et chercher des câlins alors qu'elle lisait dans le salon en grignotant des biscuits. Sentant ses paupières s'alourdirent et décidant de ne plus attendre ses cousins, l’adolescente rejoignit sa chambre, le bouquin sous le bras. L'animal partit s'étaler dans un coin pour dormir comme un bienheureux.
Dormant profondément, Siobhan finit par en émerger brusquement à cause d'un bruit. En Alerte. immobile étendue dans son lit, elle essayait de déterminer l'origine du bruit. Quelques secondes après, elle en vint à déterminer que ses cousines et son cousin étaient rentrés. Se frottant les yeux, Siobhan s'assit dans son lit. Elle devait en avoir le cœur net. L'adolescente décida alors de s’extirper de la chaleur de son lit.
Les pas étaient incertains, son esprit encore embrouillait par le sommeil, l'irlandaise ouvrit la porte de sa chambre. Le couloir était allumé. La porte de la chambre de Ciaran fermait. Son cousin était donc rentré.  Pieds nus, flottant dans un t shirt extra large, Siobhan marchait dans le couloir, elle s'aventura à regarder  travers la porte entrouverte de Jane.

Cette dernière ne semblait pas dormir, elle en obtint la certitude quand elle entendit prononcé son nom avec hésitation.  "Oui c'est moi"  rassura t'elle Jane, d'une voix encore ensommeillé. Elle entra suite à l'invitation de Jane, elle ne voulait pas la déranger, mais la curiosité la poussait à se rapprocher. Repoussant la porte, elle s'avança auprès du lit de sa cousine, afin de pouvoir mieux la discerner dans l'obscurité. Voyant le visage meurtri de Jane, les yeux de Siobhan s'écarquillèrent.
" ça va Jane ? Tu veux que je t'apporte quelque chose ?"  s'inquiétait elle. Siobhan était prête à aller chercher tout ce dont Jane aurait besoin, tout pour pouvoir l'aider ou la soulager du moindre de ces maux.

 " Qu'est ce qui s'est passé ? " questionna t-elle, sans savoir si elle allait avoir une réponse cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 26 Mai 2014 - 18:32

Jane avait grandi aux côtés d'Eireann. Chose plutôt aisée lorsque l'on n'a que quelques mois d'écart. Quelques années plus tard, Ciaràn était entré dans leurs vies et elle l'avait accueilli comme un véritable petit frère de sang. Il ne lui était même pas venu à l'esprit de le considérer autrement. Il avait dû se plier à leurs jeux d'enfants, faire semblant de boire du thé invisible dans des tasses minuscules ... Elle était même persuadée que son oncle et sa tante possédaient encore les photos mouvantes de cette fois où ils l'avaient déguisé en mariée.

Pour Siobhan, en revanche, c'était un petit peu plus compliqué. Il n'y avait là aucune affaire de sentiment qu'elle quelle soit. Bien au contraire. Seulement, la différence d'âge alliée au divers événements qui étaient survenus depuis la mort du Lord avaient été autant de freins pour développer une vraie relation, aussi proche qu'elle avait développé avec ses deux autres cousins. Entre Jane qui était toujours par monts et par vaux, l'enlèvement d'Eireann, son exil aux Etats-Unis, son statut de terroriste jusqu'au putsch des Phénix ... On pouvait sans peine affirmer que rien avait joué en cette faveur.

Sauf que tout ceci remontait à plus d'un an, au minimum. Depuis, elle avait cueilli la demoiselle chez elle, dans cet appartement, de manière à ce qu'elle puisse suivre une scolarité sereine. Jane travaillait toujours énormément mais elle voyageait beaucoup moins. Aussi réalisait-elle que malgré ses bonnes résolutions, elle n'avait pas accordé à sa jeune cousine autant d'attention qu'elle l'aurait mérité. L'Irlandaise avait plutôt tendance à laisser Eire ou Cia se charger de la guider dans ses questionnements, sans s'encombrer davantage. Un petit élan de culpabilité vint donc compléter la liste des sentiments négatifs de la soirée.

Ressenti qu'elle balaya intérieurement, tandis qu'elle se poussait afin de faire de la place à Siobhan dans le lit défait. Elle releva même la couverture, l'invitant à venir l'y rejoindre en-dessous.


" Non, ne t'inquiète pas, ça va. " lui répondit-elle, toujours souriante. " Allez, amène-toi avant d'attraper froid ! "


Si Jane pouvait retirer au moins un seul point positif dans le désastre de Lakeshire, autant que ce soit en rapport avec ses liens à sa famille. Elle attendit que la jeune fille se soit exécutée, laissant un léger silence s'installer dans la pénombre. Enfoncée dans son oreiller, coudes posés sur les draps et les yeux rivés au plafond, elle réfléchissait à la réponse adéquate qu'elle pouvait apporter à la dernière interrogation de Siobhan.

Naturellement, lui mentir n'était pas envisageable. Déjà, parce qu'il n'y aurait rien de pire pour saboter sa confiance - la presse se chargerait dès demain de rapporter leur intervention -, mais aussi pour la bonne raison qu'elle n'en avait pas envie. Même si en croisant le regard de sa cousine, elle ne put s'empêcher de revoir celle-ci enfant ... Et de se dire qu'au fond, elle en était encore une. Dix-sept ans. N'était-ce pas l'âge de l'insouciance ? Des premiers émois ? De la première cuite ? Elle aurait tellement voulu qu'elle soit préservée de toute cette bouse, qu'elle puisse vivre une existence d'adulte loin des démons auxquels elle-même avait été confrontée.

Avouons que c''était plutôt mal parti. Alors autant lui donner les armes qui lui avaient fait défaut.


" Wallas nous a envoyé dans un village, au nord-ouest de l'Angleterre. " déclara-t-elle enfin d'une voix neutre. " Les habitants étaient remontés. Contre les Phénix. Contre le Ministère. On a essayé de ... Les calmer. Mais les Mangemorts sont arrivés et ... "


Jane déglutit péniblement, butant sur la fin de sa phrase. Comment formuler l'horreur en mots ? Tout était si frais dans son esprit. Elle avait encore l'impression de sentir la poussière et le brûlé, malgré la longue douche brûlante qu'elle avait prise. Pourtant, il le fallait. Siobhan avait le droit de savoir. Quitte à ce que cela devienne, pour le coup, vraiment réel.


" ... Et je crois qu'il n'y a plus de village. "


Aussitôt le verdict prononcé, elle se mordit la lèvre inférieure, tentant, par ce geste, d'endiguer les larmes qu'elle sentait poindre au coin de ses paupières. L'une, traîtresse, parvint néanmoins à se frayer un chemin jusqu'à sa joue.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Siobhan Callaghan
Messages : 212 Crédits : Croco
Age du personnage : 16 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Eleve du 4ème niveau à l'institut Potter
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Un chiot
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 22 Juil 2014 - 17:37

En entrant dans la chambre de sa cousine, Jane, Siobhan ne savait pas comment elle serait reçue et si c'était une bonne idée. Mais Jane avait l'air mal en point, son inquiétude la poussa à franchir le pas. Se faufilant dans sous la couverture à la demande de Jane, l'adolescente se retrouva assise dans le lit de Jane. Cette cousine qu'elle ne connaissait que si peu.  Même si Jane était à peu près du même age qu'Eireann, la différence d'âge avait eu plus d'impact entre elle et Siobhan. Cela pouvait paraitre étrange, mais la jeune fille était plus proche de ses autres cousins Eireann et Ciaran. Mais il fallait dire que Siobhan avait passé moins de temps avec Jane. Cela jouait beaucoup sur leurs relations.  Un lien affectif n'avait pas pu se créer entre elle, ou du moins c'était juste un lien de surface. Ce n'était pas que Siobhan n'aimait pas Jane, elle ne la connaissait juste pas vraiment. Elle avait l'image d'une cousine qui était en mission pour l'ordre, souvent absente ou passant en coup de vent chez les Callaghan.
Depuis que la demoiselle était venue s'installer ici pour suivre les cours à l'Institut Potter, Siobhan avait  eu l’occasion de voir plus souvent Jane. Enfin, tout ceci restait relatif. Mais c'était toujours en coup de vent, ou quand ils se retrouvaient tous ensemble pour manger ou juste échouer sur le canapé. Ces moments restaient rares. Puis, Siobhan prenait garde de ne pas embêter Jane, préférant inconsciemment demander un service à Ciaran ou Eireann plutôt qu'à Jane. Alors ce soir, l'adolescente était ravie, de ne pas se faire renvoyer au lit.

Se dépêchant d'obéir à sa cousine et de s'engouffrer dans  sous la couverture, Siobhan prit soin de bien se caler dans le lit, sans bousculer Jane. Elle ne voulait pas lui faire mal à cause d'un geste malencontreux. Sagement, elle attendait la réponse de sa cousine, si cette dernière allait lui en donnait une. Dans le même temps, Siobhan observait sa cousine du coin de l’œil. Ses blessures l'impressionnaient, bien qu'elle ne savait pas vraiment leurs étendues, se doutant que Jane avait du se faire soigner avant de rentrer à l'appartement.

Tout ouïe, elle écouta sa cousine, ne sachant pas à quoi s'attendre vraiment. Les mots étaient durs, décrivant la triste réalité. Une seconde avait suffi à Sio' pour se rendre compte de la dureté du combat qu'avait du mener Jane. " Ils ont tous détruits ?"  Demandait elle presque ahurie, par autant de destruction. Enfin, elle savait quand c'était plus ou moins la guerre, mais de là à exterminer un village entier... L'adolescente ne soupçonnait pas une telle cruauté. " Même les villageois ?"  Préférant imaginer, que seul les biens matériels avait été exterminé. Il restait un fond de naïveté et d'espoir dans le cœur de la jeune Callaghan.   "Mais pourquoi ils étaient contre le Ministère et les Phénix ? Tu penses que les Mangemorts avaient préparé cette attaque ?"

Les questions de Siobhan avait fusée, alors qu'elle se mordait presque les doigts d'en avoir posé autant. Surtout quand elle vit qu'une larme avait coulé le long de la joue de sa cousine. Elle ne voulait pas que Jane, se sente mal, mais elle n'avait pas de recette miracle. Siobhan posa sa main sur celle de sa cousine, pour montrer qu'elle était là.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 14 Aoû 2014 - 20:36

Essuyant la larme traîtresse d'un revers de la main, Jane sentit poindre un sourire sous sa tristesse. Non pas que la situation fut drôle. Bien au contraire ! Néanmoins, sa nervosité latente mêlée à l'effusion de questions de Siobhan semblait court-circuiter toute réaction acceptable. En mettant en mots la réalité des événements de la journée, la jeune femme venait de raviver pour de bon un brasier qu'elle pensait éteint depuis plus d'un an - sans mauvais jeux de mots pour cette pauvre Lakeshire, dévastée par le feudeymon de Lyanna Salamander. Peut-être que s'il n'avait pas s'agit de sa cousine, elle aurait abandonné la conversation, prétextant une fatigue extrême pour pratiquer la technique de la fuite en avant.

Mais voilà, c'était Siobhan qui se tenait à ses côtés. Et surtout, c'était Jane elle-même qui avait mis ça sur le tapis. Il était désormais trop tard pour reculer. Elle risquait de donner l'impression de la mettre à l'écart. Encore. Inutile de préciser qu'après ça, elle aurait été incapable de se regarder dans un miroir.


" Il y a eu ... Des morts, oui. " répondit-elle après un moment, cherchant ses mots. " Beaucoup d'habitants ont quand même eu le temps de prendre la fuite avant que le feu ne détruise les maisons. "


Elle avait bien conscience de l'ahurissement dans lequel elle avait plongé sa jeune cousine, aussi chercha-t-elle à la rassurer autant que possible. Si elle ne pouvait adoucir ses maux, elle pouvait au moins essayer de les partager  a minima. Il ne fallait pas qu'elle oublie que toute Phénix qu'elle soit, Siobhan était toujours une adolescente qui n'avait pas encore eu à subir son lot de batailles. D'ailleurs, elle espérait bien que ce ne serait jamais le cas. Que tout ça s'arrêterait à leur génération.

L'espoir. Tout ce qu'il lui restait ce soir-là. Embourbé sous une grosse couche de détresse, il était pourtant toujours bien présent. Le noeud qui s'était installé dans ses entrailles se desserra sensiblement. C'était déjà ça de pris.


" Quant au fait qu'ils soient contre le Ministère et les Phénix ... C'est un peu compliqué. Même moi, je suis pas sûre de bien avoir saisi, tu comprends ?" Contre, un raccourci qu'elle aurait pu reprendre. Le mot employé par la jeune fille donnait une vision un brin manichéenne. Sauf que pour ça, il aurait fallu qu'elle ait des arguments à proposer. Naturellement, ce n'était pas le cas. " On va dire que certaines personnes au-dessus de nous n'ont peut-être pas ... Pris les décisions qu'il aurait fallu. Du coup, les gens ont voulu remettre des choses en question. Et les Mangemorts sont arrivés au bon moment pour essayer de récolter les graines de la discorde. Sauf que voilà, ça a mal tourné. "


C'était là le meilleur résumé des circonstances qu'elle pouvait lui proposer. Même s'il remettait en cause plus ou moins directement le Gouvernement. Une première pour Jane, laquelle, malgré tout ce qui avait pu se passer depuis le renversement de Kark, s'était efforcée de rester neutre. De soutenir les Américains et leurs méthodes tout en restant au plus près des Phénix. Désormais, sa posture lui paraissait encore plus précaire. Parce qu'elle-même, en cet instant, n'y croyait plus.

Elle se rendit compte que Siobhan avait posé sa main sur la sienne et enserra ses doigts entre les siens. Elle coula vers elle un regard fatigué, bien que brillant de volonté. Celle de ne pas se laisser abattre. Plus que ses mots, c'était sa détermination quasi à toute épreuve qu'elle voulait que l'adolescente retienne.


" C'est toujours pourri, quand on se retrouve au milieu de ce genre d'épreuves. Sur le moment, tu essaies d'agir au mieux et quand ça vire au jus de citrouille, tu te demandes " bouse ! qu'est-ce qu'on a raté ? ". Après, quand c'est enfin terminé et que toi, tu rentres sur tes deux jambes, tu observes autour de toi, tu vois tous les dégâts que ça a fait et tu ajoutes deux-trois jurons à la question que t'es posée pendant. Et quand tu retrouves la maison, tu n'as qu'une envie, te cacher sous ta couette où tu pourras te répéter " j'y arriverai pas cette fois, je pourrai pas continuer " jusqu'à plus soif ... "


Ses mâchoires se contractèrent malgré elle. Elle savait de quoi elle parlait. Elle l'avait vécu et éprouvé plus d'une fois. Après le coup d'état de Kark, lorsqu'Eireann avait été enlevée, elle avait bien cru qu'elle ne s'en relèverait pas. Quelques mois plus tard, l'attaque d'Azkaban à laquelle elle avait participé avait fini de l'achever.

N'empêche, elle était toujours là.


" ... Mais tu continues quand même ! " lâcha-t-elle, un sourire venant creuser ses joues. " Le lendemain, le soleil s'est levé, comme d'habitude et toi, tu fais comme lui. Tu lâches ton lit et tu te traînes jusqu'à ta prochaine journée. On est des Callaghan ! On ne se laisse jamais abattre ! Je crois que c'est notre petit côté maso. Tu vois ce que je veux dire ? "


Jane ne savait pas d'où elle tirait cette force soudaine alors qu'une minute auparavant, elle était assaillie par une intense léthargie. Peut-être était-ce Siobhan qui, rien que par sa présence, la lui insufflait. Elle lui rappelait pourquoi ils se battaient.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

On ne se connait pas vraiment, n'est-ce pas ? [Siobhan]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations :: 3, Chemin de Traverse