ϟ DAT VENIAM CORVIS, VEXAT CENSURA COLUMBAS ϟ La fin ϟ Sujet des mangemorts



 



ϟ DAT VENIAM CORVIS, VEXAT CENSURA COLUMBAS ϟ La fin ϟ Sujet des mangemorts
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Institutions mangemorts
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 24 Avr 2014 - 9:46


ϟ Dat Veniam Corvis, Vexat Censura Columbas ϟ

La censure pardonne aux corbeaux et poursuit les colombes


Grande Place de Pré-au-Lard

« LACHE-MOI PUTAIN ! LACHE-MOI ! » Cesare s'exécuta. Il se demandait comment il avait réussi à transplaner sans accident avec le ver qu'était Lyanna. « FAUT QU'ON Y RETOURNE ! - C'est inoutilé, ils l'ont emméné aillorrrrs, jé souis désôlé. » Lyanna ne s'arrêta pas de hurler pour autant.

***

« On va aller détruire Londres et leur putain de Ministère ! » Caïus Salamander était encore plus furieux que Lyanna. il n'en voulait pas à sa soeur mais il allait se faire cuire des steack de Phénix pour nourrir ses dragons dès ce soir. « Caïus, tu sais très bien que nous ne pouvons pas faire cela. Nous devons d'abord... - MON FILS NE RESTERA PAS LA-BAS UNE MINUTE DE PLUS ! » Wilhelmina posa sa main sur l'épaule de son mari. Elle était aussi bouleversée que lui mais elle gardait les pieds sur terre. « Monsieur Salamander, nous ne resterons pas sans rien faire. Seulement, nous ne pouvons foncer tête baissée. Il faut d'abord attendre de voir si les Phénix vont livrer votre fils au Ministère ou s'ils vont choisir de le garder. Et là, nous pourrons savoir quoi tirer à notre avantage. » Caïus était hors de lui. Il partit sans arrêter de crier et alla s'enfoncer dans les rues de Pré-au-Lard. Logan était là, aux côtés de sa mère. Il n'avait jamais envisagé la possibilité de perdre son frère avant et ce qu'il commençait à entrevoir lui faisait perdre ses moyens. Son regard était sombre et, intérieurement, il était perdu.


Informations Rp

ϟ Tous les mangemorts peuvent poster dans ce sujet. Nous vous laissons quelques jours pour poster autant de messages que vous le souhaitez.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 24 Avr 2014 - 14:41


Brooke n’avait aucune idée de comment elle était arrivée à Pré Au Lard. Est-ce que quelqu’un l’avait aidée ? Portée ? Elle avait transplané toute seule ou on l’avait aidée ? La question était entière. A dire vrai, elle s’en fichait comme de son premier chaudron. Ce qui lui importait, c’était qu’elle était loin des flammes qui rongeaient Lakeshire, mais sur les pierres froides de la Grande Place de Pré Au Lard. Incapable de rester debout, elle s’était effondrée sur le sol et continuait de se vider de son sang, les yeux fixant le ciel sans se rendre compte qu’elle avait froid et qu’elle glissait progressivement dans l’inconscience. Un Difindo… Décidément, ce sortilège lui portait la poisse. Et elle n’avait même pas réussi à éliminer ce crétin de Blackburn… Que lui avait-il dit déjà ? Oh bien sûr, il avait tenté de se dédouaner de sa responsabilité dans la mort de Lisa…

Son bras gauche n’existait plus. Le Blixten l’avait déjà bien engourdi, mais avec l’hémorragie, il semblait que son membre était parti se promener ailleurs.

Bruce avait parlé d’autre chose… D’un chien qui avait pris des risques…

C’est marrant, tiens.. le nuage avait une drôle de forme… Comme un crane à l’envers… Ou une pâtisserie gourmande… Elle mangerait bien quelque chose tiens. Des Patacitrouilles seraient les bienvenues.

Il avait voulu parlé de quoi l’autre connard Phénix ?
Il lui vint à l’idée qu’elle n’avait pas été seule à entendre son petit laïus. Elle tourna lentement la tête pour chercher sa nièce du regard. Etait-elle seulement rentrée entière ? Brooke ne l’avait pas revue après l’Avada qu’Heather avait lancé dans la chaumière - ok, c’était une maison, mais elle manquait cruellement du plus élémentaire des conforts… Comment pouvait-on vivre dans quelque chose d’aussi sordide ? Le Manoir Macnair au moins avait du cachet. De la classe.

A penser à sa maison, son foyer - même si elle n’y avait plus vécu depuis 20 ans - les larmes lui vinrent aux yeux. V’la qu’elle se faisait sentimentale maintenant ! Pourtant c’était la demeure de son sang… Contrairement à sa mère qui avait épousé les Macnair autant que Rogan, Brooke n’avait jamais pu se résoudre à devenir une Schmidt. C’était sans doute pour ça qu’elle était ici et non en Allemagne avec ce lâche d’Anton. Sale Schleu, qu’il reste où il était avec sa choucroute et ses kougelhopf…

Ah tiens un kougelhopf, ça serait pas mal là…

Mais où était Heather ?

« Heather … »

Mais finalement, autant dormir… Brooke se sentit glisser doucement dans des draps pur soie sauvage et et fourrure de Boursoufle. Douce et réconfortante.

Et puis soudain des mains la secouèrent violemment. Des médicomages ? Qu’est-ce qu’ils viennent faire là ?! Ils interrompent sa sieste !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 24 Avr 2014 - 16:35

Les rugissements des Salamander résonnaient dans tout Pré-au-Lard. De la Clinique, tous pouvaient les entendre distinctement, et c’est rapidement que l’équipe déléguée aux soins post-Lakeshire s’était dirigée vers la Grande Place. Astra avait demandé à en faire partie, surtout quand elle avait su que Brooke avait décidé de joindre sa force magique aux autres Héritiers, dont Arutha d’ailleurs, mais l’envie d’atterrir au milieu d’un regroupement de Salamander en furie était inexistante. C’est donc en se faisant toute petite qu’elle arriva au regroupement de blessés. Il y avait la fille d'Arthur, Calliope Kark, Arutha évidemment, et quelques autres volontaires. Moins un, de ce qu'elle avait compris des hurlements de Caïus. Moisn une perosnne importante. Elle repéra bien vite la Macnair-Schmidt, suite à son tour d'horizon de la situation. Couchée au sol, dans son propre sang.
Elle s’agenouilla près d'elle sans attendre, évaluant les dégâts en un coup d’œil. Les lacérations à son bras étaient profondes et elles avaient probablement subi plusieurs autres sorts, mais pour le moment, c’était le plus urgent. Vu ses mouvements désordonnés, épuisés, elle ne semblait pas avoir de cassure, ou quelque chose susceptible de la paralyser. Si ça avait été l cas, elle aurait été mieux de l'achever tout de suite. La Médicomage fouilla dans sa trousse de potions, emmenée pour les premiers soins avant le transport à la clinique, et en ressortit une potion de régénération sanguine. Avec des sorts basiques, ça devrait faire l’affaire... enfin, elle espérait. Ses souvenirs du sort lancé sur Arutha, pendant un transplanage, lui revinrent en mémoire. Qu'un Diffindo, s'il-vous-plaît.

Elle tapota doucement les joues de Brooke, voyant que celle-ci tournait de l’œil après avoir murmuré le nom d’Heather. Ce n’était pas le moment… « Brooke. Brooke ! BROOKE ! » C’est en oubliant toute notion élémentaire de médicomagie qu’Astra secoua sans douceur sa cousine pour la faire émerger du sommeil où elle la voyait sombrer, et dans lequel elle ne devait absolument pas sombrer d’ailleurs. La Serpentard finit par ouvrir ses yeux et si elle sembla un instant avoir quelques difficultés à comprendre la situation et à faire le focus, elle ne prit certainement pas longtemps à reconnaître celle qui avait décidé de s’occuper d’elle. Sans doute quelque chose dans ses cheveux violets. Un sourire rassurant. Sa baguette, dans sa main gauche, effleurait les coupures sanglantes, tandis que les sortilèges murmurés aidaient celles-ci à se refermer sommairement. Juste un coup d'oeil, pour vérifier que les plaies guérissaient bel et bien. « Je m’occupe de toi, mais il ne faut pas que tu t’endormes. Elle retira le bouchon de la potion, à l’aide de sa seule main droite, et la présenta au bord des lèvres de Brooke. Bois ça. Ensuite, on ira à la clinique et tu me raconteras. » Tout ce qui était arrivé. Pourquoi tout avait mal tourné. Et ce qui semblait tant la troubler, la questionner, même dans son état de semi-conscience.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Marion J. Vaisey
Messages : 2504 Crédits : moi-même (avatar), broadsword (code) & tumblr (gifs)
Age du personnage : 21 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Assistante au Magenmagot Mangemort
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Panda roux
Epouvantard : Coincée dans un miroir et voir les murs se rapprocher sans réussir à s'en sortir. (Assapor style)
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Avr 2014 - 14:25


Lakeshire était méconnaissable, merci le feudeymon de la Tante Salamander. Cette vision apocalyptique me rappelait encore une fois Assapor. Car l’endroit où nous étions allait connaître le même sort que feu l’île Indienne : n’être qu’une ancienne ville sur la carte. Il ne fallait clairement pas rester là. Je vérifiais une nouvelle fois que Calliope était encore éveillée, en essayant d’éviter de nous prendre un dernier avant d’entendre un cri désespéré. Robin appelant sa tante. Robin se faisant enlever par les Phénix et Lyanna devenir folle de rage.

Tout s’enchaîna. Lyanna qui se défoulait sur les murs, l’Italien qui nous demandait de nous replier et les derniers sorts qui fusaient, voilà la dernière vision que j’ai eue de Lakeshire, qui bientôt n’existerait certainement plus. Avions-nous réellement rempli notre mission ? Normalement. Mais le sentiment d’échec allait nous suivre en rentrant. En cet instant, j’étais bien contente de ne pas être Héritière.

« Prête ? » demandai-je à Calliope, que j’avais de plus en plus de mal à soutenir, avant de transplaner directement à Pré-au-Lard. Je lui avais posé cette question pour la forme, ne cherchant pas vraiment à avoir son avis sur la question malgré la présence de son frère pas très loin. Il fallait rentrer et point barre. Surtout qu’elle était dans un pire état que le mien.

Je ne sus comment nous avions réussi à transplaner sans encombre mais la foule de médicomages présents sur place qui se ruèrent sur nous me fit comprendre que nous avions réussies à revenir en un seul morceau. Sans m’en rendre compte je perdis la trace de Calliope et me retrouvai face à un médicomage qui ne m’était pas familier et à peine plus âgé que moi, m’auscultant de toute part.

« Lâchez-moi je vais bien. Où est mon père ? »

J’avais retiré mon bras gauche des mains du jeune médicomage avec une grimace douloureuse. Mon bras devait être examiné mais certainement pas par cet apprenti à l’air hébété, ne sachant que répondre à ma question sèche. Visiblement cet abruti ne savait pas de qui je parlais.

« Trouvez-moi Arthur Vaisey, maintenant ! »

Le médicomage partit, tout confus et apeuré, à la recherche de mon père alors que j’étais en rogne. Cela faisait bien longtemps que je n’étais pas revenue d’une mission dans un état presque normal –malgré la vision d’horreur que procurait mon bras gauche qui lançait presque un appel à l’aide pour qu’on s’occupe de lui– ou avec ce sentiment d’échec. Je n’étais pas Héritière et ne le serais sûrement jamais mais je savais que d’avoir laissé Robin se faire capturer allait nous retomber dessus d’une manière ou d’une autre. J’observai de loin les Salamander. Caïus était hors de lui, Wilhelmina restait de glace comme à son habitude et Logan semblait bien loin de la réalité, affecté par la nouvelle. Lui qui ne pouvait pas encadrer son propre jumeau. Et que je ne pouvais pas encadrer également depuis bien longtemps. Pourtant, sa réaction me frappa et me fit me demander comment j’aurais réagi à sa place, si mon propre frère s’était fait enlevé par les Phénix.

« -  Marion ! Marion, est-ce que ça va ?
- Theo ? Mais qu’est-ce que tu fiches ici ? »

Ironique. Il suffisait de penser à lui pour qu’il débarque. Mais malgré mon envie d’expulser ma rage sur sa personne, j’étais contente de le voir. Theo ignora complètement ma question et se contenta de m’observer de la tête au pied, s’attardant tout particulièrement sur mon bras gauche. Il n’était qu’étudiant en première année mais se prenait déjà pour un médicomage. Il se croyait où en fait ? Je ne voulais pas que ce soit lui qui m’examine.

« - Theo où est P—
- Ton bras gauche a une sale tête. Et Papa arrive. On a accouru dès qu’on a su mais tu sais ce que c’est, Arthur Vaisey n’est pas une tête inconnue à la Clinique alors il devait s’or—  »

J’avais eu envie de le frapper pour m’avoir interrompu, de lui lancer une réplique cinglante à base de « Merci monsieur le Détective, tu en as une autre pour moi ? » lorsqu’il mentionna l’état de mon bras et pourtant, je me retrouvais à lui fermer son clapet en l’enlaçant avec mon bras encore valide. Oui, nous étions loin d’être à nouveau le frère et la sœur que nous étions et non, je n’étais toujours pas de ces personnes qui adoraient montrer leurs affection ou émotions en public. Seulement je ne pouvais passer à côté de ce qu’il venait de dire et du fait qu’il était toujours là. Malgré nos différends, il était présent de son propre chef pour s’assurer de mon état. Et j’avais eu beau le nier jusqu’à présent, je ne voulais pas le perdre. J’en étais sûre désormais, j’aurais mal vécu l’enlèvement de mon frère, ne voulant pas être dans la même situation que les jumeaux Salamander actuellement.

Theo me rendit mon étreinte en faisant attention à ne pas toucher mon bras gauche, surpris. Je le sentis prêt à vouloir dire quelque chose. Je le stoppai net en le gratifiant d’un « La ferme. » sans pour autant bouger de ma position. Je ne pus m’empêcher de me demander ce qui ne tournait pas rond chez moi. Pourquoi ces élans de sentiments après des missions de la sorte ? Parce que je savais que mon entourage affectif était limité ? Je n’étais pourtant pas de ces filles mièvres et superficielles qui faisaient part de leurs sentiments à tout bout de champ. Je n’avais pas été élevée dans une famille pareille. Et pourtant, je venais à peine de me défaire de l’étreinte avec mon frère que j’avais moi-même débutée. Ce frère que je n’avais toujours pas pardonné et qui devait encore faire plus d’effort pour retrouver ma confiance. Inconsciemment cependant, nous venions de faire un pas en avant vers la réconciliation. Un petit pas.

« Marion ! Theodore ! »

La voix de notre père me fit revenir à la réalité de la situation. Ses traits étaient tirés, son air était grave et il était essoufflé. Il méritait une pause mais en cet instant, le Dr Arthur Vaisey ne pouvait se permettre le luxe d’une pause.

« Est-ce que ça va ? », me demanda-t-il en me prenant brièvement dans les bras et me faisant mal à mon bras gauche sans le vouloir. Peut-être que ma réaction était normale après tout. Malgré nos différends, il ne voulait pas me perdre. Il ne voulait pas nous perdre, Theo et moi. Et je ne voulais pas les perdre tous les deux non plus malgré tout.

« - Ça va, juste mon bras…
- Est dans un sale état, je vois ça. Theodore, emmène ta sœur à la Clinique avec les autres blessés légers. Ton… Fiancé est là-bas. Mais je suis rassuré de de voir que ça va. »

Un petit sourire et il me laissa avec Theo pour s’occuper des patients les plus graves. Si mon père avait encore du mal avec mes fiançailles quatre mois après, il aurait encore plus de mal avec les engagements politiques de son fils. Que se passerait-il lorsque l’information ne serait plus secrète ? Voilà une bonne question. Mais Theo n’était pas prêt à affronter son père. Il n’était pas prêt à nous affronter tout court. Alors la situation ne bougera pas de sitôt.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

i don't believe in no-win scenarios
« we've all got a past that can hurt us, don't let yours hurt you. »
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Heather Lannister
La Castafiore
Messages : 678 Crédits : moi même ^^ pour l'avatar, Roarik pour la signature
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Chanteuse de pop/folk sorcière
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : un Paon mâle
Epouvantard : un Kelpy
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Avr 2014 - 10:18

Elle avait été trop loin. Trop pour intervenir, pour essayer d'empêcher l'enlèvement du jeune Salamander. Elle avait refusé d'obéir aux ordres, oui, mais elle aurait tenté de sauver le jeune homme. D'aider Lyanna, aussi, mais quelqu'un d'autre s'en était occupé pour elle. Elle avait vu les mangemorts transplaner rapidement, de l'autre côté de la place. Quelques secondes, elle avait hésité. Le village était en feu, les habitants encore en danger. Mais ici, elle était l'ennemi. Si elle restait, elle se ferait descendre par les villageois qui l'avaient vu attaquer les leurs, entrer dans les maisons pour tuer des familles, avant de faire s'écrouler un mur ou deux pour la forme. Et les Phénix seraient bien trop heureux de finir le boulot eux aussi.

Elle ne pouvait rien sur place. Qui aurait comprit, qui aurait cru, qu'elle n'était pas d'accord avec cet ordre démentiel?

Heather transplana.

La place de Près-au-Lard était tout sauf calme. Mais après la bataille, l'incendie, les hippogriffes... Même l'agitation des leaders héritiers et les cris des soignants lui paraissaient minimes. Bien plus en tous cas, que la rage qu'elle ressentait encore. Contre les Phénix, leur foutu ministère vendu aux américains. Contre ceux qui les avaient fait partir en leur cachant ces ordres horribles. Non, Heather ne se sentait pas l'âme d'une tueuse. Tout en elle se révoltait contre ça. Et politiquement parlant, elle trouvait au passage que c'était absurde, dangereux, irréfléchi et injustifié. Aller soulever les populations en critiquant le règne de terreur des Phénix et finir par les brûler eux mêmes? Ah! Brillant!

La trop grande proximité avec les Ombres leur avait tous fondu le cerveau, c'est ça?!

Elle avait envie de hurler. Sa main serra sa baguette, elle sentit la magie refluer. Mais elle n'allait pas craquer maintenant. Et pour faire quoi? Tirer sur tout le monde? Il y avait eu assez de blessés. De morts. De sang pour ce soir. Tout autour, elle voyait des médicomages courir vers les blessés. La mère de Ian était parmi eux, à coordonner les soignants, trier les blessés.
Le bras d'Heather avait besoin de soins. Elle avait plusieurs brûlures, prit des coups qui lui laisseraient des marques. Et elle était encore bien trop blindée d'adrénaline et de colère pour se rendre compte de si son état était plus grave que ça. Comme à chaque mission, ou presque, comme toutes les fois où elle avait dû se battre. Elle s'écroulerait plus tard, elle commençait à avoir l'habitude. Pour le moment, debout au milieu du chaos, écartant d'un geste vague de la main un jeune médicomage qui lui demandait si elle avait besoin d'aide, elle cherchait des yeux les sorciers qui étaient partit au combat avec elle cette nuit. Les Kark étaient rentrés, mais loin d'être entiers. La jeune Ombre aussi, plus loin. Elle tenait debout, ce n'était pas si mal. Lyanna, le type qu'elle ne connaissait pas qu'elle avait vu forcer la Salamander à transplaner. Heather détourna les yeux de la famille de Robin Salamander. Elle ne pouvait pas grand chose de plus pour eux. Et elle était tellement en colère encore qu'elle n'était pas certaine de vouloir aider pour le moment.

Elle avait .... Sa propre famille à aider. Elle repéra sa cousine plus loin, allongée au sol, une jeune sorcière qu'elle ne remit pas immédiatement penchée au dessus d'elle. Et une vague d'angoisse à laquelle elle ne s'attendait pas vraiment renversa sa colère pour en prendre tranquillement la place. Elle avait toujours eu des affinités avec le frère de Brook. Thomas Macnair. Du temps où les réunions de famille ne consistaient pas en des guerres ouvertes. Il faut croire que frôler la mort ensemble peut faire plus en une nuit que des années à se croiser au milieu de parents qu'on n'avait pas choisit de côtoyer. Brook l'avait aidée. Elles avaient couvert leurs arrières. Et Heather l'avait laissée rentrée seule alors qu'elle était blessée.

Heather se précipita, s'agenouilla de l'autre côté de Brook pour ne pas gêner la médicomage qui s'affairait. Sa cousin était pâle, beaucoup trop. Mais elle avait les yeux entrouverts.

__... Brook? Tu...

Elle ne savait pas quoi dire, et posa juste sa main sur celle de l'autre femme, en faisant attention à ne pas toucher ses blessures. Inconsciente du sang qui coulait de son propre bras, et qui laissa des traces écarlates sur la peau de sa cousine. Elle releva les yeux sur la médicomage, et si, elle la connaissait. Bien entendu. De loin, mais elle l'avait déjà croisé. Sans doute une des multiples fois où elle était passé se faire soigner après les batailles. Mais elle ne pouvait pas vraiment pas retrouver son nom.

__Est ce que... ça va aller ? vous pouvez la soigner?

Ce qu'elle détestait quand sa voix trahissait son inquiétude comme ça. L'impuissance la rendait folle. Elle détestait ça. Et sentait peu à peu retomber tout ce qui la faisait tenir jusque là. Mais ça ne comptait pas encore. Elle voulait savoir si Brook irait bien.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Avr 2014 - 14:10


La fourrure de Boursoufle s’éloigna bien vite et elle eut froid. Son bras et son ventre lacérés lui faisaient mal. Un mal de chien. Elle grogna et gémit à la fois, souhaitant qu’on la laisse dans ses poils de bête réconfortants, mais quelqu’un l’en empêchait. Lui tapotait les joues, l’appelait par son nom. Viviane foudroie cet impudent violet ! Qui…

« Astra ? » gémit-elle difficilement. « Tu es mignonne… laisse moi dormir... » Elle ferma les yeux, mais décidément sa cousine ne voulait pas la laisser en paix et lui intimait l’ordre de ne pas sombrer. D’ailleurs, Brooke en avait de moins en moins envie, à mesure que les plaies se refermaient doucement. Par contre la douleur, c’était une autre paire de manche. Elle se faisait plus insistante. Et Astra qui lui faisait boire une potion… Elle commençait à recouvrer quelques forces, mais pas au point d’aller toute seule à la Clinique. Astra allait devoir trouver un moyen pour la trainer là bas, parce que pour ce qui concernait Brooke, elle était aussi bien là. Quoiqu’il y avait un peu de monde… En parlant de monde… Brooke se souvint soudain qu’elle était préoccupé par quelque chose. Quelque chose qui venait justement de se manifester tiens…

« Oh Heather... » souffla-t-elle. « J’ai eu peur… J’ai cru que… tu n’avais … pas pu rentrer... » Avant de se fendre d’un pauvre sourire et attrapa les doigts de sa nièce.

« Je suis contente… de vous voir… La famille, c’est … c’est… c’est important... » Elle tourna vaguement la tête vers Astra. « Même si ton… mari… est nul. » Avant de revenir à Heather. « Ou que… tu es… une Lannister… On a trop… perdu de gens… importants... » Elle serra - faiblement - les doigts de Heather d’une main et leva l’autre pour tenter de tapoter la joue d’Astra mais se loupa dramatiquement et tapota finalement le genou de sa cousine.
« ‘vous aime bien... » souffla-t-elle avant de fermer les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 11 Mai 2014 - 11:44

Hôtel de Ville - 1er avril 2022, 9 heures

Wilhelmina avait passé à la loupe la presse Phénix et rien ne faisait mention de la capture de son fils. Ces rats avaient choisi de garder le silence sur l'enlèvement. La Salamander savait qu'il ne pouvait y avoir que deux explications : soit le Ministère cherchait le meilleur moyen de tirer avantage de la situation auprès des civils, soit les Phénix avaient choisi de laisser le gouvernement en dehors de tout cela. La seconde explication était celle qui permettrait à robin de survivre. « Les Phénix se désolidarisent de leur Ministère. Votre fils tient là sa chance. » Wilhemina ne répondit rien. Elena voyait les choses de la même façon qu'elle. « Il ne reste plus qu'à attendre de savoir ce que veulent les Phénix. Nous enverrons des hommes pour découvrir où ils le cachent. » Cette fois, la Salamander regarda Elena. « Nous savons toutes les deux que nous le trouverons pas. Ce qui m'inquiète, ce n'est pas l'attente mais la réaction des gens. Si je peux calmer mon mari, je suis lucide sur le reste : les habitants de la ville verront cet enlèvement comme un affront et voudront attaquer, que ce soit ceux de votre camp ou du mien. » La veuve Kark hocha la tête. Ils n'avaient pas besoin que les mangemorts se mettent à vouloir agir par eux-mêmes. Cet enlèvement allait leur rappeler leur situation médiocre, ils allaient réclamer justice. « Nous allons devoir régler notre communiqué au millimètre pour les révolter mais en même temps les maitriser. Il suffira de leur dire que nous avons la situation en main et que nous avons déjà préparé un plan d'action. Si nous leur montrons que l'enlèvement nous surprend au point de ne pas savoir comment agir, ils n'en feront qu'à leur tête. - Exploitons la faille des Phénix... »

***

Sur la place de l'Hôtel de Ville, il y avait foule. Les mangemorts avaient répondu à l'appel, enfin, ils n'avaient évidemment pas eu le choix. L'annonce de l'enlèvement de Robin faites et le brouhaha causé par les marques d'indignation passés, Wilhelmina reprit la parole. « L'enlèvement de mon fils n'a pas été communiqué au grand public. Les Phénix ont choisi de tenir le Ministère et le peuple à l'écart de cette action. » Évidemment, rien n'était sûr mais il fallait affirmer les choses pour garder en place la foule. « Cela nous permet de confirmer nos soupçons. - Les Phénix font cavalier seul. Ils se désolidarisent de leur gouvernement et fragilisent ainsi l'ensemble de leur structure. Soyez assurés que nous travaillons depuis plusieurs semaines déjà à creuser plus encore le fossé entre le Ministère et les Phénix. Ce n'est qu'une question de temps avant que ce groupe de terroristes ne s'effondre. Le tour du Ministère viendra ensuite. » Wilhelmina sondait la foule. Des visages sceptiques la parsemaient. « Les Phénix ont pris le pouvoir grâce à l'intervention des américains. Sans eux, ils vont imploser. Les américains n'étant pas appréciés pas la population... Il sera facile pour nous de reprendre rapidement l'avantage... »

Lyanna observait le spectacle de loin. L'enlèvement de son neveu était instrumentalisé. Elle connaissait la froideur de sa belle-soeur, elle n'avait cependant pas mesuré son ampleur. Comment pouvait-elle passer de la disparition de son fils à un plan politique ? C'était écoeurant. Caïus, lui, n'était pas là. « Elle est obligée d'agir ainsi, c'est son devoir de leader. Cela ne l'empêche pas de bouillir. » Logan se tenait aux côtés de sa tante, la tête haute, le regard fixe mais la mâchoire crispée. « Et son devoir de mère ? Elle croit que se montrer ainsi permet aux gens de compatir ? Conneries. » Logan se tourna vers Lyanna et lui lança un regard glacial. « Et ton devoir envers Robin ? Elle va rattraper ton erreur. C'est à cause de toi que tout cela arrive. C'est bien parce que tu as pété les plombs là-bas qu'il n'est plus là. Laisse faire les personnes censées et fais profil bas. » Lyanna n'eut pas le temps de répondre, son neveu s'était déjà dissimuler dans la foule.


Informations Rp

ϟ Tous les mangemorts de Pré-au-Lard assistent à ce discours. Les personnages adhèrent ou non mais l'axe mené par les deux présidentes est clair : détruire les Phénix puis le Ministère.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

ϟ DAT VENIAM CORVIS, VEXAT CENSURA COLUMBAS ϟ La fin ϟ Sujet des mangemorts
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Institutions mangemorts