Oh please... Stop Crying.



 



Oh please... Stop Crying.
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs :: Habitations
avatar
Ellaria Zabini
Messages : 160 Crédits : © me
Age du personnage : 64 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Rentière
Faction : Héritiers
Maison : /


Rapeltout
Patronus : Une panthère
Epouvantard : Son reflet marqué par l'âge et la solitude
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 6 Fév 2014 - 17:58

Décembre 2021

Ellaria venait de passer une après-midi fabuleusement fabuleuse avec Gemma. Elles avaient potiné, elles avaient critiqué les trois quarts de la ville (le reste n’étant composé que de Zabini ou de Macnair/Schmidt/Lannister, il avait fallu éviter les contentieux). Et, évidemment, les deux matrones avaient une nouvelle fois comparé à s’en assécher la gorge leurs petites-filles. Ellaria restait persuadée que Naïma irait plus loin dans la vie que cette cruche d’Alexianne, mariée à un incapable, traitre de surcroit. blablablabla Naïma devrait être fiancée blablabla le regard des autres blablabla son langage douteux blablablabla… Ce sujet de conversation s’était achevée sur un Ma Naïma n’a pas besoin de se marier pour vivre, elle a de l’ambition et surtout, ne choisira pas le premier venu.

Heureusement, les deux comparses avaient pu aisément dévier sur les mariages réellement ratés de Pré-au-Lard afin d’éviter un drame. Le mariage Rosier-Kark avait mis les deux mégères d’accord : réunir deux familles tout sauf saines d’esprit ne donnerait pas un résultat rassurant. Imaginer un mélange de Mervyn Kark et d’Evan Rosier déambuler au milieu des sorciers étaient effrayant. Heureusement, le plus si jeune marié semblait préféré passer plus de temps loin de cette ville. La jeune Calliope avait-elle de la vipère plus que le langage ? Naître fourchelang avait été sa seule qualité, la seule raison pour laquelle son père l’avait exposée partout. A la voir, il était clair qu’elle avait tout d’une greluche incapable de réflexion. Et sa grand-mère, par Merlin sa grand-mère ! Gemma et Ellaria étaient d’accord : une vieille peau qui aurait bien besoin de se détendre un peu. Et surtout de laisser les autres se régaler de son absence.

Des heures de ragots et Ellaria se sentait à nouveau mieux. En s’apprêtant à quitter les appartements étroits mais confortables de sa grande amie, la Zabini avait croisé Brooke, la fille de Gemma. Elle avait tenté de converser avec elle lors de cours de yoga mais sans grand succès. Et Gemma lui avait confié son inquiétude à son sujet : la femme volage au mari envolé semblait ne pas être au mieux de sa forme. Ellaria ne trouvait rien à redire pourtant : après tout, revêtir un masque de deuil parce que deux des Macnair n’avaient été que de sales traitres à leur sang, c’était être digne. Enfin, Ellaria n’aurait jamais été dû genre à être digne de cette façon, mais chacun sa manière d’agir. Si Brooke voulait porter son deuil ainsi, grand bien lui en fasse. Elle la salua poliment et continua sa route.
Avant de s’arrêter. Non, la fille de Gemma n’allait vraiment pas bien. Et si Ellaria se moquait complètement du moral des autres, elle refusait cependant de laisser l’une des personnes mondaines de cette ville les plus intéressantes se transformer en mollusque agonisant. Elle fit alors demi-tour. Il ne fallait pas laisser cette ville de dépêtre de ses meilleurs éléments. Qui alimenterait les pires ragots de la ville sinon Brooke par ses actes mais aussi par sa façon exceptionnelle de laisser trainer ses oreilles un peu partout ? Ellaria pensait à son confort, à ses loisirs et sans Brooke, Pré-au-Lard perdrait encore de son éclat. Déjà que ce n’était pas fameux…

« Brooke chérie ! Attendez ! » Elle força sa cadette à s’arrêter. « J’ai épuisé votre mère autant qu’elle m’a donné soif. Accompagnez-moi pour un verre, votre mère avait à faire et je n’ai pas envie de me trainer jusqu’au Magyar d’Argent : c’est un coup à n’y trouver que des basiques et à être obligée de devoir copiner avec eux. Qu’une chimère m’attaque à la place ! » Elle se posta devant Brooke en plantant son regard dans le sien, un regard qui disait ose me refuser ça petite. On ne refusait rien à Ellaria. Et puis Brooke avait besoin que quelqu’un brille pour deux. Et Ellaria l’inonderait de sa lumière. Elle lui en donnerait même un peu : une femme comme elle en avait toujours à revendre !

Brooke, la fille incontrôlable, légère, qui pouvait paraître sotte mais qui ne l’était pas. Entre Tamara l’insupportable aînée guindée et Thomas le vilain petit canard ayant Sali le nom de sa famille, Brooke avait hérité de la place fille préférée de ma copine Gemma que j’aime écraser. Parce que l’amitié de Gemma et Ellaria n’était faite que de compétition. Et cela leur convenait parfaitement.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 17 Fév 2014 - 7:05


Si elle avait pu, Brooke n'aurait jamais plus quitté son nid. Elle aurait barricadé sa porte et aurait passé le restant de ses jours à se morfondre sur sa vie et la façon dont elle s'était écroulée. Que lui restait-il aujourd'hui que les deux personnes qui avaient de l'importance dans sa vie avaient disparu ?
Elle avait certes fait son deuil de Tom. Du moins l'avait-elle cru. Mais ce n'était pas vraiment le cas : elle avait toujours su où il était, à sa portée d'une certaine manière, même s'il ne pouvait plus être son frère comme autrefois. Seulement il avait maintenant disparu des /sortilège de détection/ et son fils avec lui - sans parler de sa crétine d'épouse... Au moins, ça n'était pas une grosse perte.

Mais Halloween avait apporté la désolation, par la bouche de ce traité d'Aoden : Lisa était morte. Avec sa mort, l'espoir de tirer sa cousine des griffes des Phénix s'était définitivement envolé, ainsi que celui de retrouver un jour sa vie d'avant. Sans Lisa, Brooke pourrait-elle autre chose que l'ombre d'elle même ?
Elle errait donc, incapable de s'intéresser a quoi que ce soit, si ce n'est fomenter des plans de vengeances extravagants que seul un sorcier bien plus doué qu'elle aurait pu mettre en œuvre - notamment celui qui consistait à soumettre l'ensemble des sorciers de Grande Bretagne à l'Imperium pour s'emparer du Ministère et utiliser la communauté pour satisfaire ses moindre désires. Dans ce plan, Bruce Blackburn était son esclave sexuel - après lui avoir arraché la langue - et les tripes de l'assassin de Lisa décoraient sa salle du trône. Restait bien sur à déterminer qui était le coupable… Mais à n’en pas douter, le responsable de la punition de la « traitresse » allait bien finir par s’en vanter...

Le pire était que de partager le toit de ses parents l'empêchait de vivre son deuil comme elle l’entendait, à savoir noyé sous une cataracte de Pur-Feu. Si Gemma n’avait rien contre un bon verre, elle voyait en revanche beaucoup d’objection à une ébriété pathétique initiée par un deuil qui avait tout de honteux. Même en comprenant que sa fille soit touchée de la mort de sa cousine, Lisa n’en restait pas moins une transfuge. Sans parler de Rogan qui n’avait pas la moindre patience envers la plus fidèle de ses enfants lorsqu’il s’agissait d’évoquer la malheureuse Lisa. Cependant, par égard de bonté, il se contentait de marquer sa réprobation par un regard appuyé - qui, pour l’enfant conditionnée qu’était Brooke, valait tous les discours.

Ce jour là, elle était rapidement descendue chercher de quoi satisfaire un petit creux. Indifférente aux invités de sa mère, elle n’avait pas vraiment enregistré la présence d’Ellaria, se contentant de marmonner une salutation d’usage. Elle n’avait aucune envie de s’attarder : elle portait certes une robe d’intérieur discrete et confortable, mais à la dernière mode mangemorte - faire les boutiques pour se remonter le moral n’avait pas été d’un grand réconfort - mais elle était à peine coiffée et maquillée. Ce qui, pour Brooke, signifiait tout de même qu’elle était au dessus de la moyenne - mais très en dessous de son habitude. Pas vraiment question donc de faire des mondanités ainsi accoutrée.

Aussi, quand Ellaria l’interpela, Brooke fit un effort incommensurable pour ne pas pousser un soupir abyssal. Elle se plaqua un sourire all-bright de circonstance mais qui ne trompait personne, prête à refuser, mais Ellaria avait dit les mots magiques… prendre un verre… Elle aurait le droit d’écluser en toute impunité sous prétexte de bienséance.

« Oh Ellaria, très chère, en effet il n’est pas question de vous laisser vous perdre de la sorte ! En plus… » Elle se rapprocha de la Zabini avec des airs de conspiratrice. « Il me semble que Père a reçu un lot de Pur-Feu de premier ordre. Pour un hote tel que vous, je ne crois pas qu’il verrait d’objection à ce qu’on organise une dégustation à deux. » En fait, Rogan y verrait sans doute une demi-douzaine, mais il était à l’Hotel de Ville à organiser la vie de Pré-Au-Lard aux côtés de Whilelmina et arriverait après la bataille. Et Ellaria Zabini était un hote à soigner, bichonner et tout ce que vous pouviez imaginer : les Zabini étaient précieux à la cause.

Brooke glissa une main sous le coude d’Ellaria et la pilota jusqu’au salon, où elle appela un Elfe pour leurs servir deux doses généreuses de Pur-Feu. S’installant dans un confortable fauteuil, Brooke lança la conversation - avec l’impression d’être rouillée.
« Cela fait teeeeellement longtemps qu’on ne s’est pas vues, qu’y a-t-il de nouveau dans votre charmante famille ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ellaria Zabini
Messages : 160 Crédits : © me
Age du personnage : 64 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Rentière
Faction : Héritiers
Maison : /


Rapeltout
Patronus : Une panthère
Epouvantard : Son reflet marqué par l'âge et la solitude
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Avr 2014 - 12:11

« Du Pur Feu, quelle idée merveilleuse ! Il fait si froid dehors qu’un bon remontant ne peut que nous aider à supporter l’hiver écossais ! » Et c’était peu dire. Ellaria ne supportait toujours pas la vie à Pré-au-Lard même s’il y avait du mieux. Elle suivit donc Brooke, la tête haute, un sourire satisfait niché au coin de ses lèvres parfaites.

Ellaria prit place dans un fauteuil de qualité avec toute la grâce dont elle était naturellement dotée. Elle attrapa le verre que lui tendit l’elfe de maison sans même lui adresser un regard. C’était inné, on ne considérait nullement les êtres inférieurs quand on possédait un rang tel que le sien. La Zabini prit alors plus de temps pour observer Brooke de la tête au pied. Elle possédait toujours une silhouette parfaite, une chevelure à faire pâlir d’envie les pauvres créatures qui n’avaient pas été aussi gâtées par la nature qu’elles deux. Seulement, quelque chose manquait dans le résultat. Ellaria avait pour habitude de voir la fille de Rogan et Gemma briller en société, toujours parfaitement apprêtée. Aujourd’hui, elle n’était qu’une pâle copie d’elle-même, c’était navrant. Et comme personne n’arrivait à la cheville d’Ellaria, celle-ci trouvait triste que Brooke ne soit pas resplendissante : elle n’était pas une réelle concurrente et la voir au mieux de sa forme était réellement ce que la Zabini aurait souhaité.

Elle avala une gorgée du liquide ambré et sut reconnaître là le bon goût de ce cher Rogan en matière de pur feu. Cette bouteille était d’une grande qualité, c’était indéniable. Comme Brooke semblait vouloir commencer la conversation ailleurs que sur sa propre personne, Ellaria décida d’être conciliante : elle ferait l’effort nécessaire pour se placer, encore une fois, au centre de l’attention. Ce qu’elle pouvait être bonne, tout de même. Une générosité sans borne comme la sienne était à chérir ! « Oh si vous saviez Brooke ! Ma chère Naïma s’est bien remise de l’événement terrible de Trent Park. Elle est revenue blessée, échevelée mais elle a su porter bien haut l’honneur de la famille en accomplissant son devoir. Je préfèrerais qu’elle prenne moins de risque mais, que voulez-vous, c’est une battante. Je suis tellement fière d’elle ! » Elle se souvenait des cendres collées à la peau de sa petite fille, des marques de coups, du sang, des cheveux collés à son crâne par de la bière… moldue. Quelle horreur ! Sa petite-fille avait traversé l’enfer avec force et courage ! Si Ellaria n’aurait pas dit non à une Naïma moins effrontée et impulsive, elle ne pouvait qu’admirer ce qu’était devenue sa petite perle noire. Une vraie Zabini, une femme émancipée qui savait ce qu’elle voulait et ne comptait pas se laisser accrocher sur le front une étiquette de jolie dinde qui devait se taire. Elle restait évidemment un peu semblable à de la volaille parfois avec tous ses caquètements mais de la volaille haut-de-gamme ! D’ailleurs, seule Ellaria pouvait qualifier sa Naïma chérie ainsi.

D’ailleurs, la Macnair face à elle avait été au front aussi, non ? Sûrement. Ah le triste moment où il fallait orienter les projecteurs sur l’autre personne était arrivée. « Vous y étiez aussi il me semble. Ce devait être effroyable ! Quel courage ma chère, vraiment. Heureusement que nous nous battons uniquement contre ces sales rats de Phénix. Si nous devions affronter des êtres à notre hauteur, nous serions plus malheureux encore je suppose. Comment pouvons-nous encore laisser ces sous-hommes mener le pays ? C’est surréaliste ! » Un an. Cela faisait un an qu’ils avaient pris le pouvoir et personne n’avait été capable de venir le récupérer. Quel drame. Si les vieux Italiens lui pompaient sérieusement tout son air quand elle était à leur contact, ils avaient au moins l’intelligence de gouverner leur pays. Les Îles Britanniques étaient tombées si bas qu’il fallait agir rapidement si on ne voulait pas que la situation atteigne le point de non-retour. « J’espère seulement que les deux greluches qui osent prétendre nous gouverner ici agiront avant que la population n’ait eu le temps de s’habituer aux idées farfelues de ces terroristes. » Fichtre. Ellaria venait-elle réellement d’insister sur les Phénix et les terroristes ? Evidemment. Et pour une fois, ça n’était pas volontaire. Et dire que Brooke pleurait les traitres de sa famille qui avaient préféré l’herbe du côté de la folie… Ellaria offrit un sourire faussement désolée à la Macnair.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 21 Avr 2014 - 12:56


Retrouver une part de ce qui faisait sa vie avant lui fit partiellement oublier ses problèmes plus actuels. Un verre de Pur Feu, des potins avec un maitre en la matière… Elle pourrait presque oublier qu’elles étaient à Pré Au Lard et non à Londres, qu’elles étaient encore maitres de leur destinées et non les victimes d’un gouvernement qu’elles ne reconnaissaient pas. Brooke aurait bien voulu qu’elles parlent de la mode, des dernières affaires de fesses des autres familles… Au lieu de cela, Ellaria évoqua Trent Park. Aussitôt, l’esprit de Brooke se retrouva ce soir funeste qui aurait pourtant du être un grand moment.
Elle retrouva les bruits, les odeurs, elle eut même l’impression que les éclats des lumières des sortilèges frappaient sa rétine. Ils n’étaient partis que pour montrer aux Moldus qu’ils n’étaient pas les dominants de la planète et s’étaient retrouvés face aux Phénix. En soi pas un grand problème… Mais elle revit alors Aoden - le traitre, le manipulateur - qui lui criait des mots qu’elle aurait aimé ne jamais entendre. Lisa était morte… Elle n’aurait pas eu besoin du journaliste pour le savoir, la nouvelle était arrivée peu de temps après l’attaque. Mais c’était pourtant lui qui avait fait saigner son coeur. Et puis elle avait tué cette Phénix…

Les larmes aux yeux, elle ne fut ramenée à la réalité que lorsque Ellaria s’adressa à elle directement. Elle lui offrit un sourire vide avant de répondre.

« Oui, ce fut horrible. Ces traitres ont profité de notre faiblesse et… Enfin ils ont eu ce qu’ils méritaient. Je ne crois pas qu’il s’agisse de courage. Simplement d’être dévouée à la cause… »

Elle n’ajouta pas qu’elle se sentait un peu obligée de faire plus que sa part. A cause de Tom, à cause de l’enlèvement de Lisa - pour ce qu’elle était toujours convaincue que Bruce la retenait prisonnière, que Lisa était restée à Londres parce qu’elle n’avait pas le choix. Rogan avait déjà été tellement fragilisé, elle ne pouvait pas lui faire défection. Malgré tout leurs différends, elle lui restait loyal et faisait honneur aux Macnair, autant que possible.

En attendant, elle noya son trouble dans son verre et cligna plusieurs fois des yeux pour chasser ses larmes - sans vraiment de succès.

« Soyez sérieuse, Ellaria chérie… La population ne s’habituera pas à leurs idées dangereuses. Vivre avec les Moldus, autoriser les unions et pire, la naissance de … hem… vous savez de quoi je parle... » L’idée même d’évoquer les Sang-Mêlés lui faisait horreur. « D’autant que ce gouvernement n’est pas légitime. Il se trouvera bien des gens sensés comme nous pour réaliser qu’une Yankee au ministère est illégal. » Attaquer les Phénix et le Ministere était peut être le meilleur moyen d’oublier que Lisa était morte, et Tom disparu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ellaria Zabini
Messages : 160 Crédits : © me
Age du personnage : 64 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Rentière
Faction : Héritiers
Maison : /


Rapeltout
Patronus : Une panthère
Epouvantard : Son reflet marqué par l'âge et la solitude
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 1 Juin 2014 - 20:49

Ellaria obtenait ce qu’elle voulait entendre : les paroles en accord avec ses idées prononcées par une personne sensée. Il fallait maintenant jouer celle qui perdait espoir, qui commençait à se dire que les choses avaient peut-être atteint un point de non-retour. Ellaria était une habituée de ces danses d’introduction, de ces ballets de banalités qui permettaient de créer une conversation entre deux personnes qui n’avaient au départ rien à partager. C’était un peu comme parler de météo au final. « Si seulement, Brooke, si seulement ! Mais la population n’est pas suffisamment perspicace malheureusement. Et c’est bien pour cela qu’il y a cette élite que nous constituons : nous nous devons de guider le peuple qui n’est que stupidité et décadence ! Je n’ose imaginer à quoi ressemblent actuellement les sorcières sans les précieux conseils de nos maîtres de la mode. Evoluer au cœur des rues de Londres doit être une torture pour nos rétines trop habituées à la classe. » Déjà que la précarité de certains sorciers à Pré-au-Lard forçait certaines personnes à mettre de côté leurs exigences vestimentaires… S’il y avait une chose qu’Ellaria ne comprenait pas, c’était bien le fait que certains ne mettaient pas l’apparence comme point prioritaire dans la liste des choses à faire en cas d’urgence. Heureusement, aucun Zabini n’était touché par cet horrible fléau !

« J’espère pouvoir assister bientôt à la déchéance de ce simulacre de Ministre. On ne devrait pas permettre à une femme de couleur de s’habiller ainsi ! Si elle n’avait pas été américaine, sang-de-bourbe, terroriste… Diantre ce que la liste de ses tares est longue ! Bref, si elle n’avait pas été ce qu’elle est, j’aurais mis en place une intervention d’urgence pour aider cette pauvre femme à prendre soin de son image. » Et qui mieux qu’Ellaria Zabini savait comment mettre en valeur un teint aussi parfait ? Personne. Combien de fois avait-on pris exemple sur elle ? Combien de fois avait-on retrouvé des articles concernant son look irréprochable dans Sorcière Hebdo ? Ellaria était maître en la matière. « Venir au monde et vivre avec autant de tares ne devrait pas être permis. C’est bien pour cela que ce bon vieux Lord avait imposé des règles strictes et sensées. Malheureusement, il existera toujours des gens diminués mentalement pour outrepasser ses règles et essayer de jouer avec les forces de la nature. On voit bien ce que cela donne aujourd’hui. » La déchéance. Un monde apocalyptique. Des mariages immondes. Des enfants monstrueux. L’égalité entre les sorciers… Ellaria en frissonna.

Parler de tout cela commençait à l’agacer. Les banalités étaient utiles mais se souvenir de la monstruosité qui régnait sur le pays n’avait rien de très engageant. Et ça rappelait sûrement à la pauvre fille Macnair que son frère et sa cousine étaient finalement de cette race là. Certaines familles étaient plus promptes à accueillir les déchets de la société. Ellaria plaignait réellement la famille Macnair : ça ne devait pas être facile de vivre avec ce poids là. On devait sans cesse se demander ce que l’on avait fait de mal. Les Zabini, eux, ne connaissaient pas cela, bien heureusement. « Nous finirons par venir à bout de toute la vermine, j’en suis persuadée. Les meilleurs éléments travaillent d’arrache-pied sur le sujet et nous pourrons en profiter une fois que cela sera fait. Nous pourrons retrouver nos vies, nos soirées, nos activités… Je commence à me lasser des cours de yoga céleste ainsi que des soirées un peu cheap du Magyar d’Argent. Nous vivons trop prêt des petites gens malheureusement… »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Juil 2014 - 16:50



Ellaria eut le bon gout de ne pas persister dans l’évocation de Trent Park. Avait-elle senti que le sujet était sensible, ou plus surement son esprit la menait vers d’autres sujets, toujours est-il que Brooke fut bien heureuse de ne pas avoir à s’étaler plus sur les événements de Halloween. Non, la Zabini préféra continuer sur une thématique qui leur était surement aussi chère à l’une qu’à l’autre : la supériorité de la classe Pure sur les autres sorciers. Supériorité intellectuelle, et bien sur mondaine. Brooke grimaça d’ailleurs de concert en imaginant un Chemin de Traverse peuplé de sorcières vêtues comme des Moldues pour suivre la tendance négligée de leur sois-disant Ministre.

« Par Salazar, cette idée me rend malade… Si vous décidez de mettre tout de même votre plan à exécution, prévenez moi… Je me ferai un plaisir de lui apprendre ce que veut dire assortir les couleurs… A croire qu’elle a décidé de prouver au monde qu’elle est totalement inadaptée… Pourtant, je me demande si on peut lui en vouloir… La pauvre n’a pas choisi de naitre aussi bourrée de tares… Ce sont ses parents qu’il faudrait vraiment punir pour lui avoir infligé autant d’atrocités… » Question plus rhétorique que vraiment posée : pour Brooke, il était évident qu’il fallait punir à la fois Lucy Metelli et ses parents de la façon la plus radicale qui soit - un sortilège vert et foudroyant bien placé.

Elle leva son verre à la tirade suivante d’Ellaria. « Que le Lord vous entende ! Cela dit, j’ai toute foi en Wilhelmina pour trouver une solution enfin acceptable. La question est surtout de savoir si cette blonde insipide que Kark a épousée saura reconnaitre la sagesse quand elle se présente... » Elle préférait ignorer les mentions à une quelconque vermine, elle ne savait que trop bien que sa famille avait quelque peu été marquée du sceau de l’infamie et avait tout à faire pour redorer son blason.

Quant à la seconde partie de la phrase d’Ellaria, elle ne pouvait qu’approuver.

« Ce qu’il nous manque, c’est un bon événement mondain où seuls les meilleures familles seraient conviées. Une vraie soirée, aussi faste que possible… » Elle poussa un soupir nostalgique. Parce que leur ancienne vie lui manquait, parce que même si une soirée pourrait faire illusion, ce ne serait de toute façon pas suffisant car Lisa ne serait pas avec elle. « Ils auraient du mieux répartir les habitations, vous ne croyez pas ? Réserver des quartiers entiers aux Sang-Pur n’aurait pas été une mauvaise idée… Au lieu de cela, j’ai le sentiment que certains basiques se mettent à considérer qu’ils peuvent frayer avec nous et en oublier leur place... »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ellaria Zabini
Messages : 160 Crédits : © me
Age du personnage : 64 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Rentière
Faction : Héritiers
Maison : /


Rapeltout
Patronus : Une panthère
Epouvantard : Son reflet marqué par l'âge et la solitude
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Juil 2014 - 20:57

Avalant une nouvelle gorgée de Pur-Feu, Ellaria écoutait Brooke. Il n’y avait rien qu’elle ne savait déjà, qu’elle n’avait déjà entendu des dizaines de fois. Mais pourtant, il fallait passer par là parce que c’était ainsi qu’on préservait les relations entre sang-pur. Du blabla vu et revu, mais Brooke apportait quelque chose de plus aux arguments basiques. « Je tuerais pour avoir une soirée digne de ce nom ! » Non, Ellaria emploierait quelqu’un pour tuer à sa place mais ça revenait au même au final, non ? Et cette idée de quartiers réservés au gratin ! Aaaaaah, si seulement ! Mais Ellaria était lucide. Elle avait suffisamment vécu pour savoir comment la politique fonctionnait. Elle ne s’y intéressait pas mais, pourtant, elle savait bien qu’il y avait des choses à faire et d’autres, à ne surtout pas faire.

Que la vie était mal faite tout de même. Le Lord s’était évertué pendant deux décennies à remettre les choses en place et ce malotru avait eu la bonne idée de crever. Quelle tristesse ! S’il n’avait pas abandonné ses pauvres brebis, le pays n’en serait pas là. Les gens accepteraient encore leur condition et ne viendraient pas emmerder les sang-purs. Mais, évidemment, il avait fallu que les choses tournent mal. Saperlipopette. Et tout se cassait la figure. En s’intégrant aux factions, les petites gens s’étaient senties pousser des ailes et commençaient à se sentir importants. IMPORTANT ! La bonne blague. Ils ne faisaient que leur devoir, ce n’était pas non plus un acte héroïque méritant fleurs et admiration ! Ellaria aussi donnait de sa personne – surtout de sa fortune – et ce n’était pas pour autant qu’elle se sentait plus puissante encore ! Bon, c’était aussi parce qu’elle était évidemment au-dessus de la moitié des sang-purs de Pré-au-Lard, si ce n’était plus, mais voilà quoi !

« Vous comprendrez, Brooke, que nos désirs ne peuvent devenir réalité. Nous sommes en sous-nombre. D’un côté, cela prouve que nous sommes une élite de choix mais, d’un autre, cela pourrait très vite se retourner contre nous. Si les deux présidentes venaient à favoriser plus que de raison les bonnes gens comme nous, le bas peuple se sentirait lésé par les temps qui courent. Si cela ne serait pas légitime, le fait que nous soyons tous coincés dans ce trou est un problème. Nous ne pouvons leur donner l’occasion de se retourner contre nous. » Morgane savait que c’était dur pour Ellaria de dire cela. La vérité, elle ne l’aimait que lorsqu’elle l’arrangeait. Là, clairement, la réalité lui faisait mal. C’était encore plus douloureux que la collection printemps/été 2017 de Renzacci : et pourtant, Renzacci avait été condamné pour crime contre les sang-purs quand il avait fait défiler un modèle au sang pur dans ses tenues. « Vivez avec les impurs, soyez cléments avec eu quand cela est nécessaire pour qu’ils obéissent. Tu parles ! Les animaux mordent toujours la main qui les nourrit, toujours ! » Surtout lorsqu’ils étaient enragés, comme chacun des habitants de Pré-au-Lard l’étaient aujourd’hui.

« Nous ne pouvons que prendre notre mal en patience, encore ! Mais l’attaque dirigée contre les moldus auraient apparemment ébranlé le simulacre de Ministère. Les usurpateurs ne tiendront peut-être pas plus longtemps… Et nous organiserons alors l’événement le plus fabuleux qui soit ! » Si seulement. « Et puis, il nous reste toujours les mariages. Ma douce Echo va se marier, d’autres célébrations ont été prévues… Et il n’y a rien de plus beau qu’un mariage. C’est la fête de l’amour par excellence. » Et l’amour commençait à clairement lui manquer. La mort de Podrick avait laissé une marque profonde dans son cœur mais la douleur s’était apaisée. La solitude, elle, était intense. Pour la première fois depuis plus de quarante ans, Ellaria se sentait seule mais n’avait pas le cœur à chercher l’amour. Elle ne perdait pas vraiment espoir mais était fatiguée. Elle avait besoin d’une pause. Alors elle se rabattait sur l’amour chez les autres, comme chez sa douce Echo.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 17 Aoû 2014 - 18:23


Jusque là, Brooke n’avait pas vraiment oeuvré dans le type d’événements qu’elle affectionnait, se contentant de répondre aux demandes du gouvernement de Pré-Au-Lard lorsque le moral des troupes le demandait. Elle oeuvrait alors pour des cérémonies protocolaires, aussi élégantes que possible, mais certainement pas aussi fastueuses qu’elle le voudrait - même en se contentant des moyens ridicules dont ils disposaient dans la ville. Peut être qu’elle devrait se donner un peu de mal et faire danser les pauvres Mangemorts prisonniers. Elle était même prête à se ranger aux arguments qu’Ellaria avançait sagement et autoriser des basiques à se joindre à la fête. Après tout, une fête éclatante leurs rappellerait la grandeur des Sang-Pur et pourquoi ça valait la peine de se démener pour qu’ils reviennent au pouvoir et que leurs enfants le deviennent.

Peut être… Bon cela voudrait dire qu’il faudrait qu’elle cesse de se montrer aussi oisive, mais pourquoi pas…

Elle offrit en tout cas un sourire à Zabini, exprimant par la même tout le bien qu’elle pensait de l’argumentaire de son ainée - qualificatif qu’elle ne lui attribuerait pas à voix haute, mais le fait était. Elle porta son verre à ses lèvres pendant que Ellaria continuait à discourir mais pouffa dans son verre quand elle mentionna tout le bien qu’elle pensait des mariages.
Elle retira son verre de ses lèvres précipitamment, essuyant son menton d’un doigt et jeta un regard en biais à Ellaria, tandis que ses sinus la brulaient parce que le liquide ambré lui était remonté dans le nez. Pour une Brooke qui avait perdu depuis longtemps ses illusions sur le mariage et l’amour, entendre ces deux mots dans la même phrase et comme motif de grande réjouissance, et même affirmer qu’il n’y avait rien de mieux, ca avait quelque chose de proprement risible.
Elle attrapa finalement une serviette apparue comme par magie - au bout de la main de l’Elfe de Maison attentif qui venait de se matérialiser à ses côtés - et se tamponna le menton pour s’essuyer.

« Pardonnez moi, très chère… C’est juste… Enfin, vous pensez franchement que l’amour a quelque chose à voir avec le mariage ? Je veux dire… Bien sur, c’est toujours appréciable lorsqu’il est présent, mais un mariage est avant tout un accord entre deux familles. Et un mariage fastueux ne sert qu’à exhiber la puissance de ces deux familles engagées. » Elle haussa les épaules. « Ce n’est que de la politique, après tout… »

On reconnaissait là le bon travail éducatif et conjoint de Rogan et de Gemma. Brooke connaissait sa place et les principes des Sang-Pur sur le bout des doigts, et les acceptaient sans sourciller. D’autant que, on l’a dit, elle ne croyait plus vraiment à l’amour. Enfin si, dans un coin du tréfonds de son coeur. Mais il était enfouit sous des litres d’amertume et de déconvenues.
Bon cela dit, si ça amusait encore Ellaria… Grand bien lui faisait...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Oh please... Stop Crying.
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs :: Habitations