In food we trust - Ft. Jane



 



In food we trust - Ft. Jane
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations :: 3, Chemin de Traverse
avatar
Kaprice G. Teagan
Messages : 432 Crédits : Lellia (ava) & tumblr (sign)
Age du personnage : 22 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Etudiante en Médicomagie (année 5)
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : N'en produit pas.
Epouvantard : Aoden, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 29 Jan 2014 - 20:59

Jane & Kaprice


Mettez-moi une dizaine de cupcakes … Et six grosses parts de ce carrot cake … et … mmmh … Dans une pâtisserie tout ce qu’il y avait de plus moldu, Kaprice réfléchissait profondément sur ce qu’elle allait bien pouvoir choisir encore. La boulangère, une femme dans la quarantaine, bien en chair, regardait la jeune demoiselle à la silhouette élancée, sans doute en se demandant où elle comptait mettre tout ça et surtout, pourquoi la vie était aussi injuste. Interrogée, Teagan lui aurait répondu qu’elle n’avait qu’à enchaîner les gardes à l’hôpital et qu’elle pourrait elle aussi s’empiffrer sans compter les calories. Mais pour l’instant, elle était plongée dans l’inventaire de la vitrine et calculait tout ce qu’elle pouvait avoir avec l’argent moldu qui lui restait (merci Leo). Et pour ceux qui s’inquiétaient pour sa ligne, elle ne comptait pas engloutir tout ceci (la pleurnicheuse en train de se gaver pour oublier en écoutant de la musique triste … elle l’avait fait, il y avait un an de cela, on n’allait pas remettre ça). Ce qui lui faisait également considérer les préférences de la personne qui allait partager cette orgie de nourriture avec elle. Ce qui lui permettait d’ailleurs de se concentrer sur des problèmes terre-à-terre plutôt que de penser à l’entrevue qui allait suivre. Rien de terrible, me direz-vous, étant donné qu’elle envisageait l’overdose de glucose … N’en soyez pas si sûrs. Elle finit par se relever et décréter, le visage grave : Et je vais également vous prendre une part de chaque cheesecake. Et ce sera tout.

Bras croisés, elle contrôlait la réalisation de ses désirs culinaires. D’accord, ça n’avait rien de raisonnable de se goinfrer de la sorte mais elle avait une bonne résistance à l’alcool et personne à qui plaire à part ses professeurs. Officiellement, si, elle aurait du penser à Jake, mais elle lui avait bien signifié en devenant blonde quand il avait admiré la couleur sombre de ses cheveux qu’un homme ne lui dicterait jamais la conduite à tenir de quelque manière que ce soit, alors si elle avait envie de prendre un kilo ou deux, c’était son affaire. Peut-être y en aurait-il un autre à qui cela ne plairait pas, mais il valait mieux qu’elle n’y pense pas. De toutes les manières, elle avait besoin de toute cette crème, ces couleurs, ces goûts … au moins pour se détendre. Cela faisait des mois que Jane et elle ne s’étaient pas vu et elle savait très bien qu’elle aurait besoin de ça pour se détendre et ne pas commencer par : « sérieusement, je me fais interroger dans tous les sens par le Ministère, je découvre que mes parents m’ont menti toute ma vie et toi, tu ne fais que m’envoyer une LETTRE ?! ». Ce qui pourrait, vous en conviendrez, se révéler être une excellente idée. Bien sûr qu’elle était impatiente de la revoir, ce n’était pas le souci … Merci, bonne fin de journée !

Et Kaprice fut dehors, tenant son sac plein à craquer de bonnes choses et prit la direction du Chemin de Traverse. Les moldus étaient quand même sacrément doués en pâtisserie, suffisamment pour lui faire faire un détour. Et cela lui donnait un peu de temps, même si elle n’avait pas réfléchi longtemps quand elle avait reçu le message de Jane, lui proposant de venir la voir. Elle n’avait jamais mis le pied chez elle, maintenant qu’elle y pensait, mais sa demeure  n’était pas compliquée à trouver. Devant la grande porte en bois, elle manqua de s’arrêter, avant de se secouer mentalement. Ce n’était vraiment pas le moment d’hésiter ou de reculer. L’obstacle fut rapidement franchi, ainsi que le chemin la séparant de la maison. Allez, être timide n’était pas le genre de la maison … Un, deux … elle avait sonné. Un peu tendue malgré elle, elle se rattrapa en levant le sac à côté de son visage au moment où la porte s’ouvrait, avec un sourire : Je viens en paix … et j’ai amené des victuailles ! Ou comment annoncer la couleur rapidement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 2 Fév 2014 - 15:51

10 janvier 2022

Jane examina le résultat d’un œil critique. Son crumble aux petits légumes d’hiver dégageait une délicieuse odeur de thym frais, néanmoins, elle craignait, au vu de la croute à peine dorée, que la cuisson n’ait pas été suffisante. Après une seconde de réflexion, le plat retrouva sa place dans le four tandis qu’elle filait jusqu’à la salle de bain.

La maison était étrangement silencieuse. Etrangement n’étant peut-être pas l’adverbe qui convenait, tous ses habitants, exceptés Jane et Croupy, l’ayant déserté un peu plus tôt dans l’après-midi. Scarlett avait entraîné Eireann dans une de leurs pérégrinations dont elles avaient le secret et auxquelles elles n’avaient pu s’adonner depuis trop longtemps à leur goût, Ciaràn était de garde et la petite dernière, Siobhan, certainement en train d’entamer sa dernière heure de cours à l’Institut Potter.  

En somme, l’aînée des Callaghan avait la maison pour elle toute seule et autant dire, elle n’y était plus vraiment habituée. Elle-même était toujours par monts et par vaux – quoi que beaucoup moins souvent ces derniers temps … - et quand enfin elle parvenait à se poser chez elle pour davantage que dormir, il y avait toujours des moments à partager avec ses colocataires. Aussi, quand elle avait réalisé qu’elle serait seule et alors qu’elle aurait si bien pu en profiter pour buller plusieurs heures sur son canapé, roulée en boule dans un plaid, un livre dans une main et un verre dans l’autre, elle s’était dit qu’il était peut-être temps d’en profiter pour renouer physiquement quelques relations trop longtemps délaissées.

Kaprice était le premier nom qui lui venu en tête. Et pour cause ! Cela faisait au moins six mois que Jane n’avait pas vu son amie. Pour peu que la jeune médicomage soit encore disposée à qualifier la Callaghan ainsi.

En croisant son reflet dans le miroir pendant qu’elle se recoiffait, l’ancienne Poufsouffle secoua la tête. Il était vrai que les événements s’étaient pas mal bousculés cette année, pour autant, elle regrettait d’avoir négligé la Teagan en ne lui apportant qu’un maigre soutien épistolaire. Elle espérait pouvoir se rattraper un peu grâce à cette invitation. Ainsi qu’aux plats et aux cocktails qu’elle avait prévu de lui servir jusqu’à ce que roulement sous la table s’en suive !

Chose qui allait se vérifier incessamment sous peu. Le carillon de la porte d’entrée retentit, aussitôt suivit d’un aboiement joyeux de Croupy.
Jane s’empressa d’abandonner ses préparatifs, fit un bref crochet par la cuisine pour régler d’un coup de baguette la minuterie du four, avant que le battant ne s’ouvre sur le sourire de Kaprice et l’énorme sachet qu’elle tenait au bout de ses doigts.


« Alors je dépose les armes ! » répliqua la demoiselle en riant, tandis qu’elle débarrassait son amie de son fardeau et qu’elle l’attirait contre elle pour une brève accolade. « Ça me fait tellement plaisir que tu aies pu venir ! Entre vite, on se gèle ! »


Une fois que la médicomage se fut exécutée, Jane referma derrière elles. Le chien sautillait autour d’elles, reniflant le paquet avec un air un peu trop intéressé au goût de sa maîtresse qui préféra le soulever loin de la portée de sa truffe avisée.


« Kaprice, je te présente Croupy. » énonça-t-elle en désignant le chien, mélange de terre-neuve et de croup, aussi gentil que gourmand. « C’est notre seul spectateur pour ce soir. Les filles sont sorties, Ciaràn travaille … En gros, personne ne risque de nous déranger ! »


Elle lui fit faire un rapide tour des lieux et l’accompagna dans la cuisine où le four venait juste d’annoncer que le crumble était fin prêt. Il voleta tranquillement jusqu’au plan de travail, laissant à Kaprice le soin d’en humer le parfum pendant que son hôtesse déballait ce qu’elle avait apporté.


« Par Merlin ! Tu veux m’acheter, c’est ça ? » s’exclama-t-elle, les yeux brillants. « Tu t’es même souvenue de mon amour inconditionnel pour les carrot cakes … »


Nul pâtissier ne pouvait souffrir la comparaison des gâteaux de son cousin, ce qui n’empêchait pas moins la jeune femme d’en apprécier autant la vue que le geste. La soirée promettait d’être bien remplie.


« Je te laisse passer au salon ? J’arrive tout de suite avec les petits-fours et le premier litre du meilleur hydromel aux épices que tu aies jamais goûté ! »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Kaprice G. Teagan
Messages : 432 Crédits : Lellia (ava) & tumblr (sign)
Age du personnage : 22 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Etudiante en Médicomagie (année 5)
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : N'en produit pas.
Epouvantard : Aoden, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 9 Fév 2014 - 16:55

Voir Jane fit sourire Kaprice, même si celle-ci s’était dit qu’il serait sans doute difficile de lui pardonner l’absence de rencontres pendant les six derniers mois. Évidemment, elle savait que son amie était sujette à déplacements réguliers dans le cadre de son travail mais …mais l’ex-Gryffondor avait au final peu d’amiEs et elle lui avait grandement manqué. Ce qui expliquait qu’elle n’ait pas envie de lui hurler dessus, mais plus de lui sauter dans les bras. Mais en vous en faites pas, elle lui en voulait toujours. Un peu. Pas assez pour ne pas lui rendre son accolade : Je n’aurais raté ça pour rien au monde. Ce qui était parfaitement honnête, même si l’idée de bouder lui avait traversé l’esprit deux secondes : il y avait trop de choses négatives en ce moment pour s’encombrer avec ça. Et elle ne regrettait vraiment pas, pour l’instant en tous cas. Elle passa à l’intérieur sans se faire prier et enleva son manteau. Ses yeux parcoururent le décor avec attention, et elle sourit e imaginant toute la tribu Callaghan entre ces murs. Ça devait être superbe. Elle fut cependant tirée de ces réflexions par une bestiole très affectueuse qui voulait manger toutes ses provisions. Enchantée, je sens qu’on a des points communs et qu’on va s’entendre ! déclara-t-elle en le gratouillant entre les oreilles avant de suivre Jane dans la cuisine. Tu passeras le bonjour à tout le monde …

Elles étaient seules. C’était une bonne chose, au final, elle n’avait pas tellement envie de s’étaler avec qui que ce soit d’autre dans le coin. Même si tout semblait bien parti pour que cela se déroule dans la sérénité – surtout en voyant le gratin voler vers elle – elles risquaient d’avoir tout de même besoin d’un peu d’intimité. Elle ferma les yeux en savourant les effluves du plat, qui lui mettaient l’eau à la bouche avant de se tourner vers Jane : Bien sûr que je m’en souviens ! Mais je ne pensais pas avoir à t’acheter … Ce fut avec un léger pincement au cœur que la demoiselle se retourna pour partir au salon. Foutus Américains qui compliquaient tout. Enfin, elle ne risquait pas de le dire à voix haute, sauf si bien sûr elle perdait le contrôle en buvant. Oh, j’ai hâte ! Mais tu cherches à me saouler ? Ce ne serait peut-être pas foncièrement une bonne idée, mais à dire vrai, état donné qu’au bout d’un moment elle ne contrôlait plus ce qui passait le pas de ses lèvres (de l’intérieur vers l’extérieur … et l’inverse également), il valait sans doute mieux éviter que ça n’aille trop loin, concernant ses problèmes avec les gens outre-Atlantique, déjà, et ce qu’elle pourrait dire considérant celui qui était logiquement son petit ami. Il valait donc mieux qu’elle garde le contrôle d’elle-même, ce qui n’était décidément pas son fort en ce moment.

Mais qui pouvait résister à de l’hydromel et à l‘ambiance chaleureuse qui s’installait progressivement ? Tu es sûre que tu n’as pas besoin d’aide ? Kaprice avait trouvé le chemin d’un fauteuil plutôt rapidement, suivie par Croupy qui avait décidé de s’intéresser à la nouvelle venue, en dépit des odeurs délicieuses qui s’échappaient de la cuisine. Caressant la bestiole vraiment attachante, elle essayait de se souvenir de la dernière lettre qu’elle avait envoyée à son amie et qui datait maintenant d’un peu avant Noël, dans laquelle elle lui souhaitait de bonnes fêtes. Il lui manquait donc quelques événements … en fait il manquait beaucoup plus que ça. Un léger soupir s’échappa des lèvres de la jeune fille avant qu’elle ne se ressaisisse.  Ce n’était pas le moment de déprimer ou de reculer. Ce fut donc avec le sourire et un regard gourmand qu’elle accueillit Jane quand elle revint de la cuisine : Par Merlin, tu t’es surpassée … j’aurais du amener plus de carrot cake, je suis loin d’être à la hauteur, là ! Elle laissa passer quelques instants avant de finir par demander, se jetant à l’eau : Bon alors, raconte-moi … comment vas-tu ? Elle s’abstint de rajouter « depuis tout ce temps », ça n’aurait pas été très fairplay, il fallait le reconnaître. Et elle n’avait pas envie d’aller sur ce terrain-là tout de suite. Le mot d’ordre serait « profiter ». Et manger, bien évidemment !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 16 Fév 2014 - 21:44

Jane ne saisit pas la suspicion dans la question de son amie, tout simplement parce que son esprit était à mille lieux de ce genre de considérations sur le moment. Aussi se contenta-t-elle d’un éclat de rire, sans savoir qu’il pouvait, tout comme ses paroles précédentes, être mal interprété.

Tant pis pour elle. Les comptes se règleraient de toute façon plus tard.


« Merlin, j’ai été percée à jour ! » répondit-elle sur un ton faussement dramatique tandis qu’elle la poussait gentiment vers le salon. « Oui, j’ai bien l’intention de te faire rouler sous la table, ivre de vin et de nourriture. Je te conseille de t’installer bien confortablement pour subir cette odieuse torture ! »


Une fois que Kaprice se fut exécutée, la jeune femme s’empressa de récupérer l’apéritif promis, jonglant entre les mets à mettre au frais, ceux à sortir du four, la bouteille et les verres. Le tout d’une main pas si maîtresse que ça, ainsi qu’en témoigna le cupcake qui manqua étaler sa crème délicieuse sur le sol avant qu’elle ne le rattrape in extremis. Peut-être la médicomage se douta-t-elle se sa maladresse car elle l’entendit lui proposer son assistance.


« Non, non, ça va, je gère ! » s’empressa-t-elle de répliquer après avoir étouffé un juron, sautillant sur un pied – car si elle avait réussi à éviter le gâteau de finir par terre, le rouleau à pâtisserie avait tout à fait trouvé le bout de son orteil, lui.


Le tout ayant enfin trouvé sa juste place sans autre dégât, elle rejoignit enfin son amie et déposa le plat odorant sur la table basse. Jane avait eu quelques occasions de se rendre en France et quand le temps le lui avait permis, elle s’était régalée dans de très bons restaurants. Mais c’était grâce à une entrevue au buffet copieux qu’elle s’était décidée à apprendre à confectionner ce que leurs comparses outre-Manche appelaient des « petits-fours ». Elle n’était pas certaine du résultat en bouche, mais quoi qu’il en soit, la pâte feuilletée dorée promettait bien des maux, à en juger par l’exclamation de la Teagan.


« Ne dis pas de bêtises ! » répliqua-t-elle en riant alors que l’hydromel remplissait leurs verres. « Tu as déjà ramené de quoi remplir le ventre de toute une brigade ! »

Un nouveau rire plus tard, elle se laissa tomber dans le fauteuil en face de celui de Kaprice. Les jambes repliées sous elle, elle dégagea une mèche de son front, puis se saisit de son verre, hésitant soudain quant à la conduite à tenir. Pouvait-elle se permettre de lui demander les dernières nouvelles, comme ça, comme si de rien n’était ? Après tant d’absence ? Avec tant d’événements qui s’étaient bousculés et dont les derniers éclairs de tempête grondaient encore au-dessus d’eux ? Cette fois, elle eut conscience de la précarité de sa situation et craignit de froisser son amie.

Aussi se sentit-elle soulagée que cette dernière prenne les devants. Quand bien même elle devait se confier la première. Chose qui ne l’avait jamais branché plus que ça, il fallait bien l’avouer.


« Et bien … Pas trop mal, je crois. » Elle se tortilla légèrement dans son siège, trahissant son malaise. « Bon, j’avoue que les Callaghan ne sont pas vraiment en odeur de sainteté en ce moment. Et l’atmosphère est plutôt tendue au Ministère. Sans compter que mes supérieurs pensent que je suis plus utile sur le territoire qu’à l’étranger depuis … Enfin bref, ça pourrait être pire ! »


Elle avait prononcé sa dernière phrase sur un ton qu’elle voulait plus enjoué qu’elle ne l’était réellement, sourire franc à l’appui, néanmoins, elle sentait bien qu’elle n’allait pas duper la jeune femme aussi facilement. Après tout, toutes deux s’étaient connues pendant une période très difficile dans l’existence de Jane et malgré l’éloignement, elle devait commencer à bien la connaître.

Pour autant, même si elle pouvait se permettre d’évoquer ses difficultés actuelles, elle n’avait aucune envie de s’appesantir dessus. Elle préférait profiter de cette soirée afin d’offrir enfin son oreille et sa présence à son amie.


« Toi, plutôt, dis-moi. Tout va bien à Ste Mangouste ? Comment ça se passe avec Jake ? »


Son succinct froncement de sourcils à l’évocation du petit ami de Kaprice en dit plus long que n’importe quel discours. Ses relations avec celui-ci n’étaient pas au beau fixe et les accusations de viol qui pesaient sur lui n’arrangeaient rien. Ce qui n’empêchait qu’elle s’efforçait de ne pas le juger sans preuves, quoi qu’en dise son expression. Plus facile à dire qu’à faire, en somme.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Kaprice G. Teagan
Messages : 432 Crédits : Lellia (ava) & tumblr (sign)
Age du personnage : 22 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Etudiante en Médicomagie (année 5)
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : N'en produit pas.
Epouvantard : Aoden, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 6 Mar 2014 - 21:09

Malgré son offre de la rejoindre pour l’aider, la jeune femme fut contente de se rendre compte qu’elle gérait effectivement plutôt bien seule pour avoir le temps de se poser, de s’imprégner des lieux pour être parfaitement à l’aise. Et l’odeur et la vue des petits fours ne put que parachever le sentiment de bien-être qui s’était emparé d’elle. C’était terrible, elle commençait à se sentir comme avant la chute de l’ancien régime : peu à l’aise un peu partout, persuadée qu’on pouvait l’écouter et qu’elle ne pouvait pas être totalement elle-même. Ici, c’était parfait, pour l’instant tout du moins. Faire appel à leurs estomacs pour installer la plus détendue des ambiances était une excellente idée et la preuve que, malgré le temps qu’elles avaient passé sans se voir, elles étaient toujours sur la même longueur d’onde. Sans compter sur la bouteille d’hydromel qui ne se faisait pas prier pour entrer dans la danse. La soirée serait festive, sans le moindre doute. J’espère qu’on arrivera à leur faire honneur après le festin que tu nous as préparé, mais je n’en doute pas une seconde … Nous valons au moins une brigade … chacune, plaisanta-t-elle quand elle parla de ses desserts. Elle avait vu et fait les choses en grand mais en même temps il semblait fort peu probable qu’un autre membre de la famille Callaghan goûte à ces pâtisseries moldues … désolée les gars !

Elle avait eu peur de trop parler, d’en faire trop pour cacher sa gêne mais le fait de lancer les « hostilités » semblait avoir détendu les choses. Se penchant en avant, elle attrapa un petit feuilleté qu’elle porta à sa bouche. Posant un doigt sur ses lèvres, elle ferma les yeux pour l’apprécier à sa juste valeur … avant de se rendre compte que Jane avait commencé à parler. Son attention se reporta donc rapidement sur son amie et elle hocha la tête vigoureusement, pour l’instant occupée à mâcher sans se brûler, ce qui devait lui donner une apparence hautement comique. Oui, c’est un peu tendu en ce moment … Mon nouveau colocataire non plus n’est pas en odeur de sainteté. Je crois que nous allons tous finir suspects un jour ou l’autre, lâcha-t-elle sans trop réfléchir, avant de se pencher pour attraper son verre, envisageant sérieusement de se noyer devant pour se punir de cette réflexion inconsidérée. Elle haussa les épaules. C’est injuste et je suis désolée pour ta cousine et pour toi. Elle leva son verre dans sa direction mais s’arrêta, de sachant pas vraiment à quoi trinquer. Elle le baissa, se rendant compte d’une chose : Mais … tu repars bientôt, du coup ? Tu sais où ? Ca n’avait jamais eu l’air de la déranger, de voyager, mais si c’était pour la tenir éloignée du reste, ce n’était pas ce que l’on pouvait qualifier de « juste ». Encore un grief à mettre sur le compte de ces foutus Américains.

Quand la question lui fut retournée, elle fut soulagée de noter que les questions étaient précises : elle évitait ainsi d’avoir à s’étendre, disons sur sa dernière mission, et son état d’esprit général. Au moins, c’étaient des éléments tangibles et concrets, même s’il lui faudrait broder. Pareil. Ça va de mieux en mieux, à Sainte-Mangouste, j’envisage sérieusement de me spécialiser en pédiatrie, ça m’intéresse vraiment et personne ne veut de cette option, commenta-t-elle sobrement, gardant pour elle les images d’un certain Médicomage et d’autres choses franchement embarrassantes, surtout quand on pensait au sujet suivant. Le regard de Jane ne lui avait pas échappé et elle sentit son cœur se serrer doucement. Pauvre Jake. Si même elle avait des doutes sur son innocence …Et ça se passe bien avec Jake. Ce n’est pas facile tous les jours, surtout à cause du regard des autres et des réflexions que j’entends partout à son sujet. Ce qui était loin d’être faux. Ce qui s’était passé avec Micah lui pesait tout de même sur la conscience. Mais ça ira mieux après le procès, quand son innocence sera établie, conclut-elle, comme pour vous je suppose. Les choses sont difficiles pour tout le monde. Et ce n’était pas peu dire. Elle finit par brandir son verre dans la direction de Jane. A des jours meilleurs ? Qu’ils soient aussi bons que tes amuse-bouche !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 18 Avr 2014 - 13:26

Jane s’était contentée d’acquiescer sobrement lorsque son amie avait évoqué « l’injustice » de leur situation à tous, préférant ne pas relever le fait qu’ils risquaient de tous finir suspects un jour ou l’autre. La jeune femme avait eu son compte à ce niveau-là. Après tout, n’avait-elle pas passé plusieurs mois à se cacher aux Etats-Unis, taxée de terroriste par le gouvernement Kark ? Elle préférait continuer de croire que toute la débâcle actuelle n’était qu’un terrible malentendu qui serait balayé par le Magenmagot faute de preuves circonstancielles.

Elle ne pouvait pas s’imaginer que Lucy Metelli ne valait pas mieux que son prédécesseur. C’était tout bonnement impossible.

Elle avait néanmoins apprécié la compassion de Kaprice et sa présence lui était d’un grand réconfort, ainsi qu’elle l’avait espéré. Aussi avait-elle répondu qu’elle n’avait pas encore reçu d’ordre l’envoyant hors du territoire britannique et avait pu se concentrer sur le cas de la future médicomage.

L’Irlandaise s’étonna qu’on fasse si peu de cas de la pédiatrie. A croire que les vingt ans de dictature n’avaient gravé dans les mémoires que les paramètres qui les arrangeaient tous. S’il devait y avoir une seule chose avec laquelle Jane aurait pu être en accord avec sa politique, c’était bien le fait que la jeunesse était l’avenir du monde magique. Bien que ce ne fut pas pour les mêmes raisons – purifier le sang sorcier, quelle stupidité – et que ce paramètre fut trop moindre pour qu’elle ait pu envisager une seule seconde de soutenir feu le Seigneur des Ténèbres.

En somme, heureusement qu’on pouvait compter sur des professionnels comme la Teagan pour faire montre d’un semblant de vocation. Quoi que … Tout en se penchant pour attraper un petit-four, elle s’arrêta sur la mine embarrassée de la jeune femme. Elle aurait mis sa main à couper qu’elle lui cachait quelque chose.

Etait-ce en rapport avec un mec ? Sans jugement aucun, Kaprice était plutôt du genre … Disons … « Cœur d’artichaut » ? Non. Plutôt … Passionnée. Encline aux rencontres. En un sens, Jane l’admirait pour cela, elle qui n’était jamais parvenue à installer une quelconque relation amoureuse durable, faute de temps – et d’envie. D’un autre côté, pour côtoyer Eireann depuis toujours, elle savait à quel point l’amour pouvait provoquer erreurs de jugement et autres ravages.

Quoi qu’il en fût, elle ne se risqua pas à interrompre son amie pour la questionner à ce sujet. Elle n’était pas sûre d’en avoir le droit, pour le moment. Sans compter le fait qu’elle n’avait pu dissimuler son scepticisme concernant Buckley et que la gêne soudaine de Kaprice ne devait pas être étrangère au froncement de sourcils que la Callaghan avait lâché. Preuve en était de la ferveur défenseuse qu’elle mettait dans son discours à propos du jeune homme.


« A des jours meilleurs ! » déclara-t-elle finalement tandis que leurs verres tintaient l’un contre l’autre. « Que le soleil nous illumine par ses rayons l’avenir du monde magique etc etc. ! »


Les joues creusées en un sourire malicieux, elle adressa un clin d’œil à sa comparse avant de vider son verre d’une ample lampée très peu féminine. Non seulement elle se fichait bien pas mal des convenances en cet instant, mais en plus, l’hydromel ne serait pas de trop pour engager la prochaine partie.

Elle se tortilla légèrement dans son siège, laissant un ange passer avant de reprendre la parole.


« Kap’, je peux te poser une question ? » Elle attendit son consentement, puis reprit, les lèvres légèrement tordues en une moue soucieuse. « Tu … Est-ce que tu es vraiment certaine de l’innocence de Jake ? »


Elle se redressa aussitôt pour s’assoir sur ses talons, agitant légèrement ses mains devant elle.


« Attend ! Ecoute-moi jusqu’au bout ! » ajouta-t-elle aussitôt, consciente que la confiance établit dans leur relation était en jeu. « Si je te demande ça, c’est parce que je ne connais les faits que tels qu’ils sont racontés dans les journaux. Et tu es mon amie, tu comprends ? S’il t’arrivait quoi que ce soit … »


Ses épaules s’affaissèrent légèrement. Elle laissa sa phrase en suspens, comme pour ne pas tenter le mauvais sort. Elle espérait que la médicomage comprendrait que sa réflexion allait au-delà des griefs potentiels qu’elle pourrait avoir à l’encontre de Buckley. De même, elle encourrait le risque que cela se retourne contre elle.

N’avait-elle pas totalement délaissé la jeune femme ?

Tant pis, si besoin il y avait, au moins l’abcès serait-il crevé une bonne fois pour toute.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Kaprice G. Teagan
Messages : 432 Crédits : Lellia (ava) & tumblr (sign)
Age du personnage : 22 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Etudiante en Médicomagie (année 5)
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : N'en produit pas.
Epouvantard : Aoden, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 3 Juin 2014 - 12:47

On pouvait le dire, Kaprice s’était un peu raidie quand Jane avait parlé de Jake. Elle commençait à avoir l’habitude des regards, des opinions, mais peut-être était-elle simplement soupçonneuse pour rien. Après tout, elle n’avait rien dit de mal, elle avait simplement posé une question. Preuve qu’au final elle n’était pas encore totalement détendue, elle était sur la défensive. Heureusement, l’hydromel allait grandement l’aider à se relâcher, à laisser tomber les précautions inutiles et à simplement apprécier le moment. Trinquant, elle lui sourit, notant ce que le toast avait de légèrement désabusé. Elle voulait y croire, mais en abordant des sujets graves avec Jane, ou en vivant au quotidien avec Noah, c’était un peu compliqué. Elle s’était pourtant forgé une carapace de « je vais bien, je vis normalement, j’envisage l’avenir » qui remplissait plutôt pas mal son office pour le moment, mais elle l’avait laissé tomber en arrivant. Il fallait qu’elle fasse le point le plus honnêtement du monde avec Jane et pour cela, on allait laisser tomber le masque de l’innocence.

Qui tomba de toutes les manières immédiatement quand elle reprit la parole. Savourant l’hydromel, Kaprice était pourtant en bonne voie pour rendre les armes une bonne fois pour toutes. Se redressant, elle l’y invita d’un : Oui, tu sais que tu peux tout me demander qu’elle regretta aussitôt. Tendue, elle ouvrit la bouche pour lui répondre mais la referma pour lui laisser une chance de s’expliquer. Ce qui ne fut, au final, malheureusement pas d’une grande aide. Elle dut prendre sur elle pour se calmer deux secondes, pour ne pas simplement lui balancer qu’il était peut-être un peu tard pour s’inquiéter. Ce qu’elle allait tout de même lui faire gentiment comprendre : Jane, ça fait plus de quatre mois qu’on est ensemble. Ce n’était pas certes une relation extrêmement longue, mais suffisamment pour que normalement, les choses soient établies. Encore une fois, c’était vraiment une impression étrange de devoir défendre « son copain » alors qu’en réalité, il ne se passait rien. Mais c’était pour cela qu’on avait signé. Je ne sortirais jamais avec quelqu’un que je penserais coupable de viol. Surtout pas. C’était une certitude. Après, effectivement, elle n’avait pas de preuve tangible et il n’y en avait pas dans cette affaire. C’était la parole de cette traînée (non, elle n’était pas objective sur la question) contre celle de Jake et l’opinion publique ne lui était malheureusement pas favorable. Comme tu dis, il n’y a malheureusement que ce que disent les journaux et ils ne lui sont pas favorables. Mais tout comme les rumeurs qu’il peut y avoir sur ta famille, sur Noah … ce n’est pas différent. Elle se pencha pour attraper l’hydromel et les resservir, elles allaient en avoir besoin. Jake n’a jamais été qu’un parfait gentleman avec toi. Il est incapable de faire du mal à qui que ce soit, tu peux me croire.

Mais lui faisait-elle confiance, après tout ce temps ? Il était vrai que cela faisait des mois qu’elles ne s’étaient pas vues. Attrapant le verre qu’elle venait de remplir, elle essaya de clôturer : Je suis bien, sur ce plan-là, en tous cas. Même si ce n’était pas avec Buckley, c’était tout de même vrai. Le deuxième verre allait durer un peu plus longtemps et elle se pencha pour attraper de quoi manger, histoire de rester un minimum claire. Elle espérait que les choses étaient suffisamment claires pour la rassurer et qu’elle ne l’avait pas blessée tout en se faisant comprendre. C’était compliqué, de manoeuvrer en eaux troubles. Peut-être devrait-elle tout simplement lui dire qu’elle lui avait manqué, qu’elle avait très mal vécu le fait de ne pas la voir pendant autant de temps et qu’elle s’était sentie abandonnée. Mais elle n’osait pas vraiment. Après, je ne sais pas, peut-être as-tu tes raison de douter de lui ? Elles n’avaient eu aucune chance d’en parler. Mais elle n’était pas certaine que quoi qu’elle dise, cela la fasse changer d’avis. A moins qu’elle n’ait eu maille à partir avec Jake dans le passé. Dans ce cas … Non, rien de ce qu’il n’avait pu faire ne la ferait douter. Il n’avait pas violé cette fille. C’était juste une arriviste qui voulait de la publicité gratuite et de la sympathie pour lancer sa carrière qui ne décollait pas aux dépens d’un jeune homme qui n’avait rien demandé à personne.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jane E. Callaghan
Calamity
Messages : 274 Crédits : Myrlu & Bangerz
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Employée du département de la coopération magique internationale
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Elan de Mandchourie
Epouvantard : Le corps d'Eireann en flammes
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 17 Juil 2014 - 10:50

Jane, ça fait plus de quatre mois qu’on est ensemble.

Selon la jeune femme, le poids de cet argument était discutable. Que représentaient quatre mois dans une vie ? Pas grand-chose, selon elle. Surtout dans une existence de sorcier. D'un autre côté, elle avait encore en mémoire les semaines où sa cousine avait été enfermée chez les Ombres. Elle se souvenait également de son année passée aux Etats-Unis, laquelle lui paraissait bien courte désormais en comparaison du temps qui avait paru s'étirer en longueur à ce moment-là.

Et puis, qui était-elle pour juger ?

Elle croyait Kaprice quand elle lui affirmait que jamais elle ne pourrait former un couple avec quelqu'un qu'elle penserait coupable d'un tel crime. Mais elle savait aussi que l'amour pouvait rendre aveugle. Voire sourd, pour certains.

Vraiment, Jane ne savait pas sur quel pied danser.

Elle se donnait soudain l'image de ne pas valoir mieux que ces citoyens qui réclamaient une sentence avant même d'avoir pris la peine d'écouter les arguments de la défense. Aux tréfonds d'elle-même, elle faisait un amalgame entre les accusations pesant ses amis Phénix, la crainte qu'elle ressentait qu'ils subissent ce genre de jugement hâtif, et son envie de voir justice rendue. Quelle qu'elle soit. Il lui fallait y croire encore. L'affaire de Jake la renvoyait à ses propres démons. A sa situation peu enviable et compliquée à gérer au jour le jour, bien qu'elle fut loin d'être la plus à plaindre. Après tout, aux dernières nouvelles, personne ne tentait de l'envoyer à Azkaban.

Elle tiqua néanmoins lorsque son amie assura que Jake s'était toujours bien comporté envers l'Irlandaise. Ses doigts resserrèrent leur étreinte autour de son verre que la blonde venait de remplir. Elle avala une gorgée du liquide sucré, de manière à bloquer la phrase acide qui lui brûlait les lèvres. Le moment ne lui apparaissait toujours pas opportun pour lâcher l'information sur la petite altercation qu'elle avait eu avec le jeune homme.

Une contenance qui fut récompensée un instant plus tard. Jane offrit un sourire soulagé et un hochement de tête à Kaprice. La médicomage venait de lui assurer que tout était pour le mieux. En ce qui concernait Buckley, tout du moins. Elle réfléchissait à s'enquérir sur cette nuance lorsque son interlocutrice l'interrogea à son tour.


Après, je ne sais pas, peut-être as-tu tes raison de douter de lui ?


La jeune femme continua de mâcher consciencieusement son petit gâteau apéritif, l'air soudain embarrassée. Pensive, également. Mal à l'aise car elle connaissait très bien la réponse à cette question. Songeuse parce qu'elle hésitait encore quant à ce qu'elle pouvait dévoiler ou non. Jane avait beau être quelqu'un d'ouvert, de tolérant et affublée d'un certain nombre de qualités selon ses proches, elle n'en restait pas moins une personne fière. Et mettre en mots son point de vue, c'était reconnaître ses erreurs. Entrer dans le vif du sujet.

Néanmoins, elle devait reconnaître qu'elle devait bien ça à Kaprice. Elle laissa une nouvelle gorgée d'hydromel rejoindre son estomac pour se donner contenance.


" Non, je n'en ai pas. " lâcha-t-elle finalement, la bouche tordue en une légère grimace. " Comme tu l'as dit, je ne l'ai jamais vu avoir le moindre geste déplacé envers qui que ce soit. "


Elle se tortilla dans son fauteuil tandis qu'elle laissait échapper un soupir. Foutu pour foutu ... Autant jouer franc-jeu.


" Disons juste qu'on s'est croisés au QG il y a quelques temps et ... Qu'il s'est permis de faire une réflexion que je n'ai pas apprécié. En gros, il a sous-entendu que je te négligeais, que je n'avais pas été là pour toi alors que tu en avais besoin. " Elle se décida enfin à croiser le regard de la médicomage. " Je ne dis pas qu'il avait tort. Je dis seulement que cela ne le concernait pas. J'aurais préféré que tu m'en parles toi-même ... Plutôt que de l'apprendre de la bouche d'un quasi-étranger. "


Nulle accusation dans sa voix. Elle semblait plus peinée qu'autre chose. Et toujours cette gêne, preuve qu'elle avait conscience de ses manquements, à défaut d'avoir fait le nécessaire pour y remédier. Jusqu'à ce soir, du moins.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dogs days are not over ...


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

In food we trust - Ft. Jane
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations :: 3, Chemin de Traverse