[MISSION] The Road to Shambala



 



[MISSION] The Road to Shambala
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs :: Habitations
avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 4 Jan 2014 - 20:33

The Road to Shambala

feat. Søren Rasmussen (PNJ)

3 janvier 2022
Domicile des Avery

– Alors, comment on fait ! Qu’est-ce que c’est, comment ça fonctionne !

Sa main serrant la mienne m’a tiré un sourire avant que je ne laisse entrer dans mon « humble demeure ». Papa avait réussi à convaincre ma mère de me laisser la maison seule et j’ai refermé la porte derrière Søren Rasmussen. C’était un haut placé du Ministère de la Magie danois. J’avais étonnée par cette nouvelle mission donnée par Elena. C’était bien la première fois que quelqu’un faisait appel à mon travail de cette façon. Mais j’en étais plutôt fière. En vérité, j’avais pris l’ordre avec un sourire mi amusé mi grisant. Un véritable pied de nez à ma famille, à Graham mais au reste de la faction. Parmi mes clients, beaucoup d’Héritiers et très très peu d’Ombres. Ainsi, une autre faction avait vanté mes compétences, celles-ci même que j’allais mettre à profit pour favoriser la signature de contrats commerciaux au sein des miens. La magie est parfois ainsi faite. J’avais donc accueilli mon hôte avec mon plus beau sourire et je m’étais faite la plus jolie possible pour lui. Avec une lumière tamisée, des bougies disposées et un fond de musique ensorcelée, j’avais prévu une séance au-delà de ses espérances.

J’ai accueilli le compliment d’un air mi flatté, mi manipulateur. Si je réussissais, j’aurais de quoi me moquer de Graham pour un moment ! Oui, j’avais la satisfaction facile. Mais au moins, voilà qui était dans mes cordes. Voilà une mission que je pouvais honorer. Et si j’échouais, j’avais au moins essayé. Après tout, je n’allais pas lui tenir la main pour qu’il signe ! Et quand il avait manifesté de l’intérêt, c’était autant de satisfaction que de motivation que j’avais ressenti. En lui préparant une tisane qui viendrait adoucir son esprit, je lui ai répondu, amusée par son accent très certain.

– Le yoga céleste est une discipline bien plus complexe qu’on ne voudrait bien le croire ! Il faut être capable de se vider son esprit et–

– Ouh, qu’est-ce que c’est ?

Coupée dans ma phrase, j’ai tourné la tête en finissant de lui servir sa tasse pour voir de quoi il parlait. L’homme fixait un mur sur lequel était accroché un masque de ténèbres. Devais-je considérer que la partie « concentration » serait probablement la plus difficile ? Je n’étais pas tellement surprise. J’endormais facilement en parlant de yoga. Si un jour j’avais des enfants, il faudrait que j’y songe comme d’une comptine. Mais je me voyais mal dans cet état d’esprit ! Sans me laisser démonter, je suis revenue vers lui avec un sourire et lui ai tendu sa tasse chaude d’où les vapeurs de thé blanc à la lavande s’échappaient. Propice à la tranquillité, il avait une vertu apaisante et décontractante. Serrant ma propre tasse au creux de mes mains, j’ai levé les yeux sur le masque dans un sourire nostalgique.

– Il appartenait à ma tante. Elle est décédée il y a quelques mois.

– Depuis quand vivez-vous à Pré-au-Lard ?

– Environ un an. Nous avons hérité de la maison de ma tante peu après son décès.

– Et vous vous plaisez ?

Voilà le moment de mentir. Je n’étais pas douée dans ce domaine mais je savais donner le change. Après tout, j’avais fini par accepter notre sort donc ce n’était plus vraiment mentir. Alors en haussant les épaules dans un grand sourire, j’ai acquiescé.

– C’est une ville qui a beaucoup mûri et grandi ces vingt dernières années ! C’est impressionnant ! Et nous sommes juste à côté de Poudlard ! Mon petit frère a intégré l’école cette année, au problème, nous sommes juste à côté de lui.

– Je vois, vous êtes proche de votre famille ?

– Oh oui, très !

– Je parie qu’ils sont fiers de vous et de ce que vous accomplissez !

Bon sang, à quel moment avais-je acquis la capacité de mentir sans que cela ne se voit ? Mon sourire était si grand que j’ai manqué de m’étouffer dans mon propre mensonge.

– Je ne serai rien sans eux, ils sont tellement comblés !

– Dans ce cas, il est temps de me montrer vos prouesses ! Je ne tolèrerai aucun traitement de faveur ! C’est par là-bas ?

Le magistrat s’en est retourné en désignant l’espace que j’avais arrangé pour nous. Deux tapis face à face, j’avais poussé tous les meubles, disposé des bougies autour ains qu’un peu d’encens. Quand il a eu le dos tourné, mon sourire crispé s’est lentement transformé en grimace. Bon sang, j’allais sûrement devoir faire preuve de beaucoup de patience. C’était toujours une épreuve d’initier quelqu’un au yoga céleste. J’ai dressé mon pouce en guise d’optimisme mais quelque chose me disait que thé ou pas thé, la soirée… serait longue. Une intuition. J’étais bonne en intuition à défaut de l’être en divination.


Dernière édition par Cinnamon Avery le Sam 4 Jan 2014 - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 4 Jan 2014 - 20:34

Il est chaud, mon thé:
 

(ça commence... BIEN)


Dernière édition par Cinnamon Avery le Sam 4 Jan 2014 - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 4 Jan 2014 - 20:34

Le membre 'Cinnamon Avery' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 5 Jan 2014 - 17:12

Je n’étais plus montée sur un tapis depuis mon retour de Londres. A dire vrai, je n’étais même pas certaine que cette soirée soit un succès dans la mesure où je ne m’étais pas totalement préparée à reprendre du service. J’espérais simplement que ce ne serait pas un frein. Après tout, comme le vélo, ça ne s’oubliait pas, pas vrai ? J’ai regardé le magistrat poser la tasse sur la table avant de tourner autour du tapis. Souriant face à sa curiosité enfantine, je me suis approchée en posant ma propre tasse à côté de moi, puis je lui ai montré le tapis face au sien.

– Il vous faut d’abord une position propice à votre respiration. Normalement, cet exercice s’effectue en extérieur mais j’ai eu peur qu’il fasse un peu trop froid.

M’installant pour montrer l’exemple, j’ai vu Soren aller et venir sans trop savoir comment s’y prendre, ce qui m’a d’autant plus amusée.  Finalement, il a imité ma position mais continuant de regarder autour de lui. Cet homme curieux était un étrange animal. Un élève avec du challenge comme je n’en avais plus eu depuis longtemps. Il me rappelait Arutha, au début. Quoiqu’encore maintenant, il était parfois un peu difficile mais le plus dur, finalement dans cette discipline, ce n’était pas d’arriver à apaiser les sorciers mais de les convaincre qu’ils peuvent s’apaiser tout seul !

– C’est comme un balais.

Ai-je dit en me soulevant légèrement du sol sur mon tapis. A peine quelques centimètres, nous n’aurions pas besoin de beaucoup plus. Contrôlant le sien d’un bout de baguette pour éviter qu’il ne me fasse un trou dans le plafond. J’ai ouvert la bouche pour reprendre mais il s’est mis à rire. Allons bon.

– Ca fait des guilis dans le ventre.

Je n’avais pas beaucoup de poids dans ma balance ce soir. Entre mon manque de tranquillité intérieur et cet homme curieux de tout, ma propre concentration était entachée. Mais je ne me suis pas laissée démonter. Après tout, c’était autant pour lui que pour moi. Aussi, je me suis raclée la gorge et j’ai souri pour le rappeler à moi.

– Avez-vous déjà tenté ce genre d’exercice avant ?

– Non, c’est une première ! – a-t-il répondu en caressant le tapis d’une main autour de lui en observant l’objet d’un oeil intrigué – C’est quelque chose qui m’a toujours fasciné. Cette capacité à s’oublier soi-même pour se concentrer sur quelque chose d’invisible, ce genre de choses ? Je me demande si tout ce que l’on dit est vrai alors me voilà ! Entre vos soins ! Je dois avouer que mon ignore m’amuse beaucoup.

« Mon ignorance m’amuse beaucoup ». … Moi, c’était son ignorance que je trouvais amusante. Ce n’était plus l’affaire d’une mission mais un défi. Cet homme fermerait les yeux et se croirait bien vite sur une place à Honolulu s’il le fallait mais j’y arriverais ! Sans me départir de mon sourire ni un instant me montrer insultée par la légèreté avec laquelle il prenait mon travail. Après tout, s’il était là, c’était bien par intéressement. Alors je n’avais pas de quoi me sentir insultée. Et cette fois, c’était la bonne ! A ses côtés, j’ai doucement appuyé sur ses épaules pour le faire basculer en arrière lentement. D’une voix douce, j’ai repris :

– Vous allez vous allonger, sur le dos. Et respirer. Pour commencer, vous devez vous relaxer, vous détendre. Prendre doucement conscience que seul le vide vous entoure. Imaginez que votre tapis n’existe plus et que vous êtes seul maître dans les airs.

Nous étions installés tous les deux, moi assise sur mon propre tapis à ses côtés, le fond musical nous mettait dans l’ambiance - moi surtout - et j’ai inspiré profondément avant de souffler. J’ai fermé les yeux et j’ai expiré, les mains sur mes genoux.

–  Etirez-vous, bâillez. Les yeux fermés, respirez par le nez, calmement, profondément. Relâchez votre ventre, laissez-le gonfler à l’inspiration et repoussez l’air à l’expiration. Concentrez-vous sur vos orteils, imaginez comment ils se déploient, sentez leurs tensions, relâchez-les. Sentez-vous flotter...

Le risque était de s’endormir. Les journées étaient plutôt longues, j’étais assez fatiguée, tout s’était tellement bousculé au mois de décembre. Et ce silence, ce calme et finalement, la reprise de cet art qui avait déjà par millions de fois fait ses preuves sur moi, j’étais à la limite de m’endormir grâce à moi-même. Et alors que je l’entraînais dans ma respiration - du moins j’essayais, n’est-ce pas - j’ai entendu quelque chose frotter, comme quelqu’un bouger. J’ai rouvert un oeil pour voir ce qu’il faisait. Toujours sur le dos, Søren regardait autour de lui, plus précisément, le tapis sur lequel il était, le caressant de ses mains avec toujours cette même curiosité. De quelques claquements de langue, j’ai tenté d’attirer son attention.

– Cessez de vous distraire, fermez les yeux et écoutez juste ma voix.

– C’est un très beau tapis ! Il est doux, qu’est-ce que c’est ? (c’est Mirlaiiiiiiine )

Inspiration, expiration. Inspiration, expiration.

– C’est de la laine d’auroudoudou et du tisse-mage brodé au fil lunaire. La pièce centrale est en soie d’acromentula. Ca favorise la magie du tapis car la soie est solide. Il vient du sud de l’Angleterre, dans un village sorcier près des pierres levées. Il appartenait à ma tante qui est née là-bas.

– Oh vraiment, impressionnant !

– Mais vous savez, nous avons des Acromentula, aussi, ici. Et des dompteurs de créatures magiques !

Mais déjà l’homme se désintéressait de moi, se contentant de hocher la tête à mes dires.

– C’est très bien, très bien, confortable, en plus !

Et il ferma les yeux - enfin - en respirant profondément. J’ignorais totalement comment rendre une conversation intéressante en temps normal. Quand je parlais de yoga, on me riait. Alors comment pouvais-je faire face à un homme d’une telle influence ? Mais j’ai profité qu’il se soit calmé pour continuer en refermant les yeux, tentant de me concentrer moi-même.

– Laissez vos articulations et vos tissus se détendre. Sentez-vous flotter.

Premier essai:
 


Dernière édition par Cinnamon Avery le Dim 5 Jan 2014 - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 5 Jan 2014 - 17:12

Le membre 'Cinnamon Avery' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 5 Jan 2014 - 20:04

– J’ai un peu soif !

C’était trop beau pour être vrai. Alors que sa voix venait de perturber mon environnement, j’ai doucement rouvert les yeux pour le retrouver assis sur son tapis. J’ai retenu un soupir de désespoir alors que nous retrouvions le sol. Dans un sourire aimable et serviable, je me suis levée pour aller chercher la tasse qu’il avait précédemment laissée de côté et je suis revenue lui tendre, m’asseyant sur mon tapis mais sans décoller du sol. Il m’a remerciée et j’ai pris ma propre tasse pour l’accompagner.

– Et depuis quand vous faites tout ça ?

– Environ un an. Depuis que nous habitons ici, en réalité.

S’il commençait à me poser des questions sur moi, je sentais que j’allais devoir les esquiver, je n’avais pas très envie de dire d’où je venais, etc… Ce n’était pas comme ça que j’envisageais une séance de yoga et qui plus est, je détestais parler de moi.

– Et comment est-ce que ça vous est venu ? Ce n’est tout de même pas commun ! Vous avez décidé de voler sur un tapis en respirant l’air frais ?

J’ai souri en écartant mon mug de mes lèvres, m’apprêtant à resservir le même speech qu’à la famille Vaisey quelques semaines plus tôt.

– Le yoga céleste m’a beaucoup aidée dans mes années à Poudlard. J’ai appris à contrôler mon stress pendant les examens mais aussi à gérer les situations de la vie, garder le contrôle en toute circonstances. Et j’ai voulu être au service des sorciers qui, comme moi, avaient besoin de trouver une paix en eux, une sérénité, pour avancer dans leur vie. Nous vivons des temps difficiles, un conflit secoue le monde magique et nous n’avons pas tous la possibilité d’y faire face de façon rationnelle. Par le yoga céleste, je veux apporter à ces hommes, et à ces femmes, de tout âge, un moyen d’affronter la vie, jour après jour avec réflexion. Et cela demande du calme et de la paix pour être en harmonie avec soi-même.

Soren a cligné des yeux en me fixant. Je pense que, comme la plupart des gens, je l’avais perdu. Est-ce que ça l’intéressait ? Aucune idée. J’imaginais que si ce n’était pas le cas, il ne serait pas là. Mais quelque chose me disait qu’il ne s’agirait pas là d’une difficulté pour le convaincre mais plutôt d’arriver à lui prouver que tout ceci est vrai : par la pratique. Il n’a rien relevé de ce que j’ai dit mais il a porté ses yeux dans son thé d’un air curieux après plusieurs gorgées. J’allais peut-être arriver à quelque chose !

– Qu’est-ce que vous avez dit que c’était ?

– Du thé blanc à la lavande avec une pointe d'ingrédient secret. Vous aimez ?

– C’est très bon mais peu commun, qu’est-ce que c’est ?

– C’est un thé apaisant issu d’une recette de grand-mère perdue avec les âges. Elle favorise l’apaisement des nerfs et des muscles, idéal pour la méditation !

Le thé, deuxième round:
 

Si OUI :
Deuxième essai avec meilleures chances:
 

Si NON :
Deuxième essai sans meilleures chances:
 


Dernière édition par Cinnamon Avery le Dim 5 Jan 2014 - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 5 Jan 2014 - 20:04

Le membre 'Cinnamon Avery' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 8 Jan 2014 - 7:05

Soren m'a dévisagée avec un très léger sourire, comme si j'avais piqué sa curiosité mais que ce n'était pas quelque chose qui l'intéressait outre mesure. Simplement qu'il était curieux de base.

– Issu de votre tante également ?

Je reconnaissais que celle-ci prenait un peu de place dans mes propos mais après tout, c'était sa maison et quand nous avions quitté Londres, nous n'avions quasiment rien pu prendre. Aussi nous avions refait notre vie ici, chez elle. J'ai souri à mon tour et secoué la tête.

– Non, celle-ci provient de notre bibliothèque. - Faux - Nous avons ici à Poudlard la plus belle et la plus grande des bibliothèques ! Elle est tenue par Darrin Hansen - Vrai - et elle ne renferme pas que des recettes de grand mère, je vous rassure ! - Plus que vrai ! - Sinon comment pourraient étudier nos enfants ! - J'ai eu un sourire entendu, peut-être un tout petit peu trop forcé.

– Oh... Et quoi d'autre que des recettes de grand mère alors ?

– Vous savez bien ! Des livres de botanique, de sortilèges, d'histoire aussi, tout ce qu'il y a de plus utile pour un jeune élève ! Pour le reste - j'ai levé une main avec désinvolture dans une petite moue des lèvres - c'est scellé dans une pièce fermée sous clé, on n'a pas le droit d'y entrer.

– Pourquoi ? Qu'y a-t-il dedans ?

– Je ne sais pas, des trucs vieux comme la magie, plein de poussière. - agrandissant les yeux, je me suis un peu penchée vers lui et j'ai pris une voix plus basse pour lui confier mon secret - Quand j'étais élève, j'ai cru entendre dire que la formule des Horcruxes y était, dans un coffre, à l'abris des regards indiscrets. - Faux et archi faux... Enfin, j'imagine.

Intéressé ou non, j'ai profité de son visage interdit quelques secondes avant de prendre une dernière gorgée de mon thé, comme pour appuyer la délicatesse de ce que je lui faisais boire ce soir, provenant d'un coffre pas que de grand mère. Puis, j'ai posé ma tasse avant de tapoter mes genoux.

– Bien, vous êtes prêt ?

Il ne m'a pas relancée et il a simplement acquiescé, comme s'il sortait d'un rêve, se souvenant ce pour quoi il était là. J'ai donc repris nous en étions. Allongé sur le dos, je lui ai appris à respirer, calmement, profondément et cette fois, il a semblé enfin se prêter au jeu et ne s'est pas laissé déconcentrer par l'aboiement d'un chien dehors. D'une main lente, j'accompagnais les gestes à la parole, d'une voix douce, calme et profonde. Puis, je l'ai fait asseoir, lui ai montré la position, face à moi.

– Quelles études vous avez faites pour ça ?

– Chut, ne parlez pas, contentez-vous d'écouter ma voix. Restez concentré, prenez conscience de tout ce qui vous entoure, gardez les yeux fermés. Continuez de respirer, lentement, profondément. Détendez bien votre torse afin que l'air y circule mieux. "Vipassana", l’une des plus anciennes techniques de l’Inde, vise à retrouver la vraie nature de l’esprit. Laissez les pensées surgir sans les forcer ni les retenir, sans les condamner ni les approuver. Contentez-vous d’observer ce qui se présente comme les images d’un film apparaissant et disparaissant. Laissez votre part d’ombre envahir votre conscience, puis vous quitter comme le pus sort de la plaie. Acceptez la peine, la colère, la crainte ou la honte. Tentez d’en tirer un enseignement, en invoquant l’antidote à ce qui vous fait souffrir - la compassion contre la haine, la joie contre la peine. Imprégnez-vous. Et quand vous serez prêt, vous pourrez me suivre.

Je nous ai laissés ainsi quelques secondes - quelques minutes ? J'étais épatée qu'il n'ait pas dit un mot de plus - mais nous allions passer au plus difficile de la méditation. Ce qui, personnellement, me faisait le plus de bien ainsi qu'à la plupart de mes clients mais qui était quelque chose où la plupart des autres sorciers... Riaient. J'ai attendu encore un peu, guidée par sa respiration et j'ai entamé le son silencieux de la méditation - le fameux... "ommmmm" - dans une expiration la plus longue possible. Les vibrations dans mon ventre m'aidaient à prendre meilleure conscience de mon corps et me permettaient de réguler ma respiration. Parfois, quand je devais attendre un moment dans une file d'attente, c'était un exercice que je faisais. Ca me passait le temps et puis je restais calme car j'avais peu de patience dans ces cas-là. Mais les non initiés trouvaient ça, la plupart du temps... Bien trop curieux. Est-ce que mon magistrat allait se prêter au jeu totalement ?

Dernier essai:
 


Dernière édition par Cinnamon Avery le Mer 8 Jan 2014 - 7:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 8 Jan 2014 - 7:05

Le membre 'Cinnamon Avery' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 8 Jan 2014 - 7:12

J'ai rouvert les yeux en essayant de ne pas me décourager. J'ai souri et baissé la tête, son amusement contagieux. Je le prenais bien, finalement. Ce n'était pas un de mes élèves et de toute façon, je n'étais pas sûre moi-même d'avoir ce qu'il fallait pour reprendre convenablement mes cours. Alors j'ai même ri avec lui le temps que nous retrouvions le sol.

Quelques paroles échangées, sur le temps, le prix d'un tapis, comment j'avais importé le mien d'Inde - avant Assapor, déjà - d'un cadeau de ma tante... Et le magistrat m'a remerciée pour le temps que je lui avais consacré. J'ai fait de même pour l'honneur de sa présence et en une poignée de main, il était sorti, me laissant à nouveau seule face à mes doutes. L'échec de Soren, je le prenais pour moi. Je n'étais d'après moi pas encore prête et j'avais eu raison de refuser des cours depuis le retour de Londres. Mais en revanche, il me fallait m'y remettre. J'aimais à penser que quelque part, on avait besoin de moi et de ma méditation.

Alors j'ai décollé mon dos de ma porte et je me suis remise à mon yoga céleste. Seule.

MISSION TERMINÉE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

[MISSION] The Road to Shambala
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs :: Habitations