[Mission] Le Grand Bleu



 



[Mission] Le Grand Bleu
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Hors des murs
avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 27 Sep 2013 - 16:11


© Ithika & Cain


19 septembre 2021

Toc toc. « Hmmm. » Toc toc toc. « Hmmmm. » Toc toc toc. Wade ouvrit un œil puis le referma aussitôt, éblouit par les rayons du soleil qui pénétraient par la fenêtre de sa chambre. Toc toc. Il se retourna dans son lit, se couvrant les oreilles avec sa couverture. Pour une fois qu’il avait fait une nuit presque complète, il voulait en profiter pleinement. Toc toc toc. « C’est pas croyable ! » Il s’était tiré de son lit en rejetant ses draps avec fureur. Il ouvrit brusquement la porte de sa chambre et réalisa qu’il n’y avait personne. Etait-ce une blague ? Si c’était le cas, c’en était une très mauvaise. Toc toc. Le bruit venait de la fenêtre et non pas de la porte. Le jeune homme se tourna et vit enfin le hibou persévérant qui l’avait tiré de son sommeil. Il prit le courrier ainsi que le gros paquet des pâtes de l’animal, qui ne partit pas en voyant le destinataire de la lettre déchirer l’enveloppe. Wade maugréa et céda, fourrant dans la bouche du hibou une graine de citrouille. Satisfait, le volatile s’enfuit sans demander de plus et il put lire sa lettre sans être dérangé par les yeux globuleux de l’oiseau.

    « Mr Storm,

    C'est une mission assez particulière qui vous est attribuée aujourd'hui. En effet, vous n'agirez pas pour le compte des Héritiers mais bien pour celui de l'Hôtel de Ville de Pré-au-Lard. Au jour d'aujourd'hui, le bastion de résistance mangemort est plus que jamais en besoin de ravitaillements et nous devons rivaliser d'ingéniosité pour trouver des moyens de transport de vivres permettant d'approvisionner la ville en grandes quantités. La voie ferroviaire est déjà utilisée grâce à la gare de Pré-au-Lard mais ce n'est pas suffisant. Mais il semblerait qu'une autre option se présente à nous : la voie maritime. Il y a longtemps, un accord avec les êtres de l'eau du Lac de Poudlard permettait aux bateaux magiques comme celui de l'école de magie Durmstrang de pénétrer dans l'enceinte de Poudlard, mais les relations avec ces êtres et les sorciers se sont détériorées pendant le règne du Lord et aujourd'hui cet accord n'existe plus. Je vois envoie donc vous, et vos connaissances en créatures magiques tandis qu'Elena Kark envoie Mr Darius Kark pour sa grande expérience en relations internationales et diplomatie en général afin de négocier la réouverture de cet accord avec le chef du village des êtres de l'eau.

    Faites preuve de tact et diplomatie et représentez-nous avec honneur. »


Bien. Monsieur Darius Kark. Darius Kark. Darius. Le visage de l’ancien Gryffondor se crispa. Génial, c’était tout simplement génial. Cette mission était ridicule. Les êtres de l’eau allaient directement les empaler en entendant leur nom respectif : Kark et Storm. Ils allaient se souvenir du joyeux moment où Deke avait emporté quelques-uns des leurs pour agrandir sa collection puis les enfermer dans une cage minuscule. Puis ils allaient se souvenir de la façon dont le Lord puis Mervyn Kark les avait dédaignés lorsqu’ils étaient au pouvoir, comme pour les centaures et toutes les autres créatures dotées d’une intelligence supérieure à celle d’un veaudelune. Ou ils allaient d’abord se souvenir de Kark puis de Storm. Peu importait, ils n’allaient certainement pas les accueillir à bras ouverts.
Il ouvrit le paquet qui était arrivé avec la lettre du leader des Héritiers. De mieux en mieux ! Une combinaison laide et très probablement moulante. « Vraiment ?! » Créée par la mère de Liam, d’après l’étiquette. C’était drôle. Vraiment. La situation était comique : il se retrouvait en mission avec une personne qu’il avait décidé de rayer de sa vie et devait, en plus de cela, porter quelque chose de ridicule. Il valait mieux en rire qu’en pleurer. Vraiment.

Toc toc. « Quoi encore ! » Il allait réveiller toute la maison, à s’énerver ainsi. Mais il s’en moquait. En levant la tête, il avait reconnu le volatile de Darius, qu’il pourrait repérer même entouré d’une centaine d’autres hiboux. Wade roula des yeux. Pour l’oublier, il avait totalement raté. Un sortilège d’effacement de mémoire aurait été bien plus efficace mais il n’avait pas voulu de cette solution. Bref, une missive s’assurant de sa réception de l’ordre de mission et demandant quand est-ce qu’ils iraient à la rencontre des êtres de l’eau pour négocier la réouverture des accès au lac. Le plus rapidement serait le mieux. Ils convinrent donc pour le samedi suivant, où chacun serait libéré du travail.

25 septembre 2021

Jour J, il était temps de se jeter à l’eau. Contrairement au weekend précédent, il faisait un temps de chien. Une épaisse brume couvrait tout Pré-au-Lard et le château n’était même pas visible du quartier résidentiel des Héritiers. Il réussit tout de même à retrouver son chemin jusqu’au lac, ce qu’il aurait pu faire les yeux bandés aussi, étant donné qu’il tournait en rond dans une même zone depuis un bon moment déjà, si on enlevait l’épisode d’Assapor.

Pendant toute la semaine précédente, Wade s’était entraîné au sort têtenbulle, que ce soit à l’extérieur ou dans son bain, pour qu’il dure le plus longtemps possible. Son record avait été d’une heure et demie. Et à présent, il croisait les doigts pour que le sort dure plus longtemps. Il s’était également renseigné sur les êtres de l’eau, même si les ouvrages que l’on trouvait à la bibliothèque de l’école n’égalaient pas ceux qui étaient dans celle du zoo. Maudits pigeons… Il était certain qu’il lui manquait des informations essentielles pour communiquer avec eux, malgré ses vagues souvenirs. De plus, ne sachant pas vraiment nager, Wade avait réussi à dégotter une barque lors de ses pauses au travail, pour ramer jusqu’au milieu du lac, où se situait normalement le village des êtres de l’eau. Muni de son havre-sac qu’il avait rendu imperméable, le jeune homme avait enfilé la combinaison et avait mis ses vêtements par-dessus. Il se sentait incroyablement inconfortable dans une telle tenue, que ce soit à cause du fait qu’elle soit très moulante, ou à cause du fait qu’il soit hors de l’eau et donc assez rigide. Il fallait se dire que c’était dans sa tête.

Wade arriva au lieu du rendez-vous avec quelques minutes d’avance. Darius, lui, arriva pile à l’heure. Quand il le vit, le jeune homme ne sut que faire ou que dire. Il n’avait pas d’autre choix que de communiquer avec lui. Vivement la fin de cette foutue mission, il n’aurait plus à porter cette maudite combinaison ni à discuter avec celui qui l’avait trahi et lui avait menti depuis le début.


Dernière édition par Wade Storm le Jeu 20 Fév 2014 - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Oct 2013 - 16:53



« Wade…Allons-y. » Il ne voulait rien entendre de sa part. Mission et seulement mission. Puis c’était fini. Plus vite ils seraient dans l’eau, plus vite ils discuteraient avec les êtres de l’eau et plus vite ils en auraient fini. Il fallait donc qu’ils se bougent le derrière et finissent cette mission le plus rapidement possible. « Je reviens, je vais chercher la barque. » Car oui, il valait mieux le faire avant d’être en combinaison, cela serait moins embarrassant pour tirer la barque qu’il avait cachée dans un buisson. Wade se dirigea donc vers l’endroit où il avait dissimulé leur moyen de transport puis le traîna difficilement jusqu’à la baie où ils s’étaient donnés rendez-vous. Darius s’approcha. « Besoin d’un coup de main ?Non. » Une réponse sèche et froide qui arrêta instantanément celui qu’il avait autrefois considéré comme un second père. Il ne se ferait pas avoir aussi facilement. Accepter son aide serait montrer la faiblesse de ses bras mais aussi montrer qu’il était prêt à renouer le contact avec lui. Il connaissait assez bien Darius pour savoir que toute proposition venant de sa part n’était pas anodine.
Wade plaça la barque au bord de l’eau, tout en s’assurant que plus de la moitié était sur les galets pour que l’embarcation ne vogue pas seule sur les vagues du lac.
Sans cérémonie, Wade se déshabilla, dévoilant la tenue, dessinée par la harpie qui servait de mère à Liam, qui moulait son corps musclé. Trop à son goût mais il n’avait pas vraiment le choix. Il fallait voir les choses du bon côté sinon il allait foirer. Voir les choses du bon côté, voir les choses du bon côté. C’mon, vois les choses du bon côté Wade. Difficile à faire avec une combinaison qui épousait la peau avec une telle précision et qui paraissait tellement fin qu’il avait l’impression que ce n’était qu’un filtre. Voir les choses du bon côté, allez, voir les choses du bon côté. L’avantage était que la combinaison n’était pas particulièrement gênante, même si, sans humidité, elle était assez rigide. De plus, elle était d’une couleur sombre, ce qui leur permettrait de ne pas attirer trop d’attention dans les confins sombres du lac de Poudlard.
Il rangea ses vêtements dans son havre-sac qu’il referma soigneusement. « Etes-vous prêt ? » Le vouvoiement. Wade devait avouer que c’était étrange pour lui de s’adresser ainsi à Darius, après tant d’années à l’avoir tutoyé. « Tout est bon pour moi. » Ils se dirigèrent vers la barque et Darius la poussa dans l’eau pour lui donner une petite impulsion avant de monter sur l’embarcation, s’asseyant face à Wade. Le chef du service de renseignement mangemort lança un sort sur la barque pour qu’elle avance d’elle-même.

Au bout de quelques minutes, qu’ils passèrent tous les deux dans un silence lourd et gênant, n’entendant au loin que des oiseaux manifestant par moment leur présence, Wade se laissant obnubiler par les flots pour éviter de croiser le regard de son partenaire, ils arrivèrent vers le centre du lac où étaient supposés se trouver les habitations des êtres de l’eau. L’ancien Gryffondor passa ses deux bras dans son havre-sac en forme de sac à dos, ajusta les bandoulières pour que le sac soit totalement contre son dos pour éviter de le perdre dans l’eau. Il n’avait pas prévu d’offrande, les êtres de l’eau n’étant pas du genre à être dans de meilleures dispositions avec la présence d’un cadeau. Dans tous les cas, ils n’allaient pas du tout être contents de leur visite – s’ils réussissaient à les trouver, surtout quand ils leur annonceraient leurs noms respectifs, Wade le savait. Et si par malheur, une de ses cousines – ou les deux – et/ou le yankee venaient se mêler à la partie, il savait qu’il était dans la bouse de dragon. Voir les choses du bon côté, voir les choses du bon côté.
Sa baguette dans la main, le jeune homme se lança le sort du têtenbulle puis, en s’accordant avec Darius d’un signe de la tête, plongea dans les eaux froides et profondes du lac.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 11 Nov 2013 - 0:43


Son visage sembla être frigorifié lorsqu’il s’engouffra dans les eaux sombres du lac. Cela le sortit de la torpeur qu’il avait ressentie depuis le début de la mission. Ses pensées étaient de retour à leur place, là où elles devaient être : peu importe qu’il ait à collaborer avec un Ombre, un menteur pathétique qui avait profité de lui et avait abusé de ses faiblesses, il fallait qu’il réussisse cette mission, pour les Mangemorts et surtout pour les Héritiers. Et pour ce faire, il était prêt à mettre tout le sang-froid et toute la diplomatie qu’il pouvait puiser en son être pour que cela fonctionne. Maintenant, il fallait qu’il garde cet état d’esprit jusqu’à la fin, sinon, la mission risquait d’exploser. Puis qu’il se bouge aussi, sinon il allait geler sur place.
Il s’habitua assez rapidement à l’obscurité qui les entourait, tout en cherchant son co-équipier qu’il avait perdu de vue. Il le retrouva rapidement – ou plutôt, ce fut Darius qui le retrouva en le saisissant soudainement au poignet. Wade ne put s’empêcher de laisser échapper un hurlement, pensant que c’était une créature qui venait de l’attraper pour l’emmener jusque dans les profondeurs du lac et le manger. Il fallait avouer qu’il n’était pas très confortable dans l’eau, ce n’était définitivement pas son élément. Le visage de Darius paraissait élargi derrière l’immense bulle qui entourait son visage. Il était certain que le Kark allait tenir bien plus longtemps que Wade.
Il ne fallait pas perdre une seule seconde. D’un battement puissant des jambes, Darius les entraîna vers le fond. S’il ne voulait pas bêtement remonter à la surface, il fallait que Wade s’y mette aussi. Il alluma sa baguette pour éviter qu’ils se dirigent tout droit vers des rochers pointus et la pointa face à eux. Il se mit à battre des jambes mais contrairement à l’Ombre qui gardait ses pieds joints pour créer des ondulations, Wade décala les battements. D’emblée ils avancèrent plus rapidement et atteignirent les pointes des gigantesques algues assez rapidement selon le Gryffondor.

Il fallait qu’ils trouvent ces êtres de l’eau, et vite. Le jeune homme ignorait combien de temps ils avaient passé sous l’eau mais il sentait que chaque seconde passée le rapprochait dangereusement du moment où il allait suffoquer à cause de son sortilège du têtenbulle imparfait. Des petits poissons tournoyaient autour d’eux, à la fois curieux et effrayés. Ils ne pouvaient pas chercher sans but, il fallait qu’ils trouvent les êtres de l’eau rapidement. Il arrêta donc Darius en le tirant soudainement en arrière – sans qu’il n’aille très loin, la carrure du Kark ne pouvant pas lui permettre de remonter même s’il tirait de toute ses forces, pas sous l’eau en tout cas. Wade avait peut-être développé des muscles mais Darius était costaud et Wade devait vaguement lui arriver à la cheville. Enfin, il avait l’attention du chef du service de renseignement mangemort. « Il faut que l’on les trouve rapidement ! » L’ancien Gryffondor n’avait aucune idée de comment trouver les êtres de l’eau mais Darius semblait en avoir une. Il dégaina sa baguette après avoir hoché la tête puis la pointa vers Wade. « Qu’est-ce que tu fais ?! Darius ! » Le vouvoiement n’était plus de mise et les anciennes habitudes étaient revenues en quelques instants alors que Darius semblait le menacer avec sa baguette. « Fais-moi confiance. » Pardon ?! Non, il ne pouvait pas lui faire confiance, il lui avait menti pendant plus de deux ans, dans sa face, il ne pouvait pas lui faire confiance ! « Creatura Revelio ! » Pourquoi ne se l’était-il pas jeté sur lui-même ? Avait-il peur de rater son sort et de se retrouver défiguré ? Cela serait tellement mauvais pour son image de Kark !

OUI – Le sort réussit.
NON – Il ne se passe rien.


Dernière édition par Wade Storm le Lun 11 Nov 2013 - 0:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 11 Nov 2013 - 0:43

Le membre 'Wade Storm' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 8 Déc 2013 - 15:25


« MAIS C’EST QUOI TON PUTAIN DE PROBLEME ?! » Wade s’extirpa de la poigne de son co-équipier. Il venait de réaliser le sort que celui-ci avait lancé. « Un Creatura Revelio, sur quelqu’un, sérieusement ? Tu es stupide ou stupide ? Par Merlin, j’avais une plus haute estime de toi Kark. » Darius resta silencieux. Ce genre d’erreur ne lui ressemblait pas. Peut-être qu’il connaissait ce sort dans la théorie, ou l’avait confondu avec un autre sort, ou avait fait preuve d’un manque flagrant d’attention, ou avait été distrait par quelque chose. Peu importe, cela n’intéressait pas Wade. Il ne fallait pas perdre de temps et s’enfoncer plus profondément dans l’eau en espérant que les êtres de l’eau viennent à leur rencontre eux-mêmes.

Ils s’enfoncèrent encore plus, passant au travers d’algues où des poissons effrayés s’échappaient, rencontrant des créatures marines inoffensives qui étaient aussi exposées dans le Zoo de Londres de son père, puis finalement, ils firent face à ce qu’ils cherchaient. Ils virent un boullu aux jambes nouées, signe que les êtres de l’eau n’étaient pas loin. Il ne fallait pas perdre une seule seconde. En s’avançant un peu plus, les Mangemorts aperçurent ce qui ressemblait à des ruines. N’étant pas sûrs, ils se rapprochèrent. Oui, c’étaient bien des abris de pierre grossièrement empilés qui devaient être le village des êtres de l’eau. Quelle chance. Tout s’enchaînait rapidement, c’en devenait presque facile.
Les deux associés se hâtèrent donc vers ce qui semblait être l’entrée du village : une grande arche dégradée, où des hautes herbes s’étaient enroulées. Néanmoins, ils s’arrêtèrent rapidement, constatant que l’endroit semblait désert. Etait-ce bien le village des êtres de l’eau ? Normalement, il n’y avait pas d’erreur, ils étaient au bon endroit. Alors où étaient les créatures ?

Une sensation de caoutchouc pointu qui s’enfonçait sur la nuque de Wade répondit leur question. Wade se tourna lentement vers son partenaire, qui fit de même. Tous deux avaient un verlieu pointé sur l’arrière de leur cou. Voilà où étaient les êtres de l’eau. L’ancien Gryffondor regarda autour de lui : les êtres de l’eau, sortis de nulle part, les cernait. Ils étaient entourés de toutes parts par des créatures armées de lances et mécontentes. Très mécontentes. Contrattaquer aurait été inutile, ils étaient trop nombreux et les gestes des sorciers auraient été bien trop lents comparés à l’agilité des sirènes et des tritons qui les encerclaient.
Ils restèrent ainsi pendant un moment puis une sirène à la peau argentée remonta à leur hauteur, leur faisant face. Ses cheveux, qui ressemblaient à des algues couleur émeraude, ondulaient autour de son visage qui était d’une beauté unique. Elle était différente des autres créatures. Son cou, orné de colliers de perles et de parures en dents de requin, ses bras soigneusement recouverts d’écailles de poisson qui scintillaient à la moindre lumière, et ses yeux couleur ambre la rendaient totalement distincte des autres créatures aux cheveux hirsutes qui portaient des ornements grossiers. Les Mangemorts étaient obnubilés par le raffinement de la sirène, qui était totalement inattendue. Néanmoins, son visage jusqu’alors inexpressif se tordit en une grimace qui dévoilait parfaitement le fait qu’elle était aussi contrariée par leur arrivée que les autres êtres de l’eau. « Qui êtes-vous ? » demanda-t-elle violemment avec une voix aigüe qui s’apparentait à un sifflement, montrant au passage ses dents aiguisées. Avant même que Wade ait pu ouvrir la bouche, Darius prit la parole : « Je m’appelle Darius Kark, je suis le chef du service de renseignement mangemort. Voici Ernest Ross, mon assistant. Nous sommes ici pour négocier avec le chef des êtres de l’eau, au nom de la faction Mangemort des sorciers qui occupe actuellement Poudlard et Pré-au-Lard. » En entendant le nom que Darius avait inventé, Wade avala difficilement sa salive. Il allait être reconnu par les êtres de l’eau, il en était persuadé. Il allait être reconnu, c’était sûr, et ça foutrait la mission en l’air. « JE suis la chef des êtres de l’eau, Argad, fille de Pyrcus. Kark, vous dites ? Quel choix excellent de leur part, ils sont encore plus stupides que ce que j’avais pensé. Et Ross ? Ce nom ne me dit rien mais son visage, lui, me rappelle fortement quelqu’un. » La sirène se rapprocha de Wade, ses yeux couleur feu scrutant minutieusement son visage crispé. Si elle y voyait les traits de Deke, il était mort. Le jeune homme ignorait comment est-ce que le transfert de deux êtres de l’eau au Zoo de Londres s’était déroulé mais ça ne s’était très probablement pas fait dans la joie et la bonne humeur. Ça avait certainement laissé des souvenirs douloureux au sein de certaines familles qui avaient perdu un membre.

OUI – Elle reconnaît Wade.
NON – Il n’est qu’un pauvre sorcier qui lui rappelle très fortement quelqu’un.

Argad ne semblait pas se souvenir. Tant mieux. Elle s’éloigna de Wade en un coup de nageoire vigoureux et l’assistant garde-chasse put enfin reprendre normalement sa respiration, qu’il avait retenue jusque-là. Son cœur battait à pleine allure, il avait vraiment eu chaud. « Nous ne négocions plus avec les sorciers. Retournez d’où vous venez sans faire d’histoire et nous vous laisserons partir en paix. » Wade se tourna lentement vers Darius. Il valait mieux obéir sagement et déclarer forfait auprès des leaders des deux factions. Cependant, le Kark ne semblait pas être de son avis. « Nous avons de quoi négocier.Nous ne sommes pas intéressés. » Les paupières de la sirène se fendirent. « Même s’il s’agit des vôtres, enfermés au Zoo Magique de Londres ? »


Dernière édition par Wade Storm le Dim 8 Déc 2013 - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 8 Déc 2013 - 15:25

Le membre 'Wade Storm' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 5 Jan 2014 - 0:15


Temps d’immersion : 40 minutes

Les propos de Darius eurent un effet électrisant dans l’assemblée. Argad s’était soudainement figée dans son mouvement pour retourner dans son village, les autres êtres de l’eau autour avaient commencé à s’agiter au contraire.
Wade savait qu’il y avait au total sept créatures exposées au Zoo de Londres : trois provenant du lac de Poudlard et les quatre autres du reste du monde. Elles étaient l’une des principales attractions du Zoo et il n’était donc très conciliant à l’idée de céder les êtres de l’eau enfermés dans le Zoo, même s’il savait au fond de lui qu’elles y avaient été ‘déplacées’ par la force et qu’elles vivaient dans des conditions misérables. C’était pour cela qu’il avait pour projet, lorsqu’il reprendrait le Zoo, de l’agrandir et d’élargir leur espace de vie. Leurs conditions de vie s’amélioreraient ! Darius pourrait promettre cela au lieu de proposer de les libérer. Car même s’il n’avait encore rien dit, Wade devinait qu’il allait négocier la liberté de quelques créatures – si ce n’était pas toutes – lorsque les Mangemorts auraient récupéré le Zoo.
C’était probablement des membres des familles qui les entouraient actuellement. En tout cas, aucun n’avait la beauté d’Argad, c’était certain. Wade se souvenait des créatures qu’il avait observées longuement au Zoo, depuis qu’il était petit et il était persuadé que si Deke avait découvert Argad quand il capturait les êtres de l’eau pour les collectionner puis pour les exposer, il s’en serait directement emparé.

Argad s’était immobilisée donc puis s’était lentement retournée. Elle semblait méfiante – et elle avait raison. Les sorciers leur avaient fait beaucoup de tort et s’étaient servis d’eux avant de les dénigrer, il était donc normal qu’elle soit soupçonneuse face à la proposition de Darius. Mais elle était alléchante, cette proposition, oh qu’elle était alléchante et la curiosité était clairement visible dans les yeux de la belle sirène. Elle hésitait à parler néanmoins, craignant peut-être que cela déclenche un piège fatal ou quelque chose de la sorte. La prudence mêlée à la curiosité grandissante se lisait dans le regard ambre de la sirène. Il fallait que Darius continue dans sa lancée car Argad n’allait pas faire le premier pas pour en savoir plus. Il fallait qu’il lui en dise assez pour l’attiser son attention mais pas trop pour la maintenir intéressée par ce qu’il avait à négocier. « Je suis très sérieux. » Argad restait silencieuse, il fallait plus pour que le poisson géant morde à l’hameçon. « Et si nous allions dans un endroit plus confortable pour discuter de tout cela ? » La voix de Darius était, dans son timbre velouté, doucereuse. Il fallait amadouer la sirène pour qu’ils puissent discuter dans un lieu plus discret. Discuter comme des gens civilisés et non pas comme des sauvages, sous la pression de la vingtaine de verlieux pointés dans leur direction, prêts à attaquer. Argad semblait réfléchir – et il fallait qu’elle réfléchisse vite : soit elle acceptait et cela redonnait de l’espoir à ses villageois, soit elle refusait et perdait une opportunité qui ne se représenterait pas deux fois. Du moins, c’était ce que Wade pensait, en regardant la chef des êtres de l’eau.

L’ancien Gryffondor sentait d’ailleurs que l’air commençait à manquer. Il allait bientôt tomber à court, il en était persuadé. Il ne fallait pas qu’il panique. Rester calme. Rester calme. Rester calme. S’il commençait à s’agiter, Wade allait se faire transpercer de suite par un verlieu et n’allait pas survivre à cette mission. Et sa mère ne s’en remettrait jamais. Il ne pouvait pas se lancer des têtenbulles sous l’eau, si ? Théoriquement, si. Mais les têtenbulles de Darius étaient bien plus puissantes, il aurait été grandement préférable que ce soit lui qui s’occupe de son prochain têtenbulle et non lui-même, sinon il tomberait à court à nouveau très rapidement. Il fallait qu’il avertisse son compagnon. Mais comment le faire discrètement, sans briser la tension du moment, sans briser le sérieux qui allait faire pencher la balance en leur faveur ? Comment faire pour que les êtres de l’eau laissent Darius – ou lui-même – renouveler le sort de sorte qu’il survive et qu’il ne se noie pas subitement ? Il fallait agir vite. Ils n’allaient pas lui filer de la branchiflore en plus, il ne manquerait que ça, aider un sorcier alors que ses semblables les avaient poignardé dans le dos à maintes reprises ! Wade ne se répétait qu’une seule et même prière : réponds vite Argad, réponds vite, réponds vite, réponds vite par Merlin ! Il économisait au mieux son souffle, en attendant que la sirène se décide. Finalement, après avoir fixé Darius pendant deux longues minutes qui parurent infinies à Wade, elle se détourna.

« Allons-y. » A cette déclaration, le jeune homme soupira de soulagement. Merlin avait peut-être entendu sa requête, finalement. Elle fit signe aux tritons qui avaient leur verlieu sur la nuque des sorciers. Ils renforcèrent la pression pour que lui et Darius s’avancent du mieux qu’ils puissent, vérifiant qu’ils ne faisaient aucun mouvement suspicieux. Il fallait que Wade alerte Darius maintenant, celui-ci gérant la relation avec la sirène pour l’instant. Il fallait bien l’avouer, l’apprenti garde-chasse ne servait à rien tout de suite, à part à améliorer le décor face à toutes ces créatures à la face acérée. « Kark… Kark ! », murmura Wade. Celui qu’il considérait comme un second père se tourna vers lui, avec de gros yeux, comme disant « mais bordel de goule en slip en bain, tu veux nous tuer ?! », mais rapidement, un triton le reprit : « Silence, humain ! » Il asséna un léger coup sur le dos du Kark, pour lui montrer qui commandait ici. Ils étaient sous l’eau et n’étaient nullement en position de force L’Ombre grimaça à cause de la douleur qu’avait causée le verlieu puis continua à avancer. Mais Wade avait son attention à présent, et c’était tout ce qui comptait. Cela n’était rien comparé à toute la douleur qu’il lui avait infligée, lui, en le trahissant.
Sa camarade, comme amusé par l’attitude du triton, sembla avoir envie d’en faire de même avec Wade : « Plus vite, humain ! Comme ils sont lents, plus lents encore que les chevaux de mer ! Comme ils sont ridicules… » Elle eut un rire gras, désagréable à entendre. Wade rougit de fureur. Mais il ne pouvait rien faire. Il était impuissant face à cette horde d’êtres de l’eau qui jouissaient visiblement de sa faiblesse. Il fallait rester calme. Wade respectait ces créatures, pouvait comprendre qu’elles veuillent leur faire payer leurs crimes passés mais il allait rapidement s’échauffer si ça continuait.

Bref. Il manquait d’air et ça, énervé ou pas, moqué ou pas, c’était un fait irréversible pour l’instant. Comment expliquer discrètement qu’il allait bientôt mourir étouffé par des tasses d’eau glaciales du lac ? Sa bulle d’air s’amenuisait à vue d’œil. Ce détail devrait alerter l’Ombre, n’est-ce pas ? Apparemment, oui. « Un instant ! » Argad se retourna brusquement et le fusilla du regard. Wade posa son regard sur son compagnon, qui avalait difficilement sa salive. « Un instant, s’il vous plaît.Que se passe-t-il ?Mon compagnon, Ernest, n’a presque plus d’air… Si on ne renouvelle pas sa bulle, il risque de se noyer. » Argad plissa encore plus les yeux, qui se réduisirent en deux fines fentes. Le reste des êtres de l’eau ricanaient comme des hyènes, c’en était insupportable alors que chaque minute comptait. Mais ce prétexte sentait le piège à plein nez, et elle n’allait certainement pas lui donner une plante pour pouvoir respirer sous l’eau. « Et en quel honneur devrait-il être sauvé ? Il ne sert à rien, seul toi, Kark, as de la valeur. » Wade eut un visage horrifié. Elle n’avait pas tort. Elle ignorait qu’il était un Storm, qu’il connaissait leurs faiblesses comme leurs forces comme le dos de sa main. Mais il ne pouvait rien utiliser, de un par manque d’air flagrant, de deux parce qu’ils étaient trop nombreux et de trois parce que le moment n’était pas propice du tout. « Ernest ne peut pas mourir, il ne doit pas mourir.Ah oui, et pourquoi cela ? C’est le fils caché de votre chef que vous adorez tant mais qui vous envoie faire les sales besognes, comme de vulgaires êtres de l’eau ?! » En entendant cette exclamation, Wade voulut s’exclamer, disant que c’était faux, qu’ils ne les dénigraient pas, pas avec lui en tout cas ! Certes, il n’était qu’un parmi des milliers de sorciers mais il était persuadé que la mentalité finirait par changer – utopie quand on pensait aux valeurs prônées par les Mangemorts. Mais il n’avait plus d’air – et il se serait profondément ridiculisé en face de toutes ces créatures, qui auraient pu prendre ses déclarations pour un affront de plus. Il fallait maintenant que Darius trouve une excuse qui rattraperait le faible sort de Wade, puisqu’il s’occupait des négociations. « C’est lui la clé du zoo. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 7 Mar 2014 - 22:21


Temps d’immersion : 1 heure

Wade ignorait combien de temps il avait été sous l’eau mais cela lui paraissait incroyablement long comparé aux fois où il s’était entraîné chez lui. Mais sans montre, il ne pouvait être sûr. Puis la panique changeait la donne aussi, sa respiration était plus rapide, ce qui résultait sur une bulle de plus en plus petite. Il fallait trouver une solution. Pour l’instant, ils paraissaient encore loin du remplissage d’air, Darius et Argad se fixaient comme des chiens de garde, le Kark essayant de prouver sa bonne foi en ne flanchant pas, Argad essayant de déceler le vrai du faux dans les propos de son interlocuteur. Les humains étaient des créatures vicieuses et menteuses, manipulatrices et violences. Son père et prédécesseur, Pyrcus, lui avait raconté tant de fois comment son frère et ses cousins avaient été enlevés sans état d’âme, pris par surprise une nuit, par des sorciers. Et cela coïncidait avec la visite, quelques jours plus tôt, d’un humain dénommé Deke Storm. Il était derrière tout ça, elle et son peuple s’en étaient doutés puis avaient obtenus une confirmation lorsqu’il les avait vulgairement exposés dans son Zoo. Elle aurait sa peau un jour. Elle aurait la peau de tous les sorciers. Les générations précédentes avaient toujours maintenues leurs distances avec eux et ils avaient eu raison. C’était pour cela qu’elle hésitait à sauver ce jeune garçon. Lui, une personne aussi importante pour eux ? Mais qui était-il ? A ce qu’elle savait, Deke avait deux fils mais elle ignorait leur nom. Elle avait clairement entendu, quand Kark avait fait les présentations, que son nom n’était pas Storm. Sinon, elle l’aurait déjà planté avec un trident. C’était impossible que ce garçon soit important pour le Zoo. Ou peut-être était-il quelqu’un que Deke avait pris sous son aile et qui allait reprendre la gestion du Zoo quand il prendrait sa retraite. Mais il ressemblait tellement à l’homme qu’elle avait vu avant l’enlèvement que c’en était troublant. Kark n’aurait-il pas failli à son espèce, en fin de compte ? Lui aurait-il menti sur l’identité du jeunot ? C’était tentant aussi de les empaler tous les deux et de ne plus entendre parler de cette histoire. C’était aussi sa chance de sortir son frère du trou à rat dans lequel il était enfermé depuis près de treize ans à présent et de marquer sa légitimité ainsi. Argad était consciente que son peuple ne lui faisait pas entièrement confiance. Elle n’avait jamais fait ses preuves car l’occasion ne s’était jamais réellement présentée et son père avait laissé un tel souvenir qu’il était difficile d’arriver à sa hauteur. Il fallait ainsi qu’elle marque son pouvoir par quelque chose de fort, comme le retour de son frère et de ses cousins. Mais si c’était une fausse proposition, c’était elle qui risquait de se faire empaler.

Un. Dernier. Souffle.

C’était fini.

« TETENBULLE ! » Darius eut juste le temps de sortir, viser, puis jeter son sort qu’il se fit désarmer par un trident. L’Ombre hurla de douleur. Les dents de l’arme avaient visé les muscles et les tendons de l’homme, ce qui devait être très douloureux. Il avait immédiatement lâché sa baguette, ses nerfs étant à présent déconnectés de son cerveau. Le cri de Darius était arrivé en même temps que le hurlement de Wade, surpris puis désemparé par l’acte de l’être de l’eau qui avait désarmé le Kark. Dès que la bulle avait disparu, il avait retenu sa respiration le plus longtemps possible mais l’action inattendue de l’Ombre l’avait désorienté. L’ancien Gryffondor avait alors avalé une quantité assez impressionnante d’eau. Il s’était tenu la gorge en gigotant dans tous les sens, se prenant les dents des tridents dans les côtes. Mais peu importait, il manquait d’air, avait bu la tasse et son corps agissait instinctivement, il n’y avait plus de place pour la retenue. Son corps rejetait l’eau en toussant mais par la suite, en aspirant, il avalait à nouveau de l’eau. La bulle qui s’était formée autour de sa tête était arrivée trop tard, il avait avalé déjà avalé trop d’eau et sa vision commençait à devenir floue. Il continuait de tousser et arriva un moment où l’eau était presque dégagée de ses poumons.
Autour de lui, c’était la panique. Tout était confus, il y avait des bulles partout, ce qui obstruait son analyse de la situation. Il entendait des grognements, des cris stridents, des ordres, des reproches, des jurons, des accusations. Quelques êtres de l’eau s’étaient jetés sur la baguette de Darius et le fouillait à la recherche de toute autre arme. On le fouillait aussi, on avait arraché son havre-sac pour en vérifier le contenu, on le tâtait pour être sûr qu’il n’avait pas dissimulé une arme sous sa combinaison qui, étonnamment, n’était pas trouée après toutes les fois où il s’était pris les tridents qui l’avaient entouré. Wade n’avait pas la force de résister, il était encore sonné à cause de toute l’eau qu’il avait avalée. On lui ligotait les mains avec des branches d’algues qui étaient bien épaisses et probablement impossibles à détruire en forçant. A côté de lui, Darius se débattait comme une furie. Il donnait du fil à retordre aux êtres de l’eau qui finirent par le maîtriser et ligotèrent fermement les poignets de l’Ombre.
Ça avait été la première erreur d’Argad. Ne pas faire fouiller les intrus ni les faire ligoter. Il fallait qu’elle rattrape cette énorme erreur. « Emmenez-les aux cachots ! », ordonna-t-elle avec une voix tonitruante qui ne lui seyait pas et surprit tout le monde. La panique était soudainement retombée et tous obéirent sans broncher. Les visiteurs étaient à présent des prisonniers et tous pensaient que c’était la marche à suivre, que ces humains n’allaient leur apporter que des malheurs malgré leurs belles paroles.

Les cachots – ou plutôt, la cage dans laquelle ils étaient enfermés – ressemblaient un peu à ceux de Poudlard, en soi. Il manquait des couloirs et des plafonds en pierre mais sinon, ça ne changeait pas vraiment de ceux de l’école des sorciers. Il faisait sombre, froid et le « plafond » - ou plutôt, le grillage rouillé – était bas. Darius était assis dans un coin, le dos voûté. Cela faisait près d’une demi-heure qu’ils étaient enfermés et chacun était resté silencieux. Il était peut-être temps d’élaborer une stratégie avant qu’ils soient à court d’oxygène, à nouveau. Wade s’approcha de l’Ombre et s’accroupit en face de lui. Celui-ci leva la tête, à peine. Son regard était vide et son visage encore un peu tordu par la douleur. « Ça ne te fait pas trop mal ? », demanda-t-il en désignant de la tête les trois bandes rouges attachées à son bras de façon négligée. Darius haussa des épaules. « J’ai vu pire.Donne-moi ton bras. » Il obtempéra. Wade resserra les bandes tout en s’assurant que cela ne faisait pas trop mal à l’Ombre. « Merci. Pour tout à l’heure.C’est rien. Je n’allais pas te laisser mourir noyé. » Wade eut un petit sourire. La bulle de Darius s’était bien réduite depuis qu’ils étaient entrés dans l’eau. Combien de temps cela faisait-il ? Deux heures ? Une ? Il n’avait plus aucune notion du temps. « Il faut qu’on sorte de là. » Darius l’écoutait, même s’il fixait le sol à présent. « Il faut leur dire qui je suis réellement. », ajouta Wade en chuchotant. « Hors de question ! Je ne vais pas te mettre en danger par – » Darius s’interrompit, un garde s’approchant, attiré par le fait que le sorcier avait haussé soudainement la voix. Ils attendirent qu’il s’éloigne pour reprendre, en chuchotant : « Je ne vais pas te mettre en danger pour réussir cette mission ! Pourtant il faut, si on veut s’en sortir vivant. Elle ne sera pas convaincue tant que j’aurai le nom d’un inconnu… Il faut lui dire la vérité avant qu’il ne soit trop tard.Réveler ton nom revient à te faire empaler Wade… On peut s’en sortir sans ça.Comment ? Sans nos baguettes et sans mon sac à dos nous sommes impuissants. Cite-moi une perspective pour nous échapper de ce trou avant que tu ne meures asphyxié ! » L’ancien Gryffondor désigna la bulle de Darius qui s’était encore réduite. « Si tu leur dis qui tu es, elle voudra très probablement faire un échange en te gardant en tant qu’otage. Elle ne doit pas être au courant que ces foutu pigeons ont pris le dessus sur Londres et donc sur le Zoo… Et les promesses ne serviront à rien, il faut trouver un autre moyen de pression pour qu’elle nous laisse partir librement. » Wade hocha la tête, tentant de se souvenir d’une des faiblesses des êtres de l’eau. Ils aimaient ce qui était rouillé, ancien, au contraire des pies, s’il se souvenait bien de ses lectures. Ou peut-être, justement, aimaient-ils ce qui brillait, comme les pies. Il ne savait plus. Les informations sur ce peuple étaient tellement rares et dispersées dans les différents bouquins qu’être sûr d’un seul fait était impossible. Puis, de toute façon, ils n’avaient rien de rouillé – ou de brillant – sur eux et n’avaient pas leur baguette pour transformer les objets qu’ils auraient pu avoir en leur possession. Réfléchis Wade, réfléchis. Qu’est-ce qui aurait pu être la faiblesse des êtres de l’eau ? Ils n’étaient pas stupides comme des trolls de montagne, au contraire même. Ils ne craignaient pas de sort particulier comme les Détraqueurs. Ils ne pouvaient pas respirer à l’air libre pendant de longues périodes et là était leur principale faiblesse mais dans le cas présent, c’était inutile. « J’essaie de trouver une solution mais tout de suite, je sèche. On n’a pas d’autre option, Darius, que tu le veuilles ou non. On lui expliquera tout posément, elle…Tu penses sincèrement qu’elle nous écoutera jusqu’au bout sans enfoncer un trident dans ton estomac ou dans le mien ? Ne les sous-estime pas, ce n’est pas parce qu’ils savent parler et qu’ils sont plus intelligents que la moyenne qu’ils sauront faire preuve de compassion et de patience.Tout de même, il faut tenter le coup, tu vois une autre solution toi ? » Darius resta silencieux. Non, il n’y avait visiblement pas d’autre solution, il fallait tenter de discuter.
Wade se rapprocha des barreaux, à l’endroit où le garde veillait. « Excusez-moi ? » Le garde se retourna et grogna. Que voulait ce morveux ? « Je souhaiterais m’entretenir avec Argad, s’il vous plaît. » Un peu plus tard, la sirène se présenta. Wade ne s’attendait pas à ce que le garde accepte de faire passer sa demande et qu’Argad accepte de s’entretenir avec lui. « Que veux-tu…Wade Storm. » La sirène se figea.

OUI – Qu’on coupe la tête à ces menteurs !
NON – Je t’écoute…

Si NON :
OUI – Les discussions sont ouvertes.
NON – Même pas en rêve, crève mon enfant, hors de ma vue toi et ton maudit compagnon, bande de sorciers !

« Wade Storm dis-tu… Storm comme Deke Storm ?C’est cela.Qu’as-tu de si important à me dire, Wade Storm ? » Elle ne l’avait pas empalé pour une simple raison : elle voulait en savoir plus. Elle avait bien vu Gratas, le garde, grincer des dents, mais avant de faire quoi que ce soit, elle souhaitait entendre ce que cet enfant avait à lui dire. Peut-être qu’il lui révèlerait des informations importantes sur le monde des sorciers et surtout, sur le Zoo de son père. « Je sais ce que mon père a fait. Mais je vous assure, je suis différent. » Argad ne répondit rien. Elle notait la politesse du jeune garçon quand il s’adressait à elle, son visage hésitant quand il choisissait ses mots mais cela ne changeait rien et sa méfiance n’avait pas disparu parce qu’elle se trouvait face à un garçon ayant de bonnes manières et semblant les traiter correctement, comparé aux autres sorciers. « Je voulais d’abord m’excuser au nom de ma famille pour ce que nous avons fait subir à vos compagnons.Wade, ça…Non, réellement, je souhaite m’excuser, que vous acceptiez mes excuses ou non. C’est vrai que ça semble insignifiant, mais j’y tiens. La façon dont mon père les a traités est terrible à mon avis et je planifiais de changer cela quand j’aurais pris la direction du Zoo. » Argad haussa un sourcil. Finalement, peut-être qu’il était vraiment utile et qu’elle ne regrettait pas de ne pas l’avoir empalé. « Cependant, il y a un petit problème… Vous devez peut-être le savoir, il y a trois partis politiques qui se battent actuellement dans le monde des sorciers. Nous, les Mangemorts, avions réussi à garder le contrôle de Londres – et donc du Zoo, mais en hiver dernier, les Phoenix ont pris le dessus et nous avions dû nous replier sur Poudlard et le Pré-au-Lard. De ce fait, mes plans pour devenir le directeur du Zoo de Londres sont… Différés, si on peut le dire. En soit, pour tout vous dire, on ne m’a jamais promis ce poste mais mon père n’a personne d’autre pour prendre sa suite donc il faut dire que je suis plutôt bien positionné. Enfin, ce ne sont que des détails, j’ambitionne d’être à la tête du Zoo un jour et je le serai. Ça peut vous sembler stupide, je n’ai que dix-huit ans après tout, je ne suis qu’un adolescent boutonneux – quoique, plus vraiment – mais c’est un rêve que j’ai eu toute ma vie et je compte accomplir, quels que soient les sacrifices à faire. » Il fit une pause, pour essayer de réguler sa respiration par rapport à sa bulle. « Tout de suite, la priorité des Mangemorts est de regagner le pouvoir et cela passe par Londres. Mais sans ressource, cela ne pourra jamais se produire. Nous avons besoin d’avoir accès aux eaux du lac pour les faire passer et nous renforcer avant de contrattaquer. » Argad avait l’air perplexe. Darius se leva de son coin puis s’approcha pour prendre la relève. « Ce que Wade veut dire… » Il soupira, très peu convaincu de cette solution. Mais l’Héritier était lancé, il fallait finir cette tentative avant d’en lancer une autre. « Ce qu’il veut dire est que nous manquons de ressources, surtout au niveau du ravitaillement alimentaire et vestimentaire. Nos dirigeantes, Elena Kark et Wilhelmina Salamander-Kark, souhaiteraient rouvrir l’accord que vous aviez avant l’ascension du Lord, celui qui permettait aux bateaux magiques d’avoir accès au lac. En échange, nous vous offrons la liberté de vos compagnons qui se trouvent au Zoo, dès que nous reprenons le pouvoir.Je sais que Darius, ici, ne paraît pas très convaincu mais nous aider à nous renforcer vous donne une chance de retrouver vos amis…Ma famille !Oh… Oui, un membre de ma famille est enfermé dans le Zoo depuis tout ce temps ! Je ne sais même pas dans quel état il se trouve, s’il est encore sain mentalement ! Et que fais-tu des autres êtres de l’eau ? Tous ceux qui sont enfermés sont nés quelque part. Ils ont – ou avaient – de la famille, des amis, et vous, les sorciers, leur avez tout arraché. Vous les avez exposés comme de vulgaires verlieux et leurs conditions de vie doivent être minables ! Que va-t-il se passer à leur retour ? Bien sûr, nous désirons tous qu’ils reviennent, mais que va-t-il se passer ? Comment prendront-ils tous les changements ? Dans quel état reviendront-ils ? Vous nous avez détruits, sorciers ! » Wade resta bouche bée. Il savait que le ressentiment des êtres de l’eau était fort mais il ignorait qu’il l’était à ce point. Il fallait qu’il leur dévoile son plan de restructuration, pour essayer de les convaincre qu’ils n’étaient pas tous mauvais et que lui-même était la preuve qu’un changement de mentalité s’enclenchait, lentement, certes, mais qu’il existait. Cela pouvait paraître pompeux mais il était la preuve vivante de cette évolution de pensée. « Je vous comprends, tout à fait. La situation aurait été inversée, il en aurait été de même. Je sais que cela peut vous paraître totalement stupide mais j’avais des plans pour le Zoo : celui de l’agrandir et d’en faire un lieu vivable pour toutes les créatures qui y résident. Détruire les grilles et les barreaux pour mettre des barrières invisibles, donner accès à leur domicile pour les espèces n’étant pas protégées. Pour votre section, je prévoyais de créer une sorte de tunnel, jusqu’au lac de Poudlard, pour vous permettre de faire des allers-retours et ne pas vous enfermer indéfiniment dans un lieu fermé. Je prévoyais aussi des programmes pour les visiteurs, pour qu’ils apprennent à vous connaître, à connaître votre culture même si vous êtes un peuple plutôt hostile aux étrangers… Je sais que cela peut sembler bête, mais c’était des évolutions que j’envisageais. Je souhaite vraiment changer la vision des sorciers sur les créatures, qu’elles soient développées ou qu’elles ne fassent preuve d’intelligence. Je crois sincèrement que c’est possible, j’en suis convaincu. Mais pour que ça soit possible, il faut nous aider d’abord à prendre le dessus sur les Phoenix. » Argad plissa les yeux. « Je vais m’entretenir avec le Conseil à propos de ce que vous m’avez dit. » Elle se retira sans un mot de plus.

La bulle de Darius était vraiment petite. Wade était même étonné qu’elle ait tenu aussi longtemps, l’Ombre était réellement doué. Il était remonté dans son estime, même si cela n’effaçait pas la trahison passée.
Argad revint, aussi gracieuse qu’à son habitude. Elle était entourée des membres du Conseil apparemment, certains jeunes, d’autres plus âgés qui avaient dû servir sous le prédécesseur de la sirène. « Nous avons décidé de vous laisser partir librement. Néanmoins, vous ne récupérerez pas vos baguettes, voici ce qu’il en reste. » Elle ouvrit la paume de sa main en direction du sol, laissant tomber des copeaux de bois qui s’enfoncèrent lentement dans le sable. « Wade Storm, tous nos espoirs sont dirigés vers toi. Ne nous déçois pas, ou tu découvriras les amères conséquences d’une trahison. » Oh ! Comme s’il les ignorait ! « La réouverture de l’accord sera négocié, ce seront vos dirigeantes qui devront se présenter à nous la prochaine fois, et non des émissaires. Elles pourront se présenter avec un conseiller chacune ainsi qu’un garde, mais leurs baguettes seront confisquées avant qu’ils pénètrent dans notre territoire. » Argad fit un geste de la main et le garde ouvrit le cachot. Wade hocha la tête en signe de reconnaissance, Darius de même, mais ce fut un mouvement plus forcé que celui de l’Héritier, dont l’action fut plus naturelle. « Des êtres de l’eau vous escorteront jusqu’à la surface de l’eau, où se trouve votre barque. Nous nous reverrons, Wade Storm. »
Ils sortirent de la cage puis furent rejoint par deux escortes chacun, qui les aidèrent à remonter jusqu’à la surface, non sans pester contre les sorciers en général. Il semblait qu’Argad leur ait donné qu’une vague explication à propos de leur libération et que le mécontentement était général. Mais c’était un risque à prendre, sur le long terme. Wade devait remplir sa mission à présent, défendre la cause des êtres de l’eau auprès de son père mais aussi des dirigeantes Mangemorts, pour qu’Argad ne se fasse pas renverser par son peuple, pour montrer qu’elle savait repérer les bons investissements et qu’elle n’avait pas fait une erreur en misant sur lui.

Spoiler:
 


Dernière édition par Wade Storm le Sam 8 Mar 2014 - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 7 Mar 2014 - 22:21

Le membre 'Wade Storm' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :


--------------------------------

#3 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

[Mission] Le Grand Bleu
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Hors des murs