This is fucking awesome [Kark]



 



This is fucking awesome [Kark]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Hors des murs
Anonymous
Invité
Invité

This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Mar 19 Mar 2013 - 17:19

Sevastian n’était pas à l’aise ici. Tout autour de lui, des gamines le fixaient avec des yeux ronds. Il n’était pas rare d’apercevoir des adultes à Poudlard ces derniers temps, mais il fallait bien avouer que chacun d’entre eux était considéré comme un indésirable par la plupart des adolescents. Poudlard était censé être leur territoire. L’endroit où les plus mauvaises graines pouvaient faire respecter leurs propres règles, leurs propres lois. Mais avec tous ses adultes dans le coin, adieu les mini-dictatures et bonjour les masques superficiels, obligatoires quand on est un gosse de bonne famille. Depuis sa petite mésaventure au fin fond de la chambre des secrets, Sevastian était assez retissant à l’idée de se rendre à Poudlard. Ses anciens souvenirs d’étudiant avaient été balayés par les secrets de la chambre souterraine. Et pour cause, il en gardait encore plusieurs blessures. Foutues missions, foutue Elena, foutue Kark ! Apparemment, cette famille allait le poursuivre encore un temps. Au loin, il voyait déjà la rouquine qui s’avançait vers lui de pas loin d’être rassuré. Ils ne s’étaient pas parlé depuis plusieurs semaines si ce n’est plus. Les souvenirs le replongèrent à Poudlard. Il se revoyait déjà au-dessus d’un Victor Kark à moitié mort. Cette nuit-là avait été éprouvante. Tout le monde avait dû surmonter l’impensable, la chute du régime mangemort… Merci qui ? Merci Mervyn et sa piètre capacité à défendre ses propres hommes et son pays. Ne restait de lui que sa progéniture, ce qui en soit, n’avait rien de bien valorisant. Ne surtout pas parler de Calliope devant elle… va savoir pourquoi, elles s’aiment bien. Pensa le médicomage alors qu’il songea à toutes les choses qu’il pourrait lui reprocher.

Quand Lexy arriva finalement à son niveau, Sevastian se releva maladroitement. Il s’était assis sous un arbre non loin du lac. La chaleur faisait son grand retour et un soleil printanier réchauffait déjà les terres écossaises. Bientôt cet arbre mort retrouvera ses bourgeons et bizarrement, Sevastian trouvait ça romantique. Pas sûr que les gens dits « normaux » aient la même vision du romantisme dont Sevastian faisait preuve. Mais c’était mieux que rien. Après tout, il pourrait ne pas être romantique ! Apparemment, d’après certains magazines que Natalya avait laissés trainer accidentellement – ou non – partout dans l’appartement de Pré-au-Lard, les filles étaient attirées par les garçons romantiques qui se la jouaient gentleman. Et pour ce qu’il s’apprêtait à faire, valait mieux que Lexy soit plus ou moins attirée par lui. Sans vraiment le vouloir, Sevastian repensa à ce fameux non-baiser, ce rapprochement soudain et surement déplacé. Ses joues s’empourprèrent quand il croisa finalement les pupilles bleues claires de la Kark. Etait-elle au courant pour Victor ? Avait-elle oublié tout ce qui s’était passé cette nuit-là ? Sevastian aurait vendu père et mère – surtout la mère – pour que cela soit le cas. Ça lui évitera ainsi de connaitre le dragon qui allait lui servir de belle-mère soit dit en passant… Au moins, il avait toujours son sens de l’humour. Rassurant - ou pas.

« Bonjour Lexy. » dit-il simplement en essayant de garder ses yeux au niveau de ses pupilles. Il n’avait aucune envie de passer pour un faible. Il avait beau être sociopathe, il avait sa fierté. Et puis baisser le regard pourrait être mal vu. Surtout quand on possède une paire de glande mammaire. A peine vous posez les yeux dessus qu’une horde de vieilles filles vous insulte de tous les noms.  Lui ne voyait pas pourquoi tout le monde faisait de telles histoires pour une simple différence biologique. Lui n’avait pas de poitrine, mais il aurait très bien pu ! Pour cela, il aurait suffi de s’empiffrer de patacitrouilles et hop, le tour est joué. Bon, il fallait bien avouer que des seins ne seraient pas du meilleur effet sur lui. Aussi épais qu’un boulot, il avait déjà suffisamment de mal à être pris au sérieux. A la clinique de Pré-au-lard, comme à Ste Mangouste, certains sorciers le prenaient de haut en le comparant à un gamin. Ces gros cons, il aurait bien aimé les éviscérer. Sinon Lexy est toujours là hein… lui lança une petite voix dans sa tête. Ca y est, il devenait fou.  « Content que tu sois venue. »

En même temps, ce n’est pas comme si elle avait eu le choix. Il l’avait fait mander comme un vulgaire elfe de maison par les serviteurs d’Elena. Que pouvait-il faire d’autre ? La chercher lui-même ? Il n’avait aucune idée d’où se trouver la salle commune des Serpentard ! S’il savait, il ne se serait pas gêné. Cette école appartient à tout le monde, du moins officiellement.  Officieusement, seuls les ombres étaient les bienvenues. Douce ironie quand on pensait au fait que cette école s’était révélée être une formidable prison pour les adolescents Ombres quelques mois auparavant. Quand on pense que tu te prépares à épouser une semi adolescente...


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Mer 31 Juil 2013 - 11:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Mer 20 Mar 2013 - 19:48

    Des semaines, oui des semaines, que Lexy comptait les jours entre les murs poisseux de l’école. Elle qui avait sué sang et eau pour s’échapper de ces maudites tours, y avait été renvoyée avec comme seule et maigre consolation l’insigne de Préfète en Chef. Elle avait retrouvé son dortoir, son lit près de celui d’Autumn, son uniforme et même sa collection de livres d’amour. Livres qui prenaient la poussière, faute de soin de leur maitresse. Elle n’y avait plus retouché, l’amour était quelque chose de destructeur qu’elle n’avait plus envie de vivre. Comme quoi on pouvait toucher ses 18 ans du bout de la baguette et être désabusée. Billy, puis Carter … ces hommes qui lui étaient refusés, mais qui faisaient palpiter son petit cœur à différentes mesures. Pourtant elle avait lu ces symptômes, des centaines de fois, elle s’en était réjouie, les avait décortiqué des yeux pour mieux les imaginer. Maintenant, elle les repoussait, le cœur n’avait aucune frontière, que ce soit celle du sang ou du devoir. Billy n’était pas à sa hauteur, pourtant elle ne rêvait que de plonger pour le remonter, Carter n’a tout simplement pas été choisi, et ce fut avec douleur qu’elle due le repousser. Le repousser pour un homme monstrueusement imprévisible, une bête inconnue qui n’avait fait que la déstabiliser au cours de leurs derniers échanges. Un homme qu’elle serait incapable d’aimer.

    Plus que quelques mois avant la liberté, elle avait caressé le parchemin qui lui servait de calendrier depuis son retour, la veille se colora de prune, signe que le jour était terminé. Le nombre en bas de la page perdit une unité, lui indiquant combien de lever de soleil il lui restait à affronter à Poudlard, avant de pouvoir quitter ces murs à jamais.
    Heureusement, le quotidien de l’école n’était plus le même, les adultes y étaient bien plus présents, son père était le professeur de vol, sa mère était restée dans l’enceinte du château et passait beaucoup de temps à visiter Victor à la clinique, elle avait donc le loisir de les voir chaque jour. Le reste du temps, elle se mêlait aux autres ou bien mettait à profit ses nouveaux pouvoirs de Préfète. La vie n’était pas rose, loin de là, mais elle s’estimait chanceuse, elle n’avait rien perdu de précieux en dehors de son honneur d’Ombre. Elle avait faillit perdre son trésor, mais le devoir l’avait mis sur le bon chemin pour le récupérer. Devoir qui de nouveau la faisait avancer dans la direction de cette personne.

    Elle revenait du bureau de Grognard-la-harpie-dégénérée où elle venait de rapporter un premier année basique qui cherchait à jouer un tour à un autre première année. Lexy n’avait pas peur de ces mini-êtres, entre le doxys et le botruc, qui lui arrivaient à peine à la clavicule – et pourtant c’est loin d’être une géante. Tous les garçons ne lui faisaient plus peur à présent, du moins ce n’était plus une généralité. Les batailles qu’elle s’était vue affronter avaient commencé à forger ce petit point de caractère qui la gênait dans son ascension. Seuls les garçons plus âgés gardaient une emprise effrayante, les autres, elle les détestait tout simplement.
    Sophia était arrivée en compagnie d’Autumn, les jeunes femmes, de sang noble toutes les deux étaient venue la rejoindre, elles gloussaient tellement que cela ne présageait rien de bon.

    « Le Professeur Manson nous a dit de te transmettre que M. Dolohov t’attendait à la porte Sud. »

    Lexy perdu toute émotion faciale. Qu’est-ce qu’il venait faire ici ? Il habitait Pré-au-lard non ? Et il avait retrouvé du travail à la clinique.

    « Tu devrais voir la tête que tu tire ! Il est pourtant joli garçon ! »
    « Et habile de ses mains à ce qu’on dit … »

    Les deux amies repartirent à glousser, alors que Lexy avait le feu aux joues.

    « Arrêtez de rire toutes les deux… On dirait des harpies moldues. »

    Voir la tête de ses deux amies se figer dans l’horreur arracha un sourire vainqueur à la rouquine. Toutes trois étaient très proches. Une brune sportive, une blonde joyeuse et une rousse frigide, y’en avait pour tous les goûts.

    « En tout cas, j’en ferai bien mon quatre-heure… »
    « Il a 24 ans, Sophia, tu crois sérieusement qu’il se préoccuperait d’une accro au balai de 17 ans ? »
    « Il se préoccupe bien de toi pourtant. »

    Image furtive dans la tête de Lexy : baiser qui n’en était pas un.

    « Ca c’est par ce qu’il y est obligé. »
    « Si tu le dis. Saches que si tu bouge pas ton merveilleux postérieur, Manson va nous arracher les yeux, donc s’il faut que je t’y amène en te trainant par les cheveux je le ferais. »
    « Tu es bien trop jalouse de ma chevelure pour oser faire ça. »
    « Tu parie ?»

    Autumn avait toujours le don de forcer Lexy à faire ce dont elle n’avait pas envie. Elle était sublime, grande, blonde aux cheveux parfaits… c’était plutôt la Kark qui enviait cette couleur blé. A contrecœur, elle se fit accompagner jusqu’à la porte Sud. Bien entendu, les deux marâtres en profitèrent pour desserrer sa cravate jusqu’à l’enlever complètement et lui détacher les cheveux. Tout était bon pour vendre son poulain ! Il fallait avouer que l’uniforme n’offrait aucun moyen d’y être à son avantage.

    Elle sortit du château, l’ayant repéré assis au pied d’un arbre. Le soleil avait pointé le bout de son nez, elle n’eut pas froid. Qu’est-ce qu’il voulait à la fin ? Il devait être tranquille non ? Elle était enfermée, loin de ses pattes et détestait être là en plus. La préfète continuait d’avancer, les traits du médicomage s’affinaient à mesure. « Il est pourtant joli garçon ! » La voix de son amie choisit ce moment précis pour faire son retour dans sa tête. Euh … oui… peut-être, avec moins de cernes, d’égratignures et un coup de peigne.

    « Bonjour Sevastian. »

    Oui, il pouvait être content qu’elle soit venue… en même temps elle n’avait pas franchement eut le choix. Chose qu’elle se garda bien de dire. Pour une fois, il n’avait pas cette espèce de regard de psychopathe, qui vous dissèque de ses pupilles avec un sourire malin aux lèvres. Il avait l’air presque normal, si on passait outre les micro-blessures qui parsemaient sa peau. Il sortait certainement d'une mission. Il se donnait pour sa faction, c’était une chose que Lexy savait apprécier, tout comme le fait de sauver son frère de la mort.

    « Navrée du retard... J'accompagnais un élève dans le bureau de la concierge. »

    Non Lexy, ce n’est pas ça que tu as envie de dire. Avoue que tu as envie de lui dire merci pour Victor… La voix de la Serpentard n’était pas agressive, ni sur la défensive. Elle n’avait pas oublié ce qu’il s’était passé dans les escaliers, bien qu’elle s'eut efforcée de le faire. Il avait été … « gentil » avec elle, et la présence de Natalya avait soulevé un paquet de frayeur de ses épaules. C’était grâce à tout cela qu’elle pouvait lui parler normalement, un grand pas avait été franchi cette nuit là.

    « Tu voulais me voir ? »

    Pas besoin de parler de son quotidien dans le château, ça ne l'intéresserait sûrement pas, autant aller droit au but.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Jeu 18 Avr 2013 - 15:55

Que quelqu’un ose me demander pourquoi je n’aime pas les gosses ! Grognait Sevastian intérieurement. Autour de lui, des dizaines de paires d’yeux le regardaient avec curiosité. Il avait l’impression d’être l’une de ces créatures dont le Chimeria Horror Show raffolait  tant ; ces mêmes créatures qui lui devaient la vie. Pourtant Sevastian et Lexy, contrairement à d’autres couples, n’offraient pas un spectacle bien alléchant. Ils ne partageaient ni salive, ni effluves corporelles. Et ce n’était pas faute d’en rêver la nuit. Natalya le bassinait tellement à ce sujet que Sevastian n’en dormait plus la nuit. Toutes les nuits, c’était la même histoire. Ça commençait généralement avec un rêve érotique, et ça finissait à tous les coups avec un réveil en sueur.

« Tu voulais me voir ? » Les joues de Sevastian s’enflammèrent de nouveau. Heureusement pour le médicomage les cicatrices et autres bleus qu’il arborait avec fierté avaient tendance à atténuer le phénomène.

« Oui, désolé. Je suis ailleurs » annonça le Dolohov en chassant les images lubriques qu’il avait en tête. Mais cela n’avait rien de facile. « C’est au sujet des… » Commença-t-il. « Fiançailles. » C’en était fini. A ce stade, même les bleus et les cicatrices ne suffisaient plus. Les joues de ce pauvre Sevastian étaient en feu. Pourtant, ce n’était pas la première fois qu’il abordait le sujet du mariage. Mais la dernière fois, ça n’avait pas la même signification pour Sevastian. La dernière fois, il faisait ça pour s’éloigner d’Ielena. Mais cette fois… c’était parce qu’il en avait envie – et aussi parce que Natalya et sa mère y tenaient comme à leurs propres vies.

Pour le coup, impossible de regarder Lexy dans les yeux. Le jeune sorcier se contentait de fixer son propre accoutrement. Il aurait pu faire un effort pour l’occasion. Le pauvre bougre s’était contenté d’un jean simple et d’une chemise blanche. De la sorte, il ressemblait plus à un moldu qu’à un sorcier. Mais il avait préféré retirer sa robe de médicomage… le vert fluo, ça commençait à lui sortir par les yeux. Yeux qu’on ne voyait plus vraiment. Ses cheveux avaient poussé, brouillant quelque peu sa vision. A cet instant précis, Sevastian se rendit compte à quel point il ressemblait aux adolescents qui trainaient un peu partout tout autour de lui. C’était pathétique.

« Je suis allé voir ton père… » Reprit-il finalement. Son regard s’était relevé, et son teint était redevenu laiteux. La honte avait laissé place à l’inquiétude. Il avait peur que Lexy réagisse mal. Qu’elle parte en courant. Comme s’il se souciait de ce qu’elle pensait. Mais ce n’était pas par amour, c’était par respect. Il ne l’aimait pas. Non… ça c’était impossible. Il était incapable d’aimer. A moins que peut-être ?

«  … et il est d’accord pour le mariage. »

La sentence était tombée. Le cœur de Sevastian se mit à battre à grande vitesse. Pourquoi ? Aucune idée. Surement l’adrénaline. Ces quelques mots lui assurait un avenir loin d’Ielena… oui, c’était surement pour ça. Ah merde… ! T’es qu’un con Sevastian ! Hurla-t-il finalement intérieurement. Sans avoir la chance de voir la réaction de Lexy, Sevastian se mit à fouiller l’intérieur des poches de son jean. A l’intérieur de celles-ci, il finit par mettre la main sur un petit écrin qu’il sortit à la va-vite. Sans ménagement, il le tendit à Lexy. Peut-être vaudrait-il mieux que je mette un genou à terre ? C’est ce que Natalya a dit… je crois. Sevastian finit par prendre son courage à deux mains et à redresser le menton. La réaction de Lexy était naturelle… enfin, c’est ce que Sevastian se plaisait à croire. « Tu veux peut être que je me mette… » Commença-t-il à dire tout en se mettant à genou. Autour de lui, les élèves féminines hoquetèrent de surprise.

Idée de merde, bonjour ! Là, comme ça, t’es vraiment sûr d’avoir ton auditoire !


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Mer 31 Juil 2013 - 11:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Ven 19 Avr 2013 - 8:59


    Dans son uniforme, elle se sentait comme une gamine. Enfin, parlons bien, pas du style de celles qui avaient arrêté toute activité en voyant un adulte mâle et une élève femelle se retrouver au pied d’un arbre. Non, elle se sentait juste de nouveau bridée par son âge. Elle était majeure mais devait continuer à porter le même costume que les premières années. Quitter Poudlard avait été dur… Y revenir plus encore.

    Les adultes n’étaient pas rares au château, Sevastian avait tout un tas de raison pour se trouver ici. Peut-être venait-il lui parler de sa sœur ? Il fallait dire que depuis leur rencontre, Natalya et Lexy avaient commencé à tisser des liens d’amitié entre elles. Elles se voyaient au château quand celle-ci venait prendre ses cours, partageaient un moment ou deux à discuter, bien que cela finisse toujours par tourner sur Sevastian. Natalya aimait profondément son frère, chose que Lexy comprenait mieux que quiconque. Elle parlait des situations gênantes du Dolohov lors de leur enfance, de ses détestables manies. Il avait difficile à croire pour la Préfète que le jeune homme fut un temps un adorable personnage.

    Il était ailleurs, la nouvelle était-elle grave ? Cela pouvait très bien être la fatigue. Quand Lexy détailla son visage, elle remarqua quelques bleus en plus des égratignures. Il avait été mal mené dernièrement, il avait presque aussi mauvaise mine qu’après l’attaque des terroristes. Ca le rendait plus humain. Lentement, les images du monstre de ses souvenirs étaient remplacées par celles du Sevastian qu’elle côtoyait au présent. Natalya y était pour beaucoup, mais le médicomage aussi. Il n’avait plus été froid avec elle depuis l’attaque, il bredouillait, s’égarait dans ses pensées, revenait avec des bobos, rougissait…

    Les fiançailles. Visiblement, il n’était pas plus à l’aise qu’elle sur ce sujet. De son côté, elle serrait les dents, ne pouvant blêmir plus que sa peau déjà très pâle. Son esprit fut aussitôt happé par la vision d’un Carter triste à mourir en apprenant la nouvelle, elle avait encore souvenir des larmes qui avaient perlées au coin des yeux du Lannister … Non. Sa décision était déjà prise depuis des mois. Elle chassa ces tristes souvenirs pour revenir au présent. Sa mère l’avait choisi, il n’y avait pas d’alternative… Peut-être que si.
    Sevastian lui parla de son père. Il avait le ton hésitant, lui faisait de nouveau face. Lexy était pendue à ses paroles, se demandant si son très cher père s’était soudainement soucié des sentiments actuels que pouvait éprouver sa fille. Elle ne savait quoi espérer comme réponse. L’homme qui se tenait devant elle avait de moins en moins l’image d’un troll sadique, elle ne pourrait jamais avoir l’homme qu’elle désirait vraiment… Et penser à une dispute entre ses parents était pire encore.

    Non, il était d’accord. Ce n’était pas étonnant en soi, Sevastian avait sauvé Victor d’un état critique, sans compter les soins qu’il avait prodigué à Lexy durant l’attaque, ou encore cette étreinte soudaine quand il l’avait aidé à sortir du plancher croulant. Sans oublier l’autorité maternelle quand à l’éducation de sa progéniture.
    La préfète ne su plus quoi faire de ses mains, il la regardait, officialisant leur union. Il s’attendait à quel genre de réaction exactement ? De la joie immense ? Une gifle ? Un cri ? Qu’elle lui saute au cou ?
    Il avait respecté l’ordre des choses, bien que leur union tombe mal niveau timing, il n’avait pas bâclé les choses. La bénédiction du père, puis… Un écrin. Alors qu’elle s’était demandé quel visage serait le plus approprié, lui avait farfouillé dans ses poches pour lui tendre un écrin de velours. Il ne fallait pas être médium pour deviner ce que cachait cette petite boite. Lexy passa de l’opalin au rouge piment. Elle qui avait gardé une expression égale depuis son arrivée, paniqua quand il commença à mettre un genou par terre.

    Il était incertain. Elle lui aurait bien dit que cela n’était pas nécessaire, qu’il n’avait pas à faire tout cela, mais tous avaient déjà les yeux rivés sur eux. Il n’y aurait rien de plus humiliant pour lui que l’image d’une femme qui le relève sans avoir donné de réponse. Il finit par ouvrir l’écrin et le tendre de nouveau à Lexy. La demande était faite dans les règles, comme toutes les filles en rêvaient. Un preux sorcier revenant de bataille venant demander la main de sa belle aux yeux de tous. Le visage de la jeune fille s’était adoucit devant une telle démonstration.

    Elle connaissait d’avance la réponse. La rouquine était docile et ne se rebellerait pas devant les traditions, ni devant ses parents. Elle n’avait plus cet air terrorisé qu’il avait pu voir lors du bal donné chez les Dolohov. Elle se pensait toujours aussi incapable de l’aimer, mais peut-être que cela ne se passerait pas aussi mal que prévu.

    Il formula sa demande, le parc en avait presque retenu son souffle. Tous les yeux se portèrent sur leur nouvelle Préfète, attendant d’elle une réponse positive pour avoir un peu de bonheur dans ces temps durs, ou bien une négative, pour bien rire, de toute manière, la nouvelle aura fait le tour du château avant la fin de la journée.

    « Oui, j’accepte. »

    Un fin sourire se dessina sur ses lèvres, ce n’était pas le moment de faire la tronche. Non seulement il y avait un public à contenter, mais aussi un souvenir à garder. Elle avait dit non à Carter, elle s’était faite à l’idée maintenant, elle l’avait même révélé à l’infirmerie, ce n’était pas pour faire une tête de six pieds de long au moment de la concrétisation.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Mer 31 Juil 2013 - 11:08


Toujours un genou à terre, Sevastian tentait tant bien que mal de soutenir le regard de Lexy. Il n’était pas prêt à se marier, il n’était pas prêt… mais avait-il réellement le choix ? Que pouvait-il faire d’autre ? Attendre, encore et encore ? Non. Lexy était belle, charismatique, autrement dit : le genre de fille qu’on épouse. Rien à voir avec les autres garces de sang-purs qui ouvraient les cuisses à la première politesse. Non, Lexy avait toutes les qualités requises pour devenir une épouse parfaite, s’il ne l’épousait pas, quelqu’un d’autre le ferait... et ça, ça n’était pas envisageable ! D’abord parce que ça le forcerait à épouser l’autre gourde d’Ielena et ensuite parce que… eh bien parce que c’est la mienne d’abord !  De la jalousie ? Non, surement pas ! Tout au plus de la possessivité. Comme quand on ne veut pas prêter ses jouets ou son animal de compagnie, non pas que Lexy soit un jouet – ni même un animal de compagnie ! Non, impossible que Sevastian Alekseï Dolohov soit jaloux, ce n’était pas son genre d’être jaloux ! Et puis,  il n’avait pas besoin de cela pour prouver sa virilité de sang-pur ! (C’est vrai qu’il est très viril comme garçon ce Sevastian !) D’accord, à partir de là on va se taire hein… et toi, tu réponds quand tu veux surtout ! grognait-il intérieurement alors que son genou le faisait souffrir. Quelle idée de s’agenouiller ! On est où là, au Moyen-Age ?

« Oui, j’accepte. »

Sur le coup, Sevastian ne put s’empêcher de sourire bêtement.  Bonjour, moi c’est Sevastian, je torture des gens dans des sous-sols et je souris bêtement comme le dernier des idiots. Cette réaction grotesque mis à part, Sevastian était soulagé. Il n’aurait surement pas accepté un refus alors qu’ils étaient cernés d’apprentis sorciers.  Mais bon, en y repensant, Lexy n’aurait jamais pu refuser. C’était une sang-pur et une sang-pur ne refuse pas un mariage… du moins c’était l’idée. Il y avait bien quelques sang-purs qui faisaient selon leur bon vouloir… mais ça, c’était leur problème. Se faisait passer pour une trainée qui voulait !

« D’accord… » Finit-il par répondre en se redressant. Il n’avait qu’une envie : s’enfuir. Lui se marier ? Non mais surement pas ! Il voulait juste Lexy… pas une bague au doigt ! Et puis comment allaient-ils faire ? Attendre que Lexy sorte de Poudlard ? Et puis devait-il lui dire la vérité au sujet des chimères et son boulot de chercheur pour le compte de la Rose Noire ? Non. Ca la ferait surement fuir. Lexy n’était pas vraiment du genre à se salir les mains. Bon d’accord elle donnait tout ce qu’elle avait sur le champ de bataille, ça, Sevastian le savait très bien… mais il ne la voyait pas parler chimère tout en prenant le thé avec ses amies. Lexy était-elle d’ailleurs du genre à boire le thé avec ses amies ? Natalya n’était certainement pas du genre… Oui mais en même temps, ces deux-là n’avaient rien à voir… Natalya était un démon… alors que Lexy, bah c’était Lexy ! S’il y un endroit où Sevastian l’imaginait, c’était en cuisine ; Ou bien dans la chambre à coucher, mais ça c’était une toute autre histoire.

« Bon bah… » Commença-t-il en dire tout en réfléchissant à ce qu’il devait faire ensuite. Donner la bague, ça s’est fait. La mettre au courant pour son géniteur, fait aussi… mettre un genou à terre, ça c’était optionnel mais c’est fait… bon bah j’ai plus qu’à partir. Merci bonsoir au revoir ! Curieusement, cela sonnait étrangement faux. Il ne pouvait tout de même pas partir comme un vulgaire voleur… si ? Devait-il l’embrasser ? SUREMENT PAS ! PAS DEVANT CETTE BANDE D’ADOLESCENT PRE PUBERE QUI N’ATTENDENT QU’UNE CHOSE : SE TOUCHER LA BAGUETTE EN REPENSANT A CE MOMENT.


« Tu as des questions… ? Je pense que je vais y  aller… » Finit-il par déclaré tout en reculant. Le lâche fuyait devant l’adversité ! Bah quoi ? Ça vous surprend ? Et puis, ce n’est pas comme s’il s’était contentait de fuir… il lui laisse malgré tout une chance d’ouvrir le dialogue, tout ça, tout ça ! Non, il n’avait rien d’un goujat. C’est juste qu’il n’était pas si romantique que ça finalement...


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Mar 13 Aoû 2013 - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Mer 31 Juil 2013 - 13:10

    Visiblement Monsieur Dolohov n’avait pas appris son manuel de la parfaite demande en mariage jusqu’au bout. Un brin expéditif et oubliant de glisser l’anneau autour du doigt de sa « promise », il avait la chance d’avoir désarçonné la demoiselle par son sourire idiot.
    Comment pareil sourire d’ange pouvait sortir de la bouche de cet individu ? Il y avait de quoi vendre sa mère pour le revoir une nouvelle fois. Adorable. Il donnait une envie soudaine de faire des câlins. STOOOOP ! Focus Lexy : Sevastian être futur mari diabolique. Ca sonnait un peu faux, surtout quand on se souvenait qu’il avait sauvé sa vie et celle de son frère. S’il n’avait pas été là, il n’aurait pas eut à se mettre un genou à terre devant des élèves espions. Il s’était relevé, ne sachant visiblement pas quoi faire de sa peau. Il y avait trop de public, il fallait venir à son secours. Elle retint une expression blasée et un soupir lourd de sens. Lexy se contenta de prendre l’écrin avant de mettre soi-même la bague autour de son annulaire gauche. Ses gestes étaient doux, il ne fallait surement pas montrer signe d’agacement devant le petit peuple.
    Elle fixa le bijou un moment, cela faisait drôle, encore plus quand on l’enfilait soi-même. Le soleil en faisait briller les pierres, elle s’oublia durant ce court instant. C’était concret. Ca faisait peur. Comment faisaient ces héroïnes de contes et de romans pour dire oui sur un coup de tête et être sures de leur décision ? Elles étaient souvent plus jeunes ou bien avaient le même âge que la Préfète, et pourtant elles étaient prêtes à se vouer corps et âmes dans leur mariage.
    Le médicomage brisa ses réflexions muettes. COMMENT CA TU T’EN VAS ? Elle releva le menton, quittant des yeux la bague pour se figer directement dans les iris de Sevastian. Il allait la laisser là comme un saule cogneur ? Il n’était pas sérieux ! Et bien euh visiblement si … à le voir reculer, il comptait bien se barrer de Poudlard comme il était venu.

    OUI J’AI DES QUESTIONS !
    « Attends… »
    ET TU VAS DEVOIR TE LES FARCIR !

    Le spectacle devait continuer ! Du moins le temps qu’ils trouvent un coin plus isolé des regards. Elle allongea son bras pour le retenir en attrapant son avant bras. Ca avait été presque instinctif. Elle referma l’écrin de son autre main tout en s’approchant de son fiancé. Oui, c’était son statut à présent, bague à l’appui. Elle glissa son bras autour du sien avant de l’amener loin des commérages. Peu oseraient les suivre, ils avaient eut ce qu’ils voulaient : bague + marque d’affection, les deux « tourteaux » n’auraient plus qu’à trouver un coin plus tranquille. Le temps d’en trouver un fut mis à profit par la jeune fille pour le remercier.

    « Je voulais te remercier… pour… pour Victor. Ca compte beaucoup pour moi. »

    Il s’en tapait certainement, il n’empêchait que Lexy avait besoin de le dire. L’adorable sourire devait y être pour quelque chose. Ils ne tardèrent pas à semer les élèves, certains devaient reprendre les cours. Elle hésita à retirer son bras avant de finalement le laisser. Pourquoi ? Aucune idée, ça semblait plus facile comme ça, elle n’avait pas besoin d’être face à lui pour lui parler.

    « Est-ce que tu sais comment ça va se passer à partir de maintenant ? »

    Elle n’en avait aucune idée. Quelle date ? Où allaient-ils vivre ? Se reverraient-ils avant le mariage ? C’était l’inconnu total. Mais Sevastian était un adulte, un vrai, il devait savoir comment ça marchait ces trucs là … non ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Mer 31 Juil 2013 - 13:49


Sevastian se voyait déjà partir en courant, loin d’elle, loin de tout ce petit peuple que formaient les élèves de Poudlard. Il avait l’impression d’être ridicule, comme toutes ses séries de la télévision magique. L’impression d’être tout mielleux et pas crédible du tout. Lui, Sevastian Dolohov, grand médicomage se rabaisser à ça ! Où est donc l’évolution de l’espèce dans tout cela ? C’était quoi la prochaine étape ? Trouver un gourdin et lui taper sur la tête avant de la trainer jusqu’à la caverne la plus proche ? Pourtant, à cet instant précis, c’est sur sa propre tête qu’il avait envie de cogner ! Où était donc passée sa fougue ? Son esprit séducteur d’antan ? Réponse : à des années-lumière d’ici. A s’enfermer tout seul des années durant, le pauvre petit médicomage avait oublié le fonctionnement de la sociabilisassions. Lui ne disait plus bonjour ou au revoir, il avait oublié les formules de politesse et les traditions. Il avait appris à aller à l’essentiel. Pourquoi perdre du temps à faire des courbettes ? Être social c’est ennuyeux, les gens sont ennuyeux. Pourquoi ne pouvait-on pas être considéré comme un véritable bonhomme juste en restant tranquillement chez soi ? Pourquoi devoir se marier, fonder une famille et se coltiner les horribles menstruations féminines ? Étrangement, une vision de Natalya à moitié folle lui traversa l’esprit. Et si Lexy était fait du même bois ? Et si, elle aussi, était capable du pire en état de… on va éviter de gâcher un si beau moment hein.

Enfin, beau… c’est vite dit. Le pauvre petit gars n’avait aucune envie de rester là à papoter. Si bien que lorsque sa fiancée lui agrippa le bras, il ne put s’empêcher de grimacer. Pris au piège comme un vulgaire animal ! Que va-t-elle donc faire ? Lui fourre la langue au fond de la gorge ? Ou peut être pire qui sait… Non, Sevastian ne voulait pas et elle n’avait aucun droit de le forcer de la sorte ! Il crierait au viole si ça se révèlerait être nécessaire ! Pas qu’il soit contre le fait de se rapprocher physiquement de sa nouvelle dulcinée… c’est juste qu’il y avait trop de monde ! Outre les élèves, il y avait des insectes, des animaux et pire que tout : des hiboux ! On ne dirait pas comme ça, mais les hiboux sont plus malins qu’ils ne le font croire ! Age mental : dix ans. Suffit de dire que j’ai une urgence, une pauvre orpheline qui perd son sang ou un chat avec une patte cassée… INVENTE ! Pourtant, sa bouche ne bougea pas d’un cil. Il avait beau essayer de se convaincre du contraire, il aimait bien être avec Lexy. Il avait juste peur de tout faire foirer… et plus il restait avec elle, et plus il avait de chance que cela arrive. Alors autant ne pas tenter le diable. Ils avaient fait un pas en avant aujourd’hui… autant en rester là.

« Je voulais te remercier… pour… pour Victor. Ça compte beaucoup pour moi. »

Victor ? C’est qui ça ? Ah oui ! Victor Kark, une vingtaine d’année, Serpentard, fils d’Edwin et Drusilla Kark, frère de Lexy. Une tête de con d’après les souvenirs de Sevastian. Ils ne se sont jamais réellement parlé mais la dernière fois qu’ils s’étaient aperçus, le Kark n’avait pas arrêté de le dévisager. Alors soit le frère Kark n’était pas tellement pour le mariage, soit il cachait des tendances homosexuelles, ce qui fit frissonner le Dolohov. Enfin, peut être que tout cela avait changé suite aux évènements survenus en décembre. C’est vrai quoi, malgré leur non-amitié, Sevastian s’était levé le cul pour lui sauver la peau… et jusqu’alors, il n’avait même pas eu droit à un remerciement ! Victor ressemblait drôlement à sa cousine éloignée : Morue Calliope Kark. Heureusement, Lexy faisait exception. Ou peut-être pas. Nouveau frisson. L’idée d’être marié à un double de Poufiasse Kark ne l’enchantait guère.  

« C’est tout à fait normal, je suis content de l’avoir aidé. » MENSONGE. Ça c’est un mensonge éhonté ! Il en avait rien à battre de ce moins que rien ! S’il avait menti, c’est simplement parce qu’il avait senti que la vérité risquerait de faire mauvaise impression. Oui, en fait je l’ai sauvé pour pouvoir procréer grâce à ton utérus haut de gamme.  Et puis rien ne prouve que ça soit le cas, peut être Lexy avait-elle un utérus dit « hostile ». Ça serait vraiment pas cool ça ! Sevastian s’était donné beaucoup de mal pour avoir un certain droit sur cette partie de son anatomie… alors autant qu’il soit fréquentable !  Oui, en plus d’être romantique, Sevastian est un véritable poète.

« Est-ce que tu sais comment ça va se passer à partir de maintenant ? »

En voilà une question bizarre ! Ce n’est pas très raffiné comme conversation… surtout entre fiancés. Mais bon, en faisant un peu attention, il arriverait surement à répondre tout en restant respectueux. Surtout éviter le vocabulaire médical, apparemment, ça met les gens mal à l’aise. Mais comment faire quand on ne connait pas d’autres… mots ?

« Je pense qu’après le mariage il va falloir qu’on couche ensemble. Après, faudra fonder une famille. Quelques enfants… pas trop quand même, je n’aime pas les enfants. Mais au moins jusqu’à avoir un garçon… enfin tu vois. On pourra essayer d’en avoir pendant mes pauses déjeuner. Et faudra aussi trouver une maison à nous.  »

Sur le coup, Sevastian était plutôt content de lui. Pour une fois qu’il répondait sans bégayer ou avoir l’air con. Enfin, c’était du moins ce qu’il ressentait jusqu’à ce qu’il voit la tête que tirait la gamine. Oh bah…

«  Tu ne parlais pas de ça n’est-ce pas… ? »

Moment gênant numéro un : check.
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté Jeu 1 Aoû 2013 - 8:31


    Le faible sourire que la Kark avait gardé s’évanouit en instant.

    Tout avait pourtant bien commencé, Sevastian était remonté dans l’estime de la jeune Préfète grace au sauvetage de Victor. Les paroles qu’il avait alors prononcé avaient adoucit le visage si froid de la jeune fille. Parler de son frère était la clé pour effleurer le cœur de Lexy. Naïve, crédule… innocente, elle buvait les paroles mensongères du médicomage. Elle avait peut-être besoin de se raccrocher à un espoir dans ce mariage infernal. Il fallait dire que les paroles et actes que Sevastian avait eu dernièrement envers elle avaient de quoi l’encourager dans cette voie. Sans compter Natalya.

    Le Serdaigle aurait mieux fait de fermer ce qui lui servait de bouche. Dès les mots « couche ensemble », le corps de la rouquine se crispa, sa mâchoire se raidit. A mesure des mots, les yeux rivés devant elle, elle lâcha le bras de son fiancé, comme parcourue par une décharge. Les hommes étaient répugnants.

    Elle se mangea la réalité en pleine figure, telle une gifle accompagnée d’un « je te l’avais bien dit ». Lexy avait toujours eut peur d’eux, ils étaient vils, sales, pervers et imbus d’eux-mêmes. Sevastian n’y faisait pas exception. A quoi s’attendait-elle au final ? A ce que sa mère ait raison ? La Serpentard avait oublié un peu trop vite qu’elle avait été vendue au plus offrant. Le comportement misogyne des Sangs Purs la dégoutaient en ce moment même.  Elle n’était qu’une machine à héritiers, c’était la seule chose qui était intéressante à leurs yeux. Son visage s’était fermé, ses traits avaient perdus tout semblant d’expression. Elle ne comprenait même pas pourquoi elle était déçue. Tous les mêmes, ils ne méritaient vraiment pas son attention.

    Pourtant ces derniers temps lui avaient donné tort. Elle avait su voir en certains d’entre eux un espoir de race un peu plus évoluée. Carter était d’une douceur insoupçonnée, Billy savait faire oublier leur différence, Wynter avait su montrer signe de remords, même Lawrence la traitait avec le peu de tendresse dont il était capable, comme pour un homme, il avait attendu d’elle qu’elle fasse ses preuves. Les exemples étaient pourtant nombreux quand on savait qu’elle refusait tout contact avec cette gente. Elle avait même oublié que Sevastian faisait partie des ces raisons qui la poussaient à un tel comportement. Stupide sourire, stupides mots, stupide presque-baiser. Elle s’était fait duper en beauté.

    « Un héritier mâle, comme c’est original… »

    Elle n’avait plus envie de parler. Elle était un utérus sur pattes. Sérieusement, durant les pauses déjeuner de monsieur ! Il se croyait où ? Chez McCitrouille ? Bonjour, je voudrais un Mc Procréation avec une petite rousse pas trop salée et un grand verre de satisfaction personnelle sans glace. Mais faîtes vite, j’ai pas que ça à faire. C’était humiliant. Sa fierté en prenait un sacré coup et le pire dans cette histoire était qu’elle n’avait pas le droit de se plaindre. C’était … normal. Elle n’avait qu’une envie, arracher la bague de son doigt pour lui envoyer en pleine figure… mais elle visait très mal et se rendrait plus ridicule que rebelle.

    Non, elle ne parlait pas de ça. Elle ne voulait même pas de ça ! C’était ce qui la dégoutait le plus dans l’évènement à venir. Vivre avec ce monstre, passait encore, ils pouvaient très bien faire vie à part dans leur maison sans mettre le masque des tourtereaux transis, avec un peu de chance ils se croiseraient peu au travail, mais l’idée de …. Avec lui ! NON ! PLUTOT CREVER EN MISSION OU DE LA MAIN D’UN PHENIX !

    « Je parlais de la date. Mais de toute manière nos mères sont sûrement sur le coup, c’est pas comme si on se mariait par envie. »

    Drusilla était tellement ravie qu’elle avait déjà commencé à faire quelques projets. Lexy n’aurait surement son mot à dire que pour les demoiselles d’honneur. Elle laissa son regard vagabonder partout sauf en direction de Sevastian. Elle était redevenue la froide petite Kark que tout le monde connaissait. De toute manière qui pourrait vouloir d’elle sauf pour son nom et ses caractères génétiques ? L’image de Carter explosa dans son esprit, lui avait été prêt à renier son nom pour elle. Elle aurait dû accepter, s’enfuir… pour aller nulle part. Ils auraient été retrouvés et traités en place publique. Les amants maudits, mais ça valait toujours mieux que de se faire traiter pareillement jusqu’à la fin de sa vie. A noter, à la prochaine mission suicide, elle se portera volontaire.

    « Je pense qu’on s’est tout dit. Au revoir Sevastian. »

    Elle tourna les talons, purement et simplement. Elle n’avait le choix de rien dans cette histoire de toute manière. Ce mariage semblait plus arranger Sevastian et ses parents qu’elle. Autant mettre terme à cette visite de courtoisie maintenant. Ses amies l’attendaient et les révisions pour les ASPICS.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

This is fucking awesome [Kark] Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

This is fucking awesome [Kark]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Hors des murs