Little black book || Mission avec Arutha



 



Little black book || Mission avec Arutha
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations :: Manoir Kark
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Mar 19 Mar 2013 - 0:49

Si toutes les raisons étaient bonnes pour fuir la maisonnette qui avait été attribuée à son frère, son père et elle, elle ne pouvait déroger à quelques passages. Dont celui du midi pour se sustenter. Assise à la table de la cuisine, des tartines dans une assiette, elle feuilletait l'Union quand un hibou tapota à la fenêtre. Et vint ensuite déposer, dès qu'elle lui eut ouvert, une missive pour elle. Une missive dont les lettres bien moulées, droites, lui disaient bien qui était l'auteure de celle-ci. Madame Salamander. Le tout fut rapidement lu – et accompagné d'un petit soupir résigné. On l'envoyait en mission au manoir Kark, récupérer un objet utile. Parfait. Une autre raison de partir d'ici. Ça l'arrangeait presque. Une journée hors de la clinique, des regards, loin du clan Macnair brisé, loin de ce village où elle étouffait, comme tout le monde.

Seule une toute petite minuscule chose lui avait fait froncer les sourcils.

Elle avait lentement articulé, en silence, le nom de son partenaire de mission. Arutha Kark. Elle se pensait bien la dernière personne avec laquelle on l'enverrait faire une mission avec le fils Kark. Parce qu'elle n'était pas spécialement impliquée, qu'elle était naïve, qu'elle n'était pas la meilleure en duel, qu'elle... qu'elle n'était pas la plus recommandée pour ça. Elle n'en savait rien. Qu'importe, non? Elle allait le surveiller, comme demandé, et si tout allait bien... tant mieux. La Médicomage brûla l'ordre d'un coup de baguette avant de se mettre à la rédaction d'une courte missive pour demander à rencontrer Arutha – elle avait à peine eu le temps d'écrire son nom que des doigts chapardeurs vinrent prendre le parchemin pour voir ce qui était écrit. Soit juste le nom d'Arutha. « Pourquoi tu veux voir Sa Majesté des Culs Coincés ? Qui d'autre que son frère, en pleine pause de son nouveau travail et venu chercher quelque chose à manger dans la cuisine. Ça ne te regarde pas. Les yeux sombres de Maddox se levèrent pour la toiser par-dessus le morceau de parchemin, qu'elle lui arracha des mains. Tu veux pas déjà tromper Erwin, hein ? Quoiqu'ils pourraient faire une compétition de collet monté, tous les deux. C'est ça ton plan ? Ce serait pas mal. Parce que tu préférerais que je me marie avec Arutha ? » Son cadet eut un spasme de dégoût à cette idée et secoua vivement la tête de gauche à droite. « Beuârk. Je préfère encore Erwin. Je sais trop pas ce que toutes les filles lui trouvent, en plus, à l'autre Kark. Ce fût à elle d'avoir un large sourire, s'appuyant sur la paume de sa main, accordant un clin d'oeil à son frère. Il est plutôt beau garçon. Franchement, si j'étais pas fiancée, je dirais pas non. » Maddox imita un bruit de vomissement plutôt réussi et sortit de la cuisine, emportant avec lui le journal qui traînait sur la table. Bon. La paix, enfin. Elle termina de rédiger sa lettre et la fit ensuite porter par Othello. Ils allaient régler le plus de détails possibles avant de s'engager là-dedans.

Il n'était pas vrai qu'ils allaient se lancer dans la gueule du dragon.

***

Le jour J. Elle avait pris congé, ce jour-là, évidemment. Les raisons, même pas besoin d'en parler – Monsieur Vaisey était compréhensif... et chez les Héritiers, ça facilitait la tâche. Appuyée sur le bureau des douaniers, elle attendait son coéquipier. Elle enroula une mèche fuchsia autour de son index, vérifiant de son autre main qu'elle avait bien sa baguette dans son étui et l'artefact confié par Wilhelmina pour désactiver les alarmes. Pas de potions, cette fois, elle allait se fier uniquement à ses sorts de soin. Le jeune homme arriva pile à l'heure (c'était elle qui était en avance) – une simple salutation de la tête avant qu'ils passent aux douanes du village de Pré-au-Lard. Ils présentèrent leur visa exceptionnel, obtenu en bonne et due forme. Astra avait elle-même été faire les démarches auprès de Vesperion Quinn, deux jours avant, pour qu'ils ne soient pas pris au dépourvu. Les visas furent inspectés, puis ils purent passer dans la deuxième zone. Celle de « fouille ». Un moment qui l’écœurait. Qui l'obligeait à relever son chemisier et à abaisser légèrement son pantalon pour dénuder la Marque des Ténèbres qui trônait sur sa hanche, qui la faisait détourner le regard, rougir.

Et de concert, lorsque tout fut fait, examiné, vérifié, ils transplanèrent.

Astra avait laissé Arutha décider de leur point d'arrivée, soit... la haute haie de cèdre du jardin arrière d'un couple de moldus qui vivaient peu loin de là. L'avantage était que ça sentait bon. Et qu'ils pourraient ainsi passer par-derrière les jardins de toutes les demeures pour arriver au manoir Kark. Le désavantage était quand même qu'ils étaient chez des MOLDUS et que pendant une seconde, la jeune femme avait eu peur que ceux-ci soient en train de... de faire des trucs de moldus. Du jardinage hivernal, par exemple. Elle sortit un bonnet de laine noire d'une poche intérieure de sa cape et le mit par-dessus sa chevelure à la couleur trop voyante, avant de suivre le Kark dans les boisés qui délimitaient l'arrière des différents terrains. « Finalement, crois-tu qu'il soit plus prudent de passer par la porte de service ou par la porte cachée dont tu m'as parlé ? » Un chuchotement, pas plus haut que le bruit de ses pas dans la neige. Sa baguette effaçait les traces derrière eux, machinalement, ses yeux couraient sur les arbres, sur les maisons cachées par la végétation.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Mer 20 Mar 2013 - 17:28

Je relis une dernière fois les mots tracés sur le parchemin, ferme les yeux pour les imprimer définitivement dans ma mémoire puis balance la missive dans l'âtre de la cheminée. D'un incendio, je fais disparaître les directives d'Elena. Et voilà, plus de preuve... comme si elle n'avait jamais existé. Comme si j'étais un simple Héritier fidèle à sa faction. Je sais que c'était la chose à faire : si quiconque d'autre que moi posait les yeux sur ce bout de papier, Cassandra Trelawney elle-même ne pourrait prédire mon avenir. Il n'empêche que j'aimais bien l'avoir entre les doigts. C'était la seule babiole qui témoignait à la fois de ma loyauté et de ma valeur. " Non ; ta valeur, tu dois encore la prouver. " Vrai. S'introduire chez les Héritiers était plutôt facile mais réussir à les berner plusieurs mois sera plus compliqué. La mission qu'on m'a attribué est la première d'une longue liste et si elles sont toutes aussi plurivalentes, j'ai pas finis d'en baver. Enfin bon, j'ai accepté le défi en sachant pertinemment ce qui m'attendait ; je vais pas passer ma journée à me plaindre.

D'un geste énergique, j'attrape le carnet noir de rechange - momentanément métamorphosé en vulgaire bloc note couleur vert d'eau - et le fourre dans une poche intérieur de ma cape. Grâce au sortilège de compression, le tissu reste plat comme une limande. De toute façon, il faudrait vraiment savoir que la couture est là pour trouver cette cachette. Satisfait, j'enfile mon vêtement, glisse ma baguette dans ma poche et quitte l'appartement qui me sert de domicile. Comme prévu, je retrouve Astragild Macnair devant les douanes. Sans aller jusqu'à dire que je suis heureux de la voir, je peux affirmer en toute sincérité que je suis soulagé. J'aurai pu tomber sur pire ! Je me souviens des quelques fois où on s'est croisés chez Violet : c'était une fille sympathique et énergique. Je crois aussi qu'elle travaille à Sainte Mangouste, ce qui est plutôt bon signe.... même si j'espère quand même qu'on pourra se passer de ses services. En fait, une seule question me taraude vraiment à son sujet : est-ce qu'elle va me faire confiance ou est-ce qu'elle va me sauter à la gorge comme mon amie d'enfance l'a fait quelques jours plus tôt ? Ce serait malvenu en mission mais je m'attends à tout de la part des Héritiers. Avec une petite appréhension, je m'approche d'elle et la salue d'un signe de tête. Bon, elle n'a pas l'air hostile... c'est déjà ça. On se sépare à nouveau pour l'inévitable fouille et se retrouve dans la zone de transplanage. C'est partit !

Sitôt les yeux rouverts, une boule se forme au fond de ma gorge. Je connais ce décor par coeur : Les arbres, les bâtisses, les trous dans le trottoir, le contour du paysage à l'horizon... c'est chez moi. C'est le quartier qui m'a vu grandir et que je n'aurai jamais dû avoir à quitter. Putain de Phénixs ! La boule au ventre, je prends la tête de notre duo et nous conduis dans les bois. Au bout de quelques minutes j'aperçois un pan du manoir... l'instant d'après, je distingue le trou qui l'éventre sur deux étages. Par Voldemort ! Je serre les dents et ravale la colère qui menace de me submerger. " Tu savais à quoi t'attendre ! La mission avant tout.". Mais malgré toute ma bonne volonté, je reste pétrifié plusieurs secondes. C'est la voix d'Astra qui finit par me sortir de ma léthargie. Avec un pincement au coeur, je détache mes yeux de la maison pour réfléchir.
La porte de service est ce qu'il y a de plus simple : facilement accessible, elle s'ouvre sans problème et mène directement au couloir des elfes. Problème : elle est beaucoup trop proche de la route. La haie qui nous protégeait des regards indiscrets à disparue - brûlée je suppose - et si un sorcier qui passe à ce moment-là tourne la tête dans notre direction, on est cuits.
En fait, l'entrée cachée serait beaucoup plus sûre.... si j'arrivais à la retrouver. J'ai "oublié" de parler de cette défaillance de la mémoire à ma partenaire mais puisqu'on va passer par l'entrée des domestiques, ça n'a aucune importance. Il suffira d'être rapides et discrets. J'ouvre la bouche pour lui faire part de mon choix quand deux sorciers que j'ai déjà aperçus au ministère traversent la rue juste en face. D'accord, si ça c'était pas un signe de Voldemort....

« On va passer par l'entrée cachée. », je murmure.

" Et maintenant ? Tu va où gros malin ? " Les lauriers ! Je suis presque sûr que c'est par là-bas. En me déplaçant vers la gauche, je constate avec soulagement que les trois arbres sont toujours là. En face, je reconnais l'espace aménagé pour accueillir les réceptions en plein air. A ma grande surprise, la table en marbre blanc - enfin, gris maintenant - tient toujours debout. Tiens, d'ailleurs y avait pas une histoire de table pour trouver la porte cachée ? Aaaargh ! A côté de moi, Astragild semble attendre mes directives. Ca peut durer longtemps... Alors j'admets à contre coeur :

« Je sais plus si elle est derrière les arbres ou vers la table là-bas.... Je la prenais pas tous les jours. », j'ajoute sur la défensive. « On peut se séparer pour aller plus vite. Suffit de chercher un élément du décor qui pourrait passer pour une poignée. »

J'attends toutefois son accord avant de me lancer vers le manoir. Souplesse et de docilité ne pourront que me faire gagner des points auprès des Héritiers. Mais je ne vous mens pas : l'impatience est à son comble. Je suis à deux pas de remettre les pieds sur mon domaine. A deux minutes de retrouver ma maison.

Revenir en haut Aller en bas

Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 23 Mar 2013 - 4:08

L'entrée cachée. Parfait. Elle avait également aperçu les deux sorciers du Ministère et s'était figée dans un geste, celui habituel de rabattre une mèche derrière son oreille, laissant seulement ses yeux sombres suivre le trajet des deux hommes. Un léger signe de tête pour approuver. Sur ce terrain, elle faisait confiance à Arutha – c'était après tout son manoir, sa maison, sa vie. Son ancienne vie. Leur chemin les mène derrière des lauriers, pas bien loin d'une table qui devait être blanche jadis. Avant. La voix du Serpentard fend encore l'air et cette fois, c'est un regard légèrement sceptique qu'il se récolte. Bon, d'accord, il ne passait pas tous les jours par l'entrée cachée, ce qui est très logique. N'empêche que comme information à révéler, ce n'est vraiment pas le moment. Astra était créative, certes, mais dans ce genre de situation, ce n'était pas vraiment le moment d'improviser. Quelques secondes de réflexion avant qu'elle se décide, se radoucissant – ça ne valait pas la peine de lui en vouloir pour un trouble de mémoire bien honnête : « On reste ensemble. » C'était net. Ils ne devaient pas se séparer, elle devait le surveiller. Le laisser seul, c'était courir le risque qu'il... qu'il quoi? Qu'il trahisse les Héritiers qu'il venait à peine de rejoindre? Qu'il lui fasse un coup dans le dos? Peut-être. Peut-être pas. À quel point pouvait-elle faire confiance à Arutha Kark?

Un geste pour lui intimer de ne pas bouger, cela dit. Elle sortit de la poche de sa cape l'artefact confié par Wilhelmina, soit une chaîne à laquelle était reliée une pierre entourée de bronze gravé de runes. Celui-ci devait désactiver les alarmes du manoir, mais de ce qu'elle avait réellement compris, il rendait plutôt le porteur... invisible aux alarmes. Et il agissait dans un champ d'action restreint de quelques mètres seulement, ce qui justifiait bien qu'elle doive rester avec Arutha. La pierre luisait doucement, d'une douce lueur bleutée, et elle la passa autour de son cou, la cachant sous ses vêtements. « Le périmètre d'action de l'artefact est assez restreint, donc si on s'éloigne trop, si on se sépare, tu risquerais d'être repéré. » Ses yeux sombres regardèrent les arbres, puis la table. « Et je parierais plus sur les arbres. Enfin, si je voulais entrer secrètement à quelque part, je ne mettrais pas le pied au milieu du jardin. »

Le raisonnement d'Astra tient-il la route ?:
 

Où est la poignée, peu importe l'entrée? Ce lancer de dés est chelou.:
 
Un mouvement plus marqué vers les arbres, dans le but de trouver la poignée qui ouvrirait la trappe. Chose réussie, considérant que la Serdaigle venait de se prendre un pied dedans - quelque chose près d'une racine qui ressortait du sol et ressemblait innocemment à rien d'autre qu'une racine lambda - et de chuter lourdement dans la neige, retenant un cri de surprise. La neige amortit heureusement sa chute, tant mieux, et du même coup, la poignée se tourna et dévoila l'entrée cachée. Une entrée petite, humide, peu rassurante, un œil noir au pied des arbres rassemblés. Elle se retourna et déprit son pied de la poignée, enleva la neige de sur elle, restant assise une seconde à fixer l'entrée. Puis Arutha. Quelques mèches fuchsia ayant échappé à son bonnet tombaient sur son front à elle et en se relevant, elle les repoussa. Un geste de la main, un sourire, le même chuchotement prudent : « C'est toi le guide. »


Dernière édition par Astragild Macnair le Sam 23 Mar 2013 - 4:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 23 Mar 2013 - 4:08

Le membre 'Astragild Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

--------------------------------

#2 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1 Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Jeu 4 Avr 2013 - 18:49

Spoiler:
 


« On reste ensemble. »

Au moins ça a le mérite d'être clair. Elle ne me fait pas confiance et n'a pas l'intention de me lâcher d'une semelle. Ce qui est tout à fait légitime quand on y pense... Mais Astra prend quand même la peine de se justifier - par diplomatie ou pour dissiper les non-dits ? Je ne sais pas vraiment. D'un hochement de tête, j'approuve sa décision et lui faire comprendre que je ne m'en formalise pas. Au contraire ! Décidé à me montrer particulièrement docile, je la suis sagement jusqu'aux lauriers et retient la pique qui me brûle les lèvres lorsqu'elle trébuche sur la racine. Mon rapide roulement des yeux passe aussi inaperçu - enfin j'espère. Trop occupée à se remettre debout, elle ne m'aura sûrement pas vu.

J'attends patiemment qu'elle soit à nouveau sur ses deux pieds pour lancer un lumos et me glisser dans l'espèce de tunnel. L'exiguïté de l'entrée nous oblige à franchir les premiers mètres recroquevillés, la tête rentrée entre les épaules. Heureusement le passage s'élargit considérablement au premier tournant : sans être aussi grand qu'un couloir de Gringotts, la galerie nous permet de marcher droit sans avoir à frôler les murs. Au bout de quelques minutes, j'aperçois un espèce d'escalier en haut duquel se dessine une trappe. Plus moyen de reculer.... d'un coup d'oeil, je m'assure qu'Astra porte toujours l'artefact autour du coup puis prend une longue inspiration. Baguette en main, je lance un alohomora informulé et pousse le panneau de bois. Le battant grince un peu mais au-dessus de nos tête, tout n'est qu'obscurité.

« Hominum revelio »

Une vingtaine de secondes s'écoulent et l'incantation reste sans effet. Rassuré, j'ouvre la trappe pour de bon, gravit les dernières marches et....BANG !

« ...croutt ! Je savais qu'y avait une histoire de table ! », je grogne en levant les yeux. D'un geste de la main, j'écarte le pan de tissu poussiéreux qui me bouche la vue et m'extirpe de sous le meuble. Pas de doute : nous sommes dans la réserve. J'ai beau n'avoir mis les pieds dans cette pièce qu'une ou deux fois par inadvertance, je reconnais les buffets en bois sombre, les armoires pleines de linge propre et les jarres en terre cuite qui trônent au fond de la salle. Je peux presque imaginer Virgile grimpant sur son tabouret pour ranger les assiettes en porcelaine... et brusquement, mes cordes vocales s'entortillent à nouveau. Ben tiens ! Manquerait plus que je me laisse émouvoir par le mobilier ! ... et qu'elle en soit témoin. Gêné à l'idée qu'elle perçoive mon trouble, je lui tourne le dos et me presse vers la porte.

« Par là », je lâche d'une voix un peu trop rauque à mon goût.

Il n'y a que deux pièces où mon père aurait pu cacher son carnet : la bibliothèque secrète ou la salle qu'il avait coutume d'appeler "La caverne". Son bureau et sa chambre étaient trop évidents : c'est le premier endroit où l'ennemi serait venu fouiner. Quant aux autres pièces, elles ne sont pas assez sûres. Je nous guide donc jusqu'au fameux couloir... ou plutôt à ce qui faisait office de couloir. Après le passage des Phénixs, les murs se trouvent délestés de leur apparats et les portes défoncées, pendants à leur gonds. Charmant.... peinant à dissimuler la bouffée de rage qui m'intoxique, je fais un geste brusque en direction de la première pièce sur la gauche :

« Si c'est pas ici, ce sera en face. Sûrement planqué quelque part entre deux livres... ou dans un grimoire creux. »

Je prends une nouvelle inspiration et franchit les derniers mètres qui me séparent de la bibliothèque. Mon regard se pose d'abord sur l'armoire renversée au milieu du tapis. Puis sur les livres qui gisent par terre. Les rares rescapés qui tiennent encore debout sur l'étagère n'ont pas l'air en très bonne forme non plus.

« Et ils veulent qu'on leur confie le pays ? », je crache sans pouvoir retenir ma verve plus longtemps.

Je m'avance doucement en essayant de ne pas marcher sur les livres puis me baisse pour en ramasser un au hasard. Quelle tronche il tirerait s'il voyait l'état de son repaire....


Spoiler:
 


Dernière édition par Arutha L. Kark le Jeu 4 Avr 2013 - 18:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Jeu 4 Avr 2013 - 18:49

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Ven 5 Avr 2013 - 6:56

En silence, elle suivit son guide. Ce n'était pas le temps de parler et ils n'avaient rien à se dire. Ils ne partageaient rien. En tous cas, pas grand chose. Ils partageaient Violet, si on peut vraiment se « partager » une personne. C'était leur plus grand point commun. Ça et les Héritiers, désormais, et cet enfermement aliénant. Venir se balader dans le manoir Kark était finalement presque comme une bénédiction : ils avaient une bonne raison de sortir du village, même si c'était pour chercher les problèmes comme personne. L'escalier qui se profila dans la lueur du Lumos annonça la fin de leur petite promenade sous terre, chose confirmée par le Hominum Revelio. Astra accorda un regard déterminé à son compagnon, qui gravit les dernières marches. Pour se frapper solidement la tête contre une table judicieusement placée juste au-dessus. Le bruit la fit sursauter, puis plaquer sa main sur sa bouche pour ne pas pouffer de rire. Elle émergea de la trappe à la suite d'Arutha, avec plus de précautions pour ne pas se faire avoir de la même manière que lui, et la referma prudemment derrière elle. Ils semblaient être dans une espèce de réserve, une pièce dans tous les cas point touchée par les Américains, vu l'odeur lourde de refermé qui y stagnait. C'était un bon signe. Machinalement, Astra toucha l'artefact, bien dissimulé sous son vêtement, avant de revenir à son compagnon, déjà en train de les diriger vers un nouvel endroit du manoir. La voix du Kark était rauque. Sans doute la poussière avalée lorsqu'il était sorti de sous la table.

Et si elle n'était venue que de rares fois au manoir Kark, la Médicomage savait que ce qu'elle en voyait actuellement n'était qu'une pâle imitation, complètement brisée par les pilleurs et les policiers. Une honte. Les couloirs sont défoncés, les portes arrachées. Et le pire était à venir : ses yeux s'ouvrirent bien plus grands lorsqu'ils arrivèrent à la bibliothèque, un des deux lieux plausibles où le carnet pouvait être caché, selon Arutha. Une bibliothèque saccagée. Cette image lui fit mal au cœur, une vague de colère passant dans son cœur. Ils ne savaient pas fouiller sans tout saccager, le seul désir de ces Américains était de briser, de brûler, tout ce qu'ils désiraient, c'était détruire tout ce qui avait été construits. Comment pouvaient-ils faire ça? « Ils n'ont aucun respect pour rien. » Son sentiment s'accordait à celui d'Arutha, auquel elle répondait par cette phrase amère. La jeune femme attrapa un des livres, un de ceux encore sur l'étagère, et laissa courir ses doigts presque tendrement sur la tranche de celui-ci, déchiffrant les lettres du titre imprimé sur la tranche. Elle ne le connaissait pas – De puissance et de sang : sortilèges de pouvoir. Et dire qu'elle allait devoir se retenir d'emporter quelques-uns de ces ouvrages à Pré-au-Lard alors qu'elle ne pouvait même pas en profiter maintenant... Ouverture rapide du livre. Parfaitement banal, des pages et pas de compartiment creux. « Va falloir y aller à la main. Ça m'étonnerait que ton père soit du genre à laisser quelque chose d'aussi précieux être récupéré par un simple Accio. »

Ce qu'ils firent.

Pendant un laps de temps plutôt conséquent.

Comprenez, la bibliothèque était plutôt bien garnie, même avec la majorité des livres éventrés au sol. Même en allant rapidement pour ne pas se faire prendre au piège par l'artefact et les différentes alarmes, ils devaient tout vérifier soigneusement, et c'est seulement lorsque tout fut écumé qu'Astra se retourna vers Arutha, replaçant sur son étagère le dernier livre inspecté. « Allons en face. » Rien de plus. Le mur était déjà défoncé et la pièce sur laquelle le jeune homme n'avait rien dit était plongée dans l'obscurité, tout comme le corridor.

A-t-on de la compagnie?:
 
La jeune femme sortit de la bibliothèque prudemment, un Lumos éclairant son chemin, mais dès qu'elle posa les pieds dans le corridor, un geste attira son attention à sa gauche. Elle tourna la tête et rencontra le regard d'un homme, qui venait de sortir de la pièce à côté. Une seconde, un temps de suspends, de surprise, et en même temps que son adversaire, elle tendit sa baguette - « Stu- Defenestro ! » Pas assez rapide. Elle se prit le sort et alla s'écraser contre le mur le plus proche d'elle (le mur des cellules), l'homme entrant en urgence dans la Caverne sans attendre de voir si elle était accompagnée. La Serdaigle se releva du sol avec douleur, rattrapant son bonnet qui était tombé au sol dans le souffle du sort pour le fourrer dans la poche de sa cape.

Aouch.

La seule chose à conclure de cette attaque ? Cet homme ne devait pas être ici lui non plus. Il n'avait pas plus le droit d'être ici qu'eux. Et savoir que cet attaquant était un criminel le rendait presque plus sympathique qu'un policier Américain... mais pas moins dangereux. Surtout qu'il était dans la pièce où ils devaient aller.


Dernière édition par Astragild Macnair le Dim 14 Avr 2013 - 6:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Ven 5 Avr 2013 - 6:56

Le membre 'Astragild Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1 Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Ven 12 Avr 2013 - 13:49

Rien.... absolument rien. Est-ce que je me serai trompé ? Je me pensais capable de deviner le raisonnement de mon père, de le suivre à la trace dans sa propre maison. Mais quand on y pense, les derniers évènements sont la preuve que je ne le connaissais pas aussi bien que je le prétendais. Qu'est ce qui me dit que je ne suis pas encore en train de me planter sur toute la ligne ?

« Allons en face. »

Je hoche la tête et la laisse prendre les devants. Si le bouquin n'est pas dans la caverne, elle va penser que je me fous de sa gueule. Je refais la liste des endroits où il aurait pu planquer son petit carnet. Inutile de fouiller les pièces communes, les chambres des invités ou les quartiers des elfes - il ne l'aurait jamais mit dans un lieu aussi abject. Quant à l'avoir sur lui, ce serait bien trop risqué. A moins que....

« Defenestro ! »

Mon premier réflexe est de me plaquer contre le mur pour dissimuler ma présence. Pas très glorieux, je sais, mais autant qu'un de nous deux reste invisible et bien portant. Adossé à la tapisserie, j'attends qu'une deuxième voix s'élève ou qu'un nouveau maléfice fasse trembler les fondaisons mais rien ne vient. Je me décide alors à sortir dans le couloir et aperçoit Astragild qui se relève péniblement. Pas besoin d'explications : il y a visiblement un petit voleur qui s'amuse à visiter les lieux. Les américains, eux, se déplacent toujours en bande. Sans compter que si ça avait été un Yankee, on serait déjà morts.... ou pire.

N'empêche que l'intrus surprise nous pose un sacré problème. Suffit qu'il fasse un peu trop de bruit, que les flics rappliquent et on y passe tous. Sans un mot, Astra me fait comprendre qu'il s'est réfugié dans la pièce d'en face. Evidemment, il aurait pas pu monter au premier ou se cacher dans la cuisine... non, fallait qu'il vienne se foutre juste là ! Je croise le regard de Macnair et je m'imagine soudain la pousser à l'intérieur pour détourner l'attention de l'ennemi, le temps que je l'immobilise. Bizarrement, je sens qu'elle apprécierait pas beaucoup.... et qu'elle m'en voudrait plusieurs jours. Et ça, ça desservirait ma cause. J'opte donc pour l'alternative la plus facile et la plus rapide à mettre en place : le lustre qui git par terre. Oui, oui, vous avez bien lu ! D'un sortilège informulé, je le fait léviter et m'approche doucement de la porte. Bon, ça fait un peu de bruit mais avec un peu de chance, l'abrutit derrière s'imaginera que c'est juste Astragild qui se relève et écarte quelques débris sur son chemin. Je prends mon inspiration et me décolle brusquement du mur pour lancer le projectile dans la pièce. Plus précisément, sur la gauche ; c'est là où je me mettrai si je devais attendre que quelqu'un passe la porte pour le stupéfixier.

Spoiler:
 

Bingo ! Le projectile atteint sa cible et je bondis dans la caverne d'Ali baba en lançant un sort de stupéfixion. Dans la faible lueur provenant du couloir, j'aperçois la silhouette qui s'écarte rapidement pour éviter le rayon rouge. Scroutt ! Ce mec là est surentraîné, c'est pas possible !

« Nom d'une goule ! Il vient de se prendre un lustre ! A quoi il se dope ? »

En attendant, ça nous aide pas beaucoup. Je me tourne vers la Serdaigle : c'est pas censés être des têtes ? Si elle pouvait avoir une idée brillante pour faire sortir le renard de son trou sans détruire toute la baraque, c'est le moment. On va quand même pas l'enfumer ?...

Spoiler:
 


Dernière édition par Arutha L. Kark le Ven 12 Avr 2013 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Ven 12 Avr 2013 - 13:49

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1 Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

--------------------------------

#2 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Jeu 25 Avr 2013 - 4:03

L'atterrissage contre le mur ne lui avait pas fait du bien. À vue de douleur, elle avait probablement une côté cassée. Un sort de ce genre à bout portant et un mur de pierres, même partiellement défoncé, ça ne faisait jamais bon ménage. La dernière fois, elle s'était retrouvée à côté d'un homme à moitié mort, donc bon. D'un signe de la main, elle signifia à Arutha que l'intrus – tout comme eux – s'était réfugié exactement où ils désiraient aller. Évidemment. Son partenaire riposta, envoyant un lustre au voleur, qui le frappa... sans pourtant le mettre totalement à terre. Fort. Expérimenté, sans doute, pour résister à ça. Astra soutint le regard que l'autre lui envoya. C'était à elle de penser. Chose qu'elle fit... rapidement.

Ils ne pouvaient allumer trop de lumières. S'ils le faisaient et que de possibles miliciens descendaient, ils sauraient forcément que quelqu'un était entré. Il valait mieux continuer à y aller à l'aveugle. Ça ne lui plaisait pas. Astra réfléchit rapidement, opposant quelques idées à d'autres. Jeter un sort sans savoir où était sa cible, c'était prendre le risque de ne pas le toucher, mais plutôt de déclencher toutes les alarmes... ou de détruire ce qu'ils étaient venus chercher. Quoique. Y aller à l'aveugle... Une idée apparut soudainement dans l'esprit de la jeune fille, qui pointa sa baguette sur elle-même. « J'espère que ça va fonctionner. » S'il y a bien une chose qu'elle avait appris, d'abord en tant que Serdaigle, puis que joueuse de Quidditch, et finalement en tant que Médicomage, c'était que la créativité payait souvent beaucoup plus que la simple intelligence. Et ce moment, c'était nécessaire. Un Echo Chiptera plus tard, elle pensa que sa tête allait exploser. Elle entendait tout, trop tout, et elle se força à fermer les yeux pour ne pas ajouter à ces stimuli auditifs ceux visuels. Un cri aigu, de chauve-souris, à peu près inaudible, et elle put repérer dans la pièce où était l'homme. Sans prévenir, elle pointa sa baguette sur lui. Ne pas blesser, immobiliser. Stupéfix.

Le touche-t-elle ou non ?:
 
Le sort rata le voleur - il s'était écarté avec vivacité, comme s'il pouvait lire dans son esprit. Lui, cela dit, ne la rata pas. Elle sentit une corde s'enrouler autour d'elle, autour de ses bras, et la tirer avec une force incroyable dans le noir de la salle. La Serdaigle étouffa un cri, mais un « Arutha ! » affolé franchit tout de même ses lèvres alors qu'elle était aspirée dans la pièce. Le fouet la lâcha brusquement et elle atterrit dans un amas de... de trucs bruyants et potentiellement coupants, qu'un coup de fouet vigoureux sur son visage acheva. Un couinement douloureux. Le voleur était derrière elle, tout près, elle le voyait, enfin, entendait, se déplacer, aller vers Arutha. Astra rouvrit ses yeux sombres pour voir la silhouette du Kark se découper dans la faible lueur du corridor. Le sort d'écholocation s'était terminé, sans doute achevé par tous ces sons soudains, mais là, elle pouvait mieux voir ce qui se passait. Leur adversaire était grand, costaud, il se déplaçait rapidement, et il se retourna pour la regarder. Elle pouvait presque voir ses yeux briller dans la pénombre. Puis, il commença à se déplacer. Sous ses doigts, elle sentit les pages de livres se froisser - elle avait atterrit dans une bibliothèque brisée. Sans faire attention aux douleurs qui secouaient son corps, la Médicomage se mit sur les genoux, un Lumos éclairant faiblement le sol devant elle. « Il arrive vers toi, bouge ! »

S'il pouvait s'occuper de Monsieur Coriace, ce serait une bonne idée. Elle, elle chercherait pour le livre.

Et rapidement, quand elle se rendrait compte que l'artefact avait été fissuré par sa double chute et que la faible lueur bleue n'était plus visible sous son vêtement.

Et qu'en est-il des alarmes ?:
 


Dernière édition par Astragild Macnair le Jeu 25 Avr 2013 - 4:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Jeu 25 Avr 2013 - 4:03

Le membre 'Astragild Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1 Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

--------------------------------

#2 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 12:33

L'echo chiptera... ou comment se sentir con. J'aurai dû être le premier à y penser ! Cinq ans de service dans la brigade et la seule idée qui me vient c'est d'attaquer l'ennemi de front ? Remarquable ! Je préfère mettre cette bourde sur le compte de l'émotion plutôt que sur mon incapacité à prendre les bonnes décisions. En temps normal, j'aurai mené cette mission de A à Z avec brio ! C'est juste la découverte du manoir en ruine qui me perturbe. N'importe qui serait troublé n'est ce pas ? "Arrête de t’apitoyer sur toi-même ! Et arrête de te chercher des excuses ! T'es pas n'importe qui. " Vrai. Je suis un Kark et j'ai bien l'intention de prouver que je suis un policier qualifié. Dès que Macnair aura déniché le rat qui se terre entre nos murs....
Soudain, elle lève sa baguette et avance de quelques pas pour viser. J'ouvre la bouche pour la prévenir que ce n'est peut être pas la meilleure idée : si comme je le pense elle est inexpérimentée en duel, elle ferait mieux de m'indiquer où il est et de me laisser faire. Il suffit qu'elle le loupe pour nous condamner tous les deux ! Mais l’Héritière est visiblement pressée d'en finir : avant de me laisser dire "ouf", elle lance un Stupefix dans le noir. Le reste se déroule à la vitesse lumière.... un réflexe débile me pousse à tendre les bras en avant pour essayer de la retenir mais le geste ne sert strictement à rien. Quand je songe enfin à utiliser ma baguette, Astragild a disparu dans le noir. Il n'aura fallut qu'une seconde d'hésitation pour faire pencher la balance.... Scroutt !

Maintenant, je vais devoir rentrer là-dedans et foncer dans le tas... et prier pour viser juste. Il a un avantage flagrant mais peut être que si je bouge vite j’ai une chance de m’en tirer. Je me déplace rapidement, parfois latéralement, parfois en avant. Le but est de m’enfoncer dans l’obscurité et de me placer face à la lumière. Evidemment, ça ne plait pas à mon adversaire qui s’empresse de me lancer un maléfice. Je fais un bond de côté, tourne la tête vers l'endroit d’où venait la voix et attaque à mon tour en croyant discerner les contours d’une silhouette.

Spoiler:
 

Je réalise trop tard que la silhouette était un meuble derrière lequel se dissimulait mon agresseur. Mon maléfice ne lui fait pas le moindre bleu tandis que le sien me frappe de plein fouet. Une décharge électrique m'envoie au tapis dans un grognement de douleur. Merde ! Tout ça c'est la faute de Macnair ! Si elle avait pas attaqué sans réfléchir, on en serait pas là ! Le souffle court, je récupère ma baguette mais l'autre homme est déjà derrière moi.

« Arutha hein ? Le fils Kark en personne ? »

Ce ton.... comme un joueur qui aurait décroché le gros lot. Pas besoin d'être Cassandra Trelawney pour deviner ce qu'il compte faire de moi. Une rafale de scénarios plus sinistres les uns que les autres me traversent l'esprit " Garde la tête froide ". Et Macnair ? Qu'est-ce qu'elle fout bordel ?! Une idée, une idée vite ! Et soudain, un cri strident brise le silence. Les alarmes !

« Les américains ! »

Sentant mon adversaire décontenancé, je m'empresse de me retourner pour pointer la baguette sur lui. En apercevant mon arme, il relève la sienne, hésite puis semble décider que le gros lot ne vaut pas un affrontement avec les yankees. D'un coup de baguette, il récupère le sac qui contient son butin et prend ses jambes à son cou. Je me relève péniblement et rejoins le point lumineux au fond de la salle.

« On se tire. »

Tant pis si je dois passer pour un lâche. Tant pis si Elena et Wilhelmina me passent un savon, si elles m'humilient devant tout le monde au QG ou même si elles me lancent un doloris. Tout est préférable aux américains. Rien que l'idée de revivre l'enfer du ministère.... je le revois baignant dans son sang. Je veux pas finir comme lui... pas maintenant. Ca y est, je commence à paniquer. C'est mauvais, très mauvais. Je tends un bras tremblant à Astragild ; pourvu qu'elle courre vite. Pourvu qu'on ait pas à affronter ça.



Dernière édition par Arutha L. Kark le Sam 27 Avr 2013 - 13:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 12:33

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 17:38

Elle aurait dû laisser Arutha viser l'homme. Non, évidemment, elle avait crû en être capable, comme toujours, une grande fille, mais elle était Médicomage, pas duelliste, ou policière, elle était maladroite comme pas deux et elle était incapable de toucher un voleur qui se déplaçait trop vite. C'était de sa faute et elle était idiote. Et malgré ça, ils n'allaient pas se faire avoir. Ça, c'était ce que la Serdaigle tentait de se convaincre, alors qu'elle balançait les livres inutiles de part et d'autres. Son cœur battait la chamade, elle ne savait pas ce qui se tramait dans son dos. Elle espérait seulement que son camarade allait bien s'en sortir, que l'autre n'allait pas le blesser, qu'ils trouveraient ce damné carnet à la noix. Noir, noir, un carnet noir tout simple, banal, qui ne ressemble à rien... Les bruits de sorts lancés ne la dérangèrent que peu, mais le cri strident des alarmes la fit sursauter. Les alarmes? Astra plongea la main sous son chemisier pour en ressortir l'artefact fissuré, inactif. Bon sang, qu'est-ce que Wilhelmina leur avait refilé? De la camelote? Si ça se brisait avec à peine deux petites chutes... Elle pensa une seconde l'arracher de son cou pour le lancer dans le mur, mais elle s'abstint et rechercha plutôt avec plus de vigueur le livre. Elle se leva pour aller ouvrir un immense coffre poussiéreux, que des rideaux, un autre – Arutha était à ses côtés. Il tremblait. Il voulait partir. Se tirer? Alors qu'ils venaient à peine de commencer? Non. Non, elle ne pouvait pas partir. Ils n'avaient pas trouvé le carnet. Elle secoua la tête négativement, furieusement, continuant de balancer les bouquins inutiles autour d'elle, d'ouvrir des coffres et de pousser des tapisseries du pied. Se tirer, c'était bien une réaction de Serpentard – et son propre entêtement avec quelque chose d'affreusement Gryffondor qu'elle ne reconnaîtrait jamais. « Hors de question. Pars si ça te chante, mais je trouverai ce damné carnet. T'es un tireur d'élite, non ? Je suis peut-être pas foutue de viser correctement, mais je peux nous protéger, et on sait par où sortir, alors on reste. » Il leur restait encore quelques secondes. L'entêtement des Gryffondor, mais certainement pas leur courage.

Trouve-t-on un truc utile ce tour-ci ?:
 
Avec cette même rage de guerrière, Astra ouvrit un coffre d'un vigoureux coup de baguette. Et poussa un cri de terreur qu'elle contint à peine en plaquant sa main sur sa bouche.

Un elfe. Mort. De maison. Mort. Un cadavre. Elle réussit à se calmer et à remonter sa baguette pour le regarder. Il avait été enfermé vivant dans ce coffre... et il y était mort. Sa respiration se calma à peine alors que sa baguette éclairait le petit corps décharné, les os apparents. Contre sa poitrine osseuse, un... un carnet. Noir. Et si ? Un elfe mort en protégeant les secrets de Mervyn Kark ? Elle trembla et attrapa rapidement le carnet, les deux mains de l'elfe se réduisant en poussière de par ce geste trop brusque. Un bruit d'ossement écœurant, une odeur de putréfaction atroce. Elle plaça le carnet à l'intérieur de sa cape. Et si ce n'était pas lui ? Ils ne savaient rien. Juste que les Américains arrivaient. « D'accord, on se tire. »

What's up avec les Américains ?:
 
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 17:38

Le membre 'Astragild Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1 Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

--------------------------------

#2 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 20:03

Pendant un instant, j'hésite à lui obéir et à filer d'ici fissa. Les Phénix se vanteraient de sa capture dans tous les médias et je n'aurai même pas besoin de me trouver de fausses excuses ! .... sauf que les Héritiers me rapprocheraient d'avoir abandonné l'une des leurs. Et au final, mon sort ne serait pas forcément plus agréable que le sien. Foutue Serdaigle ! Elle et son entêtement suicidaire vont signer notre mort ! A moins que je la stupéfixie et l'embarque de force. Ou bien.... BAM !
Mon sang se glace. Pas de doute : on se bat à l'étage au-dessus. Notre ami indésirable n'a visiblement pas eu le temps de franchir le portail et les barrières magiques anti-transplanages. Combien d'ennemis essaient de lui faire la peau ? Trois ? Quatre ? ... plus peut être. Je déglutis et essaie de rester concentré. En attendant de savoir exactement combien ils sont, mieux vaut faire profil bas. Rester camouflés, rester invisibles... A court de temps et d'idées, je lance le premier sort qui me passe par la tête : une bulle de silence. Je ne suis pas sûr d'avoir l'énergie et la concentration nécessaires pour deux sortilèges de désillusion. En fait, je risquerai plutôt de nous faire gonfler. Mieux vaut donc s'en tenir à l'insonorité. Si par miracle ils stupéfixient le pilleur et l'embarquent directement au ministère.... Non. " Réfléchis, ils vont forcément vérifier qu'il n'avait pas de complice. " Et cette ordure va nous vendre pour essayer de sauver sa misérable existence de mouche à merde qui vit sur leur malheur des autres. Et quand bien même il réussirait à fuir, ils fouilleront la maison pour savoir ce qu'il a prit. Plus possible de nier l'évidence : quoiqu'il arrive, ils vont venir ici. L'affrontement va avoir lieu.
Je me penche vers Astra qui continue d'ouvrir des coffres au pif. J'ai le choix entre perdre mon énergie à la convaincre de partir ou l'aider à dénicher n'importe quel carnet qui ressemblerait à celui qu'on cherche. Une fois l'objet en main elle acceptera de me suivre, ce qui sera beaucoup plus simple et beaucoup plus rapide que l'option "Je te traîne par la jambe après t'avoir pétrifiée". Je me penche, soulève un bouquin au hasard et .... soudain je me souviens que j'ai exactement ce qu'il me faut dans la poche. Mais quel crétin finit ! Il suffit de sortir mon bloc note vert d'eau, de lui rendre son apparence initial et de prétendre que j'ai trouvé le dit carnet. Je plonge la main dans ma cape pour récupérer le double lorsqu'Astra se met à hurler.
Je me retourne brusquement, baguette tendue et maléfice au bord des lèvres. La rapidité du mouvement me procure un frisson douloureux. Le reste du sort de tout à l'heure j'imagine. En plus, c'est pour découvrir ma partenaire seule, penchée au-dessus d'un coffre.

« Ca va pas ?! », je rugis.

Une vingtaine d'insultes, de remarques sarcastiques ou de piques mordantes me passent par la tête mais je n'ai pas le temps pour ça. Dos à elle, je pose le carnet sur mon genoux, inspire profondément puis murmure le contre-sort qui retransforme le bloc note en fausse copie du carnet noir. Pourvu que ça ai marché ; je n'ai jamais été très doué en métamorphose. Malheureusement, je n'ai pas le temps de vérifier que toutes les pages sont là. Je me redresse et prend la parole en même temps qu'Astragild :

« D'accord on... »

« Je l'... »

« ... s'en va. »

« ...tiens. »

Pardon ? Je n'ai pas prit le temps de regarder ce qu'elle trafiquait dans ce coffre mais maintenant que j'y pense, j'aurai peut être dû. D'un autre côté, il faudrait vraiment que Merlin s'acharne contre moi pour qu'elle ai réussit à trouver ce carnet aussi vite dans l'obscurité.... ce qui serait probable en fait. Que Merlin s'acharne contre moi je veux dire.
On échange un regard intrigué puis se précipite vers la sortie. Bien évidement, c'est ce moment que je choisisse les américains pour descendre au sous-sol. On les entends descendre l'escalier puis arpenter le couloir en piétinant les gravats. Je tends l'oreille pour deviner leur nombre et la distance qui nous sépare. Je dirai deux ou trois maximums. Impossible de dire si le pilleur continue de faire courir les autres ou s'ils se sont simplement séparés pour fouiller tous les étages et garder leur prisonnier. Quoiqu'il en soit, il faut y aller... J'inspire et essaie de transformer ma peur en rage vengeresse. Ne pas penser à ce qu'ils vont me faire. Penser à ce qu'ils lui ont fait. A ce qu'ils ont fait au pays. A ce qu'ils vont continuer de faire. Je prends une nouvelle inspiration et franchit soudain la porte pour les apercevoir et lancer un sort.

Spoiler:
 

Mais à peine ai-je glissé un bras dehors qu'un rayon gris me frappe l'épaule. Je pousse en grognement de douleur en reculant brusquement. Bordel de troll crasseux ! Comme si j'avais besoin d'être handicapé du bras droit, en plus de toutes les merdes qui nous tombe sur le nez !

« Fais quelque chose. », je glapis à ma partenaire en lui tendant mon bras.

C'est elle la médicomage, non ? L'intonation paniquée ne lui aura sans doute pas échappée. Je dois à nouveau repousser les images sanglantes qui menacent de me faire flancher pour de bon. Sortir d'ici. Sortir d'ici par n'importe quel moyen.

« Le mur. On le fait sauter. On passera pas par le couloir. »

Hey ! Je vous ai entendu chuchoter "idée conne" et "gros bourrin". Mais honnêtement, vous voyez un autre moyen de sortir vivant d'ici ? A moins d'avoir un sort qui nous rendrait invisible ou tuerait tous les américains d'un coup.

Spoiler:
 



Dernière édition par Arutha L. Kark le Sam 27 Avr 2013 - 20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 20:03

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1 Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

--------------------------------

#2 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Dim 28 Avr 2013 - 1:28

Il avait quoi ? La Serdaigle lui jeta un coup d’œil d'incompréhension. Le carnet ? Un plan, peut-être ? Dans l'instant, un plan serait vachement plus utile qu'un damné carnet rempli de formules dont elle ne connaissait pas la fiabilité. Peu importe. Elle balaya la chose bien rapidement. Les bruits de pas se rapprochaient et si son esprit n'avait pas fait le chemin qu'avait fait celui d'Arutha sur l'approche de leurs ennemis, il pouvait tout de bien les avertir qu'ils étaient presque cuits. Même s'ils étaient proches de la sortie, ils s'y étaient précipités, ils ne réussiraient pas à sortir. Pas à temps. Baguette levée, main tremblante. Elle n'était pas une tireuse d'élite, elle n'avait jamais connu de réels affrontements... jamais bataillé en dehors des duels pour s'amuser avec son frère et ses amis. Jamais pour de vrai. C'était le temps de voir si – BON SANG ! Le premier sort fusa vers eux et c'est Arutha, en première ligne, qui se le prit. Bon, d'accord, ces individus avaient l’œil. Et d'ailleurs : Fais quelque chose ? Lui flanquer une gifle démangea un instant la main de la Médicomage, c'était faire quelque chose ça aussi, mais elle se contenta de tirer sa manche pour découvrir son bras. Veines plus apparentes, violacées, peau grisâtre – un simple sort de la Vénus de Milo, mal exécuté de surcroît. Rien de... de sorcier, hein. Alors qu'elle marmonnait un sort pour faire renaître les sensations dans le bras d'Arutha, l'idiot avait en plus réussi à lui griller un peu le haut de l'épaule avec son sort jeté comme un âne, elle approuva sans vraiment écouter ce que disait le Serpentard. Faire sauter le mur, pas de problèmes. Ils n'avaient pas le temps de penser à quelque chose de plus fin. Une tape sur son bras. « Fais exploser le mur par où on va partir, je vais faire diversion. »

Eurm.

La Macnair laissa son compagnon s'occuper de faire sauter le mur, et dès qu'il jeta son sort, elle effectua à peu près la même chose, mais sur l'extrémité du mur où était la porte, pour à peine dissimuler l'autre explosion aux miliciens, leur faire croire qu'ils partaient par là, les attaquaient et... et juste les occuper pendant qu'Arutha faisait la vraie chose.

Spoiler:
 
Les deux explosions furent puissantes, mais celle d'Astra avait plus d'effet, était moins maîtrisée, à quelque part plus menaçante même si moins dangereuse, et ce fut celle vers laquelle leurs nouveaux amis se dirigèrent tandis qu'eux passaient par la clé des champs avec autant de discrétion que possible. Ça leur donnait quelques secondes de plus pour se rendre à la sortie, soit le passage par lequel ils étaient arrivés. À moins qu'Arutha décide de passer par un autre endroit, mais ce n'était pas vraiment le moment de faire de l'improvisation. Un regard par-dessus son épaule, alors qu'ils atteignaient la porte de la réserve.
Ils allaient réussir.
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Dim 28 Avr 2013 - 1:28

Le membre 'Astragild Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Dim 28 Avr 2013 - 11:26

Une étrange sensation de chaleur se propage dans mon bras. L'instant suivant, je retrouve le contrôle de tous mes muscles. Comme neuf ! Sans prendre le temps de remercier la médicomage - de toute façon, c'est son boulot - je fonce vers le mur du fond.

« Prête ?... Maintenant ! »

Elle lance son sort juste après le mien puis me rejoint en courant. Pourvu que ça ait marché... le coeur battant, je franchis le trou en me préparant à tirer. Heureusement, personne ne nous attends à la sortie. La chance aurait-elle enfin décidé de nous sourire ? J'aimerai y croire mais mieux ne vaut pas trop compter là-dessus. Surtout quand on entend le bruit qu'on fait ! N'ayant pas le temps d'éviter les obstacles, on piétine un tas de trucs bruyants en détalant : des bouts de plâtres, des vieux objets qui traînent, un machin vert très louche qui se met à couiner sur notre passage.... même si la diversion nous a fait gagner quelques secondes, l'ennemi ne va pas tarder à surgir dans le couloir pour nous pourchasser. Peut être même qu'un policier aura le temps d'apercevoir une jambe qui se glisse dans la réserve. Pour éviter ce scénario, je lance un fumos juste au croisement des quatre corridors qui segmentent le sous-sol. La fumée qui s'élève n'est pas un problème pour nous : il suffit de continuer tout droit et de s'engouffrer dans la réserve. Pour eux par contre, c'est quelques secondes en plus de perdues.

Un temps précieux qu'on met à profit pour disparaitre sous la table. Aussitôt dans le passage, je demande à Astragild de sceller la trappe d'un collaporta. Pas forcément très utile mais on ne sait jamais. Si par malheur ils fouillaient toutes les pièces avant qu'on ait réussit à se tirer de là, je préférerai qu'ils ne repèrent pas la lame de plancher légèrement surélevée.
Et maintenant... maintenant quoi ? Je sais bien qu'on doit filer d'ici mais je pourrai profiter de ce bref répit pour vérifier qu'elle n'a pas trouvé le carnet.... ou le lui dérober si elle a effectivement mit la main dessus.

« T'as le calepin ? », je demande sans cesser d'avancer.

Mes doigts se referment instinctivement sur la copie enfouie au fond de ma poche. Si Macnair répond par la négative, je le sors. Sinon.... il faudra trouver un bobard pour justifier l'exclamation triomphante de toute à l'heure. Un truc du genre " C'était un vieux cahier bleu que j'ai pris pour un carnet noir dans l'obscurité. Je l'ai perdu en courant." Ensuite, j'attendrai qu'on soit sortis pour récupérer le vrai bloc note de mon père. L'attaquer dans le passage souterrain serait la pire connerie que je puisse faire : il n'y a qu'elle et moi et si j'osais lancer un oubliette à Astragild, Wilhelmina se douterait de quelque chose. Par contre, si je réussis à faire passer l'attaque pour un maléfice lancé par un américain... hum, il faudra aviser selon la situation dehors.

Arrivés à la sortie du tunnel, je prend le risque de lever la tête pour apercevoir le jardin. Il faudrait vraiment que l'ennemi sache que l'entrée est là et qu'il regarde aux pieds des arbres pour nous repérer. Heureusement qu'Astra a pensé à effacer toutes nos traces !... enfin presque toutes. Je réalise avec horreur que la forme de sa silhouette est encore dessinée dans la neige, à quelques pas seulement d'ici. Les restes de sa chute j'imagine.

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Je croise les doigts pour que ce détail échappe aux vautours qui examinent le jardin mais encore une fois, le destin nous fait un pied de nez. Je vois l'un des deux donner un coup de coude à son collègue avant de montrer les arbres du doigt. Scroutt.

« Deux. Ils viennent par ici. On court. »

.... pour changer. Sans perdre plus de temps, je surgit du tronc en lançant un maléfice. Le rayon rouge fait tomber l'homme à la renverse mais il continue de bouger. Dans trente secondes, il sera debout et rejoint par ses petits copains. Son collègue ne s'est même pas arrêté pour l'aider. On se baisse pour éviter un sort et continue de courir. Trois cent mètres.... plus que trois cent mètres à avaler pour transplaner loin d'ici. On peut le faire.


Dernière édition par Arutha L. Kark le Dim 28 Avr 2013 - 11:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Dim 28 Avr 2013 - 11:26

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1 Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

--------------------------------

#2 'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Astragild Schmidt
Astragild Schmidt
La belle bleue
Messages : 560 Crédits : deadpool
Age du personnage : Vingt-six ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Médicomage, spécialisation en pédiatrie, à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Cygne. Elle n'a jamais réussi à produire un patronus corporel complet, mais ce serait bel et bien un cygne, pas encore au stade final de son évolution.
Epouvantard : Rogan Macnair. Malgré toutes les blagues et tous les commentaires à mi-voix que fait Astra, elle est en réalité terrifiée par le père de ses cousins.
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Lun 29 Avr 2013 - 3:21

On n'avait jamais vu des fugitifs faire autant de bruit, la jeune femme en était persuadée. Ils n'avaient pas vraiment le temps de faire ça discrètement, mais franchement, si les Américains ne venaient pas dans leur discrétion, c'était qu'ils étaient sourds. Le Fumos d'Arutha s'occupa de leur ajouter encore une petite longueur d'avance et c'est sans discuter qu'elle enchanta la trappe pour encore gagner là quelques minuscules secondes. Une, deux, trois peut-être, ce serait déjà ça. Pendant qu'ils couraient, son camarade se permit de lui poser une question – à laquelle elle répondit par une autre question : « Toi, tu l'as ? » Elle avait pensé dire un simple 'je ne sais pas', mais quelque chose l'en avait empêché. Les doigts d'Arutha qui semblaient s'être portés à une poche qu'elle ne voyait pas, son ton, son exclamation de tantôt peut-être. Ça devait être à ce propos – il ne se serait pas exclamé s'il avait trouvé son trousseau de mariage non plus. Mieux à faire que de s'enthousiasmer pour un paquet d'assiettes. Et lui, il savait quoi chercher, à son contraire, donc il devait avoir raison. « Tu avais trouvé un truc plus tôt, non ? C'était ça ? » Au pire, ils n'auraient qu'à remettre les deux carnets à Wilhelmina en même temps! Elle verrait bien s'ils étaient utiles, si c'était bien ça.

Ils y penseraient plus tard. Là, ils venaient de sortir du souterrain et les Américains, les Phénix, les miliciens, les emmerdeurs donc, les avaient repéré. Un regard rapide à la trace de son corps dans la neige. Idiote. Astra ne se retourna pas et recommença à courir, sans porter plus d'attention aux Américains derrière eux. Leur lien de transplanage se rapprochait de plus en plus et ils ne devaient pas se faire avoir – pas maintenant, pas jamais. Sa côte cassée la faisait souffrir, ça et toutes les douleurs de son corps qui semblaient se réveiller soudainement – le mur de pierres, la bibliothèque cassée, le fouet qui avait laissé une marque presque sanglante en travers de son visage pâle. Ce n'était pas le temps. Les maisons furent dépassées, les fourrés rejoints, la haie de transplanage dans leur champ de vision – puis devant eux. Sa main empoigna celle d'Arutha, un « GO ! » sortit de sa bouche et il les fit transplaner à l'instant où un sort ennemi se glissait dans l'opération.

Un dernier sort pour la route:
 
L'atterrissage fut brutal, désordonné, et les deux sorciers tombèrent au sol. Dans la zone de sécurité. Un instant pour souffler et la Serdaigle releva son compagnon du sol sans ménagement, le serrant avec force dans ses bras - une inspiration soudaine. « C'était moins une, j'espère que c'est le bon qu'on a trouvé, et tu - et oh Merlin tu saignes ! » Elle s'était écartée d'Arutha avec vigueur, se rendant compte d'une que ce n'était pas un ami, ou quelqu'un avec qui elle pouvait se permettre le moment câlin post mission suicide, et de deux qu'il était affreusement pâle. Parce que son épaule et une partie de son torse étaient affreusement lacérés et saignaient... plutôt beaucoup, oui. Le sang poisseux s'était répandu sur ses mains, sa cape, son chemisier, et elle se retourna vers les douaniers qui sortaient la tête pour observer soupçonneusement ce qui se passait. Un couinement. « Venez m'aider, il est blessé ! » Un homme brun aux yeux clairs courut jusqu'à eux, pendant que la jeune femme maronnait des « Vulnera Samento » qui faisaient à peine briller les blessures. Avec quoi ces affreux l'avaient-ils touché ? Un sale truc, c'était certain, pour les blessures se referment aussi difficilement, voire pas. Pas un Sectumsempra, cela dit, elle en était certaine - juste un truc que le transplanage avait empiré. Pleine d'assurance, elle s'adressa au douanier, lui dictant les ordres les plus naturels qui pouvaient sortir de sa bouche de Médicomage. « Il faut l'emmener à la clinique tout de suite. Prévenez Arthur Vaisey qu'on aura besoin de potion de régénération sanguine, il perd rapidement, le sort était bleu je crois, il pourra peut-être l'identifier. Prévenez ensuite Wilhelmina Salamander que son neveu est blessé, c'est très important. Pas de réponse, ni de réaction, de la part du douanier. Astra lui fit de gros yeux, tenant toujours le bras de son camarade, et l'autre lui sortit la chose la plus improbable qu'elle pensait entendre. Mademoiselle, montrez-nous votre marque. » Quoi ? Une moue incrédule. « Quoi ? Vous rigolez, j'espère, Arutha Kark est en train de perdre la moitié de son sang et vous me demandez de vous montrer ma Marque ? Les procédures, Mademoiselle. Mais nous sommes passés par les douanes il y a à peine quelques heures ! Les procédures, Mademoiselle. » Astra étouffa un cri de rage et baissa encore un peu son pantalon, remontrant la marque sur sa hanche, avant de sortir les papiers de sortie de la poche de sa cape et de les lancer au visage impassible du douanier. « Nous devons également voir la Marque de Monsieur. » Cet homme se foutait définitivement de sa gueule. Elle était une Macnair, par Merlin, et ARUTHA KARK PERDAIT SON SANG DANS SES BRAS, il pouvait pas accélérer ces damnées procédures ? Astra donna le bras de son camarade au douanier, accompagnant le tout d'un commentaire sec : « Tenez-le-moi. » Trouver la marque d'Arutha, maintenant. « J'espère que tu ne l'as pas foutue sur ta fesse. »
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Lun 29 Avr 2013 - 3:21

Le membre 'Astragild Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Little black book || Mission avec Arutha Dsoui1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté Jeu 2 Mai 2013 - 21:46

Drôle de réponse. Qu'est ce que c'est censé vouloir dire ? Je repensa à son cri terrifié. Aux quelques mots qu'elle a prononcés juste après en se relevant précipitamment. " On s'en va " ... finalement, elle n'a rien trouvé. Sa détermination a juste fondu comme neige au soleil en découvrant je ne sais quel objet. Et entre nous, comment lui en vouloir ? J'imagine trop bien quel genre de trésors macabres et dangereux se cachent dans cette pièce. Si on ajoute à ça l'arrivée imminente des policiers, sa réaction semble on ne peut plus logique. Aussi précieux que soit ce carnet, la vie d'un mangemort l'est encore plus. Il fallait fuir. Loin de l'ennemi, loin des horreurs que renferme cette pièce, loin des maléfices sifflant dans notre dos. J'accepte donc l'idée qu'Astragild a quitté la caverne d'Ali Baba les mains vides.... et que ni les Ombres ni les Héritiers ne mettront la main sur ce carnet. A moins qu'Elena ou Wilhelmina décide de renvoyer quelqu'un mais je me demande bien qui accepterait cette mission suicidaire après le désastre d'aujourd'hui.
En somme, il n'y a plus qu'à prier pour que les Phénix ne trouvent pas le calepin. " Si ce n'est pas déjà fait... " . Aussi détestable soit-elle, c'est une piste à ne pas négliger. Ils ont fouillé le manoir de fond en comble, je ne vois pas pourquoi ils auraient négligé cette partie là du sous-sol. Et si par miracle l'objet tant convoité leur a échappé lors de la première fouille, ils le dénicheront cette fois-ci... pendant la perquisition qui visera à comprendre ce qu'on est revenu chercher. Merlin ! Imaginer le carnet dans les mains de Metelli me met dans une telle rage que j'hésite presque à y retourner. S'ils étaient moins nombreux, je crois que je tenterai ma chance. Mais avec des si on fait danser la gigue aux détraqueurs. Et puis, il me reste une dernière question à régler : que faire du double ?

Mes doigts se resserrent nerveusement sur le faux. Le faire passer à Wilhelmina servira ma cause mais est-ce que ça en vaut vraiment la peine ? " De toute façon, il était censé atterrir entre ses mains. Elena a enlevé tout ce qui craignait. Et le reste... " Le reste ne doit pas valoir grand chose. Enfin, pas pour une sang-pure issue de la famille Kark en tout cas. Sans être aussi douée que mon paternel, elle a un niveau de magie non négligeable. Je suppose qu'elle ne trouvera rien de particulièrement innovant dans la réplique de carnet. Incertain, j'hésite puis décide finalement de suivre mon instinct :

« Je crois bien. Faudra vérifier à la lumière mais normalement, c'est ça »

La lumière... tu parles ! J'ai à peine le temps de l'apercevoir que les brigadiers sont déjà sur nous. Pas le temps de tergiverser : il faut disparaitre d'ici. En courant, je balance des sorts au hasard par dessus mon épaule. Pas sûrs que ce soit très efficace mais sait-on jamais, ça peut marcher. Plus que cent mètres.... Je reconnais les arbres qui bordent le terrain. Quelques secondes, encore quelques secondes de course effrénée et ce sera finit. La limite est là.... je la franchis juste après elle. " PRE-AU-LARD ! " Les contours du décor commencent tout juste à s'effacer lorsqu'une douleur me déchire le torse. Mes doigts broient instinctivement ceux de ma partenaire au moment où le cri franchit mes lèvres.
Tout devient gris, le sang me bat aux tempes et je me sens dévier de ma destination initiale. " Pré-au-lard ! Pré-au-lard ! " Est-ce ma détermination qui porte ses fruits ? Ou la présence de Macnair qui m'aide inconsciemment à me guider ? Quoiqu'il en soit, je finis par atterrir devant le village mangemort.

J'essaie aussitôt de me relever pour vérifier la gravité de la blessure. Le mouvement de hanche m'arrache un glapissement de douleur. Astragild doit prendre ça pour un jappement soulagé puisqu'elle m'aide à me remettre debout sans se soucier de ma plaie.

« BORDEL ! Doucem... aaah ! »

« ....oh Merlin tu saignes ! »

" Sans blague ! ", je meurs d'envie de répondre. Mais l'heure n'est plus au sarcasme. Le sang poisseux continue de s'écouler et ma tête pèse de plus en plus lourd. Un autre que moi ce serait déjà effondré j'en suis sûr ; épuisement et perte de sang ne font pas bon ménage. Heureusement je suis un brigadier bien entraîné et je n'ai pas l'intention de sombrer maintenant. Déjà que je supporte très mal l'idée d'être accroché comme une loque à l'épaule d'une femme.... manquerait plus que je tombe à ses pieds ! Je respire profondément - bruyamment - et m'efforce de rester conscient.

« Bicep gauche » je souffle avec quelques secondes de délai - le temps que la question atteigne mon cerveau et que la lumière s'allume.

Lorsque le douanier consent enfin à nous laisser passer, je ressemble plus à un pantin qu'à un Kark. J'ai besoin de Brights, Hansen ou Blackb... ah non. C'est vrai que je suis de l'autre camp maintenant. Bon, puisqu'il faut remettre mon sort entre les mains d'un Héritier, autant que ce soit elle. Elle connaît Violet, elle vient de m'aider à me relever et je n'ai franchement pas envie de passer entre trente six mains.

« Toi... Q'ce soit toi. », je grogne avant qu'elle ne songe à m'abandonner à quelqu'un d'autre.

Merlin ! On se croirait dans un de ces mauvais feuilletons qui passent le dimanche soir à la télé. Le fils qui va voler dans la cave de son père, les ennemis qui arrivent au mauvais moment, la blessure sanglante.... une brusque envie de rire me saisit. Pitoyable ! C'est tellement pitoyable... Un ricanement qui ressemble plus à un hoquet qu'à un vrai rire m'échappe. S'il me voyait...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Little black book || Mission avec Arutha Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2  Suivant

Little black book || Mission avec Arutha
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations :: Manoir Kark