Don't tell me about her | Murphy



 



avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 11 Mar 2013 - 17:42

Ian était épuisé, mais pour une fois, son tempérament de feignasse en était plutôt heureux. D'abord parce que l'épuisement physique l'empêchait de penser à tout ce qui se passait autour d'eux. Il fallait transporter le fourrage, la viande et toutes les autres nourritures des animaux qui vivaient à l'année au château, soigner ceux qui en avaient besoin et s'occuper du nettoyage de leurs enclos, préparer ceux dont avait besoin le professeur de soins aux créatures magiques pour son cours, faire des balades journalières dans la forêt interdite, bref il avait pas mal de boulot, et surtout dans le froid de ce début d'année.

Il avait retrouvé un boulot pour lequel il était taillé, il bougeait, il avait des animaux qui dépendaient de lui, bref, dans n'importe quelle autre situation, il aurait été heureux comme un pape. C'était une des choses qui rendaient leur enfermement forcé supportable. Ça et le fait qu'il n'était pas seul. Murphy était avec lui à Poudlard, dans un appartement au même étage, tout près. Heather vivait avec lui, du moins officiellement, et était assez prise par ses nouvelles fonctions de voix des mangemorts pour qu'ils ne se prennent pas le bec. Ses parents et ses frères étaient à pré-au-lard, à un jet de pierre de lui, ça allait. La meute était au complet, et toujours aussi soudée.

Ou peut-être plus vraiment, murmura une petite voix insidieuse au fond de son crâne, quelque chose qu'il mit sur le dos de Loup, tout en sachant que non, pas vraiment. Murph' était là, tout près, il était sur pieds, en bonne santé, tout allait bien. Seulement, Elle était là aussi. Là, tout le temps, à côté de lui, à l'accaparer avec ses longs cheveux brillants, ses yeux de biche et son sourire de niaise. La princesse était définitivement trop proche de son ami pour sa santé mentale, et quelque part, au fond, il mourrait d'envie de la voir s'éloigner, de l'empêcher de lui prendre ce qu'il avait cru à lui. Rien qu'à lui.

Evidemment, lui aussi il avait une fiancée, une qui vivait dans le même petit appartement que lui d'ailleurs, et qui pour le moment était absente. Mais c'était différent, Heather et lui étaient ensembles pour les apparences, et s'il appréciait beaucoup la jeune femme, c'était juste… une bonne amie, rien à voir avec ce qu'ils avaient, tous les deux. Et Murph' le savait, Heather le savait, elle ne venait pas le piquer, elle était juste là pour soulager sa mère et le reste de la population. Alexianne c'était… autre chose. Quelque chose qui mettait Ian hors de lui. Intérieurement bien sûr, il n'avait jamais une seule fois été désagréable avec la jeune femme, toujours souriant, aimable, charmant, comme à son habitude. Son masque devait être parfait, surtout avec elle. Il devait tromper l'unique personne qui savait voir au travers de tous les autres. Murphy le connaissait aussi bien que lui-même, et il ne devait pas savoir. Il était heureux avec. Visiblement. Et lui… lui n'était que le meilleur ami. Celui qu'on met à l'écart une fois qu'on est en couple, parce qu'il n'est plus vraiment important. Ou du moins plus le PLUS important.

Ian se laissa tomber dans son canapé après avoir jeté sa chemise. Il ressassait des bêtises. Murph' et lui, ils n'étaient pas comme tout le monde. Et ce n'était pas Princesse inutilité qui allait faire la différence.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 16 Avr 2013 - 7:04

Parfois il se demandait si c'était sa vie qui avait tant changé, ou lui. En apparence, c'était simplement un air plus grave qui s'était affiché sur le visage du petit employé du Ministère qu'il avait été. En profondeur... Plus d'un mois déjà qui s'était écoulé depuis qu'ils se trouvaient enfermés ici. Il avait fallut revoir toute une organisation, imaginer toute une nouvelle vie. Faire rapidement valoir ses compétences afin de se trouver un nouvel emploi n'avait pas été le plus difficile, et il avait eu la chance ainsi de ne pas s'interroger sur son futur logement et sur la pénurie de denrées. Même dans cette vie précaire, Poudlard avait encore cet aspect paradoxal qu'il lui avait toujours connu, à la fois totalement hors du temps et en même temps expression du pouvoir et des luttes qui déchiraient leur société. Si elles n'existaient pas lorsqu'il était élève, il ne pouvait pas oublier les idées transmises, celles qui avaient battit sa vie même si le plus souvent il avait eu bien envie d'en rire. Celles qui aujourd'hui les avait conduit ici et pour lesquelles ils continuaient à lutter. Poudlard, donc, et une nouvelle vie. De nouveaux tournants, et un autre homme. Qui ne se reconnaissait presque plus lui-même.

Tout a changé. Toute leur vie. Sauf ceci, ou presque pas. Les trois coups sec frappés contre la porte de Ian sans la pousser directement, pourtant, comme il aurait pu le faire avant. Les trois coups secs et l'attente qu'il lui ouvre. Tout simplement. Ca ne change pas. Rien ne change. Pas entre eux.

Alors il n'y a rien de spécial, ce soir. Il a simplement croisé Heather qui une fois de plus a discrètement déserté les lieux pour quelques heures. Il n'y a rien de spécial. Juste une soirée en amis. Et peut être que le sujet viendra sur le tapis. Le sujet. Celui qu'il n'a pas abordé depuis des jours, des semaines, alors que tout est presque prêt. Il aurait pu en parler plusieurs fois bien sûr. C'est loin d'être la première soirée qu'ils passent tous les deux en compagnie de bouteilles de bièraubeurre ou de Whisky-Pur-Feu. Mais il n'en a pas pipé mot. Et il refuse de se demander pourquoi. Le sujet n'est simplement pas venu sur le tapis, voilà tout. Il ne lui cache rien. Il ne l'a jamais fait et il n'y a aucune raison que cela commence maintenant, même avec la nouvelle situation. Il ne lui cache rien qui le concerne lui en tout cas. Le reste... C'est juste pour le protéger. Et ça n'a rien à voir avec ce soir.

S'il ne se connaissait pas, Murphy pourrait presque penser qu'il se cherche des excuses, là, tout de suite. S'il ne se connaissait pas, où s'il acceptait d'être honnête avec lui-même. Mais cette pensée, comme toutes ses semblables, est aussitôt chassée. Elle n'a pas lieu d'être. Il sait où il va, il sait ce qu'il fait, ce soir, et pourquoi. Il va se marier, très bientôt, et la moindre des choses est tout de même de prévenir son témoin. Voilà tout. Rien de moins. Et surtout rien de plus.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 26 Avr 2013 - 8:23

Ian avait fait démarrer un bon feu dans la cheminée d'un coup de baguette avant de s'enfoncer un peu plus dans le canapé, la tête contre l'accoudoir. Il aurait sûrement eu droit à un haussement de sourcil courroucé si sa future femme et actuelle "colocataire en toute chasteté" (avant le mariage oblige) l'avait trouvé comme ça en rentrant. Après tout, il était chez lui, et s'il voulait s'assoir en travers des vieux fauteuils et canapé de cuir, il le ferait.

Les trois petits coups secs lui firent lever la tête aussi vite que s'il avait entendu une explosion au bas du couloir. Il ne savait pas vraiment ce qui lui disait que c'était Murph' de l'autre côté de la porte, une sensation, un pressentiment, ou peut-être simplement Loup qui l'avait senti arriver, quelque part dans son inconscient. Ou juste le fait qu'il reconnait sa façon de frapper, son pas qu'il avait entendu résonner sur les dalles de pierre. Toujours est-il que son instinct lui disait, lui hurlait même de courir à la porte et l'ouvrir. Ce qu'il fit, sans remettre une chemise, sautant à moitié par-dessus le canapé.

Quatre secondes à peine après le dernier coup sur la porte, il l'ouvrait en grand, son habituel sourire aux lèvres. S'il restait une trace de ce qu'il avait ressassé quelques instants plus tôt, elle était invisible sur son visage, il était juste heureux de voir son ami, comme d'habitude, pour une soirée tranquille, comme d'habitude. Seul petit manquement à l'habitude, un petit coup d'œil, oh bref hein, tellement bref, un quart de seconde à peine, au-dessus de l'épaule gauche de son ami. Il n'avait pas pu le retenir, il fallait qu'il vérifie, juste savoir si elle était là, quelque part, derrière lui comme un bon petit accessoire de mode.

Ses yeux bleu acier se fixèrent à nouveau sur son ami, et il l'attrapa par la nuque, posa son front contre le sien, une seconde à peine, sans un mot, avant de refermer la porte derrière eux. Le rituel était bien huilé, et pouvoir le faire apaisait un peu la peur qui lui rongeait le ventre, sans qu'il veuille vraiment se l'avouer. La peur qu'on lui enlève, qu'il parte avec elle…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 5 Sep 2013 - 6:26

La brusquerie avec laquelle la porte s'était ouverte ne l'avait pas même fait tressaillir. Il ne se souvenait après tout pas d'une seule fois où Ian l'ait fait attendre inutilement devant son entrée. Que cela soit ici ou dans son appartement londonien ne changeait rien à cela. Ce qui changeait, par contre, c'était la tension dans tout son corps au geste pourtant si familier. C'était l'envie soudaine, presque brutale, de le repousser et de prendre ses distances. Pourtant il ne fit pas un geste jusqu'à ce que la porte soit refermée. Pourtant, il lui faut attendre de profiter de pouvoir retirer sa cape pour s'éloigner de quelques pas comme d'une source de chaleur trop intense qui aurait faillit le brûler. "Ne fais pas ça ici, tu es fou." Marmonnement agressif entre ses dents. Ian ne comprend-il donc pas les risques qu'il leur fait prendre à tous les deux ?  Un geste si anodin pour eux, mais qui pourrait être emprunt de tellement de connotations pour d'autres. Tellement d'interprétations possibles à une étreinte avortée, réflexes vieux de plusieurs années, restes d'une proximité qui date de leur enfance. Mais tout à changer. Ian ne le voit-il réellement pas ? Qu'ils ne peuvent plus faire un geste sans que toute la communauté sorcière soit potentiellement au courant, qu'ils ne sont plus seuls témoins de leurs actes en dehors de la sécurité relative de leurs appartements. Et encore...

La cape est abandonné sur un guéridon d'entrée et Murphy tente de calmer ce brusque accès de tension qui tire encore sur ses muscles. Juste de la peur. Qu'on s'imagine ce qui ne se passe pas entre eux. Que l'on voit des choses là où il n'y a jamais rien eu. Un regard sur la petite pièce dans laquelle il vient de pénétrer, si peu différente de tous les autres soirs où il a pu venir ici. Si peu différente de ce qu'est Ian, au fond. Et pourtant qui lui paraît si étrangère. "Alors, ta journée ?" La voix s'efforce d'être naturelle, comme pour effacer ce qu'il vient de se passer. Parce qu'il n'est pas dupe. Pas une seconde. Il peut bluffer Ian sur de nombreux sujets. Il peut même parfois arriver à lui faire croire qu'il va bien et faire passer cela pour de la fatigue. Mais le presque besoin qu'il a ressentit de le repousser, par prudence, par peur ? Juste pour les autres. Juste parce que leur monde est plus dangereux que jamais. Ce n'est que ça. Rien que ça. Mais Ian pourrait-il le comprendre ? Murphy n'en est pas certain. Aussi voudrait-il juste qu'il n'y pense pas. Et qu'il ne lui vienne pas à l'idée de s'interroger -de l'interroger, lui- à ce sujet. Ce serait, de toute manière et de toute évidence, une perte totale de temps. Alors Murphy préfère faire comme si rien ne s'était passé. Comme ce qui est devenu pour lui une seconde nature : enfermer ce qu'il s'est passé dans un coin très éloigné de son esprit et ne plus y repenser. Ian est prévenu qu'ils ne peuvent plus se permettre ce genre de comportement en public, même si public il n'y a pas. Cela devrait suffire.

Un étirement, suivit de quelques pas qui le mènent au canapé. Pas plus de quelques secondes pendant lesquels ses idées tourbillonnent à une vitesse folle dans son esprit. Pas plus que le temps qu'il ne lui faut pour rejoindre le canapé de son ami et s'y affaler. Il n'a pas besoin de la permission de Ian pour le faire, ils ont toujours agit ainsi. Et même si le canapé est moins confortable que celui qu'il avait à Londres -Ou peut être est-ce la situation qui le rend moins confortable- il n'en reste pas moins l'endroit rêvé pour se détendre. "La mienne a été plus que longue. Les premières années ont fait fondre deux chaudrons, déjà. Je crois qu'ils ont comprit leurs erreurs quand ils ont dû tout nettoyer." Un ton qui voulait rester léger malgré leur situation actuelle. Scènes de vies banales même si toute leur vie est bouleversée. Même si, même si Murphy ne le veut pas, même entre eux, les choses semblent changer...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 5 Sep 2013 - 14:44

Si Ian avait été quelqu'un d'autre, là, à cet instant précis… ou plutôt s'il n'avait pas eu les couches de protection qu'il s'était créé avec le temps, pour se défendre, se cacher, pour passer sa vie tranquille et sans remous, il se serait énervé. Pas qu'un peu énervé, il aurait envoyé balader Murphy, il aurait cassé quelque chose, il aurait crié, pleuré, bref. Mais Ian était Ian, c'était un Blackburn et sans doute le meilleur d'entre eux à dissimuler ses sentiments, à conserver le masque en toutes circonstances.

Alors quand il avait senti Murphy se tendre, sur la défensive, presque à le repousser, quand il l'avait entendu lui siffler que ce n'était pas une chose à faire, pas maintenant, pas ici, Ian n'avait pas réagi. Bien sûr, un éclair de douleur avait parcouru sa colonne vertébrale, explosant dans sa tête comme un feu d'artifice de rage, de frustration. Qu'est-ce qu'il sous-entendait? Qui était-il pour lui prendre le peu qui lui restait encore, cet ilot de calme et de réconfort au milieu de la tornade qu'était leur monde? Ce n'était pas comme s'il lui était sauté dessus pour l'embrasser à pleine bouche dans le couloir, il n'allait pas subitement lui arracher ses fringues… ça ce n'était… rien. Une réminiscence de leurs jeunes années, une pulsion lancée par Loup au fond de son ventre. Ce n'était rien, et c'était tout à la fois. Preuve de leur lien, indéfectible, preuve qu'ils étaient de la même meute, de la même famille, preuve de son amour qui aurait dû rester fraternel, tout aurait été tellement plus simple.

Bien sûr qu'il savait, il savait depuis ses treize ans et la toute première fois qu'il avait ressenti un fourmillement dans son ventre en pensant à un garçon. Ce qu'il faisait était dangereux, passible de le faire déshériter, jeter à la porte de chez lui, tuer ou enfermer. Il aurait dû garder ces pulsions-là bien enfouies dans un coin et obéir à celles qui le poussaient vers les filles. Après tout, il aurait tout à fait pu vivre comme ça, il aimait ces dames autant que ces messieurs, et il y en avait suffisamment d'intéressantes pour s'amuser… mais le rush d'adrénaline de l'interdit était assez pour lui faire risquer gros. Alors oui, depuis plus de dix ans, il savait parfaitement ce qu'il pouvait faire en public et ce qui pouvait lui faire risquer l'échafaud.

Mais là ce n'était pas ça! Ils faisaient ça depuis toujours, ça n'avait jamais rien voulu dire de plus que… tu es là, je suis là, tout ira bien. Il aurait pu lui envoyer une claque en travers de la figure que Ian n'aurait pas plus été choqué. Et dans un coin de sa tête il ne pouvait s'empêcher de mettre tout ça sur le dos de l'autre. L'autre qui accaparait son Murphy. Qui les avait fait changer. Il était hors de lui, frustré, mourrait à petit feu à l'intérieur. Mais il restait à son habitude, le masque était parfait, sans une fissure. Sans doute Murphy était trop accaparé par sa propre réaction, par le fait que Ian l'ait vu, pour se rendre compte ce qu'il venait de lui faire.

Il se réinstalla en travers de son canapé, à la suite de son ami, et écouta d'une oreille son histoire, laissant échapper un petit rire si parfaitement joué. Oublie ça Ian, revient à la normale, au rituel, il est là, il vient toujours. Mais sans trop savoir pourquoi, il s'était assis dans son coin, les genoux ramenés sur son ventre, pas allongé sur Murph', pas trop près…

"Longue, et usante, et un scroutt a manqué m'exploser à la tronche, mais dans l'ensemble plutôt pas mal, même si j'ai passé une partie de la journée à faire le menu des dragons et j'ose même pas te dire ce qu'il y a dedans…"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 19 Déc 2013 - 10:01

Assit l'un à côté de l'autre, comme toujours. Murphy qui a un rire bref, à peine audible, un des seuls rires vrais qu'il ait pu avoir depuis longtemps. Un de ceux qu'il n'a toujours eu qu'en présence de Ian ou, à la limite, devant la famille de ce dernier et plus récemment de Heather. Un rire à imaginer la situation de son meilleur ami face à cette créature, mais sans le sourire qu'il plaque sans cesse derrière, ce sourire passe-partout qui le fait passer pour tout un chacun pour quelqu'un de très sympathique. Et chaleureux, ouvert, tout ce genre d'adjectif qui le faisait passer inaperçu dans la plupart des circonstances. Un jeune Sang-Pur sans problèmes, quoi... Celui que Ian n'avait jamais vu. Parce qu'il n'existait tout simplement pas. Parce qu'il n'avait jamais existé. Mais n'était-ce pas un danger, justement, qu'il le sache ? Murphy ne l'avait pas vu comme tel depuis des années. Peut-être la troisième, ou la quatrième... Il ne savait plus quand exactement. Il ne l'avait peut-être même jamais su. Un jour, il n'y avait juste plus eu de méfiance. Plus de peur d'être trahi, vendu, et ainsi de signer son arrêt de mort. Un jour, tout ça avait juste disparu. Et il n'y avait eu que l'assurance propre aux enfants que Ian serait toujours là.

Mais pouvait-il toujours se permettre de penser cela maintenant ? De n'avoir aucun doute sur la fidélité de son ami ? Alors qu'ils étaient là, l'un à côté de l'autre. A construire leurs vies. Prêts à se marier à des cousines et pourtant jamais aussi éloignés, comme le degré de familiarité, peut-être, entre leurs deux futures épouses, elles-mêmes si dissemblables. Il ne savait plus. Assis tous les deux, l'un à côté de l'autre, oui. Mais chacun à un bout du canapé. Avec entre eux un mur invisible, mais qui devenait presque palpable en cet instant. Un mur que Murphy construisait pierre après pierre. Pour se protéger, déjà. Et pour le protéger. Parce que ce mur devient indispensable. Parce que Ian ne doit se douter de rien, pour ne pas mettre en péril sa mission et pour ne pas tenter de le dissuader, aussi. Parce que Ian doit rester dans l'illusion de ce qu'a été leur vie d'avant et penser que les changements sont juste une suite normale. Parce qu'il s'agit juste de le protéger... Se protéger. S'assurer sans rien lui dire de ses projets - pas ceux de mariage, les autres qu'il n'en viendra pas tout de même à trahir leur secret. S'assurer que le mur est assez impénétrable pour le garder dans son champs de vision, mais établir la distance nécessaire à la mise en place de ce tournant que prenait leur vie. La situation sous contrôle, toujours. Son contrôle.

Et il y a Ian qui ramène ses jambes contre lui. Et les sourcils de Murphy qui se froncent légèrement. Les réflexions qui continuent à tourner dans son crâne. La tension dans son corps. Et Murphy qui s'impose de lui-même. Qui, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde, s'étire et vient se caler contre Ian. Un geste qu'il laisse à Loup d'habitude, à Ian, à ce besoin de contact que pourtant il vient de lui refuser. Mais lui peut mettre de la distance entre eux, lui peut se permettre de construire le mur. Ian, lui, n'a pas le droit ! C'est Murphy, c'est lui seul, pas Ian, jamais. Jamais ! "A se demander qui est le pire, hein, entre mes monstres et les tiens... Je ne parierai pas sur les Scroutt cependant." Voilà. Comme ça que les choses doivent être. Même avec les plans. Même avec le futur. Même avec le mariage. Dans l'ordre des choses. Et Ian n'a pas le droit d'y toucher. Sous contrôle.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 4 Jan 2014 - 10:53

Le rire l'avait un tant soit peu calmé. Ce petit rire bref, que les autres qui connaissaient Murphy pourraient qualifier de froid ou sec. Parce qu'il n'y avait rien derrière, tout le miel et le sucre dont il enrobait ses paroles et ses éclats de rire pour les autres. Un petit soulagement, peut-être, il ne portait pas son masque en sa présence. Le costume du petit sang-pur parfait, bien sous tous rapports était tombé et resté à la porte, comme d'habitude. Leurs habitudes, c'était ce qui permettait à Ian de survivre, malgré l'enfermement, malgré l'éloignement, malgré les… sentiments qui lui retournaient le cœur et le reste.

Ces sentiments, comme si le Destin lui en voulait personnellement. Ç'aurait pu juste être une manifestation de sa libido un peu trop éveillée, il aurait pu vivre avec ça. Il avait craqué sur son meilleur ami depuis de longues années et ça n'aurait pas été le premier coup de cœur qu'il regarderait de loin. Il craquait tous les deux jours sur quelqu'un, il n'avait pas de problèmes avec ça. Non, Murphy c'était autrement plus compliqué. Il n'était jamais tombé amoureux, pas une fois de sa vie n'avait-il ressenti plus qu'un frémissement d'envie, qui s'éteint une fois la personne passée dans son lit. Et évidemment, il ne pouvait pas tomber amoureux… d'Heather, par exemple? Au moins tout aurait été plus simple. Non, lui tombait amoureux de la seule personne avec qui c'était proprement impossible.

Mais il pouvait un tant soit peu se consoler en se disant qu'ils restaient comme avant, que leurs habitudes bien ancrées étaient toujours là, que le masque était pour les autres. La princesse boucles d'or elle ne voyait pas à travers le masque, hein? Même avec elle, il était le parfait petit sang-pur orphelin qu'il avait toujours été. Il n'y avait que lui qui savait, qui pouvait le voir comme il était vraiment. Il ne portait pas le masque avec lui, il n'en avait pas besoin, n'est ce pas? Une petite voix intérieure lui murmurait que si Ian pouvait se cacher à Murphy, l'inverse pouvait tout aussi bien être vrai. Le masque de l'écossais était tellement parfait que même son meilleur ami, qui le connaissait tellement bien pouvait s'y casser le nez. Qu'est ce qui lui disait que Murph' n'en faisait pas autant, que leurs petites habitudes bien rodées n'étaient qu'une autre façade, pour lui donner une illusion de normalité, pour lui faire croire qu'ils étaient toujours ce qu'ils avaient été?

Après tout, Murph' vivait autant que lui dans le mensonge, il était sa langue maternelle à lui aussi, mais pouvait-il le tromper? Ils se connaissaient tellement bien… Ian ravala difficilement sa salive, repoussant très loin l'idée qu'il était maintenant devenu comme tous les autres, quelqu'un qu'il fallait manipuler, à qui il fallait dire ce qu'il voulait entendre. Non, c'était impossible, pas lui, pas Murphy. Il était son seul point fixe.

Et puis soudain, la discussion qu'il suivait en automatique redevint importante. Enfin, pas la discussion en elle-même, toujours aussi banale à pleurer, mais le mouvement oh tellement normal de Murphy qui se rapproche, se cale contre lui. Des années d'amitié profonde tendent à effacer les barrière et les notions d'espace personnel. Mais ce jour-là, ce moment précis, ça n'allait pas. Ce n'était pas Murphy qui s'approchait, jamais. C'était Ian qui se vautrait contre lui, s'allongeait sur ses genoux, posait sa tête sur son épaule. Murphy venait vers Loup, jamais vers Ian, et il ne pouvait s'empêcher de penser que quelque chose n'allait pas, qu'il se forçait, qu'il…se passait quelque chose.

Malgré tout, le contact lui réchauffa un peu le ventre, il se sentit se calmer instantanément, et luttait contre l'envie de le prendre dans ses bras, de s'allonger et se serrer contre lui, pour se rappeler qu'il était là. Il voulait s'énerver, lui poser des question, le garder avec lui… mais ce n'était pas eux, alors il continuait à rire tranquillement, faire comme si leur petite conversation banale était la chose la plus importante du monde, et s'appuyer juste un peu plus contre son épaule.

"Oh tu sais, j'échangerais pas un troupeau de scroutt contre un seul de tes marmots, ils finiraient en viande pour dragon, à coup sûr. Nan au moins les miens ils explosent, ils crachent du feu ou ils peuvent m'arracher la tête mais on s'y attend…"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 27 Avr 2014 - 20:55

Il y a des mouvements qui ne trompent pas. Plus que le visage, plus que la voix ou le regard, le corps est un traître, celui qui vous empêchera ee vous dissimuler à qui saura lire. Et si Murphy aurait pu se dissimuler avec un petit effort les tensions de Ian en croyant simplement au masque qu'il lui offrait, le corps, lui, ne pouvait mentir. Même si elles ne durent qu'une seconde alors qu'il s'installe. Même si elles disparaissent aussi tôt pour ne laisser que cette chaleur familière et accueillante, ce point fixe rassurant qui, plus que toute autre chose, lui assure l'entière possession de l'affection de Ian. Mais il a bien senti. Et il en est certain. Aussi sûr que Ian a vu son geste de recul à peine quelques minutes auparavant. Aussi sûr que si Ian venait de le lui crier à la figure. Et  Murphy sait. Que quelque chose ne va pas, que quelque chose cloche. Qu'un grain de sable vient ee se glisser dans la machine si soigneusement huilée. Parce qu'il a le droit de refuser les gestes d'affection, bonnes raisons ou pas. Ian est celui qui la recherche, quoi qu'il arrive, depuis toujours. Ian est celui qui a besoin de son contact. Et il n'a pas le droit d'agir autrement !

Alors Murphy insiste. Discrètement. Subtilement, surtout. Par petites touches. Comme cette main qui vient se glisser dans ses cheveux et qui effleure à peine la jambe de Ian. Comme son regard qui, après être négligemment passé sur le reste du maigre décors de l'appartement, vient se planter sans plus de manières dans celui de son ami. Parce qu'il ne doit voir que lui. "Je crois que j'échangerai pas ma place non plus. Mes marmots sont peut être des dangers publics, mais ils sont au moins capable de comprendre ce que je dis... Je crois." La pensée a à peine été formée dans son esprit qu'elle s'est aussitôt envolée. Pour ne laisser que cette voix un peu plus grave que d'habitude, que ce regard qui ne veut plus lâcher le sien. Ce qu'ils disent importe peu, au fond. Du discours le plus banal à la plus profonde des réflexions. Du beau ou mauvais temps à l'élaboration d'un plan stratégique vital pour leur camp. Rien ne compte, rien n'a d'importance, tout se vaut, au fond. Tant que c'est à lui que Ian parle.

Et Murphy s'étire un peu, après cette difficile journée. S'étale un peu plus une seconde sans en avoir l'air, l'instant d'après de nouveau à sa place, confortablement installé sans être envahissant. Parce qu'il n'a pas besoin de l'être. Parce que quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, Ian ne lui retirera pas ça. Pas sa place, pas ce moment. Pas ce besoin qu'il a toujours eu d'eux deux. Parce qu'ils ne sont que deux. Liés par le secret. Celui qui pourrait bien, demain, lui coûter la vie. Mais s'il tombe... Il l'entraîne avec lui. A la vie à la mort. Pour toujours. "Et ta charmante fiancée, alors ? Elle s'est échappée pour la soirée ?" Quoi de plus banal que de demander des nouvelles de Heather ? Qui, bien sûr, est absente, comme souvent - comme toujours ? Tant que ça ne paraît pas trop suspect -. Et quoi de mieux pour enchaîner sur la suite ? Mais d'abord Heather, juste Heather. Heather et leur petit arrangement de fiançailles, Heather qu'il n'a pas vu depuis longtemps, d'ailleurs. Qu'il n'a pas vraiment cherché à voir de toute façon. Mais c'est un autre bon sujet. Un autre tournant. Un autre moyen de détendre Ian, de le faire parler, encore. De faire redevenir les choses comme elles doivent être.

Avant de repartir sur l'autre sujet, celui que Ian et lui évitent toujours. Mais il doit le lui dire. Parce que, dans un mois, il sera marié.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 9 Oct 2014 - 9:26

Quelque chose n'allait pas bien. Il le savait, Murphy le savait, évidemment, puisque c'était lui qui avait induit le changement. Le changement tellement subtil dans leur rituel si bien dessiné. Ian pouvait se targuer de facilement s'adapter à tout ce qui pouvait lui tomber sur le coin de la figure. Il suivait le sens du courant, même quand il se retrouvait coincé dans ce camp de réfugiés à ciel ouvert, il parvenait à retomber sur ses pattes, comme la petite panthère qui était son patronus. Mais avec Murphy c'était différent, tout était différent. Ils avaient leurs habitudes, leurs rituels, ils savaient quoi faire, à quel moment, comment. Et ce depuis Poudlard, ou presque.

Aujourd'hui la partition avait des ratures, ils n'étaient plus accordés comme ils avaient l'habitude, et aucun des deux ne voulait le dire, parce que ce n'était pas eux. Parce que chacun entretenait son petit masque, son costume parfait. Même s'ils se vantaient d'être vraiment eux-mêmes quand ils étaient seuls tous les deux, est-ce qu'ils le pouvaient encore vraiment? Est-ce qu'ils savaient encore qui étaient "Ian" et "Murphy"? A force d'être ce que le monde voulait, leurs parents, leurs fiancées. Est-ce qu'ils pouvaient seulement encore être juste eux-mêmes? Ian se chassa cette idée de la tête, insidieuse, qui revenait encore et encore depuis tout à l'heure.

Est-ce que le Murphy qu'il connaissait était vraiment Murphy? Est-ce qu'à lui il lui cachait des choses? Est-ce qu'il se cachait de lui aussi?

Il voulait croire que non, bien sûr. Parce que c'était Murphy, et que c'était Ian. Parce qu'ils n'existaient vraiment que l'un par l'autre, l'un pour l'autre. Parce que c'était ce qu'il se plaisait à croire. Mais peut-être que c'était seulement Ian qui vivait pour Murphy, qui n'était personne sans lui, une idée, une façade, un souvenir fade d'un type mignon et sympa mais dont on ne se rappelle d'aucun détail. Peut-être que Murphy lui était suffisamment fort pour se détacher de lui, ou peut-être qu'il n'en avait rien à faire, et qu'il pouvait vivre comme ça, à être ce que les gens voulaient de lui. Peut-être que ces fichus sentiments lui mélangeaient le cerveau et que l'envie de le prendre dans ses bras et l'enfermer dans sa chambre était trop forte pour qu'il puisse former une idée cohérente.

C'était n'importe quoi. Il commençait à perdre la tête, et l'enfermement lui pesait. Et puis Murphy. Il n'était pas comme d'habitude, mais Ian s'en contenterait, parce qu'il deviendrait vraiment fou sinon. Ou qu'il oublierait qui il était vraiment. Et parce qu'il avait envie de ces contacts qu'il lui donnait, et qu'il avait envie d'en être heureux. Qu'il souriait en le regardant dans les yeux, sincèrement, parce qu'il était juste heureux d'être avec lui, parce que c'était ce qu'il fallait. Pour qu'il reste.

Les autres pensées s'effaçaient devant ce point fixe. Il était là, avec lui, et c'était ce qui comptait. Alors Ian reprit ses habitudes à lui, s'allongea sur le canapé et posa la tête sur les genoux de son ami. Il lui attrapa la main pour la garder contre lui, le pouce passé entre ses doigts. C'était sans doute le seul endroit où il se sentait chez lui, à regarder dans ses yeux et sentir son odeur. Là il était calme, et rien d'autre ne changerait. Et leur conversation banale à pleurer était la chose la plus importante du monde.

"Ma fiancée? Elle doit être entre les bras de son Jules du moment… ou à se faire offrir des cocktails au bar. Elle m'a pas dit qu'elle découchait mais bon, ça veut rien dire."

Pas comme s'ils se disaient tout avec Heather. Ils se disaient suffisamment, et leur relation était parfaite comme ça. Parce qu'ils savaient que quand ils étaient trop ensembles, ils finissaient irrémédiablement par s'engueuler. Et casser des objets, puis finir au lit. Ce qui n'était pas plus mal, mais embêtant pour les vases. Et puis elle savait où se plaçait Murphy dans leur couple. Pas comme le meilleur ami qu'on oublie une fois marié, pas comme la pièce rapportée. Non. C'était Murphy, voilà, point.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

Don't tell me about her | Murphy
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Premier et Second étages :: Appartements des professeurs