I knew you were trouble when you walked in [MISSION]



 



I knew you were trouble when you walked in [MISSION]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques
avatar
Ciaràn O. Callaghan
Messages : 334 Crédits : Moua
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 2ème année à Sainte-Mangouste - Pathologie des Sortilèges
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Une moufette
Epouvantard : Ses deux soeurs mortes et transformées en Inferi
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 6 Mar 2013 - 15:06

Ciaràn regarda Wallas dans les yeux et lança un petit souffle pour faire bouger les cheveux qu’il avait devant l’œil droit. Le leader de la faction ne lui broncha mot et Ciaràn fut quitte pour faire demi-tour et sortir de la pièce. Son amant ne lui disait même pas au revoir. Ciaràn était vraiment déçu, après tout ce qu’il s’était passé entre eux. Il ne comprenait pas comment une personne pouvait être si froide envers une autre. Il s’affala dans un canapé du QG, posant sa main sur son front comme un grand tragédien. Ouais, il aurait voulu avoir un public pour pouvoir exprimer ses sentiments devant la froideur de William. Mais il n’y avait personne pour s’occuper des états d’âme de Ciaràn. Alors il déplia la missive que Wallas lui avait confié. Oh, il sentit le parfum musqué de l’homme et son cœur fit un bond dans sa poitrine. Quel homme charmeur.

Il se redressa en position assise au moment où il lut la personne qui allait l’accompagner pour la mission. Franchement ! Il faillit se relever et aller dans le bureau de William pour le pencher au dessus de son bureau et lui faire des choses au delà de l’imaginable. Pas qu’elles soient sexuelles, mais il lui prévoyait de la torture à gogo. Ciaràn ne voulait pas se retrouver à babysitter une ex-mangemort. Même repentie, même qui a fait des travaux d’intérêt général. Que nenni ! Pas de ça chez lui ! Mais que diable ! Il n’allait pas se trimballer Ashley La-quelque chose ! Il relut son nom de famille sur le papier, mais il était sûr qu’il n’arriverait jamais à l’enregistrer. Ça sera Ashley la mangemort pour lui. Il finit quand même de lire l’ordre de mission, même si c’est uniquement pour la forme. Il était sûr que le plus important était de surveiller Ashley, voir si elle ne jouait pas un double jeu. Il se leva complètement et se dirigea vers la sortie. Il devait aller chercher sa sœur. Il paraît que c’est elle qui avait ramené Ashley chez les Phénix. Elle allait devoir répondre de ses actes.

Arrivant devant l’appartement qu’ils partageaient tous, il rentra directement sans prendre la peine de se décrotter les chaussures. Il fallait qu’il pose rapidement deux trois questions. Il chercha au rez-de-chaussée, mais il ne trouva pas de trace de Eireann. Il monta à l’étage pour trouver finalement Eireann en pleine séance d’abdos fessiers avec son ancien professeur d’Histoire de la Magie. Oh, gosh. Pourquoi Merlin lui imposait toujours des visions toujours aussi perturbantes ?! Encore, cela allait pour Scarlett, mais pour Eireann c’était à peine s’il ne se retenait pas de vomir.
« Eireann, j’ai besoin de toi frangine. C’est à propos d’Ashley l’ancienne Mangemort. »
Bon, il dut attendre qu’elle finisse ses exercices, qu’elle prenne une douche, qu’elle finisse de papoter. Il dut aussi lui faire à manger, attendre qu’elle repasse une chemise. Et le lendemain matin, il put enfin avoir les réponses à ses questions. Juste entre le moment où il se levait et le moment où il devait partir pour Sainte-Mangouste. Merlin que ce n’était pas facile de vivre avec ses sœurs.
Et il n’aimait pas non plus faire attendre une mission. Une fois que son service fut terminé, il débarqua au QG comme une fleur, précisant à qui voulait l’entendre qu’il avait réussi à apprivoiser des doxys par la seule force de sa pensée. (Ce qui était absolument faux, la véritable histoire était qu’on lui avait demandé de s’occuper de doxys qui trainaient dans le bâtiment et il avait réussi à s’en débattre au bout de quelques heures. Mais comme il l’avait fait tout seul, et qu’il n’avait pas eu de blessures, il racontait maintenant qu’il était le dresseur de ces monstres. Le Doxystator.)
Il chercha Ashley du regard. Il ne la connaissait pas trop, de vue on pourrait dire. Si les quelques photographies de Eireann avaient suffit. Il se posta devant elle et engagea la conversation.
« Je suppose que t’es Ashley. J’ai besoin de toi, je ne sais pas si Wallas t’as prévenue, mais on va devoir interroger un de tes petits camarades. Je suis Ciaràn. » Il n’était sûrement pas la peine que Ciaràn donne son nom de famille. Premièrement, il était possible qu’elle s’en serve pour le dénoncer dès que l’occasion se présenterait. Et dans un second temps, elle devait sûrement le connaître par rapport à sa sœur. Dans un sens, les deux précautions s’annulaient entre elles.

Ciaràn partait dans l’optique que Ahsley connaissait déjà ce qu’il attendait d'elle, et il fallait être con pour ne pas savoir ce qu’était réellement le but de la mission. Il l’invita à le rejoindre le lendemain à la sortie des cours, et si elle pouvait être en avance, cela ne leur serait que plus profitable. Ils rencontreraient directement Wheeler à la sortie des cours.

Postés devant l’école, il fallait attendre. Quand il vit apparaître Ashley, il se dit que ce serait peut-être le bon moment pour un petit interrogatoire. Passée la politesse, il alla directement à l’essentiel.
« Hum, Ashley, comment ça se fait que tu aies atterris chez les Phénix ? Tu connaissais Wheeler avant aujourd’hui ou pas ? Qu’est-ce que tu as dit à ma sœur pour qu’elle s’occupe de toi comme ça ? Tu sais que ces stratagèmes ne marchent pas sur moi ? » Ciaràn avait involontairement haussé le ton dans la fin de ses questions. Mais il n’aimait pas l’idée de se faire tromper et duper par un mangemort, tout féminin soit il. Il avait chaud à l’intérieur de lui. Il ne fallait quand même pas qu’il commence par se mettre en colère dès le début.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Black & White, Shadows & Lights
My heart is bleeding, will you use your hands to heal me ?


Spoiler:
 


Dernière édition par Ciaràn O. Callaghan le Mer 29 Mai 2013 - 19:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ashley M. Lakefield
Messages : 3071 Crédits : avatar Shiya. ; sig : Chieuze & Tumblr & Shy'm
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 7ème année à l'institut POTTER
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Elle n'a encore jamais réussi à produire un patronus corporel, mais si elle y arrivait un jour, il prendrait la forme d'un aigle
Epouvantard : Johanna morte
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 31 Mar 2013 - 13:36

Mars. L’hiver cédait lentement sa place au printemps, les journées se rallongeaient et Ashley s’ennuyait. Sa vie était devenue une routine. Se lever, manger, s’habiller, aller à l’Institut, attendre ses parents au QG, rentrer, s’occuper comme elle le pouvait, manger, se laver, se coucher. Deux mois qu’elle était rentrée chez ses parents, deux mois qu’elle était privée de sortie. Ce n’était pas particulièrement nécessaire puisqu’elle n’avait aucune vie sociale et même si cela avait été le cas, la surveillance du ministère rendait ses déplacements difficiles. Elle était persuadée que toutes ses pauses toilettes étaient notées dans un carnet, en plus de ses heures de sommeil. S’en était tellement oppressant, qu’elle avait fini par apprécier ses heures passées au QG. Au moins, elle voyait qui la surveillait. Mieux, elle avait des alibis. Elle avait dix-huit ans et ce qu’elle préférait dans la journée était de passer sa soirée dans un QG sans parler à personne. Elle ne pouvait vraiment pas faire plus pathétique que ça. Tête posée sur un bras, elle se distrayait en faisant courir l’un de ses doigts le long de la table à laquelle elle était assise. L’idée de se plaindre en disant qu’elle s’ennuyait ne lui frôlait même pas l’esprit. Elle n’avait pas le droit de se plaindre. Pas le droit de l’ouvrir. Et ce n’était pas comme si elle en avait envie. Ce traitement était mérité. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était se faire la plus petite possible et attendre qu’on lui donne l’occasion de faire ses preuves. Une occasion qui s’était présentée quelques jours auparavant.

William Wallas était venue la voir pour la prévenir qu’elle était chargée d’aider l’un de ses hommes pendant une mission de surveillance sur Wheeler. Cet homme la contacterait et lui donnerait plus d’informations, mais la question restait quand ? Elle ne se faisait pas d’illusions. Elle savait qu’elle serait surveillée là encore, mais et alors ? Elle y était tellement habituée qu’elle ne s’en rendait presque plus compte. Presque parce qu’elle savait qu’à la moindre erreur, elle serait embarquée. Et parce que ses parents le lui rappelaient constamment. Son doigt tournait en rond sur le bois vernis et elle s’apprêtait à changer les directions lorsqu’un mouvement sur sa droite attira son attention. Un homme – ou plutôt un adulte en couche-culotte – avec les cheveux en pétard s’approchait d’elle et si cela avait été une toute autre situation, elle lui aurait offert un peigne. A la place, elle ravala sa langue. Elle ne lui avait jamais parlé, mais elle reconnaissait le frère d’Eireann et sa mémoire la ramena à sa rencontre avec sa professeure de soins aux créatures magiques. Mission désastreuse s’il en était et un frisson de dégoût la parcourut au souvenir du gobelin qui les avait suivis. C’était ironique dans un sens. Tous les Callaghan seraient-ils chargés de la surveiller en mission ? Ciaràn était beaucoup moins accueillant que sa sœur, mais cela ne la surprit pas plus que cela. Si Eireann ne l’avait pas prise sous son aile avant que tout parte en vrille, Ashley était persuadée qu’elle aussi, lui jetterait des regards noirs à longueur de journée.

Il ne lui donna pas plus d’informations, si ce n’est qu’il fallait qu’elle soit là à l’heure, voir en avance, de la sortie le lendemain pour cueillir Wheeler. Le retrouver à la sortie pourquoi pas, être en avance risquait d’être difficile puisqu’elle avait cours, mais elle se mordit la langue pour éviter de l’ouvrir. Sa propre surveillance commençait maintenant et il n’était pas question de lui donner une raison d’empirer sa situation. Il suffirait d’une remarque de sa part pour qu’elle soit jetée aux lions. Et ce coup-ci, le soutien de sa mère, d’Eireann et de Johanna ne suffiraient pas.

Par un heureux hasard – ou plutôt un heureux emploi du temps – elle fut libérée à 15h30. Résiliée à l’idée d’attendre que 17h sonne, elle campa dans le hall d’entrée, son livre de sortilèges sur les genoux. Lorsque sa montre afficha 16h45, elle sorti et ses sourcils se levèrent sous la surprise de voir Ciaràn déjà en train d’attendre à l’extérieur. A peine l’avait-elle rejoint que l’inquisition commençait déjà. Elle leva les yeux au ciel et puisque la politesse semblait être quelque chose d’étranger pour lui, elle décida d’en faire fi aussi et de ravaler ses remarques. A la place, elle répondit de manière la plus synthétique qui soit. « Avant d’être mangemort, j’étais Phénix. Non. Rien, ta sœur me connaît. Quels stratagèmes ? » Le ton était loin d’être cordial, elle était sèche et sa posture ne laissait rien présager de bon. Elle se retenait, s’empêchait de maugréer sous sa barbe inexistante, serrait les mâchoires et les poings – secrètement, dans les poches de sa robe de sorcier – respirait à intervalles réguliers, mais rien n’y faisait. Il était là pour la surveiller, pas l’interroger. Qu’est-ce qu’il croyait ? Qu’elle allait lui confier tous ses secrets pour qu’il lui fasse confiance ? Plutôt mourir. Pour la première fois elle remerciait son manque de vie sociale et le silence qui l’entourait en permanence au QG. Ce QG qui lui manquait là tout de suite. 15 minutes d’attente avec cet abruti à ses côtés et l’impossibilité de dire quoique ce soit. Joie. « Voilà un scoop sur moi, puisque tu es si intéressé : les informations que tu veux, Wallas les a. Les amerloques les ont aussi. Je suis peut-être influençable, Ciaràn, mais pas conne. Tu es là pour me surveiller, pas pour connaître l’histoire de ma vie. » Desserrant les poings, elle prit une grande inspiration pour tenter de se calmer. « Wheeler est dans ma promo, je le connais de vue, mais je ne lui ai jamais parlé. La seule chose que je sais c’est que c’est un mec … » Non, vraiment ? « … et qu’il était à Serpentard. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ciaràn O. Callaghan
Messages : 334 Crédits : Moua
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 2ème année à Sainte-Mangouste - Pathologie des Sortilèges
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Une moufette
Epouvantard : Ses deux soeurs mortes et transformées en Inferi
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 11 Avr 2013 - 9:24

Le fait que Ashley réagisse à ses paroles montrait qu’elle comprenait au moins que ses intentions n’étaient pas des plus amicales. Il n’était pas là pour jouer avec elle et cracher sur le dos des mangemorts ensemble comme deux vieux copains. Elle avait un passé de Mangemort, personne de devrait oublier ça. Mangemort un jour, mangemort toujours.
En plus, pour accentuer ça, il semblait qu’elle ne savait rien sur Wheeler. Jamais utiles les mangemorts. Ciaràn voulait bien leur laisse rle bénéfice du doute quelques fois, mais il fallait qu’ils fassent des efforts quand même. Et puis l’histoire de sa vie, par merlin qu’il s’en tapait de l’histoire de sa vie. Il voulait juste qu’elle ne blesse personne en faisant ressortir son côté mangemort. Qu’elle ne fasse souffrir personne. Même si Eireann avait confiance en elle, ce n’était pas possible pour lui de laisser tous ses préjugés prendre la fuite. Ce n’était pas comme s’il n’avait pas participé à la bataille, qu’il n’avait pas vu certaines personnes se battre contre lui. Il avait combattu certaines personnes. Il savait ce que les mangemorts pouvaient faire. Il ne voulait plus que quelque chose comme ça arrive aux gens qu’il aime.
Son regard glissa sur Ashley, elle ne semblait pourtant pas si dangereuse que ça. Mais il ne devait pas se fier aux apparences. Et en premier lieu, il devait mener à bien la mission. Quitte à dévoiler le côté sombre d’Ashley, quitte à tomber dans son piège. Et s’il arrivait à s’en sortir, il pourrait faire d’une pierre deux coups. Si Wheeler était vraiment un mangemort. Mais pour l’instant, ils en avaient apparemment aucun idée tous les deux.
Il releva la tête qu’il avait laissé tomber tout au long de sa réflexion et croisa le regard d’Ashley. Il se secoua un peu les épaules pour reprendre constance et s’adressa à elle. « Bon, si tu ne sais rien de plus, il va falloir que nous y allions par nous même. Je propose que tu me désignes quelques uns de ses camarades, du plus éloigné au plus proche et on va commencer par récolter des informations discrètement. »
Il fallait plutôt qu’ils commencent par les gens les plus éloignés de Wheeler et de ses amis, ils seront les plus à mêmes à donner facilement des informations. Une idée le frappa, il ne pouvait décemment pas aller demander des comptes aux personnes comme cela. Il était quand même sensiblement plus vieux qu’eux, il n’allait pas passer inaperçu et les gamins allaient en parler entre eux. Il connaissait la mentalité des enfants, parce que franchement cela ne faisait pas longtemps qu’il n’en était plus un.
« Hum, en fait, est-ce que tu pourrais t’occuper de ça ? Tu feras moins de vagues en étant une étudiante que moi en étant un étudiant en médicomagie. A moins que je fasse comme si je leur faisais tous faire une visite médicale. Mais je pense pas que ce soit possible. Je vais plutôt faire des recherches au ministère dans les archives. »
Il faillit la laisser là et se détourner, mais il vint se rappeller de quelque chose d’important. Il était là pour la surveiller, s’il la laissait faire le recueil de données, comment il pouvait être sûr que ce serait les vraies données dont elle lui ferait part par la suite. Le cerveau de Ciaràn était en ébullition, tiraillé par le fait de mener à bien la mission principale le plus rapidement possible et sans heurt et le fait qu’il devait surveiller Ashley. Ce n’était pas possible ! Wallas avait le don de le sortir fréquemment de sa zone de confort.
Il devait peut-être jouer carte sur table avec Ashley, cela leur permettrait d’aller plus vite.
« D’accord, j’ai un souci là, je ne te crois toujours pas, et j’ai des doutes sur ta vraie faction. Donc, je ne peux consciemment te demander de faire quelque chose alors qu’il y a des chances que tu vendes des informations ou quelque chose dans le genre. Du coup, pour interroger les élèves, je te laisse aller devant et t’acoquiner avec eux, et je reste en retrait. Ça serait possible que tu fasses semblant d’être amoureuse de Wheeler, pour ça passe mieux ? »
Ciaràn eut un petit sourire, pas mesquin, mais seulement pour prouver qu’il trouvait l’idée complètement amusante.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Black & White, Shadows & Lights
My heart is bleeding, will you use your hands to heal me ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ashley M. Lakefield
Messages : 3071 Crédits : avatar Shiya. ; sig : Chieuze & Tumblr & Shy'm
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 7ème année à l'institut POTTER
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Elle n'a encore jamais réussi à produire un patronus corporel, mais si elle y arrivait un jour, il prendrait la forme d'un aigle
Epouvantard : Johanna morte
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 23 Mai 2013 - 21:43

Par Merlin, l'Ordre souffrait-il de pénurie de fidèles pour qu'ils lui collent un incapable en guise de surveillant ? Ils auraient au moins pu faire un effort et lui donner quelqu'un d'intelligent qui savait ce qu'il faisait. Mais non, il fallait qu'elle se coltine le SDF du coin et suive ses ordres. Ordres plus incohérents les uns que les autres et qui auraient pu la faire rire si elle n'était pas autant exaspérée par la bêtise de Ciaràn. Comment pouvait-il partager les mêmes gènes qu'Eireann ? Le pire restait la formulation de ses directives. « Je propose » « Est-ce que ? » ... quel était son but ? Paraître poli aux yeux des autres, alentour ? Faire comme si elle avait un choix en la matière pour s'amuser à la ramener plus bas que terre plus tard ? Rares étaient les personnes qu'elle haïssait réellement, mais chaque minute passée en compagnie de cet abrutit la poussait un peu plus à rajouter son nom à la liste. Juste en dessous de celui de Malefoy qu'elle rêvait d'encastrer dans un mur.

Sourcil levé, elle attendait que Ciaràn réalise la connerie de ses « propositions », mais son insolence se perdit bien vite sous la fureur et le dégoût que lui inspirait Callaghan. Pour qui se prenait-il ? Se croyait-il à ce point supérieur à elle pour qu’il l’insulte de cette manière ? Qu’il la prenne pour une mangemort, elle n’en avait absolument rien à foutre. Il était normal que les gens aient encore des doutes. Qu’il la soupçonne de vendre des informations était un peu plus vexant, mais encore une fois, peu surprenant. Mais qu’il lui demande de jouer les hétéros était on ne peut plus inadmissible. Des années passées à devoir supporter les regards désapprobateurs et les menaces d’un emprisonnement à vie, et maintenant qu’elle pouvait enfin être libre, il lui demandait de tout refouler ? Si elle l’avait pu, elle lui aurait foutu son poing dans la gueule. C’était ça la mentalité Phénix ? Avait-elle été à ce point aveugle au début de la guerre ? A ce point stupide de croire qu’ils prônaient une liberté pour tous, lorsqu’au final ils les enfermaient ? Où était passée la liberté d’agir et de penser ? La liberté d’être ? Enfouie sous les vestiges d’une civilisation détruite par une guerre sans fin qui finissait toujours de la même manière, sans faire de différence entre les camps : mort, destruction et enfermement. Au fond, les Phénix ne valaient pas mieux que les Ombres ou les Héritiers.

« T’es un gros con, Callaghan. » Siffla-t-elle en se retenant de dire quoique ce soit d’autre. Elle sentait ses ongles s’enfoncer dans ses paumes et son cœur frapper violemment dans sa poitrine. L’envie de le cogner était de plus en plus forte, mais le moindre geste menaçant envers lui et elle risquait Azkaban. Quel con ! Prenant le temps d’inspirer et d’expirer, elle continua d’un ton plus calme. « Wheeler a peu d’amis ici. Je me souviens qu’il était souvent fourré avec un gringalet à la peau noire qui a dû rester à Poudlard puisque je ne l’ai pas revue depuis. Par contre ! Vu qu’à chaque fois qu’il ouvre la bouche j’entends des oies glousser, je suppose qu’il doit avoir une ou deux filles qui lui tournent autour. » C’était quelque chose de complètement aberrant pour Ashley, mais tous les goûts sont dans la nature, n’est-il pas ? « Et avant que tu proposes quelque chose de plus intelligent, non je n’irai pas faire semblant d’être intéressée. C’est ta mission, tes fesses qui se bougent. » Elle préférait de loin se faire critiquée pour ne pas en avoir fait assez que pour en avoir fait trop et aux dernières nouvelles aucun ordre de mission ne lui avait été adressé. C’était à Ciaràn de se mouiller. Elle se contenterait de l’empêcher de couler, si elle le pouvait. Mais la triste vérité était qu’elle ne savait rien de Wheeler. A part peut-être le fait qu’en troisième année, il s’était renversé son verre de jus de citrouille sur son uniforme et avait raté son sortilège de nettoyage.

Son propre sourire amusé sur les lèvres, Ashley pointa discrètement du doigt une jeune fille rousse qui sortait de l’immeuble. « Je crois qu’elle s’appelle Hilary, ancienne poufsouffle. Vous devriez bien vous entendre. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ciaràn O. Callaghan
Messages : 334 Crédits : Moua
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 2ème année à Sainte-Mangouste - Pathologie des Sortilèges
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Une moufette
Epouvantard : Ses deux soeurs mortes et transformées en Inferi
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 2 Juin 2013 - 15:50

La phrase tomba sur lui comme un couperet, et il eut la même tête que si cette dernière avait effectivement roulé un ou deux mètres plus loin. Non, mais, il avait fait quoi encore ? Il pouvait comprendre que parfois, il mettait les pieds dans le plat, et de manière la plus inattendue qui soit. Mais il ne pensait pas être méchant. Enfin, il ne comprenait pas, et puis, ça le vexait en fait. Il était devant une mission. Un ordre de Wallas, et elle le traitait comme un moins que rien, parce qu’il avait gaffé, il ne savait où. Et c’est bien un des plus grands moments de solitude de Ciaràn, quand il voit une ex-mangemorte se crisper devant lui. Et il se sent de plus en plus seul, parce qu’il sent plus, qu’il ne comprend que la crispation n’est pas due à quelque chose de volontaire de sa part.
Il ne sait pas quoi lui répondre, fait semblant de ne pas avoir entendu. Et écoute ce qu’elle a à dire sur Wheeler. Par toutes les crottes de botruc, il fallait qu’il se tape la fille la plus récalcitrante de la terre. Et qu’elle l’envoie chier ne les aide pas non plus.
« Déjà, un petit rappel pour toi. Tu peux me traiter comme tu veux, mais c’est pas moi qui ait besoin de passer pour une Phénix lambda. Deuxièmement, j’en ai rien à foutre de ta gueule, j’essayais juste de t’impliquer. Et pour finir, je t’assure que si tu causes n’importe quel soucis, crois-moi que je serai là pour te faire mordre la poussière. Maintenant que c’est dit, on continue. »
Il se mit à marcher vers la fille que Ashley lui avait désignée, laissant là cette dernière. Tant pis pour elle, il pouvait être très aimable mais quand on venait le chatouiller un peu trop fort, on se prenait des sorts dans la tronche. Il n’en absolument rien à faire de ses plaisanteries méchantes. Il ne va pas passer sa vie à s’occuper des petites œuvres de Wallas non plus. Les tâches d’envergures ne seraient pas de trop pour lui. Mais non, il est coincé avec ça.
Passons. Il s’approche de la jeune fille qui discute avec une camarade. Maintenant, il devenait clair qu’il n’avait aucun scenario de prévu pour entrer en contact avec elle. « Mademoiselle, pourrais-je vous emprunter votre amie un instant ? » Il lança le sourire ravageur qu’il possédait en tirant ses lèvres au maximum et cherchant à passer pour le plus naturel du monde. Chose bien évidemment impossible, et il s’en rendait compte. Et comme il aurait dû s’y attendre, les jeunes filles le regardèrent avec des yeux ronds et ne bougèrent pas. D’accord, il fallait s’y prendre autrement.
« Bon, excusez moi, mais je suis un peu en recherche pour mes études de médicomagie, et j’ai quelques questions à poser à plusieurs personnes. C’est comme un sondage. »
Bon, là, ta créativité te mettra pour toujours dans des situations cocasses Ciaràn Callaghan. Tu vas trouver un questionnaire en moins de dix secondes ? C’est beau l’espoir. « Laquelle de vous deux veut commencer ? Il ne faut pas que vos réponses vous influence l’une ou l’autre. »
La copine de la dénommée Hilary se leva. Pas de problème, on va composer sur le tas.
« - Quel âge as-tu ?
16 ans
Est-ce que tu as des passions particulières dans la vie ?
Oui, j’élève des Bambi chez mes parents.
Pardon ?
Oui, des petites souris avec de longues jambes, qui gambadent. Leur maman a été tuée par un chat, y’a un ou deux jours.
D’accord, tu as quelques pathologies particulières ? Des peurs intenses, ou des comportements à risque ?
Oui, je suis hexakosioihexekontahexaphobe.
Oh, vous êtes hexakosioihexekontahexaphobe ?(Oui, à ce moment de là de la conversation, Ciaràn faisait semblant de noter des réponses, et de comprendre ce qu’on lui racontait. On l’avait perdu depuis les Bambi.)
Oui, je suis hexakosioihexekontahexaphobe. (Et c’est une bonne situation, ça, hexakosioihexekontahexaphobe ? Il fallait aussi comprendre qu’il ne savait pas ce que c’était l’ hexakosioihexekontahexaphobie. )
D’accord. Et est-ce que vous pratiquez du sport ?
Oui, je suis très bonne en Quidditch et en Quodpot. Aussi en Quidditch de chambre ...
(Alerte maximale, nous assistons à une tentative de drague sur la personne de Ciaràn Callaghan, quelle est la meilleure réaction à adopter ?)
Je prends note. (OULA, réponse ambigüe de type 2) Bien, je pense que j’ai ce qu’il me faut, je peux prendre votre nom pour vous contacter si j’ai plus de questions ? (oh, mais il réplique le coquin !)
D’accord, Jeanne Choden Lacoulotee. »
Il la remercie d’un hochement de tête. Un obstacle de moins sur la route. Enfin, il se pourrait qu’elle revienne à la charge, vu dans quel état, la présence de Cia avait l’air de l’avoir mise. Tant qu’elle ne devenait pas aussi collante, envahissante et cannibale que du Lierre-Dragon
« Vous pouvez venir mademoiselle s’il vous plait ? Cela ne durera pas longtemps. En réalité, je travaille pour le gouvernement, et nous venons faire des recherches pour essayer de débusquer un agent dormant des mangemorts. Je vous demande, parce qu’on m’a dit que vous étiez bien informée sur vos camarades. Vous jurez que vous ne répéterez pas ce que je viens de vous dire et ce que je vous ai demandé à qui que ce soit ? » Il avait sorti sa baguette et la tenait pointée vers son poignet qu’il tendait vers Hilary. En réalité, il ne savait pas se servir des sorts de promesses entre les personnes. Mais comme il assurait une personnalité devant la jeune fille, il continuait le jeu jusqu’au bout. Il fallait seulement lui faire peur, et il lancera un sort qui créerait un filin pour qu’il aille s’attacher autour de leurs poignets. Seule la peur suffira à lui faire tenir sa parole. Elle acquiesça et tout se passa comme il avait prévu. Il put enfin lui demander des informations sur Wheeler, si celui-ci avait, oui ou non, des contacts avec les mangemorts. Et effectivement, les rumeurs avaient l’air fondées. On l’avait surpris en train de réunir des amis à lui, et ensemble, ils critiquaient les américains. Sans oublier le petit détail qui tue, il semblerait aussi qu’à Poudlard, il n’avait eu aucun problème avec Selena Lewis. Même si ce dernier avait commis quelques méfaits par le passé. Il remercia la jeune fille et s’en retourna vers Ashley avec un petit sourire satisfait. Non seulement il avait obtenu un numéro d’une fille, mais en plus, il avait des infos sur Wheeler !
Il rapporta à Ashley ce qu’il avait appris.
« Une autre idée pour avancer ? »
Goguenard, c’était le mot.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Black & White, Shadows & Lights
My heart is bleeding, will you use your hands to heal me ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ashley M. Lakefield
Messages : 3071 Crédits : avatar Shiya. ; sig : Chieuze & Tumblr & Shy'm
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 7ème année à l'institut POTTER
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Elle n'a encore jamais réussi à produire un patronus corporel, mais si elle y arrivait un jour, il prendrait la forme d'un aigle
Epouvantard : Johanna morte
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 30 Juin 2013 - 15:24

Et c'était reparti. « Vilaine vilaine mangemort. Tu m'obéis au doigt et à l'oeil sinon je te casse les dents. Mais sinon je veux bien que tu prennes part à la mission, parce que c'est pas tout ça, mais je sais pas ce que je dois faire. » Combien de fois aurait-elle droit à la même chanson ? Avait-il l'esprit tellement fermé qu'il était incapable de voir au-delà des mots mangemort ? Mangemort ... c'était un gros mot. Techniquement, elle n'avait été mangemort qu'une seule fois et regardez comment ça s'était fini ! De retour dans les rangs Phénix qui au lieu de lui rappeler des jolis souvenirs d'enfance ne lui laissaient à présent qu'un goût amer dans la bouche. Et ce n'était pas Ciaràn qui allait lui faire changer d'avis. Les Phénix étaient pourris et il en était la preuve même. Levant les yeux au ciel face à sa menace qui n'effraierait pas une mouche, elle le laissa partir.

Cette mission était l'occasion qu'il lui fallait pour faire ses preuves. Montrer qu'elle méritait leur confiance. Qu'elle était toujours cette fille qui avait retrouvé le journal de Dumbledore et l'épée de Gryffondor. Mais un mot de Callaghan et voilà qu'elle ne voulait plus que partir dans l'autre sens. Con, ignorant et petit d'esprit, tout allait contre lui. Non, vraiment, elle ne voulait plus rien à voir avec lui ou les Phénix ou qui que ce soit. Elle remerciait Wallas, de lui avoir montré, au travers de Callaghan, qui ils étaient vraiment. Les yeux plissés et les mains dans les poches, elle ne quittait pas son surveillant du regard. D'où elle était, elle n'entendait que des bribes de ses conversations, mais elle comprenait qu'il était très mauvais en improvisation. Par chance, les filles étaient particulièrement stupides. Etait-ce une caractéristique des Poufsouffle ou son amertume qui la rendait prompt à critiquer de cette manière ? La raison lui importait peu. Elle voulait juste qu'il en finisse pour qu'elle puisse partir.

Mais cela aurait été trop simple. Et encore mieux, le sourire qu'arborait Ciaràn lui donnait envie de le gifler. C'était impossible qu'il soit le frère d'Eireann. Impossible. « Pourquoi ? Ton érection bloque l'activité de tes neurones ? » Consciente d'être allée trop loin, elle se mordit la lèvre et le fuit du regard. Ce qu'Hilary avait dit ne les menait pas loin. En tout cas, pas suffisamment pour qu'elle puisse se barrer dans les cinq prochaines minutes. « Si Henry n'a jamais eu de problèmes avec Lewis, c'est qu'il était Héritier, mais est-ce qu'il l'est encore ? » Elle connaissait d'avance la réponse de Ciaràn, mais elle savait que les choses pouvaient changées. Même si, dans le cas d'Henry, elle-même en doutait. « Critiquer les américains n'est pas un crime et celui qui ne le fait pas est un idiot. Lors de l'attaque il a très bien pu fuir et quitter les Héritiers pour suivre et rester avec sa famille. » Sauf qu'il n'était pas elle et elle en était consciente. « Ce qui ne l'empêcherait pas de garder les idéaux Héritiers. Et dans ce cas-là c'est lui l'idiot. Surtout s'il essaye de les répandre dans l'Institut. »

Le regard à présent posé sur la fille aux bambis qui lui jetait un regard noir, elle inspira. « Deux propositions : continuer à fouiner et dans ce cas-là tu retournes draguer machin-phobe ou aller voir Henry directement. Personnellement je vote pour la deuxième. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ciaràn O. Callaghan
Messages : 334 Crédits : Moua
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 2ème année à Sainte-Mangouste - Pathologie des Sortilèges
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Une moufette
Epouvantard : Ses deux soeurs mortes et transformées en Inferi
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 2 Juil 2013 - 17:01

Bam, dans ta gueule Ciaràn. Pour une fois qu’il se démerdait tout seul, qu’il essayait de faire quelque chose de cool. Et bah non, il fallait quelqu’un pour le remettre en arrière et le ramener à des choses complètement basiques. Il était plus dégouté qu’il n’enrageait. Il avait jsute envie de rentrer chez lui maintenant. C’est bon, il avait donné tout ce qu’il avait. S’il n’était pas capable de plus, il n’avait qu’à rentrer et dire à Wallas que ce n’était plus la peine. Il n’avait qu’à plus faire de mission aussi. Ou alors, n’en faire qu’avec Eire, puisqu’il n’y avait que cette manière qu’il pouvait réussir quelque chose.

Bon, il fallait qu’il se reprenne. Il fallait qu’il montre encore une fois qu’il était capable de faire de son mieux et de réussir. Il n’allait pas s’exiler sur une exoplanète, simplement parce qu’il n’arrivait pas à s’accommoder de quelqu’un.
Bien qu’il n’eut pas le cœur de répondre à la question de Ashley, il avait pensé sa réponse, parce que c’était un homme qui pense.
« Critiquer les américains n’est pas un crime, mais le revendiquer devient passable d’emprisonnement. C’est pas les êtres les plus charmants qu’il m’ait été donné de rencontrer. » Quelle bande de gros bâtards.
« De toute façon, on ne le saura pas tant qu’on ne l’aura pas confronté, t’as raison. »
Oui, il donnait raison à Ashley, mais c’était sorti naturellement. Il était juste fatigué de se battre. Et oui, il préférait grandement retourner draguer que de passer son temps à courir après un putain de mangemort qui se serait échappé de son zoo. Surtout qu’elle n’était pas moche la petite.
« Bon, écoute. Tu peux partir si tu veux, je vois que ça te fait chier. Et puis j’irais parler à Wheeler tout seul. Mais pas aujourd’hui, je voudrais juste profiter d’avoir une touche avec Jeanne. »
Il tendit sa main vers Ashley. Objectif rentrer à la maison, appeler la bûche répondeur de Jeanne, et laisser un petit message.

Deux jours plus tard

Ciaràn attendait dans le même lieu qu’auparavant. Le soleil perçait la couche des nuages. Enfin, il essayait de faire son trou à travers la couverture nuageuse qui s’était répandue sur Londres. Il se frotta les côtes en repensant aux conversations la tête dans la cheminée. Eire qui lui bottait les fesses au passage et Siobhan qui essayait de savoir ce qu’il se passait. Non, Sio, Ciaràn ne va pas te raconter ce qu’il se passait dans les suies, c’était entre les briques et lui.
Maintenant, ce n’était pas le propos. Il attendait d’apercevoir Wheeler, et il allait lui toucher deux mots. Il ne savait pas si Ashley allait le rejoindre ou pas. Il en avait un peu rien à faire. Après tout il avait confiance dans le jugement de sa sœur. Qu’elle se montre tant mieux, qu’elle ne soit pas là, tant pis. Il n’allait pas ramper à ses pieds pour satisfaire son petit ego d’ex-mangemorte. Il était peut-être tout feu, tout flamme, mais ce n’était pas un diable de Tasmanie, en voie de disparition, il n’allait pas faire n’importe quoi pour être reconnu par toute une planète. Il avait un peu plus de tenue que ça.
Il regarda sa montre, plus que quelques minutes avant la sortie des cours.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Black & White, Shadows & Lights
My heart is bleeding, will you use your hands to heal me ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ciaràn O. Callaghan
Messages : 334 Crédits : Moua
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 2ème année à Sainte-Mangouste - Pathologie des Sortilèges
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Une moufette
Epouvantard : Ses deux soeurs mortes et transformées en Inferi
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 16 Aoû 2013 - 14:50

Non, elle ne se montra pas. Tant pis, il allait se débrouiller tout seul. Il vit Wheeler passer devant lui entouré de sa bande de potes. Toi, mon coco, tu vas pas y couper. Tant pis, il n’allait pas y aller par 4 chemins. Tant qu’à passer pour un con, autant le faire avec toute la fougue possible et imaginable.
« Mr Wheeler, je dois vous parler. » Ciaràn était entré en mode trop fort de la vie qui allait tuer tous les méchants mangemorts. « Bonjour, Amaury Dart. Ça fait plusieurs jours que nous menons une enquête sur des suspects mangemorts toujours en liberté. Nous avons des informations en notre possessions qui montrent que plusieurs de vos camarades ont eu des propos malvenus sur l’aide américaines, seriez-vous en mesure de corroborer ? » Ce qui est beau quand on prend une grosse voix, c’est que tout le monde semble un peu effrayé. Ou alors Wheeler faisait semblant. La morue.
« Euuuh non, enfin, je sais pas quoi vous dire. Je pense que j’ai rien entendu. Enfin, j’en suis sûr. »
Ciaràn fit semblant de noter sur un calepin. « Nos sources disent pourtant le contraire, vous savez que nous pouvons vous emmener, vous et vos amis chez les aurors pour vous faire quelques vérifications ? »

« Ou-Oui Monsieur ... » Ciaràn sentait que quelque chose n’allait pas. Le gamin devant lui paraissait complètement effrayé. Il n’avait pas le regard de la personne qui allait défier les autorités dans quelques années et qui allait assassiner des gens. Malheureusement pour lui, Ciaràn n’était pas connu pour sa délicatesse.

Il entraina le gosse dans un coin plus reculé. « Écoute gamin, si tu veux pas avoir de problème, tu te la fermes. On sait que c’est toi qui balance des trucs sur les américains. Si tu veux absolument passer pour un mangemort, je te conseille de te casser rapidement à Pré-Au-Lard, si tu veux pas finir à Azkaban. En attendant, si tu veux pas passer par le Magenmagot, tu fais profil bas. On est au courant pour ton copinage avec Salamander, maintenant tu es sous surveillance. Sois tu brises les liens, sois c’est nous qui te brisons. »

D’accord, il avait peut-être été trop menaçant. D’accord, c’était peut-être un peu trop pour le pauvre  garçon qui avait juste reçu la mauvaise éducation au mauvais moment. Mais il ne pouvait se permettre de le mettre aux fers, ni de le laisser partir sans un solide avertissement.
Il avait peut-être aussi libéré sa rage à propos de l’absence d’Ashley. Faites confiance aux anciens mangemorts qu’ils disaient, ils se sont repentis qu’ils disaient. Tu parles. Tous de la merde.

Il laissa partir Henry Wheeler, le voyant trembler sous ses vêtements.
Wheeler était peut-être qu’un petit con qui frimait devant ses copains en contredisant le gouvernement, mais ça pouvait avoir de graves conséquences pour lui. Il le dirait dans son rapport à Wallas : le gamin est à surveille, il y a de grandes chances pour qu’on le voit dans les rangs adversaires s’il continue à faire son kéké des mages.


MISSION TERMINÉE

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Black & White, Shadows & Lights
My heart is bleeding, will you use your hands to heal me ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

I knew you were trouble when you walked in [MISSION]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques