Ungodly Fruits [pv Brooke]



 



Ungodly Fruits [pv Brooke]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations
Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Sam 2 Mar 2013 - 19:50

    Ce fut presque un soulagement lorsque quelques pleurs de bébé virent rompre le demi sommeil dans le quel il s’embourbait depuis ce qui lui semblait être une éternité.
    Seulement deux petites heures en réalité, dont une qu’il avait passée parfaitement éveillée, les yeux ronds comme des soucoupes, braqués sur les quelques rayons de lune qui zébraient le plafond de la chambre. Après cela, peu à peu il s’était sentit glisser vers le sommeil. Mais pas du bon sommeil, celui qui répare, repose et dont on oublie les rêves aussitôt éveillé. Plutôt le sommeil ou le cerveau ne parvient pas à s’éteindre totalement, et continue de ressasser, un sommeil contrarié, de surface, dont les rêves ne sont qu’une ébauche chaotique, qu’un enchevêtrement de situations désagréables et absurdes. Et son monde d’absurde à lui n’ayant qu’un seul et unique décor, le désert, encore et toujours, Tom en venait à préférer la fatigue au faux repos.

    Ce qui, en soit, n’était pas une mauvaise chose maintenant qu’ils étaient les heureux parents de cette espèce de fascinante et étrange petite chose. Comme on lui avait si gracieusement offert un poste au Ministère (ou plutôt à l’Ambassade Américaine, quitte à être un peu honnête pour changer) Nora restait seule avec Arthus et Neldo durant la journée. Du coup, c’était lui qui se chargeait de la nuit. Nora insistait souvent pour qu’ils se partagent les tâches à ce niveau, et c’est ce qu’il aurait été logique de faire si son sommeil n’avait pas été aussi mauvais. Comme il ne dormait de toute façon pas, la plus part du temps, il était forcément debout avant elle. Cette fois-ci ne dérogeait pas à la règle.

    A côté de lui, Nora commençait déjà à s’agiter doucement, lentement rappelée à la conscience par les appels plaintifs de son fils. Esquissant un faible sourire, Tom se pencha doucement au-dessus de sa tête bouclée pour murmurer à son oreille :

    « Je suis réveillé, j’y vais. Rendors-toi »

    Puis d’un baiser sur son front grêlé, il se dressa du lit et traversa la chambre sans un bruit vers la porte laissée entrouverte pour mieux entendre le petit, qui dormait dans la chambre juste en face. Il referma doucement le battant derrière lui, puis se dirigea vers la chambrette d’un pas encore un peu ensommeillé.

    « J’arrive, j’arrive » signala-t-il au bébé, juste avant de se figer tout net dans l’embrasure de la porte.

    Quelques fractions de seconde d’horreur lui plantèrent comme un poignard en plein cœur et son sang se glaça. Juste le temps d’émettre une aspiration étranglée en constatant qu’une longue silhouette se tenait penchée au-dessus du berceau. Il eut même le temps de se demander s’il n’était pas toujours entrain de cauchemarder, avant de reconnaitre les formes, de discerner les traits et de comprendre qui se tenait là.
    Son cœur fit un nouveau looping et cette fois ce sont ses tripes qui accusèrent le coup.

    Les bras ballants le long du corps, il fut incapable de dire s’il était heureux ou pas, trop ahuri par le face à face inattendu. Déglutissant péniblement, il la scruta avec plus d’attention tendis que s’étirait le silence. Sa robe noire, sa cape de dentelle, fidèle à elle-même, comme tout droit sortie d’un souvenir, un des milliers qu’ils avaient en commun, avant que les américains ne s’en mêlent, avant cette fichue attaque à Gringotts qui avait tout précipité, identique à la dernière vision qu’il avait eut d’elle, le 13 août exactement, pour ses 32 ans fêtés en famille au Manoir.

    Et la voir là mettait soudainement en évidence le simple fait qu’ils lui manquaient. Ils lui manquaient tous. Il avait grandit tandis qu’on lui répétait sans cesse qu’il était le membre d’un clan, le maillon le plus important d’une chaîne, la future tête d’un tout, et aujourd’hui il se sentait comme une abeille sans ruche, étrangement et cruellement isolé. Alors même s’il lui était arrivé de les détester parfois dans sa vie, ils lui manquaient tous, dans leur insupportable entièreté.
    Mais surtout elle.

    Ils n’avaient jamais eus l’occasion de reparler depuis sa fuite, jamais eus l’occasion de se revoir, et après tout ce qui s’était passé, il ne savait même pas s’il devait la prendre dans ses bras ou…

    Sa baguette ?
    Il ne portait rien d’autre qu’un caleçon long et un maillot de corps, sa baguette était restée sur le guéridon, au côté du lit…

    Articulant un juron muet, il poussa un bref soupir et esquissa un regard inquiet vers le berceau ou le bébé continuait de gémir. Il regrettait de ne pas pouvoir être heureux de retrouver sa sœur mais aujourd’hui, avant d’être un frère il était un père, et il espérait simplement que pour sa part, Brooke serait sa sœur avant d’être une Mangemorte.

    Une Mangemorte face à un Phénix désarmé et son bébé sans défense…
    Dans l’incertitude la plus totale, Tom préféra garder le silence, dans l’expectative, ses doutes gravés dans les plis soucieux de son front.
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 3 Mar 2013 - 11:41

Brooke avait abandonné sa maison, avec Ginger Brown dans un sale état. La Macnair ne se souciait pas de savoir si elle serait retrouvée ou non, ou si elle arriverait à sortir seule de la demeure. Brooke avait accompli son devoir, et attendait avec impatience la nouvelle dans les journaux. Mais surtout...

Lorsqu'elle avait passé le pas de la porte, elle avait jeté un coup d'oeil au ciel dégagé, prise d'une inspiration subite. Sortir de Pré-Au-Lard était risqué, pourquoi ne pas mettre à profit cette escapade. Rogan, s'il savait ce qu'elle comptait faire, s'il apprenait où elle allait se rendre maintenant, risquait fort de la bannir à son tour, s'il le pouvait. Mais elle avait son allégeance aux Héritiers à faire valoir, et sa participation à la bataille. Brooke avait la conscience tranquille. Elle devait simplement faire ce qu'elle comptait faire.
Dans un claquement, elle disparut du seuil de la maison de Londres pour apparaître presque aussitôt devant un petit cottage au milieu de nulle part, serti dans un écrin vert bouteille aux reflets argentés dus à l'éclat de la lune. Un petit cottage qui n'attirait pas l'attention, mais qui, elle le savait, n'abritait pas n'importe qui.

En silence, elle se glissa à l'intérieur de la maison. Elle avait toujours détesté cette maison ridiculement petite et manquant du confort essentiel à son goût. Ca avait été un sujet de chamailleries continu avec son frère. Sans jamais l'amener à déménager, bien sur... L'intérieur était horriblement commun, évidemment. Pourtant... se retrouver dans ces murs rendait Brooke étrangement nostalgique. Elle était plantée dans le hall d'entrée, assaillie de souvenirs qui dataient d'un autre temps, d'un temps où les allégeances n'étaient pas importantes, où les idées étaient lancées comme des plaisanteries et où leur père appelait encore Tom son fils.

Un gémissement inattendu lui fit lever la tête. Elle avait oublié. Lentement, elle monta l'escalier, effleurant la rambarde, et passa le seuil de la chambre de son neveu. Elle s'approcha du berceau alors que le nourrisson commençait à vagir pour appeler ses parents à l'aide, comme s'il reconnaissait en elle un ennemi. Ou peut être avait-il juste faim ? Brooke ne s'était pas assez intéressé à Maelen pour faire la différence entre les intonations des pleurs d'un enfant.
Elle savait ce qu'on attendait d'elle, si son père, si Wilhelmina avaient été là. Mais devant cette version miniature de Tom, elle ne pouvait se résoudre à exécuter le moindre geste. Elle se rappelait de la petite crotte qu'était son frère, cette petite chose sans défense qui ne demandait que de l'attention et qui avait accaparé une bonne part de l'amour qu'elle était capable de prodiguer à une autre personne. En regardant son neveu, elle revoyait en un instant toutes les joies et les peines de son cher petit frère qu'elle avait partagé, les caprices qu'elle lui avait fait subir, bref... elle retrouvait son frère. Et aimait déjà plus le petit être qui se trouvait là qu'elle n'avait jamais aimé sa fille. Un comble...

Elle eut un petit mouvement de tête lorsque Tom passa le pas de la porte pour stopper net aussitôt. Dans un silence pesant, elle continua de contempler son neveu avec une expression indéchiffrable. Elle ne savait pas trop à quoi s'attendre - après tout, ils étaient désormais ennemis - mais chaque seconde qui passait sans que n'explose un sortilège douloureux était une trêve qui se confirmait. Cependant, parallèlement, une colère sourde que Brooke avait enfoui depuis l'attaque de Gringott commençait à faire valoir ses droits.
Quand finalement Brooke leva les yeux sur Tom, elle n'y tint plus. Sans lui laisser le temps de réagir, elle avança vivement vers lui, en prononçant un unique sortilège :

" Accio Créatures des Marais visqueuses et gluantes ! " Elle s'était concentrée sur un grimoire particulièrement imposant qu'Anton avait jugé bon d'offrir à Tom pour un de ses anniversaires, des années plus tôt. Avec docilité, l'ouvrage vint se loger dans sa main, à temps pour que Brooke puisse le brandir et l'abattre sur la tête de son frère.

" Espèce d'idiot ! Tu n'avais pas fait assez de bêtises en mourant pendant 1 an, non ?! Qu'est-ce que tu es allé faire avec ces abrutis de traitres ?! " Elle ponctuait ses phrases avec un nouveau coup de livre sur le bras de Tom.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 3 Mar 2013 - 13:56

    Tom fut prit d’un sursaut lorsque, de but en blanc et sans aucune parole échangée, Brooke fonça droit sur lui. Malgré la pénombre et malgré la longue séparation, il connaissait sa sœur sur le bout de la baguette et savait déjà que ce regard qu’elle lui renvoyait, que cette manière qu’elle avait de pincer les lèvres étaient autant de signes annonciateurs de sa colère imminente. Et comme ça, en pyjama, sans baguette, planté devant elle sans rien d’autre que sa surprise, il avait l’impression d’être transporté quelques vingt ans en arrière, lorsqu’il n’avait pas encore mit un pied à Poudlard, ne possédait pas encore de baguette et qu’ils vivaient encore ensemble sous le même toit. Ces fois où il la faisait bouillir et sortir de ses gonds et où sans prévenir, exactement comme cette nuit, elle se retournait d’un bloc pour foncer vers lui en faisant claquer ses talons avec force. La seule différence étant qu’aujourd’hui, elle ne mesurait plus deux têtes de plus que lui, c’était le contraire, et qu’il pouvait la maîtriser. Ou du moins essayer, parce qu’elle avait aussi toujours été bien plus haineuse et belliqueuse que lui. Une vraie Macnair. Pas comme lui pour qui la cigogne s’était clairement trompée d’adresse…

    Instinctivement, il leva les bras devant son visage pour se protéger des coups de grimoire qui ne tardèrent pas à s’abattre sur lui et qui lui tirèrent quelques exclamations étouffées de douleur. Se débattant tout deux quelques instants, il dut saisir l’un de ses bras fins et de l’autre côté son poignet pour réussir à lui arracher ce fichu bouquin - qui termina sa lourde course jeté négligemment sur la petite causeuse douillette qui trônait près de la bibliothèque remplie de livres d’enfants.

    « Est-ce que tu es totalement folle ?! » cracha-t-il d’un murmure en refaisant face à sa sœur, le souffle court et l’œil rond de colère.

    Le cœur battant la chamade, il fit quelques longues enjambées précipitées vers la porte entrouverte pour jeter un rapide coup d’œil vers le couloir et refermer derrière lui en priant pour que ce cours vacarme n’ait pas réveillé ‘sa tendre moitié’ qui n’avait de tendre que le nom lorsque l’humeur était à l’Avada…

    « Si Nora t’entends – si elle te voit Brooke… ! »

    Il laissa sa phrase en suspend, inutile de la terminer, il ne voulait pas la pousser à ouvrir son grand clapet qui ne manquerait pas de réveiller Nora. Et si une telle chose arrivait, sa sœur verrait bien elle-même les risques encourus. Nora entretenait tellement de colère envers sa belle-famille qu’elle aurait été capable de la tuer en la trouvant là, devant le berceau de son fils en pleur. Froidement, purement et simplement la tuer. C’était hors de question, cette simple idée remplissait toutes ses veines de glace. Brooke avait beau être une furie et une Mangemorte recherchée par-dessus le marché, elle restait sa sœur. Il n’avait pas besoin d’autre preuve que de la voir là se tenir dans la même pièce que lui.
    Au Diable les Phénix, juste pour vingt minuscules petites minutes coupables.

    Se précipitant ensuite vers Arthus, il plongea rapidement ses longs bras noueux vers le nourrisson qu’il souleva doucement, une main sous sa petite nuque fragile. Le ramenant tout contre son torse, il tenta de l’apaiser par quelques murmures rassurants qui fonctionnèrent plus ou moins.

    « On ne peut pas rester là. Il faut descendre »

    C’était presque un ordre, et il fit signe à son aînée de prendre la porte le plus silencieusement possible vers les escaliers. Il lui emboîta immédiatement le pas, le bébé dans un bras, une couverture et une peluche de poulpe dans l’autre. Les quelques secondes qu’ils mirent à traverser le couloir furent un supplice pour les nerfs car à tout moment, les grands yeux bleus et méfiants de son irlandaise pouvaient apparaitre pour confondre la fugitive qui vadrouillait allègrement sous leur toit.

    Heureusement, pas un son ne s’éleva de la chambre et ils gagnèrent les marches sans se faire prendre, pour finalement rejoindre le hall d’entrée puis la cuisine que Tom était encore entrain de réaménager (oui, il réparait les dégâts causés par les Mangemorts et le temps lui-même puisqu’ils étaient désormais ‘pauvres’ - ou plutôt ils n’étaient ‘plus riche’ - et ne pouvaient plus se permettre d’engager des ouvriers qualifiés pour le faire à leur place).

    Il prit soin de refermer la porte de communication derrière lui après un dernier regard inquiet vers l’étage, puis se tourna enfin vers sa sœur. Une fois de plus il fut comme surpris de la trouver là, partagé, ravis et triste à la fois, sans que l’un n’arrive à prévaloir sur l’autre. Continuant de bercer machinalement le bébé, il reprit la parole :

    « Tu sais que … si quelqu’un t’as vu rentrer ici, c’est la prison assurée pour Nora et moi »

    Ce n’était assurément pas la première chose qu’il aurait aimé lui dire, il avait mille choses à lui dire même ! Un milliard, des centaines de milliards ! Des reproches, des excuses, des justifications. Mais il avait aussi et surtout un bébé maintenant et son angoisse première était d’imaginer qu’il grandisse sans aucun de ses deux parents.
    Et puis il ne savait pas trop comment agir avec elle, ne savait pas s’il craignait de la repousser ou de se faire repousser, ou le contraire justement, et que les retrouvailles n’en soient plus cruels puisqu’ils étaient de toute façon voués à la séparation désormais …
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 4 Mar 2013 - 10:17

Pour inutile que ce fusse, écraser le lourd volume sur son frère avait un effet apaisant et délassant. Les frustrations accumulées s'allégeaient un peu, et encore une fois, elle prenait la mesure de ce qu'avait pu représenter l'absence de son frère depuis tout ce temps, majorée par la disparition de Lisa et leur séjour forcé dans l'enceinte de Pré-Au-Lard. Elle avait furieusement envie de se détendre dans un bar branché avec une coupe de champagne et une demi-douzaine de mignons à ses pieds tout en riant avec son frère et ses cousins. Mais ce n'était certes plus possible.

Tom finit par l'arrêter en lui attrapant les poignets et lui enleva le livre des mains avant de s'assurer que Nora n'était pas réveillée. Bougonne, Brooke se mit en position de "je boude", les bras croisés et la mine renfrognée. La menace de son frère de ce qu'il pouvait advenir si Nora décidait de ramener son séant céans la laissait froide. Si Nora entretenait toute l'animosité du monde envers sa belle-famille, Brooke le lui rendait bien : l'Irlandaise avait accaparé une bonne part de l'attention de son frère. Là où Anton ne s'était finalement révélé qu'un pourvoyeur de fonds, Tom et Nora avaient développé une complicité que Brooke jalousait copieusement. Si elle avait l'opportunité de lui faire subir un petit quelque chose de derrière les fagots qu'elle ne s'en priverait pas. Si seulement elle n'avait pas eu la certitude que cela sonnerait le glas de sa relation avec son frère...

" Bouuuh j'ai peur... " chuchota-t-elle. " Il faut que je frissonne, ou tu me crois sur paroles ? " Le sarcasme ne changeait pas grand chose au fait qu'elle était bien consciente de n'avoir pas - encore - le talent nécessaire pour un duel, mais elle ne comptait pas non plus céder un cm de terrain, surtout sur une simple menace. Et lorsque Tom, prudent, l'enjoignit à descendre au rez-de-chaussé pour plus de sureté, elle leva les yeux au ciel avec un soupir exaspéré avant d'obtempérer. Elle fit un effort pour ne pas faire grincer la moindre marche, mais ne prit pas spécialement la peine de presser le pas.

Majestueuse, elle se dirigea vers la cuisine en chantier et regarda Tom fermer la porte derrière lui, comme s'il craignait qu'un Détraqueur était à ses trousses, pour le moins. Elle le fixait en cherchant ce qu'il était approprié de faire. Elle avait furieusement envie de se jeter dans ses bras, mais avec le bébé, c'était de toute façon impossible. Et puis elle était encore bien en colère pour ne pas s'épancher de la sorte. Pas encore. Et ce n'étaient pas les premiers mots qui franchirent les lèvres de Tom qui allaient améliorer son humeur. Son regard s'étrécit et elle plissa les lèvres.

" Comment ?! Après tout ce que tu as fait pour eux parait-il, ils oseraient te jeter en prison parce que ton horrible soeur s'est introduite chez toi par effraction ?! Alors comme ca, le gouvernement de tes supers amis n'est pas le pays des Boursouflets ?! Ca valait le coup, on dirait ! Je vais te plaindre, tiens ! " cracha-t-elle, avant de remarquer vraiment l'état de la pièce. " Ca fait deux mois que vous êtes revenus je suppose ? Comment ca se fait que cette pièce est encore dans un tel état ? Je pensais que cette chère Nora était trop prout-prout pour se contenter de peu, mais il semble que je me sois trompée... " Elle conclut avec une grimace faussement admirative. Pour ce qui la concernait, à dire vrai, elle aurait volontiers accepté la maison encore abîmée contre la possibilité d'aller et venir sans s'inquiéter, tant la promiscuité avec les autres la rendait dingue. Sauf que cela impliquait de revenir sur ses convictions, et elle n'était pas prête à cela.

En tout cas, si elle n'avait pas pu s'empêcher d'attaquer à coup de venin, selon son habitude, elle aussi aurait aimé aborder la discussion sur d'autres sujets : comme il lui avait manqué et qu'il lui manquait encore, son neveu, s'il avait des nouvelles de cette pauvre Lisa... Ils ne s'étaient pas vus depuis des mois, et au lieu de retrouvailles émouvantes, ils se comportaient comme s'ils venaient juste de se quitter.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 7 Mar 2013 - 1:25

    Dès les premiers mots, la mâchoire de Tom se fit raide et instinctivement il redressa la tête et les épaules, comme pour mieux encaisser les remarques faites par sa sœur. La petite peste venait pernicieusement gratter là où le sang coulait déjà copieusement. Il ne s’était pas attendu à moins de sa part mais l’exercice restait un supplice pour les nerfs et sa fierté, déjà amplement malmenée par la situation elle-même. Sans parler de sa conscience, en pleine hémorragie elle aussi. Brooke devait le savoir. Elle devait savoir que le résultat auquel ils avaient droit aujourd’hui ne lui correspondait en rien, et savoir qu’il ne devait certainement pas très bien le vivre. D’ailleurs ils devaient tous le savoir, leurs parents du moins, et savourer leur bien maigre vengeance…

    Rogan n’avait de toute façon pas besoin de dire quoi que ce soit pour le tirailler, n’avait même pas besoin de se trouver dans la même ville et encore moins dans le même pays, surtout pas dans le même camp. A distance, Tom pouvait l’entendre, comme une rengaine perpétuelle au fond de son crâne, un bourdonnement continu qui venait le hanter chaque fois qu’il mettait le nez hors de chez lui : « J’espère que tu aimes ce que tu vois fils. J’espère que tu es content de ce que tu as fais… ».

    Mais la voix ne restait qu’un tour cruel de son imagination. Avoir sa sœur sous le nez, dans sa propre cuisine, pour lui rabâcher les reproches en question, pour coller quelques mots vulgaires et aigres sur ses angoisses inavouées, c’était comme une confirmation dont il se serait volontiers passé. D’imaginaire, les reproches se voyaient promus à la réalité.

    Quoi qu’il en soit, que pouvait-il faire ? Se vexer ? La chasser ? Se répandre en excuses humides et implorer son pardon ? Il ne pouvait pas revenir en arrière, ne le voulait pas non plus et surtout, ne le pouvait pas. Il était complètement coincé, et n’était le bienvenu nulle part, pour personne. Sa famille ne pourrait plus jamais le reprendre, même si Rogan en avait envie. Il était le patriarche d’accord mais il y avait certaines choses que même lui ne pouvait contrer. Et dans le monde qui était entrain de naître autour d’eux maintenant que les Phénix était au pouvoir, quelle place y avait-il pour lui ? …
    Aucune. Il le constatait un peu plus chaque jour.

    « Qu’est-ce que tu veux que j’te dise Brooke ? » répliqua-t-il d’un ton las après quelques instants tout en continuant de bercer le bébé qui s’était finalement calmé « J’ai évité les barreaux de peu, c’est ça que tu veux savoir ? La seule raison pour laquelle ils ne m’ont pas brûlé vif pour délit de pureté c’est parce que j’ai ‘fais ma part pour la cause’ » expliqua-t-il d’un large sourire amer « Je suis… trop pur, trop riche, trop Macnair et trop Lannister pour eux. Ils ne veulent pas d’moi. Voilà. Tu es contente ? »

    Son cœur battait la chamade tant les mots lui coutaient et, calé contre sa poitrine, Arthus dut le sentir et s’agita désagréablement. Le plaçant dans un petit siège pour bébé posé sur la table centrale, Tom se détourna pour se hâter de tiédir le lait en biberon de Nora qui attendait au frai. Il n’avait pas envie de voir quel genre d’émotion se dessinait sur le visage de son aînée et préférait garder les mains et les yeux occupés à quelque chose d’autre.

    « Du coup, tu penses bien qu’ils ont pris tout notre argent. On doit ‘vivre sur ce que l’on gagne’ ils disent, comme ‘les gens normaux’. Nora a du supplier pour qu’on ait l’autorisation de récupérer la maison. Sauf que ce que je gagne par mois n’est pas suffisant pour nourrir deux personnes, un elfe, élever un bébé ET réparer les dégâts. Je dois le faire moi-même, la bonne blague ! » car ce n’était un secret pour personne qu’il était incapable de tenir un marteau.

    On n’apprenait pas à remplacer une vitre ou à repeindre une cuisine chez les Macnair…
    Son ton était haché, tendu, et ses gestes étaient secs, mais pourtant l’agressivité n’était pas réellement tournée vers sa sœur. C’était un écœurement général que sa présence faisait ressortir avec virulence. Elle n’avait jamais eut besoin de grand-chose pour le faire parler. Elle avait juste à se tenir là, et être elle-même, et c’était parti. Surtout, il ne lui avait jamais menti sur rien avant d’intégrer les Phénix. Maintenant elle savait, et même si la situation était affreuse, il pouvait se laisser aller à être honnête. Au point où ils en étaient de toute façon…

    « Et ils surveillent tout ce qu’on fait. A qui on parle, où on va, l’argent qu’on dépense. Tu pourras le lui dire, je suis sûr que ça lui fera très plaisir » grinça Thomas.

    ‘Lui’ bien entendu mit pour Rogan Macnair…

    Et comme il pensait au Père, il ne fallait qu’un bond pour en arriver à des pensées plus douloureuse…
    Un bref silence passa, uniquement troublé par les gazouillements du bébé, avant que Tom ne reprenne la parole, d’un ton plus sourd, un rien penaud :

    « … Mère va bien ? »
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 14 Mar 2013 - 19:44

Sa sœur l'écoutait en serrant les lèvres. Elle pouvait imaginer - sans parler de comprendre - les raisons qui avaient pu pousser son frère à suivre les Phénix. Il suffisait de lui parler d'aventure et de pauvres créatures malheureuses comme les pierres pour que Tom s'enflamme, enfourche son hippogriffe blanc et parte à l'assaut pour défendre la veuve et l'orphelin.
Mais pour Brooke, Tom était toujours le jeune garçon influençable aux trop bonnes intentions qu'il était à Poudlard. Et peu importait que la veuve en question soit un Scroutt à Petard, ou l'orphelin un Moldu, Tom faisait son sale Gryffondor de la même façon, et était prêt à se mettre dans une mouise inimaginable pour cela. Elle avait toujours tenté de le protéger, notamment envers leurs parents, mais force était de constater que pour ce qui concernait les Phénix, elle avait lamentablement échoué. Elle avait même fait preuve d'un manque de discernement affligeant.

Elle ne comprenait pas, par contre, qu'il n'ait pas vu venir ce sale coup de la part de ses idoles. Ces sombres crétins de l'Ordre étaient finalement des extrémistes, quoi qu'ils en disent. Là où finalement les Héritiers laissaient tout le monde vivre tranquillement en se contentant de demander aux gens de ne pas faire n'importe quoi avec le sang des Sorciers, les Phénix brimaient ceux qui n'étaient pas assez égaux à leur goût... La belle hypocrisie... Elle commenca néanmoins par répondre à sa question.

" Elle se porte comme un charme voyons. Elle s'occupe du jardin d'enfants, pendant que Père a obtenu un poste d'adjoint auprès de Wilhelmina. C'est tellement amusant de gérer une troupe de mioches larmoyants qui veulent retrouver leurs jouets confisqués par tes camarades de jeu. " commenca-t-elle d'un ton où le sarcasme était bien audible. " Enfin franchement, comment veux-tu qu'elle aille ? Elle est parti avec ce qu'elle pouvait - sans parler de moi, qui n'avait qu'une tenue sur le dos et qui a tout laissé dans ma maison, merci de te soucier de moi - , mais nous n'avons plus rien, ou plus grand chose ! Et tu oublies d'où elle vient peut être ?! Je te rappelle que tes petits copains ont réussi leur petit tour grace à une aide extérieure ! " Le ton commençait de monter, et l'expression de Brooke de se durcir. Toute la rancoeur d'avoir perdu son petit confort et d'avoir du voir l'évidence - la trahison de son frère - et qu'elle avait refoulée commencait de remonter.

" C... Comment peux tu seulement accepter ca ?! C'est ... c'est ... Stupide !!! Idiot !! Débile !!! " explosa-t-elle - discrètement - en commençant à faire les cent pas dans la pièce. Elle fulminait. Eut-elle été un dragon que de la fumée lui serait sorti du nez. " Ces abrutis ont condamné un coup d'état pour en faire un autre pire en faisant venir des étrangers chez nous ! Des étrangers ,Tom, au Ministère !! Et regarde à quoi on en est réduits !! Tu vis dans une ruine inhabitable pour un bébé, et nous, on s'entasse à 4 dans un réduit !! As-tu seulement idée de ce que c'est que de devoir m'assoir à nouveau à table tous les soirs avec Père et Mère, et ALEXIANNE en plus ?! D'être coincée dans un village de bouseux ?!! Tu te rends compte de ce que tes petits camarades ont fait de nous tous ?! " Elle s'était finalement rapprochée de lui, le visage marqué par la colère, mais aussi par la souffrance de voir Tom, de ne plus pouvoir nier leurs différences de vue et d'allégeance, et tout ca pour qu'aucun d'entre eux ne soit seulement heureux. Elle finit par se planter devant lui et pris sa tête dans ses mains pour être sure qu'il ne détournerait pas le regard. " Pourquoi Tom ? Pourquoi a-t-il fallu que ... que tu participes à... à tout ca ? C'était... Si mal que ca avant ? "

Pour un peu, on la croirait prête à pleurer, et ce n'est effectivement pas loin.
Prête à pleurer sur sa solitude et sur tout ce qu'elle avait désormais perdu : avec la trahison officielle de son frère et la capture de Lisa qui s'ajoutaient à la situation politique exécrable, son univers a été irrémédiablement bouleversé. Les années d'insouciance n'avaient que trop duré, semblait-il. Pourtant, plongée les yeux dans les yeux de Tom, elle cherchait inconsciemment une raison d'espérer qu'un jour, tout rentrerait dans l'ordre, et qu'elle ne serait pas obligée d'être l'ennemie de son frère.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 15 Mar 2013 - 13:19

    Brooke était une garce, il l’avait toujours su.
    Du moins, cela faisait longtemps qu’il l’avait comprit.

    Seulement, l’on n’était jamais qu’une seule chose à la fois, l’être humain n’était pas linéaire, surtout pas sa sœur.
    Elle n’était pas qu’une garce. Elle était bien plus. Pouvait être bien plus, tellement plus, tellement mieux. Personne d’autre sur terre ne le savait aussi bien que lui et malgré la situation, Tom ne l’oubliait pas. Ne l’oublierait sans doute jamais.

    Et pourtant, renier les Macnair, leur patrimoine, renier son Père, c’était aussi renier Brooke. La garce, et le reste. Il ignorait s’il était capable d’une telle chose.

    Tom aimait profondément sa mère, et Tamara bien sûr, mais il n’avait jamais pu expérimenter avec elles ce qu’il avait eut la chance de connaître avec Brooke. Ce réel lien. Cette filiation.
    Sa mère l’avait prit dans ses bras lorsqu’il était petit, mais les seuls câlins qu’il ait jamais reçus durant l’enfance venaient de Brooke. C’était elle qui avait écouté ses tracas futiles d’enfant, c’était elle qui avait été obligée de prétendre goûter ses fausses potions magiques confectionnées avec l’herbe du jardin, c’était elle encore qui s’était forcée d’interrompre une quelconque lecture de magazine pour venir jeter un coup d’œil faussement réjouit à ses châteaux forts de couvertures et de tentures et c’était elle pour finir, qui lui avait longtemps assuré que ses dessins moches étaient jolis.

    Ce n’était que des années plus tard, à la fin de Poudlard et après surtout, lorsqu’il s’était mit à vivre sa vie d’adulte, voyager et découvrir le monde, les gens, les cultures, qu’il s’était rendu compte que ces choses-là n’étaient pas forcément des choses de sœur. C’était d’abord des choses de parents en fait. Et pas seulement de mère car il avait également comprit que la femme n’était pas la seule à devoir se coltiner l’affectif.

    Il avait découvert bien d’autres choses durant ces quelques années de liberté presque réelle, entre Poudlard et son mariage. Il avait enfin put vivre ailleurs qu’au manoir et d’un coup, les chaînes s’étaient levées et il avait pu tester ‘la vie autrement’. Il n’y avait qu’une chose qui n’avait pas changé : sa sœur. Il s’était prudemment éloigné de sa mère, de Tamara, de Lisa même, mais jamais de Brooke. Il avait continué à lui rabâcher ses tracas inutiles, elle les siens, et à partager avec elle ses pensées, avant d’écouter les siennes. Pour le reste du monde il avait endossé son masque de parfait petit trou du cul au sang cristallin et aux poches remplies d’or, mais avec elle ça n’avait forcément jamais été possible puisqu’elle savait très bien qui il était en vérité. Elle avait tout suivit, tout du long, aux premières loges et dans les coulisses.

    Elle devait d’ailleurs pertinemment savoir le mal qu’elle lui faisait en disant tout cela, à quel point la culpabilité le rongeait littéralement de l’intérieur.

    Et plus encore…

    « … j’peux pas croire que tu me pose cette question Brooke » souffla-t-il sans pour autant faire montre de la moindre animosité. Au contraire, son ton se faisait douloureux.

    Pourquoi.
    Pourquoi ? lui demandait-elle.
    N’avait-elle pas déjà toutes les fichues réponses, en long en large en biais et à l’envers, depuis la genèse jusqu’à l’aboutissement ?
    Elle n’avait cas faire la somme de tous leurs souvenirs communs. Il ne suffisait que de cela pour comprendre qu’ils avaient toujours marchés dans cette direction-là.

    Doucement, il vint poser son front contre celui de sa sœur, les sourcils crispés et son regard triste plongé dans le sien.

    « Tu sais très bien pourquoi »
    Et dans ce 'pourquoi' reposait toute une vie de contraintes et beaucoup de lassitude.
    « Tu l'as toujours su… non ? »
    Puis glissant ses bras sous ceux de sa sœur, il l’attira au creux de son épaule pour la serrer contre lui.
    « Pour toi et Tam ça a toujours été logique. Tu sais bien que pour moi non… j’ai essayé longtemps de faire ce qu’on attendait de moi. J’y arrive juste plus. Je suis fatigué. Même si je pouvais revenir en arrière… » il ne termina pas sa phrase. La simple idée l’étouffait. Revenir en arrière, du temps où il peinait encore à essayer vainement d’être le fils, le frère, l’Héritier, le sang-pur parfait. Rogan numéro deux, sans aucun choix, aucune alternative, aucune issue. Coincé, enfermé, confiné, détenu. « Plutôt crever … »
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 20 Mar 2013 - 11:36

Brooke avait toujours trouvé que Tom était un vrai livre ouvert. Comment Rogan n'avait pas pu voir plus tôt ce qui couvait en son frère était un mystère pour elle. Ou peut être était-ce parce qu'ils partageaient tout qu'elle voyait si facilement le rejet de son héritage que Tom construisait, année après année.

Pourtant, lorsque Tom lui répondit, elle comprit comment on pouvait rester sourd à une vérité qui hurlait pourtant. Même si elle savait, elle n'avait jamais voulu envisager la possibilité que Tom leur tourne le dos de manière aussi radicale. Et en posant la question, elle avait quelque part espéré une autre réponse. Que Tom s'était laissé séduire par le droit de vote aux Elfes de Maison ou qu'on l'autorise à adopter un Moldu de compagnie. Ce genre de choses superficielles qui ne remettait finalement pas en cause sa famille - et elle-même. Était-ce une revanche qu'elle prenait contre Tom en lui assénant sans reprendre son souffle tout le bien qu'elle pensait de cette petite insurrection ? Possible. Après tout, il l'avait abandonnée... Elle avait envie de le bourrer de coups jusqu'à lui faire rentrer dans son petit crane de crotte de troll qu'il lui avait fait mal. Les Phénix - et lui par extension - lui avait tout pris, sans même un frère pour se consoler. Et pour que finalement, il vive comme un pauvret ?

Pourtant, au lieu de le martyriser une nouvelle fois, elle se laissa aller contre lui. Il aurait été très facile d'oublier qu'ils étaient adultes, qu'un univers d'idéaux les séparait et que leurs entourages respectifs attendaient d'eux qu'ils s'entretuent. Brooke imaginait fort bien la colère de Rogan s'il apprenait qu'elle avait vu Tom sans le saucissonner et le ramener à Pré-Au-Lard. Sans parler de Nora s'étouffant de rage si elle savait que Brooke avait mis les pieds chez eux et aurait pu lever la main sur leur fils sans être inquiétée. Et pour réjouissante que soit cette idée, elle n'en témoignait pas moins de tout ce qui les séparait.

" Il y avait d'autres solutions, non ? " marmonna-t-elle du fin fond de l'épaule de Tom. " Tu aurais pu... épouser une basique... Ou changer de pays ou... " elle poussa un soupir rageur avant de lui donner un coup de poing sur la poitrine, sans pour autant se dégager de l'étreinte de son frère. " Tu aurais pu trouver autre chose ! Et ne vient pas me faire croire que c'était CA que tu voulais ?! Malgré tout ce que tu penses de Père, je ne veux pas croire que tu souhaitais qu'il perde tout... Et nous avec... "

Ç’avait toujours été logique pour elle, disait-il... Seulement il oubliait aussi qu'en tant que fille, on n'avait pas attendu grand chose d'elle, si ce n'était de se marier et d'engendrer un fils. Il oubliait aussi qu'elle avait rendu les choses faciles en abandonnant une grande part de ses illusions et en se noyant dans la luxure. Brooke n'avait pas enfilé aussi facilement que Tamara le costume de la fille parfaite - qu'elle n'avait jamais été - sans se parer en plus d'une bonne dose d'amertume et de cynisme. Et si aujourd'hui elle se tenait fidèlement aux côtés de Rogan, c'était en grande partie pour récupérer ce qui lui appartenait de droit, le reste de sa motivation venant de la traitrise des Phénix et de l'ingérence américaine dans ces affaires qui ne les concernaient pas. Et retrouver Lisa. Certainement pas par amour pour son père.

" Ne soit pas injuste avec moi. Tamara s'est toujours éclaté à être la gentille petite Macnair. Tu sais bien que moi pas. Ce n'est pas pour autant que j'ai cherché à vous nuire... " Elle s'était simplement résignée et avait pris toutes les libertés qu'elle pouvait au regard de sa position. Elle savait les pressions que subissaient Tom au titre de fils héritier. Mais c'était un statut qui avait ses avantages : l'aisance, la considération, le respect... il n'y avait rien qu'on lui aurait refusé, ou presque. Alors pourquoi œuvrer pour finalement tant perdre ? " Tu te sens vraiment plus libre maintenant ? Démuni de tout ? " Elle se recula quelque peu pour le regarder à nouveau en face, l'air interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 21 Mar 2013 - 18:09

    La réponse de sa sœur le fit sourire. Mais c’était un pauvre sourire qui lui serrait plus le cœur qu’il ne le réjouissait. « Epouser une basique, changer de pays ». On aurait dit qu’elle s’adressait à un adolescent en pleine crise, un petit boutonneux indécis et tellement peu dégourdit qu’il fallait l’orienter même dans sa rébellion.
    « C’est l’âge ». C’est ce qu’ils s’étaient tous dis à une époque. « Il est petit c’est pour ça », « Ca lui passera », « Le monde du travail va le murir », « Il s’agit d’une passade, rien de plus ». Il n’y en n’avait pas eut un seul pour tenter de se rendre à l’évidence. Pour se rendre compte que son comportement n’avait jamais rien eut et n’aurait jamais rien « d’une passade ».

    Du reste, il se trouvait probablement au beau milieu d’une crise, en cela elle avait raison. Mais cette crise-là n’avait rien d’innocent ou d’adolescent et tenait plus de la crise existentielle. En son for intérieur au moins, il pouvait le reconnaître, même si apposer des mots sur son mal être se révélait être un exercice complexe, voir une épreuve douloureuse.

    Il s’agissait surtout dans ce cas de savoir si l’interlocutrice du moment était prête à l’écouter. Non pas l’entendre, et laisser les mots couler sur elle sans essayer d’en capter l’essence, mais bien l’écouter. Ou plutôt le comprendre. Bien qu’il n’espérait pas vraiment de compréhension réelle de sa part… une simple acceptation de son point de vue aurait fait l’affaire. Pourtant en cela non plus il ne se faisait guère d’illusion.

    L’allusion à leur père l’obligea à échapper un soupir, ses paupières lourdes et brûlantes de fatigues se refermant quelques secondes, comme pour une supplique muette.

    Bien sûr que non, il n’avait pas souhaité les voir tout perdre, pourchassés comme lui-même l’avait été. Il souhaitait cela qu’à très peu de monde et sa famille n’en faisait assurément pas partie.
    Sauf que ce qu’il souhaitait ou pas n’avait pas la moindre important et si sa voix avait un jour eu un quelconque poids dans la faction, ce n’était désormais plus le cas.
    De toute manière, il s’était lancé corps et âme dans la cause mais au fond, il n’avait jamais eut d’idée bien précise quant au futur. Il n’avait jamais sut ce qu’il voulait vraiment. Il avait juste espéré… « autre chose ». Le dicton qui disait qu’il fallait toujours faire attention à ce que l’on souhaite se révélait vrai une fois plus. Il avait désiré autre chose, aujourd’hui c’est ce qu’il avait… Que pouvait-il faire maintenant, si ce n’est vivre avec ses choix ?

    Ce fut pourtant ses dernières questions qui lui tirèrent enfin une réponse. Laissant échapper un bref soupir surpris, il s’écarta un peu pour planter ses yeux interloqués dans ceux de son aînées, du même bleu que les siens.

    « … libre ? » répéta-t-il à mi-voix.

    Il cligna des yeux. La vastitude du mot lui donnait presque le vertige.
    La liberté.
    Cette sacro Sainte liberté derrière laquelle on n’avait jamais fini de courir.
    Un mirage.

    « Si je me sens plus libre ? » questionna-t-il d’un sourire presque aigre « Je me sens beaucoup de chose Brooke mais ça… non. Je crois que c’est un mot qu’on devrait retirer du dictionnaire anglais parce que quand je l’entends j’ai l’impression qu’on me parle une langue étrangère. Je pense que c’est certainement la plus grande arnaque du genre humain. Je pense que ça n’existe pas. Quoi que tu fasses, qui que tu sois, où que tu ailles, il y a toujours, toujours, systématiquement quelqu’un pour te dire quoi dire, quoi faire, quoi penser et quoi ressentir, pour te juger, te soupeser, te condamner s’il faut. La famille, les autorités, le gouvernement, ton voisin, … ta propre femme » en marquant les mots qui eux-mêmes marquaient l’amertume « Tu penses que je serai moins démuni si je vivais au Manoir, assis sur mon tas d’or ? » il laissa fuser une brève exclamation dédaigneuse « Je pisse là-dessus, les Américains peuvent tout se garder. La vérité c’est que je n’ai pas la moindre petite idée de c’que je veux… je croyais que je savais au tout début… Quand j’ai rencontré William, le Lord n’était même pas encore mort. Ca fait longtemps que j’y travail tu sais ? »

    Après tout, il pouvait enfin se permettre d’être honnête maintenant, il ne servait plus à rien ni de dissimuler les noms ni les évènements. Il pouvait enfin exprimer ce qu’il lui avait caché durant des années, et qu’il le veuille ou non, ces choses-là semblaient décider à sortir ce soir, d’une manière ou d’une autre.

    « Après ça, j’ai pris … ‘une petite année de vacances’,… et à mon retour eh bien … » il avait changé. Il haussa une épaule et laissa sa phrase en suspend.

    Un sourire presque mauvais venait maintenant grimer ses lèvres fines tant la simple évocation de son interminable séjour au Turkménistan laissait un goût de sable et de sang au fond de sa gorge.

    « Maintenant tout ce que je sais encore, c’est ce que je ne veux pas. Ce que je ne peux plus. Et ce qu’on avait avant, … je ne peux plus. L’unique alternative qu’il me reste, c’est celle-ci » en écartant les bras pour désigné sa cuisine en travaux « Je n’ai pas d’autres explications à te fournir, je suis désolé… je n’ai plus aucun contrôle sur rien maintenant »
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 1 Avr 2013 - 12:15

Qu'avait-elle espéré en posant ces questions ? Que Tom lui dise à quel point il regrettait et lui demande le chemin de Pré-au-Lard ? Qu'il se déclare prêt à tailler un short à la Metelli pour récupérer son compte à Gringotts et surtout son contenu ? Était-elle naïve à ce point ?
Elle savait pourtant que Tom n'était pas le fils parfait dont Rogan avait rêvé. Elle savait qu'il cachait ce qu'il pensait vraiment de leur monde, de leur société où chaque chose était bien à sa place. Trop peut être... Et elle l'avait toujours deviné : son cher Tom qui considérait son Elfe de Maison comme son meilleur ami - sans jamais le libérer pour autant - était bien capable de décider que les basiques, et plus encore les Sang De Bourbe, étaient autant de créatures en voie d'extinction à préserver... Elle n'avait jamais imaginé que cela disparaisse. Elle avait plutôt refusé de le voir. Et voila le résultat...
Peut être... peut être qu'à un moment, elle aurait du mieux l'écouter... Peut être que ca aurait changé les choses... Peut être n'auraient ils pas été obligés de se comporter comme des voleurs pour se voir... En tout cas, elle ne voyait pas d'issue à cette situation : si même une infime part d'elle même avait été à même d'écouter les arguments initiaux des Phénix, leur façon de faire l'avait définitivement convaincue que l'ordre du Lord était bien plus sain pour tous.

Mais lorsque Tom lui fit part de sa rencontre avec William si longtemps auparavant, elle eut un mouvement de recul et un air blessé, aussi surement que s'il l'avait frappée. Elle ne pouvait que constater l'aveuglement dont elle avait fait preuve - et les secrets qu'il lui avait fait fait depuis si longtemps.

" Oh ne commence pas à philosopher avec moi, s'il te plait , c'est vraiment inutile ! Et regarde les choses en face : oui tu serais moins démuni ! Tu pourrais au moins vivre décemment ! " Elle se dégagea de ses bras et recula d'un pas. Elle s'était redressée de toute sa hauteur en tentant de se donner la meilleure allure possible, mais elle ne pouvait pas cacher sa souffrance et sa colère. " Toi et tes petits copains Phénix vous avez fièrement livré le pays à ces Yankees, à cette petite catin de Metelli, et ils vous ont tout volé, et vous vous laissez faire ?! Vous avez critiqué le Lord et ce qu'il avait construit, mais finalement, il n'a jamais rien volé, à personne ! Il a fait ce qu'il fallait pour que les gens deviennent de meilleurs sorciers ! Et tu m'as menti pendant tout ce temps, et... Oh et puis crotte ! " Elle lui tourna le dos et pris appui sur le dossier d'une chaise, s’efforçant de reprendre son souffle - et de retenir ses larmes. Lorsque, après un silence, elle reprit la parole, elle ne se retourna qu'à moitié.

" On ne peut plus rien y faire, hein ? Toi, tu es un traitre ... Ou moi, j'imagine, selon toi... " Et comment réagirait-il s'il savait ce qu'elle avait fait avant de venir le voir ? S'il semblait prêt à se confier, pas elle : elle n'avait guère envie de voir la moindre désapprobation dans le regard de Tom. Et moins il en saurait sur ses activités, mieux ce serait - pour eux deux. L'ironie ne lui échappa d'ailleurs pas : elle avait été prête à lui reprocher ses cachotteries, et en faisait à son tour. " Steve est très occupé par sa nouvelle vocation d'héritier, et Lisa... Oh Tom... Je ne sais même pas comment elle va, cette raclure de Blackburn l'a emmenée à la fin de la bataille, mais elle avait l'air si mal... " Elle en voulait à Faust de s'être laissé aller à attaquer sa cousine, mais que pouvait-elle vraiment lui reprocher ? Elle avait rejoint l'ennemi... Mais la résultante était là : privée de ses deux plus proches confidents, elle se sentait bien seule. Et c'est un regard bien malheureux qu'elle lanca à son frère.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 5 Avr 2013 - 23:09

    Thomas laissa couler les commentaires véhéments de son aînée sans rien répliquer. Il ne pouvait décemment pas s’imaginer vider son sac impunément sans que cela ne déclenche certaines réactions chez Brooke. Il la connaissait par cœur et justement, c’était bien là tout le cruel de la chose. Il savait très bien quel poids avaient ses mots et l’impacte que ceux-ci devaient avoir sur sa sœur. Son intention n’était pas de la faire souffrir, pas plus qu’elle n’était à la vengeance. Il détestait la voir ainsi, triste, délaissée et clandestine. Le simple fait de la regarder lui malmenait le cœur. Pourtant ces choses, il fallait qu’il les dise maintenant, ce soir, car il sentait au plus profond que cette rencontre serait la dernière avant un long, trop long moment.

    Impossible de prévoir combien de temps s’écoulerait avant de croiser à nouveau son chemin. Et qui sait dans quel contexte la prochaine rencontre aurait lieu ? Dans l’intimité du secret comme ce soir, ou au beau milieu d’un champ de batail où le plus horrible des choix s’imposeraient alors à eux ? S’il fallait lui révéler ou lui confier des choses, c’était ce soir ou possiblement jamais. La simple notion était vertigineuse. La guerre rendait les choses totalement incertaines et même si l’un et l’autre n’étaient jamais amenés à croiser leurs baguettes, d’autres le feraient assurément et leur place. Peut-être que la prochaine fois qu’il entendrait parler d’elle serait pour apprendre qu’elle avait rendu son dernier soupir au nom d’un Dictateur encore plus mort qu’elle. L’idée était affreuse et cette infime possibilité faisait de cette rencontre leur possible toute dernière discussion.

    Mais que pouvaient-ils y faire ? Brooke avait raison, ils ne pouvaient tout simplement plus rien y faire et l’expression désolée qu’il affichait exprimait clairement son assentiment sur la question.

    « Elle va bien » la rassura-t-il aussitôt le sujet de leur cousine abordé « Le sort de Faust lui a fait beaucoup de mal et elle fait encore des allés et retours à Sainte Mangouste mais dans l’ensemble ça va, et elle a échappé à la prison - ou pire… J’aurai voulu aller la voir plus tôt mais la milice nous garde à l’œil aussi bien elle que moi, je ne voulais pas nous attirer plus de soupçons encore » il hésita quelque peu à lui exposer la suite, mais se souvint de cette impression vertigineuse de dernière fois et prit son courage à deux mains « Elle n’est pas une Phénix mais… Bruce l’est lui et ils vivent ensemble maintenant. Elle va rester avec nous, se faire discrète et essayer de s’intégrer »

    Et si Lisa envisageait la chose, alors pourquoi pas sa sœur ? …
    D’un coup, l’idée folle qu’elle s’extirpe de son nid de serpent pour le rejoindre ici à l’extérieur lui paraissait presque envisageable. Peut-être n’avait-il pas à lui dire au revoir en craignant que le mot juste soit en fait adieu ?

    « … Brooke pourquoi tu n’essai pas toi aussi ? Tu n’es pas obligée d’y croire, tu n’es pas obligée de les aider, simplement collaborer un peu, montrer pate blanche et leur donner quelques informations pour prouver ta bonne fois. Ce n’est pas si terrible tu sais ? Et tu serais avec Lisa et moi, on parlerait en ton nom ! Bruce aussi j’en suis sûr si on lui demande ! Tu pourrais aller chercher Maelen et je m’occuperai de vous, je ferai en sorte que ça se passe bien, je parlerai à William il nous aidera, il faut qu’on essait tant que les choses sont encore en construction. Je t’assure que je prendrai soin de vous, vous pourriez vivre ici avec nous le temps de trouver une maison et il y a une nouvelle école, Maelen pourrait aller là-bas et… » et il avait encore un bon millier d’arguments mais il préféra s’arrêter là.

    Il y avait de grande chance pour qu’il parle dans le vide et l’espoir vague ressentit quelques instants plutôt s’était déjà envolé. Ca n’avait été qu’une lueur fugace et totalement irréaliste, au fond il en avait bien conscience. On ne pouvait cela dit pas lui en vouloir d’au moins essayer…
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 10 Avr 2013 - 19:18

Dans le regard de Brooke, alors qu'elle contemplait son frère comme une morte de faim, c'étaient les mêmes inquiétudes, les mêmes doutes. Elle n'arriverait pas à se glisser deux fois de suite dans le cottage pour prendre le thé avec Tom sans être prise par les Aurors qui devaient surveiller son Sang-Pur de frère comme s'il était un déchet encombrant malgré tout ce qu'il avait abandonné pour leur petite insurrection, ou pire... Nora... Quoiqu'à bien y réfléchir, pensée plus que morbide, à choisir, elle préfèrerait tomber sous la baguette de sa belle-soeur plutôt qu'un de ces traitres quelconques. Nora avait de la prestance, et devait aimer Tom au moins autant qu'elle pour le suivre de la sorte. Mais le mieux serait de ne pas mourir, bien sur... Le mieux serait de pouvoir s'assoir à nouveau tous à la même table en riant et en commérant. Comme avant...

La réponse de Tom fut aussi douloureuse qu'elle l'avait imaginée.

" Elle s'est précipité sur cette raclure de traitre à son sang décati... Faust a cru qu'elle nous trahissait, il ne pouvait pas faire autre chose... " Pourtant, Brooke revivait comme un cauchemar le moment où elle a vu Lisa se jeter sur Bruce, et Faust jetant ce maléfice sans l'ombre d'une hésitation... et elle même qui avait faillit se retourner contre le barman avant de se rappeler ce qu'elle risquait à faire cela. Elle n'avait eu aucune envie de voir remis en cause son mode de vie, mais ca ne lui avait rien rapporté de mieux de tenir son rang, finalement... Ou peut être si : elle n'était pas déconsidérée par ses pairs comme l'était Tom.

Brooke commença par lancer un regard de dégoût à Tom lorsqu'il évoqua la vie clandestine que Lisa allait devoir se résoudre à vivre. Sa seule satisfaction était que cela confirmait ce qu'elle avait dit : leur cousine était prisonnière, le genre de prison qui ne s'en donnait pas le nom. Lisa ne serait sans doute pas libre de retrouver son emploi, ni d'aller et venir à sa guise, alors quel intérêt ? Coucher avec sa blondasse ?
Mais son expression devint indéchiffrable lorsque Tom poursuivit en lui proposant "d'essayer". Essayer ? De se faire passer pour une gentille Phénix ?

En fait, son expression était indéchiffrable parce qu'elle même n'arrivait pas à démêler ses sentiments. Elle passait en fait par toutes les couleurs de l'humeur. D'abord l'envie d'éclater de rire devant l'incongru de cette proposition, surtout l'idée que Bruce puisse parler en sa faveur, puis l'incrédulité à l'idée qu'elle puisse être seulement tolérée, l'espoir de pouvoir retrouver Tom et Lisa comme avant... Mais en croisant le regard de son frère, elle vit aussi la pièce où ils étaient, inachevée par manque de moyens. Parce qu'un gouvernement illégitime avait décidé que les biens de son frère étaient illégaux juste à cause de sa naissance. Drôle d'ironie lorsqu'on se retrouvait victime de préjugés qu'on avait tourné à l'inverse. Sauf que ni elle ni ses pairs n'avaient jamais retiré quoi que ce soit aux soi-disant brimés de leur régime politique. Ils n'avaient peut être pas tout, mais leurs acquis le restaient. Cette injustice là fit naître une bouffée de colère, et un sentiment de rejet : il était hors de question pour elle de vivre comme cela.
Et de toute facon... Elle avait attaqué les Phénix pendant l'attaque de Poudlard et devait certainement faire parite des têtes de liste des personnes recherchées... et après sa petite escapade nocturne, elle risquait fort de gagner quelques places. Rejoindre son frère, même en faisant semblant, était impossible : elle avait gagné un aller simple pour Azkaban.
En d'autres temps et en d'autres circonstances, peut être aurait-elle pu se laisser fléchir... peut être que si Tom s'était confié à elle dès le début... Mais aujourd'hui, c'était impossible. Les Phénix avaient réussi à lui prouver que l'abatardisation du sang des sorciers conduisait à l'anarchie et contaminait même les familles les plus pures. Ils avaient vécu 20 ans de paix et de confort... Les Phénix et l'Ombre avaient tout balayé par leur volonté de déséquilibrer ce que le Lord avait si sagement construit...

Finalement, Brooke eut un sourire triste et un reniflement moqueur.
" Tu m'imagines vivre ici, avec Maelen en prime, auprès de ta tendre épouse qui me porte tant d'amitié ? Dans ces conditions ? " Elle secoua la tête. " Et il est hors de question que je soutienne ces usurpateurs. Même pour faire semblant. Et puis... j'ai affronté tes petits camarades. Bruce m'a parfaitement vue et... il n'aura pas hésité à me dénoncer. Tu n'arrives déjà pas à parler assez fort pour être considéré à ta juste valeur, comment pourrais-tu faire entendre ma voix, en imaginant même que je le veuille ? " Elle secoua la tête. " Tes Phénix m'ont tout pris. Anton est allé se réfugier en Allemagne... " Tom savait bien que son mari n'était pas la priorité dans la vie de sa soeur, mais c'était néanmoins un changement, même mineur, dans la vie de Brooke. " Ils ont pris ma maison, mon argent, ma vie, ma cousine... mon frère... " elle se sentait soudain bien vulnérable, mais d'évoquer ainsi ce qu'elle avait perdu lui montrait l'étendu du terrible revers qu'ils avaient pris, et leur précarité, réfugiés dans l'enceinte de Pré-Au-Lard. Et à quel point Tom n'avait pas fini de lui manquer.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 14 Avr 2013 - 13:31

    L’évocation faite à Faust ne lui tira qu’une simple exclamation dédaigneuse. Il ne disait rien mais n’en pensait pas moins. Il avait toujours eut conscience des trop nombreux défauts de son ancien camarade de classe et ami, mais il ne l’aurait pas non plus cru capable de viser Lisa d’un sort de magie noire. Ce n’était rien d’autre qu’une énième preuve de son incroyable naïveté car d’un autre côté cela ne l’étonnait guère. Ils avaient passé sept années dans la même classe après tout. Justement, c’était bien là le problème. Tom avait su dès le départ vers qui irait l’allégeance de Waltz mais s’était toujours très stupidement persuadé qu’avec lui, ou même Lisa, la réaction aurait été différente. Plus … conciliante. En souvenir ‘du bon vieux temps’. Il avait visiblement eut tout faux.

    Loin d’être déçu, c’était plutôt de la colère qu’il ressentait. De son côté, Faust devait assurément les considérer comme des traitres, mais pour Thomas, c’était lui le traitre. Qui préférait bafouer les souvenirs communs au nom de la politique. L’unique vraie différence entre eux résidait dans le fait que l’un choisissait avec son cerveau et l’autre son cœur. Du moins, c’est ainsi que Tom percevait la chose, mais qu’en savait-il après tout ? Il réalisait toujours après coup qu’il avait tout faux et sur toute la ligne…

    La preuve de son irréalisme complet, c’est que durant quelques stupides secondes, il avait réellement espérer que Brooke envisage au moins sa proposition de les rejoindre de l’autre côté de la barrière. C’était une proposition folle et risquée mais il oblitérait presque ces pans de la vérité pour ne plus voir que ce qui l’arrangeait, à savoir : un pseudo tableau de famille pour remplacer celui qu’il avait perdu récemment. C’était une chose très étrange et culpabilisante, d’avoir toute sa vie fait partie d’un clan, pour du jour au lendemain se retrouver complètement isolé. Il avait l’impression d’être un morceau de bois usé à la dérive après un naufrage. Alors que secrètement, n’était-ce pas exactement ce qu’il avait souhaité des années durant ? D’être enfin, ENFIN débarrasser d’eux. Toute cette smala encombrante, pesante, exigeante, bourrées d’attentes et de préjugés horripilants et fatigants. Des milliers de fois il avait prié de pouvoir sortir une bonne fois pour toute de tout cela, d’en être débarrassé définitivement. D’autres fois, se laissant aller à la colère et la frustration, il avait même souhaité les voir tous morts et enterrés. Maintenant, c’était lui qui était mort pour eux. Ironie amère…

    Le découragement lui avait fait baisser les yeux, plantés dans le vague de ses pensées sombres. Il ne les releva sur le visage que sa sœur qu’une fois le mot ‘frère’ prononcé. Quelques secondes de silences s’écoulèrent tandis qu’il scrutait le regard effilé de son aînée.

    « Non… » la contredit-il en secouant doucement la tête à la négative « C’est trop facile ça Brooke. C’est trop facile de coller une étiquette pour ensuite la montrer du doigt et la blâmer de tout. ‘Les Phénix’ » répéta-t-il avec une pointe de dédain plus qu’évidente « Qu’est-ce que ça veut encore dire ça ? Est-ce que Potter et Dumbledor ont encore quoi qu’ce soit à voir là-dedans ? Ils ont lancés la question, rien de plus. Maintenant c’est à nous d’y répondre. Tu penses que ça ressemble à ce que je voulais ? » lança-t-il en désignant sa fenêtre et le monde entier qui s’étalait par delà « Tu penses que ça ressemble à ce que Metelli voulait avant de s’faire assassiner ? Tu pense que ça ressemble à ce que Wallas voulait ?! Ca je peux t’assurer que non ! Ca n’a rien à voir avec ce qu’on espérait, à l’époque où ‘les Phénix’ » en mimant les guillemets « n’étaient encore qu’un ou deux Médicomage, un magizoologue et quelques décalés de la vie, réunis autour d’une bière dans un pub miteux. Mais le Lord venait d’mourir, et on a tenté notre chance… Les Phénix c’est juste un nom. Un stupide nom, juste pour le symbole. Mais ce qui se passe en ce moment, ça n’a rien à voir. C’est juste ce qui arrive quand les gens en ont assez, quand on les a poussés à bout… » et bien entendu, c’était surtout de lui qu’il parlait même s’il croyait en ses mots « Ca a toujours été comme ça et ça le sera toujours » il haussa une épaule « Les temps changent et le nôtre vient d’expirer. C’est tout. Tu parles de Phénix, moi je parle de futur » Il laissa son regard couler vers le bébé qui s’agitait avec impatience dans son siège « C’est lui qui aurait été le prochain Macnair sur la liste… Maintenant, il va pouvoir étudier les matières qu’il veut, faire le métier qu’il veut, et puis épouser la fille qu’il veut » il ébaucha un pauvre sourire avant de conclure « C’est tout c’que je voulais »

    Même si le prix à payer se révélait bien cher...
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 15 Avr 2013 - 6:20

Brooke lui avait jeté un regard en biais quand il avait eu cette exclamation à la la mention de Faust. Se doutait-il seulement qu'elle aurait pu être dans le même état que Lisa si Faust justement n'avait pas neutralisé celui qui se serait fait un plaisir de lui faire danser une sarabande normale ? Brooke avait eu de la chance, elle avait peu attiré l'attention, mais Bruce l'avait vue, et leur inimité ne datait pas d'hier. Elle était persuadée qu'il n'aurait pas hésité à lui faire beaucoup de mal. Mais le hasard avait voulu que Faust soit en réussite ce soir là. Mais Tom y serait sans doute insensible...

Elle écouta Tom lui répondre, et sentit une certaine irritation lui monter au nez, et grimaça à la mention de ces noms abhorrés. Autant de symboles de la fourberie des Phénix. Sauf peut-être Metelli, qui avait été élu à la régulière, et qui avait le mérite d'être mort avant d'être impliqué dans des plans foireux, avant de trahir tout le monde.

" Oh s'il te plait... Vous jouez exactement comme eux aux amis des Moldus ! Le vieil incontinent n'aurait rien fait d'autre que ce que vous avez fait, son balafré dans son sillage. Tes petits amis sont juste allés plus loin en contractant cette alliance idiote ! Vous auriez du vous douter que ces Américains trop bien pensant n'auraient pas hésité à se mêler de nos affaires. Enfin l'Histoire est pleine d'exemples de leur arrogance ! Vous pensiez vraiment que les sorciers seraient différents ?! Et puis vous avez choisi ce nom, alors assume... " Elle avait monté le ton, au mépris de toute prudence en regard de la brune endormie à l'étage, mais encore une fois, elle en avait cure. Brooke avait passé une bonne partie de sa vie à empêcher Tom de faire des bêtises plus grosses que lui en se mêlant de tout et de rien. Elle avait déjà eu un lourd sentiment d'échec lorsqu'il avait disparu pendant prêt d'un an, mais rien n'égalait ce qu'elle ressentait finalement aujourd'hui. Trahie, déçue, et obligée surtout de dénoncer son frère ou pire, que lui restait-il, sinon la vengeance contre les responsables de cette situation ? Elle commençait de tourner sur place, cherchant quelque chose sur lequel passer ses nerfs : un sous-fifre à torturer, un objet à casser, n'importe quoi pour ne pas finalement martyriser Tom.

Mais ce fut à son tour de nourrir un fol espoir. Cette situation n'était pas ce que Tom voulait, il le regrettait... D'un mouvement trop vif pour qu'il puisse se rebiffer - et suffisamment inquiétant au vu de son agitation pour qu'il craigne le pire - , elle se rapprocha de lui pour lui prendre à nouveau le visage dans les mains, plein d'espoir mêlé de crainte dans les yeux.

" Oh Tom, si ce n'est pas ce que tu veux, pourquoi toi tu ne rentrerais pas avec moi ? Ce serait tellement plus simple... On pourrait expliquer à Père et aux autres que tu as été entraîné malgré toi, qu'ils t'ont farci la tête avec des fausses promesses, ou qu'ils t'ont menacé... Ca pourrait marcher, tu sais ! On pourrait convaincre Père ensemble, et si lui y croit, alors personne ne t'embêtera ! Tu pourras emmener ton fils, ca ferait tellement plaisir à Mère de le voir ! Et à moi aussi... et à Maelen aussi... On pourra tous le voir grandir, et tu ne seras pas obligé de reprendre ta place après tout... Steve est désormais l'héritier en titre. Et même comme ca, ton fils pourra faire ce qu'il veut, c'est ton fils, ta décision... On sera ensemble, et ensemble on pourra sortir Lisa des griffes de Blackburn... Il faudra qu'on se serre un peu, c'est déjà tellement petit là où nous sommes, mais pour toi... et pour lui... on pourra faire un effort... Il suffira ... il suffira de dire que ce n'était pas ta faute... que... que ce... "

Mais elle-même n'y croyait pas complètement. Elle sentait les larmes monter, et ne pouvait pas grand chose pour les retenir. Tom ne pouvait pas revenir, pas plus qu'elle pouvait le rejoindre.
Une nouvelle fois, elle se laissa aller contre la poitrine de son frère pour cacher cette fois les larmes qui coulaient en dépit de ses efforts.

" Pourquoi tu ne me l'as pas dit plus tôt... " Murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 18 Avr 2013 - 18:30

    Les mots ‘Amoureux des moldus’ lui firent lever les yeux au ciel. C’était une vision bien naïve de la chose. Ce n’était pas parce qu’il était contre leur extermination qu’il rêvait que leurs deux peuples vivent en harmonie, main dans la main. D’ailleurs il n’avait jamais été de ceux qui voulaient abolir le secret magique pour ne plus faire qu’un seul grand peuple uni. Foutaise tout ça. Il n’y croyait pas un instant. Si les moldus venaient à apprendre leur existence ils seraient terrorisés, et comme toujours dans ces cas-là, rien de bon ne pourrait en ressortir.
    Non vraiment, ce n’était pas les moldus qui lui importaient vraiment, même s’il se souciait de leur cause. Le vrai problème était la manière dont les basiques étaient traités dans leur société, la place des nés moldus et l’extermination des sangs-mêlés. Tout l’monde n’avait de cesse de parler des moldus, mais c’était simplement une diversion pour éviter de parler des vrais problèmes inhérent à leur culture.

    Cela dit, il n’était pas utile d’essayer de l’expliquer à Brooke et il se contenta de l’observer tandis qu’elle parlait, ses yeux tristes et quelque peu résignés braqués dans les siens. Elle n’avait pas tord concernant les Américains, mais elle était loin d’avoir raison. Là non plus, il ne souhaitait plus tergiverser avec elle à ce sujet. Et la suite ne fit que confirmer l’idée. Le plan de sa sœur était aussi irréalisable et utopique que le sien juste avant.

    Il ne pouvait pas prendre son fils à Nora pour commencer. Jamais, même pas pour l’hypothèse. C’aurait été comme la tuer à petit feu, on ne pouvait rien imaginer de plus cruel, de plus égoïste.
    Ensuite, il savait que s’il mettait ne serait-ce qu’un pied à Pré-au-Lard, c’était sa tête sur une pique dans la journée, et sans procès, pour Haute Trahison et crime de guerre, ou quelque chose du genre… Il la laissa dire pourtant, se contentant d’une petite mine qui disait ‘Allons, tu sais très bien que ça n’arrivera jamais…’. Et en effet, sa sœur fini par s’en rendre compte, enfouissant au passage son visage dans le creux de son épaule.

    L’étreinte lui faisait presque mal. Pas physiquement, plutôt moralement. L’unique chose qui ressortait de cette discussion était la fatalité de leur situation. Ils étaient totalement coincés, il n’existait aucune solution. Les vestiges de l’éternel positif qu’il avait un jour été le poussaient à rajouter ‘pour l’instant’ au bout de sa pensée car qui sait, les choses changeaient si vite, si souvent, si violement, impossible de dire ce que leur réservait l’avenir.
    Pourtant, le Thomas qu’il était aujourd’hui n’y croyait plus vraiment. Il s’agissait là de petites lueurs d’espoir dont on s’aveuglait soi-même pour endurer la réalité. Mais ce n’étaient que des mensonges pour s’auto persuader de ne pas renoncer. Il n’avait plus le courage pour cela.

    Laissant son regard douloureux se perdre dans un point flou du décor, Tom vint poser sa joue sur les cheveux soyeux de son aînée tandis que ses deux grandes mains reposaient désormais dans son dos. La savoir entrain de pleurer lui serrait la gorge, mais sa peine ressemblaient bien trop à de la rage frustrée pour que le sel ne s’écoule de ses yeux. Il était en colère contre le monde qui n’avait plus aucun sens, et contre les gens qui s’échinaient à devenir fou et faire n’importe quoi au nom de n’importe quel idéaux violé et perverti.

    « … je suis désolé » lui répondit-il avant de déposer un petit baiser sur ses cheveux auburn « Je ne vois pas comment les choses auraient pu se passer autrement. Et… si c’était à refaire… je n’hésiterai pas. C’est le seul choix important de ma vie que j’ai pu faire par moi-même »

    Et tant pis si cette réponse ne plaisait pas à Brooke. Au point où ils en étaient…
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Sam 27 Avr 2013 - 13:48

Une nouvelle fois, Brooke se laissait aller contre Tom. Les yeux fermés, elle essaya un petit instant de se convaincre que rien n'était arrivé. Elle aurait tellement aimé que cela soit vrai... Mais la seule chose qui subsistait, c'était son impuissance, tout aussi irrévocable que celle de Tom - en témoignait son air de cocker battu. A dire vrai, plus touchant encore que l'impasse dans laquelle ils se trouvaient, c'était la résignation qu'elle voyait dans le regard de son frère qu'elle ne comprenait pas. S'il y avait bien une chose qui caractérisait Tom, c'était son optimisme, sa capacité à trouver une lueur quelque part, même la plus ridicule. Mais là, rien. Seulement la fatalité. Et le gouffre qui les séparait.
L'esprit de Brooke s'égara sur ce qui l'avait amenée hors de Pré-Au-Lard et la petite chose gémissante et défigurée qu'elle avait laissée dans un couloir de sa propre maison. Quand Tom saurait, et il ne faisait aucun doute qu'il saurait, ce gouffre serait encore plus large, peut être désormais infranchissable. Elle ne regrettait pourtant pas son geste, punition nécessaire d'une petite écervelée qui avait oublié quel était l'ordre réel des choses et signe clair envers la communauté des impurs qui se pensaient en sécurité. Non, rien ne lui ferait regretter cette attaque. Mais elle savait pourtant que Tom ne pourrait jamais approuver, pas plus qu'elle même n'approuvait son implication dans les activités des Phénix. Elle ne doutait pas qu'il avait du faire des choses pas très catholiques contre les Héritiers, mais est-ce que cela changeait quelque chose ? A dire vrai, pas vraiment... Elle avait envie de lui écraser un grimoire sur le crane tout les matins de sa vie pour lui faire savoir son mécontentement, mais ce n'était pas pour autant qu'elle cesserait de l'aimer, cet idiot... Elle espérait juste que Tom ne lui retirerait pas son affection de la même façon. Que même sans comprendre ni accepter, il lui pardonnerait...

Elle l'entendit lui répondre et poussa un profond soupir en retour. Évidemment, quelle autre réponse aurait-il pu lui faire ? Pas plus qu'elle ou n'importe quel autre membre de leur famille il n'était capable de revenir sur ce qu'il avait fait. En cela, il était digne des Macnair, sans hésiter.
" Je sais, espèce de sale crotte de troll de Gryffondor entêté et stupide... " marmonna-t-elle du creux de l'épaule de son frère. Elle s'essuya les yeux et se recula quelque peu pour croiser à nouveau son regard.

" Alors quoi maintenant ? Ca sera tout ce qu'il nous reste ? L'ordre de nous entretuer si on se recroise ? " Elle savait qu'elle ne pourrait pas. Elle n'avait déjà pas pu attaquer Lisa lorsqu'elle avait rejoint Bruce, et avait faillit se tourner contre Faust lorsqu'il avait lancer son sortilège sur elle. Alors l'idée de devoir affronter Tom... C'était au-dela du possible, à son sens.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 28 Avr 2013 - 13:10

    Il aurait voulu étirer ce moment à l’infini car il savait au plus profond de lui, que lorsque sa sœur quitterait la chaleur relative de ses bras pour disparaitre à nouveau dans la nuit… plus rien ne serait plus jamais comme avant. Il savait qu’il partageait avec elle leurs tout derniers instants de paix, ici et maintenant. Tom ignorait de quoi serait fait le futur et son esprit lui décrivait quantité de scénarios redoutés. Impossible de savoir pourtant, sans posséder le don du troisième œil du moins, et cette sensation de plonger au cœur d’une immense mer noirâtre aux profondeurs inconnues lui faisait une peur bleue.

    Le sentiment le ramenait soudainement à l’un des nombreux souvenirs communs qu’il avait avec sa sœur, l’été de ses 12 ans au Manoir, lorsqu’elle lui avait annoncé son mariage et son départ du foyer familial. Il était devenu tout blanc et s’était fermé comme une huitre dès que la possibilité de la voir lui échapper s’était imposée à lui. A l’époque, il s’était retenu de se pendre à ses jambes pour l’obliger à rester au près de lui, et cette nuit il avait 12 ans à nouveau, et luttait contre les mêmes exactes réflexes.

    Thomas savait pertinemment que ses réactions étaient puériles et calquées sur une enfance désormais belle et bien révolue, mais que pouvait-il faire contre ? C’était sa sœur.
    Sauf qu’il ne pouvait décemment pas espérer faire le choix de se dédier aux Phénix tout en exigeant de garder ce qui appartenait à sa vie d’avant. Le beurre et l’argent du beurre. Mener sa petite révolution personnelle en obligeant toutes les personnes aimées à le suivre dans sa rébellion uniquement pour ses beaux yeux. Nora l’avait fait et il en venait presque à le regretter aujourd’hui car c’était le principal reproche qu’elle avait à lui faire.

    Les sacrifices.
    Satanés sacrifices.
    Sa femme en avait fait d’énormes pour lui, qu’il n’était pas capable d’assumer aujourd’hui et qui pourrissaient leur relation jusqu’à l’os.

    Peut-être était-ce donc mieux ainsi ? Il ne voulait pas voir Brooke lui emboiter le pas pour ensuite le lui reprocher, et voir leur relation s’étioler, se dégrader jusqu’au point de non retour. Peut-être était-ce mieux que les choses se terminent entre eux dès maintenant. Ainsi au moins ils pourraient chérir leurs souvenirs sans les entacher.
    C’était son choix de leur tourner le dos, son choix de suivre le chemin qu’il s’était tracé seul, mais pouvait-on réellement se dédier à la moindre cause sans réel sacrifice ?
    Brooke serait le sien…

    Réaliser cela pleinement lui permit de la laisser quitter son étreinte sans s’accrocher à elle comme il en mourrait d’envie. Il esquissa même un sourire en l’entendant l’affubler de son affreux petit surnom d’enfance. Il l’avait toujours trouvé horrible et maintenant, ‘crotte de troll’ ressemblaient aux mots les plus doux qu’il ait jamais entendu.
    Son sourire disparu pourtant presque aussitôt, remplacée par une grimace douloureuse et angoissée.

    « Non » souffla-t-il péniblement.

    Mais ce n’était pas réellement sa réponse, simplement l’expression de son dégoût à l’idée de croiser Brooke sur le moindre champ de bataille. Il ne voulait pas que ça arrive. Jamais. Il était prêt à renoncer à elle et aux autres, mais pas à les affronter, ça c’était impossible.

    « On trouvera une solution pour éviter ça » lui assura-t-il en posant ses deux grandes mains sur les épaules de sa sœur « Je ne pourrai jamais lever ma baguette contre toi, tu le sais n’est-ce pas ? Ce n’est pas parce que je suis parti que je suis votre ennemi » il savait bien que si en vérité, mais voulait sincèrement croire qu’ils pourraient tous traverser cette guerre sans que les Macnair n’aient à faire couler le sang des Macnair « Si ça arrive un jour il sera toujours temps de trouver un moyen de contourner le problème » ajouta tout de même Thomas en venant essuyer une petite larme restée accrochée à la joue de son aînée « En attendant je crois… je pense que c’est mieux qu’on ne se voit plus »

    Comme plus du tout. Prononcer les mots se faisait tout aussi logique que pénible. Mais c’était la seule chose à faire désormais, ils le savaient aussi bien l’un que l’autre…

    Ce fut ce moment qu’Arthus choisi pour se rappeler aux bons soins de son géniteur, de quelques gémissements ennuyés. Il s’était fait discret jusque là mais s’impatientait désormais, et Tom n’eut d’autre choix que de délaisser Brooke pour se tourner vers son fils et le prendre dans ses bras pour apaiser ses pleurs.
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 28 Avr 2013 - 19:29

Des solutions pour éviter une confrontation devant témoins. Des solutions pour ne pas faire preuve de faiblesse, pour ne pas donner l'impression de trahir. Pour ne pas avoir à faire le choix qu'ils ne voulaient pas faire. Brooke savait qu'elle aurait à le faire un jour, depuis le jour où Tom avait été dénoncé. Mais elle avait refusé d'y croire, préférant élaborer une théorie de complot à son encontre - avant d'être confrontée à la réalité. Et elle recommençait avec Lisa, se convaincant et clamant à qui veut l'entendre qu'elle n'était pas une traitresse mais une prisonnière. Mais quelle solution y avait-il pour éviter le drame ? Pour l'instant, elle n'en voyait pas, mais elle voulait croire que Tom trouverait... Peut être que maintenant qu'il était père, il se tiendrait éloigné des combats, se contentant de son travail...

Ou peut être pas... Tom, rester en place ? Serait-ce seulement possible ?

Lorsqu'il lui assura qu'il ne lèverait pas sa baguette contre elle - elle qui l'avait accompagné chez Ollivander il y avait une éternité - , elle roula des yeux. Comment pouvait-il ressentir le besoin de lui demander si elle savait ? Elle n'en doutait certes pas. Ou en tout cas, elle refusait de mettre en doute ce fait : il ne pourrait pas lui jeter le moindre sortilège, pas plus qu'elle ne pourrait lui retourner la politesse.

" Je sais. Andouille... Comment est-ce que je pourrais te mettre le feu aux fesses de toute façon ? Tu as le cuir tellement épais que ca ne servirait à rien... " Sa façon à elle de lui assurer qu'elle non plus ne pourrait pas s'en prendre à lui. Mais alors qu'elle avait espéré pouvoir détendre l'atmosphère et finir par discuter un peu plus librement, échanger quelques ragots croustillants dans une parenthèse bienvenue au milieu de cette lutte fratricide - qui en prenait pleinement le sens pour ce qui les concernait - , espoir brièvement nourrit par le geste de Tom, il l'assomma avec une nouvelle évidence, qu'elle avait pourtant rejeté de toute ses forces dans un coin de son esprit.

Ne plus revenir.
Ne plus se revoir.

Elle se recula d'un pas en lui jetant un regard lourd de reproches avant que leur attention soit détournée par les geignements réprobateurs de son neveu.

Ne plus se revoir... Peut être plus jamais, comment pouvaient-ils savoir ? Cette simple idée lui retourna l'estomac, mais elle savait pourtant qu'elle ne pourrait pas reprendre le risque immense qu'elle avait pris ce soir. Tomber sur les Phénix, se trahir auprès des Héritiers, ou pire... Croiser Nora... C'était dangereux, pour eux deux. Même mortel, surtout si on évoquait sa belle-sœur.
Les yeux dans le vide, elle le laissa prendre son fils dans ses bras pour le calmer. Il lui fallait digérer cet état de fait, avant de reprendre son masque habituel de prétention et de dédain.

" C'est ca, fiche moi dehors... J'ai bien compris que tu préférais torcher son derrière puant plutôt que de déguster un excellent champagne avec moi... " Et malgré tout le mépris qu'elle tachait de mettre dans sa tirade, elle ne pouvait pas masquer son attendrissement face à la version miniature de Tom, et un sourire gaga lui échappa.
Elle s'approcha d'eux sans lâcher son neveu des yeux et finit par caresser doucement la petite tête baveuse, un sourire plein de nostalgie aux lèvres : ce n'était pas son neveu qu'elle voyait, mais la petite chose vagissante qu'on lui avait présenté comme son frère des années plus tôt - et dont elle n'aurait jamais présagé l'avenir.
Elle prit finalement une profonde inspiration et regarda à nouveau son frère.

" Tu as raison... je... je ne reviendrai pas, promis. Je ne veux pas que tu aies des ennuis... Seulement... Il fallait... " Elle se recula en hochant la tête sans plus le regarder.
" Dit à Lisa que je l'aime... Enfin non, ca elle va croire que tu te fiches d'elle... Dis lui qu'elle à intérêt à se tenir prête, parce qu'on fera la tournée des bars ensemble. Il y a des mecs bien plus intéressants que son abruti de blond à Pré Au Lard... Dit lui... Bon sang, vous me manquez tous les deux... " Elle poussa un nouveau soupir en relevant les yeux en grimacant.

" Je devrais peut être y aller... " Pourtant, plantée au milieu de la cuisine avec un air de cocker battu aussi maitrisé que celui de Tom, elle avait l'air aussi prête à quitter la maison que d'aller faire du saut à l'elastique depuis la tour d'astronomie de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 2 Mai 2013 - 21:45

    En d’autres temps, Thomas aurait certainement put rire, ou tout du moins sourire à la blague de sa sœur, mais cette fois-ci il avait le cœur bien trop lourd et ses lèvres refusaient tout bonnement de bouger. Dans ses bras, tout contre sa poitrine, Arthus devait d’une manière ou d’une autre ressentir la détresse de son père car même s’il ne pleurait plus, il continuait de s’agiter et d’afficher cette moue plissée typique du bébé mécontent. Impossible de se raisonner pourtant. Tom ressentait à la fois une tristesse presque physiquement douloureuse, une colère brûlante qui lui dévorait la poitrine, et un énorme vide indolent et apathique. Le cocktail le laissait tout simplement muet.

    L’entendre lui confirmer qu’elle ne reviendrait pas le voir lui tira pourtant un soupir étranglé. Les mots prononcés et toute cette scène semblaient baigner dans l’irréel, comme dans un rêve angoissant que l’on trouverait au contraire un brin trop réaliste. Et même encore maintenant, tandis qu’il vivait la scène et venait de s’entendre dire ce qu’il redoutait le plus, Tom avait du mal à envisager l’avenir de cette manière. Son esprit n’arrivait pas à concevoir ni à se projeter ce qu’ils étaient entrain de construire à regret ce soir.

    Cela faisait des mois que les ponts entre sa famille et lui étaient coupés – depuis la fin du mois d’août, juste après son anniversaire pour être précis. Pourtant les choses étaient restées en suspend entre eux tous. Il avait du fuir les hommes de Kark et n’avait jamais recroisé aucun des siens avant ce soir. Il n’avait pas pu dire au revoir, n’avait eut ni de retour ni de nouvelles, mise à part le nouveau statut d’Héritier de son cousin Steve. En d’autres termes, les liens n’avaient pas été sectionnés proprement. Il avait été contraint de les arracher sans précaution et redoutait de devoir désormais porter les cicatrices à vie. Ce n’était de toute façon pas pour tout de suite car il saignait encore.

    Il ne lui répondit rien non plus concernant Lisa, se contentant de lui décocher un regard un peu attendrit. Il était tellement aveuglé par son petit chagrin personnel qu’il en oubliait presque que Brooke était une succube et une mégère impitoyable le reste du temps. Et il en oubliait presque les autres aussi … pourtant Merlin seul savait comme il y en avait. De toute cette multitude de cousins et cousines au sang-pur, il ne restait plus que lui de ce côté du mur. Chaque fois qu’il songeait à cela il se sentait minuscule, seul et nu. La sensation était détestable. Puis ensuite il se souvenait de Lisa. Il avait toujours aimé la brunette mais la savoir ici avec lui ne le soulageait pourtant pas vraiment. Elle n’avait choisi ni les Phénix ni sont cousin, elle avait choisi Bruce et la démarche était toute autre. La situation de leur cousine était plus délicate encore que la sienne. Elle était désormais contrainte de vivre en territoire ennemi. Il ne comptait donc certainement pas la pousser vers Pré-au-Lard en lui faisant miroiter la belle vie en compagnie de Brooke. S’intégrer, collaborer et faire profile bas, voilà ce qu’elle devrait faire. Ce n’était pas très glorieux ni très ‘Macnair’, mais quel autre choix si ce n’est pas prison ? …

    Thomas ne fit pourtant pas part de toutes ces pensées à sa sœur. Il n’était plus temps d’entrer dans les détails, en cela elle avait parfaitement raison. Il se contenta donc de lui mentir d’un léger hochement de tête, se jurant tout de même de répéter à Lisa les seuls mots sur lesquels Brooke était revenue, et qui étaient aussi les plus beaux.

    « Attends, avant de t’en aller… » lança finalement Tom d’une voix rauque, le souffle trop court et le petit toujours dans ses bras.

    Les mots suivants restèrent pourtant tout d’abord coincés dans sa gorge. Il savait ce qu’il voulait transmettre mais ne trouvait pas les mots pour le dire. Lui aussi voulait lui poser des questions, lui aussi voulait en savoir plus sur ce qui se tramait de l’autre côté et comment s’en sortaient les autres. Lui aussi voulait faire passer ses messages. Leur mère, Maelen, Alexianne pour ne citer que les plus chers à son cœur.

    Etrangement pourtant, ses paroles ne leur furent pas destinées. Elles furent pour la seule personne qu’ils n’avaient pas encore réellement évoqué, et pourtant celle qui continuait de prendre toute la place dans ses pensées chaotiques…

    « … tu vas lui dire que tu m’as vu ? Tu vas lui raconter ? .. » Inutile de préciser de quel ‘lui’ parlait Thomas. Même lorsqu’on ne le citait pas, leur géniteur parvenait à occuper toute la place « Avant que tu t’en ailles, je veux savoir… ce qu’il a dit, ce qu’il a fait quand il a su pour moi »

    De toutes les questions qu’il aurait pu poser durant ces quelques derniers instants qu’il leur restait, c’était celle-là qu’il choisissait. La question la plus corrompue, celle qui le torturait le plus cruellement malgré ses efforts. C’était tout simplement plus fort que lui, il se trouvait désormais pendu aux lèvres de sa sœur, continuant de machinalement bercer le petit qui gigotait dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 3 Mai 2013 - 18:23

Rien, pas de rire, pas de réponse, juste un soupir. ce pauvre Tom n'avait peut être jamais été satisfait de son sort d'héritier, mais Brooke l'avait rarement vu aussi malheureux. Elle n'arrivait décidément pas à comprendre comment il pouvait accepter cette situation, comment il pouvait lui dire qu'il ne regrettait rien et ne changeraient pas ses choix. Et pourtant, elle n'arrivait pas pour autant à lui en vouloir vraiment. Pas parce qu'il avait l'air assez malheureux comme ca - ce n'était vraiment pas le genre de Brooke de faire ce genre de délicatesse - mais parce que c'était Tom. Oh bien sur, elle était contrariée qu'il ait pu soutenir les traitres qui les avaient bouté hors de chez eux. Elle était exaspéré qu'il continuât à les soutenir et à ne pas revenir sur sa décision. Mais c'était Tom, aussi bêtement naïf et idéaliste qu'il l'avait toujours été, quelque part.

Son petit frère.
Qu'elle ne verrait plus. Plus avant longtemps. Peut être jamais. Un mot qu'elle avait souvent craché à la tête des bellâtres pas assez purs et/ou pas assez beaux pour leur accorder ses faveurs, mais qu'elle n'aurait jamais imaginé devoir appliquer à son frère. Jamais... Le caractère définitif inhérent au mot lui laissait un gout amer. Mais que leur restait-il d'autre ? Rien. Sinon la séparation...

Persuadée que tout était dit, elle fit un geste pour partir quand Tom l'arrêta. Une idée pour les tirer de cette impasse peut être ? Brooke lui lança un regard chargé d'espoir, vite déçu par la demande exprimée. Qu'allait-elle pouvoir dire à sa famille, en effet ? Et - apparemment le seul qui intéressait Tom - à leur dragon de père ? Et qu'allait-elle surtout répondre à son frère ?
Brooke sembla s'affaisser sur elle-même comme soudain écrasée du poids d'une charge trop lourde pour elle.

" Oh Tom... " Elle ouvrit la bouche, prête à proférer un mensonge, n'importe lequel. Mais elle n'avait plus la force, plus le courage de mentir, encore moins à son frère. A quoi bon ? Elle secoua légèrement la tête. " Que crois-tu qu'il se soit passé ? Il n'a rien dit. Il a juste... " Comment faire comprendre à Tom ce qu'il avait provoqué - une seconde fois, et sans doute la dernière ? " On ne peut pas... On ne parle pas. De toi. De ce qu'il s'est passé. De ce que tu... " Elle déglutit péniblement. Elle n'avait pas envie d'évoquer à nouveau, même partiellement, la trahison de son frère. " Il... Quelques jours après qu'on se soit retrouvé à Pré-Au-Lard... Je suis revenue à la ... enfin dans le trou à scrout qui nous sert de maison... Père et Mère ne m'ont pas entendue, et ... Oh Tom, c'était évident, tu n'étais pas là, tu ne nous as pas rejoint, ca a confirmé toutes les rumeurs, toutes les accusations... Mère était... très malheureuse, mais Père... Je crois... je crois que je ne l'ai jamais entendu tempêter de la sorte. Mais il s'est arrêté instantanément quand il a entendu la porte se fermer quand Alexianne est rentrée. Elle n'a rien remarqué, la gourde... C'est bien la fille de Tamara, pour ca... " Brooke s'arrêta pour prendre sa respiration. Maintenant que les vannes étaient ouvertes, rien ne semblait plus pouvoir l'arrêter. " Père nous a tous réuni, il y a 6 mois. Il nous a simplement expliqué que Steve serait en charge de la famille lorsque le temps serait venu. Qu'il devra s'y préparer. Et c'était tout. Il n'a rien dit d'autre. Mais Tom... C'est comme... comme lorsque tu avais disparu... Il a vieilli... " Sa voix se perdit un peu dans les affres de ce souvenir dramatique où pendant une année, elle avait fait des efforts surhumains pour être la gentille fille, et remonter le moral de ses parents. Quand, l'espace de quelques temps, elle avait sérieusement penser à se remettre à pondre.

Elle ne savait pas trop ce que l'information ferait comme effet à Tom. Il devait se douter que Rogan offrirait un masque impassible et intransigeant au monde. Mais d'imaginer le patriarche de leur famille blessé au coeur par la trahison de son fils qu'il devrait désormais considérer comme inexistant ?
Il y avait des antécédents, chez les Macnair et dans d'autres familles, où les traitres étaient purement et simplement bannis, comme s'ils n'avaient jamais existé, et sans que le noyau dur des familles ne s'en émeuve. Pourtant Rogan Macnair n'était pas aussi blindé contre la trahison de son fils qu'il ne voulait le laisser paraitre, Brooke l'avait bien vu.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Mar 7 Mai 2013 - 17:04

    Tom ignorait totalement si ce que lui racontait sa sœur lui faisait plaisir ou au contraire, le peinait encore plus. Elle ne lui avait pas donné beaucoup d’informations et rien d’étonnant à cela puisqu’il n’y avait pas grand-chose à dire. Les Macnair n’avaient jamais favorisés la moindre communication, c’était le cas d’le dire. Mais il pouvait tout de même deviner que son Père était loin de vivre tout cela dans l’indifférence. Qu’y avait-il de pire que le désintérêt ? Rogan n’était pas homme à s’épancher, mais Brooke en avait perçu juste assez pour pouvoir affirmer sans trop de mal que la situation le minait réellement. Il préférait ce silence aux critiques directes. Si son père évitait d’aborder le sujet, c’était justement car il y avait trop à dire, il le connaissait assez pour le savoir. Il le connaissait assez pour comprendre qu’il était tout simplement devenu son point faible. Et selon Rogan, un Homme, un Sang-pur, un Macnair n’avait aucune faiblesse. C’était faux bien sûr … tout l’monde avait ses faiblesses. Tom en arrivait même à les revendiquer. Rogan lui, pour continuer de donner le change, choisissait de les passer sous silence.

    Tom préférait devenir ses silences que ses colères.
    Le silence avait quelque chose de plus intime, de plus étroit qui lui donnait ainsi l’impression que c’était bel et bien lui que son père regrettait, et non pas sa réputation impeccable mise en pièce par son stupide rejeton. Thomas savait pertinemment qu’il devait tout de même y avoir de ça, mais préférait le passer sous silence lui aussi, pour ne garder de la vérité que sa partie favorite.

    Une partie de lui brûlait également d’en savoir plus, de pousser ses questions plus loin et de les étendre aux autres membres de la famille. Six longs mois qu’il n’avait plus échangé un mot avec eux ni obtenu aucune nouvelle si ce n’est que Steve reprenait son rôle au sein du clan désormais.
    Mais qu’en était-il de leur mère ? Brooke précisait qu’elle était malheureuse et Tom avait su dès le départ le mal qu’il lui ferait, mais qu’avait-elle dit exactement ? Qu’avait-elle confiée à sa fille cadette sur la question ? Et Tamara dans tout cela ? Où était-elle ? La situation en France laissait à désirer et il n’avait de cesse de se demander comment les choses s’étaient déroulées pour elle là-bas. Elle n’avait pas regagné Pré-au-Lard d’après ce qu’il comprenait. Pourtant ses deux enfants s’y trouvaient bel et bien. Comment vivaient-ils la séparation ? Et Maelen ? … Le détestait-elle aujourd’hui ? Pourquoi Brooke n’avait-elle pas mentionné Anton ?

    Pourtant aucune de ces questions ne fut formulée tout haut. A quoi bon si ce n’est se torturer lui-même et renforcer toujours plus le sentiment cruel de sa culpabilité ? Aucune de ces informations ne l’aiderait à se sentir mieux et il ne pourrait rien en faire non plus. C’était inutile et allait à l’encontre de ce qu’il devait absolument faire aujourd’hui. A savoir : se détacher d’eux. Les laisser partir une bonne fois pour toute, comme il s’apprêtait à laisser partir sa sœur…

    « D’accord » souffla Tom qui hochait pensivement la tête, la mine cafardeuse.

    Il poussa ensuite un lourd soupir, les yeux braqués sur le bébé dans ses bras. Puisque Brooke l’avait chargé d’un message pour Lisa, Tom songea qu’il pouvait tout de même se permettre d’en faire de même. C’était bien trop difficile de couper les ponts sans dire au revoir.
    Il n’y aurait pas de message pour Rogan et il vaudrait mieux pour Brooke qu’elle ne lui parle jamais de cette petite visite nocturne. Nolhan quant à lui, suivait les traces de son grand-père avec bien trop d’enthousiasme et était à mettre dans le même panier. Les femmes de la famille s’étaient pourtant toujours révélées bien plus raisonnables…

    « Tu pourras dire à Mère et aux filles que… » déglutissant péniblement, il chercha ses mots, qui ne virent pas, comme chaque fois qu’il fallait dire quelque chose de réellement important. Il haussa donc une épaule désabusée avant de relever son regard terne vers les yeux effilés de son aînée « Tu sais »

    Qu’il était désolé, qu’il les aimait très fort, mais que c’était un au revoir.
    Il n’y avait plus rien d’autre à dire.

    D’un dernier regard, comme pour graver avec acquitté les moindres traits de sa sœur dans sa mémoire, il observa Brooke toute entière. Cela fait, il redressa vers elle ses yeux clairs et lui adressa un pauvre petit sourire qui disait ‘Eh bien nous y voilà’.

    « … sois prudente. Prend soin d’eux »
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 27 Mai 2013 - 18:58

Elle guetta la réaction de Tom, mais encore une fois, il semblait se résigner avec l'air d'être prêt pour l'échafaud. Mais qu'y pouvait-elle d'autre ? Il s'était battu pour en arriver à ce point. Ce n'était pas l'avenir rose qu'il avait espéré, mais c'étaient ses choix. Il n'avait aucune raison de se rebeller. Aucune raison de regretter vraiment ses choix, aucune raison de revenir en arrière. Et aucun moyen de le faire même s'il en avait envie. Savoir ce que son père pensait - ou en tout cas ce qu'il ne disait pas - suffisait à sceller leurs destins désormais aussi éloignés l'un de l'autre qu'ils pouvaient l'être.

Elle s'était attendu à d'autres questions. Sur des gens pour lesquels il aurait eu plus d'affection. Pour leur mère, pour sa fille qu'il avait toujours chéri, leur nièce, leur autre cousine... L'essentiel de leur famille était cloitré à Pré-Au-Lard. Et pourtant il n'avait rien demandé, ne cherchant, semblait-il qu'à avoir confirmation que le divorce était bien consommé, et que ses liens avec son sang étaient bien condamnés.

Cruelle constatation que de prendre pleinement conscience que Tom ne chercherait pas plus que cela à retrouver sa famille, ni aujourd'hui ni jamais.

Soudainement, une part d'elle même eut une furieuse envie de lui jeter un Endoloris et d'obéir à ce que lui dictait son allégeance : éliminer l'ennemi Phénix. Pas par colère, pas par vengeance, pas par loyauté envers les siens, mais seulement par dépit. Sauf qu'elle en était incapable. Le grimoire avec lequel elle avait tenté de l'assommer était la seule violence qu'elle s'était jamais autorisé envers lui. L'idée de faire plus la pétrifiait.

Elle restait donc plantée au milieu de la cuisine, à fixer son frère comme s'il était effectivement dans le couloir de la mort, lorsqu'il reprit la parole. Elle commença par froncer les sourcils - enfin il s'intéressait à autre chose qu'à leur père - mais la demande qu'il ne formulait qu'à moitié lui arracha un sourire amer. Elle fut tentée de n'en rien faire, mais elle savait aussi qu'elle ne pouvait pas lui refuser cette ultime demande.

" Leur dire que tu es un sale petit égoïste de Gryffondor ? Je leur dirais, bien sur... " cracha-t-elle à demi-voix. Il savait sans aucun doute que ce ne serait bien sur pas le discours qu'elle aurait face à sa mère et aux autres. Mais elle avait déjà assez donné dans le larmoyant pour la soirée pour éviter de recommencer en se fendant de sarcasmes.

Elle lui rendit regard pour regard, hésitant entre l'envie de mordre et de l'attacher pour qu'il ne fasse plus rien de stupide, elle tentait bonnant malant de reprendre une contenance plus altière. La pale esquisse de sourire qu'il lui servit lui fit serrer les lèvres.

Etre prudente. C'était un lieu commun, quand on parlait d'elle, elle qui avait esquivé tout les cours où elle risquait trop de prendre un mauvais coup.

Prendre soin des autres... là on était dans la science fiction pure et simple. Mais il le savait aussi bien qu'elle. Pas besoin de le lui rappeler... Encore qu'elle s'était surprise elle-même en s'inquiétant pour Alexianne, après la retraite...

Elle poussa un soupir à fendre l'âme, s’efforçant d'avoir l'air sévère, mais ses yeux trahissaient sans conteste la peine qu'elle ressentait.

" On verra... ne fait rien de stupide... enfin... Rien d'encore plus stupide que tout ca... " Elle jeta un coup d'oeil à ce neveu qu'elle ne verrait sans doute pas grandir - le seul qui l'intéressait pourtant. Elle hocha la tête vaguement et baissa les yeux, prête à transplaner. Mais s'arrêta net quand une vision fugitive lui traversa l'esprit - des yeux bleus, un charme agaçant - et elle fronça les sourcils en regardant Tom. Elle n'avait pas croisé le journaliste à Pré Au Lard, cela voulait sans doute dire qu'il était resté à Londres. Sans être une certitude sur son allégeance, ce n'en était pas moins un indice assez important.

" Est-ce que... " mais elle s'arrêta. Quel intérêt ? Et pourquoi Tom lui répondrait-il ? De toute facon, pourquoi s'intéresserait-elle à quelqu'un d'autre ?

" Au revoir... Tom... " et dans un claquement sec, elle transplana loin du cottage. Jamais le transplanage ne lui avait été aussi désagréable... jamais elle ne s'était sentie si peu déterminée à le faire - tant et si bien qu'elle craignit vraiment de finir désartibulée. Mais quel autre choix avait-elle ?

___________

Plusieurs jours plus tard, c'est un étrange paquet que Tom découvrit auprès d'Arthus. Soigneusement emballé dans un paquet d'une grande sobriété... Un petit costume à la derniere mode sorcière aux mesures d'Arthus... le vêtement en lui-même était déjà passablement inutile - après tout, Tom et Nora n'étaient pas férus de mondanités - mais la matière même le rendait totalement extravagant : entièrement en peau de dragon, le présent portait ainsi la marque de son expéditrice. Mais on pouvait compter sur Brooke pour perdre tout sens commun à partir du moment où Tom était concerné...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ungodly Fruits [pv Brooke] Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Ungodly Fruits [pv Brooke]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations