Love the way you lie



 



Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Mar 12 Fév 2013 - 21:39

    Lexy sortait de l'Infirmerie, le pas furibond. Comment cette raclure avait pu oser traiter la famille Dolohov de la sorte !!! C'était parfaitement inadmissible ! Jamais Lexy n'avait assisté à tel affront. Son sang si pur n'avait fait qu'un tour, elle avait frappé celui qu'elle jugeait indigne. Elle aurait pu aller bien plus loin, il avait la vie sauve grâce à elle, pourtant elle n'aurait pas été contre le fait que Sevastian en termine avec lui.

    Les pas de la jeune femme étaient bruyants dans les couloirs alors vides de l'école. Elle regardait droit devant elle, marchant de nouveau sans être gênée par sa cheville, il avait fait de l'excellent travail, même ses doigts écorchés avaient retrouvé leur pulpe parfaitement refermée. Sevastian...
    Pourquoi fallait-il qu'il prenne soin d'elle quand elle ne voulait que le détester ? Pourquoi avait-il fallut qu'elle prenne l'insulte qui lui était adressée comme une insulte contre elle ? Pourquoi avait-il fallu qu'elle le défende ?

    La colère ne disparaissait pas, mais ses pensées dérivaient. Elle réalisait seulement la portée de ses actions dans l'infirmerie. L'idiote avait révélé aux autres leurs fiançailles, qu'est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ? Il allait la tuer ! Elle même se giflerait si elle le pouvait. Elle avait officialisé les choses par pure fierté, l'envie simple d'écraser ce moucheron qui se moquait de leur sang si parfait. Elle n'avait pas menti, certes, mais elle pouvait aussi très bien se la fermer !
    La Serpentard essayait de fuir cette infirmerie, se souvenant de son geste ... inapproprié. Sa main s'était posé sur la sienne, sans crier gare, elle lui avait demandé une faveur. Ses yeux clairs se posèrent sur sa main, main qui avait osé toucher celle de ce monstre. Une pensée effleura son esprit alors: la main d'un homme était vraiment différente de la sienne...

    Des pas se firent entendre, son échine fur parcourue par un frisson glacé, c'était lui ! Elle pouvait le deviner sans même se retourner. Il allait la tuer ! La frapper contre le mur ! Elle accéléra la cadence, sans courir. Tout ce qu'elle avait à faire était de retrouver sa famille avant que lui ne la rattrape. La peur remplaça toute la colère que la jeune femme avait pu éprouvé auparavant. Seuls dans ce couloir, elle était plus vulnérable que tout. Comment avait-il réagit ? Certainement mal... Il allait lui faire regretter d'avoir révélé pareilles informations, de lui faire promettre d'épargner Wyatt. Elle avait soudainement si peur de ce qu'il pourrait lui faire qu'elle ne pouvait s'arrêter, son cœur battant par anticipation.
    Elle fermait son visage à toute émotion, revêtant ce masque de porcelaine qu'elle portait habituellement. Redevenir inaccessible et sans expression... La fierté avant tout. Le port de tête haut, il était presque impossible de deviner le raz-de-marée que subissait son esprit. Elle n'était rien 'autre qu'une honorable Sang Pure.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Sam 16 Fév 2013 - 18:56

Sevastian n’avait pas changé d’avis sur Lexy Kark. Elle était toujours la même gamine qu’il avait connu au manoir Dolohov… la même gamine bien trop naïve et craintive. Mais elle avait su montrer une toute autre facette de sa personnalité cette nuit-là. Elle avait affronté ces bouseux de phénix comme n’importe quel autre combattant de l’Ombre et avait surmonté sa peur pour venir l’aider alors qu’il était blessé. Bien entendu, Sevastian n’était pas en très grand danger. Il aurait très bien pu se soigner tout seul… mais le fait qu’elle se préoccupe de sa personne l’avait touché. A croire que Lexy Kark avait muri. Dire que Sevastian était reconnaissant été un peu exagéré. C’est juste qu’il ne comprenait pas pourquoi Lexy se souciait de sa personne alors qu’il lui en avait fait voir de toutes les couleurs des années auparavant. Elle était une exception dans un monde de brute. Et ça, ça avait tendance à l’énerver. Ça et le fait qu’il se sente redevable. Assez du moins pour épargner la vie d’un sang-basique ! Cet affront, il avait du mal à l’oublier. Ce n’est pas tous les jours qu’un maudit sang impure vous traite de sang-de-bourbe. Ce petit morveux allait le payer.

Les couloirs qui menaient à l’infirmerie étaient étrangement silencieux. Dépités, les mangemorts se remettaient de leur nuit passée à chasser le terroriste. Lui, était passé à tout autre chose. La sueur, la crasse et le sang collaient son t-shirt contre sa peau dessinant les quelques lignes de son torse bien amoché. Lexy était rapide, et plus il approchait, plus elle accélérait. Voulait-elle l’éviter ? Avait-elle toujours aussi peur de lui malgré tout ce qu’il s’était passé ? Décidé à la rattraper, Sevastian se mit à descendre les marches quatre par quatre. Finalement arrivé à quelques centimètres de Lexy, il l’attrapa par le poignet avec plus de force qu’il n’en fallait. Stoppée net, la jeune fille se retourna violement et Sevastian la stabilisa en attrapant son épaule.

« Pourquoi est-ce que tu t’enfuis comme ça ? » demanda-t-il, essoufflé. Il n’était pas du genre sportif et cette petite course improvisée l’avait mis sur les rotules. D’ailleurs, pourquoi ? Pourquoi lui avait-il couru après. Pour lui parler, surement, mais pour lui parler de quoi ? Sur l’instant, la suivre lui avait paru être une bonne idée, mais dans il avait quelques doutes à présents. Il y avait bien cette question qui le taraudé depuis quelques minutes mais cette question valait-elle une course poursuite à travers Poudlard ?

Le médicomage posa son regard sur ses mains qui tenaient fermement Lexy. Par Merlin, ils étaient bien trop intimes ! Brusquement, le Dolohov rompu le contact et recula de quelques pas. Il agissait comme un crétin sans cervelle ! Est-ce Poudlard qui lui jouait des tours ? Courir après les filles, les tenir dans ses bras… ce n’était plus lui ! Il n’avait plus seize ans ! Il n’était plus le pauvre garçon bien trop intéressé aux filles pour faire attention à la santé de sa propre sœur. Ses joues s’empourprèrent bien que l’éclairage fut bien trop faible pour que Lexy puisse le constater. « Tu te soucis bien trop des autres Lexy Kark… Shakespeare, moi… » Ses yeux se posèrent droit sur ceux de Lexy. Ils étaient si bleu… Sevastian avait l’impression de les voir pour la première fois. Jamais, jamais il ne s’était soucié de l’apparence de Lexy. Aujourd’hui, il l’observait d’un œil nouveau et elle était belle… Mais qu’est-ce que tu racontes ! C’est qu’une gamine prétentieuse ! grogna-t-il intérieurement essayant de reprendre ses esprits. Cet endroit allait le rendre fou ! Cette fille l’avait rendu faible ! Que diable lui avait-elle fait ?


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Ven 22 Fév 2013 - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Sam 16 Fév 2013 - 22:51

    Elle avait atteint les escaliers, toujours en train d’essayer de s’échapper. Elle n’avait pas de raison réelle… Juste cette frayeur incontrôlable, la peur de sa réaction, il était imprévisible, capable du pire. C’est ce que ses souvenirs d’enfance lui disaient, elle agissait par réflexe, et ce qu’il s’était passé dernièrement ne faisait qu’affirmer ces souvenirs. C’était bien sûr en éludant ses attentions durant l’attaque du Manoir.
    Il finit par saisir son poignet et la forcer à s’arrêter. Lexy fit volte-face, bien malgré elle. La jeune fille se retrouva nez-à-nez avec Sevastian. Sa respiration se coupa de stupeur. Il avait même pensé à la rattraper, l’empêchant de se tordre la cheville une seconde fois.

    Il était essoufflé, demandait pourquoi elle se carapatait comme ça. Tu me fous les jetons gros ! Mais … instant de réflexion, Sevastian Dolohov venait de la rattraper, après avoir couru… Trop d’informations, erreur système. Ce n’était pas le Sevastian qu’elle connaissait. Elle le regardait, sans savoir quoi répondre.
    De toute manière il ne lui en laissa pas le temps, coupant le contact physique. Son poignet, son épaule qu’il avait alors serrés devinrent soudainement froides, comme si ce touché leur manquait subitement. Brrr… une sensation qui lui faisait froid dans le dos. Lexy s’appuyait sur l’épaisse rambarde de pierre. Il lui était à présent difficile de l’éviter.

    Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ? Qu’elle était trop gentille ? Elle avait une dette envers Wyatt… et que dire de Sevastian. Elle lui devait certainement la vie. Merlin seul savaient ce qui aurait pu advenir de son corps si elle était tombée du plafond.

    « Ne crois pas ça Sevastian… »

    Elle baissa rapidement les yeux. Peut-être que son « fiancé » pouvait fixer quelqu’un sans faille, mais ce n’était pas son cas, du moins avec les hommes. Non, il ne devait pas la croire gentille. Elle n’était pas ingrate, voilà tout.

    « Shakespeare s’était bien battu, il méritait des soins. Mon soucis pour lui ne va pas plus loin.»

    Elle se tu alors, sans même parler du cas de Sevastian. Elle avait d’abord été redevable, puis ça lui avait paru normal de l’aider. Comme deux camarades au combat ! Ce qu’elle oubliait, c’était que le seul homme qu’elle avait aidé dans l’adversité était Carter, envers qui des sentiments s’étaient développés. Sentiments nébuleux cependant.

    Et puis de quoi il se mêlait le Sevastian au juste ??? Est-ce qu’elle lui demandait pourquoi il avait agi de la sorte ? Pourquoi il avait eu toutes ces attentions ? Non, elle avait fait le choix de penser que c’était dû à la présence de son père. Il fallait bien agir devant les autres, les apparences n’avaient pas de prix.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Dim 17 Fév 2013 - 0:01

Sevastian se demande encore ce qu’il fout là. C’était bien beau de lui courir à près pour avoir une conversation, encore fallait-il que Sevastian en ait, de la conversation. La dernière fois qu’il avait conversé avec un être vivant capable de raisonner, c’était avec les deux crétins qui l’avaient aidé à contaminer un village mi sorcier, mi moldu. Ne parlons même pas du fiasco que cela avait été. Disputes en tout genre, critiques acerbes et autres menaces de mort. Non, Sevastian n’avait jamais été du genre à parler. Lui se contentait d’agir ou tout simplement de réfléchir. Même quand il travaillait à Ste Mangouste, il gardait constamment la bouche fermée. Il ne voyait pas en quoi parler, se révéler, pouvait être un avantage. Sevastian aimait garder ses pensées pour lui et quand il parlait, c’est juste pour énoncer des faits. La vie en communauté ne lui réussit pas. Il est vulgaire, bien trop franc et très peu soucieux de l’impact de ses paroles. Pas étonnant, qu’il ait perdu tous ses amis au fil des ans. Pourtant, avec Lexy c’était diffèrent. Il aimait la provoquer, voir à quel point il était facile d’attirer son intérêt. Les gens le pensaient sociopathe… mais ne l’étaient-ils pas tous ? Personne ne se souciait du gars silencieux… et le gars silencieux le restait parce que personne ne s’en souciait.

« Je me fiche de Shakespeare. » Lâcha-t-il en souriant avant de relever les yeux vers une Lexy mal à l’aise. Elle qui avait rugit comme un dragon quelques minutes auparavant, semblait décontenancée. Elle avait peur de lui, Sevastian le savait et l’avait toujours su. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle l’intriguait tant. Elle était plus forte que lui. Elle osait se dresser face à lui malgré la peur qui la figeait sur place. Alors que le simple fait de mettre un mot sur ses sentiments, scotchait Sevastian sur place. Que pouvait-il bien lui dire ? Qu’il était reconnaissant pour ce qu’elle avait fait ? Que personne ne s’était montré aussi… gentil envers lui depuis bien longtemps. Que malgré tout ce qu’il pouvait laisser apercevoir, il était fier de l’avoir choisie elle plutôt qu’une autre ? Sevastian tressaillit. Qu’ils soient prononcés ou pas, ces mots, il les pensait. A cette pensée, Sevastian perd le peu d’assurance qu’il lui restait. Et Si Lexy lui plaisait plus que de raison ? Et s’il tenait vraiment à elle ? Impossible. Comment est-ce que cela… ils se sont toujours détestés ! Elle était la gamine pathétique et lui le grand vilain de l’histoire. Il l’a revoit toute gamine à le traiter de vilaine monstre. « Le monstre qui tient prisonnière la jolie princesse… » Purée ! Voilà qu’il devenait sentimental le con !

« Tu m’as aidé au manoir… pourquoi ? » c’était finalement sorti. Oui il n’y avait aucune forme, mais il ne fallait pas trop en demander à Sevastian Dolohov. Il voulait bien faire quelques efforts, mais fallait pas non plus exagérer. Il n’allait tout de même pas lui avouer la naissance ou pas de ses sentiments. Il ne fallait pas partir trop vite en besogne. Ils venaient de survivre à une attaque terroriste. Et aussi sociopathe soit-il, Sevastian en gardait des marques. Oui, c’est ça… c’était surement à cause du choc post-traumatique. Cette violence, la mort qui rode, ça a tendance à rapprocher les gens… mais voilà, Sevastian n’a rien d’un être ordinaire. C’est un brillant médicomage qui ne peut pas se permettre de s’amouracher de la première venue. Même si la première venue s’avérait être sa fiancée légitime. Et puis, qui pouvait savoir ce que donnerait un tel amour. Lexy a beau être forte de caractère, Sevastian ne l’imagine pas en train de siroté son martini au beau milieu des cachots Dolohov. Elle avait beau avoir du caractère, elle restait une gamine. Peut-être que finalement… commencer cette discussion était une erreur. Rien de bon ne pouvait en découler. Les joues rouges, à la fois de colère et de gêne, il reprit presque aussitôt. « En tout cas, je te remercie pour cela… »


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Ven 22 Fév 2013 - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Dim 17 Fév 2013 - 1:10

    Oui, Lexy avait changé du tout au tout, à peine la porte de l’infirmerie franchie. La fierté avait parlé, son sang lui avait hurlé la gifle qu’elle avait donnée en réponse à l’affront de cet impur. Mais la fierté, la colère, ces émotions s’étaient évaporées devant la soudaine inquiétude de son sort. Sevastian était capable de tout, même de la tuer en faisant porter le chapeau à un autre. Non pas qu’elle l’ait vu faire, mais elle l’imaginait très bien ! Oui, Lexy est une jeune fille très imaginative.

    En effet, elle se doutait bien qu’il se tamponnait le coquillage du cas de Wyatt, néanmoins elle avait essayé de dévier le sujet, elle avait perdu. Bien loin de se douter de ce qui se passait dans l’esprit tordu de Sevastian, elle avait ses propres pensées à ordonner. Il l’avait mise au pied du mur. Pourquoi elle l’avait aidé ? Hein ? Vas-y maintenant, réponds !

    « J’ai fait ce que j’ai trouvé normal de faire. »

    Oui, c’était un excellent sorcier, un sang pur, un médicomage, un sadique, il était tout à fait normal de le garder en vie et en bonnes conditions ! Et puis, il l’avait sauvée. Voilà ce qui tournait en boucle dans son esprit : des justifications logiques. De toute manière, il n’y avait aucune autre raison. Elle descendit quelques marches avant de s’arrêter aux paroles du Dolohov.

    Il la remerciait… Voilà des mots qu’elle n’avait pas l’habitude d’entendre de sa part. Elle se retourna, releva les yeux, les posa dans les iris noisettes de Sevastian. Il avait l’air sincère, ne cachant pas ses mots derrière cet habituel sourire en coin. Il avait l’air… comment dire, il ne prononçait pas ces remerciements facilement, elle pouvait le voir. Elle resta plantée là, sentant les secondes s’égrainer avec lenteur. Son visage n’affichait plus de réelle expression, sa peur s’oubliait un peu. Peut-être était-elle trop crédule, mais pour une fois elle le croyait. Elle pouvait voir sa mâchoire se serrer.

    « Je t’en prie. C’est plutôt à moi de te remercier. Sans toi, Morgane seule sait ce qui aurait pu m’arriver. »

    Sa main se posa sur la rambarde, avant de se serrer en poing sur la pierre froide. Elle baissa les yeux, tournant légèrement son visage. Elle déglutit avec difficulté. Quelque chose venait de traverser sa pensée. Etait-il nécessaire de le lui dire ? Ou bien allait-elle se couvrir de ridicule ? Il avait l’air honnête avec elle, mais rien ne lui indiquait qu’il ne changerait pas soudainement de comportement quand à ce qu’elle allait lui dire. Pourtant, elle le pensait sincèrement. N’allez pas voir des sentiments là-dedans, c’était une pure question de sécurité, puisqu’elle était destinée à partager son nom…

    « Ces fiançailles ne sont peut-être pas une si mauvaise chose finalement. »

    Avoir quelqu’un pour vous protéger était rassurant, et même si Sevastian avait fait ça par pur intérêt devant son futur beau-père, Lexy ne s’était pas sentie en danger. Elle avait subi sans ménagement et quand elle flanchait, il avait été là, plus rapide que les autres. Certes, elle n’approuvait pas ces fiançailles, mais c’était toujours moins pire.

    Maintenant qu’elle avait balancé le fond de sa pensée, la petite gamine qu’elle était ne pensait qu’à une chose : vite s’en aller ! Chose qu’elle s’apprêtait alors à faire.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Dim 17 Fév 2013 - 1:57

Malgré la faible luminosité des couloirs de Poudlard, Sevastian pouvait clairement définir les traits de Lexy. Elle avait ce visage clair et rayonnant. Ses yeux ressemblaient à deux grandes fenêtres ouvertes sur l’océan. Sa peau blanche, sous-entendait la pureté de son sang, la pureté de son âme. Décidemment, ça n’allait pas ! Son regard était insistant. Elle aurait très bien pu le prendre mal. Ce n’était pas très poli, ce n’était pas très civilisé. Et puis peu importe les sentiments qu’il éprouvait à son égard, il n’avait aucune envie de les trahir. C’était assez humiliant comme ça. Ouvrir le dialogue était un bon début. Et puis personne ne s’attend à les voir se tomber dans les bras. Elle avait sa fierté et Sevastian aussi. Et puis pouvait-on réellement parlait de sentiments ? Sevastian n’osait y croire. Pourquoi lui, pourquoi elle, pourquoi maintenant ? Il se posait encore et toujours les mêmes questions. Cela devenait lassant. C’était peut-être pour cette raison que Sevastian n’avait jamais voulu s’encombrer d’une femme. Elles avaient tendance à changer les hommes. Les rendre à la fois fiers et faibles. Et pour tout dire, Sevastian ne s’était jamais imaginé vivre dans une belle et grande maison entouré d’une femme et toute une flopée d’enfants. L’idée même de fonder sa propre famille lui semblait ridicule ! Sevastian, père de famille, quelle idée !

« Je t’en prie. C’est plutôt à moi de te remercier. Sans toi, Morgane seule sait ce qui aurait pu m’arriver. » Les joues de Sevastian s’empourprèrent un peu plus. C’était d’un ridicule. Et puis que voulait-elle qui lui réponde ? Que ce n’était rien ? Que cela lui faisait plaisir ? Et si rien de tout cela n’était vrai ? Sevastian s’en voulait d’être aussi inapte à la conversation. Voilà que la glace fondait et lui, comme un pauvre con, se retrouvait à fixer ses mains. La bienséance voudrait que Sevastian lui lance une politesse, mais laquelle ? Il y avait-il un code ? Une règle à suivre. Devenir civilisé n’était pas une mince affaire. « Ces fiançailles ne sont peut-être pas une si mauvaise chose finalement. »

Sur le coup, Sevastian tressaillit. Il ne s’attendait vraiment pas à ce genre de déclaration ! Etait-ce un jeu ? Jouait-elle avec ses nerfs ? Le but était-il de le rendre plus rouge que le blason des Bouffondor ? Si cela avait été le cas, Lexy aurait gagné depuis bien longtemps. Impossible cependant de camoufler le sourire qui illumine maintenant son visage. Bizarrement, il était fier de s’être attiré de telles paroles. Quelles soient franches ou non, elles avaient tendance à le soulager. Lexy la trouillarde n’aurait jamais dit ça ! Il n’était donc pas le seul à partir en cacahuète. Mais là encore, aucune réponse ne lui vint en tête. La jeune fille se remit alors en marche et presque automatiquement, Sevastian descendit quelques marches pour garder la même distance. Sur le coup, on aurait dit un pervers insistant ce qui le fit doucement sourire. « Je suis content de t’avoir choisi toi plutôt qu’une autre Lexy Kark. » KEWAH !? D’où venait cette affirmation ! Qu’est-ce qu’il lui passait par la tête ! On se serait cru dans un mauvais feuilleton moldu ! Ça craint ! Se mordant les lèvres, Sevastian regretta presque immédiatement ses dires. Non pas qu’il n’en était pas persuadé, c’est juste qu’il ne s’entendait pas à le dire tout haut.

« Enfin… je veux dire… » Reprit-il en cherchant ses mots. Il avait l’air ridicule ! Aussitôt cette conversation finit, il s’arrangerait pour ne plus dire un mot et ce, jusqu’à la fin de sa misérable vie ! « Tu es une femme forte et déterminée… tu euh… Tu es jolie… » Tu t’enfonces Sevastian ! Elle va te prendre pour un fou furieux. Et bien que ça soit le cas, tu t’en voudras pour l’avoir laissé paraitre. « Non, enfin … laisse tomber… »


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Ven 22 Fév 2013 - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Dim 17 Fév 2013 - 13:22

    Lexy n’attendait aucune réponse, sa pensée était franche, sincère. Elle n’attendait aucun éloge, aucun commentaire. De toute manière c’était cet imbécile qui avait choisi de la prendre pour future épouse. Elle n’avait pas à lui plaire. Pensée ridicule, certes elle n’avait pas à lui plaire, mais il valait mieux pour elle éviter de lui déplaire… Sa peur avait la fâcheuse habitude de lui faire imaginer toutes sortes de tourments qu’il pourrait lui infliger une fois mariés.
    Elle n’avait donc pas attendu de réponse, elle s’était remise en marche, sans voir le sourire qui avait pointé sur le visage du Sang pur. Il partit à sa suite avant de sortir des paroles qui firent stopper net la jeune fille. Avait-elle bien entendu ou étaient-ce les bourdonnements des Bombarda Maxima qui survenaient après coup ? Sevastian – content – choisi – Lexy … Information du jour ! Sevastian n’a plus toute sa tête ! Les paroles qu’il avait prononcé lors de leurs fiançailles improvisées étaient encore fraîches dans son esprit… « On va dire que j’ai besoin de toi… et que toi tu as besoin de moi… Tu m’éviteras beaucoup de peine et je t’évite la dure tâche de chercher le mari parfait, qui en passant, n’existe pas. »Des paroles froides, bien loin de la déclaration qu’il venait de prononcer.

    Se foutait-il d’elle ? Comme lors de cette soirée ? Elle se retourna de nouveau, examina son visage. Il se mordait la lèvre. Lui aussi semblait dire ce qui lui passait par la tête et ce qui suivit ne fit qu’accentuer le regard surpris de Lexy. Ses joues devinrent soudainement rouges vermeille. Des compliments… DES COMPLIMENTS BORDEL ! Elle ouvrit la bouche mais rien n’en sortit, c’était elle qui était embarrassée maintenant. Jamais elle n’avait été complimentée directement de la sorte, encore moins par un « adulte ». Oui, des élèves avaient déjà cherché à s’attirer ses faveurs, mais ils avaient été bien peu nombreux et bien elle bien trop hors de leur portée pour qu’elle puisse s’y intéresser. Sevastian avait un statut non négligeable. Sa mère avait décidé qu’elle passerait le reste de sa vie à ses côté et à la base, ils se détestaient. Quoi répondre ? Faillait-il y répondre quelque chose d’ailleurs ? Euh … toi aussi tu es … joli ? Cette conversation partait en jus de mandragore. Ça devenait n’importe quoi, la fatigue, le choc post-attentat, beaucoup de choses pouvaient expliquer cette situation. Oui, c’était surement la fatigue qui faisait délirer tout le monde…

    Il lui demanda de laisser tomber, devant le silence de la Serpentard, il commença à descendre les quelques marches qui les séparaient, il fallait avouer que la distance les avait forcé à parler un peu plus fort que d’ordinaire, peut-être voulait-il simplement éviter que d’autres paroles de ce genre soient entendus par des étrangers ? Drôle de jeu « je descends, je m’arrête, je descends, tu t’arrêtes… » Presque arrivé à son niveau, les escaliers se mirent à trembler, comme pour prévenir qu’il allait bientôt bouger. Le Dolohov loupa une marche, visiblement surpris, tombant en avant. La fatigue le rendait maladroit, il chercha appui contre la rambarde, Lexy elle, tendit les bras pour l’empêcher de tomber. Réflexe humain, de toute manière s’il lui était tombé dessus, il l’aurait emmenée dans sa chute.

    « Attention »

    Avait-elle averti vainement. Une main agrippée à son épaule, l’autre posée sur son torse. Ses yeux se figèrent d’ailleurs sur cette dernière avant de relever le visage, tombant dans un face à face des plus rapprochés avec celui de Sevastian. Les yeux écarquillés, elle fixait ceux de cet homme dont elle aurait pu sentir le cœur sous ses doigts si son propre muscle cardiaque ne s’emballait pas du fait d’une proximité si soudaine. Elle ne bougea pas, le temps qu’il redevienne stable, puis le lâcha, comme s’il la brûlait. Elle baissa les yeux aussitôt. Elle remarqua seulement alors l’état pitoyable des vêtements du médicomage. Ils étaient humides. Son visage avait du sang séché, le sien, de la poussière mêlée à la sueur… Un éclair d’humanité venait d’éclairer soudainement sa vision de Sevastian, il n’était pas … une espèce de surhomme. Lui aussi pouvait être atteint, blessé, il avait donné de sa personne.
    Les escaliers, comme promis se mirent à bouger. Les marches tremblèrent, le sol gronda, Lexy s’accrocha à la rambarde, comme elle l’avait toujours fait durant une situation similaire. Elle sentaient ses joues chauffer comme rarement, ce n’était pas franchement le moment, il fallait que ses sang arrête de monter comme ça sans raison !


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Lun 18 Fév 2013 - 17:53

Sevastian aurait voulu disparaitre. Cette situation était ridicule et humiliante. Il avait l’impression d’être le dernier des imbéciles, d’être revenu à l’âge ingrat qu’est l’adolescence. A Poudlard, il s’était habitué aux filles, à leurs manières. Mais voilà bien longtemps que Sevastian ne s’était pas autant rapproché d’une fille. D’où il était, il pouvait sentir l’odeur du sang, de la crasse et de vanille qui émanaient de Lexy. Puis il y avait cette main qui était toujours posée sur son torse. Son contact était chaud et agréable sur sa peau sale. S’imaginer aussi proche de Lexy avait tendance à le faire frémir. Impossible de faire la distinction entre le désir et le dégout. Les vieilles habitudes avaient la dent dure… et se sentir aussi proche de quelqu’un n’avait rien de rassurant pour le Dolohov. Elle-même consciente d’être allée trop loin, la jeune femme retira sa main. Bien que rassuré, Sevastian fut quelque peu déçu. Sans qu’il soit conscient de son geste, Sevastian remplaça la main de Lexy par la sienne. L’effet n’était pas le même. Sa main était froide et il pouvait sentir la crasse qui s’était accumulée sur son t-shirt. « Les femmes sont comme le suspense. Plus elles éveillent l’imagination, plus elles suscitent d’émotions. »

N’est-il pas malheureux. Qu’une femme aussi belle et forte que Lexy finisse aux bras d’un médicomage trop fier pour l’apercevoir et trop solitaire pour se rendre compte des sentiments qu’il éprouvait.

« Merci… encore une fois. » Dit-il simplement tout en souriant. C’était la deuxième fois qu’elle lui venait en aide ce soir. Il allait finir par s’y habituer. Que dire de plus ? Impossible de réfléchir correctement vu le peu de distance qui les séparait. De là, il sentait sa chaleur… elle avait beau être à quelques centimètres de lui, il avait l’impression qu’ils étaient collés l’un contre l’autre. De là, ses lèvres, bien que gercées par le froid, le fit déglutir. Cela remontait à si longtemps. Ne cherchant pas à repousser cette soudaine envie, Sevastian se rapprocha un peu plus. Il sentait son souffle. Puis, dans un court moment de folie, il laissa ses lèvres frôler celle de Lexy et le contact le fit tressaillir. « Sevastian ? » La voix de Natalya résonnait dans sa tête. Surpris, et effrayé, Sevastian se recula vivement stoppé net par une marche qui le fit trébucher. Natalya, vêtue d’un jean et d’une veste en cuir le fixait avec des yeux ronds. Ses longs cheveux châtains lui tomber sur les épaules… elle n’avait pas pris une ride.

« Excusez-moi… je vous dérange peut-être… » Dit-elle avant de pouffer de rire. « Vous voulez peut-être que je vous trouve une chambre ? »

« Non, pas la peine ! » grogna Sevastian en se redressant. Gêné, il n’osait même pas poser le regard sur Lexy. Elle devait le haïr pour avoir tenté une telle chose. Lui-même se haïssait. Et malgré le fait que ce baiser n’en était pas vraiment un… il avait …enfin, peu importe ! Et puis Natalya qui avait tout vu… purée ! « Natalya… voici Lexy Kark. Lexy, Natalya Dolohov… ma sœur. » La sœur en question monta quelques marches pour les rejoindre.

Toute souriante, elle lança un regard moqueur à son frère avant de se tourner vers une Lexy écarlate. « C’est donc toi Lexy Kark… ! Bienvenue dans la famille Lexy ! » Son ton était conviviale et aimable. Ils étaient si différents à présent. Dire qu’à une certaine époque, Sevastian était de loin le plus facile à vivre. Les temps changent, les gens changent.


Dernière édition par Sevastian A. Dolohov le Ven 22 Fév 2013 - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Lun 18 Fév 2013 - 22:56

    Les escaliers en bougeant avaient empêché Lexy de s’enfuir après avoir évité la chute de Sevastian. Elle était restée à cette distance gênante, celle qui faisait qu’elle pouvait entendre sa respiration, tandis qu’elle retenait la sienne, quelques peu paniquée. Ils ne se touchaient plus, et pourtant, elle avait l’impression de faire quelque chose de mal.

    Il la remercia, par réflexe elle leva les yeux pour y voir un sourire inconnu. Jamais elle n’avait vu ou bien même imaginé pareille expression sur ce visage.

    « D-De rien, c’est normal. »

    Le ton de la jeune fille devenait maladroit, il fallait avouer que Sevastian avait un sourire qui quand il était sincère, illuminait radicalement son visage. Lexy s’en était trouvée prise par surprise, ne reconnaissant pas le jeune homme qui agissait devant ses yeux clairs. C’était certainement ce moment de flottement qui fit que la Serpentard ne compris que trop tard ce qu’il se passa par la suite. Son sourire qui disparut, son visage qu’elle voyait de plus en plus près…

    Tout se passa très vite, elle n’eut pas le temps de respirer qu’elle sentit ses lèvres caresser les siennes. Il se passait quoi là exactement ? Le contact, si on pouvait appeler ça comme ça, fut rompu presque aussitôt par la voix d’une femme. Elle l’appelait. Et tandis que le Dolohov réagissait avec vigueur, Lexy, elle restait de marbre ; en apparence du moins. Elle ne se retourna pas vers cette femme, elle n’adressa pas un regard à son fiancé. Ses joues s’étaient enflammées, elle avait tout simplement envie de hurler, de lui crier dessus, de lui ordonner de lui rendre son premier baiser. Cependant, la sang pur savait très bien à quelle caste elle appartenait, celle où il était interdit de faire des vagues, d’exprimer des émotions intimes sous peine d’attirer le ridicule sur sa personne. L’autre personne était une inconnue, elle devait donc revêtir ce stupide costume de jeune fille parfaite.

    Sevastian grognait, alors qu’elle essayait de reprendre le contrôle sur ses émotions qui partaient en vrille. Une seconde, deux… Lexy inspira profondément, ignorant les remarques que cette voix avaient fait précédemment, elle se tourna vers la nouvelle venue, l’expression sur son visage parfaitement maitrisée. Natalya, sa sœur. A peine ses yeux rencontrèrent-ils ces mêmes iris noisette, que Lexy manqua de reperdre le contrôle. Cette femme, elle la connaissait, pour en avoir un souvenir indélébile. La princesse endormie. Un moment d’arrêt, pendant lequel la Kark scutait cette sœur sortir de nulle part. Faisaient-ils un concours ? À celui qui allait faire craquer Lexy nerveusement le premier ? Etait-ce un jeu orchestré par sa … belle famille ? Ainsi donc elle était vivante. Cela ébranlait bien des doutes qu’elle avait imaginé contre Sevastian. Le choc était dur, elle se sentait tomber du plafond, métaphoriquement.

    « Enchantée… Natalya. »

    Elle lui offrit un sourire poli, ses traits étaient tires par la fatigue. Comment se pouvait-il qu’elle se tienne debout près d’eux. Elle l’avait imaginée endormie à jamais, tout simplement morte, que Sevastian était le responsable pour tout ça. Dire qu’elle ne savait même pas qu’ils étaient frères et sœurs… S’en était trop pour une même soirée. Le corps frêle de Lexy la menaçait de s’écrouler à tout instant. Bien qu’elle mourrait d’envie de connaitre Natalya, elle ne se sentait plus de rester en compagnie de son frère. Ses lèvres étaient comme brûlantes, marquées au fer rouge par celui qui indéniablement se jouait de son inexpérience. Elle se sentait comme… trahie. Elle lui avait fait confiance, avait cru qu’il était sincère, mais à la première occasion, s’était jouée d’elle.

    Elle en était presque triste. Pourquoi ? Ce type n’avait fait que balancer des compliments et poser sa bouche sur la sienne, il n’y avait pas viol non plus ! Aucune idée. Tout ce qu’elle savait c’était que son cœur la piquait avec amertume.
    Elle redonna un sourire poli, le regard triste.

    « J’ai été ravie de pouvoir enfin vous rencontrer Natalya, malheureusement je me dois de vous quitter, ma famille m’attends. »

    « La nôtre aussi, j’étais juste partie à la recherche de Sevastian qui ne revenait plus… »

    Le regard de la brunette glissa en direction de son jumeau, la commissure se relevant avec moquerie. Oui, elle avait vu, et n’allait pas se priver de le lui rappeler ! Ils se mirent donc en chemin tous trois, les deux fiancés évitant soigneusement le regard de l’autre. Natalya marchait en tête, réprimant une irrésistible envie de rire. Qu’ils étaient maladroits ces deux-là !

    « Au fait Lexy, quel âge as-tu ?»

    Faire la conversation était un art facile pour les deux demoiselles.

    « Bientôt 18 ans. »

    « Ah, quell bel âge ! Tu es encore à Poudlard ? Tu as dû en embrasser des garçons dans ces couloirs !»


    Dit-elle en sous-entendant que c’était chose normale. Elle lui jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, juste assez pour la voir rougir un peu plus et essayer de regarder ailleurs.

    « Pas vraiment non. »

    « Ah bon ? Sevastian lui n’y allait pas de main morte ! »

    Lexy le maudit intérieurement, il avait donc bien l’habitude de ces choses-là. Elle s’était fait avoir en beauté ! Le jeu du mignon petit médicomage tout sensible et maladroit… Elle se fit la promesse alors de ne plus s’y faire reprendre. Elle inspira profondément, relevant la tête comme sa mère lui avait appris à le faire, les yeux fixés droit devant elle.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Jeu 21 Fév 2013 - 20:23

Sevastian restait silencieux. Il aurait bien voulu disparaitre si cela avait été possible. Sa sœur n’allait certainement pas oublier ce qu’elle venait de voir et elle allait le lui faire regretter ! Depuis toute petite, Natalya s’était toujours joué du comportement de son jumeau. Elle le trouvait bien trop renfermé et secret. Aujourd’hui, bien des choses avaient changé, mais cela n’avait pas changé. Il continuait de lui cacher sa vie, aussi bien amoureuse que professionnelle. Elle avait dû s’introduire dans les cachots durant son absence pour se rendre compte à quel point son frère s’était renfermé sur lui-même. Pendant toutes ses années, il était resté seul, enfermé dans sa folie d’un monde meilleur. Dans un monde, où elle, sa sœur, serait sauvée. Bien entendu, elle le lui en était reconnaissante. Elle savait que son frère tenait à elle et il était, bien entendu, de même pour elle. Mais elle n’aimait pas l’idée d’être la cause de son changement radicale. Il était bien plus sombre, bien plus dangereux. Elle avait un peu peur de lui, mais savait le cacher. Elle ne voulait pas lui renvoyer une image négative de lui-même. Elle voulait que tout redevienne comme avant. Et bizarrement, Lexy Kark semblait le meilleur moyen d’y parvenir. C’était la première fois depuis qu’elle s’était réveillée que Natalya avait remarqué une amélioration de l’état de Sevastian. De sa honte, de son amour naissant, il avait repris des couleurs. Il avait retrouvé son sourire. Natalya le préférait ainsi, même si elle n’était pas prête de le lui dire.

« Ça remonte à un moment. Je ne suis plus le même aujourd’hui… » Lâcha-t-il en fixant Lexy.

Un peu comme sa sœur n’était qu’un obstacle entre eux. La brunette sourit. Sevastian en avait plus qu’assez ! Depuis qu’elle est de retour, Natalya se comportait comme une enfant. Elle ne cessait de lui reprocher son changement d’attitude. Mais elle n’était pas là quand le monde s’est effondré. Elle n’était pas là quand Sevastian s’était retrouvé seul. Elle n’avait aucun droit de le juger ! Si elle restait la même qu’à l’époque, à savoir surexcitée et manipulatrice, lui ne se laisserait plus avoir. Il avait grandi. Il avait appris à dresser des barrières entre lui et le monde. A ne plus se souciait des qu’en dira-t-on.

« Et puis Lexy n’en a rien à faire de qui j’étais à l’époque… tes histoires l’ennuient. » tu m’ennuies aurait-il voulu ajouter. Mais il se tut. Natalya, toujours souriante, tourna la tête vers Sevastian.

« La ferme Sevastian. »

Offusqué, le jeune médicomage lui lança un regard noir. Pour qui diable se prenait-elle ! Il n’avait aucun ordre à recevoir d’elle ! Peut-être que la réveiller avait été une mauvaise idée après tout ! Natalya n’avait jamais été aussi facile à vivre que quand elle était endormie. Son cœur tressauta à cette pensée. Monstre... lança alors une petite voix dans sa tête. Il s’était battu bec et ongle pour la sauver. Comment pouvait-il espérer revenir en arrière. Elle était sa sœur. Peu importe son caractère, elle était nécessaire à sa survie. La meilleure des choses faire, c’était d’apprendre à vivre avec.

« Toi la ferme… ! »

Natalya fut autant surpris que lui en entendant sortir ses mots de sa bouche. Sevastian, prit de panique, aurait voulu retirer mais sa fierté l’en empêcha. Il ne voulait pas se rabaisser devant Lexy. Il ne voulait pas se rabaisser devant qui que ce soit. Foutue Natalya !

« Sevastian ? » Le sorcier, osait à peine lever le regard vers sa sœur jumelle. Son regard était comparable à celui d’un démon, noir de colère. « La ferme » grogna-t-elle en séparant chaque syllabe. Le médicomage jeta un coup d’œil à Lexy qui semblait choquée par la situation. Sa fierté lui hurlait de répliquer, mais sa peur le fit taire. Silencieux, il se contenta de lever les yeux au ciel et d’hausser les épaules. Après avoir replacé l’une de ses mèches derrière son oreille, Natalya se tourna vers Lexy en gloussant.

« Tu vois Lexy, c’est comme ça que ça marche… ! »

Désabusé, Sevastian jeta un coup d’œil à Lexy, espérant qu’elle ne prenne pas part à la guerre féministe de sa sœur jumelle. Adieu fierté et autre bienséance… Sevastian avait l’impression de retomber en pleine adolescence. Les disputes avec Natalya, les regards en coin. Dieu merci, il ne se savait pas encore amoureux de Lexy Kark.
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Ven 22 Fév 2013 - 15:28

    Sevastian aurait pu fixer Lexy pendant des heures, mettre un chapeau rose et se prendre une tarte à la crème en pleins visage, cela ne changeait rien, elle l’évitait soigneusement, regardant presque dans la direction opposée. Oh bien sûr elle entendait ses belles paroles, mais faisait tout simplement la sourde. Elle s’en tapait de ce qu’il avait pu être, tout comme elle s’en tapait de ce qu’il était aujourd’hui. Elle serait cocue dans l’avenir et puis c’est tout, de toute manière, il le serait aussi. Elle bailla, mettant sa petite main devant sa bouche, pas que la situation l’ennuyait, non, mais elle était tout simplement morte de fatigue. Elle ne rêvait que d’une chose, un lit, une couette et dormir. Son corps était en parfaite santé grâce à Sevastian, il n’empêchait que ses nerfs étaient sur le point de lâcher, qu’elle luttait pour ne pas s’endormir debout. Trop d’émotions, trop de violence… trop de changements.

    Les frères et sœurs se livraient un duel à qui se la fermerait le premier, bien qu’elle ne suivait que le son de leur conflit, elle finit par jeter un coup d’œil au seul homme du trio, le voir s’écraser devant un bout de femme à peine plus grande qu’elle, enfin, sans compter les talons. Elle croisa le regard de Sevastian avant l’éviter immédiatement et de cacher … un sourire. Oui, un tout petit hein, signe qu’elle se retenait de rire. C’était à peine si la commissure de ses lèvres s’était relevée. Voir le médicomage agir tel un enfant avait quelque chose d’irrésistiblement comique. Natalya se retourna devant elle, victorieuse. Alors comme ça Sevastian marchait à l’intimidation ? Première nouvelle. Sans le savoir, cela démystifiait un peu cet homme. Elle qui l’avait toujours vu comme une menace, voyait les preuves de sa terreur se déchiqueter depuis l’apparition de cette fameuse sœur. Entre ça et ses attentions durant l’attaque ou encore ce baiser, ces compliments, cela faisait beaucoup trop d’informations à digérer d’un coup d’un seul. Tout se décanterait surement, mais, il faudra du temps.

    Lexy se contenta de regarder Natalya de ses yeux clairs.

    « Je ne suis pas sûre que cela marche avec n’importe qui. Sevastian n'est pas homme à se laisser dresser facilement. »

    Une souris couina et fila le long du mur. Hiii ! Lexy sursauta, ayant un violent mouvement de recul. Son épaule frappa le bras de Sevastian. Autre mouvement de recul, plus mesuré cette fois, pour ne plus le toucher.

    « Pardon. »

    Pas qu’elle soit effrayée par les souris, Lexy était tout simplement sur les rotules nerveusement. Ils avaient tellement vécu en si peu d’heures que le moindre mouvement pouvait être associé à une menace. Elle évitait encore soigneusement les yeux de son promis, trop certaine d’y lire le rire.
    Mais c’était Natalya qui avait le plus grand sourire de la pièce en se tournant vers eux. La moquerie devait être un gène Dolohov…

    Tout comme Lexy et Victor, Sevastian et Natalya avaient ce genre de complicité fraternelle déguisée en chamailleries. Bien qu’en ce moment, Victor passait plus son temps à essayer de la protéger du monde qu’à lui chercher des poux. Elle était tout simplement en train d’assister à une scène privée, dont elle ne se sentait que spectatrice. Son frère était quelque part, elle l’espérait revenu au château. Ses yeux se vidèrent soudainement de toute émotion, et s’il n’était pas revenu ? Elle ne l’avait pas vu à l’infirmerie, ni dans la Grande salle à son retour.

    « Un problème Lexy ? »

    La Serpentard sursauta, retombant dans la réalité qu’elle avait quittée sans le savoir.

    « Euh-oui-quoi ? Non non pas de problème, pas pour le moment du moins. »

    Elle eut un timide sourire, sensé évincer son air inquiet. Voilà qu’avec ce fichu baiser elle en avait oublié l’état de son frère ! Pourquoi n’était-il pas resté à l’infirmerie au lieu de lui courir après et de balancer ces idioties ! Elle avait eut la faiblesse d’y réponde, comme une débutante. Elle avait même prononcé des paroles qu’elle s’était surprise à penser. Bombabouse ! Pourquoi n’était-il pas resté se faire soigner un peu ! N’avait-il pas les côtes en vrac ? Ah oui c’est vrai, il l’avait déjà fait tout seul. Foutu médicomage !

    « Quelle mauvaise menteuse tu fais ! »

    Natalya avait parfaitement compris qu'elle était inquiète. Ce n'était pas non plus très difficile à voir. Elle jeta un regard lourd de sens à son frère.

    « Qu'est-ce que t'as encore foutu ? »

    Sevastian était forcément le coupable, ils n'étaient que deux un peu plus tôt. Il tenta de se défendre, Lexy intervint alors.

    « Non-non-non ! Il n'y est pour rien ! Je suis juste inquiète pour Victor ! »

    La princesse éveillée se tourna vivement.

    « Victor ? Qui est Victor ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Jeu 28 Fév 2013 - 14:27

« C’est son frère… » Annonça Sevastian presque aussitôt. Il revoyait déjà le visage de Victor qui le dévisageait durant le bal qu’avait organisé la mère de Sevastian. Jusqu’à preuve du contraire, le frère de Lexy n’était pas l’un de ses plus francs supporters. Surement s’était-il aperçut que Sevastian ne faisait que s’amuser avec Lexy. Faux, faux et encore faux. Sevastian ne s’est jamais intéressé à Lexy, ses cheveux roux, ses yeux bleus… ses formes… rien de tout cela ne l’avait intéressé aux premiers abords. Il ne voyait en elle qu’un moyen de se débarrasser de sa cousine Ielena… mais était-ce toujours le cas ? Impossible de le savoir.

« Les garçons sont des abrutis… » Commença Natalya en se passant une main dans les cheveux. Natalya avait toujours été ce genre de femmes qui pensent que le sexe féminin est bien trop sous-estimé. Une idée qu’elle se trainait depuis sa plus tendre enfance. Sevastian, quant à lui, trouvait cette idée ridicule. Les femmes avaient leur place, comme les hommes avaient la leur. Une femme n’aspire qu’à l’ordre et à l’éducation. Deux choses dont Sevastian avait toujours eu une sainte horreur. Alors oui, Sevastian était un vieux maniaque du rangement et de la propreté, mais cela n’avait rien avoir avec le fait d’être un véritable mâle ou pas. En tant que médicomage, il connaissait les dangers auxquels certaines personnes s’exposaient. Et puis son obsession pour l’ordre était largement compensée par son aversion pour les enfants ! Ces petites créatures répugnantes ne lui inspiraient qu’un profond dégout. Il n’y avait qu’Elie Brights, le moins que rien, pour s’intéresser à ce genre saletés. Sevastian le revoyait déjà, horrifié par le nombre d’enfants qu’il avait pu croiser au cachot Dolohov. « … n’est-ce pas, Sevastian ? »

« Pardon … ? » s’exclama de surprise le médicomage en relevant les yeux vers les deux sorcières. Apparemment, il avait raté un morceau de la conversation. Faut dire que tout ça était un peu nouveau pour lui. D’habitude les gens parlent, il n’écoutent rien et se contente d’acquiescer. Sauf que là, les gens qui l’entouraient semblaient se soucier de lui. En bien ou en mal, va savoir, avec Natalya, faut s’attendre à tout. Cette garce avait un don particulier pour sortir des conneries plus grosses qu’elle. Surtout quand la discussion tournait autour de la différence entre les deux sexes. « Oui… tu as sans doute raison… on est tellement inférieur à vous autres… ! » son ton était moqueur et ses yeux se levèrent de nouveau.

Les deux filles parurent tout à coup choquées. Sevastian arqua un sourcil. Avait-il raté un épisode ? S’attendaient-elles à ce qu’il les contredise ? Voyez-vous, rien ne sert de contredire Miss Natalya Dolohov quand celle-ci a une idée bien précise en tête. Cette maudite ovarienne n’accepte pas qu’on la contredise. « T’es bête ou quoi ? Je disais juste à Lexy que son frère était sans doute en sécurité dans la grande salle. Que c’était typique des mecs… ils nous font des frayeurs pour rien… » Elle finit par pauser une main fraternelle sur l’épaule de son frère. « Mais je suis contente que tu t’en sois aperçu Sevastian. Ce n’est pas trop tôt. »

Sevastian leva les yeux au ciel une nouvelle fois. Elle était exaspérante. Une vraie adolescente. Ce n’est pas de sa faute si elle n’a pas fini son adolescence… répliqua presque instantanément une petite voix dans sa tête. Putain de conscience ! N’y avait-il pas un moyen pour s’en débarrasser une bonne fois pour toute ? Ne faisant pas attention à sa sœur, le médicomage tourna la tête vers Lexy. Essayant d’être le plus convainquant possible et… comment dit-on déjà… sympathique… oui, voilà. Donc, en essayant d’être le plus convainquant et sympathique possible, Sevastian lança. « Je suis sûr qu’il n’y aura aucun souci. Les membres de l’Ombre ont été appelés, et si ton frère s’était blessé, nous l’aurions croisé en chemin. Tous les blessés sont emmenés à l’infirmerie. Je m’en serais occupé moi-même… » Pas le temps d’être plus « sympathique ». Natalya passait déjà un bras autour de ses épaules en souriant de toutes ses dents.

« N’est-il pas mignon et serviable mon petit-frère ? » Un « ferme-la » était de rigueur, mais Sevastian n’en fit rien. Inutile de partir dans une énième dispute ; il finirait par la perdre de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Mar 12 Mar 2013 - 13:31

    Oui, ils étaient terribles. Les hommes ne savaient rien faire d’autre qu’inquiéter les femmes. Ils voulaient toujours jouer à montrer celui qui était le plus fort et revenaient avec de multiples blessures, de corps comme d’égo. Combien de fois avait-elle vu sa mère s’inquiéter quand son père ne revenait pas ? Combien de fois avait-elle vu Victor la défendre au risque de prendre des coups ? Trop de courage, trop de recherche de sensation. Son frère, au même titre que les autres pour une fois, était l’un des plus grands abrutis de ce monde. Le discours de la Dolohov allait dans le même sens que la pensée de Lexy. C’était impressionnant de voir avec quelle facilité Natalya menait la conversation avec une parfaite inconnue, elle était tellement différente de son frère, qui déjà s’était reclus dans ses pensées. Là encore, et avec une facilité déconcertante, elle réussit à faire participer Sevastian à la situation. Quelle sorte de magie était-ce là ? Même sa meilleure amie Autumn n’arriverait pas à arracher une expression au médicomage.

    Tout d’abord interloquée, un demi-sourire fini par danser sur ses lèvres quand elle entendit le Serdaigle admettre son infériorité. Bien sûr, elle avait déjà prit soin de regarder sa main qui avait encore le bout des doigts en sang. Elle avait beau avoir été soignée, seule une douche lui permettrait d’effacer les vestiges de cette bataille.

    Encore une attention qui embrouillait son esprit. C’était un Sevastian attentif et presque sincère qui lui affirmait que son frère était en bonne santé et qu’il se serait occupé lui-même de ce patient si cela n’avait pas été le cas. Elle ne trouva rien à redire, si on oubliait tout ce qui faisait de cet homme un monstre à ses yeux, il n’en restait pas moins un médicomage, et c’était une place bien peu facile à obtenir. Elle le savait, car elle n’avait pas le niveau pour pouvoir occuper un jour un tel poste. Elle essaierait, mais plus tard. Enfin toujours était-il que si elle devait bien reconnaître un talent au Dolohov c’était celui d’être en mesure de sauver des vies.

    Lexy hocha sagement de la tête avant de se remettre en marche, ils n’étaient plus bien loin de la Grande Salle maintenant. On pouvait entendre l’agitation qui y régnait.
    Il ne leur fallut qu’un instant avant qu’ils passent la large porte de la salle. Le bruit bourdonnait à ses oreilles, il était bien plus agréable d’être dans les escaliers, au calme, songea-t-elle. Elle ne s’occupait plus vraiment des jumeaux, elle était à l’affût, avide de retrouver sa famille. Elle ne tarda pas à repérer son père, grand de taille comme de carrure. Sa mère était dans ses bras, les mains sur le visage, les épaules bougeant en un rythme saccadé. Edwin remarqua la présence de sa fille, Drusilla enleva ses mains pour la voir. Leur regard était terne, sa mère était en larmes.

    Non.

    L’équation n’était pas difficile à résoudre : trois égale quatre moins un. Ce « un » n’était pas difficile à trouver, avantage des familles peu nombreuses.
    Le cerveau de Lexy se bloqua, tout comme son regard s’effondra. Drusilla accouru en sa direction, suivi par Edwin, la gamine ne bougeait déjà plus, incapable de savoir quoi faire dans une telle situation.
    Drusilla entoura sa fille de ses bras, embrassant ses cheveux roux comme une petite merveille. Mais la Lexy qu’elle tenait en son étreinte s’était muée en glaçon. Elle repoussa lentement sa mère et regarda son père.

    « Où est-il ? »

    Drusilla caressait les cheveux défaits de sa fille, ravalant ses propres larmes. Edwin avait le regard dur, celui d’un père qui connaissait parfaitement le prix à payer de la guerre.

    « PAPA »

    La voix de la Serpentard n’avait pas tremblé, mais on pouvait y lire l’angoisse la plus profonde.

    « Il est arrivé peu après nous. Il… »

    Comment annoncer cela à sa fille. Ce petit bout de femme qui se tenait droite, parée à toute éventualité, mais qui s’effondrerait à peine aurait-il prononcé ces mots.

    « Un camarade a réussit à le ramener avec lui, il est entre la vie et la mort. Ils n’ont pas pu le transporter à l’infirmerie… »

    « OU ? »

    « Le bureau de la concierge. Ils sont deux à s’occuper de lui. Ils ne peuvent rien nous promettre. »

    Grognard, elle savait où c’était, elle s’était faite enfermée dans les cachots pour ce qu’elle avait été y faire. Elle s’arracha aux bras de sa mère.

    « Lexy non ! »

    Trop tard, elle s’était déjà retournée pour filer à la rencontre de son frère. Mais dans sa précipitation percuta quelqu’un. Sans aucune politesse, elle le contourna. Enfin, elle l’aurait contourné si ce fils de goule ne l’avait pas attrapé par le bras. Elle voulu s’en dégager mais il tenait ferme. Un peu comme Sevastian quand il l’avait forcée à se faire soign… On la força à reculer, elle fusilla l’obstacle du regard.

    « Lâche moi. »

    Autorité soudaine, qui avait complètement oublié à qui elle s’adressait. Sevastian la tira en arrière, elle résistait, lui crachant des « Lâche moi ! » au visage. Edwin vint en aide à son futur gendre avant d’attraper Lexy et de la maintenir. Elle avait beau se débattre, elle n’était qu’une brindille prise au piège d’un rocher. La colère d’être prisonnière lui firent monter les larmes aux yeux, ses ordres de la lâcher avaient perdus toute autorité, devenant une prière à laquelle son père se dû de faire le sourd. Il l’entoura de ses deux bras, protecteur comme il ne l’était qu’avec elle.

    La cadette eut pour seul droit de voir ce chien de Dolohov lui tourner le dos avant de sortir de la Grande salle.
    Elle craqua quelques instants plus tard, s’effondrant en larmes dans les bras de ses parents.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Lun 18 Mar 2013 - 20:11

Sevastian resta silencieux pour le reste du voyage. Il n’avait plus rien à dire et pour être tout à fait franc, toute la frustration qu’il avait pu ressentir un peu plus tôt s’était comme évaporée. Ne restaient plus que quelques regrets. Il n’était pas habitué à tout ça, le rapprochement était bien trop soudain et Lexy devait certainement le prendre pour un fou furieux. Peut-être même le prenait-elle pour un gros pervers. Pourtant, Sevastian était loin d’être comme cela. Bon d’accord il n’était surement pas le plus sain d’esprit, mais pervers, il ne l’avait jamais été et le ne saura surement jamais. Même plus jeune, il gardait toujours une certaine classe et nonchalance. Il n’avait rien du pauvre gars qui court après toutes les jolies filles en espérant, qu’un jour, l’une d’entre elles accepte de l’embrasser. Il avait toujours trouvé ça pathétique. Il faisait courir les filles, non le contraire. C’était du moins le souvenir qu’il en avait. Après, la fierté avait surement fait son boulot en cachant par-ci par-là les détails les plus gênants de son adolescence. Il avait beau être beau garçon et de bonne famille, il avait essuyé pas mal de refus… il essayait juste de ne pas s’en souvenir. Après tout, sang pur ou moins pur, ils étaient tous au même niveau de ce côté-là ; ils étaient tous esclaves de leurs hormones. Encore une faiblesse de l’espèce humaine. L’Homme se pense au-dessus de tout de par son statut, mais Sevastian seul semblait être conscient que le chemin était encore long avant que l’ère des Hommes ne touche à son apothéose.

Le brouhaha omniprésent de la grande salle avait quelque chose de rassurant. Rien n’avait changé depuis leur départ. Les mangemorts continuaient d’arriver, certains étaient maintenant accompagnés de leurs elfes de maison qui semblaient être les intermédiaires entre Poudlard et leurs foyers respectifs. Sevastian lui-même avait fait appel à Liky afin de prévenir sa mère et Natalya de leur déménagement immédiat. Elizabeth et sa sœur avaient réussi à récupérer quelques objets au manoir… Dire que tout son travail y était toujours… toutes ses recherches, toutes ses créatures… Ce soir, son travail était sur le point d’être réduit à néant. Le médicomage, comme tout les autres sang-purs, savait pertinemment que les manoirs familiaux seraient bientôt la cible du nouveau « gouvernement ». Bientôt, tout le monde allait être au courant pour son manoir, pour ses recherches. Avec un peu de chance, ses créatures aillaient être en mesure d’en tuer quelques-uns. « On dirait que quelque chose cloche. » Sevastian relèva les yeux. Natalya s’était assise sur une des tables de la grande salle. Du coin de l’œil elle fixait Lexy qui s’était précipitée vers ses parents. Chose que les jumeaux Dolohov n’auraient jamais fait. Si Lexy avait tendance à avoir une confiance aveugle envers ses parents, il en était tout autrement pour les Dolohov. « Tu devrais peut-être y aller Sevastian. Vous êtes fiancés après tout. » Le médicomage ne sembla pas s’offusquer quand Natalya utilisa le mot fiancés. A croire qu'il s'y était fait. Il jeta un coup d’œil à Lexy. Lui ne voyait pas le problème. Faut dire qu’il n’avait jamais été doué pour ce que les gens appelaient l’empathie.

Il comprit que quelque chose clochait quand la jeune femme se mit à crier avant de se dégager des bras de sa chère mère. Sans vraiment réfléchir au comment du pourquoi, Sevastian se dressa sur son chemin. Mais la rouquine avait d’autres idées en tête, et sans même faire attention à lui, elle le percuta. La violence du coup le fit siffler de douleur mais il réussit tout de même à lui attraper le bras, avec plus de violence qu’il n’aurait cru. Apparemment folle de rage, ou d’inquiétude – l’un et l’autre se mêlant assez souvent – la jeune fille ne semblait pas être prompte à se laisser faire. Elle criait et se débattait. Sevastian n’avait jamais été très fort physiquement, mais pour le coup, il redoubla de force et réussit à la tenir en place. Aussitôt, monsieur Kark prit la relève et Lexy se laissa choir comme une gamine sans défense. Le sang-pur ne savait pas vraiment comment réagir. Il avait souvent été confronté à ce genre de crise de nerf à Ste Mangouste. Généralement, elle touchait les parents ou les proches d’un blessé. Peut-être pleurait-elle pour son cousin alias Mervyn Kark ? Cherchant l’aide de sa sœur, Sevastian jeta un coup d’œil à la ronde. Mais n’y aperçut pas l’ukrainienne qui semblait s’être bien vite fait la malle. Sale petite conne… pensa alors Sevastian. Il s’interrogeait toujours sur l’attitude à adopter. Dans ce genre de situation, quand tout semble hors de contrôle, la meilleure chose à faire est sans doute de prendre la fuite. Ce que fit Sevastian. Il appréciait de plus en plus Lexy, mais surement pas au point de jouer son rôle de fiancé aimant et compatissant. Pour tout dire, il n’avait aucune idée de comment s’y prendre.

Dans le hall. Sevastian s’assit sur les premières marches qui menaient aux étages. L’attitude de Lexy, sa rage ou son inquiétude l’avait touché. Sans vraiment le vouloir, il repensa à ce presque-baiser et rougit presque aussitôt. Il se sentait stupide d’avoir était si entreprenant. Il aurait mieux fait de rester à l’infirmerie. Certes ça aurait surement causé la mort de l’autre crétin de sang basique, mais au moins, ça lui aurait évité… tout ça quoi. Il avait toujours été seul, et il aimait ça : être seul ! Mais maintenant que ses travaux étaient derrière lui… que lui restait-il ? Il s’était toujours caché derrière ses recherches. Mais maintenant, qu’allait-il faire ? Qu’allait-il devenir ? Peut-être devait-il se contenter de son boulot de médicomage. Il était doué pour ça… surement plus doué pour sauver les gens que pour les épouser. « Apparemment son frère est dans un sale état. » Sevastian relèva la tête. « T’étais passée où ? » Sa sœur ne répondit rien et s’assit à ses côtés. Elle semblait sérieuse tout d’un coup et Sevastian n’aimait pas vraiment ça. Sa sœur avait beau être une connasse de première, elle aimait venir en aide des gens qu’elle appréciait ; et apparemment, elle avait bien accroché avec la Kark. Au moins, un des deux Dolohov avait réussi là où l’autre semblait galérer comme un beau diable. « Tu devrais peut être aider. Après tout, tu lui as promis… »

« J’ai rien dit de tel. » dit-il finalement en haussant les épaules. C’est vrai quoi ! Il avait dit ça pour être sympathique et compatissant. Voilà ce que ça rapportait de s’ouvrir aux gens ! Ces cons finissaient toujours par croire que vous leur devait quelque chose. Sa sœur lui donna alors un coup de coude qui se voulait amical vu l’immense sourire qui trainait sur son visage. Sourire plein de sarcasme au travers du quel Sevastian semblait presque en mesure de lire ses pensées. Elle savait que cela ferait plaisir à Lexy et elle pensait que faire plaisir à Lexy, c’était lui faire plaisir à lui. Elle n’avait pas tout à faire tort… C’est tellement nul de s’attacher à quelqu’un.

« Il est où ? »
Revenir en haut Aller en bas

Lexy Kark
Lexy Kark
Future Mrs Dolohov
Messages : 812 Crédits : me, myself & Kingofwall
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Infirmière étudiante
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère des neiges
Epouvantard : Le cadavre de son frère
Baguette magique:
Love the way you lie Empty
Ce message a été posté Mar 19 Mar 2013 - 10:47

    « Le bureau du concierge. »

    Dit-elle en lui indiquant la direction à prendre. Natalya dû lui donner un second coup de coude avant que celui-ci ne se décide à se lever et partir mollement vers la salle de soins improvisée.

    « Je suis sure qu’elle te donnera un vrai baiser pour la peine ! »

    Dit-elle tout fort. Sevastian était vraiment facile à lire. Lui qui s’était drapé de mystère à son réveil se trouvait encore plus facile à embêter qu’avant.

    Ce ne fut qu’après s’être assuré que son frère sauverait son futur beauf qu’elle regagna la Grande Salle. Parents en pleurs, femmes inconsolables, enfants déboussolés… La scène n’était pas belle à voir, et nombreux avaient été les cris et les larmes depuis que Natalya était arrivée à Poudlard ce soir. Lexy n’avait été qu’une crise parmi d’autres. Elle et sa famille semblaient proches, au point de perdre leur sang froid devant la foule. Une situation inconnue pour les jumeaux.
    Là encore, une image qui ne se serait jamais vue au Manoir Dolohov : Lexy assise aux côtés de sa mère qui la rassurait en passant sa main dans ses cheveux mêlés, le père, une main sur l’épaule de son épouse, attentif.
    La jeune Serpentard, à l’affut du moindre mouvement, ne tarda pas à repérer la sœur de Sevastian qui s’avançait devant eux. Elle avait un visage bien plus avenant que lui, qui avait disparu comme un traitre. Lexy ne savait pas comment se comporter face à cette belle-sœur nouvellement venue. Sa mère offrit un sourire triste à la Dolohov.

    « Natalya, je n’ai pas eut l’occasion de te souhaiter un bon retour parmi nous. Bien que la situation dénote un peu. »

    « Merci Drusilla. Je suis venue dire à Lexy que mon frère à tenu sa promesse. »

    Les yeux bouffis de Lexy se levèrent en direction de ceux de l’Ukrainienne. Elle ne décrocha pas un mot, le temps d’ingurgiter l’information pour la fournir à son cerveau engourdis. Qu’est-ce qu’il avait promis déjà lui ? L’état de Victor avait tout écrasé sur son passage, de la promesse jusqu’au presque-baiser. Il avait été sympathique avec elle juste avant cette tempête émotionnelle. Il avait cherché à la rassurer… Il avait dit que si Victor était blessé, il s’en occuperait lui-même.

    « Il … est avec lui ?»

    A voir le sourire que lui sortait Natalya, Sevastian devait avoir la baguette pointée sur son frère. En bien ou en mal ? Un élan de panique prit possession de son corps, avant d’être refroidit par son esprit. Non non non, il n’oserait pas, il n’avait aucun intérêt à cela… En même temps, quel intérêt avait-il à le soigner ? Lui faire plaisir ? Il n’avait plus de dette envers elle, c’était même l’inverse, en faisant cela, Lexy lui devrait bien plus que la vie. Les belles paroles du médicomage lui revinrent. Non, il ne lui ferait pas de mal, il était l’un des meilleurs, Victor serait sur pied. Le soulagement ne vint pas, trop angoissée par une complication de dernière minute, mais le désarroi avait disparu.

    « Merci.»
    « Oh mais ce n’est pas à moi qu’il faut dire ça !»

    Lexy hocha la tête. Aucun problème, pour la santé de son frère, elle était prête à tout. Elle bailla, son père la mena dans les dortoirs de fortune. La Kark ne chercha plus à lutter contre le sommeil, son père lui disait qu’il y en aurait pour des heures encore. Elle s’endormit sous les yeux fatigués d’Edwin, qui se refusait de dormir jusqu’à ce qu’il y ait une bonne nouvelle.

    Des heures plus tard, un des médicomages annonça aux parents que leur fils était à présent hors de danger, mais qu’il devrait rester plusieurs semaines alité. Sevastian fut chaleureusement remercié par ses beaux-parents, tandis que Lexy dormait profondément, sans rêve.

    [SUJET TERMINE]

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Everybody's got a dark side, do you love me ? Can you love mine ?
Nobody's a picture perfect but we're worth it, you know that we're worth it
Will you love me ? Even with my dark side?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Love the way you lie Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Love the way you lie
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Troisième et Quatrième étages