Insolence and firmness [Pv : Brooke]



 



Insolence and firmness [Pv : Brooke]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Tour des Médias
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 30 Jan 2013 - 16:54


I just want a smile


code by Holliday


16 décembre


Hum, rien ne me viendra plus pour ce soir. Cet articule est décevant, non parce que je l’ai mal écrit voyons, mais parce que le sujet ne permet pas d’en tirer une critique correcte, pas même acceptable. J’ai beau lire et relire ce que je viens d’écrire, la médiocrité de ce que j’ai sous les yeux me désespère. Quand bien même un lecteur « moyen » pourrait s’en contenter, je ne veux pas remettre à la rédaction un travail qui semble bâclé.
Fronçant les sourcils, je me penche davantage sur la table comme si me rapprocher des mots me permettait de les inquiéter, de les inciter à changer – en bien – sans quoi ils subiront punition. C’est d’ailleurs ce qu’il va se passer : je vais tout effacer si je n’ai pas le déclic ! L’idée, l’illumination de forme qui fera merveilleusement bien ressortir le fond de cette chronique.
Les minutes continuent de s’écouler, je réécris le reportage deux ou trois fois avant d’attraper le tas de feuilles gribouillées pour les plier dans un bruit sans nom et les envoyer dans la poubelle la plus proche ;
On ne peut pas faire du bon travail tous les jours après tout. Je m’arrête pour ce soir, j’ai jusque demain midi pour rendre cet article : autrement dit j’ai tout mon temps.

D’un rapide coup d’œil à l’horloge j’en déduis qu’il est l’heure de plier bagage. Je ne sais pas du tout ce que je vais pouvoir me mettre sous la dent ce soir, je sais simplement que j’ai faim et c’est une raison qui me semble suffisante pour décamper. 20 heures passées, ne me jeter pas la pierre, je suis consciencieux dans mon boulot ;
Je me lève une fois certain de n’avoir rien oublié ou laissé trainer, j’arrache mon blouson de cuir à ma chaise et tout en l’enfilant j’entame de rejoindre la sortie.
C’est dans ces moments là, ou tout parait normal – trop normal – que les choses s’annoncent brusquement et sans que l’on ait besoin de réclamer quoique ce soit : brûlantes.
Que fait cette femme – encore – ici ? Elle attend visiblement quelqu’un, de par sa position légèrement inclinée vers l’arrière, le regard perdu dans des songes sans doute morbides.
Je me fais sourire tout seul et m’approche, frôlant malencontreusement mon casque que j'ai en main contre son bras.

« Oups ; décidément certaines choses prennent trop de place ici ! »

Oh l’allusion est mesquine, facile, sévère ? Ça va, je ne fais que plaisanter. Mon regard clair croise celui de la jolie rouquine et je penche le visage sur le côté, espiègle, amusé. Elle va se défendre, c’est évident : elle est le genre qui mord ! Mais de quelle manière ? Voilà tout ce qui m’intéresse. Je suis curieux, ça me perdra peut être, mais je suis déjà impatient de l’entendre alors que je viens tout juste de me bloquer devant elle.

« Vous sortez ? Je peux peut être vous conduire. Ah, suis-je bête : vous attendez quelqu’un. Je n’ai qu’une place en plus sur ma moto, ne soyez pas déçue un jour ou l’autre vous aurez droit à une balade. »

Est-ce que j’en ai seulement envie ? Pas vraiment. Mais c’est tordant, non ?
Le côté pathétique de mon comportement ne me dérange pas. Pire encore, je l’assume. Chacun ses divertissements, je trouve que cette inconnue – que je croise pourtant régulièrement – est exactement ce dont j’ai besoin pour rentrer sourire aux lèvres ;
Je pourrais bien finir par la remercier, qui sait.



Dernière édition par Aoden P.Teagan le Mar 5 Fév 2013 - 14:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 30 Jan 2013 - 17:41

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Square11

Une nouvelle journée éreintante se finissait, une journée épuisée à faire semblant de trouver un nouvel emploi, un nouveau sens à sa vie. Un nouveau sens à sa vie ? Laissez moi rire ! Brooke ne s'était jamais sentie aussi bien que depuis qu'elle avait quitté l'atmosphère étouffante du Ministère. Cela faisait plus d'un an maintenant, et elle devait reconnaitre que vivre sur le dos de son riche mari lui plaisait. Et puis elle n'avait pas encore trouvé sa vocation. LE truc qui allait la rendre heureuse, épanouie, merveilleuse, faire la une de Sorcière Hebdo au moins une fois par mois... Non vraiment, à part écumer bars et soirées, elle ne savait pas comment mieux occuper son temps... Si elle avait été un brin plus altruiste - ce qui veut dire passer du niveau 0 au niveau 1 - , elle aurait pu envisager de s'occuper d'une fondation quelconque : organiser des soirées chics pour lever des fonds, c'aurait été son truc. Cela dit, organiser des soirées chics tout court... Ca pouvait avoir de l'avenir...

En attendant de devenir l'organisatrice de soirées la plus en vue de toute l'Angleterre, elle avait prévu d'aller essayer un nouveau bar avec sa chère Lisa. Elle était donc bien habillée - sans exagérer non plus, ce n'était qu'un bar - , bien coiffée, bien tout, et s'était rendue à la tour des médias pour partir aussitôt.
Sauf qu'un bouclage, ca prenait parfois plus de temps, et Lisa avait été retardée. Avec une bonne volonté dont elle ne faisait preuve que quand Lisa et Tom étaient impliqués - et aussi la perspective d'une beuverie soigneusement orchestrée avec une paire de fesses bien ferme en guise de digestif - , Brooke avait accepté d'attendre Lisa dans le couloir. Elle attendait donc depuis un moment, faisant les cent pas, pianotant sur son sac à main en peau de dragon dernier cri, soupirant plus ou moins discrètement, le tout en se figurant l'Adonis qui l'attendait, sans l'ombre d'un doute, sur le divan de ce bar hyper tendance et qui allait tout aussi certainement la faire grimper au rideau.

Sa rêverie fut cependant interrompue par le contact inopportun d'un truc non identifié contre son bras, et, pire encore, une remarque insidieuse sur l'éventuelle place qu'elle pourrait prendre - il n'avait qu'à la traiter de grosse, tant qu'à faire !!! Elle tenta de se remémorer à quel statut de sang son interlocuteur se trouvait, mais elle l'avait trop peu croisé pour le savoir. Ce qui en soit était déjà un indice sur le manque de probabilité qu'il soit de Sang-Pur...

Énervée par le sous-entendu, elle laissa presque passer le reste de sa phrase.

" Sans doute que si vous ne preniez pas la peine de vous trimbaler votre pot de fleurs, vous arriveriez en effet à ne pas bousculer les gens ! " Elle conclut avec un sourire à mi-chemin entre la grimace et l'envie de mordre.

" Et je ne vois pas du tout de quoi vous parlez... " moto, balade, ramener... Autant de chose qui ne lui évoquait rien de bien précis.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 31 Jan 2013 - 10:22

Un pot de fleurs ? Voyez-vous ça. C’est qu’elle m’arrache un sourire la garce ! Le souci c’est que ce sourire – aussi charmant soit-il – ne durera pas. C’est divertissant sur l’instant, mais bien loin de la dose d’humour qu’il me faut pour espérer rentrer en ayant l’impression que…
En ayant une impression particulière. Ça ne vous regarde pas. Ça ne regarde personne. J’espère juste davantage de plaisanteries – ou attaques verbales s’il le faut – avant de prendre la route de l’appartement.
Sans détacher mon regard du visage de la rousse en colère, je tente de deviner quelque chose. Ce que ce regard là veut dire : du dédain? Du mépris au moins, peut être même un peu de haine, mais pourquoi ? Ai-je été si impertinent que ça ? Peut être bien, mais ces êtres dénués de légèreté et de fantaisie sont tellement…lassants.
Je lui laisse une seconde chance, voyons :

« Ah… ? Ah oui, pardonnez-moi j’ai oublié l’espace d’un instant que certaines personnes ont un esprit si fermé que des notions entières leurs échappent. »

Je laisse quelques secondes de silence planer, histoire de vérifier qu’elle a bien compris ou je voulais en venir. Aucun doute, elle sait que mon animosité déguisée sous un beau sourire est gratuite et facile, et après ? Ce n’est pas la première fois que je m’amuse avec elle, que je la taquine. Je ne sais d’ailleurs même pas son nom ! Ce que je sais, en revanche, c’est que ce soir est différent. Il y a beaucoup plus d’indifférence dans le fond de ses pupilles d’habitude…une sorte de détachement qui me permet d’être fourbe sans avoir à culpabiliser.
Ce soir, ce n’est pas pareil : je l’embête vraiment. Ou alors je ne l’ai jamais remarqué auparavant. Qu’importe, c’est du passé.
Je reprends, évitant comme possible d’afficher un sourire aux allures moqueuses. Difficile.

« Bon, puis-je formuler des excuses ? Non je veux dire, êtes vous capable d’en accepter avant que je me fatigue à les articuler ? Pour le casque…je ne voulais pas vous bousculer. »

Je ne sais même plus. Si ce frôlement du casque contre son bras était volontaire ou non. Je l’ai peut être tant espéré qu’il est arrivé…ou alors j’ai une poisse énorme et quand bien même j’essaye d’être moins pénible, ma bêtise me rattrape ;
Pas le temps de polémiquer. Je prends la décision tout seul, ce ne sera pas très grave si elle fait de mon pardon un déchet de plus.

« Ahem ; je m’excuse. Ce n’était pas violent, heureusement. Vous…attendez quelqu’un ? Je peux peut être vous aider, hum ? »

Relevant le menton avec une assurance toute retrouvée, je l’observe un moment avant de laisser mon regard glisser autour de nous. Sait-on jamais, je vais peut être finir par comprendre ce qu’elle attend là ce soir. Je l’ai déjà vue parler avec plusieurs connaissances, je ne saurais néanmoins affirmer quelle relation elle entretien avec les uns et les autres…
Personne ne se pointe. Je retiens – mal – un soupir et lui tends la main.

« Aoden. Que vous puissiez mettre un nom sur l’emmerdeur de service… »

C’est quoi son problème ? Est-elle si hautaine qu’elle en a l’air ? Encore une saloperie de sang pur qui ne sait pas se « rabaisser » à user de politesse et d’indulgence. Non mais, merde à la fin, du respect ! On ne choisi pas la façon dont on vient au monde. A-t-elle choisi ce regard meurtrier ? … Le pire c’est que ; c’est fort possible.
Main tendue en sa direction, le sourire aux lèvres le plus poli que je puisse offrir à cette femme, j’attends. J'escompte que derrière ce mur de glace se cache quelqu'un d'un peu plus humain; uhu.

Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 3 Fév 2013 - 18:48

Brooke avait vaguement espéré que le journaliste - déduction, il n'avait pas l'allure d'un homme de ménage, ni d'un agent de sécurité, bien qu'elle n'arrivait toujours pas à déterminer l'utilité de l'objet qu'il tenait toujours sous le bras - la laisserait tranquille après sa répartie. Pas ce qu'elle faisait de mieux, certes, mais elle voulait garder son énergie pour ce qui conterait vraiment : sa partie de jambes en l'air tardive. Elle aurait cependant du se douter que sa dernière phrase était une invitation à se faire expliquer par le menu ce qu'il avait voulu dire.

Pourtant, au lieu d'avoir cette obligeance, il préféra attaquer sur le domaine de son ignorance. La remarque proférée par Aoden la fit plisser les yeux - encore un risque de rides qu'elle aurait pourtant aimé éviter.

" Quant à moi, je n'avais pas oublié que certains sont tellement imbus d'eux-mêmes qu'ils en oublient qu'ils n'ont pourtant pas plus la science infuse que les autres... " Brooke était piquée d'avoir été accusée d'ignorance, et pire, d'étroitesse d'esprit, elle qui se considérait plutôt tolérante, surtout en comparaison de ces traitres de l'Ombre. Bien sur, tout était une question de point de vue, mais pour ce qui la concernait, tout gentil basique qui tenait sa place et faisait preuve de leur bonne volonté à améliorer leur sang et servir les Sang-Pur comme ils se devaient méritaient... peut être pas le respect, mais à tout le moins, le droit de vivre en paix.

Cela étant, plutôt que de continuer l'attaque, son vis-à-vis sembla opéré une retraite. Avait-il repris un certain bon sens, ou reconnaissait-il implicitement qu'après une journée de travail, il pouvait être imbuvable, quoi qu'il en soit, Brooke se sentit satisfaite de ses excuses - si maladroitement formulées qu'elle fut tentée de repartir à l'assaut - et se redressa légèrement, d'un geste qui pouvait passer pour hautain. Elle n'arrivait toujours pas à déterminer le statut de sang d'Aoden, mais au moins, elle comptait signifier ainsi qu'elle n'était pas n'importe qui.

" Ca ira. Je n'ai rien de cassé, et ma robe n'est pas abimée... " Le ton était peut être un peu plus sec que ce qu'elle aurait voulu, mais hé ! C'était elle la victime, dans l'histoire ! Ce qui lui fit considérer la main tendue par Aoden avec suspicion. Comme si cette même main risquait de lui refiler la morbinite ou cachait une salamandre galloise. Mais finalement, elle décida qu'il ne représentait pas une menace immédiate et prit la main tendue.

" Brooke Macnair. C'est aimable de proposer, mais j'attends quelqu'un, à dire vrai. Nous avons des projets pour la soirée... " Le sourire plus détendu qui accompagna le mot projet sous-entendait que lesdits projets incluaient une grosse quantité d'alcool et un type au corps de marbre prêt à satisfaire ses moindres désirs.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 6 Fév 2013 - 12:52

Projet. Ce que l’on projette de faire. Synonyme d’une certaine ambition, d’un programme qu’on se refuse de louper, d’un dessein auquel on aspire passionnément. Madame a des projets, mademoiselle ? Je ne saurais même pas dire. La rouquine qui me tient tête est délicieuse certes, loin de faire vieille – je lui donne une trentaine d’années – mais est-elle mariée ? Oh si c’est le cas laissez-moi un instant pour pleurer son mari ; trompé.
Bah, ne voyez-vous pas que cette lady transpire la luxure ? Ca ne me dérange pas, moi. Mais son mari – si mari il y a – ne doit pas tous les jours adorer les qualités physiques et charismatiques de son épouse.
Et pourquoi je m’embête avec ça moi ? Je souris, sans doute niaisement à côté du rictus carnassier qu’elle me tend. Pourquoi ai-je l’impression qu’elle veut que je remarque ceci : ses fameux projets seront inévitablement endiablés, car c’est elle-même une pure diablesse ;
Oh pitié. N’y a-t-il ici que de sulfureuses dévoreuses d’hommes ? Vous me direz si c’est ma malédiction de toutes les croiser…que les choses continuent ainsi. Je suis trop gourmand pour oser m’en plaindre.

« Je vois…Tant pis, vous serez mon projet de soirée une fois prochaine. Qui sait ! »

Ne jamais dire jamais. Quand bien même cette miss me semble aussi têtue qu’insupportable – malgré sa claire beauté – on ne peut pas savoir quelles seront les circonstances d’une prochaine rencontre. A mon avis le contexte sera similaire : rencontre hasardeuse dans un de ces couloirs alors que je bosse et qu’elle rend visite à une amie ;
Et elle, imagine-t-elle, ne serait-ce que par jeu, ce que nous pourrions faire ensemble ?
Je lève les yeux au ciel pour moi-même, déçu d’avoir de telles pensées, puis je ramène ma main à mon épaule pour l’enserrer dans un geste d’ennui retenu. Difficilement. Ma soirée à moi promet d’être ennuyante mais je n’ai que ce que je mérite : la solitude.
Ce qui ne m’empêche pas, avant que la belle ne se lasse et se révolte, de continuer cette conversation taquine.

« Ce quelqu’un ne vous a-t-il pas oublié ? Je veux dire ; vous voulez que j’aille le prévenir ? Je le connais peut être étant donné que je passe pas mal de temps par ici… »

Mais si ma maligne politesse est déplacée et mal venue, je lui laisse l’occasion de refuser mon aide. Après tout, qui pourrait oublier qu’il sort s’amuser avec mademoiselle reflet roux et yeux révolver ? Il ou elle, d’ailleurs. Qu’en sais-je !
Ma main glisse contre mon bras jusqu’à atteindre le casque qu’elle caresse, s’amusant de sa matière matte avant de revenir à mon menton. Réflexion ? Supposition ; si elle n’est pas journaliste, secrétaire ou chroniqueuse comment se fait-il qu’elle soit si souvent ici ? Juste pour une connaissance, ça me parait démesuré.

« Dites, vous bossez là ? »

La réponse m’apparait inévitable : évidement ! J’ai bien peur en tout cas qu’elle confirme avec surprise. Nous sommes collègues et je l’ignore, quel piètre curieux je fais là. Sauf que non, je n’ai jamais réalisé que c’était le boulot qui pouvait la mener là dans un premier temps.
Alors, que fait-elle ?
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 10 Fév 2013 - 12:16

Brooke aurait aimé savoir ce qu'elle voulait exactement. Certes, elle s'ennuyait à mourir en attendant Lisa, mais être importunée par un étrange journaliste qui tenait un objet peut être démoniaque entre les mains était il forcément plus intéressant ? De prime abord, Aoden ne cadrait pas avec ses cibles habituelles : son gibier avaient le plus souvent de l'allure et de l'élégance, sans parler d'une musculature pour le moins intéressante. Avec sa dégaine, Aoden ressemblait plutôt au type chargé de prendre les manteaux d'un club de seconde zone.
Cependant... Lorsqu'il évoqua une soirée ensemble dans un futur proche, Brooke ne put retenir une expression de surprise et un sourire incrédule. Il fallait un certain culot pour lancer ce qui ressemblait à une invitation avec autant de désinvolture, qui plus est à une femme de sa stature - oui, on a un égo ou on ne l'a pas. Du coup, elle fit ce qu'elle n'avait pas encore fait depuis qu'il s'était immiscé dans sa bulle : le détailler de la tête aux pieds. Quiconque espérait passer une soirée avec elle devait forcément passer par cet examen.
Concernant Aoden, l'examen se révéla plus flatteur qu'elle ne l'aurait cru de prime abord. Il était grand, plus qu'elle l'avait pensé et qui était éclipsé par son allure banale. Ses yeux bleus étaient sans nul doute son meilleur atout, et son ensemble négligé avait un certain charme. Restait à savoir si son statut de sang était suffisant pour que son charme ait une valeur suffisante pour lui accorder une soirée.
Néanmoins, quand elle se décida à répondre, son regard n'était pas dénué d'une lueur d'intérêt, accompagné d'un sourire à mi-chemin entre la moquerie et l'invite.

" Si vous tenez vraiment à mettre ce projet à exécution, il faudra faire mieux que ca... " Le ton était froid, mais démenti par son expression qui laissait à penser qu'elle n'était pas fermée à la discussion.

Décidant qu'elle avait déjà été bien assez familière pour l'occasion, elle reprit son expression neutre et releva le menton avec son air de princesse, et poussa un soupir à peine discret. Elle n'aimait pas attendre, et comme elle avait un public pour témoigner de son agacement, elle n'allait pas se priver le manifester ouvertement.

" Je doute que ma cousine ne m'oublie. " Lança-t-elle sèchement. Elle pensait surtout que Lisa devait être coincée. Cependant, l'heure tournait, et elles risquaient fort de perdre les meilleures places. Et les meilleurs mecs. Elle poussa un nouveau soupir agacé, avant de regarder Aoden comme s'il venait d'expliquer qu'il avait vu un dragon tricoter de la dentelle. Et finit par éclater de rire.
Depuis qu'elle avait quitté son travail au ministère l'année précédente, elle avait vaguement réfléchi à une nouvelle orientation, mais la vie de rentière oisive lui plaisait pas mal et l'idée de travailler lui semblait de plus en plus... risible. Quoiqu'elle ait caressé l'idée de devenir journaliste... Mais elle ne qualifiait pas ca comme un métier à proprement parlé. Elle finit néanmoins par se calmer.

" Non, je ne risque pas de travailler ici, non ! J'aurais pensé que ca se serait plus remarqué si ca avait été le cas... " A son expression, Aoden pouvait déduire facilement qu'elle aurait pris ca comme un affront personnel si elle n'avait pas été repérée d'office si elle avait vraiment travaillé dans la Tour.

Elle ouvrit la bouche pour rajouter une remarque plus cinglante, quand une secrétaire déboula d'un couloir.

" Madame Macnair ? Madame Macnair vous fait dire qu'elle ne pourra pas se libérer ce soir... " La secrétaire attendit la réponse de Brooke d'un air craintif, visiblement habituée aux réactions explosives des Sang-Pur. Mais Brooke se contenta de la foudroyer du regard et de plisser les lèvres sans lui répondre. Quelle perte de temps !

[HJ : histoire qu'on ne tourne pas en rond Wink ]
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 11 Fév 2013 - 12:32

Oh alors ainsi, la rouquine ne serait pas contre un rendez-vous ? Certes, elle n’a pas exactement exprimé un désir de sortir avec moi. C’était évident après tout, ce genre de femme ne dit jamais rien avec précision. La subtilité de leurs propos, l’hypocrisie bien tournée et la malice font partie de leurs habitudes.
Mais je ne suis pas fou, si vraiment cette idée la répugnait, elle me l’aurait fait savoir. Si habiles et raffinées soient ses façons de parler.
Je penche alors le visage sur le côté, étonné mais ravi, et je fais mine de mettre ce conseil dans un petit coin de ma tête. Faire mieux que ça, dit-elle, mais mieux que quoi ? Je n’ai pas pour habitude de changer mon comportement pour être acceptable aux yeux de quiconque. Quand bien même il s’agit d’une ravissante et intrigante personne. Je suis assez fidèle à moi-même en tout état de cause…
Ceci dit la curiosité d’en apprendre davantage sur elle me laisse penser que je pourrais, une fois, essayer d’être comme elle dit : mieux que ça.

Je garde cette idée en tête mais me rabats rapidement sur un autre sujet. La personne qu’elle attend par exemple. Même si je ne peux lui venir en aide – non par incapacité mais par civilité – je suis certain que la belle peut au moins me souffler un indice ; un détail ; un quelconque avertissement qui me mettrait sur la voie. Et j’ai eu raison de le tenter car je sais désormais que c’est sa cousine qu’elle attend.
Un point pour moi ! Je baisse vite ma garde cependant, trop vite, car ma remarque suivante a le don d’agacer mon interlocutrice. Sa parade est nette et claire, un partout.
Navré de l’avoir quasiment vexée, je me contente d’acquiescer dans une moue pleine d’excuse et au moment ou je repose mon regard bleu dans celui de la non journaliste, quelqu’un vient lui adresser la parole avec un air plus effrayé que désolé ;
Suis-je le seul à ignorer qui est cette femme ?

Silence, discrète tension et visible déception. J’attends un instant, histoire de ne pas recevoir les foudres que la secrétaire s’est empressée d’esquiver, puis je m’amuse à balancer le casque par son attache au bout de mes doigts tout en me plaçant face à la dame Macnair. Ce nom là me dit bien quelque chose, je n’ai alors plus de doute. Elle a bien ici quelqu’un de sa famille qui travaille ;
Mon sourire – ce petit truc qui en agace plus d’un(e) – revient à mes lèvres sans que je m’en rende réellement compte et j’émets, dans un mouvement de menton, ma petite hypothèse.

« Nous sommes tous débordés ces derniers temps…les journalistes j’entends. Votre cousine doit crouler sous le boulot. »

Il est vrai qu’en l’occurrence, moi, je n’ai pas l’air débordé. Mais ne vous fiez pas aux apparences je vous prie. J’ai bossé dur depuis tôt ce matin et il est suffisamment tard pour que je me retire. Ceci dit lorsque l’on a rien d’intéressant à aller voir, lorsque les choses les plus palpitantes de votre journée résident à votre bureau et que votre chez vous est un agréable mais bien monotone endroit…il faut un certain temps pour s’arracher à la société et aller se cloitrer.
Pourquoi je ne sortirais pas un peu, ce soir ?

« Ou étiez-vous sensées aller ?...Si ce n’est pas indiscret. Enfin, c’est peut être le genre de lieu exclusif, fermé aux gens inférieurs ; »

Oui je continue de tâter. Sang pur ? Extrémiste ? Intransigeante et cruelle jusqu’à la moelle ? Je ne m’attends à rien, je lui laisse l’occasion de me surprendre quelle que soit sa réponse. avec un peu de chance, je saurai ou me diriger ce soir pour me divertir ou, à défaut d’autre chose, poursuivre mes fouilles et petites enquêtes utiles à ma faction ;

{Tu as bien fait Wink
J'espère que ça convient ! }

Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 14 Fév 2013 - 19:34

[je suis toujours très souple, je m'adapte toujours Smile même, je trouve bien plus drôle quand mes partenaires RP ne font pas ce que j'attends/espère, ca oblige à être plus créative Wink c'est le piment même du RP ! Quoi qu'il en soit, j'aime ^^]

Evidemment, Aoden ne pouvait pas deviner que la malheureuse secrétaire connaissait par le menu les manies de Sang-Pur bien ancrées chez Brooke, ni qu'elle pouvait se montrer très capricieuse et imprévisible avec ce genre d'employé. La secrétaire, par contre, n'avait pas oublié la scène que Brooke lui avait faite lorsque la malheureuse avait renversé par inadvertance une bouteille d'encre sur une de ses robes en soie d'acromentula alors qu'elle était venue chercher Lisa pour une gala de la plus haute importance. La Macnair avait été à deux doigts d'user d'un Doloris pour lui faire comprendre toute l'étendue de sa bêtise, et il avait fallu toute la persuasion de Lisa, qui avait fait valoir la bonne tenue et le travail acharné de la basique, pour l'empêcher de lancer le sortilège impardonnable. Et ni Brooke ni la secrétaire n'avaient oublié l'incident... Enfin le drame, si on se placait du point de vue de Brooke, d'autant que bien sur, la secrétaire, au physique peu avantageux, ne pouvait se targuer que d'un rang 1 dans son statut de sang, autant dire qu'elle valait aux yeux de la Macnair guère plus qu'un Elfe de Maison.

Quoi qu'il en soit, Brooke délaissa rapidement ladite secrétaire, qui en profita pour s'esquiver. La Macnair était furieuse d'avoir perdu son temps - quelle idée d'avoir un métier aussi contraignant... Et furieuse de manquer une occasion de faire la fête. D'autant plus agacée qu'Aoden cru bon de disculper Lisa par la charge de travail apparemment insuuuupportable, et ce avec une nonchalance et un petit sourire en coin proprement agacant - effectivement. Il n'en fallait pas plus pour que Brooke extériorise sa mauvaise humeur désormais bien installée.

" Oh vraiment ? Et j'imagine que savoir cela me rend le temps que j'ai perdu à poireauter dans ce couloir débile ? " Elle conclut avec un haussement de sourcils prétentieux et rageur, convaincue d'être dans son bon droit. Et sans attendre de réponse, elle eut un espèce de reniflement méprisant et passa devant Aoden avec la ferme intention de rentrer chez elle pour compulser son carnet de lit - tant pis, elle se rabattrait sur du déjà vu - mais elle n'avait pas fait 3 pas qu'Aoden l'interrogea sur ce qu'elles projetaient de faire.
Brooke s'arrêta en froncant les sourcils, une alarme retentissant dans sa tête. Qu'entendait-il par fermé aux gens inférieurs exactement ? Il parlait bien entendu du statut de sang, mais pourquoi s'y intéresser ? Pour autant qu'elle le sache, c'était le genre de préoccupation qui n'intéressait que deux catégories de personnes : les Basiques, Sang-Mêlés, et autres Bourbeux qui se feraient sans nul doute refouler à l'entrée ; et les Sang-Pur amis des Moldus adhérants à l'Ordre. Dans les deux cas, Aoden venait de changer de classement : de potentiellement intéressant, il venait de passer à potentiellement inutile, ou alors potentiellement dangereux. De moins en moins insouciante depuis la "mort" de Tom, elle décida de partir sur la troisième hypothèse : s'il s'agissait d'un Phénix, il valait mieux le garder à l'oeil. Et savoir aussi à quoi s'en tenir exactement.

Elle se retourna avec un regard inquisiteur et un sourire félin. Elle avait tout de la prédatrice prête à bondir sur sa proie. Pour qui n'était pas dans sa tête, elle ressemblait à une femme qui avait décidé de passer un peu de bon temps avec l'homme face à elle.

" Quelle importance ? Ce sont des endroits où on est sur de qui on va rencontrer ! " Le sourire radieux qu'elle lui adressa reflétait bien l'insouciance de la Sang-Pur bien née qui n'avait pas à se soucier des entrées dans les divers établissements de la ville.
Elle était toujours ennuyée de la défection de Lisa, mais Aoden venait de devenir bien intéressant. Elle le détailla à nouveau de la tête aux pieds.

" De toute facon, c'est un nouveau bar progressiste qui veut laisser entrer tout le monde d'un peu propre. " Dit-elle avec une grimace qui reflétait clairement son avis sur les lubies des entrepreneurs. C'était toujours amusant, mais jamais crédible bien longtemps. Elle laissa passer un nouveau silence en lui rendant regard pour regard avant de poursuivre d'un simple mot : " Pourquoi ? "
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 15 Fév 2013 - 10:27

Perdre son temps. C’est facile à dire pour une femme qui, vraisemblablement, ne s’abaisse pas à pratiquer la moindre activité professionnelle. Ce n’est quand même pas comme si elle pouvait parler de perte de temps…contrairement à sa cousine, journaliste, qui si ma mémoire est bonne est le genre à ne pas compter ses heures !
Lassé par cette hautaine femme, je laisse mon visage prendre les formes d’une moquerie non dissimulée, mais subtile. Qu’elle ne me laisse pas l’occasion de la critiquer car si je ne doute pas de sa répartie, elle a affaire à un pro de l’utilisation des mots…bah. De toute façon je ne vais pas me battre avec elle quand bien même sa remarque laisse entendre que ma compagnie est une perte de temps ;
Je ne m’abaisserais pas à son niveau de dédain.

La raison pour laquelle je reste alors ici, à ses côtés – tandis que la secrétaire visiblement bouleversée peine à se remettre de ce regard échangé – c’est la curiosité. Vous pouvez, certes, associer à ce défaut des tas d’autres penchants et émettre une tonne d’hypothèses quand à mes intentions. Au fond de mes pensées, à mes sournoises idées.
Je vais néanmoins vous éviter de perdre du temps, à vous, et expliciter clairement ce que je veux. Aussi clairement que possible sachant que j’ai du mal à définir vraiment ce que je cherche ce soir auprès de cette insupportable rouquine.

La belle Macnair assume et profite du gouvernement en place pour étaler son rang, sa soit disant pureté et tout ce qui va avec. Automatiquement, elle fréquente des pros Ombre et vu cette haine qu’elle porte – implicitement – à ceux qu’elle considère inférieur, elle fréquente de potentiels ennemis, forts dangereux.
Quelle meilleure raison pour se jeter dans la gueule du loup ? Je veux pouvoir ajouter des noms et des actes à ma liste.

« Sûr de qui on va rencontrer ? Hum ; ça m’intéresse. Me souffleriez-vous l’adresse ? »

Dis-je en réponse à son ‘pourquoi’ si mauvaisement innocent. Anodin. Je ne prendrais pas de pinces et j’enfile d’ores et déjà mon costume de justicier. Façon de parler. Le Aoden Teagan délateur a peut être une sortie en vue ce soir et je ne veux pas laisser passer ma chance ;
Qu’elle croie que je suis un traitre, qu’elle me prenne pour un camarade au contraire, qu’elle devine derrière mes beaux yeux bleus un héritier au besoin de choisir un extrême ; qu’importe après tout. Quelle que soit l’idée qu’elle se fait de moi, elle ne saura jamais.
C’est là-dessus que je joue, c’est là mon charme, mon arme, mon atout.

Un léger pas en avant ramène mon casque contre sa cuisse et j’incline le visage, lentement, pour laisser nos yeux se discerner pour ne plus uniquement se croiser et, dès qu’un mouvement de sa part suppose une prise de parole je l’interromps ;
En souriant– toujours – le menton relevé, gravement, je propose avec toute l’audace dont je suis capable. Forme de culot effronté, d’aplomb qu’elle pourrait apprécier.
Qui sait.

« Permettez-moi de vous accompagner. Si vraiment ma présence vous est désagréable je vous laisserai avec ces gens que vous êtes sûre de rencontrer…promis. »
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 18 Fév 2013 - 19:50

Brooke était encore à tergiverser sur un choix qui n'allait pas manquer de se présenter à elle. Elle n'était pas dupe : un homme qui demandait où une femme avait l'intention de se rendre pour la soirée avait à 99% de chances de proposer de l'accompagner, de lui offrir un verre, à diner... Bref, de se placer. Il fallait donc se poser la question de ce qu'elle pourrait bien répondre.
Aoden entre-ouvrit la porte en lui demandant l'adresse du lieu. Cette question ne répondait pas vraiment à celle que Brooke avait suggérée : le statut de sang d'Aoden. Elle n'avait pas vraiment envie de poser la question directement. Elle était une femme, l'élégance voudrait que ce soit à l'homme d'aborder le sujet, si déjà. Et elle n'était pas d'humeur à se gâcher la soirée en découvrant qu'un homme charmant - mais pas parfait - était en fait un basique 1. Quoique le fait qu'il ait été embauché comme journaliste tendrait à prouver qu'il ait un statut satisfaisant. Pourtant sa bravade - et surtout la nuance qu'elle contenait - n'apportait qu'un doute supplémentaire. Ces gens que vous êtes sure de rencontrer... Elle avait parlé de pureté de sang, mais lui avait-il compris simplement qu'elle s'attendait à croiser des amis éventuels, des camarades de beuverie avec lesquels elle se vautrait habituellement.

Brooke poussa un soupir agacé. Aoden le prendrait peut être pour lui, mais elle n'en avait cure. Ce qui l'énervait, c'était de n'avoir aucune indication sur le statut de sang de son vis-à-vis. En attendant, elle le détailla à nouveau de la tête aux pieds, et croisa surtout à nouveau ces yeux au bleu presque irréel. Elle fit une petite grimace avant de sourire avec un haussement d'épaule.

" C'est une drôle d'entrée en matière pour un type qui se promène avec une casserole sous le bras, mais pourquoi pas ? Au pire, je pourrai toujours demander un seau de glace pour vous le jeter sur la tête... " Elle conclut avec un haussement de sourcils qui ne laissait pas deviner si elle était sérieuse ou non.

A dire vrai, cela lui était déjà arrivé une fois. Non qu'elle avait demandé un seau de glaçon expressément pour le renverser sur la tête de l'homme qui l'importunait, mais elle avait retourné un seau à champagne sur les genoux d'un type qui la serrait d'un peu trop près et dont l'attirance était... un peu trop visible. Il avait vu ses ardeurs refroidies immédiatement.

" Venez... On va transplaner du pied de la tour, ca sera plus pratique... "
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 20 Fév 2013 - 8:31

Une casserole sous le bras ? Un instant j’hésite à jeter un œil à mon casque pour être certain qu’il garde ses allures classes et séduisantes. A mes yeux. N’est ce pas un objet fantastique, accessoire indispensable au motard plus pour l’apparat qu’il complète que pour la sécurité d’ailleurs. Le blouson en cuir que je porte a vite fait d’être refermé et j’essaye de rassurer mon équipement : il ne ressemble pas à une casserole. Pas du tout.
Lorsque nous arrivons au pied de la Tour des Médias j’interromps brusquement mes pas. doucement, il manque un truc. Et ce n’est pas un détail, c’est d’une importance primordiale là aussi mais si jamais la jolie Macnair se permet d’insulter ma moto d’un quelconque appareil ménager ridicule, je risque de perdre mon sang froid ;
J’exagère sans doute mais c’est sans la prévenir que je rejoins l’engin au pas de course. Ouvrant le siège arrière j’y introduis le casque, referme le tout à clé et laisse ma main passer sur le guidon dans un semblant de caresse.
Cette fois c’est bon. Allons-y.

« Je vous suis. »

Façon de parler ; mais en quelques instants et une bonne secousse, nous nous retrouvons devant un lieu déjà bien rempli d’âmes en recherche de compagnie. Oh arrêtez, ne me prenez pas pour un bleu. D’un simple coup d’œil je décèle une dizaine de gourmands qui jettent sur la jeune femme à mes côtés un regard carnassier et quelques dames baissent le ton lors de notre arrivée. Peut être pour critiquer. Sans aucun doute en fait, mais la critique n’est pas toujours négative ! Parole de journaliste.
Je plisse les yeux pour mieux appréhender l’endroit. J’aime découvrir une atmosphère, me fier aux couleurs, aux parfums et à la brillance d’un lieu comme celui-ci. Qui pour le coup, est plutôt terne. Opaque. Pas glauque ou ennuyant, simplement saupoudré d’un brin d'obscurité... qu'est ce qui m'a pris de venir ? On se l'demande.

A vrai dire je suis si concentré dans ma découverte du bar ou je ne sais exactement ce qu’il en est, que je perds Brooke des yeux et rejoins alors machinalement le bord du comptoir. Comme un point d’attache pour tout navire à la dérive ;

Appliqué dans la commande de mon verre, concentré sur sa dégustation pour ne pas trop grossièrement me mêler à la foule d’habitués, je n’ai cependant pas su ignorer la personne à mes côtés. Ses questions se font insistantes en moins de deux minutes et dans un soupir mal contrôlé je me place face à elle.
La quarantaine, à moins que le jeu de lumière n’appuie sur ses défauts, une voix de fumeuse, un regard ivre. C’est bien ma veine.
Sans prendre aucun gant ma partenaire de bar lance immédiatement le débat sur les factions et – fort heureusement elle est bien imbibée – je réussi sans mal à me faire passer pour l’un des siens. Un pro Ombre autrement dit.
Les minutes s’écoulent et ses propos ségrégationnistes entament de me fatiguer. Me lasser. Bientôt je n’aurai plus la répartie pour être dans le coup et autant dire que je crains les ennuis qui pourraient me tomber dessus, dans un pareil endroit. J’essaye alors la carte de l’héritier…même si ce n’est pas le grand amour entre les deux factions, je suis certain qu’il y aura ici plus d’héritiers que de Phénix, ça va sans dire.

C’est là que mon regard à recroisé celui de Brooke. Au moment précis ou la poigne terriblement ferme de la pintée s’accroche à mon col en dégageant en même temps un des boutons de ma chemise.
J’imagine qu’ils ne vont pas laisser une bagarre se déclencher. C’est de toute façon improbable je ne vais pas frapper cette femme et ils vont remarquer à temps qu’elle est bourrée ;
N’est ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 3 Mar 2013 - 15:31

Arrivés au pied de la Tour, alors qu'elle allait transplaner directement au bar, Aoden s'éloigna pour s'approcher d'un engin passablement étrange mais qui n'était pas sans avoir un écho dans sa mémoire. Elle se souvint soudain que cet idiot d'Hagrid avait quelque chose de similaire, un véhicule pétaradant et nauséabond qui convenait fort bien au semi-géant. Elle trouvait par contre étrange de voir ce bel homme avec une horreur pareil... Aoden venait de perdre quelques points dans son estime.
Lorsqu'il revint vers elle pour transplaner, elle s'abstint du moindre commentaire, mais son regard était très clair : il allait devoir faire montre de plus de qualité pour rattraper la mauvaise impression de son engin du diable. Elle ne lui en tendit pas moins le bras pour qu'il puisse la suivre devant l'établissement au luxe discret et au style branchouille qui plaisait sans nul doute aux post-adolescents issus des riches familles de Sang-Purs, et donner l'impression aux basiques de faire partie du gratin. Pourtant Brooke n'était pas dupe : avec les lois en vigueur et les problèmes que les basiques ne manquaient pas d'attirer, le bar était condamné à fermer ou à restreindre son accès.

En attendant, Brooke, flattée de l'attention qu'elle ne manqua pas d'attirer et auquel elle répondit d'un sourire d'une réserve consommée, se dirigea rapidement vers le vestiaire où une employée basique se chargea de ranger soigneusement sa cape.

" Et faites y attention, surtout... " Un avertissement inutile, l'employée savait fort bien ce qu'elle risquait à contrarier une cliente de son rang.

Brooke ramena son attention sur la salle, et constata qu'elle avait perdu de vu son partenaire improvisé. Elle eut un rapide froncement de sourcil contrarié. Elle parcouru la salle d'un pas lent, suffisant pour scruter les visages et chercher Aoden, pas assez pour que les mâles présents aient le temps de ramasser leur courage pour venir l'aborder.
Elle finit par repérer Aoden au bar - elle aurait peut être du commencer par là - visiblement en grande conversation avec une trainée trop imbibée pour savoir encore se tenir en public.

Avec un roulement des yeux, Brooke traversa les quelques mètres qui la séparaient du bar et se pencha pour toucher un mot au barman. Elle désigna Aoden et sa sangsue, l'air bouleversé - dramatiquement maîtrisé - et remercia l'homme d'un sourire lorsque celui-ci hocha la tête avant de faire signe à un des sorciers qui gardaient l'entrée et de désigner la sorcière bourrée. Le sorcier de sécurité vint décrocher doucement mais fermement la sorcière du col d'Aoden. Et lorsque la place fut nette, Brooke vint se substituer aux côtés du journaliste.

" Apparemment, il ne vous a pas fallut trop de temps pour vous faire remarquer... " Elle s'interrompit le temps de laisser le barman lui déposer un cocktail multicolore à la décoration improbable, qui laissait douter qu'il soit seulement buvable.
" Alors dites moi... Elle était intéressante au moins ? "
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 6 Mar 2013 - 13:22

Ils s’en sont rendu compte. Ils se sont aperçus que cette tordue totalement dépassée par l’alcool était en train de m’agresser – bon, j’abuse peut être un peu et rassurez-vous j’aurai pu maitriser la situation, ahem – mais les types de la sécurité interviennent par je ne sais quel miracle – dénommé Brooke – et mettent la miss dehors avant même que je ne puisse les remercier ;
Ça, c’est fait. Je ne suis pas déçu de retrouver ma totale liberté de mouvement et je porte mes mains aux pans de ma chemise que j’entame de refermer. Ne manquerait plus que l’on vienne me reprocher mon manque de classe avec cette ouverture prétentieuse sur mon torse musclé.

A cet instant précis la jolie miss Macnair s’installe face à moi et quand je parviens à effacer ma surprise je hausse les épaules, me détourne pour observer ce qu’il reste de la silhouette de mon ancienne interlocutrice et en bon comédien je confirme :

« J’ai seulement eu le temps d’apprécier de jolies lèvres, d’ici je peux aussi deviner une jolie paire de jambes… rien qui ne vous arrive à la cheville néanmoins. »

Ma langue glisse sur ma lèvre inférieure et je lève les yeux au ciel dans une ironie non dissimulée avant de reprendre, si possible, un peu de sérieux.

« Êtes vous venue à mon secours ? C’est trop d’honneur, je pensais ne pas vous évoquer le moindre intérêt. En tout cas tout à l’heure lorsque nous étions dans la Tour des médias. Vous avez changé d’avis me concernant ?... Hum, laissez-moi deviner : vous voulez me faire passer pour un emmerdeur afin que le plus beau de l’assemblée vole à votre secours ! Oh mais non, vous n’êtes pas le genre à vous faire secourir…non, je ne vois pas. pas d’autre raison, je suis un minimum à votre gout. J’ai bien dit un minimum. Qu’est ce qui vous plait ?...Mon sourire ? Mes yeux ?... »

J’attrape mon verre dans une grimace désolée et le fait doucement percuter le sien.

« Trop bavard, je sais, ça me fait perdre beaucoup de valeur mais si je parle beaucoup ce soir c’est uniquement pour ne pas avoir l’air perdu dans ce lieu que je ne connais pas. Les hommes qui vous reluquent – pardonnez l’expression – depuis que vous êtes entrée n’apprécient pas me voir à vos côtés. Moi ça m’amuse, j’aime les laisser penser qu’on se connait bien, ça vous dérange si on s’amuse un peu tous les deux ? »

Aurais-je déjà trop bu ? Pas que je sache, je ne me souviens même pas avoir porté ce verre à mes lèvres ! C’est l’ambiance de ce lieu qui est dangereuse. Trompeuse. Je sais simplement qu’en fréquentant ce genre de lieu, je pourrais trouver des informations. Continuer de remplir mon panier de notes, de noms, renforcer mon expérience de pêcheur aguerri pour servir la cause de l’Ordre…non sans prendre un maximum de risques. Certes.
Aux côtés de Brooke ceci dit, je me sens pousser des ailes. Oh dites-le, elle est ravissante la manipulatrice. Et puis, quelque chose me dit qu’elle va tout simplement m’envoyer paitre – même si elle m’a rendu service avec la bourrée – la belle joue dans une autre cour et ses sujets ne tarderont pas à l’intéresser davantage que moi…
Qu’attend-elle néanmoins, pour les rejoindre ?
Mon regard pétillant dans le sien, le sourire aiguisé au coin des lèvres, je la défis, joueur, alors que les mâles en chasse au fond de la salle ne sauraient plus tarder à approcher.
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 7 Mar 2013 - 16:01

[après avoir ravalé mes nerfs en perdant le premier jet, je reprends... punaise, je me souviens plus comment j'avais attaqué...]

Brooke était amusée de la situation, quoique le comportement de la sangsue la scandalisait quelque peu. Elle méprisait ces filles qui ne cessaient de s'acagnarder au fond de leur lit que pour venir se donner en spectacle avec des inconnus, avec une alcoolémie dépassant l'imaginable. Bien sur, Brooke ignorait plus ou moins volontairement l'hypocrisie dont elle faisait preuve en condamnant la greluche de la sorte : elle-meme n'était pas connue pour mener une vie utile et productive. Sans parler du fait qu'elle avait plus qu'à son tour affiché une alcoolémie outrancière. Mais si vous lui demandez, elle vous dira qu'elle se tient toujours bien. A peu prêt. En tout cas, pas comme cette sangsue. Jaaaaamais.

De toute façon, Aoden était venu avec ELLE, et si quelqu'un avait le droit de se pendre à son cou et de lui arracher ses boutons, c'était Brooke, et personne d'autre ! Et certainement pas pour se le faire souffler avant d'avoir pu le jeter proprement par une trainée. Lorsque Aoden mentionna ses jambes, elle haussa les sourcils avant de lui répondre un " Je sais... " dont le ton signifiait qu'il était bon pour son matricule qu'il s'en soit rendu compte.
Elle comprenait en quelque sorte qu'il se pose des questions sur le fait qu'elle soit intervenue dans son grand moment avec l'autre sangsue, mais le fait était que si Brooke n'en était pas encore à imaginer partir en week-end avec Aoden dans quelque thébaïde pour vivre de sexe et d'eau fraiche, elle comptait néanmoins se faire une idée plus précise sur les qualités de son vis à vis.

Arborant un sourire amusé, elle allait lui répondre lorsqu'elle fut interrompue par un des vigiles qui brandissait une objet bien familier, mais issu d'un autre contexte.

" Qu'est-ce que vous voulez ? "
" Mes excuses, nous essayons un nouveau système. Le patron a réussi à se faire faire une sonde de sincérité sur le modèle de celles utilisées à Gringott et aimerait bien les utiliser pour filtrer ses clients. Du coup, on doit sonder tout le monde... "
" Vous plaisantez ?! Vous trouvez que j'ai l'air de vouloir user de magie noire ici ? " lanca Brooke, regard assassin à l'appui qui laissait à penser que si, justement, elle en serait bien capable. Le vigile jeta un regard du côté d'Aoden, espérant un peu de soutien, mais Brooke enchaina aussitôt, avec un soupir à déraciner les mandragores. " Dépêchez vous et déguerpissez... "
" Merci Madame.. " Le vigile sonda rapidement Brooke, puis Aoden, avant de filer sans demander son reste, alors que Brooke grimacait dans son dos.
" Je ne remettrai jamais les pieds ici... Que Gringott prenne des précautions, je comprends, mais qu'un stupide bar ne fasse pas confiance à ses clients les plus respectables... " sous-entendu, les plus purs. " ... je trouve ca outrageant. De quoi parlions-nous ? Ah oui ! "

Son expression se radoucit, et elle offrit à Aoden un sourire plus charmeur.
" Avant de quitter la Tour, vous avez dit que vous partiriez si votre présence m'était désagréable. Or je ne crois pas avoir encore rien dit de tel ... Je n'ai pas encore vraiment eu le temps de me faire une opinion. J'imagine que vous ne sortez pas beaucoup, si vous n'êtes pas à l'aise dans un endroit inconnu ? Moi je teste tout ce qui s'ouvre ! "

Elle regarda autours d'elle, comme si elle n'avait pas remarqué les regards braqués sur elle, plus ou moins discrets.
" Mettons que je vous dise d'accord. A quoi pensez-vous ? "

Pour elle, la question ne se posait pas. Les jeux, ca lui plaisait, pour peu qu'y soient impliqués alcool et/ou des activités d'adultes.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 8 Mar 2013 - 17:13

Je lui en veux. Ce type qui ose interrompre la conversation – bien qu’elle n’ait pas encore été concrètement entamée – entre Brooke et moi. Je lui en veux, puissamment, grandement. J’ai senti comme une légère mais sincère touche de respect se dégager de l’attitude de cette charismatique demoiselle.

Contrairement au regard qu’elle m’offrait tout à l’heure dans la tour des médias, il y a une émanation quasiment positive et propice à une pseudo entente – attention tout est relatif – une capable amélioration de nos rapports sachant que j’ai fait la une proposition qui pourrait arranger nos gouts pour le divertissement ; l’amusement.
Oui j’ai bien compris qu’elle était friande de jeux. Ce piquant dans ses yeux, l’avidité sur le rebord des lèvres n’est pas seulement du à une gourmandise de charnel je suis certain de pouvoir la distraire avec encore plus de subtilité et de grâce que les hommes qu’elle fréquente en temps normal ;
Attention, ne voyez là aucune prétention. Je ne saurai pas l’exception de ses soirées. Je serais, l’histoire de quelques minutes, peut être une soirée entière, un cavalier étonnant et suffisamment talentueux pour lui faire oublier les autres…
Ce serait déjà flatteur.

Prenant sur moi sans afficher la moindre sympathie pour le vigile – retenant évidemment tout mépris que je n’ai jamais su afficher, garçon bien éduqué que je suis – je laisse cet homme effectuer son soit disant boulot et observe la nerveuse à mes côtés. Ce trait de caractère impulsif ne m’avait pas échappé mais il se confirme et m’amuse. Je dissimule un sourire qui pourrait être mal pris et me contente de poliment hocher la tête pour confirmer : c’est très vexant d’avoir à être sondé comme un vulgaire traitre…enfin j’imagine à sa place. Pour ma part, ce type a simplement interrompu un début de discussion qui promettait d’être intéressant. Et qui reprend, heureusement !
Je ne relève pas sa remarque sur les sangs purs. Qui ne dit mot consent et si elle me pense du mauvais côté je préfère paraitre impassible pour inspirer un doute calme plutôt que nerveux.

« Aucun endroit en soit ne me met mal à l’aise en fait. » Dis-je en me réinstallant sur mon tabouret, replaçant entre mes doigts le verre qui s’y trouvait il y a quelques secondes. « Ça vient des gens, il faut que je me fasse ma place au milieu d’un cercle pour me sentir bien et…et bien je vous propose de bousculer les concentrations déjà formées ici. Hum ? » Piètre façon de formuler mon souhait. Mauvais excuse pour lui demander de s’associer à moi ou plutôt, d’entrer avec moi dans la danse. Contre moi. « Et puis ils ne vous reluquent pas, ils ont déjà entamé de vous déshabiller. Peut être pourriez-vous leur faire croire que vous êtes déjà prise pour ce soir ? ...Il y a des manières assez discrètes de le faire comprendre je ne veux surtout pas vous mettre mal à l’aise. »

Ne manquerait plus que ça. Un peut plus et je me fais moi-même rougir.
Suis-je capable de le lui demander ? De me faire passer pour un amant ? Au moins un prétendant ? Suis-je en mesure de jouer un ami proche ; un personnage intime de ses connaissances, un lien faisant partie de sa vie privée ?

Mon sourire ne désempli pas, s’armant même d’une touche d’espièglerie audacieuse, maligne, roublarde qui ne me permet pas de cacher mes intentions.
Comment prendra-t-elle tout ça ? Je n’en ai pas la moindre idée. Nous ne nous connaissons pas. Pas du tout. J’espère en avoir assez dit pour qu’elle comprenne où je veux en venir et en même temps, j’espère qu’elle ne comprendra pas car j’ai quasiment honte de ma proposition. Pourquoi rendre ces mecs jaloux ? Dans quel but ? Juste pour me donner un genre ? Aux yeux de qui ? Des clients de ce lieu pour l’Ordre et mon boulot… ? Ou pour les yeux de Brooke ?

Fatigué par mes propres idées, je porte à mes lèvres mon verre et en vide une bonne moitié avant de rajouter, d’un geste du menton en direction des grossiers compères qui ne cessent décidément d’observer la miss Macnair.

« Dans le fond j’ose juste espérer que vous avez meilleurs goûts… »

Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 15 Mar 2013 - 17:37

Charmeur.

C'était le mot qui convenait, sans aucun doute. Qu'il en soit conscient ou non, Aoden savait jouer de ses beaux yeux bleus et à n'en pas douter, il méritait que l'on s'intéresse à lui. D'autant que sa proposition distrayante témoignait d'une imagination suffisamment développée pour que la suite de la soirée soit plus intéressante que Brooke ne l'avait craint en apprenant que Lisa avait été retenue ailleurs. C'était d'ailleurs la perspective de cette distraction qui l'avait incitée à accepter de passer au moins une partie de la soirée avec cet homme, et pour l'instant, elle ne le regrettait pas. Tout plutôt que de rentrer au domicile conjugal, froid et aussi prévisible que les mouvements d'une horloge.

Consciente des regards qui pouvaient glisser sur eux de temps à autre, elle prenait un soin particulier à tout ignorer, concentrant toute son attention sur son partenaire du soir. Si le jeu devait effectivement se faire, autant attaquer tout de suite. Et le sourire charmé qu'elle offrait à Aoden faisait parfaitement illusion. Sourire forcé ou réel reflet de son humeur ? Elle maniait si bien toute la gamme des émotions que personne n'aurait su le dire. En l'occurrence, elle était curieuse et impatiente de voir la suite, sans pour autant souhaiter précipiter les choses. Un bon point pour Aoden.

L'explication d'Aoden alluma une lueur surprise dans le regard de la rousse. voila une confidence spontanée et bien trop personnelle pour être honnête. Ou alors était-il du genre honnête radical ? Quelque chose dans l'attitude d'Aoden laissait à penser qu'il ne s'agissait pas d'une manœuvre... Néanmoins, cette impression fut vite chassée par un amusement plus franc, et elle pouffa discrètement.

" Il en faut plus pour me mettre mal à l'aise...J'ai l'habitude de me fondre dans la masse ! " Sans être vraiment un mensonge, on pouvait difficilement imaginer quelque chose de moins vrai : exubérante, provocante dans tous les sens du terme, elle était en général très repérable. Mais son sans-gène faisait qu'elle ne se sentait nulle part mal à l'aise. Ou alors il en fallait vraiment beaucoup.

Sa lèvre eut un frémissement amusé avant qu'elle ne poursuive : " ce genre de réflexion sur mes goûts pourrait vous être défavorable, vous vous en rendez compte ? Du peu que j'en ai vu, nombre de jeunes hommes présents feraient frémir une midinette. Et si vous pensez à vous comme substitut de meilleur qualité que les pièces ici disponibles, je pourrais tout à fait en prendre ombrage si finalement je vous préfère un de ces piliers de bar : il s'agirait d'une critique grave envers mes goûts... " Son sourire s'élargit. " Et vous pourriez vous retrouver avec un verre vidé sur la tête ! Ou pire... "

Et pourtant, d'un geste d'une lenteur étudiée mais qui ne trahissait aucune hésitation, sa main vint se poser en douceur sur celle d'Aoden comme un geste tendre et familier, discret, mais qui, pour un oeil extérieur, témoignait sans ambiguïté d'une relation plus profonde que celle qu'ils entretenaient pour l'instant, et le regard qu'elle avait ne laissait pas de place au doute quant à ses intentions.

" C'est à ce genre de chose que vous pensiez ? " Elle rit doucement avant de secouer la tête. " Cependant, avant qu'on aille plus avant, il y a un point que nous devons absolument éclaircir. La politique du Ministre offre une tolérance zéro au badinage aveugle. Ca m'ennuie au plus haut point, mais si je dois risquer gros, j'aime autant savoir à quel point. Qu'en est-il donc de votre statut de sang ? " Avant l'avènement Kark, la question, elle se l'était toujours plus ou moins posée, surtout quand le prétendant présentait des lacunes à ses yeux. Toujours pour une relation suivie, jamais pour un coup d'un soir. Mais dans tous les cas, ca n'aurait rien eu de criminel. Ce n'était plus le cas depuis les amendements apportés par le gouvernement actuel. C'était irritant et ca nuisait à la spontanéité, mais si risques il devait y avoir, elle comptait bien savoir à quel point. Sa question s'accompagna d'une vague caresse sur le dos de sa main, remontant sur son poignet, vile tentatrice qu'elle était...
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mar 19 Mar 2013 - 13:02

Oh oui, aucun doute là-dessus : une midinette – comme elle le dit si bien, la jolie Brooke – frémirait devant le tas de machos personnages installés ci et là dans ce bar, contre les murs ou les chaises toutes à l’aspect aussi froid que les parois d’une cellule. Le genre de cage dans lequel on ne veut jamais être enfermé mais pour autant, le genre de cage que l’on veut tester, ne serait-ce que pour essayer. Par curiosité, par bêtise humaine, je me suis fourré là dedans aux côtés de cette véritable manipulatrice au sourire carnassier, au regard envoutant et aux courbes trop délicates pour être acceptables ;
Les pommettes de cette même midinette seraient passées soudainement d’un pâle innocent à une rougeur coupable, affligeante et inculpable dès que l’un de ces chasseurs aurait posé son regard assoiffé sur elle et ; naïve autant que désireuse, sans avoir besoin d’articuler un seul mot, d’émettre un seul son, la malheureuse midinette se serait offerte avant même qu’il ne l’atteigne.

Pourquoi Brooke veut-elle comparer l’attitude d’une faible gamine fraichement femme avec ce qu’elle est, elle ? Pleine d’expérience, riche de connaissances et difficile en affaire. Pourquoi me fait-elle comprendre qu’une fille facile serait en mesure de tressaillir devant ces types sales et sombres, du plus profond de leur cœur jusqu'au bout de leurs ongles ?
J’ose espérer, un instant, que le charisme qu’elle dégage n’est pas éphémère ni apparence. Qu’il y a bien en elle cette dureté, cette sévérité presque disgrâce avec tous pour n’élire autour de sa personne que quelques rares mais estimés individus…
L’aurais-je surestimé ?

Je ne voulais justement pas critiquer ses gouts, mais bien les mettre en avant. Souligner – ou lui faire dire – que ces écœurants types accoudés à tous les bars fréquentés de la ville, ces hommes parfois mariés, aux regards lourds et emplis d’insultes, de grossièretés, ces gars qui ne savent rien de la finesse d’esprit ou de geste…ne lui correspondent pas le moins du monde !
Ceci dit, et je le remarque maintenant qu’elle a prit la parole : j’ai ainsi sous entendu que moi, je valais mieux qu’eux. Que moi, j’étais à son gout. Que moi…je lui plais ?
Ce n’était pas ce que je voulais dire. Peut être simplement que je voulais l’entendre mais c’était inconscient et clairement maladroit ; mon regard se retire dans un sourire presque gêné mais bien vite les pupilles bleus que j’affiche reviennent à son visage.

« Que… ? » La douceur de ce contact en parfait paradoxe avec la brutalité des battements de mon cœur ; l’effet de surprise et une certaine frayeur, je fronce les sourcils pour observer nos deux mains joliment liées avant de pencher le visage sur le côté. Je pensais en effet à ce genre rapprochement. Mais quelque chose l’empêche d’entrer correctement dans le jeu et je comprends avant même qu’elle le dise de quoi il s’agit. « Badinage ? Je n’proposais qu’un divertissement léger et sans qu’il y ait besoin d’envenimer les choses avec des histoires de statut sanguin, mais rassurez-vous… »

Je m’apprête probablement à mentir. A articuler l’un des mensonges les plus odieux – disons les plus risqués – que je n’ai jamais dit quand on connait l’état d’esprit des bornés qui gèrent à l’heure actuelle notre État. Enfin, passons. Car si j’ai l’intention de mentir et que rien dans mon regard ou dans les traits francs de mon visage ne peut laisser supposer mon désir de leurrer la belle…je n’en ai pas le temps.
Ce ne sont pas les hommes que nous surveillons depuis tout à l’heure qui s’approchent de moi. Ceux que nous tentions, petit à petit, de plonger dans notre piège. C’est un autre groupe d’invétérés dragueurs sans aucun doute déjà conquis par Brooke qui se collent au dossier de ma chaise dans un ronflement viril bien gras et prometteur. Je me retiens de trop sourire en essayant de me souvenir qu’il faut être prudent ici. S’ils ont trop bu ou sont d’un naturel violent, je ne suis pas capable de m’occuper d’eux quatre en même temps !

« Eh ma poupée ! Tu te fais emmerder hein ? T’es tellement belle ; viens avec nous, dépêche. Allez, on sait que monsieur est journaliste…qu’est ce que tu viens fouiner là gars ? Tu bosses bien à la Tour toi non ? On t’parle ! »

D’un mouvement solide l’un d’eux soulève ma chaise pour la relâcher aussitôt et le tremblement me fait renverser la moitié du verre. Le contenu se partage entre la table, mon bras et celui de ma camarade du soir.
Je me sais parfois impulsif. Je me savais pacifiste ; mais ça commence à dater de quelques années. Aujourd’hui je connais un Aoden plus brûlant et réactif qu’autrefois. Le bleu de mes yeux s’assombri quand je relève le visage vers Brooke pour déposer mon verre devant elle et je me lève, lentement, sans la quitter du regard trop rapidement.
Mes mots cependant, sont bien pour eux.

« S’il vous plait. » « Pardon… ? » « On dit : s’il vous plait. Quand on s’adresse à une si jolie femme. » « Va t’faire ! Elle vient avec nous ! On a mieux à lui proposer que... ! » « Lâche-moi et fais lui une proposition polie. Je n’ai jamais dit que j’allais m’interposer. »

D’un pas sur le côté je dégage mon épaule de ses sales doigts pour le laisser faire face à la redoutable mais exquise demoiselle. La décision lui appartient, je le sais déjà : elle n’a pas besoin de moi. Je déteste simplement le manque de respect et à vrai dire si ces mufles sont à son gout, je préfère perdre des infos que je pourrais faire passer à ma faction plutôt que de risquer une baston…
Vaut-elle la peine que je hausse le ton ? Voyons ça.



Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 22 Mar 2013 - 9:50

Brooke avait attendu la réponse d'Aoden avec un sourire bienveillant. Il avait acquis suffisamment de points sur son échelle d'intérêt, et à moins qu'il ne soit un Sang De Bourbe, ou à peine mieux, elle comptait bien profiter de lui jusqu'au bout et voir ce qu'il avait à offrir. D'autant qu'il avait tort de prendre à la légère la menace d'une répression de la part du gouvernement : Mervyn Kark avait été on ne peut plus clair sur ce point. Certes, tant qu'ils n'étaient pas surpris dans le même lit, ils ne risquaient guère plus qu'une remontrance, mais comme elle l'avait souligné, elle aimait savoir dans quoi elle mettait les pieds, et s'adapter à son interlocuteur. Pour elle, la pureté du sang est capitale lorsqu'il s'agit d'unions, de postes d'influence ou ce genre de choses capitales. Lorsqu'il s'agissait simplement de se divertir avec un charmant jeune homme, elle était moins sectaire que son père, pour peu que l'objet de son attention sache se tenir à sa place.

Elle allait avoir la réponse à sa question lorsqu'un groupe bien trop grossier vint interrompre leur discussion. Brooke n'était pas le genre de femme dont on disposait comme d'un vulgaire sac à main. Une seule personne avait le droit - ou en tout cas prenait ce droit - de lui dicter sa conduite, c'était Rogan Macnair. Elle balayait le reste d'un haussement d'épaule. Tant que ses actes ne mettaient pas en péril sa situation, elle faisait ce qu'il lui plaisait. Et ce n'était certainement pas un quatuor moins évolué qu'un Centaure qui allait la faire changer d'avis.
Eut-ils fait preuve de délicatesse qu'elle aurait pu se laisser convaincre... Mais Brooke ne marchait qu'au luxe et à l'élégance, certainement pas à la testostérone mal contrôlée. Surtout lorsque celle-ci lui valait d'être arrosée de la moitié du contenu du verre de son vis-à-vis.
Elle se recula avec un petit cri d'horreur comme si elle avait été ébouillantée - et si sa précieuse robe était abîmée ?! - et attrapa une serviette pour éponger le liquide. Elle allait sans doute sentir l'alcool à plein nez pour le reste de la soirée. Encore une raison d'être de mauvaise humeur... Lèvres serrées et lueur dangereuse au fond des yeux, elle refit face à Aoden, en se demandant s'il allait réagir en primate à son tour. Et à son expression, elle crut bien qu'il allait retourner un crochet au mufle sans autre forme de procès. Mais le journaliste n'en fit rien., et la réponse qu'il fit éteignit légèrement l'incendie Macnair pour teinter son expression d'un amusement discret. Le "si jolie femme" surtout, flattait son égo, d'autant qu'il ne semblait pas s'agir d'une manœuvre calculée.

En tout cas, le message très clair d'Aoden fit ricaner le quatuor malhabile. Ils se regardèrent d'un air passablement éméché, et finalement, le meneur de la meute - ou le taureau le plus en rut, au choix - se passa la main sur les lèvres.

" Une demande polie hein ? Tu te prends pas pour un troll, le scribouillard... "
nouveau ricanement. " Mais pour une "si jolie femme" ... " Apparemment, il était bien décidé à accrocher Brooke à son palmarès. Il se redressa avant de s'incliner légèrement, dans une pale imitation des bonnes manières.
" Madame nous fera-t-elle l'honneur de lâcher le scribouillard pour venir passer du bon temps avec des vrais hommes ? "

A peine moins grossier et insultant... Décidément, ca manquait d'élégance par ici... La sangsue qui s'était pendue au cou d'Aoden n'avait déjà pas donné une bonne image de l'endroit, et ces quatre zigotos n'étaient pas plus engageants. Apparemment, ce nouveau club ne valait pas une noise. Les bars qui filtraient à l'entrée étaient peut être gonflants, mais au moins on s'évitait ce genre de désagréments.
Brooke finit d'éponger l'alcool sur son bras, et se leva à son tour avec une lenteur altière et les dévisagea avec toute la hauteur de son sang, de son rang, et le mépris qu'elle leur accordait.

" Madame va se faire l'honneur de décliner votre si charmante invitation qui témoigne de vos qualités inestimables d’australopithèques surannés. Puissiez vous trouver une genuche plus en adéquation avec la cacahuète que vous avez entre les jambes. "

Les quatre compères se regardèrent, incertains du sens de ses paroles, pendant que Brooke les effaçait de son champ de vision pour se tourner vers Aoden. Etait-il vraiment charmant, ou est-ce que l'endroit lui laissait une si mauvaise impression qu'il faisait paraitre le journaliste plus fréquentable qu'il ne l'était ? Aucune importance. Elle n'avait aucune envie de rester ici.

" Quittons cet endroit, voulez vous ? " La question était presque rhétorique, tant elle était persuadée qu'Aoden partagerait son avis sur la piètre qualité des lieux. Brooke d'ailleurs projetait d'une longue discussion avec Lisa, qui se ferait sans doute un plaisir de relayer l'information plus largement : une mauvaise pub dans les journaux serait fatale à l'établissement, et Brooke se jurait bien de leur faire payer ce mauvais moment.
Quant à la réaction des quatre babouins, ce n'était désormais plus son soucis. Mais allaient-ils en rester là ?
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Sam 23 Mar 2013 - 10:06

« Avec joie ! » Lui dis-je, sans la moindre hésitation. « Et je suis navré pour le verre, j’espère que votre vêtement n’a pas été arrosé. »

Ces abrutis m’ont peut être évité de répondre à la question concernant mon statut de sang, je ne vais pas leur accorder un instant de plus. Ma patience a des limites et je crois que l’irrespect dont ils font preuve à l’égard de la belle Brooke est le genre de bourde que j’ai rarement eu la chance d’observer. Comment peut-on se permettre tant de maladresses et d’impolitesses ? Ce n’est pas de l’audace ou du culot, c’est concrètement de la déférence, du mépris, je hais ça au plus haut point.
Heureusement la jeune femme possède un sang froid remarquable et une répartie que je ne sous-estimais pas. Ses propos m’arrachent un sourire quand je réalise que les idiots n’ont pas compris la moitié de ses mots et je la laisse ouvrir la marche d’un geste du bras, histoire de couvrir ses arrières. Sait-on jamais. Je doute qu’ils tentent un accrochage en ces lieux mais leur stupidité fait d’eux des êtres si surprenants… je n’en serai guère étonné.

Vous pensiez que nous allions avoir la paix désormais ?
Le groupe d’hommes en manque de chair fraiche ne nous suit pas, certes. Néanmoins le bar ne manque pas de cinglés dans le genre et s’ils ne sont pas tous aussi gras, aussi vulgaires, croyez bien que cela reste le style à la mode apparemment.
Alors que nous tentons de regagner la sortie, que je marche à quelques centimètres à peine derrière la demoiselle Macnair, le premier groupe d’hommes qui la dévorait des yeux – allez, souvenez-vous – se met en travers de sa route. Le regard un peu ailleurs je manque de percuter ma compagne du soir et je dépose une main sur son épaule pour éviter que mon torse ne heurte trop vivement son dos.

« Vous nous quittez déjà ? On a bien remarqué que ces hommes du fond vous cherchaient des ennuis mais nous étions prêt à intervenir au cas ou… Laissez-moi vous offrir un verre. Je suis d’une compagnie estimable et mes hommes s’assureront cette fois qu’aucun maladroit ne renverse sur vous sa boisson. »

Alors que deux de ses gorilles s’interposent entre nous, je hausse un sourcil arrogant. Sérieusement ? Il est clair qu’ils pouvaient miser sur plus de classe après le passage des mufles que la belle vient de rejeter, mais ils ne sont même pas capables d’un peu plus de charisme ! Trop de télévision. Ou trop d’alcool. Allez savoir. Je repousse la main autoritaire d’un des types qui veut sans doute me faire regagner la sortie mais le leader de la bande n’a pas sa langue dans sa poche.

« Rien à faire de toute façon, la pureté du sang fait la grâce de la personnalité. La beauté d’une personne…vous êtes merveilleuse mademoiselle. Pourquoi vous entourer de…ça ? »

Ces gens ne mesurent pas leurs paroles. C’est tout bonnement impossible. La pureté du sang refléterait la beauté de la personne ? Bordel, celui là ne s’est pas regardé dans une glace depuis un bail !!! Il transpire la prétention, l’orgueil, la luxure et le manque de délicatesse ! Spéculateur, calculateur, pas naturel pour un sous, incapable d’inventer les tournures de ses phrases, d’innover les mouvements de son corps, il fait partie de ces amants qui se pensent doués car bons dans l’imitation ;
Oh pitié. Qu’on m’empêche d’ouvrir la bouche ou je risque de regretter les insultes que je vais prononcer.

« Je ne sais pas à quel moment votre sans si pur a été soit disant souillé monsieur, mais quand bien même il ne l’aurait été qu’une seule fois et ferait de vous un sang basique de rang élevé…vous êtes atteint jusqu’à la moelle, et c’est rien de le dire ! »

Découvert. Je ne peux être qu’un sang basique à leurs yeux maintenant…ou bien ; ou bien je suis un sang si pur que je dénigre violemment tout sang différent. tout sang qui n’est pas aussi fantastique que le mien. Qu’importe. Je ne sais plus ce que je veux. Dans l’immédiat ce serait bien que Brooke me prenne pour un puriste extrémiste qui défend la cause des pros Ombre et qui dénonce l’attitude d’un amateur, d’un tricheur basique !

Il fallait que je l’ouvre. Je ne pouvais rester là à écouter cet homme m’insulter. Et puis de toute façon, je n’ai pas le temps de rajouter quoique ce soit ; un poing fermement serré et puissamment lancé atterri contre mes côtes alors que je m’écroule le temps de reprendre mon souffle. Ce n’est pas le genre de coup qui fait vraiment mal – enfin, si – disons qu’il paralyse quelques secondes. Ces secondes qui suffisent à ces gars pour s’éloigner et, probablement, emmener l’unique sang pur présente en ces lieux avec eux.

La prochaine fois, j’éviterais sans doute de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Ou alors, j’éviterai de croiser de si jolis yeux…kof.



Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Lun 1 Avr 2013 - 14:13

Que voila une attention charmante !

" Merci, je pense que ca ira. Mais au besoin, le patron aura la note de teinturier, croyez-moi ! Et il pourra protester autant qu'il voudra, il paiera ! " et son ton était on ne pouvait plus clair : Brooke Macnair-Schmidt n'était pas le genre à qui on disait non aisément. Voire même pas du tout.

L'empressement d'Aoden à répondre par l'affirmative fit naître un sourire plus détendu sur les lèvres de la Sang-Pur. Peut être que la soirée ne serait pas aussi mauvaise, après tout. Elle avait désespérément envie de finir sur une note positive, après tout ces déboires, mais elle n'avait guère d'idée sur le comment. Ou plutôt si : elle connaissait quelques endroits où on ne les dérangerait pas le moins du monde, le Divine Comédie en tête. Cela pourrait être une bonne solution de repli...

Toute à sa réflexion, elle fendait la foule réunie dans l'établissement finalement trop sordide à son goût, Aoden sur ses talons. Elle ne se souciait déjà plus de la bande de babouins qu'ils quittaient, ni même à ce qu'ils avaient pu initier en flirtant au bar quelques instants plus tôt. Elle n'avait qu'une seule idée : retrouver un paysage plus digne d'elle au plus vite. Aussi s'arrêta-t-elle net, l'air surpris lorsqu'un nouveau mâle lui coupa le chemin, et sentit dans son dos Aoden. Visiblement, le journaliste ne s'était pas non plus attendu à cet arrêt inopiné. Elle tourna légèrement la tête en sentant sa main sur son épaule, mais ce n'était pas la chose la plus désagréable de la soirée, loin de là, et refit face à l'importun.

" Prêts à intervenir hein ? Oui, nous avons vu votre vivacité d'intervention... Je ne sais pas si nous aurions survécu sans votre aide inestimable... " le sarcasme était bien audible, et si l'homme eut un froncement de sourcils contrarié, il décida de ne pas relever. Il poursuivit sa harangue, que Brooke écouta d'un air passablement ennuyé.
Elle n'était certes pas loin de penser comme lui. Dans ce monde régit par le sang, on n'avait que faire de l'intelligence des gens, et les critères pour qualifié une personne était proportionnels à la pureté du sang. Seulement du point de vue de Brooke, les basiques valaient quelque chose s'ils tenaient leur rang et faisait leur travail de gentil basique, à savoir purifier leur sang par leur descendance. Un ordre des choses juste selon elle, où le mérite des générations passées trouvaient leur récompense dans la réussite de leur progéniture. Seuls les Sang de Bourbe et les Rang 1 avaient réellement son mépris : ils ne pouvaient qu'avoir volé leur pouvoirs magiques à de vrais sorciers pour pouvoir s'immiscer dans leur monde ainsi. Les autres... Ma foi, plus Brooke les trouvait intéressant - comprendre attirants - plus elle leur trouvait des excuses pour les mauvais choix de leurs aïeux - seul un Sang-Pur dérangé pouvait avoir eu l'idée saugrenue d'épouser une Moldue, mais devait-on pour autant en vouloir à un beau beau jeune homme d'être né de cette union ? - et pouvoir ainsi profiter de leur compagnie le temps qu'elle voulait, sans pour autant les traiter en égaux, et malheur à celui qui oublierait son rang.

En l'occurrence, le compliment la flatta à nouveau et elle l'accueillit avec un sourire qui signifiait qu'elle savait ce qu'elle valait, et qu'il était encore heureux qu'il prenne soin de le remarquer. Et avant qu'elle n'ait eu le temps de formuler une réponse quant au ça qu'elle avait convié dans sa petite soirée finalement solitaire, Aoden avait déjà craché son mépris au visage de l'importun.
Brooke lança au journaliste un regard aigu et inquisiteur. Qu'avait-il réellement voulu dire par cette tirade ? Brooke avait l'habitude des propos ambigus, des tirades acerbes et des phrases envenimées. L'univers des Sang-Pur baignait dans ce jeu de pouvoir que celui du langage. Mais qu'en était-il du journaliste ? Elle ne se souvenait pas l'avoir jamais croisé dans un quelconque événement mondain, ce qui semblait plutôt indiquer une faiblesse de sang. Mais sa sortie avait tout le mépris que la pureté pouvait avoir envers des inférieurs trop prétentieux... Ce qui pourrait sans doute expliquer qu'il ait simplement éludé sa question directe sur son statut de sang, aussi bien que le désire d'éviter d'avoir à évoquer un statut trop bas pour frayer avec l'élite de la sorcellerie.

Mais elle n'eut pas le loisir de chercher une réelle réponse sur le visage d'Aoden, car un coup partit en direction de ses côtes, avant que le nouveau venu ne l'éloigne de la scène, une main fermement plaquée dans son dos. La Macnair était choquée devant tant de brutalité. Et elle n'était pas du genre à se laisser faire docilement. On l'a dit, seul le patriarche avait un quelconque pouvoir de lui imposer sa conduite, et encore savait-il qu'elle n'avait rien de docile et qu'elle ne se pliait à ses exigences qu’après un éclat de voix tonitruant.
Avec une grimace méprisante, Brooke se dégagea de l'homme - attirant s'il était pur, quelconque dans tous les autres cas, et de toute façon, elle n'avait aucune envie de le savoir tant elle méprisait sa conduite - d'un geste théâtral.

" Comment osez vous ?! Vous prétendez disposer de moi comme si je n'étais qu'une simple basique écervelée ? Je me moque bien de vous, de vos hommes et encore plus de votre verre. Vous pouvez fort bien vous le carrer où il vous semblera bon, je m'en moque comme de mon premier Elfe ! "
" Hey, vous n'allez quand même pas repartir avec lui ?! " il fit mine de lui reprendre le bras, mais elle se recula pour l'esquiver, et la lueur dangereuse dans son regard incita l'homme à se raviser.
" Expliquez moi en quoi cela vous regarde seulement ? Retournez à votre misérable compagnie, et je vous souhaite de rencontrer une femme aussi méprisable que vous. Ou une troll. Mais ne me tentez pas plus de faire de vous un abreuvoir à cochons... " Un coup de bluff, elle n'avait plus pratiqué de métamorphose pure depuis Poudlard en dehors de ce qui pouvait concerner sa coiffure ou son maquillage, mais toute son attitude laissait à penser qu'elle était capable de réussir ce sortilège - et que rien ne l'arrêterait si elle décidait effectivement de le faire.

Elle jeta un coup d'oeil en direction d'Aoden qui se tenait les côtes, mais excédée et n'ayant rien de la damoiselle aux abois qui se précipite au chevet de son prince - elle en avait déjà beaucoup trop fait en ce sens ce soir - elle se dirigea vers la sortie d'un pas de princesse outragée, tant et si bien que la foule se fendit sur son passage, chacun désormais soucieux de ne pas s'attirer ses foudres.
Elle ne s'arrêta que le temps de récupérer son manteau au vestiaire avant de passer le pas de la porte et de prendre une grande inspiration. Elle fut tenter de transplaner immédiatement, mais un reste d'espoir de finalement passer un bon moment la retint : si Aoden était sur ses talons et se montrait dans les 3 minutes, alors elle consentirait à poursuivre plus avant cette soirée. Sinon, elle irait finir une bouteille de champagne devant l'âtre du domicile conjugal. Rien de bien enthousiasmant...
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mer 3 Avr 2013 - 19:32

Suffocation, étouffement, râles, gémissements.
Lorsque je rouvre la bouche pour reprendre mon souffle, l’air qui s’infiltre brutalement dans mes poumons et fait gonfler mon torse m’arrache un soupir de plus alors que je plaque brusquement une main sur le premier support à portée.
Une chaise. Ouf. Je ferme les yeux en ravalant la douleur comme je peux, ramène maladroitement ma main libre contre mes côtes endolories et enfin relève le visage.
Brooke a disparu. Évidemment. Elle a peut être tenu tête à ces hommes – qui ne valaient guère mieux que ceux que nous avons repoussé ensemble – elle n’allait pas repartir avec moi, comme l’a si bien souligné ce type. Il est juste là d'ailleurs, en train de grommeler, un verre entre les doigts, le regard dominant, intransigeant.

Allez Aoden, c’est terminé pour ce soir.
Les inspirations suivantes sont de moins en moins douloureuses, bien qu’un pincement tenace se fasse ressentir là ou le poing solide s’est écrasé. Ça faisait longtemps que je n’avais pas participé à une bagarre mais soyons honnête…ça n’en était pas une. J’essaye simplement de me consoler d’une façon ou d’une autre. Je préfère appeler ce débordement ainsi, que de reconnaitre qu’il n’y a même de quoi parler baston.
J’ai pris un coup, ça m’a suffit. Point. Il n’y a rien à ajouter je ne m’y attendais pas, ce type doit passer ses journées à frapper les gens au nom de son boss, que pouvais-je faire ? Y retourner serait suicidaire et quand bien même ils ne me laisseraient pas crever – j’espère en tout cas – j’ai autre chose à faire que de chercher les coups ;
Je sais, on ne dirait pas.

« …Oh, je vous pensais loin. »

Dis-je avec un réel étonnement en passant la porte du décevant établissement.
Dès que mes yeux ont reconnus la belle Macnair, je me suis redressé. Ma main fragile à quitté mon blouson qu’elle tenait comme pour couver mes côtes, ma mâchoire serrée explicitant ma souffrance s’est immédiatement détendue et l’air accidenté qui teintait mon regard n’est plus ;
Quand je vous dis que les femmes n’ont pas besoin d’être sorcières pour être magiques.

« J’imagine que vous n’avez pas à supporter – si ce n’est la drague – ce genre d’irritations à chaque fois que vous sortez. J’attire les ennuis il faut croire…je comprendrais que vous préfériez passer la soirée sans moi finalement. »

Je hausse les épaules – esquisse un grimace sous la douleur du mouvement que j’ai failli oublier – et je m’approche pour être à sa hauteur. Le regard loin à l’horizon, malgré l’obscurité ambiante, je semble en pleine réflexion. A vrai dire pas du tout. Je me dis juste que ce soir aurait pu être différent des autres, mais va finir comme d’habitude.
Non, la seule chose qui pourrait désormais me préoccuper, alors que je suis certain de voir la belle prendre ses distances d’ici peu, c’est le choix de la bouteille. Cette bouteille qui sera la seule dame ce soir à m’accompagner jusqu'au matin ;
Et elle, où va-t-elle se rendre, quelle genre de clientèle aura l’honneur de sa présence ?

« …Vous savez où rattraper ce temps perdu ? »
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Dim 7 Avr 2013 - 12:42

[Pour une raison inconnue, j'ai pas eu le mail comme quoi tu avais répondu... Heureusement que je surveille quand même mes sujets surveillés]

Tic tac, tic tac... La patience légendaire de Brooke était mise à rude épreuve ce soir là. Elle en avait déjà usé une bonne part en attendant Lisa. Mais c'était Lisa, elle comme Tom pouvaient compter sur Brooke pour faire des exceptions - et leur en faire baver ensuite, évidemment. Mais là, c'était l'extrême limite de ce qu'elle était capable de faire. Et à dire vrai, lorsque Aoden sortit finalement, elle était sur le point de transplaner chez elle. Et elle ne l'accueillit pas d'un air très engageant. Brooke n'était pour l'instant pas très enthousiasmée par sa soirée, et elle n'avait pas envie de faire d'effort, elle en avait déjà beaucoup fait, non ?

" En général surtout, je fréquente des établissements où le comportement des clients est bien plus correct. Mais si vous attirez ce genre de poisse, peut être effectivement devrais-je rentrer chez moi derechef... " Son ton était coupant et signifiait sans doute possible qu'elle n'avait guère envie de se donner de peine. Du moins était-ce l'impression qu'elle voulait donner.
A dire vrai, elle n'était pas loin de le penser vraiment. Il ne lui avait encore pas donné énormément pour qu'elle puisse effacer la mauvaise impression laissée par le troupeau d'abrutis. Certes, il avait du charme, des yeux à se damner et semblait du genre joueur. Mais il n'avait pas répondu à sa question directe et avait laissé trop de doute sur ce qu'il était. Et elle doutait. Un Sang Pur n'aurait pas tergiversé, quel intérêt aurait-il donc eu à éluder sa question ? D'un autre côté, la façon dont il avait répondu aux roquets du bar n'était pas un indice en ce sens. Alors quoi ? Elle lui jeta un regard mauvais. Qu'il se rapproche d'elle de la sorte était une marque d'audace intéressante, mais elle n'était plus sure de vouloir jouer, et hésita à reculer. Seulement ce n'était pas dans ses gènes. Elle redressa donc le menton et mit toute sa noblesse dans son attitude et son ton.

" Quant à savoir où j'irai finir la soirée, cela dépendra de votre réponse à la seule question que je vous ai posée. J'étais partie pour la Tour des Medias pour passer du bon temps et éventuellement dégotter de quoi finir la soirée en beauté. Je me retrouve devant un bar sordide avec un journaliste trop sur de lui qui parle plus qu'il n'agit. Et encore lorsqu'il parle ne répond-il pas à ce qu'on lui demande. Alors expliquez moi pourquoi je répondrais à votre question ? " La peste hautaine avait parlé. Encore un peu, et Aoden aurait eu droit à toute la panoplie de ses humeurs en une seule soirée. Mais cela dépendrait de la suite.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Mar 9 Avr 2013 - 8:51

Rentrer chez elle ou tout simplement ne pas rester avec moi. Pour fuir ma poisse légendaire, j’entends. Oh allez, si elle ne l’est pas encore – légendaire – elle le deviendra un jour ou l’autre j’en suis certain. On ne peut pas avoir plus de malchance que moi et si je ne suis pas un gars trop pessimiste, on ne me fera pas croire le contraire pour le coup ;
Le pire, c’est sans doute la déception. La désillusion. Le gâchis. Ce temps perdu, ce rendez-vous qui ne donne rien. Ni en terme de récupération d’informations pour l’Ordre, ni en terme de drague, que dalle. Je ne sais pas à quoi je m’attendais, sans doute pas à tomber dans un bar aussi miteux, encore moins me prendre une baigne…mais dépiter à ce point la jolie Brooke Macnair, j'étais loin de l'imaginer.

Je misais sur ce regard d’un bleu spécial que j’ai la chance d’afficher – chance, notez-le ! – sur cette façon de manier les mots malgré la maladresse dont je fais preuve devant une femme, je misais sur le sourire qui s’étire au coin de mes lèvres lorsque je suis captivé, sur mon charme maladroit, ma silhouette ?
Oui. Je suis un bien mauvais parieur. Et j’ai mal.
Cédant à la douleur une seconde pour me frotter les côtes meurtries, je me place face à elle pour faire un pas de plus en sa direction alors qu’elle me répond.

« …Vous auriez pu y répondre pour briser cette image froide que vous arborez si fièrement. Trop sûr de moi ?...Ah. Je ne savais pas que l’on se connaissait si bien. »

Je tords le sourire qui apparait sur mon visage et fixe un instant mes pieds avant de reprendre. Inutile de laisser la nervosité – ou l’abandon ? – prendre le dessus. Je ne vais quand même pas rire, si ?
C’est peut être l’adrénaline qui retombe. J’ai une seconde la bêtise de me sentir en sécurité près d’elle, disons moins en danger que dans l’établissement. Après avoir essuyé plusieurs menaces et un coup que je ne risque pas d’oublier, j’ai la sensation de ne rien pouvoir craindre d’elle.
Stupide. Aoden. C’est une femme.
Je me ressaisi donc en pestant – intérieurement – contre moi-même.

« Je ne vous ai pas répondu, très chère, parce que je vous ai apparemment surestimée. » Je joue avec le feu, aurais-je trop bu ? Du tout. C’est elle. Ce sont ses yeux. Je m’approche encore. Un pas de plus est désormais impossible. « J’imaginais que vous sauriez me jauger, sans que j’ai besoin de vous répondre. Je pensais que vous étiez si noble que vous vous permettiez de juger…mais pas n’importe comment. Avec autant de finesse que de sévérité. Intolérante. Exclusive dans vos choix. Unique dans vos raisonnements. »

Il était irréalisable ce pas de plus, et pourtant je l’effectue. Il est petit, du coup, et soudain nos visages sont si proches. Je n’oscille pas, le discret rictus est toujours à sa place sur mes lèvres et mes mains plongent dans les poches de mon pantalon avec assurance.

« Je m’excuse. J’ai apparemment fait une erreur, qui vous a poussé à en commettre une concernant votre avis sur moi. C’est sincère, je vous demande pardon. »

J’en fais trop, mais c’est un peu tard pour le réaliser. Je penche lentement le visage sur le côté, quasiment taquin, provocateur, comme si je lui sommais de me montrer cette autre image qu’elle dissimule. Cette Brooke plus dure et entière, plus blessante et plus forte, plus libérée et insensée.
Cette demoiselle que peut être je m’invente totalement, qui n’existe qu’entre les lignes de mes arguments portant son prénom. Qui n’existe que dans un fantasme précieux pour ma faction, précieux pour mon imagination…
Revenir en haut Aller en bas

Brooke Macnair-Schmidt
Brooke Macnair-Schmidt
Messages : 859 Crédits : Lili / avatar Eire
Age du personnage : 41 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Organise des événements
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Hermine
Epouvantard : Découvrir qu'elle est une Sang De Bourbe
Baguette magique:
Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Jeu 11 Avr 2013 - 18:59

Le petit discours d'Aoden coulait comme du miel à ses oreilles, tout en l’agaçant. Elle ETAIT exclusive, élitiste et intolérante, pour beaucoup de choses : les emplois, les compétences magiques, les qualités intellectuelles et la confiance était forcément directement corrélé à la pureté du sang. Mais son expérience lui avait appris que la génétique ne distribuait pas la beauté et les talents annexes en fonction de la naissance, et qu'un basique de rang 3 voire 2 - le niveau minimale avec lequel elle acceptait de se commettre en de très rares occasions - pouvait faire un gadget agréable pendant quelques heures, surtout quand on lui promettait des choses insensées et irréalistes. Et pour ca, elle était ravie qu'Aoden ne se soit pas trompé à son sujet et l'ait exprimé de cette facon. Et agacée qu'il puisse finalement penser qu'il s'était mépris à son sujet. Et cette question avait son importance, du fait des restrictions très fermes - et ridicules - imposées par ce diable de Mervyn Kark. Quoi qu'il en soit, sa réponse, quoiqu'indirecte encore une fois, laissait peu de place au doute, cette fois, semblait-il. S'il s'était attendu à faire face à une élitiste capable de reconnaitre ses pairs, alors peut être était-il bien du même sang qu'elle. Et pourtant, une part d'elle-même continuait à s'interroger... Mais autant d'aplomb méritait sans nul doute qu'on s'y intéresse.

Mais plus encore, cette distance qu'il réduisait encore entre eux lui faisait un effet certain. Etait-ce une promesse ou se jouait-il d'elle ? Elle lui rendait regard pour regard, tentant de déceler un indice sur ses intentions réelles derrière ses provocations. Mais elle avait du mal à se concentrer. Une théorie voulait que le rapprochement avant le baiser était plus intense que le baiser lui-même. Et c'était vrai. Il était si proche qu'elle n'avait qu'à bouger à peine la tête pour terminer le chemin, et cette perspective lui laissait le souffle un peu court. Toute velléité d’agressivité l'avait à peu prêt désertée. Mais il n'était pas question de se laisser aller. Elle n'aimait pas se montrer trop vulnérable, elle préférait de loin offrir une façade d'insouciance, de maîtrise, de froideur ou de mépris, au choix et selon l'humeur.
Elle releva donc légèrement le menton dans une bravade et elle se fendit d'un sourire en coin. Un petit sourire énigmatique, un brin moqueur, un brin charmée. Elle n'avait toujours pas détourné le regard. Elle n'en avait pas envie.

" Ne vous excusez pas... " Son sourire s'étira légèrement. " Ca ne vous va pas... " Elle secoua légèrement la tête pour ramener un peu en arrière ses cheveux. Un geste étudié bien évidemment. " Je n'ai pas pour habitude de me complaire dans la médiocrité, en effet. Mais j'ai pu constater que certains compensaient une faiblesse de sang par des qualités certaines. Alors pour fixer un juste et bon niveau d’exigence, il faut bien savoir d'où part son interlocuteur, non ? " Elle avait dit cela comme d'une évidence, et son sourire reflétait sa satisfaction, avec la certitude qu'il comprendrait son point de vue.

Elle n'avait rien fait pour réduire ou augmenter la distance entre eux, savourant cette proximité, cette douce tension qui laissait tout présager - ou rien, ce qui la rendait plus intéressante encore - et avait furieusement envie de savoir ce qu'il se passerait... après...

" Et vous ? Etes vous exclusif au point de ne laisser aucune place au mérite exceptionnel ? "
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté Ven 12 Avr 2013 - 8:33

Ça ne me va pas ? La politesse et les excuses articulées avec sincérité ne me siéent guère ?
Je ne peux m’empêcher de sourire, une fois de plus. Mais je n’y peux rien, Brooke est étonnante car même dans un léger instant de faiblesse – bien que le terme soit un peu fort – sa capacité à faire preuve d’une répartie de qualité est efficace. Présente. Affutée. C’est surprenant tout ce sang froid, cette certitude dans le fond des yeux, cette confiance en soi, une assurance à toutes épreuves alors que bon nombre aurait déjà tressaillit ;
Aucune marque de fatigue sur son joli visage, pas le moindre ébranlement dans le ton de sa voix. Toujours autant de finesse dans les gestes qu’elle exécute avec préméditation et naturel pourtant. Paradoxale et infernale, telle est cette femme.

Je ne sais plus depuis combien de temps nous sommes ensemble ce soir. Peut être une heure, ou deux. Peut être même trois. Dans tous les cas je n’ai rien vu passer, pas même les barrières entre elle et moi se détruire, les pièges se désamorcer. Mais soudain, ils ne sont plus là.
Comme une ouverture trop facile, un chemin sombre indiqué, conseillé par de fourbes idées. C’est trop facile oui, mais j’ai tellement envie de m’y jeter ;
Je l’observe se mouvoir avec cette beauté interdite, immanquablement manipulatrice et mesquine, si captivante. Je l’écoute fanfaronner avec délicatesse, sans perdre mes réflexes de ripostes mais quelque peu troublé, il est clair.
Et maintenant ? Dois-je répondre à sa question ? Avec des mots, ou laisser parler ces appétences périlleuses ?

« Vous savez parfaitement que l’exceptionnel m’intéresse fortement. Je ne serai pas là autrement. Je n’aurai pas insisté pour vous accompagner. Votre sang et votre mérite ont toute leur place dans mon exclusivité, mais je crois qu’il y a quelque chose…de plus fort encore… »

Attention, Aoden. Cette femme est du mauvais côté, cette femme est entourée de malfaiteurs, d’assassins et de mauvais penseurs. Cette femme est leur amie, leur complice, leur amante ? Macnair si renommée, si désirée, si convoitée. Brooke, séduisante et pertinente personne, adversaire, ennemie…pourrait-elle servir mes recherches ? Aider mes espionnages et mes fouilles ?
Je cherche. Je cherche en vain car mes idées sont ailleurs. Le regard avidement posé sur ses lèvres, le souffle déjà s’accélère et les muscles se contractent, je ne fais que semblant de chercher…car puis-je vraiment prétexter mes missions d’infiltration pour faire ce faux pas ?

Ne plus réfléchir. C’est sans doute le mieux. Je n’ai qu’à pencher lentement le visage en avant, et voilà que nos fronts se frôlent une première fois. Puis ce sont nos nez qui s’accrochent, se détachent, tandis que d’une main je la saisis par la hanche.
Ne plus réfléchir. C’est sans doute le plus dangereux. Mes yeux glissent sur chaque courbe accessible, nos bassins se percutent dans une fausse violence et je détourne juste assez la tête pour enfin m’emparer de ses lèvres.
Ne plus réfléchir, laisser la chaleur nous unir, le temps d’un baiser peut être unique, savourer la faim encore un peu contrôlée jusqu’à ce que l’envie délie franchement les langues, jusqu’à ce que peut être : elle mette fin à cette délectable offense…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Insolence and firmness [Pv : Brooke] Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2  Suivant

Insolence and firmness [Pv : Brooke]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Tour des Médias