ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe II - Page 7



 



ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe II
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 3:50

Le membre 'Corvus O. Hunter' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Darrin A. Hansen
Messages : 1851 Crédits : MOUA
Age du personnage : 46 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Bibliothécaire à Poudlard
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : L'équivalent Serpentard de l'école de Magie suédoise


Rapeltout
Patronus : Un Hibou des marais
Epouvantard : La noyade
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 3:55

La voix d’Elena s’engouffra dans son esprit blanc. Il se rappela de la dernière fois qu’il l’avait croisée. Pendant que les Héritiers prenaient possession de Gringott’s pour pouvoir récupérer la Salamander. Mais, aujourd’hui qu’elle faisait une escapade dans son cerveau. c’était pour une toute autre raison. Le Ministère tombait, Mervyn tombait. Il mourra pas, certes, mais Azkaban ne sera que trop peu pour lui. Ils le feront exprès, ils feront en sorte que tout ce qu’il a pu faire se retourne contre lui. Et n’importe quel témoignage ne suffira pas à les empêcher de l’inculper. Il regarda son ministre à terre. Son leader, son guide. Il ne pouvait pas arracher ses yeux de ce corps meurtri. Cet homme bon, à terre, payant les crimes qu’il n’avait jamais commis. Les cris de ses enfants résonnant dans le Hall. Les souffrances de sa famille explosant dans la pièce. Mervyn Kark était perdu comme tous les Ombres présentement. Darrin se releva de sa position foetale.

« N’importe quoi, n’importe quoi ! » Il voulut s’avancer vers Mervyn, il lança un avada pour écarter les phénix de son passage. Mais informulé, son sort ne franchit pas ses lèvres. Il continua à marcher quand son fils l’attrapa et ils atterirent sur le sol dur et caillouteux d’un chemin. Il se retrouva dans l’air froid de la nuit. Il frissonna quand un médicomage s’occupa de lui. Quelques minutes après, il fit jouer son articulation. Certes, son bras marchait, une douleur lui tiraillait pourtant les muscles. Il n’empêche qu’il passerait outre. Il avait du Phénix à tuer, de l’Américain à démembrer. Leur faire payer tous les crimes qu’ils avaient commis ce soir. Tout ce qu’ils avaient outrepassé. Elena reprit possession de son cerveau et lui indiqua l’endroit où il allait se poster. Il se rendit compte de l’endroit où il était en entendant les noms des lieux. La forêt interdite, Pré-au-lard. Poudlard, donc. Il réagit avec un temps de retard, le temps d’apprécier le château qui se dressait devant ses yeux. Maintenant il voyait où son fils avait passé ses tendres années. Il n’y avait jamais mis les pieds, il n’en avait jamais eu besoin. Tout son bonheur d’instruction avait été trouvé en Suède.
Un pied devant l’autre, il commença par décrocher la baguette de sa mâchoire, l’essuyant sur son pantalon. Il fit fonctionner sa mâchoire, humidifiant sa gorge, essuyant les vestiges de larmes de souffrance sur son visage. Son cou craqua quand il fit jouer ses muscles. Oh oui, il était prêt maintenant. Ils ne jouaient plus maintenant.

Il entendit un grognement, et se retourna vivement. Daniel avait pris à parti une des personnes qui se trouvaient avec Kark lorsqu’ils étaient arrivés dans le Hall. Il lui parlait violemment, l’autre homme se sentait visiblement en danger. Darrin vit rouge. Loup-garou où non, ce n’était pas le moment de régler ses comptes personnels ou de se mettre à se taper l’un sur l’autre. Darrin agita sa baguette et des chaines vinrent tenir l’homme loup, un autre coup de poignet et il s’éloigna de quelques mètres de l’homme. « JAG SKULLE GÄRNA SLÅ IHJÄL DIG, MEN JAG ÄR DJURVÄN ! » Il se rendit compte qu’il parlait suédois, alors il enchainait dans la langue que seule devaient comprendre ces deux incapables. « Vous avez pas fini vos conneries ? Hein ? Vous voyez pas qu’on a autre chose à faire ? Des incapables comme vous, des choses infâmes qui passent plus de temps à s’occuper de leurs affaires que de l’état. Vous croyez que tout vous est dû, que vous avec tout perdu ce soir ? Vous croyez qu’il n’y a plus aucun espoir. Pauvres fous, pauvres choses. La seule chose qui pourrait vous faire vivre, la seule chose qui pourrait tous nous sauver, L’ESPOIR. Vous la rejetez au profit de vos mesquineries infantiles ! Alors, si vous ne voulez pas que je vous tue directement, et que je vous fasse endurer la mort par le feu ou n’importe quel moyen douloureux, vous avancez et vous VOUS LA FERMER ! » Darrin libéra Daniel de sa prison de métal et le laissa faire son chemin. Il n’entendit pas l’autre pédant essayer de lui répondre, il connaissait Corvus Hunter, mais lui parler en Suédois ne le montera en aucune manière dans son estime. Il en avait vu d’autre baragouiner cette belle langue. Daniel émit un grognement d’avertissement quand l’homme avec la veste brûlée voulu rejoindre les Kark. « Elena beställde att går med oss, du vill komm med oss. Du liten oätking ! »


Darrin comprit qu’il était arrivé au champ de bataille quand il remarqua les arbres couchés et les flammèches qui ravageaient l’orée de la forêt. Il ne reconnut pas tous les visages, mais il surprit une blondeur qu’il connaissait. Non, s’il vous plait, par Mervyn, faites que ce soit qu’une illusion. Un sort le fit changer d’angle de vision. Il perdit de vue ce qui avait fait chavirer son cœur. Redressant sa nuque, il refit un rapide tour des personnes présentes, cherchant. Il la revit, éclairée par une flamme. Par tous les dieux, pourquoi était-elle ici ? Il ne fallait pas qu’elle soit là. Darrin ne pourra jamais lui faire du mal. Son estomac se serra pendant que sa magie faiblissait. Et il la sentait faiblir.
Il se décida. Il ne la visera pas, il ne la verra pas tout le temps qu’elle serait là. Il ne pouvait lui faire de mal de toute façon. Tout son corps lui refuserait cet acte.

Il leva sa baguette vers un milicien qu’il avisa, « Vitrum Ossis ! ». Il sentait la magie couler dans ses veines. Que c’était bon de pouvoir lancer des sorts à nouveau.

Dés du Vitrum Ossis et du Nordanviden:
 


Que c'est bon de tuer à nouveau.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

My name is Hansen, bitch.


Dernière édition par Darrin A. Hansen le Ven 25 Jan 2013 - 21:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 3:55

Le membre 'Darrin A. Hansen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
François Loiseau
Jeanne d'Arc
Messages : 905 Crédits : deadpool
Age du personnage : Quarante et un ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Détective
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Raton-laveur
Epouvantard : Un loup-garou, un loup-Grendel, recouvert de boue noire et sirupeuse, aux yeux bleus, de glace
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 4:37

Tu l'as touché. Tu l'as touché. Tu l'as touché. Ces mots tournent dans ton esprit. Tu as réussi. Tu as touché Rosier. Tu l'as blessé, encore, tu... tu as réussi. Quelque chose comme un sourire, comme le sourire de mort que tu avais eu sur tes lèvres des années plus tôt, monte sur tes lèvres, avant d'être chassé par les bruits de Metelli. Affolé par ses cris et ses gémissements, tu vas pour aller à ses côtés, mais tu t'arrêtes brusquement en te rendant compte que ces cris ne sont pas de douleur, mais bien de... de plaisir. Tu peux comprendre la dimension jouissive d'une victoire sur Kark, mais n'en fait-elle pas trop? Tu croises un seconde le regard de Diana, et cet échange silencieux couplé aux gémissements de délice empourpre tes joues furieusement.

Ha oui, c'est vraiment le bon moment pour penser à ça.

La femme finit par se relever du sol, après l'intervention d'un homme arrivé avec la nouvelle vague d'Américains. Tu as profité de la légère accalmie et de la fuite des Ombres pour masser tes tempes du bout des doigts, pour respirer profondément et chercher tes médicaments d'un geste automatique dans ta chemise. Pas là. Clara les a, oui. Tu les as pris. Tu vas rester calme. Tu es calme. Tout va... presque bien. Que Lucy vous ordonne d'aller à Pré-au-Lard, d'une voix plus normale, te rassure. Vous transplanez tous d'un même mouvement et tu t'apprêtes à suivre naturellement ton amie Gryffondor quand Wallas demande à ce que tu viennes avec lui et Elensar. Sans Loïs ? Tu tournes la tête vers ton amie, tu prends sa main pour la serrer légèrement. Du bout des lèvres, tu murmures un « Fais attention », avant de laisser sa main et de suivre Leo et Wallas vers Pré-au-Lard. À elle de s'occuper de sauver Poudlard. Votre Poudlard, votre enfance, votre vie, là où tout a commencé entre vous tous. Vous marchez rapidement, peu importe vos blessures – tu es cela dit pas en si mauvaise forme que cela si on compare ton état à d'autres expéditions – et les cris qui parviennent du village te stressent. Tu as peur de ce que vous allez y trouver. Un carnage? Vos alliés morts? Encore plus d'ennemis ?
La scène est fort peu glorieuse. Des personnes à terre, mortes ou pas, tu ne sais pas. Des Acromentules mortes. Du feu. Tu déglutis. Et des Ombres. Ceux que vous avez déjà combattu. Ainsi donc, ils ne se rendront jamais? Ils n'arrêteront jamais? Qu'ils s'allient subitement avec les Héritiers n'est aucunement bon signe. Tu ne prends pas la peine de regarder si tu connais des gens – ce n'est plus le temps du sentimentalisme, après tout. Diana n'est plus là et tu n'agis plus contre tes amis.

Tu agis pour vous.

Tu pointes ta baguette au hasard, sans vraiment viser, un Turba Aranei prenant forme dans ton esprit douloureux.

Turba Aranei:
 

Tu ne regardes même pas les effets de ton sort – que tu touches ou non quelqu'un, tu espères au moins déconcentrer vos adversaires. Tu vas vers Elensar, qui semble beaucoup souffrir de sa blessure affreuse au bras. Tu es loin d'être Médicomage, mais bon... tu peux au moins essayer quelque chose. Tu resserres légèrement les liens de l'atèle de Leo, de tes doigts malhabiles, t'assurant que son bras est bien plaqué contre son corps et ne bougera pas. Tu pointes ta baguette sur son épaule, tentes de sourire sans réussir. « C'est tout ce que je sais faire... Episkey. »

Ferula:
 
Et rien. Mm. Une petite moue désolée sur ton visage. Tu ne peux rien vraiment... seulement au moins être là et aider à vous défendre.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



mécaniques générales Ma bouche est orpheline, ta peau de mescaline. Reste-là encore quelques minutes, pour me dire : ho mon bel ami, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts ? Je disais, ho ma belle amie, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts avec toi ?

Spoiler:
 


Dernière édition par François Loiseau le Ven 25 Jan 2013 - 4:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 4:37

Le membre 'François Loiseau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :


--------------------------------

#3 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 9:42

Bordel. Bordel bordel bordel bordel… (un petit dernier?) et Bordel. Cette mission commençait vraiment à lui porter sur les nerfs. D'abord, on venait le sortir de chez lui au milieu de la nuit, interrompait son snack d'après diner, le forçait à s'habiller… et ce n'était même pas une personne qui aurait pu apprécier le spectacle, non… ça n'aurait pas pu être Heather, ou Misha, ou Faust (ou Erwin? Mmh non), quelqu'un qui aurait rendu le truc un peu plus amusant, mais nooon, évidemment, ils lui refourguaient un type qu'il ne connaissait ni de Merlin ni de Morgane, et qui lui avait dit d'un air outré de "cacher son machin".

Nan mais oh, il était chez lui aux dernières nouvelles, il se baladait le machin à l'air s'il voulait. Mince quoi. Bref, donc déjà ça, ensuite on lui sortait qu'en gros, c'était la guerre, on l'envoyait au casse-pipe sans infos aucune, et SANS MURPHY, et à cogner contre Eireann, et puis des acromentules, des dragons, et voilà que maintenant les cendriers se récupéraient un coup de main soudain d'une bande de douze mille américains. En plus de ça, il pataugeait dans la neige depuis le début, et puis il se tapait un sérieux mal de crâne depuis une vingtaine de minutes, et pour ne rien arranger, sa CONNASSE d'ex meilleure pote venait de stupefixer sa MAMAN!

Bordel!

Le sang battait toujours violemment à ses tempes, et il hésitait sur la marche à suivre alors qu'un nouveau groupe arrivait vers eux. Dans la lumière des flammes il tentait de reconnaitre des visages. Amis ou ennemis? Il ne reconnaissait personne, mais la trouille commençait doucement à s'immiscer dans son ventre. Ils étaient pris en sandwich entre deux groupes, ils étaient tous mal en point, si les types qui arrivaient decidaient de les allumer, c'en était fini d'eux.

Un léger soupir de soulagement alors qu'il entendit un des nouveaux arrivants leur gueuler des choses. Ombres, sans nul doute, ils devaient arriver d'un des autres endroits attaqués. Ce qui voulait dire que les combats étaient terminés là-bas… il réfléchirait aux implications politiques plus tard, pour l'instant il était juste heureux d'avoir quelques baguettes en plus pour se sortir de ce merdier. Il profita de l'abri qu'un des Ombre venait de procurer pour sortir de derrière son rocher pour courir derrière le nouveau, jetant un Blixten sur un américain un peu trop proche…

Dé #1

  • OUI : bziiit! Fait dodo, bonne nuit, revenez en deuxième semaine
  • NON : Same player shoots again…


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 9:42

Le membre 'Ian Blackburn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Heather Lannister
La Castafiore
Messages : 678 Crédits : moi même ^^ pour l'avatar, Roarik pour la signature
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Chanteuse de pop/folk sorcière
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : un Paon mâle
Epouvantard : un Kelpy
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 15:20

La douleur dans son dos, intense, alors qu’elle se relève. Ça n’a pas calmé sa rage, bien au contraire. Elle est sans doute blessée, elle a du mal à bouger convenablement, mais peu importe. Sous sa cape et sa robe noire, ce n’est pas visible, et c’est une faiblesse que ne pourrons pas exploiter ses ennemis. Autour, c’est toujours le chaos, toujours la guerre. Et il n’est plus l’heure d’avoir pitié. A peine debout, elle prend deux chocs assez violents, sur le brasgauche qu’elle a levé pour se protéger : la contre-attaque se poursuit, et la brulure qu’elle reçoit ne laisse aucun doute, pas plus que les lumières rougeoyantes qui tombent tout autour d’elle. Un Carbo Supplicium. Son regard se rive sur le lanceur, plein d’un mépris implacable. Elle ne lui montrerait pas la douleur nouvelle venue s’ajouter aux autres, son bras la lançant d’une façon très désagréable. Un bleu magnifique sans doute, ET une brûlure plus que correcte. Génial. Qu’importe, l’adrénaline la porte encore, et c’est un regard de glace qu’il se ramasse. Quoi, elle vient de foudroyer leur leader, et c’est tout ce qu’il a en poche pour riposter ? De minables bouts de charbons, qui ne mettent même pas feu à ses vêtements imbibés de neige boueuse ? Incapable. D’un Aguamenti informulé, elle se débarrasse des débris qui auraient pu la gêner ensuite. Ce Phénix vaut à peine le sortilège qu’elle s’apprête à lui lancer, tout en calculant comment rejoindre les siens qui tentent d’aller à la barrière. Elle doit récupérer Drew, en chemin, on dirait bien qu’il n’arrivera pas à se relever seul…

Mais de nouvelles voix la font se retourner, et Noah est oublié dans la seconde. Des sorciers arrivent, mais elle n’en connait aucun. Alliés, ennemis ? Un moment de flottement terrible, où tout semble encore plus perdu que la minute d’avant. Jusqu’à ce que l’un d’eux se précipite sur Peverus, et le protège. De là où elle est, elle n’entend que la moitié de ce qu’il crie, mais ça suffit à la faire hésiter. Des Ombres. Des mangemorts, peut-être, mais des saloperies d’extrémistes, des tarés fanatiques !! Avant cette attaque, elle les détestait bien plus que le plus agressif des Phénix. Et maintenant l’Ordre l’obligeait à s’allier avec ces dingues pour repousser l’invasion. Elle détestait ça. Elle avait envie de réduire en bouillie ces imposteurs qui se réclamaient de valeurs qu’ils corrompaient totalement par leur haine. Mais elle n’avait pas le choix, aucun d’eux ne l’avait. Il fallait au moins sauver Poudlard, il fallait survivre. Il fallait retourner à la barrière et…

La nuée d’araignée qui se précipita sur un des nouveaux venus la prit de court. Et elle les vit. D’autres adversaires, des Phénix sans aucun doute, qui prenaient leurs nouveaux « alliés » à revers. Qui étaient entre eux tous et la barrière, visiblement bien décidé à en découdre, même s’ils n’étaient pas plus frais qu’eux. Mais ils étaient aussi bien moins nombreux.

__On continue, on se replie !! A la barrière, on doit passer !!

Les américains et leurs premiers adversaires n’allaient certainement pas les laisser faire. Peu importe, Heather leur faisait face, déviait les sorts qu’elle pouvait aux côtés de ceux qui l’imitaient, couvrait la fuite des autres. Elle se découvrait une endurance, un sang-froid qu’elle ne se connaissait pas. La colère la portait, lui faisait garder les idées claires au milieu de cet enfer. Et une chose était évidente, un danger chez leurs ennemis qui ne s’était pas démentit. C’était le gosse, en face, qui exultait comme un malade alors que les corps tombaient, que d’autres jouaient leurs vies. Il avait lancé des objets qui avaient plusieurs fois eu des effets dévastateurs. Elle n’en avait pas eu la confirmation avant le dernier, celui qui les avait rassemblés comme de vulgaires trombones sous un sort d’aimantation. Et il n’avait pas de baguette. Et il était un peu trop protégé par ses alliés. Et elle avait envie de faire taire sa voix de qui couinait si désagréablement à ses oreilles !!
Elle ne chercha pas longtemps le sort à utiliser. Ian se mettait aux éclairs aussi, elle l’avait entendu foudroyer un de leurs adversaires. Un parfait petit couple, non ? Autant rester dans la thématique. Elle était trop loin pour lancer maintenant le Blixten sur Thomas, mais pas pour ne rien tenter.

__ Tempestas !!

[lancé de dés]

OUI OUI : trois éclairs partent : le jeune Pierce se mange deux éclairs sur trois, le premier ayant été malencontreusement intercepté par l’américain devant lui. Dommage, un carton total aurait plu à Heather. Mais ça fait déjà très mal.
OUI NON : deux éclairs : un éclair roussit à peine le haut des cheveux de l’adolescent, l’autre frappe l’américain en pleine poitrine.
NON OUI : Deux éclairs : Le premier se perd dans le vide, dévier par le soldat, le second est dévié aussi, mais va finir sa course droit sur Noah
NON NON : trop de fatigue, trop de panique. Elle ne parvient qu’à lancer un éclair, qui est dévié par le protecteur de Pierce. Tant pis pour cette fois, le gosse perd rien pour attendre.


Peu importe combien tomberaient sur ses coups ce soir. Tant que possible elle ne tuerait personne. Mais c’était une guerre, et même un abrutit d’ado prépubère allait bien devoir s’enfoncer dans le crâne qu’il y avait des conséquences !

Profitant de la courte confusion qui suivit, de l’éblouissement très passager que son sort avait causé, elle se précipita vers Drew qui ne pouvait visiblement pas se relever seul. Passant un bras autour de lui, elle grimaça alors que son dos se rappelait à son existence avec une insistance tout à fait déplacer.
__Debout professeur! On a du renfort, il faut au moins vous mettre à l’abri.
Avec de la chance, une fois debout il arriverait à peu près à se déplacer seul. Sinon il allait être un sacré boulet pour la chanteuse, et il n’y avait plus à espérer qu’elle puisse dévier les prochains sorts de sa main libre, et qu’il parvienne à l’aider un peu…

[second lancé de dés :]

OUI : Heather parvient à le trainer quelques bons mètres en arrières, mettant plus de distances entre les Phénix près de l’incendie et eux, et se rapproche avec lui du groupe d’ombre. Pas assez mais c’est un début.
NON : malgré l’adrénaline qui semble avoir remplacé le sang dans ses veines, elle lutte pour ne serais-ce que le mettre debout, ses blessures et la fatigue ne lui permettent pas de faire plus sur le moment.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 15:20

Le membre 'Heather Lannister' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 17:24


Le flou total… L’esprit de Lizbeth était dans un flou total. Si bien que la remarque de Corvus, si dans son état normal l’aurait offusqué, ne fût même pas entendue. Non, il n’y avait rien dans cette pièce. Rien d’autre que Meryn Kark au sol. Il avait besoin d’elle. Il avait besoin d’elle pour virer tous les américains autour de lui. Il fallait qu’elle… qu’elle… Sa cheville se déroba sous elle, alors qu’elle lâchait la canne improvisée. Sous son poids, la pauvre blessée ne put que lâcher et la faire tomber. Un long juron s’échappa des lèvres de l’anglaise, vite remplacé par un sanglot tout aussi long. La tristesse et la douleur la faisait enfin craquer doucement, mais ce n’était pas le moment. Non ! Il fallait qu’elle s’en sorte. Il fallait qu’elle vérifie si ses sœurs sont en sécurité, si… elle secoua la tête, complètement perdue, avant lever les yeux vers Elena, qui parlait. Il faut s’en aller. Le ministère est perdu. Rester c’est mourir. Ce n’est pas ce que Mervyn voudrait…veut. Ils vont le garder en vie, ils veulent le maintenir captif jusqu’à un procès. Si nous restons nous n’aurons plus aucune chance de le sauver. Fuir c’est le sauver. Il faut se rendre à Poudlard, protéger l’école, et empêcher ces terroristes de s’en emparer. Calliope, Clio vous en avez été témoin, votre père a parlé de Pré-au-Lard c’est ce qu’il veut.

Autant dire du charabia pour la blondinette. Elle n’arrivait pas à se concentrer pour écouter. Déjà qu’en temps normal c’était pas la joie pour rester concentrée mais là, c’était encore pire. La douleur et la haine se mélangeaient, occultant son esprit totalement, ou presque. Quelques mots avaient filtrés, Fuir c’est le sauver ! Pouvait elle y croire réellement ? Si elle mourrait ici en tentant de le sauver, ne serait elle pas plus utile qu’à Poudlard ? Elle… hésitait mais finalement, d’autres mots parvinrent à frayer leur chemin dans l’esprit brumeux de la demoiselle. C’est ce qu’il veut. Cette femme était son épouse, pourquoi mentirait elle ? Son côté naïf peut être, mais elle avait envie d’y croire. Elle avait envie de suivre ses ordres, comme elle suivait ceux de Mervyn… Nouvelle hésitation, mais Arutha, dans son champ de vision, disparu soudain, achevant de la décider. Ce jeune homme là était l’héritier de Mervyn. Peut être leur prochain espoir après tout alors… Elle devait le suivre, où qu’il aille.

Son transplanage fût immédiat après cette décision et elle se retrouva dans la fraîcheur de Pré-au-Lard. Fraîcheur étant un euphémisme puisqu’elle mourrait de froid ainsi en débardeur. Un long tremblement la parcouru alors que sous l’injonction de la Mulciber, quelqu’un s’occupa de sa cheville, y mettant une attèle qui réduisit considérablement sa douleur. Elle lança un merci, avant de se relever avec difficulté. Les ordres qu’elle reçu de la grande blonde n’étaient pas pour lui plaire. Elle était séparée des enfants Kark et seule une volonté de fer l’empêcha de transplaner de nouveau vers le ministère pour retrouver son chef. En secouant la tête, elle s’élança à la suite des autres ombres, courant avec difficultés à cause de sa cheville un peu amochée. En arrivant, elle observa les trois hommes avec elle se disputer et décida de les ignorer. Corvus ne méritait pas qu’elle le défende. Et les deux autres, elle s’en moquait en vérité, d’autant que l’un parlait une langue totalement inconnue d’elle. Elle secoua la tête et observa ce qu’il se passait autour d’elle. Perdue… Elle était totalement perdue. Trop de monde étaient présents et comment différencier ses amis de ses ennemis ? Les ombres étaient connue, mais les autres. Qui était héritier ? Qui ne l’était pas ? Aucun visage était familier, sauf peut être celui de Peverus, le frère de Corvus mais… quelle faction ? Non, elle était perdue, elle ne pouvait faire qu’une seule chose, diriger sa baguette vers ceux à l’accent américain. Son regard se posa néanmoins sur un homme, celui avec les cicatrices, celui qui était là, juste avant… Sa fureur fût telle qu’elle changea la trajectoire de sa baguette, ses yeux lançant des éclairs. C’était sa chef, sa… putain de chef qui avait mit Mervyn à terre. Lui payerait ! Ectoparasita ! Fureur ! Magie noire ! Tout ce qu’elle espérait maintenant, c’était qu’il souffre, qu’il se vide de son sang, là, devant elle. Un rictus de cruauté s’était dessiné sur ses lèvres et elle était plus que concentrée sur lui… Tellement qu’elle ne vit pas le sort d’un des américains arriver vers elle.


Les dés:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 17:24

Le membre 'Lizbeth Nott' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 18:32

« WADDIWASI !!! WADDIWASI PUTAIN !!!! WAD-DI-WA-SI ! VADIVASI ! HOUADI-HOUASI ! VASI VASA ! VISAVASI ! WASADIWISA ! BORDEL PEVRUS, ELLES VIENNENT TOUTES DE CHEZ MAGIKEA TES PUTAIN D’BAGUETTES !!!!! WADDIWASI !!!! »


Rien à faire, ce foutu croc d’accromentule restait planté juste devant lui, enfoncé dans la neige, immobile. Pourtant, Drew se donnait à fond ! Il hurlait la formule, ponctuait chaque syllabe qu’il prononçait par un coup de baguette, et se concentrait tellement que ses paupières se crispaient et commençaient à lui faire mal. Nan mais sans déconner là ! Fallait pas abuser !
En panne d’idée pour comprendre ce qui ne fonctionnait pas, il eut recourt à une technique d’intimidation… Oui il comptait bien montrer à cette Madame-j’en-fais-qu’à-ma-tête de baguette qui commandait dans le couple ! Décidément, les femmes étaient toutes les mêmes ! Quand ça voulait pas faire quelque chose, bah ça voulait pas… même quand c’était des objets ! Vous noterez ce magnifique pléonasme… une femme-objet… c’est bien connu que toutes les femmes sont des objets… Hmm… oui, il venait pas de se faire que des amies là… Scroutt, maintenant qu’il l’avait pensé, il ne pouvait plus le retirer… tant pis ! Tout ça pour dire qu’il n’allait pas se laisser marcher sur les pieds par un vulgaire morceau de bois. Ils allaient avoir une petite conversation… Aussi, le jeune homme rapprocha son arme devant ses yeux et afficha un regard des plus menaçants… Avant de se rendre compte que…

« Ah merde… Nan Pev’ j’ai rien dit en fait, désolé ! My bad ! C’tait une branche en fait ! J’ai pommé ma baguette ! Scuz’ ! Euh… »


Oui c’était une branche… Pour la deuxième fois ce soir il avait essayé de lancer un sortilège avec autre chose qu’une baguette. Aller, la prochaine étape, impéroriser un Phénix avec une chaussette ! Challenge accepted !... Mais la pire erreur sur ce coup là, ce n’était même pas d’avoir confondu sa baguette avec une petite branche, non, la pire chose, c’était d’avoir crié haut et fort, au beau milieu de ses adversaires, d’avoir perdu son seul moyen de défense… Bah… c’était un peu comme se balader au milieu d’un groupe de crocodiles affamés avec des steacks saignants autour de la ceinture… ou bien couper les ailes à un vif d’or au milieu de deux attrapeurs… ou encore, plus extrême mais tellement vrai, lancer un sac à main en peau de serpent-vert-du-Cap soldé à moins soixante-dix pourcents au milieu d’un banc de soldeuses hystériques… c’était open-bar pour les biatch de Phénix là ! Il jeta des regards frénétiques à droite et à gauche pour juger du nombre de ses adversaires qui auraient pu l’entendre… ses yeux croisèrent alors ceux de deux ennemis qui le fixaient à présent bizarrement… leurs visages disaient quelque chose du genre « Oh putain mon gars ça va être la fête du slip pour ta tronche ! »...
A près une fraction de seconde qui lu parut durer une éternité, il prit son courage à une main (oui tout le monde n’avait pas le luxe de pouvoir encore se servir des deux, bande de naz !), et utilisa la technique suprême : le je-fourre-ma-tête-dans-la-neige-et-j’fais-l’mort. Plus communément appelée la technique du puceau-de-base. Oui c’était pas glorieux… Oui il en avait plus ou moins honte… Mais il était toujours vivant ! Ahah ! Pour rendre le tout plus crédible, il prit soin de se tordre de douleur et d’ajouter quelques murmures d’appels à l’aide. Est-ce que cela fonctionnerait ?...

… il ne le saurait jamais. Car à ce moment résonna la voix du Phénix en couche-culotte. Du renfort ? Pour qui ? Drew déglutit avec difficulté en s’imaginant de nouveaux pro-Dumbledore s’ajouter au massacre. Comme s’ils n’étaient déjà pas assez acculés comme ça… (j’ai bien dit Acculés… quoi que l’autre possibilité aurait été métaphoriquement correct aussi… bien qu’un peu vulgaire… et ce n’était pas le genre de la maison, comme vous le savez !). A une trentaine de mètre de lui, il aperçut plusieurs silhouettes se dessiner, une demi-douzaine a priori, sans pour autant distinguer clairement leurs visages. Et le moins que l’on puisse dire, c’était qu’ils n’avaient pas perdu de temps, car déjà des sortilèges fusaient et des corps tombaient. Dans tout le remue-ménage, le maitre des potions tiqua lorsqu’il entendit une voix à l’accent bien étrange, mais pourtant un tant soit peu familier… sauf erreur de sa part, ça devait être nordique… Merde impossible de mettre un nom sur cette voix… Et l’obscurité qui reprenait peu à peu le dessus sur l’incendie étouffé par la neige n’arrangeait rien. Peut être qu’en plissant les yeux… Arf nan… et en serrant les fesses ? Non plus… en tirant la langue alors ? Toujours pas…


Mais soudain, un mur de rochers apparut, sorti de nulle part. Hmmm… rochers… gros cailloux… cailloux… accent suédois… OH MY GOD ! C’était ce foutu Hansen accro aux cailloux ! Il n’avait toujours pas fait d’overdose de caillasse depuis le séjour à Gringotts ? Et surtout, qu’est-ce que la Rose Noire venait foutre ici ? Aider les Héritiers ? Si seulement ! Plus on était de Mangemorts, plus on buttait de Phénix ! Quoi que, pour ça, il faudrait déjà qu’il retrouve sa fille de goule de baguette… Il mit à quatre pattes et remua ciel et terre (enfin surtout la neige…) partout autour de lui. Quand sa main rencontra finalement l’objet de ses convoitises, il eut à peine le temps de se réjouir qu’une salve d’éclair bleu-électrique l’obligea à se jeter à plat ventre. S’il l’avait échappé belle, il fut satisfait de constater que le sortilège avait trouvé une cible de choix. SUCK IT, PIERCE ! Chauve à quinze ans, toujours puceau à quarante ! Mouaha !

Son cri fut toutefois interrompu par des tripotages et une voix féminine. Ça y est, il était mort ? Il rêvait ? Le paradis c’est VRAIMENT des femmes toutes nues qui ne demandent qu’à le toucher ? Vrai ??? Ah bah non… Surpris par cet élan d’entraide il ne dit rien en retour et se contenta de la regarder, bouche bée. Elle venait l’aider, lui. Lui qui lui avait tout simplement parlé comme une bouse depuis le début. Lui qui avait juste engueulé son petit copain. Lui qui, pendant plusieurs secondes, avait violé l’intimité de sa belle-mère (ou belle grand-mère… toujours pas décidé…). Elle avait subit un sortilège d’amnésie ou quoi ? À moins que… c’était ça qu’on appelait la sociabilité ? C’était bizarre… ça réchauffait de l’intérieur… ça faisait… c’était… putain c’était dégueulasse ! Affreux… Il était pas là pour faire pitié ! Et c’était la guerre quoi ! Stop les Bisounours ! Ils étaient MANGEMORTS. Ils étaient programmés pour être MECHANTS. Pas d’pitié ! D’autant plus que le visage crispé de la pyrowoman et son état physique global montraient clairement qu’elle n’irait pas jusqu’au bout dans cette position.
Parce qu’il ne voulait néanmoins pas la froisser – effrayer une femme accro aux flammes en tous genres ça n’avait jamais été conseillé… – Drew se laissa tout de même porter sur quelques mètres, en poussant le plus possible sur ses jambes afin de ne pas surcharger la colonne vertébrale de la jeune femme. Il profita d’un instant durant lequel elle reprit son souffle pour lui glisser quelques mots.

« C’est bon, ça va aller. J’ai pris une potion de force et j’attendais simplement qu’elle fasse effet. Tout va mieux maintenant, je sens déjà mes muscles se réchauffer. Courir ne sera plus un problème. Tu ferais mieux d’aller aider ton petit copain à porter la rouquine. Je dis pas qu’elle est grosse hein ! Mais vu l’état de son fils, et le fait qu’il doive se défendre, ça risque d’être chaud pour sa tronche. Je vous rattraperai. Dans le pire des cas, je transplanerai. Regarde, je tiens tout seul debout. »


Pour appuyer ses paroles, il fit une petite flexion et adressa un hochement de tête assuré à sa camarade.

Sous-titres du hochement de tête : « Ça va aller ! Je pète la forme ! »
Traduction : « P’tain j’sens pu mes jambes, mes cuisses me brûlent à mort, et j’pense pas que ne plus pouvoir bouger mon bras droit ça soit un bon signe… »
Comprenez : « LA VAAAAAAAAAAAAAAAACHE J’VAIS CREVÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ BORDEL !!!!!!!!!!! MAMAAAAAAAAAAAAAN !!!!!! »

Sans commentaire. Sa fierté, il y tenait, c’tout. Il ôta ensuite son bras des épaules de la chanteuse en tirant dessus plus qu’autre chose, s’efforçant de conserver son sourire de beau gosse pour ne pas éveiller de soupçons. Sa mission, dorénavant, c’était de tenir debout coûte que coûte, de ralentir tous les abrutis à l’arrière, et accessoirement d’en tuer le plus possible.
C’était pas obligatoire, mais ça faisait toujours plaisir ! Il n’avait d’ailleurs aucun doute sur la manière dont il allait s’y prendre : pointer sa VRAIE baguette sur le croc d’acromentule récalcitrant de tout à l’heure. Avant de se raviser. Il venait d’apercevoir quelque chose qui serait encore pire… pas pire dans la douleur physique, non… mais dans la douleur mentale ! Il les humilierait. Ils s’étaient moqué de sa brosse à dent tout à l’heure… il leur montrerait quelle arme mortelle elle pouvait être ! Il visa et cria :

« AMPLIFICATUM ! »


La brosse à dent gonfla jusqu’à ce que sa taille ait triplée. L’américain le plus proche allait souffrir !

« BOUFFEZ ÇA BANDE DE COINCÉS DU SLIP DE VOS MERES ! WADDIWASI ! »


Dé :
OUI : L’américain se fait empaler par la brosse à dent. SUCK IT, USA ! Son arrivée au paradis ressemblera à :
« Et toi comment t’es arrivé là ? »
« Une brosse à dent… »
« C’te honte ! »

NON : La brosse à dent passe à côté de l’américain et empale un arbre. SUCK IT, GREEN PEACE ! L’arrivée de Drew en enfer ressemblera à :
« Et toi comment t’es arrivé là ? »
« J’ai balancé une brosse à dent alors que j’aurais pu lancer un Avada… »
« C’te honte ! »


Dernière édition par Drew J. O'Ryan le Ven 25 Jan 2013 - 19:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 18:32

Le membre 'Drew J. O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 20:20

Blixten... Le cri avait résonnait au milieu des autres bruits parasites quelques fractions de seconde avant qu'elle ne ressente le choc. Propulsée en arrière par le foudroiement, brûlée au point d'impact, allongée dans la neige comme une poupée de chiffon jetée négligemment... Eireann mis quelques secondes à se reprendre, elle était sonnée, blessée, écrasée. Elle s'était contentée de stopper la progression d'une femme d'un simple stupefix et la contre-attaque avait été violente. Quelle pauvre petite gourde crédule. Un avada aurait été de circonstance. Mais non, Eireann ne voulait plus tuer. Elle ne voulait plus être le bras qui décidait de la vie ou la mort d'un individu, la silhouette sans vie de la gamine du Chemin de Traverse s'invitant encore sournoisement dans ses songes.

Elle se releva avec difficulté, ses vêtements étaient brûlés, seul un fin pan de tissu faisait barrière entre sa peau nu et le froid mordant de l'hiver. Ses jambes la tenait à peine, elle n'avait gardé sa baguette en main que par la crispation de ses muscles due au choc électrique. Sa vision était trouble, ses gestes imprécis. Elle se sentait perdue. Elle finit par distinguer la silhouette d'Ashley courir vers elle au milieu des cris, elle vit Zahid tenter une nouvelle fois de se diriger vers elle. Il avait attaqué celle qui avait levait sa baguette contre elle. Il l'avait fait pour elle. Elle le remercierait comme il se devait. Dès qu'elle le pourrait. « Pas le temps... » réussit-elle à articuler, encore flageolante. Elle ne ferait que précipiter sa fin en prenant le temps de sortir sa pâte contre les brûlures.

Des ombres arrivèrent. Pour aider ces putains d'Héritiers. Eireann sentit le désespoir l'envahir. Elle n'était plus capable de combattre, plus capable d'y croire. On venait d'écraser en quelques secondes tout cet espoir qu'elle avait laissé s'immiscer une dernière fois en elle. Et puis Wallas. Il arriva, il n'était pas seul. L'espoir pouvait-il revenir ? Non, ce n'était pas suffisant. Mais c'était ce dont Eireann avait besoin pour se relever une dernière fois, pour tenter de faire payer à ces rats de mangemorts tout le mal qu'on lui avait fait, tout ce que ses proches avaient dû subir. Elle posa son bras sur celui de Zahid, pour reprendre son équilibre. « On va le faire. On va y arriver. » Et elle s'élança à la rencontre d'Ashley, laissant Zahid se placer devant elles. Attrapant la jeune fille par la main, elle ne laissa place à aucun doute. « Tu restes avec nous maintenant. On va te protéger, tu ne peux pas repartir avec eux. Tu es des nôtres Lakefield. Pas des leurs. »

Elle n'était pas prête à lancer le moindre sort. Elle n'avait rien pour se défendre, rien pour attaquer, elle pouvait juste rester planter là comme une conne. Et puis elle le vit. Et son corps se mit à frémir de plus belle. Il était là, l'homme qu'elle avait appris à détester en une seconde, en quelques mots un an plus tôt. Celui qui prétendait être de son sang. Celui qui avait essayé de lui faire croire que sa famille n'était pas ce qu'elle prétendait être. Celui qu'elle souhaitait voir souffrir comme elle avait souffert, le corps animé de spasme, criant pour qu'on l'achève. Elle serait prête à le tuer s'il le fallait. Elle s'en sentait la force, Callaghan ou pas. Il n'était rien pour elle. Il n'était qu'un rat de plus parmi les mangemorts, doublé d'un traître à son sang. Son sang basique. Réunissant ses dernières forces pour hurler, espérant qu'Ashley ne resterait pas trop près d'elle au moment de la riposte, elle s'adressa à lui. « HANSEN ! TOUJOURS A SERVIR COMME UNE LARVE CES RACLURES QUI T'ECRASERONT DES QUE POSSIBLE ! UN CADEAU DE TA CHERE FAMILLE IRLANDAISE ! » Avançant d'un pas, elle leva sa baguette. « EXPULSO ! » Ah si seulement elle avait pu récupérer...

Dés
Oui - Le sort touche Nathaniel mais entre la distance et l'état pitoyable d'Eireann, c'est comme un tout petit pétard effleurant délicatement ses vêtements.
Non - Le simulacre de sort sortant de la baguette d'Eireann se perd dans les airs.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh


Dernière édition par Eireann N. Callaghan le Ven 25 Jan 2013 - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 20:20

Le membre 'Eireann N. Callaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ashley M. Lakefield
Messages : 3071 Crédits : avatar Shiya. ; sig : Chieuze & Tumblr & Shy'm
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : 7ème année à l'institut POTTER
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Elle n'a encore jamais réussi à produire un patronus corporel, mais si elle y arrivait un jour, il prendrait la forme d'un aigle
Epouvantard : Johanna morte
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 22:57

La voix agaçante du gamin accro à Eireann commençait sérieusement à lui taper sur le système. Ce crétin n’avait pas de baguette, mettait tous les Phénix en danger et il osait la ramener en provoquant des Héritiers énervés ? Il était fou et Ashley avait une furieuse envie de lui refaire le portrait. Si ses motivations n’étaient pas pour défendre la cause héritière, l’acte en lui-même pourrait passer pour tel, elle ne risquait donc rien. Si ce n’est d’être serré par la bannière étoilée qui continuait de les attaquer sans relâches. La seule solution qu’avait la Gryffondor était de courir, comme l’avait ordonné Heather. Heather qui avait repris ses esprits. Elle allait s’excuser d’avoir été si brutale lorsque la voix du garçon encore en train de muer se fit plus forte. Projetée en avant sans vraiment savoir comment, Ashley cogna Heather de plein fouet. Le souffle coupé, elle laissa son corps tomber au sol tandis que les autres autour d’elle se relevaient déjà. Ce gosse allait bouffer de son poing, elle se le promettait. Les genoux au sol, prête à sauter sur ses pieds et à courir, elle avait le regard fixé sur cet abrutit, si bien qu’elle ne vit pas l’éclair se diriger vers elle.

Le choc du sort fut tel qu’elle ne comprit pas immédiatement ce qui l’avait frappé. C’est en voyant les silhouettes défilées à grande vitesse qu’elle percuta. Everte statum ou defenestro ? Elle penchait plutôt pour la deuxième option, vu la vitesse à laquelle elle allait. L’atterrissage fut violent. La neige et la terre craquèrent sous son poids et quelque chose dans son dos avait décidé de lâcher aussi, sous l’impact. Les traits de son visage s’étirèrent en une expression de surprise avant de se plier en une grimace de douleur. Un gémissement s’échappa de sa gorge tandis qu’elle posait sa tête sur le sol. Les cris se mélangeaient dans sa tête, mais l’un d’entre eux se distingua, par la puissance de la voix et par le nom crié. A demi concentrée sur ce qu’il se passait, un quart de cette demie était rassuré, car le nom n’était pas celui de Johanna. Le deuxième quart s’agitait et lui tordait les entrailles. Le nom était celui d’Eireann.

Décidée à se relever, malgré la douleur qui la secouait encore, elle se mit sur le côté et passa une main dans son dos. Elle ne sentait que la matière froide de la neige et rugueuse de la terre. Sa blessure était interne et elle ne savait pas ce que c'était. Elle sentait ses jambes, c'était déjà ça de gagner. Un faible cri traversa ses lèvres tandis qu'elle se relevait soudainement. Elle n'était pas en état d'aller foutre une raclée au gamin, mais si elle se débrouillait bien, elle pouvait aller voir Eireann, non ? Non. Elle se ferait choppée par Heather et les démonstrations de force de la chanteuse ne donnaient aucunement envie à Ashley de s'essayer à une trahison. Pourtant, c'est ce qu'elle ferait. Parce qu'il s'agissait d'Eireann et que la Lakefield lui devait tout. Il n'était pas question qu'elle la remercie comme elle avait remercié ses parents. A nouveau debout, elle regardait la scène devant elle. L'éloignement provoqué par le defenestro la protégeait un peu plus des sorts échangés, mais elle n'était pas assez loin pour ne pas être vue et un pas en avant la remettrait dans le bain des affrontements. Elle voyait des hommes arriver. Des hommes qu'elle ne connaissait pas et qui n'avaient pas l'air d'être américains, ni même membres de l'Ordre, si elle en croyait les éclairs envoyés. Des alliés pour les héritiers ? Non, les héritiers les attaquaient. Il ne restait qu'une solution.

Le cœur battant, la respiration difficile et le dos presque trop lourd à porter elle avança. En serrant les fesses et les mâchoires, ça irait. D’ici quelques secondes l’adrénaline recommencerait à couler dans ses veines et elle oublierait la douleur. La neige craquait sous ses pas et les paroles d’un homme, près de l’homme barbu qu’Eireann avait appelé Hunter, confirmèrent ses doutes. Des Ombres venus prêter main forte aux Héritiers. Si elle avait pu s’allier aux héritiers, pour des raisons futiles, elle refusait de se battre aux côtés d’Ombres. C’était une haine presque viscérale qu’elle éprouvait à leur égard. Son regard balayait la foule, se posant sur Johanna rien qu’un instant avant de se focaliser sur Eireann, couchée au sol. Que pouvait-elle faire ? L’écart entre les deux chaises s’était creusé et les fesses d’Ashley avaient touché le sol. Ni Héritière, ni Phénix, ni blanche, ni noire, ni pure, ni impure. Belle blague, elle restait impure, c’était sa seule certitude au milieu de tout ce foutoir.

Elle s’arrêta de marcher à l’instant même où elle vit William Wallas arriver avec deux autres hommes. Elle reconnaissait Leo, pour l’avoir vu travailler aux Trois Balais, mais l’autre lui était inconnue. Peu lui importait, elle se fichait d’eux. C’était la présence de William Wallas qui la paralysait. La honte qui se déversa en elle lui fit l’effet d’une douche froide. Un sortilège lancé dans sa direction la remis en action et malgré la douleur accéléra le mouvement. C’est en arrivant à hauteur d’Eireann qu’elle se rendit compte de la vitesse de ses mouvements. Tout allait trop vite et elle avait l’impression de ne plus être dans son corps, pourtant les cris de son corps lui prouvaient bien qu’elle n’était pas encore réduite à l’état de fantôme. Zahid rejoignit Eireann avant elle, mais ça ne l’arrêta pas. Son ancienne professeure venait de se relever, mais les séquelles du sortilège qui l’avait frappée se voyaient encore. Jusqu’à ce qu’elle lui attrape la main et lui dise les mots qu’Ashley attendait depuis le début, mais qui l’apeuraient malgré tout. Les Phénix avaient l’avantage du nombre, mais les nouveaux alliés des Héritiers étaient pires que ces-derniers, plus impitoyables encore, peut-être. Pour autant, elle n’arrivait pas à trouver la force de répondre. Que pouvait-elle dire ? Au milieu de ce bordel sans nom, elle avait besoin d’un camp et celui des Héritiers était à présent à rayer. L’Ordre avait toujours été le sien, mais se battre aux côtés de Wallas après ce qu’elle avait fait la rendait penaude.

Le cri d’Eireann envers un certain Hansen la fit sursauter et elle s’écarta légèrement, de façon à sauver ce qu’il restait de son tympan. Remise dans le contexte de la bataille, Ashley se rendit compte qu’elle avait eu de la chance de ne pas avoir été touchée par les sortilèges volants. Sa proximité avec Eireann devait la rendre intouchable des américains. Peut-être que les Héritiers ne comprenaient pas, peut-être que les Ombres étaient trop occupés et peut-être qu’elle se posait trop de questions. « Everte Statum »


Dé :
Oui : Un PNJ Ombre est touché et s’envole, pour retomber un peu plus loin, légèrement désorienté. Ça fait une couronne de cui-cui autour de sa tête.
Non : L’éclair touche le sol. Mettons-ça sur le dos de la tenue d’Eireann qui perturberait même le plus gay des hommes.


Dernière édition par Ashley M. Lakefield le Ven 25 Jan 2013 - 23:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 22:57

Le membre 'Ashley M. Lakefield' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Nathaniel Hansen
Poney rose officiel
Messages : 2861 Crédits : Myself - TUMBLR.
Age du personnage : 27 ans - né le 4 Janvier 1995.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Aide-soignant au black à l'hôpital de Melbourn (au sud de Cambridge)
Faction : Ombre de la Rose Noire infiltré chez les Phénix.
Maison : Serpentard.


Rapeltout
Patronus : Un labrador brun.
Epouvantard : Etre responsable de la mort des gens qu'il aime. Concrètement : voir un couteau planté dans l'abdomen de sa fiancée et se retrouver avec son sang sur les mains.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 1:56


Nathaniel se crispa en entendant Elena Mulciber. Sa voix était reconnaissable entre mille, ses accents qui montaient dans les aigus lorsqu'elle était sous tension. La prise du Médicomage se resserra sur sa baguette pendant que son regard cherchait la femme du Ministre. Il se posa sur elle un instant, avant de retrouver la forme étendue de Mervyn Kark. Elle n'était pas sérieuse... Nathaniel prit appui sur ses coudes pour se relever. Elle ne pouvait pas les inciter à l'abandonner. Pas comme ça. Un regard circulaire autour de lui confirma ses craintes et appuya les dires de la Mulciber. Ils étaient dans la merde, et pas qu'un peu. Et si Mervyn avait prononcé les mots qu'avaient entendu les enfants Kark... Il avait raison. Peut-être. Les Ombres devaient battre en retraite. Ils devraient abandonner le Ministère. Le Médicomage se redressa et observa son père, quelques pas plus loin. Transplaner à Pré-au-Lard ? A Poudlard ? Tout le monde allait-il le faire de son plein gré ? Le temps de fermer les yeux et Darrin repartirait déjà à l'attaque. Nathaniel s'approcha de lui et lui agrippa le bras sans un mot. Les ordres sont les ordres. Abandonner Mervyn aux mains de ces rebuts de l'humanité le dégoûtait, et il ne faisait pas totalement confiance à Mulciber. Cependant, il devait reconnaître qu'elle savait de quoi elle parlait.

Plop. Sans attendre le fils lâcha son père – à moins que ce ne soit lui qui se dégagea de la prise de son rejeton. Ils avaient tous transplané près des grilles de Poudlard, et l'ambiance était tendue. Sans un mot, Nathaniel profita de cette accalmie pour lancer quelques sorts de soin à ceux qui le demandaient et à ceux qui en avaient besoin. Une dispute éclata, la conversation dérivait en suédois sous les yeux ronds des spectateurs. Le médicomage, s'il sourit à l'évocation de l'amour que portait son père aux animaux, ne fit rien pour intervenir. Lorsque Corvus répondit dans la même langue, il s'étonna de voir cet homme, si propre sur lui, si étranger au monde qu'il connaissait, répondre dans sa langue natale. Pendant quelques secondes, l'ancien Serpentard regarda le Hunter avec une lueur de curiosité dans les yeux, sans prêter plus d'attention à la dispute. Ses yeux se portèrent sur un endroit, près de la forêt interdite. De là où ils étaient, ils pouvaient entendre des bruits qui n'étaient pas habituels. Des bruits de combat. Il bougea, les autres aussi. Les tensions régnaient encore dans le petit groupe, comme si le fait d'avoir prononcé quelques insultes dans une langue étrangère n'avait fait que faire bouillir un peu plus intensément la marmitte.

Ils avançaient rapidement, et peu à peu Nathaniel pouvait presque distinguer les formes qui combattaient devant lui. Il accéléra le pas, pressé d'arriver sur la zone de combats. Etait-il suicidaire ? Oui. Après tout, il n'avait plus grand chose à perdre. Personne ne t'attend à la maison. Son regard s'assombrit. Aussi, lorsqu'un fiole heurta sa jambe, il se retourna aussitôt, et son regard fusilla les Phénix qui les suivaient. Parmi eux, Leo. Bien sur. Il tenta un sort contre eux, mais les effets de la potion commençaient à se déclarer et l'éclair partit dans le vide. Il avait froid, mais au lieu de le rendre apathique, cela attisa le feu qui l'animait. Nathaniel était furieux. Il grelottait, mais les mots fusèrent tout seuls de sa bouche. Il en avait marre. Marre d'avoir toujours tenté de protéger cet idiot, qui finissait toujours par se retourner contre lui. Alors il hurla. « JAG HOPPAS DU VIL DÖR, ELENSAR ! DU, DIN SKIT HALVBLOD, OCH DINAS JÄVLOR PHOENIX! » S'il l'avait traité haut et fort de sang-mêlé ? Oui. Il s'en foutait. Son bras s'engourdissait, et il se retourna à nouveau pour suivre les autres Ombres. En plus, il s'était laissé distancer. Le Médicomage tremblait, mais il ne savait pas si c'était à cause de la potion de Langue de Glace que ce serpent lui avait personnellement destinée, où si la rage qui le saisissait depuis peu contrôlait également son corps. Il avait froid, mais à l'intérieur de lui, il était bouillant. Un ras-le-bol de tout ce qu'on avait pu lui faire subir depuis le début, alors, lorsqu'une voix féminine se mit à l'appeler, il n'en fallut pas plus pour qu'il éclate. Il évita un sort qui ne risquait pas de l'atteindre de toute manière, et chercha sa chère cousine du regard. « TOI AUSSI, CREVE, CALLAGHAN. TOI ET TOUS LES TIENS! » Sa main se resserra sur sa baguette. Non, il ne devait pas. De toute manière, elle était bien trop loin pour qu'il puisse s'occuper de son sort tout de suite. Mais elle ne perdait rien pour attendre. Esquivant un sort lancé par l'un des pitbull américains, le Médicomage avança de quelques pas en direction des Phénix. Il frissonna violemment. Qu'ils crèvent. Tous. Ses doigts violacés aggrippèrent sa baguette comme s'il s'agissait de son seul espoir de survie. Tous, sans exceptions. « Expulso ! AVADA KEDAVRA ! » Qu'ils crèvent.

    Dé #1, Adava. (l'expulso est tombé dans le vide d'office.)
    OUI, kill kill bang bang.
    NON, pfuiiiiiit. In the air.

    Dé #2, attaque d'un PNJ.
    OUI, Le pur produit de propagande ministérielle est touché par un diffindo lancé de biais qui lui raye le flanc.
    NON, Le relou qui crie esquive à moitié, c'est le dos qui prend, de manière superficielle, mais ça picote quand même pas mal.

      Trad' -
      J'espère que tu crèveras, Elensar. Toi, ton sang-mêlé de merde et tes putains de phénix !


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


'coz a heart that hurts
is a heart that works.
So I haven't given up , but all my choices, my good luck appeared to go and get me stuck in an open prison. Now I am trying to break free, be in a state of empathy, find the true and inner me ; eradicate the schism. No one can take it away from me, and no one can tear it apart.


      .                     [color=#8c6fb3]





.


Dernière édition par Nathaniel Hansen le Sam 26 Jan 2013 - 2:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 1:56

Le membre 'Nathaniel Hansen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 13:46


    La voix de Pierce commençait à lui taper sur le système nerveux. Certes, les insultes qu’il balançait auparavant sur les Mangemorts étaient divertissantes et amusait Joe pendant qu’elle lançait ses sorts. Presque tous ratés soit dit en passant. Mais maintenant qu’il annonçait qu’il y avait du renfort, et ceux pour les troupes adverses, elle aurait préféré qu’il leur annonce une bonne nouvelle. Là, elle sentait ses espoirs s’envoler en même temps que les corps des Héritiers qui fusaient parfois dans les airs. On pouvait voir, quand un trait de lumière ne vous aveuglait pas, qu’un petit groupe se dirigeait effectivement en direction des Héritiers. Youpi tralala pouipoui !

    Un Ombre était sur le point de jeter un sort en leur direction quand un sort, sorti de nulle part, l’envoya valser (les trucs en toc, les cages, doréééééees) le Mangemort à quelques dizaines de mètres. La blonde tourna la tête, entraperçu Léo et eut un sourire avant de remarquer ceux avec qui il venait. William Wallas… S’il vous plait ! L’espoir qui avait déserté les Phénix renaquit alors, leur donnant la force de se défendre de plus belle. Mais les engueulades qui leur parvenaient alors que les renforts des Héritiers venaient à peine d’arriver sur le champ de bataille perturbèrent Johanna. C’était quoi cette langue, encore ? En tout cas, c’était moche… Quand un Ombre tergiversa en direction de Léo, le corps de la blonde se plaça instinctivement entre les deux, la baguette levée. Elle n’avait pas compris un traitre mot de ce qu’il venait de dire mais entendait très bien à la tonalité de sa voix que la haine et la colère prédominaient sur toutes les autres émotions.

    L’aide de Léo, François et William était la bienvenue car, en face d’eux, Johanna parvenait à identifier certains Ombres. Nathaniel et Darrin, premièrement. Quel bonheur de les retrouver ici ! Ils ne lui avaient absolument pas manqué, tient… D’ailleurs, elle aurait préféré ne jamais les revoir, après l’attaque de Gringott’s. Le souvenir de la bouche du plus âgé sur la sienne lui revint soudainement en mémoire et un frisson de dégoût la parcourut. Au moins, elle savait que lui ne la toucherait pas, dette de vie oblige. Mais son fils se ferait certainement un plaisir de réduire une Née-Moldue en bouille. Une horde d’araignée apparut alors du côté des Phénix et fila en direction d’un Ombre qu’elle ne connaissait pas. Si elle n’arrivait pas à mettre de nom sur les visages qu’elle voyait, peut-être lui serait-il plus facile de les attaquer ?

    Sur sa gauche, elle remarqua un mouvement anormal. Pourquoi diable un ennemi courrait dans leur direction pendant qu’Eireann se dirigeait vers… Holy shit. Le visage de Johanna perdit toutes ses couleurs quand elle vit Ashley revenir pour de bon dans le camp qui était le sien. Enfin. La voix d’Eireann prit rapidement de la force et elle injuria Nathaniel. Malgré sa probable détermination, le sort qu’elle lança dans la direction de l’ancien infirmier ne toucha pas sa cible. Bien dommage. L’Everte Statum qu’envoya Ashley toucha bien sa cible, lui, apprenant à un Ombre à voler sans ailes. Joe jeta un regard vers la métisse puis dirigea sa baguette sur Nathaniel qui, lui, tuait un Phénix d’un Avada bien rodé avant de se prendre un Diffindo. Ce qui n’était pas assez au goût de la blonde.

    Everte Statum !

    Spoiler:
     


    Le sort de la blonde dévia, laissant une fois de plus Nathaniel en paix.

    T'es cocu ou quoi ?!

    La voix de la jeune femme se perdit peut-être dans le fracas de la bataille mais l'envie de fracasser le crâne de l'homme contre une pierre s'insinuait dans son esprit... Au moins, la pierre ne bougerait pas, elle


Dernière édition par Johanna C. Springstone le Sam 26 Jan 2013 - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 13:46

Le membre 'Johanna C. Springstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 17:42

Il s’était jeté dans le tas de Phénix comme un gros bourrin, tentant de les écarter du corps inconscient de Mervyn Kark, malheureusement malgré son action courageuse les Ombres n’avaient pas réussi à se frayer un chemin jusqu’à lui. Et les américains continuaient d’arriver en masse. Finalement la décision de Mulciber le rassura, même si ça le débectait d’abandonner leur leader. C’était une décision de lâches, et c’était dégoutant d’abandonner un membre de sa meute. En même temps il pensait à sa vraie meute, et il avait très envie de fuir et de les rejoindre entier et vivant si possible. Il transplana donc à Pré-au-Lard.

En arrivant il fut pris d’un coup de fatigue. Il n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être mais ils se battaient depuis des heures. Ici encore les combats faisaient visiblement rage. Le feu ravageait la foret, fantastique... Encore des Phénix, des Héritiers. Ils avaient perdu le Ministère, Kark, il commençait vraiment à penser à son exil politique. La période de calme relatif lui permit de regarder autour de lui et de mieux détailler les membres de son groupe. C’est la qu’il le repéra, l’homme qui avait condamné Eldritch.

Sans plus y réfléchir il se jeta sur lui pour lui serrer la gorge, dans l’espoir de l’étouffer. Il était un Ombre mais là il n’en avait rien à faire. Il s’était juré de tuer ce fils de p**e. «Toi... Hunter... Corvus Hunter...» Il essayait de se défendre en parlant. Aucun mot sortant de cette bouche perfide n’aurait pu l’arrêter. Il lui cracha à la figure ce qu’il pensait de lui, des insultes encore et encore, qui déboulaient sans même y penser. Il voulait le tuer maintenant, au moins la journée n’aurait pas été complètement vaine.

Malheureusement il se sentit éjecté en arrière. Qui?! Qui avait fait ça?! Il vit alors Darrin Hansen s’énerver contre eux, parler en ce qui devait être du suédois et leur faire la leçon. Il éprouvait toujours un grand respect et une certaine amitié pour Hansen. Il était d’ailleurs rassuré de leur voir en meilleur état. Et il n’avait pas tord. Il poussa un grognement de rage et de frustration. Mais quand il le libéra il resta calme. Sa vengeance viendrait et elle serait terrible, mais ce soir il avait d’autres personnes à tuer.

À peine relevé, il vit les Phénix du ministère qui les suivaient encore! Mais ils n’avaient personne d’autre à harceler?! Il eut à peine le temps de sortir sa baguette et de se mettre en position qu’un Phénix l’attaquait. Une horde d’araignées énormes et dégoutantes se précipitaient sur lui. Il avait l’habitude des araignées, mais pas de ces espèces de machins gros comme des ragondins! Pour la vermine, rien de mieux que le feu, même si les flammes lui faisaient un peu peur. Il tenta quand même un Incendio.

le dé:
 


Dernière édition par Daniel O'Connor le Sam 26 Jan 2013 - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 17:42

Le membre 'Daniel O'Connor' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 18:00

    Une colonne de fumée s’élevait au loin, Pré au lard luisait d’une lueur rouge orangée, propre à un incendie qui se déclarait. Peverus pensa immédiatement à sa boutique. Les enfoirés. Sans prévenir il envoya un sortilège en direction d’un des américains

    - Blixten -

    Peverus était tellement absorbé par le combat avec les américains et les phénix, qu’il ne vit pas le résultat de son sort, il n’eut pas même remarqué que dans son dos, du mouvement se faisait. L’ombre de la rose noire, suivie de près par de nouveau membres de l’ordre du Phénix. Et dans ce mélimélo étrange, en tête du premier groupe, Corvus, le frère de Peverus. Avec les gens de l’ombre (vu leur attitude, ils n’avaient rien de ces hippies de l’ordre) L’avocat les mis rapidement à l’abri derrière un mur de rocher. Peverus se précipita pour une accolade fraternelle. Non pas que lui et son frère soient proches, mais il était heureux de le voir en vie, et il ne put restreindre cet élan de bienveillance fraternelle. Après c’était une question de liens familiaux, de liens du sang, c’était extrêmement important dans ces familles de sorciers.

    « Corvus »

    Peverus était heureux de voir son frère. Immédiatement ce dernier s’enquit de connaitre son état de santé, car il était évident que le fabricant de baguettes avait subi quelques dégâts, son bras brulés et entaillé, son flanc gauche amoché, et la quinte de toux qui enfin s’en était allée. Selon Corvus, ce n’était pas là la place d’un marchand de baguettes. Quelle blague, de la part d’un avocat dont les seules aventures étaient des joutes verbales ! Bien entendu L’ainé perçu l’inquiétude de Corvus concernant le benjamin de la famille Hunter.

    « Moi ça va, un peu amoché mais pas plus que toi apparemment. Je n’ai pas vu Aquila ce soir, je ne pense pas qu’il ait prit part au combat »

    Mais il n’avait aucune certitude.


Blixten:
 


Dernière édition par Peverus Hunter le Sam 26 Jan 2013 - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Jan 2013 - 18:00

Le membre 'Peverus Hunter' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe II
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs