ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe I - Page 4



 



ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe I
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 13 Jan 2013 - 22:30

Le membre 'Wilhelmina M. Salamander' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 13 Jan 2013 - 23:04

La fille était encore là, contre le sol, et Vesperion se rendit compte qu’elle venait sans doute de perdre 2 minutes à contempler le cadavre, son cadavre, en oubliant complètement les autres. Et part les autres, elle entendait surtout L’HOMME et Alexianne. Lentement, elle tourna la tête pour repérer la silhouette de la jeune femme. Fragile, elle l’était encore, surtout en ayant une nouvelle fois voler dans la neige, mais ça ne l’empêcha pas de lancer un sortilège à l’un des Phénix sans l’aide de personne. Ce n’était pas un Avada, ni même un Doloris mais c’était un sortilège parfaitement réussit et quand Alexianne croisa son regard, Vesperion ne pu s’empêcher de lui sourire, avec fierté, le cœur plus léger. Elle allait vivre ce soir, Vesper en était convaincue.

Il ne fallu que quelques instants pour vaincre ces combattants plutôt inexpérimentés, et il n’en restait déjà qu’un seul, tremblant et épouvanté, alors que l’HOMME ramassait sa baguette pour se rapprocher ensuite de sa promise, dans un élan protecteur et déterminé. Il n’allait très certainement plus la lâcher, et Vesperion n’avait pas à empiéter sur son territoire, amie ou pas. Au lieu de cela, elle revint au Gobelin, carcasse fumante dans la nuit profonde d’hiver. Ils avaient évité de peu la catastrophe.

Mais il fallait s’occuper du dernier Phénix et Vesper levait déjà sa baguette pour l’abattre, sans s’attarder sur le poids dans son ventre qui s’alourdissait de devoir prononcer à nouveau l’Impardonnable, quand un rugissement préhistorique déchira la nuit.

Un battement, comme les voiles d’un bâteau qui claque et tous relèvent la tête avant que les flammes ne soient crachées dans la direction. Non en fait, cela ressemble moins à des flammes qu’à une coulée de lave en fusion, un brasier, un incendie qui en quelques secondes dévore l’air et les arbres aux alentours, remet à feu le Gobelin et manque de les tuer. La chaleur brûlante dans son dos contraste avec la neige qui macule son visage quand elle s’est jetée à terre, imitant sa chef non loin d’elle. C’était un geste de survie absolument inconscient.

Un. UN DRAGON. (C'est un vrai Dragon un gros mais il fait nuit oh peut-être que Willhelmina saura la race il doit avoir quel âge c'est un Dragon pour de bon c'est un -)

Le dragon vole, plane, silhouette monstrueuse et fascinante à peine éclairée par les crachats enflammés de son compagnon et par les lumières de la ville. C’est un ballet meurtrier et l’odeur de chaire carbonisée la renseigne soudain sur l’absence définitif d’avenir sur l’ex Phénix survivant.

(Bête magnifique certes mais beurk...)

Un méchouis à terre, encore grimaçant de terreur, dans le sillage des flammes. Vesper a des larmes qui ruissellent sur ses joues sous la chaleur montante qui fait fondre la neige.

Pas très loin, Lestrange et Malefoy semblent en avoir prit pour leur compte mais ce qui inquiète par-dessous tout Vesper c’est l’avenir du Gobelin de nouveau enflammé. Willhelmina a pensé à les avertir de leur sort, et à protéger le musée mais le bar est de nouveau au bord de l’explosion. En plus d’attirer de nouveau l’attention du Dragon, cela les met directement dans la ligne de tirs de flammes toxiques magiques.

Vesper se relève aussitôt, ramasse sa baguette et se précipite hors de la route, en direction des arbres, loin du Gobelin et bien plus loin encore du Musée. Elle fait demi tour juste pour apercevoir le retour du Dragon et lève bien haut sa baguette. Une seconde, elle pense à la marque de Voldemort, pour que ça soit classe mais celui qui lui vient en tête est autre.

Le dragon ne lui rappelle que lui. Lui et sa peau essoufflée, en sueur tiens, dans cette chaleur moite (neige et flamme fondent et fusionnent) et les boucles lourdes sur le cuir de la banquette quand….

« Spero Patronum »

La Raie-manta s'élève dans la nuit, visible à cent mètres, volant en direction du ciel lentement. Elle n'est qu'à dix mètres à peine du groupe mais espère que cela suffira à les protéger. Même si maintenant, c'est elle qui est dans la ligne de tir du dragon. Vesperion a juste le temps d’apercevoir les reliefs de ses écailles avant qu'il ouvre la gueule pour un premier tir.

Spoiler:
 



Dernière édition par Vesperion Quinn le Dim 13 Jan 2013 - 23:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 13 Jan 2013 - 23:04

Le membre 'Vesperion Quinn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 14 Jan 2013 - 9:33

Le soulagement de voir sa cible encore en vie ne dura que quelques minutes car déjà, Alexianne sentit Murphy à ses côtés, prêt à finir le travail pour elle. Elle voulu le supplier de lui laisser la vie sauve au moment où déjà il levait sa baguette mais n'en fit rien, quelqu'un le fit pour elle. En un instant, Murphy fut désarmé et sa baguette se retrouva plus loin enfoncée dans la neige. Enveloppée comme tout ces corps trop nombreux qui laissaient leur dernier soupir au creux de cette neige encore immaculée alors qu'ils n'avaient pu atteindre pour la plupart la zone de combat, là où le sol portait les marques de la bataille. Ils n'avaient rien pu faire, un à un ils s'étaient jetés contre la mort ces pauvres enfants...
Murphy tendit sa main à Alexianne pour l'aider à se relever, et elle lui rendit sa baguette en retour d'un Accio qui finirait peut être d'abréger les souffrances du pauvre garçon dont elle était responsable. Pendant ce temps, les autres s’affairent aux flammes qui dévorent tout dans leur dos, et quand ils vinrent à bout de celles ci, les cris de Wilhelmina retentirent à nouveau, la mort frappa encore, et le feu refit son apparition.

Le rugissement de la bête qui transperça les ténèbres le fit tressaillir de peur et elle resserra aussitôt son étreinte sur la main de Murphy. Un dragon, aussi beau que terrifiant survolait le ciel sombre qui les verrait surement périr ce soir. Comment vaincre un dragon ? C'était la première fois qu'Alexianne en voyait un de ses propres yeux et cette créature qu'elle pensait plus tenir de la légende tout en sachant qu'elle existait, elle aurait préférer faire sa rencontre avec elle en d'autre circonstances.
Un premier souffle de feu vit leur leader se jeter au sol tandis que deux autres femmes subissaient les flammes. La présence de Murphy près d'elle la rassura et cet élan d'orgueil, celui de n'être pas seule ce soir, la fit réaliser que quelques mètres en face d'elle, les yeux rivé au ciel comme eux tous, ce pauvre élèves terroristes était seul, seul avec peut être comme unique alliée la certitude de mourir bientôt.
Soudain la chaleur harassante dans flammes la firent plisser les yeux, protégés par ses mains et elle ne perçu après la déflagration que le cri d'agonie du jeune homme, autrefois mourant devant elle, à présent carbonisé, charbon de feu dans la neige. Quel désastre. Avec le peur et la culpabilité, Alexianne restait pétrifiée, elle se contenta de suivre des yeux Vesperion, toujours aussi brave et forte se mouvoir plus loin pour lancer un patronus qui ne fit diversion que quelques secondes car déjà, le souffle de feu craché par ce dragon la manqua de peu elle aussi. Voyant le sort de Vesperion à deux doigts de basculer comme celui de l'élève cramé juste avant elle, un sursaut se fit en elle et très vite elle s'empara de la fiole qu'elle avait en poche. Elle ne se souvenait même plus de son contenu mais avait la ferme intention de venir au secours de Vesper.

Le contenu n'était pas liquide, et quand elle le déversa dans sa main, elle découvrit une poudre sombre qu'elle reconnaissait. Pour sûr son frère avait déjà utilisé ce truc, peut être sous les conseils de Maddox. Elle leva les yeux au ciel et le dragon était de retour, et quand elle croisa son regard de reptile qui semblait vieux de quelques millénaire elle n'eut le temps que de pousser un cri, de voir la lueur au creux de sa gueule déjà ouverte et de sentir les mains de Murphy lui saisir fermement la taille.

Dé 1 :
 

Murphy a juste le temps de pousser Alexianne pour l'écarter du sillage des flammes et de se jeter au sol à son tour quand déjà, la chaleur intenable les cisaille, et avec elle, viennent les braises et les flammèches. Alexianne découvre la puissance de ce feu de Dragon alors qu'elle respire encore en ouvrant sa main et en découvrant la poudre d'obscurité toujours au creux de sa paume. En se relevant elle découvre la veste de son tailleur qui prend feu, autrefois trempé et maintenant à deux doigts de s'enflammer complètement. S'efforçant de le sauver encore elle finit par se résigner et le retire pour le jeter dans la neige et même en chemisier, elle n'a pas froid. La chaleur ancestrale de ce monstre a quelque chose de spéctaculaire.
C'est alors que ses yeux se posent ur Murphy, toujours à terre et qui semble bien blessé. En rempant dans ce qui reste de neige et ce qui s'apparente plutôt à présent à de la boue, elle vient à ses côté et découvre la brûlure dans son dos. Sa main libre qu'elle porte à ses lèvres ne suffit pas à la calmer et déjà elle entend rugir le dragon une nouvelle fois.

Dé 2 si NON-OUI et NON-NON :
 

Un seul rugissement et en une fraction de seconde, le Gobelin estropié explose finalement une nouvelle fois, terrassant les deux autres garçon, le souffle de l'explosion les envoyant quelques mètres plus loin. Sans attendre et en craignant une nouvelle déferlante de flamme, Alexianne jette au ciel cette poudre, comme un appel à l'aide, sauf que cette fois elle sait bien que personne ne viendra, et elle compte sur l'obscurité qui naît en un nuage noir épais pour les protéger.
« Murphy tu n'as rien pour soigner cette blessure ? Elle n'est pas si grave ne t'en fait pas... Mais... Elle mérite d'être soignée tout de même. » Elle ne peut s'empêcher de grimacer tout en le rassurant. Elle sait qu'il y a une médicomage dans le groupe, mais qui ? La petite blonde qui s'est effondrée plus tôt peut être, mais aussi, certaine potion ou onguent pourrait se cacher dans certaine poche. Elle veut crier pour apeller quelqu'un mais dans la panique personne ne l'entendra.
« Est ce que tu peux te relever ? » Elle le soutient par le bras, le redresse et ne peut que prier d'être épargnée jusque là et de lui trouver un remède à cette brûlure, longue traînée rouge vivace qui parcoure son dos depuis sa nuque jusqu'à ses reins.


Dernière édition par Alexianne de Keroual le Lun 14 Jan 2013 - 9:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 14 Jan 2013 - 9:33

Le membre 'Alexianne de Keroual' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Isis Lestrange
Dark Pipou
Messages : 2305 Crédits : Home made
Age du personnage : 24 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Archéomage et ethnologue attitrée des Héritiers
Faction : Les Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Une loutre, mais elle ne peut plus l'invoquer depuis quelques temps
Epouvantard : Un bain de sang, trauma de son enfance au manoir Malefoy pendant la guerre
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 14 Jan 2013 - 20:35

L’ultime duel de cette nuit sans lune s’acheva dans un éclair de lumière vert. Dans un bruit de voiles battues au vent, le sortilège de mort de la Salamander frappa le dernier Phénix qui se tenait encore debout, laissant son corps sans vie s’écrouler dans la neige avec un bruit mat presque imperceptible. Isis se tenait près de son propre cadavre, le talon de sa botte enfoncé dans sa joue alors qu’elle avait voulu imprimer dans sa mémoire les traits de cet homme trop doux qui avait eu le malheur de croiser sa route ce soir. Elle voulait se souvenir de lui, de chacun d’eux. Pas pour porter le fardeau de leur mort sur ses épaules, non, mais pour ne jamais oublier le visage de l’ennemi, ne jamais oublier que leurs idéaux impies, pourris jusqu’à la moelle par les vestiges d’un temps passé, pouvaient se cacher derrière la plus innocente des apparences. Elle acheva pourtant sa contemplation morbide quand leur leader ordonna que l’on achève le dernier traître. Un pauvre garçon qui ne devait pas être beaucoup plus jeune ou âgé que sa petite-cousine se tenait effectivement encore à quatre pattes dans la neige, essayant péniblement de se remettre debout à en juger par la grimace qui déformait ses traits adolescents. Sans même remarquer que la blonde en pyjama avait déjà levé sa baguette, Isis s’avança alors vers lui d’un pas décidé, la main posée sur la garde du poignard luisant à sa ceinture. Un microbe déjà à terre ne méritait pas qu’elle utilise la magie pour mettre fin à son existence. Malheureusement, ces charmantes pensées furent interrompues par un rugissement grave et menaçant qu’elle ne connaissait que trop bien depuis que deux dragons avaient servis à renforcer les défenses de Poudlard. Quand le château était plongé dans le silence, après que les élèves aient enfin rejoint leur salle commune, il n’était pas rare d’entendre leurs grondements lointains percer la nuit noire, mais ce soir leurs cris féroces étaient là, juste au-dessus de leurs têtes.

Une fois encore, l’héritière des Lestrange n’eut rien le temps de prévoir. Alors qu’un puissant jet de flammes fusait dans sa direction, le seul réflexe qu’elle eut fut de se jeter sur Callista, l’entraînant avec elle dans la neige tandis qu’un éclair de douleur lui transperçait le flanc. Ses côtés déjà meurtries furent pourtant le cadet de ses soucis quand la chaleur intenable du souffle lui lécha le dos. Elle eut beau serrer les dents et s’accrocher à sa fierté, Isis ne put retenir un hurlement de douleur, mais si elle ne voulait pas s’embraser comme une torche elle dut encore trouver la force de se rouler dans la neige pour éteindre le feu qui s’était emparé de ses vêtements. Après cet effort, toutefois, elle resta un moment allonger au sol à se tordre de douleur. Elle sentait à peine la froideur de la neige apaiser ses brûlures, c’était comme si on venait d’allumer un feu à l’intérieur même de son corps. Son esprit luttait pourtant, pour ne pas s’abandonner à ce qu’elle ressentait et se concentrer sur le reste. Sur Callista, par exemple. Callista, sa petite-cousine, son petit serpent qui se battait depuis plus d’un an maintenant pour se montrer digne des Héritiers du Lord. Isis parvint à se redresser grâce à cette pensée. Elle se traîna jusqu’à la Malefoy et posa une main sur sa tête, caressant ses cheveux blonds comme une mère l’aurait fait pour son enfant malade.

_ Callista… Callista, ça va… Je suis là… Là, ne bouge pas… Ça va aller… psalmodiait-elle presque tout en sortant de sa poche la fiole de potion contre les brûlures qu’elle avait récupéré au QG.

Attiré par le patronus de la blonde en pyjama, le dragon était en train de virer au-dessus de la forêt interdite. Isis en profita pour appliquer maladroitement et grossièrement l’onguent aux endroits où la Malefoy était la plus atteinte par les brûlures. Elle venait de finir quand la bête ailée revint étendre son ombre sur eux. La Lestrange attrapa alors la tête de sa cousine et la força à s’aplatir à nouveau dans la neige tandis qu'une nouvelle vague de feu se dirigeait vers O’Ryan et sa compagne. Morgane s'il vous plaît, pensa alors l'héritière, épargnez Ielena...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


They're going to bitch about me anyway,
so I might as well give them something to bitch about.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 2:06

Conscience, culpabilité. Voici les mots auxquels Ielena s’était raccrochée tandis qu’elle observait le corps inanimé de cette petite blonde. Mais quel était ce sentiment grisant qui s’emparait d’elle ? Celui de se dire qu’elle pouvait avoir le choix de vie ou de mort sur les gens ? Oui. N’était-ce pas une sensation envoutante ? Enivrante ? Ces sentiments grappillaient lentement du terrain sur la culpabilité et la conscience. Ielena tenta de repousser ces vagues d’érosion mais sans s’en rendre réellement compte, elle grava ce visage de petite poupée dans sa mémoire. Si la slave avait fixé son cadavre, autour d’elle l’hécatombe continuait. Blessés ou non, les Héritiers se battaient jusqu’au bout. S’il avait manqué de chance avec le Golem, en duel, ils s’y connaissaient. Presque tout leurs assaillants, ou presque, étaient à terre sans vie. Le jeune garçon qu’elle avait solliciter s’était exécuté mais ils durent à nouveau s’y mettre à plusieurs. C’était impressionnant ces flammes mais heureusement, ils parvinrent à les maitriser enfin. Et tandis que Wilhelmina achevait l’un des Phénix, un bruit étrange et une ombre massive les recouvrit. Les têtes de tous se levèrent en direction du ciel pour apercevoir... un dragon ! Ielena écarquilla les yeux, non, ce n’était pas possible pas un dragon... Les phénix et ces américains devaient bien les craindre pour leur envoyer de telles créatures. Les paroles de la Salamander furent cinglantes. Vivre ou mourir. Le dernier phénix, lui qui renait de ces cendres, venait de finir comme tel.

Si l’ironie du sort arracha un sourire sarcastique à Ielena, le destin funeste qui les attendait lui plaisait beaucoup moins. Avant même de pouvoir faire quoi que ce soit, Ielena vit sa vieille amie et sa cousine se faire attaquer par le dragon. De plus, les attaques de cette bête féroce venait de relancer l’incendie du Gobelin Estropié, eux qui avaient tant lutté pour l’éteindre... La jeune femme en pyjama, toujours très vive, lança alors un patronus afin de détourner le dragon. L’idée était bonne, mais malheureusement pas assez distrayante pour ce dragon qui avait envie de grand air... Du coin de l’oeil, elle vit Isis en train de soigner sa cousine tandis qu’elle même était brûlée. La blonde au patronus quant à elle, avait réussi à se cacher, mais pas assez car elle vit ses vêtements s’enflammer. Le dragon s’attaquait à la jeune femme en tailleur et à celui qui semblait être son compagnon. Tandis qu’ils étaient à terre, un nuage noir s’échappa de la main de la brune au tailleur. Une fumée sombre et épaisse se fendit autour d’eux. Ielena n’était pas persuadée que l’idée soit géniale en tout point. A présent, il ne voyait absolument plus le dragon... A croire qu’elle avait vu le coup venir puisque des flammes jaillirent en sa direction.

Flambée ou pas flambée la Ielena ? :
 


Ielena ne peut retenir un cri de douleur et les larmes lui montant au yeux. Il n'y a bien qu'un dragon pour détruire un manteau de son espèce. Pas étonnant qu'il lui crame la tronche après tout ! Si ça se trouve, la peau de son manteau était son frère. La brune retire vivement son manteau le balançant plus loin dans la neige. Appuyée derrière son cailloux, la slave tenta de reprendre son souffle grâce à l’obscurité qui lui laisse un peu de temps. Le dragon semble avoir trouvé une autre activité. Et quelle activité ! Le Gobelin Estropié venait d'exploser. Cramer mais au moins, elle ne s'était pas trouvée près de ce bar malfamé... Dans le noir, Ielena observe au mieux sa brulure. Dans une de ses poches, l'Ukrainienne attrape la potion qu'elle avait récupéré au QG; Elle avait fait preuve de chance. Grossièrement, elle tenta de retirer les morceaux fondus de sa veste mais la douleur était trop intense. Elle se laissa tomber sur le côté. La neige froide ferait peut-être du bien dans un premier temps. C'était censé anesthésier la douleur non ? Alors pourquoi avait-elle toujours aussi mal ? La slave se redressa lentement. Elle utilisa la moitié de sa potion sur son bras qui était bruler de son épaule à son poignet. Elle sentit évident un bien fait, mais ce ne serait pas suffisant pour la soigner, mais qu'importe ! "Isis !" et tandis qu'elle voyait cette dernière se retourner au loin, Ielena referma solidement la fiole et la lança en sa direction. La slave avait bien vu que son amie avait usé toute sa crème pour sa cousine. Un peu était mieux que rien du tout. Elles seraient au moins toutes les trois fonctionnelles.

Observant la pierre sur laquelle elle était appuyée, elle tenta le tout pour le tout. Le dragon semblait faire de grands aller-retour et elle en profita pour se trainer comme elle put derrière un arbre et lança un sortilège de métamorphose à la pierre qui lui avait servit d'abris.

Un cailloux, un petit cailloux :
 

Tandis que le nuage se dissipait petit à petit, le regard jaune du dragon commençait à percer. Très vite, son attention fut porter sur une chose un peu étrange. Un chien. Pour lui du moins. La pierre de Ielena avait pris la forme d'un labrador et ce dernier jappait attirant la créature reptilienne vers le bas du chemin.Appuyée contre l'arbre, Ielena reprenait son souffle. Une pause, voila au moins ce qu'elle s'était octroyée, à elle et à ses camarades.


Dernière édition par Ielena M. Dolohov le Mar 15 Jan 2013 - 3:33, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 2:06

Le membre 'Ielena M. Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 14:24

Il n’y avait rien de plus satisfaisant qu’un travail acharné récompensé. La victoire contre le tas de ferraille en avait été un, l’incendie du Gobelin Estropié, un deuxième. Le bras replié contre sa poitrine, il serrait sa baguette dans son poing gauche, un sourire de soulagement aux lèvres. Ils avaient évité le pire des deux côtés du front. Les flammes s’étaient éteintes, le bar n’exploserait pas et les Phénix étaient à présent morts. Sauf deux. Il tourna le dos à l’auberge afin de voir sa leader. Pas deux secondes plus tard, elle lançait un deuxième éclair vert. Et il n’en restait plus qu’un. L’un des gamins. Celui frappé par les éclairs. Il essayait de se relever, mais il aurait mieux fait de faire le mort. Sachant que les autres allaient s’en occuper, Emmett se baissa pour ramasser un peu de neige et l’étaler sur son bras afin de soulager un peu la brûlure. Mais la neige retomba au sol, lorsqu’il entendit un rugissement. Un rugissement distinctif … La chaleur dans son dos se raviva et il leva les yeux au ciel afin de fixer le dragon qui volait au-dessus d’eux. « Sérieusement ? » Maugréa-t-il. Un jet de flammes vint brûler vif le Phénix et il s’étala au sol pour se mettre à l’abri. Ca n’avait rien de sécurisant, mais il ne pouvait décemment pas aller se cacher derrière un mur du Gobelin Estropié. La neige contre son bras soulageait sa brûlure, c’était déjà un bon point.

Un regard jeté en direction du reste du groupe lui permit de voir que Malefoy et Lestrange avaient été brûlées. Un patronus vint éclairer d’une lumière bleuâtre la scène morbide. Près de lui, la chaleur étouffante du feu l’empêchait de respirer convenablement. Profitant d’un moment de calme, le Flint se releva rapidement pour s’éloigner un peu du bâtiment. Il pouvait réessayer de l’éteindre, mais avec un dragon dans les parages ça ne servait à rien. En parlant de serpent géant … voilà qu’il revenait à la charge. Emmett plongea à nouveau et se couvrit la tête de ses bras. C’était une très mauvaise idée, vu l’état de son membre droit, mais il préférait se brûler le bras, que le minois. Le visage enfoncé dans la neige, il entendait malgré tout, les cris de douleurs des brûlés. Une femme, encore. Pas étonnant vu la majorité qu’elles étaient. Hésitant, il se releva une nouvelle fois et allait tout de même tenter d’éteindre une partie des flammes sur le Gobelin Estropié. C’était sans compter sur le dragon qui profita de cet instant pour provoquer plus de dégâts. Emmett ne s’était pas assez éloigné. Le bar explosa, et il put à peine hoqueter sous la surprise qu’il était déjà dans les airs, poussé par le souffle de l’explosion. La sensation d’un crac et une douleur vive au bras lui fit bien comprend que l’os s’était brisé sous l’impact, à l’atterrissage. Son bras droit lui était complètement inutile à présent. Au moins il n’avait pas été brûlé par cette explosion. C’était un bon point aussi.

Dé:
 

L’obscurité commençait à l’entourer et il ne savait pas si c’était dû à l’atterrissage violent, au contre coup de l’explosion ou à une potion. La troisième option était sûrement la bonne, puisqu’il réussit à voir l’arrivée des flammes pile à temps. Le cœur battant, le bras en ruine et le souffle coupé, il se releva un peu sur ses jambes pour prendre appuie et se jeta hors de leur portée. Ce qu’il n’avait pas prévu c’est la taille du jet de flammes. Celles-ci l’avaient touchées et il les sentait dévorer ses vêtements. « Non. Non. Non » Complètement paniqué il prit les réflexes canins qui le prenaient parfois et commença à se rouler dans la neige, comme un chien, pour éteindre les flammes. Lorsqu’il se calma enfin, il arrivait à peine à respirer. « Par les couilles de Potter pendues au plafond. » Grogna-t-il. Maintenant qu’il n’était plus occupé à sauver ses miches, il sentait à nouveau les effets de la douleur sur son organisme. Son corps était secoué de spasmes et ce n’est que par un réflexe heureux qu’il réussit à se mettre sur le côté à temps, avant de se mettre à vomir tripes et boyaux. Se montrer aussi faible mettait à mal sa vilaine fierté et il devait se reprendre rapidement, s’il ne voulait pas finir sur une brochette. Bordel de goule. Pourquoi est-ce que ça faisait aussi mal ? C'était vraiment pas un bon point.


Dernière édition par Emmett H. Flint le Mar 15 Jan 2013 - 14:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 14:24

Le membre 'Emmett H. Flint' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 17:19




L’eau qui était sortie de sa baguette n’avait eu que peu d’effet mais les sorts de Jules et d’Emmett qui vinrent en renforts lui furent d’une grande aide. D’autres morts. Leurs cadavres qui gisaient étaient une véritable torture visuelle pour Wade. Et pourtant, il s’était cru prêt à faire face à la mort. Il s’était leurré. Mrs Lestrange tuait de sang-froid, Wade restait figé devant cette vision. Il ignorait ce qui le dérangeait exactement, mais quelque chose clochait, en lui, au fond. Comme il s’était leurré.
Soudain, un rugissement dans la nuit, un rugissement qui lui était bien familier. Des flammes suivirent tout naturellement, montrant que les créatures auxquelles ils faisaient face n’étaient pas du tout amicales du tout. Des dragons… « Il faut les tuer ou être tué. » Non, il refusait. C’était contre les valeurs qu’il avait, il ne pouvait tuer des créatures, même si elles étaient visiblement très offensives. Il avait grandi en rêvant d’acquérir le zoo pour changer le sort des créatures qui étaient mal traitées sous l’ordre de son père, il n’allait pas commencer à aller contre ses idéaux alors qu’il n’était qu’un vulgaire apprenti. Il chercherait à les éviter, à les sauver en les éloignant le plus loin de l’endroit où ils étaient, mais il ne leur ferait pas de mal. Jamais.
Aux premières flammes, Wade se jeta à terre par instinct. Sa baguette glissa un peu plus loin dans la neige dont la blancheur avait été tâchée par des gouttes de sang vermeil. Il ne fut pas touché mais il entendit le cri déchirant de Mrs Lestrange qui avait dû être brûlée. Etait-ce le prix à payer pour avoir pris la vie de deux hommes ? Wade n’eut pas réellement le temps de réfléchir sur cette question car il vit l’un des deux dragons revenir. Il se releva et alla récupérer sa baguette rapidement, histoire de trouver un moyen de se protéger si le dragon l’attaquait. Lady Pyj eut la bonne initiative de lancer son patronus pour essayer de détourner son attention cependant, elle fut dans la ligne de mire de la créature écaillée. Celle-ci mit alors à nouveau feu au Gobelin Estropié qu’ils avaient eu tant de mal à éteindre. Tout naturellement, avec tout l’alcool contenu dedans, le bâtiment explosa. Wade s’envola à nouveau et fut mis au tapis pour la troisième fois depuis leur arrivée au Pré-au-Lard. Etait-ce une blague ? Jouaient-ils la malchance ce soir ? Par chance (quelle ironie), le jeune homme atterrit sur la neige et son corps glissa à quelques mètres de l’endroit où il était tombé mais cette fois-ci, il n’avait pas lâché sa baguette. Il ne se releva pas immédiatement : il avait la sensation que tous ses membres avaient des courbatures, que des nœuds étaient formés dans tous les muscles de son corps et que s’il se relevait, ça serait pire. Il ne se trompa pas car dès qu’il essaya de s’appuyer sur ses coudes pour se remettre sur pied, des douleurs intenses le parcoururent. Il n’avait pas hâte de voir son corps quand il rentrerait chez lui, si jamais il rentrait. Debout, Wade devait ressembler à un inferi avec une masse de cheveux de jais et vêtu de vêtements trempés.
Sa vision était floue et lorsqu’elle commença à redevenir nette, une fumée sombre s’abattit sur eux malgré les flammes qui brûlaient le Gobelin Estropié. Sort ou potion, à quoi bon ? Le dragon s’en moquerait, il lancerait leurs flammes au hasard et eux ne seraient pas prêts à y faire face à cause de l’obscurité. Un autre cri déchira les ténèbres, qui disparurent petit à petit et laissèrent place à un chien de pierre qui aboyait à l’attention du dragon. Cela ne l’empêcha pas de faire demi-tour pour souffler des flammes. Peu après, il entendit un son qui ne lui plut pas et ne fit qu’augmenter son inquiétude. Emmett était mal, tout le monde autour de lui était mal.

    Wade est-il brûlé comme ses camarades ou a-t-il, pour une fois, de la chance ?
    OUI & OUI – Il n’est pas brûlé car il a le temps de se mettre à couvert. Les flammes ne font que le réchauffer et fondre la neige, ce qui est une promesse qu’il reviendra rapidement... Pour lui. Une promesse qu’il tiendra surement.
    OUI & NON – Il a le temps de se mettre à couvert mais le dragon réussit à lui toucher légèrement son mollet gauche quand il s’échappait.
    NON & OUI – Il a le temps de se mettre à couvert mais le dragon réussit à lui toucher son mollet gauche quand il s’échappait. La brûlure est importante et il a du mal à marcher.
    NON & NON – Il n’a pas le temps de se mettre à couvert et le dragon réussit à lui toucher la jambe gauche entière. La brûlure est très importante mais il peut encore marcher même s’il souffre intensément à chaque pas.


Les yeux de Wade eurent du mal à s’habituer à la lumière vive des flammes qui étaient reflétées par la neige. Cependant, lorsqu’il aperçut au loin la silhouette de l’immense serpent de feu volant qui revenait à la charge après avoir disparu pendant quelques instants, il eut à nouveau le réflexe de se mettre à couvert derrière les arbres qui se trouvaient derrière lui. Le dragon n’avait peut-être pas prévu ce coup et avait soufflé le feu pour qu’il l’atteigne si Wade n’avait pas bougé de place. Au dernier moment, après un bref regard, le dragon vola par-delà les cimes des arbres dans lesquels Wade s’était caché. En face de lui, la neige avait laissé place à de la boue et son t-shirt et son pull trempés quelques secondes auparavant étaient à présent tout secs. La tiédeur qui s’en dégageait était à la fois rassurante mais aussi terrifiante : il reviendrait.
D’ailleurs, son compère revint rapidement et pour essayer de le détourner de leur groupe, Wade pointa sa baguette vers le ciel : « AVIS ! »

    Si oui & oui, oui & non ou non & oui aux premiers dés : Avis
    OUI – Les petits oiseaux réussissent à détourner l’attention du dragon en s’envolant loin du lieu où le groupe se trouve.
    NON – Le dragon n’en fait qu’une bouchée. C’était bien tenté.


Le dragon qui vit les petits oiseaux fondre sur lui n’eut qu’à ouvrir sa gueule géante pour qu’ils soient tous avalés en quelques secondes.




Dernière édition par Wade Storm le Mar 15 Jan 2013 - 21:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 17:19

Le membre 'Wade Storm' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 18:23

Et c'est forcément Alexianne qui lui rend sa baguette, cette maudite baguette qu'il a bêtement laissé échappée. Il la serre dans sa main, serre la main de la jeune femme dans l'autre, comme une promesse. Il la sortira de là. Et ils remporteront cette guerre. Il n'y à qu'a voir le sort réservés aux imbéciles qui ont pu espérer un monde nouveau. La mort. Déjà, tous les Phénix qui ont tenté de croiser le fer avec eux sont à terre.Un seul encore en vie, et plus pour longtemps. Il n'est plus une menace pour personne désormais et Murphy a tôt fait de s'en désintéresser. Son sort est de toute façon déjà scellé et lui veut juste s'assurer qu'Alexianne va bien. Enfin, va bien... Tiens le coup, ce serait déjà pas mal. Pourtant il n'a même pas le temps de le lui demander. Juste le temps de plonger un instant son regard dans le sien. Et un hurlement parfaitement inhumain, sauvage, vient briser la nuit pas si silencieuse que cela. Un hurlement à vous glacer le sang et les entrailles. Au sens figuré du terme, malheureusement, car cela leur aurait sans doute fait le plus grand bien au vue du jet de flamme qui vient éclairer soudain cette nuit sans lune. Et les éléments ne mettent pas longtemps à se recoller dans son esprit pour qu'il comprenne ce qui est en train de leur fondre dessus. Un dragon. Un DRAGON !

Le genre de créature dont Ian lui rebat les oreilles depuis leur entrée à Poudlard, le genre de créature qu'il a toujours rêvé de côtoyer, affronter, coucouner, que sait-il encore ? Dans un coin de son esprit Murphy espère que Ian aussi, où qu'il soit, se retrouve en ce moment même assaillit par un dragon, pour lui montrer à quel point ça n'a rien de fascinant. Juste une créature féroce, dangereuse, qui ne semble avoir qu'une seule idée en tête : tous les tuer, que cela soit en les croquant ou en les rôtissant. La deuxième option semble pour le moment être son premier choix, et Murphy, en proie à une réelle fascination, ne peut détourner son regard du jet de flamme qui vient, qui baigne un instant leurs compagnes de combat alors qu'elles hurlent de douleur. Il suit des yeux le jet de flamme qui vient emporter la vie du dernier phénix encore à terre. Du coin de l'oeil, il peut voir Vesperion tenter une diversion qui ne dure que quelques instants à peine, et le jet de flamme qui s'abat sur elle. Et le danger prend un goût bien plus proche, et il sait qu'Alexianne risque autant que Vesperion, que d'un instant à l'autre, les flammes peuvent s'abattre sur elle avec toute la douleur qu'elles représentent. Et il sait qu'il veut la protéger, la cacher, la faire fuir ! Et il serre sa main de nouveau. Et c'est déjà trop tard. Le dragon arrive, droit sur eux, et il a à peine le temps de se retourner, sans plus réfléchir, de la protéger de son corps que les flamme viennent lécher son dos, mettant le feu tant à la cape qu'à son pull, sa chemise.

Et il est certain de n'avoir jamais connu une telle douleur. La brûlure qui le prend au dos, si bien qu'il ne sait même pas où elle commence et où elle s'arrête exactement. Et il n'est plus que douleur, plus que cette brûlure qui lui déchire le corps. Il n'a même pas bougé, ne se rend même pas compte qu'il tient toujours Alexianne serrée contre lui. Il ne sent plus ses bras, plus ses jambes. Juste sa peau brûlée, craquée dans son dos. Les chaires a vif. Une douleur à laquelle il est impossible de s'habituer. Impossible de s'en accommoder même quelques instants à peine. Juste la brûlure qui, son cerveau le lui dit bien, ne s'arrêtera jamais !

Et soudain, le froid. Un petit morceau de son esprit encore conscient comprend qu'on vient -qu'Alexianne vient- de l'allonger dans la neige. Tout le reste de sa conscience n'en a cure, ne ressent que la douleur renouvelée du froid, de la dureté du sol sur sa peau brûlée. Juste la douleur, encore et encore. Pourtant il ouvre les yeux pour croiser son regard, il ouvre les yeux et ne voit... Rien. Juste le noir, oppressant, présent tout autour d'eux. Un nerf atteint dans sa colonne, il a perdu la vue, il ne voit plus rien, plus rien ! Et sa respiration haletante, emplie d'angoisse, ne fait qu'empirer la douleur dans son dos, comme si elle ne se suffisait pas à elle-même. Et le bruit alentour, l'explosion, les hurlements de douleurs, autant d'éléments déstabilisants, qui font grandir son angoisse alors qu'il ne peut mettre d'images sur tous ces sons de terreurs. Juste les souffles, les bruits, et Alexianne, si proche, qui tente de trouver un moyen de le soigner, de le rassurer. Et Murphy qui a juste l'impression d'étouffer, étouffer toujours plus, dans cette angoisse, dans cette douleur !

Mais la lumière peu à peu semble revenir. Il lui faut un temps pour s'en apercevoir, un temps pour se rendre compte que les silhouette ont de nouveau des contours un peu plus nets, que les choses se dessinent devant ses yeux. Un temps pour voir un jet de flamme non loin. Et juste une seconde pour comprendre qu'il en va de sa sécurité.

Dé :
Spoiler:
 

Juste le temps de pousser Alexianne sur-lui alors que la flamme vient lécher son bras. Juste le temps de la mettre hors de danger alors qu'un nouveau hurlement s'échappe de ses lèvres. Mais le dragon ne s'intéresse déjà plus à eux, distrait, semble-t-il, par les sorts de ses compagnons d'infortunes. Et un grognement alors qu'il tente de se redresser. Malgré la douleur, heureusement en partie anesthésié par la boue glaciale dans laquelle il était allongé. "Vas te mettre à l'abris, Alexianne, ne te soucis pas de moi. Cours !" C'est un ordre autant qu'une supplique. Il ne peut pas s'occuper d'elle et se battre en même temps, il n'en a plus la force. Et il est hors de question que cette bête immonde s'en prenne maintenant à elle...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 


Dernière édition par Murphy O'Ryan le Mar 15 Jan 2013 - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 15 Jan 2013 - 18:23

Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Callista E. Malefoy
Nelly Olson avec une batte de Quidditch
Messages : 4962 Crédits : avatar : shiya ; signature : love.disaster & tumblr
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Troisième année de médicomagie
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Mamba Noir
Epouvantard : Jules l'abandonnant à son tour.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Jan 2013 - 17:06

Callista observa l’homme qu’elle venait de tuer s’écrouler au sol, sans l’once d’un remord. Au contraire, elle se sentait bien. Vraiment bien. C’était un Phénix en moins, un nuisible en moins pour ce monde qui ne pourrait vivre que lorsqu’ils seraient tous éradiqués. Tout comme ces abominations qui osaient respirer le même air qu’eux, ces horreurs qui existaient alors qu’ils auraient mieux fait de tous mourir, ces Sang-Mêlés. Callista se sentait d’humeur sanguine cette nuit-là. Les Phénix les avaient outragés en s’en prenant à leur école, à leur bastion, ils ne méritaient que de mourir et Callista se ferait un plaisir de leur offrir cette mort qui leur était leur seule échappatoire. Mais si elle le pouvait, elle tenterait de s’amuser en premier lieu. Tuer rapidement, seulement quand c’était nécessaire. Mais tous ces traîtres, ces bâtards, ils ne méritaient que de mourir lentement, dans d’atroces souffrances.

Au milieu de ses pensées, Callista sentit ses jambes céder et elle se laissa tomber à genoux dans la neige. Visiblement, la fatigue ne faisait pas bon ménage avec son corps. Point positif pour son orgueil, elle n’était pas la seule à être ainsi épuisée. Le golem les avait correctement vidé de leurs forces pendant quelques minutes, il fallait réellement qu’ils se reposent. Juste quelques secondes. Une grimace déforma ses traits alors qu’elle tentait de se relever. Bon, bah tout de suite alors. Elle observa plutôt Isis qui avait porté son regard sur elle. Elle laissa un petit sourire lui échapper, afin de la rassurer. Elle aimait Isis. Elle était à la fois sa mère et sa sœur, le pilier féminin qu’elle n’avait jamais eu dans son enfance et sur lequel elle pouvait compter désormais. Et pourtant, Isis n’avait pas vraiment eu d’exemple non plus, quand on savait que sa mère était la dangereuse Bellatrix Lestrange.

Un grondement au-dessus d’elle la fit sursauter. Elle connaissait ce genre de bruits, mais ne l’avait pas entendu depuis six mois. Depuis qu’elle avait quitté Poudlard. C’était le son d’un grondement de dragon. Elle n’aurait pas dû l’entendre à cette distance s’il était encore au château. Alors cela voulait dire… Elle n’eut pas le temps de penser à quoique ce soit d’autre. Un éclair orangé illumina ses yeux, alors que le corps d’Isis s’écrasait sur le sien. Ce ne fut pourtant pas le poids de sa cousine lui comprimant les poumons qu’elle ressentit. Non, ce qui parcourut son corps, ce fut une douleur sans nom, un déchirement atroce qui la fit se cambrer sous le choc. Un cri silencieux sortit de sa bouche entrouverte alors qu’elle retombait au sol. Les yeux grands ouverts, elle observait simplement le ciel de cette nuit couverte sans le voir. Peu importe la neige qui glissait entre ses cheveux et sur sa nuque. Seul son bras gauche était perceptible. Il pulsait, au même rythme de son corps.

Alors qu’elle reprenait peu à peu conscience de la réalité, elle sentit les larmes monter à ses yeux gris et elle se risqua un regard vers son bras. A la vue, ce n’était pas horrible. La peau de son bras était rosie sur une dizaine de centimètres. Rosie de la chaire apparente. Elle grimaça à cette vue, tentant de retenir ses pleurs de douleur. La douleur n’était pas insupportable, mais atrocement douloureuse. Elle savait que les brûlures faisaient parties des pires blessures simples. Celles qu’on ne se faisait pas avec la magie. Ce fut la voix d’Isis qui la ramena à la réalité. Sa cousine tentait de la rassurer, de la soigner. Et elle ? « Isis… Toi aussi… Tu dois… » Qu’elle ne la soigne pas qu’elle, qu’elle s’occupe d’elle-même aussi. Mais l’onguent disparut bien vite, alors qu’il s’imprégnait dans la peau de Callista, apaisant la brûlure, guérissant doucement sa peau endommagée. Mais Isis était toujours blessée. Elle n’eut cependant pas le temps d’y penser plus longtemps, sa cousine la plongeant au sol pour la protéger, encore une fois, alors que le dragon faisait un nouveau tour auteur d’eux. Dire qu’elle n’avait pas assez de force pour soigner Isis… Ni assez de connaissance. Elle la soutiendrait du mieux qu’elle pouvait le long de cette nuit, elle s’en fit la promesse.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

BELIEVE IN YOURSELF &DON'T TRUST OTHERS.
mais si je m'en sors, sans bleu au corps. être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Wilhelmina M. Salamander
Messages : 339 Crédits : © FDD
Age du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Chômeuse
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Jan 2013 - 21:12

La Salamander faisait tout pour préserver le Musée, laissant ses hommes livrés à eux-mêmes. Ils étaient censés être un minimum efficaces, non ? Ils étaient capable de se débrouiller seuls ! Encore qu'un coup d'oeil lui apprit qu'ils étaient en mauvaise posture. Beaucoup venaient d'être brûlés. A ce rythme-là, les dragons de son cher mari allaient être la cause de leur perte. Il fallait qu'elle fasse un choix. Maintenant toujours son sortilège de protection, elle eut soudain l'éclair de lucidité qui pourrait être la solution salvatrice. « Miss Quinn ! » Se souvenir de son nom ne lui avait pris que quelques secondes, pourtant, les membres insignifiants de son mouvement marquaient rarement son esprit. Peu importait, sa mémoire venait d'accomplir un tour de force. « Maintenez un sortilège de protection sur le Musée. » A la moindre éraflure sur la brique, Wilhelmina sévirait. « Eloignez-moi cette bête des environs autant que possible, je vais trouver de quoi la faire fuir ! » Et sans plus de cérémonie, la sorcière s'engouffra dans le musée.

« Madame Salamander. Quelle surprise. » Le gardien du musée semblait tout aussi ravi qu'elle de cette rencontre. « Epargnez-moi vos commentaires, Monsieur Hortusy. Il faut que vous m'aidiez à récupérer la perle de son. » Le gardien haussa un sourcil avant de montrer un sourire auquel il manquait quelques dents. « Vous savez très bien que nous n'avons que la réplique, Madame Salamander. J'aurais voulu vous ai... » Wilhelmina pointa sa baguette sur le vieux bonhomme. « Je saurai très bien trouvé mon chemin jusqu'à la réserve. A vous de voir si vous souhaitez être considéré comme un ennemi des Héritiers ou non. » Le gardien s'inclina, perdant son sourire, et invita la leader de sa faction à le suivre. Il détestait qu'on mette les pieds dans sa réserve. Même cette femme n'avait pas à pénétrer dans son petit univers.

Dés
Oui - Vesperion a le temps de prendre le relai pour le sort de protection.
Non - Vesperion réagit trop tard, le dragon revient déjà et lance quelques flammes qui commencent à grignoter le musée. Il faut éteindre le tout.

Informations Rp
ϟ Wilhemina est absente durant tout le tour. Elle est allée chercher un artefact qui lui permettra de faire fuir les dragons pour de bon. Suite au prochain tour.

ϟ Durant le tour, vous devez protéger les attaques contre le musée afin de préserver Wilhelmina et tenter de repousser le dragon. Je vous rappelle que ce dragon est partagé avec un autre groupe d'event situé dans Pré-au-Lard : soyez cohérent lors de ses actions mais ne vous souciez pas de la chronologie de l'autre groupe, ce serait trop complexe.

ϟ Les sorts de protection sont à utiliser sur le Musée et uniquement sur le Musée. Durant ce tour, Vous devez jouer au dé les sortilèges de protection lancés. Un seul dé est nécessaire pour dire si le sort de protection se maintient de post en post ou non. Lorsqu'un sortilège de protection est brisé, un autre joueur doit prendre le relai.

ϟ Vous pouvez attaquer le dragon mais ce sont des créatures rapides et puissantes. Vous ne pouvez le tuer. Le blesser est aussi impossible puisqu'il est partagé avec un autre groupe. Vous ne pouvez que créer des obstacles à sa progression comme un mur de pierre, un mur d'eau, un typhon.

ϟ Le dragon vous menace toujours de ses flammes mais cette fois, comme vous l'occupez, les dégâts sont moindres et vous n'êtes plus obligés de lancer les dés.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Jan 2013 - 21:12

Le membre 'Wilhelmina M. Salamander' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Jan 2013 - 22:10

    C’est sans doute ce que l’on appelait un jour sans, j’étais juste bonne à rien ce soir. Même un sortilège des plus basiques me résistait … deux fois de suite qui plus est ! Rrrr, je pestais intérieurement contre moi-même. J’avais peut-être pas le cran comme d’autres pour tuer de sang-froid un phénix mais je tenais tout de même à mettre la main à la pâte à ma façon. Ils n’étaient plus que deux encore en vie, la Salamander nous laissait finir le sale boulot avant de partir en direction du château. Ah le château … La simple pensée d’un Poudlard en danger me donna la force de me relever malgré les dégâts de l’explosion du gobelin estropié. Mon genou droit me faisait atrocement mal. Serrant les dents, je rejoignis le noyau du groupe en espérant qu’on ne me demanderait pas d’achever un phénix pour la peine. Je n’en n’eus pas le loisir, merci.

    Un rugissement familier transperça la nuit. Non de dieu. Avant même de lever les yeux au ciel je ne savais que trop bien de quelle créature il émanait. Un dragon. Non d’une goule en slip de bain, c’était bien notre soirée. Un golem, de jeunes phénix et maintenant la légendaire et majestueuse créature. Il fallait être fou pour les avoir lâchés en plein champ de bataille. Pour travailler pour le zoo magique de la capitale anglaise, j’en avais lu et appris des choses sur ces êtres là mais de là à exceller en la matière … seul un véritable dresseur avait la capacité de s’occuper gentiment de leur cas sans passer par la case « mort inévitable » … Ce que la Salamander attendait de nous. J’étais incapable d’achever un phénix alors une créature magique … Non plus. Même si cette dernière voulait notre peau. Damn, cette soirée allait surement être la pire de mon existence. Je jetai un coup d’œil rapide au Storm qui était lui aussi employé par le zoo, je me demandai bien si l’annonce de notre leader lui chamboulait l’esprit autant que moi. Enfin. Mon questionnement ne dura pas bien longtemps, la diversion du patronus n’avait pas été efficace et sans avoir le temps de réagir nous fûmes plongé dans l’obscurité la plus totale. Je plongeai instinctivement au sol et me tournai sur le côté en pointant ma baguette à l’aveuglette là d’où le cri venait. « Glacius ! » qui ne tente rien n’a rien comme on dit …

    Dé ; Qui sème le vent récolte …

    OUI – OUI ; rien du tout. Le sortilège réussit et les flammes du dragon sont gelées avant d’atteindre Jules.
    OUI – NON ; le sort n’est pas assez puissant contre l’ampleur des flammes qui atteigne Jules. La manche de son pull prend feu.
    NON – OUI ; Jules se rate mais par chance les flammes la frôlent seulement. Juste des petites brulures superficielles à déclarer.
    NON – NON ; la tempête de flammes. Jules est brûlée gravement à la cuisse. Le coup de poker du glacius à l’aveuglette est un échec total.

    Coup de chaud en plein hiver, j’en eu des sueurs froides. C’était une sensation bien désagréable. Je stoppai les flammes en me roulant comme une forcenée dans la neige. Ma peau avait rougit, je sentis l’apparition de petites cloques en passant ma main sur mes cotes là où mon pull avait brûlé. Ça aurait pu être pire, bien pire quand je voyais mes camarades bien mal en point.

    Péniblement, je me relevai. Restée au sol une seconde de plus me donnait l’impression d’être à la merci du dragon dans cette obscurité. A peine étais-je debout qu’une nouvelle explosion eut lieu. Le gobelin estropié … encore ! Et merde, nous avions réussi à le maitriser pourtant ! Ce dragon nous donnait du fil à retordre décidément. Je me retrouvais sur le postérieur une fois de plus bien que j’étais plus aux premières loges cette fois-ci. Une nouvelle diversion, un sortilège de métamorphose qui marcha du tonnerre. De quoi respirer et se reposer le temps d’une micro minute mais tout break même minime était bon à prendre. Le dragon revenait déjà à la charge ne faisant qu’un morceau des petits oiseaux.

    Nouvel ordre de la Salamander, protéger le musée coute que coute. Ça, je crois que nous l’avions tous compris mais ses mots prirent d’autant plus de sens lorsqu’elle s’engouffra à l’intérieur. J’arquais un sourcil surprise en ne comprenant guère ce qu’elle allait y faire, m’enfin, une grande sorcière comme telle devait bien avoir un plan magistral derrière la tête. La grande blonde qui faisait des merveilles depuis le début de la bataille fut chargée de la protection de la bâtisse alors qu’on entendait déjà le dragon et ses rugissements revenir à la charge. Pointant rapidement ma baguette dans sa direction, j’articulai distinctement « Hypnolux ! » tout un petit groupe de fées lumineuses jaillirent de ma baguette et s’élevèrent dans le ciel. J’espérai distraire la créature légendaire pendant deux ou trois minutes, juste tenter ma chance avant de voir des sortilèges plus cruels les uns que les autres l’attaquer. La Salamander avait bien dit que c’était lui ou nous, non ? Mh.

    Dé ; Jules a-t-elle toujours la poisse ?

    OUI ; les petites fées occupent le dragon et le désoriente l’espace de quelques minutes. C'est toujours ça de gagné.
    NON ; le dragon semble juger que nous sommes beaucoup plus intéressants que ces êtres de lumière. Il les balaie d'un coup d'aile et lance une nouvelle salve de flammes ...


Dernière édition par Jules A. Pritchard le Mer 16 Jan 2013 - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 16 Jan 2013 - 22:10

Le membre 'Jules A. Pritchard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Jeu 17 Jan 2013 - 7:38

Le gobelin estropié n'était plus.

Quand elle se releva, Vesper n’était plus que de la souffrance. La peau de son dos mise à nue par l’absence notable de tissus en tout genre était rouge vif et ne cessait de se rappeler à elle. Le froid calmait à peine cette sensation pulsante de brûlure insupportable et ce fut d’un pas hagard qu’elle se rapprocha du groupe, majoritairement soufflé par l'explosion qu'elle avait pu, Merlin soit remercié, éviter de justesse. Elle n’arrivait même plus à voir Alexianne, car le monde était transformé en un kaléidoscope de teintes noirs et or. Ce n’était pas que de la sueur qui coulait de son front et de ses yeux bien évidemment, mais elle nierait cela plus tard. Cela ne ferait pas sang-pur une fois cité dans les livres d’histoires.

Sa main se posa sur l’épaule de Murphy alors qu’elle évaluait les dégâts. D’un coup de baguette, elle fit couler un filet d’eau glacée le long de sa brûlure, attentive à l’expression de son regard. Il n’y avait pas à assurer que tout allait bien se passer, il n’y avait rien à dire d’autres qu’un simple « Je suis là ». Ils étaient une équipe, elle était sa baguette, et les autres ne comptaient plus. Elle ne voulait ni plaindre, ni se moquer du garçon à terre et à son bras semble-t-il cassé, ni du bébé.... C'était là l'oeuvre de la guerre et il fallait se relever. Se relever et combattre, et le contre-coup viendrait bien après, au moment de la victoire. Ils gagneraient leur propre guerre personnelle ou mourraient sans pouvoir la défendre, ce n'était que justice.

Cela n'empêchait pas la colère. Surtout quand Lestrange et ses petites copines de tasse à thé s’appliquaient généreusement la pâte anti-brûlure qui faisait cruellement défaut à l’HOMME à cet instant, pourtant bien plus gravement brûlé, et bien plus nécessaire à leur survie ! C'était l'HOMME nom d'un troll !!!

Vesperion se mordit la lèvre et souffla un simple :

« Traitres égoïstes. »

Elle ne s’en permettrait pas plus, pour ne pas se prendre un dragon et trois sorcières boostées aux Doloris dans la tête, mais elle n’en pensait pas moins. Un simple coup d’œil pour repérer la De Keroual, et ce fut Willhelmina qui interrompit son pseudo sortilège de soin qui n’avait utile à rien, ni à diminuer la blessure, ni à la calmer sur la longue durée. Un simple artifice en sommes, et elle était désolée pour l’HOMME mais désormais le devoir l’appelait. D’une voix forte, une véritable sommation, mais c’était Salamander et son cœur se souleva de joie. Elle savait son nom, et ainsi les autres aussi. Elle ne serait pas qu’une arme dans cette guerre, un instrument de musique anonyme. Vesperion sourit, hocha la tête mais murmura juste avant à Murphy.

« Je protégerais Alexianne. »

Il n’y avait pas à discuter de cela.

En trois enjambées, le reste de sa chemise en soie noire flottant vaguement sur sa poitrine, cachant le plus important, elle s’approcha du Musée dans lequel la Salamander venait de s’engouffrer (Merlin veille sur ses idées et ses actions), et leva sa baguette en direction du bâtiment alors que le Dragon revenait à la charge.

« Munitus Cervical ! »

Spoiler:
 

Le musée est à l'abri pour l'instant, mais il y a un autre danger auquel tu ne réfléchis plus, alors que tes lèvres commencent doucement à bleuir. Tu pèses très exactement 47 kilos pour un mètre 70 et n'importe quelle personne censée sait que c'est un poids dangereux pour un sorcier, surtout quand tu utilises ton énergie avec ta magie. Le froid, qui pour l'instant t'aide à supporter la brûlure dans ton dos (j'aime beaucoup ton nouveau brushing d'ailleurs), commence lentement à s'attaquer à tes pieds et à tes mains. Tu trembles, et tes dents claquent de plus en plus vite mais dans la satisfaction tu ne remarques rien. Fais attention Vesper, les engelures aux mains, ça ne pardonne pas....

Tu sens sous tes doigts le contact métallique du couteau qui est toujours présent, et la fiole miraculeusement préservé de tes chutes et autres attaques. Tu ne sais pas qui veille sur toi actuellement, mais tu le remercieras plus tard. En attendant, y'a de l'action !


Dernière édition par Vesperion Quinn le Jeu 17 Jan 2013 - 11:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 17 Jan 2013 - 7:38

Le membre 'Vesperion Quinn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Jeu 17 Jan 2013 - 12:31

Alexianne ne cessait de fixer la jeune blonde qu'elle avait identifiée comme médicomage, où étudiante peut être, une sorcière toujours meilleure qu'elle en sort de soin. Mais cette dernière en prenait pour son compte elle aussi, et Alexianne de parcourir du regard ses compères avec un SOS dans les yeux, mais rien. Sa poudre d'obscurité instantanée, la pire idée qui soit. Tous ainsi plongés dans le noir, les flammes pouvaient les surprendre à tous moment.
Elle avait seulement pensé que cette cachette illusoire serait réconfortante. L'obscurité n'isolait pas des bruits, et toujours elle entendait les cris du dragons, un chien qui jappait gaiement, des cris, encore des cris, et Murphy soudain qui la poussa de nouveau pour la mettre à l'abri d'une nouvelle vague de feu. Comment pouvait il avoir encore un peu d'énergie ? Justement, il n'en avait plus, et Alexianne n'avait pas d'idée plus brillante que d'appliquer cette neige boueuse et glaciale sur son ds, la terre participerait peut être à régénérer sa peau, qui savait ? Seulement, sous ses mains, elle sentait frémir le dos de Murphy, certainement sous le froid et la douleur. « Je suis désolée... » Elle aussi avait terriblement froid et bientôt des larmes perlèrent à ses yeux, des larmes qu'elle essuya aussitôt comme pour cacher une blessure aussitôt. Comme elle était fatiguée, fatiguée, faible ; lasse et excédée de tout ça. Comme elle voulait être au coin du feu avec Murphy dont elle enlace la tête qu'elle niche dans son cou. Elle voulait partir, et Murphy lui donnait le permis de fuir ! Elle eut un sursaut de surprise, sans se sentir coupable encore de ne pas lui dire non spontanément. « Mais je... » Bien sûr qu'elle n'allait pas le laisser, mais elle avait hésité, l'égoïste. Et lui qui ne cessait de la tenter en répétant cela.

Vesperion interrompit tout cela en s'élançant à leur côté. Alexianne lui adressa un sourire, car encore une fois, elle était là, celle dont la présence faisait l'effet d'un roc, sur lequel s'appuyer de tout son poids.
Alors qu'Alexianne avait interrompu toute tentative de calmer la douleur, Vesperion s'enquit de verser de l'eau sur la blessure de Murphy, du bout de sa baguette. Une respiration de voir les secours arriver, tandis que ceux ci crient tout bas à la traîtrise.

Wilhelmina crie soudain le nom de Quinn et celle ci s’exécute dans la foulée en promettant de protéger Alexianne et s'en va protéger le musée, alors que leur leader s'engouffre à l'intérieur de la précieuse bâtisse. Comme si les trésors du Lord valaient plus que leur vie. Le Lord et la défense de sa mémoire... C'était bien le cadet de ses soucis en cet instant.
« Je suis là, ne t'en fait pas, je reste ici ! » Alexianne tentait de répéter ses mots avec fermeté pour rassurer Murphy en même temps qu'elle prenait le relais de Vesper en versant l'eau glacée sur le dos de son fiancé, mais elle fut interrompu par les hurlements du dragon qui revenait vers eux. L'obscurité s'était bien dissipée à présent et un regard en arrière suffit à Alexianne pour apercevoir les petits êtres luisants lancés par une autre jeune fille non loin d'eux, balayés d'un coup d'aile, et le dragon de lancer à nouveau son souffle de feu. Cette chaleur la fit frémir, autant que le froid de cette nuit.

Tout en maintenant son sort sur la brûlure de Murphy, Alexianne suivait des yeux la progression du dragon et les grands tour qu'il formait au dessus de leur tête, et bientôt elle le vit s'approcher du musée alors que Vesperion maintenant son sort de protection, Vesperion qui ne décevait jamais.
Le dragon allait fondre sur elle, elle était à sa merci. Sans prévenir Murphy, elle retira sa baguette de sa brûlure pour la dresser dans les airs et hurler avec conviction en direction du monstre, prenant exemple sur Vesperion. « Spero Patronum »

Dé 1 :
 

Dé 2 si Dé 1 non:
 

La lumière bleue qui s'échappe de la baguette d'Alexianne n'a pas pris la forme du faon dont elle a l'habitude, et même si elle n'y croyait pas de toute façon, la déception reste amère. Mais très vite le soulagement prend le dessus quand elle aperçoit ce patronus assez vigoureux, retenir l'attention du dragon alors qu'il voit passer le sort juste devant son nez.
Mais ce répit ne durera pas, le dragon les a tous habitué à des assauts sans relâche, ils le savent tous. Mais ce n'est plus du ressort d'Alexianne, elle espère simplement que Vesperion pourra maintenir son sort sous la protection des autres, Alexianne elle s'affaire à sa protection, à celle de Murphy et celle de son couple. Cette réussite contre le dragon, si on pouvait apeller cela ainsi, lui donna un peu plus de courage. Elle le voulait son mariage par Merlin, oui, elle voulait vivre et d'une voix un peu plus ferme elle prit le visage de Murphy dans ses mains pour le regarder dans les yeux un bref instant.
« On doit se mettre à couvert, il faut se mettre à l'abri et soigner ta blessure, il faut que tu te lève ! Viens ! » D'un geste du bras elle tente d'aider Murphy à se relever mais elle même s'aperçoit qu'elle est bien faible. Tout ses membres tremblent comme jamais sous l'effet du froid, de la peur. Mais elle n'abandonne pas.


Dernière édition par Alexianne de Keroual le Jeu 17 Jan 2013 - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 17 Jan 2013 - 12:31

Le membre 'Alexianne de Keroual' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 17 Jan 2013 - 16:16

"Non. On ne sera pas à l'abri tant qu'il sera la." Pourtant Murphy se redresse, mais pas pour fuir. Vesperion protège le musée. Courageuse petite Vesperion appelée à son devoir par Wilhelmina Salamander en personne. Et eux doivent protéger Vesperion. N'est-elle pas la seule a être venu l'aider alors que son dos cuisait d'une brûlure qui ne semble pas vouloir s'éteindre ? Bien sur, il n'en tient aucune rancune à ses autres compagnons qui eux-même subissent les dégâts causés par le souffle du dragon en pleine furie. Il y a juste eu une accalmie, juste le temps que la blonde ne tente de leur venir en aide. Il n'a même pas pu la remercier correctement, juste un signe de tête qui lui a arracher une nouvelle grimace de douleur. Et un regard qui ne trompe pas. Reconnaissance. Et confiance. Par pour protéger sa propre vie qu'il n'a jamais confié qu'à Ian. Pour celle d'Alexianne qui sans qu'il ne s'en rende compte est en cet instant ancrée en lui comme bien plus importante. Alors fuir ? Plutôt mourir.

Il se tient debout, à ses côtés, les rôles presque inversés alors que c'est elle qui semble le protéger, détournant l'attention du dragon d'un sort certes pas totalement réussit mais qui a le mérite d'attirer l'attention du dragon un instant ailleurs. Mourir, c'est bien ce qu'il risque de leur arriver. Pas sans combattre cependant. Même si combattre signifie surtout encourager le dragon à aller voir ailleurs s'il n'y sont pas. Et une très bonne méthode pour tenter d'éloigner un être volant d'eux. Alors Murphy lève sa baguette, malgré la douleur cuisante qui semble prendre tout son corps en cet instant. "Wirbelstrum".

Dé :
Spoiler:
 


Trop faible. La douleur qui déchiré de nouveau son dos fait terminer son sort sur un cri de douleur, faisant jaillir de la baguette du maître de potion un simple souffle venant balayer le patronus d'Alexianne. Et le rugissement du dragon qui revient vers eux. Murphy a juste le temps d'apercevoir Vesperion alors que ses jambes lui font de nouveau défaut. Juste le temps de voir la blonde faiblir. Elle ne tiendra pas longtemps. Et sa protection sur le musée non plus. "Que quelqu'un aille l'aider !" un cri. Il faut juste espérer que quelqu'un lait entendu. Et aille soutenir la protection de Vesperion !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 


Dernière édition par Murphy O'Ryan le Jeu 17 Jan 2013 - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 17 Jan 2013 - 16:16

Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe I
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs