ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe I



 



ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe I
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 5 Jan 2013 - 18:55


Pro patria mori

Mourir pour la patrie.

Groupe I
Wilhelmina Salamander-Kark, Alexianne de Keroual, Callista Malefoy, Emmett Flint, Ielena Dolohov, Isis Lestrange, Jules Pritchard, Murphy O’Ryan, Vesperion Quinn, Wade Storm


    Manoir Salamander, 27 décembre 2020, 22h07

La foule l'acclamait, elle, la femme qui s'était battue pendant près de deux ans pour la sauvegarde des idéaux de Lord Voldemort, pour le respect de l'ordre établi, mais pour Wilhelmina Salamander-Kark, la reconnaissance du peuple n'était rien. Rien comparée à la vision providentielle de l'air déconfit qu'arborait son frère ; son éternel sourire narquois était mort sur ses lèvres, remplacé par le rictus disgracieux laissé par l'amertume de sa défaite à plates coutures. Bien évidemment, elle gardait en tête que l'avenir du Royaume-Uni était l'enjeu principal mais la belle sang-pure ne pouvait nier qu'essuyer les restes de l'ego de Mervyn de ses chaussures était un bonus plus que satisfaisant. Elle l'avait écrasé, elle s'était enfin libérée de son statut de cadette éternellement dans l'ombre de l'héritier prodige et avait su le mettre à genoux. Plus personne ne pourrait nier sa supériorité désormais, personne. Pour Wilhelmina, c'était plus qu'une victoire, c'était une véritable consécration, un rêve d'enfant devenu enfin réalité. Du haut de son estrade, la Kark embrassa la foule du regard avant d'entamer son discours. « Le temps de la tyrannie n'est plus, celui de l'oppression et de la peur est révolu. Depuis près de trois ans, depuis la mort tragique du Seigneur des Ténèbres, notre maitre à tous, notre beau et pur pays est ravagé par les flammes de la guerre civile. Des idéaux ont été bafoués, du sang pur a coulé, le mangemort a tué le mangemort et pour quelle raison ? Pour satisfaire l’ego à appétit dévorant d'hommes sans scrupules, tant de principes sacrifiés sans aucun remord tels des pions sur l'échiquier. Mais ce temps est révolu, aujourd'hui est le jour du retour à l'ordre ! ... Non... Pas l'ordre, ce satané Ordre du Phénix prêterait à confusion... » La foule, Mervyn, l'estrade, tout disparut de l'esprit de la Kark alors qu'elle crachait son dentifrice dans le lavabo, avant de fixer son propre regard azurin dans le miroir de sa salle de bain. Son discours n'était pas encore au point et pour être parfaitement honnête avec elle-même, elle doutait qu'il le soit un jour. Wilhelmina n'avait jamais hérité de la même capacité à captiver les auditoires qu'avait son frère. La belle affaire ! Le jour où elle l'aurait véritablement écrasé, ses jolies paroles mielleuses ne lui seraient plus d'aucune utilité.

Vêtue de son élégant pyjama de satin, Wilhelmina quitta sa salle de bain après s'être gargarisé la bouche et se dirigea vers la colossale bibliothèque qui trônait dans sa chambre, à la recherche d'une lecture légèrement plus spirituelle que les pauvres numéros de Sorcière Hebdo que Mervyn lui fournissait si gracieusement pendant sa longue captivité. Trois coups sur la porte brisèrent le silence alors qu'elle avait enfin fait son choix pour un traité philoso-magique écrit par un sorcier français du siècle des Lumières. Avant même qu'elle n'ait pu ouvrir la bouche, Logan entra en trombes dans la pièce. « Mère, une lettre vient d'arriver ! C'est de la part de Selena Lewis, et ça semble import... » « Il ne me semble pas t'avoir invité à entrer Logan. Fais-moi le plaisir de ressortir et d'attendre comme le veut la convenance. » « Mais mère... » Le regard sévère de Wilhelmina fit rapidement comprendre à Logan qu'il ne pourrait pas gagner cette bataille, aussi il quitta rapidement la pièce sous l'oeil critique de sa génitrice qui laissa s'échapper un sec « Entrez. » après qu'il ait frappé à la porte. Sans plus se formaliser de fioritures conventionnelles, Logan tendit la missive en question à sa mère, puis regardait avec appréhension son visage se décomposer au fil de sa lecture. « Alors ? Que dit-elle...? » Wilhelmina Salamander-Kark replia la lettre et posa son regard sur son fils. « Va chercher ton père, nous sommes attaqués. »
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

    Ministère de la magie, 27 décembre 2020, 20h10

« Monsieur Kark… » Enfoncé dans son fauteuil confortable le ministre de la magie ne daigna même pas lui accorder un regard. « Monsieur Kark… » Mervyn s’était désormais muni d’une plume, et gratifiait d’une signature le parchemin qu’il s’était évertué à lire. « Monsieur le ministre. » Ses yeux anthracite roulèrent vers une nouvelle pille de dossiers, sans un regard pour le nuisible qui s’était infiltré dans son bureau. Le jeune homme était paniqué, mais rien de bien nouveau. Ce jeune sot était l’assistant de son épouse. Pauvre petit larbin, incapable de garder son calme, il constituait en revanche un jouet, une balle bien agréable que le couple ombre aimait bien s’envoyer. Régulièrement ce jeune sot pénétrait dans son bureau complètement paniqué. Si les Kark n’avaient pas tant aimé l’humilier il l’aurait sans doute renvoyé bien avant. Encore, une petite semaine et… pouf. « Que se passe-t-il ? Aurais-je oublié un dîner avec ma douce épouse ? » Le jeune sang-pur pâlit encore plus : «C’est la tour. » Sans se dégager d’un sourire amusé, le ministre prit un ton faussement inquiet.

« Quel drame a pu bien se produire ?! On manque d’encre violette pour la couverture de Sorcière Hebdo ? » Le Kark crut bien que le jeune homme allait fondre en larmes. Pauvre larve. « Mais monsieur le ministre, vous ne comprenez pas. La tour des médias est attaquée… » Son rire se bloqua dans sa gorge, alors que ses doigts se mirent à enserrer furieusement sa baguette. Ses yeux enfin sondèrent d’un regard glacial le jeune homme qui lui faisait face, il saignait, ses vêtements étaient déchirés. « Allez chercher Monsieur Rosier. Tout de suite. » Il ne sait pas qui l’attaque, ni quel sera l’ampleur des dégâts, le Kark n’est certain que d’une chose : La guerre est déclarée.
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

    Q.G de l’ordre du phénix, 27 décembre 2020, 21h30

Il planait un parfum de victoire au Q.G. N’y avait-il que lui pour se draper dans la morosité ? Il s’était dit il y a plus d’un an qu’il cesserait de compter les morts. Il avait tenté, mais chaque essai lui avait laissé comme une morsure dans son âme, une entaille dans son humanité. Il ne fallait rien banaliser. Dans l'effervescence ils ne voyaient que la réussite, lui ne percevait que les draps blancs recouvrant une nuée de cadavre. La liberté avait un prix, il l’avait appris, mais toujours pas accepté. Trente morts pour une tour. Et William n’avait compté que les décès de son bord. La prise de la tour des médias avait été un massacre. La machine de guerre avait été redoutable, lui-même avait été surpris par l’efficacité des artefacts déjoueurs de sortilèges de protections, et par l’organisation féroce de ces fantassins sorciers. Est-ce que ça valait le coup ? Comme dans chaque moment de doute, le Wallas s’efforçait de se remémorer les massacres mangemorts, de ce matin terrible où Lucy était venue le trouver en pleurs après l’assassinat de Metelli. Oui, ça valait le coup. La tour des médias n’était qu’un début, un moyen pour la milice de se faire les dents, et surtout une porte ouverte pour quelque chose de plus grand. Il se frotta le front nerveusement et se releva pour aider quelques blessés. La nuit et les massacres ne faisaient que commencer….
☆ ☆ ☆ ☆ ☆


    Poudlard, 27 décembre 2020, 21h37

Le hibou avait été envoyé. De son bureau, la Lewis faisait les cents pas. D’ici elle sentait encore ses sorts faiblir. Quelque chose s’amusait à grignoter les défenses qu’elle avait mis tant de temps à tisser. Et ce bon à rien de Livingstone qui se montrait plus utile qu’une bombabouse dans un placard à balais. Ils avaient beau lancer runes et sorts, quelque chose perçait des trous dans la cuirasse forgée autour de l’école. Est-ce que l’infâme Kark avait trouvé un moyen de lancer un assaut sur l’école ? Qu’il ose, et les premières choses qu’elle lui renverrait seraient les têtes de ses chers petites têtes blondes otages. Grognard était sur le terrain tentant de débusquer les envahisseurs, et elle, elle attendait. Bêtement. Il lui fallait l’avis et l’aval de Wilhelmina avant de tenter quoique ce soit, c’était rageant. L’autonomie acquis avec le gorille Caius s’était envolée, la frustrant un peu plus. Le calme mêlé à l’excitation créait en elle un malaise, que la directrice de Poudlard fut bien heureuse de voir interrompu par l’intervention de Grognard. La concierge venait de rentrer, soulevant dans les airs un homme pieds et poings liés. « Il a été retrouvé près de nos protections magiques, en train d’utiliser ça sur nos défenses.» Deirdre lui remis un curieux artefact peuplé de runes, que Selena ne comprenait pas. Les deux sorcières n’eurent pas besoin de mots pour savoir quelle conduite adaptée.

La concierge acéra ses doloris, alors que la directrice choisissait ses questions. En une demi-heure l’affaire fut réglée. Des phénix, il s’agissait de phénix. Wilhelmina avait également répondu à sa missive confirmant les allégations de l’ennemi dont le cadavre gisait encore sur son tapis. « Allez réunir les otages. Et prenez leurs baguettes, on va avoir besoin de boucliers humains. »

Un quart d’heure plus tard, les otages et leurs mines renfrognées lui faisaient face. Sans s’encombrer de délicatesse, elle lâcha avec froideur. « Si vous je vous ai convoqué ici, c’est que l’heure est grave. Suffisamment grave que même votre genre de vermine ait un rôle à jouer. Poudlard est attaqué. Non, notre société, notre modèle est menacé. Depuis une heure déjà, les barrières magiques tentent d’être forcées, et nous avons appris la prise de la tour des médias par des forces ennemies inconnu. Héritiers et Ombres sont attaqués sur tous les fronts… » La surprise se lisait dans leurs yeux, la méfiance également. Pourquoi la croire ? Pourquoi l’aider ? « Poudlard doit être protégé. Il en va de vos vies. » Nul doute que les phénix n’accorderaient pas un sort agréable aux mangemorts adultes ou enfants se trouvant à l’intérieur de l’académie. Mais ce n’était pas tant la menace extérieure qui perlait dans sa voix. Non…

« Voici vos baguettes. Tentez de vous retourner contre nous, de vous enfuir et autre. Et j’écourte vos misérables vies. » Voilà qui explicitait ces derniers mots, certains pâlirent, d’autres froncèrent les sourcils prêt à grogner. Feignant l’indifférence, comme si les menacer tous de mort, n’était qu’une banalité, elle ajouta : « Si vous ne combattez pas pour les Héritiers, ou pour les mangemorts, combattez au moins pour vos vies. Nous allons sortir de Poudlard par un passage secret, pour protéger l’école de l’extérieur. Restez groupé et… Avada Kedavra » Un élève de septième année venait de lever sa baguette. Peut-être qu’il ne la visait pas elle, peut-être que ce n’était qu’une fausse alerte, peut-être qu’elle avait juste besoin d’un exemple pour leur faire peur. Mais la seule certitude c’était que cet adolescent était bien étendu mort sur le sol. « Aucun acte de rébellion, ne sera toléré. » Elle enjamba son cadavre, pour leur indiquer la voie, et les cingler tous d’un nouvel ordre. « En route. »
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

    Près de Poudlard, 27 décembre 2020, 21h08


Thomas Pierce, quinze à peine, n'avait rien du valeureux Phénix engagé. Il ressemblait réellement à ce qu'il était : un adolescent en semi-crise, laissant perplexe les personnes réunies au sein du QG avant l'attaque. Très peu de personnes savaient qui il était mais surtout ce dont il était capable. Beaucoup ne comprenait pas pourquoi Wallas mettait entre les mains de ce gamin une responsabilité aussi grande. « Bon, c'est pas tellement que je m'ennuie mais j'ai encore une série de runes à décrypter chez moi et c'est diablement plus intéressant alors... » Irritant le gamin en plus. Est-ce qu'il se rendait seulement compte de ce qu'il se préparait ? « Eireann ? On part quand ? Que je vous ouvre rapidement cette barrière pour retourner à quelque chose de vraiment utile ? » La jeune Callaghan le prit par le bras, sa baguette à la main, regrettant qu'il n'en ait pas accepté pour l'occasion. Thomas remarqua son regard. « Ne t'en fais pas, j'ai mes petites copines les runes, et ma copine la fouine en cas de besoin. » Un sourire et un plop plus tard, ils étaient face à la barrière magique.

Le jeune adolescent bidouillait un objet étrange formé de runes. « Truc un et truc deux, faites ce que je vous ai dit avec vos artefacts dans exactement cinq minutes. » Deux phénix filèrent à deux points stratégiques de la barrière magique pour commencer à activer les symboles magiques. tus étaient sceptiques sauf Thomas Pierce qui était parfaitement confiant. Le signal fut lancé, les runes furent efficaces. Au début seulement. En quelques minutes, tout partit en vrille, l'effet escompté n'était pas là, Pierce pestait. « Bande d'incapables ! C'est un système infaillible ! » La disparition totale de la barrière attendue ne vint pas, seules quelques brèches se formèrent. C'était heureusement suffisant... Thomas marmonnait dans son duvet à peine visible tandis que chacun se préparait pour la suite, sans savoir qu'un des leurs avait été intercepté avec un des artefacts runiques.
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

    Ministère de la magie, 27 décembre 2020, 21h45

Echevelée. Le menton en sang. Pauvre petite chose. Pitié, mépris, mais pas de compassion pour sa quatrième épouse. Le Kark se tâtait encore, devait-il se réjouir de sa survie, ou bien la mépriser ? Sa perte aurait été un désavantage fâcheux, mais d’un autre côté Elena avait laissé sa tour tombée. SA TOUR. Elle avait abrité les débuts de sa carrière, et surtout Mervyn savait mieux que quiconque quelle arme représentait cette concentration de médias. Mais blâmer Elena ne lui apporterait rien, si ce n’est la rancœur de sa moitié.

L’heure était grave, le Kark avait été jusqu’à refuser de se rendre au Q.G de sa faction. La situation était critique, la machine de guerre de l’ordre du phénix, avait balayé les systèmes défensifs de la tour, tel un éruptif dans une soufflerie. Pire encore, leur système de sécurité s’était retourné contre eux séquestrant les sorciers dans la tour, et empêchant toute aide extérieure d’intervenir. Seuls quelques ombres avaient réussi à battre en retraite en passant par la cheminée sécurisée du bureau d’Elena. Un bain de sang, cette attaque aussi brève que fulgurante avait été un massacre. Chaque témoignage avait fait parcourir de longs frissons dans l’échine du ministre de la magie. Et ce n’était que le commencement, les témoignages étaient formels.

La rose noire avait vibrée dans toutes les poches de ses fidèles une heure auparavant, et ça ne faisait jamais qu’un petit quart d’heure que les survivants avaient été accueillis dans le vaste hall du ministère. Le Kark avait été sur tous les fronts, communiquant tant bien que mal avec Elena à l’intérieur de l’enfer, contactant ses alliés, et s’évertuant d’amonceler les informations sur ces mystérieux envahisseurs. Américains. Cette organisation paramilitaire ne se drapait peut-être pas dans la bannière étoilée, mais leur accent les avait trahis dans le pays du tea time. Une armée étrangère foulait son sol, s’attaquait à ses institutions, Mervyn ne pouvait se leurrer, l’Etat de guerre était déclaré.

Le Hall central du ministère était bondé, de la fenêtre de son bureau de ministre il discernait tout. Ombres mélangés aux simples employés coincés sur leur lieu de travail alors qu’ils effectuaient docilement des heures supplémentaires. Tant mieux, le ministère avait été suffisamment purgé, pour éliminer en grande partie la menace terroriste dans ses rangs. S’ils n’étaient pas avec eux, au moins ne le serait-il pas contre. Le ministre lissa un pli de son costume, accorda un dernier regard à son épouse avant de s’élancer dans les couloirs. Son allocution ne pouvait plus attendre, et si aucun discours n’avait été rédigé ou encore moins répété, tant pis, son seul regret demeurait l’absence de caméra, ou de micro permettant de diffuser son message. Une fois dans le hall la foule s’écarta sur son passage, certains inclinant respectueuse, ou peut-être simplement docilement, la tête lorsqu’il arrivait à leur hauteur. Habilement il grimpa sur le rebord de la statue centra, la transformant en estrade de fortune. Calmement il appliqua un sonorus sur sa gorge, avant de faire résonner sa voix grave dans les corps de ses sujets. « Mes chers concitoyens, je pense qu’il est inutile de taire les désastreux évènements qui ont touché notre pays il n’y a pas une heure. Ce soir à dix-neuf heures quarante, la tour des médias, institution du ministère, a été touché par la barbarie étrangère. Une armée américaine foule en ce moment notre sol, soutenue par des terroristes phénix, qui aveuglé par ses idées anarchistes se fichent bien de livrer notre pays à des mercenaires étrangers. Nous sommes envahi, l’Etat de guerre est donc déclaré… » Une vague de murmure peupla sa pause, quoi de plus normal. La dernière fois que de telle mesure avait été prise remontait au dernier conflit contre les moldus. Les guerres civiles n’entraient pas dans ce cas de figure. « Tout citoyen sorcier se doit combattre non seulement pour sauver sa vie, mais aussi son pays et ses institutions. La guerre contre les Etats-Unis Sorciers d’Amérique est officiellement déclarée. » Les murmures se firent clameur, et le Kark comprit que son bref discours avait eu l’effet escompté : la peur étreignait ses ouailles. Commençait maintenant la valse éreintante des préparatifs.
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

    Q.G de l’ordre du phénix, 27 décembre 2020, 22h58

« Le temps est venu. Ce soir est la dernière nuit où nous endurerons la tyrannie. La tour des médias est tombée, nous offrant par son réseau de cheminée sécurisé un passage vers le ministère. Les artefacts runiques développés par Mr Pierce, sont actuellement en train de nous permettre de détruire les barrières magiques de Poudlard, mais aussi du ministère. Nos amis américains nous ont ouvert la voie, mais ce soir c’est à vous, à nous, de récupérer les clefs de notre liberté. » Sa voix était pleine d’assurance, la morosité de son cœur, ne devait pas transparaitre devant ses amis. Insuffler du courage, plus que de l’espoir, ce n’était plus lui le porteur de l’espérance, mais Botley et son armée victorieuse. Peu importe, la mise à bas de la société mangemort devait être leur œuvre, à eux, pas un fait établi par la force par un pays étranger, William en demeurait convaincu. Le gros de la milice devait rester au quartier général, reprendre des forces, seuls quelques éléments viendraient avec les britanniques sur les différents fronts.
☆ ☆ ☆ ☆ ☆


    Q.G des Héritiers, 27 décembre 2020, 23h15

Son cœur battait vite, trop vite. Le calme apparent de son visage de glace abritait une tempête silencieuse. La Salamander-Kark avait l’impression d’être face à un gouffre tentant de l’aspirer. Elle n’était pourtant pas de ces femmes qui frissonnent pour rien, s’avoue vaincu à la moindre embuche. Mais les informations obtenues sur la tour des médias lui avaient froid dans le dos. Dans les faits qu’on se soit emparé du joujou de son frère, elle en avait cure. Non, l’évènement aurait même eu plutôt tendance à faire s’épanouir sur son visage de marbre un radieux sourire. Le problème c’était la forme, la facilité déconcertante avec laquelle ces ennemis avaient réduits à néant les systèmes de sécurité et massacrés les ombres. Mais le vrai problème c’est que ces gens s’en prenaient à Poudlard. Trop soucieuse de ses propres intérêts, Wilhelmina se moquait bien de son frère. De toute façon, il était comme tous les fléaux ancestraux de ce monde : partout, sans pitié, et incurable.

Hors de question de laisser paraitre son agitation intérieure, ses craintes elle les gardait pour elle, et elle seule, personne n’avait besoin de ça. La sang-pure savait pertinemment que ses troupes éprouvaient déjà en leur sein le fil acéré de la peur. C’était du courage qu’il fallait insuffler à ces pleutres. Debout sur une caisse, elle toisa de son regard de glace la foule réunie dans le hangar Salamander. Au moins ils avaient été efficaces, et avaient répondu rapidement à l’appel. Il fallait faire vite, Selena ne pourrait pas tenir seule indéfiniment. Et Wilhelmina n’avait aucune envie de subir à Poudlard le même sort que les ombres dans la tour des médias. Debout sur une caisse, pour se faire voir de tous elle commença : « Je vais être brève et concise car ce n’est pas le temps des courbettes ni des beaux discours. La tour des médias des ombres est bien tombée, et aussi rapidement qu’on le prétend. Quelques informations ont percé du ministère confirmant ce que nous savions déjà, c’est une milice américaine soutenant les phénix qui est derrière l’attaque. Cette même organisation s’attaque actuellement à Poudlard, depuis plus d’une heure déjà nos barrières magiques sont mises à mal. Quelqu’un tente de forcer notre barrage, et d’après Mrs Grognard, il commence à y parvenir. En aucun cas l’école ne doit tomber entre les griffes de ces terroristes, ou pire de ces étrangers. Caius vous donnera vos lieux d’affectation, et Mr O’Ryan des potions. Après cela votre départ pour Pré-au-Lard se doit d’être imminent. »

La foule s’agita alors, et Caius prit le relais formant les groupes en adressant des points stratégiques à protéger, en moins d’un quart d’heure les groupes avaient tous été constitué, Wilhelmina avait elle-même rejoint le sien. Tous avaient leurs potions, ils pouvaient partir. « En route… » La leader transplanait déjà, quand loin, comme écho elle entendit résonner le grondement d’une explosion.
☆ ☆ ☆ ☆ ☆


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 5 Jan 2013 - 18:56

Informations Hors Rp
ϟ L’event dure trois semaines IRL.

ϟ Un tour ne dure que 48h . A partir du moment où le PNJ a posté vous avez 48h pour répondre, sans quoi votre tour sera passé.

ϟ Au bout de 3 tours manqués vous êtes exclus de l’event. Votre personnage sera alors blessé au point d’en être inconscient pendant toute la durée des combats. Etre exclu entraine également une perte de points pour votre faction. Chaque abandon fait perdre 3 points à votre faction si vous avez commencé l’event, 5 points si vous n’avez même pas fait acte de présence.

ϟ Il vous est formellement interdit de prêter un de vos comptes à un de vos camarades. C’est de la triche ! Si vous devez rater des tours, vous les ratez, vous ne cherchez pas à fausser le système. Ce genre de pratique entrainera un retrait de points, une exclusion de l’event en cours, et l’interdiction de participer à l’event à venir.

ϟ Vous serez prévenus par mp à chaque fois que ça sera à votre tour de RP. Une date et une heure précise vous seront communiquées, il s’agit de la fin du tour. Vous devez nécessairement poster avant !

ϟ Des sujets de flood ont été créés pour vos groupes, afin que vous puissiez discuter des scenarii, tactiques ou autre que vous souhaitez développer durant cet event.

ϟ Désormais, un inventaire des objets détenus par vos personnages est mis en place. Vous avez l'obligation de poster dans ce sujet avant de commencer à RP.

ϟ Si vous avez des questions, il faut les poser dans ce sujet ! Pas dans le Flood, ni sur la CB, ni par MP ! Uniquement dans le SAV !

ϟ Dernière information mais pas des moindres : lisez attentivement les réponses de vos partenaires RP ! Ordonnez vos réponses, faites clairement apparaître la chronologie de vos actions en fonction de celles des autres et ne perdez pas de temps à tout répéter pour rien ! Le mot d'ordre d'un event est action. Répéter les réponses précédentes ne permet pas de rendre les choses plus claires mais peut surtout vous amener à faire des erreurs chronologiques ! Evitez d'intercaler inutilement des actes ou paroles entre ceux d'une réponse précédentes : favorisez vraiment l'avancée. Si nous voyons que les erreurs du genre se multiplient, nous finirons par trouver un moyen direct d'y couper court.


Réglementation des combats
A lire obligatoirement. Tout manquement au règlement sera sévèrement puni.
ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 attaque par rp. Par attaque on veut dire, sort offensif, coup de pied ou autre, potions ou usage d’artefact pouvant nuire à vos ennemis. Et par nuire, on n’entend pas seulement le blesser mais également le bloquer dans son avancée. Créer un éboulement pour bloquer un passage, c’est une attaque.

ϟ L’usage des sorts défensifs est désormais interdit. Pourquoi ? Trop d’abus. Trop de gens les utilisant à chaque tour rendant inintéressant le jeu pour les malheureux faisant preuve de bon sens. Ça n’apporte rien, sa pratique est donc supprimée. Toutefois lorsque votre ennemi n’a pas de chance avec le dé et que le sort n’atteint pas sa cible, vous pouvez tout à faire dire que votre personnage a lancé un protego au bon moment pour contrer le sort.

ϟ Pour chaque action offensive lancée, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si elle fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble. Cela dit, si dans chaque proposition de dé vous vous retrouvez gagnant et à chaque tour, nous sommes en droit de vous demander de changer. Ce système ne peut fonctionner que si tout le monde fait preuve de bon sens. Nous vous rappelons que l'usage d'une potion autre qu'une potion de soin est une action offensive.

ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, et sans avoir à lancer le dé. Mais attention, un sort accessoire en aucun cas ne doit être détourné en sort offensif. Créer un éboulement pour le bloquer le passage à vos ennemis, c’est une attaque. Un sort accessoire peut servir à lancer une action offensive, il y contribue, mais ça ne doit pas être un moyen pour les grosbills de lancer plusieurs attaques par tour.

ϟ En ce qui concerne les sorts de soin le lancer de dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Là encore le bon sens est de rigueur, ce n’est pas parce que les dés sont gentils avec vous, que votre personnage inculte en matière de médicomagie pourra se guérir entièrement. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires tels que William Wallas ou Nathaniel Hansen. Les potions de soin peuvent être utilisées sans lancer de dé.

ϟ Pour qu’une action dirigée contre un Leader ( Wilhelmina, Caius, Mervyn, William et Elena) réussisse pleinement vous devez utiliser deux lancers de dé minimum. Les leaders ne sont pas des sorciers lambdas, par bien des aspects ils surpassent leur congénères, et c’est bien pour ça que ce sont eux les chefs des factions. Selena et Lucy sont aussi inclus dans le lot, même s’ils sont moins puissants que les leaders.

ϟ Petit rappel, vous n’avez pas le droit d’acculer complètement votre adversaire dès le début de l’event. Qu’entendons-nous par acculer ? Et bien c’est aussi bien lui prendre sa baguette et lui briser en mille morceaux, alors certes ça rend prospère les affaires d’Ollivander, mais ça paralyse complètement le joueur, qui n’a alors plus sa place dans l’event. Acculer, c’est aussi laisser pour mort dans une mare de sang son adversaire. Comment voulez-vous qu’un personnage complètement agonisant puisse continuer l’event dans cette situation ?
Vous êtes libres de vos actes, tant que ces derniers n’entravent pas trop la liberté de vos camarades de rp.
Attention, on ne vous dit pas de vous faire des bisous, et qu’il faut qu’à la fin le plus gros bobo soit une entorse, et un gros bleu à la fesse droite. Non on vous dit seulement d’attendre les derniers tours de l’event pour mettre vraiment K.O vos adversaires. Commencez doucement, pour terminer en beauté ! Wink

ϟ N’oubliez pas que la magie noire ça ne s’use pas comme un petrificus totalus, c’est difficilement contrôlable, ça peut se retourner contre son lanceur, et surtout ça laisse des séquelles à vie. Alors réfléchissez avant de lancer un feudeymon pour tuer tout le monde. Le sectumsempra est encore une fois interdit.

ϟ Attention, toute tentative de grosbillisme même cachée via un lancer de dé heureux, sera sanctionnée in rp et hors rp et ce de façon immédiate. Selon l’infraction aux règles, votre sanction peut aller de la simple demande d’édition du rp en faute et d’un retrait de points, à l’exclusion de l’event, voire au bannissement du joueur pour les events à venir.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦




Dernière édition par Filet du Diable le Sam 5 Jan 2013 - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 5 Jan 2013 - 19:40

Wilhelmina darda d'un regard noir les alentours tandis que ses hommes finissaient d'apparaître autour d'elle. Elle avait choisi de se poster à l'entrée de Pré-au-Lard, pour contrer les maudits envahisseurs qui tenteraient lâchement de fuir. Selena s'occuperait de les ramener vers ici avec l'aide de la concierge et la leader des Héritiers se ferait un plaisir de les accueillir avec l'aide de ses baguette mais surtout de toute sa haine. S'attaquer à Poudlard, oser tenter de prendre le contrôle de ce qu'ils avaient réussi à préserver malgré les épreuves ! La Tour des Médias était une chose, tant pis pour son détestable frère s'il perdait un de ses précieux jouets. Mais Poudlard, non ! Jamais ! « Préparez-vous, ils arriveront par là. Je ne tolèrerait aucune pitié envers ces moins que rien. N'oubliez pas qu'un Phénix reste votre plus grand ennemi. N'oubliez pas comment notre maître s'est battu pour les réduire à l'état de cendres. Aujourd'hui, il faut enfin les ramener à l'état de poussière. Pour le Lord ! » cria-t-elle, en levant sa baguette. Une Marque des Ténèbres aurait eu sa place à cet instant mais il ne fallait pas signaler leur position.

La Kark-Salamander était aux aguets, attentive au moindre bruit. Et soudain, tout commença. Des sons résonnèrent au loin, des affrontements avaient commencé mais il n'y avait toujours rien de leur côté. Et puis un bruit, plus près, suspect, qui la fit se retourner instinctivement du côté de Pré-au-Lard. Un mouvement, suivi d'un bruissement étrange. « Lestrange, Dolohov, avec moi. » Wilhelmina se dirigea vers le village et eut tout juste le temps de voir un sorcier s'affairer autour d'un objet étrange. « AVADA KEDAVRA ! » Le sortilège mortel frappa l'homme en pleine poitrine. La sorcière s'approcha précautionneusement de lui, suivie par les deux jeunes femmes. « Lestrange, fouillez-le. » Elle reporta furtivement son attention vers la mystérieuse boîte, faiblement éclairée par les lumières de la ville. Elle s'en détourna pour scruter le reste du groupe. Toujours rien. Puis un nouveau bruit, une sorte de grincement. Wilhelmina fit volte-face et vit la boite se transformer peu à peu en une sorte de statue de métal, haute de trois mètres au moins, illuminée par endroit de filons bleutés. Si certains auraient reculé, la Kark n'en fit rien. Elle se contenta de lever sa baguette « BLIXTEN ! » Un éclair fendit le ciel et vint ricocher sur l'objet de métal avant d'aller s'écraser contre un arbre qui s'embrasa. « ON SE REGROUPE ! »


Informations Rp
ϟ Les Héritiers ont récemment mis en place un système d'arbre de contact. Plusieurs sorciers présents au QG ont été chargés de contacter deux autres sorciers via cheminée et ainsi de suite. Tout le monde n'a pus être contacté mais un bon nombre d'Héritiers ont pu répondre à l'appel. Les Héritiers ont ensuite été équipés rapidement avant de transplaner à Pré-au-Lard, près du Musée.

ϟ Votre seul ennemi, et pas les moindre, est pour le moment un golem de fer bleu. Il s’agit d’une arme issue de la magie technologie américaine fonctionnant à base de runes gravées soigneusement à l’intérieur de sa coque. Il frappe fort, peut envoyer des décharges électriques capables de vous sonner, et surtout ne connait pas la douleur. Frappez-le autant que vous le souhaitez, ça ne lui fera rien. Démembrez-le, et il se relèvera pour se reconstituer. Invincible ? Non, il suffit simplement de trouver ses points faibles. Points faibles que nous ne vous donnons pas pour le moment.

ϟ Deux dés positifs sont nécessaires pour le démembrer. Pour l’affaiblir considérablement il faut trouver son point faible. A chaque sort lancé, un admin passera dans le flood pour vous dire si oui ou non le type de sort ou potion employé a été efficace pour l’affaiblir.

ϟ Il fait nuit noire mais vous bénéficiez de l'éclairage du village ainsi que de celui de l'arbre en feu pour l'instant. Cet arbre est d'ailleurs infesté d'oiseaux qui, affolés, volent en tous sens et peuvent gêner votre visibilité.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 5 Jan 2013 - 21:45

« Venez au QG, c’est une situation de crise. »

Ni bonsoir, ni merde, ni d’autres explications. Cela avait été la seule phrase marmonnée dans sa cheminée, avant que le feu magique de contact ne s’éteigne brusquement. Évanouit le messager, qui n’avait même pas prit la peine de se masquer ou de transformer sa voix. Il lui avait parlé à nu, mais sa voix était si chevrotante, si emplie de terreur, que même sans sortilèges, Vesperion ne l’avait pas reconnue. Elle s’était contentée de fixer bêtement l’âtre. Ursubédia, à ses côtés, lui tendait encore la seconde part de brioche pour qu’elle puisse se la tartiner, et les yeux globuleux d’un teint de boue piquetés de vert étaient écarquillés sous la peur. C’était pourtant une soirée tranquille, même si, à cause de ses heures supplémentaires répétées, son Directeur l’avait renvoyé chez elle deux heures plus tôt que d’habitude, arguant qu’elle ne servait à rien à trainer dans ses pattes, avec sa gueule béante d’ennuis. Pas sa faute si elle avait prit de l’avance sur ses rapports, et son département était censé lui fournir du boulot constamment. Donc elle était rentrée, s’était changée et avait décidé de diner avec Ursubédia, d’une tartine de beurre de cacahuète, avec comme unique projet une conversation banale pour se bercer avant d’aller au lit. Et voilà qu’un feu de cheminée l’alertait d’une situation de crise. Une situation de crise de quoi ?

Le Ministère. C’était sans nul doute aucun une attaque contre le Ministère.

« Maitresse… »

« Je rentrerais tard. Et fait en sorte que mes parents ne sortent pas. »
« Mais les maitres… »

Elle avait transplané sans plus attendre, et sans un dernier regard pour Ursubédia. Le QG n’était pas aussi bondé qu’elle l’avait espéré, et c’est en bousculant quelqu’un qu’elle se rendit compte qu’elle tenait toujours à la main le couteau de cuisine qu’elle utilisait à peine quelques secondes plus tôt pour tartiner ses tranches de brioche. Willhelmina grimpait sur une caisse pour commencer son discours et Vesperion était là, sans masque, sans cape, juste ce pyjama noir presque civil flottant sur son corps maigre, ses cheveux attachés, et un couteau de cuisine encore tâché de beurre de cacahuète à la main. Tu parles d’une héroïne.

« La tour des médias des ombres est bien tombée… »


Vesperion rangea calmement le couteau de cuisine dans la poche avant de son pantalon, effleurant sans le vouloir sa baguette qui manqua de crépiter. A côté d’elle, un inconnu se mit à haleter d’angoisse.

Ce n'était pas le Ministère, mais ce n'était pas un soulagement non plus. Ce n'était pas non plus une crise (elle retrouverait cet anonyme de messager et lui démembrerait la tête tiens, ça la défoulerait)

C'était la guerre.

Enfin !





Entendre son nom claquer d’une voix froide, rejoindre un groupe, reconnaitre vaguement le regard d’Alexianne de Keroual dans la foule, lui effleurer la main presque involontairement, attraper une potion, la ranger dans l’autre poche de son pyjama, remarquer sa pâleur dans l’éclat miroir d’un porte-chandelle et essayer vaguement de retrouver contenance…. Tout cela lui sembla durer quelques secondes à peine, et cette impression n’était certainement pas une erreur. Ce n’était pas à proprement parler une préparation, juste une vague organisation comme un chien montre les crocs après avoir remarqué la main de l’attaquant qui se lève pour frapper. Ils se rassuraient comme ils pouvaient mais la Tour était déjà tombée et Poudlard allait céder (c'était évident, à moins d'un sortilège miraculeux, il faudrait juste faire des victimes et ramasser les pots cassés).

Elle avait Willhelmina à ses côtés, et l’HOMME aussi, qu’elle manqua presque de bousculer. Elle était à visage découvert pour une bataille qui se ferait sans truc et astuce, baguette contre baguette, sorcier contre sorcier. Ce soir il fallait vivre ou mourir mais puisqu’elle serait connue de tous, et puisqu’elle était aux côtés des Héros de son monde, elle tâcherait de leur faire honneur. Vesperion prit une inspiration profonde avant de transplaner et sourcilla à peine quand la fraicheur de cette nuit de décembre la mordit sauvagement au corps. Elle n’avait pas la constitution pour survivre à ce genre de température et resta sagement aux côtés du corps chaud que formait son groupe, ses pieds se rétractant dans ses fines pantoufles. La neige et la glace qui constellait la route de Pré-au-lard commença à s’infiltrer, humide et mortelle.

Pas le temps de jouer les touristes, pas le temps de souffler. Vesperion dégaina sa baguette et attrapa simplement le bras d’Alexianne, non loin d’elle, comme pour lui assurer sa présence. Si leur précédente mission avait été un cruel échec, elle ne comptait pas laisser la jeune femme démunie face à leurs assaillants. Car elle savait la De Keroual peut encline à combattre, ou en tout cas, cela avait été le cas face à la botaniste. Aujourd’hui, on se battrait pour tuer et unis, ils seraient plus convaincants face aux terroristes de l’Ordre. Elle n’irait pas jusqu’à la protéger, ni à se concentrer sur elle, mais cela ne voudrait pas dire qu’elle se servirait d’Alexianne comme bouclier humain pour échapper aux sorts.

L’idée pourtant était tentante, sur un plan purement logique. Mais un Héritier de moins c’était une baguette en moins. Et puis Alexianne était différente. Alexianne devait vivre pour gouverner ce monde voilà tout, avec l’Homme.

« Pour le Lord » La conviction murmurée s’évapora dans l’air en buée fine, et avec elle commença le premier geste d'attaque.

« AVADA KEDAVRA ! »


L’éclat vert lui fit plisser les yeux mais elle ne s’approcha pas. La Salamander avait donné son ordre à deux héritiers, et elle ne faisait partie ni de la famille Lestrange, ni des Dolohov. Rester à sa place, au moins au début, ne pouvait lui garantir que sa survie.

Mais elle n’était pas assez loin pour ne pas voir le gollem grossir et surgir, comme sortit du néant. Monstre à l’éclat bleuté et métallique, rigide, intransigeant et à l'aspect clairement menaçant, un cerbère qui se dressa devant eux et Vesperion leva la tête, fixant les orbites vides du monstre qui leur barrait le passage. Pour l’instant immobile, il ne tarderait pas à fondre sur eux car ce n’était évidemment pas une arme défensive pour Poudlard, bien au contraire.

« BLIXTEN ! »


L’arme à moins de 10 mètres d’elle s’enflamme brusquement sous le ricochet et Vesperion plisse les yeux quand une nuée d’oiseaux en panique croasse et s’envole à tire d’aile, autour d’eux, gênant clairement la visibilité. Cette fois, l’ordre a claqué, ils doivent se regrouper et faire front, donc elle n’a pas à attendre qu’un autre prenne l’initiative de contrer cette chose.

« Catenae Ferrum »

Spoiler:
 


Dernière édition par Vesperion Quinn le Sam 5 Jan 2013 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 5 Jan 2013 - 21:45

Le membre 'Vesperion Quinn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Isis Lestrange
Dark Pipou
Messages : 2305 Crédits : Home made
Age du personnage : 24 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Archéomage et ethnologue attitrée des Héritiers
Faction : Les Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Une loutre, mais elle ne peut plus l'invoquer depuis quelques temps
Epouvantard : Un bain de sang, trauma de son enfance au manoir Malefoy pendant la guerre
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 12:26

Les talons de ses bottes claquaient sur le sol avec force, principalement à cause du pas précipité avec lequel elle marchait le long des docks londoniens. Sa silhouette se mouvait dans l’obscurité jusqu’à ce que la lumière d’un réverbère éclaire son visage un bref instant. Sombre et fermé. Une lueur préoccupée hantait la niche du regard d’Isis Lestrange par cette nuit sans lune du 27 décembre 2020. Une dizaine de minutes plus tôt, son intendante avait pénétré dans la petite bibliothèque du deuxième étage où elle travaillait à décrypter quelques runes anciennes, la respiration sifflante et le teint pâle. Quelque-chose s’était produit. Quelque-chose de grave. Le message n’en disait pas plus mais l’appel était lancé. Peu importait l’heure tardive, que Noël soit passé de seulement deux jours ou qu’elle soit occupée à autre chose : l’héritière devait se rendre d’urgence au QG de sa faction. Elle n’aurait su dire pourquoi mais un mauvais pressentiment s’était emparé d’elle dès cet instant et elle ne parvenait pas à s’en débarrasser. Ni en nouant sa longue cape noire autour de ses épaules avant d’aller transplaner hors du domaine du manoir, ni lorsqu’elle pénétra dans la pièce souterraine des entrepôts Salamander. Un bon nombre de sorciers y était déjà assemblé. Beaucoup s’étaient réunis par petits groupes et s’échangeaient les diverses rumeurs qu’ils avaient pu entendre à droite à gauche mais personne n’était capable de démêler le vrai du faux ni ne savait vraiment ce qu’il se passait au final. Isis se fraya un chemin entre eux jusqu’à ce que la silhouette familière de Ielena apparaisse dans son champ de vision. La présence de son amie dans un moment comme celui-ci l’emplit d’une vague de réconfort et elle se hâta dans sa direction. Elle était en train de poser une main sur son épaule quand le silence s’abattit brusquement sur la salle. Ravalant les mots qui s’apprêtaient à franchir ses lèvres, Isis se contenta alors d’un timide sourire avant de tourner son attention vers Wilhelmina Salamander, montée sur un cageot de fortune pour s’adresser à la foule.

Milice américaine. Phénix. Attaque. Barrières magiques misent à mal. Isis assimila chaque nouvelle information comme si un étau se resserrait cran après cran autour de son cœur. Ses poumons se sentaient presque à l’étroit dans sa poitrine. Elle se sentait aspirer dans un tourbillon temporel qui la projetait un peu plus d’un an en arrière, quand la victoire d’Ernest Metelli avait été annoncée sur toutes les ondes magiques. La même sensation lui glaçait les entrailles en cet instant. Qu’est-ce que cela signifiait par Morgane ? De quel droit les américains se permettaient de faire ingérence dans les affaires de la fière Angleterre ? Et ces Phénix… On ne pouvait pas s’attendre à mieux de la part de cette racaille qui ne savait que semer le chaos. Le discours fini, Isis échangea un regard entendu avec Ielena et les deux jeunes femmes allèrent aussitôt chercher leur affectation. Elles rejoignirent ainsi Callista Malefoy, la petite cousine d’Isis qui était bien contente de l’avoir sous les yeux cette fois-ci, son amie Jules Pritchard qu’elle avait déjà rencontré brièvement, Murphy O’Ryan qui lui semblait familier mais qu’elle n’arrivait pas à remettre et Wade Storm, un garçon auquel elle avait enseigné l’Histoire de la Magie pendant un an, avant qu’il ne quitte Poudlard. Les trois autres étaient de parfaits inconnus bien qu’elle reconnaisse le nom du Flint.

Les uns après les autres, ils transplanèrent dans le froid et la nuit écossaise. Ils se trouvaient à l’entrée du village de Pré-au-Lard, du côté de Poudlard. Au-delà de la cime des arbres longeant la route on apercevait les hautes tours illuminées du château se dresser vers le ciel. Habituellement le dôme formé par la barrière magique était invisible mais ce soir quelque-chose le faisait osciller comme s’il avait été une bulle d’eau ridée par le vent. Isis fronça des sourcils en constatant qu’une attaque était bien à l’œuvre. Pour le Lord criait Wilhelmina au même instant, et comme un écho elle répéta ces mots en les soufflant du bout des lèvres. Plus loin on commençait à entendre les crépitements de plusieurs affrontements mais autour d’eux il n’y avait que les ténèbres de la nuit. Jusqu’à ce qu’un craquement et une ombre furtive attire l’attention de la Salamander qui l’enjoignit à la suivre avec Ielena. Un moment plus tard, Isis observait le cadavre d’un garçon qui ne devait pas être plus âgé qu’elle. Elle allait s’accroupir pour fouiller ses poches quand la curieuse boîte qui se tenait à ses côtés se mit à briller d’une vive lumière bleutée et commença à se déplier dans un affreux grincement métallique. L’héritière ne réfléchit même pas. Elle abandonna l’ordre donné par sa supérieure et se replia rapidement vers elle tandis que le golem finissait sa transformation. Il était énorme, au moins trois mètres de haut, et son armure semblait épaisse. Isis n’avait jamais vu quelque-chose comme ça – en tant qu’archéologue elle était plus portée sur les vieilleries que sur les innovations technologiques. Un puissant Blixten s’abattit sur le monstre de métal avant qu’il n’ait eu le temps d’attaquer lui-même mais l’éclair ricocha et mit le feu à un arbre. Face à ce déferlement de lumière, la Lestrange leva une main devant ses yeux, avant de se pencher brusquement en avant pour esquiver un corbeau paniqué qui avait été délogé de son perchoir par les flammes. Bon sang, tout cela commençait bien… Suivant le mouvement d’une petite blonde en pyjama – Wait, what ? En pyjama ?! – Isis brandit pourtant sa baguette et visa leur mystérieux adversaire tandis qu’elle s’exclamait d’une voix forte :

_ Carbo Supplicium !

Les bras solidement ligotés le long du corps grâce à l'intervention de la blonde, le golem reçu en supplément une pluie de charbons ardents en plein visage mais le sortilège de la Lestrange eut l'air d'avoir autant d'effet que si elle lui avait fait une caresse sur le haut de la tête. Au lieu de se débattre de douleur d'une quelconque manière, le géant de métal se mit à forcer sur les liens qui le retenait prisonnier, et nul doute qu'il ne tarderait pas à les faire sauter...


    Dé, mon beau dé, dis-moi qui est la plus belle :
    Oui – oui : Bien visé, le sortilège frappe le golem, mais celui-ci fait simplement un pas en arrière. Les charbons retombent sur le sol mais pas dit que ça freine un bonhomme en métal.
    Autre : Les charbons ardents ne lui font strictement rien et disparaissent.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


They're going to bitch about me anyway,
so I might as well give them something to bitch about.


Dernière édition par Isis Lestrange le Dim 6 Jan 2013 - 12:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 12:26

Le membre 'Isis Lestrange' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Callista E. Malefoy
Nelly Olson avec une batte de Quidditch
Messages : 4962 Crédits : avatar : shiya ; signature : love.disaster & tumblr
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Troisième année de médicomagie
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Mamba Noir
Epouvantard : Jules l'abandonnant à son tour.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 16:14

Installée dans le fauteuil en cuir brun d’un des salons du manoir Malefoy, Callista était plongée dans ses notes, qu’elle se plaisait à appeler cours de Médicomagie. En tant qu’étudiante, elle ne suivait pas de vrais cours, mais travaillait en tant que stagiaire à l’hôpital et donc apprenait sur le tas, selon les situations. Mais cela se faisait également à l’oral, de par les instructions du Médicomage qui se trouvait être son tuteur, ou tutrice en l’occurrence, puisque Callista avait la grande joie d’avoir Ophelia Flint pour lui apprendre les ficelles du métier. Elle en était vraiment heureuse car la jeune femme était tout à fait sympathique avec elle, la prenant sous son aile et lui apprenant avec patience son futur métier. Et même si elle était elle-même encore étudiante, elle en savait bien plus que Callista et pouvait donc lui enseigner tout ce qu’elle savait déjà elle-même. La faute au manque d’effectifs à l’hôpital qui faisait que des étudiants en formation pratique se retrouvaient souvent à aider des étudiants en début de formation théorique.

Mais il fallait tout de même que Callista puisse se souvenir de tout ce qu’on lui disait, afin de pouvoir toujours avoir une aide sur elle si elle avait un doute. C’était pourquoi elle prenait très souvent des notes, afin de rien oublier de ce qu’on lui racontait. Vraiment, le métier de Médicomage lui plaisait de plus en plus et elle se disait qu’elle était bien à sa place à l’hôpital de Sainte Mangouste. Elle pensait moins souvent au fait de devenir professeur de Potions, se plaisant dans ce qu’elle faisait actuellement. Et puis Médicomage lui paraissait un métier bien plus beau, qui pourrait de plus lui être plus utile dans la vie de tous les jours. Bien sûr, elle verrait selon ce que l’avenir lui réservait et selon l’évolution de ses pensées alors qu’elle vieillirait. Mais pour le moment, elle était heureuse ainsi et comptait bien mener jusqu’au bout sa formation.

Elle fut sortie de ses pensées par la cheminée s’illuminant soudainement, lui montrant la présence d’un Héritier. Elle n’eut le droit qu’à de brefs mots la pressant à rejoindre le QG, tout en alertant deux autres Héritiers. Rapidement, elle alla rejoindre son père dans son bureau qui était déjà en train de prévenir deux membres de la faction. Elle lui indiqua à demi-mots qu’elle rejoignait le QG et transplana immédiatement. Elle espérait y retrouver Jules, ou encore Isis, car elle n’aimait pas se sentir seule lorsqu’elle ne savait pas ce qu’il se passait. Elle aperçut sa blondinette d’amie pas loin d’elle au moment où elle arriva et la rejoignit immédiatement, se plaçant à ses côtés. Le discours de leur leader fut explicite, il n’y avait pas besoin de mots supplémentaires. Ils étaient en guerre. Callista rejoignit alors le groupe qu’on lui avait attribué, prenant au passage une potion de soins parmi celles qui avaient été créées à la va-vite pour munir les Héritiers. Elle vérifia que son chignon était toujours en place, frôlant sa pique à cheveux, puis testa que sa tenue ne la dérangerait pas. Se mettant à l’aise chez elle, elle était vêtue d’un pantalon de toile et d’un pull confortable, ce qui ne devrait pas la gêner dans ses mouvements. Bon, elle était aussi prête qu’on pouvait l’être dans sa situation.

Son groupe transplana à l’entrée de Pré-Au-Lard et elle fut attentive dès ce moment-là. Elle écouta Wilhelmina Salamander-Kark parler, approuvant ce qu’elle disait d’un acquiescement de tête. Puis les choses sérieuses commencèrent. Elle vit Isis, son amie et leur leader se diriger vers un homme au visage définitivement inconnu, puis cette créature qui apparut, grandissant encore et encore, jusqu’à atteindre bien trois mètres de hauteur. Callista eut un moment d’arrêt en se demandant quelle pouvait bien être cette créature, n’ayant jamais suivi les cours de Soins aux Créatures Magiques. Puis en voyant la blonde en pyjama lancer un sort immobilisant, ou peut-être pas la créature, suivie par Isis qui par contre n’arriva à rien, Callista se dit que le temps n’était plus à la réflexion, mais bien à l’action. Elle se demanda un court instant quel sort elle pouvait utiliser, puis admit qu’il fallait tout tenter et donc commença par le basique, qui en général marchait plutôt bien dans de telles situations. Même si celle qu’ils vivaient à l’instant même n’avait rien de normale. « Everte Statum ! »

Dé ; Le sort rebondit contre le Golem et va toucher :
Oui-Oui :
Callista
Oui-Non : Isis
Non-Oui :Emmett
Non-Non : Vesperion

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

BELIEVE IN YOURSELF &DON'T TRUST OTHERS.
mais si je m'en sors, sans bleu au corps. être normal pour être bien, effacer quelques lignes de ma main. et si je m'en sors, je veux encore sentir la chaleur de ce beau matin, ensemble, alliés contre un drôle de destin.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 16:14

Le membre 'Callista E. Malefoy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 17:25

Un trait ici, un trait à gommer là, une mesure à ajouter ici et pourquoi pas tout jeter et tout recommencer ? Le plan était mauvais de chez mauvais et depuis des jours qu’il travaillait dessus, Emmett était prêt à devenir fou. Superbe entreprise qu’était Nimbus : laisser les stagiaires s’occuper des finitions d’un croquis. Un croquis qui ne deviendrait certainement jamais un prototype, mais c’est pas grave, faisons chier les larbins. C’était la fatigue qui parlait, il adorait son travail et son équipe, mais qu’est-ce qu’il n’aurait pas donné pour se faufiler dans son lit et dire adieu à sa journée de bouse. Ses orteils enfouis dans ses chaussons se mouvaient d’impatience, ses yeux réclamaient le repos, mais ses mains ne lâchaient pas sa pauvre règle, ni son crayon. Il allait tout poser, tout déchirer, tout jeter, lorsque sa cheminée attira son attention. Il se rapprocha pour mieux entendre et mieux voir, rangeant sa règle dans sa poche au passage – ça va bien plus vite que de faire trois pas en arrière pour la poser sur la table, voyons. A peine quelques mots pour lui dire de ramener ses fesses le plus vite possible au QG et d’avertir deux autres personnes, dont il dut écrire les noms en urgence sur son bras, pour ne pas se planter. Chose faite, il transplanna directement sous le hangar des Salamander. Un rapide coup d’œil lui permit de repérer Ophelia, sa sœur et bébé Storm. Il n’eût pas le temps de faire une recherche de visages plus approfondie. Whilelmina Kark avait pris la parole.

Tour des médias. Phénix. Américains. Guerre. Les mots les plus importants de la soirée. La fatigue d’Emmett s’était envolée. Il se précipita vers les réserves de potions et en prit une au hasard. Poudre d’obscurité, lisait l’étiquette. Ca ferait l’affaire. L’Ordre de madame Kark donné, il disparut. Se retrouver sous ses ordres était intimidant, mais motivant. Lorsque le deuxième discours de sa leader fut terminé, il répéta ses mots. « Pour le Lord ». Le silence qui suivi était lourd. Ses sens aux aguets, Emmett attendait. Le son des premiers affrontements lui parvenait jusqu’aux oreilles, mais c’est le bruit plus près qui attira son attention et celle de madame Kark. Il resta à sa place le temps qu’elle revienne avec Lestrange et Dolohov, en tentant de ne pas les quitter des yeux malgré tout. Il sentait le froid sur ses pieds et un regard rapide lui confirma qu’il avait oublié d'enlever ses chaussons pour mettre des chaussures. C’était déjà mieux que la fille blonde – qui lui disait vaguement quelque chose – en pyjama. L’éclair vert qui suivi la formule du sortilège de la mort lui fit détourner les yeux. Pourquoi est-ce qu’il fallait toujours que ce soit aussi brillant ?

A peine le temps de refocaliser son attention sur le groupe de femmes qu’un monstre apparaissait devant eux. Métallique. Bleu. Inconnu au bataillon. Et apparemment suffisamment résistant pour n’avoir aucun dégât, même après un Blixten. Un arbre à proximité prit feu et libéra une nuée d’oiseaux. Ils avaient vraiment besoin de ça en plus. Affolés, les pauvres bêtes volaient dans tous les sens et il dut se baisser rapidement pour éviter de s’en prendre un en pleine figure. Pendant ce temps, la blonde avait pu ligoté le monstre avec des chaînes et l’une de celles qui avaient suivi Whilelmina enchaîna avec une attaque de charbons ardents. Rien. Et Malefoy, qu’il venait tout juste de remarquer, tenta quelque chose à son tour. Pauvre miss pyjama 2020 qui se prit le rebond. Levant sa baguette à son tour, Emmett lança le premier sort qui lui vint à l’esprit. « Expulso ! »

Dé : La chance est-elle de notre côté ?

Oui/Oui : Golem est touché et en résulte une jolie explosion. Reste à savoir si cela le ralentit.
Oui/Non : Emmett est gêné par un autre oiseau et le sort fini aux pieds du monstre.
Non/Oui : C’est un arbre qui explose.
Non/Non : C’est une baguette en plastique qui a été prise ? Rien ne se passe.


Dernière édition par Emmett H. Flint le Dim 6 Jan 2013 - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 17:25

Le membre 'Emmett H. Flint' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 22:15

Ministère de la magie
ϟ 21h13


Ce devait être la traversée de sa vie certainnement, celle d'un océan blanc de paperasse intermnables et sans horizon qu'elle côtoyait chaque jour, quittait chaque soir, avec la fatalité de les retrouver le matin du lendemain... Alexianne laissa échapper un long soupir, réprimandé du regard par son supérieur sur le bureau d'en face et la jeune fille de se redresser sur sa chaise pour reprendre contenance. Ce n'était pas tant à cause de la lassitude que de l'inquiétude qu'elle soupirait. En face d'elle, le chef du bureau semblait tendu. Il esquissait consciencieusement quelques signatures ici et là mais ses gestes semblaient pressés par Merlin seul savait quoi. Et il n'y avait pas que lui ! Parmi les employés assez soumis ou assez occupés restés pour faire des heures supplémentaires comme Alexianne, la pannique se faisait entendre comme un fantôme qui guette précautionneusement les lieux en un fracas sourd de talon dans les couloirs, de papiers trop agités et de murmures trop insistants. Il se passait quelque chose dont la jeune fille n'était pas au courant et cette menace invisible et inconnue la faisait se précipiter maladroitement elle aussi. Mais son supérieur fut plus rapide qu'elle et se leva le premier.
« Vous partez Monsieur ? » Lui demanda t'elle en levant la tête, inquiète, alors que l'homme pressé terminait de ramasser quelques affaires.
« Et vous feriez bien d'en faire de même. »
« Il me reste quelques papiers à archiver pour boucler les dossiers de l'année... » Elle éspérait qu'il insiste pour lui donner la permission de partir mais c'est à peine s'il semblait l'écouter. Alors la question qui lui brûlait les lèvres. « Il se passe quelques chose ?... »
« Et comment ! Le personnel encore au ministère serait convoqué dans le grand hall ! »
« Pourquoi cela ? »
« La tour des médias aurait été attaqué dans la soirée, c'est en tout cas ce qu'on murmure dans les couloirs. Alors vous feriez bien de boucler vos dossiers rapidement et de vous rendre dans le hall, sur ce, De Keroual, bonne soirée. » Sur ces mots il s'empara de son attaché case et s'éclipsa sans autre forme de procès.
Alexianne ne put le retenir pour obtenir plus d'information et du s'en tenir à cette seule nouvelle, et pas des moindres. La tour des médias serait attaquée. Cela voudrait il dire qu'ils n'étaient pas en sécurité au ministère ? Les pires scénarios et les questions les plus farfelues lui vinrent en tête alors qu'elle demeurait seule à présent dans ce sombre bureau, les mains sur ses cuisses, médusée, ses papiers en désordre devant elle. Pour une fois elle ne ferait pas de zèle. Alexianne se leva d'un bond, esquissa quelques mouvement précipité pour remettre un semblant d'ordre dans son bureau et une fois son sac à main à l'épaule, elle s'enfuit à son tour vers le couloir.

L'agitation était bien plus intense qu'elle ne la percevait de l'autre côté de la porte. Sans crier à l'état d'urgence, les nombreux et rapide allers et venus des quelques irréductibles du ministère finirent de l'angoisser tout à fait. Le navire allait sombrer et chacun cherchait un canneau de sauvetage, c'est en tout cas l'impression que tout ce remus ménage donnait. Sans s'attarder plus longtemps elle se précipita vers le département des transports, quelques peu contrite dans ses talons et son tailleur mauve, peu adapté à la course... Mais il lui fallait prévenir Murphy si jamais il n'était pas encore au courant. La tension entre eux n'était pas encore tout à fait redescendue depuis le bal masqué du Divine Comédie et leurs échanges au ministère s'étaient raréfiés, mais il était pour autant hors de question pour la jeune française de partir sans s'assurer de la sécurité de son fiancé. Elle ne savait pas s'il travaillait ce 27 Décembre, s'il l'avait lui même cherché, en vain, s'il était déjà parti, mais elle ne serait rassurée que lorsque elle s'en serait assurée.
Elle arriva en trombe au bureau de Murphy, bureau en charge de la régie du transport par cheminée, mais celui ci était vide, vide de Murphy comme de tout autre employés. Le cœur battant et les yeux hagards elle continua ses recherches vers la machine à café où il avait l'habitude de retrouver Ian parfois, puis à celle où ils se retrouvaient parfois tout les deux. Mais rien, il demeurait introuvable. Elle ne pouvait se résoudre à quitter le ministère sans l'avoir trouvé et éspérait pourtant qu'il l'avait déjà quitté. À la hâte elle s'enquit d'aller chercher Vesperion au bureau des portoloins pour obtenir un peu plus d'information sur les évennements et pourquoi pas sur Murphy, mais celle ci restait introuvable également. Les deux jeunes femmes n'étaient pas forcément très proches mais sans Murphy, le sang froid de miss Quinn lui aurait été d'un grend secrours. Elle décida de se raisonner, prendre le parti de considérer Murphy hors du ministère et hors de danger, car dans ses élucubrations, Alexianne en était certaine, elle était en danger au ministère.
Elle parvint les autres employés dans le grand hall, déjà amassés en grand nombre, mais seulement pour pouvoir s'échapper et sortir de cette cage. Dans sa lente progression vers la sortie, elle entendit ci et là que Mervyn Kark allait probablement faire une annonce, et tout en tendant l'oreille à ces spéculations, Alexianne restait en alerte, le regard vif, au cas où elle croiserait dans cette foule, son fiancé peut être pris au piège ici, comme elle.

Avant qu'elle n'eut pu regagner la sortie, le Kark fit en effet son apparition en hauteur, accompagné par les murmures des uns et des autres.
«Mes chers concitoyens, je pense qu’il est inutile de taire les désastreux évènements qui ont touché notre pays il n’y a pas une heure. Ce soir à dix-neuf heures quarante, la tour des médias, institution du ministère, a été touché par la barbarie étrangère. Une armée américaine foule en ce moment notre sol, soutenue par des terroristes phénix, qui aveuglé par ses idées anarchistes se fichent bien de livrer notre pays à des mercenaires étrangers. Nous sommes envahi, l’Etat de guerre est donc déclaré… Tout citoyen sorcier se doit combattre non seulement pour sauver sa vie, mais aussi son pays et ses institutions. La guerre contre les Etats-Unis Sorciers d’Amérique est officiellement déclarée.» La guerre est déclarée... Cette annonce persistait dans son esprit comme un écho avec en bruit de fond la clameur de la foule. Les Phénix étaient évidemment derrière tout cela, pire, les américains s'étaient jetés dans la bataille et s'étaient permis de venir les vandaliser ! Mais aussi heurtée qu'elle pu l'être par ces annonces, ce déchaînement de patrotisme heureux la faisait frémir d'angoisse. Il fallait qu'elle parte si elle le pouvait encore.
Sans attendre elle reprit sa progression jusqu'à la sortie, le plus discrètement possible, et quand elle parvint à s'échapper, les cris à la gloire de Mervyn Kark, des Ombres et de l'Angleterre ne s'étaient toujours pas éteints.


Manoir Macnair
ϟ 22h10


C'est en trombe qu'Alexianne pénétra dans le manoir sans même prêté garde à l'elfe de maison qui lui tendait les bras pour récupérer sa cape.
« Alexianne ! »
« Bonsoir grand mère. » Elle la sera contre elle rapidement avant de se diriger vers les escaliers pour rejoindre sa chambre.
« Tu rentres tard dis moi, tu as l'air préoccupée... »
« Plus tard ! » Elle ne se retourna pas vers sa grand mère qui l'observait monter les escaliers jusqu'à ce qu'elle disparaisse tout à fait. Alexianne ne savait pas réellement quoi faire mais elle devait tenter quelque chose pour avertir Murphy. Il y avait tant d'autres personnes à prévenir, et pourtant elle était bien consciente que très rapidement, la population sorcière entière de Londres avait eut vent, d'une façon où d'une autre des évennements. Elle s'installa sur son bureau, la respiration haletante, pris une plume, un parchemin, et rédigea une lettre pour Murphy, qui ne lui parviendrait peut être jamais. Elle lui résumait en quelques mots la situation, l'assurait qu'elle était en sécurité et le priait de faire de même. Elle avait peur qu'il ne choisisse de faire quelques idioties contre les Phénix ou contre n'imorte qui d'autre, elle ne le voulait pas, elle le voulait près d'elle, à l'abri, en sécurité, loin de tout danger. Il n'irait certainnement pas défendre les interêts de Kark mais il ne ferait rien non plus pour faciliter la tâche des américains et de ces trublions de Phénix... Elle avait peur, elle sentait les choses en mouvement, tout allait trop vite, trop ford, trop grand... Elle détéstait ça.
Elle mit quelques minutes à rédiger sa lettre et quand elle redescendit pour prévenir sa grand mère qu'elle se rendait à la volière, elle la trouva assise sur le sofa, cmme tetanisée, les doigts tremblants sur ses lèvres.
« Que se passe t'il ? » Gemma mit un certain temps avant de réagir puis sur un air grave elle se tourna vers elle.
« On vient de nous avertir d'une possible attaque à Poudlard, d'un rassemblement d'urgence au QG... »
« Où est grand père ? »
« Il est parti avertir deux autres famille de ces nouvelles, je suppose qu'ensuite il se rendra au QG lui aussi... » Le cœur de la jeune fille ne fit qu'un tour. Si Murphy avait été prévenu, sans aucun doute il se serait rendu au QG... Et se rendre là bas, c' était bien la dernière chose qu'elle souhaitait. Elle s'approcha avec regret de sa grand mère, lui posa une mains fébrile sur l'épaule, glissa un regard sur la cheminée puis s'éloigna, pour transplaner aussitôt au QG après avoir averti Gemma.


QG des Héritiers
ϟ 22h50

Comme elle, les sorciers arrivaient en masse pour se précipiter au point de rassemblement. La foule se faisait dense et le malaise ne tarda pas à envahir Alexianne dans ce lieu qu'elle ne fréquentait que trop peu. Elle ne voulait pas s'investir à ce point dans les conflit qui gangrénait Londres et tout le mondes sorciers, elle partageait des idéaux certes, mais laisser les autres les défendre ne lui posait pas de problème moral, elle éstimait que sa place n'était pas au combat, qu'elle qu'il soit. Pourtant, cette soirées là allait surement l'entraîner bien plus loin qu'elle ne le désirait... Elle divagua dans les allées, avec difficulté pour chercher Murphy des yeux. Ce bruit, ce monde, cette agitation, tout cela la rendait nerveuse et son oeur battait aussi vite que les allers retours de ses pupilles en quête de la silhouette tant éspérée. Où se trouvait il ?
Avant qu'elle ne parvienne à le dénicher, le silence se fit lentement et par dessus la foule, Wilhelmina Salamander apparu, fière et conquérante.
« Je vais être brève et concise car ce n’est pas le temps des courbettes ni des beaux discours. La tour des médias des ombres est bien tombée, et aussi rapidement qu’on le prétend. Quelques informations ont percé du ministère confirmant ce que nous savions déjà, c’est une milice américaine soutenant les phénix qui est derrière l’attaque. Cette même organisation s’attaque actuellement à Poudlard, depuis plus d’une heure déjà nos barrières magiques sont mises à mal. Quelqu’un tente de forcer notre barrage, et d’après Mrs Grognard, il commence à y parvenir. En aucun cas l’école ne doit tomber entre les griffes de ces terroristes, ou pire de ces étrangers. Caius vous donnera vos lieux d’affectation, et Mr O’Ryan des potions. Après cela votre départ pour Pré-au-Lard se doit d’être imminent. »
Un autre discours, un autre ton, une autre forme. Loin des grandes annonces de son frère, la Salamander semblait plus pragmatique et l'heure était déjà à l'action. Moins qu'une organisation, c'est un semblant de préparatif qui s'esquissa parmi les rangs, et c'est précisément à ce moment qu'Alexianne aurait du quitter les lieux, mais Murphy, Murphy n'était toujours pas en vie à ses yeux. Il y avait au fond, peu de chance qu'il lui soit arrivé quelque chose et pourtant elle ne pouvait s'arracher cette idée de la tête. Il avait disparu, c'était une réalité.

Malgré elle, elle se trova forcée à choisir une potion, qu'elle prit au hasard et fut invitée à rejoindre la leader de tous. Pour quelle raison et pour quoi faire, Alexianne n'en avait qu'une vague idée, mais peu importait, parmi son nom et ceux des autres, elle avait perçu au vol celui de son fiancé.
« Murphy ! » Mise sur la piste, elle le trouva bientôt, et quand elle l'aperçu, elle se jeta dans ses bras, laissant se répandre son soulagement et sa quiétude presque retrtouvés. Elle s'empara de son visage entre ses doigts frêles, le regarda dans les yeux parmi les larmes qui coulait à présent sur ses joues et ne pu s'empêcher de l'embrasser, le fiancé retrouvé.
« Où étais tu passé ? J'ai eut si peur ! » Elle se blottit à nouveau dans ses bras, comme si elle pouvait aller chercher quelque chose au fond de sa cape, mais très rapidement, elle fut rattrapée par la réalité. Elle était à présent engagée dans le combat. Elle croisa le regard de Vesperion, la salua poliment avec un léger sourire, presque sans savoir que dans quelques minutes, elle serait avec elle à Pré au Lard, les pieds dans la neiges et le coeur dans l'angoisse.

Pré au Lard

Le village blanc. C'est ainsi qu'aurait pu s'appeler Pré au Lard en cette fin Décembre. C'était la première fois pour qu'Alexianne posait un pas dans ce bourg et elle l'avait imaginé bien différente, et surtout, elle avait imaginé le découvrir en des circonstances radicalement autres.
La voix de Salamander qui les encouragea à avancer fut le seul bruit qui transperça cet épais silence immaculé et inquiétant, brumeux et éphémère. Car très vite, alors que le petit groupe progressait lentement dans la neige, des cris et des bruits de combats, sourd et léger se firent entendre au loin. Loin mais beaucoup trop proches au goût de la jeune fille... C'est Vesperion qui tenait le bras d'Alexianne pour l'encourager ele aussi à avancer, nul doute que si la jeune femme n'était pas là, elle aurait pu se dérober sous ses pieds unniquement pour stopper sa progression à elle seule. Encourraient ils un danger de mort ? Dans toute sa naïveté, il semblait impossible à Alexianne que deux sorciers s'entretuent, d'autant plus impenssable qu'elle était présente parmi ceux là. Le lord avait tué, elle le savait, mais elle ne l'avait jamais vu. Le meurtre restait pour elle une réalité légendaire et vaporeuse qui n'avait pas lieu d'être dans sa vie et dans son monde. Mais cette fois, tout pouvait arriver. Si des Phénix surgissait devant eux, peut être seraient ils capable de la tuer de sang froid ? Non, Vesperion était à ses côtés, et Murphy avait insisté pour se poster devant elle, rien ne pouvait lui arriver.

Le bruit lointain se fit définitivement trop proche lorsqu au détour d'une façade, un bruissement attira l'attention de Wilhelmina, et celle, s'approchant lentement et avec toute sa vigilence, démontra rapidement qu'il était bien possible qu'un sorcier en tue un autre, et même dans son monde à elle, à la petite Alexianne... Elle se rapprocha de Murphy et vit avec tout les autres cette créature de fer venue de rien. Un sort fut lancé, un arbre prit feu, la créature fut enchaînée, d'autres sorts s'abatirent sur la créature mais celle ci restait de marbre. Seule Vesperion, se retrouva au sol, après une chute qui la mena droit dans une congère quelques mètres plus loin. Tout allait trop vite, même le cri étouffé qui s'échappa de la gorge d'Alexianne. Mais cette fois elle réagi dans la seconde et se précipita vers elle pour se jeter à ses côtés et vérifier son état. Elle n'avait pas grand chose, le rebond de ce sort ne lui serait pas fatal, même pour progresser. Le seul hic venait de la tenue plus qu'inapropirée de miss Quinn. Si le tailleur d'Alexianne n'était pas forcément adapté, que dire du pyjama de Vesperion. Pour la protéger du froid et de l'humidité, Alexianne s'enquit avec regret de défaire sa cape pour couvrir la jeune femme. Elle voulait prendre le temps de l'emmitouffler correctement mais déjà le Golem faisait front sur Murphy, quelques mètres plus loin devant elle.
Sans réfléchir une seconde, Alexianne s'empara précipitemant de sa baguette, la remua le temps de savoir quoi faire, glissa un regard vers l'arbre lumineux et enflammé dans son dos puis s'écria « MOBILIARBUS ! »

Spoiler:
 


Dernière édition par Alexianne de Keroual le Dim 6 Jan 2013 - 23:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 22:15

Le membre 'Alexianne de Keroual' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 23:20

La nuit silencieuse avait déjà englobée les appartements où se trouvait actuellement Ielena. Sa fenêtre était allumée parmi de nombreuses autres. Lueur tamisée qui provenait de sa cheminée et de quelques chandelles éparses dans la pièce qui lui servait d’atelier. Les cheveux relevés en chignon et habillée de manière confortable, soit un pantalon ample et un débardeur, la jeune styliste était plantée devant son mannequin en bois. Animé, ce dernier prenait des poses diverses et variées sous les coups de baguettes agiles de l’ancienne Serpentard. Son bracelet d’aiguilles accrochées à son poignet, elle arrêta le mannequin et attrapa une épine argenté la positionnant entre deux morceaux de tissus. L’objet s’anima et commença un aller-retour rapide et précis dans l’étoffe. Seul le bruit du crépitement du feu venant de la cheminée s’entremêlait avec le bruit caractéristique des tissus meurtris et malmenés par le fil d’or conduit par l’aiguille. Cette dernière vint se ranger toute seule dans sa couche tandis que le regard critique de l’Ukrainienne s’abattait sur sa création. Cependant, elle n’eut pas le temps de se réjouir ou de tout déchirer comme cela lui arrivait souvent. Une voix provenant de la cheminée coupa le fil de ses pensées. Son visage devint livide. Si Ielena n’avait jamais trouvé son troisième œil, ce qu’elle ressentit ne laissait présager rien de bon. Sa baguette toujours en main, elle attrapa sa veste en peau de dragon et transplana dans un coin sombre d’une ruelle afin de rejoindre le QG.

Lorsqu’elle pénétra dans les lieux, Ielena constata qu’il manquait certaines personnes à l’appel, cependant, les locaux n’étaient pas déserts. Son regard chercha ardemment son amie de toujours, Isis. Les gens, visage à découvert, murmuraient et semblait tous dans le même état. Un état d’inquiétude. Le cœur de la slave se resserra. Les bruits, les paroles, laissaient présager de très mauvaises nouvelles. Soudain, elle vit Isis qui fendait la foule pour se retrouver à ses côtés. Elle sentit sa main rassurante sur son épaule et la pression retomba légèrement tandis qu’elle répondait à son sourire discret. Cela avait toujours été ainsi, Isis avait toujours réussi à la tempérer. Lorsque Wilhelmina Salamander commença son discours, Ielena eut du mal à réaliser. Vous savez lorsque cette maudite réalité vous frappe de plein fouet et que malgré tout, vous n’avez pas envie de la voir ? Maudits Américains ! De quoi se mêlaient-ils ? Et en plus, ils avaient choisi de soutenir les Phénix ? Cette bande de Scrout à Pétard ? La mâchoire de Ielena se crispa et c’est d’un regard entendu qu’elle se dirigea avec Isis vers ceux qui constituaient les groupes et distribuaient les potions. Le groupe qu’elles formèrent avec d’autres membres des Héritiers fut pris en main par Wilhelmina Salamander elle-même. A part Isis, la slave ne connaissait aucun des membres de son équipe, mais qu’importe, elle savait qu’elle pouvait compter sur eux. Ils étaient une unité de pensée et ils se battraient ensemble. Tour à tour, ils transplanèrent se retrouvant à Pré au Lard. Les yeux de Ielena fixèrent le château au loin tandis que Wilhelmina rendait hommage au Lord. Ielena lui fit écho s’imprégnant fièrement ce qu’ils s’apprêtaient à faire. A se battre, à marquer l’histoire Sorcière.

Leur chef de fil la somma alors, avec Isis, de la suivre. La jeune femme remonta les manches de sa veste et resserra sa poigne sur sa baguette. Un jet vert vola alors. Le bruit sourd d’un corps qui tombe retenti. Suite à un ordre direct, Isis s’approcha alors de l’homme à terre. La baguette tendue, Ielena restait aux aguets les traits du visage fermés. Une lueur bleue se dégagea alors de l’objet étrange. Et si le regard de la slave fixait le sol, bientôt ce furent les cieux qui se retrouvèrent dans sa ligne de mire tandis qu’elle observa la chose grandir. Le puissant sort lancé par Wilhelmina rebondit sur la cuirasse de ce monstre de métal. Un arbre non loin s’enflamma réveillant une nuée d’oiseaux piaillant de manière stridente. L’ordre fut alors de se regrouper. Une jeune femme réussi à enchainé la chose. La créature sembla insensible face à l’attaque d’Isis, un autre rebondit sur la pauvre jeune femme en pyjama et le sortilège d’un jeune homme échoua à ses pieds. Qu’est-ce que c’était que cette chose ? Elle n’avait jamais rien vu de tel. Ce n’était pas une créature magique ça, si ? Ielena courba l’échine tandis qu’un oiseau venait de la frôler. Si les sortilèges rebondissaient sur cette créature, il allait falloir trouver un moyen d’attaquer sans risquer de s’automutiler… Une femme tirée à quatre épingles voulu assommer la bête grâce à un arbre, malheureusement ce dernier lévita trop longtemps et un homme de leur groupe était à deux doigts d'y passer. Si les sorts basiques rebondissaient, peut-être que ceux qui invoquaient les éléments de la terre parviendraient à l’atteindre.
« Incendio ! »
Ielena tendit sa baguette espérant maintenir le travail d’Alexianne.

Spoiler:
 



Dernière édition par Ielena M. Dolohov le Lun 7 Jan 2013 - 16:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 23:20

Le membre 'Ielena M. Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 23:42




Wade posa une tranche de pain de mie grillée sur ses œufs brouillés à la moutarde tout en sifflotant. Par Merlin, comme on pouvait faire d’excellentes choses tout en restant dans la simplicité ! « Au QG, immédiatement. » Il savourait son sandwich, ne pouvait-il pas profiter de ce moment ? Vraiment ? Peu importe. Il fallait y aller. Pas le temps d’aller dans sa chambre récupérer quoique ce soit, le messager avait dit « immédiatement ». Wade sortit donc du manoir des Storm, mit son sandwich dans la poche de gilet en espérant qu’il ne soit pas trop abîmé pendant le voyage puis se transplana.

En arrivant près des entrepôts, il aperçut plusieurs autres personnes apparaître soudainement. La situation semblait grave, pas un simple débriefing, plutôt une annonce de dernière minute puisque personne n’avait été prévenu ni préparé pour un meeting ou un discours officiel. En entrant dans le QG des Héritiers, il vit plus loin sa mère et son père, qui restaient près l’un de l’autre. Nevya était peut-être quelque part dans la petite foule qui ne cessait de grossir mais lorsque Wade voulut la chercher, Wilhemina Kark-Salamander monta sur une caisse et commença son discours. La tour des médias avait été prise par l’Ordre du Phoenix et par les Américains et Poudlard était attaqué. Poudlard. Il y penserait plus tard, pour l’instant, il fallait y aller. Caïus lui donna son affectation. Ensuite, Wade piocha une potion au hasard, qu’il mit dans une poche de son pantalon. Tiens, il était dans le même groupe qu’Emmett et Callista. Emmett avec qui il avait effectué une première mission totalement foireuse et Callista avec qui les rapports étaient… Compliqués. Génial. Il y avait également Mrs Lestrange qu’il avait eu cours lors de sa dernière année, et surtout Wilhemina. Wade fut honoré d’être dans le même groupe qu’elle, elle était leur leader après tout. Tout allait bien se passer. Tout. Il fallait assurer.

Ils se transplanèrent. Des affrontements avaient déjà commencé un peu plus loin, mais la scène restait hors de leur portée visuelle. Dans l’obscurité, un mouvement. Un sort mortel, une fouille puis un monstre. Un tas de ferraille gigantesque et plutôt effrayant. Il devait rester concentré sur leur mission qui semblait évidente : terrasser ce golem avant qu’il ne le terrasse. « Blixten ! » Un feu jaillit, Wade fut aveuglé par cette lumière soudaine puis ses yeux s’adaptèrent à nouveau jusqu’à que des oiseaux lui foncent en pleine face, paniqués. Certains remontèrent, ce qui lui permit de voir la… Créature ? Qui leur faisait face. Wow wow, ils étaient dans une belle bouse de dragon. Lady en pyj l’immobilisa – mais pour combien de temps ? Mrs Lestrange lança un sort, qui se révéla totalement inutile. Les essais de Callista et d’Emmett étaient également infructueux. Tous avaient lancé des sorts d’attaque – hormi lady en pyj qui était blessée. Les sorts de Mrs Lestrange et de Wilhemina avaient raté alors qu’elles étaient de puissantes sorcières. Quelles étaient leurs chances de survie à présent ? Ou plutôt, quelle était leur chance de survie ? Aucune, les sorts de deux jeunes femmes qui lui étaient inconnues mais qui semblaient expérimentées n’avaient fait que d’aggraver les choses. Il fallait maîtriser les flammes : Wade n’avait peut-être pas la puissance pour les éteindre mais il fallait au moins les réduire pour éviter qu’elles ne fassent trop de dégât… Et le géant qui fonçait vers un autre membre du groupe… « Aguamenti Maxima ! »

Le sort fonctionne-t-il et a-t-il une puissance nécessaire pour réduire quelques flammes ?
OUI & OUI – Un immense jet d’eau jaillit de la baguette de Wade et permet de réduire quelques flammes.
OUI & NON – Un immense jet d’eau jaillit de la baguette de Wade mais il ne sert à rien, étonnement.
NON & OUI – Il n’y a qu’un jet d’eau qui sort, comme si le Maxima n’avait pas été prononcé, mais il atteint l’arbre en feu, ce qui permet de réduire quelques flammes.
NON & NON – Il n’y a qu’un jet d’eau qui sort, comme si le Maxima n’avait pas été prononcé, et il ne sert à rien, les flammes sont trop puissantes.




Dernière édition par Wade Storm le Lun 7 Jan 2013 - 18:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 6 Jan 2013 - 23:42

Le membre 'Wade Storm' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 15:39

"Pour le Lord." Ces mots ont un arrière goût métallique dans la bouche de Murphy alors qu'il les lâche à la suite de leur leader, prêt à passer à l'action. Ils n'ont certainement pas la même signification que pour tous ces fanatiques qui l'entourent prêt à en découdre pour sauver des idéaux qu'il ne partage pas vraiment. Il y a une heure à peine, il ne se serait certainement pas imaginé dans le petit village de Pré-au-Lard, protégé de la neige par une simple cape de laine, à accompagner Willhelmina Salamander dans le but de défendre le dernier bastion de leur faction contre un ennemi étranger allié aux terroristes. Il y a une heure à peine, il était toujours chez lui, occupé à préparer une potion dont il avait à peine eu le temps d'éteindre le chaudron alors qu'il était convoqué d'urgence au QG. Deux sorciers contactés plus tard, et il avait transplané sur les quais, s'engouffrant discrètement auprès des siens. Enfermé dans son laboratoire, il tombait des nues en apprenant les attaques qui secouaient leur monde. Un sourire avait même commencé à se dessiner sur ses lèvres, un regard entendu à Ian, jusqu'à ce que... Non. On les séparaient. Un instant, il ne put retirer la main qu'il avait posé sur le bras de son ami, qu'il allait devoir laisser partir seul pour le premier véritable acte de guerre de leur pays. Non, pas seul. Avec Heather et Eileen... Le regard que Murphy posa sur la rousse éclatante fut un instant empli de terreur. Et l'instant d'après, de détermination. Il ne faillirait pas. Pas alors que déjà, on l'enjoignait de distribuer les potions préparées par son cousin. Pas alors qu'Alexianne, soudain sortie de nulle part, lui fondait presque dans les bras. Petite chose terrifiée par sa disparition alors qu'ils ne se voyaient presque plus depuis les dernières tensions, qu'il apaise de quelques paroles, quelques gestes de réconfort même s'il n'oublie rien, avant de partir. Il ne faillirait pas. Il ne faillirait pas et il protégerait cette vie, ces intérêts. Pas une vie parfaite mais une vie dont il arrivait maintenant assez aisément, comparé à beaucoup d'autre, à tirer son épingle du jeu. Oh non, il ne faillirait pas.

Voilà ce qu'avaient signifiait quelques mots quand, la main serrée sur la baguette, il les avait prononcé, la voix vibrante d'excitation. Il est prêt. Un premier bruit, et il se place aussitôt devant Alexianne alors que jaillit l'éclair vert mortel de la baguette de leur leader retrouvée. Et le coeur qui s'accélère. Il voit Lestrange, cette fille bizarre aux côtés de qui il a déjà combattu, s'approcher du corps inerte, et détourne aussitôt les yeux pour scruter les alentours. Et son coeur bat plus fort à ses tempes, si bien qu'il a bientôt l'impression qu'il va l'empêcher d'entendre quiconque pourrait s'approcher. Jusqu'à ce qu'une lumière bleue près du cadavre attire son regard. Et que ce qu'il n'avait prit, comme les autres, que pour un simple petit carré de métal, ne se mette à grossir, jusqu'à prendre la forme d'une armure immonde, trois fois trop grandes à son goût, et aux intentions visiblement très inamicales. Il s'apprête à lever sa baguette mais est retardé de quelques secondes par une nuée d'oiseaux qui s'échappent d'un arbre en feu. Et les sorts s’enchaînent, semblent rebondir sur la créature sans qu'elle ne semble le moins du monde affecté par la démonstration de puissance magiques des sorciers autour d'elle, seulement intéressée par l'idée de les écraser sans autre forme de procès ! Murphy a à peine le temps de voir Vesperion être projeter dans la neige un peu plus loin sur un rebondissement de sort que son regard est de nouveau attiré par la créature qui semble bien décidée à foncer droit sur eux.

Le sang de l'Irlandais ne fait qu'un tour. S'il se pousse, c'est Alexianne, toujours derrière lui, qui prendra toute la force du coup du monstre qui leur fait face. Et l'arbre qu'elle tente de mettre en travers du chemin de l'abomination n'arrivera certainement pas à temps ! Le temps, pas le temps, pas le temps de la réflexion. Juste la baguette qui se pointe juste sous les pieds du Golem, et le sorcier qui lâche un "Deprimo !" Presque en criant, comme si la force de sa voix pouvait influer sur la force de son sortilège.

Dé :
Spoiler:
 

Murphy a à peine le temps de comprendre son erreur que le sort est déjà parti. Qu'il n'y a que la douleur soudaine, le souffle de l'explosion qui semble couper le sien, la branche de bois enflammé qui explose entre lui et la créature, et son corps qui percute soudain violemment un obstacle. A moitié sonné, il n'a que le temps de rouler sur le côté en entendant le cri de surprise, en sentant que ce n'est pas le sol qui l'a rattrapé. Et la douleur qui soudain lui vrille la jambe et l'empêche de se redresser dans un même mouvement alors qu'une énorme écharde, que dis-je, un bout de branche s'y retrouve figé. Oh Merlin.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 


Dernière édition par Murphy O'Ryan le Lun 7 Jan 2013 - 17:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 15:39

Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 16:12

    Assise à mon bureau j’étais plongée dans un ouvrage sur mes amies les bébêtes en vue de ma prochaine croisade pour le zoo. Qu’est-ce que je pouvais aimer mon job, c’est à peine si je m’en voulais encore de m’être auto-saboter lors de mes BUSES où toutes mes perspectives d’enseignement étaient tombées en ruines. Il était temps, grand temps. Je n’étais pas si mal tombée au final. J’étais sur le point de faire une petite pause histoire de grignoter un chocogrenouille pour me redonner un peu de courage lorsque mon petit moment de gourmandise fut chamboulé par un étrange appel. Les héritiers devaient se rendre au QG de toute urgence. J’arquais un sourcil, c’était plutôt … étrange à cette heure-ci. Mais soit, maintenant que je logeai chez les Malefoy je ne pouvais pas y échapper –et même, cet appel piquait ma curiosité-. J’osai supposer que Callista avait transplané d’elle-même, je la retrouverai au hangar à coup sûr, pas la peine d’arpenter la demeure de long en large et en travers pour la chercher.

    Plop. L’air frais des docks fouetta mon visage. J’observai les alentours et constatai que cette réunion d’urgence nous rassemblait en masse. Je pressai le pas pour rejoindre le QG, me mêlant à la foule je fus soulagée lorsque Callista me rejoint. Je lui adressai un mince sourire, je ne savais toujours pas pourquoi nous étions là mais les bruits qui courraient autour de nous me faisaient froid dans le dos. La Salamander prit la parole. Je prêtai une oreille attentive, les ombres et leur tour, mouais, je ne les avais jamais vraiment porté dans mon cœur ceux-là, j’estimai qu’ils le méritaient amplement mais Poudlard … cette histoire de milice américaine, la rébellion des phénix … Je grimaçai. On ne touche pas à Poudlard, règle d’or. J’avais toujours considéré le château comme mon chez moi, ce qui s’y passait en ce moment ne me plaisait guère. Je bouillonnais. Des groupes furent formés, au son de mon nom et de celui de Callista je ne pus m’empêcher de lui prendre la main brièvement. Nous avions formé en joli duo lors de l’attaque du Poudlard Express, il en serait encore de même, j’y croyais. Certains autres minois de notre groupe m’étaient familiers et avec la Salamander et Lestrange en tête d’affiche, la bataille s’annonçait plutôt bien. Avant de transplaner à nouveau, je jouai des coudes pour attraper une fiole d’explosif dilué –ça pouvait toujours servir-.

    Pré-au-Lard. Je n’avais jamais été en faveur des combats sorciers mais le discours de Wilhelmina m’insuffla une bonne dose de courage malgré l’angoisse qui rongeait mes entrailles. Je ne savais pas à quoi m’attendre, l’épisode du Poudlard Express était encore marqué au fer rouge dans ma mémoire, je ne tenais pas tellement à vivre un deuxième traumatisme … mais Poudlard le valait bien. Je brandis ma baguette en l’air me joignant au mouvement général bien qu’aucun son ne sorti de ma bouche. Tout alla à une vitesse folle. L’avada kedavra, le jeune au sol et ce … montre ? Ce géant de fer qui nous dominait largement, ses yeux bleus perçant et froid … Je n’avais jamais rencontré de tel specimen dans les bouquins, jamais. Je me sentis idiote sur le coup, comment allions-nous battre cet immonde tas de ferraille ? La Salamander rata son coup, une blondinette parvint à le ligoter mais pas pour bien longtemps. Un à un, tous s’essayèrent au géant de fer sans grand résultat. Qu’est-ce que moi Jules Pritchard la plus maladroite des sorcières allait bien pouvoir faire contre CA ? Je crois que toutes ces attaques à répétition n’était pas au goût de ce golem, le voilà qu’il fonçait droit vers l’un des hommes de la bande dont le deprimo l’envoya au tapis … L’immense tas de ferraille s’en sortait bien lui et continuait dans sa lancée telle une balade de santé. Désolée mon coco mais tes pères américains n’auront pas notre peau ! Levant ma baguette je tentais de mon mieux de viser l’un des genoux –si on pouvait appeler cette chose ainsi- du géant dans l’espoir de le stopper. « Bombarda Maxima ! » m’écriai-je à plein poumon. J’avais bien conscience que c’était le genre de sortilège qui servait à défoncer les murs de pierre ou de simples portes en bois, j’espérai simplement que cela marche aussi sur l’acier.

    Dés, puisse le sort nous être favorable !
    OUI - OUI; le sort atteint sa cible mais ne défonce en rien l'articulation du gentil golem, il est seulement ralenti momentanément.
    OUI - NON / NON - OUI; oiseaux de malheur ! Jules rate le géant mais fait explosé un vieux chêne en mille morceaux.
    NON - NON; epic fail. En plus de louper sa cible et de défoncer l'arbre en question, Jules se prend une branche en pleine tête. La voilà totalement déstabilisée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 16:12

Le membre 'Jules A. Pritchard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Wilhelmina M. Salamander
Messages : 339 Crédits : © FDD
Age du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Chômeuse
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 20:20

Wilhelmina avait vu son sortilège dévié avec une telle facilité qu'elle n'en était que plus frustrée encore. Elle ne savait pas contre quoi elle devait lever sa baguette, par où réellement commencer et surtout, quel était le but réel de cette manoeuvre. C'était donc ça, les Américains ? Laissez des monstres combattre à leur place pour ne pas avoir à affronter ses ennemis ? Bande de lâches ! Aucun honneur, aucun courage. Une fausse grande nation, un simple bout de terrain peuplé de moins que rien ! Tandis que ses hommes se démenaient pour ne serait ce que survivre à cette créature, la Salamander, elle cherchait à observer la créature de loin, tout en chassant les oiseaux cherchant à entrer en contact avec elle de plusieurs mouvements de baguette. Son blixten avait raté. Le feu ne lui faisait rien. L'eau non plus. Et... Le souffle de l'explosion la projeta en arrière. « Par Merlin ! » Elle se releva sans même cherche à vérifier si elle n'avait rien. Des bouts de bois incandescents jonchaient le sol, faisant fondre la neige dans un nuage de vapeur. La visibilité était moindre, ses vêtements étaient désormais trempés, son humeur ne pouvait être plus exécrable encore. « Relevez-vous ! Il faut tout essayer ! Ce ne peut être invincible ! »

Ce monstre de magitechnologie ne semblait rien craindre. Il semblait simplement ne subir aucun des effets de leurs sortilèges. Qu'importait, il fallait essayer. Les runes étaient le secret de la magitechnologie. Mais sans accès au coeur de la bête, rien ne pouvait être fait. « INNITI GRAVITER ! » Le golem fut alors entouré d'une bulle presque invisible. La vapeur se dissipait laissant à peine voir cependant la bulle se comprimer pour enserrer dans son piège le monstre de métal. Toujours la baguette levée, Wilhelmina donnait tout ce qu'elle avait, toute la force qu'elle pouvait mettre dans son sortilège pour le faire durer. Si sa lutte contre le monstre ne se voyait pas, toutes ses entrailles la ressentaient. Une partie du golem céda alors sous la pression. Celle qui donnait tout pour poursuivre l'oeuvre du Lord tint encore deux secondes avant de céder, épuisée. Elle ne put que constater l'inutilité de son sort : le golem se reformait, malgré ses efforts. Il était visiblement impossible de trouver le moyen d'atteindre le coeur de la créature de fer.

Alors que le golem commençait à avancer vers l'un des Héritiers, le leader du groupe mais aussi de la faction se rendit compte qu'elle n'arrivait pas à récupérer. Elle était essoufflée, son sort semblait lui avait pris bien trop d'énergie. Quelque chose clochait. Les objets de magitechnologie se servent de la magie présente dans l'air mais peuvent puiser dans celle du sorcier lorsque la première est insuffisante. « Les sorts directs ne font que le rendre plus fort ! Il faut l'attaquer indirectement ! Des pierres, des objets lourds ! Mais pas d'essence magique ! » Un coup d'oeil circulaire la fit frémir. « Le premier qui ose se servir des matériaux du Musée de la Sorcellerie connaîtra pire châtiment que ce que nous réserve ce bloc de métal ! » Elle était prête à démembrer quiconque aurait l'idée de s'attaquer au monument du Lord. La mort d'un des leurs était préférable à la destruction de la création de leur maître à tous.

    Dés Le golem balaie d'un revers de bras
    Oui & Oui - Isis et Ielena
    Oui & Non - Callista et Emmett
    Non & Oui - Wade et Jules
    Non & Non - Ielena et Wilhelmina



Informations Rp

ϟ Le golem ne craint pas l'eau, le feu, l'électricité ou les explosions magiques. Au contraire, il se nourrit de vos sortilèges et vous vide de votre énergie magique. Plus vous l'attaquerez de front, plus vous perdrez votre énergie et votre temps. Ce n'est pas pour rien qu'aucun américain n'est directement dans les parages en dehors du cadavre. Le sorcier devait l'activer et déguerpir pour aller sur un autre front.

ϟ L'indice : le golem a eu faiblesse. Cette faiblesse n'est pas suffisamment importante pour l'arrêter mais elle vous fera gagner du temps pour trouver la solution finale (ralentissement du golem, bug, ...) N'oubliez pas que la magitechnologie n'est pas tout à fait une analogie de notre propre technologie. Cependant, cherchez dans la liste des sortilèges celui qui, en attaque directe, peut être un problème pour notre technologie : ce sortilège est celui qui peut atteindre le golem. Un administrateur vous dira si le sort lancé est le bon ou pas. Si le sort n'est pas le bon, il vous faudra alors prendre en compte la perte d'énergie.

ϟ La solution finale pour venir à bout du golem se trouve évidemment dans les runes mais pas forcément sous la forme à laquelle vous pourriez penser. Creusez-vous les méninges.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦




Dernière édition par Wilhelmina M. Salamander le Lun 7 Jan 2013 - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 20:20

Le membre 'Wilhelmina M. Salamander' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 21:03

Plutôt fière de son sort, nul doute que Vesperion s’attendait à autre chose qu’à un retour de sortilèges en guise de remerciement. Le temps de comprendre qu’elle était déjà dans les airs, et que la chute allait faire mal, son corps entier atterrissait déjà dans une congère de neige, une chance en vérité. Surprise, et le souffle coupé par l’impact, elle en perdit sa baguette et sentit avec une grimace de déplaisir l’humidité glaciale de la neige s’infiltrer dans son pyjama. Son corps, en réponse à la chute brutale de température, se mit à trembler violemment alors que sa main parcourait l’étendue enneigée à la recherche de sa baguette. Mais déjà Alexianne était auprès-d’elle, à lui tendre sa cape, à la réchauffer, le regard apeuré. Celui que lui lança Vesper en retour pouvait être facilement traduit par une série de brèves injonctions entre l’agacement et l’engueulade. Elle ne comprenait pas comment la De Keroual pouvait se montrer aussi préventive à son égard, surtout dans ces circonstances. Mais sa baguette était déjà à nouveau entre ses doigts, et les sorts fusaient encore derrière elle. Vesperion se releva d’un coup d’épaule, ignora les protestations douloureuses de ses reins malmenés et rabroua la sang-pur aussi poliment que possible.

« Ne vous souciez jamais de moi, ou d’un autre ! Défendez votre vie, ou vous mourrez ce soir ! Alors maintenant vous allez prendre votre baguette et vous allez attaquer cette chose, au nom du Lord, mais aussi, si possible, au nom de votre propre existence. Allez, … ALLEZ ! »

Il n’était plus le temps de la pitié ou de l’esprit de groupe. Les membres qui comptaient étaient ceux qui pouvaient survivre, mais au vu de la belle bande de bras cassés qu’ils formaient tous, sang-pur ou non, c’était bien là mal partit. Le sortilège d’Alexianne fut un échec, mais c’était encore excusable, par son absence de maitrise et son trouble évident. L’HOMME… Non l’HOMME on ne pouvait rien lui reprocher, pas même ce vol plané, pauvre copie de la sienne, qui le fit atterrir sur Alexianne. Le garçon, lui aussi avait manqué de chance avec ces oiseaux de malheur qui s’envolaient enfin au loin. Mais les autres, ces imbéciles incompétents, c’était à se demander comment ils avaient pu réussir leur ASPIC. Et qu’on ne lui parle pas de protection magique sur ce foutu monstre métallique à deux noises. Ils étaient des fervents partisans du Lord, et nul doute que ce dernier s’en retournerait dans sa tombe s’il les voyait agir.

Déprimant.

Et inquiétant, surtout quand Willhelmina échoua à son tour et que les deux femmes (Dont une Lestrange bon sang !) furent balayées comme des fétus de paille. A l’écoute de l’ordre de Willy, Vesperion s’était aussitôt tournée vers l’objet le plus massif du coin : la statue de Voldemort, bien évidemment. Mais apparemment, la faction passait réellement avant tout. Stupide. Comme si le Lord lui-même avait pu…. Bon. Mauvais exemple.

« Il génère de l’électricité dans ses attaques, foutus adorateurs des moldus avec leur énergie impure, ne pourrions-nous pas simplement le court-circuiter ?! Un sort de magie noire comme le Néan… »

La foudre s’abattit presque devant ses pieds et Vesper sentit le bourdonnement lui résonner loin dans le crâne alors que ses cheveux se dressaient sur sa tête. Elle n’arrivait pas à croire que le Gollem ait pu la manquer, mais le choc avait réussi à la faire tomber à terre de nouveau. Pour éviter un autre éclair en forme de fouet, elle se mit à ramper à l’écart, rejoignant L’HOMME ainsi qu’Alexianne. Avisant une roche non loin d’elle, Vesperion serra les dents et arma sa baguette. Elle aurait bien mit en application son idée du Néantis (merci soit les lectures interdites mais bon sang il faudrait peut-être qu'un jour elle apprenne réellement à se servir soit de la magie noire, soit des impardonnables pour commencer !)

« On va voir si tu peux te réintégrer avec une tête défoncée ! WADIWASI ! »

La roche était lourde et elle peinait pour la faire bouger mais le sortilège teint sa promesse et la roche fonça droit dans la tête du Gollem.

Spoiler:
 


Dernière édition par Vesperion Quinn le Lun 7 Jan 2013 - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Jan 2013 - 21:03

Le membre 'Vesperion Quinn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

ϟ PRO PATRIA MORI ϟ EVENT FINAL ϟ Groupe I
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Pré-au-Lard :: Ailleurs