We all need somebody to lean on – LIAM&JULES



 



We all need somebody to lean on – LIAM&JULES
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Sous-sol et rez-de-Chaussée :: Grande Salle
avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 29 Déc 2012 - 21:03


He said look at you worrying so much about things you can't change. You'll spend your whole life
singing the blues if you keep thinking that way. He was trying to skip rocks on the ocean saying to
me, don't you see the starlight, starlight? Don't you dream impossible things? I said oh my... L&J.


    Voilà. Même si j’avais du mal à m’y faire, Poudlard était bel et bien derrière moi à présent. J’avais posé mes valises au manoir Malefoy sur l’invitation de Callista que j’avais accepté au final. On avait beau avoir des petites choses à se reprocher je savais mettre ma fierté de côté pour recoller les pots cassés, la blonde faisait partie de ma vie je n’avais pas le droit –ni l’envie- de la laisser s’échapper pour des broutilles. Et j’avais bien fait. Nous étions devenues comme deux sœurs, celle que je n’avais jamais eue. Cela me faisait du bien de retrouver ce genre de relation fraternelle, même si je m’entêtais à repousser Caleb je ne pouvais nier que mon frère me manquait. Callista était arrivée pile au bon moment et je crois qu’inconsciemment elle m’avait aidé avec tout ça, je lui en serai éternellement reconnaissante. Donc oui, le château me manquait mais la vie était belle au côté de ma meilleure amie. Finalement grandir n’avait pas été si mal que ça. D’ailleurs, grâce aux précieux conseils de mon ex-professeur Callaghan, j’avais réussi à décrocher un job au zoo magique de Londres. Tout me souriait, j’aime cet endroit, j’aime ce que j’y fais, je m’y sens comme dans mon élément … mes amis les bébêtes rendaient le souvenir de Poudlard moins amer.

    Certes il m’avait fallu un petit temps d’adaptation mais ce nouveau quotidien n’était pas si désagréable que ce que je m’imaginai. J’étais plus libre, d’ailleurs j’en avais profité pour voir et revoir Lila, ma cousine m’avait affreusement manqué. Rien qu’en septembre nous avions partagé plus de moments qu’en une année entière. Ah, rattraper le temps perdu il n’y avait rien de mieux. Je faisais partis de ceux du monde ‘’extérieur’’ maintenant mais je n’en n’oubliais pas pour autant ceux rester au château … et Liam plus particulièrement, mon comparse jaune me manquait. Gedeon et compagnie … ma foi, qui sème le vent récolte la tempête, il n’avait que ce qu’il méritait le brave garçon. Bref, ce fut surtout envers le Higgs que mes pensées se tournèrent lorsque Storm –le propriétaire du zoo- m’investit d’une mission au sein même de Poudlard. C’était une opportunité presque inespérée ! Oh bien sûr j’avais songé à retourner là-bas, l’offre de stage d’Eireann m’avait trotté dans la tête pendant un long moment mais avait été réduite à néant lorsque que j’appris sa fuite … Et moi qui croyait que ma haine envers les ombres ne pouvait pas être pire ! Aaah, l’ironie du sort. Ma mission fut confirmée le samedi pour le mercredi suivant, cette dernière n’était pas tellement compliquée l’intention de Storm avait été piquée par des petites bébêtes de la forêt interdite, il voulait en savoir plus sur ces spécimens et pourquoi pas en négocier quelques-unes pour le zoo. Mon statut d’héritière l’arrangeait bien cela me laissait les portes de Poudlard grandes ouvertes. Ce samedi soir-là j’étais rentrée avec un grand sourire aux lèvres, ce n’était pas le fait de côtoyer de nouvelles bestioles me mettait dans cet état mais la seule idée de revoir mon Liam. (…)

    J’eus l’impression que le début de semaine avait été sans fin, bien trop long, j’étais tellement enivrée à l’idée de retourner au château que j’avais perdu la notion du reste. Au petit matin venu je me levai d’un bond et pourtant je n’avais pas réussi à fermer l’œil de la nuit, cette journée allait être sans fausse note, rien ne pourrait m’enlever ma joie de retrouver mon ancien chez moi. J’avais déjà soigneusement préparé mes affaires la veille, je fis tout de même attention à ne rien oublier une dernière fois et je transplanai à Pré-au-Lard. Il était tôt mais je retrouvais mes bonnes vieilles habitudes, ma bièreaubeurre au Trois Balais où le souvenir de Norine me hantait je ne savais pas du tout ce qu’était devenue la blondinette, quelques confiseries chez Honeyducks et bien que la boutique ai été rénovée, j’y voyais toujours les traces que mon combat contre Caleb avait laissé, et j’en passe. Cette journée allait ressembler à un véritable pèlerinage. (…) Il devait être non loin de 10h30 lorsque je passai le grand portail. Rien n’avait changé, j’étais toujours autant sans voix devant la majesté de l’endroit, magnifique, grandiose, extraordinaire et j’en passe. Je filai droit à la lisière de la forêt où je devais retrouver le nouveau professeur de soin aux créatures magiques sur les recommandations de Storm. Je ne pouvais m’empêcher de penser que cela aurait dû être Eireann et non un parfait inconnu, je fis de mon mieux pour cacher ma déception tout au long de l’entretien. Nous remontâmes au niveau de la cabane du garde-chasse pour un examen plus approfondi des bébêtes où je demandai à être seule pour pouvoir en faire mon appréciation moi-même. La découverte d’un nouveau spécimen était quelque chose d’assez spécial pour moi, je ne tenais pas particulièrement à la partager avec un inconnu. Je les observai sous toutes les coutures, notai chaque petites choses sur mon parchemin, j’avais préparé ma visite à l’avance et m’étais renseignée sur elles mais les avoir devant les yeux c’était quand même autre chose. Je dû bien passer une bonne heure en compagnie de mes nouvelles copines avant de leur rendre leur liberté bien méritée.

    Ma tâche étant finie, je rejoignis le château en me mêlant aux groupes d’élèves qui se pressaient vers la grande salle pour le déjeuner. J’en reconnaissais certain de vue, ah que j’aurai aimé porter moi-aussi ma robe de sorcier et mon ancien insigne pour me fondre parfaitement dans la masse. Je devais être autant excitée que mon tout premier jour à Poudlard en montant les marches des escaliers du hall d’entrée … à l’exception près que le choixpeau ne m’attendait pas, que je savais déjà à qui j’appartenais et tout ça. Entrer dans la grande salle ne fit qu’augmenter mon sentiment de nostalgie mais d’un autre côté cela me faisait un bien fou d’être là à nouveau –même pour quelques heures-. Je jetai un coup d’œil à la table des professeurs, le siège vide d’Eireann me fit un pincement au cœur. Puis vint le tour des quatre autres tables. Je cru apercevoir ce morveux de Gedeon mais je ne comptais pas régler mes comptes avec lui maintenant même si je devais avouer que nos petites prises de becs à chaque coin de couloir me manquaient un chouilla. Et puis je n’étais pas venue pour le voir lui de toute manière. Non. Moi je voulais voir mon ancien comparse. Je pris soin de l’identifier parmi les dizaines et les dizaines de Poufsouffles attablés pour ensuite me faufiler à sa hauteur sans qu’il me remarque. Je tenais à voir sa réaction en direct live, dix galions qu’il ne s’attend pas à me voir débarquer comme une fleur ! « Monsieur Higgs, c’est justement vous que je cherchai ! » lui dis-je dans l’oreille en tentant d’imiter la chère Grognard. Je réprimai un rire, j’étais une vraie quiche en imitation.



Dernière édition par Jules A. Pritchard le Jeu 28 Fév 2013 - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Liam N. Higgs
Papuche Peluche Jaune
Messages : 508 Crédits : Avatar: myself Signature: Anaëlle & Puggy: We'll see
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Stagiaire à l'Union
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Un raton laveur
Epouvantard : La mort de son frère
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 17 Fév 2013 - 17:46

Le temps à Poudlard lui paraissait long. Les journées s’amoncelaient tout en se ressemblant et le Poufsouffle se lassait. Les professeurs ne leur laissaient pas un moment de répit dans les tâches ménagères les plus ingrates. Nettoyer le sol de toutes les pièces du château à la moldue était déjà assez dégradant. Ne manquait plus que Lewis leur ordonne de nettoyer les fenêtres. Nettoyer les fenêtres ? Bien sur. Ils en auraient pour des journées sans compter la dangerosité de la chose. Certaines d’entre elles restaient hautes et sans un échafaudage solide pour les atteindre, de belles chutes restaient possibles. Poudlard était une humiliation quotidienne. Liam haïssait déjà bien assez le fait d’être privé de baguette pour qu’on lui rajoute l’humiliation suprême de se retrouver pire qu’un Elfe de maison. Il était inutile de protester sous peine de cachot et Liam préférait en en être épargné. Il regrettait de ne pas avoir été plus actif dans la fuite de ses camarades. Elle lui aurait évité tout cela. Au moins, pendant l’année, c’était juste l’accumulation de privation qu’ils devaient subir. Là c’était tout autre chose.

En se dirigeant vers la Grande Salle ce matin-là, Liam espérait que rien ne leur serait demandé. Histoire de faire autre chose, pour une fois, pendant ce dernier mois mois de ‘vacance’ qui s’étalait devant eux. Les travaux forcés n’étaient bons qu’à une chose : lui éviter de ruminer la mort de son frère. Les pensées n’étaient pas plus radieuses mais plus les jours avançaient, plus la douleur de la perte de son frère était remplacée par la haine qu’il éprouvait pour Selena Lewis. Cette garce paierait un jour l’humiliation. Il ne faisait pas l’affront de le lui dire en face ou de faire de gestes malheureux, il n’était pas stupide, pas téméraire. Peut-être un peu trouillard mais on ne pouvait le blâmer de vouloir passer inaperçu. Le séjour aux cachots lors de l’évasion des Ombres avait été bien pénible que pour vouloir y passer plus de temps que nécessaire. Il regardait ses camarades aller et venir sans esquisser un geste de rébellion. Il n’était pas le seul, pourtant il savait combien leurs pensées devaient être toutes aussi sombres et hargneuses que les siennes. Le déjeuner venait d’être servi. Ce n’était pas un repas de roi mais c’était suffisant pour son manque d’appétit.

Croquant le bout de pain qui restait dans un panier, Liam prit le temps de le savourer. Personne n’était encore venu leur annoncer le programme de la journée et tant mieux. Cela voudrait dire que c’était leur jour de chance. Il pouvait ne pas se dépêcher, trainailler, lire un bouquin voire deux… ce qu’on voulait bien lui donner. Des bruits de pas raisonnèrent derrière son dos et le jeune homme ne s’en formalisa pas. Il n’avait plus envie de tourner la tête à chaque venue pour attendre avec anxiété à qui ils avaient affaire.

Passionné par son déjeuner plus qu’autre chose, le jeune homme n’entendit pas les bruits de pas se rapprocher de lui. Le Poufsouffle n’eut pas du tout l’esprit éveillé lorsqu’une tête blonde se pencha vers son oreille. Il était à mille lieues de penser à ces détails qui auraient du lui taper dans l’œil. Liam Nicholas Higgs avait juste la tête ailleurs lorsque la voix le fit sursauter et lâcher du même coup sa tartine sur le sol. Un rire lui chatouilla l’oreille et le jeune homme eut la maladresse de rougir. Jules, évidemment. Tentant de contrôler la pigmentation de sa peau qui n’en faisait qu’à sa tête, Liam se retourna avec un sourire un rien moqueur. Il était content de la retrouver. « T’as de la chance qu’elle ne soit pas dans le coin. », lui fit-il avant de se baisser pour ramasser le pain tombé sur le sol. « Elle aurait pu te coller… mais j’oubliais, tu n’es plus élève, à présent. Félicitation, Miss Pritchard. », termina t-il en se relevant pour l’enlacer brièvement. C'était sincère, aucune rancune là-dedans. Il était ravi pour son amie. Rapidement, il senti ses couleurs partir et le Poufsouffle en aurait soupiré de soulagement si cela n'avait pas été trop flagrant. Depuis peu, il ne savait plus trop comment se comporter envers son amie. Peut-être aurait-il du se contenter d’une accolade ? Au début, il pensait que le sentiment protecteur qu’il éprouvait envers elle lorsque Wade et lui faisaient leurs blagues oubliées de puis longtemps n’était que le résultat d’une amitié forte qu’il ne voulait pas ébranler pour des farces bien puériles. Mais les années s’étaient écoulées et il ne savait plus comment se comporter. La famille, son rang, son statut l’empêchait d’agir comme il le voulait et malgré tout elle était restée. Présente malgré leurs désaccords. « Qu’est-ce qui t’amènes ? », lui fit-il en regardant, un peu inquiet tout de même, la grande salle. C’était ça aussi, il ne savait pas non plus s’ils avaient le droit de se voir. Une boule d’angoisse se forma dans son ventre, lui rappelant autre chose. Elle venait de l’extérieur, elle seule pouvait lui dire comment ils se sentaient. Comment sa famille tenait face à la mort de Tyzonn. Pourtant, il ne pouvait pas se résoudre à le lui demander, il ne voulait pas qu’elle pense qu’il l’utilise ainsi. Elle pourrait avoir des problèmes par sa faute. Ombre, Héritiers, il n’aurait pas du se soucier de ce qu’il pouvait lui arriver et pourtant, il était inquiet. Et sa faction ne pouvait empêcher cette inquiétude de grandir pour elle en cet instant. Il se souciait plus d’elle que de sa position alors qu’il aurait peut-être du le faire. En ce moment même, certains pouvaient le juger traitre. « Comment cela se passe t-il dehors ? Storm ne t’embête pas trop ? », lui demanda t-il avant d’aviser la table devant eux. Il se sentait mal d’appeler Wade ainsi mais ils avaient instauré une certaine distance depuis qu’ils savaient leurs factions opposées. « T’as eu le temps de manger ? » C’était très maladroit, pas très civique comme façon de demander mais, au moins, il pensait à autre chose.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 3 Mar 2013 - 23:04

    Il y a peu j’aurai tout donné pour ne pas être arrachée à Poudlard par les dures règles du château, sept années, pas une de plus, pas une de moins. Seulement sept petites années, une aiguille dans une botte de foin … quelques années dérisoires dans nos vies de sorciers. Je n’avais jamais fait partis de ceux qui se plaignaient des cours harassant, des parchemins à rédiger, des règles strictes imposées à la vue du cours des évènements … Je m’étais plutôt sentie privilégiée de pouvoir vivre ça. Privilégiée d’être accueillie les bras ouverts par la plus grande école de magie au monde, d’avoir mis ma pierre à l’édifice des matchs de quidditch et l’insigne de préfète … n’en parlons pas. Un honneur. Oui, pendant longtemps –et même après ma sortie- j’avais considéré Poudlard comme le plus bel endroit au monde … pour me rendre compte qu’au final, l’extérieur n’était pas si mal que ça non plus. Certes, je ne pouvais nier que j’avais parfois la peur au ventre à cause de toutes ces foutues histoires politiques et batailles entre factions. Qu’on se le dise, avec les ombres au pouvoir, je n’étais pas tranquille. Des enflures. Bref. De ce fait j’avais fait une overdose de joie lorsque le propriétaire du zoo m’avait convoqué dans son bureau pour me confier une mission, et pas n’importe laquelle. Je devais retourner à Poudlard. Voilà tout ce que je retins la première fois. Il dû me répéter le but concret de ma visite une deuxième fois pour que j’y prête une oreille attentive. S’il y avait bien quelque chose que j’allais réussir comme une chef en l’espace de ma courte expérience professionnelle, c’était bien celle-ci, examiner certaines bébêtes du château allait être un véritable jeu d’enfant. Finalement, mes heures passées à dévorer des manuscrits en tout genre sur la faune et la flore magique portait ses fruits. Je n’avais mis les pieds dans la forêt interdite –si elle était dite interdite ce n’était pas pour rien hein- mais c’était tout comme, je connaissais chacun de ses habitants presque sur le bout des doigts. J’occupai tout de même la fin de ma matinée à prendre des notes pour mon boss car même si ma tête était ailleurs, noyée dans l’euphorie de mon retour ici, j’avais des comptes à rendre au zoo et le faire bien. Je tenais à mon job tout de même, je m’épanouissais dans ce monde de « grands » grâce à lui.

    Plus tard, ma tâche une fois remplie, je pris la direction de la grande salle. Ce n’était pas les têtes connues qui manquaient mais il m’importait surtout d’en revoir une en particulier. Un retour à Poudlard sans une visite à mon Liam n’était pas envisageable. Après tout, il fut un temps où nous « régnâmes » sur le château grâce à nos rôles de préfets. Ah le bon vieux temps … Je ne mis pas bien longtemps pour le repérer parmi la troupe des élèves attablés. Sournoisement je me glissais derrière lui et susurrai quelques mots à son oreille me faisant passer pour la brute de Grognard. Des éclats de rire s’échappèrent de mes lèvres lorsqu’il fit tomber sa tartine, les rôles s’inversaient, j’étais la maladroite des deux habituellement. Je ne manquai pas de remarquer le changement de couleur du haut de ses joues ce qui eut le don de m’arracher un sourire d’autant plus grand. C’était way too cute. « Elle aurait pu te coller… mais j’oubliais, tu n’es plus élève, à présent. Félicitation, Miss Pritchard. » Oui … je l’aurai presque oublié également pendant quelques secondes. Nous nous enlaçâmes en guise de retrouvaille, je le serrai fort, maintenant qu’il était devant moi je me rendais compte que mon comparse ne m’avait pas manqué mais qu’au contraire il m’avait affreusement manqué. « Je vous remercie monsieur Higgs » renchéris-je rieuse en m’asseyant à ses côtés. J’avais à nouveau cette sensation de me fondre dans la masse, d’appartenir à cette marée d’élèves en quête de savoir magique. Bordel, que c’était bon de revenir. « Qui sait, on aurait peut-être pu partager les corvées dans ce cas » Je savais bien que les règles de Poudlard vis-à-vis des ombres n’avaient pas évolué depuis mon départ, déjà quand j’étais encore qu’une simple élève j’avais en horreur le traitement réservé à ceux de la faction adverse. Certes je n’avais jamais porté la rose noire dans mon cœur mais de là à mener la vie dure et pourrir la scolarité des apprentis sorciers … non, non et non. Surtout quand l’un d’eux se trouvait être votre ami. « Tu tiens le coup ? » Lui demandai-je tout à coup sérieuse. C’était loin d’être le genre de chose que je prenais à la rigolade et puis … la vie de Liam n’avait pas été toute rose ses derniers mois. Ca me tuait de le savoir « seul » à Poudlard sans moyen concret pour prendre de ses nouvelles régulièrement, il fallait être réaliste, quand votre courrier est lu il faut y aller avec le dos de la cuillère comme on dit. « Et pas de langue de bois entre nous, hein » J’esquissai un léger sourire en coin. Je n’irai pas jusqu’à dire que je savais lire en Liam comme dans un livre ouvert mais je n’en n’étais pas loin.

    « Qu’est-ce qui t’amènes ? » Je voyais bien les notes d’angoisse dans son attitude, ses regards interrogateurs dans tous les coins de la salle … C’était le moment ou jamais de détendre l’atmosphère « Ben … J’ai vu de la lumière alors j’suis entrée ! » lâchai-je le plus simplement du monde. Je posais ma main sur la sienne pour le rassurer « Ne t’inquiète pas, ils savent que je suis là » je désignai la table des professeurs d’un petit signe de tête « Grognard aussi, il ne devrait pas y avoir de soucis. Je t’assure. » Un sourire bienveillant s’étira sur mon visage. Après tout, si le corps professoral n’avait pas souhaité que je me ballade à mon gré au sein du château ils l’auraient mentionné dès le départ non ? Le nouveau professeur de soin aux créatures magiques ne m’en avait pas touché un mot, Deke Storm n’avait pas transmis de restriction à ce propos également … Je considérai donc que j’étais dans mon droit d’être là, et puis, je n’avais jamais été une trouble-fête ce n’était pas comme si j’étais une menace au bon déroulement à la dictature de Poudlard. Je n’étais pas suicidaire non plus. « Le zoo m’a envoyé en mission, Deke Storm a jeté son dévolu sur quelques bébêtes de la forêt interdite … mais motus et bouche cousue ! » Je lui adressai un clin d’œil. Je n’étais pas en mesure de trop en divulguer sur l’acquisition de cette nouvelle espèce, seul le zoo pouvait détenir son exclusivité. « Comment cela se passe t-il dehors ? Storm ne t’embête pas trop ? » Je me doutais que le Storm dont il parlait n’était pas mon patron mais, au contraire, son fils Wade. Ces deux-là s’entendaient comme larrons en foire il fut un temps. Je me souvenais de soirées lointaines –bien avant les factions- où des mauvaises –enfin, la plus part du temps- blagues résultaient de leur alliance. Je restai songeuse un instant, c’est vrai que le Storm bossait au zoo lui aussi … « A vrai dire je n’ai pas tellement l’occasion de le croiser, le zoo est un véritable labyrinthe. » Et contrairement à Liam je n’avais jamais vraiment tissé de lien affectif avec le gryffondor, il avait tendance à être un chouia irritable quand il complotait contre Callista. Et règle d’or, on ne touche pas à Callista. « Mais ça va, j’ai de la chance d’être bien tombée. Je m’y habitue petit à petit … même si Poudlard me manque atrocement. T’as pas idée à quel point les bébêtes sont une oreille attentive, je mettrai ma main à couper qu’elles savent tout de lui maintenant et de toi aussi d’ailleurs ! » Le charrier m’avait manqué, enfaite, tout à propos de Liam m’avait manqué, même le simple fait de partager les mets des elfes de maison à ses côtés dans la grande salle. « T’as eu le temps de manger ? » Toujours aussi prévenant dis donc, il n’avait pas changé d’un pouce ! « Du tout ! » répondis-je tout guillerette en observant chacun des plats, j’en avais l’eau à la bouche. Me saisissant d’une cruche de jus de citrouille, je nous en servis deux verres avant de lever le mien une fois le pichet reposer sur l’immense table de bois « A nos retrouvailles ! Même si j’aurai préféré que ce soit dans de meilleures conditions » finis-je en un murmure d’un air entendu. Oui, même si elles se passaient à Poudlard, j’aurai aimé que Liam ne soit pas dans cette situation délicate … toujours la faute de ses maudites factions. Cela aurait été parfait si nous étions libres de nos faits et gestes. « Quoi que ta réaction valait franchement le détour ! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Liam N. Higgs
Papuche Peluche Jaune
Messages : 508 Crédits : Avatar: myself Signature: Anaëlle & Puggy: We'll see
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Stagiaire à l'Union
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Un raton laveur
Epouvantard : La mort de son frère
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 8 Avr 2013 - 16:19


Liam la regarda s’asseoir à ses côtés avec un petit sourire. Au fond, peu lui importait ce que les autres pensaient de lui, de ses retrouvailles inopinées dans la grande salle du château. Ils savaient tous les deux qu’ils étaient observés. Ils feraient attention et puis, enfreindre les règles n’avait jamais été du gout de la jeune femme ni le sien. Pas trop du moins. Il y avait des limites qu’il n’avait pas été prêt à franchir comme … l’évasion des élèves de l’Ombre de la Rose Noire par exemple. Mais ce n’était pas pour cette raison que la jolie jeune femme était venue lui rendre visite. Son sourire se fit légèrement moqueur au ton qu’avait employé la jeune femme, pareil au sien. Faux. Pouvoir se détacher un peu de toute cette pression faisait du bien. Et le jeune homme était content qu’elle soit venue. Une grimace qu’il ne pu contenir traversa son visage lorsqu’elle parla des corvées. « Oh non. Il y en a déjà eu suffisamment. J’t’avoue préférer partager un déjeuner avec toi qu’une salle de classe sale à nettoyer avec des brosses et de l’eau tout aussi … hum. ». Oui, autant parler d’autre chose, si elle le voulait bien. Et l’autre chose arriva si spontanément qu’il ne voulu pas répondre directement. Si cela allait. Sans mentir… et bien il ne savait pas. Si bien qu’il changea de sujet tout en sachant qu’elle allait y revenir dans un temps plutôt record. C’est vrai, il était difficile de déloger une idée bien présente dans la tête de la jeune femme.

Il l’écouta donc en lui posant des questions ci et là pour retarder le moment de sa réponse. Il ne savait pas vraiment s’il avait envie d’en parler dans la grande salle mais il savait tout aussi bien qu’ils devaient rester sous les regards des adultes qui étaient installés plus loin. Son regard dévia vers la concierge et il servit Jules de soupe pour cacher son agacement même s’il doutait pouvoir lui cacher réellement quelque chose depuis un moment. Et effectivement, sa camarade le rassura sur le cas de Grognard au moment ou il tentait de cacher … quoi déjà ? Un bref soupir s’échappa de ses lèvres lorsqu’il l’écouta à nouveau. Son travail pour les Storm semblait la rendre heureuse même si les Storm … restaient les Storm. Depuis toujours le sujet Wade avait été délicat si bien que la jeune femme évitait de trop en parler en sa présence. Il faudrait qu’il lui explique un jour, peut-être. Elle ne le connaissait peut-être pas aussi bien. Un peu mais pas tout à fait. Croquant dans un énième morceau de pain, Liam se doutait que le sujet allait revenir si bien qu’il serait forcé d’en parler. C’qu’elle pouvait être têtue parfois. Rien d’étonnant à ce qu’elle se soit plutôt bien entendue avec Wade à Poudlard. Liam était à la fois amusé, intéressé et un peu gêné à ce qu’elle venait de lui dire mais le sourire de la jeune femme parvenait toujours à le réchauffer peu importe la situation dans laquelle il se retrouvait précédemment. C’était curieux. Il faudrait qu’il songe à trouver une contrepartie a cette hum… attaque non voulue surement de la jeune femme pour le déstabiliser à chaque fois ainsi. Il ne lui en voulait pas, au contraire mais il faudrait juste … qu’il y repense.

Liam hocha la tête avec un sourire à sa proposition de fêter le repas pour leurs retrouvailles. Ils ne s’étaient pas quittés depuis si longtemps mais le temps avait été long avec seuls les Ombres comme compagnons. Oh, n’allez pas croire qu’il ne s’entendait avec aucun d’entre eux. C’était juste différent. Il n’était jamais aussi vrai avec eux qu’il ne l’avait été en présence de Jules. « Sache, tout d’abord, que je trouverais un moyen de me venger de cette petite farce légèrement douteuse. » Si peu, Liam. Si peu. Mais par ses expressions, la demoiselle pouvait bien voir qu’il n’en pensait pas un mot. « J’suis content d’entendre que cela se passe aussi bien pour toi au Zoo. Cela aurait pu être pire mais les Storm sont des gens adorable même si … Enfin. Le principal c’est que tu te sentes bien là-bas. Et puis dès que y’a des bêbêtes tu te sens à ta place alors cela ne m’étonne pas du tout que tu y travailles. Et t’inquiète pas, ce zoo est un labyrinthe mais on s’y fait rapidement. », poursuivit-il avec un petit sourire. Et pour Wade ? Ils en parleraient une autre fois. Oui, une autre fois. « D’ailleurs, je me demande ce que tu leur dit sur moi à ses créatures. J’espère que certains ne s’amusent pas à répéter. J’imagine Storm entrain de s’arracher les cheveux avec des Liam par-ci, Liam par-là, si certains d’entre eux s’amusaient à l’embêter. » Petit sourire moqueur mais il n’en menait pas large. Pourquoi ne pas vouloir parler de Wade si c’était pour remettre le couvert de façon détournée. N’empêche, il se demandait ce que Jules pouvait bien dire à ces animaux magiques. En un sens elle avait de la chance, ce n’était surement pas les élèves Ombres ou les tableaux de Poudlard qui allait lui servir de psychomage pour dire tout ce dont il avait envie.

« Bouse de dragon, quel imbécile je fais. », jura t-il mi-voix. Son parchemin vierge, il l’avait complètement oublié sur la table. C’était comique dans un sens. Elle lui demandait si tout allait bien et lui s’inquiétait pour son parchemin qu’il n’allait pas utiliser de toute façon. « C’est bon de te revoir. », lui avoua t-il avec un petit sourire timide. Rapidement, il prit la plume qui trainait un peu plus loin avant de commencer à écrire.

Cela te va bien d’être sortie de Poudlard... Je n’aime pas en parler et je ne sais pas si cela ira mieux en l’écrivant. Ils me manquent tous les deux mais j’ai du mal avec la mort brutale de Tyzonn. Il se sentait mal de dire ça. Il n’arrivait pas à bien le formuler. Hudson. Malgré leurs désaccords, elle était sa sœur et était encore en vie. C’était comme s’il pensait qu’il aurait préféré que… Il ne pouvait pas penser ça. Il n’était qu’un gamin affreux et ingrat. Hudson devait avoir aussi mal que lui et avait le poids de l’inquiétude en plus. Elle avait toujours été surprotectrice à son égard. C’est parce qu’on habitait ensemble alors que je ne la voyais jamais. Du moins, pas souvent. Tu pourras lui dire que je vais bien si tu la croise ?

Le brun arrêta un moment. Il avait l’impression de lui mentir et il n’aimait pas ça. A chaque fois cela lui retombait dessus, d’une façon ou d’une autre. « J’aurais aimé que tu restes plus longtemps. Il n’y avait plus de place au château pour être professeur ou assistante ? », lui demanda t-il avant de continuer d’écrire.

Désolé. C’était pour meubler la conversation. J’aurais bien aimé qu’on soit dehors. Même avec un chaperon cela vaut mieux qu’avec les élèves. Mais à propos d’Hudson … tu pourras lui mentir ? J’ai pas envie qu’elle s’inquiète. Je sais qu’ils n’étaient pas d’accord, qu’on n’était tous pas d’accord pour certaines choses mais j’veux pas qu’elle s’inquiète pour le frangin. Et Tyzonn, c’était aussi son frère, malgré tout. Tu parlais de Wade tout à l’heure … on se déteste pas vraiment. C’est juste qu’on se parle plus. Juste. Une histoire de factions.

Changement de sujet ? Non, pas du tout. « Très bonne cette soupe. », commenta t-il avant d’en boire une cuillérée en attendant que son amie finisse de le lire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 30 Avr 2013 - 21:41

    J’avais beau avoir partagé la grande salle pendant sept ans avec toute une flopée d’élèves, cela me faisait bizarre de rejoindre ses bancs en bois maintenant que j’étais habituée à l’intimité de salle à manger des Malefoy. Il n’empêche que je me ressentis vite dans mon élément, je redoutais déjà le moment où la grande aiguille de l’horloge du château sonnerait l’heure du départ. Enfin passons … Profitons du moment présent, c’était l’essentiel je n’allais pas gâcher cette opportunité inespérée et puis cela faisait vraiment trop longtemps que je n’avais pas vu mon comparse. Des mois d’absence qui semblaient être une véritable éternité après avoir passé des semaines à partager des petits moments ensemble. Je le charriais –bien que je qualifierai plutôt ça d’humour noir- sur le fait que nous aurions pu partager une ou deux corvées si Grognard m’avait collé, au moins ça lui aurait fait du boulot en moins voyons le bon côté des choses. Liam ne semblait pas voir les choses sous cet angle justement ce qui était totalement compréhensible vu qu’il l’avait vécu, lui. Je ferai mieux de garder mes blagues idiotes pour moi à l’avenir. « Je te l’accorde, c’est déjà plus réjouissant » J’affichai un sourire bienveillant « Désolée, c’était pas malin ». Je posais ma main sur la sienne comme pour m’excuser mais malgré tout Liam n’allait pas être exempté de la question fatidique. Ce n’était pas de la curiosité mal placée, loin de là, je m’inquiétais pour lui ce qui était totalement différent. Je me doutais bien que les choses n’étaient encore pas toutes roses pour les ombres au sein du château et que ça devait être doublement douloureux pour le Higgs compte tenu des circonstances récentes. La perte d’un être cher n’est jamais facile à accepter, surtout quand ça touche votre frère de qui vous étiez proche. Enfin … vu ma relation plus que chaotique avec mon propre frère, je ne pouvais pas me glisser dans la peau de Liam si facilement mais quoi qu’il en soit si Caleb venait à disparaitre je serai sans aucun doute submergée par la chagrin malgré la haine que je pouvais ressentir envers lui. On ne choisit pas sa famille comme on dit … mais il y a certaine chose qu’on ne peut pas renier pour toujours.

    Il ne répondit pas ou du moins pas tout de suite. J’avais sans doute abordé le sujet un peu trop tôt ou été un peu trop direct, qu’on se le dise y’avait quand même de meilleures façons de fêter des retrouvailles. Alors je pris sur moi et lui racontai comment cela se passait à l’extérieur. Mon quotidien au zoo, la chance que j’avais eue d’être prise là-bas –d’ailleurs je regrettai amèrement que la Callaghan n’occupe plus le siège qui lui était attribué à la table des professeurs pour que je puisse la remercier de vive voix-, le fait que je ne croisais pas tellement le Storm, ect. Tout ce genre de petites choses plus ou moins intéressantes, je lui glissais même que mes petits protégés étaient une oreille attentive et qu’ils savaient à présent tout de lui et de Poudlard. Il y avait une partie de véracité là-dedans, j’avais eus quelques difficultés à m’acclimater à mon nouvel environnement les premiers temps, j’avais trouvé un certain réconfort auprès des bêtes à plumes et poils. « Sache, tout d’abord, que je trouverais un moyen de me venger de cette petite farce légèrement douteuse. » Je ris. « J’aimerai bien voir ça, crois-moi ». Si seulement. Je devais me faire la malle dans quelques heures et nos chemins ne se recroiseraient pas avant un bon bout de temps. Croisons les doigts que le Storm me redonne une mission à Poudlard dans un avenir proche. J’acquiesçai d’un signe de tête, bien sûr que les Storm étaient adorables … d’autant plus depuis que le patriarche m’avait embauché haha, blague à part. Non plus sérieusement je n’avais pas à me plaindre de ce côté, j’étais bien tombée. Liam rebondit une nouvelle fois sur mes petites confidences à mes protégés, mes éclats de rire se mêlèrent aux siens en imaginant la situation. Enfin, à y réfléchir ça ne serait peut-être pas si hilarant que ça. Certaines choses que je leur avais confié sur Liam étaient disons … d’ordre personnel ? Oui, on va dire ça comme ça. « C’est un secret » répondis-je rieuse bien que c’était un peu confus dans mon esprit. Parfois je me disais que le Higgs me manquait un peu trop pour qu’il ne soit qu’un simple ami à mes yeux …

    « Bouse de dragon, quel imbécile je fais. » Il me ramena sur terre alors que je m’étais égarée dans mes pensées. Surprise, j’arquai un sourcil. Je comprenais plus rien d’un coup mais tout devint plus clair lorsqu’il saisit sa plume, je fis le lien avec le parchemin vierge qui trainait à ses côtés. Se protéger des oreilles indiscrètes, astucieux. « Confidence pour confidence, tu m’as manqué aussi » renchéris-je tout sourire avant de mordre dans un morceau de pain. De sa plume il se mit à gratter le parchemin, je tendis le cou pour déchiffrer ses mots au-dessus de son épaule. Tyzonn. Je sais bien que j’aurai dû me douter qu’on aborderait le sujet tôt ou tard mais j’avais mal pour lui, je l’avais cherché d’un côté puisque je l’avais questionné sur ces états d’âme mais quand même … j’avais la sale impression de retourner le couteau dans la plaie involontairement. Je me souvenais encore du soir de fête où Callista lui avait annoncé la nouvelle … comment voulez-vous encaisser un choc pareil ? Ça devait être une douleur insurmontable. « J’aurais aimé que tu restes plus longtemps. Il n’y avait plus de place au château pour être professeur ou assistante ? » Je soupirai et jetai un nouveau regard désespéré sur l’ancienne place assignée à Eireann. La belle s’était évaporée, mon offre de stage également avec elle. Morose je bu une gorgée de jus de citrouille pour me donner un peu de courage –bien qu’un bon whisky pur feu aurait été idéal-. « Oh tu sais, avec les évènements de cet été certaines portes se sont fermées » Je n’entrais pas dans les détails, ce n’était pas ce qui m’importait aujourd’hui. L’essentiel, c’était Liam. Il reprit le fil de son récit. Drôle de façon de meubler mais je ne lui en tenais pas rigueur. Hudson, Wade, mentir, les factions … Je l’observais du coin de l’œil, Liam ou comment passer du coq à l’âne ni vu ni connu. J’acquiesçai d’un signe de tête à sa remarque sur la soupe bien que je ne l’avais pas gouté. « Tu féliciteras les elfes de ma part » lâchais-je vaguement en relisant son parchemin. Une fois fini, je fouillais rapidement dans mon sac pour y dénicher ma plume. Je tirai le bout de papier vers moi.

    J’imagine que ça ne doit pas être facile tous les jours … Et j’aurai sincèrement aimé que ce mauvais coup du sort vous épargne mais la vie continue. Ne te laisse pas abattre, je suis sure qu’il n’aurait pas aimé te voir ainsi. Je levai ma plume quelque instant. Qui étais-je pour parler au nom de son frère ? Après tout je ne le connaissais que de nom rien de plus. J’avais seulement l’objectif de lui mettre un peu de baume au cœur. Pour Hudson … tu es sur que c’est la bonne solution ? Elle doit probablement mal le vivre comme toi … Et puis, je doute qu’elle soit bête au point de gober un bobard pareil. Un peu comme moi quand tu esquives les sujets sensibles. Mais soit si c’est ce que tu souhaites, je le ferai même si je n’approuve pas tellement. Je tournai la tête vers lui comme pour enfoncer le clou. Je n’avais guère envie d’être la personne qui mentirait à sa sœur si jamais il arrivait par chance –ça, ça restait à définir- que je la croise. J’expédiai le sujet Wade, je n’étais pas venue ici pour blablater sur le dos de mon collègue. C’est toujours une histoire de faction, on y revient sans cesse. Liam, sérieusement, comment ça se passe pour toi cette année ? Tu me connais, je suis têtue. Je soulignai le « toi », sous-entendu « je me fou un peu des autres là ». Je posai ma plume et me servis une part de tarte à la citrouille –même les mets de Poudlard m’avait manqué-. « Tu te sens d’attaque pour les ASPIC ? » Certes c’était encore un peu tôt pour se prononcer mais puisqu’il fallait meubler comme il dit … « T’as intérêt à poutrer en soin aux créatures magiques sinon tu risques de passer un mauvais quart d’heure ! » le charriai-je en finissant sur une note plus légère.

edit: han, je viens juste de remarquer que je me suis plantée au niveau des couleurs pour les dialogues, sorry !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Liam N. Higgs
Papuche Peluche Jaune
Messages : 508 Crédits : Avatar: myself Signature: Anaëlle & Puggy: We'll see
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Stagiaire à l'Union
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Un raton laveur
Epouvantard : La mort de son frère
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 17 Juin 2013 - 12:46



Il savait pertinement que c'était une mauvaise idée. Ce parchemin, cette visite de Jules alors que les Ombres restaient généralement entre eux scrutant l'ennemi mais ne faisaient pas l'affront de parler librement à l'un d'entre eux. Et c'est ce qu'il faisait. Sans aucun doute signait-il déjà pour certains une traitrise faussement dissimulée par une visite impromptue de la Pritchard. Il jouait avec le feu également. Il y avait Grognard qui veillait ainsi que les professeurs présents. Sur le moment, il était à mille lieue de penser à la trahison même si ... la discussion viendrait un jour où l'autre mais peut-être pas ici. C'était beaucoup trop risqué pour les deux. Jules risquait autant que lui dans cette histoire d'écrire sur des parchemins qu'ils ne pourraient bruler par la suite au risque de paraitre encore plus coupables qu'ils ne le paraissaient.

Le mois de décembre avait été tranquille. Il avait pu réfléchir tranquillement, se bornant à réviser les cours auxquels il avait eu le droit de participer. En repensant aux dernières parloles de Jules, il s'efforça de rester impassible sans montrer que, oui, c'était réciproque. Il manquait Jules dans sa vie, à Poudlard. La vie au château était lourde et pesante sans elle à ses côtés. Ce n'était pas le moment de parler sentiment. Il ne s'avait pas réellement comment s'y prendre mais, d'expérience, il doutait que cela soit le bon moment de le lui dire et, de toute façon, il ne savait pas réellement comment aborder le sujet et préférait l'éviter pour le moment. L'emprisonnement des Ombres par les Héritiers lui avait été bénéfique en deux choses importantes à ses yeux. Il réalisait que ses véritables amis lui manquaient, ceux qu'il avait connu et cottoyé avant l'apparition des factions.  

A cette époque, Jules avait été distante et froide auprès de lui pendant un moment et, retrouver son amitié lui avait ôté un poid énorme. Elle était redevenue son alliée, celle à qui il pouvait parler sans se sentir trop obligé de lui mentir même s'il ne lui disait pas forcément toute la véritée vraie. Puis, tout avait changé avec la fin d'année et le départ définitif de Jules à Poudlard en juin dernier. Elle lui avait manqué en tant qu'amie mais là c'était différent. En la revoyant malgré son sursaut de surprise, il avait été content comme rarement il ne l'avait été depuis la mort de son frère. Cela faisait un moment qu'il se posait la question. Que ressentait-il pour Jules ?

"Je n'y manquerais pas.", lui lança t-il en sachant pertinement qu'il ne le ferait pas. Le Poufsouffle s'autorisa une gorgée d'eau avant de jeter un oeil discret au parchemin qui se retrouvait tourné dans sa direction. Qu'aurait voulu Tyzonn ? Liam se mordit la lèvre inférieure. Il aurait voulu vivre. Pour le reste. C'était un coup dur. Il savait que sa mère détestait voir ses enfants faibles et sur qu'elle n'aurait que peu apprécié que son fils réagisse ainsi à la mort de son aîné. Tant pis. Il n'était pas le gamin fort qu'elle aurait voulu qu'il soit.

Je sais pas comment il aurait voulu que je sois. J'crois même pas qu'il aurait voulu que je butte Jugson pour lui. J'crois qu'il voulait m'éviter tout ça. Tu sais que si y'avait pas eu tous ces troubles politiques, j'serais allé vivre chez lui ? Là c'est retour à la case départ. En sortant de Poudlard, si je sors un jour, j'aurais pas l'choix que d'aller là ou la Reine de la mode vit. Liam releva la tête au mot A.S.P.C.S. Un poil surpris. Que penser des études ? De Poudlard ? Il était à la fois en colère contre les Héritiers mais les comprenaient dans un sens. Ils n'agissaient qu'en réaction fasse à la fuite des Ombres. Si les Ombres étaient restés à carreaux, peut-être que tout se serait passé mieux. Si Mervyn Kark n'avait pas trahi les Héritiers en kidnappant sa soeur, ces derniers n'auraient pas été aussi revanchards et Poudlard aurait sans doute retrouvé son air d'antant. De l'époque ou ils suivaient leur apprentissage en harmonie toute relative.  A l'époque de Voldemort. C'est toujours un problème de faction parce que ça sera toujours le problème. J'ai l'impression d'être une marionette. Contente ? Ca y'est. Il était de mauvaise humeur maintenant. "Et niveau ASPIC ... Tu veux savoir si j'me suis amélioré en sortilège ? Demande à Lewis nos baguettes pour que j'te montre." Rancoeur, provocation. Il n'avait pas pu l'arrêter. Quant à sa soeur ? Elle était revenue aux dernières nouvelles mais il doutait qu'elle se laisse faire aussi facilement. Ce n'était qu'une façade son retour chez les Ombres mais il ne dirait rien. Elle s'était battue jusqu'au bout pour ses conviction. Ce retour au cocon familial était étrange. Porter un masque était le talent des Higgs mais pas le sien. A se demander s'il était vraiment un Higgs. Peut-être n'était-il qu'un batard qu'en savait-il. Désolé. J'devrais pas m'énerver contre toi. Quoique je choisisse j'ai l'Avada Kedevra logé dans ma tête. Alors désolé mais c'est plus difficle que ça en a l'air. Quant à Poudlard... je déteste cet endroit. "J'ferais mon possible." C'était court, grincheux. "J'aimerais pas te décevoir déjà que j'sais pas choisir." Doublement grincheux. "Désolé. C'était pas prévu que je me prenne la tête avec toi aujourd'hui. J'aime bien ce cours. C'est le seul ou t'as l'impression de sortir de ces quatre murs lorsqu'on te parle des créatures magiques étrangères. D'ailleurs. Je partirais bien." Oui. J'partirais bien loin de tout ça. "Tu viendrais ?" Un aveu, une semi engueulade, une proposition, une demande cachée. C'était Liam. Un gamin qui venait de perdre son frère, mal dans sa peau, changeant d'humeur comme de chemise.


HRP: J'avais pas fait gaffe à la date, faudra le mettre un peu plus avant la date du post le rp parce que si on suit la date il se passe après l'event final de la saison 2 et c'est pas très logique xD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 1 Aoû 2013 - 21:37


    J’avais toujours été maladroite, la preuve le résultat de certaines matières à mes examens en témoignait parfaitement. Depuis mes  premiers cris j’avais eu cette tendance à faire un geste de trop ou déplacé, ce p’tit truc qui bousillait tout. Je crois que ma maladresse avait même atteint ma capacité de parole ou alors je devais vraiment me tenir au diction de tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Il n’y avait que moi pour faire une pointe d’humour mal placé sur la situation des ombres, surtout face à Liam. Il semblait s’être un peu endurci depuis la dernière fois, je le sentais beaucoup plus dur dans ses mots. Mais au fond je ne pouvais que le comprendre, les ombres étaient considérés comme le bas de la chaine alimentaire depuis les derniers changements majeur au château. Les sanctions –injustes pour la plus part- qui leurs étaient infligées avaient de quoi les dégouter de Poudlard.

    Le parchemin. Quelle ingéniosité ! Je sentais bien qu’il n’avait pas tout à fait la conscience tranquille du fait que je sois là, je n’avais pas manqué les regards en coin qu’il jetait ici et là. Ma visite impromptue semblait bien le perturber, il est vrai que je n’avais pas pensé à tous les détails. Dès le moment où le mot « Poudlard » avait passé les lèvres du Storm, je n’avais pensé qu’à mon retour dans cet endroit qui avait été ma maison pendant si longtemps. Certes, je me doutais qu’il avait dû voir ça avec la Lewis et compagnie mais j’avais omis les qu’en dira-t-on, surtout pour Liam. Les Ombres et les Riris n’étaient pas les meilleurs amis du monde c’était bien connu. Quelle cruche mais quelle cruche ! J’avais tellement été aveuglée par la joie de retrouver mon ami que j’en avais oublié le reste. Bien joué, Jules ! Dieu merci Liam avait de la suite dans les idées, il suffirait d’un petit coup de baguette pour faire disparaitre le bout de papier une fois noircie par nos confessions imprononçables. Vraiment, c’était du génie ! Je le reconnaissais bien là.

    Les « hostilités » let’s go. Si je pouvais les qualifier ainsi ou disons plutôt les sujets tabous, les sujets qui font mal ou comment poser des mots sur des maux. Sujet numéro un : Tyzonn. Encore une fois j’aurai dû m’en douter. Perdre son frère n’était pas anodin, surtout que ces deux-là étaient proches. Je me souviendrais toujours de ses traits déformés par la douleur lors de l’annonce de Callista, toujours. Je ne connaissais pas Tyzonn mais j’osais penser qu’il n’apprécierait pas de voir son petit frère ainsi, Liam douillait, je sais que de lui dire d’aller de l’avant était plus facile à dire qu’à faire mais il n’aurait pas souhaité qu’il soit enfermé dans le silence de son absence … si ? Ca expliquait également pourquoi je ne souhaitais pas mentir à sa sœur, elle aussi devait souffrir de cette perte. Je lis ses mots plein de rancœur lorsqu’il poussa légèrement le parchemin entre nous. J’avais de la peine pour lui sincèrement, je n’étais pas si à l’aise que ça avec cette situation. J’empoignais ma plume ; La vengeance n’est pas une solution, t’es soulagé, satisfait ou je ne sais quoi sur le coup mais après ? Rien de tout ça ne le fera revenir … Je levais ma plume quelques secondes, j’avais peur d’avoir été un peu trop directe. Je secouais machinalement la tête pour me remettre les idées en place. Ne dis pas de bêtises, bien sûr que tu sortiras de là ! Il ne te reste que quelques mois, ne lâche rien, d’accord ? Rien ne se passe jamais comme on l’a prévu … et j’en suis désolée. Mais tu as toujours le choix, tu te souviens ? ah cette phrase … je le lui avais bien assez répétée par le passé.

    Je le questionnais sur les ASPICS qui viendraient bien vite pour lui à la fin de l’année, finissant sur une note légère en le charriant sur sa réussite obligatoire en soin en créatures magiques. Tandis qu’à l’écrit je lui faisais part de mon inquiétude à son égard, il ne fallait pas être la défunte Granger pour se douter que tout n’était pas rose dans son petit monde. Peut-être était-ce les mots ou la question de trop, sa réponse griffonnée me laissa sans voix. « Comme une marionnette » ce dernier mot résonnait dans ma caboche, il ne l’avait pourtant pas prononcé mais je sentais sa hargne et son aigreur. Je ne trouvais rien à répondre, je levais les yeux vers lui d’autant plus choquée de sa réaction face aux examens. J’en croyais pas mes oreilles, ce ton qu’il avait employé … jamais encore il ne m’avait adressé la parole ainsi. Je me renfrognais. Bordel qu’il ne s’en prenne pas à moi, j’y étais pour rien dans tout ça moi ! Fronçant les sourcils, je déposais la petite cuillère dont je m’étais armée pour déguster ma part de tarte à côté de mon assiette et optais pour ma plume. Je tirai le parchemin d’un geste brusque vers moi et pris soin d’y écrire en lettres majuscules un simple NON. Non je n’étais pas contente qu’il se sente ainsi, et non je l’étais d’autant moins vu le ton qu’il employait. Voilà qu’il m’avait coupé l’appétit, je baissais les yeux vers mon assiette et ma pauvre petite part de tarte qui m’appelait avec des « mange-moi, mange-moi ! » alors que mon estomac s’était noué. Un soupire m’échappa, cela ne faisait pas parti de mes plans de me brouiller avec Liam aujourd’hui.

    Il noircit à son tour le parchemin, je me refusais de le lire dans un premier temps bien trop bornée je continuais de contempler mon assiette, poings serrés sur la table. Rho et puis … je ne pouvais pas rester trop longtemps en colère contre lui, surtout aujourd’hui alors que c’était la première fois que je le voyais depuis des lustres. Cela me faisait bizarre de lire qu’il détestait Poudlard –même si, il avait toutes les raisons pour ce faire-, le château était sans aucun doute mon endroit préféré au monde, je le regrettais amèrement et lui n’attendait qu’une chose : en sortir. Ah ironie quand tu nous tiens ! Bon. Du moment que tu ne l’utilises pas sur moi ça me va. Je lui jetai un regard en coin, je ne tenais pas à passer à la casserole pour une de mes énièmes maladresses. Selon toi qu’est-ce qui est pire, Poudlard ou l’antre de maman Higgs ? Non parce que ça devait pas être l’éclate tous les jours non plus là-bas. Il ferait son possible. Il ne voulait pas me décevoir. Un sourire se dessina sur mes lèvres, voilà qui effaçait ma rancune en deux secondes chrono. « T’en fais pas, t’as l’temps encore » Je ne pouvais que le comprendre, moi-même je ne m’étais décidée que tard dans l’année quant à mon futur « et l’embarras du choix, surtout ! ». Trop de possibilités tuent les possibilités, on ne savait pas où donner de la tête, devoir choisir son avenir à dix-huit ans à peine … c’était absurde. Des excuses … ah s’il savait … il était déjà tout pardonné bien avant ça. « Ce n’était même pas prévu que tu me vois aujourd’hui » répondis-je du tac au tac avec un petit sourire en coin. J’aimais la façon qu’il avait de parler de mon ancien cours fétiche. « Tu devrais les voir en chair et en os, et plumes parfois ! Dès que tu sors d’ici je t’emmène visiter le zoo de l’intérieur, c’est comme si tu faisais le tour du monde à balais en une journée. » Aaaah partir … j’en rêvais depuis l’émergence des factions, depuis que toute cette merde avait commencé. Tu partirais où ? J’étais curieuse. Venir ? « La question ne se pose même pas. » J’hochais machinalement la tête comme pour appuyer mes dires. « Sauf si m’embarque dans un igloo, ça va d’soit ! Ou dans une yourte au fin fond de l’Amazonie. Je suis pas sure de me faire aux conditions climatiques » Un éclat de rire m’échappe. Mais au moins on ne nous retrouverait pas. Adieu les factions, les gue-guerres inutiles … Juste toi et moi. On part quand ? Voilà que j’étais prête à refaire le monde.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Liam N. Higgs
Papuche Peluche Jaune
Messages : 508 Crédits : Avatar: myself Signature: Anaëlle & Puggy: We'll see
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Stagiaire à l'Union
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Un raton laveur
Epouvantard : La mort de son frère
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 24 Aoû 2013 - 20:44

Liam appréciait Jules. Beaucoup même. Mais il se demandait si c'était bien prudent de se voir ainsi. Ils n'enfreignaient aucun règlement car nul n'interdisait d'écrire sur un bout de parchemin sur lequel il suffirait d'y renverser de l'eau pour que tout devienne illisible. Il sentait le regard des Ombres et des Héritiers sur eux et se demandait s'il ne valait pas mieux qu'ils arrêtent leur petit manège à la fois pour lui comme pour elle. Il ne voulait pas la mettre dans l'embarras. Pourtant, il ne voulait pas non plus que sa visite se termine sous par une mauvaise note. Il regarda dubitativement les mots inscrits sur le parchemin et se dit qu'il aurait peut-être du plus se bouger lors des réunions des Ombres avant leur fuite. Quelques mois ? Ils étaient un moyen de pression contre le gouvernement et Liam doutait fortement que le Ministre organise une expédition maintenant que sa fille était hors de danger. Les Héritiers pouvaient très bien les garder un temps indéfini. Le jeune homme préféra ne pas entamer un énième débat et hocha simplement la tête. Il verrait bien. Et son besoin de vengeance ? Si l'idée de vouloir réduire Jugson en pièce lui avait traversé l'esprit, il ne voyait pas de quoi elle voulait parler. Bien sur, les séances de cachots et d'interrogatoire n'avaient pas été agréables. Les Héritiers, les Ombres, les otages. Tout ça n'était que politique. Leur Ministre en aurait sans doute fait de même. Salamander voulait retrouver sa femme et ils étaient le moyen de pression idéal. Kark avait trahi en premier même si, au fond, il ne savait pas réellement comment tout ceci s'était déroulé. Il ne pouvait que supposer. J'lâcherais pas., lui fit-il comme une promesse sur un parchemin même s'il ne croyait qu'à moitié ce qu'elle venait de lui écrire. Il avait hâte que tout ceci ce termine. Il n'aurait qu'à rester calme, garder sa neutralité. Ne pas entrer dans les conflits. Médiateur tout au plus.

Son visage s'assombrit légèrement quand Jules mentionna sa mère. Maintenant que Tyzonn n'est plus là, c'est à lui qu'incombait la dure tâche d'être l'Héritier des Higgs. Sa mère allait lui mettre le grappin dessus dès sa sortie. "Misère.", souffla-t-il en buvant un grand verre d'eau. Poudlard bien sur. Lewis valait son pesant d'or question sévérité mais sa mère restait sa mère. "C'est vrai.", lui répondit-il avec un petit sourire.Le sujet était clos. Du moins, pour le moment. Liam repris sa plume à la question de leur prochaine destination. Un sourire amusé gagna son visage aux dernières paroles de la Poufsouffle. Loin de Londres et de l'Angleterre. Les mots sur le parchemin s'étaient faits sans hésitation aucune. A savoir où ça exactement, je sais pas. Je te laisserais choisir. Tu as toujours eu de bonnes idées. On commencera par le zoo comme, ça tu me montreras tout ses secrets. "Je suis content que tu sois venue.", lui lança t-il à la suite. C'était vrai, c'était spontané. Jules était sa lumière dans l'obscurité. La voir dans cette salle qui ne respirait que la rancune et la vengeance était un réel souffle d'air frais même si elle était Héritière. Elle était son rayon de soleil.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

We all need somebody to lean on – LIAM&JULES
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Sous-sol et rez-de-Chaussée :: Grande Salle