Où on drague une jolie blonde !



 



Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Dim 25 Nov 2012 - 20:29

« T'y arrivera jamais ! T'as vu ta tronche ? » . Éclats de rire.

De l'autre côté du couloir, j'interromps la rédaction de mon compte-rendu paaaaaassionnant pour m'approcher de la porte. J'ai grand besoin d'une pause et puisque les employés d'en face me l'offrent si généreusement.....

« C'est pas parce qu'elle t'as jeté comme un scroutt qu'elle va forcément me mettre un rateau. »
« Haha ! Bien dit ! »
« On joue pas dans la même catégorie toi et moi. J'ai toutes mes chances ! »
« Ouai, ouai, c'est ça ! On verra bien qui rira lundi matin ! »
« De qui vous parlez ? », demande une quatrième voix.
« Margaret Baddock, département de régulations des créatures magiques. Blonde, sexy, célibataire.... étonnant d'ailleurs à son âge.» A ce moment, l'homme baisse tellement la voix que je dois sortir la tête de mon bureau et faire mine de chercher quelqu'un pour entendre la suite. « Enfin pour une sang-pure. Elles sont toutes fiancées passé 21 ans. Bref la moitié du département est allé tenter sa chance dans le bar où elle a ses habitudes mais elle envoie bouler tout le monde. Elle est sacrément coriace celle-là ! »
« Evidemment ! Vous croyez qu'une personne de son rang se laisse draguer par le premier venu ? Crétins ! Allez remettez-vous au boulot, les dossiers vont pas se remplir tout seuls ! »

Les trois autres grognent mais se replongent dans le travail, si j'en crois le bruit des tiroirs qui s'ouvrent et le grattement des plumes sur le parchemin. Alors comme ça il y a une Miss Baddock insaisissable qui fait tourner toutes les têtes au ministère ? Bizarre, je ne l'ai jamais apperçue. C'est vrai que je ne mets pas souvent les pieds au département de régulation des créatures magiques mais j'aurai au moins dû en entendre parler. Je suppose qu'elle est arrivée récemment. Entre les derniers évènements et la traque des fugitifs, je n'ai pas eu le temps de me pencher sur les nouvelles recrues. Une chance que je sois resté bosser tard ce soir..... et que la fatigue et l'illusion des bureaux à moitié vides délient les langues. C'est rare d'entendre des discussions aussi désinvoltes ici. Surtout depuis l'attaque de Gringotts : tout le monde sait que le ministre est à cran et au moindre signe de paresse, on prend le risque de se faire virer..... ou pire. En tout cas ça tombe à pique : j'ai grand besoin de me changer les idées. Isis étant absente juqu'à Noël, il va falloir lui trouver une remplançante temporaire ! Evidemment ce ne sera pas pareil. Déjà, je n'irai pas aussi loin. Pas le premier soir en tout cas : je préfère tâter le terrain avant de me lancer dans n'importe quoi avec n'importe qui. La Baddock en question peut être une sacrée garce prêt à tout balancer aux journalistes le lendemain même. Ou une romantique naise à en mourir qui se méprendra sur mes intentions.... du genre Violet ou Calli. Mais, même si elle se révélait être une jeune femme perspicace, consentante et "agile", je doute qu'elle parvienne au niveau de Lestrange. Si Isis pouvait m'entendre.... Merlin, faites qu'elle ne pratique pas la légimencie. Même si elle est déjà consciente de l'effet qu'elle a sur moi, je détesterai qu'elle l'entende de ma bouche.... ou plutôt de mon esprit. Bref ! Revenons à nos sang-purs : Margaret Baddock. Le défi est tentant et je ne perds rien à essayer. Reste juste à savoir où et quand la trouver. Pas au département des créatures magiques bien sûr, ce serait pas assez discret.

Désormais pressé d'en finir, je bâcle les dernières lignes de mon rapport, referme le dossier et le fourre rapidement dans un tiroir. En sortant j'hésite entre deux options : attendre la semaine prochaine et la faire suivre sous le prétexte d'une enquête ultra-confidentielle ou essayer d'obtenir le nom de son bar privilégié tout de suite en demandant aux bouffons d'en face. J'opte finalement pour la facilité.

« Bonsoir. », je lance en débarquant à l'improviste dans le petit bureau. Les quatre silhouettes se redressent d'un coup et l'un d'eux essaie même de défroisser sa robe discrètement « J'ai cru vous entendre mentionner le nom de Margaret Baddock. » - le plus jeune déglutit - « Vous savez où je peux la trouver ? »

« Elle travaille au département de rég...... »
« Je suis déjà au courant merci. Je ne viendrai pas vous voir si ce n'était pas urgent. Où est-ce que je peux la trouver maintenant ? Si vous avez la réponse je vous serai très reconnaissant de me la communiquer. », j'ajoute d'un ton mielleux.
« La Manticore Bleue. C'est un bar sur le Chemin de Traverse, elle y est souvent. ». Le sorcier qui vient d'ouvrir la bouche attire les regards de tous les occupants de la pièce.... j'ai même l'impression que l'un d'eux est accusateur. Tant pis : que ça leur plaise ou non, Miss Baddock est à moi !

« Merci... »
« Eliott.» dit-il comme si j'allais m'en souvenir.....
« Et bien évidemment, inutile de parler de ça à qui que ce soit. Bonne soirée.».

J'espère que la crainte de mon père suffira à les faire taire. Non pas que ce soit une catastrophe : je pourrai toujours prétexter une affaire urgente en relation avec la Brigade. Je préfère juste éviter d'étaler un peu plus ma vie privée dans les journaux..... ou d'entendre les gens radoter au sujet de mes fréquentations. Arrivé aux cheminées, je décide de faire un bond chez moi, histoire de me changer et de me recoiffer un peu. Mon passage est extrêmement rapide et je disparais à nouveau avant que quiconque ai pu me poser des questions ou même me remarquer. Enfin, j'apparais sur le Chemin de Traverse !

J'inspire à plein nez et l'odeur de la nuit m'emplit les poumons. Cela fait longtemps que je n'ai pas prit une soirée de libre, trop longtemps. Je réalise à quel point ça me manquait lorsque je fais irruption dans le bar de la Manticore Bleue : la musique, le brouhaha, les lumières tamisées et les silhouettes dansantes me procurent un frisson chaud. Sans perdre une seconde de plus, je m'installe et commande un verre d'hydromel (commencer doucement pour faire durer la soirée !). En attendant qu'on me serve, je parcours la salle des yeux à la recherche d'une chevelure blonde. Soudain, je l’aperçois. Elle est assise de dos, plongée dans une semi-obscurité troublante, mais je suis sûre que c'est elle : il ne doit pas y avait 36 blondes sexy dans ce bar. Sûr de moi, je me lève et la rejoins.

« Bonsoir. Je peux vous offrir à boi..... »

EH !!! Je la connais elle ! Oui, oui, oui, maintenant qu'elle s'est retournée, je discerne clairement les traits de son visage. Et c'est pas Margaret Baddock ! Nom d'une goule !
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Mar 27 Nov 2012 - 16:23


Une ancienne alcoolique dans un bar, c’est comme une tentation perpétuelle. J’ai besoin d’être là néanmoins, parce que je veux boire un verre. Ou deux. Ou plus… Je veux simplement l’oublier. Encore ce fichu cauchemar qui ne me quitte pas depuis quelques jours. Ce n’est pas vrai, le fantôme d’Octavian n’existe pas. Je ne devrais pas perdre de l’énergie à le chercher, tout ça parce que je le vois dans mes rêves. Cependant je ne peux pas m’en empêcher. S’il existe la moindre chance pour que mon cher frère soit en vie et que je puisse le revoir, je ne peux pas la laisser passer. Sauf qu’y penser, ça me rend triste. Tellement triste que j’ai besoin d’un foutu verre d’alcool. Verre que j’ai commandé et que je fixe depuis plusieurs minutes sans savoir quoi en faire. Je sais que le boire me fera oublier pour quelques temps. Cependant je sais aussi que quand la douleur reviendra, elle le fera au centuple, me descendant plus bas encore que celle que je ressens actuellement. Mes yeux se ferment finalement, je ne dois plus y penser, mais je ne dois pas boire d’alcool.

Délaissant mon verre, je regarde finalement autour de moi pour jauger la faune m’entourant. Rien de bien transcendant mais je continue mon observation, alors qu’un homme se dirige vers moi. Etre dans un bar, quand on est une joie fille pleine de vie comme moi, c’est un appel à tous les gros lourds qui pensent être assez bien pour l’inviter à boire un verre. Ce type semble être l’exemple même de tout ce que je déteste le plus au monde. Ces garçons sans cervelles, s’amusant à draguer les filles pour faire un tableau de chasse... Pitoyable. Dans le passé, j’aurais certes accepté n’importe quelle invitation mais maintenant que je suis redevenue une parfaite fille de sang pur, il ne me viendrait jamais à l’esprit de me prostituer pour un simple verre. C’est pourquoi je passe tout mon début de soirée à repousser prétendant sur prétendant… Bon j’exagère à peine. J’ai du en repousser trois ou quatre, pas plus. Juste assez pour m’énerver et me faire bouger dans un coin plus sombre, ou je n’offre que mon dos aux regards indiscrets. Ainsi j’espère être enfin tranquille. C’est peine perdue au final puisque j’entends des pas venir vers moi malgré le brouahah, ainsi que quelques mots, qui me font sourire bien vite. « Bonsoir. Je peux vous offrir à boi..... »

Cette voix… Je la connais. J’en rêve presque. Du moins, je le ferais si je n’avais pas ces cauchemars omniprésents à propos de mon très cher frère. Je considère ces quelques mots comme une victoire et finalement je me retourne vers lui, un sourire étudié sur le visage. Intérieurement, je me force à ne pas jubiler, même si ça devient de plus en plus compliqué en voyant son visage. Le très cher Arutha Kark décide de m’offrir à boire après m’avoir tant repoussé. Je ne saurais être plus heureuse à ce moment précis. Cependant, je ne me fais pas trop d’espoir. Son regard semble désabusé, je pense que je ne suis pas la personne qu’il pensait. Ca ne m’empêche pas de profiter du moment, il n’y en aura peut être pas d’autres comme ça. Doucement, ma langue passe sur ma lèvre inférieure. Attention, ce n’est pas vulgaire, loin de là. Plutôt un simulacre de réhydratation labiale, rien d’autre. Je pense que vous vous vous êtes égaré Arutha. Je n’ai pas souvenir avoir été jamais intéressante pour vous. Le tout accompagné une petite moue déçue, presque triste. Certes, je suis assez déçue d’être en permanence repoussée, d’autant plus que c’est totalement désintéressé… Bon d’accord. En fait non, ça ne l’est pas. S’il n’était pas un Kark, j’aurais stoppé tout ça depuis longtemps. Finalement, j’en viens à me lever, pour simplement poser sa main sur son bras. Cependant, une invitation reste une invitation et j’y réponds positivement, avec une grande joie. J’attends ça depuis tellement longtemps. Je m’arme de mon sourire le plus charmeur et me rassoit, l’invitant à faire de même d’un geste de la main. Il ne pouvait pas se dérober maintenant. Il n’avait pas le droit puisqu’il s’était de lui-même proposé.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Jeu 29 Nov 2012 - 22:12

Comment s'appelait le type déjà ? Elton ? Ellis ? Non, Eliot ! Monsieur Eliot. Cette fois je m'en souviendrai..... et ce n'est pas une bonne nouvelle pour lui. Je me fiche de savoir si cet abruti s'es foutu de moi ou s'il s'est trompé d'adresse : dans tous les cas ça revient au même puisque je suis coincé avec cette dinde. Oui coincé ! Si encore il y avait eu la dite Margaret Baddock dans le coin, j'aurai pu prétexter un rendez-vous avec elle, m'excuser et m'éclipser avant que Nott ne me mette le grapin dessus. Mais comme par hasard, il n'y aucune autre blonde de sa corpulence dans le bistrot ! Juste trois brunes qui gloussent à gorge déployée, une rouquine solitaire qui a l'air plongée dans ses pensées et une vieille dame ultra maquillée qui semble prête à sauter sur le premier mec qui osera lui adresser la parole.... beurk ! Ce sera pas moi en tout cas. Je préfère encore la compagnie de Lizbeth Nott. Pourtant, croyez-moi, je suis loiiiiin d'être emballé. C'est vrai, elle est plutôt jolie, elle a le sang-pur et elle est de l'Ombre.... mais bordel de goule qu'est ce qu'elle a l'air chiaaaaaante ! A bientôt 30 ans - si elle ne les as pas déjà ! - elle s'habille toujours comme une pauvre gamine qui s'imagine que la vie est faite de licornes, de mode et de grimoire à l'amortentia. En tout cas c'est l'impression qu'elle me donne. Tout ce rose bonbon, tous ces sourires et puis cet air de collégienne immature hyper agaçant ! Regardez ! Même la manière dont elle essaie de m'aguicher est ridicule ! Il faudrait lui expliquer que se passer la langue sur les lèvres est passé de mode depuis des lustres ! (Jolies lèvres au passage...). Bref, je n'ai qu'une envie : me tirer d'ici. Et c'est tellement flagrant qu'elle le remarque elle-même. Oui, je me suis trompé ; non, elle ne m'a jamais intéressé. Puisque tout est clair, je peux maintenant m'en aller sans me montrer impoli.

« Effectivement, vous n'étiez pas la bonne personne, toutes mes...... »

« Cependant, une invitation reste une invitation et j’y réponds positivement, avec une grande joie. J’attends ça depuis tellement longtemps. »

Holy shit ! Bon, évaluons la situation : si mes souvenirs sont bons, elle est journaliste - ou a un rapport avec un journal sorcier. Je ne sais plus exactement pour quel torchon elle travaille mais avec ma chance ça doit forcément être La Gazette. Conclusion : mieux ne vaut pas la froisser. Même si elle est à l'Ombre, se mettre les reporters à dos est toujours une mauvaise idée. Et puis, maintenant que j'y pense, c'est l'occasion parfaite pour lui demander innocemment - ou pas - pourquoi elle me tourne autour depuis quelques semaines.... et lui faire comprendre qu'il est dans son intérêt d'arrêter son petit manège. Bien sûr, j'ai quelques idées - ce n'est pas la première fois qu'une sang-pur de bonne famille essaie de me mettre le grappin dessus - mais je suis toujours curieux de savoir jusqu'où vont leur détermination, leurs plans et leur ambition. Parfois, la situation se révèle même assez drôle. Qui sait, peut être que finalement ce ne sera pas une soirée si désagréable que ça ? On croise les doigts. Un sourire forcé aux lèvres, je lance d'un ton charmeur :

« Puisque mon amie n'est encore arrivée, ce sera avec plaisir.»

Oui amie. Pas besoin de lui expliquer que j'étais venue draguer une inconnue pour ajouter une tête à mon tableau de chasse.... et éventuellement satisfaire mes envies. Je m'assois à ses côtés et demande le plus innocemment du monde, avec un regard qui se veut curieux.

« Et vous, vous n'attendez personne ? J'avoue que je me serai jamais attendu à vous trouver seule ici.»

Comprendre : Comment ça se fait que vous aillez l'air d'une pochetronne qui se bourre la gueule toute seule dans son coin ? Miss Pink aurait-elle eu le coeur brisé par un vilain sorcier qui lui a avoué que les boursouflets ne naissent pas dans les tulipes ? Je retiens difficilement un rire et heureusement le barman choisit cet instant pour nous apporter nos boissons. La diversion tombe pile poil. Il posa devant moi un verre plein et je l'interpelle avant qu'il n'ai le temps de s'en aller.

« Amenez nous aussi un..... qu'est ce que vous voulez au fait ? », je demande à Nott. « Un Three Headed Snake ? »

Je sais que les minettes tout juste sorties de Poudlard raffolent de ce cocktail in. Je sais pas vraiment ce qu'elles lui trouvent d'ailleurs.... la couleur bleu/vert océan ? Le secret de fabrication qui fait en sorte que personne ne sache vraiment ce qu'il y a dedans ? Ou bien tout simplement le fait que ce breuvage ne soûle pas vraiment. Une boisson de femme quoi.... ça lui conviendra parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Mer 5 Déc 2012 - 13:19

Effectivement, vous n'étiez pas la bonne personne, toutes mes...... Oh non non non ! Kark junior était en train de se défiler et il n’est pas question que je le laisse s’en sortir cette fois. Je tiens enfin une bonne raison de partager un moment privilégié avec lui, je ne risque pas de le laisser s’échapper. Je lui offre un grand sourire, essayant de ne pas paraître trop victorieuse, même si en mon moi intérieur, je jubile. Puisque mon amie n'est encore arrivée, ce sera avec plaisir. Ah oui évidemment. Il n’est pas là innocemment et son invitation n’est pas réellement pour moi. Qu’à cela ne tienne, je vais lui faire passer un excellent moment. Tellement bon qu’il en oubliera son amie. Foi de Lizbeth Nott, si toute mon expérience ne me permet pas d’obtenir ce que je veux, alors à quoi bon s’améliorer. Et vous, vous n'attendez personne ? J'avoue que je me serai jamais attendu à vous trouver seule ici. Mes mâchoires se crispent doucement et mon regard se voile une seconde alors que je lève les yeux vers lui, pour tenter d’happer son regard. Oui, je suis seule. Désespérément seule, depuis des années. Cependant la question ne portait pas vraiment sur ça et malgré tout, je ne sais que répondre. Alors que je le regarde, je remarque son air rieur et me retient avec peine de lui lancer une remarquer acerbe au visage. Fort heureusement, je n’ai pas le temps de répondre quelque chose de désagréable, me contentant d’un simple : Je préfère être seule que mal accompagnée. alors que le serveur se pointe à notre table. J’observe le verre qu’il dépose fac à mon ami d’un soir et encore une fois, je me crispe en entendant sa question. « Amenez nous aussi un..... qu'est ce que vous voulez au fait ? Un Three Headed Snake ? » Je sens le regard de l’homme se poser sur moi. Des deux hommes en vérité mais c’est celui du serveur qui m’importe à cet instant. Il sait que j’essaye de ne pas boire d’alcool aussi attend il ma réponse avec une curiosité non dissimulée. Est il possible d’enlever l’alcool du cocktail ? Oh et puis non. Ne vous ennuyez pas monsieur. Servez moi la même chose que mon verre précédent. Vous vous souvenez ?

Il hocha la tête et s’éloigna doucement, alors que je me forçais à ne pas ramener mon regard sur le jeune homme en face de moi. J’instaurais une distance calculée, afin qu’il ne me demande pas pourquoi je ne buvais pas d’alcool ou quoi que ce soit du genre. Je ne voulais pas qu’il me prenne pour une fille déprimée et… je ne sais pas trop comment l’expliquer mais je ne veux pas devenir la quête impossible d’un homme. Même s’il semble évident que ce n’est pas son genre. Je le regarde une seconde, cherchant quoi dire et envisageant même de simuler une quelconque maladie pour échapper à son regard qui était certainement inquisiteur… Pourquoi pas une fungusite ? Non… Trop fulgurant et vraiment trop dégueulasse. Finalement, je pousse un long soupir et me recompose un sourire, malgré ma main gauche qui s’est fait tremblante. Pardonnez moi. Je n’ai même pas répondu à votre question, étourdie que je suis. Un œil avisé pourrait comprendre que je ne vais pas aussi bien que mon ton guilleret ou mon sourire peuvent le prétendre. Cependant je préfère continuer à feindre aller bien. Je ne peux ruiner ce moment par des états d’âmes inutiles. Non. Je dois me montrer forte et assurer aujourd’hui, pour être certaine d’entrer dans sa sphère. Mon sourire se fait donc plus assuré, alors que finalement je reprends la parole. Et en fait… Mon sourire se fâne de nouveau, quelle idiote. si je vous ai répondu. Oh pardonnez moi, je ne sais ce que j’ai aujourd’hui. Vous devez certainement vous signifier que je suis un peu soûle. Laissez moi vous rassurer, je ne le suis pas. J’ai… simplement la tête ailleurs. Et je ressemble à la pire des idiotes. Je ne sais vraiment pas ce que j’ai aujourd’hui. Peut être est ce simplement l’accumulation de la déprime, plus l’excitation de ce rendez vous inattendu avec Arutha…
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Dim 16 Déc 2012 - 0:15

Le sourire moqueur se transforme doucement en rictus amusé. Je n'arrive pas encore à savoir si elle joue ou si toute sa mise en scène est spontanée mais une chose est sûre : elle a obtenue ce qu'elle voulait. Autrement dit, mon attention. Intrigué par son comportement, je décide d'oublier momentanément miss.... miss comment déjà ? Bah, peu importe ! Ca me reviendra quand elle ramènera ses fesses ici. En attendant je la range dans un coin de mon cerveau pour m'intéresser au cas de Lizbeth. Qu'elle soit une excellente comédienne ou une gourde un peu trop bavarde, cela revient au même : mademoiselle a des choses à dire ! Heureusement, je suis disposé à recueillir ses confessions.... du moins jusqu'à ce que l'autre arrive. Avec un peu de chance je réussirai peut être même à faire d'une pierre deux coups. Qui sait ?

Pour bien commencer, j'adopte un air défiant - celui que j'aurai si elle n'avait pas lâché ces quelques phrases mystérieuses. J'aurai pû jouer la carte du type curieux, bouillonnant de connaître le pourquoi du comment, et assommant avec toutes ses questions relous et trop directes. Seulement quelque chose me dit que ce n'est pas la meilleure approche. Elle va forcément finir par esquiver.... ou se défiler. Je choisis donc l'attitude qui semble la plus naturelle (pour moi bien sûr) : celle du mec qui n'a pas envie d'être là et qui n'a pas grand chose à faire de ce qu'on lui raconte. Je fais mine de l'écouter d'une seule oreille et jette de temps en temps un regard à la porte. L'espace d'un flash, j'ai l'impression d'être à nouveau l'élève dissipé en Histoire de la magie qui ne pense qu'à sortir de classe : même regard je m'en foutiste en observant mon interlocuteur, même lueur d'impatience dans les yeux en fixant la sortie.... la seule différence c'est qu'au lieu d'attendre la sonnerie, j'attends quelqu'un. Ou en tout cas, c'est ce que je m'efforce de faire croire. Je crois que je m'en tire plutôt bien pour l'instant (enfin, faut dire que cet air blasé est loiiiin de m'être étranger. Avec les années, j'ai même appris à le maîtriser).

Bref, je la laisse parler en continuant mon petit jeu. Jusqu'au moment où le serveur apparaît enfin pour nous servir. Il pose les verres sur la table et s'éloigne aussitôt mais je décide de prolonger le silence qui vient de s'installer. L'air toujours aussi désabusé, je trempe mes lèvres dans ma coupe et prend tout mon temps pour la reposer. Enfin j'ouvre la bouche pour demander d'un ton indifférent, comme si j'essayais de meubler la conversation :

« Et hum.... donc vous êtes seule, fatiguée, vous... vous ne buvez pas d'alcool - c'est bien ça ? Je me demande - sans vouloir être offensant : qu'est ce que vous faites ici au juste ? » Du coin de l'oeil j'aperçois une silhouette qui s'engouffre dans le bar et en profite pour jeter un nouveau regard sur la porte d'entrée, l'air intrigué. Puis j'affecte de m'être trompé avec une expression déçue qui ne s'attarde qu'une seconde.

Je reporte mon attention sur miss Nott et fait un signe de tête éloquent en direction de son verre.

« Vous feriez peut être mieux de parler de ce qui vous tracasse à quelqu'un. Je sais pas, une amie.... » .... ou moi. Je me ferai une joie de l'entendre révéler pourquoi elle ne boit pas, ce qui chagrine son pauvre petit coeur tendre et qui est la vilaine personne qui lui fait dire "Mieux vaut être seule que mal accompagnée". Mais comme je me doute que tout ne sortira pas d'un coup sur simple demande j'ajoute :

« Enfin, c'est vos affaires. Mais si j'étais vous je commencerai par prendre quelque chose d'un peu plus fort pour me remonter. »

Deuxième offre ! Elle n'oserait quand même pas refuser une nouvelle fois un verre d'alcool ? Pas de ma part. J'espère en tout cas qu'elle finira par céder : rien de mieux que l'ivresse pour délier les langues.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Mer 9 Jan 2013 - 2:59

Plus les secondes passent et plus je me sentais mal à l’aise en sa présence. Ce n’était pas juste son attitude qui me déprimait, mais aussi ses regards, plus que fréquents vers la porte ou même ses paroles qui me blessaient de plus en plus au fur et à mesure qu’il ouvrait la bouche. Bien sûr, je ne m’étais jamais imaginé que je pourrais un jour l’avoir juste pour moi, d’un coup de baguette magique, mais je pensais qu’il était un peu plus agréable à vivre et ce n’était pas le cas, pas du tout. Et hum.... donc vous êtes seule, fatiguée, vous... vous ne buvez pas d'alcool - c'est bien ça ? Je me demande - sans vouloir être offensant : qu'est ce que vous faites ici au juste ? Je me balade à la recherche de mon prince charmant… Voilà ce que je serais tenté de répondre néanmoins je n’ai pas envie de me dévoiler face à lui. D’autant plus qu’il était encore en train de regarder vers la porte. Sans que je puisse les retenir, mes doigts commençaient à pianoter doucement sur la table, je me sentais terriblement agacée par son attitude. En même temps, qu’aurais-je pu réclamer de plus ? Il était là contre son gré, avec une personne qu’il n’appréciait même pas au final. Vous feriez peut être mieux de parler de ce qui vous tracasse à quelqu'un. Je sais pas, une amie.... Mon regard se plongea dans le sien, je ne comprenais pas vraiment où il voulait en venir. Mes doigts stoppèrent leur petit jeu et se refermèrent finalement sur mon verre, au moment même où il décida d’en parler de nouveau. Mon regard se fit plus dur et je retiens difficilement une remarque acerbe. Je suis bien décidée à ne pas plomber mon premier et peut être unique rendez vous avec l’héritier des Kark. Soudain mes mains se font tremblantes et je sentais mes lèvres faire de même. L’alcool qu’il me proposait me faisait terriblement envie, bien plus que quelques minutes plus tôt. Je ne pouvais bien sûr pas lui avouer mon alcoolisme passé. Je ne voulais pas qu’il puisse le dire ensuite à son père. Je… ne… je ne bois pas d’alcool. Mon hésitation me fit me mordre la lèvre. Je savais bien qu’il ne serait pas dupe et je me détestais déjà d’être aussi faible.

Cependant, ses regards passés me revenaient en mémoire et je ne put m’empêcher de lancer, tout en roulant des yeux fatigués : Vous savez, si vous n’avez pas envie d’être ici, vous pouvez tout aussi bien vous éclipser. Je dois avouer que je me réjouissais de passer du temps en votre compagnie, mais vous semblez tellement contrarié d’en faire de même avec moi que vous me gâchez tout mon plaisir. Cette réplique ne sonnait pas aussi bien que ce que je l’aurais espéré. Tout ce qui peut sonner à cette instant, c’est tout mon côté pathétique. Je me détestais tellement de ne pas réussir à l’intéresser suffisamment… Je serais même prête à me lancer dans un discours pathos histoire qu’il me prenne en pitié. Heureusement que ce n’était pas vraiment mon genre que de faire ça… Quoi qu’en fait ça l’était, mais je ne voulais vraiment pas être ridicule face à mon mariage parfait. C’était peut être un peu étrange de le réduire à ça mais bon, je suis moi-même étrange parfois. Ecoutez, je voudrais m’excuser, je ne suis probablement pas de la meilleure compagnie ce soir. Je pensais l’être mais il semble évident que vous n’êtes pas là pour me faire plaisir et je n’ai pas vraiment envie de chercher à vous convaincre que je suis quelqu’un d’agréable ce soir. Mes yeux se fermèrent une seconde, juste une seule, avant que je ne reprenne d’un ton plus agressif encore. Vous essayez de me rendre soule pour une quelconque raison. Peut être voulez vous savoir pourquoi je m’intéresse à vous ? Et bien désolé, mais ceci, je ne suis pas disposée à vous l’avouer. Je me sens rougir doucement d’être parvenue à cette conclusion par moi-même et je me sens de nouveau ridicule. Après tout, il se moquait probablement comme de l’an 487 de mes raisons de le poursuivre… Bon sang mais je suis ridicule ! Et de plus en plus. Je suis désolée, je suis en train de vous pourrir votre soirée. Je m’en étais rendu compte finalement et c’était le cas. Pire qu’une mégère, voilà ce que j’étais.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Ven 25 Jan 2013 - 20:36

« Je… ne… je ne bois pas d’alcool. »

Encore et toujours la même réponse. Elle commence à m'agacer un peu la blondasse. Et ça se voit : mes doigts se remettent à pianoter nerveusement sur la table tandis que j'esquisse une moue irritée. Pourquoi est-ce qu'elle a proposé de boire un verre si c'est pour s'en tenir aux jus de fruits ? Sérieusement, à quoi ça sert ?! J'attrape mon verre et descend ce qui reste d'un trait pour m'empêcher de balancer une pique vicieuse. Malheureusement la mistinguette décide d'en rajouter une couche. Et c'est partit pour le monologue barbant ! En plus elle se permet de me faire des reproches ? Non mais je rêve !

« Jusqu'aux dernières nouvelles, c'est vous qui avez insisté pour boire un verre. », je rappelle d'un ton mielleux, sourire forcé à l'appui. Bien sûr ce n'est pas tout à fait vrai puisque c'est moi qui ai proposé.... mais ce n'était pas la bonne personne, elle le sait, et si elle m'avait gentiment laissé repartir elle aurait pu siroter ses jus de fruits, ses sodas ou ses je-sais-pas-quelle-boisson-sans-alcool sans avoir à me supporter ! Et vice versa. « La courtoisie m'interdit de refuser une faveur à une femme de votre rang mais j'ai toujours un rendez-vous à respecter. »

Tûûûûûût ! Et je vous annonce qu'Arutha Kark est déclaré vainqueur au jeu du menteur ! Les bobards s'enchaînent et je ne ressens aucune honte. De un, parce qu'elle m'a provoqué. De deux, parce que je vois pas ce que je pourrais dire d'autre. La vérité ? Bah oui tiens ! Je me vois bien lui expliquer que j'attends mon futur coup d'un soir et que j'espère la souler avant pour qu'elle me raconte sa vie. Quelle super impression je laisserai à une journaliste capable de briser ma vie en trois paragraphes ! Quoique, j'aimerai bien la voir essayer.... le moindre mot de travers l'expédierait tout droit à Azkaban. Ou dans un cachot Kark. M'enfin même, je me vois mal avouer tout ça à voix haute au milieu d'un bar. Je pousse donc un soupir las et rappelle le serveur pour me changer les idées. « La même. »

Devinant mon humeur au ton de ma voix, l'homme exécute la commande au galop. Lorsqu'il dépose le verre devant moi, Liz reprend tout juste la parole. Des excuses ? Je me plais à l'imaginer jusqu'au moment où elle devient hyper agressive. Sa phrase me fait l'effet d'un boomerang. Manquant d'avaler ma boisson de travers, je tousse et repose le verre brutalement. Elle vient de dire quoi là ? J'ai bien entendu ? Je suis partagé entre l'envie d'exploser de rire et de gueuler un bon coup.

« Bon sang mais je suis ridicule ! »

Ah ça oui ! Je me mets à rire avec un petit air incrédule.

« Non mais vous êtes sérieuse ? Vous pensez vraiment que.... ». C'est tellement culotté ! La vérité certes, mais comment peut-elle imaginer qu'une personne comme moi puisse s'intéresser à quelqu'un comme elle ? C'est prétentieux ! Presque grossier. J'arrête de me marrer et retrouve un visage grave.

« Désolée de vous décevoir mais non, c'était pas mon but. Et au cas où vous partiez dans des délires paranoïaques je vous arrête tout de suite : je suis pas non plus venu dans ce bar en sachant que vous y seriez pour vous tirer les vers du nez, vous faire boire, vous parlez ou faire quoique ce soit d'autre en votre compagnie. Sérieusement ! Tsss.... » Hop, un petit coup pour l'enfoncer un peu plus dans le ridicule. Un reniflement méprisant plus tard, je continue :


« N'empêche que s'il y a bien quelqu'un qui manque de respect ici c'est vous. Je sais pas comment ça marche dans votre monde mais dans le mien avouer à quelqu'un qu'il nous intéresse puis refuser de dire pourquoi c'est carrément déplacé. Parce qu'à moins que ce ne soit des raisons malhonnêtes ou intéressées, je vois pas pourquoi faire tant de mystère. »

Non mais ! Et maintenant si elle pouvait cracher le morceau une bonne fois pour toute ça m'arrangerait.

« Alors, c'est quoi dans votre cas ? », je demande très sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Mar 5 Fév 2013 - 19:19


Je le regarde manquer de s’étouffer avant de finalement me rendre compte d’à quel point je suis ridicule. Vraiment… M’attaquer ainsi au fils Kark. Ce n’est même pas prétentieux, c’est juste idiot. Je n’aurais jamais ce que je désire ainsi. Non mais vous êtes sérieuse ? Vous pensez vraiment que.... Ou comment me faire me sentir pire encore. Cet homme a un don pour me mettre mal à l’aise, vraiment. Je voudrais presque me changer en petite souris et m’enfuir. Ce n’était pas la soirée, je n’aurais jamais du le forcer à rester avec moi. Déprimée, j’aurais du me rendre compte par moi-même, que ça n’apporterait rien de bon. Je ne suis qu’une idiote de première. Désolée de vous décevoir mais non, c'était pas mon but. Et au cas où vous partiez dans des délires paranoïaques je vous arrête tout de suite : je suis pas non plus venu dans ce bar en sachant que vous y seriez pour vous tirer les vers du nez, vous faire boire, vous parlez ou faire quoique ce soit d'autre en votre compagnie. Sérieusement ! Tsss.... Mes sourcils se froncent. Je n’aime pas ce qu’il dit et j’apprécie encore moi son dédain à mon encontre. Ce gamin était peut être un Kark, mais je n’étais pas disposée à me laisser insulter de la sorte. Je serre les poings, maintenant en colère contre lui. N'empêche que s'il y a bien quelqu'un qui manque de respect ici c'est vous. Je sais pas comment ça marche dans votre monde mais dans le mien avouer à quelqu'un qu'il nous intéresse puis refuser de dire pourquoi c'est carrément déplacé. Parce qu'à moins que ce ne soit des raisons malhonnêtes ou intéressées, je vois pas pourquoi faire tant de mystère. Alors, c'est quoi dans votre cas? Bien sûr que c’est intéressé ! Je l’ai laissé échapper, furieuse malgré moi. Je suis bien consciente de ruiner toutes mes chances avec lui en répondant ainsi, mais je n’y peux rien. Arutha me considère comme une petite greluche sans cervelle. Et bien il n’aura jamais eu aussi tort de toute sa vie. Pour quelle autre raison une femme pourrait être intéressée par vous ? J’éclate de rire, de mon rire cristallin et adorable.

Cependant qu’on ne s’y trompe pas. Je ne m’amuse pas, non. Je suis furieuse contre lui. Mes poings serrés tremblent, ainsi que ma lèvre inférieure, ce n’est que de la colère. Si vous n’étiez pas le fils du ministre, qui pourrait s’intéresser à vous ? Je voudrais enfoncer le clou. Etre plus méchante encore, néanmoins je ne le fais pas. J’attends que le serveur revienne avec le verre, pour le vider, cul sec ! Vous vouliez me voir boire de l’alcool, c’est fait ! Bravo monsieur Kark ! Vous venez de donner un verre d’alcool à une ancienne alcoolique ! J’arbore un grand sourire, moqueur. Je suis en train de péter un cable, vraiment et je dois me calmer. Heureusement, l’alcool qu’il consomme est fort, ce qui me permet de sentir la colère décroître fortement, presque immédiatement. Je secoue la tête finalement et soupire… Quel gâchis… Vous comportez comme un enfant gâté et arrogant ne m’a rendu que plus vieille et plus aigrie. Je plonge mon regard dans le sien, avant de soupirer une fois encore. Je ne sais plus ce que je fais là. A draguer cet homme, juste pour devenir une Kark, pour obtenir une place dans cette famille que je vénère. Et à vrai dire, je me sens à deux doigts d’implorer ses excuses, pourtant je ne le fais pas. Je tremble de nouveau, mais de froid cette fois. La retombée de la colère me rend faible et pleine de remords. Je vous présente mes excuses. Je ne pensais pas ce que j’ai dis. Bien sûr que vous avez un intérêt autre qu’être uniquement monsieur Kark. Si vous laissez quelqu’un entrer, vous vous rendrez compte que vous avez beaucoup à apporter à quelqu’un. Je soupire encore une fois, avant de me lever. Je suppose que vous voulez me voir partir ? Je l’interroge du regard, attendant son bien vouloir. Je veux simplement… Arrêter d’insister, de pousser pour entrer dans sa vie. Je veux juste qu’il m’y invite… quelle idiotie n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Sam 9 Fév 2013 - 0:25



« Pour quelle autre raison une femme pourrait être intéressée par vous ? »

J'esquisse un sourire amusé avant de hausser un sourcil. Pas besoin d'un miroir pour deviner que j'ai l'air pédant. Mais en même temps, il y a de quoi ! Sans vouloir me vanter, il y a une bonne vingtaines de raisons pour qu'une femme s'intéresse à moi. Et là je vous parle pas de mon physique, de mon charme fou, de mon sang pur ou de mon nom de famille ! Je fais uniquement référence à mes talents appréciables dans certains domaines particuliers... comme les duels. A quoi est-ce que vous pensiez vous ? Tsss... obsédés ! Mais vous avez raison, ce domaine là aussi. Malheureusement pour elle, elle n'en aura jamais la preuve. Ja-mais ! Sérieusement, vous me voyez tenter quoique ce soit avec cette vieille mégère qui passe son temps à geindre. Et qui se permet de me faire des remarques déplacées sur.... heeeeey ! Mon verre !

« Vous gênez pas surtout ! »

Ca c'était à moi ! Si elle voulait boire de l'alcool elle avait qu'à accepter mes deux premières offres. Cette fois il ne subsiste plus aucune trace d'amusement. A la place, j'affiche un air clairement irrité.... et referme le pouce et l'index sur l'extrémité de ma baguette. Je suis à deux doigts de lui lancer un silencio ou un stupéfix. Est-ce qu'elle réalise qu'elle est en train de gueuler sur Kark junior dans un bar rempli de monde ? Est-ce qu'elle se rend compte dans l'embarras dans lequel elle me met ? Là tout de suite j'ai juste envie de lui hurler un beau " TA GUEULE MORUE ! " Je me retiens uniquement parce que ça ferait qu'empirer la situation..... et passer pour un plus gros imbécile qu'elle. Face à des cas comme ça, silence et regard méprisant sont les meilleures armes du sorcier. Du moins, tant que nous sommes en public. En privé, c'est une autre affaire ; croyez moi je n'oublierai pas de lui régler son compte en coulisse.
Pour l'instant je la laisse finir son monologue. Lorsqu'elle se tait enfin, je desserre les dents pour lâcher un amer :

« Vraiment impressionnant ! J'avais jamais eu droit à une tentative d'approche aussi distinguée. Juste par curiosité : votre méthode a du succès ? »

Percevant mon ironie - pas difficile vous me direz ! - Lizbeth Nott se rend finalement compte qu'elle a été trop loin et fait une nouvelle fois marche arrière. Au programme : excuses et leçons de morales dégoulinantes de bons sentiments. Beurk ! Je m'apprête à lui répondre que je pourrai effectivement lui apporter beaucoup de choses - des tas d'emmerdes par exemple - mais mes pensées sont interrompues par un éclair blond. Je relève la tête et dévisage la nouvelle arrivée : pulpeuse, sexy, les cheveux clairs et le visage noble.... si c'est pas Miss Baddock je veux bien manger du doxy au petit déjeuner. Je me lève à mon tour et accorde un dernier sourire forcé à la journaliste.

« Pas la peine, je vous laisse cette table. Bonne soirée Miss Nott. »

Je file vers la blonde numéro 2 et lance mon numéro de charme. Entre sourire, regard charmeur et mouvement de tête explicite, je lui explique qu'elle m'a tapé dans l'oeil il y a plusieurs semaines et que j'attendais le moment propice pour lui proposer un verre. Sa réponse surgit du tac au tac :

« Par moment propice vous vouliez dire moment où votre amie là-bas commence à vous prendre la tête et vous faire honte ? »

« Hum.... c'est pas vraiment une amie. Juste... »

« .... la fille qui vous aidait à passer le temps en attendant que j'arrive ? J'ai droit au même scénario tous les vendredi soirs. Alors si vous pouviez m'épargner une séance de drague lourdingue et me foutre la paix pour une fois, je vous serez très reconnaissante. Et faites passer le mot aux autres aussi ; ça me gonflerait d'être obligée de changer de bar. »

Est-ce qu'on peut faire plus clair ? Difficilement. Est-ce qu'on peut faire plus humiliant ? Même pas en cauchemar. Je l'ai mauvaise, très mauvaise, et il vaut mieux pour moi et pour les personnes dans cette pièce que je sorte d'ici. Contenant difficilement mes émotions, je ressors la tête haute en évitant soigneusement de croiser le regard de qui que ce soit - surtout de Nott. J'ai juste le temps d'entendre la voix de Baddock avant de franchir les portes du bar :

« Mademoiselle ! Ca vous dit un verre entre filles ? »





Spoiler:
 


Dernière édition par Arutha L. Kark le Sam 9 Fév 2013 - 0:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Filet du Diable
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté Sam 9 Fév 2013 - 0:25

Le membre 'Arutha L. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Où on drague une jolie blonde ! Dsnon1

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Où on drague une jolie blonde ! Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Où on drague une jolie blonde !
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Commerces et zones de loisirs sorciers :: Chemin de Traverse