[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !



 



[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Habitations :: Manoir Rosier
Lilith B. Rosier
Lilith B. Rosier
Bisounours qui s'ignore
Messages : 1098 Crédits : Morphine
Age du personnage : Dix-neuf ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Stagiaire chez les émissaires du service de renseignement
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Ancienne Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Chat
Epouvantard :
Baguette magique:
[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !  Empty
Ce message a été posté Mar 6 Nov 2012 - 23:19

[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !  Tumblr_lylkffyiwH1qb4mxmo3_250




    [Février 2020 – Suite de l’Initiation]

    Vingt-quatre heures durant, le visage de la jeune Rosier s’était tordu de nombreuses fois mais ses yeux demeuraient toujours clos. Son esprit trop embrouillé n’arrivait pas à émerger afin de se reconnecter avec la réalité. Etait-ce un rêve ? Une réalité ? Etait-elle vivante ou morte ? Elle n’en avait aucune idée et la peur la tiraillait, l’empêchant en vain de s’éveiller. La jeune femme n’avait jamais été de ses fougues courageuses qui bravent le danger au péril de leur vie. Faire l’autruche n’était parfois pas si mal cependant, le corps s’étant rétabli grâce aux onguents du vieux Dolpheus, la fièvre étant apparue pour repartir aussi vite, plus rien n’empêchait le réveil de la jeune fille parmi les siens. Ne serait-ce que sa propre volonté ?! Pour pallier l’absence de Lilith dans le manoir le jour même de son anniversaire, on avait prétexté qu’elle ne se sentait pas bien. Une petite maladie de rien du tout qui se guérirait avec un peu de repos. Tous convaincus du bon état de la demoiselle, Mochred et sa maîtresse avaient même concocté une petite fête d’anniversaire intime qui marquerait bien plus que le passage des dix-huit ans.

    Dans la chambre de la jeune femme, peu de personnes avaient pu constater avec soulagement la réussite de la nuit dernière. Il fallait dire qu’Evan surveillait au grain, éjectant toute personne indésirable au repos de sa cadette, Mochred prenant le relais lorsqu’il le fallait. Un timide rayon de soleil perça alors au travers des rideaux, terminant sa course sur le visage laineux de Lilith. Chauffant légèrement, ce dernier finit par éveiller en douceur la sorcière au bois dormant. Remuant tout d’abord un doigt, un léger grognement finit par suivre avant que les grimaces faciales n’arrivent. Sortant d’un long sommeil, la blondinette se sentait tout engourdie. Levant délicatement les paupières, elle observait le plafond sans mot dire. Où était-elle ? L’air sentait bon la violette. L’endroit où elle était allongée était confortable et chaud. Le silence régnait en maître. Un aperçu du paradis avant l’heure. Remarquant rapidement qu’elle se trouvait finalement dans sa chambre, un sourire perla les lèvres de la sorcière. Ce n’était pas un rêve. Elle était bien de retour. Si elle ne se sentait pas si vaseuse, elle en aurait surement hurler de joie quoiqu’il ne s’agissait pas de ses habitudes. Au diable les habitudes, elle avait envie de sautiller dans tous les sens comme une enfant de six ans mais à la place, elle se releva tant bien que mal, son visage se contractant légèrement. Si son esprit était ravi, son corps avait été pas mal surmené et criait réparation et douceur. Chax allait encore la traiter de chochotte sang-mêlée…

    Laissant son regard glisser sur son corps recouvert, Lilith n'osait soulever le drap de peur de voir les marques laissées derrière cette nuit-là. N'ayant jamais assistée à l'un des réveil de son frère ou de sa soeur, elle était loin de s'imaginer de quel état ils étaient revenus, ce cas de figure n'ayant pas traversé son esprit. C'est alors qu'un mouvement fugace et discret attira son attention. " Père ?! ..." Surprise par sa présence à ses côtés, la blondinette ne savait trop que dire. Elle n'avait jamais su. Ne devrait-il pas être au Ministère à cette heure-ci ? Et quel heure pouvait-il être ?! Tant de questions sans réponse qui pour une fois, n'encombrait guère peu son esprit...

Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !  Empty
Ce message a été posté Mer 7 Nov 2012 - 14:30

L'elfe de maison était parti sans bruit ce soir-là. Tout aussi zélé que d'ordinaire, il avait su ne pas demander si le Maître avait besoin de quelque chose d'autre lorsqu'il lui avait apporté la couverture demandée. Avec un pincement d'inquiétude, la créature avait jeté un oeil au dernier enfant des Rosier, la petite Lilith toujours inconsciente, et au père de cette dernière qui avait pris la décision de veiller sur elle autant qu'il pouvait. Il avait vu Evan se blottir dans un fauteuil, ramenant ses jambes près de lui et poser sa tête contre un mur. Bien qu'il ait été préparé à dormir, Mochred avait senti qu'Evan ne dormirait pas d'un sommeil tranquille. A vrai dire, aucun des Rosier ne se coucherait serein tandis que Lilith serait entre la vie et la mort. L'elfe de maison avait refermé la porte sans bruit et adressé un piète sourire à Anna Bella lorsqu'il l'avait croisée ce soir-là. Il aurait aimé protéger des sorciers, si tant est qu'une créature comme lui pouvait aider des sorciers démonistes. Il aurait sincèrement aimé quelque chose et il ne cessa de se le dire lorsqu'il revint sans bruit pendant la nuit et trouva Lilith en proie à de cauchemars tandis qu'Evan, dans un demi-sommeil, caressait les cheveux de sa fille, somnolant, assis au pied du lit et la tête posée sur le matelas. Le Maître s'était endormi plusieurs fois et réveillé tout autant avant de quitter sa place et de regagner le fauteuil où il s'était enroulé dans une couverture. Le Ministère avait été prévenu, il ne rentrerait pas avant quelques jours. Plus si son enfant trépassait dans la nuit. Par superstition, le sorcier prévoyant n'avait pas appelé de fleuriste. S'ils n'en parlaient pas, la mort de Lilith serait peut-être moins probable ?

Trente ans de démonisme et vingt-trois ans de vie parentale avaient changé Evan. La présence d'Anna Bella n'y était pas étrangère. Devenir père trois fois et être soutenu contre vents et marées par son épouse l'avaient poussé à enfreindre les règles tacites qui jalonnaient sa vie depuis qu'il était né. Il était possible d'aimer ses enfants et d'avoir quelques gestes affectueux à leur encontre. Baël, Azaël et Lilith n'étaient pas que des instruments de pouvoir, des biens qu'il pouvait marier pour accroître une influence dont il n'aurait un jour plus besoin. Chacun de ses enfants avait été une découverte. Son mariage l'avait non seulement sorti de son sentiment d'abandon et de la détresse que lui faisait ressentir le démon, mais il avait en quelque sorte une aventure. Lorsque sa conscience s'effilocherait à la fin de sa vie, il lui resterait quelques souvenirs heureux qu'il devrait à sa famille. Poudlard n'avait été qu'un réconfort lorsqu'il n'y avait personne pour s'intéresser à lui, pas même sa mère alcoolique. Son éducation paierait tôt ou tard, n'est-ce pas ? Ses enfants s'apercevraient forcément un jour que même lorsqu'il avait empêché Anna Bella de les tenir dans ses bras, de leur chanter des comptines et de jouer avec eux, ils avaient reçu plus d'amour que n'importe quelle génération de Rosier.

Ce soir, peut-être demain, il en aurait fini avec cette histoire d'initiation. Il aurait beau marier ses enfants aussi vite que possible, jamais il ne verrait d'éventuels petits-enfants connaître cette douleur. Il n'était même pas sûr de les voir un jour. Ce serait le fardeau d'Anna Bella, et il ne doutait pas qu'elle le pleure, au moins un temps. Il était déjà plus dubitatif sur l'émotion de ses enfants. Azaël n'avait que trop de raisons de lui en vouloir et Baël endossait depuis bien longtemps le rôle d'un sale gosse. D'ici quelques heures, ils pourraient espérer souffler un peu. Lilith ne succomberait pas du démonisme. Pas tout de suite. Il avait imaginé des milliers, peut-être des millions de fois, le cas contraire à la naissance de chacun de ses enfants. Il avait déjà senti le poids qui tomberait sur ses épaules à ce moment-là et l'empêcherait de relever la tête avant de longues années. Il avait déjà imaginé sa famille détruite, le visage de son épouse ravalé par les larmes. Les explications qu'il faudrait donner pour parler de la mort de son enfant ... Après avoir tant souffert et en ayant encore tant à souffrir, le démonisme pouvait-il au moins lui éviter cela ?
Il avait enlacé son épouse lorsqu'elle était venue et lui avait dit que tout allait bien se passer. Elle n'était pas naïve ou optimiste au point de l'avoir cru, mais il s'était senti mieux lorsqu'elle était partie s'endormir. Elle dormirait à peine mieux, mais dès demain, ils pourraient de nouveau s'assoupir l'un près de l'autre. Anna Bella n'avait pas à enterrer un de ses enfants. Ce serait trop injuste pour elle, elle avait déjà trop souffert par sa faute. Rongé par le remords et la peur que son enfant ne se relève plus, Evan se posa la question rituelle qui l'obsédait depuis plus de vingt ans. Ce mariage en valait-il la peine ? Pour lui, c'était une certitude. Il avait tout eu à y gagner. Mais tout de même, sa famille pourrait-elle un jour y trouver son compte ? Son épouse couler des jours paisibles ? Ses enfants vivre heureux avec ce poids ? Paniqué, il avait sangloté quelques minutes ou quelques heures peut-être. D'interminables instants où il avait tenu la main de Lilith dans ses paumes ou passé une main dans les cheveux de sa cadette en s'excusant, en lui répétant qu'il était désolé. Comme si cela avait pu changer quelque chose ! Lorsqu'il était retourné sur le fauteuil, Evan avait plongé dans un sommeil profond et sans rêves, semblable à celui qu'il n'avait qu'en prenant la goutte pour le mort-vivant. Comme si son organisme tout entier, peut habitué à laisser rejaillir des émotions même dans une pièce sombre et sans témoins, avait été épuisé par quelques pleurs.

Brisé de fatigue et courbaturé comme à chaque fois qu'il s'endormait sur sa table de travail ou dans un cachot après une crise de démonisme, le chef de la justice magique s'était réveillé dès qu'il avait entendu du bruit. Animé par un réflexe qui tenait de la paranoïa, il avait ouvert les yeux sans bruit et s'était préparé à se défendre pour se découvrir qu'il n'y avait que sa fille qu'il s'éveillait. Lilith se ... Les mots se brisèrent dans son esprit et par un réflexe d'automate, son corps se mit en mouvement jusqu'au lit au bord duquel il s'assit. Lilith était ... Une bouffée de gratitude sourde et impossible à transcrire l'enveloppa. Il se contenta de hocher la tête en souriant. C'était fini une Initiation ne lui prendrait plus ses enfants. Il aurait aimé lui dire à quel point il était heureux : leur désastreuse vie de famille pourrait reprendre après cela puisque Lilith ne se souviendrait pas de cet incident au vu de l'état dans lequel elle était.

« Ca va aller, maintenant. » chuchota-t-il en caressant la joue de sa fille.

D'un geste mal assuré -il n'était pas habitué à se montrer tendre ou simplement gentil-, Evan indiqua à sa fille le chevet près d'elle sur lequel on avait déposé de l'eau, du chocolat et quelques pâtisseries Sans parler du bouquet des fleurs qu'elle préférait. Mourrant d'envie de prendre sa femme dans ses bras et de l'annoncer à Azaël, Baël et les rares personnes qui connaissaient le démonisme, le sorcier resta calme et ne bougea pas. Et si ce n'était qu'un rêve ? Si Lilith se ... Non, il fallait qu'il chasse cette idée de son esprit. Le regard d'acier de l'Ombre resta rivé sur sa fille. Maintenant qu'il avait encore eu peur de la perdre, il voulait graver l'image de sa fille dans sa mémoire. Sa main ne lâcha pas celle, bien plus petite et pâle, de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas

Lilith B. Rosier
Lilith B. Rosier
Bisounours qui s'ignore
Messages : 1098 Crédits : Morphine
Age du personnage : Dix-neuf ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Stagiaire chez les émissaires du service de renseignement
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Ancienne Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Chat
Epouvantard :
Baguette magique:
[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !  Empty
Ce message a été posté Dim 25 Nov 2012 - 16:17

    Etonnement. Surprise. Clignant plusieurs fois des paupières, la jeune sorcière n’arrivait pas à comprendre ce qui se présentait sous ses yeux. Les traits tirés sans nul doute par la fatigue, l’allure aussi défraichie et un vieux plaid positionné sur ses épaules, Evan Rosier se tenait à ses côtés, encore avachi dans le large fauteuil qui semblait vouloir avaler le sorcier. Lentement mais surement, il se rapprocha d’elle. Elle ne se souvenait pas avoir vu son père d’aussi près sauf lorsque certaines occasions s’y prêtaient aussi rares que surprenantes. Tentant de se redresser précipitamment en vue de respecter l’étiquette enseignée, Lilith réprima une migraine qui s’intensifia. Ses membres étaient encore trop engourdis pour pouvoir réagir promptement et elle avait quelque peu du mal à retenir le poids de son corps.
    « Ca va aller, maintenant. » Inconsciemment, Lilith sursauta et tenta de reculer au contact des doigts froids sur son visage. Etant déjà appuyée contre sa tête d’oreiller, le mouvement fut imperceptible en dehors d’un frisson lui caressant l’échine. Les démonstrations affectives n’étaient pas courantes chez les Rosier, encore moins en privé. Pourtant, la surprise fut entière lorsqu’elle constata que la main n’allait pas être l’objet de réprimande. Plus encore lorsqu’elle s’aperçut qu’au bout de quelques secondes, ce simple geste l’apaisa, calmant les frissons d’appréhension et les sursauts apeurés. Les surprises semblaient croître quand elle tourna son regard en direction de la table basse que son paternel lui désignait. De nombreuses friandises garnissaient le meuble et si l’estomac de la jeune fille semblait affamé, la sorcière était loin de vouloir manger. L’odeur de soufre s’immisçait encore au creux de ses narines tout comme le souvenir des horreurs visibles un peu plus tôt lorsqu’elle avait le malheur de fermer un peu trop longtemps les paupières. On regard s’éternisa un instant sur le bouquet de fleurs. Un flash de souvenir perça alors sa vision, la rejetant quelques heures plus tôt. Un paysage effarant. Une terre dénudée de tout dont le vent et le sable l’écorchaient à chaque instant, la laissant crier lorsque le vent s’immisçait entre deux rochers. Le cri de la souffrance du diable. Les seuls paysages visibles n’étaient que des bâtiments en ruine, la flore ayant été ravagée par le feu, la purification et l’hostilité. Pourtant, au milieu de tout ceci, quelques bosquets d’épines enflammés persistaient. La danse funeste des flammes prenait parfois la même teinte violette, transformant alors une vision idyllique en horreur.

    Revenant à elle après quelques minutes de rêveries, sa tension artérielle s’était affolée tandis qu’elle pensait qu’elle était de retour en Enfers. Son regard fourmilla de part et d’autres de la pièce. Il fallait qu’elle se calme. Elle n’était plus là-bas. Elle était sortie. Elle était… Elle était… Et si tout ceci n’était qu’un leurre du démon ? Etait-elle réellement revenue parmi les siens ? Avait-elle réussi à franchir l’arcade ou son esprit était-il coincé dans un cortex aussi inconnu que malsain ? Après tout, son paternel ne semblait pas se comporter normalement. Il n’avait jamais eu de tel geste envers ses enfants auparavant. S’agissait-il d’un piège ? Mal à l’aise face à cette idée, elle recula dans son lit afin d’appliquer une distance entre eux. Gênée, elle n’osait même pas le regarder, laissant ses sens en alerte à la moindre anomalie. Néanmoins, elle n’arrivait pas à retirer sa main prisonnière de celle du sorcier. « Est-ce que… » Elle n’osait pas continuer sa phrase, la réponse l’a terrifiant d’avance. « Est-ce que… » Un violent frisson la coupa dans son élan. Elle se sentait tellement faible alors qu’elle voulait tant paraître le contraire. Son père n’avait jamais aimé la faiblesse d’un être humain, encore moins chez ses enfants. Si c’était réellement lui, elle devait lui faire honneur. Si c’était un piège, il fallait qu’elle montre qu’elle était plus forte que çà. Tout la portait à donner encore plus pour ne pas tomber. Déglutissant silencieusement, elle remonta son regard pour croiser les prunelles de son paternel, coinçant le peu de courage dans son souffle qu’elle n’expira pas. « Est-ce terminé ? » La réponse déterminerait sa condition. Ga’derel n’hésiterait pas à tomber le masque si le piège s’était refermé sur elle. Allait-elle enfin avoir le fin mot de l’histoire ?! Tenter de se montrer fort alors qu'on est au plus bas. Un paradoxe qui régnait en maître chez les plus fiers.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !  Empty
Ce message a été posté Lun 31 Déc 2012 - 15:08

Evan tenta de faire bonne figure, comme à son habitude. Sa fille cadette ne l’avait jamais rejeté comme ses deux aînés. Baël le regardait avec effroi chaque fois qu’il tentait un geste affectueux et Azaël avait su lui faire comprendre à quel point elle le haïssait. Avec Lilith … Eh bien le patriarche Rosier espérait que quelque chose pouvait encore être sauvé. Elle finirait par l’apprécier, se rendre compte qu’il n’avait pas voulu la blesser lorsqu’il l’avait fait. Qu’il avait fiancés son frère et sa sœur pour leur bien. Ils ne s’en rendaient pas compte pour le moment, voilà tout. Elle comprendrait bien que les Rosier devaient faire des concessions pour survivre, au milieu des sorciers qui cherchaient à les tuer comme des autres sang-pur qui ne supporteraient pas leur véritable nature. Les Kark avaient compris : Mervyn était un grand homme. Evan jugea qu’il s’occuperait des fiançailles de Lilith bien plus tard, elle devait d’abord se reposer.
La situation lui arracha un sourire. Rien n’était terminé, mais il n’osait pas l’avouer ainsi à sa fille. Elle était sortie de là et n’y retournerait pas avant … Avant … Quelques années, inutile d’y songer.

« Tu n’y retourneras plus, Lilith. » assura-t-il en croisant instinctivement les doigts.

Ce ne serait qu’un demi-mensonge. Elle n’avait pas besoin de toute la vérité, n’est-ce pas ? Il fallait qu’il en profite, tant qu’il pouvait la protéger encore un peu. Quelques jours de convalescence, une fête d’anniversaire en catimini durant laquelle ils seraient tous extrêmement mal à l’aise. Puis Lilith retournerait à ses occupations, servirait l’Ombre comme son frère et sa sœur, mieux que ces deux objecteurs de conscience, sans doute.
L’homme fit quelques pas. Malgré tous ses efforts, il ne parvenait pas à être totalement détendu en compagnie de ses enfants. Les moments de tendresse au sein du foyer Rosier avaient toujours été rares. Si Evan parvenait à passer du temps avec son épouse, une « mauvaise habitude » aux yeux de tous les ancêtres Rosier dont les portraits ornaient les murs du château, il avait toujours veillé à ne pas établir de proximité avec ses enfants. Ils auraient pu mourir du démonisme, par sa faute. Ce ne serait pas le cas. L’initiation ne lui prendrait pas … Il revint maladroitement vers Lilith, mourant d’envie de la prendre dans ses bras. Non, elle s’effraierait. Comme Baël. Elle était sans doute plus éprouvée que lui à ce moment, mais il pressentait qu’un rejet venant de sa fille lui ferait bien du mal. Il s’efforça de se calmer et revint vers elle. A gestes mesurés, il s’assit sur le lit près d’elle et prit une profonde inspiration.

« Tu es sortie. Nous allons pouvoir fêter ton anniversaire. » expliqua-t-il comme pour se rassurer lui-même.

Son sourire ne dupa personne. Elle n’aurait pas envie de le fêter. Ce mot même était banni chez les Rosier. Une fête ne pouvait rien amener de bon. De l’angoisse, la crainte d’une crise … Ou tout simplement le fait de passer du temps ensemble.

« Je … »

Evan s’efforça de rassembler ses pensées. Il faudrait bientôt qu’il laisse Lilith se reposer, seule, une fois qu’il serait sûr qu’elle se sent un peu mieux. Peut-être aurait-il fallu profiter de ce moment pour avoir enfin quelques instants de complicité avec elle. Depuis combien de temps n’avait-il pas pu être tranquillement avec sa cadette ? Il se souvenait confusément des premiers mois de sa fille, quand il était certain qu’elle ne garderait pas de souvenir des quelques marques d’affection qui avaient échappé à ce morceau de granit qu’était Evan. Il avait confusément veillé à son chevet lorsqu’elle était souffrante, toujours certain qu’elle n’en garderait aucun souvenir. S’attacher était une mauvaise chose, on aurait pu lui prendre son enfant lors de l’Initiation. Maintenant que ce n’était plus le cas, que ce ne pourrait plus être le cas puisque Lilith était leur dernier enfant, comment se comporter ? Pouvait-il se laisser aller à un peu d’affection ou était-il déjà trop tard ?

« Qu’est-ce que tu aimerais que … »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !  Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

[15 Février 2020] Happy Birthday Lilith !
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Habitations :: Manoir Rosier