Irish pride... ft Keenan & Ailionora



 



Irish pride... ft Keenan & Ailionora
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations
Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Mar 7 Aoû 2012 - 20:07

Irish pride... ft Keenan & Ailionora 11
Fin juin 2020

L'année était terminée et pourtant Eireann allait devoir passer son été au château, tout ça parce que la directrice avait décidé de garder enfermés les élèves soupçonnés d'être des activistes de l'Ombre de la Rose Noire. La sorcière ne comprenait pas bien à quoi cela servait puisque les élèves diplômés avaient la possibilité de partir librement et d'obtenir l'emploi de leurs rêves sans avoir la moindre difficulté mais elle ne posait pas de questions car elle n'était pas suffisamment ancrée dans le système pro-Lewis... Pour l'instant, on ne la savait pas vraiment de l'Ordre, pas tout à fait en tout cas et c'était pile ce qu'il lui fallait pour pouvoir encore enseigner librement dès la rentrée. Que pourrait-elle faire d'autre si jamais elle se retrouvée à la porte de Poudlard ? Elle ne se voyait pas aller demander un job de vendeuse à Tom ni même ouvrir une autre animalerie pour le concurrencer. Elle ne se voyait pas non plus rejoindre le Zoo Magique de Londres alors qu'elle savait très bien que Deke Storm n'attendait que cela depuis son renvoi du Ministère... Non, enseigner, elle aimait ça.

Et puis dès septembre, elle allait se retrouver à enseigner enfin sa spécialité et non plus la botanique. tout cela parce que sa grande amie avait décidé de mettre enfin en route le futur petit Macnair Junior. Elle était si contente pour Nora et Tom ! Elle n'avait jamais discuté des difficultés qu'ils avaient eu pour faire un enfant mais elle avait toujours su que ça n'avait pas été facile. Avant, c'était avec Tom qu'elle discutait, aujourd'hui, c'était beaucoup plus avec Nora. Eireann n'avait pas vu venir ce lien fort qui avait fini par se filer entre elles, un lien si fort qu'elles avaient passé le plus clair de leur temps ensemble ces derniers mois. L'irlandaise commençait même à redouter la rentrée à venir : elle allait perdre sa plus proche alliée, son amie, sa confidente. Nora ne serait plus à quelques étages d'elle, elle ne serait plus dans la Forêt Interdite à nourrir les Sombrals, elle ne serait plus au bord du Lac à jeter du pain et autres petites douceurs au calamar géant...

Eireann se servit de la cheminée des Trois Balais pour se rendre chez ses parents. Tout était surveillé et elle préférait passer par la case "maison familiale" pour ne pas attirer l'attention... Elle se rendait au cottage pour une simple visite à Nora et c'était facilement accessible par cheminée mais passer par chez elle la rassurait. C'était tout bête mais elle avait dans l'espoir que transplaner était encore un moyen de transport sûr... Eireann ne pouvait passer par chez elle sans rester un peu de temps auprès de sa mère qui avait le don d'être à la maison à chacune de ses visites, comme si elle possédait un sixième sens. Bien sûr qu'elle le possédait, il s'agissait tout de même de sa mère. Eireann dut rester au moins trois heures avec Lizzie Callaghan : il fallait qu'elle mange parce qu'elle était trop maigre, il fallait qu'elle boive parce qu'il faisait chaud dehors, il fallait qu'elle lui raconte comment ça allait se passer à Poudlard cet été, il fallait qu'elle lui rappelle pourquoi garder ce poste de professeur était la meilleure des solutions... Comme à chaque fois, Eireann repartit de chez elle plus fatiguée qu'en arrivant, fatiguée d'avoir du faire bonne figure, fatiguée d'avoir à rassurer sa mère mais tout de même plus légère : la famille était sa source de vie.

La jeune femme sortit de la maison et transplana directement devant le petit chemin menant au cottage Macnair-O'Broin. Eireann aimait les lieux et puis, cette fois, elle n'avait pas atterri les fesses en première position et surtout dans la mare. Elle marcha doucement vers l'entrée du cottage, regardant autour d'elle, se rappelant des quelques semaines qu'elle avait passées ici... Elle en avait profité pour remettre à neuf le jardin, peupler la petite mare, s'occuper les mains et l'esprit surtout... Et aujourd'hui, Nora semblait faire des merveilles - sûrement avec l'aide de Neldo - parce que le jardin était superbe. Eireann s'arrêta devant la porte et frappa doucement. Elle ne venait que pour récupérer quelques bouquins et conseils pour réussir la reprise du poste qu'occupait son amie mais elle se doutait bien qu'elles allaient sûrement passer plusieurs heures à discuter des bêtes de Poudlard, des choses qu'elles feraient ensemble, des petites choses concernant le bébé à venir, concernant Tom, concernant tout le reste aussi. Elle avait prévu large pour sa visite et c'est un grand sourire qu'elle présenta lorsque la porte s'ouvrit...

Sourire qu'elle perdit bien vite en voyant Keenan à la place de Nora. « Je suis venue voir Nora... » réussit-elle à articuler avant de ravaler sa salive avec difficulté. « Hum salut... » dit-elle comme pour faire semblant d'être polie. Elle ne savait pas quelle attitude adopter avec lui, il ne s'était pas revue depuis la soirée où elle avait vidé le contenu intégral de sa valise émotive sur lui et elle n'avait pas forcément eu envie de le voir... Pas maintenant en tout cas. Pas tout de suite. Eireann n'avait jamais été une phobique de la confrontation mais là, c'était tellement différent, c'était tellement... Trop ancré en elle. Elle voulait faire demi-tour et filer à toute allure mais elle ne pouvait pas faire ça. « Maîtresse Nora a laissé quelque chose pour vous. » dit Neldo en regardant Keenan d'un drôle d'air. Est-ce que Nora avait osé la laisser seule avec Keenan ? Neldo semblait lui aussi très peu content de voir le tireur d'élite dans son milieu de vie... Eireann savait que la cohabitation entre eux deux avait été quelque peu... Compliquée. Elle ne savait pas quoi faire et ne faisait tout simplement rien : elle était comme paralysée, incapable de bouger, de parler ou de penser même... Elle se battait simplement avec ses émotions. Elle ne savait pas si elle était toujours en colère contre lui, elle ne savait pas si elle avait envie de lui parler, elle ne savait pas où elle en était dans son deuil de leur relation... Par contre, elle se souvenait parfaitement des sentiments agressifs qu'elle avait nourris contre lui, elle ressentait encore toute cette haine, toute la tendresse qui s'était métamorphosée en quelque chose de bien trop violent pour que le souvenir de leur histoire soit beau... Elle se demandait presque si cet amour qu'elle avait eu pour lui n'était pas comparable à un creare iram. Non, en fait, c'était Keenan le sortilège de magie noire...

Eireann respira : elle commençait à s'emballer pour rien et s'inventait presque des histoires... Elle essaya de sourire mais sans succès alors elle se contenta de prendre un ton aussi sociable que possible. « Je suppose que tu sais où ça se trouve ? »


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh


Dernière édition par Eireann N. Callaghan le Mar 25 Sep 2012 - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 9 Aoû 2012 - 22:49

Le dénuement du cottage se ressentait après que la dernière de ses habitants l'eut quitté. Non sans lui recommander de l'attendre ici mais pas en personne Nora le laissait là à la contemplation du sol outrageusement étincelant du salon et qui ne permettait qu'au soleil de pourlécher sa surface. Tout dans la pièce se pelotonnait sagement à sa place, l'espace semblait inexplicablement plus important qu'au temps ou ses amoncellements de vêtement et autres variétés d'objets le comblait de longueur en largeur. Ce temps là s'effilochait dans le passé cependant, le siège du Ministère par les Modérés et les Ombres avait eu raison de sa présence ici. Keenan ne savait s'il devait se réjouir de n'avoir croiser Tom en franchissant le pallier et toujours pas en s'installant dans ce fauteuil, après s'être levé, rassis, exploré la pièce plusieurs fois sous le regard inamical de Neldo, qui trompait tout de même la solitude, dégourdi les jambes derechef, pris un bain de soleil dans le jardin trop bien équarri, et enfin affalé à nouveau dans le canapé pour songer à la vilenie de son beau-frère de le blâmer pour une action en partie subie. Venue pour suivre le discours de la veuve la mâchoire lui était tombé en découvrant l'avant-garde des mangemorts, ses proches. Mais après tout ce n'était qu'un incident dû à l'ignorance des uns et des autres.

Keenan considéra une photo de Nora et Tom sur un meuble, ce connard avait manqué de le tuer ce jour là, qu'aurait-il fait à Cleo dans ces conditions, sa main ce serait-elle levée sur Nora, tant la colère l'abêtissait ? Tom n'en demeurerait pas moins son bougre de con de beau-frère aimé malgré l'animosité, mais seul le temps étiolerait le ressentiment qu'il vouait à l'écossais.
Neldo l'interrompit dans ses flagorneries mentales. L'elfe passait pour avoir remuer la bouche.

-Maîtresse Nora a demandé à ce que ses hôtes ne manquent de rien, bavassa-t-il.

-Va donc, va ! Sa main s'élança en direction de la cuisine comme pour préciser à l'elfe la direction à prendre. Il étrécit les yeux et les porta sur la presse écrite pendant que s'éloignait l'elfe de Nora. Ce qui avait cristallisé l'antipathie qui existait entre lui et Neldo il ne sut le dire mais désormais c'était du passé.
Une demi-heure dut s'écouler, et entre l'odeur chaude des cookies aux raisins qui envahissait l'air en montant depuis la cuisine et le confort du canapé qui lui intimait de se rendre sans combattre à la douceur d'une sieste Keenan pouvait bien s'alanguir encore un peu chez sa sœur. On rouait la porte de coups feutrés lorsqu'il retourna pour la énième fois la page onze du même journal. Keenan se mit debout, il ne lui fallut que quelques enjambés pour atteindre l'entrée. Neldo avait abandonné son fourneau mais une fois devant la porte la mine de l'elfe ne traduisait que la hargne de voir le tireur d'élite s'arroger le rôle qui lui revenait.

Il ouvrit la porte sans s'occuper de l'entrebâiller d'abord. Le soleil pénétra le premier mais c'est un sourire aussi éclatant qu'il découvrit sur le pallier.

-Eire...? Le sourire de la jeune femme s'était gommé à l'instar du sien. Ses pensées s'entrelacèrent, un instant il eut envie de la rabrouer en lui indiquant de repasser plus tard éventuellement. Il songeait à lui parler souvent depuis cette soirée humide tant au sens propre que figuré au pub avec Nora mais ici, maintenant, tout remontait à la surface, aussi bien la peine et la tristesse que d'autres sentiments contrastés qu'il ne pouvait clairement situer. Ça paraissait trop tôt, peut-être prématuré mais il ne devait pas se dérober.
-Salut... entre, dit-il niaisement en sa simple qualité d'invité. Neldo intervint trop heureux de voir l'irlandaise. "Je ne suis pas ce quelque chose, dis moi ?" Ironisa Keenan en scrutant l'elfe, omettant un court instant le malaise qu'évoquait le visage d'Eireann. "Je ne vois pas de quoi il s'agit, objecta-t-il avant de lui délivrer le passage et de s'en aller reconquérir le canapé du salon, large pour trois ou quatre postérieurs à condition qu'on ne s'y étale pas de tout son long, ce que Keenan trouva bon d'éviter.

-Neldo a préparé des gâteaux pour ses hôtes, commenta Neldo.

-Tu savais qu'Eireann venait mais tu n'as rien dis, Neldo. Bien vrai qu'il voulut se défausser un peu de son exaspération sur l'elfe pour avoir cru bon de d'omettre que la poufsouffle serait là mais à juste titre en dépit du mielleux de l'intonation. Ce dernier lui décerna un regard erratique. Keenan reprit le journal sorcier là où il l'avait laissé. Un silence qui ne fut troublé que par Neldo qui revenait avec ses cookies s'était installé bon gré mal gré durant un intervalle plus ou moins long. Un silence pesant, tellement pesant qu'il releva les yeux vers Eireann. "Nora fait vraiment du bon boulot ici," bavarda-t-il en admirant la bonne tenue des lieux. "Un cadre parfait pour une grossesse je trouve.

-Maîtresse Nora attend un évènement heureux, s'esbaudit l'elfe en écho.

-Elle est heureuse, ça n'a pas toujours été ça. Ils ont été fort tous les deux, continua t-il d’une voix tendre.
Il fit volter la quinzième page du journal en songeant à ce qu'il venait de dire...
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Ven 10 Aoû 2012 - 13:24

Visiblement, il était comme elle, il ne savait pas pourquoi ils se retrouvaient ensemble au cottage, juste eux deux sans personne d'autre en dehors de Neldo. D'un coup, l'affection d'Eireann pour le petite elfe de maison monta encore d'un cran : heureusement qu'il était là, entre eux. Elle voulait tourner les talons, partir et revenir une autre fois. Des gâteaux, un quelque chose pour elle... Nora savait qu'elle ne serait pas là pour l'accueillir mais savait-elle que Keenan serait là, lui aussi ? Qu'est-ce qu'il faisait là d'ailleurs ? Chez sa soeur et chez Tom surtout ? Et puis seul en compagnie de l'elfe avec lequel il n'avait jamais réussi à s'entendre ? Eireann revoyait encore Neldo demander à Nora de faire partir le sorcier du cottage.

Eireann avait suivi Keenan jusqu'au salon sans s'en rendre compte, trop perturbée par cette confrontation qu'elle n'avait pas prévu. Elle avait décidé de le revoir après le verre à Pré-au-Lard mais pas aujourd'hui, c'était encore trop tôt. Trop tôt pour qui ? Pour sa raison, son orgueil ou son petit coeur meurtri ? Pour tout sûrement. Trop tôt parce qu'elle n'avait pas encore tout à fait repris pied sur sa vie depuis sa libération, parce qu'elle voulait prendre son temps et réapprendre à vivre. Elle le regarda s'installer sur le canapé et resta debout, droite comme piquet, tendue comme pas permis. Elle était mal à l'aise. Elle s'était attendue à passer un bon moment avec son amie au ventre qui s'arrondissait doucement mais non, elle était tombée sur le frère dont la présence n'était pas ce qu'elle voulait. Bref, Neldo devait faire vite. Le petit elfe arriva au pas de course, un plateau de cookies encore chauds à la main. Eireann en prit un qu'elle ne porta même pas à sa bouche. « Merci Neldo. » Visiblement, Neldo n'appréciait pas qu'elle reste debout, son regard insistant vacillant d'elle au fauteuil voulait tout dire. Elle soupira et alla s'asseoir pour ne plus être épiée par la créature. « Hum... » Elle fourra finalement le cookie dans sa bouche pour ne pas avoir à faire la conversation : ça ne se faisait pas de parler la bouche pleine après tout, encore moins devant un héritier O'Broin... Même ses pensées devenaient cyniques en la présence de Keenan.

« Neldo ? Tu peux me faire passer ce que Nora a laissé pour moi s'il te plait ? Je... je suis pressée... » dit-elle avant de prendre un autre cookie pour recommencer sa tactique de silence forcée. « Maïtresse Nora a dit que vous aviez du temps et que vous resteriez sûrement pour l'attendre. Elle veut que vous attendiez encore un peu, elle ne va pas être trop longue. Elle l'a dit à Neldo. » Elle lança un regard noir à l'elfe. C'était fichu, elle allait devoir rester. Peut-être que Keenan devait partir ? Eireann espéra fort fort fort qu'il était pressé et qu'il allait filer de suite... Elle se vit contrainte de rester, d'attendre, de tenir compagnie à ce grand idiot de Keenan... Elle retint un soupir et essaya de se détendre un peu dans son fauteuil. « Ils ont tout surmonté et ils méritent ce bonheur. » Oui, ils méritaient d'être enfin heureux, d'avoir cet enfant, de vivre paisiblement au milieu de cette guerre de fous. Eireann savait que Nora les avait rejoints à l'Ordre... Elle savait aussi que Keenan était toujours fidèle aux idées de sa famille, aux idées de sang, d'héritage, aux idées du Lord...

Ils n'étaient pas dans le même camp, plus sur la même longueur d'onde, ne pouvaient se supporter plus de quelques minutes... Que leur restait-il en commun en dehors de Nora et Jane ? Rien du tout. Deux autres personnes les reliant, ça n'était pas suffisant pour qu'ils réussissent à reconstruire un semblant de lien amical. Et pourtant, amis, ils l'avaient été durant des années. Ils avaient partagé de nombreux secrets, de nombreux voyages et surtout des tas de péripéties adolescentes ensemble. Alors pourquoi est-ce que c'était aussi dur aujourd'hui de simplement trouver quoi lui dire ? Eireann ne savait pas comment meubler cette conversation. Elle n'était pas certaine de vouloir parler de Tom et Nora sachant que Keenan et son beau-frère avaient une relation tendue et que Nora était en rupture avec sa famille... Parler de Cleona allait engager une conversation sur le mariage, les obligations familiales et c'était tout ce dont ils n'avaient absolument pas besoin tous les deux. « J'espère qu'il aura les yeux de sa mère et le charme de son père. » dit-elle alors. Oui, les yeux de Nora, les beaux yeux des O'Broin, les yeux de Keenan dans lesquels elle venait de se jeter. Elle détourna vite le regard pour attrapa un cookie. Neldo lui tendit un verre d'eau qu'elle attrapa avec reconnaissance...



♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 16 Aoû 2012 - 0:24

Délaissant un tant soit peu son journal il aventura un oeil vers elle, accaparée par tout sauf lui elle semblait éviter son regard. Autant son charme exerçait sur lui le même effet qu'au premier jour autant ce faux air candide l'agaçait comme peut l'être la glace par le brise-glace. Comme si elle n'avait pas à Pré-au-Lard voici quelques jours offert tout haut à un auditoire fortuit un résumé complet de leur histoire commune. Tous dans le bar avaient dardé leurs yeux ivres sur lui, il s'en était fallut de peu qu'il leur demande pourquoi mais en le formulant avec ses poings. Peu après il quittait les lieux pour la trouver recrocqueviller sous la pluie. Les nuages, pour ne rien arranger, sanglotaient en se joignant à l'averse de larmes de la poufsouffle. Cette image fut la dernière qu'il emporta d'elle avant de transplaner loin, aussi loin que permis de ce pub.

Neldo avait pressé Eireann de s'asseoir, ce qu'elle fit. Keenan découvrait un allié en lui, si toujours l'idée de resssser le passé avec elle lui venait. Ce n'était pas de n'importent quelles vicissitudes qu'il s'agirait. Pas de Nora ni de Tom, mais d'eux, eux seuls. Mais avait-elle au moins envie de cela, allait-elle se remettre sur ses jambes pour quitter la maison ? Neldo l'en empêcherait, il le ferait, parce qu'il avait quelque chose à remettre à l'irlandaise. Il devait suppléer Nora vaille que vaille, la servilité propre aux elfes de maison lui interdisait d'agir autrement. Il serait son allié. A-t-on jamais vu un elfe défier son maître ou un parent de celui-ci ? Ça ne saurait commencer au cottage Macnair-Ó'Broin.

-Neldo, ça pourrait attendre, tu lui donneras plus tard, hum, proposa-t-il.

Tt tt Maîtresse Nora est à des lieux d'ici, coupa-t-il, tu ferais mieux d'être gentil avec son frère.
Neldo le dévisageait, comme si l'on venait de lui hurler de ne pas laisser Eireann s'échapper, ni plus ni moins qu'un pléonasme si ça avait été le cas. Keenan reposa les yeux sur Eire, les reporta sur le cookies qu'il s'apprêtait à entamer, elle avait au moins désseré les dents pour donner son avis sur Nora, Tom, et le petit Macnair-Ó'Broin à venir. "...Les beaux yeux de sa mère... Et de son oncle" La remarque il l'assortit d'un sourire immaculé. "Elle n'envisage pas de le prénommer Lochlainn, c'est sûr", s'époumona-t-il. Un nom de bestiole pourquoi pas." Il manqua de s'étouffer avec un cookie. Il retomba de son agitation. "Ils ont été courageux, malgré les tourments, enfin bon l'amour aura triomphé..." Ses mots éveillait ce souvenir de Poudlard, cette rencontre avec une poufsouffle irlandaise, l'amour qui en résultat, ainsi que la déchéance de cette relation. "Eire... Regarde-moi. D'une voix douce mais grave il s'immergeait dans ce qu'il espérait mais redoutait depuis ce jour pluvieux. Son sourire sinon disparut complètement ne comportait plus le même flegme. Tâtonner pour ne pas choir comme à Pré-au-Lard, il fallait émonder Pré-au-Lard, le cottage annonçait plus de quiétude.
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 16 Aoû 2012 - 15:42

Oui… Et les beaux yeux de son oncle… Il avait dit ça avec tellement d’assurance que c’en était du Keenan tout craché. Ce grand brun arrogant, sûr de lui, de son charme, avec sa voix mielleuse et son regard envoûtant… Pourquoi continuait-il de jouer sur les mots et de jouer de son regard comme ça, avec elle ? Elle lui avait pourtant dit que ses jeux l’avaient détruite. Eireann ne voulait pas que Neldo attende, elle voulait qu’il lui donne le paquet sur le champ pour pouvoir filer. Elle voulait que l’elfe de maison l’aide un peu, qu’il se rappelle à quel point elle avait été mignonnette avec lui durant les quelques semaines où elle avait vécu au cottage. Seulement, Keenan était plus fort qu’elle et, contrairement à elle qui respectait les créatures magiques – déformation professionnelle – lui savait comment parler à l’elfe pour qu’il ne puisse aller à l’encontre de ses désirs.

« Je suis certaine qu’ils trouveront le nom parfait pour lui. Ta sœur a très bon goût. » Eireann voyait déjà le petit bout dans les bras de ses amis, sourire, gazouiller, illuminer plusieurs vies rien qu’en venant au monde. Oui, ils méritaient ce cadeau de la nature, ils étaient tellement bons tous les deux ! Si encore une fois ce bonheur leur était retiré, Eireann ne le comprendrait pas. La fatalité n’avait pas sa place dans ce foyer, elle ne l’avait plus en tout cas, l’irlandaise voulait y croire de toutes ses forces.

Le ton de Keenan se fit alors plus doux, bien trop suave à son goût. Elle se crispa, serra un peu trop fort le cookie qu’elle tenait entre les mains et reposa ce qu’il en restait – soit des miettes chaudes – dans l’assiette. Non elle ne voulait pas le regarder. Elle sentait rien qu’à sa voix qu’il venait de poser sur elle ce regard qui l’avait faite fondre tant de fois. Elle n’avait pas besoin de ça, pas besoin de replonger dans cet état de torture. Elle ne voulait pas revivre cette triste soirée d’avril. Non, elle ne voulait pas le regarder… Mais en même temps, elle avait tourné la page, non ? C’était bien à ça qu’avait servi cette grande crise la dernière fois. Elle avait du se mettre à nue une bonne fois pour toute afin de pouvoir recommencer à avancer : il y avait eu la reprise des cours, des missions pour l’Ordre et enfin la mise au point avec Keenan… Aujourd’hui, elle était censée avoir réussi à tirer un trait sur toute cette histoire.

La jeune femme prit alors le dessus sur ses angoisses et osa croiser pour de bon le regard du tireur d’élite. Elle se sentait prête à le faire sans souffrir, sans avoir envie de l’étrangler ou même de mourir ou pire encore, d’avoir envie de se jeter sur lui. Aujourd’hui, elle était forte, guérie et peut-être même prête à construire une relation cordiale avec celui qui était désormais le frère de sa meilleure amie et non plus son ex. Oui, voilà, Keenan était le frère de Nora, le collègue de Julian, l’ami de Jane, le beau-frère de Tom et son ancien camarade de Poudlard. Il fallait rayer la mention « ex » de la liste. Elle ne voulait pas forcément oublier tout ce qu’il s’était passé entre eux - même si elle aurait volontiers effacé une bonne partie des moments douloureux qu’ils avaient vécu – mais le voir autrement que comme celui qui lui avait brisé le cœur était plus simple pour évoluer dans le même monde que lui. « Qu’est-ce que tu veux Keenan ? Que je te dise si tu t’es mis des miettes de cookie dans ta barbe ? » Elle sourit mais restait tendue. Déjouer le malaise par l’humour marchait en général, non ? Mais son sourire s’effaça vite quand elle vit que Keenan ne souriait quasiment plus…


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Mar 4 Sep 2012 - 0:35

Il s'entendit arracher une râle d'hilarité lorsque Eireann répondit avec une ostensible légèreté à la solennité de sa requête, un rire acrimonieux plus que complaisant. La plaisanterie était divertissante autant qu'elle semblait provocante. Peut-être n'était-ce pas la volonté de la poufsouffle. En alignant les yeux sur elle il en perçut le sens, elle déviait son embarras soudain dans de l'humour oiseux. Il s'interrompit brusquement de rire et ses doigts mirent fin à l'interlude en chassant de sa barbe d'éventuelles  miettes de cookies. Il pouvait discuter maintenant, au singulier, tant elle avait parlé la dernière fois. Le cadre était propitiatoire, le soleil s'invitait favorablement, Neldo balayait d'un air innocent, seulement innocent, et Eire bien que tendue devait être tout ouïe. 

-Pourquoi t-être emporté comme ça la dernière fois ? Je voulais discuter, vraiment. Je voulais qu'on ce voit, mais comme tu t'étais mise des idées en tête évidemment c'était impossible. Tu pensais que ça me laissait indifférent, toutes ces années ensemble terminées de cette manière ? Il y avait des choses qui nous dépassaient mais malgré tout je t'aimais. » Il était tôt pour subordonner le présent à l'imparfait, trop périlleux de s'y risquer.  «Nora le sait bien, Jane aussi, même Tom. » L'ami de Julian Harper, ce dernier qui posait ici même ses mains sur elle. Ça paraissait loin déjà mais cette pensée suffisait à enrichir la forme de haine qu'il éprouvait pour son collègue de bureau. Un regard en biais démontra un Neldo accaparé par le parquet. Ses oreilles furetaient au milieu d'eux mais même à devoir balayer du vent et à éprouver la propreté Keenan espérait le voir demeurer dans la pièce.«Ne te trompe pas, Eire, on a vécu tant de choses. J'ai frémis quand tu t'es mise à parler tout haut dans le pub, je ne comprenais pas. Ma soeur aussi était choqué, tu comprend ?»Le ton tentait vainement d'être bienveillant mais s'obliquait plutôt vers un reproche impérieux.«Je sais que ça été difficile pour toi ces derniers temps, tu peux m'en parler, je suis là, je serais là toujours..»

Ses yeux se perdirent sur  le plateau de cookies où se clairsemaient des vestiges de biscuit. Il s'était inquiété pour elle pendant sa disparition, fait des pieds et des mains pour la retrouver, mais c'était une autre paire de manche que d'aborder les questions de cœur. Il irait calmement, Eireann était une nuance de candeur et de bouillonnement. Il ne voulait pas la blesser, loin de lui cette idée, c'était de la tendresse qu'il lui communiquait. Il s'appliquerait à la convaincre qu'elle se trompait, de par cette incompréhension qui avait mûri en elle détruisant presque tout.
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Mer 5 Sep 2012 - 0:24

Eireann ne pouvait plus compter sur les cookies de Neldo pour changer habilement de sujet. Elle ne pouvait même plus compter sur elle-même. Elle sentit ses poings se refermer doucement, ses ongles s'enfoncer violemment dans ses paumes. Crispée, tremblante, elle ne savait pas quoi dire. Ou alors, elle ne le savait que trop bien et ne le voulait simplement pas. Elle ne voulait pas avoir cette conversation, elle ne voulait se retrouver une énième fois plongée dans la même histoire, dans la même détresse. C'en était fini de lui, d'eux. Pour de bon. Mais alors pourquoi se mettre dans des états pareils ? Si sa tête avait décidé de tirer un trait sur toute cette histoire, pourquoi est-ce que son corps ne voulait pas le comprendre et se bornait à réagir de la sorte ? Pourquoi est-ce qu'elle sentait des tas d'émotions la traverser ? Pourquoi est-ce que tout son coeur se crispait à la seule idée de remettre sur le tapis ce qu'elle avait déjà déballé avec rage quelques semaines plus tôt ? Il savait toujours comment faire pour lui rappeler cette souffrance... Qu'il en soit conscient ou non, Keenan trouvait toujours le moyen de lui rappeler que la douleur était encore présente.

Il lui disait qu'il était là pour elle, qu'il voulait vraiment discuter, qu'il était là - encore - qu'il pouvait tout entendre... Que c'était elle qui avait réagi comme une folle. Oui, elle le savait, la scène du pub, c'était elle, rien qu'elle et sa rancoeur qu'elle avait trainait avec elle des années durant. Mais il n'avait pas le droit de se placer en victime. Il ignorait tout ? C'était parce qu'il n'avait pas voulu voir. Il n'avait pas souhaité ouvrir les yeux sur la triste réalité, sur la destruction d'une histoire d'amour qui avait pourtant était belle. Elle ne lui laissait pas tous les torts, elle acceptait de payer sa part de l'addition mais elle avait eu besoin de lui dire tout ce qu'elle avait vécu, tout ce qu'il n'avait pas voulu voir. Ou tout ce qu'elle n'avait pas voulu qu'il voit. De toute façon, c'était du pareil au même, non ?

« Je n'ai pas besoin d'en parler. Je n'ai pas besoin de t'en parler. J'ai... » Elle se mordit la langue. Elle avait su trouver à qui en parler. L'oreille attentive dont elle avait eu besoin, elle l'avait trouvé en ses proches. Proches dont il ne faisait plus vraiment partie depuis si longtemps... « Je vais bien. Nora et Jane te l'ont dit : elles sont venues me voir, elle t'ont transmis de mes nouvelles, c'est suffisant. » Il n'avait pas été là, elle lui en avait voulu. Non, elle lui en voulait encore. Mais pourquoi ? Eireann avait envie de hurler, de crier, de l'arracher de sa peau... Parce que c'était ça, non ? Il était encore partout en elle, forcément. Elle n'avait pas pu se débarrasser de lui comme ça, ça n'avait pas marché puisqu'elle avait encore mal... Elle se torturait toute seule et n'en pouvait juste plus. Elle avait besoin de mettre de la distance et de ne plus le trouver sur sa route jusqu'à ce qu'elle l'ait réellement oublié. Non, elle pouvait réussir à surmonter tout ça : après tout, il s'agissait de ses sentiments à elle, de sa faiblesse, de son impossibilité à tourner la page, même après tout ce temps. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même et surtout, elle ne pouvait que se débrouiller pour avancer et taire son mal-être.

« La dernière fois, j'ai juste eu besoin de dire ce que j'avais encore de coincé au fond de ma gorge. C'est sorti et maintenant, c'est passé. » Il le fallait. Elle ne pouvait pas éternellement vivre dans le passé, elle ne pouvait pas éternellement se bercer d'illusion en cherchant des causes, des facteurs extérieurs, des "si"... C'était la vie qui l'avait voulu, le destin ou une autre de ces foutaises. Le fait était qu'elle avait cru qu'elle était faite pour lui et inversement mais qu'en réalité, elle n'avait été que de passage. Eireann n'avait plus qu'une chose à faire : se réveiller, panser cette profonde blessure pour de bon et avancer. Enfin. Mais pour avancer, il fallait se lever et marcher. « Neldo, je suis pressée. J'ai besoin de ce que Nora t'a laissé pour moi. » Fuir, ça comptait aussi, non ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Lun 10 Sep 2012 - 0:09

Toutes ses craintes s'avérèrent fondées, il l'avait écouté lui, elle, voulait s'enfuir mais peut-être valait-il mieux qu'elle s'en aille, c'était nettement égal au silence qui s'installerait entre eux autrement. Dans son empressement elle eut l'impudente mais lucide idée de réclamer à Neldo ce que Nora avait laissé à lui remettre. Keenan pirouetta les yeux vers celui-ci, le dévisagea longuement, l'elfe ne fut pas long à se rappeler leur consensus, pas si tacite cependant. Ce dernier appréciait la pouffy autant qu'elle s'énamourait des créatures magiques, qu'elle parte par couardise ou reste par contrainte la faute serait rejeté sur le méchant cadet de Nora, l'infâme Ó'Broin coupable d'avoir ouvert la bouche en présence de la frileuse Eireann Callaghan. « Maîtresse Nora ne tardera plus, elle sera là, bientôt. » Cancana l'elfe en dardant des yeux implorant sur l'irlandaise. « Maîtresse Nora dirait que tu es une pleurnicheuse. » Pérora-t-il sur un ton caustique. Il voulait qu'elle réagisse, peut-être était-ce superlatif de l'interpeller de cette façon, la Callaghan du pub risquait de ressurgir, mais elle s'était exprimée si calmement avant de se lever qu'il commençait à s'en inquiéter. 

-Tout n'est pas perdu, Eire, des incidents de parcours il y en a, toujours. » Des fiançailles, un père intransigeant et altier avec les sang basique, que d'incidents normaux. Cette suffisance séculaire il l'accueillait sans regimber mais seulement il y avait eu Eireann au même moment, son amour passé, peut-être présent et que Cleo et Nora  sinon lui même espéraient futur. Mais elle avait l'esprit aussi obtus que la pince du crabe, elle avait raison, lui tort. D'aucuns disent qu'elle est un peu chipie, Keenan appréciait ce verdict à sa juste valeur en la lorgnant, sourire en coin. « Je me suis fais du souci, tu as le droit de ne rien me dire mais je t'ai cherché autant que je le pouvais. Je saurais qui est derrière ça, il y a des gens bien informé au Ministère. » Elle pensait aussi qu'il avait été indifférent à cette terrible épreuve qui a été la sienne, il ne comprenait pas qu'elle croit une telle chose, comment aurait-t-elle réagit s'il avait été là avant Jane et Nora ? Lui aurait-elle reproché de  ne pas avoir empêché son enlèvement ? Peut-être que s'il lui reprochait de s'être faite enlever elle parlerait davantage. « On en parlera plus tard si tu veux. » Il y mettait de la volonté mais c'était sans tenir compte des réticences de la jeune femme. 

Neldo perdait régulièrement des yeux l'horloge murale que pour mieux l'observer à nouveau, Keenan l'imita et ne doutait d'être copié par Eireann. « Sinon Poudlard ça va ? La botanique, c'est sympa. » Comme anachronisme aussi, puisqu'elle venait chercher les bouquins que Neldo remontait un plus tôt dans l'après-midi dans une pièce avoisinante et qui concernait semble-t-il tout sauf la flore.Toujours est-il qu'à l'école des sorciers et les Héritiers et ces imbéciles de Phénix n'étaient pas surveillés, certes l'assertion semblait à moitié véridique pour ces derniers mais aucun tortionnaire sociopathe ne courait dans les rangs de Caïus, ni ne débordait dans ceux de Lewis. Keenan se dessécha la gorge avec un verre de thé traditionnel que rapporta sur un plateau l'elfe de Nora. Il se flattait qu'Eireann soit encore présente il s'en était fallut de rien pour qu'elle s'enfuit loin du cottage, il devait avoir ouvert la bouche trop tôt et trop grande. La confiance mûrirait avec le temps, les heures, le thé, le silence pourvu qu'elle se décrispe et cesse de l'inculpé du regard de ces choses dont elle l'accuse depuis trop longtemps. Il sentait l'incompréhension sur son visage, qui se muait parfois en colère, il ressentait une myriade de sentiments sur ses traits, il cherchait ce sourire qui s'étirerait sur son visage comme l'aube dans les ténèbres, celles qui engloutirent le passé avec une impitoyable violence. 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Lun 10 Sep 2012 - 21:59

Ils allaient tout faire pour la garder, c'était bien ça ? Neldo et Keenan s'étaient ligués ensemble pour l'empêcher de filer sans demander son reste ? Pourquoi est-ce que l'elfe l'aidait ? Pourquoi est-ce qu'il oubliait tout d'un coup qu'elle l'avait aidé contre les doxies que KEENAN avait laissé envahir le cottage ? Elle avait envie de foudroyer Neldo mais en même temps, elle savait qu'il n'y était pour rien et qu'il espérait peut-être seulement qu'elle ne le laisse pas seul avec le cadet de sa maîtresse... Après tout, qui voulait rester seul avec Keenan O'Broin ? Pas elle. Plus maintenant. Plus jamais.

Et il recommençait ce qu'il savait si bien faire : l'ensorceler de ses phrases ravageuses, lui dire tout ce qu'elle voulait entendre... Non, ce qu'elle avait voulu entendre, ce qu'il aurait du venir lui dire lorsqu'elle avait été libérée parce qu'elle aurait sûrement succombé à nouveau, elle aurait dit oui à tout juste pour se sentir vivante et être bien sûre qu'elle n'était pas tout à fait morte là-bas, dans ces cachots. Elle l'aurait même supplié de le faire, de la prendre, de lui montrer qu'elle était là, qu'elle pouvait le sentir... Il l'aurait ramenée à la vie, elle se serait à nouveau sentie femme sous ses doigts... Et puis après ? Après elle aurait à nouveau connu l'enfer une fois qu'il aurait eu ravivé la flamme. Eireann savait qu'il pouvait à tout moment faire renaître ses sentiments, remettre à vif la plaie, la faire suinter, la rendre plus douloureuse encore... Mais pourquoi avait-elle cru une nouvelle fois pouvoir guérir ? Elle ne s'en sortirait jamais, elle l'aimerait toujours quoi qu'il arrive... Heureusement, elle pouvait aussi le détester en compensation.

Mais comment le détester quand il se montrait aussi concerné ? Quand il lui disait qu'il trouverait ? Est-ce qu'il était sérieux ? Est-ce qu'il s'inquiétait réellement d'elle ? Possible mais pas assez, voilà tout. Pas comme elle. Pas comme elle pouvait s'inquiéter de lui. Elle avait envie de hurler, encore. Pourquoi est-ce que tout n'était pas sorti ce triste soir d'avril ? Il en restait encore ? Comment pouvait-elle avoir assez de matière pour souffrir autant ? Elle était épuisée de se battre contre cette part d'elle-même. « Tu ne t'en mêleras pas. Ce n'est pas ton combat. C'est le mien. » Et ce qui est à moi n'a plus rien à voir avec toi. ils n'en parleraient pas plus tard, ils n'en parleraient jamais parce qu'elle ne voulait plus en parler. Elle attendait juste le moment où elle se retrouverait avec Travers pour lui arracher sa crinière de garce. Ou pour lui planter sa toute nouvelle baguette dans les yeux, à voir. Elle avait pourtant été si apaisée ces dernières semaines... Pourquoi fallait-il que tout lui revienne d'un coup ? Keenan était malsain pour elle... Ou alors c'était le contraire. Non, c'était comme ça l'avait toujours été : ils n'étaient bons qu'à se faire du mal.

Eireann était tendue, les poings toujours serrés, les ongles lui lacérant toujours la peau. « Je ne ferai plus de botanique à la rentrée. Je reprends le poste de ta soeur. C'est pour ça que je suis là. » Elle le regardait sans le voir, elle essayait de ne pas plonger dans ses yeux, de ne pas se laisser encore une fois avoir comme une gamine par son regarde de séducteur à deux mornilles. « Neldo... » dit-elle d'une voix presque implorante. « Je suis pressée... Je repasserai s'il le faut... Vraiment... Je... veux partir loin et vite.

C'était comme une chanson qui vous rappelait de très mauvais souvenirs mais qui, en même temps, vous était indispensable... Eireann ne pouvait s'empêcher d'écouter en boucle le morceau de sa relation avec Keenan alors que ça lui déchirait le coeur à chaque fois. Même des années après...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 13 Sep 2012 - 0:45

À l'écouter prétendre qu'il n'avait pas à faire d'ingérence dans la sordide aventure dont elle fut la victime son sourire déjà modeste se commua en un trait de capitulation, du moins feignait-il d'abdiquer devant la poufsouffle. Bien trop revêche, lui qui se percevait en imagination la rassurant, lui réitérant paumes contre paumes son affection pour elle, et faisant l'éloge de ses prunelles en se voyant rétorquer un rire ensoleillé. Les songes n'entendaient rien à la réalité, Eireann était à des lieux de laisser ses mains s'aplanir contre les siennes, encore trop percluse d'orgueil. En plus de rejeter l'attention qu'il lui vouait il y avait dans les mots de la pugnacité. En plus de lui imputer de ne pas s'être trouver à ses côtés au moment opportun, l'écartant tout de go, elle planifiait de se battre, sans lui, contre les responsables, les termes ne souffraient aucune confusion, aucune ambiguïté. Toute la colère que déversait les yeux de l'irlandaise s'insufflait en lui, l'empathie gagnait toute ses fibres, oui il s'en mêlerait, que n'était-il à la Brigade de police aujourd'hui, il obtiendrait peut-être d'elle qu'elle se montre plus expansive, au moins pouvait-il toujours demander à un ancien collègue d'entreprendre une enquête avec elle, mais l'idée d'une terrifiante sottise quand on savait le service dans le giron des Kark, ne manquerait nullement de compliquer les choses. « Eire, sois prudente, les choses ont changé depuis le coup d'état » Tant et si bien que son ex se trouva retenue dans une geôle livrée aux pires tortures.

-Je me doute que tu ne feras pas de botanique à la rentrée, » fit-il circonspect, les bouquins-parchemins de Nora qui patientaient à côté il n'avait pas trouver intéressant d'interroger l'elfe sur leur destinataire mais tout concordait comme elle expliqua être préposée au poste de Nora à compter de la rentrée. Lui n'ascensionnerait pas derechef au Département de la justice magique, les cimes du Ministère, l'apogée dont il jouit, qu'il perdit lorsque la patronne chancela en même temps que son parjure de frère s'éleva. Le souvenir conduisirent ses ongles à érailler le cuir du fauteuil. Mais Eire n'en avait cure de ses turpitudes au Ministère, elle entendait mettre la main sur ses livres et claquer la porte là-dessus. C'est alors qu'elle interpella Neldo pour abréger sans plus tarder sa présence entre les murs du cottage. Keenan crut fondre de torpeur, mais comme il la voyait aussi mal à l'aise qu'une jouvencelle il s'en tint à un sourire qu'il voulait dédaigneux et qui affectait l'indifférence. Il éprouva, dès lors qu'elle héla l'elfe avec insolence, une sensation si singulière, il venait de trouver dans ses yeux, mais avec quelle naïveté, qu'elle n'avait pas oublié, que le temps n'avait pas érodé ce qu'ils avaient connu ensemble, le ressentiment dans les prunelles de la pouffy en disait long sur cette perception.

Il s'efforça de rester bouche close mais la saillie de la pouffy demandait un effort trop grand pour cela. « Nora est chiante dès fois, elle t'a fait une mauvaise blague peut-être, la méchante. » La plaisanterie était ironique autant que moqueuse. Keenan croisa le regard de l'elfe, qui ne tarderait pas à tourner casaque pour l'irlandaise, lui-même se lassait de contraindre Eireann à rester.
Neldo vadrouilla hors du salon pour récupérer ce qu'avait indiqué Nora. « Tu n'as ouvert la bouche que par nécessité depuis que tu es là, je trouve ça étrange, je peux comprendre que ce soit tôt pour toi, et puis merde... Bon après-midi. » Il se tut, tout se déboussolait, il ne savait pas si c'était la colère ou l'affection qui l'animait le plus à cet instant, il voulait même l'étreindre mais ne savait qu'elle réaction il obtiendrait, la réconforter, tout ce qui paraissait improbable en l'occurrence . Dans un élan de perdition il s'aventura vers elle, abandonnant le fauteuil. « Eire... J'étais là, quand tu étais dans cette geôle je n'ai cessé de m'inquiéter. » Il prétendit lui saisir la main en évoquant calmement ce qu'elle refusait d'admettre.
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 13 Sep 2012 - 8:54

Elle ne voulait pas qu'il lui rejoue le grand classique du type qui s'inquiète faussement pour une connaissance. Eireann n'avait pas besoin de cette fausse compassion. S'il avait besoin de se sentir mieux vis à vis d'elle, ça n'était pas son problème. S'il s'en voulait de ne pas avoir vu avant l'effet destructeur de leur relation sur elle, tant pis pour lui. Elle avait juste envie de pouvoir oublier, d'avoir le droit d'avancer enfin. Elle le méritait bien, non ? Elle se raidit à l'idée d'une blague de Nora. Non. Son amie avait bien compris à quel point toute cette situation lui faisait du mal. A quel point le regard impérial qu'il avait pu poser sur elle toutes ces années n'avait fait que la rendre plus faible encore. Nora n'aurait jamais fait une telle chose, pas une seconde fois. Elle avait vu sa détresse ce soir d'avril, elle savait. Elle ne répondit même pas, elle ne voulait pas mêler son amie à toute cette histoire, entrer dans le jeu stupide de Keenan pour essayer de trouver une excuse bidon à cette situation. Nora savait, elle, elle était même la seule à qui elle avait réellement parlé de Keenan et encore, ça n'avait été que par petits morceaux.

Si elle se sentait perdre patience, elle n'était visiblement pas la seule. Keenan ne savait pas sur quel pied danser : tant mieux, c'était à son tour un peu. Un « bon après-midi » pour conclure : PARFAIT. Eireann tenta de rester aussi impassible que possible, commençant à se relever quand il fondit sur elle sans prévenir. Son coeur manqua un battement, elle se mordit la langue au passage pour ne pas hurler et le goût du sang se répandit doucement dans sa bouche. Il attrapa sa main, elle ne put rien dire de plus. Pas tout de suite, il fallait qu'elle se ressaisisse, qu'elle réalise qu'il était là, à quelques centimètres d'elle, possesseur de sa main et de bien plus encore malheureusement. « Je ne veux plus en parler... » Réussit-elle à articuler à grande peine. Elle n'avait pas besoin de revivre inlassablement les événements en les évoquant. Elle ne voulait plus y penser, sauf lorsqu'elle pensait à sa prise de revancher. Elle se doutait bien qu'il s'était inquiété, même des sorciers qu'elle ne connaissait pas beaucoup s'étaient inquiétés de son triste sort. Eireann avait juste été blessée par son silence et surtout son absence par la suite. Elle avait du comprendre brutale que c'était bel et bien fini entre eux, qu'elle n'était plus aussi importante pour lui que ce qu'il pouvait l'être pour elle. Sinon, il serait venu... Elle, elle n'aurait pas pu attendre. Dans la situation inverse, elle aurait eu besoin de courir vers lui, de le regarder, de lui parler, de s'assurer qu'il allait bien...

Et elle savait qu'elle était encore prête à le faire. Un frisson la parcourut. Puis un autre. La main de Keenan la brûlait, elle ravivait le feu dans ses entrailles, le feu de son amour constant pour lui. C'était comme un convivii amélioré pour son cas à elle : certains avaient faim tout le temps mais elle, elle l'aimait tout le temps, sans pause, sans s'arrêter un seul instant. Sans la rancoeur et la déception, elle aurait été l'une de ces femmes qui s'accrochent et qui rampent sans cesse. Sans la douleur que leur histoire avait généré, elle serait à nouveau tombée dans le panneau et en aurait même redemandé. Mais il fallait bien que ça s'arrête. Elle avait été capable de dire non pendant plus d'un an. Elle avait été capable de tout encaisser et de tout garder en elle, de se taire. Même si son coeur ne pouvait être réduit au silence ensuite. Elle avait envie de l'attirer contre elle pour sentir que ce qu'il disait était vrai. Elle avait envie de le gifler pour ce qu'il osait encore avancer. Elle voulait prendre son visage dans ses mains comme avant et le laisser l'apaiser d'un regard. Elle voulait qu'il se taise à jamais et qu'il l'oublie enfin.

Eireann serra alors la main de Keenan dans la sienne et prit le risque de plonger son regard dans le sien. « Je te crois Keenan. Je sais que tu ne me mens pas. » Elle frissonna à nouveau mais cette fois, c'était peut-être parce qu'elle faisait tout pour ne pas ressembler encore à une petite fille au bord des larmes. « Peut-être qu'on pourra redevenir amis. Peut-être qu'un jour on pourra discuter de tout ça... Peut-être que je pourrai te raconter toute cette histoire... Mais pas aujourd'hui. » Elle voulait se lever mais n'y arrivait pas. Elle était comme paralysée. « Tu veux bien m'accorder ça ? Le temps qu'il me faut ? » Eireann en prenait depuis des années du temps...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Dim 16 Sep 2012 - 1:43

Il s'était glissé auprès d'elle, et très vite lui enrobait la main de ses deux paumes quand l'instant d'avant ses lèvres exhalait le mécontentement fabuleux qu'elle lui procurait. Elle ne combattait pas l'emprise de ses doigts, le contact l'ébaudissait sûrement autant que lui l'était de s'être porté jusqu'à elle. Il ne sut affirmer à qu'elle moment l'exaspération de la voir si distante se transforma en effusion de tendresse, ni par qu'elle action métaphysique ses yeux contemplaient maintenant de près le visage doux et poupin d'Eireann. Il s'enivrait de l'instant, si suave qu'elle fut, si suave qu'elle était, tout ce temps vacant de cette douceur. Il sentait le coeur de la poufsouffle bruire d'émotion, le sien ne demandait qu'à ce joindre à ce concert rythmique. Il voulait l'attirer contre lui, et lui sussurer à l'oreille de ne pas s'attrister que le passé ait été le passé, ni de s'obstiner à l'écarter de sa vie. Il savait comme s'était douloureux pour elle et combien il lui faudrait de force pour entendre ça à nouveau. « Tu n'es pas obligé de parler, ça viendra avec le temps, du temps il en faut. » Elle ignorait ce qu'il avait éprouvé lui, ce n'était plus important comme il enlaçait sa main. La colère ardente qu'il ressentit au pub lorsqu'elle regagna la sortie en larmes après s'être allègrement livrée à la confidence de leur passé devant un auditoire ébaubi n'existait plus.

La main reployée sur la sienne telle qu'elle l'enserrait, Eireann affirma ne pas douter du tourment qui pu habiter Keenan durant sa captivité. Il lui sourit en passant une main dans la chevelure brune qui cascadait entre ses doigts. «Amis ? Ta cousine est imbattable je te préviens.» Il éclaircit son sourire qui lui léchait tout le visage avec cette plaisanterie. Il goûtait tout le sérieux de la proposition en arguant mentalement qu'un frisson la parcourait auparavant, discréditant ceci par cela.. Loin s'en faut pour que l'inquiétude le submergeât, il l'écoutait seulement, le prier de lui laisser du temps. Il lui donnerait tout le temps pourvu qu'elle ne lui en veuille pas éternellement. «Tout le temps qu'il te faudra, Eire.» Il prit soin d'être vis-à-vis d'elle et appliqua ses mains sur sa taille. il n'avait pas oublié comme ses lignes étaient ténues et harmonieuses. «Promets-moi de ne pas faire n'importe quoi, Eire, c'est gens là sont dangereux. » Ils ont l'Avada un peu facile avait-il envie d'ajouter, et ce n'était pas le manoir détruit des Kark qui infléchirait l'engeance que constituaient les Ombres. La tendance semblait être à la cueillette de terroriste qui renaquirent de leurs cendres, des innocents étaient confondues avec ce frai là déplora-t-il, absorbé par les yeux d'Eireann.

Neldo reflua intempestivement dans la pièce en charriant entre les deux bras de un à plusieurs bouquins, il ne savait dire avec l'épaisseur. L'elfe rejeta des yeux hébétés sur Keenan puis sur Eireann, avant de s'approcher sitôt fait de la destinataire. « Tu peux le poser là, on discutait. » Fit-il en indiquant la table basse. L'elfe entreprit de déposer à cet emplacement sa charge. Keenan reposa les yeux sur Eire. « Ne me dis pas que tu es pressée, c'est tranquille ici, pourquoi ne pas bavarder ? » il passait de nouveau sa main dans les cheveux de la poufsouffle sans observer rien d'autre que son regard. Il voulait abolir le temps, guère moins que le temps.
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Dim 16 Sep 2012 - 21:22

Il fallait qu'il arrête, il n'avait pas le droit de continuer, il n'avait pas le droit de lui parler comme ça, de laisser son souffle se promener sur sa peau à chaque parole douce qu'il lui offrait, il ne pouvait pas la toucher, promener ses mains sur ses hanches. Il n'avait pas le droit... Et elle surtout, elle ne pouvait pas se laisser avoir une nouvelle fois. Eireann devait être forte, affronter Keenan, ce qu'il avait toujours été, ce Don Juan auquel elle ne savait résister. Auquel elle ne résisterait jamais. Ses mots, son odeur, ses mains, ses yeux... Tout la ramenait à cette époque où elle ne sentait vivante que par son amour et son travail. Et lui rappelait qu'on lui avait tout pris, même son âme au cours de l'année... Mais là, dans son regard, elle avait l'impression de redevenir cette gamine éperdument amoureuse qui n'avait d'autres soucis que de prouver au monde qu'une sang basique pouvait être une bonne élève, une bonne sorcière, une véritable amie. Eireann avait l'impression d'être redevenue cette gosse qui était prête à tout pour avaler le monde... Et elle s'était faite bouffer toute crue par cette amour qui avait fini par la dévaster, et par ce monde qui lui avait rappelé que son rang n'était rien, qu'elle n'était rien aux yeux des autres...

Son air protecteur, ses traits se durcissant à l'évocation de sa captivité, de ce qu'elle était encore susceptible de vivre... Elle avait l'impression de retrouver le jeune garçon dont elle était tombée amoureuse. Ce serpentard trop sûr de lui et insupportable qui s'était révélé être tendre avec elle, passionné, parfois un peu trop. Son côté violent, elle ne l'avait jamais réellement aimé mais sa force l'avait rassurée, surtout à sa sortie de Poudlard, une fois livrée au vrai monde... Et puis il y avait eu cette réalité, Keenan s'éloignant, Keenan la traitant comme la basique qu'elle était, comme cette jeune femme qui n'aurait jamais d'autre droit que de partager sa couche comme une vulgaire catin. Et puis sa force n'avait plus été rassurante lors de leurs trop nombreuses disputes. Et puis sa tendresse n'avait plus été aussi douce quand elle le soupçonna de l'offrir à d'autres. Et puis le silence... Ce silence qui l'avait rongée des mois durant... Et là, il revenait, il s'en voulait, il était sincère. Elle le voyait dans ses yeux, elle le sentait dans ses murmures. Il le pensait, tout ce qu'il lui disait, il le pensait réellement...

Elle vit à peine Neldo lorsqu'il lui apporta ce qu'elle était venue chercher... Elle avait sombré. Eireann atteignait le point de non retour. Elle le savait. Il passa sa main dans ses cheveux, encore une fois et elle se sentit tomber encore et encore dans l'abîme de ses yeux... Ses mains sur ses hanches la faisaient frissonner, ses yeux dans les siens l'empêchaient de réfléchir. C'en était trop. Des tas de choses auraient du lui passer par la tête mais au lieu de ça, elle ne voyait que lui, que Keenan, le Keenan de sa jeunesse, celui qu'elle n'avait jamais cesser d'aimer et, elle le savait, ne cesserait jamais d'aimer. Eireann posa ses mains sur les bras de Keenan et des tas se souvenirs lui revinrent en tête. Leur premier baiser, leurs premières étreintes, les regards échangés dans les couloirs, leurs souffles cours , collés l'un à l'autre contre la pierre froide des sous-sols du château... Il était si près d'elle... Puis les cris, les larmes, la douleur, le dégoût... Tout lui revint d'un seul coup en tête alors que son corps se rapprochait dangereusement de lui. Son instinct de survie se réveillait et il lui hurlait de partir, de ne pas se laisser aspirer par ce tourbillon encore une fois...

Eireann le repoussa alors, le forçant à la lâcher. Elle devait fuir son regard, le sien se remplissait déjà de larmes. « Arrête Keenan... Je t'en supplie, arrête... » Elle frissonnait encore mais plus pour les mêmes raisons... La peur commençait à prendre le dessus, en même temps que la colère. Il fallait qu'elle parte, il le fallait vraiment. Elle ne pouvait pas revivre cet enfer. Pas encore. Pas après tout ce qu'elle avait déjà vécu. Elle devait s'enfoncer dans le crâne qu'eux deux, c'était ce qu'il y avait de plus malsain pour elle. « Laisse-moi partir... S'il te plait... » Sa voix s'éteignait tandis qu'elle essayait vainement de se lever. Elle ne pouvait pas rester plus longtemps... Même si elle savait qu'il avait réussi ce qu'il faisait le mieux encore une fois : raviver ses sentiments, les rendre plus douloureux qu'avant...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Lun 24 Sep 2012 - 22:04

Il était presque ivre du toucher encore mieux lorsqu'elle pépia en le repoussant soudainement, niant tout ce qui s'agrégeait de nouveau dans ce contact, tout ce que ravivait la convergence de leurs yeux. Il lisait tout le chagrin qu'elle put et pouvait ressentir aussi bien dans l'affront qu'elle s'imaginait lui être fait par lui en raison de son sang que pour la place qu'il n'avait pas combler à son retour des geôles de l'Ombre. Il l'avait lu dans le frémissement de ses mains posées sur ses bras et dans ses yeux qui s'inondaient de larmes. Il voyait Eire, l'irlandaise chatoyante et attendrissante de Poudlard et non la brûlante chipie des derniers mois. Peut-être appréciait-il les deux faces de la jeune femme ou peut-être se persuadait-il d'en voir deux pour expliquer l'insolence de son attitude. Il allongea le bras pour lui barrer les cuisses «Eire... Restes, dit-il doucement. Qu'il y en eut une et il raffermissait la position de son bras, ce qui revenait en tout point à la même chose. De l'autre il pivota le visage d'Eireann vers le sien. Son regard était humecté de larme, d'un doigt il longea la joue de la poufsouffle en remontant. Puis cueillit une larme qui sinon cascadait le long du visage d'Eireann. Il remarqua la constellation de tâches de rousseur hier si familière et qui aujourd'hui ranimait encore davantage les images du passé. «Eire, relâche-toi et ne penses plus à tout ça, c'est fini.» Il y avait tant de choses dont il fallait faire une abstraction, tant de peine, causées par des vicissitudes éloignés et récentes, mais était-ce aussi dur que la séparation que de les surmonter ?

Keenan étreignit Eireann en l'enlaçant. Il l'avait retrouvé enfin, malgré la fragilité que comportait ce rendez-vous accidentel c'était autrement mieux que la fois dernière, tout le paradoxe de Pré-au-Lard. Tandis qu'il l'enrobait il secoua un doigt dans le dos d'Eireann afin que l'elfe réagisse et retourne à de possibles occupations. L'elfe clopina jusqu'à une fenêtre du salon puis s'abîma dans la contemplation du jardin. Keenan côtoya le visage d'Eireann en y frottant une joue langoureuse. La chaleur du contact agitait les souvenirs les plus profond de leur relation. Les temps qui suivirent Poudlard ne manquèrent pas de vigueur mais plus antérieurement on trouvait les réminiscences les plus délicates, il y avait l'insouciance, la réalité se trouvaient hors des murs du château, et les factions ne tourmentaient guère encore le monde magique. Il lui déposa un bisou dans la nuque, puis en remontant, sur sa chevelure de jais. Tandis que Neldo ne ratait rien du jardin chamarré de fleurs et du ciel où naviguaient les oiseaux Keenan épousa légèrement la lèvre de l'irlandaise, d'une lippe légère. Il n'avait plus qu'envie de s'abandonner dans un baiser obstiné. Ses lèvres agrippèrent celle d'Eireann, et puis sa langue fourcha, se perdit dans la sienne, et comme son effronterie précipitait ses mouvements, ses mains voyageaient dans une anarchie totale sur la silhouette de la poufsouffle. 

Un oeil furtif oblique sur le côté indiquait l'elfe réjouit par le cadre extérieur, puis tellement qu'il ne semblait plus voir que lui. Keenan se souciait plus de décoiffé l'irlandaise que d'observer l'alentour et barbouilla la nuque de la jeune femme de baiser. Tout allait vite, peut-être pas, il l'embrassait depuis dix-secondes, sûrement dix minutes, son esprit n'avait assez de clarté que pour pirouetter sa langue dans sa bouche et puis tout allait si vite il était plus exaltant de s'abolir complètement pour ne réfléchir qu'ensuite. 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Mar 25 Sep 2012 - 16:29

    Keenan avait surement mit les voiles impatient qu’il était. Il n’y avait rien de foncièrement intéressant à faire au cottage quand il y était seul depuis qu’il n’y vivait plus. Et leur elfe libre détestant son jeune frère avait probablement tout tenté pour le mettre à la porte étant donné que l’inimitié entre les deux n’était un secret pour personne.

    La sang pure était partie de chez elle une petite heure, officiellement pour récupérer quelques ouvrages sur le Chemin de Traverse, officieusement pour vérifier si le bruit entendu la veille avant le début de la pluie battante était bel et bien le chant d’un augurey. Et c’était le cas pour sa plus grande joie.

    Elle essaierait de le nourrir de loin afin de savoir ce qu’il préferait et pourquoi pas tenter de s’en approcher lentement. Après tout, la future mère avait bien réussi à devenir amie avec le calamar de Poudlard alors un augurey... ce serait mille fois plus aisé. Du moins en théorie et de toute manière, l’irlandaise n’allait probablement pas avoir de journées follement palpitantes donc...

    Tout était très silencieux quand elle entra de nouveau dans son cottage. Pas de frère et Eireann qui allait surement bientôt passer. Tout ce qui lui fallait était un long bain en buvant un thé tout en admirant la grosseur de son ventre qui ne finissait pas d’enfler. Il ne faudrait pas bien longtemps avant qu’elle ait du mal à se déplacer et qu’elle soit incapable d’enfiler ses chaussures toute seule...

    Et la vision de Keenan et Eireann en train de s’embrasser dans leur salon. Le même Keenan et la même Eireann qui était devenue folle et avait réglé ses comptes avec son frère devant une belle assemblée. Et voilà qu’ils étaient en train de se rouler de magnifiques patins entre irlandais sans même remarquer sa présence... sous son toit c’était tout de même ironique.

    Le pire dans cette histoire était qu’avec toute la meilleure volonté du monde Nora ne pouvait pas s’empêcher de songer avec agacement que tout était de la faute de son petit frère. Sa meilleure amie avait été des plus claires et il avait du mettre le paquet pour arriver à la faire flancher.

    Petit con.

      « Vraiment ? »

    Les bras croisés au dessous de son ventre rond, la sorcière ne put résister à son envie de punition et finit par sortir sa baguette qu’elle pointa sur Keenan.

      « Aguamenti »

    Et un O’Broin trempé. Un.
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Mar 25 Sep 2012 - 18:57

Non, Eireann ne resterait pas. Elle ne pouvait pas rester, elle savait très bien qu'elle ne pouvait pas. Elle crevait d'envie de se coller à lui, de le laisser la rassurer, de l'écouter lui susurrer tous ces mots qu'elle avait attendu en vain quelques mois plus tôt. Elle ne pouvait pas rester là... Elle essaya de partir, vraiment, elle essaya de toutes ses forces mais rien n'y faisait, il était plus fort qu'elle, il l'avait toujours été. Sa main sur sa joue la brûlait mais elle se sentait vivante, tout son corps répondait à ce contact. Il la prit dans ses bras et le monde autour d'elle s'arrêta de tourner. Pas sa tête par contre, c'était de pire en pire. Elle se laissa faire comme une gosse qu'il fallait consoler après un petit bobo. Sauf qu'elle, ce n'était pas un petit bobo qu'il fallait lui soigner, c'était une énorme plaie encore à vif, après tout ce temps. Une plaie qu'il avait lui-même ouverte et qu'il s'amusait à triturer à la moindre occasion. Seulement, elle n'avait plus la force de lutter et se contenta de le laisser l'étreindre, posant la tête sur son épaule et laissant ses larmes couler. C'était aussi réconfortant que douloureux. Elle frémit lorsqu'il déposa ses lèvres sur sa nuque. Elle ferma les yeux quand elle sentit sa bouche remonter sur ses cheveux, frôler sa mâchoire, picorer le bord de ses lèvres et n'eut même pas de mouvement de recul alors qu'elle comprenait très bien ce qui allait arriver ensuite.

Elle ne rouvrit pas ses yeux quand il l'embrassa. Vraiment cette fois. Elle était perdue et ne pouvait plus rien faire d'autre que de lui rendre son baiser, que d'arrêter de lutter. Après tout, elle l'avait su, non ? Elle l'avait compris dès l'instant où elle avait essayé de fuir qu'elle ne pouvait pas dire non. Elle n'avait jamais pu. Même lorsqu'elle avait mis fin à leurs nuits de la honte, elle avait espéré qu'il revienne, qu'il frappe à sa porte et qu'il ne la laisse pas partir, qu'il soit franc avec elle parce qu'il savait et avait toujours su qu'elle était là, à portée de main malgré tout ce qu'il s'était passé. Eireann avait mal mais au moins, le temps se suspendait et elle pouvait presque oublier pourquoi ses lèvres contre les siennes avait été la chose qu'elle s'était évertuée à éviter. Il bifurqua vers sa nuque mais elle garda les yeux fermés. Elle savait que ce serait fini si elle les ouvrait, elle savait qu'elle retrouverait la réalité et alors, elle se sentirait encore plus mal qu'avant. Elle n'avait pas besoin de ça. Ses mains sur elle la faisaient vibrer, comme elle n'avait pas vibrer depuis des mois. « Keenan... » Elle ne réussit même pas à finir son objection d'un « arrête » parce qu'elle ne voulait pas que ça s'arrête justement. Elle avait besoin de le fuir tout autant que de le sentir contre elle. Et puis il l'embrassa à nouveau sans qu'elle puisse essayer de protester. Elle ne pouvait pas dire non de toute façon, c'était trop tard...

Eireann sursauta quand une voix la sortit de cet arrêt dans le temps. Elle rouvrit les yeux et tout redevint clair. Sa honte, ses joues rougissantes, ses larmes coulant encore le long de ses joues. Elle n'osa même pas tourner son regard vers Nora. Parce que l'information était arrivée jusqu'à sa cervelle que Keenan avait réussi à endormir : c'était sa voix qu'elle avait entendue. Elle se retrouva éclaboussée par un jet d'eau et ses idées furent remises en place. Keenan était trempé et elle, elle était toute silencieuse, perdue. Elle ne réussit à garder la bouche fermée que parce qu'elle s'était crispée de la tête aux pieds. Comment avait-elle pu se faire avoir encore une fois ? Pourquoi l'avait-elle laissé pénétrer la brèche en elle avec autant de facilité ? Elle se détestait, elle détestait cet amour qui la rongeait et elle détestait Keenan. Autant qu'elle l'aimait. Il fallait qu'elle le déteste plus que ça si elle voulait s'en sortir. Une gamine prise en faute, voilà ce qu'elle était, comme elle se sentait. Elle avait passé des mois à se persuader que c'était bien fini et au moindre petit accro elle retombait dedans la tête la première. Les lèvres encore étourdies du contact passionnel et blessant à la fois, elle n'arrivait même pas à articuler le moindre mot. Que pouvait-elle dire ? Elle n'avait pas le droit d'insulter Keenan, de rejeter la faute sur lui parce qu'elle n'avait pas suffisamment lutté, elle avait à peine essayé. Mais après des mois passés à se battre contre ça... Elle voulait remercier son amie de l'avoir sortie de ce gouffre dans lequel elle venait de sauter mais même ça, elle n'y arriva pas.

Profitant de la surprise de Keenan, elle se leva et attrapa les bouquins, manquant de peu de s'étaler par terre, ses jambes ne voulant pas la soutenir correctement. Elle était en vrac. Il l'avait mise en vrac, encore. « Les bouquins... y aller... » Elle avait essayé de formuler une phrase et s'était vautrée, elle tremblait, ne pleurait plus ou presque... Eireann essaya la fuite rapide mais elle n'arrivait pas à bouger. Elle était finie. Finie. « Merci... » souffla-t-elle en regardant les livres alors que ce n'était pas pour ça qu'elle était pleine de reconnaissance pour son amie. Elle n'osa même pas regarder Keenan...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 27 Sep 2012 - 0:09

Il soubresauta en même temps qu'il relâcha Eireann. Quelqu'un se tenait là et observait, ce qui provoqua un léger remous dans sa vessie. Il n'eut pas à identifier la voix puisque déjà ses yeux supplantaient ses oreilles, voltant vers le haut pour s'apercevoir que le " Vraiment ? " s'était déversé de la bouche de la propriétaire, sa soeur.  « Vraiment quoi ? » Parla-t-il. C'était sans connaître le mouvement preste que réalisa son aînée pour se saisir de sa baguette. Une projection effarante d'eau déferla sur lui, l'humidité pénétra partout, il s'ébroua le visage en y recevant une bonne partie de cet intolérable sortilège. Tandis qu'il se rejetait du fauteuil pour se résorber loin du jet il grommela des jurons acerbe, qui prononcer trop haut n'aurait fait qu'accentuer la bêtise de Nora. La cécité momentané que lui imposait la réception de l'eau dans les yeux l'empêcha dans un moment de colère d'interposer Neldo, ceci pour s'épargner plus d'eau. Il rouvrit les yeux en les frottant impétueusement, « AILIONORA » L'agression incombait bien de rappeler à Nora qu'il existait bien deux syllabes additionnelles à son prénom et montrer combien lever sa baguette contre son frère était vil. Il toisa Eireann qui s'emparait confusément de ses bouquins, précédemment ceux de sa soeur hérétique adorée. Il fulminait d'avoir été interrompu et en sus la poufsouffle semblait donner signe de vouloir s'esbigner. « Qu'est-ce que tu fous, bordel ! » Adressa-t-il furieux à la serpentard en étirant piteusement son haut devenu humide. Il avança vers elle en observant son ventre, ce qui eut tôt fait de l'assagir comme il projetait de lui arracher sa baguette des mains.

Il s'écarquilla sur Eireann en la voyant qui remerciait d'une voix fluette Nora. « Merci de quoi ?! T'en connais beaucoup des amis qui t'arrose pour te dire qu'ils sont là ? » Vociféra-t-il moins contre Eireann que contre Nora. Il jeta un oeil vers Neldo, qui alors s'en alla trouver de quoi sécher son visiteur favori. En pressant ses manches une pensée mesquine lui advint, Tom n'était pas si différent de lui de corpulence, et il serait anormal que l'outrecuidante fanatique de la forêt interdite laisse son cadet grelotter dans ces habits spongieux. Il s'assit dans le fauteuil humide comme lui, son postérieur en découvrit toute la fraîcheur, aussi désagréable soit-elle. « Tu as de quoi changer ça, Nora ? » Question qu'il ponctua d'un sourire mielleux. Il se désista au moment de proposer la garde-robe de Tom comme solution temporaire, les dissentiments avec ce dernier étant encore trop ardente. Il regarda Eireann, qui regimbait à l'idée d'en faire de même, peut-être intimidée par la sang-pure déshéritée. Il n'admettait pas l'espièglerie de Nora, ce n'était jamais qu'un baiser fougueux dans le canapé et non la profanation du lit qu'elle partageait avec le sang-pur écossais. Il bifurqua ses prunelles azurées vers son aînée pour ne pas ruminer la fin brutale de leur baiser passionné. Neldo revint avec une serviette, assez large pour l'éponger de la tête aux pieds. Keenan tira la serviette des mains de l'elfe qui ne pouvait qu'avoir vu la sorcière arriver depuis le rebord de la fenêtre. Il émonda l'eau, soigneusement, partout,  passa sur les cheveux qui dégouttèrent aussi de l'eau, puis se retrouva assez sec. « Si tu n'étais pas grosse la baraque de Tom devenait un aquarium. » Déclara-t-il sur un ton de plaisanterie gâté d'un brin d'agacement, en allant vers Nora. 

Elle avait pris du ventre eut on pu dire familièrement.  « Que voilà ? » S'exclama-t-il avec cocasserie. Il posa une main sur la surface grosse de quelques semaines puis se prit à caresser le ventre de son aînée. Et alors l'irritation que lui procura l'aguamenti se réduisit à une réaction puéril et exagérée. Son esprit même menaçait d'omettre la poufsouffle. Il n'y avait plus que les souvenirs, ceux de l'enfance, ceux plus nouveaux, à la manière dont il répudiait de voir Nora malheureuse, comment cette seule idée l'avait tenaillé à l'époque, et puis il pensa à Tom. Il avait sut revenir dans la vie de sa soeur, il avait aimé la ténébreuse Ó'Broin en disparaissant comme en revenant, lui avait pardonné malgré le coup d'état, et ce n'était que de la reconnaissance qui habitait les pensées de Keenan à cet instant. Sa présence au cottage avait été motivé par le ventre de Nora tout bien considéré. Il leva les yeux vers Eireann, elle aussi aurait des enfants un jour. Y songer revêtait un caractère particulier, presque tortueux. Certaines réalités vous assaillaient parfois, celle-ci vous coupait le souffle. Keenan fusa les yeux sur Nora « Bon boulot, » sourit-il avant de lui déposer un bisou sur la joue. « Je suis content de te voir, Nora. » Il ne l'avait pas vu depuis tant de temps, et puis lorsqu'elle s'était heurtée avec leur père le plus dur fut de l'apprendre, que n'était-il là pour la protéger. Bien que ça ne nécessitait nullement qu'on protège qui que ce soit, la violence, elle, ne dut pas manquer, celle des mots. Mais ce qui importait maintenant c'était le bonheur de Nora, et le simple fait d'être là. 
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 27 Sep 2012 - 16:29

    Espèce de sale gosse manipulateur, il était tout bonnement insupportable. Nora leva les yeux au ciel dès qu’elle sentit ses mains sur son ventre rond puis les reposa sur sa meilleure amie qui n’en menait pas large. Après tout comment aurait-elle pu ?

      « Est-ce que je dois réellement répondre à toutes tes questions Keenan ? Vraiment quoi... je te laisse deviner. Eire qui te dit il y a quelques semaines que c’est bel et bien fini et je reviens et vous êtes en train de vous bécotter comme des adolescents. Oui je pense que c’est toi le coupable que tu essaies de l’avoir malgré tout. Et je t’en prie Eire, ne tire pas sa tête, je sais comment il fonctionne alors n’aie pas l’air si désespérée et je t’autorise à le frapper. »

    La sang pure forca un sourire mauvais et recula d’un pas, l’empêchant de triturer son ventre une fois de plus. Si elle n’était pas si lasse, il se serait prit une gifle. A n’en pas douter.

      « Ensuite tu as raison, mon prénom est Ailionora, ce que je fous est de t’arroser parce que tu n’es qu’un petit con... oui tu as parfaitement entendu. Et tu as une baguette pour te sécher et je ne suis pas grosse juste enceinte et si tu ne te calmes pas, je me ferai un plaisir d’apprendre à mon garcon de détester son oncle. Et au passage, Neldo je te prie de ne plus te forcer à être agréable avec notre petit Keekee, tu es un elfe libre... laisse toi donc aller. »
      « Oh oui ! »

    L’elfe se frotta les mains avec délectation avant de disparaître dans un ‘plop’ caractéristique alors que la propriétaire des lieux se décidait enfin à abandonner sa cape qu’elle suspendit à sa place dans l’entrée. Vint le tour d’enlever ses bottes couvertes de boue avec un peu de difficulté tant elle commencait à avoir du mal à se baisser avec le poid de son ventre. Cinq mois et elle n’était pas encore au bout de sa peine qui n’en était pas vraiment une.

    Et de toute manière toute son attention était reportée sur son frère et sa meilleure amie qui continuaient leur petit jeu. Une partie d’elle avait tellement envie d’espérer que les deux forment de nouveau un vrai couple mais Eireann semblait tellement à bout qu’elle n’arrivait pas vraiment à se rentrer dans le crâne que c’était ce qu’il y avait de mieux pour eux. Peut être une fois que Keenan aurait grandi pour de bon... si jamais elle était toujours seule. Et ca, l’irlandaise n’y croyait pas trop.

      « Je t’en veux Keenan, j’espère que tu le sais Mais je veux quand même du thé. Laisse neldo tranquille et va préparer du thé. »

    Qu’il refuse... et elle allait le réduire en miettes.

    La sorcière avanca jusqu’à son sofa et s’asseya pas loin d’Eireann en souriant comme à son habitude.

      « Il y a un augurey à pas deux cent mètres d’ici... »

Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Jeu 27 Sep 2012 - 21:06

« Merci...pour les livres... » Voilà les seuls mots qui avaient réussi à franchir sa bouche. Elle ne pouvait pas faire mieux, elle ne pouvait pas articuler correctement la vérité « Merci de m'avoir encore une fois sauvée de la perdition Nora, t'es une vraie amie. Sans toi, j'aurais encore commis l'une des plus grosses erreurs de ma vie. » Non, elle n'arrivait pas à dire ça. C'était au-dessus de ses forces. Elle ne pouvait encore une fois que subir en silence. Elle voulait partir, vite, mais elle n'y arrivait même pas. Elle était plantée là et attendait que le ciel lui tombe sur la tête. Le toit du cottage suffirait en fait. Juste de quoi lui remettre les idées en place ou encore de l'achever pour de bon. Elle jeta son regard sur le ventre arrondi de son amie pour s'apaiser et ne pas écouter Keenan qui s'adressait à Neldo comme on s'adressait à des sous-merdes. Et pourtant, elle devait l'écouter agir ainsi, elle devait le regarder faire ce qu'elle détestait, elle devait le voir tel qu'il était, un sang-pur suivant les conventions d'une société élitiste. Elle devait se persuader qu'il était tout ce qu'elle détestait, tout ce qu'elle ne pourrait supporter toute une vie. Mais pourquoi n'était-ce pas aussi simple ? Elle arrivait à le détester mais pour les mauvaises raisons, juste parce qu'elle l'aimait et parce que le détestait lui permettait d'y survivre. Et il se radoucit d'un coup, devenant l'homme attentionné qu'elle adorait. Foutu O'Broin.

Les yeux toujours rivés sur Nora, elle tressaillit en l'écoutant lui rappeler ses propres paroles... Pourquoi est-ce que son amie était plus forte qu'elle ? Pourquoi est-ce que nora réussissait à se souvenir des bonnes résolutions qu'elle avait elle-même prise alors qu'elle ne réussissait pas à les appliquer ? Keenan savait comment elle fonctionnait, il avait su quoi dire, quoi faire pour lui voler ce baiser et il aurait pu avoir plus, il aurait pu tout avoir... Pourquoi est-ce qu'elle n'avait tout simplement pas réussi à dire « Non » ? Elle était aussi fautive que lui, peut-être même plus. Elle murmura si bas qu'elle était à peine audible. « Il n'était pas seul... Je suis... trop... » faible ? Une cruche sans cervelle, voilà ce qu'elle était. Une de ces femmes qui ne savaient pas se contrôler et qui était prête à foutre leur vie en l'air sans raison. Elle se foutait en l'air toute seule, Keenan n'était que l'élément déclencheur. Elle n'avait eu qu'à dire « non » mais n'avait pas réussi. Son corps n'avait pas voulu qu'elle le fasse.

Du thé ? Un augurey ? Eireann leva les yeux vers Nora, quittant l'apaisante contemplation de son état avant de se rendre compte qu'elle n'était déjà plus à côté d'elle. Pourquoi ces mots lui semblaient soudain hors propos ? Elle risqua un regard vers Keenan et comprit qu'il n'avait pas la moindre envie de leur servir gentiment une tasse et de les regarder papoter bestiole. De toute façon, elle n'était pas capable de parler de quoi que ce soit. Pourtant, elle parlait beaucoup d'habitude, trop même. Mais là, il avait du engloutir tout son vocabulaire en l'embrassant. Elle pouvait encore sentir le goût de ses lèvres et le contact de ses mains. Elle se détestait pour ça. Nora était assise, Keenan debout à côté d'elle et elle savait bien ce qu'on attendait d'elle : qu'elle prenne place sur le sofa à côté de son amie, qu'elle parle normalement, qu'elle leur offre un sourire ou deux... Mais elle ne pouvait pas. Elle avait encore envie de pleurer ou pleurer encore. Elle ne savait plus, son corps était anesthésié, seul son coeur avait mal. Au terme d'un long effort, elle s'éloigna de Keenan et se rapprocha de Nora et de son aura réconfortante. Elle se baissa pour se mettre à sa hauteur et, les yeux rougis, les mains tremblantes, elle essaya de parler. « Je vais y aller Nora... Je reviendrai une autre fois pour... » Ne pas le croiser, ne pas le voir, ne pas l'entendre, ne pas le sentir près d'elle. « voir cet augurey... »

Elle se leva trop vite pour ne pas avoir à exploser devant elle. Oui, trop vite. Si vite qu'elle ne fit que cogner ses reins contre la table basse pour finir par s'étaler aux pieds de son amie. Là, elle ne se remit pas à pleurer, c'était bien trop pathétique, elle ne pouvait pas atterrir plus bas de toute façon. Et puis, c'était sa place, non ? Si bas qu'elle ne pourrait jamais atteindre tout ce à quoi elle rêvait. Elle n'avait presque pas envie de se relever et lançant une insulte en anglais à la table avant de rendre compte que là, elle était encore plus ridicule. D'habitude, elle parlait anglais et insultait en irlandais. Mais là, elle était sur ses terres, avec Keenan et Nora et l'insulte anglaise au milieu de se trop-plein d'irlandais était venue d'elle-même. C'était la première fois, elle était toute détraquée de l'intérieur, elle se perdait elle-même. Il fallait qu'elle réagisse. Elle se releva vite finalement, elle n'avait pas besoin qu'on l'aide, elle avait besoin qu'on la laisse se débrouiller enfin seule.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Ven 5 Oct 2012 - 2:12

En plus de congédier Neldo, elle l'opprimait de tous les reproches possibles, s'y méprendrait n'importe qu'elle visiteur sur l'objet de cet anathème contre son cadet. Il n'y avait eu rien d'autre que l'expression d'une affection particulière entre deux adultes et non l'exercice d'une contrainte par l'un sur l'autre. Keenan caressa le ventre de son aînée avec moins d'ardeur puis retire tout bonnement sa main comme elle persévérait à vouloir le diaboliser aux yeux d'Eireann, et comme elle s'écarta pour ne rien arranger à son impertinence. « Nora, nous sommes adultes, tu ne peux pas débarquer comme ça et passer tes nerfs sur nous... On était deux... Eire ! » mais habitée par l'embarras comme elle l'était l'irlandaise poufsouffle ne risquait en aucune manière de dodeliner favorablement de la tête à ses propos. Keenan s'entendit enjoindre d'aller préparer du thé, l'elfe qui s'esquivait sur recommandation de sa maîtresse rendait l'ordre inique et énorme comme une blague. Keenan appesantit les yeux sur Nora, « Je le fait parce ce que ton humeur est insupportable. » la vérité étant qu'elle verrait son verre de thé quand il déciderait de quitter la cuisine. 

Keenan pénétra dans la cuisine, ce à quoi il réchappait tenait dans la phrase qui s'expulsa de la bouche de la brune Ó'Broin, les créatures avaient d'intéressant d'êtres des créatures, et l'opulence de denrées d'une cuisine affriandait mieux ses papilles qu'un augurey ses yeux. Les moules dans lequel Neldo cuisit les cookies n'offraient rien d'autres que des oripeaux, tout près l'on trouvait de quoi les repaître, et l'idée d'enfourner ces délices au raisin traversa ses pensées. Il saisit la théière, et pendant que l'eau ébouillantait le contenant il s'appliquait à distinguer la voix d'Eireann, qui pour ne pas s'attarder auprès de la sang-pure parlait de s'en aller. Le tireur d'élite versa l'eau chaude mit le thé, il lui suffisait alors de remettre de l'eau et laisser infuser, un bruit accentué par le calme de la maison lui parvint du salon qui l'interrompit dans la préparation. Il entendit Eireann proférer des jurons et ne fut pas long à se ruer dans le salon pour l'apercevoir exsangue près de la table basse. 

En réprimant avec labeur un sourire qui menaçait de lui monter au visage il parcourut la pièce pour s'enquérir du comment pouvait-on choir près d'une table basse. Nora qui ne semblait pas en être la cause troublait tout de même son amie depuis son arrivée. « Eire, ça va ? » Son expression indiquait qu'on ne pouvait incriminer que le mobilier. Keenan ne put se contenir plus longtemps et s'égosilla, un rire de nervosité et d'accablement, un rire qui lui rappelait l'aguamenti, la saillie de l'eau, Nora qui gâche tout et qui l'admoneste, en plus de l'avoir trempé et qui n'aidait son amie que par des remontrances mêmes non formulées . « Tu ne t'es pas fait mal ? demanda-t-il une fois son calme retrouvé, il éprouvait trop d'affection pour la jeune femme pour s'époumoner plus longtemps. «  Nora, tu étais où aujourd'hui et pourquoi être rentrée si tôt ? » Il sourit à Nora, mais si provocant qu'était ce sourire mesquin la réponse ne pouvait qu'être inattendue. En secret mais de conserve avec Eireann il pensa qu'elle s'arrangeait pour effacer l'épisode de Pré-au-Lard, ce qui pour finir était naïf. Maintenant qu'arriverait-il une fois la poufsouffle partie, tout ne pouvait s'effacer, Nora ne présidait pas au destin de son amie. 

-Bon, le thé. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Dim 7 Oct 2012 - 17:28

    Est-ce qu’il était possible d’être plus stupide que Keenan à cet instant et plus mal à l’aise qu’Eireann ? Surement pas. Et Nora commencait à voir rouge alors qu’elle se relevait avec Eireann pour se tourner vers son frère.

      « Je suis chez MOI et je rentre quand je veux ! Et qu’est-ce que c’est que cette manie de passer du coq à l’âne ? Elle tombe et tu rigoles puis ca et puis le thé ? Mais qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ? Est-ce que Maman t’as bercé trop près du mur ou quelque chose comme ca ? »

    Par réflexe, sa main droite se posa sur son ventre rond qu’elle caressa alors qu’elle jetait un regard assassin à son cadet. Si elle pouvait l’étrangler, il était certain qu’elle le ferait. Aucun doute là dessus.

      « Episkey »

    Histoire d’éviter des bleus et autres petits problèmes pour sa meilleure amie.

    Mais toute son attention était toute consacrée à son idiot de frère qui ne méritait pas toute l’attention qu’Eireann lui portait. L’irlandaise mourrait d’envie de voir son frère et sa meilleure amie enfin ensemble mais là ? On aurait dit un gosse, un adolescent ne se contrôlant pas et ne pensant qu’à lui. Comment pouvait-il devenir ce genre d’homme ? Cela lui donnait envie de pleurer, rien de moins.

    Elle ne s’était rendue compte du changement de langue seulement quand Eireann s’était mise à jurer en anglais mais pas avant. Thomas était habitué à ses écarts quand elle ne se contrôlait plus. Après tout sa langue maternelle n’était pas l’anglais.

    Tout ca confortait son idée qu’il était celui des deux ayant poussé Eireann à se laisser aller dans ses bras malgré le fait qu’elle ait été très claire au pub. Il allait falloir qu’elle mette les choses encore plus claires avec Keenan une fois qu’ils seraient seuls et la discussion allait être houleuse.

      « Et au passage si tu écoutais un minimum ce que je dis, sache que j’ai dit où j’étais quelques secondes plus tôt et de toute manière ca ne te regarde pas et puis tu dois t’en ficher totalement vu que tu ne comprends rien aux créatures magiques... c’est d’ailleurd d’une tristesse incroyable... »

    Et elle fixa sa meilleure amie, un léger sourire aux lèvres.

      « Tu veux qu’on aille prendre l’air ? »

Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Mer 10 Oct 2012 - 19:49

Comme si la chute catastrophique de la Poufsouffle n'avait pas suffi, il avait fallu qu'il débarque et qu'il se moque gentiment d'elle, en riant franchement. Pourquoi est-ce qu'il avait fallu qu'elle naisse faible, naïve et maladroite ? Elle avait eu droit au pire des cocktails, un mélange qui faisait de sa vie un véritable enfer. Et Keenan qui en rajoutait une couche en reprochant à Nora d'être arrivée - parce que c'était bien ce que ça voulait dire - et de les avoir interrompus. Mais heureusement que son amie était arrivée pour l'aider à se réveiller ! Heureusement ! Sans ça, que se serait-il passé ? Elle aurait sûrement oublié toutes les raisons pour lesquelles elle avait décidé d'arrêter de le voir et de le laisser poser ses mains sur sa peau. Sans Nora, elle se serait encore plus détestée qu'à cet instant. A supposer que ce soit possible. Si elle n'avait pas été aussi chamboulée, elle aurait sûrement commencer à crier, à attraper des objets et à les lui lancer à la figure. Ou elle aurait déjà transplané. Elle ne l'avait pas encore fait parce qu'elle se souvenait de tout ce qu'on leur avait appris sur les accidents de transplanage avant de leur faire passer leur permis et elle n'avait aucune envie de finir totalement désarticulée ou même démembrée. Surtout à cause de lui.

Nora la soigna tout en criant sur son frère. Bien, elle criait presque pour deux, c'était déjà ça. Oui, qu'il aille faire du thé et qu'il lui rende son espace vital, elle en avait besoin. Il fallait qu'il mette de la distance entre eux parce qu'elle ne pouvait pas supporter d'être dans la même pièce que lui, elle ne supportait pas de respirer le même air et de le sentir si proche. Elle savait à quel point elle manquait de volonté quand il s'agissait de lui. Il fallait qu'il parte, qu'elle parte. « Je vais bien. » lâcha-t-elle simplement, se faisant violence pour ne pas ajouter qu'elle se sentirait bien mieux quand il repartirait préparer ce foutu thé que Nora lui avait demandé. Ses pensées commençaient à virer du mauvais bord. Eireann retrouvait clairement ses esprits et réaliser ce qu'il s'était passé et ce qu'il aurait pu se passer la mettait en colère. Contre Keenan mais surtout contre elle. Pourquoi est-ce qu'il fallait qu'elle tende l'autre joue ? Elle n'avait pas eu assez mal comme ça ? Déjà que son dos commençait à la faire souffrir. « Merci pour ton tact. Vraiment. J'avais oublié quel con tu pouvais être. » Et voilà, c'était sorti. Tant pis pour le selfè-control. Elle reprenait pied et ça ne lui plaisait qu'à moitié.

Elle se contenta d'étreindre Nora avec tendresse, comme pour faire une pause dans sa colère naissante. « Merci Nora. Il faut que j'y aille, tu sais bien que Grognard a du mal à laisser trop de temps libre aux professeurs. Il faut que j'y retourne. » Le contact du ventre rond de la sorcière lui fit chaud au coeur. Elle recula doucement et demanda d'un regard à son amie si elle pouvait toucher ce signe de vie poussant à l'intérieur. Elle posa doucement ses mains dessus et frissonna. « Tu es magnifique. Vraiment. Je suis heureuse pour toi, pour vous. Tu le sais, n'est-ce pas ? » La vie était quelque chose de sacré, quelque chose qui permettait de mettre un peu de bonheur dans ce monde où la mort était bien trop omniprésente. Voilà comment il fallait narguer la Grande Faucheuse, cette garce qui semblait toujours s'en prendre aux mêmes personnes : en lui montrant qu'elle ne pouvait pas toujours gagner et qu'il y avait toujours de l'espoir quelque part. « Je veux bien que tu m'accompagnes jusqu'au jardin. Si tu n'es pas trop fatiguée bien sûr. » Si elle l'était, ça ne se voyait pas tellement cette grossesse la rendait rayonnante. Cette image de Nora balayait toutes celles qu'Eireann avait gardé de l'époque où Tom n'avait plus été là, où chacun le croyait perdu à jamais. Sans même adresser un regard à Keenan - évitant de s'y brûler le coeur une nouvelle fois - elle lui lançant d'une voix oscillant entre le regret et le ton sec. « Au revoir Keenan. Essaie de ne pas te rater en faisant bouillir de l'eau. »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Lun 12 Nov 2012 - 3:54

Keenan accepta l'exaspération de sa sœur sans plus remuer la lippe. Qu'elle rentre de manière aussi furtive et rocambolesque dans la maison, qu'elle compisse d'eau le parquet de son cottage en n'oubliant pas d'humidifier son cadet dans le même élan, elle n'était jamais que chez elle. Il n'avait rien à objecter, pas même qu'il la trouvait parfois plus effrontée qu'auparavant. Il n'excluait pas que son amie soit peu disposée à parler de créatures magiques après ce comportement de mère outrée. Ce n'était plus la Nora qui ce ruait dans les toilettes à Pré-au-Lard pour rendre son repas et la boisson sous le coup de l'émotion. L'une passait pour avoir cédé sa colère à l'autre durant l'intervalle qui les séparait du cottage. Parce qu'au pub c'est la poufsouffle qui l'exaspéra, de son côté toutefois il n'y avait plus qu'un conseil avisé sur l'eau bouillante de la théière au lieu des reproches fatiguant lancés sans retenue quelques mois plus tôt dans un flot de larme. Keenan sourit à l'irlandaise, il s'imagina un instant la prier de demeurer encore un peu au cottage pour s'éviter un accident dans la préparation du thé. Cette pensée prit un sens nouveau alors qu'il posait les yeux sur elle, il ne se remémorait plus le dernier moment heureux qu'ils passèrent dans une cuisine. Sa mémoire agitait le plus souvent des souvenirs de cri, de larme, et de dispute comme s'il fallait se torturer avec ça. Il y songeait maintenant comme dans un éclair de lucidité, la proximité avait manqué à leur couple, si jamais il y en avait eu un après leur scolarité. La colocation n'avait pas non plus été la panacée même avec Jane.

-Il y a tant de choses à apprendre sur les créatures magiques, Le sarcasme sur ses lèvres conclut sa parlote. Il observa sa sœur avec défi avant de reporter son attention sur Eireann. Prends soin de toi. Je reviens… avec trois verres, fit-il en s'éloignant sur cette contradiction. Il n'y avait eu que Nora pour rétablir le temps mais la poufsouffle pouvait bien remettre à plus tard son départ. De la vapeur fuyait de la théière lorsqu'il retrouva la cuisine. Keenan s'intéressa au placards des ustensiles, il coulissa un tiroir une fois la portière ramené vers lui. Entre les louches et autres couverts en argent, il préleva les cuillères. Toujours au niveau de sa tête il tendit le bras pour quérir les récipients dans un placard contigu. La théière prit place sur le plateau qu'il enleva de son rangement. Elle côtoyait les ustensiles, les verres, un bocal opaque de miel fait maison, et un autre de sucre. Keenan leva le plateau à deux mains puis se détourna du plan de travail pour retourner au salon. En tenant garde de ne pas déséquilibrer le plateau il saisit des serviettes brodés sans ralentir pour autant, avant de franchir le seuil de la cuisine. Comme les fauteuils avaient été repeint par Nora, non pas de peinture mais d'eau, et que plus tôt on se plaisait à s'y embrasser dans une totale insouciance, il se dirigea vers le jardin.

Le serpentard termina son service en disposant le plateau sur la table ovale dans le jardin. Le voisinage de fleurs chamarrant l'alentour et la chorale suraigu des oiseaux parachevait le cadre grandiose de la maison. le soleil n'attendait pas le mois d'Août pour enrichir le jardin de ses filaments d'or. Il en vint presque à regretter les lieux. Avant la dévastation du Chemin de Traverse il jouit d'une grande tranquillité. «Le thé, mesdames. » Il s'assit pour contempler les papillons papilloter dans le ciel. La pluie, la bière, l'aigreur, tous s'effaçaient au profit du soleil, du thé, et de ce qui ressemblait au moins à de la bonne humeur. Keenan saisit la théière pour inonder les récipients. Il combla le verre de son aînée en premier puis celui de la poufsouffle. Il se servi à son tour puis enleva aux bocaux leurs couvercles. «Levons nos verres, à ton fils, Nora, celui de Tom.» Buvant sa gorgée de thé il dévisagea Eireann du regard, tendrement. Il n'avait pas beaucoup plus envie de pavoiser à cet instant que les oiseaux de cesser leur mélodie dans leur milieu d'arbres et de feuillages, ou perchés sur les rebords du toit de chaume. Keenan scruta l'azur des yeux de Nora en souriant.

-Tu t'es déjà demandée ce que fabriquait Neldo dans le grenier ? Je n'ai jamais osé le déranger. Peut-être qu'il rédige les chroniques du cottage. Délicieux ce thé… Il ajouta à l'arôme savoureux le miel fait maison de l'elfe. « C'est mieux de l'ajouter une fois le thé tiède, tous les irlandais savent ça. C'est certainement une connerie aussi. » Il goûta son thé mielleux, son palet s'émerveilla aussi vite que la liqueur coulait dans sa bouche. «Comment ça se passe Poudlard ? Ton poste échoit à Eire, c'est ça ? Il posa son verre, vide à moitié. «Et que devient la direction de Serpentard, dis-moi ? » Ce n'était pas important mais évoquait-on aussi souvent sa vie dans ce cadre là, sans le stress pour vous cueillir. Eire, elle, n'avait pas été loquace plus tôt dans l'après-midi, peut-être aurait-t-elle envie de l'informer sur sa vie ces derniers mois, hormis sa mésaventure entre les mains de fanatiques. Quant à Nora, s'il se pouvait qu'elle soit affectée par la discorde avec son père elle n'en laissait rien paraître. Il songeait à en discuter mais le sujet impliquait qu'elle y pensa aussi. Keenan reprit son verre et entre deux gorgées scrutait tantôt le paysage, tantôt sa soeur et Eire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Eireann Callaghan
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté Dim 25 Nov 2012 - 15:02

Il n'était pas croyable, il agissait comme si tout était normal, comme si les choses avaient simplement suivi leur cours. Est-ce qu'il était seulement conscient de ce qu'il venait de se passer ? Est-ce qu'il avait compris qu'il venait une nouvelle fois de lui faire perdre ses repères et sa raison ? Visiblement non et elle le détestait pour ça, pour tout. Elle le détestait pour ce qu'il était, pour ce qu'il avait fait d'elle et ce qu'il pouvait encore faire. Eireann essayait réellement de l'oublier, depuis des années, mais à chaque fois qu'elle avait l'impression de toucher au but, il venait frapper son coeur si fort qu'elle en souffrait encore plus. Comment tout cela était-il possible après autant d'années ? Pourquoi lui avait-on dit que le temps guérissait les blessures de l'âme si ça n'était pas vrai ?

Eireann ne voulait pas de thé, elle voulait partir, rentrer chez elle, se rouler dans ses couvertures et laisser sa mère lui apporter un chocolat chaud ainsi qu'un morceau de gâteau. Mais c'était à Poudlard qu'elle devait rentrer ce soir, c'était là-bas qu'elle allait passer sa nuit, seule dans ses appartements. Ou dans les couloirs du château si on avait un tour de garde à lui refiler. L'irlandaise suivit Nora dans le jardin. Elle se sentait bête et honteuse. Bête parce qu'elle s'était laissée une nouvelle fois prendre au piège comme une gamine. Honteuse parce que c'était Nora qui avait été témoin de sa faiblesse chronique. Nora était son amie, elle ne la jugerait pas, elle en était bien consciente mais Keenan était son frère et surtout, elle s'était retrouvée là en avril, quand Eireann avait explosé. Comment pouvoir garder la tête haute alors qu'elle avait crié haut et fort quelques mois plus tôt que c'était fini ? Rien n'était fini, elle n'y arrivait pas. Elle allait devoir se battre encore plus violemment contre elle-même. Pour une fois, elle allait devoir laisser de côté ses sentiments et essayer de mettre sa raison en avant. C'était tout sauf Callaghan d'agir ainsi mais elle n'avait plus le choix. Elle devait le faire si elle voulait enfin s'en sortir.

« Je vais vraiment y aller Nora, il faut que je rentre. Grognard ne tolèrera pas de retard. » Eireann ne mentait pas, la concierge de Poudlard la fustigeait sans cesse pour ses retards. La sorcière avait parfois l'impression d'être une élève à qui on imposait un couvre-feu, c'était tout bonnement insupportable. « Je te promets de revenir dès que possible pour qu'on puisse discuter tranquillement toutes les deux, que tu me racontes comment ça se passe, comment ça va. » Elle sourit tristement et regarda le ventre de son amie. Un bébé viendrait éclairer ce monde bien trop sombre. « Là ce n'est juste pas possible. » Lâcha-t-elle, faisant clairement comprendre que ça n'avait rien à voir avec le fait qu'elle était attendue au château. Elle n'était pas capable de faire semblant aujourd'hui, elle ne réussirait pas à rester et partager une discussion agréable avec son amie et Keenan. Si elle restait, elle aurait simplement envie de tordre le cou à Keenan, de pleurer, de hurler et de prendre le beau service à thé de Nora pour l'envoyer s'écraser contre le sourire arrogant du grand brun.
Malheureusement, l'arrivait de Keenan l'interrompit. Il portait trois tasses, il avait l'air satisfait de son incroyable talent pour faire du thé et Eireann pouvait voir dans les yeux de la femme enceinte qu'elle la suppliait de ne pas partir sur un nouveau coup d'éclat. Nora avait raison. Fuir une nouvelle fois dans cet état ne ferait que rendre les choses encore plus complexes. « Juste le thé... » souffla-t-elle à l'oreille de Nora avant de l'aider à s'asseoir puis de prendre place à côté d'elle. Elle contempla le jardin plutôt que celui qui était la source de ses angoisses. Elle dut reporter son attention sur lui malheureusement, pour se forcer à lever son verre. Oui, à Nora et Tom et au petit bout à venir. Il la dévisageait, elle soutint son regard quelques instants avant que ça ne soit lui qui détourne les yeux vers son aîné. Elle n'arrivait pas à savoir ce qu'il pensait, ce qu'il voulait, ce qu'il attendait d'elle. Peut-être était-ce mieux comme ça, ne pas savoir et ne pas chercher à trouver une explication à tout ça.

Eireann profita de l'incohérence des propos de Keenan pour refroidir discrètement son thé d'un coup de baguette et l'avaler d'une traite, frôlant l'étouffement au passage. Elle posa sa tasse vide en essayant de ne pas faire de bruit. Il était incroyable. Neldo, le thé, le miel, à nouveau Poudlard. Qu'est-ce qu'il cherchait ? N'était-il tout simplement pas capable de parler franchement ? Non, bien sûr, Nora était là. Il devait faire croire que tout cela l'indifférait, ne pas montrer ses faiblesses à d'autres s'il en avait. Du pur O'Broin dans toute sa splendeur. Sûrement qu'au fond, il s'en moquait réellement. Il avait peut-être juste essayé une nouvelle fois de l'attirer dans ses draps parce qu'un simple employé du service des Jeux Magiques devait moins attirer les filles qu'un tireur d'élite. Pauvre Keenan, pauvre Eire. Incapables de réussir à s'accorder sur quoi que ce soit, tout juste bons à se déchirer encore et toujours.
Elle se leva alors et se tourna vers Nora. « Je suis déjà en retard. Je repasserai dans la semaine. » Elle se pencha vers elle et l'étreignit, trop longtemps peut-être. C'était le réconfort dont elle avait besoin en cet instant. La sorcière la libéra et se tourna vers Keenan. Peut-être qu'il était temps de lui dire enfin adieu. Ils ne s'étaient pas hurlés dessus cette fois. Finir sur une touche moins violente serait le meilleur moyen de rendre les regrets moins consistants. Elle inspira longuement avant de se diriger vers lui. Il se leva, peut-être chercha-t-il à protester mais elle ne le laissa pas faire. Elle le serra simplement dans ses bras, furtivement, avant de rapprocher ses lèvres de son oreille. « Adieu Keenan. Prends soin de toi aussi. » Se détachant de lui au plus vite, elle transplana chez ses parents.



Spoiler:
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Irish pride... ft Keenan & Ailionora Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Irish pride... ft Keenan & Ailionora
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations