Un élève qui part ne s'efface pas de la mémoire de son professeur || PV Jules Pritchard



 



Un élève qui part ne s'efface pas de la mémoire de son professeur || PV Jules Pritchard
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Hors des murs :: Serres
avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 9 Juil 2012 - 15:13

Fin juin 2020

Eireann était dans les serres, elle rangeait encore le matériel utilisé au cours de l'année avec un pincement au coeur : l'année prochaine, elle n'enseignerait plus la Botanique et, contre toute attente, ça lui manquerait. Bien sûr, elle reprendrait une matière dans laquelle elle était bien meilleure mais elle avait aimé enseigner les bases de la nature verte à ses élèves. Elle regarda en souriant les pots contenant les plantes qu'avaient du faire pousser les élèves. Certaines avaient une tête atroce alors que d'autres étaient superbes. Eireann regrettait que les élèves ne soient pas venus chercher leurs travaux : c'était le fruit de leurs efforts qu'elle avait sous les yeux et elle était persuadée que ça n'aurait pu que leur faire du bien de récupérer ces plantes. Mais ils étaient tout prêts à partir, à faire une dernière fois la fête avant de prendre le Poudlard Express et de rentrer profiter de l'été pour fêter leurs diplômes et, pour les septièmes années, leurs débuts dans le monde du travail.

D'ailleurs, elle attendait Jules Pritchard, une élève brillante et très agréable qui avait envie de poursuivre sa formation dans le domaine des bébêtes. Nora étant prise par son état de femme enceinte, Eireann avait décidé de conseiller la jeune fille. De plus, Eireann connaissait assez bien le propriétaire du zoo magique, Deke Storm, et elle comptait aider la jeune poufsouffle à travailler son entretien d'embauche et sa lettre de motivation. Elle allait écrire aussi une lettre de référence pour elle sans avoir à se forcer. Jules avait fait partie de ses élèves de dernière année préférés. Il y avait eu Callista Malefoy, une petite sorcière qu'elle avait d'abord cru peste à outrance et qui en fait s'était révélée bien plus profonde que ça; il y avait eu la jeune O'Ryan avec qui elle avait partagé une mission et qui elle aussi avait développé un amour pour les bestioles. Elle ne les reverrait sûrement plus après Poudlard puisqu'elle serait coincée ici et eux dans le monde extérieur mais elle savait que sa chouette saurait les trouver pour prendre de petites nouvelles d'elles. Et puis elle aurait d'autres élèves l'année suivante, elle trouverait bien d'autres petits amours à faire progresser.

Eireann vit une silhouette se diriger vers les serres et la chevelure blonde ne pouvait pas la tromper : Miss Pritchard arrivait. Elle prit son carnet de notes où elle avait aligné les points qu'elle prévoyait de citer dans la lettre de référence et alla à la rencontre de la jeune fille à l'entrée de la serre. « Bonjour Miss Pritchard. Venez vous installer avec moi. » Elle ferma la porte de la serre et entraina la jolie blonde vers une table d'élève où se trouvait deux chaises, deux verres, quelques biscuits et une bouteille de jus de citrouille. « Asseyez-vous et n'hésitez surtout pas à vous servir dans le plat. » Eireann n'avait heureusement pas fait les gâteaux elle-même - elle était une catastrophe - et les elfes de maison du château avaient été des amours. Elle servit un verre de jus à Jules et le lui tendit en souriant. « Alors, pas trop affectée par la fin de votre aventure à Poudlard ? » Elle se souvenait trop bien de son propre départ du château, un départ où s'étaient mêlés excitation et tristesse... Ses années à Poudlard restaient parmi les plus belles années de sa vie, celles où l'insouciance lui avait encore été permise, celles où elle avait fait les plus belles rencontres, celles où son rang n'avait pas eu encore trop d'impact sur sa vie.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 15 Juil 2012 - 16:16

    La fin était proche, les ASPIC étaient passés et j’en attendais patiemment les résultats. Je ne me faisais pas de soucis au niveau de la botanique et des soins aux créatures magiques mais le reste … C’était une autre histoire. J’avais une peur bleue que ma maladresse me coûte mon diplôme de sortilège et compagnie. Habituellement les belles histoires se terminaient par le fameux « ils vécurent heureux et blablabla », je faisais sans aucun doute exception à la règle. J’appréhendais la suite, ma sortie de Poudlard, mon futur était flou. Je n’avais guère de choix pour mon avenir, j’aurai sincèrement aimé enseigner au château quand mon tour serait venu mais j’avais contrecarré mes plans toute seule. Félicitation Jules. Alors après maintes et maintes réflexions, je décidais de poser ma candidature au zoo magique de Londres pour rester au contact de la faune et de la flore magique, bouger un peu partout, je ne m’imaginai pas rester clouer derrière un bureau cinq jours sur sept. C’était le genre de job parfait pour une fille comme moi, fauchée, sans attache et sans son propre chez-soi. Alors le laisser filer … hors de question ! Néanmoins, je n’avais eu d’expérience professionnelle à proprement parler, je n’avais plus l’aide de papa-maman pour me débriefer et m’aider à être la meilleure lors de la série d’entretien d’embauche. Instinctivement, donc, je m’étais adressée aux professeurs les plus aptes à m’épauler et surtout en qui j’avais confiance. Et ce fut Miss Callaghan qui croisa ma route la première, professeur de botanique et future titulaire des soins aux créatures magiques. Une sacrée chance. Le rendez-vous fit pris quelques jours plus tard.

    Jour J. Pour ne pas mentir, j’étais légèrement stressée. Beaucoup de choses allaient se jouer cette après-midi. Je descendis les marches du château à la volée en direction des serres où l’on m’attendait. Eireann prit les devant et vint à ma rencontre. « Bonjour professeur Callaghan. Encore merci de me recevoir, j’espère ne pas être trop en retard. » M’excusais-je haletante. En effet, je n’avais guère fait attention à l’heure depuis mon retour de la grande salle pour le repas de midi. Je m’étais mise en tête de commencer à trier mes affaires avant l’heure fatidique de faire les valises. Ce n’était pas que je ne voulais emporter tous ces souvenirs mais plutôt que je n’avais pas de quoi les ranger ou les stocker une fois dehors. J’avais beau être dans une merde noire, j’étais toujours déterminée à ne pas revenir ramper à genoux devant papa et maman Pritchard. Nous nous installâmes autour d’une table qu’elle avait dû dresser exprès pour l’occasion. Je fus touchée par l’attention. « Merci beaucoup mais il ne fallait pas vous donner tout ce mal ! » J’eu même le droit à un bon verre de jus de citrouille, un régal. « Alors, pas trop affectée par la fin de votre aventure à Poudlard ? » La question fatale. Elle ne croyait pas si bien dire. Et honnêtement je n’étais pas du genre à exposer mes galères au grand public bien que je me doutais que la triste histoire des enfants Pritchard ait fait plus d’une fois le tour du château avec Lila et Caleb qui l’avait quitté depuis un an et ce morveux de Gedeon qui était toujours là … Ah lui par contre, ça allait être une joie de ne plus le croiser tous les jours. J’optais plutôt de faire passer la pilule le mieux possible, je bus une gorgée du doux breuvage avant de reprendre. « En fait j’ai dans l’idée de camper dans la forêt interdite cet été, bien que je doute que cela plaise à Madame Lewis » j’échappai un léger éclat de rire avant de reprendre mon sérieux « A vrai dire j’ai encore du mal à réaliser que la fin approche à grands pas. Je resterai bien une année de plus, ça va me manquer tout ça. » Répondis-je en regardant autour de moi. Soupire. Pensive, je laissais glisser mon doigt sur le bord du verre. « D’ailleurs je n’ai jamais eu l’occasion de vous remercier pour ces années d’enseignement, ça m’a beaucoup apporté. Et puis entre nous, vous êtes probablement l’un des meilleurs membres du corps enseignant ici ».
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 17 Juil 2012 - 13:56

Eireann ne savait pas tout des histoires de ses élèves mais elle savait que la jeune Pritchard n'avait pas vécu que des choses faciles. Elle avait entendu parler de problèmes de famille, de déchirement aussi. Il suffisait de regarder la liste des élèves restant au château durant les vacances en dehors des prisonniers pour comprendre que certains n'avaient plus vraiment de famille. Eireann avait ça, elle, une famille soudée et aimante, une famille sans qui elle ne serait rien et qui l'aidait à avancer chaque jour, qui faisait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui. Jules avait été une élève discrète et brillante au cours de l'année. Elle ne doutait pas que la jeune fille ait réussi haut la main son examen de Botanique, de même que pour le Soin aux Créatures Magiques - Nora lui avait parlé d'elle - et d'après ce qu'elle avait entendu auprès des autres professeurs, il n'y avait pas trop de soucis à se faire pour le reste.

Voir Jules camper à Poudlard n'avait rien de dérangeant, bien au contraire. « Je suis certaine que si vous disiez à la Directrice que vous voulez rester pour m'assister tout l'été, elle serait d'accord. » dit Eireann à Jules en étant sérieuse mais en souriant. Elle se serait bien vue faire équipe avec cette petite et Nora l'année suivante, elle avait le potentiel requis pour ça. Elle comprenait le sentiment de flottement de Jules, elle avait vécu la même situation à son âge. « Vous allez avoir besoin d'un peu de temps pour vous y faire mais votre nouvelle vie d'étudiante va vite vous prendre tellement de temps que vous n'aurez même plus l'occasion d'y penser et, sans que vous vous en rendiez compte, Poudlard sera devenu l'un des plus beaux souvenirs de votre vie. » Elle offrit à Jules un sourire compatissant avant de siroter son propre jus de citrouille. Les paroles de la jeune fille la firent rougirent et la touchèrent vraiment. Elle ne se considérait pas comme l'un des meilleurs professeurs de l'école, loin de là, mais elle était contente d'avoir pu aider les élèves et surtout de les avoir aidés à s'intéresser à la botanique. Jules avait été douée dès le départ et Eireann n'avait pas eu l'impression de lui apporter quoi que ce soit cependant. « N'exagérez pas miss Pritchard, je n'ai fait que pointer du doigt vos capacités pour que vous puissiez les exploiter au mieux. Je ne doute pas de votre réussite dans le monde professionnel, sachez-le. Merci de m'avoir permis de prendre plaisir à enseigner au cours de cette année. » Elle n'aurait jamais pensé que professeur pouvait être un métier pour elle jusqu'à ce qu'elle ne l'exerce. Si elle avait choisi cette voix par défaut, aujourd'hui, elle s'y plaisait réellement.

Elle avala une patacitrouille et laissa le parfum se diffuser sur ses papilles. Il était loin le temps du Poudlard Express dans lequel elle et Jane se gavaient de bonbons en faisant des plans sur la comète... Mais elle ne regrettait rien. Et puis elle devait se concentrer sur son élève et pas sur ses lointains souvenirs. « alors, vous êtes toujours intéressée par le Zoo Magique de Londres ? Vous avez pris contact avec monsieur Storm ? » Elle savait que Jules avait émis cette idée quelques temps auparavant et elle voulait lui filer un coup de pouce. Eireann connaissait suffisamment Deke pour lui parler de Jules et lui conseiller de l'engager. Il avait souvent demandé à l'irlandaise de venir travailler avec lui mais elle avait toujours cordialement refusé. Elle avait tellement aimé son poste au Ministère qu'elle n'avait même jamais considéré cette offre avec sérieux. Lorsqu'elle avait perdu son emploi, Eireann n'avait même pas songé à le contacter tellement elle était sonnée. Elle avait préféré suivre Nora à Poudlard pour s'enfermer dans une petite bulle protectrice. Elle ne se voyait pas travailler au zoo maintenant qu'elle avait goûté à l'enseignement mais le poste serait parfait pour son élève, elle n'en doutait pas un seul instant.



♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 22 Juil 2012 - 13:14

    Me rendre dans les serres à la rencontre de la jolie Eireann ne faisait qu’accentuer cette boule au ventre que j’avais déjà depuis quelques semaines. Une sorte d’angoisse je présume. Me retrouver face à elle pour disserter sur mon futur rendait d’autant plus réel la fin de ma scolarité à Poudlard. Et malgré une dernière année des plus calamiteuses face aux nombreux retournements de situation dans le monde magique, j’allais regretter tout ça. J’avais bien envisagé de redoubler d’une quelconque façon mais j’étais beaucoup trop perfectionniste pour m’auto-saboter. Un véritable casse-tête chinois mais lorsqu’il faut se rendre à l’évidence … J’évoquai une de mes idées loufoques pour éviter de quitter le château : faire mon petit feu de camp dans la forêt interdite. Après tout j’aurai été comme un poisson dans l’eau là-bas entourée de la faune et de la flore qui me passionnaient en tout point. Rien de bien sérieux bien entendu, j’utilisais seulement une manière détournée pour éviter les flots incessants de larmes.

    « Je suis certaine que si vous disiez à la Directrice que vous voulez rester pour m'assister tout l'été, elle serait d'accord. » Je relevai la tête, un sourire s’était dessiné sur mes lèvres. Bien que je n’y songeais pas sérieusement, c’était une assez bonne option au final. Et puis assister la grande dame qu’était la Callaghan serait une expérience drôlement enrichissante. J’aurai pu trépigner sur place, sauter partout comme une puce … mais c’était sans compter cette petite voix dans ma tête qui ne cessait de me répéter « tu as échoué en SMDC Jules, tu as échoué délibérément, tralalalalère » tss, qu’est-ce qu’on pouvait être naïf et con à quinze ans, j’avais réussi à ruiner mon avenir en l’espace de quelques secondes. J’étais d’un pathétique … Mon rictus s’évanouit peu à peu. « J’en doute, j’ai loupé mes BUSES de SMDC … Sinon j’aurai sans aucun doute sauté sur l’occasion de me faire une petite place dans le corps enseignant dans quelques années » répondis-je maussade. Non pas que mes nouveaux plans d’avenir ne me convenaient pas, j’étais seulement persuadée qu’au fond j’aurai été beaucoup plus épanouie à Poudlard à transmettre mes connaissances à la relève. « Mais c’est sûr et certain que mon séjour au château restera mon plus beau souvenir » Ah, j’étais déjà nostalgique avant l’heure. Ce n’était pas seulement le fait de quitter le château mais aussi les amis que je m’y étais fait. C’était un tout et le reste n’était pas des plus réjouissants au vu des Pritchard qui tombaient en lambeaux.

    Les mots d’Eireann me faisaient un bien fou. Je n’avais jamais eu une confiance trop excessive en moi –il faut dire que les évènements de la vie ne m’avaient guère aidé- ni même eu une détermination exemplaire et des ambitions sans pareilles. Au stade où j’en étais arrivée, sans réelle famille à l’exception de Lila et sans une centaine de galions à Gringots, je me laissais seulement portée au grès du vent, j’atterrirai là où je le devrais … je n’étais pas très optimiste non plus, tiens. Alors m’entendre dire que je n’avais pas de soucis à me faire vis-à-vis de mon avenir en tant que sorcière active était réconfortant. Je n’avais pas eu –comme beaucoup- une mère ou un père qui était derrière moi à me soutenir et croire en mes capacités. « Au contraire, cela montre que vous portez un réel intérêt à chacun de vos élèves. Je dirai plutôt que vous êtes bien trop modeste et non moi qui exagère » Je bus une nouvelle gorgée de jus de citrouille. Mon ton s’était fait doux je ne cherchais pas à lui faire un affront quelconque. Miss Callaghan était vraiment une bonne professeure le genre qui fait ce boulot pour l’amour de l’enseignement, pas comme certains qui n’étaient là que pour avoir leurs galions à la fin du mois et venez faire classe à reculons. Du moins c’est ainsi que je l’avais toujours vu. « Merci mais j’avoue ne pas être aussi confiante que vous quant à la suite » et inévitablement le sujet majeur de ma visite fut mis sur le tapis ; mon souhait d’intégrer le zoo magique de Londres –mon deuxième choix mais non des moindres-. Si j’avais pris contact avec Monsieur Storm ? « Je me suis renseignée sur le poste en question mais je ne l’ai pas encore contacté directement. Je me suis dit que ça ferait plus sérieux si je me présentais avec les résultats de mes ASPICS, je n’ai pas encore eu de réelles expériences professionnelles j’ai un peu peur que cela m’enlève toute crédibilité. » moi et mon éternel manque de confiance. « Qu’est ce qui est le mieux d’après vous lui envoyer un hibou avec mes motivations ou y aller au culot et aller le voir directement ? Pfiou, je ne sais pas du tout comment m’y prendre » Je grimaçai. Je devais avoir l’air d’une parfaite idiote.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 23 Juil 2012 - 10:53

Eireann fronça les sourcils lorsque Jules aborda les résultats aux examens. « Ne vous inquiétez pas trop pour des résultats que vous n’avez pas encore Miss Pritchard, vous pourriez être agréablement surprise le jour de la réception de la lettre cet été. » Eireann ne se souvenait plus très bien si elle avait été surprise ou non par ses réultats : elle avait cartonné en botanique et bébêtes, elle s’était bien débrouillée en SMDC, en potions aussi… Mais c’était son côté poufsouffle qui avait tout fait : elle avait travaillé d’arrache-pied pour obtenir ces résultats. La Botanique et les Créatures étaient des matières où elle avait eu une aisance naturelle mais elle avait vraiment travaillé pour le reste – et puis elle était tombée sur un sujet concernant les mandragores à l’examen pratique de botanique alors elle n’avait pas eu à trop forcer. Il fallait vraiment que Jules attende de recevoir ses résultats avant de se laisser abattre : tout était déjà joué mais elle ne pouvait pas savoir si elle avait réussi ou non. Enfin, on le savait toujours un peu en général… « Sachez que c’était une offre de stage sérieuse si jamais l’envie vous prend de revenir ici pour de bon. » ajouta simplement Eireann pour ne pas trop enfoncer le clou en continuant le sujet des notes.

Eireann eut du mal à ne pas rougir quand son élève insista sur l’efficacité de son boulot et se concentra sur le futur de la jolie blonde pour pouvoir éviter de se sentir pousser des ailes. « Il ne faut pas hésiter à enfoncer les portes, Miss Pritchard, personne ne le fera pour vous, sachez-le. Dans la vie et surtout dans le contexte actuel, c’est un peu chacun pour soi et il faut se prendre en main. La vie est un défi qu’il faut relever mais si vous ne vous en donnez pas les moyens, vous n’avancerez pas et vous aurez des regrets toute votre vie. » Eireann avait poussé des portes, ouvert des fenêtres et avait obtenu le poste de ses rêves au Ministère. Elle était douée, ambitieuse et bosseuse : en basique quatre, elle aurait pu obtenir un poste plus qu’acceptable au bout d’une dizaine d’années. Un poste encore plus haut placé si elle avait épousé un sang-pur – Oh voilà là le « si » qui lui rappelait bien gentiment que la vie avait tout fait depuis le début pour l’empêcher d’être heureuse – et si elle s’était évertuée à tout faire comme une bonne petite sorcière. Elle aurait pu faire de grandes choses mais Kark était passé par là et avait anéanti ses plus maigres espoirs. « Je vous conseille de commencer à prendre contact avec Monsieur Storm au plus vite en vous présentant directement au zoo : vous pourrez ainsi vous introduire, lui dire que vous attendez vos résultats avec confiance – ou non si vous avez peur d’aller trop loin – et commencer à vous mettre en place. Si il accepte de vous parler un peu du boulot, de voir avec vous ce que vous savez faire, peut-être que même si vos résultats ne sont pas à la hauteur de ce qu’on demande pour le poste, Deke Storm se débrouillera pour vous engager. Il est très influent et surtout, le zoo lui appartient. » Eireann savait à quel point Deke aimait être flatté. Elle avait passé des heures à l’écouter parler bestioles et avait bien compris à quel point il aimait ça. « Deke Storm aime partager son savoir et si vous l’écoutait suffisamment longtemps, il dénichera peut-être en vous sa future élève parfaite. » Eireann resservit un verre à Jules avant de remplir son propre verre.

« Je vais en plus vous faire une petite lettre de recommandation et je sais qu’il m’appellera pour que je vienne discuter de vous avec lui. Il ne me l’avouera jamais mais non petites conversations lui manquent, j’en suis certaine. » dit-elle en accordant un clin d’œil complice à Jules. Elle se pencha alors vers son élève et baissa la voix pour rendre sa confidence plus théâtrale. « Et si ça ne suffit pas, il ne nous restera plus qu’à psalmodier quelques incantations pour l’envoûter et vous faire engager quoi qu’il arrive. » Elle se remit droite en souriant franchement avant de boire une bonne gorgée de jus de citrouille.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 29 Aoû 2012 - 15:13

    Ah les notes des examens … le sujet qui fâche. Je n’avais jamais eu vraiment confiance en moi, un trait que je n’héritais ni de ma mère ni de mon père, c’était sans doute leur cruauté à mon égard qui m’avait rendu ainsi. Bref cela n’aidait pas à mon stress permanant quand à ces résultats. Seuls la botanique et le soin aux créatures magiques m’étaient assurés, je veux dire ces deux-là étaient du gâteau pour moi. Je connaissais la majorité des bébêtes sur le bout des doigts de même pour les plantes vertes en tout genre. Oui, là-dessus je ne doutais pas. Les autres en revanche … Ma maladresse me jouera surement des tours, je ne comptais même plus mes échecs à cause de mes gestes trop brusques ou brouillons. Une vraie plaie. « Je pense avoir réussi votre examen ainsi que celui de madame Macnair haut la main, le reste en revanche … » J’esquissais une légère grimace. J’avais beau avoir travaillé d’arrache-pied, cela n’effaçait en aucun cas mes doutes. Allez Jules, courage, plus que quelques semaines à attendre, suspense. Suite à mon idiotie de vouloir camper au beau milieu de la forêt interdite, Eireann confirma son offre de stage. J’en étais flattée, touchée même. Je doutais fortement que les professeurs de Poudlard proposaient ainsi des stages à tour de bras. Je lui adressais un sourire entendu gardant bien ce privilège en mémoire. Le château me manquerait, l’envie d’y retourner me titillerait bien à un moment ou à un autre et puis si jamais je ne faisais pas l’affaire au zoo cela me réconfortait de savoir que j’avais un autre point d’atterrissage. « Je m’en souviendrai » soufflais-je avant de porter le verre de jus de citrouille à mes lèvres.

    Certes la Callaghan était mon professeur mais en lui confiant mes peurs et mes angoisses quant à mon entrée dans le monde du travail me faisait la voir sous un nouvel angle, un peu comme une « amie ». Jamais encore je n’avais évoqué celles-ci à voix haute les laissant tournicoter dans mon esprit depuis plusieurs semaines déjà. C’est dans ce genre d’instants que j’aimerai avoir une vraie mère à mes côtés, vous savez cette présence rassurante, ces étreintes réconfortantes … Bien sûr il y avait Lila mais ma cousine était bien trop affairée à ses études au sein de Sainte Mangouste pour exiger de sa part une après-midi en sa compagnie. Bref. Eireann avait raison sur toute la ligne, je ne pouvais compter que sur moi-même je devais cesser de me poser des questions et foncer, arrêter de me lamenter sur mon sort. J’acquiesçais d’un signe de tête en me jurant de faire de mon mieux. Après tout, elle avait bien dit que j’avais les capacités requises au moins une personne qui croyait en moi. Le sujet du zoo vint bien vite sur la table. Je buvais les paroles de mon professeur, il n’y avait personne de mieux placer qu’elle pour me parler de Deke Storm vu qu’elle le connaissait. Je devais donc aller me présenter au plus vite, très bien j’en prends note. « Je m’y rendrai dès la semaine prochaine donc » dis-je songeuse alors que je réfléchissais à mon emploi du temps post-Poudlard qui restait désespérément vide, dieu que je n’avais pas envie de quitter cet endroit … Plus que quelque petits jours seulement … « J’espère être assez convaincante pour qu’on en arrive déjà là mais je pense que mes connaissances de la faune et de la flore sont de sacrés atouts pour obtenir le poste. Sans faire preuve de prétention bien entendu. » Voilà, la seule chose en laquelle j’avais confiance, mes connaissances sur le sujet. « S’il disserte sur ces spécimens d’exceptions, il aura toute mon attention ! » plaisantais-je. J’avais déjà visité le zoo magique dans le passé et connaissais chaque espèce qui s’y trouvait mais j’avais encore tellement à apprendre … nul doute que son propriétaire serait un bon professeur.

    J’avais eu de la chance de tomber sur un prof comme Eireann, rares étaient ceux qui se donnaient corps et âme dans leurs boulot au point de se décarcasser pour leurs élèves. Au contraire, beaucoup se contentaient d’enseigner et quittaient leurs salle de cours malgré les incompréhensions des élèves une fois l’heure écoulée … Ouais, j’étais vraiment chanceuse sur ce coup. Une lettre de recommandation. Huh, je resterai sans voix manquant de m’étouffer avec une gorgée de jus de citrouille. J’éternuais plusieurs fois haletante avant de reprendre mon souffle. Avais-je bien entendu ? Une lettre de recommandation ? C’était énorme, vraiment. Je la regardais avec des yeux éberlués. « Je, je … Merci, merci infiniment ! Mais ne vous sentez pas obliger, je veux dire, je ne suis pas venue ici dans ce but. » Tentais-je d’articuler malgré que je balbutiais sous l’effet de la surprise. Décidemment, je ne m’étais pas trompée sur la Callaghan. Cette dernière se pencha vers moi par-dessus la table et me glissa à l’oreille que nous pouvions toujours envouter Storm si les recommandations ne suffisaient pas. Je laissais quelques éclats de rire. « Je ne vous imaginais pas aussi sournoise professeur ! Mais il va de soi que je serai partante quoi qu’il arrive ! » Je ris à nouveau. J’avais vraiment besoin d’un job afin de m’assurer un train de vie décent ne pouvant compter sur mes parents alors autant faire quelque chose qui me plaisant vraiment. Je repris rieuse « Et je vous jure que si cela fonctionne, je vous aurais des entrées à l’œil pour le zoo ! » Ah mine de rien tout ça allait arriver à une vitesse folle. J’avais du mal à réaliser que dans quelques jours seulement les portes de Poudlard se fermeraient définitivement pour moi, adieu ma petite vie posée où mon seul soucis était rédiger un parchemin pour le lendemain … Tout allait devenir beaucoup plus sérieux maintenant, l’heure de prendre ses responsabilités allait bientôt sonner. Je regardais autour de moi, morose. « Vos serres ne vont pas trop vous manquer l’année prochaine ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 13 Sep 2012 - 9:26

Eireann ne doutait pas des capacités de son élève. Non, ancienne élève désormais. Ma jeune Pritchard était passionnée et c'était cela dont elle avait besoin pour aller le plus loin possible. Avec de l'envie et du talent pour la matière aimée, on pouvait tout faire et Jules Pritchard était de ceux qui le pouvaient réellement. Eireann se souvenait très bien de ce moment où la fin des études arrivaient et où il fallait choisir son plan de vie. Elle n'avait pas longtemps hésité : elle avait compris que les bébêtes étaient sa vie lors de sa sixième année, après un cours plutôt dangereux qu'elle avait trouvé excitant et fascinant. Elle s'était accrochée, avait travaillé d'arrache-pied pour briller dans cette matière et avait pu choisir le Ministère pour son premier emploi. Elle était arrivée hésitante à son entretient mais sa passion avait pris le dessus dès que les questions avaient été plus techniques sur le boulot. Elle avait brillé par son envie, ses notes, son implication... Et son rang basique avait été balayé par un potentiel évident. Retrouver Ian, rencontrer Thomas, être avec Ethan... Son tout premier emploi lui avait permis de s'épanouir enfin. A l'époque, nombreux étaient ceux qui entraient au Ministère après Poudlard et ils avaient été une joyeuse bande de petits chenapans persuadés d'avoir le monde à leurs pieds, de n'avoir qu'à tendre la main pour cueillir les fruits de la réussite. Et puis les choses avaient évolué et Eireann avait perdu tout ça, après des années de bons et loyaux services. Après avoir passé sa vie à ne se consacrer qu'à son job. Le monde s'était écroulé autour d'elle et elle avait du trouver le moyen de retomber sur ses pattes. Il y avait alors eu Poudlard, un peu comme un retour à la case départ. Elle était satisfaite de son emploi mais resterait toujours nostalgique de ses années au département des créatures magiques. Si elle avait l'occasion d'y retourner, elle n'hésiterait pas une seule seconde... Sauf si elle devait ne pas y retrouver ses anciens collègues : quitter ses élèves pour un territoire connu devenu hostile n'avait rien de très engageant.

« Tout va quasiment se jouer sur cet entretient mademoiselle Pritchard. Il ne faudra pas hésiter à montrer l'étendue de vos connaissances même si on ne vous le demande pas. Il vous faudra trouver la juste dose pour ne pas passer pour une jeune fille imbue d'elle-même mais je ne me fais pas de soucis de ce côté-là. » dit-elle en souriant. Cette jeune fille avait quelque chose dans le regard qui balayait sans problème le moindre soupçon d'attitude supérieure. « Et cette proposition d'entrée à l'oeil ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, croyez-moi ! » Eireann n'avait pas souvent eu à payer mais elle ne se rendait pas toujours au zoo quand Deke Storm était présent donc il lui arrivait d'avoir à passer par la caisse... « A votre réussite mademoiselle ! » Elle leva son verre pour le faire tinter contre celui de la poufsouffle. Ce que sa jeunesse lui manquait ! Elle n'avait que vingt-cinq ans et pourtant, elle se sentait déjà vieille et fatiguée. Les épreuves de ces deux dernières années l'avaient un peu trop éprouvée. Elle aurait tout donner pour pouvoir revivre ne serait-ce qu'une journée de ses dix-huit ans. Elle aurait profité de son diplôme récemment obtenu, de ses amitiés encore épargnées par la guerre, de son amour encore innocent et tout mignon, de ses idées de liberté et d'aventures, de son impatience juvénile... Mais non, tout cela était bien fini et le bilan n'était pas joli-joli. Elle espérait sincèrement que la jeune Pritchard aurait droit à moins d'épreuves qu'elle.

Ses serres... Eireann s'était réellement prise d'affection pour son poste de professeur de Botanique, bien plus qu'elle ne l'aurait cru. A la rentrée, elle aurait au moins moitié moins d'heures de cours puisque les soins aux Créatures Magiques était un cours optionnel mais il était clair que ses serres allaient lui manquer. « Mes serres vont me manquer mais mes élèves aussi, vous savez. Je me réserve quoi qu'il arrive le droit de prendre en charge le nouveau professeur de Botanique pour lui donner des conseils et l'obliger à s'occuper des petites plantes que j'ai rajoutées dans l'année. Et puis franchement, est-ce qu'un professeur chargé de s'occuper des bestioles du château n'a pas besoin d'un peu de plantes pour s'exécuter au mieux ? » Eireann avait tout prévu pour ne pas avoir à quitter complètement ses petites plantes, ses petites copines plus ou moins vertes qui lui avaient tenu compagnie tout au long de l'année ou presque. « Et vous, qu'est-ce qui va le plus vous manquer de Poudlard ? A mon époque, je crois que c'était le côté apaisant du lac et du parc. Le Quidditch aussi a laissé un grand vide dans mon petit coeur. » Et tellement d'autres choses comme les dortoirs, les petites bêtises d'élève insouciante, les débuts de son histoire avec Keenan, sa complicité avec Jane qu'elle avait vue moins souvent après Poudlard...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 18 Sep 2012 - 20:24

    Bizarrement je n’avais jamais fait trop de plans sur la comète quant à mon avenir post-Poudlard, ce que je voulais devenir et tout ça … Je crois que j’aimais bien trop le château pour m’imaginer hors de ses murs pour de bon, de ne plus prendre le Poudlard Express chaque septembre et sentir ce sentiment de joie qui m’envahissait. Les moins érudits pestaient de devoir retourner au quotidien des cours, des parchemins à rédiger, des longues heures passées à la bibliothèque … Mais moi j’aimais tout ça. Je ne suivais pas non plus les traces de la Granger en son temps, j’avais mes faiblesses, je devais faire face à des déceptions parfois mais Poudlard avait puisé le meilleur de moi-même au cours de ces sept dernières années … J’avais même rejoinds l’équipe de Quidditch c’est pour dire ! Moi, Jules Anja Pritchard, la fille la plus maladroite qui soit avait fait partie de l’équipe des blaireaux. J'en avais parcouru du chemin malgré les embuches, les merdes familiales, le contexte actuel ... dans tout ça le château avait été ma bouée de sauvetage en quelque sorte. C’était sans aucun doute pour cela que le quitter me laisser un arrière-goût amer, c’était comme quitté ma maison une seconde fois. Mais une maison qui m’avait offert une certaine stabilité si on la compare à celle des Pritchard. J’avais eu de la chance au fond, la chance d’être née du côté des sorciers et non des pauvres petits moldus qui ignoraient tout de la magie, de la féerie de ce monde –en omettant les factions bien entendu-.

    Du coup j’avais bien dû à un moment ou à un autre me résoudre à trouver quoi faire de ma vie. Etre professeur fut la première chose qui me traversa l’esprit parce qu’au moins je resterai là, à Poudlard. Mais mes notes aux BUSES ne me le permettaient, ne jamais foirer délibérément une matière qu’on ne conçoit pas tant que notre voie n’est pas toute tracée, une leçon dont je me souviendrais. Mon désir de rester à Poudlard s’évanouissait aussi vite qu’il était venu. Je plaisantais à ce sujet avec Eireann et sa proposition de stage me semblait plus qu’alléchante. Je devais y penser, repenser à tout ça, c’était un vrai sac de nœuds. En deuxième position me vient le zoo magique. Un de mes endroits favoris de la capitale Anglaise et passer ces journées auprès des bêtes me convenait tout à fait. Je lui en avais touché deux mots à ce sujet aussi. Mon ex-professeur m’aiguillait sur la démarche à suivre. Cela m’était bien utile, j’étais peut-être blonde mais pas idiote. Cependant je devais avouer que sur ce coup je ne savais pas trop comment m’y prendre. J’avais une chance folle qu’Eireann connaisse le propriétaire personnellement. Je buvais ces paroles, gardais dans un petit coin de ma tête tout ce que je devais et surtout tout ce que je ne devais pas faire. Il pouvait y avoir d’autres candidats pour ce poste, j’avais une longueur d’avance, merci Callaghan. Je souris à ces derniers mots, j’avais la sensation qu’enfin on croyait en moi. C’était plutôt gratifiant. « J’en prends bonne note, je vous promets de vous envoyer un hibou aussitôt que l’entrevue sera terminée. Croisons les doigts ! » Finis-je en mimant moi-même le geste avec chacune de mes mains. Quelques éclats de rire s’échappèrent de mes lèvres lorsqu’elle souligna que mon ‘offre’ n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Je lui devais bien ça après tout. Ce n’était pas tous les professeurs qui prenaient la peine de vous aiguiller de la sorte.

    Nous trinquâmes à ma réussite, enfin ma future réussite, il y avait encore un long chemin à parcourir. Lorsque nos verres remplis de jus de citrouille s’entrechoquèrent j’en profitais pour échapper un franc « Et à votre nouveau poste ! » je n’avais aucun doute quant à la reconversion de mon professeur. Les futurs élèves en soin aux créatures magiques avaient bien de la chance ! Je bu une longue gorgée avant de reposer mon verre sur la petite table en bois. Porter un tel toast m’avait rendu un chouilla nostalgique. Une petite voix dans ma tête me rappelait que tout cela était synonyme de mon départ imminent de Poudlard. Parfois, grandir ça craint. Je jetais des coups d’œil aux alentours, me souvenant des cours dans cette serre, des dizaines et des dizaines de plantes que j’avais dû planter ou rempoter, des fous rires avec mon binôme. J’étouffais un soupire en demandant à Eireann si tout ça n’allait pas lui manquer, bien que je connaissais déjà la réponse. Je crois que j’avais seulement besoin de revivre de bons moments. J’esquissais un petit sourire en coin à sa réponse, elle avait déjà tout prévu. « Vous avez bien raison. C’est toujours dur de quitter ce que l’on aime alors tant que l’on peut en garder une petite partie, même partiellement … Enfin bref, je vous comprends » je pouvais toujours adopter un des petits êtres qui grouillait dans la forêt interdite et venir toutes les semaines m’en occuper ? Non ? Tant pis. J’avais mille et une idées en tête pour ne pas quitter Poudlard, s’en était presque pitoyable. Et moi ce qui me manquerait ? Tout. C’était aussi simple que ça, même croiser Gedeon et nos petites querelles quotidiennes me manqueraient. « Le quidditch me manquera aussi sans aucun doute … Je me souviendrais toujours de la raclée que nous avons mi à Gryffondor cette année ! Le château aussi, le parc, l’ambiance chaleureuse des Poufsouffles, les merveilles culinaires des efles de maison … Poudlard en lui-même. » conclus-je. « Les sept dernières années sont passées bien trop vite à mon goût. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 20 Sep 2012 - 13:21

Eireann eut un élan de tendresse pour son élève. Non, son ancienne élève : il allait falloir qu'elle s'y habitue. C'était sa toute première fin d'année, elle vivait ses toutes premières séparations et c'était dur. Mais elle savait que c'était pour le mieux, que c'était ainsi qu'elle pouvait affirmer avoir aidé les élèves : en les ayant guidés jusqu'à cet envol qui leur permettait désormais de vivre leur vie. L'irlandaise ne regrettait pas d'avoir finalement atterri à Poudlard et c'était avec envie qu'elle rempilait pour une nouvelle année. Elle avait hâte de commencer à travailler avec Nora : elle avait LE prétexte parfait pour s'échapper aussi souvent que possible du château durant l'année. Et passer du temps avec sa meilleure amie. Et pouvoir suivre l'évolution de sa grossesse. Et pouvoir par la suite passer du temps avec le petit Macnair-O'Broin à venir. Les choses étaient pour le mieux désormais et c'était agréable : pas trop de drames, des événements enfin heureux au milieu de tout ce contexte bien trop sombre.

Eireann se souvenait parfaitement de ce match de Quidditch. « Vous oubliez le superbe match contre Serpentard Mademoiselle : du haut des gradins, j'étais été tenue en haleine jusqu'à ce que notre attrapeur réussisse enfin à saisir le précieux vif d'or. Un match délicieux. Et puis, franchement : voir la mine déconfite des verts, c'est tellement bon ! » Les Callaghan étaient tous des férus de Quidditch, ils avaient presque tous intégré l'équipe de leur maison. Siobhan semblait vouloir déroger à cette règle mais Eireann en restait certaine : si sa petite cousine le voulait, elle pourrait accomplir des merveilles sur un balai. « Merci pour cette saison à la hauteur Miss Pritchard. » dit-elle en un clin d'oeil, consciente qu'elle avait ouvertement montré sa préférence pour sa maison de coeur. Si Eireann s'évertuait à rester aussi objective que possible en ce qui concernait la Coupe des Quatre Maisons, elle avait encouragé tout au long de l'année la maison de la délicieuse Helga. Les Serpentards avaient fini par gagner mais elle n'en restait pas moins fière de ses petits jaunes.

Discuter boulot, école, vie d'adulte... C'était tellement surréaliste quand on pensait au fait que, finalement, le plus dur n'était pas ça mais tout ce qui entourait cette vie... Le contexte politique actuel. Eireann en avait souffert, en souffrait et en souffrirait encore, elle le savait. Elle ne pouvait de ce faut ne pas s'inquiéter pour une jeune étudiante qui allait littéralement être jetée dans la jungle et qui pourrait se faire bouffer toute crue à chaque instant de sa vie, à chaque faux pas. Elle ne savait pas comment l'avertir de ce danger, elle ne savait rien des implications de la jolie Jules Pritchard dans cette guerre du pouvoir. Eireann savait que Jules avait passé les vacances de Noël à Poudlard : elle avait du connaître des tas de détails de ce genre sur ses élèves dans le cadre du projet de "surveillance" imposé par la directrice. Elle savait aussi que Jules Pritchard n'était pas considérée comme Ombre puisqu'elle avait pu suivre ses cours normalement, conserver sa baguette, ne pas subir trop de restrictions. « Vous avez pensé à vous trouver un endroit pour vivre ? Je veux dire... Mon frère a décidé de rester chez nos parents mais travailler à Londres et vivre en Irlande, ce n'est pas tellement pratique... Vous êtes d'où exactement, si ce n'est pas trop indiscret de vous le demander ? » Elle s'était toujours gardée d'interroger ses élèves sur leur vie privée : elle avait été là pour eux, ils avaient pu tout lui dire mais elle n'avait jamais cherché à les forcer.

Eireann avait réussi à prendre son envol dès sa sortie de Poudlard grâce au pied-à-terre que Jane avait hérité de ses défunts parents. Les deux cousines étaient entrée ensemble au Ministère, elle avait découvert les joies de la vie d'adulte côte à côte et avaient su en profiter comme il se devait. Seulement, les choses avaient bien changé depuis...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 7 Nov 2012 - 11:15

    Toutes les bonnes choses ont une fin comme on dit. Je m’étais forgée des souvenirs inoubliables à Poudlard qui ne sortiraient pas de ma tête de sitôt, peut-être même qu’ils finiraient dans une pensine quand je me ferai vieille et sénile sur les bords, bref. Bien que je regretterai le château, j’essayai de me faire une raison. Il faut toujours savoir dire au-revoir à un moment ou à un autre, même si je redoutais ce qui m’attendait dehors il y avait surement des jolies choses aussi là-bas. Je n’allais tout de même pas rester une ado toute ma vie. Et intérieurement je savais que j’avais la force et le courage d’y arriver, je voulais que les Pritchard voient que je pouvais m’en sortir comme une chef sans eux, sans leur faction à la con … que je ne suis pas une incapable comme ils aimaient le clamer sur les toits. Oui, je dérogeais à la règle avec Lila mais nous réussirons, j’en étais intimement persuadée. D’ailleurs ma cousin avait un avenir tout tracé en tant que médicomage, elle excellait. Nul doute qu’elle ferait partie des grands noms de Sainte-Mangouste une fois ses études terminées.

    Ce qui me manquerait le plus à Poudlard ? Devoir repasser ses sept dernières années en revue me rendit un brin nostalgique avant l’heure. Il y avait tellement de chose, le bon comme le mauvais. Le château était une entité à part entière, je ne pouvais pas me morceler pour n’en garder que le meilleur. Chaque instant passé en son enceinte avait fait de moi la jeune fille que j’étais aujourd’hui et bien que j’avais mes faiblesses, j’étais plutôt fière de moi jusque-là. Je mentionnais le quidditch bien sûr, le sport sorcier avait surement été mon plus grand accomplissement durant ma scolarité. J’avais toujours eu deux mains gauches. J’en avais bousillé des potions en mettant un peu trop de ci, pas assez de ça, fait plus de tour que demandé. J’en avais loupé des sortilèges aussi, le geste pas assez précis, les métamorphoses ratées … alors m’imaginer avec un souaffle … c’était inimaginable justement. Et pourtant je l’avais fait. Je crois que le fait d’avoir été soutenue par mon équipe m’avait permis de croire en moi malgré mon défaut, de passer outre mon complexe de petite fille. Nous avions même gagné quelque match et j’en avais fait partie de ses victoires. Ces pensées m’arrachèrent un sourire. Je mentionnais le match contre les lions, celui qui m’avait le plus marqué au vu du score mais Eireann renchérit avec le match contre les Serpentards. « Ah ça, je ne vous le fait pas dire ! Leur égo en a pris un coup ce jour-là ! » m’esclaffai-je. « Merci pour cette saison à la hauteur Miss Pritchard. » Je fus flattée mais tout n’avait pas reposé sur mes frêles petites épaules. Mais je me sentis gratifiée, je n’avais pas failli à la tâche quelque part. « Merci au travail d’équipe ! Je dois avouer que j’en suis plutôt fière même si nous n’avons pas remporté la coupe, c’était une expérience très enrichissante. J’espère que les nouvelles recrues de l’année prochaine arriveront jusqu’au sommet ! » Je l’espérai sincèrement mais j’étais triste de ne pouvoir y assister. Oh oui bien sûr je pouvais très bien aller flâner dans les gradins des matchs nationaux maintenant mais le terrain de Poudlard et ses quatre adversaires resteraient toujours mes favoris.

    Et voilà, parler à nouveau de l’année prochaine me replongeait dans le cœur de l’actualité de ma vie personnelle. J’avais toujours cette petite voix dans ma tête qui me rappelait que le départ était prévu pour le lendemain matin. Si seulement je trouvais un moyen de la faire taire ! Ce fût mon ex-professeur qui me ramena à la dure réalité après cette petite escapade sportive. Où allais-je loger ? D’où je venais ? Ah, deux questions pour les moins pertinentes. Je n’avais toujours pas la réponse à la première. Callista m’avait bien proposé de me faire une petite place au manoir Malefoy mais au vu de notre relation plus que tendue ces derniers mois je ne lui avais toujours pas donné de réponse bien que je penchais plutôt pour un oui. Non pas en désespoir de cause puisque je n’avais nulle part d’autre où loger mais plutôt parce que je savais qu’une telle proposition lui avait demandé un effort considérable, d’oublier ce que j’avais pu lui dire … Elle faisait un pas en avant, un pas vers notre réconciliation et la blondinette était comme la sœur que je n’avais jamais eu, m’imaginer un post-Poudlard sans elle n’était pas possible. « Miss Malefoy m’a proposé de m’héberger au sein du manoir familiale. Je n’ai pas encore fait mon choix mais je pense accepter. En plus d’être généreux de sa part, la rupture avec le château ne serait pas radicale. » Excuse bidon je sais mais je ne tenais pas à m’étendre sur ma relation chaotique avec ma Callie. Bon étape suivante, d’où étais-je originaire. LA question. Je pris mon temps avant de répondre, une bu une nouvelle gorgée de jus de citrouille –comme si la pilule allait mieux passer avec ça !-. Quelque peu embarrassée je passais le bout de mon index sur les rebords du verre en cherchant les bons mots à utiliser dans ma tête. « Mes parents … » outch, rien que ce mot faisait mal « … possèdent une grande maison dans la banlieue Nord de Londres, j’ai grandi là-bas. Mais je ne compte pas vraiment y retourner. » Je levai les yeux vers elle. En tant que professeur savait-elle ce qui se passait dans la vie de ses élèves ? Si elle avait fait partie des ombres, elle aurait eu vent de cette histoire sans aucune doute mais je savais qu’elle n’y appartenait pas –dieu merci !-. « Enfin, vous savez … l’histoire des Pritchard n’est pas toute rose. » Je soupirai. « D’ailleurs je vous plain si vous héritez de Gedeon l’année prochaine » je ris quelque instant. Tentative lamentable de reprendre un peu du poil de la bête après l’épisode déprimant de la « gueguerre familiale des Pritchard », je n’avais guère envie de m’étendre là-dessus. Je renchéris de plus belle, « J’espère que votre frère a son permis de transplanage, qu’il ne revient pas démembré une fois par semaine ! Je connais plus agréable comme sensation. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 10 Nov 2012 - 23:34

Eireann sentit le malaise de sa jeune élève quand elle perdit son entrain. Passer du Quidditch à la suite semblait lui faire l'effet d'un ascenseur émotionnel plutôt violent. L'irlandaise aurait mieux fait de se taire pour changer. A trop vouloir en savoir sur ses élèves, elle finissait parfois par aller trop loin. Et puis Jules n'était même plus véritablement son élèves désormais. Elle allait vivre chez les Malefoy ? Eireann aurait compris qu'elle prenne une appartement avec la jeune Callista mais qu'elle aille s'installer dans la demeure familiale était tout de même... Surprenant. « Miss Malefoy semble être une amie de choix. Je suis certaine que votre amitié perdurera. » Eireann savait bien que toutes les amitiés ne survivaient pas à Poudlard, beaucoup se perdaient dans le labyrinthe du château pour ne plus jamais refaire surfasse. Mais d'autres restaient, muaient et devenaient plus fortes. Et puis il y avait aussi la suite, le fait que les rencontres dans le monde actif étaient sans cesse au rendez-vous. Eireann avait créé des liens avec des personnes qu'elle n'avait jamais côtoyé ou alors très peu à Poudlard. Il fallait parfois se laisser aller aux surprises de la vie. En espérant qu'elles soient plus nombreuses à être bonnes.

Effectivement, Eireann avait mis le doigt sur quelque chose de peu agréable aux yeux de Jules. La jeune fille avait du mal à parler de sa famille. Elle ne savait rien de la famille Pritchard, elle connaissait simplement la jeune fille qu'elle avait eu en classe. Sa curiosité se retrouva ainsi titillé mais elle se força à garder ses questions pour elle : il n'était nullement besoin de mettre la jeune fille mal à l'aise avec des questions déplacées. « Je vous avouerez que je n'ai pas encore regardé la liste des élèves inscrits dans mon cours. Peut-être que votre cousin n'y apparait pas. Mais quoi qu'il en soit, j'ai apparemment un don pour rendre attentifs certains élèves plus... Difficiles à cadrer. » Elle offrit à Jules un sourire complice. Elle exagérait mais elle avait tout de même réussi à faire progresser quelques cas que certains professeurs auraient jugé irrécupérables. Tout était une question d'envie et d'intérêt. S'intéresser à un cours facilitait toujours le processus d'apprentissage.

Et en parlant d'apprentissage... Eireann imaginait très bien sa mère rappeler chaque jour à Ciaran de bien faire attention en transplanant, lui expliquant qu'il pratiquait cet art depuis peu de temps et qu'un accident était bien trop vite arrivé. Elle voyait sa petite bouille d'ange sourire à leur mère et transplaner sous ses yeux dans un plop sonore qui résonnait plus comme de l'insolence. « Oh ne vous en faites pas, il se débrouille comme un chef, surtout lorsqu'il s'agit de le faire devant notre mère qui a horreur de ça. » On ne changerait ni Lizzie, ni Ciaran et ça rassurait Eireann. Elle avait ses petites bases qui resteraient ainsi pour toujours.

Eireann regarda Jules différemment. Elle posa sur elle un regard inquiet. Elle avait peur que cette jeune fille qui semblait ne pas être en bon terme avec sa famille ne manque de repères en sortant du château et qu'elle ne finisse par être influencée par les mauvaises personnes. Avait-elle le droit de la conseiller, de la préparer à la vie hors du château ? Elle outrepassait sûrement ses droits mais ce n'était pas important, elle ne pouvait pas sciemment lâcher une de ses élèves préférées dans la nature sans lui dire quoi que ce soit. « Miss Pritchard, soyez prudente une fois dehors. Le monde est infesté de personnes aux intentions néfastes. N'accordez pas votre confiance à n'importe qui. Sachez choisir aux mieux vos amis. Par les temps qui courent, il faut se méfier, le moindre faux pas pourra vous coûter cher. » Comme un enfermement gratuit chez les Ombres par exemple... Que de pensées amères pour une petite fête de fin d'année. « Je ne cherche pas à vous effrayer mais juste à vous mettre en garde. En étant avertie, vous pourrez vous assurer de vivre une vie plus paisible et d'éviter les pièges que pourrait vous tendre le destin. » Est-ce que la petite Jules avait déjà choisi un camp ? Est-ce qu'elle avait des opinions politiques bien arrêtées ? Eireann n'en savait rien et c'était pourquoi elle tentait le coup...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 16 Déc 2012 - 13:32

    Savoir regarder en arrière sans regret, sourire de cette expérience incroyable et finalement se remettre en route pour continuer notre bout de chemin. J’arrivai à me convaincre moi-même que c’était possible ou alors était-ce le fait de parler de mes plans d’avenir avec Eireann ? Mon futur « chez-moi » avec Callista et le reste des Malefoy ? Plus j’y pensais et plus je me disais que oui, c’était une bonne idée et sans doute la bonne chose à faire. « Miss Malefoy semble être une amie de choix. Je suis certaine que votre amitié perdurera. » Je levai les yeux vers elle. Oui. Maintenant que je l’entendais je m’imaginai bien dans ce petite monde-là, là où Callista et Jules seraient toujours main dans la main envers et contre tout. Je crois même que notre mauvaise passe ne serait que bénéfique à notre amitié. Enfin je veux dire celle-ci n’était déjà pas anodine, nous nous étions sauvées la vie mutuellement, l’épisode de l’attaque du Poudlard Express nous avait marqué au fer rouge et ne nous quitterait jamais. Je me contentai de sourire « Elle l’est ».

    J’aurai pu faire l’éloge de Callista pendant des heures pour éviter le sujet qui suivit. Ma famille. Aaaah … Si on pouvait appeler ça comme ça. Tu grandis avec des parents aimant qui crie envers et contre tout qu’ils seront toujours là pour toi parce que t’es la chair de leur chair, leur petite fille tout simplement, mais qui finissent par te renier et te foutre à la porte parce que tu oses avoir une divergence d’opinion. Ca, une famille ? Non, je ne crois pas. Je crois qu’au contraire nos parents nous avait élevé Caleb et moi comme de bon petits soldats dans la tradition des sorciers de sang-pur qui rejoindraient à leur tour les mangemorts quand leur heure était venue … Oh bien sur la mort du Lord avait tout bouleversé, Elena et John avaient rejoint les rangs de la rose noire … Certes je ne pouvais pas changer mon éducation et les idées que l’on avait fait germer dans mon esprit depuis mes trois ans mais je ne pensais pas que les moldus étaient une race à exterminer telle de la vermine. Mes pensées n’étaient pas aussi radicales que les leurs. L’ombre de la rose noire ? Très peu pour moi. Bref. J’espérai pour la Callaghan qu’elle n’aurait pas à supporter l’infâme Gedeon l’année prochaine. Ce type était un fléau. Apparemment elle n’en savait encore rien, c’était sans doute encore un peu trop tôt. Sa remarque sur son potentiel à cadrer les élèves difficiles m’arracha un sourire. « Gedeon est un sacré loustique vous savez ! » Oui, j’aimai balancer sur le dos de mon cousin. Je lui devais bien ça après toutes ces années. « Faites-moi plaisir, si jamais il pointe le bout de son nez rendez-lui la vie impossible … » J’eus un léger sourire en coin. Je l’aurai bien fait moi-même si je ne devais pas couper le cordon ombilical avec le château dès le lendemain. Et en parlant de transplanage … j’aimerai bien que Gedy y reste tient, un bon démembrement pour bien finir l’année ! Bon qu’on se le dise, je n’étais pas nature cruelle et loin de là mais cette petite tête brune avait le don de m’irriter au simple son de son nom.

    « Miss Pritchard, soyez prudente une fois dehors. Le monde est infesté de personnes aux intentions néfastes. N'accordez pas votre confiance à n'importe qui. Sachez choisir aux mieux vos amis. Par les temps qui courent, il faut se méfier, le moindre faux pas pourra vous coûter cher. » Son ton soudain si sérieux m’intrigua mais elle n’avait pas tort … dehors ce n’était pas la joie. Poudlard avait été une sorte de petit cocon qui nous avait protégé tant bien que mal au cours de ses années et aujourd’hui je devais me résoudre à le quitter lui, son enseignement, sa protection, sa bienveillance, sa fratrie. « Je ne cherche pas à vous effrayer mais juste à vous mettre en garde. En étant avertie, vous pourrez vous assurer de vivre une vie plus paisible et d'éviter les pièges que pourrait vous tendre le destin. » Même si je me doutais de la guerre qui se jouait dehors je ne pouvais que la croire. S’il y en avait une de nous deux qui avait eu l’occasion de le vivre c’était elle, pas moi. A part l’attaque du Poudlard Express je trouvai que je m’en étais plutôt bien sorti même si j’avais lancé des sortilèges que je regretterai toute ma vie ce jour-là. Le visage tordu de douleur de Luke venait encore me hanter dans mon sommeil parfois … Faire souffrir intentionnellement les autres n’était pas dans ma nature et cela me jouerait surement des tours dans l’avenir, Eireann avait raison je devais faire attention aux moindres de mes faits et gestes. « J’ai horreur de ses factions » dis-je d’une petite voix. J’aurai aimé ne jamais à avoir à choisir. « Nous vivons tous avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête … Prendre des précautions c’est un peu comme reculer pour mieux sauter, vous ne trouvez pas ? » Je soupirai en m’affalant sur le dossier de ma chaise. « C’est une histoire sans fin » Ah que je regrettai le temps où le Lord était encore en vie. Certes j’avais ma faction et ne comptai pas en changer et me battrai si je le devais mais quand-même … Je devrai peut-être m’exiler dans une grotte dans les montagnes de l’Himalaya ou dans un igloo en Antarctique, au moins je serai peut-être tranquille là-bas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 12 Jan 2013 - 0:31

D'un hochement de tête complice, Eireann promit silencieusement à celle qui était désormais son ancienne élève de lui faire plaisir sur le cas de son cher cousin. Quelque chose lui disait qu'il faisait partie lui aussi de ses troubles familiaux. Elle appréciait beaucoup la jeune Pritchard mais n'avait encore jamais eu d'affinité particulière avec Gedeon. Elle verrait bien ce que donnerait le temps, il suffisait qu'elle essaye de ne pas se laisser influencer par Jules... Mais Eireann savait pertinemment que la jeune fille ne lui aurait pas dit cela sans raison.

Le mot "factions" la fit légèrement tressaillir. Après tout, pourquoi s'était-elle laissée surprendre ? Elle avait bien lancé le sujet, non ? Elle avait volontairement ouvert la voie en mettant la poufsouffle en garde. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même si ce sujet délicat venait d'être mis sur la table. Elle allait devoir trouver le moyen de la jouer fine, de ne pas se trahir elle, ses opinions, ses choix surtout. Déjà sa disparition suspecte quelques mois plutôt avait soulevé de nombreuses questions chez les élèves. Certains avaient laissé tomber, d'autres avaient cherché à en savoir plus, une poignée avait sûrement compris... Et mieux valait en rester là. Une poignée ça suffisait amplement. Si les soupçons qu'on portait sûr elle finissait par être confortés, elle se verrait obligée de changer - une nouvelle fois - de boulot contre son grès. Elle n'avait pas envie de quitter Poudlard, ses élèves, ses secrets et mystères. Elle se sentait en sécurité ici, même si elle était consciente d'être plus esclave que professeur avec la surveillance constante des otages à assurer. Elle avait trouvé sa place après avoir été virée du Ministère et elle allait renouer avec ses chères bébêtes en reprenant le poste de Nora en septembre. Elle ne voulait pas perdre ce qu'elle s'était évertuée à reconstruire.

Jules avait raison. Ils vivaient tous avec ce risque. Tout pouvait basculer du jour au lendemain. Elle l'avait bien vu quand elle s'était retrouvée "gracieusement hébergée" par Kark et ses petits copains. Elle soupira. « Malheureusement, je crois bien bien que vous avez raison. Nous sommes tous forcés de vivre avec et de faire face. Seulement, il ne tient qu'à nous de tout prendre avec prudence, de bien réfléchir à nos actes ainsi qu'à nos choix mais surtout de ne pas laisser les autres dicter notre conduite ou nous juger pour ce que nous faisons. » Elle jugeait pourtant ces mangemorts qui mettaient à mal la liberté des autres. Elle écoutait les ordres qu'on lui donnait au sein des Phénix. Ses conseils, elle n'était même pas capable de les appliquer sur sa propre vie. Elle voulait simplement que la jeune Jules fasse tout pour reculer le moment fatidique où elle serait forcée d'entrer dans cette guerre. Être Poudlard était une petite barrière protégeant les jeunes du monde extérieur. Mais une fois jetés dans la jungle, ils se faisaient littéralement dévorer par le monde qui les entourait. « J'espère sincèrement que cette histoire aura un jour une fin mademoiselle. Mais d'ici là, essayez de vous préserver au maximum. C'est ce que vous avez de mieux à faire pour éviter d'avoir à grandir trop vite : être jetée dans la vie active sera déjà assez mouvementée comme aventure. » Elle tenta de se détendre, de lui sourire. Elle se souvenait très bien de ses débuts au Ministère, de son entrain, de son envie de bien faire. Et de ses premiers couacs aussi. Sa formation n'avait pas été sans obstacle mais elle avait pris un grand plaisir à les contourner, les écraser un par un. Elle avait réellement aimé la voie qu'elle avait choisie et elle espérait que Jules puisse trouver le même plaisir qu'elle à entrer dans la vraie vie sans avoir à trop en souffrir.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jules A. Pritchard
Blondie girly
Messages : 1413 Crédits : à voir sur l'avatar & la signa.
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : vendeuse chez Eeylops, l'animalerie magique de Pré-Au-Lard.
Faction : Les héritiers.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : une Gazelle.
Epouvantard : Le corps inerte de Lila.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 3 Mar 2013 - 22:53

    Et voilà qu’on en revenait toujours aux fameuses factions. C’est dingue comment ce sujet pouvait « obséder » chaque sorcier en âge de comprendre l’instabilité politique de notre monde. Je regrettai sincèrement le Lord, non pas parce que j’avais grandi au rythme de ses idéaux mais parce que tout était plus simple en ce temps-là. Pas de faction, qu’un maitre au pouvoir, pas de bataille inutile, pas de vies perdues en vain … et surtout pas de traumatisme chez les chères têtes blondes. Poudlard m’avait protégé comme des centaines d’autres jusqu’ici mais il y avait toujours une faille dans le système. TOUJOURS. L’attaque du Poudlard Express en avait témoigné, la tentative de fuite des ombres aussi … Ah, la vérité, c’est que même les factions s’étaient répandues telles du poison au sein du château. Les ombres étaient tombés au bas de l’échelle sociale, et même si admirer mon cousin à ses corvées me faisait jubiler intérieurement, je ne trouvais pas ça juste que des adolescents de notre âge –voir encore plus jeune- aient à subir cela. Elles volaient notre insouciance. C’était triste d’être déjà accablé de responsabilité autre que d’avoir des optimal à nos devoirs … elle était loin la vie de château. Alors prendre des précautions … c’est bien, mais jamais ça nous sauvera. Nous étions tous condamnés par les factions, peu importe celle à laquelle on se dédiait.

    « Malheureusement, je crois bien bien que vous avez raison. Nous sommes tous forcés de vivre avec et de faire face. Seulement, il ne tient qu'à nous de tout prendre avec prudence, de bien réfléchir à nos actes ainsi qu'à nos choix mais surtout de ne pas laisser les autres dicter notre conduite ou nous juger pour ce que nous faisons. » J’étais plus que d’accord sur ce point. D’ailleurs j’hochais silencieusement la tête de haut en bas. Une petite voix lointaine me disait que je l’avais moi, que j’avais eu les tripes de ne pas jouer au gentil petit mouton de Panurge comme Caleb lorsque nos parents nous imposaient de rejoindre l’ombre de la rose noire … Certes le résultat était désastreux aujourd’hui mais comme on le dit si bien … on ne choisit pas sa famille hein. Au moins je vivais en accord avec ma conscience et ça, je crois que c’était de loin le principal. « J'espère sincèrement que cette histoire aura un jour une fin mademoiselle. Mais d'ici là, essayez de vous préserver au maximum. C'est ce que vous avez de mieux à faire pour éviter d'avoir à grandir trop vite : être jetée dans la vie active sera déjà assez mouvementée comme aventure. » Une fin … dans le dispositif actuel des choses j’avais du mal à y croire, un jour, peut-être, espérons. « Je crois que c’est ce qu’il pourrait arriver de mieux à notre monde … » Si seulement nous étions une majorité à vouloir que ce cauchemar prenne fin … au moins nous épuiserons nos forces utilement, pas dans des coups sanglants où chacun cherche à prendre le pouvoir, j’étais persuadée qu’on pourrait faire un pas en avant, même un tout petit. En attendant comme tout bon petit soldat je servais ma faction. « Je vous promets de faire de mon mieux professeur … » réalisant qu’elle ne l’était et ne le serait plus, je corrigeai le tire un sourire accroché aux lèvres « … pardon, Miss Callaghan » Malgré tout mes mots sonnèrent comme un adieu. Je crois qu’il était grand temps que je rejoigne mon dortoir, ma grande copine ma valise était restée désespérément vide sur mon lit depuis ce matin. Résolue, même si ça me brisait le cœur, je me levai de ma chaise. « Il n’empêche que grâce à vous, il se peut que le début de cette aventure se passe à merveille. Je ne vous en remercierai jamais assez. » Même si cela n’était pas de mise en général je donnai l’accolade à mon ex-professeur avant de me diriger vers la sortie. « Prenez bien soin de vous, j’espère que nos chemins se recroiseront bientôt … Attendez-vous à recevoir les billets pour le zoo très vite si jamais la réponse s’avère positive ! » finis-je rieuse … Autant finir sur une jolie note plutôt qu’une triste non ? Néanmoins pleine de regrets je poussai la porte de la serre et rejoignis à grands pas le château profitant de la dernière vue ensoleillée de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Un élève qui part ne s'efface pas de la mémoire de son professeur || PV Jules Pritchard
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Poudlard :: Hors des murs :: Serres