ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe V



 



ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe V
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 12:35

ϟ Mens sana in corpore sano ϟ
GROUPE V

Armelle Rookwood, Claire Brisson, Clark Blackburn, Jane Callaghan, Lauren Hudson et Zakary Cooper




Informations Hors Rp

ϟ Une fois de plus, nous mettons de côté la dynamique de duel exploitée lors des premiers event pour se concentrer sur des obstacles de type PNJ.
ϟ L’event dure trois semaines IRL.
ϟ Un tour ne dure que 48h . A partir du moment où le PNJ a posté vous avez 48h pour répondre, sans quoi votre tour sera passé.
ϟ Au bout de 3 tours manqués vous êtes exclus de l’event. Votre personnage sera alors blessé au point d’en être inconscient pendant toute la durée des combats. Etre exclu entraine également une perte de points pour votre faction. Chaque abandon fait perdre 3 points à votre faction.
ϟ Vous serez prévenus par mp à chaque fois que ça sera à votre tour de RP.
ϟ Des sujets de flood ont été créés pour vos groupes, afin que vous puissiez discuter des scenarii, tactiques ou autre que vous souhaitez développer durant cet event.
ϟ Si vous avez des questions, il faut les poser dans ce sujet Pas dans le Flood, ni sur la CB, ni par MP ! Uniquement dans le SAV !
Réglementation des combats
ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 sort offensif et un 1 sort défensif par rp.
ϟ Pour chaque sort offensif ou défensif lancé, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si le sort fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble dans la mesure où ça ne vire pas au grosbillisme. Le dé ne doit pas être une excuse pour l’anti-rp.
ϟ Pour ce qui est des PNJ qui vont être placé sur votre chemin, le nombre de lancers de dé va varier selon leurs forces et leurs talents. Le nombre de lancers nécessaires vous sera indiqué à chaque arrivée de nouveaux PNJ.
ϟ En ce qui concerne les sorts de soin le lancer de dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires tels que Nathaniel Hansen, ou Elie Brights.
ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, et sans avoir à lancer le dé.
ϟ Attention, toute tentative de grosbillisme même cachée via un lancer de dé heureux, sera sanctionnée in rp et hors rp.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦




Dernière édition par Filet du Diable le Sam 26 Mai 2012 - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 12:44

        Stade du Triathlon, Londres moldu, 3 juin 2020 , 13h45

Le stade était comme neuf. Les travaux d’amélioration avaient duré près de cinq mois, mais ils auraient été plus rapides s’il avait engagé des travailleurs pour l’aider. Mais non, pas de travailleurs, non non, pas de travailleurs, pas de témoins. Juste lui et ses elfes, c’était parfait, c’était tout ce dont il avait besoin... Perché dans sa régie, Harvey Jugson observait les gradins se remplir à travers ses multiples écrans. Oui, c’était parfait, l’évènement avait attiré de nombreuses personnalités. Il voyait quelques Kark, des journalistes, des membres de l’élite ministérielle… Tout le monde venait voir cette nouvelle version du stade. Et ils allaient être surpris, ça oui ! Dire qu’il avait dû acheter tout un quartier moldu pour faire ses travaux en paix, qu’il les avait tous fait expulser. Il y avait eu des émeutes aussi, mais il s’en fichait complètement ; la vie des moldus n’était rien comparée à l’importance de ses desseins. Le stade avait toujours été dans ce quartier moldu, faute de place sur le Chemin de Traverse principalement, pour des raisons financières également, les terrains moldus étant nettement moins chers que ceux que l’on pouvait trouver dans le Londres sorcier. Mais cette année il voyait plus grand, il avait eu besoin de tout le quartier, donc il l’avait acheté et fait expulser les gêneurs, c’était aussi simple que ça. Il n’y avait pas de porte d’entrée, pas d’issue, les gens transplannaient directement dans les gradins et prenaient leur place. Pas d’entrée, pas d’issue. Ils étaient pris entre les murs. Bientôt, il n’y aurait plus de murs, mais toujours pas d’issue. Harvey Jugson sourit.

Il se frotta le nez. Non ! Le sang-pur se gifla lui-même et s’intima à voix basse de se concentrer. Il ne devait pas en prendre, pas aujourd’hui, pas maintenant, il devait garder les idées claires. Le sucre de lune l’endormait, il avait besoin d’être au top aujourd’hui, il avait besoin de toutes ses capacités.

Les concurrents se plaçaient sur la ligne de départ, certains faisaient de grands signes à leurs proches dans les gradins, d’autres fixaient le chemin qu’ils auraient à parcourir, d’autres encore attendaient simplement la suite. Harvey avisa la montre qu’il portait au poignet. Bientôt 14h. Bientôt l’heure. « Riff-Raff, à boire. » Le petit elfe sembla apparaitre de nulle part, portant un plateau d’argent contenant multiples boissons au-dessus de sa tête. Harvey opta pour un verre d’eau fraiche. Pas d’alcool, non, pas d’alcool, il devait être sobre, il devait être clean, il lui fallait toute sa raison, toutes ses capacités, il fallait, il devait… « Sonorus Maxima. » Déclama-t-il. « Test ? Test ? » Les voix se turent petit à petit et toutes les têtes se tournèrent vers les haut-parleurs accrochés aux caméras volantes qui balayaient le stade et les gradins. « Bienvenue à la 15ème édition du Super Triathlon Sorcier de Londres ! Je suis Harvey Jugson, Chef du Département des Jeux et Sports Magiques mais également organisateur et commentateur du Triathlon ! Cette année, c’est dans un stade totalement remis à neuf et modernisé qu’aura lieu cet évènement qui sera également, et ce pour la première fois, diffusé en direct sur TVM ! » Une salve de cris et d’applaudissement retentit dans les gradins alors que les participants se mettaient en position sur la ligne de départ. « Attention… Prêts ? Feu… Partez ! » Un bang retentissant s’échappa de la baguette d’Harvey alors qu’une cinquantaine de sorciers et sorcières s’élançaient baguette au poing sur une piste qu’ils trouveraient étrangement vide de tout obstacle. Le sang-pur traça minutieusement une rune sur son tableau de bord, complétant une phrase runique d’une complexité monstrueuse. Un sourire carnassier se dessina sur son visage anguleux. Plus de magie, plus d’issue.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 12:50


Informations rp


Déroulement de l’event
ϟ Vous ne rêvez pas, il n'y a pas d'allusions aux factions et ce pour une bonne raison : vous êtes tous victimes. Que vous soyez sang-pur Héritier ou sang-de-bourbe de l'Ordre, vous êtes la victime d'une attaque terroriste assez... particulière. Vos personnages sont donc tous présents de leur plein gré, seulement et uniquement pour le Triathlon.

ϟ Ce tour-ci, rien ne se passe, et c'est ça qui est étrange. Les concurrents ne rencontrent aucun sortilège, aucun piège qu'il soit magique ou mécanique. Encore plus étrange plus personne ne semble capable d'utiliser la magie. Mais vous aurez toutes les réponses à vos questions et bien plus encore au prochain tour, mais d'abord, une petite présentation du PNJ qui vous accompagnera tout au long de l'event, commentateur, maitre du jeu, terroriste à ses heures perdues et drogué notoire : Harvey Jugson !

ϟ Harvey Jugson vient de la riche et puissante, néanmoins discrète, famille Jugson. Élève de la maison Serdaigle, appliqué et populaire, il se passionne pour le Quidditch dès son entrée à Poudlard. Néanmoins, c'est le Lévi-Ball qui fera sa renommée internationale puisqu'il rejoint l'équipe d'Angleterre un an après sa sortie de l'école de Magie. Grâce à son don naturel, son esprit stratège et son fair-play, il devient rapidement capitaine de l'équipe, équipe qu'il emmenera à la victoire du championnat du monde de Lévi-Ball en 2002. Mais avec la gloire viennent les responsabilités. Harvey a toujours été parfait dans tout ce qu'il entreprenait mais la perfection a un prix. Il était purement et simplement au bout du rouleau, et c'est ainsi qu'il tomba dans l'addiction au sucre de lune. C'est une véritable descente aux enfers qui s’amorce pour l'ancien Serdaigle qui perd tout ce qu'il a durement gagné pendant toutes ces années en quelques mois à peine. Mais là où plus personne ne croyait en lui et lui tournait le dos, un homme sût lui donner une seconde chance. Lord Voldemort, dans toute sa miséricorde et sa compassion, donna un travail au ministère au Jugson contre sa promesse de se battre contre son addiction. La confiance du ministre de la Magie redonna espoir à Harvey qui combattit ses démons et retrouva son ancien statut respecté et même plus encore, puisqu'il atteint le poste de Directeur du Département des Jeux et Sports Magiques. Mais comme la première fois, l'âge d'Or a trouvé sa fin, et ce avec la mort du Seigneur des Ténèbres. Les déchirement entre mangemorts et la guerre civile ont profondément marqué Harvey qui a rapidement basculé une nouvelle fois vers ses vieux démons. De nouveau accro au sucre de lune, malgré toute sa bonne volonté, il a quand même espoir que tout s'arrangera à nouveau. Harvey veut la paix, et il ne l'obtiendra qu'en forçant les gens à coopérer ou à mourir.

ϟ Vos groupes sont des groupes géographiques, c'est-à-dire que vous vous trouvez plus ou moins proches des autres membres de votre groupe.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 18:26

Lauren était une sportive dans l'âme. Danseuse émérite depuis ses 4 ans, elle n’avait jamais pu se défaire d’un entrainement quotidien après son entrée à Poudlard. Le quidditch écarté pour des raisons évidentes (flotter sur un balais à plus de dix mètres du sol, est-ce que les sorciers sont FOUS ?!), Lauren s’était contentée d’un jogging matinal une fois par semaine. Après son insertion dans le monde moldu, elle avait rattrapée son année de disette sportive en prenant un abonnement à la piscine de son quartier. Elle n’avait jamais été spécialement compétitive et préférait le calme des cents mètres aux concours. Après tout, quel était l’intérêt de se coltiner une merde en ferraille qui prenait facilement la poussière et qu’on oubliait au-dessus de la cheminée uniquement par fierté d’avoir gagné un trophée ? Mais Lauren ne manquait pas de volonté ni de cœur, et avait de nombreuses fois participé au marathon Londonien pour diverses causes caritatives.

Néanmoins, avec son entrée à l’Ordre du Phénix et la guerre menée contre les autres factions, elle avait sentie naitre en elle un besoin de faire ses preuves que rien ne pouvait contenter. Lorsque Bruce lui avait parlé de sa participation au triathlon sorcier, Lauren avait vu là une formidable expérience à vivre. Mêler le sport à ses entrainement de magie ne pourrait lui apporter que des bons points dans ses prochaines missions. Bruce avait salué sa décision avec un sourire heureux.

Évidemment, cela comportait certains risques. D’après ses recherches, le triathlon comportait son lot d’accidents mortels qui lui avait fait perdre son sourire. Il fallait des sportifs courageux pour braver les étapes mais au vu de la liste des sports proposés par le ministère, Lauren se sentait suffisamment capable de les affronter pour ne pas regretter sa participation. De plus, elle allait devoir donner sa véritable identité, qui serait magiquement inscrite sur son dossard. Lauren avait tiré une tronche de six pieds de longs mais s’était résignée. Après tout, pour son boulot, La Mouche se confectionnait à chaque fois un visage assez différent de la version naturelle (qu’elle arborait actuellement). Par prudence nécessaire, elle ne fricotait jamais très longtemps avec les membres de la communauté sorcière pouvant lui apporter des ennuis. Il y avait donc une possibilité qu’elle ne soit pas reconnue. Quant à ceux qu’elle côtoyait régulièrement, généralement des membres de l’Ordre, ils étaient au courant de son identité, et du rôle que son père avait eut pendant la guerre. Les rares exceptions (donc Jake) se trouveraient peut-être au Stade pour assister au triathlon, ou y participer, mais il y avait de grandes chances pour qu’ils soient séparés.

Bruce lui avait confirmé le fait qu’une cinquantaine de participants était prévue chaque année, ce qui avait calmé ses rares frayeurs. Lauren s’était donc appliquée à réviser ses sorts, avec un certain brio dont elle n’était pas peu fière.

Et la voilà donc, en cette journée de juin, dans une tenue sportive traditionnelle noire (leggings, brassière, basket à la moldue), entrain de s’échauffer près de la piste. Lauren s’approche de la ligne de départ, effarée par le nombre de spectateurs dans les gradins. Pendant quelques secondes, elle se sent si petite et si insignifiante qu’elle hésite sincèrement à transplaner de nouveau pour retourner à sa vie moldue. Mais la voix du présentateur retentit déjà, et Lauren tourne la tête, sautillant sur place, pour écouter son message de bienvenue. Elle ne connait Jugdson que de nom, et dans quelques minutes elle prendra le temps de s’insulter copieusement pour ne pas avoir fait de recherches approfondies. Mais c’est censé être une journée tranquille sous la bannière du sport. Sa baguette ne tremble pas dans sa main, même quand elle remarque un visage familier sur sa droite. Lauren se mord la lèvre pour s’empêcher de sourire, et adresse un salut timide à Clark quand leurs regards se croisent. Ils doivent toujours diner ensemble, mais ce n’est pas le moment.

Le bang la fait sursauter mais dans un élan qui va de paire avec ses confrères sorciers, elle s’élance sur sa piste, le visage décidé, sprintant avec une adresse que certains coureurs pourraient lui envier. Elle n’essaye pas d’aller vite, car Lauren sait parfaitement que les obstacles vont couper la route au groupe de tête, et il faut économiser son énergie pour le sprint final quand les autres essaieront de choper les balais (non elle ne montera pas dessus nonnonononononon). Elle attend, patiemment, que le premier piège se déclenche, prie sans doute un peu pour ne pas avoir à affronter un Epouvantard. Elle craint, non sans raison, que son Ridiculus ne fonctionne pas.

Mais rien n’arrive, et c’est étrange car elle entraperçoit déjà, si proche, le bassin d’eau qu’elle va devoir traverser à la nage. Est-ce que c’est normal ? Ils ne parlent pas de délais de temps, de lignes piégées à chaque cinquante mètres, et ce n’est pas le public qui murmure plutôt que de les encourager là ? Elle n’en sait rien, voudrait observer le visage de ceux qui sont proches d’elle, hésite à le faire, l’estomac noué.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 21:39

Maintenant qu’il était sur le terrain où prendrait place le Triathlon, Clark se demandait un peu pourquoi il avait décidé de participer. Après tout, le mieux pour lui à l’heure actuelle était de ne pas se faire trop remarquer. Il le savait pourtant, mais il s’était inscrit pour une seule et unique chose : l’adrénaline. Ça pouvait sembler étrange à dire comme ça, mais c’était vrai. Depuis qu’ils avaient fait exploser Azkaban, qu’il avait re-goûté à l’adrénaline qu’apportaient les opérations de cette envergure, ou même les missions, le gallois avait ressenti le besoin de retrouver ces sensations. Vivre en se cachant et en regardant constamment par-dessus son épaule était fatiguant, il avait besoin de se défouler, de vider ses ballastes de stress…Quoi de mieux qu’une bonne compétition sportive, pas de politique, juste du sport et une histoire de survie.

C’était une raison si égoïste…Mais on avait jamais dit que Clark n’était pas égoïste, il l’était, juste pas quand on parlait de Chris, là il se plaçait au second voir troisième plan pour protéger son fils. Son fils, sa vie, sa raison de vivre actuelle. Mais autrement, Clark faisait les choses par pur égoïsme. S’il avait vraiment été altruiste, il n’aurait pas embarqué Anna dans une vie de mensonges et de cachettes. Il n’aurait pas imposé cette vie à Chris, une vie où il doit se cacher et surtout, ne pas faire de vagues, encore plus que les autres. Il était un être profondément égoïste et hypocrite à se cacher derrière des airs de gentleman.

Sa tenue était loin d’être de première mode, mais de toute façon, même s’il était venu avec poncho ça n’aurait pas changé grand-chose, il se fichait bien de ce que pouvait penser la foule. D’accord, il y avait Lisa dans la foule, à qui il adressa un petit sourire, avant de remarquer François, un peu plus loin. François qui semblait inquiet. Il ne devrait pas. C’est vrai que plusieurs concurrents trouvaient la mort à chaque édition de ce Triathlon, mais…Non, il ne devait pas s’en faire, Clark s’en sortirait, il ne pouvait pas faire autrement. Parmi les concurrents il reconnut Bruce, il était arrivé avec après tout, et Lauren. Il lui envoya d’ailleurs un clin d’œil complice. Puis il porta un peu plus attention au public dans les gradins. Au loin, il reconnut la silhouette de Rookwood, le tireur d’élite. Un frisson d’effroi lui parcourut l’échine et il détacha vite son regard. Ce n’était pas le moment de se déconcentrer.

Jugson, tel était le nom associé à la voix qui leur demandait de prendre place avant le départ, annonça le départ imminent et Clark se mit en place. Repensant aux épreuves et quelle meilleure stratégie à adopter. La course il devrait s’en sortir sans finir en charpie, selon les bestioles qu’ils leurs envoyaient, la nage…Certes, il était un peu rouillé à la nage, il allait avoir du mal à prendre de l’avance avec cette épreuve. Les balais en revanche ; il ne ferait qu’une bouchée des trois sorts à lancer et il avait encore de beaux restes des séances de faux Quidditch dans le jardin quand ils étaient ados, ça devrait lui permettre de terminer le parcours. Non, sincèrement, ce qui l’inquiétait le plus était l’épreuve aquatique.

Le départ fut donné et il partit au quart de tour, ses yeux fixés sur la piste et uniquement la piste. Tant et si bien qu’il ne fit qu’à peine attention que ça faisait trop longtemps qu’il courait sans aucun obstacle. Il devrait peut-être s’inquiéter un peu plus…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 22:45

«  Mais siii, viens Elie ! Ca va être super cool, tu verras ! Tu pourras jouer la pom-pom girl pour moi ! En plus tu seras avec Amé, et comme je savais que ça te ferait plaisir, je t'ai pris une place ! »
«  Tu plaisantes ? Et elle t'es pas venue l'idée que je serais pas d'accord ? En plus t'es bien gentil mais supporter l'Amé groupie pendant je ne sais pas combien d'heures… très peu pour moi »
«  Tu feras ce que tu sais le mieux faire: l'hermite. Et tu grogneras ! »
«  Hermite hein ? T'as déjà vu un hermite entouré de milliers de personnes ? Tu sais ce que ça veut dire hermite ? Vraiment, brillant. Les Phénix ont bousillé ce qu’il te restait de cervelle lorsque tu les as rejoints. Ou alors c’est en décidant d’épouser Améthyste Miller. Et puis je ne grogne pas. »

Ca, c'est la discussion que j'avais eu avec Elie quelques jours auparavant. En temps normal, je n'invitais pas mon « meilleur » ami à faire quelque chose quand je n'étais pas avec lui en tant que spectateur, mais participant. Enfin, normalement, je n'étais pas censé participer au Triathlon, d'où les deux places – la première étant pour Améthyste – mais j'ai changé d'avis. Pour en revenir à la conversation, Elie a affirmé avec un grognement que non, il ne grognait pas, j'ai éclaté de rire, j'ai décidé de ne pas relever la remarque sur ma fiancée – parce que le jour où il irait trop loin, il savait qu'il s'en prendrait une – et je lui ai donné/enfoncé le billet dans la main.

« Si, tu grognes ! Et bon, c'est pas tout, mais j'ai entraînement. On se voit mercredi ! »

Et hop, j'ai transplané sans lui laisser le temps de répondre quoi que ce soit. Au final, je n'étais même pas sûr qu'il viendrait, même si ça ne lui aurait pas fait de mal de se sociabiliser un peu. Un jour, peut-être qu'il arriverait à sortir de sa carapace ? Quoique... A moins de lui faire subir un lavage de cerveau, je ne voyais pas trop. J'espérais juste qu'Améthyste et lui ressortiraient entiers/vivants, ce n'était pas vraiment l'amour fou, entre eux. Avec Elie, j'avais plutôt l'impression que ses parents avaient sauté une étape au moment de sa conception, et que du coup, il lui manquait le gêne de la bonne humeur. Amé était bien plus portée sur le romantisme. Deux opposés, en somme... Et moi baaah, je les aimais tous les deux – pas de la même façon, heureusement, sinon Elie se serait déjà sauvé en courant, un poncho sur la tête pour pas se faire remarquer (c'était une technique de camouflage comme une autre).

Quelques minutes avant le départ, je parcourais des yeux les environs. Le stade était comme neuf, c'était chouette ! Pas très loin dans les gradins, ma fiancée, et à côté... Elie ! Ahahah, je savais qu'il viendrait. Je leur aurait bien envoyé un bisou de loin, mais ça risquait d'être mal interprété. Surtout pour le Médicomage, en fait, étant donné qu'il était normal de faire de ce genre de choses pour sa future femme. Alors, à la place, je me suis contenté d'un signe de la main. J'aurais presque pu entendre Elie grogner en guise de réponse, parce que c'était ce qu'il faisait tout le temps, en fait.

Bref, un peu de concentration ! Côté participants, je ne connaissais personne, du moins, pour les plus proches. Bien, de toute façon, on était là pour courir/nager/etc., pas pour s'inviter mutuellement à boire un jus de citrouille et papoter gaiement.

D'un coup, l'énorme « BAANNNG » se fait entendre. Ah, je crois qu'il faut y aller ! Non, plus sérieusement, même quelqu'un de plus sourd que moi l'aurait entendu à des kilomètres de là. Bien évidemment, je me suis mis à courir, et rapidement, de préférence. J'étais plus à l'aise dans les airs que sur terre, mais pour garder le niveau, pendant les entraînements, ils nous faisaient pas mal d'exercices sans balai, donc au sol. En fait, ce début de Triathlon, c'était ni plus ni moins un de nos échauffements. Ou alors des tours de terrain imposés parce que je devais moins parler, ça dépendait. Dans tous les cas, j'aurais presque pu entendre l'entraîneur crier un « COOPEEER, accélère ! » aussi gentiment qu'il savait habituellement le faire.

Au bout de quelques instants, je me fis la réflexion que bah mince alors, on était tous en train de courir comme des dératés, baguettes en main, sans qu'aucun obstacle ne soit encore apparu. C'était normal, ça ? Au pire, on s'en fout, Cooper, couuuuurt, tu verras bien après !


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 23:31


Armelle Rookwood


« Tu re-participes au Triathlon cette année Armelle ? » « Je n’aimerais pas manquer le moment ou tu te feras prendre dans un piège. Je serai aux premières loges pour en jubiler. Un peu comme l’an dernier, où j’étais arrivée devant toi, bien devant toi. Tu t’en souviens non ? » C’est dingue comme les hommes pouvaient sous-estimer les femmes, surtout mes collègues. Ils avaient beau se manger des chaudrons à chaque fois qu’ils me défiaient, ils persistaient.

Battre des sorciers, dans le fond, c’était presque plus simple que la chasse aux vampires. Courir après les vampires, je le faisais quasiment toutes les nuits. Et Merlin le savait à quel point ces créatures étaient ignobles. Je n’étais absolument pas inquiète pour le triathlon. J’avais mes chances, j’étais bien au dessus des sportifs du dimanche qui s’entrainaient occasionnellement. J’avais toujours été confronté au danger. Avant l’arrivée de Mervyn Kark au ministère je travaillais à la commission d’examen des créatures dangereuses. Même un dragon n’arriverait pas à me faire frémir. Ça n’allait pas être des vulgaires créatures mises dans le triathlon qui allaient me faire perdre mes moyens. Je connaissais un nombre incalculable de sortilèges d’attaque et de défense. Pas la peine de réviser, de m’entrainer. Mon entrainement était quotidien avec les vampires.
Mais ce qui était le plus excitant dans le triathlon en dehors du fait que j’allais tous les écraser, était cette ambiance compétitive, le challenge, la concurrence. Tous pensaient pouvoir gagner. J’aimais la compétition. Compétitive dans l’âme je ne manquais jamais de montrer de quoi j’étais capable. Rien n’étais joué d’avance, il y avait toujours cette part de doute qui faisait que je pouvais perdre. Je n’aimais pas perdre. Je m’arrangeais toujours pour gagner. Ce que je comptais une fois de plus faire à ce triathlon sorcier.

J’avais un fort caractère, et ne me faisais pas marcher sur les pieds. La vie m’avait rendue ainsi. Lawrence mon époux, m’avait rendu ainsi. Être mère à 17 ans m’avait rendue ainsi. Travailler avec des hommes m’avait rendue ainsi. S’il pensait que j’étais une femme fragile, à la larme facile, ils risquaient souvent de se frotter un peu trop près à une femme dangereuse. J’étais née Travers et avait épousé un Rookwood. Il y a des signes qui ne trompaient pas dans le monde sorcier, tu naissais avec une épée empoisonnée au dessus de la tête ou une fiole en argent dans la bouche. J’étais née Travers, j’étais donc bien partie.

J’étais en train de manger, lorsque le calme de la maison fut parasité par la voix de ma fille, puis celle de son père. Ayant l’esprit déjà plongée dans le triathlon, je ne fis pas plus attention à ce qu’elle disait, mais je compris qu’elle essayait de convaincre Lawrence de l’emmener avec nous. Je pris un gâteau, et le poncho de Swan abandonné sur un coin de chaise. Je dirigeant vers elle. « Tiens, n’oublies pas ton poncho il fait encore frais le soir. » Je l’embrassais sur le front avant de laisser Lawrence l’accompagner, de force jusqu’à chez ses parents, qui la garderaient pour la journée.
Lorsqu’il revint, j’étais prête, vêtue d’un pantalon fin et léger, un top et une veste fine me laissant libre de mes mouvement. Le tout d’une couleur marron avec des touches de vert. Il était en compagnie de Lexy, sa cousine, ma cousine par alliance également, que je saluais avec un sourire. « Nous allons être en retard. On y va ? » Lui avais-je adressé avec un sourire. Savoir qu’il allait être là, pour me soutenir me donnait encore plus de force. Si à la naissance de Maël je ne pensais pas un jour être heureuse avec cet homme, après la naissance de Swann j’avais compris que nous étions fait pour nous entendre, surtout pour nous supporter. Lui prenant la main, nous avons transplané dans l’enceinte du stade. Il était déjà bien rempli. La structure neuve était impressionnante. Ayant atterrit dans les gradins, je devais descendre sur la piste. J’embrassais Lawrence, tendrement. Ne me doutant pas une seconde de ce qui allait m’arriver. J’étais confiante. « Je reviens avec la coupe ! » lui adressais-je avec un clin d’œil avant de lâcher sa main pour descendre rejoindre les participants. J’en connaissais certains, comme Blackburn, à côté de qui je passais. Son visage pouvait laisser penser qu’il avait vu le fantôme du Lord. « Tu es pâle Blackburn, il est encore temps de déclarer forfait. Il doit rester des places dans les gradins. » Lui-avais annoncé d’un ton ironique, même si je le pensais vraiment. Observant les gradins je vis Lawrence, après un dernier regard échangé, je pris place. J’aperçue, non loin Cooper, le professeur de vol de Poudlard, Maël m’avait souvent parlé de lui, en bien. Et plus loin encore, Hayley, ma cousine.

Baguette en main, je regardais droit devant moi. BANG ! Le coup de feu était donné. Poussant sur mes jambes pour me donner l’élan des premières foulées, je guettais le moindre indice, la moindre brindille bougeant pouvant cacher le premier obstacle. Rien. Je continuais de courir, essayant de devancer les autres participants. Mais toujours rien. J’avais déjà participé au triathlon. Plusieurs fois, et les obstacles tombaient beaucoup plus tôt. Ce n’était pas bon signe. Et je n’aimais pas ça. Je regardais derrière moi, autour de moi. Une compétition sans obstacle n’était pas une compétition loyale. Je sentais l’amertume pointer le bout de son nez …


Dernière édition par Maël J. Rookwood le Lun 28 Mai 2012 - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 27 Mai 2012 - 8:31

Courir. Voler. Esquiver.

Moui, plus facile a dire qu’a faire, songea la jolie française en tirant un peu sur son short. Claire ne savait toujours pas ce qui l’avait poussé a participer. Ah si ! Un pari débile avec Ted. Enfin, c’était elle qui l’avait lancé, il s’était contenter de le relever avec un léger sourire en coin horripilant. Soit. Il n’avait pas confiance en ses capacités sportives, elle allait donc lui prouver le contraire. Le seul soucis, c’était son talent naturel à créer des catastrophes en série. Déjà que les obstacles risquaient de ne pas être de la tarte, si en plus on y ajoutait une proportion innée à les aggraver…

Claire secoua la tête, faisant danser sa queue de cheval, un air déterminé se peignant soudainement sur son visage. NON ! que dalle ! elle réussirait à en sortir indemne, même si elle ne devait pas gagner ! De toute façon, la victoire en elle-même n’était pas cela qui la bottait, non, c’était plutôt la compétition avec Ted. Ted qu’elle chercha du coin de l’œil et qu’elle repéra dans les gradins.

Son poignet effectua quelque moulinets, faisant danser sa baguette tandis qu’elle lui envoya un baiser de loin sur fond de moquerie. Oui, bon, elle était moins confiante qu’elle n’y paraissait. Ca allait être serré et dangereux, la poisse. Bon, elle pouvait compter sur sa souplesse naturelle pour franchir les obstacles physiques mais, même si elle était rapide sur un lancement de sort, elle avait parfois tendance à frapper a côté. Nom d’un Scrout ! Elle aurait dût s’entrainer sur une cible mouvante ! Maintenant, c’était un peu tard alors qu’elle regardait qui se trouvait à ses côtés. Chouette, elle connaissait personne…Bon, tant mieux d’une certaine façon. Son regard se releva ensuite vers Judson. Mince, il la faisait flipper en fait !

Non, non, secoue toi Claire ! S’insurgea-t-elle mentalement. Il fallait qu’elle se concentre sur la course et rien d’autre. Ted verrait si elle n’était pas capable de le finir par la barbe de merlin ! Néanmoins, elle sentait ses paumes devenir moites et son cœur s’accélérer un peu, cœur qui explosa lorsque le BANG du départ retentit. Elle ne démarra pas sur les chapeau de roues non, elle allait s’arranger pour rester en milieu de peloton jusque la fin et là, seulement, elle sprinterait, en attendant, laissons donc la tête se manger les pièges…Ou pas…Fronçant un peu les sourcils, courant a petites foulées précises et souples, Claire se posa tout à coup une question :

Mais où étaient les pièges ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 10:42

D'un coup d'oeil, Jane essaye de repérer les gens qu'elle connaissait. C'était plus fort qu'elle, partout où elle allait, elle avait besoin de les répérer, de connaitre leur position exacte pour se sentir en sécurité. Dans les tribunes nord, elle avait aperçu Ethan, qu'elle n'avait pas revu depuis leur escapade au Pays de Galles pour sauver une licorne. Elle savait que Ian & Thomas étaient présents eux-aussi, dans les gradins, mais la foule survoltée l'empêchait de les repérer. Des poules mouillées... L'irlandaise n'oublierait pas de charrier Ian à propos de son absence de participation. Un coup de coude lui fit lever la tête, mais déjà, il n'y avait plus personne. Les concurrents étaient serrés les uns contre les autres & commençaient à se marcher dessus.
Autour d'elle se mouvaient des dizaines de personnes. & aucune d'entre elle ne lui était familière. Du bout de sa chaussure, la jeune femme forma un petit tas de terre.

Dommage qu'Eireann ne soit pas là.

Le Triathlon, c'était un peu une habitude chez elles. Depuis qu'elles avaient arrêté le Quidditch, les deux cousines aimaient se mesurer aux autres en participant à l'événement. Jane y retrouvait les sensations exaltantes de son sport préféré, tout en y mêlant les sortilèges. & puis, elle savait d'avance qu'elle avait toutes ses chances, & c'était exaltant. Elle était excellente sur un balais, maniait les sortilèges liés à l'eau avec dextérité, & elle avait continué le sport après Poudlard. Certes, elle n'était pas aussi sportive qu'un Auror, mais tout de même. Autour d'elle, Jane reconnaissait quelques personnes de l'Ordre. Elle les avait croisé plusieurs fois sans jamais leur avoir réellement adressé la parole. & puis, il y en avait du monde à l'Ordre... Nerveusement, l'irlandaise essuya sa baguette dans sa chemise, puis essuya ses mains moites sur son short en jean. Elle avait hâte que cela commence, de pouvoir s'élancer, se battre, éviter les p'tites & les grosses bêbêtes. Elle savait aussi qu'elle aurait du choisir une tenue un peu plus conventionnelle pour le Triathlon, mais l'importance était de se sentir bien, & s'il elle avait trop chaud, elle pourrait toujours nouer sa chemise autour de sa taille & rester en débardeur.

Léo & Jake devaient être là normalement. Savoir qu'ils étaient là tous les deux pour l'encourager réchauffait plus son coeur que des litres de bièraubeurre. Elle espérait finir avec un assez bon classement pour pouvoir impressionner Jake s'il était présent. Le rouge monta aux joues de la jeune femme qui interrompit ses rêveries pour écouter Jugdson. En ayant travaillé au Ministère, Jane l'avait croisé plusieurs fois & salué brièvement, mais elle ne le connaissait pas du tout. Elle passait son temps à voyager pour tisser des liens avec des pays étrangers, il passait son temps à construire des stades. Hum. Nous n'avons pas les mêmes valeurs. Mais quel magnifique stade tout de même... Être obligé de transplaner à l'intérieur était beaucoup plus sûr, quoi qu'en disent les opposants à la construction du stade.

Un BANG sonore lança le début de la course. Jane s'élança, aussi vite qu'elle le pouvait. Elle devait prendre de l'avance, sa capacité à voler lui permettrait de bien finir la course. Autour d'elle, les autres concurrents accélèraient aussi. & encore, & encore, & encore, & encore. L'irlandaise sentit ses joues devenir écarlate. C'était pas une épreuve de course mince, quand est-ce qu'on allait leur donner des obstacles à franchir ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 17:58

Les murmures qui se répandaient dans les gradins l’agaçaient autant qu’ils l’amusaient. Lentement, les spectateurs se rendaient compte que quelque chose d’étrange se passait. Une fois de plus, Harvey Jugson porta sa baguette à sa gorge. « On s’ennuie non ? On va arrêtez la musique. Les coureurs, si vous pouviez vous arrêter quelques instants ? On va discuter un peu. » Sa voix tremblait d’excitation, il connaissait ce discours par cœur, il l’avait répété des dizaines de fois. Les murmures se propageaient comme un feu de forêt alors que la plupart des coureurs s’arrêtaient, l’air inquiet. D’autres continuaient leur course, craignant un piège. Harvey ne put retenir un petit rire aigu. Une fois calmé, il reprit un ton sérieux et continua son discours. « Je vais vous raconter une histoire. Une histoire qui était encore vraie il y a quelques années. Avant, nous étions unis, nous avions la paix. Avant, le mangemort ne tuait pas le mangemort, l’impur ne tuait pas le sang-pur. Avant toutes ces factions. » Il avait craché ce mot comme une insulte. « Donc voilà ce qu’on va faire : on va oublier le triathlon et laisser un petit message à Mr le Ministre, pour qu'il voit ce que lui et tous les autres ont fait. Pour qu'il récolte ce qu'il a semé. Qui sait, peut-être qu'il fera enfin quelque chose pour stopper cette guerre civile au lieu de l'attiser ? Faites-lui coucou à la caméra ! Et faites aussi coucou à tous les autres leaders : Salamander, Lewis, et les phénix aussi. Vous êtes tous responsables de cette guerre... Et pendant que vous culpabilisez et que vous réfléchissez pour la première fois à la conséquence de vos actes, à la place du Triathlon, nous on va jouer à autre chose… »

Perché dans sa régie, Harvey Jugson traça quelques runes sur son tableau de bord qui semblèrent s’allumer de l’intérieur avant de s’effacer progressivement. Le sol du stade se mit à trembler alors que les murs extérieurs s’enfonçaient dans les profondeurs de la terre, laissant un courant d’air frais traverser l’arène. Au bout d’une minute, les gradins étaient complètement à nu, au milieu du Londres moldu. Le dôme, quant à lui, semblait flotter dans les airs sans aucun support. Dans ses écrans, Harvey voyait la panique se dessiner sur les visages, tous les coureurs s’étaient stoppés désormais et regardaient les haut-parleurs avec anxiété. « Vous allez sortir et tenter de survivre, tout simplement ! N’essayez pas de fuir à pied, le quartier est scellé, mais il y a quelques portoloins disséminés un peu partout dans le quartier. Si vous voulez une chance d’en réchapper, parce qu’il y aura quelques pièges bien sûr, sinon c'est vraiment pas drôle, je vous conseille de travailler en groupe. On oublie les vieilles rancœurs et on coopère. Sinon vous pouvez toujours crever, pour ce que j’en ai à faire… Roh, ne faites pas ces têtes, ça va être marrant ! Vous avez cinq minutes pour quitter le stade avant que les gradins ne s’effondrent. » Le vent de panique que Harvey anticipait ne vint pas, peut-être… Peut-être qu’ils ne le croyaient pas ? Étouffant un juron, il traça à nouveau quelques runes sur la table. En un vacarme assourdissant, les fioles de potion qu’il avait placées sous le gradin Ouest explosèrent. Tout le gradin s’effondra et tous ceux présents avec lui. « Vous m’avez énervé, il ne vous reste plus que deux minutes finalement. »

Informations rp

ϟ Et voilà ! On vous avait promis de l’action, vous êtes servis !

ϟ Ce tour-ci, vous devrez fuir le stade et former les groupes (en gros, vous vous accrochez aux premières personnes que vous croisez).

ϟ Les PNJ personnalisés arriveront au tour prochain.

ϟ Lorsque vous sortez du stade, vous verrez qu’il fait étrangement sombre, comme si la nuit était sur le point de tomber.

ϟ Vous saurez à peu-près où vous diriger grâce à cette carte.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 18:40

Quand la voix de Jugson retentit à nouveau, Lauren crûe à une blague. Elle n’avait pas tout à fait tort, sauf que ça ne faisait rire que ce fou à lier. Elle continua d’avancer jusqu’à ce que la menace se précise dans les paroles du présentateur. L’angoisse qui se lisait autour d’elle n’était que le reflet de sa propre expression quand Harvey parla d’un autre jeu. Lauren avait assez vécu chez les moldus pour avoir vu des films d’horreur tels que Saw ou The Cube. Le remake sorcier risquait de faire beaucoup plus de dégats, surtout dans leur réalité. Le tremblement de terre appuyant les propos du dégénéré manqua de la faire tomber et elle observa, bouche bée, le quartier londonien familier apparaitre au grand jour. C'était du concret, ça se déroulait devant ses yeux, et elle ne savait pas du tout quoi faire.

Il n’y eut que quelques secondes de flou, entre le descriptif du plan de ce mégalomane en herbe, la chute des murs et la première explosion. Quelques secondes où Lauren maudit avec une vive rancœur tout ce qui avait trait au monde sorcier et à son propre fichu caractère. Quelques secondes de lamentations et de « Et si ». Et si elle était restée à la maison au lieu de s’investir dans ce triathlon, et si elle avait arrêté de vouloir à tout prix faire ses preuves, et si elle avait arrêté de créer des liens divers et variés. Des liens, il était clair qu’il allait s’en créer aujourd’hui, de gré ou de force. Quand les gradins sautèrent, emportant avec eux ferrailles, béton et personnes criant sous la douleur et le choc, Lauren se contenta de hurler.

Hurler sa haine pour les corps enchevêtrés et sans vie et oh mon dieu oui la guerre avait causé tout ça oui la guerre avait tué des gens mais elle n’avait plus vu de cadavre depuis Joe et oh mon dieu toute cette poussière tout ces hurlements tout ce chaos tout ce.

Fuir. Fuir et obéir. Fuir. Fuir maintenant.

« CLARK !!!! »

Lauren se tourna sur elle-même, chercha Bruce des yeux - déjà loin hors de portée - chercha Jake, chercha Ted, Elisabeth, Faust même - tellement rassurant de les voir juste un peu les voir - chercha quelqu’un de familier, continuant de crier, aveuglée par les débris.

« CLARK !!!!!!!!!!!!!!!!! »

Une chance d’en réchapper – des pièges – votre faute à tous Ordre Héritiers Ombre tous des fourmis sous un rayon de soleil qui les cramait sous le regard d’un gamin qui s’amusait à les voir s’éparpiller, se bousculer, s’écraser – sous le regard de Dieu.

« CL – »

La poussière envahit ses poumons et elle toussa, d’une toux grasse proche du vomissement avant d’attraper un bras au hasard, de se mettre à courir en le trainant, et c’était une petite blonde merveilleusement jolie, si jeune, pas trop jeune, mais jeune quand même. Elle la traina, l’entraina de force, poussa une autre personne devant elle, c’était une femme, et d’un coup le vit. Il n’était pas loin, il avait l’air aussi préoccupé qu’elle ne l’était et elle se jeta quasiment à son cou.

« Clark ! La médiathèque. »

Le hurlement des gens assourdissait ses propos et elle se mit à beugler, pointant une direction au loin, alors que la foule commençait enfin à se disperser, dans le chaos le plus total.

« LA MEDIATHEQUE ! VIENS ! »

Des avantages d’avoir vécu dans le Londres moldu, d’avoir traversé ce quartier, d’avoir connu cette foutue médiathèque que son index tremblant désignait. Lauren avait les larmes qui traçaient des rigoles plus sombres sur sa peau grise, entre la pâleur et cette foutue poussière qui ne cessait d’encombrer ses poumons. Elle se tourna vers la petite qu’elle n’avait pas lâchée, malgré ses éventuelles protestations, malgré ses éventuels coups. Vers la femme qu’elle avait bousculé, trainé aussi sans doute un peu. Vers les autres personnes qui étaient tout près, parce que dans la terreur on se serre, on se resserre, on cherche à se protéger, à se rassurer, à former des groupes. C’était le leur. Elle n’avait pas d’ordres à leur donner. Mais il fallait bien commencer en premier.

« On doit se tirer d’ici, vous avez des proches, des amis, je m’en doute. Mais ils se sont sans doute tirés d’ici depuis un bail et on doit les rejoindre. Cet espèce de malade mental, ce Jigsaw de mes deux, il a été clair sur un point : On peut survivre ensemble. Je connais un point de repère, c'est par là, vers l'Ouest. Je sais qu'on doit pas quitter le quartier mais il sera proche de la frontière et peut-être un point sûr dans tout ce merdier. En tout cas je connais les rues qui sont proches, ça nous donnera peut-être un avantage, j'en sais rien ! »

Combien de temps ? Moins d'une minute peut-être ? Combien de temps restait-il ????

« Alors je sais pas qui vous êtes, mais fuyons, vite ! »

Lauren se tourna vers Clark, avec un regard désespéré qui en disait long. Qu’il ne la lâche pas. Ils se connaissaient à peine, c’était dingue de demander ça. Mais pitié, qu’il ne la lâche pas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 19:10

QUOI !!!!!

Incrédule, stoppé au milieu de la piste, Claire dardait un regard écarquelé sur le Chef du Département des Sports. Non...Non..C'était impossible, impossible !

Ou pas...

La demi vélane laissa échapper un cri lorsqu'elle se rendit compte que ce foutu Chef était bien décidé a mettre son plan à éxécution...

"SALE FIENTE DE SCROUT !"

Hurla-t-elle tout en cherchant désespérement Ted des yeux. Fort heureusement, l'endroit où il se trouvait ne semblait pas touché...Encore pas dirons nous. Son reflexe premier a été, non de sauver son joli petit fessier français, mais plutôt de courir en sens inverse, soit, droit dans la catastrophe. Mais le sol tremblant était traitre et elle échappa à la chute plus d'une fois, notons le, c'était un miracle ! Autre miracle, elle ne perdit pas sa baguette dans la débandade, parce que l'on pouvait dire qu'elle fut bousculée, chahutée, presque piétinée, mais elle avait un but. Ted. Et croyez le ou non, la française était ce que l'on faisait de plus buté en ce monde ! Sauf que son côté âne batté ne put rien contre une poigne de fer qui la traina soudain de l'autre coté. Autrement dit, là où elle ne voulait absolument pas être...

"HEY ! Lâchez moi ! Nom d'un..."

Mais un nuage de poussière lui coupa la parole, la faisant suffoquer et elle n'eut d'autre choix que de suivre le mouvement si elle ne voulait pas finir etouffée par le nuage de petit débris.

"TED !"

Mais vu ce qui lui envahissait la bouche, pas sûr que cela ressembla a un cri, plutôt à un espèce de croassement à la limite du couinement...Elle entendit la brune qui suivait la poigne de fer hurler quelque chose et arrêta de se démener pour se sortir de là. Réflechis, réfléchis ! songea-t-elle, Ted était un meilleur sorcier qu'elle. Plus réfléchit, avec plus de sang froid. Il saurait s'en sortir...il DEVAIT s'en sortir, auquel cas, elle le tuerait elle même mais en attendant, la panique commençait a couler dans ses veines...

La voix de la brune lui parvint et elle fit un effort pour l'écouter malgré le sang qui tambourinait a ses oreilles.

"Y a-t-il une chance pour qu'un portoloin s'y trouve ?"

demanda-t-elle rapidement, la respiration sifflante et la poitrine montant et descendant au rythme de sa respiration rapide. Claire étouffa une quinte de toux. Ce qui la surprenait était le fait qu'elle ne...paniquait pas totalement...Non, en fait, elle sentait presque lucide, trop lucide...

"Ensemble..Ensemble...J'ai compris le concept, je connais pas assez Londres mais je te suis et ensuite, j'exploserais le nez-tomate de ce foutu Chef de département moi même."

assura-t-elle à la brune, son accent français ressortant un peu trop dans sa voix, signe qu'elle n'était pas si sereine que cela.Elle ne connaissait personne mais son regard se braqua tour à tour sur les visages présents. Ombre ? Ordre ? Héritier ? Cela n'avait plus d'importance tout à coup...Tu parle d'un sport de fiente de moineau !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 19:49

Il était lancé, il ne voyait plus les autres concurrents ; en revanche il remarquait bien que quelque chose clochait. Pas de piège alors qu’ils couraient depuis un moment maintenant. La voix de Jugson le sortit de ses pensées et, même s’il avait hésité à le faire, s’arrêta lorsque le commentateur le leur a demandé, observant les gens aux alentours, croisant le regard de son frère, cherchant à voir dans les yeux aussi bleus que les siens une quelconque réponse, ou même juste un début de réponse. Il n’aimait pas la tournure que prenaient les choses. Le fait qu’on leur demande de s’arrêter, le manque de piège…Clark sentit les cheveux sur sa nuque se redressé à mesure que Jugson parlait annonçant la suite des évènements. Surtout quand il annonça que le Triathlon allait se transformer en un autre jeu…

Pour le coup, s’il n’avait pas pâlit avant comme l’avait supposé la délicieuse (AHEEEEEEM) Madame Rookwood, là il a pâlit. Le tremblement de terre le ramena à la réalité et il tenta un sort pour calmer tout ça, au moins dans un petit périmètre mais rien, rien du tout. Pas même un crépitement au bout de sa baguette. Il ne sentait aucune magie le parcourir alors qu’il retentait son sort, comme si…Comme si toute magie était bloquée. Il jura en gallois sous l’effet du stress et tourna frénétiquement la tête à droite et à gauche tentant de voir comment ça se passait pour les autres, surtout Bruce, même s’il ne s’inquiétait pas trop pour lui, et Lauren. Il ne la connaissait presque pas mais c’était l’une des seules personnes qu’il connaissait sur ce terrain, il était normal qu’il s’inquiète. Clark rangea sa baguette, même si la magie était inefficace pour le moment, ce n’était pas une raison pour perdre sa baguette.

Quand le Londres Moldu devint visible, le gallois dût admettre qu’il ne savait pas franchement quoi faire, perdu, voilà ce qu’il était. Puis l’explosion, le nuage de poussière. Il se couvrit le visage et hurla, par pur instinct, parce qu’il ne savait pas ce qui avait explosé et qu’il ne pouvait s’empêcher d’imaginer le pire.

"FRANCOIS !"

La poussière lui obscurcissait la vue et la foule n’arrangeait rien. Il ne voyait pas le visage de son ami mais ce n’était pas son gradin qui avait explosé, c’était déjà une chose rassurante pour Clark. Mais il aurait voulu le retrouver et l’emmener avec lui, ne serait-ce que pour pouvoir l’aider. Ne serait-ce que pour être sûr qu’il était vivant. Oui, il allait faire ça, le chercher et ensuite quitter cette arène sans tarder. Une voix de femme l’en empêcha. Lauren. Elle arriva vers lui et s’il ne l’avait pas vu il aurait sûrement fait un bon pas en arrière à l’impact avec la jeune femme. Il vit qu’elle emmenait avec elle une blonde, jeune, si jeune. Trop jeune pour se trouver. D’un coup il pensa à Chris, qui lui avait préféré suivre ça de la maison, parce que Londres était une ville qu’il trouvait trop grouillante et bruyantes pour lui. Il bénit le ciel pour cela. Ca lui donna la résolution et le sang-froid qu’il lui manquait pour faire face à cette situation, se dire que son fils avait encore besoin de lui. Mme Rookwood faisait aussi partie de ce groupe improvisé. Lui qui aurait tant voulu qu’elle se perde sous des décombres pour ne plus voir sa face de…De femme suffisante et mariée à une ordure de première ! Bon, il fallait qu’il garde son sang-froid.

Il écouta Lauren, qui semblait avoir une idée de quoi faire et surtout où aller. Parce que le « quoi faire » était simple : fuir et le plus vite possible. Chose que Clark allait faire quand il remarqua à quelques pas d’eux une jeune femme, tétanisée et un autre type, tournant en rond, cherchant visiblement quelqu’un, et Clark fila comme une flèche vers eux. Il tenta pendant quelques secondes de secouer la jeune femme, de la faire réagir mais vu e manque de réaction, il s’excusa rapidement et prit ses jambes pour la déposer sur son épaule, tel un sac de patate. Peu gracieux, mais le plus pratique pour la transporter au plus vite. Se rapprochant ensuite de l’homme, il lui saisit le t-shirt au niveau de l’épaule et le fit avancer devant lui d’un geste vif et brutal. Il se fichait bien de se faire des amis ou des ennemis pour le moment, ils devaient fuir.

"Bouges !" tonna-t-il d’une voix autoritaire et forte qu’il n’avait plus utilisée depuis longtemps.

Une fois l’autre en mouvement, Clark reprit sa course, ralentit par le poids de la jeune femme. Il revint près de Lauren et d’un signe de tête fit comprendre qu’ils pouvaient partir. Devoir supporter la mère Rookowood ne l’enchantait pas le moins du monde, mais il devrait faire avec. Il aurait bien pensé à une réplique cinglante, mais ça n’était pas le moment de se lancer dans une joute verbale. Au cas où certains n’auraient pas encore compris le plan, pourtant simple, de Lauren, Clark en rajouta une couche.

"Tous à la médiathèque. Pour ceux qui préfères faire cavalier seul et crever, tant pis pour eux !"


Ah oui, ça changeait de l’aimable Clark de d’habitude…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 22:45


Armelle Rookwood


Je m’étais arrêtée, bêtement, suivant ses ordres. Mais sa voix ne laissait pas d’autres alternatives que d’écouter et de faire ce qu’il disait. Ma baguette toujours en main, je l’observais, cet homme se pensant au dessus de nous tous. Le fumier. Le troll. Tout un tas d’insultes m’étaient venus à l’esprit. Mais je gardais mon sang froid. Avec le temps j’avais le sang quasiment aussi froid que celui des vampires. De même que j’étais presque aussi blanche qu’eux. Le sol tremblait… mes pieds essayaient de me garder en équilibre, mais même avec mes bras je vacillais. Pendant que Jugson s’élevait dans les airs, nous étions tous en train de sombrer. Je levais mon regard en même temps qu’il s’élevait, sentant une adrénaline m’envahir. Mais pas la même adrénaline que j’avais l’habitude d’avoir lors de mes chasses aux vampires.
Cinq minutes avant que les gradins ne s’effondrent … était-ce du lard ou du cochon ? Incapable de bouger cependant. J’avais été habitué à réagir très rapidement au danger, mais là, était-ce vraiment un danger ? Le sol avait pourtant tremblé…
Un bruit assourdissant. Des cris. Des hurlements. Le Gradins Ouest venait de s’effondrer. Me retournant pour voir la catastrophe de mes yeux, je ne m’y suis attardée que quelques secondes. Le Gradin Sud attira toute mon attention. Je sentais mes entrailles se resserrer. « Lawrence … ». Il était dans les gradins voisins à ceux qui venaient de s’effondrer. Je le cherchais du regard, mais la panique avait envahit le stade. L’idée de le perdre ne m’était pas pensable. Je commençais donc à me diriger vers les gradins sud, le retrouver.

J’aurais pu le retrouver, j’en étais sure ! Je l’aurais fait ! Si cette femme ne m’avait pas poussé et emmenée de force dans la direction opposée. « Non ! Mais poussez-vous bordel ! » Incapable de m’en sortir contre une foule paniquée, je me suis fait emporter dans le mouvement de masse, perdant le vue les gradins sud, ainsi que la possibilité de retrouver mon mari. Le nuage de poussière provenant des gradins ouest était au dessus de nos têtes. N’étant pas une exception, je me suis mise à tousser, me résignant à aller à contre sens de tout le monde et d’aller vers la sortie. J’essayais de jeter un sortilège, pour nous protéger du nuage de poussière irrespirable et aussi épais qu’une purée de pois. Mais rien … j’ai essayais à plusieurs reprises, sans succès. Pourquoi ça ne marchait pas ? Je n’arrivais plus à utiliser la magie.
On jouait des coudes, des genoux, des pieds. Je sentis un craquement sous mon pied, certainement une personne ayant trébuché et se faisant piétinée. Peut-être que je lui avais brisé un bras, une jambe, ou même le crane … rien à faire, je ne pensais qu’à une personne : Lawrence qui se trouvait quelque part.
J’entendais la voix de Blackburn à côté de moi. Visiblement ce n’était pas lui que j’avais piétiné … Dommage. « Tous à la médiathèque. Pour ceux qui préfères faire cavalier seul et crever, tant pis pour eux ! » Je fixais Blackburn du regard, d’un regard noir, lui faisant bien comprendre le fond de ma pensée. « Tu te foulerais la cheville au premier cailloux sur ton chemin Blackburn, je viens pour t’éviter les accidents bêtes. » T’aurais du te trouver dans les gradins ouest, tiens …
Je n’aimais pas suivre comme un troll, j’aimais mener les choses. Mais je ne connaissais pas les lieux. J’observais autour de moi, des fois que Lawrence apparaisse miraculeusement. Mais rien. En revanche, il faisait beaucoup plus sombre qu’avant. Je percevais beaucoup mieux les alentours. Mon regard étant plus habitué à percer l’obscurité que la luminosité. Mes entrailles étaient toujours nouées, ça ne présageait rien de bon. Des groupes se formaient à gauche et à droite. J’observais les gens qui m’entouraient : Blackburn (Ô joie !), Cooper, une blondinette, une autre femme portée en sac à patate, et une dernière, qui semblait connaitre les environs, une née-moldue ? Par Merlin, dans quelle bouse je venais de me mettre… « C’est ensemble ou crève de toutes façon… » Je lançais une fois de plus un regard noir à Blackburn. « Elle peut pas marcher la demoiselle sur ton épaule Blackburn ? On irait plus vite si elle était sur ses jambes. On fait partis des coureurs, donc logiquement on court plus vite que les autres. Alors qu’est-ce qu’on fiche encore ici ! On y va à vers cette médiathèque ou pas ?» Moi de mauvaise volonté ? Pas le moindre du monde ! J’étais prête à partir, faire bande à part, mais d’un côté je me sentais obligée de rester avec eux. On était tous dans la même bouse, et c’était évident que face à ce malade mental, il valait mieux être plusieurs pour l’affronter que seul. Même s’il ne devait certainement pas être plus dangereux qu’un vampire… Mais ce qui me faisait vraiment rester avec eux, c’était le fait que je n’arrivais plus à utiliser la magie. La plus grande peur pour un sorcier était de se retrouver désarmée de sa baguette magique. Et sans magie, je n’étais pas sure de m’en sortir seule …
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 10:00

    Jane était partie vite. Le vent avait ébouriffé ses cheveux longs & la rouge lui était monté aux joues. Elle s’apprêtait à accélérer encore pour dépasser les premiers quand la voix de Jugson avait retentie dans le Stade. L'irlandaise ne s'arrêta pas tout de suite. Déjà, c'était mauvais pour elle de s'arrêter dans sa course, mais en plus, elle refusait catégoriquement de perdre pour une blague stupide. & depuis quand les commentateurs se permettaient-ils de faire ce genre de blague ?! Mais au fil des foulées, la jeune irlandaise se rendit compte que la majorité des coureurs s'étaient arrêtés & écoutaient Jugson. Elle ralentit doucement ses foulées avant de se retourner vers la tribune d'où provenait la voix.
    Les mots lui manquèrent pour exprimer ce qu'elle ressentait. L'Ordre du Phénix coulait dans ses veines, oui, mais elle n'avait tué personne pour défendre ses convictions, & espérait bien continuer de la sorte. C'était peut-être naïf, mais elle espérait ne pas être comme ces hommes acharnés qui étaient prêts à tuer. & pour quoi se prenait-il lui ? Elle n'y croyait pas, personne n'était assez fou pour pièger ensemble une centaine de sorciers. Sa baguette à la main, Jane regardait le haut-parleur d'un air défiant. Ce n'était qu'une blague de mauvais goût. Du moins, c'est ce qu'elle pensait avant que les gradins ouest ne s'effondrent brutalement & que les murs de l'enceinte ne disparaissent.

    Jane resta figée au milieu de la poussière & des cris. Elle ne pouvait plus bouger, figée devant tant d'horreur. Elle ne pouvait pas. Pas courir. Pas marcher. Pas hurler. Pas s’inquiéter. Rien. Elle assistait les yeux ronds à la panique qui envahissait peu à peu le stade, & toute l'horreur de ces derniers mois lui revenaient en tête. La poussière, les cris, le tremblement de terre, tout lui rappelait l'horreur de la destruction du Chemin de Traverse. La peur reprenait le dessus, comme lorsqu'elle avait appris le kidnapping d'Eireann. C'était comme si son cerveau marchait au ralenti. Elle recevait les informations sans les comprendre & arriver à les gérer. Il s'écoula de longues secondes. C'était pas comme s'ils n'avaient que 2 minutes pour quitter le Stade de toute manière. Mais apparemment, un homme avait décidé de ne pas la laisser mourir ici.

    L'irlandaise le vit approcher au pas de course, toujours figée par l'angoisse. Les palpitations de son coeur étaient les seuls signes de sa présence physique. Comme stupéfixée, la jeune femme ne réagit pas lorsque l'homme la secoua énergiquement, s'excusa avant de la déposer sur son dos. Elle ferma les yeux. Ca allait s'arrêter. Eireann était revenue, on lui avait reconstruit son appartement, elle avait quitté le ministère, plus personne n'en voulait à sa vie pour le moment.

    Pendant quelques instants, le Callaghan se laissa bercer par le rythme de la course de l'inconnu qui la portait, puis elle se décida à émerger. Il fallait qu'elle se reprenne. Qu'elle redevienne forte. Au moment où une femme à la voix désagréable faisait une réflexion à son sauveur. Qui s'appelait Blackburn. Comme Ian. Jane se laissa glisser doucement sur le sol. Ses jambes tremblaient un peu, mais elle reprenait du poil de la bête.
    « J'ai assez profité de la vue de vos fesses. Hum... Merci » souffla l'irlandaise, gênée. Depuis quand se montrait-elle si faible en public ? Rapidement, elle prit conscience de la situation & le brouillard dans sa tête laissa place à une adrénaline hors norme. Elle dévisagea successivement les trois autres femmes, son sauveur & un autre homme aux cheveux bruns. « La médiathèque n'est pas très loin, on va pouvoir s'y réfugier» dit Jane. « Par contre, il faut qu'on se dépêche !» continua-t-elle en pointant du doigt le reste des tribunes qui commençait à s'écrouler. En tant normal, elle se serait placée en leadeuse tout naturellement, mais là, la jeune femme se contentait de suivre le mouvement, encore sonnée. Ensemble, ils quittèrent le stade en courant, souvent stoppés dans leurs courses par les éboulements & les parpaings qui tombaient du plafond. Jane en sentit un qui frôlait son bras, mais quelques minutes plus tard, ils étaient hors du stade et plongeait dans le noir. Pour un après-midi de Juin, ils avaient la curieuse impression d'être à la nuit tombante. Nerveusement, la consultante serra ses mains l'une contre l'autre. Ce n'était que le début des ennuis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 14:25

« Bravo Zakary. Tu as encore trouvé un moyen de te retrouver dans une situation pas possible. » C’est la première pensée qui m’est venue en entendant la voix jaillir des haut-parleurs. Le temps de comprendre de quoi il retournait, et je me suis retrouvé là, comme un con, sans savoir quoi faire. Il y a eu une boule d’anxiété qui s’est formée dans ma gorge quand une alarme interne s’est déclenchée : danger, danger, danger. Comme la plupart des autres coureurs, j’étais immobile. Un murmure général d’inquiétude a parcouru les gradins, et d’un coup…

Un bruit épouvantable, un nuage de poussière, et des hurlements désespérés, paniqués. Il me fallut quelques secondes de réaction, j’avais l’impression que ma tête allait exploser : je ne supportais pas les bruits trop brutaux depuis qu’un de mes tympans était hors d’usage. J’ai fermé les yeux une demi-seconde, avec l’impression que le bruit de l’effondrement continuait de résonner, puis que je n’entendais plus rien du tout. Les hurlements ont fini par reprendre quelques secondes plus tard, et là, tout est devenu encore plus confus, ou plus clair, je ne sais pas vraiment. Nous venions d’assister à la destruction de dizaines de personnes, qui n’avaient certainement rien vu venir. Je n’avais pas le temps de m’attarder sur cette pensée, et parmi les gens qui grouillaient comme dans une fourmilière, j’ai essayé d’apercevoir Elie et Améthyste, en vain. Je priais simplement pour qu’ils aillent bien, qu’ils s’en aillent, n’importe où, mais loin de ce lieu devenu apocalyptique. Deux minutes, plus deux petites minutes. Ca faisait combien, ça ? Cent-vingt secondes ? Une toute petite centaine. Pas moyen de faire quoi que ce soit, juste prier pour les autres, et se tirer au plus vite car l’instinct de survie avait inévitablement pris le dessus.

Mon premier réflexe fut d’essayer de me transformer une fois, deux fois, trois fois. Merde ! La magie était inutilisable et rendait la voie des airs inaccessible. Cette incapacité d’utiliser mon don d’animagus, devenu une seconde nature, me donnait l’impression d’être soudainement… Bien plus vulnérable. Plus encore que nous l’étions tous en cet instant. « Bouge ! »

C’était le bordel total, dans le stade qui allait tomber totalement en ruines dans quelques instants, dans ma tête, dans celle des gens, partout. Il ne me fallut cependant pas une éternité pour me mettre à courir. «Tous à la médiathèque. Pour ceux qui préfères faire cavalier seul et crever, tant pis pour eux ! » Médiathèque, médiathèque… Là, devant. Pendant ce temps, le premier homme et une femme que je ne connaissais pas non plus semblaient avoir trouvé le temps de se disputer. Comme si le moment était propice ! Je les ignorai ; nous avions d’autres préoccupations, notamment sauver nos vies. La poussière était aveuglante, les hurlements ne cessaient pas, et je préférais ne pas penser à ceux qui se faisaient écraser sous le poids et la pression des autres.

Un petit groupe s’était formé, je ne connaissais absolument personne, mais à la limite, ça n’avait pas grande importance. Je crois que mon épaule qui ne tenait plus très bien depuis que j’avais reçu un cognard en plein fouet – les risques du métier – avait à nouveau cédé, mais là encore, pas le temps de m’en soucier. La nuit tomba comme brusquement, et presque arrivés à cette médiathèque - tout était relatif, mais l'atteindre serait certainement moins compliqué que sortir du stade... J'espérais -, la foule s’était dissipée. Deux minutes étaient censées s'écouler, l'après-midi avait à peine commencé. D'autant plus qu'Améthyste, Elie n’étaient nulle part… Bordel… Faites qu’ils n’aient rien. La course effrénée n'allait pas tarder à prendre fin, si tout allait bien. Enfin... Façon de parler. D’un point de vue optimiste, le bâtiment pourrait nous permettre de rester à l’abri. Mais combien de personnes n’auraient pas le temps de sortir à temps ? Combien de personnes avaient déjà été condamnées ? Et j’avais comme le pressentiment que le cauchemar ne venait que de commencer…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 19:15

Dire qu’il avait peur serait un euphémisme colossal. Hector n’avait pas peur, il était au bord de la syncope, de la crise d’hyperventilation, la crise cardiaque, de la crise de nomd’unscroutàpétardonvatousmourir-inite. Qu’est-ce qui lui avait pris de s’inscrire à ce Triathlon à la noix ? Si ce stade n’était pas sur le point d’exploser, il se cacherait volontiers sous un banc et attendrait les secours en position fœtale. Mais c’était ça le problème : le stade était BEL ET BIEN sur le point d’exploser. Putain putain putain, on va mourir on va mourir on va mourir. Les mouvements de foule le balançaient de tous les côtés. Il n’avait jamais autant haï le peuple qu’à ce moment précis. Ah, comme il aurait aimé avoir la magistrale canne de son grand-père dans les mains pour se frayer un chemin à travers cette marée de basiques et de sang-de-bourbes à coups de bâton. Il avait envie de hurler « Mais enfin, un peu de respect ! Portez-moi jusqu’à la sortie, c’est pour ça qu’on vous garde en vie, mécréants ! Pour nous servir ! » Mais il se dit qu’il n’avait vraiment pas besoin de mettre une foule paniquée en colère, même si c’était franchement la vérité. Mais il avait appris au fil des années que, bizarrement, les gens n’aimaient pas vraiment qu’on leur rappelle qu’ils n’étaient que des elfes de maison haut-de-gamme.

Pfiou, il était sorti ! Bon, maintenant, il ne lui restait plus qu’à trouver quoi faire, et le faire. Simple, non ? Il avisa un groupe de gens et décida de s’y greffer. Après tout, ce taré de camé de Jugson avait bien dit qu’il fallait coopérer. Et puis, dans les films de TVM, le héros a toujours plein d’alliés au début, et ensuite ils se font manger par les monstres et tout et à la fin le héros est le seul survivant… Enfin, avec la fille. Comment était-il supposé survivre sans alliés pour se faire manger à sa place ? Impossible. Il s’approcha donc du groupe comme une fleur. La… Médiathèque ? Euh… Oui, bien sûr oui. Et en français ça voulait dire ? Non, parce qu’une bibliothèque, il connaissait, mais médiathèque, kézako ? Et puis c’était quoi ce quartier ? Ca ne ressemblait pas à… Non. Non… Ca ne pouvait pas… Non. Il ne POUVAIT PAS se retrouver dans le Londres moldu. Non. POURQUOI ?! POURQUOI MERLIN ?! Pourquoi lui infliger ça ? Pourquoi tant de haine ?! Ce n’était pourtant pas de sa faute s’il était aussi beau, pourquoi donc le punir pour quelque chose dont il n’était pas responsable ?! « C’est quoi une médiathèque ? »

Les regards se tournèrent vers lui. Ah. Effectivement, il ne s’était pas présenté. Il était même carrément arrivé comme un cheveu sur la soupe. « Hector. Fuller ! Hector Fuller. » Il leur adressa un sourire aimable : non, ils ne rêvaient pas, il était bel et bien sang-pur. Donc sachant ça, ils feraient tout pour le protéger non ? Enfin, il reconnaissait l’une des femmes comme sang-pure, une Rookwood s’il se souvenait bien. Mais le reste n’étaient probablement que des basiques, tout au mieux. Donc c’était leur devoir de s’assurer qu’il ne courait aucun danger. Ceux qui survivraient pourraient même s’attendre à une belle récompense !

Après les présentations et les blablas, le groupe se mit en route et s’engouffra dans une allée assez large mais… Moldue. Yeurk. Il se sentait sale rien qu’en déambulant dans ces rues. Boum ! Le sol trembla. Boum ! Nouvelle vibration. Inquiet, Hector leva la tête pour voir de quoi il en revenait. « Oh putain de sa mère la goule en string léopard qui fait le tapin sur l’Allée des Embrumes… » Il avait l’impression que ses intestins venaient de se liquéfier. Un troll. Un énorme troll. Un troll qui pue. Un énorme troll qui pue et qui a un gros gourdin dans son énorme main qui pue. Pendant un moment, il envisagea de pousser l’un de ses acolytes sur le gros machin et de se glisser discrètement dans la ruelle juste derrière le troll mais ses chances de s’en sortir seul tournaient autour de zéro. Okay, plan B. Il pourrait toujours fuir si ça foirait. « Bon bah, c’est pas tout ça mais il va pas se poutrer tout seul le troll ! » Il tapa trois fois dans ses mains pour leur faire comprendre que hop hop hop, on se bouge les fesses et on donne sa vie s’il le faut !


Informations rp

ϟ Et voilà vous avez enfin votre PNJ ! Il s’agit d’Hector Fuller, charmant sang-pur de 19 ans !

ϟ Hector Fuller : Si vous demandez à son entourage de décrire Hector Fuller, quelques expressions reviendront souvent : « imbuvable », « tête à claques », « lâche » mais surtout « pourri gâté ». Oui, Hector est lâche, oui il est imbuvable et oui, son faciès à l’étrange capacité de donner envie à tous ceux qui l’entendent parler d’envoyer leur main dans sa figure. Le sang-pur vient de la noble famille Fuller et a toute sa vie baigné dans l’abondance. Les difficultés de la vie ? A part trouver du personnel de maison de qualité, il ne connait pas. Hector est habitué à regarder les gens travailler pendant qu’il se tourne les pouces. Et pourquoi pas d’ailleurs ? C’est ce qu’on lui a appris dès l’enfance. Le travail c’est pour le bas peuple. Et puis, il y a des choses tellement plus amusantes à faire dans la vie. Mais sa vie bascule le jour du meurtre de l’héritier de la famille Fuller, Alex, par un sorcier lambda. Hector, tout juste sorti de Poudlard, devient l’héritier de la famille sans en avoir eu la préparation. Il n’a jamais subi de pression ni véritablement travaillé de sa vie, et voilà que des responsabilités monstres reposent sur ses épaules. Il tente de s’affermir, de montrer qu’il est digne de cet honneur, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a décidé de participer à ce Triathlon, pour prouver à tous qu’il n’est pas un incapable. Mais quelques mois de sérieux n’effacent pas toute une vie d’oisiveté et la panique du Triathlon a réveillé le gosse pourri gâté, le fils à papa qui sommeillait en lui. (Aide visuelle : Penn Badgley)


ϟ Vous vous retrouvez face à un Troll des montagnes ! Deux dés positifs pour le blesser, vous ne pouvez pas encore le tuer.

ϟ Il y a une poubelle à votre gauche, des débris de verre et des canettes vides au sol, quelques barres de fer abandonnées ça et là, traces de l'émeute qui avait secoué le quartier avant l'expulsion.

ϟ Niveau carte, le groupe se situe sur l'allée 5, un peu avant la première ruelle, le terrain vague est grillagé sur leur gauche, il ne peuvent pas y pénétrer sauf en escaladant.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 20:00

Merlin veille sur Claire. Sa question au sujet du portoloin avait empêché Lauren de rattraper Clark dans sa présumée nouvelle fuite (merci bien, il lui avait fait le coup une dizaine de fois au restaurant avec ses allées et venues incessantes, elle avait des raisons de se méfier). Ce fut la menteuse paparazzi qui répondit avec un soucis de logique sorcier, les sourcils froncés :


« Il y a de meilleures chances oui. C’est un jeu, le but n’est pas de vous faire perdre d’office. Mais la médiathèque est un point d’atterrissage à double tranchant. Sa taille peut nous protéger, mais il y aura un millier d’endroits où planquer un portoloin. »

Et ils n'avaient plus de magie pour révéler leur présence potentielle youhou. (Quoique, l'absence de magie en elle-même ne la dérangeait pas. Elle avait vécu des années sans. Actuellement, c'était juste chiant d'être enfermé dans un piège magique SANS magie)

Le cœur battant la chamade, elle crispa sa main gentiment sur le bras de la blonde dont elle ignorait toujours le nom. Ses envies de meurtre étaient clairement justifiées et bien qu’ayant des tendances plutôt pacifistes comme l’avait prouvé sa frayeur à l’idée de tuer quelqu’un dans sa dernière mission avec Ted, Lauren ressentait une joie féroce à l’idée de jouer à l’un de ses propres petits jeux avec ce présentateur à la con. Lui casser le nez serait une méthode trop douce. Mais il y avait mieux à faire que de palabrer sur les éventuelles tortures à infliger à leur nouveau Jigsaw. Clark revenait, chargé comme un mulet. Sur son épaule, une jeune femme, à sa droite, un garçon.

Supermâle, pensa Lauren avant d’obéir à sa remarque, à son ton sec et ordonnateur.

Si elle avait prit les devants pour lancer l’idée, Clark serait son pilier dans cette fuite. Elle se plaça aussitôt à ses côtés et dans un élan de survie, se précipita vers la sortie la plus proche, entre deux gradins. Lauren pria, le temps qu’ils mirent pour traverser, pour que les secondes ralentissent et leur permettent de survivre sans se prendre le contrecoups d’une explosion en pleine tête. Apparemment, Merlin ou La Toute Puissance Méconnue avait décidé de miser sur leur groupe puisqu’ils puissent sortir sans encombres de l'ancienne Arène. Une rue plus loin, Lauren s’effondra à moitié au sol, ses poumons comme envahis par un feu virulent, la tête entre ses cuisses et les mains appuyées sur ses genoux. Elle prit quelques secondes pour calmer les battements furieux de son cœur, songeant avec ironie qu’elle n’aurait pas pu aller bien loin au Triathlon. Mais la tension jouait en sa défaveur.

Allez. On se relève.


« La médiathèque est à quelques rues ici. Nous n’avons qu’à suivre l’artère principale, puis au prochain carrefour il y aura une rue de moindre taille entre les deux grandes routes. Elle mènera directement à… »
« C’est quoi une médiathèque ? »

Lauren se tourna vers la nouvelle voix, inconsciente du fait qu’ils étaient passés de 6 à 7 pendant leur fuite. Elle cligna des yeux, intriguée par la question, puis se rappela de la magie, du contexte social, et choisit d’expliquer patiemment.


« La grande librairie de Poudlard avec un maximum de films et de livres et des tas de choses moldues dont vous vous foutrez jeune homme. On y va, c’est un grand édifice, et c’est notre seule chance. Et il vaudrait mieux qu’on suive la route dont je vous parle, en cas d’incident. Certains n’ont pas connu cette partie de Londres, c’est nécessaire que vous ayez des repères si jamais on se perd de vue. »

Au moins ils pourraient se retrouver à l’intérieur, même en bossant séparément. Lauren préférait leur donner une chance à tous. Elle avait lu ces histoires d’alpinistes qui devaient en moins de dix secondes trancher la corde les liant à d’autres personnes en cas d’incident pour augmenter les chances de survie d’un seul plutôt que de perdre un groupe entier. Lauren espérait qu’une telle situation n’aurait pas à se présenter à eux avant un long –

Boum fit le sol.
Boum fit le ciel.
Bling firent les rares fenêtres qui avaient résisté à l’onde de choc crée par l’effondrement d’une partie de l’arène.

Avec le sentiment que ses entrailles venaient de chuter au fond de son bas-ventre en un gargouillis liquide immonde, Lauren tourna la tête et se laissa recouvrir par l’ombre menaçante du troll des montagnes.

Dire qu’il puait était un euphémisme. Dire qu’il était grand serait minimiser la vision qu’elle en avait. Lauren avait croisé des videurs de boite de nuit baraqués comme Stallone et faisant deux fois sa taille. Mais ce qui se présentait à eux frôlait du haut de son crâne les étages supérieurs des bâtiments environnant. Il avait dans son regard cette stupidité caractéristique des êtres dénués de toute morale. Il avait les muscles nécessaires pour les tuer en un seul mouvement. Pour l’instant le Troll se contentait de prendre en compte ces nouveaux obstacles en plein milieu de la rue, de décider ou non la manière dont il allait les chasser. Lauren eut une inspiration plus bruyante que les autres et le Troll émit un grognement brutal, prêt à charger.

Le monde ralentit. Ses yeux se tournèrent, fixèrent Clark, fixèrent la sang-pur – l’Ombre ? – la femme comme elle – puis les poubelles et cet éclat métallique au sol – des poutrelles – du métal – du solide – des armes.

Sans brusquerie, Lauren cala lentement sa baguette dans son dos, aux côtés de son portable et se mit à bouger.

Erreur de débutante – celle qui pense à se défendre avant de se dire que ce n’est pas un être doué de pensée qui la contemple mais le mélange entre un tigre affamé un alligator et un ty-rex. Qu’il va réagir comme un animal réagirait face à n’importe quel mouvement. En le prenant en compte, en se redressant – ah tiens il venait de gagner un mètre et d’obscurcir cette rue déjà sombre. Il faisait sombre, ils étaient majoritairement vêtus de noirs, les Trolls avaient-ils assez mauvaise vue pour en rater quelques uns ? Non. Le troll tourna la tête vers elle. Montra les dents.

Lauren glissa. Devant la blonde déjà, parce qu’elle était jeune et qu’elle s’était jurée de la protéger – sans doute en rapport avec son accent français c’était con mais rassurant – maman protesta une petite voix dans son cœur.

Maman.

Sa main moite se referma sur la barre de fer la plus proche. Ça serait sans doute insuffisant si le Troll attaquait.

« Bon bah, c’est pas tout ça mais il va pas se poutrer tout seul le troll ! »

« Non ferme-l… »

CLAC.

Le troll s’ébroua.

CLAC.

Le troll rugit.

CLAC.

Et le troll attaqua.

Il ne le prit pas pour cible principalement, se contenta de foncer dans la masse qui lui faisait fasse – et qui applaudissait avait parlé avait réagit et merde quel CON QUELCONQUELCON - et qui respirait au même rythme, comme si le groupe ne formait plus qu’une créature à sept têtes et 14 bras.

Lauren frappa dans un mollet qui faisait la moitié de sa taille au bas mot.

Spoiler:
 



« BORDEL DE MERDE !!!! »

Ce monstre avait la peau plus dure que n'importe quel cuir de bonne qualité, peut-être même plus dur que le métal renforcé d'un char d'assaut. Lauren souffla sur une mèche de cheveux, agrippa sa barre à pleine main, dans le but de porter un deuxième coup, de l'empêcher de réduire en pattée ses nouveaux compagnons, quand elle avisa le garçons qui avait déclenché l'attaque par ses applaudissements. Cet enfoiré reculait.


« AIDE NOUS ! Ou le troll ne sera plus ton PRINCIPAL PROBLÈME !!!!»


Dire que ses cours d'auto-défense visait principalement à frapper les organes génitaux de ses potentiels agresseurs masculins. Est-ce que ce troll était une fille ? Est-ce qu'elle pouvait simplement ATTEINDRE son bas-ventre ????




Dernière édition par Lauren Hudson le Mer 30 Mai 2012 - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 20:00

Le membre 'Lauren Hudson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 12:20

En fait, Claire n’était pas la seule à rejoindre ce petit groupe. Quelques minutes se passèrent avant que n’apparaissent d’autre personne totalement inconnu. Un homme portant une femme en mode sac à patate cro-magnon powa, un autre avec un air un poil revêche. Une femme qui…euh…Claire se demanda un instant si en plus du danger de mort, ils n’allaient pas devoir gérer un combat de poussière…Mais fort heureusement, tout le monde préféra de loin, la fuite éperdue vers la médiathèque.

La jolie blonde fit la moue. Et flute de crotte de bébé mandragore ! Pourquoi n’avait elle jamais prit le temps d’apprendre le plan de Londres par cœur ?! POURQUOI !? Et Ted ? Hein ? Il était où ? Cette inquiétude la rongeait, elle ne pouvait pas le nier et cette fois, elle n’avait pas de poêle a faire voler dans les airs pour patienter. Quoique là, le danger de se faire écrabouiller, laminer, défoncer, eviscérer, avait tout pour la calmer.

-« Surtout que ça peut être n’importe quoi….Oh misère de sort d’une tour Eiffel ronde ! »

Jura-t-elle soudainement en français sans égard pour ses comparses dont, à l’heure actuelle, elle se fichait bien de l’avis. Bon, le plus simple et comme tout le monde semblait d’accord, c’était de se réfugier dans cette médiathèque et d’aviser. Peut être qu’ils auraient un peu de temps pour réfléchir tranquillement. Oh par la barbe de Merlin ! Cela ressemblait tellement a ses films moldus ! Vous savez, les films catastrophes où tout s’enchaine sans que l’on ai le temps de dire barbapapa. Mais pas le temps de tergiverser, elle se trouva entrainer par la poigne de la brune et, cette fois, ne tenta pas de s’y soustraire, emboitant simplement le pas. Une, deux, une , deux, une, deux…Attention un cailloux…Une, deux, une, deux…Attention un bout d’estrade…Claire avait autant l’impression de faire une course de fond qu’une course d’obstacle mais qu’importe, galvanisée par la peur, elle suivait le rythme, le visage plein de poussière, les yeux picotant.

Ils réussirent a sortir du stade par un miracle, enfin, c’est ce que pensait la jeune française et, une rue plus loin, elle s’arrêta a l’unisson de tout le monde. Elle écouta les explications de la brune mais sursauta à l’écoute d’une nouvelle voix.

-« T’es qui toi ? »

Autant pour la politesse, elle repasserait. Quelque part, et c’était stupide, elle prenait ce type, séduisant au demeurant, pour un intrus total alors qu’elle ne connaissait pas plus les autres, mais ne cherchez pas à trouver une explication à la logique française, elle est pire que celle des anglais ! Son regard bleu accrocha celui de la brune aux explications totalement inconnus d’elle et ouvrit la bouche.

-« Euuh…Ca te dérange si je te colle au short ? Non parce que je ne connais pas du tout Londres, je peux être utile on ne sait jamais… »

A faire des catastrophes mais ça, elle préféra le passer sous silence en fait. Et c’est là qu’elle ressentit venant de ses pieds une secousse. Oh tiens…Après l’effondrement un tremblement de terre ? Et l’odeur ! A tout les coups ils étaient a côté d’une décharge ! Claire plissa le nez d’un air dégouté, inconsciente de la magnifique gravure de mode qui s’approchait vu qu’elle lui tournait allégrement le dos. Et la dégringolade des fenêtres lui fit enfin tourner la tête.

-« Putain ! Par le string de Merlin ! »

Juron étouffé mais juron tout de même et pas des plus gracieux. Devant elle, dans toute sa magnifique splendeur, sa divine puanteur, arborant des pustules comme un roi des gemmes précieuses…Un troll…La brune lui passa devant, comme un bouclier, mais sur le coup, Claire était pas sûre que cela fasse une grande différence…Fébrile, ses yeux fouillant le sol et résistant a l’envie de tourner de l’œil tant elle ne supportait pas la vue du monstre, la jeune française cherchait un…cure dent pour se protéger…constata-t-elle en voyant la barre que tenant la Brune ( nouveau surnom allons y )

-« Ta gueule ! »

Jeta-t-elle en même temps qu’un superbe ferme..Là ? Oui, ça semblait la suite logique…Sauf que…OH MON MERLIN !!! Le troll leur fonçait dessus. Comme un char…Comme le Godzilla…Comme…Comme..Ben comme un troll furax. Claire retint un cri perçant et ramassa..ce qui semblait être une..canette…Puissant comme arme anti troll, si, si, si. Hypnotisée mais absolument pas charmée, Claire regardait l’affreux leur foncer droit dessus…

Claire s’éloigna de la Brune, histoire de lui laisser toute latitude et…repéra un grillage…Alors soit ils tuaient tous ensemble le monstre boiteux, soit..Ben on se sauvait et vite…Pile ou face ? Face ou pile ? Sauf que là, la Brune était en difficulté…Claire avait une jolie voix de soprano lorsqu’elle hurlait…Et savait viser…En général…Elle emplit ses poumons d’air et sautilla tel un boxeur en queue de cheval.

Spoiler:
 


Et par la crotte d'un poussin violet ! La canette rata très largement la tête du troll, bonne hauteur mais totalement trop a droite. Par contre, son cri, lui...Gloups...Et...euh...Maintenant ? Alors que les yeux bovins de la bestiole se tournait vers elle...


Dernière édition par Claire Brisson le Jeu 31 Mai 2012 - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 12:20

Le membre 'Claire Brisson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 16:34

Au bout d’un moment, on a quand même fini par s’arrêter de courir, et c’est à cet instant que j’ai mentalement remercié tous les entraînements de Quidditch. C’est vrai, quand on s’engage pour devenir professionnel, on ne pense pas forcément que se taper des tours et des tours entiers de terrain avec divers exercices torturateurs pour garder la forme permet de ne pas être totalement exténué et au bord de l’agonie, après être sorti en courant aussi vite que possible d’un stade menaçant d’exploser. Il n’empêche que j’avais le cœur qui battait quand même sacrément vite, à cause du beau medley formé par les émotions et les derniers événements : grand sprint, stress, angoisse, visions d’horreur. Je m’accordai quelques secondes de répit, histoire d’essayer de reprendre un rythme respiratoire et cardiaque normal.

« C’est quoi une médiathèque ? »

Allez, qui dit plus hors sujet ? Plus improbable, comme apparition ? Je relevai la tête vers le nouveau venu, fronçant légèrement un sourcil – parfaitement, un seul. Il se présenta, l’air guilleret : Hector Fuller. Fuller, ah, oui… Comme Scarlett, tiens ! Personnellement, il ne m’inspirait guère confiance, et aucun de mes nouveaux camarades ne semblait vouloir lui offrir une tassé de thé histoire de faire connaissance, alors bon… D’ailleurs, je ne connaissais toujours pas les prénoms des autres, mais qu’importe. Fuller devait avoir une vingtaine d’années, à peine. Si ça se trouve il sortait juste de Poudlard ! Je ne l’avais jamais vu, je n’en avais jamais entendu parler, mais il arborait déjà un petit air de je-ne-sais-pas-trop-quoi qui ne me plaisait guère… « Allooooons, Zaky, tu critiqueras les gens rien qu’en les voyant plus tard, c’est pas le moment, là ! »

« Oh. »

C’est la seule remarque pertinente que j’ai réussi à sortir après avoir, sans que ce soit vraiment utile, fait un pas en arrière en sentant la terre trembler brusquement. Un coup. Deux coups. Et puis, soudainement, une sorte de gigantesque masse immonde est apparue. Un… un… UN TROOOOLLL ! Merde, merde, merde ! On fait quoi ? On jette Fuller dessus, on se barre ? Un volontaire pour faire diversion ? Et puis évidemment, il n’y avait toujours pas moyen d’utiliser la magie, ce serait trop beau. Et trop facile, aussi.

Hop hop hop, on récupère deux grammes de courage et on réfléchit ! Bon… Si j’avais réussi à apprivoiser Elie Brights, et, mieux encore, à en faire mon meilleur ami, ce n’était pas un vulgaire petit troll qui devait faire dix fois ma taille en largeur et en hauteur qui allait me faire peur… Ahahah… Comment ça, pas très convaincant ? Bref. De toute façon, l’énooorme masse grise pleine de verrue et qui sentait bon comme un joueur de Quidditch qui aurait joué pendant trois mois non-stop sans prendre de douche, je doutais fort qu’on puisse prendre la fuite.

Une première des jeunes femmes nous accompagnant avait essayé de le frapper. Elle devait à peine dépasser son genou, et pour être honnête, je ne suis pas sur que Monsieur le Troll ait réellement eu mal. Une deuxième miss, une blonde cette fois-ci, essaya le lancer d’objet : en vain, puisqu’il passa à côté de la charmante tête de notre nouvel ami (mais au moins, il avait laissé la première des femmes).

Humpf… Réfléchis, réfléchis, réfléchiiis ! Fais marcher ta cervelle de Serdaigle, par Merlin ! Le problème, après, c’était que j’étais attrapeur, pas catcheur, lanceur d’objets, assassin de troll, ou quelque chose qui aurait être plus utile dans la situation. Tant pis. Aux alentours, les rues s’étaient transformées en vrai dépotoir. « Et… Et si on trouve un câble, quelque chose du genre ? Il y a pas moyen de le faire tomber ? » Je ne sais pas à quoi ça nous mènerait, je ne savais pas si ça pouvait être utile. Ou sinon on pouvait l’étrangler ! Quoique, non. « Crétin, comment tu atteins sa tête ? » Bref, en attendant, j’ai ramassé un cadavre de bouteille vide traînant juste à côté : après tout, il fallait faire avec les moyens du bord.


Spoiler:
 

Et… BINGOOO ! Si j’avais mangé un peu plus de soupe, j’aurais certainement pu atteindre le haut de la tête, mais ce n’était pas le cas. Le troll émit une sorte de « GNNRGHH » - un peu comme Elie au réveil, mais en pire – et il secoua la tête pendant quelques secondes. En gros, les autres avaient le temps d’agir ; mais viiite !


Dernière édition par Zakary Cooper le Jeu 31 Mai 2012 - 16:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 16:34

Le membre 'Zakary Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 1 Juin 2012 - 8:35

Clark lança un regard noir à Rookwood et préféra ne pas lui répondre, ça serait une perte de temps, elle ne s’intéressait pas à ce qu’il pouvait avoir à lui répondre et il le savait très bien. Oh, et puis même si elle voulait une réponse, son regard lui en disait long sur ce qu’il pensait. Elle aurait probablement laissé la jeune femme se faire écrasé par l’effondrement du stade, mais pas Clark. En ca il ressemblait beaucoup à Bruce, il ne laissait pas quelqu’un dans la bouse de dragon, même si c’était son pire ennemi (dans ce cas là, juste pour avoir le plaisir de l’achever lui-même). Oui, oui, même la femme Rookwood il pourrait l’aider si elle en avait vraiment besoin ; rien que pour la petite victoire de dire que lui, celui que son mari surnommait affectueusement traitre à son sang, l’avait sortie d’un mauvais, elle la chasseuse de vampire (en effet, des fois le gallois avait des penchant un poil orgueilleux, mais on lui pardonne).

Il relâcha tout de même la jeune fille, mais uniquement quand cette dernière fit comprendre qu’elle allait mieux, pour bien faire comprendre à Rookwood qu’elle n’avait autorité sur lui. Elle avait en plus de l’humour, tant mieux. Clark la déposa au sol et lui offrit un sourire rassurant. Pas de commentaires, ce n’était pas le moment et ça aurait paru affreusement narcissique de surcroît, pas la peine d’en rajouter. Alors que tous commençaient à se mettre d’accord pour se diriger vers la médiathèque un pur inconnu débarqua et posa sa question sans même se présenter. Chose qui fut rectifiée à peine une minute plus tard par Claire et une politesse quasi-absente mais une spontanéité qui fit sourire Clark, bien que la présence de l’inconnu l’intrigue.

Un Fuller, voyez-vous ça. Il le détestait déjà. Sa façon de prendre des grands airs l’horripilait déjà. C’est fou comme les sang-purs qui s’y croyaient avaient le don de l’énerver très vite. Mais, comme un malheur n’arrive pas seul, il n’eut pas à y réfléchir beaucoup, le sol tremblant sous ses pieds une nouvelle fois. Encore un tremblement de terre ? Non, trop court et surtout…Nan mais c’tait quoi cette odeur ? On dirait les marécages au nord du Pays de Galles, sauf que c’était pire. Clark eut un haut-le-cœur. Même habitué des créatures qui parfois ne fleurait pas franchement la rose, là ça dépassait ce qu’il avait déjà connu. Il se tourna au cri de Claire et vit….UN TROLL ?! Nan…Nan, il devait plaisanter là le Jugson…Ah non, c’est un Troll des montagnes qui s’avançaient vers eux. Et Fuller qui faisait un peu plus de bruit, histoire que le truc puant ne les remarquent pas du tout. Pour le coup il eut envie de lui foutre des baffes mais à l’instant présent le but était d’éviter de se faire écraser par le troll.

Il vit plusieurs personnes de son groupe tenter quelque chose, mais sans magie, les attaques isolées ne serviraient qu’à énerver un peu plus le troll, mauvaise idée, et lancer une attaque groupée semblait compliqué. Il fallait fuir, mais pour fuir il faudrait que le troll soit occupé à quelque chose. En temps normal un avis fulgurator marchait bien, mais sans magie, pas tout à fait la même chose L’autre homme présent (non, il ne considérait pas Fuller comme un homme et alors ?) réussi à déstabiliser le troll, donnant une idée à Clark. Il fit signe à Lauren et la rejoint.

"Lauren, emmènes les autres vers la médiathèque en empruntant les petites rues, le troll ne pourra pas vous suivre, je vais distraire le Troll le temps que vous vous échappiez." Il remarqua le regard de la brune "Et pas de discussion. Si Fuller parles trop, bâillonnes-le ou assommes-le, je m’en fiche pas mal"

Un dernier regard et Clark courut pour se retrouver face au troll. Il fit de grands gestes, des cris, lui lança des trucs insignifiants, loin de le blesser, juste de quoi attirer son attention. Ah ça fonctionna, le troll tourna sa tête affreuse et pleine de morve (écoeurant), vers lui, se dirigeant vers lui en trainant son gourdin derrière lui. C’est ça, encore un peu, libère le passage pour les autres…Bien, gentil troll…pensa Clark alors que le troll grognait et souleva son gourdin. Oups. Il attendit un peu puis fit une esquive sur le côté. S’il se faisait écrasé, il en connaissait plusieurs qui allaient se faire un plaisir de lui hurler son inconscience à la figure. Une fois les autres hors de portée du Troll, Clark se força à prendre une grande inspiration et observa le troll une seconde avant de se lancer, comptant passer entre les immenses jambes du troll (il se fit noter mentalement de ne surtout pas regarder en haut, sous peine d’être traumatisé à vie).

Spoiler:
 

Allez, plus que quelques mètres et..Oumpf! Clark sentit quelques chose de lourd entrer en impact avec son flanc gauche et d'un coup il ne sent plus le sol sous des pieds. Il vole une seconde à peine, mais elle parait durer une éternité, dans un siilence absolu, comme si on l'avait privé de ses oreilles. Quand il retombe au sol, il a l'impression que le monde reprend vie, et la douleur est omniprésente. Surtout dans ses côtes. Là où le troll l'avait frapé de plein fouet. Mais dans son bras droit aussi, sur lequel il a lourdement atterrit. Un gémissement de douleur s'échappe de sa gorge et il roule pour se mettre sur le dos. Il tourna la tête vers le Troll. Il te regarde et s'avance doucement vers toi. Hum...Il faudrait peut-être penser à bouger là. Ah! l'âge n'aide pas dans ces situations!


Dernière édition par Clark Blackburn le Ven 1 Juin 2012 - 8:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 1 Juin 2012 - 8:35

Le membre 'Clark Blackburn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe V
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs