ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe II



 



ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe II
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 12:33

ϟ Mens sana in corpore sano ϟ
GROUPE II

Calliope A. Kark, Clio L. Kark, Leo Elensar, Noah Zahid Maxwell, Myrtille M. Mednikova et Thomas Macnair



Informations Hors Rp

ϟ Une fois de plus, nous mettons de côté la dynamique de duel exploitée lors des premiers event pour se concentrer sur des obstacles de type PNJ.
ϟ L’event dure trois semaines IRL.
ϟ Un tour ne dure que 48h . A partir du moment où le PNJ a posté vous avez 48h pour répondre, sans quoi votre tour sera passé.
ϟ Au bout de 3 tours manqués vous êtes exclus de l’event. Votre personnage sera alors blessé au point d’en être inconscient pendant toute la durée des combats. Etre exclu entraine également une perte de points pour votre faction. Chaque abandon fait perdre 3 points à votre faction.
ϟ Vous serez prévenus par mp à chaque fois que ça sera à votre tour de RP.
ϟ Des sujets de flood ont été créés pour vos groupes, afin que vous puissiez discuter des scenarii, tactiques ou autre que vous souhaitez développer durant cet event.
ϟ Si vous avez des questions, il faut les poser dans ce sujet Pas dans le Flood, ni sur la CB, ni par MP ! Uniquement dans le SAV !
Réglementation des combats
ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 sort offensif et un 1 sort défensif par rp.
ϟ Pour chaque sort offensif ou défensif lancé, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si le sort fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble dans la mesure où ça ne vire pas au grosbillisme. Le dé ne doit pas être une excuse pour l’anti-rp.
ϟ Pour ce qui est des PNJ qui vont être placé sur votre chemin, le nombre de lancers de dé va varier selon leurs forces et leurs talents. Le nombre de lancers nécessaires vous sera indiqué à chaque arrivée de nouveaux PNJ.
ϟ En ce qui concerne les sorts de soin le lancer de dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires tels que Nathaniel Hansen, ou Elie Brights.
ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, et sans avoir à lancer le dé.
ϟ Attention, toute tentative de grosbillisme même cachée via un lancer de dé heureux, sera sanctionnée in rp et hors rp.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦




Dernière édition par Filet du Diable le Sam 26 Mai 2012 - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 12:43

        Stade du Triathlon, Londres moldu, 3 juin 2020 , 13h45

Le stade était comme neuf. Les travaux d’amélioration avaient duré près de cinq mois, mais ils auraient été plus rapides s’il avait engagé des travailleurs pour l’aider. Mais non, pas de travailleurs, non non, pas de travailleurs, pas de témoins. Juste lui et ses elfes, c’était parfait, c’était tout ce dont il avait besoin... Perché dans sa régie, Harvey Jugson observait les gradins se remplir à travers ses multiples écrans. Oui, c’était parfait, l’évènement avait attiré de nombreuses personnalités. Il voyait quelques Kark, des journalistes, des membres de l’élite ministérielle… Tout le monde venait voir cette nouvelle version du stade. Et ils allaient être surpris, ça oui ! Dire qu’il avait dû acheter tout un quartier moldu pour faire ses travaux en paix, qu’il les avait tous fait expulser. Il y avait eu des émeutes aussi, mais il s’en fichait complètement ; la vie des moldus n’était rien comparée à l’importance de ses desseins. Le stade avait toujours été dans ce quartier moldu, faute de place sur le Chemin de Traverse principalement, pour des raisons financières également, les terrains moldus étant nettement moins chers que ceux que l’on pouvait trouver dans le Londres sorcier. Mais cette année il voyait plus grand, il avait eu besoin de tout le quartier, donc il l’avait acheté et fait expulser les gêneurs, c’était aussi simple que ça. Il n’y avait pas de porte d’entrée, pas d’issue, les gens transplannaient directement dans les gradins et prenaient leur place. Pas d’entrée, pas d’issue. Ils étaient pris entre les murs. Bientôt, il n’y aurait plus de murs, mais toujours pas d’issue. Harvey Jugson sourit.

Il se frotta le nez. Non ! Le sang-pur se gifla lui-même et s’intima à voix basse de se concentrer. Il ne devait pas en prendre, pas aujourd’hui, pas maintenant, il devait garder les idées claires. Le sucre de lune l’endormait, il avait besoin d’être au top aujourd’hui, il avait besoin de toutes ses capacités.

Les concurrents se plaçaient sur la ligne de départ, certains faisaient de grands signes à leurs proches dans les gradins, d’autres fixaient le chemin qu’ils auraient à parcourir, d’autres encore attendaient simplement la suite. Harvey avisa la montre qu’il portait au poignet. Bientôt 14h. Bientôt l’heure. « Riff-Raff, à boire. » Le petit elfe sembla apparaitre de nulle part, portant un plateau d’argent contenant multiples boissons au-dessus de sa tête. Harvey opta pour un verre d’eau fraiche. Pas d’alcool, non, pas d’alcool, il devait être sobre, il devait être clean, il lui fallait toute sa raison, toutes ses capacités, il fallait, il devait… « Sonorus Maxima. » Déclama-t-il. « Test ? Test ? » Les voix se turent petit à petit et toutes les têtes se tournèrent vers les haut-parleurs accrochés aux caméras volantes qui balayaient le stade et les gradins. « Bienvenue à la 15ème édition du Super Triathlon Sorcier de Londres ! Je suis Harvey Jugson, Chef du Département des Jeux et Sports Magiques mais également organisateur et commentateur du Triathlon ! Cette année, c’est dans un stade totalement remis à neuf et modernisé qu’aura lieu cet évènement qui sera également, et ce pour la première fois, diffusé en direct sur TVM ! » Une salve de cris et d’applaudissement retentit dans les gradins alors que les participants se mettaient en position sur la ligne de départ. « Attention… Prêts ? Feu… Partez ! » Un bang retentissant s’échappa de la baguette d’Harvey alors qu’une cinquantaine de sorciers et sorcières s’élançaient baguette au poing sur une piste qu’ils trouveraient étrangement vide de tout obstacle. Le sang-pur traça minutieusement une rune sur son tableau de bord, complétant une phrase runique d’une complexité monstrueuse. Un sourire carnassier se dessina sur son visage anguleux. Plus de magie, plus d’issue.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 12:49


Informations rp


Déroulement de l’event
ϟ Vous ne rêvez pas, il n'y a pas d'allusions aux factions et ce pour une bonne raison : vous êtes tous victimes. Que vous soyez sang-pur Héritier ou sang-de-bourbe de l'Ordre, vous êtes la victime d'une attaque terroriste assez... particulière. Vos personnages sont donc tous présents de leur plein gré, seulement et uniquement pour le Triathlon.

ϟ Ce tour-ci, rien ne se passe, et c'est ça qui est étrange. Les concurrents ne rencontrent aucun sortilège, aucun piège qu'il soit magique ou mécanique. Encore plus étrange plus personne ne semble capable d'utiliser la magie. Mais vous aurez toutes les réponses à vos questions et bien plus encore au prochain tour, mais d'abord, une petite présentation du PNJ qui vous accompagnera tout au long de l'event, commentateur, maitre du jeu, terroriste à ses heures perdues et drogué notoire : Harvey Jugson !

ϟ Harvey Jugson vient de la riche et puissante, néanmoins discrète, famille Jugson. Élève de la maison Serdaigle, appliqué et populaire, il se passionne pour le Quidditch dès son entrée à Poudlard. Néanmoins, c'est le Lévi-Ball qui fera sa renommée internationale puisqu'il rejoint l'équipe d'Angleterre un an après sa sortie de l'école de Magie. Grâce à son don naturel, son esprit stratège et son fair-play, il devient rapidement capitaine de l'équipe, équipe qu'il emmenera à la victoire du championnat du monde de Lévi-Ball en 2002. Mais avec la gloire viennent les responsabilités. Harvey a toujours été parfait dans tout ce qu'il entreprenait mais la perfection a un prix. Il était purement et simplement au bout du rouleau, et c'est ainsi qu'il tomba dans l'addiction au sucre de lune. C'est une véritable descente aux enfers qui s’amorce pour l'ancien Serdaigle qui perd tout ce qu'il a durement gagné pendant toutes ces années en quelques mois à peine. Mais là où plus personne ne croyait en lui et lui tournait le dos, un homme sût lui donner une seconde chance. Lord Voldemort, dans toute sa miséricorde et sa compassion, donna un travail au ministère au Jugson contre sa promesse de se battre contre son addiction. La confiance du ministre de la Magie redonna espoir à Harvey qui combattit ses démons et retrouva son ancien statut respecté et même plus encore, puisqu'il atteint le poste de Directeur du Département des Jeux et Sports Magiques. Mais comme la première fois, l'âge d'Or a trouvé sa fin, et ce avec la mort du Seigneur des Ténèbres. Les déchirement entre mangemorts et la guerre civile ont profondément marqué Harvey qui a rapidement basculé une nouvelle fois vers ses vieux démons. De nouveau accro au sucre de lune, malgré toute sa bonne volonté, il a quand même espoir que tout s'arrangera à nouveau. Harvey veut la paix, et il ne l'obtiendra qu'en forçant les gens à coopérer ou à mourir.

ϟ Vos groupes sont des groupes géographiques, c'est-à-dire que vous vous trouvez plus ou moins proches des autres membres de votre groupe.

ϟ Vous vous trouvez dans le Gradin Nord

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 23:40

    Au départ, Thomas avait prévu de se rendre au game avec Nora évidemment. Malheureusement la pauvre passait des nuits affreuses en ce moment et ne tenait pas la grande forme. Un tel bain de foule avait fini par la rebuter malgré la présence de son Clark adoré parmi les participants. Elle lui avait demandé d’aller le trouver après le jeu pour s’excuser de sa part, et le féliciter au cas où il remportait la course, mais avait préféré suivre l’évènement à la télévision plutôt qu’en direct. Il ne lui avait fait aucun reproche, bien sûr, mais avait été déçu tout de même. Il adorait ce genre de spectacle, observer de beaux duels, des animaux magiques exotiques et des choses exploser, mais c’était toujours mieux en groupe.

    Du coup, sa très chère cousine lui avait bien entendu proposé de l’accompagner, elle et ses infâmes collègues de Sorcière Hebdo... Il lui avait répondu qu’il préférait encore la mort par décapitation. L’entendre déblatérer des phrases dans le désordre et critiquer le violet de sa chemise pendant tout le jeu ? Non merci, par Merlin, non merci. De toute manière il ne tenait pas non plus à croiser Faust. Pas dans ce genre de conditions en tout cas. Il était là pour se détendre, pas pour l’entendre critiquer Clint qui participait lui aussi. Du coup, Thomas avait croisé Leo aux trois-balais après le boulot et s’était carrément invité lorsque le jeune homme lui avait parlé de la sortie de Noah. Avec sa tête pour ainsi dire mise à prix, ils ne seraient pas trop de deux pour le tirer d’affaire si sa couverture venait malencontreusement à glisser… Il priait pour que cela ne soit pas le cas, mais sait-on jamais.

    Clark et Clint n’étaient pas les seuls qu’il connaisse d’ailleurs. Il y avait Bruce bien sûr ! Et c’était sa présence à lui qui l’avait dissuadé d’annuler complètement la journée pour suivre le tout depuis son canapé avec Nora. Ce gros ours avait toutes ses chances de gagner la course et il voulait assister à ça depuis les gradins, pas depuis son salon.

    Il reconnaissait également cette jeune métisse amie avec sa belle-sœur, qu’il avait croisée durant le fiasco d’Azkaban ainsi que quelques autres visages croisés au Ministère, ou bien même à Poudlard. Quel joyeux mélange d’ailleurs, toute cette populace ! Il trouvait cela douteux que leur Dictateur Ministre autorise encore de tel rassemblement ! Premièrement parce que c’était un fasciste et que ces satanés fichistes finissaient toujours par interdire toutes les bonnes choses, et ensuite, car avec l’ambiance tendue et l’insécurité qui régnait ces derniers mois, c’était un peu comme se dénuder le dos et réclamer des coups de bâtons…

    Ca n’avait rien de très festif comme pensée, mais comment faire autrement lorsque le destin lui-même lui riait au nez ? Pour sûr qu’ils avaient tous trois écopés de très bonnes places dans les gradins, un endroit privilégié où l’on voyait parfaitement l’entièreté du parcoure. Un endroit tellement privilégié qu’on y retrouvait les deux filles de Kark en personne. Deux jolies petites brunettes qui, en temps normal, ne lui auraient rien inspirés d’autre que de l’indifférence, ou de la sympathie même, mais qui pour l’heure, le faisaient plutôt grincer des dents. Jamais tranquille avec ces cafards ! Increvables et sur tous les fronts, où que l’on se tourne, où que l’on aille, il y avait toujours un Kark pour ternir le décor !

    Inutile de s’attarder sur elles pourtant. Mieux valait se concentrer sur le jeu qui venait justement de débuter, tout en douceur apparemment. Mais c’était certainement le calme avant la tempête…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 0:39

    Le Triathlon de Londres. Si Wallas ne l’avait pas obligé à sortir – sous couvert du polynectar bien sûr – il ne savait pas trop s’il se serait rendu à l’événement sportif du mois. Quand bien même il ne supportait pas être enfermé, sortir pour ça ne le tentait pas vraiment. Et il était bien assez troublé par l’arrivée de Diego en Grande-Bretagne pour rester des heures prostrés dans la pièce qui lui servait de chambre au QG, il avait de quoi cogiter. D’un autre côté, se rendre au Triathlon lui permettait de prendre l’air, et ce n’était pas négligeable. A force, il allait devenir fou, à s’engueuler avec Leo, tenter de faire abstraction de ses démons, et surtout essayer de trouver ses marques avec Diego – ce qui était franchement une vraie galère. Il était tellement… différent, il avait été bercé dans une culture qui n’était pas la sienne, un pays qui n’était pas le sien, et avec une perception des choses ahurissante qu’il ne saisissait pas toujours. C’était un artiste, et il avait toujours su qu’il était étrange, spécial, mais il en avait la confirmation depuis qu’il était arrivé. Mais malgré tout ça, il savait pertinemment qu’il était venu à Londres pour lui, pour l’aider, et il ne savait comment le remercier. En plus de ça, il avait peur : s’il arrivait quelque chose au mexicain, il s’en tiendrait pour responsable, mais surtout, il ne le supporterait pas. D’ailleurs, il ne comprenait toujours pas pourquoi il avait tout abandonné pour venir au Royaume-Uni, alors qu’il habitait dans un pays libre et que le succès était bientôt au rendez-vous ; juste pour lui. Ils étaient très proches, certes, mais tout de même…

    Leo n’avait pas voulu qu’il sorte, enfin, il ne lui avait pas dit explicitement mais Zahid savait qu’il n’était pas très pour. Et limite rien que pour ça, il s’était plié de bonne grâce à la proposition très très très conseillée de Wallas. Sa relation avec Leo était de pire en pire, et même si ses sentiments restaient présents, il ne pouvait s’empêcher d’être parfois abject avec lui – ce que Leo lui rendait bien. Ils s’étaient engueulés un bon nombre de fois – il avait cessé de compter. Et tous deux culpabilisaient après coup. C’était peut-être pitoyable, mais le photographe n’y pouvait rien, il avait du mal à se contrôler ces dernières semaines, perturbé par la mort qu’il avait causé au manoir Kark. Il savait que Leo faisait ce qu’il pouvait pour lui, mais il avait l’impression qu’il ne le comprenait pas, et surtout, le serveur semblait faire exprès de s’attirer les ennuis, et de participer à tous un tas de missions possibles et inimaginables, seul, ce qui le mettait hors de lui.

    Et puis ils étaient partis pour le stade avec Thomas Macnair, un type baraqué de l’Ordre qui semblait sympathique à Zahid, bien qu’ils ne soient pas réellement proches ou quoique ce soit. Il l’appréciait parce que c’était un gars qui n’avait pas froid aux yeux et qui était très impliqué pour la cause que leur faction défendait. Un peu comme Bruce. Et rien que pour ça, il le respectait pas mal.
    Peut-être que la journée allait être un peu plus agréable que celle de la veille, et de l’avant-veille, et ainsi de suite ; avec de très rares exceptions.

    En tout cas, boire du polynectar n’était toujours pas son péché-mignon, il l’avait déjà utilisé une ou deux fois, et c’était loin d’être une partie de plaisir – le goût était juste ignoble, et ne partait pas en bouche avant un moment. Mais au moins, il était méconnaissable. C’était la meilleure solution pour être tranquille dehors. Optant pour une personne lambda, il avait l’apparence d’un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire, brun, avec des lunettes, rasé de près, du genre passe-partout qu’on ne remarque pas. Il s’était donné le prénom de Alvin, mais on évitait de l’appeler par un prénom le plus possible – pour éviter un maximum de faire des gaffes. Ils l’utilisaient que lorsque c’était vraiment nécessaire.


    Assis dans les gradins, non loin de Leo et Thomas, Zahid attendait impatiemment le début de la course, avant de remarquer deux personnes qu’il aurait vraiment apprécié voir de plus loin : les deux filles du ministre. Pourquoi fallait-il qu’il ait toujours autant la poisse ? Bon, certes, il était sous polynectar, mais c’était quand même loin d’être rassurant… L’une des gamines était présente lorsqu’il avait accidentellement tué ce Rosier au manoir Kark. Amer, il se fit la réflexion, qu’au moins, il n’y avait pas le môme qui l’avait dolorisé et humilié en brisant sa baguette. Et que c’était toujours mieux que rien.

    Tentant de se tranquilliser le plus possible – de toute façon, il ne pouvait rien lui arriver, n’est ce pas ? – il s’obligea à observer le début du Triathlon.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 10:04


    Ce n’était pas une bonne idée. Leo la sentait mal cette journée. Il n’avait rien contre le fait que Noah sorte de leur Quartier General mais s’il devait sortir il préférait le savoir en Grèce plutôt que parmi toute cette foule. Les rendez-vous mondain semblaient taillés pour mal se dérouler et, bien évidemment, il avait fallut qu’il montre son désaccord pour que Noah saute sur l’occasion pour obéir à la lettre Wallas.

    Ces dernières semaines, Noah et lui jouaient à qui énerverait le plus l’autre et l’ambiance était tendue. Aucun d’entre eux ne semblait approuver les décisions de l’autre et le fossé les séparant s’élargissait de plus une plus. La moindre de leur réaction lui semblait excessive et l’irlandais avait peur que cette faille ne soit impossible à combler, que cette faille ne les sépare à jamais. C’était mélodramatique, peut-être mais ils avaient pris des chemins différents. Leur complicité n’était plus la même et Leo savait qu’il ne pouvait faire retour en arrière. Leo s’efforçait de ne pas envenimer les choses lorsqu’ils se retrouvaient mais il suffisait d’un mot mal placé pour que tout explose et qu’une énième dispute n’éclose. Cela arrivait de plus en plus souvent ces derniers temps.

    Ce fut lors des nombreux passages de Thomas au Trois Balais qu'ils parlèrent de l’évènement et, de fil en aiguille, il avait proposé à Thomas de venir. Si d’aventure cela tournerait mal, ils ne seraient pas trop de deux pour tenter d’éviter le pire. Le pire ? Il ne voulait pas trop y penser. Lorsqu’il arriva, son regard croisa celui de Noah… enfin … de ah oui Alvin. Alvin. Clairement, il allait avoir du mal. Il ne la sentait pas cette journée et lorsqu’un tel sentiment le prenait, ce n’était pas pour le lâcher aussi rapidement. Quelque chose allait foirer, il ne savait pas quoi mais tout ne se déroulerait pas selon leur plan. Avaient-ils des plans ? Non, pas vraiment. Tout l’intérêt de cette journée était de passer un bon moment tranquille, loin des ennuis.

    Loin des ennuis. L’irlandais se renfrogna en visant les filles Kark s’assoir non loin devant eux. Leo retenait l’envie d’envoyer un papier volant à Noah. Il se contenta d’un message télépathique, qui, au vu de leur relation qui se détériorait de jour un jour, n’allait probablement pas arriver à destination. Leo se contenta de s’assoir, bougon. Non, l’air joyeux de l’organisateur du triathlon n’allait pas le dérider. Du coin de l’œil, cependant, il aperçut Zak sur le terrain qui commençait à courir mais rien ne se passait. Pas de pièges à la con pour les dérouter, rien du tout. La main du sorcier se crispa sur sa baguette. « Y’a quelque chose qui cloche. », murmura t-il pour lui-même. Il attendit pour être sur et observa les alentours. Les visages curieux, déroutés. Point gagnant, il avait eu raison de ne pas vouloir venir. Sans être convaincu de la manœuvre, Leo voulu transplaner. En soit ce n’était pas grave, peut-être qu’un champs de force protégeait le lieu comme Poudlard. L’irlandais tenta un sort bénin. Un sort informulé. Si le sort fonctionnait il n’aurait pas de conséquence sur ses voisins mais il serait rassuré. Le savoir enfermé dans se stade avec les enfants Kark comme voisins ne l’enchantait guère. Leo blêmit. Aucune magie n’était possible. Il ne devait pas paniquer mais tira sur la manche de Thomas comme un gamin l’aurait fait pour attirer l’attention de son père. « La magie ne fonctionne pas. La magie ne fonctionne pas. » Ca y’est, maintenant il était temps. Il pouvait paniquer. Il pouvait mais ne devait pas le montrer.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 15:59

    Ses boucles brunes dansaient souplement sur ses frêles épaules, à chaque fois qu’elle accordait un regard furtif au siège vide à côté du sien. « Je m’en tape du triathlon de Londres… T’as qu’à filer ton invitation à Khaani… » C’est ce qu’elle aurait sans doute fait, si Khaani n’était pas retourné en Zambie. Soupirs, après soupirs, la belle Kark tentait de maintenir son exaspération. Etre en colère, l’évitait de ressentir l’aiguille insidieuse qui lui poinçonnait le cœur à chaque fois son Rosier de fiancé se montrait odieux. Elle non plus n’avait jamais accordé un grand intérêt au triathlon sorcier, Calliope n’avait jamais aimé le sport, et encore moins quand ce dernier se passait dans les airs. Depuis son plus tendre âge, la petite Kark avait eu une crainte irrationnelle des balais, elle ne pouvait pas assister à un match de quidditch sans enfouir sans son visage dans ses mains. A chaque Match, elle avait la sensation qu’un des joueurs allait perdre le contrôle de son balai et mourir. Et pour la dernière étape du triathlon c’était pareil. Si la Kark avait accepté de venir, c’était seulement parce que son ministre de père lui avait proposé. Proposition qui compte tenu l’état de leur relation, avait valeur d’ordre. Au moins elle n’était pas seule, Arutha et Clio était là. Sa cadette à côté d’elle formait un rempart entre son frère et elle. Au moins, elle n’avait pas à adresser la parole à son ainé. Leur relation était passée d’instable, à calamiteuse depuis ses fiançailles. Loin de la soutenir, Arutha était irrité que leur père marie sa cadette avant lui.

    Extrêmement bien placés les enfants Kark pourraient voir sans mal tout le triathlon, Arutha passionné de sport avait même acheté deux paires de multiplettes, une pour lui, une autre pour Clio. Calliope avait fait semblant de rien, et se contentant d’aller acheter un large sachet de confiseries, qui, elle le savait ferait fleurir un grand sourire sur les lèvres de sa délicieuse petite sœur. Dans la file, elle croisa Tyzonn, qui ne répondit ni au petit signe de la main qu’elle lui avait fait, ni à son bonjour. Les bras chargés de bonbons, c’était morose qu’elle avait retrouvé Arutha et Clio. Mais la joie de sa sœur était contagieuse, et il n’y avait guère que l’absence de Baël qui pouvait la faire soupirer. La Kark s’était même décidée à sortir de son sac les catalogues de mariages qu’Anna Bella lui avait envoyés. La date de son mariage avec le Rosier avait été fixé et désormais commençait la valse de préparatif. En attendant que l’épreuve commence, elle feuilletait avec Clio les pages en papiers glacés, en commentant chacune d’elle. Par moment, Arutha y jetait un coup d’œil pour sortir sa moue la plus dédaigneuse.

    Lorsqu’enfin le triathlon commença, la jeune poufsouffle rangea presque à regret sa pile de magazine dans son sac. Avec ennuie, elle contempla les coureurs s’élancer. Dedans elle reconnut Naïma Zabini une ancienne camarade de Poudlard, plutôt drôle et gentille que Calliope avait toujours appréciée, elle blâmait toutefois sa maladresse avec des aiguilles. Elle aperçut également Scarlett la scélérate, et se surprit à espérer que celle-ci tombe, et se brise une cheville. Le tout était assez ennuyeux, si bien qu’elle finit par demander : « Normalement, il ne doit pas y avoir des obstacles ou ce genre de chose ? » Elle n’eut pas de réponse, car déjà la remarque d’un jeune homme dans les gradins venait d’interpeler tout le monde… Le visage du garçon aux oreilles décollées, lui était familier, sans qu’elle sache pour autant où elle avait pu le croiser. Se tournant vers lui, non sans un sourire aimable elle répondit simplement : « Peut-être qu’il s’agit de mesures anti-triche ? Il me semble qu’une année une personne dans le public avait aidé un des participants à gagner en neutralisant un des obstacles à sa place…Mais c’est étrange, qu’ils n’aient prévenu personne. »



♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clio L. Kark
Mini-Kark la mini-Teigne
Messages : 1382 Crédits : (c) pigfarts is real. / (c) Tumblr
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ne travaille pas, mais prend des cours approfondis de Runes avec le Professeur d'Etude des Runes de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Renard
Epouvantard : Perdre Callie. Définitivement.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 16:46

Clio sautilla sans se soucier des regards qui se portaient sur elle. Cela faisait bien longtemps qu’elle avait appris à se moquer de l’avis de ceux qui n’étaient pas de sa famille. Des années. Que lui importaient-ils ? Ils n’étaient rien, ces inconnus dans la rue. Aucun d’entre eux ne pouvait influer sur sa vie. Alors pourquoi se soucierait-elle des « qu’en dira-t-on » ? C’est pourquoi elle ne s’arrêta pas quand elle entendit les murmures, sentit les regards appuyés. La fille du Ministre qui gambadait comme n’importe quelle gamine, c’était du jamais vu. Elle les avait plutôt habitués à son joli sourire, à sa présence effacée par la prestance de son père, la noirceur de son frère, le charisme de sa sœur.

Elle continua son chemin, fendant la foule, pour retrouver Calliope et Arutha quelques mètres plus loin. Si les regards des passants ne l’avaient pas arrêté, celui de son frère la stoppa net. Il n’était pas très content. Enfin, ce n’était pas comme si en ce moment Arutha pouvait démontrer un quelconque signe de joie. Mais là, c’était juste… Plus que d’habitude. Elle se rangea sagement à ses côtés, retrouvant l’attitude d’une jeune fille de quinze ans. Presque seize. Par Morgane ! Elle allait avoir seize ans dans si peu de temps. Déjà ? L’année s’était écoulée à une vitesse hors-norme. Non, pas l’année. Juste ces cinq derniers mois. Ceux passés au château avaient plutôt été d’une lenteur affolante.

Clio sortit de ses pensées lorsqu’ils arrivèrent aux sièges. Elle se trouvait entre Arutha et Calliope, ce qui n’était pas plus mal si on ne voulait pas assister à un meurtre. Elle n’était pas stupide : elle avait bien remarqué que la relation entre ses aînés s’était dégradée. Avant aussi, ce n’était pas le fol amour. Mais avant, elle s’en moquait. Sauf que depuis sa libération, la plus jeune des Kark était plus proche de sa sœur que de son frère. Elle avait alors vu la vie au manoir d’un autre point de vu. Et avait constaté que les tensions entre Arutha et Calliope avaient atteint un paroxysme assez impressionnant. Elle remercia pourtant son frère lorsqu’il lui tendit une paire de multiplettes, mais fut désolée de voir que Callie n’en avait pas. Elle lui fit un sourire éblouissant et se pencha vers elle comme pour murmurer un secret. « On les partagera. »

Son sourire s’agrandit encore plus lorsque sa sœur revint quelques minutes après être partie, avec un énorme sac de bonbons entre les mains. Elle ne put se retenir de taper les siennes d’excitation, sous le regard réprobateur d’Arutha. Mais déjà elle plongeait la main dans le sachet pour attraper une confiserie qu’elle savoura. Puis elle se concentra sur les magazines de mariage qu’avait amené Callie. Elle ne réagit pas plus lorsque le signal de départ retentit, se contentant juste de jeter un œil aux participants, puis elle replongea sur les magazines qui l’intéressaient bien plus que ce triathlon. Si elle était venue, c’était simplement pour ne pas laisser sa sœur seule.

Pourtant, les murmures qui retentirent alors l’obligèrent à relever la tête. Il semblait que plusieurs personnes pensaient qu’il y avait un problème. Elle fronça les sourcils. Pourquoi y aurait-il un problème ? Il n’y avait jamais eu de problèmes. Mais instinctivement, elle resserra sa main autour de sa baguette glissée dans la manche de son pull et retenue par un petit bracelet en cuir. Depuis son emprisonnement et sa libération, elle était légèrement à cran et ne supportait plus les surprises. Elle se tourna vers sa grande sœur qui venait de parler. « Tu es sûre que ce n’est que ça, hein Callie ? Il n’y a pas de problèmes ? … Tu as dit que c’était étrange. Arutha, pourquoi c’est étrange ? Demanda-t-elle en se tournant vers son grand frère. Je ne veux pas que ce soit étrange ! Je veux qu’on passe une journée normale. Ça va être une journée normale, hein ? »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Keep smiling...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 17:00

Triathlon, stade, foule, festivités. Qu'est-ce qui avait bien pu me passer par la tête pour pointer le bout de mon nez ici ?
Ah oui, la curiosité ! Je voulais vérifier par moi-même, je voulais voir ce stade reconstruit et vraiment, je fus étonnée, c'était prodigieux, un vrai travail d'orfèvre. C'en était trop beau pour être réel. Qu'est-ce qu'il pouvait bien se cacher à l'intérieur d'une telle architecture ? Mystère... La magie ne fait pas tout, n'est-ce pas ?

Bref, j'étais venue seule. J'aurais pu accompagner Nathaniel et Billy mais, je n'étais pas là pour les festivités, l'ambiance ou une quelconque mission massacre groupée. Sans compter que j'étais de celles qui apprécient un peu (beaucoup) de solitude de temps en temps (souvent ?) et ce, malgré l'immonde foule qui m'entourait. Je ne prêtais pas trop attention aux conversations alentours, du moins pas à celles qui se trouvaient être des plus futiles mais je gardais tout de même l'oreille attentive en cas d'informations échangées qui pourraient se révéler importantes pour la faction...

Toujours prête à dégainer la baguette lorsque j'étais seule au milieu d'autant de monde, je ne pouvais m'empêcher de remarquer que dans le même gradin que moi, se trouvaient des membres aux idées, comment dire... plutôt éloignées des miennes... Je pense à Leo Elensar, par exemple. Ce jeune homme qui a été à Serdaigle et fut quelques années dans mes bonnes grâces, il aurait pu aller loin dans la vie si il avait fait des choix plus judicieux...
Plus loin, les sœurs Kark, fille de mon boss, pas les alliées les plus féroces mais bon, on va dire que c'était mieux que rien. Surtout lorsqu'une d'elles constatait qu'il y avait bel et bien un truc qui clochait au cœur de cette cérémonie aux allures faussement sportive...

«...Mais c’est étrange, qu’ils n’aient prévenu personne. »

Oui, ça l'était. La première épreuve avait été annoncée par le commentateur, un drogué d'après ce qu'on disait, mais rien, aucun obstacle sur le chemin des participants. L'atmosphère dégageait quelque chose de mauvais, cela ne venait pas du splendide stade en lui-même comme j'aurais pu le croire plus tôt. Même si je persistais à penser qu'il y avait quelque chose de louche dans la construction d'un si beau et immense bâtiment. Non, cela résidait dans un tour de magie... Un tour de passe-passe ? Oh non, bien plus grave que cela...

Je serrais ma baguette dans ma main droite, je murmurais une bête formule pour allumer de la lumière...
Mes doutes et mon sale pressentiment du début étaient confirmés.
Pas de magie, plus de magie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 28 Mai 2012 - 17:59

Les murmures qui se répandaient dans les gradins l’agaçaient autant qu’ils l’amusaient. Lentement, les spectateurs se rendaient compte que quelque chose d’étrange se passait. Une fois de plus, Harvey Jugson porta sa baguette à sa gorge. « On s’ennuie non ? On va arrêtez la musique. Les coureurs, si vous pouviez vous arrêter quelques instants ? On va discuter un peu. » Sa voix tremblait d’excitation, il connaissait ce discours par cœur, il l’avait répété des dizaines de fois. Les murmures se propageaient comme un feu de forêt alors que la plupart des coureurs s’arrêtaient, l’air inquiet. D’autres continuaient leur course, craignant un piège. Harvey ne put retenir un petit rire aigu. Une fois calmé, il reprit un ton sérieux et continua son discours. « Je vais vous raconter une histoire. Une histoire qui était encore vraie il y a quelques années. Avant, nous étions unis, nous avions la paix. Avant, le mangemort ne tuait pas le mangemort, l’impur ne tuait pas le sang-pur. Avant toutes ces factions. » Il avait craché ce mot comme une insulte. « Donc voilà ce qu’on va faire : on va oublier le triathlon et laisser un petit message à Mr le Ministre, pour qu'il voit ce que lui et tous les autres ont fait. Pour qu'il récolte ce qu'il a semé. Qui sait, peut-être qu'il fera enfin quelque chose pour stopper cette guerre civile au lieu de l'attiser ? Faites-lui coucou à la caméra ! Et faites aussi coucou à tous les autres leaders : Salamander, Lewis, et les phénix aussi. Vous êtes tous responsables de cette guerre... Et pendant que vous culpabilisez et que vous réfléchissez pour la première fois à la conséquence de vos actes, à la place du Triathlon, nous on va jouer à autre chose… »

Perché dans sa régie, Harvey Jugson traça quelques runes sur son tableau de bord qui semblèrent s’allumer de l’intérieur avant de s’effacer progressivement. Le sol du stade se mit à trembler alors que les murs extérieurs s’enfonçaient dans les profondeurs de la terre, laissant un courant d’air frais traverser l’arène. Au bout d’une minute, les gradins étaient complètement à nu, au milieu du Londres moldu. Le dôme, quant à lui, semblait flotter dans les airs sans aucun support. Dans ses écrans, Harvey voyait la panique se dessiner sur les visages, tous les coureurs s’étaient stoppés désormais et regardaient les haut-parleurs avec anxiété. « Vous allez sortir et tenter de survivre, tout simplement ! N’essayez pas de fuir à pied, le quartier est scellé, mais il y a quelques portoloins disséminés un peu partout dans le quartier. Si vous voulez une chance d’en réchapper, parce qu’il y aura quelques pièges bien sûr, sinon c'est vraiment pas drôle, je vous conseille de travailler en groupe. On oublie les vieilles rancœurs et on coopère. Sinon vous pouvez toujours crever, pour ce que j’en ai à faire… Roh, ne faites pas ces têtes, ça va être marrant ! Vous avez cinq minutes pour quitter le stade avant que les gradins ne s’effondrent. » Le vent de panique que Harvey anticipait ne vint pas, peut-être… Peut-être qu’ils ne le croyaient pas ? Étouffant un juron, il traça à nouveau quelques runes sur la table. En un vacarme assourdissant, les fioles de potion qu’il avait placées sous le gradin Ouest explosèrent. Tout le gradin s’effondra et tous ceux présents avec lui. « Vous m’avez énervé, il ne vous reste plus que deux minutes finalement. »

Informations rp

ϟ Et voilà ! On vous avait promis de l’action, vous êtes servis !

ϟ Ce tour-ci, vous devrez fuir le stade et former les groupes (en gros, vous vous accrochez aux premières personnes que vous croisez).

ϟ Les PNJ personnalisés arriveront au tour prochain.

ϟ Lorsque vous sortez du stade, vous verrez qu’il fait étrangement sombre, comme si la nuit était sur le point de tomber.

ϟ Vous saurez à peu-près où vous diriger grâce à cette carte.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mar 29 Mai 2012 - 12:58

    Tout concentré sur le jeu qu’il était, Thomas mit quelques secondes à entraver ce que lui bafouillait Leo avec tant d’insistance. Comment ça pas de magie ? De quoi parlait le garçon ? Avec quoi venait-il alors que le suspense était à son comble sur le terrain ? Il avait l’impression qu’à tout moment quelque chose de terrible et de spectaculaire allait surgir au milieu de ce grand rien du tout…

    Ce n’est que lorsqu’un murmure troublé s’éleva tout autour d’eux que Thomas percuta enfin ce qui était entrain de se passer. La situation se remettait soudain à l’endroit dans son cerveau et il échangea donc un regard avec son jeune voisin. Un regard qui redoutait la suite. Un regard qui voulait dire ‘Here we go again my friend’. Car oui, d’un coup, dans ses tripes il le savait, c’était repartit pour un tour. Un tour de peur, de cris, de sang, de mort, de fuite. Thomas était passé en un quart de seconde à peine de la confusion agacée à une certitude presque blasée.

    Et lorsqu’Havey Jugson reprit la parole, son visage se durcit de colère. Sans même s’en rendre compte, Thomas s’était levé de son siège, comme si la position debout allait lui permettre de mieux comprendre ce qui était entrain de se passer, de mieux appréhender, de mieux réfléchir à une solution.

    Pas de magie, voilà qui allait crée la plus belle panique du siècle parmi tous ces sorciers, tellement fermé, tellement hermétique au monde moldu ! Et il n’y avait rien de plus cruel, de plus égoïste, rien de plus meurtrier qu’une foule en panique. Thomas se projetait déjà quelques minutes plus loin, lorsque le débordement surviendrait, que les masses se rueraient sur les sorties, tout en imaginant les gens tomber sans être capable de se relever, et se faire piétiner jusqu’à succomber.

    Le pire, c’est que Thomas percevait le message dans la folie de ce geste. Quelque chose en lui y faisait même écho. Car c’était vrai, tout à fait vrai, voilà ce que leurs leaders avaient créés : La confusion, la panique, la mort. Malheureusement pas de temps pour philosopher sur le sujet, sur le bien, sur le mal, sur les vrais responsables de cette situation. Au fond ils étaient tous responsables de toute manière. Et le vacarme des gradins qui s’effondrent l’arracha bien vite à ses pensées.

    En un claquement de doigts, l’hésitation générale s’était transformée en chaos complet. Thomas réagit immédiatement et se tournant vers Leo, l’agrippa par le bras pour l’obliger à se remettre sur pieds.

    « On s’tire tout de suite, dépêche-toi ! » lança-t-il d’une voix sourde en poussant déjà le jeune homme en avant pour qu’il se dirige vers Noah « Alvin ! » scanda-t-il d’ailleurs d’une voix forte pour que le troisième l’entende malgré la cohue, et surtout, en espérant qu’il se reconnaisse malgré la panique générale.

    Le faux visage du photographe se tourna heureusement vers eux et en jouant des coudes ils eurent tôt fait de le rejoindre. D’un même mouvement ils suivirent le flux puissant des fuyards sans trop avoir le choix de toute manière. Et une fois à l’extérieur des gradins, impossible de se détacher de la foule tout de suite. Comme Thomas avait toujours été plus grand que la moyenne, il pouvait voir au-dessus des têtes et jeter un coup d’œil aux visages grimés de peur et suffoqué. Une nuée de baguettes s’agitaient dans tous les sens, comme s’ils espéraient qu’en s’éloignant du stade, l’effet se dissipe et leur permette de retrouver l’usage de leur baguette. C’était certainement utopique d’espérer une telle chose, car voilà pourquoi Harvey s’était donné la peine d’acheter un quartier moldu entier… son vrai tournois s’y déroulait plus encore que dans l’arène…

    « On n’se lâche pas d’une semelle d’accord ? » lança-t-il aux deux plus jeunes « On n’peut pas rester là c’est trop dangereux, dès qu’on peut s’écarter on saute sur l’occasion »

    Qui sait comment allait réagir le polynectar de Noah si la magie n'était plus valable ? Qui sait combien de temps ils seraient bloqué dans ce quartier vidé ? En avait-il emporté avec lui ? Il fallait l'espérer...
    Il voyait déjà se dessiner au loin une petite ruelle adjacente qui ferait éventuellement l’affaire. Dans ce genre de situation, mieux valait rester furtif et à couvert, surtout s’ils étaient dépourvu de magie…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Calliope Kark
"Unbowed, Unbent, Unbroken"
Messages : 7781 Crédits : Moi
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Elfe de maison de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire.
Maison : Poufsouffle.


Rapeltout
Patronus : Incapable de réaliser un patronus à nouveau.
Epouvantard : Son père baignant dans une marre de sang au ministère. Pas de chance c'est bien arrivé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 29 Mai 2012 - 23:08

    Elle déposa une bise sur le front inquiet de sa douce sœur comme pour chasser les troubles qui s’immisçait dans son esprit. En presque seize ans sa pauvre petite muse curieuse avait déjà eu à faire face à beaucoup d’épreuve au goût du cœur tendre de Calliope. « Ça va aller…. » Un murmure naïf, presqu’inaudible, qui faisait écho à son raisonnement intérieur : Pourquoi toujours imaginer le pire ? La voix s’élevant dans le stade lui apporta une funeste réponse, l’onde la faisant frémir et extrayant de ses pores l’once de candeur à laquelle la Kark s’accrochait encore. Parce qu’il y aura toujours un Harvey Jugson. La réponse à sa question purement rhétorique lui laissa une gorge sèche. Ses grands yeux sombres incrédules, s’agitaient, ses oreilles tentaient de comprendre la clameur qui s’élevait. En pleine recherche ses sens guettaient la farce, les secondes s’égrenaient et les rires ne venaient pas. Qu’attendait le cortège de sécurité pour arrêter Harvey ? Un pauvre diable comme lui, ne devait pas être une grande menace ? Drogué notoire, le sang-pur avait toujours inspirée une sincère pitié à la jeune Fourchelang, sans le dégoût aurait largement prit le pas sur tout autre sentiment, si l’homme n’avait pas été affilié à Anna Bella Rosier. Comment un être aussi tendre pouvait être associé à un tel fou ? Mais la colère, ou peut-être était-ce juste de la folie, du Jugson fit vibrer toute l’arène, alors que Calliope tétanisée d’effrois ressentait dans sa chair l’effondrement d’une des structures. Ce n’était pas qu’affaire de sentiment, de pitié ou d’horreur, la vibration était bien là, tout comme les hurlements irréels qui l’accompagnaient. En un seul cri, mille détresses. Dans son regard perdu dans le vague dansait le spectre d’un souvenir récent et pourtant si lointain. Est ou Ouest ? Dans quelle allée s’était aventurée Tyzonn ? Comme une vague glacée, la Kark sentit la peur ronger son corps. La mine affolée de sa cadette suffit à lui insuffler un peu de sang-froid. Elle n’était pas seule, Clio comptait sur elle. Et la seule chose qui comptait c’était que tous les Kark quittent la bombe sur laquelle reposaient leurs séants, il ne tenait plus qu’à une petite pincée de minutes, pour qu’à la place du « b » se greffe un « t ». Non ces gradins ne seraient pas le caveau des enfants Kark.

    Calliope suivit un Arutha qui s’élançait dans la foule pour dégager un passage à ses deux sœurs, lâchant quelques regards en arrière pour s’assurer que les deux muses de sa vie le suivaient bien. « Ne regardes pas Clio. » Serrant la main de sa sœur comme une noyée à son oxygène, Calliope tentait de s’engouffrer dans le sillon créé par Arutha. Les hurlements lui soulevaient le cœur, la vue des gravats lui broyait l’estomac, et l’odeur, cette odeur suffocante de sang et de poussière rendait sa main moite. Cette impression de mort. Non Clio ne devait pas voir ça. « Ne regardes pas le gradin ouest. Continues d’avancer, regardes juste devant toi. Tu ne veux pas voir ça, Clio. Ne regarde pas. » Calliope tentait de ne pas penser aux victimes ni à ses gens qu’elles bousculaient pour assurer sa seule survie. Un homme venait de bousculer une frêle adolescente beaucoup plus à sa droite, la jeune fille avait disparue comme engloutie par la foule. La fourchelang s’efforça de chasser de son esprit les différents scenarii sanglants qui s’écrivait dans son esprit. Peut-être que quelqu’un l’avait aidé à se relever ? « Ne lâches pas ma main, Clio. Quoiqu’il arrive ne lâche pas main. » Elle avait articulé ses paroles en raffermissant sa prise sur sa cadette. Entre temps Arutha avait avancé, Calliope venait de se faire bousculer et en un battement de cils, la silhouette de son frère s’était évanouie. Elle hurla son nom, mais la seule cohue lui répondit. « Clio, si jamais on est séparée, tu continues d’avancer, d’accord ? Tu t’en vas, tu ne tentes pas de me chercher ou de retrouver Arutha ? Jamais demi-tour, tu continues d’avancer, et tu sors… D’accord ?! » Elle fit promettre à sa petite princesse tout en avançant, et ajoutant à nouveau. « Ne lâche pas ma main. »
    Hors des gradins, Calliope fut soulagée un instant. Elle s’accorda une poignée de seconde pour chercher du regard un bras d’acier. Mais pas de Tyzonn à l’horizon…La jeune fille faillit formuler ses hésitation à voix haute, mais s’abstient Clio, n’avait pas besoin d’une grande sœur défaillante, surtout maintenant qu’Arutha n’était plus là. Elle dégaina enfin sa baguette, en vain, mais cette brindille était son seul lien avec la magie évanouit. « On va sortir d’ici. Ça va aller Clio. Ça va aller. Le ministère ne va pas laisser faire ça. Tout est filmé. Papa va intervenir. Tout ira bien. On doit juste avancer en attendant que les officiers de la police magique se déploient. Arutha doit être un peu avant… Mais ça va aller. » Qui est-ce qu’elle cherchait à convaincre, à tromper ? Sa sœur ou elle ? Calliope tenta de se raccrocher à l’idée que ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait enfermée avec des monstres sans pouvoir utiliser la magie. Pas le courage chevronné de Tyzonn pour la protéger, pas le sang-froid de Lilith pour tous les sauver, juste des milliers d’inconnus, et sa trop jeune petite sœur qui comptait sur elle. Mais la Kark préférait encore sa démoniste de meilleure amie en France, qu’ici en danger de mort. Portée par la foule, la Fourchelang dépourvue de son don, jouait des coudes sans jamais perdre la main de sa petite sœur. Dehors les gens se dispersaient de toute part sans pour autant que la foule ne désemplisse, oppressée la Kark avait paniquée lorsque la prise sur le poignet de sa cadette s’était amenuisée, la Poufsouffle quitta avec mal le groupe de sorciers qui se précipitaient dans une direction inconnue. L’union faisait peut-être la force, mais la foule ne devait pas lui couter sa petite sœur. Tentant de réfléchir prestement, elle discernera la silhouette de trois hommes se diriger vers une ruelle. Elle reconnut au loin l’homme aux oreilles décollées, déjà croisé et souvent bien vite oublié. « On va par là. » Un visage familier s’était mieux que rien, et l’un des trois hommes semblaient avoir des épaules solides, atout clef dans une épreuve de survie.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Marcel Pagnol

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 0:52

I got to kill the killer that's inside
And I got to heal the healer that's inside
It's a dead end road


AaRON

    La voix de Leo avait retentit, et Zahid avait de suite relevé les yeux vers lui, interdit. Plus de magie ? Comment ça, plus de magie ? Angoissé, il s’assura discrètement que sa fiole de potion de polynectar était toujours dans la poche intérieure de sa veste. C’était une potion, certes, mais et si ce « plus de magie » concernait cela aussi ? Il respira profondément, essayant de se calmer. Clignant des yeux, il observa du coin de l’œil la fille Kark répondre à son ami, et il se fit la réflexion que pour une fois, donner du crédit à ce que racontait cette pourrie gâtée était possible. Après tout, ça semblait logique. Et il n’avait pas à s’inquiéter, sa transformation n’avait toujours pas disparu, donc ça devait bien vouloir dire qu’il ne risquait pas de se retrouver à découvert.

    Mais la voix de Jugson se fit de nouveau entendre, et son sang ne fit qu’un tour. Ce ton méprisant, il ne le connaissait que trop bien. Il ferma les yeux, se sentant trembler au fur et à mesure que Jugson avançait dans son monologue, et que les murs extérieurs disparaissaient dans un tremblement. S’efforçant de respirer calmement, et de garder la tête froide, il enregistra le plus d’informations possibles dans son cerveau. Tenter de survivre ? Il eut un rictus sarcastique. Tenter de survivre, c’est un peu ce qu’il faisait tous les jours. Chassant ses idées noires qui l’envahissaient bien trop ces temps-ci, il se concentra sur la situation présente, qui était critique. Très critique.

    Mais ce n’est que lorsque que le gradin Ouest explosa qu’il réalisa vraiment ce qu’il se passait. Dans un sursaut, il se leva, et observa avec effroi les gradins s’affaisser dans un tas de gravats, les gens qui tombaient, et se blessaient en hurlant ; et le sang. Le sang, bien que cela soit surtout son odeur combiné à celle de la poussière qui lui faisait imaginer sa vision. Et la mort. L’inertie de ces corps. Il ferma férocement les yeux, et se rattrapa à son voisin, traversé par un haut le cœur, le Rosier aux yeux vides dans son esprit.

    Voisin qui se détacha brusquement de son emprise et disparut aussi vite dans le chaos général. Hagard, Zahid luttait pour reprendre conscience et plein contrôle sur ses membres. Les pensées affluaient avec tellement de vitesse et de puissance dans son esprit qu’il ne parvenait pas à s’arrêter sur l’une d’elle, et à se mettre à agir.

    Ce fut la voix de Thomas qui le sortit de son mutisme en l’appelant par son nom d’emprunt. Il s’agissait du prénom de son grand-père adoptif, et ça lui permettait d’être réceptif quand on l’appelait. Tournant brusquement sa tête vers le Macnair, il attendit qu’ils arrivent à sa hauteur, laissant l’urgence de la situation l’envahir. Leo. Il était là. Diego et ses parents : en sécurité hors de ce fichu stade, ça de moins à s’inquiéter. Ses autres amis : il n’y avait plus qu’à prier Merlin pour qu’ils s’en sortent.

    Et de nouveau, cette détermination, ce besoin de lutter, de faire face sans baisser les bras. Parce que ses vrais parents s’étaient battus pour ça et qu’il n’avait pas le droit d’abandonner. Parce qu’il devait protéger Leo. Et parce que Diego n’était pas arrivé en Angleterre pour qu’on ait raison de lui aussi vite. Dans ses yeux, cette lueur de combattivité.

    Les priorités se dessinèrent clairement dans son esprit, et il suivit Thomas et Leo, jusqu’à arriver au beau milieu d’un quartier qu’il ne connaissait pas le moins du monde. S’assurant qu’il avait toujours sa fiole de polynectar, il hocha la tête aux paroles de son coéquipier. « Bien sûr. » lâcha-t-il, déterminé. S’ils étaient ensemble, et arrivaient à se coordonner, ils s’en sortiraient… du moins, il l’espérait. Tout dépendait de ce que leur avait prévu le psychopathe.

    Zahid avait le visage fermé, était fébrile mais s’obligeait à rester calme dans la mesure du possible. Attrapant doucement le poignet de Leo l’espace de deux secondes, il le serra brièvement puis le lâcha, plongeant son regard dans le sien. Plus de distance, pas dans une telle situation.

    Le chaos ne cessait de gagner de l’importance, et les cris combinés à l’odeur acre de l’explosion lui donnait un peu la nausée – ce n’était clairement pas pendant son enfermement au QG et ses périodes de déprime où il mangeait peu qu’il avait gagné de la force physique : loin de là – mais il se raccrocha à ses priorités et la sensation de vertige disparut.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 9:30

    Leo se raisonna. La jeune Kark avait probablement raison mais elle ne savait pas se qui le rendait si peu apte à ne pas se calmer. Très bien. Anti-triche. Il pouvait toujours tenter de transplaner mais il songea que c’était peut-être une mauvaise idée. Si cela fonctionnait, comme expliquerait-il sa fuite et de plus, la fuite prouvait une culpabilité nette et il ne voulait pas se montrer coupable de quelque chose à part peut-être, d'être le premier coupable de la dégradation de sa relation avec Noah. N’empêche, qu’à ce moment précis, le jeune homme était stressé et n’arrêtait pas de se dire que quelque chose n’allait pas parce que clairement, quelque chose n’allait pas. Pourquoi interdire la magie sur les gradins. L’organisateur n’avait-il pas justement besoin de magie pour les divers pièges nécessaires à la course ? Soit, il savait l’homme compétent, du moins il le supposait. Quelques articles avaient été publiés et nul n’ignorait l’addiction certaine qu’il avait pour de la cendre de lune. Mais … peut-être qu’aujourd’hui il ne l’était pas. Peut-être aujourd'hui était-il clean.

    Ou peut-être que non après tout. Peut-être que si et tout était calculé et peut-être que non et la voix qu’il entendait était juste celle d’un homme complètement jeté pour avoir trop consommé de cette drogue sorcière. Leo secoua la tête. Non, non, quelque chose lui disait que la première solution était la plus plausible. L’homme avait tout calculé. Thomas se leva brusquement. Et l’homme continua. Et Leo l’écouta. Le problème venait des factions peut-être mais il n’allait pas changer la raison d’être des factions en une journée et surtout pas de cette façon. Fuir. Le sol trembla. Les murs disparurent laissant place au quartier qu’il avait du raser pour pouvoir orchestrer son plan machiavélique. Leo pensa à tous ses gens qui avaient du quitter leur chez eux pour la folie d’un homme. Tous ces hommes soif de pouvoir étaient fous, complètement cinglés. Et la encore les gens ne bougeaient pas mais Leo avait la désagréable impression qu’ils attendaient quelque chose, qu’ils voulaient croire que tout ceci n’était pas réel. Comme lui. Il pensa à Jake qui devait regarder l'événement depuis chez lui, à Zak qui était sur le terrain, à toutes les personnes présentes dans ce stade lorsqu'il vit avec horreur l’un des gradins s’effondrer. Vision de cauchemar. Les cris, les personnes qui ne pouvait aider de par sa léthargie et son incapacité à faire quelque chose parce qu’il était trop tard. Connaissait-il des personnes présentes sur ce gradin ouest ? Egoïstement, Leo souhaita que non et se dit qu'il le penserait jusqu'à ce qu'il ait preuve du contraire.

    Thomas le secoua, Leo regarda Noah qui, comme eux tous, avait du mal mais peut-être encore plus. Tout ces morts lui rappelaient la mort d’un jeune homme en particulier. Philippin Rosier. Leo voulu s’avancer pour l’aider mais déjà Thomas le poussait en avant. La foule, la panique. Tout s’était déclenché rapidement à partir du moment ou le gradin ouest s’était effondré. Tous ces morts. Le ventre de Leo se retourna. L’odeur, la poussière, le sang le rendait nauséabond. Mais ce n’était pas le moment. Vomir, il le ferait après, quand il n’aurait plus à se soucier de leur survie. Survivre. Leurs vies ne se résumeraient-elles qu'à ce verbe jusqu'à la fin ? Leo jura tout en suivant Thomas qui semblait avoir une idée derrière la tête. Thomas savait ce qu’il faisait, c’était un mec solide alors Leo le suivait sans trop se poser de question. Ils devaient sortir de ce trou à rat, c’était tout ce qui comptait. Sortir, respirer de l’air frais qui sentait autre chose que la mort, la peur et la panique monstre qui s’était emparée des sorciers qui couraient dans tous les sens. Il essayait de ne pas perdre Thomas ni Noah de vue. Il ne fallait pas se perdre, rester groupés. Alvin… Leo s’arrêta lorsque Thomas leur désigna une petite ruelle un peu à l’écart. Le Polynectar faisait toujours effet, cela le soulageait. Même sans magie, il y avait mille et unes façon de tuer quelqu’un et Leo ne voulait pas voir mourir son meilleur ami. Pas aujourd’hui, pas demain. Jamais. Baguette en poche, sa main trembla. La panique n’était pas totalement partie et rien était pire que les réactions de quelqu’un de paniqué. Les gestes seraient mal coordonnés, peu réfléchis. Il respira profondément lorsque Noah serra sa main dans la sienne. Leur regard se croisèrent et Leo se calma peu à peu et hocha la tête à la demande silencieuse de l’homme en face de lui. Pas de distance. Ce n’était pas le moment. L’irlandais leva la tête en entendant des pas de course.

    Les Kark. Y’en avait pas un troisième ? Malgré la situation Leo se tendit à nouveau. Il n’y avait pas de magie mais les deux jeunes filles restaient convaincue que les choix de leur père était les bons, soutenaient l’Ombre de la Rose Noire sans faille. Et puis restait Noah. Si le palestinien perdait sa couverture face à Calliope. "Problèmes en vue", murmura Leo avant qu'elles n'arrivent à leur hauteur et puissent, de ce fait, l'entendre.

    Qu’étaient-ils supposés faire ? Rester ensemble. Leo était plus que d’accord mais avec les Kark aussi ? Une troisième personne courait derrière les filles du Premier Ministre. Etaient-ils filmés en ce moment même ? Havey Jugson avait-il réellement planqué des caméras partout ? Son regard se posa sur Myrtille qu’il reconnut lorsqu’elle s’arrêta auprès d’eux en même temps que les deux jeunes filles. Trois Ombres, trois Phénix. Magie ou pas… ils étaient dans la merde.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clio L. Kark
Mini-Kark la mini-Teigne
Messages : 1382 Crédits : (c) pigfarts is real. / (c) Tumblr
Age du personnage : 18 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ne travaille pas, mais prend des cours approfondis de Runes avec le Professeur d'Etude des Runes de Poudlard.
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Renard
Epouvantard : Perdre Callie. Définitivement.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 14:12

Elle ne regardait pas. Elle refusait de porter ses yeux sur le carnage qu’elle s’imaginait. Morbide imagination. Mais toujours plus floue que la réalité. Si elle avait eu peur des évènements de septembre, puis de ceux de février, Clio savait qu’elle n’avait jamais été confrontée à la mort. Au sang. Aux cris. A la douleur. Ce n’était que des élèves qu’elle avait affronté. Ici, c’était des gradins qui s’effondraient. Des personnes qui mouraient. Elle sentait l’odeur. Celle du sang. De la sueur. Elle plissa le nez, dégoûtée. Mais elle ne regardait toujours pas. Ses yeux de jade étaient vrillés sur le visage paniqué de sa douce grande sœur. Sa main dans la sienne la rassurait. Sa voix la guidait. Non, elle ne regarderait pas. Calliope s’y refusait, elle s’y refusait.

Clio vit les lèvres de sa sœur bouger sans entendre ce qu’elle disait, tant les cris de la foule étaient impressionnants. Elle se contenta de resserrer sa prise sur sa main et de la suivre, tout en se rapprochant d’elle. Plus elle était proche de Callie, plus elle comprenait ses mots. Et elle commença à paniquer. « On ne sera pas séparé ! Tu ne peux pas me laisser ! Je ne te laisserais pas toute seule… » Mais elle se tut sous le regard insistant de son aîné et se mordit la lèvre, tremblante. « Je… Promis. Promis » Mais elle ne la laisserait pas s’éloigner. Elle ne la perdrait pas à son tour. Arutha pouvait se débrouiller seul. Pas Callie. Callie avait beau avoir mûri et grandi, elle n’était pas une tireuse d’élite comme son frère. Alors Clio se refusait à la laisser seule.

Et c’est ce qui l’aida à tenir. Se dire qu’elle aussi devait veiller sur sa sœur. Qu’elle aussi devait prendre soin de sa famille. Son regard toujours ancré sur le corps de son aîné, elle se laissa guider, mais oublia les gradins, les corps, le sang. Elle ne pensait plus qu’à Calliope et à leur sécurité. Elle vit sa sœur dégainer sa baguette, mais ne fit rien de son côté. Il n’y avait plus de magie, elle ne lui servirait à rien. Et elle préférait la garder en sécurité dans la manche de son pull, plutôt que de risquer de la perdre.

Lorsqu’elles sortirent du stade, qu’elles quittèrent la foule, Clio sentit un poids quitter son corps. Elles n’étaient toujours pas en sécurité. Mais elles n’étaient plus dans ces gradins qui risquaient d’exploser à tout moment. Elle sentit Callie la tirer derrière elle, en lui indiquant une ruelle où se trouvaient déjà trois hommes. Clio n’avait pas l’impression de les connaître. Mais en se rapprochant peu à peu, elle se rendit compte qu’elle en reconnaissait un. Enfin, « connaître » était un grand mot. Elle savait juste que c’était un serveur des Trois Balas où il arrivait qu’Harmonie l’entraîne lors de leurs sorties à Pré-Au-Lard, l’année précédente.

Harmonie. Le cœur de la petite brune se serra à la pensée de sa meilleure amie. Mais ce n’était pas le moment de se laisser aller à la nostalgie. Rien n’était finit. Non, elle sentait bien que tout ne faisait que commencer. Alors si Callie et elle pouvaient en sécurité auprès de ces hommes, elle ne réfléchissait pas plus loin. Elle savait que ce n’était pas des Ombres, elle aurait reconnu leurs visages sinon. Mais ils ne lui paraissaient pas mauvais. Ils ne semblaient pas pouvoir leur faire du mal. C’est pourquoi Clio resserra sa prise autour de la main de sa sœur et s’avança vers eux avec détermination. En vrai, elle était morte de peur. Mais elle les affronta de son regard de jade, sans dire un mot. Se contentant juste de glisser contre le corps de Calliope, pour se rassurer. Elle entendait Myrtille arriver derrière elles. Et elle espérait qu’elle n’ait pas fait de bêtises en s’approchant autant de ces hommes.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Keep smiling...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 19:08

Le sang battait dans ses tempes à un rythme guerrier. Il allait faire un meurtre. Qui ? Il ne savait pas. Tout le monde. Il ne comprenait pas la démarche d’Harvey Jugson, mais dans l’instant il avait le même but direct que lui, saigner tous ces bœufs. On le poussait, on marchait sur ses pieds ministériels. Il n’y avait-il donc personne pour voir qu’il était Arutha Kark ? L’Héritier. Ni plus, mais surtout, ni moins. La modestie ne l’avait jamais étouffée, en revanche son arrogance l’avait fait bien souvent vite s’ulcérer. Dans une débauche de violence, il donnait des coups de coude, parfois de pieds dans la foule pour qu’on le laisse passer. Le Kark aurait pu simplement bousculer, mais il avait soif de violence, besoin de passer sa colère, et tous les moyens étaient bons.

Calliope avait disparu, disparu avec Clio. Sans quoi il ne se serait pas donné la peine de la chercher. Inconstant, ce matin au petit déjeuner il l’avait aimée, ce soir il voulait retrouver son cou pour l’enserrer de ses doigts, ou juste la laisser perdue. Mais il y avait Clio, sa petite princesse, l’unique fil stable dans le tumulte de ses sentiments extrêmes. Ses grands yeux jades il les aimait à chaque instant. Frappant dans le tas il cherchait de son regard furieux, ses deux sœurs. Lorsqu’il aperçut enfin au loin dans la nuit leurs silhouettes graciles, il s’apaisa un instant. S’extrayant du corps central, c’est en courant à moitié, que l’héritier fonça vers elles. « Bordel ! C’était si difficile de me suivre, Calliope ?! » Ce n’était pas une vraie question, le but passer ses nerfs. D’un coup d’œil dédaigneux il toisa les trois hommes que ses deux avaient rejoints. Rien de bien sérieux, ou de vraiment respectable. Macnair avait le bon goût d’être sang-pur, mais à l’inverse de ses sœurs, Arutha se rappelait bien que l’homme avait été expulsé du ministère. « Vous savez où vous allez au moins ? »
***
Harvey Jugson était un mécène. Un drogué, un sorcier qu’il aurait bien délesté de quelques litres de sang, mais son mécène. Il lui offrait de quoi exercer son art librement avec plaisir, grâce, mais surtout face à un public. Ses canines brillaient dans le reflet de la caméra. Il avait attendu dans l’ombre, pour ne sortir qu’une fois l’explosion fit trembler la terre. Il allait faire nuit, Harvey l’avait assuré. Son plan était bien rôdé, dangereux mais bien rôdé. C’était bien pour cela qu’il y a cinq mois il avait accepté de participer à ce petit jeu, à prendre le risque de se jeter dans la gueule du lion. Mais un festin pareil, ça ne se refuse pas. Pour ses toiles, il voulait commencer en douceur, se ruer dans la foule c’était suicidaire. Non, lui il était l’ombre tapis dans la ruelle, et c’est avec ruse qu’il ferait des brebis égarées les acteurs de son œuvre. Boccace c’était son nom de vampire, sa renaissance sanglante.

Un petit groupes de sorciers se profilaient dans sa ruelle, faisant étinceler un nouveau sourire. Les premiers étaient arrivés. Avec rapidité, il se rua sur le groupe pour planter ses dents dans sa première victime.

Qui se fait croquer ?
Oui-Oui : Thomas
Oui-Non : Leo
Non-Oui : Calliope
Non-Non : Myrtille
Informations rp

ϟ Et voilà vous avez enfin votre PNJ ! Il s’agit d’Arutha Kark donc vous pouvez consulter la présentation dans ce sujet .

ϟ Vous devez maintenant vous aventurer dans une des ruelles, où vous rencontrez votre premier monstre, il s’agit d’un vampire, Boccace. Les informations sur les vampires se trouvent dans ce sujet .

ϟ Vous ne pouvez pas le tuer pour le moment, et il vous faut 2 dés positifs pour le toucher.

ϟ Des barres de fers ont été abandonné dans un coin, vous êtes libre de les utiliser ou non.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 19:08

Le membre 'Filet du Diable' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 20:51

    ‘Problèmes en vue’ ça c’était le cas de le dire Leo ! C’était même un peu le thème de la soirée. Enfin… de la soirée… non, le ciel assombrit était trompeur, il était encore tôt mais il faisait terne, comme le crépuscule en automne ce qui réduisait la visibilité et n’était pas pour arranger leur situation. Le souffle encore un peu court et le front voilé d’une fine couche de sueur glacée, Thomas se détourna pour lancer un regard aux demoiselles que le jeune serveur venait de désigner.
    Les filles Kark… quelle blague ! Ou plutôt quelle poisse ! Hors de question que ces deux gamines les accompagne. D’accord elles étaient jeunes, vulnérables, à la merci du premier piège venu puisque c’était apparemment au programme selon ce brave Harvey, pourtant il n’était pas enclin à jouer au bon samaritain. Ou plutôt, il ne l’était plus. L’ancien Thomas se serait sans doute laissé berner par leurs deux minois innocents, leurs airs apeurés, aux abois, penauds, par leurs joues pleines et salies de poussières et leurs petites mains jointes. Mais ce Thomas là était resté coincé dans son désert et pour le coup, c’était tant mieux. Trop de compassion était une faiblesse, à force il l’avait bien comprit. De toute manière avec Noah, ils ne pouvaient certainement pas se permettre de trainer ces gamines avec eux.

    De toute manière elles n’étaient plus seules puisqu’une grande brune aux yeux de chats venait de les rejoindre, presque aussi tôt suivie d’un jeune homme longiligne qu’il ne mit pas longtemps à reconnaitre. Kark,Kark, encore du Kark, toujours plus de Kark, est-ce que Marvyn avait l’intention de repeupler le tout Londres magique avec sa progéniture ?! Par Morgan faites qu’il n’engrosse pas sa nouvelle femme…

    Oh, et ce sale gosse belliqueux prenait même la très grande peine de leur adresser sa toute divine parole. Que d’honneur par Merlin, que d’honneur ! La moue dédaigneuse de Thomas disait tout le contraire tandis qu’il toisait le fils Kark. Un vrai fil de fer, il n’allait pas faire long feu sans magie, le petit géni de la baguette, y’avait-il seulement le moindre muscle sous sa chemise ? Difficile à dire et inintéressant.

    « Bien sûr que nous savons où nous allons : dans un endroit où l’on ne risque plus de vous croiser » badina Thomas avant d’amorcer un mouvement pour se tourner vers Noah et Leo qui s’étaient déjà avancés de quelques pas dans la ruelle.

    A l’exact même instant, tandis qu’il terminait à peine de se retourner, une ombre se détacha du décor pour se ruer en avant, faisant preuve d’une vélocité qui n’avait de toute évidence absolument rien d’humain. L’œil arrondit d’effroi, le sang pur sursauta avec force, transpercé d’une flèche glacée presque douloureuse. La seconde suivant, sa baguette était sortie, pointer avec haine sur la silhouette décharnée du vampire qui venait tout simplement se ruer sur Leo. Réflexe idiot qui venait de lui faire perdre une précieuse seconde ! Plus de magie ! Pourtant c’était loin, très loin d’être la première fois qu’il était coincé en milieux hostile et privé de magie.

    Mais plus le temps de réfléchir, chaque seconde accordée à la réflexion était une seconde en plus où Leo risquait sa vie. Agir. Agir sans trop réfléchir. Vite. Il fourra sa baguette à l’intérieur de sa manche et laissa courir ses yeux clairs sur le décor avant de se ruer sur une épaisse barre de fer rouillée qui reposait contre une poubelle vide.

    Viser la tête en premier pour les déstabiliser ou leur casser les crocs, c’était la méthode la plus efficace avec les vampires. Thomas fendit l’air de son arme improvisée en espérant ainsi lui faire au minimum lâcher prise.

    Oui & oui : Thomas aurait eu un avenir prometteur dans le baseball, en plein dans la tempe, ça doit faire vampiriquement mal ! Le vampire lâche Leo.
    Oui & Non ou Non & oui : Boccace reçoit le coup sur l’épaule, et s’il ressent certainement une certaine douleur, ce n’est pourtant pas assez pour le déstabiliser et le faire lâcher Leo. Il va falloir frapper un peu plus fort…
    Non & Non : Le vampire à certainement vu le coup venir du coin de l’œil et il s’écarte de Leo pour éviter le coup avec souplesse et rapidité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 30 Mai 2012 - 20:51

Le membre 'Thomas A. Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 17:50

    Lorsque les deux filles de ce pourri de Kark – et une sorcière encore inconnue – s’étaient approchées d’eux, Zahid avait serré les dents. Hors de question qu’il coopère avec ces gens-là. Et même si, dans d’autres circonstances, voir cette fraternité entre elles aurait pu le toucher, les derniers évènements l’obligeaient à enfouir sa pitié au fin fond de lui. D’une, elles faisaient parti de l’Ombre, quand bien même c’était des gamines. De deux, il savait qu’au moins l’une d’elle cachait bien son jeu et qu’il fallait s’en méfier. La plus grande. Calliope. Celle qui lui avait lancé un sort de magie noire. Mais aussi celle dont il avait tué un proche. Il ferma les yeux. Ne pas penser à ça, ne pas comprendre sa douleur. Jamais. Cette fille prônait les idéaux de son père, il ne pouvait tout simplement pas s’apitoyer sur son sort.

    Et quand le frère ainé les rejoignit, et les apostropha de sa voix méprisante et méprisable, il se dit qu’ils avaient décroché le combo gagnant. De toute la foule présente dans les gradins pour le Triathlon, il fallait qu’ils tombent sur trois sorciers particulièrement indésirables. La mâchoire serrée, le photographe allait répondre quelque chose d’assez cinglant quand Thomas le coupa dans son élan pour signifier explicitement qu’ils étaient loin de vouloir s’associer à eux. A croire que le Macnair lisait dans ses pensées !

    Il fait quelques pas dans la ruelle qu’ils ont emprunté dans le but de quitter la progéniture Kark. Subitement, sans qu’il comprenne quoique ce soit, il voit une forme encore non déterminée passer devant ses yeux à une vitesse incroyable, et finir sa course… Sur Leo. Ecarquillant les yeux, il met plusieurs secondes à comprendre qu’il s’agit d’un vampire. Un vampire qui est en train de mordre Leo. De boire son sang.

    « Leo ! »

    Son sang ne fait qu’un tour, et dans une tentative inutile, il porte sa main à la poche de son pantalon où se trouve sa baguette de remplacement – puisque l’ancienne a été gentiment brisée par ce cher Higgs –, avant de désamorcer son geste, souvenant qu’ils ne peuvent faire usage de magie. La peur et la colère grondent dans son ventre, dans sa poitrine, dans tout son être. Et en même temps, il tremble, traversé d’une multitude de sentiments qui lui coupent le souffle.

    C’est tellement ironique, comme situation. Se retrouver face à un vampire, sans pouvoir utiliser la magie. Comme des moldus. Mais ils sont perdus, sans leur pouvoir. Ils ne sont plus que des marionnettes, de simples marionnettes sans leur repère, leur seul arme… Du moins c’est l’impression qu’il a, mais ce n’était pas le cas. Cependant, l’ironie de la situation repose surtout sur le fait qu’ils se retrouvent avec trois – peut-être quatre – membres de l’Ombre de la Rose Noire, et qu’ils sont face à un même ennemi, pour une fois. Quoique, les trois Kark vont peut-être en profiter pour fuir…

    Heureusement, Thomas a des réflexes plus affutés que les siens, et donne un coup de barre de fer rouillé au vampire, qui semble déstabilisé, mais sans lâcher sa prise…. C'est-à-dire Leo.
    Leo qu’il essaie de protéger depuis tant d’années, Leo avec qui il est un peu en froid, mais surtout Leo pour qui il a toujours de puissants sentiments. Ivre de rage et de colère, Zahid se met à courir sans réfléchir, comme s’il avait le feu aux trousses, aveuglé par la douleur dans sa poitrine de devoir supporter une telle vision. Il plie les genoux et saute vers le vampire. Tant pis si son geste est stupide, il ne peut pas attendre plus longtemps de trouver une autre solution pour le faire lâcher prise.



Oui & Oui : Zaza parvient à s'agripper au dos du vampire, qui arrête de mordre Leo un instant, ce qui peut lui permettre d'essayer de se dégager
Tout le reste : Le vampire envoie valser Zahid au loin avec grande simplicité.... Bobo Zaza qui retombe pas très bien (selon le niveau de ratage des dés xD) TT
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 17:50

Le membre 'Noah Zahid Maxwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 31 Mai 2012 - 17:51

Le membre 'Noah Zahid Maxwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 1 Juin 2012 - 8:19

    Tout c’était passé vite. Très vite. Leo n’avait rien vu venir. L’instant d’avant il marchait à côté de Zahid et l’autre… une douleur fulgurante lui vrillait le cou. Incapable de bouger, incapable de fuir. C’était quoi ce truc. Même pas le temps de crier ou de se débattre. La personne le maintenait fermement et l’empêchait tout mouvement. La force le quittait peut à peu, son regard se fit lointain.

    Vampire.

    Alors c’était ça. Echapper à l’Ombre de la Rose Noire pour finir ici dans une ruelle sombre par les …. canines d’un vampires ? S’il en avait eu la force, l’irlandais en aurait rit. Mais la force, il n’en avait presque plus. Il se sentait partir petit à petit. Ce qu’il avait soif. Avait-il subi un régime sanguin avant de venir les tourmenter ? Sans magie pour les défendre, autant dire qu’ils étaient foutus. Mais peut-être était-ce mieux comme ça. Mort, il arrêterait de prendre les mauvaises décisions, de blesser les personnes qu’il aime. Car malgré tout ce qu’ils peuvent penser, il aime Noah. C’est juste … pas la bonne personne. Y’a-t-il une bonne personne dans le fond ? Il ne sait pas, il n’en sait rien. Il n’a pas envie de penser, ses pensées s’entrechoquent dans sa tête. Il se sent vidé tel un pantin entre les mains de cette créature qu’ils ne peuvent combattre. C’est ça la mort, la fin ? Tu vois pas ta vie défiler devant tes yeux mais juste tes erreurs commises par le passé ? Une autre douleur lui arrache un cri. Il n’a pas fait attention à ceux qui tentaient de le sauver. Sa peau se déchire avec force, le vampire le lâche une fraction de seconde. Moment pendant lequel il ne peut faire autre chose que de s’écrouler à terre. Il lève les yeux pour voir Noah se faire valser. S’attaquer à un vampire ainsi est de la folie. Il va l’envoyer valser de l’autre côté de la ruelle, à travers le mur. Leo serre ses poings tant qu’il peut et lève les yeux vers le vampire qui s’est sans doute débarrassé de Noah. Son regard est trouble. Il ne se sent pas bien, a envie de vomir. C’est la merde, complètement. Peut-être qu’en reportant l’attention du vampire sur lui ils auront l’occasion de s’enfuir, de se garder en vie. Son humeur change au fil de la faiblesse qu’il ressent. Il est faible, égoïste. Tout serait plus simple s’il n’était plus là.

    « C’est tout ? », murmure t-il faiblement. « Tous pareils, incapables de finir le boulot correctement. » Sa voix aurait été cinglante, hautaine, insolente si toute force ne semblait pas avoir quitté son corps. Tous des incapables. Incapables de l’éliminer, de le dénoncer, de le détester, de le haïr correctement. Il essaye de se relever mais est parcouru de tremblements. Il n'y parvient pas. Il ne sait pas si les autres l’ont entendu. Il a parlé bas mais après tout il s’en tape. Complètement. Les vampires on l’ouïe fine … il parait.

    Spoiler:
     




Dernière édition par Leo Elensar le Ven 1 Juin 2012 - 9:08, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 1 Juin 2012 - 8:19

Le membre 'Leo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 1 Juin 2012 - 9:34

Discours. Effondrement. Panique.
Le commentateur drogué avait bien monté son coup et le splendide stade qui selon cachait quelque chose de louche commençait à s'effondrer, bien trop facilement. Fondations superficielles et explosifs... Sans oublier l'inutilité de nos baguettes, nous allions nous retrouver comme des moldus dans un quartier de moldus. Nus. Cela m'angoissait bien plus que les écroulements, la foule et tout le bordel... Eux ils craignaient pour leurs vies, des blessures physiques. Moi je voulais sortir au plus vite du quartier moldu et retrouver le monde sorcier et sa magie au plus vite. Vivante et pas trop blessée, bien sûr, m'en sortir sans trop de dégâts, c'était évident tout ça. Mais vite, très vite.

Alors que je pensais à prendre les sœurs Kark sous mon aile -enfin, façon de parler, c'était plutôt par pensée pour monsieur le Ministre aka mon patron- ces deux-là furent plus débrouillardes que je ne l'aurais imaginé et prirent la fuite, rapidos. De mon côté je courais comme une dératée tentant tant bien que mal d'éviter de me retrouvée engouffrée par la foule, quitte à faire tomber quelques uns dans la fosse, pas de pitié. Mais la précipitation faisant bien -ou mal, c'est selon- les choses, je me retrouvais dans une ruelle sombre avec trois jeunes hommes qui m'étaient familiers -surtout Leo- et les deux demoiselles Kark ainsi qu'un certain frère Kark avec elles.

Mais nous étions loin d'être sortis de la galère. À peine isolés, un vampire se jeta sur l'un de nous et ce fut Leo. Les deux jeunes hommes qui l'accompagnaient se précipitèrent à son secours sans attendre. À ce moment là, il n'y avait pas trente six mille choix à faire. Se barrer en courant avec les Kark en risquant de tomber sur le reste de la bande ou... aider les trois garçons et rester groupés. La réponse devint plus évidente lorsque Leo se dégagea du vampire, apparemment dans l'incapacité de se mouvoir. Leo devenait alors un fardeau, un poids inutile à se trimbaler. Dans ce cas, il fallait pas rester avec eux au risque d'être ralenties. Si nous tombions sur d'autres ennemis, nous serions plus qu'à quatre mais ce ne serait pas plus handicapant dans ce cas précis...

- Bon les Kark, je vous propose qu'on laisse le vampire faire joujou avec eux. Vous m'suivez ?

Sans attendre de réponse, je commençais à courir...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe II
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs