Toujours vérifier le col de sa chemise ...



 



Toujours vérifier le col de sa chemise ...
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations
avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 15 Mar 2012 - 21:59

    Une réunion au travail qui avait terminé plus tard que prévu, il faisait nuit quand le directeur des programmes transplana sur le perron de sa maison. L'habitation n'avait rien d'une maisonnette, au contraire elle respirait l'opulence et le luxe, s'en était presque ostentatoire. Loin de lui déplaire, il s'était offert ce petit bijou pour attirer les faveurs de sa fiancée.

    La nuit était tiède pour la saison, le mois de mars avait remplacé un hiver plutôt rude, une simple cape épaisse était suffisante pour se couper de la fraicheur et de l'humidité. Il avait gardé une écharpe, on n'était jamais trop prudent. Sa main se ferma sur la poignée de la porte, puis la tourna afin d'entrer dans sa demeure.
    Le hall se dessina devant ses yeux couleur acier, là encore, marbre, bois luxueux... Tout avait été fait au goût de sa dame, qui état une experte en matière de bon goût. Pas qu'Eric se considère comme dénuer d'un sens de la mode et du clinquant ... Mais ça lui faisait tellement plaisir d'avoir une maison se rapprochant de ce qu'elle s'était toujours imaginée, en plus, Eric aurait pu vivre avec n'importe quelle décoration, vu le peu de temps qu'il passait dans la maison.

    Il ferma la porte, retira sa cape avant de la suspendre au porte-cape. Très vite il entendit les petits pas pressés de leur elfe de maison.

    "Bonsoir Maître, le repas sera prêt dans ..."

    "Ferme-là Rhaklur."

    Le ton était sec, intimant au silence immédiat. La journée avait été longue et cette réunion l'avait vidé de toute essence vitale. Il passa devant sa créature sans même un regard pour elle, il fit glisser sa veste de costume avant de la jeter dans sa direction. Elle n'avait pas intérêt à la laisser se froisser ou bien même effleurer le sol ! Sinon le tisonnier était pour elle. Il traversa le hall en se dirigeant vers le salon, défaisant ses boutons de manchette et le premier bouton de son col de chemise.
    Il s'effondra dans son fauteuil devant la cheminée. Le feu crépitant lui tendait ses bras réconfortants, et très vite on tendit un verre de Wisky Pur Feu au maître des lieux. Rhaklur était rapide et ça lui vaudrait le privilège de ne pas se faire remontrer sur ce coup.
    Il mit le verre au bord de ses lèvres avant d'avaler une gorgée du liquide brûlant. Par Morgane en string vert, que c'était bon... Presque autant que cette petite Irlandaise.

    Sinéad ... du moins il pensait se souvenir que c'était son nom. Une beauté rousse prête à tout pour devenir la nouvelle vedette météo. Eric n'eut rien besoin de lui promettre pour qu'elle se jette sur lui, il l'avait convoquée dans son bureau, elle avait su faire le reste. L’impertinente... avec des formes pareilles il ne pouvait que s'en délecter ! Autant passer sous silence ce que ce malheureux bureau en ébène subit cette nuit, seul le sourire en coin était trace de ce souvenir. Il bu une seconde gorgée avant d'entendre la démarche d'Echo. Ses talons sur le marbre puis sur le plancher étaient une mélodie unique qu'il ne se lassait pas d'entendre.

    La silhouette du mannequin se détacha du décor pour venir à sa rencontre, il lui décrocha un sourire en coin, dévoilant une fossette au creux de sa joue.

    "Bonsoir Beauté ... Pas couchée ?"

    Il la laissa s'approcher, sûr de lui. Il avait prit bien soin de se rhabiller sans laisser paraitre quoi que ce soit. Pas un suçon, aucune griffure, il s'était déjà fait avoir pour tout ça. Non, non seule une marque de rouge à lèvres corail sur le col de sa chemise blanche le trahit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Echo Leïa Zabini
Messages : 390 Crédits : TINA + tumblr + doudouw
Age du personnage : Vingt-sept ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ancien mannequin, travaille avec papa Zabini dans le milieu de la mode.
Faction : Héritière
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Une couleuvre
Epouvantard : Se faire renier par son père ; symbole de rupture définitive avec sa famille.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 18 Mar 2012 - 16:34

La nuit était déjà tombée depuis longtemps quand Echo regarda l’heure, une fois de plus. Il était vraiment tard, et elle était seule. Eric n’était toujours pas rentré, sans donner aucun signe de vie. La mannequin savait son fiancé tout particulièrement ambitieux et investi dans son travail, et il arrivait fréquemment qu’il soit retenu par une réunion à des heures tardives. Réunions desquelles il rentrait parfois fatigué, tout simplement. Réunions qui lui laissaient d’autres fois un sourire mystérieux et des suçons plus ou moins dissimulés tout le long du torse et du cou. En général, lorsqu’il rentrait et qu’Echo découvrait ce genre de marques sur son corps, la réaction était… Violente. Explosive. Les meubles et la vaisselle de toute leur immense maison s’en souvenaient encore. Echo était une fiancée tout particulièrement jalouse et possessive : Eric était à elle, c’était aussi simple que ça. Son homme, sa chose, son fiancé ; et elle ne tolérait pas que des espèces de poufiasses, l’attirant à l’aide de décolletés vertigineux et de jupes ultra-courtes, posent leurs sales mains sur lui. C’était cette jalousie dévastatrice qui, dans une énième dispute, avait poussé la Zabini à lui promettre dans un serment inviolable que jamais il ne l’abandonnerait. Quoiqu’il arrive, Eric finirait par l’épouser. Il l’avait juré. Se retrouver avec une robe blanche, envisager le plus parfait des avenirs, tout ceci semblait à la demoiselle absurde tellement elle n’en avait pas envie. Elle ne voulait pas d’enfants avant un certain temps : une grossesse mettrait à mal sa carrière de mannequin. Elle se moquait d’entendre des mots doux matin, midi et soir, d’aller roucouler en lune de miel, non. Echo savait se montrer douce, délicate, possessive, attentionnée, jalouse, attentive, tendre, explosive, mais amoureuse ou sensible, ça, non, jamais. On ne lui avait pas appris comment faire. On ne pouvait pas non plus dire que les tromperies d’Eric la rendait malheureuse, absolument pas. Elle ne supportait simplement pas de l’imaginer dans les bras – ou plutôt entre les cuisses – d’une autre.

Soupirant doucement, elle se laissa retomber sur le lit et se replongea dans la lecture de son livre. Cependant, une question trottait dans son esprit : où était Eric ? Elle essaya de ne plus y penser, jusqu’à ce que la porte d’entrée se fasse entendre et claque quand on la referma. Elle jeta un nouveau coup d’œil à l’horloge : hum… Grosse journée de travail. Ou pas. Elle ne bougea néanmoins pas immédiatement, attendant d’avoir terminé son chapitre pour refermer le livre et se redresser, encore toute habillée. Elle traversa le long couloir de l’étage, pour descendre les escaliers qui grinçaient très légèrement à chacun de ses pas. Rhaklur, leur elfe de maison, passa devant elle précipitamment, un verre à la main. Echo n’eut pas besoin de regarder pour savoir qu’il s’agissait d’un des meilleurs whisky Pur Feu : Eric ne se contentait pas de choses « moyennes ». Et puis, au bout de cinq ans de fiançailles, elle avait fini par connaître à peu près ses habitudes.

Comme Echo s’y attendait, elle retrouva son fiancé dans un fauteuil, devant la cheminée du salon, installé paisiblement avec son verre à la main. Elle lui rendit son sourire, puis vint s’installer sur l’accoudoir, tout près de lui.

« Grosse journée de travail ? » Répondit-elle simplement, à moitié convaincue.

Elle passa ensuite un bras autour du cou d’Eric pour venir l’embrasser. En glissant l’autre main sur son torse, remontant lentement, elle se stoppa net juste en dessous de son col. Une tache se distinguait clairement sur le blanc limpide de la chemise. Elle fronça légèrement les sourcils et sentit brusquement toute la douceur dont elle aurait pu faire preuve ce soir s’envoler d’un coup. Du rouge à lèvres. D’un ton qui ne trahissait en rien ses pensées, elle demanda, l’air de rien :

« Qu’est-ce que c’est ? Du rouge à lèvres ? »

Et certainement pas le sien… Elle se redressa, le regardant droit dans les yeux. Qu’il ne la prenne pas pour une idiote…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 23 Mar 2012 - 12:49

    Il devait bien avouer que c’était un sentiment agréable que de voir une femme s’avancer vers lui pour se joindre à ses côtés. Elle s’assit sur l’accoudoir, comme on pouvait imaginer une femme complice avec son mari. Très agréable trouvait-il, d’autant plus qu’il savait que cette femme serait celle qui partagerait sa vie. Pourtant, on ne pouvait pas dire d’Eric Lannister qu’il était très branché mariage et descendance… vie rangée en somme. Des trois fils, il était le seul à n’avoir aucun enfant et à ne pas être encore passé devant l’autel. Plutôt fier de cet exploit, il se voyait toutefois construire quelque chose avec la Zabini… construire, construire, oui il se calmerait un peu niveau « saute-mouton ». Pour lui, elle était la femme idéale, leurs enfants seraient forcément géniaux, si enfants il y avait.

    Grosse journée ? Ah si elle savait… Quand était là comme ça près de lui, il se sentirait presque coupable des folies faites précédemment.

    « Assez oui, on débute le recrutement pour la nouvelle Miss Météo. Un vrai casse-tête ! »

    Il avait une mine fatiguée, malgré ce soir, il avait réellement travaillé tard cette semaine avec ses incompétents d’employés. Que deviendrait la TVM s’il n’était pas là ! Heureuse récompense que le baiser que lui accorda sa belle. Une petite main légèrement baladeuse en plus… Mmh Echo se serait-elle sentit seule ? Il allait falloir y remédier. Soudain son visage se figea pour laisser place à une expression qu’il connaissait un peu trop…

    Rouge à lèvre ? Eric vit qu’elle fixait son col et baissa le menton pour regarder lui aussi. Triple bouse… l’irlandaise n’avait pas respecté le deal, il était convenu qu’elle ne devait laisser aucune trace de son passage.... Autant dire tout de suite qu’elle était rayée de la liste des candidates potentielles pour Miss Météo. Il aurait très bien pu dire que c’était certainement le rouge d’Echo… mais un corail pareil à la limite de l’orange … ce n’était vraiment pas son style. Limite elle lui en voudrait encore plus pour avoir cru qu’elle mettrait une couleur pareille !

    « Tiens, ça doit venir de quand Jenna m’a bousculé. Tu sais bien qu’elle se maquille comme un balai volé.»

    Jenna était régisseuse et accro au maquillage. Echo le savait et il espérait qu’elle avalerait ce mensonge. Il restait calme, but une autre gorgée de Wisky, comme un jeune innocent qui n’avait rien à se reprocher. Note à lui-même : toujours vérifier le col de chemise…

    « Et toi ta journée ? »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Echo Leïa Zabini
Messages : 390 Crédits : TINA + tumblr + doudouw
Age du personnage : Vingt-sept ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ancien mannequin, travaille avec papa Zabini dans le milieu de la mode.
Faction : Héritière
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Une couleuvre
Epouvantard : Se faire renier par son père ; symbole de rupture définitive avec sa famille.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 18 Avr 2012 - 14:41

« Assez oui, on débute le recrutement pour la nouvelle Miss Météo. Un vrai casse-tête ! » Bien-sûr, songea la jeune femme en affichant un sourire en coin. Recruter une nouvelle miss demandait bien de la réflexion : qui serait la plus belle, qui aurait les plus belles formes, qui serait la plus attirante, qui serait la plus offrante ? Tsss. Un vrai casse-tête, en effet. Son fiancé devait être é-pui-sé... Oh, parfois, Echo se mettait à penser qu'elle était trop jalouse, qu'elle n'avait aucune raison de s'inquiéter systématiquement, qu'elle ne devrait pas être aussi méfiante envers Eric. Mais en général, elle se ravisait rapidement ; et ce fut encore le cas quand elle aperçut la tache de rouge à lèvres sur le col de la chemise de son homme.

Jenna, la régisseuse. Cette excuse était... Pitoyable. L'air de rien, Echo se contenta de le regarder dans les yeux, impassible, tout en conservant le bout de ses doigts en bas de son cou. D'un autre côté, songea-t-elle, peu importe la réponse d'Eric, elle l'aurait agacée de toute façon, et ça aurait été certainement pire s'il lui avait dit la vérité du premier coup. Echo ne portait absolument pas cette « Jenna » dans son estime, ni aucune des femmes qui pouvaient bien travailler avec son fiancé, à vrai dire. Mais celle-la était d'un ridicule ! Maquillée comme un balai volé – comme le disait si bien Eric -, elle devait bien avoir au moins cinq centimètres de fond de teint sur le visage, du fard-à-paupière bleu criard absolument immonde, elle portait un parfum qui empestait encore plusieurs minutes après son passage, ses ongles étaient bien trop longs pour que cela soit esthétique... En fait, la seule chose qui relevait le niveau de la personne médiocre qu'était la régisseuse, c'était sa poitrine généreuse et son fessier. La fille d'un des plus grands stylistes sorciers d'Angleterre se devait de savoir qu'elle ne devait se montrer qu'après avoir pris le soin de se préparer, se maquiller, s'habiller correctement, pour toujours avoir l'air au top. Mais trop, c'était trop ! Cela devenait tout simplement vulgaire. Enfin bref, Echo n'aimait pas cette Jenna. Point.

Et d'ailleurs... Que faisait la bouche de cette fille contre la chemise d'Eric ? De quel droit bousculait-elle son fiancé ? Echo jeta un rapide coup d’œil aux flammes qui dansaient dans la cheminée, tout en remontant légèrement sa main. Inutile de penser plus longtemps à quelqu'un qui n'en valait pas la peine, puisque de toute façon, elle ne croyait pas un traître mot de ce que son fiancé avait pu répondre.

Il enchaîna, l'air de rien, en lui demandant comment s'était passée sa journée. Oh, elle, elle ne s'était pas amusée avec les photographes, les couturiers, ou avec tout ceux qui pouvaient travailler pour son père. Mais elle avait toutefois passé une bonne journée, bien qu'assez banale pour un mannequin, à vrai dire.

« Oh, rien d'extraordinaire. Papa commence à réfléchir à la prochaine collection de cet automne, je l'aidais. Je ne suis pas rentrée très tôt, je t'attendais avant d'aller me coucher. » Echo laissa ses doigts à nouveau glisser en direction de la tache de rouge à lèvres, et déclara finalement, avec un sourire qui laissait présumer qu'elle n'était pas vraiment contente : « Mon chou, tu me prends vraiment pour une idiote. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 7 Mai 2012 - 19:42

La main d’Echo se faisait menaçante à son cou. Elle semblait réfléchir quant à la véracité de son explication. Une chose était sure, elle était loin d’être bête, en plus d’être suspicieuse de tout ce qui le concernait. En même temps il lui donnait plus de raisons de l’être chaque semaine. 5 ans qu’ils vivaient ensemble, pour beaucoup de couples, c’était une sacrée étape ! Pour eux, c’était devenue une routine, l’un savant pertinemment qu’ils passeraient leur vie avec l’autre. Eric n’avait émis aucune objection quand elle lui demanda un serment inviolable, enfin demanda… exigea plutôt ! C’était même l’inverse, il n’avait eu aucune hésitation pour sceller ce pacte à mort. Lui qui n’avait jamais été l’homme d’une seule femme, s’engagea à chérir cette personne. En même temps elle était tout ce qu’il aurait voulu d’une femme. Et même sa jalousie maladive faisait partie de son charme.

Soumis, il aimait se savoir posséder par une femme dominatrice. Complexe le gamin… Mais toutes les autres se soumettaient si vite à ses pieds que s’en était blasant. Echo elle, lui résistait et envoyait valser la vaisselle pour un oui ou pour un non ! C’était … rafraichissant. Et je ne vous parle pas de la nuit qu’ils passaient après.

Enfin toujours était-il qu’Eric était dans une bien fâcheuse position. Elle n’avait rien gobé du tout.

« Absolument pas voyons ! Tu me demande si c’est du rouge à lèvre je te dis que oui, s’en est.»

Il porta le verre à ses lèvres en affichant un calme des plus olympiens. Il tourna son regard vers elle, elle avait l’air furieux.

« Tu sais que tu es belle quand tu es en colère ? »

Il testa si son sourire charmeur allait fonctionner, bien qu’il en doute. Mais de voir son visage si fermé et toute la froideur qu’elle émanait, empêchait le Directeur des Programmes de détacher ses yeux de sa fiancée. Rien, toujours rien, ça sentait le roussit.

« Tu ne vas pas bouder pour un peu de rouge à lèvre tout de même … Si ? Bon si je te dis que ce n’est pas celui de Jenna tu te sentirai mieux ?»
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Echo Leïa Zabini
Messages : 390 Crédits : TINA + tumblr + doudouw
Age du personnage : Vingt-sept ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ancien mannequin, travaille avec papa Zabini dans le milieu de la mode.
Faction : Héritière
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Une couleuvre
Epouvantard : Se faire renier par son père ; symbole de rupture définitive avec sa famille.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 26 Mai 2012 - 13:08

« Absolument pas, voyons. » avait répondu Eric quasi-immédiatement. Echo sentit ses doigts posés en haut du torse de son fiancé se crisper brusquement, sans la faire réfléchir pour autant au fait que ses longs ongles qui s'enfonçaient légèrement dans la chair pouvaient lui faire mal. De toute façon, elle n'en avait vraiment rien à faire. Echo partait du principe que les hommes devaient suivre un modèle : « soit fort et tais-toi ». Eric était plus grand, bien évidemment beaucoup plus fort et musclé, et elle n'était armée que de talons aiguilles et d'ongles ultra-manucurés quand l'envie de le frapper la prenait. Comme en cet instant...

Si la Zabini aimait beaucoup son fiancé – attention, de l'attachement, un désir de possession, c'était tout – elle était en revanche incapable de faire preuve de tolérance lorsqu'il s'approchait d'un peu trop près d'autres femmes. C'était d'ailleurs dans un élan de jalousie incontrôlable qu'elle lui avait demandé avec une infinie douceur et gentillesse (hum hum) de promettre à travers un serment inviolable de ne jamais l'abandonner. Eric pouvait aller voir à gauche ou à droite, profiter d'autant de femmes qu'il le voulait, s'il trompait sa fiancée régulièrement, cela n'était pas inscrit dans leur « pacte ». Le Lannister finirait quoi qu'il en soit par l'épouser, puisque c'était prévu depuis des années déjà, mais Echo ne supportait pas l'idée de l'imaginer prendre quelqu'un d'autre qu'elle-même entre dans ses bras.

Faire promettre à Eric d'être fidèle ? Ce ne serait que des paroles en l'air. Un serment inviolable à ce propos ? Elle n'en voulait pas, et puis, autant le préciser, la Zabini n'était pas non plus le modèle rêvé de future femme, côté fidélité. Même si leur deux tempéraments explosifs faisaient souvent des étincelles lorsqu'ils se retrouvaient confrontés l'un à l'autre, même si leur couple était assez surprenant en les voyant tous les deux, c'était une vie à laquelle ils étaient habitués.

« Tu sais que tu es belle quand tu es en colère ? »

Echo laissa retomber sa main silencieusement, ses yeux clairs qui le fusillaient sur place suffisaient à ce qu'elle se fasse comprendre. Eric abordait un calme olympien qui avait don de l'horripiler. Et puis, il tenta le sourire charmeur... Elle ne bougea pas d'un seul millimètre et se contenta d'inspirer trèèès lentement, furieusement. La jeune femme détourna brusquement le regard, se releva et fit quelques pas, tournant le dos à Eric et s'arrêta face à une commode sur laquelle étaient posés quelques objets en guise de décoration.

« Tu ne vas pas bouder pour un peu de rouge à lèvre tout de même … Si ? Bon si je te dis que ce n’est pas celui de Jenna tu te sentirai mieux ? »
« Je ne boude pas. » Répondit-elle immédiatement. Elle était... Parfaitement calme. Machinalement, sa main droite attrapa un vase en porcelaine qui se trouvait juste en face. Elle le rapprocha légèrement, le titilla du bout des doigts et tourna la tête avec un sourire exaspéré au bout des lèvres. « Ah, vraiment ? Pas Jenna ? Dans ce cas, qui porte un rouge à lèvres aussi immonde ? Hum ? Une nouvelle secrétaire, peut-être ? Ou alors... J'imagine que la nouvelle Miss Météo est à ton goût. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 30 Juin 2012 - 13:26

Echo avait ses ongles enfoncés dans sa chair, cela ferait certainement des marques qui allaient rester un ou deux jours. Eric y était habitué et s'en moquait à présent. Les femmes avaient la manie de vouloir marquer leur territoire, que ce soit au quotidien ou bien juste pour une nuit. C'était même plus violent lors de ces nuits fugaces. Griffures, morsures, suçons... Son corps avait été la victime de tout ces marquages. Il était donc bien placé pour reconnaitre la volonté de sa fiancée de lui faire comprendre que rien de ce qu'il racontait ne lui plaisait.

Et elle devait se douter que rien de ce qui sortirait de la bouche du Directeur ne lui plairait. C'était comme ça, ils le savaient pertinemment. Ils ne changeraient pas, ils seraient toujours aussi jaloux et volages à la fois. Quelque part, ils nourrissaient ce jeu malsain. Elle pourrait soigner sa jalousie et lui se tenir à carreaux, mais ce serait tellement moins excitant comme vie... Ils deviendrait ce couple parfait qu'on voyait dans les publicités sorcières. Il rentrerait tôt du travail, et elle l'accueillerait avec leur ribambelle d'enfants en l'embrassant tendrement. Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaan. Ce n'était pas une vie pour eux. Et quelque part, ils étaient bien assortis ! Aucune femme ne pourrait mieux lui correspondre.

Son air calme l'énervait, il le savait à la manière dont elle le regardait. Il n'y pouvait rien, il n'était pas homme à perdre son sang froid pour rien. La belle se détacha de lui et alla s'appuyer contre la commode. Il laissa son regard acier glisser sur la silhouette aguichante de sa future épouse alors qu'elle lui tournait le dos. Il avait beau être fatigué, il serait prêt à se démener encore un peu avant de se coucher...

Elle affirma ne pas bouder, ce qui lui arracha un sourire amusé. Il la vit se saisir du vase que sa mère avait ramené de Chine... Ça sentait pas bon. La connaissant comme il la connaissait, le vase n'allait pas vivre plus longtemps. Sa mère allait le tuer. Le sourire qu'Echo arbora soudainement ne disait rien qui vaille.

"Finalement elle ne le fut pas réellement."

Il avait répondu franchement, rien de servait de maintenir les illusions plus longtemps.

"S'en était presque décevant même."

II sirota la fin de son verre avant de le poser sur le plateau que tenait Rhaklur. Puis reposa tranquillement son bras sur l'accoudoir. Le rouge à lèvre était immonde c'était vrai, mais les courbes de l'irlandaise avaient fait mouche. Ce n'était pas de sa faute... trop de tentation !

"Hum Chérie, évite ce vase là... Ta belle-mère voulait te faire plaisir."
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Echo Leïa Zabini
Messages : 390 Crédits : TINA + tumblr + doudouw
Age du personnage : Vingt-sept ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ancien mannequin, travaille avec papa Zabini dans le milieu de la mode.
Faction : Héritière
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Une couleuvre
Epouvantard : Se faire renier par son père ; symbole de rupture définitive avec sa famille.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 18 Juil 2012 - 12:45

« Finalement elle ne le fut pas réellement. »

Au moins, cette réponse avait le mérite d’être franche. D’un côté, cela exaspérait de plus en plus la Zabini qui hésitait entre lui faire avaler ses talons entiers, lui envoyer ce fichu vase en pleine tête, lui fracasser le crâne à l’aide du chandelier juste à côté d’elle ou bien l’étrangler avec ses propres mains. Nerveuse, Echo ? Terriblement. Elle était aussi jalouse qu’elle s’énervait rapidement et il suffisait d’une très légère pichenette pour la faire sortir de ses gonds. Néanmoins, il ne fallait pas se leurrer : sans Eric, elle aurait été malheureuse. Son calme olympien ne faisait qu’intensifier la colère qui bouillonnait en elle. Elle était jalouse, il était infidèle, ils n’avaient jamais éprouvé de sentiment amoureux l’un envers l’autre, leur mariage avait été arrangé. Cependant, ils avaient survécu à ces cinq premières années de vie commune et même s’il pouvait toujours courir pour qu’elle le lui avoue, elle n’imaginait plus sa vie sans lui. Et pas seulement pour son portefeuille qui permettait de payer tous les somptueux cadeaux qu’il lui offrait ! Ils s’appartenaient mutuellement et elle était suffisamment égoïste pour refuser d’avoir à le partager avec toutes les femmes croisant le chemin de son fiancé.

« S'en était presque décevant même. »

Là, Eric venait de gagner une ou deux chances de survie. Ca, c’était bien la preuve qu’elle était irremplaçable. Echo n’était certes pas une fiancée qui promettait de donner une femme toujours attentionnée et disponible pour répondre aux caprices de son époux, mais au moins, elle le connaissait et savait comment s’y prendre pour lui plaire. Il n’empêche que s’il n’en était toujours pas persuadé, il n’avait pas à passer son temps à droite ou à gauche.

Rhaklur, qui venait de faire son apparition avec un plateau à la main, repartit immédiatement au pas de course. Certainement sentait-il la tension entre ses deux maîtres qui en était devenue quasiment palpable, même si, en apercevant le regard d’Echo, peu de personnes normalement constituées seraient restées là l’air de rien.

« Hum Chérie, évite ce vase là... Ta belle-mère voulait te faire plaisir. »
« Assez ! TAIS-TOI !»

Le pire, c’était qu’il avait raison. Et puisqu’il tenait tant au vase ramené par sa mère – aussi magnifique était-il, venant des alentours de Nanjing –, elle attrapa le chandelier, se retourna brusquement et l’envoya de toutes ses forces sur Eric. Les bougies tombèrent au sol, brisées. Une chance qu’elles n’aient pas été allumées.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 26 Sep 2012 - 21:51

Lui qui pensait que c'était le vase qui allait y passer, s'était royalement planté. Sa séduisante fiancé avait à peine écouté sa dernière réplique que sa main avait changé d'arme se saisissant du chandelier avant de le lui lancer en pleine poire, et de toutes ses forces. Eric avait beau s'être préparé à l'éventualité d'un objet détruit, il fût surprit par cette attaque.
Fatigué par cette « dure » journée, il ne réagit as aussi rapidement qu'il aurait dû, levant ses bras pour se protéger en vain.

Les bougies tombèrent sur le sol, se brisant de par leur maigre constitution. Dans le même temps, le bruit du choc se fit entendre... le métal dur et forgé contre la chair tendre d'un sorcier fautif. La garce avait visé juste, le prenant par surprise. Alors que le chandelier innocent retombait sur ses genoux avec lourdeur, ses yeux se relevèrent en direction d'Echo, la foudroyant comme peu de personnes avaient pu l'être. Son arcade sourcilière le brûlait, il porta la main au lieu de sa douleur. Ses doigts rencontrèrent un liquide chaud qu'il inspecta du bout des iris. Du sang, rouge, vif, encore palpitant colorait le bout de ses doigts.

« Sérieusement... »

Eric se mettait rarement en colère, c'était un démon au sang froid qui préférait persécuter avec tact les insolents plutôt que leur casser la figure en direct. Mission de l'Ombre exclues bien sûr. Il fallait savoir se défendre coûte que coûte. Le timbre déjà grave de sa voix laissait percer une émotion inédite pour la jeune Zabini. Etait-il en colère ? Certainement. Allait-il réagir avec violence ? Là était là question.
Les bouffées de rage qu'Eric commençait à ressentir se transformèrent en un sourire terriblement insolent et moqueur.

« C'est tout ce que ça te fait ? »

L'attaque était la meilleure des défenses, merci Papa Lannister pour cette brillante leçon de communication. Plutôt que de répondre à cet acte irréfléchi, il préférait surenchérir. Il posa les mains sur les accoudoirs pour se lever brusquement. Le chandelier rejoignit enfin le sol en parquet massif, le bruit de sa ferraille précieuse rebondissant sur le bois noble, tandis que le directeur des programmes s'avançait vers sa promise. A quelques centimètres de son visage, il affichait son fier sourire aussi brûlant que la glace.

« Tu t'es bien assagie... Autrefois tu ne m'aurais pas laissé vivant après pareil aveu. Dois-je voir là, un consentement à me savoir au corps à corps avec une autre ? »

Ignoble, il l'était quand il le voulait. Il glissa le doigt le long de la mâchoire de celle qui ne pourrait jamais lui échapper, serment oblige. Le sourcil ouvert, une goute de sang sillonnait lentement sur sa peau, dessinant une rivière rouge le long de son œil. Coincée entre lui et le buffet, elle ne pouvait que regarder son visage prédateur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Echo Leïa Zabini
Messages : 390 Crédits : TINA + tumblr + doudouw
Age du personnage : Vingt-sept ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Ancien mannequin, travaille avec papa Zabini dans le milieu de la mode.
Faction : Héritière
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Une couleuvre
Epouvantard : Se faire renier par son père ; symbole de rupture définitive avec sa famille.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 3 Oct 2012 - 13:39

Depuis combien de temps Eric et Echo s’étaient-ils retrouvés, ce soir ? Cinq minutes ? Dix ? Peu importe. Quoiqu’il en soit, quelques instants à peine avaient été suffisants pour faire entrer Echo dans une de ses colères noires et qui pouvaient parfois devenir violentes – ses proches commençaient à avoir l’habitude. Elle détestait sentir que les choses lui échappaient, que tout ne se déroulait pas toujours comme elle l’entendait, comme elle l’exigeait. Elle n’était restée ni plus ni moins qu’une enfant trop gâtée. Mais pouvait-on reprocher à une jeune femme de vouloir garder son fiancé pour elle plutôt que de l’imaginer batifoler en permanence à droite et à gauche ? Surtout auprès de filles qui, de toute façon, ne pouvaient pas lui arriver à la cheville ? Ce n’était pas de la tristesse qu’elle ressentait, non, il lui en fallait plus que cela pour verser des larmes – elle n’était pas amoureuse, ses sentiments pour Eric étaient bien moins forts que cela. Il la faisait plutôt enrager. Et Dieu merci, personne n’était encore « officiellement » au courant des tromperies du Lannister – mis à part Naïma, sa cousine adorée, qui risquait un jour de le réduire en miettes avec une batte de Quidditch, mais passons –; quelle humiliation ce serait. Au moins avait-il la « bonne idée » de rester discret. Comme à chaque fois, elle songea que ce soir était la dernière occasion qu’il aurait d’aller voir ailleurs. Elle risquait fort de le massacrer avant – et il était chanceux, si un regard avait pu tuer, il serait déjà mort et enterré depuis belle lurette.

La Zabini soutint le regard sombre de son fiancé sans aucune difficulté. Elle était on ne peut plus bornée, elle ne renonçait pas facilement, il en fallait plus pour l’effrayer. Et puis, elle était une Zabini, tout de même ! L’arcade d’Eric, après sa rencontre précipitée avec le chandelier, s’était ouverte et saignait. Elle l’observa porter sa main sur le sang qui commençait à couler doucement sans aucun remord. Bien fait. Et s’il faisait une quelconque remarque comme quoi il avait mal, elle s’en moquerait éperdument. Oui, entre les deux fiancés régnaient amour, douceur et tendresse, on l’a bien compris.

« Sérieusement … C'est tout ce que ça te fait ? »

Eric se leva brusquement. Echo recula d’un pas, faisant raisonner ses hauts talons contre le parquet. A présent tout contre le buffet, elle ne pouvait plus aller bien loin – à moins de s’en aller tête haute en lui hurlant qu’il n’avait pas intérêt à se montrer dans leur chambre. Le fameux vase de belle-maman était toujours à portée de main mais le ton employé par Eric la rappela rapidement à l’ordre. Il avait laissé son sourire stupide pour à son tour la foudroyer du regard – chose peu commune dans leur couple, d’ordinaire, elle était la seule des deux. Echo frappait spontanément avec ses petits poings de mannequin incapable de faire autre chose que de défiler dans des tenues haute-couture, Eric, lui, réfléchissait.

Il se leva brusquement, la surprenant un peu. Alors qu’il s’approchait lentement, elle ne le quitta pas un seul instant du regard. Pour une fois, elle garda le silence et son fiancé continua d’un ton qu’elle n’appréciait décidément pas du tout. Non seulement il débordait de sa fierté habituelle, mais il y avait également un petit quelque chose… Presque inquiétant.

« Tu t'es bien assagie... Autrefois tu ne m'aurais pas laissé vivant après pareil aveu. Dois-je voir là, un consentement à me savoir au corps à corps avec une autre ? »
« Jamais. » Siffla-t-elle sèchement dans la seconde qui suivit. « Tu es à moi. »

A nouveau, elle affronta son regard glacial. Le visage sanguinolent d’Eric lui donnait un air beaucoup plus sombre qu’à l’accoutumée ; le ton qu’il employait laissait deviner à Echo qu’elle n’avait pas intérêt à laisser une seconde fois ses impulsions violentes prendre le dessus. Elle le massacrerait plus tard. Si l’intelligence et la réflexion n’étaient pas les deux plus grandes qualités de la demoiselle, elle n’était pas pour autant complètement folle ; d’autant plus qu’Eric pouvait aisément la maitriser, rien qu’avec un seul bras.

A quelques centimètres à peine de son fiancé, elle pouvait sentir son souffle chaud contre son cou. Elle ne bougea pas lorsqu’il glissa lentement un doigt contre sa joue, se montrant presque docile. Echo posa une main sur le torse du Lannister, comme pour maintenir une distance d’écart entre eux : elle ne voulait se retrouver contre lui après qu’il se soit abandonné entre les cuisses d’une moins que rien.

« Lâche-moi. » Ordonna-t-elle seulement : beaucoup plus sage que le lancer de chandelier…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eric Lannister
Messages : 187 Crédits : me, myself & I
Age du personnage : 32 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Présentateur à la TVM libre
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Bélier
Epouvantard : Se voir portant un costume dépouillé.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 14 Mar 2013 - 10:44

    L’appartenance. Voilà qui faisait de leur couple si défait, une force. Oui, il était à elle, et ça lui plaisait. Lui qui n’appartenait à aucune autre femme. Il avait toujours été tellement volage, mais jamais engagé dans ses relations d’une nuit. Il ne les recontactait jamais, leur faisait bien comprendre que tout ceci n’était qu’un jeu à durée parfaitement déterminée, qu’il n’avait autre intérêt que son plaisir personnel. Le sentiment d’appartenir à quelqu’un lui était donc unique. Tout comme celui de savoir que cette femme sous ses doigts ne pourrait lui échapper.
    L’arcade sanguinolente faisait bourdonner son crâne. Il avait été sonné, ne laissait place qu’à une seule émotion, la colère. Une colère qui se traduisait par ce monstrueux sourire puant l’orgueil. Il pourrait la briser, elle si fragile, telle une brindille dont on pouvait aisément tordre le cou. Il pourrait la faire souffrir, pire, la faire tomber amoureuse de lui, s’il s’en donnait les moyens. La domination était chose courante lors de ses ébats ou autres relations avec ses concitoyens, mais c’était bien rare au sein de ce foyer. Il se contentait de racheter ses fautes avec tous les moyens dont il disposait en tant que membre des hommes les plus riches du monde sorcier. Cependant elle était allée trop loin cette fois-ci. Que la vaisselle vole et s’éclate contre les murs était une chose amusante, mais qu’elles viennent rebondir contre sa richissime personne ne lui convenait pas. Pas du tout même.
    Il n’y avait aucune pulsion sexuelle dans ses gestes, il voulait l’enflammer plus encore pour la voir se débattre avec son caractère habituellement tout feu tout flamme. La voir agir si froidement était exquis. Elle avait compris qu’on ne s’y prenait pas comme ça avec lui. C’était suffisant. Elle le repoussa gentiment, lui ordonna de la lâcher, oui, une Zabini restait une Zabini.

    « Sinon quoi ? »

    Si elle menaçait de reprendre son hobby de lui lancer des choses à la tête, il ne ferait qu’une bouchée d’elle. Les yeux plongés dans ceux de l’autres, une bataille silencieuse se menait entre les deux Sang Purs quand l’elfe de maison rappliqua.

    « Maître, un […] »

    « C’est pas le moment. »

    Grinça-t-il entre ses dents, refusant d’abandonner au jeu de celui-qui-baissera-les-yeux-le-premier.

    « Mais c’est un courrier important.»

    Réussit à articuler l’elfe au plus rapidement. Il savait qu’Eric lui couperait la parole, et il savait qu’il lui couperait encore un bout d’oreille s’il ne l’informait pas de ce courrier. Il y avait l’estampe de l’Ombre. Raklur savait que ce genre de choses ne devait pas passer par sa maitresse, tout comme elle faisait filtrer son courrier pour que ses avis de mission ne soient pas véhiculés à Eric. Un accord entre les futurs époux.

    Eric fit siffler sa langue tel un serpent. Il enleva sa main de la joue d’Echo et fini par se reculer. On ne pouvait pas être tranquille 5 minutes pour une bonne scène de ménage sans que quelqu’un vienne vous interrompre !
    Il lui tourna le dos pour partir en direction de son bureau. Il porta de nouveau sa main à son arcade, le sang ne s’était pas arrêté. Il regarda le liquide carmin sur ses doigts.

    « Raklur. Ramène-moi Brights. »

    L’elfe hocha la tête avec entrain avant de claquer des doigts pour aller chercher le médicomage.

    Eric se retourna dans l’embrasure de la porte, sourire aux lèvres, fixant ses yeux aciers sur sa promise.

    « Moi aussi je t’aime mon coeur. »

    Puis il quitta la pièce, des choses bien plus importantes l’attendaient.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Toujours vérifier le col de sa chemise ...
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Ailleurs :: Habitations