What happened to us ?



 



What happened to us ?
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Ven 2 Mar 2012 - 15:39

    Il y avait eu l'attaque d'Azkaban la semaine qui précédait, c'était tombé soudainement, comme un cheveu sur la soupe et cela s'était très mal passé. Ils en étaient sorti entier bien heureusement mais à quel prix ?

    Le retour à Poudlard avait été terrible et il fallait reconnaître que la sang pure avait eu beaucoup de mal à retenir ses larmes en quittant le cottage. Elle avait une envie folle d'y rester et de ne plus sortir pendant de longues semaines le temps de se remettre de sa rencontre avec les détraqueurs. Ce n'était vraiment pas anodin pour elle, pas du tout et cela avait fait remonter à la surface un bon nombre d'angoisses qui l'avaient fait souffrir des années plus tôt.

    Alors quand elle avait eu la possibilité de partir de l'école et de passer un long week-end en tête à tête avec son mari, elle n'avait pas hésité une seule seconde. Elle devait un énorme service à une de ses collègues mais cela n'avait que peu d'importance comparé à son plaisir de pouvoir rentrer chez elle près de quatre jours. C'était énorme et la sang pure avait du mal à contenir sa joie.

    C'était le cas du moins jusqu'à ce qu'elle arrive chez eux pour trouver Thomas profondément endormi dans leur sofa. Il était encore tôt, c'était véritablement étrange surtout qu'elle s'attendait à ne pas le croiser du tout. Il aurait du être dans leur jardin, au magasin ou occupé dans une des bibliothèques mais il dormait. Étonnant car elle avait l'impression de ne pas l'avoir vu endormi de la sorte depuis des mois, il se couchait en même temps qu'elle mais elle sombrait toujours en première et elle était bien souvent seule dans leur lit le matin.

    C'était peut-être un bon signe, autant ne pas saturer son esprit de pensées parasites. Et même si la brune avait une envie terrible de le réveiller, elle allait réfréner ses ardeurs et se contenter de déposer un des plaids sur sa belle au bois dormant anglaise.

    Nora avait ôté sa cape en silence, détaché le chignon strict qui tenait sa tignasse en place et avait saisit une des couvertures qu'elle comptait déposer sur lui. C'était du moins l'idée avant qu'elle comprenne ce qui se jouait sous ses yeux. C'était l'odeur qui lui prit d'abord le nez puis la vision de la bouteille de whisky presque vide qui trônait sur leur table basse qui lui confirma ses doutes.

    Son époux s'était mit ivre mort un jeudi après-midi et il avait tellement bu qu'il s'était effondré dans leur canapé comme une masse. Nora avait ravalé sa salive et s'était agenouillé devant lui au niveau de son visage pour passer une main tendre sur sa joue mal rasée. Cela faisait déjà plusieurs fois qu'elle avait remarqué que sa descente d'alcools divers était plus rapide que jamais mais elle ne pensait pas que ce serait à ce point.

    Culpabilité, colère, incompréhension. Ces trois sentiments venaient de lui serrer le cœur de manière terrible et les pires scénarios se mettaient en place dans sa tête déjà trop pleine. C'était sa faute, elle n'était plus là la semaine pour veiller sur lui, elle ne se rendait compte de rien et il allait tellement mal qu'il éprouvait le besoin de boire jusqu'à en perdre connaissance.

      « Thomas... »

    Elle déposa ses lèvres sur les siennes sans cesser de lui caresser la joue et tenta d'afficher un sourire sur son visage de poupée de porcelaine.

      « Je suis rentrée chéri, réveille toi maintenant. »

    Il bougea un peu, la faisant sursauter et elle se laissa tomber assise à même le sol quand il ouvrit enfin les yeux.

      « Hey... »
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Ven 2 Mar 2012 - 20:21

    Il n’avait même pas vraiment encore ouvert les yeux qu’il savait déjà que quelque chose était entrain de clocher. Il y a avait des trucs chez lui que même l’alcool à haute dose n’arrivait pas à endormir, comme par exemple une espèce de paranoïa, une crainte toujours un peu latente de se faire prendre au dépourvu, peu importe par qui et pour quoi.

    Une fois les yeux ouverts il avait juste pensé qu’effectivement il avait eut raison d’avoir peur, parce que même si ça n’était pas une attaque éclaire des Ombres pour l’éliminer pendant son sommeil, il venait tout de même bel et bien de se faire gauler…
    Le terme était un peu familier mais c’était tout de même comme ça qu’il se sentait sur le coup.
    Nora se trouvait là, devant lui, les yeux un peu ronds, et ça n’avait tout simplement pas de sens.

    Il l’observe quelques instants pour essayer de percer les brumes qui voilent son regard clair, histoire de déterminer s’il rêve ou si elle est vraiment là. La tête lui tourne et la pièce danse dans son dos. C’est toujours la même chose, il avait l’impression d’être dans un bateau.
    Cela dit … il en vient à la conclusion qu’elle est vraiment là car son image se fait plus nette et sa présence ne trompe pas. L’étrange éclat qui brille dans ses grands yeux non plus ne trompe pas… et n’augure rien de bon. Tout embrumé qu’il était, il restait capable de déterminer lorsqu’il était foutu ou pas. Dans le cas présent il était foutu…

    Ca n’est pas le plus grave pour le moment. Le plus grave c’est que d’un seul coup il est complètement déphasé.

    « Q...Quoi ? » lance-t-il comme si Nora venait de lui dire quelque chose.

    Il se redresse un peu du divan où il est avachi. Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Pourquoi était-elle là ?

    « Qu’est-ce que… hum… j’ai dormi combien d’temps ? »

    Il n’avait tout de même pas pu dormir deux jours !...
    Est-ce qu’il avait dormi deux jours ou pas ? Après tout le sommeil lui manquait tellement parfois que ça lui semblait possible en fin de compte. Il enchainait parfois plusieurs nuits d’insomnie d’affiler et se disait au bout de trois que c’en était terminé, qu’il allait finir par s’écrouler de fatigue, enfin, et dormir. Mais non ! Enfin si, mais ça n’était pas si facile que ça. Une fois qu’il tombait de fatigue c’était comme si le sommeil lui-même le foutait à la porte avec un bon coup de pied au cul en lui envoyant assez d’images dérangeantes et de mauvais souvenir pour le chasser et le renvoyer tout droit vers l’éveil.
    Du coup, il s’était dit qu’une très longue et très profonde nuit de sommeil ne serait franchement pas du luxe avant le retour de Nora, et il s’était acheté un whisky 10 ans d’âge qu’il avait sifflé jusqu’à tomber dans les bras de Morphée. Mais pour combien de temps ? Depuis quand était-il couché là ?

    « On est quand ? Qu'e'c'qui s'passe ? »

    Le plus frustrant c’est qu’il sait que c’est l’alcool qui l’empêche de réfléchir. C’est justement pour ça qu’il en boit d’ailleurs, comme absolument tout l’monde, quelle autre raison sinon ?
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Ven 2 Mar 2012 - 21:28

    Le voir dans cet état lui donnait envie de pleurer. D'ordinaire c'était le cas après une fête très arrosée et elle était dans le même état que lui et ils en riaient une fois leurs maux de tête disparus. Mais il n'y avait pas eu de fête et il était seul à la maison un jeudi tout ce qu'il y avait de plus normal. Alors pourquoi boire jusqu'à s'endormir ? Pourquoi ?

    Il s'était redressé un peu dans leur sofa et elle l'avait imité en s'asseyant sur le rebord, contre lui sans toutefois trop le toucher, il était déphasé et elle ne voulait pas qu'il prenne la mouche. Elle allait d'abord répondre à ses questions histoire qu'il comprenne tout de suite le problème. Car il y en avait un gros.

    Elle passa une main dans sa longues chevelure ébène avant de souffler légèrement.

      « Nous sommes jeudi, il n'est pas encore 17h30, j'ai pu avoir presque une journée et demi de plus pour ce week-end... c'était une surprise mon amour. »

    La sang pure en était presque au point de se sentir coupable de le voir dans cet état, il allait détester le fait de se sentir diminué à ce point devant elle. Et il n'était pas dupe que les questions allaient fuser incessamment sous peu mais vu son état, rien était moins sur car il avait vraiment l'air mal au point, le whisky assommait terriblement, elle s'en était personnellement beaucoup servi.

    Il y avait eu la période de deuil et la période de séparation post attaque du Ministère, vraiment rien de joli. C'était une vilaine habitude qu'elle n'avait plus et elle n'avait jamais éprouvé le besoin de boire en pleine journée, du moins pas sans raison. C'était le 'pourquoi' qui manquait. Azkaban ? Elle avait plus souffert que lui. Alors quoi ?

      « Est-ce que tu peux m'expliquer pourquoi tu es ivre si tôt un jeudi ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »

    Son mari s'était rembruni immédiatement, du moins c'était la seule façon d'expliquer la fermeture soudaine de ses paupières et le souffle agacé qui avait passé ses lèvres. Pas très coopératif et ce n'était pas comme si elle ne s'y attendait pas.

      « Parle moi Tom... s'il te plaît, dis moi ce qu'il se passe et ne me dis pas que je me fais des idées. »

    Nora posa sa main sertie de son alliance sur sa joue rugueuse et patienta un instant en espérant que sa langue finisse par se délier. Il ne pouvait pas la laisser dans le noir total de la sort. Mais s'il était encore trop dans le potage alors il ne serait bon à rien. Et s'il agissait de la même manière que d'habitude, elle risquait d'avoir droit à un homme légèrement collant.

    C'était tout de même mieux qu'un agressif qui tentait de la tuer si elle ouvrait la bouche.

      « S'il te plaît... »

    Il ne lui restait plus qu'à attendre de voir dans quel état il se trouvait avant de tenter de lui tirer les vers du nez. Et après ça, il allait prendre une douche, qu'il le veuille ou non. Elle savait se montrer persuasive ou plutôt... Nora était une très bonne menteuse.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Sam 3 Mar 2012 - 2:49

    Jeudi, 17h30, il hoche la tête. D’accord, ça a plus de sens comme ça, ce n’est pas lui qui a raté un jour, c’est Nora qui est en avance. C’est évident en fait, il n’y a juste pas pensé tout seul. Il essaye d’ailleurs de reprendre pied, se frotte les yeux et pousse deux ou trois très longs soupirs. Il alimente encore a ce moment là l’espoir naïf que Nora n’a rien vu de son état… même si la bouteille et le verre son bien en évidence sur la table basse sur la quelle il jette d’ailleurs un coup douteux. Une surprise dit-elle… Ah bah ça pour une surprise c’était une surprise en effet ! Une surprise contrariante du coup. Une surprise à la quelle il ne sait pas encore comment réagir.

    A vrai dire, sa réaction à lui dépend surtout de celle de Nora, et tout saoul qu’il est, les questions qu’elle pose ensuite et le ton sur les quelles elle les prononce ne trompent pas.
    Par Merlin pourquoi chaque chose et chaque instant de la vie s’évertuait à se transformer en réel marathon de difficultés ? Il pousse un nouveau soupir. Il ne sait pas quoi lui dire, ne sait même pas quelle tête faire, cette situation est sans précédent et il n’est pas vraiment en état d’aligner deux pensées de manière correct. Les questions le submergent déjà, car clairement pour ne rien gâcher il n’a franchement pas envie d’en parler.

    Elle veut savoir ce qui se passe dans sa tête, qu’il se livre, il le sait il peut le voir au minois qu’elle prend, à l’expression concernée et empathique qu’elle affiche, elle veut comprendre la pauvre, et d’un côté il se dit que c’est bien normal. D’un autre il se dit qu’elle le connait et qu’elle sait déjà que la situation le contrarie, qu’elle sait surtout qu’il n’a pas envie d’argumenter avec elle sur le sujet, sauf qu’elle demande quand même.
    Il grogne de découragement et se laisse retomber en arrière dans le divan, un bras sur les yeux, l’autre balan dans le vide.

    « S’il te plaiiit » répète-t-il sur le même ton employé par Nora, d’une voix plus haut perchée.

    Il esquisse un sourire et s’amuse de sa poitrine qui se secoue de quelques ricanements incontrôlés.

    « J’connais c’ton là darling, il n’est aaabsolument pas utile de t’inquiéter, premièrement » articula-t-il avec sérieux en levant un index « et deuxièmement je n’suis pas ‘ivre’. Tu exagère toujours ! »

    Puis il relève le bras et s’agrippe au dossier du divan pour s’aider à se redresser d’un grognement d’effort. Une fois assis face à Nora il passe une main sur son visage, aplatit gauchement ses boucle et lève ensuite les deux mains au ciel l’air de dire « et voilà ! Frais ! »

    « Comme la rosée du matin tu vois ? J’faisais juste un… un p’tit somme. J’étais au magasin c’matin maiiis Ethan s’en sortait nickel » expliqua Tom en joignant le pouce et l’index.

    D’un raclement de gorge, il se redressa un peu, clignant des yeux pour tenter de stabiliser sa vue le plus discrètement possible. Il avait envie d’amorcer un mouvement pour se relever, histoire de lui prouver qu’il tient encore debout, mais pour ne pas se vautrer il faut qu’il sente et prépare un minimum son coup. Ca n’est pas encore le cas…
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Sam 3 Mar 2012 - 12:34

    Mais bien sur... il n'était pas ivre, ne se moquait pas d'elle et il n'y avait absolument aucun problème avec le fait d'être ivre un jeudi après-midi. Et ivre, il l'était sacrément beaucoup vu la manière qu'il avait de lui répondre.

    Thomas était un homme moqueur, qui savait se montrer sarcastique quand il le souhaitait mais tout cela était toujours parfaitement pesé et il faisait mouche. Alors que là... tout ce qu'il venait de lui dire était presque grossier et ridicule. L'imiter pour se moquer d'elle... vraiment ? Il voulait jouer à ce petit jeu ?

    Heureusement qu'elle avait une patience à (presque) toute épreuve et qu'elle ne cédait pas aux petites attaques de son mari ivre ou elle aurait pu être véritablement méchante. Mais c'était l'inquiétude qui prenait le pas sur absolument tout car il était réellement dans un état pitoyable. Nora s'était demandée depuis combien de temps il dormait et ce n'était apparemment pas depuis longtemps car il était encore en plein dans son ivresse et risquait de le rester encore quelques temps.

      « Pour qui me prends-tu ? Ne répond pas, c'est une question rhétorique chéri. Ne me fais pas le coup que tout va bien parce qu'il est clair que tu es toujours ivre... je sais comment c'est. Je le sais très bien... »

    Tout ça lui rappelait de très mauvais souvenirs dans lesquels elle n'avait pas du tout envie de se plonger. Du deuil, beaucoup de silence, beaucoup d'alcool et une nausée presque constante. Rien de bien agréable. Et restait toujours la question de la raison de son ivresse si peu tardive. Mais il fallait se rendre à l'évidence que dans cet état, elle n'arriverait à rien du tout. Autant tenter de faire ami-ami avec un chapeau rouge affamé qui n'a qu'une simple envie, c'est de vous trancher la gorge pour y tremper son chapeau.

      « C'est très bien pour Ethan mais on sait bien qu'il est plein de ressources et qu'il est un excellent ami qui plus est. Par contre, il me paraît judicieux que tu restes avec lui pour mettre un oeil dans les papiers comme il le fait surement même si je sais que tu détestes ça. »

    Faire la conversation, baisser sa garde, ne pas lui rentrer dans le lard trop fort pour ne pas qu'il prenne la mouche et se mettre en tête qu'elle aurait la réponse à ses questions plus tard. C'était son plan pour les très longues minutes à venir. C'était tout de même bien plus marrant quand ils étaient tous les deux dans cet état, pas quand l'un était spectateur stupide comme c'était son cas.

      « Tu es rentré quand alors ? Tu as vu Neldo ? »

    La sang pure avait déposé ses mains sur la chemise de son amant pour commencer à déboutonner cette chemise qui sentait l'alcool à dix kilomètres à la ronde. Il avait souri comme un bienheureux et elle avait été bien obligé de le lui rendre alors que ses petites mains s'agitaient sur ce bout de tissu qu'elle voulait lui ôter.

      « Parce que je ne l'ai pas vu moi même et je voulais savoir s'il pouvait nous faire à manger ce soir... »

    Changeant de position pour se rapprocher de lui et arriver à faire passer ses bras dans les manches, Nora retint une réplique sur l'odeur. Cela n'aurait fait que l'énerver. Rien de plus, rien de moins.

    La chemise sur le sol, elle posa sa main sur la boucle de son ceinturon sans afficher quelconque expression. Cette partie allait être plus ardue et elle n'avait pas envie de se battre avec un homme ivre qui allait tenter de garder un peu de dignité... qu'il n'avait déjà plus.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Dim 4 Mar 2012 - 3:51


    « Un œil dans les papiers ?! » répète-t-il avec étonnement. Tiens donc !

    Par Merlin quelle idée…, c’est vrai qu’il déteste ça, et elle le sait puisqu’elle vient de l’affirmer elle-même. Pourquoi lui conseiller de faire quelque chose qu’il déteste ? C’était totalement ridicule et puérile comme comportement et ça l’agaçait légèrement qu’elle aborde ce sujet. Surtout qu’elle a de nouveau raison lorsqu’elle affirme qu’Ethan est compétent. Ca n’a tout bonnement pas de sens mais comme il ne veut pas la vexer il prend sur lui et se contente de soupirer avant d’enchainer.

    « Nooon, inutile ! Ethan est judicieux tout seul, il a vraiiiment pas besoin d’moi pour ça tu sais » la rassure-t-il en réalisant que ses bras fins sont tendus vers lui maintenant.

    Pour quoi faire ?
    Il suit des yeux sa peau pâle et remarque enfin que sous son menton elle agite ses petites mains pour lui enlever les boutons de sa chemise.
    Eh bien ! Déjà ? Il n’est pas du genre à dire non, jamais, mais c’est tout de même peut-être un peu présomptueux de penser qu’il puisse arriver au bout de quoi que ce soit maintenant. Oh… quoi que ?! Il avait juste fallut quelques secondes pour que la machine se mette en route, maintenant qu’il y pense un peu mieux en fait, il se rendait compte que rien n’était impossible avec elle.

    « Quoi ?… Neldo ? » répète-t-il distraitement en détournant son regard des mains de sa femme et de son propre poitrine pour bifurquer sur celle de Nora.

    C’était joli cette petite toilette qu’elle portait d’ailleurs.

    « C’est nouveau ta robe ? » questionna distraitement Thomas en se laissant débarrasser de son maillot de corps.

    Où est passé sa chemise d’ailleurs ?
    Pas le temps d’analyser, Nora enchaine et s’attaque déjà à son pantalon. Ca le fait rire et il se laisse choir en arrière contre le dossier du divan pour lui faciliter l’accès. L’œil allumé d’une petite lueur prédatrice, il l’observe faire durant quelques instants avant d’agripper l’un de ses poignets pour l’attirer brusquement à lui et la déséquilibrer pour qu’elle retombe contre son torse. Il enserre immédiatement sa taille évasée avec ses bras et laisse descendre ses deux mains un peu plus bas que son dos. Sans attendre, il agrippe les jupons de sa robe pour les faire remonter lentement, sans dépeindre de son sourire de crocodile.

    « Vous m’avez manqué » confia-t-il aux deux seins de Nora plaquée contre lui « Toi aussi bien entendu » reprit-il un ton plus haut, relevant ses deux iris clairs sur le visage constellé de son épouse.


Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Dim 4 Mar 2012 - 19:03

    Sérieusement ? Il croyait qu'elle était en train de le déshabiller pour un câlin alcoolisé ? Elle ne disait jamais non pour ça mais il fallait qu'ils soient tous les deux dans le même état. Pas là, pas comme ça.

    En plus de ça, il la tenait fermement contre lui et elle sentait ses mains se glisser sous ses jupons pour remonter elle savait parfaitement où. Il n'avait rien comprit, prenant ce qu'elle faisait pour une invitation à jouer tous les deux sans aucun vêtements sur le corps. C'était d'ailleurs un peu ce qu'elle avait eu derrière le crâne en quittant Poudlard... mais cette envie s'était envolée même s'il avait réussi à la faire rire avec sa remarque sur sa poitrine. Et si pendant une seconde elle avait hésité à répondre à son étreinte, il suffisait de sentir l'odeur de whisky entêtante qui émanait de lui.

      « Tu m'as manqué aussi, vraiment beaucoup mais... »

    La jeune femme posa une main sur le haut de sa jupe pour arrêter la main baladeuse sous ses jupons qui continuait son ascension dangereusement et n'obtint qu'un sourire coquin... comme si c'était drôle Thomas... vraiment.

    Réfléchir et vite pour se sortir de ce bourbier parce qu'au point où il en était, il y avait fort à parier qu'il allait la traiter de fourbe si elle se dégageait sans raison. Tout en lui demandant si c'était pour le torturer et se moquer de lui qu'elle le déshabillait. Hors de question de lui dire que c'était pour le mettre sous de l'eau froide ou il en était fini du mari qui écoutait encore un minimum.

      « Qu'est-ce que tu en dis si on monte à l'étage... parce que là c'est trop petit. »

    FAUX. C'était un vilain mensonge parce que ce divan marchait toujours à la perfection pour tout : manger, l'amour, boire, se disputer. Encore une vilaine excuse... il risquait de se rendre compte que quelque chose n'allait pas, probablement bientôt.

      « Et non, ce n'est pas une nouvelle robe... »

    Et il allait finir par l'étouffer en la serrant à ce point contre lui, son amour de sa poitrine ronde n'était pas une nouveauté, mais là, cela atteignait des sommets. Thomas était plus partisan de s'en servir comme oreiller dès que possible, pas vraiment de leur faire la conversation.

    Nora aurait voulu qu'il lâche ses jupons pour se concentrer sur la boutonnière de sa robe qui commençait à lui tenir chaud, cela rendrait dans le jeu de la déshabiller elle aussi et elle se vendrait moins s'il tentait de s'en occuper. Et à dire vrai, terminer sous la douche avec sa robe n'était pas son envie première. Il fallait pourtant se rendre à l'évidence, quand ils seraient dans la salle d'eau, elle allait devoir l'accompagner dans la petite cabine car il ne se laisserait pas faire du tout.

    Ce n'allait pas être une franche partie de rigolade.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mar 6 Mar 2012 - 0:18

    C’était de la triche si Nora était autorisée à le déshabiller alors que d’un autre côté, elle lui refusait l’accès à ses jupons. Une injustice délicieuse qui le fit pourtant glousser plus qu’autre chose. Apparemment la demoiselle voulait jouer ! Il était toujours d’accord pour cela évidemment, en tant que joueur dans l’âme.

    « Allons bon ! C’est bien les irlandais ça » soupire-t-il avec bonne humeur « Monter à l’étage. Tu espère peut-être pouvoir monter à la cave ou descendre au grenier darling ? »

    Quelques secondes plus tard il laisse retomber ses bras le long de son corps, sur le divan où ils rebondissent mollement avant de s’immobiliser. La voilà libre de se relever et elle n’y manque pas, avant de tendre ses deux bras vers lui.
    Thomas relève ses yeux clairs sur le visage de son épouse et pousse un long soupire, sa bouche fine plissée d’un « tu me casse les pieds femme ! » muet mais pourtant presque audible.

    « Ce que femme veut ! » finit-il par capituler.

    Il lève donc ses mains pour les joindre à celle de Nora qui le tire en avant pour l’aider tant bien que mal à se remettre sur ses longues jambes chancelantes.
    Cela fait des heures que ça n’est plus arrivé et l’expérience est beaucoup moins aisée que prévue, ce qui à le mérite de lui couper toute envie de rire pour pouvoir se concentrer pleinement sur la station debout. Ce simple fait lui demande déjà un sacré effort et l’idée de devoir traverser le salon lui coûte. L’idée de devoir grimper les escaliers lui donne tout simplement envie de se rassoir et de ne plus bouger jusqu’au lendemain…

    « … je crains bien que tu ais raison en vérité, j’ai probablement … bu un p’tit verre de trop » soupire-t-il en fermant momentanément les yeux pour se subtiliser au manège sur le quel il a l’impression d’être perché « Mais c’n’est pas si grave que ça… ça arrive à tout l’monde non ? »

    C’est surtout à lui-même qu’il l’affirme parce que justement, quelque part dans son crâne résonnait vaguement la question, et l’écho de la réponse était un peu angoissant. Pas ce qu’il voulait entendre du moins.

    « Ca serait tout de même plus rapide je crois si tu nous faisais… » il lève lentement le doigt, ferme tout aussi lentement les yeux, et pointe le plafond car le terme à soudainement du mal à lui revenir…

    C’était quoi le mot encore par Merlin ?...
    Vide…

    « Transplaner !!! Oui voilà c’est ça. Transplanons » sourit-il en venant passer ses deux grands bras autour de la taille fine de la jeune sorcière.




Dernière édition par Thomas A. Macnair le Mer 7 Mar 2012 - 17:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mar 6 Mar 2012 - 11:59

    Il se croyait fin son bel anglais... mais ce n'était pas le cas du tout. Il avait tout le même le mérite de la faire un peu glousser malgré ce qu'il se passait. Du moins ce fut jusqu'à sa question concernant la normalité de la situation. Là, la brune se renfrogna et son sourire s'évanouit pendant quelques secondes le temps qu'elle se reprenne.

    Cela n'arrivait pas à tout le monde non et quand cela arrivait c'était un gros problème qui causait une douleur si forte que le seul moyen de la faire taire était de s'assommer à coup d'alcools plus ou moins forts. Mais Nora n'avait aucune envie de lui dire pour le moment, cela viendrait quand il serait un peu plus sobre afin de comprendre ce qu'il avait fait et ce dont elle venait de se rendre compte. Il n'allait pas aimer du tout.

      « Transplanons... mais ferme les yeux. »

    Il allait la maudire mais c'était le seul moyen. Thomas s'exécuta en pouffant de rire et tomba presque en le faisant... équilibre absent. La sang pure le retint d'un bras et cala de nouveau ses larges mains sur ses hanches. Une fois cela fait, elle passa ses mains dans son dos afin de retirer les boutons qui tenaient sa robe fermée jusqu'à ce que celle-ci fut assez ouverte pour que Nora puisse y passer ses bras. Et ce fut quand elle glissa pour s'arrêter sur hanches qu'il rouvrit les yeux pour afficher un immense sourire.

    Son cerveau était au ralenti mais une autre partie fonctionnait à plein régime. Ce fut elle qui prit ses mains dans les siennes afin de laisser tomber sa robe sur le sol. Au moins celle-ci serait épargnée par la douche à venir.

      « Je t'ai dit de fermer les yeux... ferme les yeux chéri. »

    Il finit par le faire et elle transplana pour tous les deux. La suite fut assez rapide, elle plaqua ses lèvres violemment contres les siennes et le fit reculer sans prévenir pour atteindre la douche avant qu'il se rende compte qu'il n'était pas sur le plancher de leur chambre à coucher.

    Et elle ouvrit l'eau qui s'écoula, glaciale pendant quelques secondes sur leurs deux corps pas ravis du voyage. Thomas avait rompu le contact pour vociférer des injures qui furent inaudibles pour la jeune femme. Il essayait de sortir mais dans cet état, il n'était pas bien difficile de le garder à l'intérieur de la minuscule cabine.

      « C'est plus chaud déjà. Ca va te faire du bien et tu le sais. Je suis désolée de la méthode par contre... »

    Et il semblait être sur le point de la tuer pour de bon rien qu'en la regardant comme il le faisait. C'était un très bon début de week-end, à n'en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mer 7 Mar 2012 - 18:31

    Fermer les yeux oui oui, fermer les yeux. Quelle torture alors qu’il sait pertinemment qu’elle est entrain de se déshabiller là, juste devant lui ! Décidemment elle était d’humeur joueuse ce soir, mais ça n’avait rien de si extraordinaire que ça et ça lui arrivait parfois, Thomas ne s’en étonnait pas plus que ça. Nora pouvait se révéler beaucoup plus épicée et drôle que la petite bourgeoise sérieuse au sang-pur qu’elle semblait être parfois. Elle aimait bien se donner de grands airs, mais au fond c’était plutôt quelqu’un de nature une fois dans l’intimité. C’est comme ça qu’il l’aimait le plus de toute façon.

    Il fut pourtant bien vite tiré de ses réflexions par la sensation bien particulière au transplanage. Et les quelques courtes secondes qui s’écoulèrent entre cette sensation là et celle du froid intense qui attaque le corps et dévore la peau ne s’imprimèrent même pas dans sa mémoire. Sans transition il se retrouvait maintenant torse nu, pieds nus, sans pantalon, coincé et sans échappatoire sous un jet d’eau atrocement glacée. Tellement glacée qu’il lui semblait être à court d’oxygène.
    Le chapelet d’insultes et de jurons qui s’était extirpé de sa bouche s’en retrouvait haché et mal articulé tant ses muscles s’étaient raidis sous la morsure du froid.

    Au départ, les yeux toujours fermés, il s’était stupidement demandé ce qui était entrain de se passer et pourquoi il se sentait si malheureux et malmené tout d’un coup. La lumière avait fini par se faire et il avait lancé à sa femme un regard gravement offensé et plein d’incompréhension. Pourquoi pour l’amour de Merlin le punissait-elle aussi durement ?!

    « Est-ce que tu es complètement FOLLE ?! » finit-il par lui lancer, sa lèvre inférieure agitée de tremblements irrépressibles.

    Par automatisme il tenta maladroitement de s’extirper de là mais malgré sa petite stature, Nora fut parfaitement capable de lui barrer complètement le passage, et à vrai dire il n’avait pas assez de force et de contrôle sur son corps pour l’écarter de sa route, et réussir à rester debout sur ce sol glissant et plein d’eau en même temps. De toute façon le moindre mouvement était affreux et glacé et tout ce qu’il voulait faire désormais c’était se rouler en boule pour se prémunir du froid.

    D’un gémissement à la fois plaintif et coléreux, il enroula ses bras autour de son torse et replia la tête à l’intérieur de ses épaules. Heureusement, le jet d’eau fini par tiédir, et au bout de quelques longues secondes, son calvaire prit fin et sa respiration se fit plus aisée et plus franche tandis que ses muscles se détendaient à nouveau peu à peu.

    « Pourquoi es-ce-que tu ferais une chose pareille ?! J’allais bien ! J’avais simplement … besoin de sommeil ! » s’exclama-t-il avec mauvaise humeur avant de chasser d’un geste rageur l’eau qui dégoulinait sur sa tête et faisait lamentablement pendre ses boucles sur son front « Tu es officiellement sur ma liste noire pour la soirée … fichues serpentard tous les mêmes » maugréa-t-il dans sa barbe en plaquant ses deux mains aux parois pour garder son équilibre trop chancelant.


Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mer 7 Mar 2012 - 19:14

    Sa réaction violente par les mots l'avait faite sursauter alors qu'elle tremblait elle aussi comme une feuille. Elle état peut-être une épouse sournoise mais elle était sous l'eau avec lui ! Elle ne l'avait pas poussé avant de refermer la porte pour le voir mourir de froid. Elle était terriblement inquiète et souffrait chaque seconde avec lui ! Ce n'était absolument pas ce qu'elle avait prévu pour son week-end, qu'on se le dise.

      « Tu n'avais pas besoin de sommeil et contre l'ivresse tu sais que ça marche très bien. Je suis avec toi je te signale et ça n'a rien à voir avec les serpentards par ailleurs ! »

    Ses bras croisés sur son soutien gorge et ses cheveux dégoulinant d'eau maintenant bien chaude, la sorcière tenta une approche pour se coller contre son mari qui lui lança un regard terriblement froid qui voulait probablement dire 'touche moi femelle, et je te mords !'.

    Elle laissa tomber, baissant les yeux sur le sol parfaitement carrelé avant de se débarrasser de ses derniers vêtements qui n'avaient rien à faire dans une douche. Encore quelques minutes le temps qu'elle soit réchauffée et elle s'en irait car il semblait bel et bien sérieux avec son idée de persona non grata pour la soirée. Et dire qu'elle était rentrée plus d'un jour plus tôt pour lui... ça ne risquait pas de se reproduire avant un long moment.

      « Je suis désolée d'accord ? Je veux juste comprendre ce qu'il se passe pour que tu éprouves le besoin de boire autant ! Ce n'est pas normal d'être ivre mort sur son sofa un jeudi. J'ai remarqué que tu buvais plus et plus vite ces temps-ci... Met toi à ma place deux minutes. »

    Il l'avait vu dans les pires états et avait été à ses côtés à chaque seconde. Quand elle avait perdu Aodhan, la sang pure aurait probablement dépéri s'il n'avait pas été là pour la forcer à se lever, à manger et même à se doucher. Son inquiétude avait été une des raisons qui l'avait aidé à se remettre sur pieds. Bien entendu, le contexte était terriblement différent même si c'était l'angoisse pour l'autre qui menait la danse.

    Tout ce que Nora désirait était qu'il soupire fortement avant d'ouvrir ses bras pour qu'elle s'y blottisse en lui expliquant où était le fameux problème. Qu'il ne tente même pas de lui dire qu'il n'y avait rien, ils se connaissaient assez pour savoir qu'une réponse du genre ne marcherait pas. Et il allait être complexe de faire semblant, comme si de rien était et c'était apparemment ce qu'il voulait.

    Thomas était toujours dans la même position, les deux mains plaquées contre une des parois transparentes, sa baignoire était bien en vue contre la fenêtre à quelques mètres de là. Il était rare qu'il se laisse aller à plonger dans un bain, lui qui était un grand adepte de la douche. Les seules fois où il craquait c'était pour la rejoindre alors qu'elle bullait tranquillement. Mais plus rien n'était tranquille quand il se glissait face à elle ou dans son dos avec un immense sourire qui la faisait, à coup sur, mourir de rire.

      « Tu peux me punir comme tu veux... J'accepte un nouveau jet d'eau glacée si ça peut te faire plaisir. »

    L'irlandaise se baissa un peu pour passer sous son bras et se plaça face à lui entre ses bras. Ses yeux étaient fermés mais il était clair qu'il avait senti sa présence, elle le collait presque.

      « Mon amour... »

    Et elle avança son visage pour plaquer ses lèvres sur les siennes quelques secondes jusqu'à ce qu'il se recule de lui même de quelques centimètres. Ca promettait.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Jeu 8 Mar 2012 - 18:57

    Pas besoin de sommeil ?! C’était le monde à l’envers ça, comme si elle savait mieux que lui de quoi il avait besoin ! Pourquoi croyait-elle qu’il avait bu autant ? Le sentiment d’injustice en était plus cuisant encore. Son sentiment d’incompréhension aussi. Et en même temps comment le lui reprocher puisque pour le comprendre elle avait tout d’abord besoin qu’il s’explique. Hors il n’avait ni l’envie, ni le courage de le faire pour l’instant. Il avait juste envie de dormir, quoi qu’elle en dise…

    Thomas n’était pas non plus d’accord de dire que tout ça n’avait rien à voir avec les Serpentard. Bien sûr que si ça avait à voir, ça avait tout à voir ! Qu’est-ce qui faisaient d’eux des Serpentard justement ? Leurs sournoiseries ! Et cette capacité à la manipulation aussi ! Ni plus ni moins ! De toute façon tous les problèmes de ce monde étaient de leurs fautes. C’était Serpentard lui-même qui avait entamé le débat, et depuis ça n’avait plus jamais cessé. Tout ça c’était partit de Poudlard, l’endroit même où ils étaient élevés, est-ce que personne d’autres ne voyait le problème avec les Sepentard ?! Pour Thomas c’était limpide, surtout ce soir après les trois quart d’une bouteille de whisky…

    C’est du moins c’qu’il avait envie de se dire parce qu’il était fâché de la tournure des évènements, contrarié et frustré sans trop savoir pourquoi ni sur qui exactement. La vie en générale sans doute.
    Ca le contrariait surtout parce qu’il savait au fond que Nora prenait la situation très au sérieux, et que même s’il ne s’en souciait guère là sur l’instant, il changerait d’avis demain matin lorsqu’elle reprendrait ses questions gênantes et embarrassantes auxquelles il n’avait aucune envie de répondre. Ni maintenant ni jamais.

    Ca l’agaçait de savoir qu’il allait devoir subir des interrogatoires et des questions inquiètes et concernées, et tout grisé qu’il était il pouvait déjà la sentir vibrer de culpabilité. Parce qu’il la connaissait par cœur et que même s’il n’était pas légilimence, il savait pertinemment à quoi elle pensait pour le moment et à quoi elle allait penser pour les semaines à venir maintenant qu’il s’était fait coincé comme un ado révolté…

    Cela dit… comment lui en vouloir, c’était normal, terriblement contrariant pour lui mais normal de son point de vue à elle, et contrairement à ce qu’elle avait l’air de dire, il se mettait effectivement à sa place. Souvent. Justement. Lui aussi avait son lot de culpabilité à porter, elle n’était pas toute seule dans cette galère.

    Et c’est vrai aussi qu’il aurait pu lui dire tout ça, profiter de l’alcool pour le sortir plus facilement. Mais il préférait reculer encore. Pour mieux sauter ou se casser la gueule. Il verrait bien. Mais plus tard. Pas ce soir. Ce soir il voulait juste dormir par Merlin ça n’était pas bien plus compliqué que ça.

    « … je suis juste… fatigué. Tu comprends ? »

    C’était vrai mais c’était surtout une manière de lui demander de ne pas insister. Au moins pour ce soir en tout cas…
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Dim 11 Mar 2012 - 23:44

    Fatigué... c'était tout ce qu'il avait trouvé à lui répliquer et vu le taux d'alcool dans son sang, il y avait fort à parier que c'était bel et bien la vérité. Nora ne pouvait pas vraiment se rendre compte de ce problème car elle était si peu présente. Pas plus de 8 jours par mois et plus pendant les vacances, c'était tout ce qui lui restait pour le voir lui. Et même si elle aimait ce travail avec force, ne pas voir Thomas, passer à côté d'un tas de choses qu'ils devraient partager et vivre créait un sentiment cuisant de culpabilité.

    Et de la culpabilité, elle en avait à revendre, pour tout un tas de raisons passées et présentes mais il n'y avait rien qu'elle puisse vraiment faire. Coincée entre ses bras à le regarder trempé et ivre, l'irlandaise se sentit plus inutile que jamais. Que faire de plus ? Le secouer comme un prunier pour qu'il parle plus ? Le laisser là à cuver son whisky ou autre chose ?

      « Viens avec moi ».

    La brune passa un de ses bras autour de ses épaules et l'aida lentement à sortir de la cabine. Elle passa une serviette autour de sa poitrine et fit de même avec son mari après l'avoir aidé à ôter le dernier morceau de tissu trempé qu'il portait toujours. Il ne dit rien de plus, se laissant faire tout en aidant du mieux qu'il put alors qu'elle le séchait énergiquement s'autorisant un rire et un baiser après avoir mit ses cheveux dans un état lamentable. Il allait d'ailleurs falloir qu'il coupe un peu ça... s'il en avait envie.

      « Je t'aide à te coucher et je te promets qu'on va vraiment dans la chambre. »

    Elle avait tenté de glousser mais n'y était pas parvenu mais avait sourit largement après avoir senti un baiser maladroit sur son front. Nora lui enleva sa serviette et l'abandonna dans les draps propres. Il s'endormit presque immédiatement sans une parole pour elle et le silence qui s'abattit sur elle après avoir recouvert son corps nu de draps lui donna envie de pleurer.

    L'abandonnant à sa tranquillité, la brune fut bien forcé de redescendre et de se servir un verre de la même bouteille qui avait mise sont mari KO. Et quand elle allait servir le deuxième, Neldo la rejoint pour lui faire la conversation même s'il fut bien incapable de lui confier quoi que ce soit sur les habitudes de beuverie de son maître. Grand bien lui fasse.

    Et après avoir tourné des heures, Nora fut bien obligée de se rendre à l'évidence... elle allait devoir dormir même si l'envie n'était pas là. Thomas avait cet air apaisé alors qu'il dormait encore a poings fermés, il n'avait pas bougé quand elle s'était cogné le pied sur le coffre près du lit et n'avait rien murmuré quand elle s'était laissé tomber à ses côtés pour le regarder sans un bruit.

    Il était toujours aussi beau malgré les petites rides qui commençaient à s'installer au coin de ses yeux et ses cheveux un peu trop longs qui lui donnaient un air de baroudeur. Et elle n'avait pas pu s'empêcher de l'embrasser une fois avant de sombrer avec lui.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Lun 12 Mar 2012 - 0:47

    Malgré l’arrivée inopinée de Nora, la soirée avait gardée son cap finalement. Il avait bu pour s’assommer complètement puis s’était affalé dans un lit pour y dormir pendant plus d’une quinzaine d’heures. Il lui en manquait bien plus que ça à son compteur mais les rattraper en une fois c’était impossible. Surtout qu’en fin de compte, dormir lorsque l’on était ivre ne permettait pas de se reposer aussi bien que le sommeil normal puisqu’au réveil, généralement, on n’se sentait pas exactement frai et dispos…

    Heureusement, il y avait quelques potions très simples à réaliser qui atténuaient les effets de la gueule de bois, voir, qui les faisait totalement disparaitre. De temps en temps il demandait à Neldo de lui en préparer une et son elfe de maison évitait de faire le moindre commentaire négatif même si Tom savait qu’il désapprouvait ce genre de choses. C’est certainement ce qui se serait passé ce matin si Nora n’était pas rentrée à la maison un jour plus tôt…

    Il se serait lentement réveillé – pas dans son lit mais dans le divan – et puis se serait fait un thé bien fort pour se réveiller un peu, avant de grommeler à Neldo de préparer la potion en question. Et en attendant qu’elle soit prête il serait allé prendre une longue douche pour s’éclaircir les idées. Le temps que Nora arrive, il aurait retrouvé son état normal pour l’accueillir, tout en ayant profité d’une longue nuit de sommeil avant son arrivée pour ne pas être trop éreinté en sa présence et pouvoir passer un maximum de temps avec elle, dans un état qui lui permettait d’en profiter vraiment.

    Malheureusement, une fois les yeux ouverts et les dernières brumes du sommeil dissipées, Thomas fut enfin capable de se souvenir que les choses n’allaient pas pouvoir se passer comme ça. Du moins pas dans cet ordre…
    Il lui avait fallu quelques longues secondes pour déterminer pourquoi il avait aussi chaud.
    Premièrement c’était parce que le soleil était déjà haut dans le ciel puisque l’horloge indiquait qu’ils approchaient des midis, et ensuite, il avait chaud car il n’était pas tout seul dans le lit. Nora était là, allongée à ses côtés, son menton fin au creux de sa paume et son coude dans les oreillers.

    Bien éveillée, elle l’observait de ses grands yeux bleus dans sa petite nuisette assortie, ses longs cheveux brun pendant sur le côté en une cascade de boucles. Sa première réaction fut la surprise, le temps que lui reviennent les évènements de la soirée de la veille. Cela fait, Thomas poussa un faible soupir tout en se frottant les yeux.
    Il était cuit…

    C’était certain, ça ne faisait pas l’ombre d’un doute.
    Hier soir elle avait consentit à le laisser tranquille mais ce matin la chanson risquait de changer de rythme pour de bon et les questions allaient fuser. Attendrait-elle seulement qu’il soit debout pour commencer ? Allait-elle seulement prendre la peine de lui dire bonjour ?
    Peut-être… s’il prenait les devants, c’était encore possible. Mais que dire ? Comment expliquer ? Il n’aurait même pas su se répondre à lui-même. Il n’avait surtout aucune envie d’y penser ou d’en parler avec qui que ce soit, même Nora. Surtout Nora d’ailleurs, à bien y réfléchir.

    Il se racla longuement la gorge pour essayer d’éclaircir sa voix enrouée et de dégourdir sa bouche et ses lèvres lourdes. Chassant quelques larmes de ses yeux d’un revers de main, il se redressa de quelques centimètres pour poser sur la chambre et sur sa femme un regard presque interloqué.

    « … tu es revenue un jour plus tôt » se remémora-t-il avant de se frotter une dernière fois les yeux et de lui adresser un demi-sourire « … bien dormi ? »

    C’était stupide comme question mais sa tête était lourde et ses oreilles bourdonnaient, son estomac était fragile et sa bouche terriblement sèche, les idées lui manquaient, tout simplement…
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Lun 12 Mar 2012 - 1:15

      « Si j'ai bien dormi ? »

    Bien sur que non ! Elle était rentrée pour le trouver ivre mort et cela n'était probablement pas la première fois. L'idée d'avoir un mari bien porté sur la bouteille sans qu'elle le sache l'avait empêché de fermer l'oeil bien longtemps d'affilée. Elle avait du se lever toutes les trois heures ou moins pour vérifier qu'il était toujours à côté d'elle et qu'il allait bien. Et bien entendu il n'avait pas bougé d'un iota.

    Et cela faisait une dizaine de minutes qu'elle avait émergé quand elle l'avait senti sur le point de se réveiller. Il avait bougé un peu, ses paupière tressautaient et il avait fini par ouvrir ses grands yeux pour les poser sur elle. Surprise... ou pas.

      « Pas vraiment chéri, pas vraiment... »

    Nora avait très légèrement souri avant d'abandonner sa position pour l'embrasser et se blottir totalement contre son corps nu sans le prévenir. Autant le laisser souffler un minimum, elle connaissait les lendemains de cuites et se faire brusquer n'était pas le meilleur moyen d'obtenir quoi que ce soit. En se montrant câline, c'était différent, surtout qu'elle avait réellement envie qu'il la serre contre elle comme à son habitude.

    Il avait paru surprit de son geste comme s'il s'était attendu à ce qu'elle le tue ou l'attache au lit mais cela pouvait bien attendre cinq petites minutes. Surtout qu'il était totalement nu et que c'était toujours agréable de le sentir contre elle sans aucun vêtement, un petit truc de dominante peut-être, un peu comme s'il était à sa merci. Et c'était le cas.

    Un large sourire sur ses lèvres, l'irlandaise déposa un baiser sur son menton et ne bougea plus quelques instants, savourant ce moment rien qu'à eux avant de lancer l'offensive et de se faire envoyer paître par l'amour de sa vie. Mais c'était grave et il allait falloir qu'ils en parlent. Ce n'était pas une erreur d'un soir comme elle pensait. Des tas de petites choses se mettaient en place dans son esprit plus réveillé que le sien.

      « Tu te sens mieux ? »

    Son crâne devait lui faire un mal de chien mais elle se proposerait de lui faire une potion s'il était coopératif... plus tard.

      « Depuis quand tu bois comme ça ? »

    Un nouveau baiser pour le rendre plus docile et elle se recula juste un peu pour le fixer en espérant qu'il ne lui mente pas. Ou elle finirait par le savoir.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Lun 12 Mar 2012 - 2:13


    La fourbe, il y avait presque cru.
    En s’éveillant il avait craint l’attaque frontale, sa mauvaise humeur ou quelques jugements abruptes, et au lieu de ça elle était venue se lover contre lui et avait étiré ses lèvres en un sourire énamouré. Puis elle l’avait embrassé aussi, et durant quelques instants il avait cru qu’elle compatissait assez pour remettre à plus tard.
    Et en fait non… absolument pas.

    L’attaque frontale avait bien lieu mais elle essayait de le camoufler derrière quelques caresses et une attitude maternelle. Ca ne prenait pas.
    Il savait très bien ce que ça cachait, tout embrumé qu’il était, il la connaissait trop par cœur pour se laisser berner. Il aurait pu choisir de se laisser berner délibérément, pour lui donner ce qu’elle voulait, mais il n’avait pas envie de faire cet effort. Ou peut-être pas le courage. Pas alors qu’il était là, nu sous les draps, et dans un face à face rapprocher. Parler de tout ça lui donnait déjà bien assez l’impression d’être à nu et ne lui donnait aucune envie d’avoir à affronter le moindre regard de face. Surtout son regard à elle.

    La réponse à sa première question était donc non, il ne se sentait pas mieux. Il avait mal partout et se sentait un peu vaseux et très mal à l’aise maintenant qu’il commençait à se réveiller pleinement et qu’il entrevoyait les conséquences à venir. La réponse à sa seconde question il n’avait même pas envie d’y penser. Depuis quand buvait-il ? Eh bien depuis toujours lui semblait-il ! Depuis le début de son adolescence en tout cas, avec Julian, caché au fond du jardin avec une bouteille de champagne subtilisée aux adultes. A partir de là il lui était fréquemment arrivé d’être saoul, que voulait-elle qu’il lui dise de plus ? Il n’y avait rien de plus et si jamais il y avait effectivement autre chose et bien et n’avait aucune envie d’en parler…

    Oui enfin tout ça c’était en théorie ce qu’il aurait aimé lui répondre. Dans la pratique, et surtout dans un couple, ça n’était pas aussi facile que ça. Surtout quand le couple c’était avec Nora qu’il était constitué. Grande adepte du blabla et de la communication, elle avait toujours été de celles qui pensent que tout se dire est une assurance pour une relation saine.
    Malheureusement ça faisait longtemps qu’il n’était plus sain, il y avait donc un problème à régler c’était certain. Mais fallait-il le régler là, maintenant, ce matin ?!

    « Hmmmppffff » grogna-t-il en refermant les yeux avant de détourner la tête pour éviter qu’elle ne l’embrasse une nouvelle fois « Je viens à peine d’ouvrir les yeux, est-ce qu’on est vraiment obligés de faire ça dans la minute ? » fit ensuite remarquer Thomas.

    Son ton n’était pas agressif mais il n’était pas doux non plus. Certainement lassé et contrarié tout simplement puisque c’est ainsi qu’il se sentait. Las et contrarié. Mais pas seulement pour la situation présente. Plutôt en règle générale, tous les jours, et c’était bien ça le problème. Sauf qu’il n’avait pas envie de s’étaler là-dessus, au contraire, il avait plutôt envie qu’on le laisse gérer ce problème seul, et qu’on le laisse le régler seul surtout. Car c’est bel et bien ce qu’il essayait de faire contrairement à ce qu’elle semblait croire.

    « Je dois aller dans la salle de bain » finit-il par dire en attendant qu’elle s’écarte.

    Ca lui fendait le cœur de devoir la repousser en plus de tout ça mais quelle autre option avait-il ?
    … que des options qu’il n’avait pas le courage de mettre en pratique. La seule qui lui semblait accessible pour l’instant c’était la fuite, même si ça voulait dire se charger d’un peu plus de culpabilité encore vis-à-vis de Nora.

    Il lui adressa donc un regard un peu désolé avant de s’extirper du lit pour enfiler rapidement un caleçon autour de ses jambes cotonneuses et fébriles.
Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Lun 12 Mar 2012 - 16:49

    Quelle réception... Nora s'était doutée qu'il n'allait pas mettre cartes sur table et lui expliquer tout avec la bouche en coeur. Elle s'était attendue à ce qu'il grogne un instant avant de soupirer et de lui donner quelques bribes de réponses. Au lieu de ça, elle avait droit à l'histoire de la salle de bains. La fuite, purement et simplement. Vraiment superbe.

    L'irlandaise l'avait observé se vêtir de son caleçon et n'avait pas prononcé un mot de plus avant de quitter le lit à son tour et de sortir de la chambre sans un bruit. Puisqu'il voulait être seul et ne rien lui répondre, elle lui offrait la tranquillité le temps qu'il voudrait.

    Nora était frustrée, en colère et inquiète et ne pas lui sauter à la gorge relevait du self control. Elle donnerait Père et Mère pour avoir les réponses qu'elle souhaitait tant obtenir mais cela ne marchait pas avec cet animal là. Est-ce qu'il se mettait à sa place rien qu'un instant ? La laisser dans le noir le plus total n'était pas une solution profitable ni pour elle ni pour lui. Comment pouvait-il lui faire ça sciemment ?

    Pour se remettre d'aplomb, il lui fallait son thé noir du matin qu'elle ne fit que pour elle, ignorant délibérément celle de son mari. Et toujours vêtue de sa nuisette, elle s'empara de sa tasse fumante et sortir dans son jardin, pieds nus, pour se laisser tomber sur leur banc. Il faisait frais, la chair de poule ne tarda pas à apparaître sur ses bras alors qu'elle remontait ses jambes contre elle pour tenter de conserver un peu de chaleur.

    Prendre l'air lui fit du bien et son esprit se mit doucement en route. Puisqu'il ne semblait pas enclin à lui expliquer son problème, elle enquêterait dans l'ombre. Faire un tour de la maison pour chercher de l'alcool ne lui semblait pas inapproprié et si elle trouvait un créneau pour s'infiltrer dans son bureau alors ce serait parfait.

    Ce vendredi qui aurait du être un moment agréable à passer ensemble ne le serait probablement pas. La brune n'irait pas vers lui et lui ferait probablement de même. Une confrontation de plus ne ferait que le braquer et l'irlandaise ne voulait pas perdre son sang froid en se mettant à lui en vouloir terriblement tout en lui faisant des reproches qu'elle regretterait plus tard.

    Tout serait donc fait en silence à moins qu'il change d'avis. Après son thé elle mangerait probablement un toast en fouillant dans leur salon à la recherche de nouvelles bouteilles trop entamées en si peu de temps. Le week-end allait être très long.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Lun 12 Mar 2012 - 22:00

    Il avait eu du mal à quitter la chambre sans revenir sur ses pas et s’excuser ou lui demander de ne pas lui en tenir rigueur. Thomas ressentait le besoin presque oppressant de se justifier tout en redoutant justement de le faire. Il n’avait surtout pas envie qu’elle lui fasse la tête durant tout le week end, hors vu le silence avec le quel elle lui avait répondu… c’est exactement ce qui allait se passer si il ne prenait pas lui-même les choses en main.

    Elle allait se fermer telle une huitre et éviter de lui adresser la parole, se transformer en glaçon et se montrer distante avant de repartir pour la semaine vers Poudlard. En d’autres termes, des trois jours qu’ils étaient sensés passer ensemble à profiter de la présence de l’autre, ils n’allaient faire que se chamailler et se tourner autour dans un malaise quasi constant.
    Cette idée lui faisait amèrement regrettée d’avoir bu hier soir, et de lui avoir refusé toute réponse dans le lit. Mais en même temps que pouvait-il faire d’autre ? C’était infernal comme situation car peu importe le choix qu’il faisait il se sentait terriblement lésé. Soit fautif, soit humilié.

    Une fois seul et enfermé dans la salle de bain, il avait prit le temps de s’assoir quelques minutes pour réfléchir à tout ça sans ressentir le poids du regard de sa femme peser sur lui, sans avoir sous le nez toutes les attentes qu’elle nourrissait et qu’il ne pouvait combler, même avec la meilleure volonté du monde. Il n’en n’avait juste pas le courage et se refusait à le lui dire, parce que ça aurait été lui avouer l’échec…

    Au bout d’un moment il s’était tout de même secoué et s’était une fois de plus glissé sous la douche en espérant que le savon et l’impression de propreté l’aiderait à se sentir plus léger.
    Physiquement ce fut un peu le cas, et même si son estomac continuait d’être fragile et à vif, sa tête elle, consentait à lui faire un peu moins mal pour le moment.

    Il lui avait fallu quelques minutes encore pour s’extirper de là et après un bref détour par la chambre pour enfiler quelques vêtements propre au hasard, Thomas s’arma de courage pour descendre au rez-de-chaussée.
    Il fit timidement le tour des pièces du bas sans parvenir à trouver la jolie brune qui partageait son toit. Pendant quelques instants il s’était imaginé qu’elle était partie faire un tour ou rendre visite à ses parents comme il lui arrivait souvent de le faire durant une dispute. Il s’était ensuite souvenu que se promener seul était dangereux, même ici dans les environs, et qu’elle s’était de toute manière disputé avec sa famille…

    Puis en passant devant une fenêtre il l’avait enfin repérée sur le banc dans le jardin.
    La journée était belle mais les températures ne devaient pas être bien chaudes puisque le printemps arrivait à grand pas mais n’était pas encore installé. Pourtant elle ne portait pas grand-chose d’autre que sa nuisette et laissait sa peau pâle aux rayons orangés du soleil de mars. L’image était belle. C’était elle surtout, qui était belle, ce qui rendait son dilemme toujours un peu plus lourd à supporter.

    Il continua de l’observer avec hésitation durant quelques instants avant de sortir à son tour, les mains dans les poches faute de savoir quoi en faire d’autre.
    Après s’être approché de quelques pas en silence, il poussa un petit soupir pour révéler sa présence et ne pas l’effrayer au cas où elle ne l’avait pas entendu venir. Après avoir passé une main dans ses cheveux mouillés pour les mettre en arrière, il consentit enfin à s’installer à ses côtés sur le banc.

    « Je… hum, je m’excuse pour hier soir Nora. Je suppose que tu avais raison et que j’ai trop bu mais… je ne m’en suis pas aperçu tout de suite d’accord ? C’était dans le moment, c’est juste arrivé. Je ne veux pas que tu pense qu’il y a un problème. Il n’y a pas de problème… pas vraiment du moins. Je ferai attention à l’avenir. Je te le promets… voilà… rassurée ? »

Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mar 13 Mar 2012 - 0:00

    Et la surprise du jour était l'arrivée totalement inopinée de son mari. Pas besoin d'entendre son soupir pour savoir qu'il était là, elle avait l'ouie fine et savait bien quand il était sorti de chez eux. Et malgré cela elle n'avait pas bougé d'un pouce, préférant se concentrer sur son thé qui était désormais froid et imbuvable.

    Thomas prit place à ses côtés et parla rapidement tout en essayant d'être clair. Plusieurs choses l'interpellèrent mais l'irlandaise ne releva pas, préférant se concentrer sur les primevères qui poussaient à quelques mètres de leur banc. Et ce fut à son tour même si elle ne le voulait pas.

      « Tu n'as pas à t'excuser pour hier soir, je m'y suis mal prise, j'étais sous le choc de te trouver comme ça. Donc moi je m'excuse pour la manière dont je t'ai traité. »

    Elle retourna sa tasse qui se vida dans l'herbe avant de poser l'objet sur le sol. Ses bras enlacèrent ses jambes nues alors qu'un long frisson la traversait de part en part. Elle n'avait pas fini mais n'avait même pas envie de continuer, à quoi bon ? Tout ce qu'il voulait entendre était qu'elle était rassurée et qu'elle le laisserait tranquille mais ce n'était pas son genre. Nora n'était pas une menteuse, surtout pas à lui !

      « Et il y a un problème et non je ne suis pas rassurée. Je suis désolée mais je ne vais pas te mentir. »

    C'était le coup fatal à leur week-end, elle était douée, vraiment très douée et vu son regard, il n'avait pas aimé cette réponse du tout. Mais que pouvait-elle faire d'autre ? Lui mentir effrontément alors qu'elle s'apprêtait à retourner leur maison ? Ce n'était pas elle.

    Nora abandonna tout de même sa position pour poser une main tendre sur sa joue tout en l'embrassant de longues secondes. Elle se rapprocha de lui instinctivement alors qu'elle approfondissait leur étreinte amoureuse et ferma ses yeux quand elle s'arrêta, ne se reculant pas d'un millimètre.

    Comment en étaient-ils arrivés là après tant d'années ensemble et la plupart heureuse ? Nora connaissait tellement d'autres sangs purs mariés qui ne s'aimaient pas, se menaient la vie dure tout en ayant une vie alternative bien à eux et ceux là vivaient bien. Pourquoi fallait-il qu'ils enchaînent les coups durs de la sorte ? Est-ce qu'ils n'auraient jamais de répit ?

    *

    Ils avaient fêté ses vingt trois ans la semaine qui précédait et Thomas l'avait surprise alors qu'elle rentrait du Ministère. La soirée avait été magique et la jeune femme avait été comblée par ses présents et ses idées farfelues tout au long de leur soirée à deux.

    Cette soirée là, par contre, était d'un ennui mortel. Elle connaissait du monde, la nourriture était délicieuse, elle était resplendissante mais cette fois Thomas lui donnait envie de s'enfuir. Un nouveau gloussement de sa voisine et les rires de quelques autres convives qui l'entourait lui arrachèrent un soupir mi lassé mi ennuyé : il allait la tuer.

    C'était toujours la même rengaine quand ils étaient dans une soirée mondaine : Thomas devait se faire remarquer par son humour décalé et ses traits d'esprit qui ravissaient ou choquaient les sorciers autour d'eux. La jeune femme avait apprit à l'ignorer mais ce soir c'était impossible parce qu'il était hors de question que la blonde à côté d'elle reste sans surveillance, l'irlandaise voyait très clair dans son jeu. Ils se mirent tous à rire la forçant à soupirer fortement au point de se faire remarquer par ses voisins les plus proches.

      « C'est tout à fait hi-la-rant Thomas... »

    Et elle but une gorgée de sa coupe de champagne en levant les yeux au ciel.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mar 13 Mar 2012 - 18:52

    La lumière feutrée des épaisses chandelles qui flottaient dans l’air donnait à l’immense salle de réception un aspect intimiste et chaleureux, que d’épaisses tentures de velours d’un rouge carmin venaient rehausser. Le moelleux tapis d’orient assorti s’écrasait et s’enfonçait sous les souliers vernis des messieurs et les talons-aiguille des ladies, tandis que le cristal des verres et des bijoux faisait miroiter le reflet orangé des bougies.

    Le fastueux repas servi par leurs hôtes, Herton Loncaster, un éminent Juge du Ministère, et son épouse Lorietta, touchait bientôt à sa fin, après une entrée copieuse et un plat de résistance de haute qualité que les elfes de maisons s’étaient déjà chargés de débarrasser des tables quelques longues minutes plus tôt. Et pour faire patienter leurs nombreux invités le temps que le dessert arrive et n’emplisse leurs assiettes de nouveaux propres, c’était les flûtes à champagne qui s’étaient remplies à nouveau d’un somptueux nectar dont Thomas avait bien du mal à se passer.

    Par-dessus le brouhaha incessant des conversations parfaitement mondaines qui allaient bon trains au sein des trois grandes tables rondes qui remplissaient la pièce, quelques instruments qui jouaient tous seuls emplissaient l’atmosphère d’une petite mélodie reposante. Pour l’instant, le violon et le violoncelle s’agitaient calmement en quelques notes agréables qui n’empiétaient pas sur les discussions. Celles-ci fusaient en tout sens depuis des heures déjà, et plus le champagne emplissait leurs verres, plus il semblait que Tom avait de choses à dire.

    Au début, comme toujours, il s’était plutôt placé en spectateur et tout en dégustant son entrée d’un air neutre, il avait observé les autres convives et écoutés ce qu’ils avaient à dire sans se manifester, histoire d’en apprendre plus sur eux de manière discrète.
    Ca n’était qu’au moment du repas qu’il avait commencé à se mêler des conversations, lorsqu’un petit bonhomme avec une énorme moustache et la raie au milieu s’était mit à déblatérer sur les rites et coutumes magiques des Brésiliens sans y connaître un traitre mot. Pour y avoir été au moins une dizaine de fois, Thomas s’était permit de le remettre à sa place de quelques anecdotes personnelles sur les régions visitées.

    S’en était suivi une interminable discussion sur l’Amérique du Sud avec quelques autres sorciers, et puisqu’aucun d’eux n’avait réussi à le supplanter sur le sujet, celui-ci avait dévié vers l’Afrique du Sud. Ce qui avait permis à Thomas d’aborder les Macnair de Johannesburg et ses quelques vacances là-bas, et une fois de plus il avait eut le dernier mot. Un peu plus tard, après quelques débats sur l’un ou l’autre fait de société du moment où il avait chaque fois fait valoir son point de vue de quelques boutades cinglantes, Carl Bennington et lui s’étaient engagés dans une longue joute verbale après que celui-ci, certainement jaloux, ait insinué que le Département des Créatures Magiques du Ministère n’était qu’un secteur sans importance et une perte d’argent pour la communauté sorcière.
    Thomas avait fini par le moucher et une fois tous ses arguments tournés en dérision, il s’était désintéressé du sujet pour lui préférer ses trois cousines, assises à sa droite.

    Toutes les trois un petits peu cruches mais de bien meilleur compagnie que n’importe qui d’autres ici. Y comprit sa très chère épouse Nora, puisqu’il avait bel et bien remarqué qu’elle ne semblait pas apprécier la soirée comme il le faisait. Il lui avait glissé à plusieurs reprises que le seul moyen d’aimer ce genre de réunion c’était de systématiquement terminer son verre de champagne. Elle ne devait pas suivre ses conseils si elle continuait de s’ennuyer de la sorte après autant de temps !

    La jolie Dermina l’avait fait elle, et continuait de siroter ses bulles en papillotant de ses grands cils sombres vers lui. Ses deux sœurs cadettes, Alicia et Leonie, se montraient plus discrètes mais gloussaient sans retenue. Ca le faisait sourire et l’amusait beaucoup, alors depuis plus d’une demie heure, à leur demande, il leur racontait quelques anecdotes de voyages, et hilarant c’était le mot, même si Nora n’avait exactement l’air de s’amuser.

    « Si tu t’ennuie darling tu peux leur raconter l’anecdote de notre séance nudiste devant le sanglier géant au Pérou. C’était la première fois qu’elle m’accompagnait à l’étranger » précisa-t-il aux trois demoiselles et aux autres qui tendaient l’oreille.

Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mar 13 Mar 2012 - 21:34

    Non. Ce n'était juste pas possible, il n'avait pas pu dire ça devant une tablée entière de sangs purs de la Haute Société sorcière. Qu'est-ce qu'il avait dans le crâne ? Qu'est-ce qui lui passait par la tête pour qu'il ose sortir des choses pareilles ? Soit il était idiot et parlait sans penser soit il songeait avec attention pour sortir les pires énormités pour choquer tout le monde. C'était bien souvent le cas, mais pas à ses dépens. Ça non.

    La jolie brune s'étouffa avec sa gorgée de champagne, ce qui lui fit remonter des bulles dans le nez pour la faire tousser. Cela alors qu'elle devenait rouge pivoine et avait l'impression qu'on venait de la plonger dans un chaudron d'eau bouillante. Être plus mal à l'aise que ça relevait de l'impossible.

    L'irlandaise planta son regard glacé dans celui de son époux et espérait qu'il pouvait y voir toute la haine et l'embarras qui l'envahissaient bien trop rapidement. Plusieurs choix s'étaient imposés à son esprit : lui jeter son champagne au visage, lui jeter son champagne au visage et le verre avec, quitter la table sans rien ajouter de plus après avoir souhaité une bonne soirée à tout le monde sauf à lui, divorcer ou encore se mettre à hurler en le menaçant avec sa baguette. La liste de choix était longue, très longue mais elle ne pipa pas un mot pendant plusieurs secondes laissant le silence s'éterniser autour d'eux.

    Les trois idiotes semblaient attendre une réponse... comme si elle, Ailionora Macnair, allait étaler sa vie intime auprès d'inconnues. Une vraie blague. Et cette manière de dire que c'était la première fois qu'elle l'accompagnait... comme si elle était un vulgaire sac à dos ! Elle était son épouse tout de même, pas une idiote à exhiber pour raconter des anecdotes privées. Bombabouse de Macnair.

      « Je te propose plutôt de raconter la fois en Chine où tu tenais absolument à manger de la même manière que les locaux. Tu te souviens ? »

    Elle sourit largement sans en avoir envie et prit le temps de vider sa coupe entièrement avant qu'elle soit de nouveau pleine par magie.

      « Raconte donc ton séjour de trois jours aux toilettes, n'omets aucun détail même si j'ai bien peur que ce ne soit pas très intéressant car tu n'étais pas nu... »

    Pas très fin, pas du tout même mais c'était tout ce qui avait pu sortir sans qu'elle ne se mette à hurler ou à devenir hystérique. S'il voulait continuer à jouer, là elle ne répondrait plus d'elle et ce serait à ses risques et périls. Le message était très clair, il avait intérêt à la mettre en sourdine ou il était un anglais mort. Leur cottage était en Irlande, elle était irlandaise, Neldo était probablement un elfe irlandais, il allait être en minorité et elle allait lui en faire baver.

    Elle avait presque faillit ajouter qu'il devait aussi tenter de décrire l'odeur mais c'était une limite à ne pas franchir plus avant car elle allait déjà très loin. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle ne le regretterait même pas le lendemain et n'en serait pas honteuse quoi qu'il en dise car elle avait été mortifiée parce ce qu'il avait dit.

    Est-ce que son cher et tendre parlait souvent de leurs ébats à des amis ou des inconnus ? Être nus dans la jungle ne signifiait qu'une chose, les autres sorciers n'étaient pas des idiots, lui en était un par contre. Et cette manière de l'appeler darling en public, ne manquait plus qu'il l'embrasse dans un lieu public... du grand n'importe quoi.

    Vivement que les desserts arrivent qu'ils aient tous la bouche pleine. Il fallait d'ailleurs espérer que cela ne l'inspire pas, bientôt il leur raconterait en détails ce que la jolie petite brune avait fait le matin même à genoux dans la serre.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mer 14 Mar 2012 - 1:17

    Eh bien ! Nora se montrait particulièrement chatouilleuse ce soir ! Ce qui voulait dire qu’elle n’avait pas respecté son bon conseil et n’avait pas bu assez de champagne ! Si ça avait été le cas elle n’aurait pas prit sa remarque au sérieux et se serait joint au groupe en riant avec eux. Au lieu de ça, elle renvoyait l’ascenseur et lui adressait un regard assassin qu’il ne rata pas bien entendu. Il avait un verre dans le nez mais il n’était pas non plus totalement ailleurs et la connaissait assez bien pour savoir lorsqu’il avait mit le doigt là où ça fait mal. Ca n’était pas son intention cependant. Il avait simplement voulu la taquiner un peu et faire rire autour d’eux pour détendre l’atmosphère puisqu’elle semblait si tendue du côté de son épouse.

    Malheureusement aucune de ses blagues ni aucune de ses histoires, pas plus que ses boutades n’arrivait à la détendre. Dans l’intimité, il se serait rabattu sur la solution des baisers, des caresses et des mots doux, mais par Merlin en publique il ne fallait surtout pas y penser !
    Il s’y était essayé une fois et ça ne lui avait pas réussi, Nora s’était retrouvée toute aussi rouge qu’elle l’était pour le moment avant de se transformer en glaçon. Depuis, il évitait de la toucher ailleurs que dans le dos lorsqu’il y avait d’autres yeux pour les voir. Elle ne pouvait donc pas affirmé qu’il était avare en effort !

    Quoi qu’il en soit, elle était la seule à ne pas avoir trouvé sa dernière remarque amusante et s’était empressée de piquer en retour, en dessous de la ceinture évidemment.
    Sauf que lui de son côté avait bu bien assez de champagne pour s’en ficher royalement. D’ailleurs même sobre, c’était le genre de sujet qu’il adorait aborder lui-même, surtout à table. Les résultats étaient généralement tout à fait délectable, comme là par exemple, les jolis froncements de nez dégoutés des trois demoiselles à ses côtés.

    Ca le fit éclater de rire bien sûr, et il ne fut pas le seul à table. De son côté, Nora n’était pas la seule dont la pudeur s’était vue offensée. Les plus âgés surtout, les plus guindés en fait, tiraient une tronche désopilante qui l’obligeait à se bidonner sans pouvoir s’arrêter.

    Il lui avait tout de même fallu quelques petites secondes pour se souvenir de l’anecdote évoquée par Nora, et une fois le souvenir retrouvé, il se chargea effectivement de développer l’histoire au près de leurs voisins de table. Nora allait certainement regretter d’avoir abordé ce sujet, mais c’était plus fort que lui…

    « Bien sûr que je me souviens, mais j’ai failli confondre avec la fois en Pologne où l’on m’a fait boire un infâme tord boyaux durant une soirée toute entière. Je ne m’attendais pas à ce que le terme ‘tord boyaux’ soit aussi littéral. Cette fois-là à duré moins longtemps mais pour ne rien arrangé j’avais une odieuse gueule de bois qui rend le souvenir plus douloureux encore que celui de la chine. Surtout que ce qu’ils m’avaient fait goûter était délicieux. Sur le moment je ne m’imaginais pas être sur le point de passer trois longues journées à regretter chaque bouchée ! » s’esclaffa-t-il, accompagné du rire cristallin des demoiselles et de quelques gloussements discrets des messieurs « Heureusement, j’avais la chance d’avoir avec moi une infirmière de qualité » reprit-il en adressant à Nora un sourire charmeur, histoire de retourner rapidement dans ses bonnes grâces…


Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mer 14 Mar 2012 - 13:31

    Il pensait peut-être qu'elle faisait semblant d'être en colère et qu'elle répondait de la sorte pour le plaisir d'avoir l'air d'être une harpie ? C'était surement le cas car il avait eu le bon goût d'en rajouter une couche comme si c'était nécessaire. Nora avait raconter cette histoire de la Chine pour qu'il se rende compte comme il allait trop loin, pas pour qu'il détaille encore plus et tente de se la remettre dans la poche. Infirmière de qualité... quelle douce blague.

    L'irlandaise se désintéressa de leur table un instant pour se fixer sur ce qui les entourait et il serait peut-être une bonne idée de filer, peut-être de rejoindre sa mère qui ne devait pas être bien loin même si la brune ne la trouvait pas. Keenan manquait à l'appel, leur mère n'avait pas réussi à le trainer pour tenter de trouver une demoiselle à son goût. Bien dommage pour son aînée qui aurait bien eu besoin de rire.

    Son attention fut de nouveau toute portée sur la table et même si les trois continuaient de glousser et de faire les yeux doux à son mari. Et bien qu'elles continuent à s'extasier devant ses frasques diverses et variées si ça leur chantait, elle les connaissait déjà par coeur.

    La jeune femme vida sa coupe d'une traite et la reposa bruyamment sur la table avant de jeter sa serviette en soie à côté. Elle se releva dans un sourire poli et passa une main dans ses cheveux sans quitter Thomas du regard.

      « Veuillez m'excuser, je vous souhaite une excellente soirée. »

    Et elle se détourna de la table où siégeait son mari sans un dernier regard, s'échappant aussi rapidement que possible vers le grand balcon qui possédait une vue magnifique. Il faisait frais et elle était seule, peut-être bien qu'ils avaient tous rejoint Thomas pour écouter ses histoires de voyages, ce bougre était bien capable de tous les séduire. Cela avait fonctionné avec elle...

    Le fond de l'air était frais mais Nora n'avait jamais été frileuse. Elle adorait sentir le vent soulever ses lourdes boucles et cet état de calme lui permettait de faire le point. Et ce soir là ce n'était pas très joyeux.

    C'était bel et bien une crise de jalousie qu'elle venait de faire liée à sa gêne terrible depuis qu'il avait osé parlé du Pérou. Cela passerait avec des amis ou dans sa famille à elle mais pas avec des inconnus. Ils étaient des sangs purs, la fine fleur de leur société et leur éducation avait été basée sur les même principes à quelques choses près.

    Mais on étalait pas sa vie de la sorte, on riait de temps en temps sans se laisser aller à de grands éclats. On buvait modérément et on ne se montrait pas intime en public. Pourquoi fallait-il qu'il s'amuse à dépasser les bornes sans arrêt ? Pour la rendre folle ? Ou était-il idiot à ce point pour ne pas se rendre compte de ce qu'il faisait ?

    La brune tripota son alliance en regardant droit devant elle et murmura son nom à voix basse une bonne dizaine de fois. Il était exaspérant.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité
Invité

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mer 14 Mar 2012 - 19:24

    Raté…
    Sa petite bouche de poupée s’était pincée d’une espèce de rictus méprisant qu’elle avait tant bien que mal essayé de dissimuler, avant de rendre les armes et de déguerpir.
    Petite joueuse !
    Thomas l’avait observé s’éloigner avec toute la dignité du monde vers le balcon d’un œil à la fois atterré et amusé. Quelle réaction surdimensionnée et exagérative ! Il n’avait rien dit de si terrible qui mérite ce genre d’attitude. Il allait falloir qu’elle apprenne à se détendre, c’était même obligatoire pour survivre à ce genre de repas guindés. Peu importe ce qui avait froissé sa petite susceptibilité de sang-pure bien élevée, elle s’en remettrait et le plus tôt serait le mieux.
    Thomas avait donc choisi de ne pas lui courir après. Du moins pas immédiatement car le dessert avait choisi ce moment précis pour arriver et qu’il entendait terminer son repas décemment avant de prendre en chasse la diva qu’il avait pour femme.

    Thomas continua donc de discuter avec entrain autour de sa tartelette de fraises d’or (qui n’étaient pas vraiment en or mais simplement recolorées d’or via un sortilège alimentaire très en vogue ces temps-ci) avant de se laisser digérer tranquillement autour d’une ou deux tasses de thé chaud à la menthe avec un peu de sucre de canne.
    Après ça, l’hôte de maison avait dit quelques mots à l’assemblée, remercié tout le monde, avant d’inviter tous les invités à quitter la table pour se diriger vers le grand salon pour continuer la soirée avec un brandy bien mérité.

    Thomas se serait volontiers laissé tenter par le brandy en question, où par le fumoir (avec le brandy bien sûr, pourquoi choisir ?), mais il avait une femme froissée à chercher désormais, en espérant pouvoir profiter du reste par la suite tout de même.
    C’est donc a regret qu’il avait abandonnées ses voisines de tables pour se diriger vers les jardins. La propriété en possédait d’immenses, ainsi que toute une panoplie de haies taillées et mouvantes du plus bel effet. Comme le soir se faisait de plus en plus sombre, des lanternes de papier flottantes parcouraient les allées pour éclairer les quelques rares promeneurs.

    Dont sa femme bien sûr, en pleine conversation avec une toute petite vieille replète qui avait été prof d’arithmancie à Poudlard durant de nombreuses années.

    « Professeur Woolborrough quel plaisir ! » s’exclama-t-il en s’approchant des deux dames.
    « Aah, le fils Macnair »
    « Thomas »
    « Thomas oui c’est ça. Je viens d’apprendre que vous étiez marié à cette adorable lady. Je suis en retard de quelques années j’en ai bien peur. Wof, avec l’âge, vous savez » rit-elle de sa petite voix chevrotante « Ahlàlà oui, Thomas Macnair je me souviens. Vous aviez une grande sœur chez les Serdaigle, excellente en calcule, très bonne en arithmancie, comment s’appelait-elle encore ? »
    « Tamara. Elle travail au département du commerce international »
    « Oui, Tamara, très brillante. Et très calme, pas comme les deux autres » rit-elle encore « En tout cas vous voilà bien marié tous les deux. Des jeunes gens de bonnes familles tels que vous, ça me fait très plaisir de vous avoir revu. Vraiment très plaisir » assura la petite vieille avant de prendre congé du couple et de retourner vers l’imposante bâtisse.

    Nora et Thomas l’observèrent s’éloigner quelques instants avant que le jeune homme ne redonne son attention à la jolie brune qu’il était venu chercher.

    « Tu as raté un dessert délicieux et un thé absolument divin, amour de mes jours. M’est-il permis de t’embrasser étant donné que nous sommes apparemment seuls désormais, où es-ce que c’est encore proscris ? » demanda-t-il d’un large sourire joueur.


Revenir en haut Aller en bas

Ailionora Ó'Broin
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
What happened to us ? Empty
Ce message a été posté Mer 14 Mar 2012 - 23:48

    C'était toujours un immense plaisir de recroiser d'anciens professeurs surtout que ceux-ci avaient toujours d'excellents souvenirs de l'irlandaise qui était une élève parfaite. Et rencontrer la toute petite femme lui avait permit de se calmer et de se changer les idées comme elle l'avait voulu. Mais elle n'était pas seule et c'était un vrai bonheur.

    Et Thomas arriva, lui arrachant un léger sourire quand la personne âgée leur rappela à quel point il avait pu être terrible. Et cela n'avait malheureusement pas changé d'un pouce. Et en une poignée de secondes, ils étaient de nouveau seuls, mais le silence ne dura pas. Quel toupet... mais quel charmeur. Le 'amour de mes jours' n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde et il savait bien à quel point elle aimait ce genre de petits qualificatifs.

      « C'est malheureusement proscrit quand le mari dépasse les bornes et qu'il met sa femme dans un tel embarras qu'elle ressente le besoin de quitter la table pour aller prendre l'air. »

    Nora avait planté ses yeux dans les siens, se tenant parfaitement droite, la poitrine en avant pour se montrer conquérante sans aucune raison. Elle ne voulait pas qu'il la prenne pour une idiote, elle avait besoin de lui expliquer ce qu'elle avait ressentit de longues minutes plus tôt.

      « Pour toi ce n'est rien mais pour moi ce n'est pas possible de t'entendre parler de nous deux nus au Pérou ! C'est privé, c'est un souvenir qui nous appartient et que je n'ai pas envie de partager avec les premiers venues et surtout pas ces trois blondinettes qui étaient suspendues à tes lèvres et OUI, je suis jalouse. Je déteste quand tu souris comme tu le fais alors que je suis à côté. J'étais à côté de vous chéri, est-ce que tu voudrais que je fasse la même chose ? »

    Bien sur que non ou il avait un très gros problème. Il était même fort probable qu'il ait ce fameux problème... après quatre ans de mariage il lui arrivait presque chaque jour de découvrir de nouveaux aspects de sa personnalité, et ce n'était pas rien.

      « Tu nous as fait passé pour des hurluberlus globe trotter nudistes et même si c'est vrai, il faut qu'on le garde pour nous. Ce genre de comportement n'est pas encouragé dans notre société, il faut faire profil bas. Tu connais l'adage... pour vivre heureux, vivons caché et il y a beaucoup de vrai là dedans... »

    Où était passé son énervement et son envie de l'étrangler qui l'avaient forcé à quitter leur table et rater le dessert. Envolé... comme tout le reste surement. C'était terriblement frustrant de soudainement se calmer après avoir passé de longues minutes à répéter le discours parfait pour lui démontrer ses torts. Du gâchis de dessert... voilà ce que c'était.

      « Ne me refais plus ça... »

    La brune leva les yeux au ciel avant de se rapprocher de lui le visage toujours fermé.

      « Maintenant tu peux m'embrasser si personne ne vient mais tu n'es pas tiré d'affaire Macnair. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

What happened to us ? Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2  Suivant

What happened to us ?
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Portoloin :: A l'étranger :: Habitations