ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe VI



 



ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe VI
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Azkaban
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 16:51


ϟ Liberate me ex inferis ϟ

« Sauvez-moi de l'enfer. »
GROUPE VI

Ailionora Macnair Ó'Broin, Cleona A. Ó'Broin, Evoline M. Newton, Jane Callaghan, Naïma Zabini, Selena Lewis & Thomas A. Macnair
Informations Hors Rp

ϟ Pour cet event nous changeons un peu notre façon de procéder pour certains groupes. Afin de varier un peu nous laissons un peu de côté la dynamique de duels exploitée lors des deux derniers event. On ne l’abandonne pas complètement, on change juste un peu. Cette fois-ci vos ennemis sont des PNJ, des PNJ qui prendront différentes formes selon votre avancée dans le lieu qui vous a été attribuée.
ϟ L’event dure trois semaines IRL.
ϟ Un tour ne dure que 48h . A partir du moment où le PNJ a posté vous avez 48h pour répondre, sans quoi votre tour sera passé.
ϟ Au bout de 3 tours manqués vous êtes exclus de l’event. Votre personnage sera alors blessé au point d’en être inconscient pendant toute la durée des combats. Etre exclu entraine également une perte de points pour votre faction. Chaque abandon fait perdre 3 points à votre faction.
ϟ Vous serez prévenus par mp à chaque fois que ça sera à votre tour de RP.
ϟ Des sujets de flood ont été créés pour vos groupes, afin que vous puissiez discuter des scenarii, tactiques ou autre que vous souhaitez développer durant cet event.
ϟ Si vous avez des questions, il faut les poser dans ce sujet Pas dans le Flood, ni sur la CB, ni par MP ! Uniquement dans le SAV !
Réglementation des combats
ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 sort offensif et un 1 sort défensif par rp.
ϟ Pour chaque sort offensif ou défensif lancé, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si le sort fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble dans la mesure où ça ne vire pas au grosbillisme. Le dé ne doit pas être une excuse pour l’anti-rp.
ϟ Pour ce qui est des PNJ qui vont être placé sur votre chemin, le nombre de lancers de dé va varier selon leurs forces et leurs talents. Le nombre de lancers nécessaires vous sera indiqué à chaque arrivée de nouveaux PNJ.
ϟ En ce qui concerne les sorts de soin le lancer de dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires tels que Hudson Higgs, Nathaniel Hansen, ou Elie Bright.
ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, et sans avoir à lancer le dé.
ϟ Attention, toute tentative de grosbillisme même cachée via un lancer de dé heureux, sera sanctionnée in rp et hors rp.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 16:51

        Maison de Lucy Metelli, 10 février 2020 , 17h15


Lucy contemplait Caïus Salamander, songeuse et surprise. Depuis une demi-heure qu’il était, elle réfléchissait à ce qu’il lui avait dit. C’était dur à accepter pour elle qui avait perdu son mari à cause de personnes comme lui, très dure même. Mais ce qu’il lui proposait était logique. Et intelligent. Ce qui l’étonnait venant d’un gorille malfamé tel que lui. Ce n’était pas son idée, elle en aurait mis sa main à couper. Selena Lewis. Lucy ne la connaissait pas personnellement, mais elle avait souvent entendu parler de la directrice de Poudlard et elle ne voyait qu’elle pour organiser une telle chose. Elle réfléchit une dernière fois. Puis répondit.
J’accepte. J’accepte que les Héritiers et l’Ordre s’allient pour cette fois-ci, et uniquement pour cette fois-ci. J’en parlerais au leader des Phénix, mais il acceptera. Il n’avait pas tellement le choix songea-t-elle. William avait perdu beaucoup de sa popularité lors de l’attaque du Manoir Kark et désormais, les décisions de Lucy pesaient lourd dans la balance de l’Ordre. On l’appréciait, pour sa sympathie et son humanité. Selena Lewis a-t-elle déjà un plan de prévu ? Car je n’aimerais pas non plus m’enfoncer dans tout ça sans préparations.
Caïus la regarda avec méfiance. Comment avait-elle su que c’était l’idée de Selena cette gonzesse ? Il en ras le bol de se faire commander pas des femmes. Il n’y avait que son épouse qui comptait et qui avait le droit de lui donner des ordres. Il en avait marre. Je le lui dirais. Elle veut vous rencontrer. Nous nous reverrons dans trois jours. Et il transplanna sur ces mots. Lucy soupira. Agréable cet homme.

        Q.G de l’Ordre du Phénix, 15 février 2020 , 18h20


William contemplait les membres de l’Ordre qu’il avait fait réunir dans leur QG. Il savait que depuis l’attaque du Manoir, beaucoup lui en voulaient. Et il pouvait les comprendre, ils avaient agis de la même manière que ceux contre qui ils luttaient. Mais cette fois-ci, ce seraient différents. Car ils avaient enfin des alliés, même si lui-même n’aurait pas forcément accepté. Mais il n’avait peu le choix de refuser, Lucy avait déjà accepté l’alliance après une discussion avec Caïus Salamander.
Mes amis. Si je vous ai réuni ici, c’est… Parce que nous allons lancer une offensive. Nous allons attaquer Azkaban. Comme vous le savez, la prison est devenue un bastion de la puissance des Ombres. Y sont retenus de nombreux prisonniers politiques, dont plusieurs membres de l’Ordre. Nous allons donc enfin venir les libérer. Mais cette fois-ci, nous ne serons pas seuls. Une alliance, temporaire, a été créée avec les Héritiers, que vous connaissiez tous comme les Modérés. Nous avons un ennemi commun, il a nous a donc paru logique de nous allier pour cette action commune où notre but est le même. Pas de morts, pas d’attaque inutile. Vous vous défendez s’il le faut, mais surtout vous libérer les prisonniers que vous connaissez personnellement ou dont vous avez déjà vu le visage. Nous formerons des groupes, afin de mieux nous organiser par étage. Il est hors de question que vous vous battiez avec les Héritiers pour quelle que raison que ce soit, vous êtes alliés. Nous irons à Azkaban en balais, c’est le moyen le plus simple et le plus rapide d’y accéder. Selena Lewis et moi-même uniront nos forces pour détruire la protection de la prison. Des questions ?
Peut-être en avaient-ils, mais personne ne dit rien. Ils se contentèrent de le regarder et d’acquiescer, à son plus grand soulagement, même s’il en entendait certain râler au fond de la salle.
Parfait. Alors voici les différents groupes…

        Q.G des Héritiers, 15 février 2020 , 18h20


Assise sur le bureau, Selena contemplait ses notes. Devant elle, Caïus, bougon, traversait de long en large le hangar, histoire de se calmer. Mais il savait que cela ne fonctionnerait pas. Ils étaient alliés à ces tarlouzes de l’Ordre et ils allaient peut-être enfin récupérer sa femme ! Enfin, vu comme ça avait fonctionné la dernière fois… Lorsque tous les Héritiers furent réunis, Caïus se stoppa et laissa place à Selena. Elle était bien plus douée que lui pour expliquer à ces lopettes qu’il devait diriger leur nouvelle action.
Nous allons attaquer Azkaban. Des exclamations fusèrent, mais elle les arrêta d’un regard. Et nous avons formé une alliance avec l’Ordre. Cette fois-ci, ce furent des cris outragés qui résonnèrent. Caïus énervé dès qu’ils avaient ouvert leur grande bouche intervint. FERMEZ-LA ! Et écoutez ce qu’on a à vous dire, bordel ! Selena le regarda en se retenant à peine de lever les yeux au ciel. Comment son amie pouvait apprécier un tel homme ? Question existentielle. Elle revint à ses moutons, ou plus précisément aux membres de sa faction.
Le but n’est pas la destruction de la prison. Nous allons y aller pour libérer les prisonniers politiques. Nous pensons que Willhelmina peut y être enfermé. Rien n’est certain, mais puisqu’elle n’est pas au Manoir, c’est notre seconde option. La barrière protectrice n'est pas un souci : ayant été créée par Willhelmina, celle-ci m'a déjà confié le contre-sort il y a un certain temps. Je m'occuperais la détruire. Je me moque qui vous tuez, mais vous ne touchez pas aux membres de l’Ordre et votre objectif premier est de vous diriger vers le dernier étage, là où les prisonniers les plus importants et les plus dangereux sont enfermés. Vous allez être répartis en groupes, pour un meilleur rendement. Vous libérez le plus de prisonniers possible à chaque niveau. Elle posa un dernier regard froid sur ses troupes. Il était temps de commencer.

        Prison d’Azkaban, 15 février 2020 , 19h


Ordre et Héritiers se faisaient à face, tels des chiens de faïence. Malgré les ordres de leurs leaders, malgré leur but commun, on n’oubliait pas si facilement les luttes qui nous animaient, et qui reprendrait dès le lendemain. Mais sensiblement, ce soir-là, Selena Lewis et Lucy Metelli voulaient que tout se passe au mieux. Elles rappelèrent leurs factions –qui n’étaient pas leurs factions en vrai– à l’ordre. Chacun avait son balai à la main, prêt à s’envoler dès que le signal aurait été donné. Selena s’avança, baguette à la main. Les yeux fermés, concentrée, elle s’occupa du contre-sort. De manière informulée, bien évidemment, car il était hors de question que quiconque puisse l’apprendre. C’était leur secret à Wilhelmina et à elle. Elle ne bougea pas les lèvres, mais sa baguette, elle, tournoya, formant de complexes figures dans les airs. Après un temps qui sembla paraître une éternité, une lumière pâle fut émise de toute la prison, avant de s’éteindre rapidement. La protection est tombée. Nous pouvons y aller. Ils pénétrèrent lentement dans la prison, guettant le moindre bruit. Le temps semblait s’être immobilisé, alors que même les gardiens et les Détraqueurs ne bougeaient plus, semblant attendre quelque chose. Alors un déclic se produisit. Et toutes les cellules s’ouvrirent.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 16:52


Informations rp

Informations sur les lieux
ϟ La prison :A cause des invasions survenues avant la prise de pouvoir du Lord noir, Voldemort a jugé bon de réorganiser la célèbre prison sorcière d’Angleterre. Faisant appel à James McKenzy, l’archimage loufoque du Pays de Galles, Azkaban fut rénové de la tête aux pieds sans qu’on ne touche pourtant à l’apparence extérieure. Ainsi, la prison reste une vieille tour du XVIIIème siècle délabrée se plaçant sur 90% du morceau de terre qui lui sert de l’île. L’intérieur de la prison représente pourtant toute la folie de son créateur. Tout repose sur le contrôle de l’esprit et de l’illusion. A l’intérieur, un sortilège de confusion fait croire à tous les sorciers que la prison est constitué par de nombreux étages. Si nombreux qu’on n’arrive pas à tous les compter. Pourtant, en réalité, il n’y en a que 10. Contrairement à l’extérieur, l’intérieur a été bâti en cercle pour une sécurité plus élaborée.

Reprenant l’idée du sorcier Bentham, la prison fut créée sur une forme de panoptique. Toutes les cellules sont individuelles et disposées contre le mur. Au centre, une grande tour de contrôle aux baies vitrées surveille tout ce petit monde grâce à de nombreuses sortilèges et miroirs de surveillance. Si quelques gardes expérimentés observent les détenus bien au chaud et en sécurité dans la tour, des détraqueurs sont chargés de patrouiller dans toute la tour, soufflant leurs âmes putrides et sombres aux prisonniers. Les gardiens n’ont pas besoin de bouger leurs fesses, les détenus sont souvent prisonniers de leur propre esprit à cause de la folie et du désespoir que leurs inspirent les détraqueurs. Plusieurs passerelles relient la tour aux cellules lorsqu’une intervention est jugée nécessaire. Ne tentez même pas de sauter par-dessus pour arriver à l’étage du dessous, l’archimage a fait en sorte que les passerelles ne soient pas accessibles les unes par rapport aux autres sur la hauteur. Vous ne récolterez que d’une chute mortelle. Le seul passage se trouve être l’escalier dans la tour de surveillance. Dansl’exemple visuel, vous n’avez que l’exemple de trois étages. Tous les autres sont constitués suivant le même schéma.
ϟ Vous vous trouvez à l’étage 10 après avoir passé la porte de la prison, et remontez le tout rapidement grâce à votre balais.

Votre équipement
ϟ Un balais utilisé pour gagner la prison en volant, et pour accéder aux passerelles.
ϟ Du chocolat. Tout plein de chocolat pour contrer les effets dévastateurs des détraqueurs.
Déroulement de l’event
ϟ Une alliance s’est formée entre les factions des héritiers et de l’ordre du phénix. Le tout est tenu secret, afin d’éviter les fuites.
ϟ Héritiers, comme membres de l’Ordre du phénix n’apprennent l’imminence de l’attaque qu’une fois l’annonce faite dans leurs Q.G respectifs. La manœuvre est là pour éviter les fuites, mais aussi que les membres ne se posent trop de questions, ou remettent en cause l’attaque. Les deux leaders sont très contestés ces derniers temps.
ϟ Une fois les groupes formés, et les balais distribués ils ont gagné la prison. Là, Selana qui grâce à Wilhelmina, la créatrice du sortilège de protection, sait comment le contrer, va purement et simplement le détruire. Il n’y a dès lors plus de protections magiques du tout.
ϟ Les alliés sont alors rentrés à pied dans la prison avant de grimper à nouveau sur leurs balais pour gagner l’étage qui leur a été attribué.
ϟ Une fois sur les passerelles, le temps semble comme suspendu. Les détraqueurs ne bougent pas, les gardes n’interviennent pas. Tous semblent pétrifier par la rumeur qui gronde et résonne dans les antiques murs. Un déclic sinistre glace tout le monde, celui des loquets des cellules. La barrière magique de protection est tombée, celles de toutes les geôles sans distinction aussi.





♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 19:16

    Azkaban.

    Ce nom lui avait donné le tournis dès qu'il avait été prononcé lors de la réunion des héritiers. Elle avait senti son coeur se serrer et un long frisson lui avait parcourut tout le corps. Azkaban ne signifiait qu'une chose à ses yeux, sa pire peur, son épouvantard à coup sur. Les détraqueurs.

    Ces êtres abjects lui avaient trop prit, elle avait payé de la vie de l'enfant qu'elle portait une promenade innocente un soir de juin. Elle s'était demandée plusieurs millions de fois quelle était la raison de son immobilisme. Peut-être était-elle trop fatiguée, trop heureuse de l'arrivée prochaine de son fils ou rouillée tout simplement.

    Le fait est qu'elle était terrifiée et il avait fallut sentir la main de sa soeur serrer la sienne pour qu'elle revienne dans la pièce et se concentre sur ce qui était dit. Une alliance avec l'Ordre, voilà qui lui arrangeait la vie, elle qui était officieusement des leurs. Pas la peine de se poser trois mille questions si elle croisait ses nouveaux collègues ou faire semblant d'attaquer. C'était au moins ça de prit.

    Heureusement que sa petite blondinette préférée était avec elle, elles avaient transplané ensemble, un balai à la main, prête à s'envoler et à faire leur devoir. La sang pure ne se sentait toujours pas bien, peu certaine d'être capable de faire face à ces monstres mais laisser sa soeur était absolument hors de question quitte à ce qu'elle y passe.

    Ne restait plus qu'à voir qui leur tiendrait compagnie et son coeur rata un battement quand elle reconnut son mari dans le lot. C'était bien sa veine... Nora n'osa même pas le regarder dans les yeux tant les remords et la culpabilité vieilles d'au moins deux années menacèrent de l'étouffer. Elle savait qu'il lui avait répété des milliers de fois que ce n'était pas sa faute mais elle était incapable de se sortir cela de la tête. De plus, il ne fallait pas qu'il s'inquiète, qu'il s'occupe de leur mission et tout devrait bien se passer.

    Le côté positif des choses était son droit illimité de se gaver de chocolat que Cleona lui plaçait dans la main à intervalles réguliers. Le dernier morceau lui réchauffa le ventre et la poussa à sourire légèrement à Thomas avant de se détourner une fois encore, tentant de concentrer autant que possible tout en faisant une liste des choses heureuses de sa vie.

    Cette liste serait autant garante de sa survie que le seraient ses coéquipiers alors elle devait se creuser la tête maintenant avant qu'il ne soit trop tard.

    Sa nomination de préfète en chef, la première fois qu'il lui avait dit qu'il l'aimait avant de l'embrasser, la réception des clés de leur cottage et le baiser qu'ils avaient échangé sous la pluie drue irlandaise, sa nomination de professeur titulaire à Poudlard et c'était tout ce qui se bousculait dans son crâne partagée entre la peur et la joie de ses souvenirs.

      « Reste près de moi Cleo... »

    Et elle avait tellement envie de dire la même chose à Thomas mais rien ne sortit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 21:23

    On allait encore le traiter d’hippogriffe grincheux mais s’il y’avait bien une chose qu’il avait en horreur c’est qu’on le mette devant le fait accompli. C’était justement pour ça qu’il était farouchement contre le régime en place. Il estimait avoir son mot à dire, il estimait surtout qu’on lui demande son avis avant de décider pour lui ce qu’il allait faire de sa soirée. Surtout si les risques mortels étaient au programme… Il estimait ça pour lui, il et c’était valable pour tout un chacun.
    Il estimait surtout qu’un vote aurait été foutument plus démocratique et un petit peu moins dénaturé. Chose certaine, il aurait voté pour l’attaque, mais contre l’alliance. Rien à fiche d’être en sous effectif, ces foutus ‘retourneurs de vestes’ ne manquaient pas d’culot. Quelques semaines plutôt ces imbéciles faisaient ami-ami avec les Ombres, s’en mordaient les doigts et maintenant c’était dans leurs pieds qu’ils venaient se trainer.

    Lorsque ses deux coéquipières et lui avaient vu débarquer les quatre modérés avec qui ils feraient équipe, malgré l’ambiance emprunte de tension et le malaise qui planait autour de cette prison, Thomas n’avait pas put s’empêcher de rire. Mais un rire jaune, sans joie.

    Si jamais il sortait d’Azkaban en un seul morceau et sain d’esprit il allait écrire un livre là-dessus, c’était obligé. Ca s’appellerait « Trois bombes sexuelles, deux adolescentes, ma femme et moi ».
    Quoi que non. Non, s’il sortait de là sans encombre c’était une foutue liste de revendication qu’il allait écrire. Avec des points tels que « la création d’un système de suffrage » et « le port du masque obligatoire ».
    Oui parce que c’était tout bonnement ridicule de faire partie d’un Ordre « secret » si tous les héritiers de passage pouvaient mettre un nom sur son visage ! Et sur le visage de ses deux comparses aussi. Est-ce qu’Evoline n’était pas Infirmière à Poudlard ou quelque chose comme ça ? Est-ce que la rousse incendiaire qui désarmait le sort de protection de la prison sous ses yeux n’était pas … sa patronne ? Et celle de sa femme aussi.

    Car, eh oui ! La jolie petite brune à ses côtés… est-ce que ça n’était pas justement sa femme ?!
    « Bonsoir ma chère, vous ici ? Quelle délicieuse surprise !», par Merlin qu’est-ce qu’il était sensé lui dire ?! « Rentre immédiatement à la maison Nora » ? Certainement pas !
    Ce qui voulait dire qu’il était sensé la laisser rentrer dans cette prison pleine de Détraqueurs, et avec une main dévouée sur le cœur encore bien ! Foutaises…
    Et évidemment, Cleona trainait dans son sillage en bonne petite poupée tueuse qu’elle était. Toute cette histoire avait de sérieux relent de déjà-vu qui le laissait terriblement sceptique quant au dénouement de cette soirée.

    Et comme pour le lui confirmer, à peine avaient-ils posés un pied dans cette maudite prison, produit rocambolesque et pervers d’esprits aliénés, que déjà les choses semblaient prendre une tournure inattendue.
    Cette atmosphère d’attente suspendue semblait comme leur hurler que quelque chose de terrible, de terrifiant, d’atroce allait se passer. Il avait l’impression que d’horribles ombres macabres allaient s’extirper des murs pour les emporter dans les abysses. Ou alors était-ce l’effet d’Azkaban ? Comment savoir ? Comment se fier à son instinct si le simple fait de se trouver ici lui ternissait la raison ?!

    Il mourrait d’envie de se tourner vers Lewis pour l’accuser de les avoir conduits dans un stupide piège. Malheureusement Wallas avait été très clair, pas de bagarre interne. Sans même s’en rendre compte Thomas s’était rapproché de Nora et de sa sœur, sa baguette crispée entre les doigts, prête à cracher un sort au moindre faux pas.


Dernière édition par Thomas A. Macnair le Sam 11 Fév 2012 - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Naïma Zabini
Bitchslap Barbie
Messages : 367 Crédits : © puzzles.
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Glandeuse professionnelle
Faction : Héritiers
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Elle n'a, pour l'instant, jamais réussi à matérialiser un patronus corporel. Juste une brume argentée.
Epouvantard : Elmo de 1, rue Sésame. On leur a montré un épisode de la série pour enfant en cours d'étude des moldus pour leur montrer quelles horreurs regardaient les enfants moldus. Depuis, la petite chose rouge hante ses cauchemars...
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 11 Fév 2012 - 3:13

« Nous allons attaquer Azkaban. »

Non mais… Je suis pas habillée pour là ! J’ai une petite robe signée Carmella et des escarpins de 11 centimètres de chez Class'Pastoc ! Et des bas en laine d’Auroudoudou. D’Auroudoudou ! Je peux juste trop pas les abimer quoi ! On peut même pas rentrer chez nous pour se changer… ?

J’ai boudé un peu, genre trente secondes parce que voilà quoi. Mais j’ai arrêté quand ils ont parlé d’alliance. Là tout le monde s’est mis à crier et tout mais j’ai pas compris pourquoi, j’veux dire c’est bon quoi, il vaut mieux être le plus possible, surtout si c’est pour sauver Wilhelmina. Et puis, c’est pas comme si l’Ordre du Phénix allait nous la faire à l’envers comme ces enfoirés d’Ombres. J’veux dire, ils sont gentils, non ? Oh tiens ! Cleona est là ! Coucou Cleo ! Roh, elle m’a pas vue… Pourtant j’ai bien agité le bras et tout ! Pis comme j’suis grande je dépasse tout le monde. C’est bizarre. Je me suis faufilée jusqu’à elle (en écrasant quelques pieds) et je lui ai fait un gros câlin par derrière. Elle est toute petite c’est juste trop mimi !

J’avais pas peur. De toute façon ce genre de choses ça ne me fait plus peur. Si vous me dîtes que le rose est de nouveau tendance ou que le coiffeur de Carmella a raté sa coupe de cheveux, là oui, je flippe ma race. Mais pas les actions de ma faction. Selena et Caïus c’est des rockstar quoi, leur plan doit être infaillible, j’en suis sûre ! Ils ne nous enverraient pas au casse-pipe de tout façon… Hein ? J’ai attrapé mon balai, mon chocolat et j’ai mis ma face de warrior. Okay, opération Sauver Willie : The Return ! Go go go !

J’ai atterrit dans la boue… Là franchement j’avais les boules, j’avais presque sali ma robe, j’étais toute décoiffée et these stilettos are not made to fly. En plus il faisait froid ! J’aime pas voler de toute façon. Ça froisse les vêtements, ça décoiffe et c’est pas confortable. Cette île est dégueulasse n’empêche. Et pis la tour, elle est immeeeeeeeeeense ! Et, ouf, elle était toute noire. Heureusement d’ailleurs. Fashion don’ts de l’année : porter des vêtements qui jurent avec la décoration de la pièce, c’était dans l’édition de Juin de Sorcière Hebdo. Mais la prison était noire, et le noir ça va avec tout, c’est bien connu. Ça m’aurait tué de devoir lancer un Color Caelo sur ma jolie robe vert sombre. Balai à la main, suivant le reste de mon groupe, je suis entrée dans l’immense bâtisse.

On a atterrit au dixième étage. Moi, Cleona et d’autres gens. J’avoue que je commençais à me sentir bizarre. L’endroit en lui-même était bizarre. J’avais l’impression que ça bougeait moins… Je sais pas, c’était étrange. J’ai sorti ma baguette, mon balai toujours dans la main droite. Je sais pas pourquoi mais je n’arrivais pas à le lâcher, me séparer de lui c’était un peu comme me séparer de ma porte de sortie en fait… Je commençais à avoir les mains engourdies. J’ai soufflé un peu dessus pour les réchauffer et j’ai eu la surprise de voir de la buée s’échapper de ma bouche. « Brrr, il fait froiiid ! HEEEEY ! ÇA RESOOOOOOOOOOONNE ! HEHOOOOOO ! »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

« Behind her starry-eyed love of herself there is a mind struggling to work. She does think about things. When her mind is really working, she could, if led, think on you - even, I suspect, somewhat fondly. I suspect. I don't know. But when she slides back into herself, I mean into the girl who spends two hours a day curling that beautiful hair, it's as if the thinking Galinda walks into some internal closet and shuts the door. Or as if she's in hysterical retreat from things that are too big for her. »


Gregory Maguire - Wicked
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 11 Fév 2012 - 8:51

    Evoline avait assistée à la réunion avec cet homme en qui elle ne croyait plus. Un homme qui se souciait plus des biens matériels que des personnes. Elle lui en voulait et par Merlin, qu’est-ce qu’elle pouvait être rancunière ! Plus il parlait, plus elle ouvrait la bouche un peu comme une débile. Entrer dans Azkaban ? La prison la mieux gardée "normalement" ? Et ce n’était pas que rentrer, mais aussi attaquer !

    Elle était entrain de se dire qu’il devait manquer une case au médicomage pour avoir accepté de faire ça. Une alliance avec les Héritiers ? Et puis c’était quoi ce nom pourri d’abord ? Pas le droit de tuer ? En gros c’est libère ou meurt…génial, mission suicide en gros ! Puis il parla des prisonniers qu’ils connaissaient…Evoline ne risquait pas de libéré grand monde, elle ne connaissait pas grand monde, être coupé du monde a cause d’un mangemort puis enfermée à Poudlard ne favorisait pas vraiment les rencontres. En tout cas, une chose était certaine pour elle, si Drake était enfermé, elle ne le libèrera sûrement pas, limite elle l’enfermerait dans sa cellule.

    Puis il parla du moyen de transport. Elle ouvrit de grands yeux. Voler… « Que Merlin me protège ! » Elle n’avait jamais été douée sur un balai. Oh elle tenait mais…on se demandait parfois par quel moyen. En effet, Evoline avait un peu…le vertige. Elle se dirigea vers son groupe. Elle connaissait vaguement Jane, pour avoir effectué une mission avec elle, elle connaissait Lewis vu que c’était la directrice de l’école. Une des Ó’Broin qui était enseignante, mais c’était tout. Faudra faire avec après tout.

    Les poches pleines de chocolat, baguette bien présente sur elle, elle s’enroula dans sa cape et grimpa sur son balai. Le voyage c’est passé…pas très bien, par deux fois elle avait faillit tourner de l’œil, mais elle se répétait sans cesse, « Ne regarde pas en bas, ne regarde pas en bas ! » Et finalement elle toucha le sol, elle avait envie de se mettre à genou et de l’embrasser. Elle aimait terriblement le contacte du sol sous ses pieds.

    Complètement gelée, elle entra en faisant très attention. Le sortilège était levé mais peut être y avait-il d’autres choses dans le genre ? Elle suivait un joli bout de femme. Qui n’avait apparemment pas toute sa tête. Elle c’était mise en quelque sorte à hurler pour faire marcher l’écho. Qui disait écho disait énormément d’étages. L’infirmière frémit en pensant au vide qu’il devait y avoir. Elle tenta tout de même de prévenir la jeune femme. « Peut être qu’il faudrait se faire discret…a cause des détraqueurs non ? »

    Elle avait peur. Elle n’était pas une Gryffondor, plus une Serpentard qui profitait des faiblesses des autres et…à ce qu’elle en savait, les verts avaient bien le droit d’être trouillards non ? Baguette dans une main, balais dans l’autre, elle était figée à dix pas de l’entrée, n’osant pas bouger. Elle était terrifiée. Terrifiée par ce qu’elle rencontrerait. Dans sa tête défilait les pires créatures possibles. Après tout, elle n’avait jamais mis les pieds ici, elle ne savait donc pas par quoi, hormis les détraqueurs, la prison était gardée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleona A. Ó'Broin
Lutin sautillant
Messages : 413 Crédits : Honeybones ; tumblr
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Etudiante en deuxiéme année de Médicomagie, Service de virulogie et bactériologie magique
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Demiguise : singe gracieux avec de grands yeux noirs mélancoliques cachés derrière de longs poils.
Epouvantard : Le spectre de la mort
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 11 Fév 2012 - 15:39

Trente secondes pour figer une assemblée, trente de plus pour élever ses cris contestataires. En une minute, l’adrénaline monta au nez des Héritiers, un peu plus et c’était leur taux de cortisol qui s’emballait dans des relents fauves de bêtes en cage. Je ne dis pas que mon cœur n’a pas loupé un battement, que mes veines ne se sont pas piquées d’un soudain afflux d’excitation, ni même que mon ventre ne s’est pas retourné d’un coup d’un seul, mais le projet me faisait sourire. Des plans suicidaires et foireux, j’en ai élaboré des millions, mais là, la directrice venait de me coiffer au poteau et de remporter la palme d’or haut la main. Elle avait même réussi à embarquer les Phénix, ces pauvres petites brebis égarées, dans cette jolie mission suicide et là je dois dire... Brillant ! Tout à fait brillant !

Tout près de moi, comme un feu qui se meurt doucement, la présence de Nora s’effaça. Avec un temps de retard, je sentis la main froide de la mort s’abattre sur mon épaule, rappelant à ma mémoire le cœur brisé d’une mère : rappelant à ma mémoire le visage du cauchemar de ma sœur. Je pressai alors de mes doigts un peu trop chauds, les siens un peu trop froids comme pour la retenir de partir à l’orée de notre monde et de celui dont on ne revient pas et aussi fou que cela puisse paraître, je sais que vivre comme une âme errante est possible. Tout comme je sais ce que c’est que de vivre aux côtés de l’ombre d’une sœur. « Je suis là, » murmurais-je doucement dans un petit souffle d’air chaud. Les gens aiment conclure par « Tout ira bien. », moi je préfère m’abstenir. C’est du même niveau que de dire : « Hey ! Saute dans le vide avec moi ! Promis, une fois qu’on touche le fond, on ressort ! »… et ça, ça me donne juste envie de répondre : « Coco, faudrait déjà trouver le fond ! ». Tout en tenant la main de Nora, je lui souriais de ce trait tendre qui des éclats malicieux de mes pupilles bleus ne faisait ressortir que les flocons d’amour quand soudain, tout contact fut brusquement rompu. Des bras fins et graciles au parfum sucré m’avaient enveloppée. « Nanaaaa ! » m’exclamai-je en me retournant pour lui faire la bise les petits doigts levés, bien sûr, parce que c’était « trop in ». Aux poutous de minaudières succédèrent une petite danse de la joie : nous avions été réparties dans la même escouade. Et ça, c’était la cerise de ma forêt noire, c’est-à-dire, la grande classe quoi !

Un premier carreau de chocolat tendu à Nora pour lui donner du courage et PLOP le caveau humide avait laissé sa place à l’îlet morbide d’Azkaban. Première impression : c’est un tombeau dressé à la verticale ! Là, il n’y avait rien : pas de vie et encore moins d’âme ; il n’y avait que le son de l’océan tonnant et battant la rive. La moue boudeuse de Naïma qui dégageait ses talons assassins de la boue me tira un sourire amusé et je dus retenir un petit gazouillement. Chocolat. Chocolat. Chocolat ! Un carreau toutes les dix secondes tandis que Lewis, ma directrice préférée – à qui j’ai fait de régulières visites dans son bureau pour quelques petites escapades et explosions… explosives – levait la barrière magique et si tôt qu'elle eut fini, la posologie monta à un morceau de chocolat à chaque pas. Mes petits yeux curieux se retournaient sur chaque plop – histoire de voir quelle petite brebis allait nous accompagner – et ce fut Thomas qui apparut le premier. « Salut ! » J’avais encore un doute, un tout petit qui relevait plus de l’espoir qu’autre chose et il s’était envolé. Plop. Il pouvait bien être idéaliste ou complètement dérangé, pour l’instant, on était juste des rats dans la même galère. Pour le coup, je refilais une rangée de quatre carreaux à Nora. Ensuite, vint le tour de mademoiselle Newton – l’infirmière- à qui je souris et enfin… Jane. Là, j’avoue, ça m’a fait quelque chose… je ne l’avais pas vue depuis longtemps, notamment à cause de son boulot et Azkaban ce n’était pas vraiment l’endroit où j’aurais aimé la retrouver, aussi je détournais bien vite mon regard d’elle. Derniers carreaux de ma première tablette donnés à Nora et j’enfourchais mon balais une fois le signal donné, bien contente de pouvoir m’envoler.

Les bourrasques de vent fouettaient violemment mon visage, faisaient danser mes cheveux sauvagement dans mon dos, et emportaient à chaque morsure un peu de mon dépit. Coulant un regard sur les autres, loin derrière moi car j’étais montée telle une flèche, je redescendais dans un piqué maîtrisé pour me redresser à hauteur de mademoiselle Newton. « Ne regarde pas en bas, ne regarde pas en bas !» se répétait-elle. « Tout à fait ! C’est un des secrets ! » Levant brièvement les bras de mon balais en signe de paix, je m’approchai doucement d’elle pour ne pas l’effrayer. « Ça va aller, je vais vous aider ! Je sais marquer des buts, mais je sais aussi soutenir mes co-équipiers en cas de besoin, » souris-je, en appuyant mes propos d’un clin d’œil. J’ai peut-être parfois la mémoire courte, mais à l’infirmière, je lui devais bien ça pour tous les jours de ma scolarité passés dans son infirmerie. Une fois arrivées en haut, ce qui ne fut pas une mince affaire, je lui donnais un carreau de chocolat et filais en donner toute une rangée à Nora. Là-haut, ça puait la mort. C’en était étouffant ! J’avais le sentiment oppressant qu’on essayait de me vider de moi tandis qu’une fatigue lassée m’écrasait au sol. Heureusement, Naïma était là, et son jeu d’échos me redonna le sourire. Clic. Mes entrailles s’étranglèrent. Les cellules venaient de s’ouvrir. « Reste près de moi Cleo...» Suffit de demander et je reste. Bon, ce n’était pas comme si j’avais envie de me jeter dans les bras des Détraqueurs pour qu’ils me volent mon premier et dernier baiser, ni comme si les bras de détraqués à présents libres d’évacuer leur cellule me plaisait beaucoup non plus. Baguette levée dans une main, distribution continue de chocolat avec la seconde, j’étais parée quoi qu’il arrive.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 16:21

    Il y avait un espoir. Un mince espoir auquel Jane se rattachait inlassablement depuis l’annonce de Wallas concernant l’attaque d’Azkaban. Tournant légèrement la tête pour voir ce qui faisait rire de la sorte Thomas, Jane aperçut leurs futurs coéquipiers. Etant partie trop longtemps en Chine et ayant fui en Amérique par crainte des revendications des Ombres, elle n’avait pas suivi les derniers évènements et les lettres d’Eireann étaient bien trop concises pour émettre la moindre information concernant les époux Macnair. Pourtant, bien que l’idée de former une alliance avec les Héritiers lui cause de nombreux questionnements d’incompréhension, une seule phrase l’avait interpellé, ralliant le rêve à l’espoir : libérer les prisonniers connus. Combien de sorciers croupissaient-ils en cellule à la limite de la folie à cause des Ombres ? La plupart d’entre eux étaient honnêtes et ne méritaient pas de finir au fond de cette folie latente. Tout ça parce qu’ils « gênaient » une seule personne et ses idéaux. Tout ceci était révoltant ! Le pays était tombé dans une torpeur noire depuis bien trop longtemps mais malheureusement, cette torpeur était organisée et prête à tout…

    Malgré tout, Jane n’était pas rassurée. Si elle espérait secrètement retrouvée Eireann dans les dédales de l’oppressante prison, elle était terrifiée de devoir y déposer un pied. Qui pouvait savoir ce que cachait réellement la prison sorcière ?! Après tout, ce n’était pas l’endroit familier pour passer ses vacances. Les plus jeunes faisaient même parfois des cauchemars et les grands n’étaient pas mieux. Qui pouvait savoir ce que cette lugubre prison renfermait ?! Leurs amis, proches et collègues se trouvaient enfermés là-dedans comme des animaux menés à l’abattoir. Serrant son balai d’une main ferme, Jane tenta de rassembler le peu de courage qu’elle possédait. Les missions d’investigation, elle pouvait gérer mais là… la barre avait été placée bien plus haut. Son autre main glissa jusqu’à l’une de ses poches afin de s’assurer que les carreaux de chocolat étaient bien présents. Si cette gourmandise n’était pas à son goût, elle ne s’en formaliserait pas dans les prochaines heures.

    Une fois entrée dans la prison, leur peine n’en était qu’au commencement. Relevant la tête par curiosité, Jane fut néanmoins impressionnée par l’architecture intérieure du bâtiment. Il n’y avait pas une seule passerelle perpendiculaire, donnant une véritable toile d’araignée tout au long de cette tour. La sorcière grimaça mais le temps n’était pas à la réflexion. Grâce au balai qu’on leur avait distribué, le petit groupe arriva au dixième étage. Posant un pied sur la passerelle, la sorcière ne pût s’empêcher de frissonner d’effroi. Tout autour d’eux, dans des cages contre les murs, se trouvaient les détenus d’Azkaban. La folie avait dû ronger la plupart d’entre eux car ils commençaient à s’exciter verbalement face à l’arrivée des intrus. Pourtant, tout d’un coup, l’air semblait se faire plus lourd et pesant. Comme si la course du temps s’arrêtait littéralement. Glissant sa main dans sa poche, Jane attrapa sa baguette et la serra de toutes ses forces pour éviter que la panique ne prenne le dessus. « Brrr, il fait froiiid ! HEEEEY ! ÇA RESOOOOOOOOOOONNE ! HEHOOOOOO ! » Jane sursauta tellement qu’elle en fit tomber son balai au sol. Se retournant vers la fautive, elle cligna plusieurs fois des paupières avant de réussir à retrouver la parole. « Histoire de ne pas rameuter les gardiens en plus aussi… » continua Jane à la suite d’Evoline alors que son regard glissait sur les surfaces de la prison, à la recherche du moindre geste suspect. Elle remarqua alors l’air figée d’Evoline qui ne semblait pas plus rassurée qu’elle. Compatissante, Jane posa une main sur son épaule tout en lui soufflant des paroles rassurantes : « Ne t’inquiète pas, tout se passera bien… » Optimiste la Jane, très optimiste… Après tout, ils avaient résisté à l’assaut des Ombres… mais la prison abritait des démons plus terrifiants encore que le commun des sorciers…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 18:48

Une fois la barrière levée, tous étaient entrés. Selena n’avait pas fait exception à la règle et les avait suivit. Elle avait déjà entendu parler par Wilhelmina de la refonte de la prison, mais elle n’aurait jamais imaginé quelque chose de si grandiose. Arrivant au dixième étage, elle se posa en douceur. Elle avait entendu le petit déclique et ça ne la rassurait absolument pas. Qu’une greluche se mette à hurler n’arrangeait rien. « Miss Zabini ! Si vous tenez à mourir assurez-vous que vous êtes seule la prochaine fois que vous hurlerez dans un endroit plein d’êtres à qui il manque une case. » Elle était irritée ? Oui énormément. La mission était déjà risquée à la base alors avec des tarés, il n’y avait aucune chance qu’ils en ressortent vivant.

Elle se mit en mouvement vers les cellules les plus proches. « Trouvez les gens de votre faction, qu’on sorte de là. » Mais quand elle vit les portes s’ouvrir, toutes les portes et elle se figea, baguette dans la main droite, balais dans la gauche. Tous les prisonniers sortirent, ils se mirent à courir vers eux, le bruit était énorme, on sentait la panique autant dans le petit groupe derrière elle que devant la foule devant elle. En quelques minutes les prisonniers étaient sur eux. « Protégez-vous ! » Logique ! Elle donna un coup de balais au plus proche, le faisant tomber au sol. Elle espérait que les autres ne se laisseraient pas déborder.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 14:06

    Thomas avait sursauté en entendant la voix de la métisse en talon déchirer le silence épais de la prison. Sa première pensée avait été pour la stupidité dans son principe, et à quel point ce principe pouvait régir la vie toute entière de certaines personnes…
    Une pensée abstraite sur l’ironie de la vie qui déserta bien vite ses pensées lorsqu’une marée de folie envahis soudain le couloir asymétrique dans le quel ils venaient à peine de déboucher.
    Un piège, il avait raison. Il détestait ça mais il avait raison. Un piège des Héritiers ? Certainement pas vu la surprise qui se gravait sur le visage anguleux de Lewis.

    « Protégez-vous ! »

    Pas une mauvaise idée.
    Par réflexe, sans même s’en rendre compte, il avait balancé un premier Everte statum.

    Oui : L’onde de choc crée une brèche dans la nuée folle qui leurs fonce dessus et quelques prisonniers valsent loin en arrière pour atterrir sur d’autres qui s’écroulent.
    Non : Les quelques prisonniers les plus proches se retrouvent projeter contre les murs.


    « Grimpez sur vos balais, ça sera plus simple en altitude » lance-t-il d’une voix forte.

    C’est tout de même principalement à Nora et Cleo qu’il s’adresse.
    Ca le contrarie terriblement qu’elles soient là. Impossible d’avoir l’esprit tranquille, de pouvoir se concentrer sur la mission, ou même sur sa propre sécurité personnelle. Il était condamné à errer dans cette prison avec cette angoisse permanente au creux de l’estomac. C’était une faiblesse, et pas des moindres si l’on prenait en compte la nuée de Détraqueurs qui devait se balader dans ces murs, prêt à exacerber la moindre de ses peurs, à embrasser le moindre fétu de peur à l’intérieur de son esprit qui se consumait déjà bien assez comme ça sans l’influence néfaste de ces erreurs de la magie.

    Thomas enfourche son balai et s’assure qu’il en est de même pour les deux O’Broin. Prendre de la hauteur ne les mets pas complètement en sécurité, les plus grands d’entre eux peuvent encore aisément s’accrocher à leurs chevilles, mais la vue d’ensemble est un avantage non négligeable pour se défendre et disparaitre au plus vite par la même occasion.
    Il en oublie totalement d’observer les visages, d’essayer de reconnaitre qui que ce soit. Peut-être que la chose lui reviendrai en mémoire plus tard, pour l’instant la surprise de l’évènement occulte tout le reste.

    Il pense plutôt qu’il est coincé avec une bande de prisonniers torturés de l’intérieur depuis on ne savait quand, certains étaient effectivement des victimes du système, d’autres en était le fardeau. Des êtres malades avant même de mettre le pied à Azkaban, et qui avaient eut ici tout le loisir de faire mijoter leurs vices et leurs travers malsains.
    Et lui en tant que seul homme du groupe voyait se profiler quelques dangers aux quels ces demoiselles n’avaient peut-être pas encore songées…

    Il se mettait trop aisément à la place de quelqu’un qui avait croupi dans une cellule humide et puante de pisse durant des mois. Même le plus sain des hommes avait déjà du mal à se remettre d’une expérience pareille… alors si l’ont rajoutait à cela les Détraqueurs ? …
    Qu’est-ce qu’un être brisé de cette manière allait bien pouvoir faire à une petite chose comme cette Zabini une fois qu’il aurait mit la main sur elle, sur sa petite robe, ses petits talons hauts et son minois naïf ? Ou sur Cleona et son visage d’enfant, ses cheveux d’ange ?
    Ou sur Nora…


Dernière édition par Thomas A. Macnair le Lun 13 Fév 2012 - 14:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 14:06

Le membre 'Thomas A. Macnair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 15:58

    L'irlandaise reconnaissait parfaitement le mal être ambiant, c'était l'exacte même sensation qu'elle avait ressenti un peu plus de deux ans plus tôt avant de perdre connaissance et de mieux se réveiller pour vivre son pire cauchemar. Mais à sa surprise, ce ne fut pas une horde de détraqueurs qui surgit du noir, mais une jolie masse de prisonniers comme seul Azkaban pouvait créer.

    Immédiatement ses doigts se refermèrent sèchement sur sa baguette et ses réflexes qu'elle croyait perdu pour de bon dans cet endroit maudit refirent surface. Du moins, ce fut avant que son mari s'envole, ce n'était pas une mauvaise idée, c'était même plutôt logique. Ils avaient des balais, c'était parfait même si elle était plutôt mauvaise. Elle était pourvue de deux jambes et non pas d'ailes pour une très bonne raison.

    Le sort de Thomas projeta certains de leurs attaquants contre les murs mais ils étaient toujours nombreux malgré les sorts qui jaillissaient en cascade de toutes les baguettes. Ils étaient actifs, c'était déjà de gagné. Elle même en rata quelques uns, elle était minable sur ce balai et son choix fut bien rapidement fait quand elle remarqua un coin du couloir déserté des attaquants qui se jetaient sur eux.

    Elle accéléra drastiquement la cadence, dépassa ses compagnons et atterrit plus loin. Comme elle l'avait prévu, les plus proches se retournèrent vers elle pour s'approcher dangereusement. Mais cette fois elle saurait viser correctement, au corps à corps elle était perdu mais pourvu d'une baguette Nora était excellente.

    Cleo avait déserté son esprit, il en était de même pour Thomas, tout ce qui comptait c'était l'adrénaline qui coulait dans ses veines. Il n'était pas des détraqueurs et malgré leur nombre, elle comptait bien leur faire manger la poussière. Pas de demi mesure, la sorcière savait parfaitement ce qu'elle voulait faire et se fichait des conséquences. A dire vrai, elle n'y pensait même pas.

    Une colère sourde battait ses tympans qui l'empêchait d'avoir peur, tout s'était envolé, il n'y avait pas de monstres qu'elle redoutait tant. De simples humanoïdes faits de chair et de sang, tout comme elle et il n'était pas question de montrer la moindre merci car eux n'en montreraient pas. Peu importe ce qu'ils aient pu faire dans leur vie d'avant, cela n'était pas son problème.

    La sang pure leva sa baguette et prononça un simple sort qui allait atteindre le combattant le plus proche.

      « Avada Kedavra »

    L'éclair vert surgit de sa baguette, en faisant reculer quelques uns. Restait à voir si cela allait fonctionner, c'était loin d'être certain vu le chaos ambiant.


Oui : le sort tue l'homme instantanément et lui laisse un peu de répit.
Non : le sort ricoche, attention à vous et La jeune femme doit se bouger avant qu'ils soient tous sur elle
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 15:58

Le membre 'Ailionora Macnair Ó'Broin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 17:06

Cléona, ancienne élève, elle l’avait connue. Sur le balais elle avait bien eut besoin d’elle. C’était réconfortant, même si elle ne pouvait pas faire grand-chose. Jane, charmante femme qui savait réconforter…même si elle avait violemment sursauté lorsqu’elle avait posé sa main sur son épaule. Elle n’eut pas le loisir de se rassurer, le chef du groupe, Selena, son employeur, avait décidé de s’approcher des cellules. Quand elles se sont ouvertes. Evoline lâcha un cri de surprise devant tous les prisonniers qui accouraient. Se protéger ? C’était bien beau oui ! « Everte statum ! » Elle jeta le sort devant elle, elle essayait de faire reculer les assaillants.

    Dé : Le sort fonctionne-t-il ?
    Oui : Devant elle la place est un peu dégagée, repoussant les prisonniers.
    Non : Louper. Evoline se fait bousculer dans la panique des prisonniers et le sort fuse un étage plus haut.


Louper, complètement loupé. Elle a été bousculée et le sort est partit dans les choux. « Sorcier ! Sorcier ! » Une chose qui devait être un sorcier et qui puait complètement se jetait sur elle. Elle ouvrit de grands yeux. Il était trop près pour un sortilège. Bien campée sur ses deux jambes, elle tint son balai des deux mains et quand il était assez proche, elle donna un grand coup avec le manche. Elle entendit un craquement lors du choc et vit la chose partir sur le côté et tomber. « Je suis désolée. » Elle ne pouvait s’empêcher d’être désolée, de les plaindre et tout, mais il fallait qu’elle se protège, elle n’avait pas le choix, elle ne savait pas pourquoi ils étaient enfermés et elle ne voulait pas mourir ici.

Elle vit une des personne du groupe, elle ne le connaissait pas vraiment, voler dans les airs. Il était nettement bien placé, mais elle ne le suivrait pas, plutôt mourir ! Prête à accueillir le prochain prisonnier, du coin de l’œil elle vit une touffe de cheveux blonds. Elle était un peu parano, il est vrai, les blond avec des cheveux un peu long la faisait complètement flippé. Elle tourna violemment la tête, sentant une douleur dans la nuque. C’était lui. Elle en était certaine. Décharné, les cheveux plus long encore qu’avant, les habits en lambeau, mais c’était lui. Elle se figea pétrifiée, terrorisée, il ne devait pas le voir ! Mais elle ne devait surtout pas le perdre de vue. Il devait mourir ou se retrouver en prison, enfermé au plus profond possible. Elle ne voulait plus le voir, elle ne devait plus le voir, il devait mourir, sinon c’était elle qui mourrait, elle le savait, elle le sentait et elle en était terrorisée. Il a levé la tête. Il poussait les autres, cherchant non pas à fuir à l’aveuglette mais attaquer les sorciers pour prendre quoi…la baguette ? Le balai ? Elle ne savait pas. Elle se prit un coup d’un prisonnier, elle chuta. On trébucha sur elle, elle repoussa le corps puant, elle se prit un genou alors qu’elle était assise a terre. Elle posa sa main sur sa joue. Paniquée à l’idée de l’avoir perdu de vue, elle le chercha. Inconsciemment elle murmura son prénom. « Drake » Ce n’était pas un cri du cœur, pas un appel, plus une sorte de plainte, un murmure angoissé.

Ce ne fut pas elle qui la vu, se fut lui le premier. Il était figé, parmi la foule. Elle le vit enfin. Il était là figé, il la regardait. Elle le regardait, elle tremblait. Il était étonné, surprit. Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Qu’est-ce qu’il faisait là ? Pourquoi était-il enfermé ? Pourquoi était-elle à Azkaban ? Tous les deux se posaient des questions. Mais Evoline, se releva prestement et vérifia qu’elle ne risquait rien, tout en le gardant à l’œil.


Dernière édition par Evoline M. Newton le Lun 13 Fév 2012 - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 17:06

Le membre 'Evoline M. Newton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 23:31

    C’était une blague ?! Si c’était le cas alors elle était très mauvaise. A peine avaient-ils posé un pied sur la passerelle blanche de ce trou-à-botruc que les portes des cellules s’étaient ouvertes. Cela semblait surprendre autant les membres de l’Ordre que les Héritiers. C’était un bon point. Par contre, les détenus semblaient eux aussi surpris. Pourtant, la plupart d’entre eux sautèrent rapidement sur l’occasion pour passer une tête en dehors des cellules et vérifier qu’ils n’y avaient pas de piège. Rien qu’à voir leurs figures et leurs démarches, on pouvait sentir que la notion de liberté avait été éloigné bien loin de leurs esprits… jusqu’à très récemment. Pourtant, ils ne semblèrent pas hésiter le moindre instant lorsque l’un d’entre eux cria qu’ils étaient libres. Un léger coup d’œil en arrière indiqua à Jane que le seul moyen pour eux de partir… était de foncer à travers eux. Gloups !

    A l’entente des sortilèges lancés, l’irlandaise comprit très rapidement qu’elle n’aurait pas le choix. Elle sera obligée de se défendre et la vision des personnes sortant des cellules lui donnaient la chair de poule. Protégez-vous ? Non sérieusement ? Ravalant son sarcasme, Jane tira sa baguette et observa les alentours. Ils ne pourraient jamais tous les arrêter mais en même temps, elle n’était pas du genre à faire tout exploser. Pourtant, n’était-ce pas la seule solution ? Au moins, ils ne pourraient plus passer… Ils n’avaient aucune sortie. Ils ne pouvaient ni avancer, ni même faire demi-tour sans tomber sur des détraqués. Hors, parmi eux se trouvaient surement ceux qu’ils étaient venus chercher… Comment faire ? Réfléchis Jane, réfléchis… Se faisant bousculer par les premiers arrivants, Jane fut projetée contre la rambarde et dût l’attraper fortement afin de ne pas tomber en roulant par-dessus. A ce rythme-là, ils finiraient tous par tomber par-dessus bord ou alors par être piétiné par les détenus. Alors que les autres semblaient être déterminés et au moins tentés de se défendre, Jane remarqua qu’Evoline s’était stoppée. Avait-elle vu quelqu’un qu’elle connaissait ? Après tout, n’étaient-ils pas venus ici pour chercher les leurs ? Comment les reconnaître parmi tous ses détraqués ?! Jouant des coudes pour se hisser jusqu’à l’infirmière, Jane n’arrivait pas à sa hauteur. « Evoline ! Bouge de là ! » A force de rester inactive, elle finirait par se faire heurter de force voire même tuée.

    Il fallait faire quelque chose, bordel ! Après s’être prise une droite surement involontaire car le détraqué partait déjà en direction de l’escalier, Jane tira sa baguette pour lancer le premier sortilège censé qui lui passa en tête. Focalisant la fin de la passerelle et ces deux plots, elle lança un « Firma Exitum ». Elle fixait tellement le centre qu’elle en aurait eu le tournis si elle ne se concentrait pas autant. Le sortilège résidait dans la concentration mais avec tous ces barges autour d’eux qui leurs fonçaient dedans, en aurait-elle assez ou le moindre coup la laisserait patente ? Il fallait fermer cette brèche pour pouvoir réfléchir à la façon de contacter les autres…

    Dé n°1 :
    Oui : le sortilège fonctionne durant ce tour seulement. Un mur invisible se crée et stoppe les détenus qui foncent dessus et se cognent. Cependant, dès le tour suivant, il y aura eu trop de choc.
    Non : Un gros bourrin de détenu fonce dans la mince petite barrière invisible et la fait éclater, laissant les autres plus verts de rage et remarquant que les nouveaux arrivants ont des baguettes…

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 23:31

Le membre 'Jane E. Callaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Naïma Zabini
Bitchslap Barbie
Messages : 367 Crédits : © puzzles.
Age du personnage : 21 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Glandeuse professionnelle
Faction : Héritiers
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Elle n'a, pour l'instant, jamais réussi à matérialiser un patronus corporel. Juste une brume argentée.
Epouvantard : Elmo de 1, rue Sésame. On leur a montré un épisode de la série pour enfant en cours d'étude des moldus pour leur montrer quelles horreurs regardaient les enfants moldus. Depuis, la petite chose rouge hante ses cauchemars...
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 2:29

Oups. J'ai plaqué mes mains contre ma bouche comme pour ravaler ma connerie et j'ai bafouillé un " Désolée ! " Je me sentais tellement débile que j'en avais envie de rire, mais tous les cliquetis m'en dissuadaient. Hum.... Ça faisait partie du plan ou bien ... ? Enfin, j'veux dire, c'était prévu que toutes les cellules s'ouvrent ? Non parce que sinon, on était un peu dans la merde. Il faut dire qu'être pile entre une foule de prisonniers avides de liberté et la sortie, sur une passerelle encore plus étroite que les corsets de Cassandra Montague dans Salem Witch Trials, pas besoin d'être une lumière pour comprendre que ce sera plus difficile de s'en sortir que de faire un plan de table pour une réception chez tata Carmella. Encore que...

" Grimpez sur vos balais, ça sera plus simple en altitude "

Pas bête ! J'ai serré mon balai contre moi, prête à l'enfourcher, quand un type hyper chelou m'a sauté dessus. Si ça se trouve il était super gentil, hein ! Mais bon, avec ses dents pétées et ses yeux injectés de sang, il avait l'air complètement taré. " File-moi ton balai, pétasse ! " Okay, je retire ce que j'ai dit, il était aussi sympa qu'il était beau à regarder. C'est à ce moment-là que Monsieur Mignon-Mignon m'a donc gentiment plaquée contre la rambarde. Une haleine de dragon qui a une angine, un bout de métal enfoncé dans le dos, la moitié du corps qui pend à je-ne-sais-combien de mètres au dessus du sol... Que demander de plus ? " Mais... Mais lâche-moi ! " J'ai réussi à pointer ma baguette vers lui et j'ai gueulé " Obscuro ! "

Lancer de dé :
 

SHLACK-SHLACK ! Les yeux recouverts d'un épais trait de peinture noire, Monsieur Pabo est désormais le sosie parfait d'un raton-laveur. Après un coup de paume en plein dans le torse pour le repousser, j'ai commencé à lui gueuler dessus, en ponctuant un mot sur deux par un coup de manche à balai " Nan mais ça va pas d'agresser les gens comme ça, pauvre tache ?! " " Aaaah ! Désolé ! Désolé ! Désolé ! " Clack ! Une grosse gifle dans sa face ! " Et ça c'était pour le "pétasse" ! " Et là, il s'est juste mis à... pleurer. " Désolé... Je veux seulement partir ! " Oh. Ses larmes commençaient à faire couler la peinture noire. Avec l'expérience, on apprend à plus ou moins pleurer vers le haut pour éviter de faire couler son maquillage, mais bref, c'était pas la question. Il me faisait de la peine, bichette. J'veux dire, il avait l'air vraiment triste quoi. Et puis il était chou... Un peu. Enfin, j'suis sûre que si on lui faisait une coupe de cheveux, qu'on lui arrangeait les dents, qu'on lui donnait un bain et qu'on lui payait des fringues, il serait presque mignon-mignon ! " La sortie c'est par là... " Ma voix s'était radoucie alors que je le poussais légèrement vers la tour centrale. Sauf que, toujours aveugle, il s'était pris la rambarde d'en face. " Nooon, par là ! " " Mer... Merci... " Il avait dit entre deux reniflements alors que je le remettais dans le bon chemin. Pas une seconde je m'étais dit que c'était peut-être un dangereux psychopathe qui tuait les bébés chats. Non, j'étais beaucoup trop contente d'avoir fait ma BA du jour pour penser à ce genre de choses.

Sauf que voila, pendant tout ce temps, j'avais pas remarqué que tous les autres prisonniers s'engageaient sur la passerelle. Merde merde merde ! Il fallait que je dégage d'ici. Bon, je crois qu'à certains moments il faut abandonner la subtilité et passer à la méthode Caïus ! J'ai commencé à remonter à contre-courant la marée de fugitifs, les yeux fermés hermétiquement, en balançant des coups de balai à droite et à gauche en hurlant comme une damnée " LAISSEZ-MOI PASSER ! LAISSEZ-MOI PASSER ! LAISSEZ-MOI PASSER ! " J'avais finalement réussi à atteindre les cellules (pfiou, finies les passerelles de la mort !) quand j'ai remarqué que certains gens de mon groupe étaient sur leur balai.

Ah. Oui, effectivement, c'est vrai qu'au lieu de me servir de mon balai comme d'un chasse-bétail j'aurai pu m'en servir comme d'un balai volant. C'est vrai aussi que c'était le plan à la base mais quiiiii n'a jamais oublié l'anniversaire d'une grand-tante ou bien d'acheter de la nourriture pour le nubbin ? Hein ? Bref, j'ai enfourché le mien et commencé à faire des cercles au dessus de l'attroupement en cherchant Cleo du regard, que j'avais perdue de vue avec tout ce tintouin, et en assenant des coups de talon aiguille dans les mains des prisonniers qui s'approchaient d'un peu trop près de mes chevilles, alors qu'une de mes camarades scellait la passerelle pour quelques minutes. Merde ! J'aurai dû rester là-bas en fait ! T'façon je fais tout de travers, c'est pas nouveau...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

« Behind her starry-eyed love of herself there is a mind struggling to work. She does think about things. When her mind is really working, she could, if led, think on you - even, I suspect, somewhat fondly. I suspect. I don't know. But when she slides back into herself, I mean into the girl who spends two hours a day curling that beautiful hair, it's as if the thinking Galinda walks into some internal closet and shuts the door. Or as if she's in hysterical retreat from things that are too big for her. »


Gregory Maguire - Wicked


Dernière édition par Naïma Zabini le Mar 14 Fév 2012 - 3:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 2:29

Le membre 'Naïma Zabini' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleona A. Ó'Broin
Lutin sautillant
Messages : 413 Crédits : Honeybones ; tumblr
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Etudiante en deuxiéme année de Médicomagie, Service de virulogie et bactériologie magique
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Demiguise : singe gracieux avec de grands yeux noirs mélancoliques cachés derrière de longs poils.
Epouvantard : Le spectre de la mort
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 13:19

Distribution de chocolat continue ? Ou pas. Le tambour cadencé d’une marche funèbre roulait des mécaniques faisant vibrer chaque pierre de ce qui allait bientôt être notre tombeau. Comme quoi la première impression est toujours fatidique ! « Protégez-vous ! » Ha ha ! La directrice me faisait bien rire, elle et son petit minois anguleux tout étiré d’une stupeur effrayée. On nous envoyait au casse-pipe et on allait se laisser trucider sans opposer la moindre résistance peut-être ? Enfin bref. L’ordre de Thomas retentit, électrifia mes neurones, et mon balais retrouva ma main gauche dans un accio informulé. Quelques barbares à têtes de gobelin tentèrent de s’y accrocher, ce qui leur valut des coups de pieds en plein sur le crâne tandis que je prenais de la hauteur. Non mais oh ! Les passagers clandestins ne sont pas autorisés ! Y en a un qui avait l’air de ne pas trop avoir compris le message – moi qui pensais qu’une cellule était propice à la réflexion ! – et de ses doigts rugueux et crasseux tira ma cheville. Je plissais mes lèvres d’un sourire suffisant, m’emparais de son regard pour l’y laisser deviner mes intentions et pour peu qu’il y vit quoique ce soit, je sentis sous la pression de ses doigts la peur s’insinuer en lui alors qu’une étincelle arrogante dans ses yeux défia mon regard. « C’n’est pas un parc d’attraction ici, poussin ! » Etait-ce ma crinière blonde qui lui donnait l’impétuosité de me prendre de haut ? Ou était-ce mes traits encore marqués par l’enfance qui lui donnaient l’illusion que je ne faisais que bluffer ? « Endoloris ! » Son regard éclata d’un étonnement franc avant de s’écarquiller d’horreur et je laissais s’épancher à travers ma baguette tout le dégoût que sa petite carcasse répugnante m’inspirait. L’on ne touchait pas impunément à une O’Broin. Quand je le vis se tordre comme un vers, puis s’écraser comme un vulgaire insecte, je relâchai d’un mouvement sec mon emprise sur sa petite dépouille insignifiante. Effondré en plein milieu du passage, quelques prisonniers trébuchèrent sur lui dans leur course et sur un petit sourire narquois je m’écartais légèrement du sillage de ces malheureuses bêtes.

Un éclair vert interpella mon regard. Nora. Un instant j’en eus le souffle coupé. J’avais vu Nora sous bien des visages, mais jamais je ne l’aurais cru capable de tuer de sang froid avec si peu de vergogne. Enfin tuer. Pour le coup c’était un bel échec. « Aegio », formulais-je instantanément dans mon esprit que je concentrais sur la sorcière quand on tira un coup sec sur mes cheveux. Si j’en avais ces petites ordures humaines me briseraient les puffapod ! Passant mes doigts sous ma ceinture, j’en retirais une lame - qui en temps normal me servait à couper des racines pour mes potions - et d’un geste sec coupais ma chevelure. Un traitement à la potion capillaire sauverait la longueur de mes mèches perdues ! Il n’empêchait que ces malfrats allaient payer ! Ils n’avaient pas vu leur joyeux compagnon s’agenouiller devant moi ? Heureusement pour eux, là tout de suite, j’avais bien autre chose à faire que de les plier à mon supplice, aussi je me contentais de provoquer mon agresseur qui courait encore après mon balai. « Tu peux toujours courir derrière un éclair de feu, mon gros ! » Sur ce, je filai sur Nora et la giflais violemment. « Bordel de goule en slip de bain ! Monte sur ton balai ! Et plus vite que ça ! » Non, mais franchement quoi ! On allait quand même pas tous las avada kadavriser parce que madame avait perdu la tête ! Quand ma sœur enfourcha son balai, je la pressai de rejoindre les autres tout en cherchant Naïma. Je suis à peu près sûre que ses talons aiguilles ont servi à éborgner quelques mains baladeuses. Me retournant vers Nora, je lui tendis un morceau de chocolat. « Ca va ? T'as les idées claires maintenant ? Parce que là y a besoin que tu utilises tes brillants neurones pour réfléchir ! »


Spoiler:
 



Dernière édition par Cleona A. Ó'Broin le Mar 14 Fév 2012 - 19:38, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 13:19

Le membre 'Cleona A. Ó'Broin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 20:18

Selena se débattait avec les prisonniers qui venaient sur elle. Elle en assomma un avec son balai. On ne se frotte pas à Mrs Lewis ! Macnair, c’était lui, elle l’avait reconnu à son timbre de voix et vu que c’était le seul homme…Bref, il proposa de voler. Très intelligent pour les éviter. Mais les détraqueurs seront plus près de nous. Selena refusait pour le moment de décoller. Un avada fut jeté. Elle ne sut si une personne était touchée, quoi qu’il en soit la personne qui l’avait lancé, avait-elle regardé s’il faisait partie de leur faction ? Puis les prisonniers ne purent venir. Bien, une très bonne chose de faite. Un instant de répit. Elle lança un Difindo à un homme qui se trouvait du mauvais côté et qui la gênait plus qu’autre chose. Blessé il s’enfuit. « Ceux qui sont dans les airs, rendez-vous utile pour trouver Wilhelmina. » C’était plus un ordre qu’autre chose. De l’autre côté du mur, elle vit l’autre greluche seule, entourée de prisonniers. Elle désespéra. Comment comptait survivre la Zabini si elle ne réfléchissait pas un peu. Elle en vit une autre qui semblait aussi immobile qu’une statue, Newton, l’infirmière. Selena désespérait vraiment maintenant. N’avait-elle que des empotés avec elle ? « Newton ! On se bouge ! Vous n’êtes pas là pour admirer l’architecture ! »

« Pétasse ferme ta gueule et donne moi ta baguette. » Un colosse. Voila se qui se tenait devant elle. À s’occuper d’une incompétente, elle se mettait en danger. « Je vous demanderais plus de respect. » Tenter de parlementer ? Inutile. Et il le lui fit savoir en tendant le bras et caressant plutôt violemment la joue de la directrice. Elle répliqua très sèchement. « Endoloris ! » Il fut à genou. Elle avait atteint la zone d’énervement. « Vous allez le regretter. » Elle avait murmuré entre ses dents. Il criait sa douleur. Elle mit fin à la torture par un avada informulé et cracha sèchement « Tu ne lèveras plus jamais la main sur une femme. »

Le mur se brisa et se fut de nouveau la ruée des prisonniers. « Ils ne veulent que fuir. » Pour la plupart pensa-t-elle. « Laissez les partir. » Elle se dit que la police magique aura bien du boulot pour tous les rattraper. Mais au moins, ça les occuperait.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 2:02

    Son père aurait dit « voilà ce que c’est de laisser le commandement à une femme ! ». C’est certainement ce qu’il devait être entrain de se dire là, maintenant, Thomas pouvait presque l’entendre. L’entendre maudire Lewis et tous les Salamander qui bafouaient leur héritage, et laisser de côté l’espace d’un instant ses manières de grand homme et son parlé si courtois d’anglais de bonne famille.

    …Juste avant de s’épancher sur le Lord une fois de plus, et de servir à qui veut bien l’entendre se plaindre, le discours habituel de l’ancien Mangemort qui regrette le bon vieux temps.
    « The good old-fashioned way », quand il suffisait de barioler le ciel d’un crâne qui vomi un reptile pour créer peur et panique. « Des sang-purs qui tuent des sang-purs… une hérésie ! D’un côté je suis presque content qu’il soit mort, ça lui aurait brisé le cœur », ce a quoi Thomas répondait « Par toutes les goules de l’enfer Père, vous n’allez tout de même pas essayez de me faire croire que cet homme là avait des organes ?! » Pas lorsqu’on savait qu’il avait vécut quelques temps à l’arrière d’un crâne…
    Son père trouvait ça admirable « une telle ténacité ! », Thomas lui, trouvait cela tout simplement répugnant.

    Pourquoi songeait-il à cela ? Les élucubrations sectaires et bornées de son très noble père ? Et bien parce qu’il incarnait aux yeux de Thomas la faction toute entière. Lorsqu’il entendait les mots « modérés », « héritiers », « Lord », « sang-purs », c’était le visage sévère de Rogan Macnair qui flottait au dessus de lui, et c’était l’écho de sa voix froid qui venait résonner quelque part dans son crâne. Tous ces discours inspirés qu’il lui avait rabâchés, encore et encore, et toutes ces fois où il lui avait assuré que servir le Lord était la plus grande fierté de sa vie. Tellement fier d’avoir suivit l’histoire depuis le départ, tellement fier de l’avoir connu personnellement, et sans cesse à remâcher les mêmes petites anecdotes glorieuses – et morbides pour la plus part.

    Et aujourd’hui, Thomas les observait, les regardait faire, ces héritiers, tellement fiers et tellement nobles, … du rouge pour la douleur, et du vert pour la mort, c’était leurs seules réponses face à la débâcle. C’est tout ce qu’on leur avait apprit après tout. La loi du plus fort, œil pour œil, dent pour dent, le sang pour le sang, un frère pour un frère, se soumettre ou mourir.

    Par Merlin comme Ethan avait bien fait de ne pas venir !
    L’explosion du Manoir avait déjà fissuré son allégeance à l’Ordre, comment aurait-il réagit de devoir faire alliance avec des personnes qui n’attendaient même pas dix minutes avant de balancer un Avada… ?

    C’aurait été tellement simple, de grimper sur les balais pour rester hors d’atteinte, de les laisser se fatiguer sous leurs pieds, d’éloigner les plus belliqueux de quelques sorts bien placés tout en scrutant les visages pour tenter de reconnaitre l’un d’entre eux. Vu la situation actuelle, Thomas ne sait même plus vraiment pourquoi ils sont là. La cohésion de groupe est impossible, l’équipe est déjà totalement dispersée, les prisonniers débordent de partout et fuient droit devant, puisqu’ils n’ont guère d’autres choix.

    Le plus important pour lui est donc que tout le monde ressorte en vie de cette bâtisse infernale. Même si l’idée semblait utopique, leur meilleur chance de s’en sortir était de faire front ensemble.
    A commencer avec les deux irlandaises qui flottaient dans les airs un peu plus loin. D’une glissade silencieuse, il les rejoignit et se posta de l’autre côté de Nora, les entrainant à sa suite vers Evoline qui était la plus proche, au sol, et en position de faiblesse.

    « Est-ce que quelqu’un à reconnu qui que ce soit où est-ce que l’on perd vraiment notre temps ici ? » grogna-t-il en pointant sa baguette vers une prisonnière à l’œil particulièrement hystérique et qui parlait au mur à deux pas de la jeune infirmière…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ailionora Ó'Broin
Messages : 1043 Crédits : Billie
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Directrice des Serpentards - Professeur de soins aux créatures magiques
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Chauve souris
Epouvantard : Les Détraqueurs
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 12:57

    Cette violente gifle de sa sœur était probablement la meilleure idée qu'elle ait eu depuis bien longtemps. Nora ne se sentait pas bien, son estomac était totalement retourné et son cœur se serrait un peu plus à chaque instant. Elle n'aurait pas du être envoyée ici, c'était une terrible erreur de ne pas avoir refusé cette mission avant de transplaner à la maison pour respirer un grand coup.

    Azkaban était le nid de ses pire cauchemars, aucune personne saine d'esprit ne souhaitait s'y rendre, c'était bien connu mais elle encore moins. Si elle n'avait pas été victime de 'l'accident' deux années plus tôt, la donne serait très différente mais malheureusement ce n'était pas le cas.

    Maintenant qu'elle était coincée là, il y avait deux choix à faire : laisser tomber sa garde et mourir à coup sur, emportant probablement avec elle quelques uns de ses alliés qui tenteraient l'impossible ou s'accrocher comme une dératée à ce qui lui restait de bon sens.

    Cleona avait raison, elle était brillante et maniait sa baguette avec dextérité. Il ne fallait pas qu'elle se laisse happer par tout ce qu'il y avait autour d'elle. Aussi, l'irlandaise ferma ses yeux un instant, respirant avec lenteur, tentant de se couper du chaos ambiant avant de les rouvrir et de déglutir avec difficulté.

    Thomas était à côté d'elle, ils n'avaient pas échangé une parole depuis qu'ils s'étaient vu. Et c'était surement pour le mieux. Elle espérait aussi qu'il n'ait pas vu ce qu'elle venait de faire et la gifle que Cleona venait de lui asséner car il y avait à parier qu'il n'apprécierait pas. Sa question la sortit de ses songes à point nommé.

      « Non, personne de chez nous... »

    Ce 'nous' qui était pour les Héritiers alors qu'elle faisait partie d'une autre faction fit s'immiscer un frisson coupable quand elle posa les yeux sur sa si jolie petite poupée blonde. Elle finirait par le lui avouer un jour mais du temps allait se passer avant la révélation. Hors de question de mettre qui que ce soit en danger, avec un doloris on pouvait faire parler un tas de personnes.

      « Il faut qu'on avance et qu'on reste groupé un minimum... »

    Elle ne comptait plus trop lâcher sa soeur de toute manière, autant se fixer un objectif à tenir. Son très cher Père serait si fier d'elle mais cela n'était malheureusement plus vraiment réciproque. Quelque chose s'était brisé pour de bon, et il suffisait de voir les action de Cleo pour comprendre ce qu'il devait prêcher à la maison.

    Nora fourra une main dans sa poche et en sortit un gros morceau de chocolat qu'elle engloutit en quelques secondes à peine avant d'avancer un peu... en espérant que ça suive.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe VI
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Azkaban