ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe V



 



ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe V
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Azkaban
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 16:49


ϟ Liberate me ex inferis ϟ

« Sauvez-moi de l'enfer. »
GROUPE V

Bexie B. Bletchley, Daphné I. Wallas, Jayze Newburry, Leo Elensar, Lucy Metelli, Noah Zahid Maxwell & Zakary Cooper
Informations Hors Rp

ϟ Pour cet event nous changeons un peu notre façon de procéder pour certains groupes. Afin de varier un peu nous laissons un peu de côté la dynamique de duels exploitée lors des deux derniers event. On ne l’abandonne pas complètement, on change juste un peu. Cette fois-ci vos ennemis sont des PNJ, des PNJ qui prendront différentes formes selon votre avancée dans le lieu qui vous a été attribuée.
ϟ L’event dure trois semaines IRL.
ϟ Un tour ne dure que 48h . A partir du moment où le PNJ a posté vous avez 48h pour répondre, sans quoi votre tour sera passé.
ϟ Au bout de 3 tours manqués vous êtes exclus de l’event. Votre personnage sera alors blessé au point d’en être inconscient pendant toute la durée des combats. Etre exclu entraine également une perte de points pour votre faction. Chaque abandon fait perdre 3 points à votre faction.
ϟ Vous serez prévenus par mp à chaque fois que ça sera à votre tour de RP.
ϟ Des sujets de flood ont été créés pour vos groupes, afin que vous puissiez discuter des scenarii, tactiques ou autre que vous souhaitez développer durant cet event.
ϟ Si vous avez des questions, il faut les poser dans ce sujet Pas dans le Flood, ni sur la CB, ni par MP ! Uniquement dans le SAV !
Réglementation des combats
ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 sort offensif et un 1 sort défensif par rp.
ϟ Pour chaque sort offensif ou défensif lancé, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si le sort fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble dans la mesure où ça ne vire pas au grosbillisme. Le dé ne doit pas être une excuse pour l’anti-rp.
ϟ Pour ce qui est des PNJ qui vont être placé sur votre chemin, le nombre de lancers de dé va varier selon leurs forces et leurs talents. Le nombre de lancers nécessaires vous sera indiqué à chaque arrivée de nouveaux PNJ.
ϟ En ce qui concerne les sorts de soin le lancer de dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires tels que Hudson Higgs, Nathaniel Hansen, ou Elie Bright.
ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, et sans avoir à lancer le dé.
ϟ Attention, toute tentative de grosbillisme même cachée via un lancer de dé heureux, sera sanctionnée in rp et hors rp.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦




Dernière édition par Filet du Diable le Ven 10 Fév 2012 - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 16:49

        Maison de Lucy Metelli, 10 février 2020 , 17h15


Lucy contemplait Caïus Salamander, songeuse et surprise. Depuis une demi-heure qu’il était, elle réfléchissait à ce qu’il lui avait dit. C’était dur à accepter pour elle qui avait perdu son mari à cause de personnes comme lui, très dure même. Mais ce qu’il lui proposait était logique. Et intelligent. Ce qui l’étonnait venant d’un gorille malfamé tel que lui. Ce n’était pas son idée, elle en aurait mis sa main à couper. Selena Lewis. Lucy ne la connaissait pas personnellement, mais elle avait souvent entendu parler de la directrice de Poudlard et elle ne voyait qu’elle pour organiser une telle chose. Elle réfléchit une dernière fois. Puis répondit.
J’accepte. J’accepte que les Héritiers et l’Ordre s’allient pour cette fois-ci, et uniquement pour cette fois-ci. J’en parlerais au leader des Phénix, mais il acceptera. Il n’avait pas tellement le choix songea-t-elle. William avait perdu beaucoup de sa popularité lors de l’attaque du Manoir Kark et désormais, les décisions de Lucy pesaient lourd dans la balance de l’Ordre. On l’appréciait, pour sa sympathie et son humanité. Selena Lewis a-t-elle déjà un plan de prévu ? Car je n’aimerais pas non plus m’enfoncer dans tout ça sans préparations.
Caïus la regarda avec méfiance. Comment avait-elle su que c’était l’idée de Selena cette gonzesse ? Il en ras le bol de se faire commander pas des femmes. Il n’y avait que son épouse qui comptait et qui avait le droit de lui donner des ordres. Il en avait marre. Je le lui dirais. Elle veut vous rencontrer. Nous nous reverrons dans trois jours. Et il transplanna sur ces mots. Lucy soupira. Agréable cet homme.

        Q.G de l’Ordre du Phénix, 15 février 2020 , 18h20


William contemplait les membres de l’Ordre qu’il avait fait réunir dans leur QG. Il savait que depuis l’attaque du Manoir, beaucoup lui en voulaient. Et il pouvait les comprendre, ils avaient agis de la même manière que ceux contre qui ils luttaient. Mais cette fois-ci, ce seraient différents. Car ils avaient enfin des alliés, même si lui-même n’aurait pas forcément accepté. Mais il n’avait peu le choix de refuser, Lucy avait déjà accepté l’alliance après une discussion avec Caïus Salamander.
Mes amis. Si je vous ai réuni ici, c’est… Parce que nous allons lancer une offensive. Nous allons attaquer Azkaban. Comme vous le savez, la prison est devenue un bastion de la puissance des Ombres. Y sont retenus de nombreux prisonniers politiques, dont plusieurs membres de l’Ordre. Nous allons donc enfin venir les libérer. Mais cette fois-ci, nous ne serons pas seuls. Une alliance, temporaire, a été créée avec les Héritiers, que vous connaissiez tous comme les Modérés. Nous avons un ennemi commun, il a nous a donc paru logique de nous allier pour cette action commune où notre but est le même. Pas de morts, pas d’attaque inutile. Vous vous défendez s’il le faut, mais surtout vous libérer les prisonniers que vous connaissez personnellement ou dont vous avez déjà vu le visage. Nous formerons des groupes, afin de mieux nous organiser par étage. Il est hors de question que vous vous battiez avec les Héritiers pour quelle que raison que ce soit, vous êtes alliés. Nous irons à Azkaban en balais, c’est le moyen le plus simple et le plus rapide d’y accéder. Selena Lewis et moi-même uniront nos forces pour détruire la protection de la prison. Des questions ?
Peut-être en avaient-ils, mais personne ne dit rien. Ils se contentèrent de le regarder et d’acquiescer, à son plus grand soulagement, même s’il en entendait certain râler au fond de la salle.
Parfait. Alors voici les différents groupes…

        Q.G des Héritiers, 15 février 2020 , 18h20


Assise sur le bureau, Selena contemplait ses notes. Devant elle, Caïus, bougon, traversait de long en large le hangar, histoire de se calmer. Mais il savait que cela ne fonctionnerait pas. Ils étaient alliés à ces tarlouzes de l’Ordre et ils allaient peut-être enfin récupérer sa femme ! Enfin, vu comme ça avait fonctionné la dernière fois… Lorsque tous les Héritiers furent réunis, Caïus se stoppa et laissa place à Selena. Elle était bien plus douée que lui pour expliquer à ces lopettes qu’il devait diriger leur nouvelle action.
Nous allons attaquer Azkaban. Des exclamations fusèrent, mais elle les arrêta d’un regard. Et nous avons formé une alliance avec l’Ordre. Cette fois-ci, ce furent des cris outragés qui résonnèrent. Caïus énervé dès qu’ils avaient ouvert leur grande bouche intervint. FERMEZ-LA ! Et écoutez ce qu’on a à vous dire, bordel ! Selena le regarda en se retenant à peine de lever les yeux au ciel. Comment son amie pouvait apprécier un tel homme ? Question existentielle. Elle revint à ses moutons, ou plus précisément aux membres de sa faction.
Le but n’est pas la destruction de la prison. Nous allons y aller pour libérer les prisonniers politiques. Nous pensons que Willhelmina peut y être enfermé. Rien n’est certain, mais puisqu’elle n’est pas au Manoir, c’est notre seconde option. La barrière protectrice n'est pas un souci : ayant été créée par Willhelmina, celle-ci m'a déjà confié le contre-sort il y a un certain temps. Je m'occuperais la détruire. Je me moque qui vous tuez, mais vous ne touchez pas aux membres de l’Ordre et votre objectif premier est de vous diriger vers le dernier étage, là où les prisonniers les plus importants et les plus dangereux sont enfermés. Vous allez être répartis en groupes, pour un meilleur rendement. Vous libérez le plus de prisonniers possible à chaque niveau. Elle posa un dernier regard froid sur ses troupes. Il était temps de commencer.

        Prison d’Azkaban, 15 février 2020 , 19h


Ordre et Héritiers se faisaient à face, tels des chiens de faïence. Malgré les ordres de leurs leaders, malgré leur but commun, on n’oubliait pas si facilement les luttes qui nous animaient, et qui reprendrait dès le lendemain. Mais sensiblement, ce soir-là, Selena Lewis et Lucy Metelli voulaient que tout se passe au mieux. Elles rappelèrent leurs factions –qui n’étaient pas leurs factions en vrai– à l’ordre. Chacun avait son balai à la main, prêt à s’envoler dès que le signal aurait été donné. Selena s’avança, baguette à la main. Les yeux fermés, concentrée, elle s’occupa du contre-sort. De manière informulée, bien évidemment, car il était hors de question que quiconque puisse l’apprendre. C’était leur secret à Wilhelmina et à elle. Elle ne bougea pas les lèvres, mais sa baguette, elle, tournoya, formant de complexes figures dans les airs. Après un temps qui sembla paraître une éternité, une lumière pâle fut émise de toute la prison, avant de s’éteindre rapidement. La protection est tombée. Nous pouvons y aller. Ils pénétrèrent lentement dans la prison, guettant le moindre bruit. Le temps semblait s’être immobilisé, alors que même les gardiens et les Détraqueurs ne bougeaient plus, semblant attendre quelque chose. Alors un déclic se produisit. Et toutes les cellules s’ouvrirent.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 10 Fév 2012 - 16:49

Informations rp

Informations sur les lieux
ϟ La prison :A cause des invasions survenues avant la prise de pouvoir du Lord noir, Voldemort a jugé bon de réorganiser la célèbre prison sorcière d’Angleterre. Faisant appel à James McKenzy, l’archimage loufoque du Pays de Galles, Azkaban fut rénové de la tête aux pieds sans qu’on ne touche pourtant à l’apparence extérieure. Ainsi, la prison reste une vieille tour du XVIIIème siècle délabrée se plaçant sur 90% du morceau de terre qui lui sert de l’île. L’intérieur de la prison représente pourtant toute la folie de son créateur. Tout repose sur le contrôle de l’esprit et de l’illusion. A l’intérieur, un sortilège de confusion fait croire à tous les sorciers que la prison est constitué par de nombreux étages. Si nombreux qu’on n’arrive pas à tous les compter. Pourtant, en réalité, il n’y en a que 10. Contrairement à l’extérieur, l’intérieur a été bâti en cercle pour une sécurité plus élaborée.

Reprenant l’idée du sorcier Bentham, la prison fut créée sur une forme de panoptique. Toutes les cellules sont individuelles et disposées contre le mur. Au centre, une grande tour de contrôle aux baies vitrées surveille tout ce petit monde grâce à de nombreuses sortilèges et miroirs de surveillance. Si quelques gardes expérimentés observent les détenus bien au chaud et en sécurité dans la tour, des détraqueurs sont chargés de patrouiller dans toute la tour, soufflant leurs âmes putrides et sombres aux prisonniers. Les gardiens n’ont pas besoin de bouger leurs fesses, les détenus sont souvent prisonniers de leur propre esprit à cause de la folie et du désespoir que leurs inspirent les détraqueurs. Plusieurs passerelles relient la tour aux cellules lorsqu’une intervention est jugée nécessaire. Ne tentez même pas de sauter par-dessus pour arriver à l’étage du dessous, l’archimage a fait en sorte que les passerelles ne soient pas accessibles les unes par rapport aux autres sur la hauteur. Vous ne récolterez que d’une chute mortelle. Le seul passage se trouve être l’escalier dans la tour de surveillance. Dansl’exemple visuel, vous n’avez que l’exemple de trois étages. Tous les autres sont constitués suivant le même schéma.
ϟ Vous vous trouvez à l’étage 8 après avoir passé la porte de la prison, et remontez le tout rapidement grâce à votre balais.

Votre équipement
ϟ Un balais utilisé pour gagner la prison en volant, et pour accéder aux passerelles.
ϟ Du chocolat. Tout plein de chocolat pour contrer les effets dévastateurs des détraqueurs.
Déroulement de l’event
ϟ Une alliance s’est formée entre les factions des héritiers et de l’ordre du phénix. Le tout est tenu secret, afin d’éviter les fuites.
ϟ Héritiers, comme membres de l’Ordre du phénix n’apprennent l’imminence de l’attaque qu’une fois l’annonce faite dans leurs Q.G respectifs. La manœuvre est là pour éviter les fuites, mais aussi que les membres ne se posent trop de questions, ou remettent en cause l’attaque. Les deux leaders sont très contestés ces derniers temps.
ϟ Une fois les groupes formés, et les balais distribués ils ont gagné la prison. Là, Selana qui grâce à Wilhelmina, la créatrice du sortilège de protection, sait comment le contrer, va purement et simplement le détruire. Il n’y a dès lors plus de protections magiques du tout.
ϟ Les alliés sont alors rentrés à pied dans la prison avant de grimper à nouveau sur leurs balais pour gagner l’étage qui leur a été attribué.
ϟ Une fois sur les passerelles, le temps semble comme suspendu. Les détraqueurs ne bougent pas, les gardes n’interviennent pas. Tous semblent pétrifier par la rumeur qui gronde et résonne dans les antiques murs. Un déclic sinistre glace tout le monde, celui des loquets des cellules. La barrière magique de protection est tombée, celles de toutes les geôles sans distinction aussi.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 0:17

I'm on my way to see the world,
And all I am is a bird in the storm,
We're on our way to see the world,
And all we are is birds in the storm.


(c) Birds in the storm - AaRON



    William Wallas était en train de leur dévoiler les raisons de ce rassemblement en urgence. Un peu reculé dans la salle, Zahid l’observait. Droit, fier, le regard impénétrable, les bras croisés sur son torse, un visage émacié avec une barbe de plusieurs jours, le regard vague, il semblait avoir vécu en trois mois ce que certaines personnes vivent en trois ans.
    Ces derniers-temps, la solitude était l’une de ses meilleures amies. Il n’allait pas bien, c’était un fait. La mort qu’il avait causé en novembre l’avait dévastée. Incapable, malgré tous ses efforts, de s’en remettre, il n’y avait que Leo qui parvenait à lui maintenir la tête hors de l’eau. Le fait d’être enfermé entre quatre murs ne l’avait absolument pas aidé à panser ses blessures intérieures. Dans le Quartier Général, qui était devenu son domicile maintenant que sa tête était mise à prix pour 2 000 gallions, le temps paraissait parfois très long. Son comportement était lunatique : il pouvait rester prostré dans un coin à se morfondre pendant des heures – dans ces moments-là, il était tout simplement impossible de lui tirer le moindre sourire ou la moindre parole. Et parfois, dans un sursaut d’excès de rage contre lui-même et son incapacité flagrante à ne pas surmonter ce qui s’était produit, l’hyperactivité le gagnait. Alors, il effectuait toutes les petites tâches qu’on pouvait lui demander, tentait de se rendre utile par tous les moyens, et s’entraînait jusqu’à l’épuisement, tentant d’améliorer ses réflexes. En effet, lors de l’attaque du 12 novembre, un ombre avait brisé sa baguette, et il n’avait pas pu en acheter une autre qui lui conviendrait. Il avait du se servir dans les réserves du QG. Et comme chacun le sait, normalement, ce n’est pas le sorcier qui choisit sa baguette mais la baguette qui choisit le sorcier. Or, ce n’était pas le cas ici. Mais il faut bien faire avec ce que l’on a. C’était soit ça, soit il restait sans baguette. Le choix était vite pris.

    Il était devenu difficile pour quiconque de savoir quel comportement adopter avec lui, car il s’était transformé en un être profondément instable oscillant entre deux excès. La colère. Et la détresse. Leo avait essuyé plus d’une fois des bouffées de rage violente qui se terminaient en crises de larmes. Certains avaient abandonné quelconque tentative de discussion avec cet étrange énergumène un peu inquiétant qui semblait pouvoir exploser à tout moment. Mais Zahid avait besoin qu’on l’aide, même s’il s’obstinait à dire le contraire et qu’il passait du coup pour un idiot. Et heureusement, certaines personnes ne le lâchaient pas. Leo, Zak, ses parents, et même Wallas, pour n’en citer que quelques uns. Chacun à leur manière.

    Ça ne se voyait pas forcément, mais il se battait. Jour après jour, vivre l’instant présent était en quelque sorte devenu son credo. L’avenir avait un profil trop menaçant, il ne voulait pas s’y projeter. Le passé faisait trop mal, il ne voulait pas s’y plonger. Ce qu’il tentait de faire, alors, c’était de prendre un jour après l’autre sans se poser de questions sur le lendemain, car chaque jour était un nouveau combat. Et parfois, le soir, lorsqu’il était sur le point de s’endormir, il se sentait soulagé et se réjouissait d’être parvenu à essuyer une nouvelle journée. Enfin ça, c’était les bons soirs. Les mauvais… mieux valait ne pas en parler.

    Les ordres étaient clairs. Attaquer Azkaban, délivrer le plus de partisans possibles. Le regard du palestinien se durcit. Il ne tiqua même pas à l’annonce de l’alliance avec les héritiers. Certains membres de l’Ordre semblaient prendre cette annonce bien mal, d’après les quelques expressions qu’il pouvait voir chez certaines personnes. Pour lui c’était plutôt une bonne nouvelle. Si ces pourris se rangeaient réellement de leurs côtés, il n’y voyait aucun inconvénient, au contraire. Pour attaquer une forteresse comme celle-ci, ils ne seraient pas trop de deux factions.

    Il croisa enfin le regard de Leo, qui était à ses côtés depuis le début du discours de Wallas. Sans un mot, il parvint à lui faire comprendre que oui, il comptait vraiment y aller – de toute façon, c’est pas trop comme s’ils avaient le choix. Et jamais il n’abandonnerai sa faction ; quand bien même il avait tué un gosse, quand bien même leur leader était contesté. Sur ce dernier point, Zahid méprisait ces gens-là qui critiquaient William Wallas. Avaient-ils donc la moindre idée du poids et de la pression qui devaient peser sur ses épaules ? De la difficulté d’être certain de ses sources avant de lancer une attaque ? Par merlin, ils étaient en guerre, Wallas n’allait tout de même pas revérifier 36 fois ses sources avant de lancer une attaque ! Si c’était le cas, ils ne lanceraient jamais d’offensives. Wallas était un homme de bien, avec des principes forts, d’une détermination sans faille et d’un sang-froid remarquable. Du moins, c’est ainsi que Zahid le voyait. Et même si parfois, dans ses moments de doute, il lui rejetait la faute quant à cette vie qu’il avait pris involontairement, il savait au fond qu’il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Wallas avait fait une erreur, mais c’était quelque chose d’humain. Même pour les plus grands.

    Se tournant vers Leo, il effleura imperceptiblement sa main avec la sienne, avant de la lui serrer brièvement. Ils étaient dans le même groupe. Ça le soulageait. La dernière fois, ce n’était pas le cas. Et ça c’était mal passé.

    **

    La protection de la prison d’Azkaban venait d’être détruite par Selena Lewis. Zahid emboîta le pas aux quelques personnes qui se trouvaient devant lui. Et lorsqu’ils furent tous à l’intérieur, un léger silence se fit. Il lança un coup d’œil aux membres de son escouade. Leo, Zak, Lucy Metelli, et quelques autres qu'il ne connaissait que de vue ou pas du tout.
    Brusquement, un déclic se fit entendre, un frisson parcourut son échine. Si c’était réellement ce dont à quoi il pensait, ça ne sentait pas bon. Faisant fi de ses appréhensions pour le moment, il enfourcha son balai et se tourna vers Leo. Son Leo qui avait le vertige. Le vol jusqu’à la prison avait été désastreux, malgré les tentatives de Zak pour détendre le serdaigle. Heureusement, Zahid était resté presque collé à son ami pendant toute la durée du trajet. Et il était hors de question qu’il ne le fasse pas ici aussi, Azkaban ou pas. Plongeant ses yeux dans les siens, il paraissait lui demander : « Ca va aller ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 16:51

En général, les rassemblements de dernière minute ne présageaient rien de bon. Arrivé au QG, le mauvais pressentiment qu'avait Zakary se confirma : ils étaient nombreux a avoir été convoqués. Trop pour une mission anodine. Personne ne semblait avoir été mis au courant au préalable, alors soit, le professeur de vol se contenta de croiser silencieusement les bras un instant en attendant que Wallas prenne la parole.

Quelques minutes plus tard, les réponses avaient été apportées à toutes les interrogations soulevées lors de cette mystérieuse convocation. A vrai dire, Zakary ne savait pas ce qui promettait d'être le pire : s'allier avec les Héritiers ? Devoir attaquer Azkaban ? Bon sang. Rien que ça. Si le joueur de quidditch n'était pas d'un naturel pessimiste, il se doutait que les heures suivantes ne seraient pas une partie de plaisir. La dernière fois, Wallas leur avait annoncé qu'ils allaient prendre d'assaut le QG des Ombres et... Ils avaient bien vu où cela les avaient menés. Eireann n'était pas revenue. Noah devait resté caché, sa tête mise à prix, alors que bon sang, son ami photographe était quelqu'un de bien et ne méritait pas ça. Enfin bon...

Des questions ? Non, aucune question. Personne n'ouvrit la bouche, après tout, ils n'avaient pas le choix. Par les temps qui couraient, de toute façon, cette liberté était devenue un luxe. Certains protestaient doucement mais personne n'osa s'opposer clairement aux idées de Wallas. Ils étaient en guerre ; leur leader leur avait déjà dit à plusieurs reprises : si ils voulaient qu'un jour, leurs idéaux soient maîtres, ils devaient se battre. C'était clair.

Au final, Zakary se retrouva avec Noah, Leo, Lucy Metelli – dont il admirait la force et l'intelligence –, Jayze Newburry, autre joueur de Quidditch, et quelques autres sorciers qu'il ne connaissait que de vue. Leo... Si le barman était lui aussi quelqu'un de franchement courageux, Zak avait conscience de la peur monstre qui le saisissait dès qu'il devait s'approcher d'un balai, et pire encore s'il lui fallait monter dessus : pour cause, ils travaillent ensemble à surmonter ce vertige. Leo avait progressé. Doucement. Tout doucement, et Zakary n'avait pas de mal à croire qu'à un moment donné il parviendrait à voler seul, avec une certaine confiance en lui, mais ce jour n'était pas encore arrivé. Le fait de ne pas avoir de choix quant au moyen de déplacement était problématique pour le barman, mais pas insurmontable : là non plus, ils n'avaient pas le choix.

L'aller jusqu'à Azkaban avait été... Catastrophique. Et pourtant, ils n'avaient pas encore rencontré de réelle difficulté. Noah s'était occupé d'un Leo terrorisé, totalement incapable de faire quoi que ce soit. Zakary avait passé le trajet à le rassurer, essayer de lui oublier qu'il filait à plusieurs mètres du sol, que tout irait bien, mais autant être sincère. Il avait eu l'impression de parler à un mur. Ils avaient encore du travail...

Arrivés sur place, ils retrouvèrent les Héritiers, comme c'était certainement prévu. Alliés ou pas, il ne leur faisait absolument pas confiance et à juger d'après l'attitude de ses camarades, Zakary n'était pas le seul. Balai à la main, il observa Selena Lewis à l’œuvre briser la protection d'Azkaban. Le spectacle était on ne peut plus étrange : les lieux étaient naturellement sinistres, le temps s'était quasiment et le silence renforçait d'autant plus ces impressions.

Zakary jeta un coup d’œil à Noah, juste à côté. Le photographe s'occuperait de Leo et il espérait franchement que tout se passerait à peu près bien à l'intérieur. Le trajet d'arrivée avait été calme, qu'en serait-il dans cette enceinte de cauchemar ? Le signal fut donné quelques instants plus tard. Et bien... Il fallait entrer à présent. And here we go.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 17:23



    L’atmosphère était tendue. Depuis plusieurs jours, semaines. Leo ne calculait plus. Depuis l’attaque de la demeure des Kark, tout avait changé. Ou est-ce que cela datait d’avant ? L’irlandais ne savait pas mais tout avait changé et rien ne serait plus jamais comme avant. Il l’avait compris d’un regard. Il n’avait pas eu besoin de parole pour comprendre que Zahid allait mal, que quelque chose s’était passé, quelque chose d’assez terrifiant pour rendre son ami aussi apathique et réactif à … rien. C’était comme … comme si un Détraqueur s’était posté non stop auprès de son ami pour lui ôter toute joie de vivre. Noah était quelqu’un de naturellement pessimiste mais jamais Leo ne l’avait vu ainsi.

    Et puis il le lui avait dit. Pas tout de suite. Il lui avait fallut du temps. Des minutes, des heures de mutisme et d’un Leo têtu comme une mule pour que Noah craque et sorte de l’état léthargique dans lequel il s’était mis. Leo s’était refusé de quitter le quartier général de l’Ordre du Phénix. C’était Noah. L’homme le plus fort et combattif qu’il n’avait jamais connu et cela lui faisait mal de le voir dans cet état. C’était l’homme mais également la personne qui comptait le plus pour lui quoiqu’il ait pu lui faire quelques mois auparavant. La voix éteinte, le regard vide, le teint blanc comme un linge, Noah lui avait parlé. L’irlandais s’était tu, le laissant parler. Sa voix si vive d’habitude se brisait comme des vagues allant se fracasser contre les rochers. Recroquevillé contre lui, le repoussant, s’accusant de tous les maux, se traitant d’assassin, de monstre, Leo regardait son ami d’une infinie tristesse. Il était désemparé de la haine vivifiante que l’ancien Poufsouffle ressentait pour lui-même alors que ce gosse s’était retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Ce n’était pas de sa faute. Le corps du jeune Ombre aurait pu être touché par n’importe quel autre sort, tout aussi bien venant d’un Phénix que d’un Ombre mais Noah était quelqu’un de buté, tout aussi borné que lui.

    Depuis l’attaque de la maison de ‘leur’ Premier Ministre, Leo passait les trois quart de son temps auprès de Noah. Il y avait les bons jours et les mauvais. Instable jusqu’au bout des ongles, Leo ne savait parfois pas comment soutenir Noah comme il le devait. Souvent, il avait l’impression de faire plus de mal que de bien mais restait à ses côtés quand bien même, parfois, certaines bouffées de rage l’atteignaient en pleine face. Noah restait Noah, un photographe doué, un Poufsouffle têtu, cœur sur la main, un meilleur ami qu’il ne méritait pas d’avoir vu ce qu’il s’était passé les semaines précédentes. Le Serdaigle se souvenait encore de la rage qui l’avait pris en voyant une de ses affiches sur le mur d’une ruelle abandonnée. Par Merlin qu’il les haïssait. Il ne supportait pas la vue de ses affiches et, s’il faisait semblant de rien lorsqu’il y avait du monde (il était inutile que l’attention se porte sur lui pour qu’on lui soutire des infirmations. Il lui fallait rester calme et inattaquable la journée), à ce moment là, cette affiche s’était enflammée jusqu’à la dernière parcelle de papier. Il n’avait pas eu besoin de formuler le sort à voix haute, son esprit furieux contre le Ministère et les Ombres avait fait le travail à sa place.

    *-*-*-*

    L’annonce venait d’être tombée. Wallas s’était tenu quelques instants devant eux, leur expliquant la situation. Une alliance avec les Héritiers. Une alliance … L’irlandais ne savait que penser de cette décision. Une petite voix lui disait que l’alliance était bonne pour contrer Kark et sa maudite faction mais une autre lui soufflait qu’ils pourraient tout aussi bien les trahir sur le terrain. Il n’avait foncièrement confiance en d’autres personnes que les membres de l’Ordre du Phénix. Leur parole était-elle sans faille, les suivraient-ils jusqu’au bout ou les lâcheraient-il dès qu’il y aurait grabuge ? L’irlandais se tendit imperceptiblement lorsque les mots Azkaban et balai furent prononcés. Il ne se débinerait pas non, mais ne volerait pas seul sur un balai. Leo tourna légèrement la tête pour croiser le regard décidé de Noah. Il ne fallait pas être devin pour comprendre que Noah viendrait et approuvait les idées de Wallas jusqu’à la fin. Leurs mains se frôlèrent pour se serrer brièvement. Ils avaient foi en Wallas peu importe les indécis. Leur leader ne faisait plus l’unanimité depuis la dernière attaque contre le Ministre et sa famille. Jake faisait partie des personnes qui mettaient leur leader en doute et Leo avait du mal à comprendre cette réaction. Les deux jeunes gens avaient beau être frères et s’aimaient sans nul doute possible, ils avaient des avis politiques différents.

    Wallas avait peut-être été un peu trop vite dans ses conclusions mais le brun comprenait l’urgence des décisions lorsque l’on endosse le rôle de chef. Pas une seule des personnes présentes pouvait prétendre prendre la place de Wallas ni même oser affirmer avoir agit mieux s’il était à sa place. Il y avait tellement de facteurs externes à cette prise de décision que, malgré l’échec de leur précédente mission, Leo était persuadé en son fort intérieur que Wallas avait pris la bonne décision. S’il doutait de la sincérité des Héritiers dans cette démarche, ce n’était rien comparé à la panique qu’il ressentait à l’idée de voler. Tellement inquiet à l’idée de prendre le balai, il n’avait à peine jeté un regard au groupe des Héritiers qui leur avait fait face.

    Et le résultat claqua comme un coup de fouet. Le trajet fut catastrophique !

    Il entendait bien les paroles se voulant rassurantes de Zakary mais elles n’avaient pas l’effet escompté. Tout ce qu’il sentait était l’air s’infiltrant sous sa veste, entre ses jambes et manquant à tout instant de le faire tomber même s’il savait qu’il ne tomberait pas. Zahid était là, Zahid le mènerait à bon port comme il l’avait toujours fait. Alors pour ne sentir que la présence du palestinien, Leo ferma les yeux pendant tout le trajet, ne les rouvrant que lorsqu’ils s’arrêtèrent. Un moment. Les sortilèges de protection qui entouraient la prison furent détruits par Selena Lewis, lui octroyant un moment de répit avant de voler à nouveau. Hochant doucement la tête à Noah comme pour lui souffler que, oui, cela irait, l’irlandais se demanda si ce n’était pas la un mensonge gros comme un Détraqueur qu’il lui sortait. Au vu de l’architecture du lieu et des créatures qu’ils affronteraient, le serveur pourtant de nature optimiste s’accordait à admettre que non, tout ne commençait pas dans les meilleures conditions possibles.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 17:58

    Contre toute attente, Bexie n'avait pris que peu de temps pour revenir parmi les membres actifs de l'Ordre. Une soif en elle s'était développée, mais la jeune femme n'en avait pas encore conscience. Elle s'était convaincue qu'elle venait pour l'honneur de sa famille et des idées qu'elle défendait, mais c'était autre chose. Soif de vengeance, unique soif de se battre, rien n'était bien précis, mais c'était une soif qu'elle ne voyait pas, ou dont elle avait peur.

    ~ Azkaban. Qui n'en avait pas entendu parler ? La froideur de cette prison était si forte que même les moldus avaient la capacité de la ressentir, d'en avoir peur, la froideur traversait les cieux, les forêts, et formaient au-dessus de tous des nuages sombres. La première fois que Bexie avait entendu ce nom, elle avait déjà un âge assez élevé pour comprendre. Une vague de sorciers y étaient envoyés, une vague de sorciers en sortait. Voldemort faisait ce qu'il lui semblait juste, non, pas juste, ce qui lui semblait le pire pour le monde. Bexie ne put s'empêcher de se rappeler chaque trait sur le visage de son père, une peur terrible. ~

    Bexie avait été avertie par ses parents que l'on rassemblait des membres de l'Ordre, mais que l'on ne leur disait que peu de choses. Le visage de ses parents l'emmena directement à sa décision, sans un instant de doute. Il fallait qu'elle aille. Malgré les faux pas qu'elle avait faits au Manoir lors de sa première Mission pour l'Ordre, elle avait très peur, mais il fallait qu'elle y aille. C'était étrange, de ne pas prendre le temps de parler à ses parents, de ne pas recevoir de conseils, de ne pas essayer de la convaincre. Cette fois-ci, Bexie n'avait besoin de rien, elle avait tourné les talons, n'avait pas ajouté quoi que ce soit, et comme un guerrier partait en guerre sans retour, elle avait gagné le QG de l'Ordre du Phénix. S'il lui arrivait quelque chose... elle n'osait anticiper cela. Mais elle avait le ressentiment que l'heure était toujours aussi grave, et que cela n'allait qu'empirer.

    William ne cessait de regarder les différents membres présents. Le regard plongé dans tous les regards apeurés, dans tous les regards combattifs, dans tous les regards indécis, il comptait en chacun d'eux. Il leur exposa la situation, et sa décision. Azkaban. Bexie avait passé la journée à y penser sans raison. Elle se souvenait même d'un flash dans un de ses rêves. Et un sentiment de froideur qui ne l'avait pas quittée de toute la journée. Bexie ne dit rien. Aucun son ne sortit de sa bouche. Certains s'étaient plaint de l'alliance avec les Héritiers, mais quant à elle, rien ne semblait vouloir sortir. Elle se sentait zombie ce soir, complètement déconnectée de la réalité. Les groupes se formaient peu à peu, mais Bexie ne reconnaissait que peu de membres. Quelques uns, par-ci par-là, elle se dit que de toute manière, elle n'était pas là pour une réunion d'amicales ententes.

    Les membres devaient se rendre à la prison, sur un balai.

    Bexie enfourcha un balai.

    Elle s'étonna elle-même de la force avec laquelle elle tenait fermement le manche. Quand vint le moment, ils s'envolèrent tous pour Azkaban. La jeune femme avait toujours été douée en Quidditch, et malgré le fait qu'elle n'avait pas touché un balai depuis longtemps, elle parvint à le diriger à la perfection. Elle agissait par automatisme. Sans ressentiment. Parviendra-t-elle à se réveiller ? Dans un silence pesant, Bexie et ses compagnons du jour attendirent un signe, un bruissement, mais la peur s'installa peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 12 Fév 2012 - 19:33

Lucy était prête. C’était elle qui avait accepté cette alliance, elle ne pouvait pas se permettre d’avoir l’air effrayé, elle ne pouvait pas. Son groupe avait été affecté à un étage quelconque mais ce n’était pas le plus important. C’était la mission. Ils devaient libérer les prisonniers politiques, et pour ça il faudrait inspecter chaque cellule une par une… CLIC. La veuve frissonna de terreur. Non. Ce n’était pas ça le plan. Ce n’était pas possible. Ce n’était pas réel, toutes les cellules pleines de détraqués ne venaient pas de s’ouvrir…

Et pourtant si. La Metelli serra fort sa baguette et susurra d’une voix étranglée « Surtout restez groupés… » Alors que d’innombrables cris de joie retentirent dans l’imposante tour. Ils sortaient, ils sortaient tous. Ce n’était pas ça le plan. Petite Lucy Metelli, petite sang-de-bourbe, dans quoi t’es-tu fourrée ?

Non, ses hommes comptaient sur elle, elle ne pouvait pas s’apitoyer sur son sort. Alors que d’innombrables prisonniers s’engageaient sur l’étroite passerelle, la chef de l’escouade cria pour se faire entendre malgré la cacophonie « Laissez-les passer ! Ne répondez que s’ils vous attaquent ! » A ce moment-là, un homme au visage émacié, les yeux injectés de sang se jeta sur la Metelli « Donne-moi ta baguette ! » Un coup de genou bien placé et Lucy était déjà en train d’essayer de remonter le courant de fugitifs pour se mettre en sureté près des cellules, en espérant que ceux de son groupe feraient de même.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 13:45

    Daphné se tenait droite, impassible, ferme. Son visage était dur et froid, dénué d'expression, insensible. Elle écoutait attentivement les paroles de Selena. Celle-ci voulait s'allier avec l'Ordre du Phénix pour libérer les prisonniers d'Azkaban, dont Willhelmina, la meneuse des Héritiers. L'Ordre. Elle pensa aussitôt à son père et son coeur se serra, mais elle ne laissa rien paraître. Personne ne savait, et les choses devaient demeurer ainsi. Elle ignorait si son père avait parler de son existence à ceux qui le suivaient et l'accompagnaient dans sa quête. Si c'était le cas, elle devait faire en sorte qu'il n'y ait aucune fuite.

    La jeune femme s'était portée volontaire à cette mission, sans montrer aucune rancoeur face au choix de leurs leader. Même si l'idée de voir son père lui était encore douloureuse, elle avait un but en cet mission. Plusieurs même. Il était important de ramener Willhelmina, non seulement parce que Daphné avait beaucoup de respect pour elle et estimait que sa place n'était pas en prison mais aussi. Mais ce n'était pas là sa seule intention.

    Lors de sa dernière mission pour le compte des Héritiers, Sean, son fiancé, a trouvé la mort, de la main de l'un des membres de l'Ombre de la Rose Noire vraisemblablement. Daphné n'a cependant jamais découvert l'identité de l'adversaire qui ôta la vie à l'être qu'elle aimait le plus en ce monde. Inutile de préciser que depuis, les nuits de Daphné sont courtes et amer, et que ses journées sont longues et insipides. La seule chose désormais qui occupe son esprit est de retrouver Willhelmina. Qu'est-ce que la meneuse des Héritiers peut avoir à faire là dedans ? Aux dires des autres héritiers, elle se trouvait à proximité de Sean quand celui-ci a rendu l'âme et semble donc être la seule à avoir vu quelque chose. Dires, proximité, semble... Des mots incertains pour une information incertaine. La déception sera grande pour la jeune sorcière si son leader ne peut l'éclairer sur la sombre mort de son fiancé. Mais par devoir et par détermination, Daphné est prête à tout pour la libérer et, enfin, savoir.

    La plupart des membres des Héritiers connaissaient les intentions de Daphné qui n'étaient pas que politiques. Certains la disaient égoïste, d'autres ne voyaient pas mieux pour qu'un membre de leur faction soit efficace que si des intérêts personnels sont également en jeu. Et il est vrai que, plus déterminée que jamais, Daphné ferait preuve d'une force de caractère hors du commun pour cette mission, laissant derrière elle des peines d'âmes depuis trop longtemps traînées déjà.

    Quelques minutes plus tard Daphné se tenait devant la prison d'Azkaban, son balais dans sa main droite, son regard rivé vers le haut de l'édifice, imposant, magistrale. Le ciel était sombre et, les sourcils froncés, l'âme noir. Elle enfourcha son balais en rythme inégal avec la plupart des sorciers qui l'entouraient. Parmi eux des alliés, des amis. D'autres étaient des adversaires. Ils faisaient partie de l'Ordre et, pour l'heure, elle ne se sentait pas prête à les rejoindre. Elle y avait réfléchit, mais son père n'était pas sa priorité, elle souhaitait avant tout venger son aimé. A mesure qu'elle s'enfonçait dans l'atmosphère, mettait entre elle et le sol une distance vertigineuse, sa gentillesse et son humanité semblaient l'abandonner, remplacer par une colère froide et aveugle qu'elle gardait dans le seul but de ne plus fondre en larmes. Assez de jouer les éplorées. Daphné était désormais plus combattive et sombre que jamais.

    Elle atterrit avec délicatesse. Son regard, circulaire, perçant, observait tout. Elle se trouvait au huitième étage. Ils avaient été divisés en groupe. Étrangement, elle était la seule de sa faction et devait tenir compagnie à des membres de l'Ordre du Phénix. Elle ne leur faisait pas confiance, même si elle savait que son père n'était entouré que de personnes qualifiées. Elle ferait équipe avec eux, puisqu'il devait en être ainsi.

    L'unique femme semblait tendue, dans l'attente d'un évènement. Deux hommes semblaient assez proches, l'un pourtant douloureusement absent et l'autre livide comme... malade ? Daphné leva les yeux au ciel, exaspérée. Un vrai sorcier n'est pas malade en balai, par pitié !! Un autre avait l'air déterminé. Celui-là, elle s'en méfiait déjà, par son allure rock-n-roll. Lucy Metelli faisait également partie de l'équipe. Elle était un élément important dans l'Ordre, cela était évident. Elle semblait bonne et humaine, mais Daphé se refusa à tout attachement ou admiration. Pour les autres, elle n'y prêta pas plus attention.

    La sorcière, bien que jeune, était vive d'esprit, expérimentée et mure. Sa baguette déjà prête - ils n'étaient pas au beau milieu d'une prairie paisible - elle attendait, le corps en ébullition, le coeur battant, mais l'esprit clair et placide. Son souffle était régulier et calme. Mais elle le sentait, plus que jamais son instinct était en alerte, quelque chose allait se produire.

    Dans un grincement effroyable, tant pour sa lenteur que pour sa résonance contre les murs de la prison, les portes des geôles s'ouvrirent. Les unes après les autres, elles s'ouvraient sur le monde, et sur l'horreur, laissant sortir les détraqués. Un froid polaire envahit Daphné, parcourant son échine, traversant son corps comme une onde glaciale. Elle resta quelques secondes droite, non pas de marbre, mais pétrifiée. Lucy leur ordonna de ne pas bouger, sauf en cas d'ultime défense. Daphné obéirait, si elle voulait effectuer au mieux cette mission. Un homme jaillit de nulle part et bondit sur Lucy. Daphné avait déjà fait un pas en avant pour l'aider et se défendre, mais la jeune femme ne semblait pas prête à se laisser faire et avait déjà riposté. Plus réactive que jamais, les sens en alerte, l'ancienne Serdaigle se lança à la suite de la belle Metelli, prête à rester souder et à suivre le mouvement. Elle jeta un coup d'oeil par dessus son épaule, sans dire un mot, pour inciter les autres à les suivre. Tentant de couvrir la cohue générale qui s'était glissé dans cet espace auparavant silencieux, Daphné tonna :

    ▬ C'est quoi se délire ! Ce n'est pas ce qui était prévu ! Comment ont ils pu savoir ?

    Ils, qui Ils ? Cela semblait évident. Puisque l'Ordre et les Héritiers s'étaient alliés, il ne pouvait y avoir qu'un ennemi, commun, l'Ombre de la Rose Noire. Qui d'autre ? S'ils s'agissait bien d'eux, étaient ils présents, tous ? Car avec eux serait présent, peut être, le meurtrier de son fiancé.


Dernière édition par Daphné I. Wallas le Lun 13 Fév 2012 - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 14:02



    Ce n’était pas sensé se dérouler ainsi. Toutes les geôles des prisonniers ne devaient pas s’être ouvertes. Ce n’était pas possible. Cela ne faisait pas partie du plan. Ce n’était pas le plan initial. Leo serra sa baguette contre lui lorsque des cris d’exaltation se firent entendre. Plus fou les uns que les autres. Certains étaient des prisonniers politiques de l’Ordre, d’autres des Héritiers et d’autres encore étaient des malades qui avaient assassiné des gens pour x, y raison et le brun n’était pas pour le moins rassuré d’être dans la prison sorcière à ce moment précis. C’était bien de jouer les Héros pour libérer les personnes injustement enfermées de l’Ordre du Phénix mais de là à ce que toutes les cages des prisonnier s’ouvrent en même temps. Il y avait une marge. Une marge gigantesque.

    Les yeux tintés d’une folie qui indiquait le contact que trop régulier avec les Détraqueurs, les fugitifs débarquaient en masse et l’irlandais se demanda comment ils feraient pour ne pas tomber dans le vide qui les attendait quelques mètres plus bas. Ce n’était pas une ballade de santé dans les rues de Londres. Le passage était étroit et les seuls passages plus ou moins larges se trouvaient près des cellules. Lucy Metelli se dirigeait vers elles, se débarrassant des gêneurs qui ne voulaient que s’enfuir alors qu’à l’opposé, les Phénix voulaient rentrer. Courants à ses côtés Noah et Zak tentaient de suivre les ordres de leur meneuse. Ne pas attaquer, ne pas attaquer. Facile à dire. Ils avaient peut-être leur baguette mais les prisonniers restaient plus nombreux et feraient n’importe quoi pour sortir de cette infâme prison qui les avait surement, pour la plupart, rendu fous. Des bousculades le séparèrent de ses amis et l’irlandais n’avait que d’yeux pour Lucy Metelli, celle qu’il ne fallait pas perdre de vue. Les cellules, songea t-il en vitesse, les cellules.

    Les regards fous, désespérés de sortir, qu’il croisait ne lui inspiraient pas confiance et avec raison. Un prisonnier d’une masse imposante se dirigeait vers eux. « Stupéfix ! », lança t-il alors qu’une lumière rouge se dirigeait vers le prisonnier visé.

    Spoiler:
     

    La seule fille du groupe qui accompagnait Metelli exclama vivement sa colère devant la tournure des événements. Leo tiqua, ce n’était pas le moment de rouspéter. Ils n’en n’avaient pas le temps. Chaque perte de temps à s’indigner de ce qui était entrain de se passer pouvait leur être fatale. Son malaise passé, il restait concentré, pas de temps à perdre, surtout pour gaspiller sa salive. Mais il devait se l’admettre que la jeune femme marquait un point. Ils n’avaient été prévenus qu’en dernière minute et aucune information n’avait été filtrée. Selena Lewis n’aurait pas foiré aussi prodigieusement le sort confié par Willhelmina. La question était simple, si les Ombres étaient à l’origine de cette merde, comment avaient-ils été mis au courant. Seconde question, y avait-il des traitres parmi eux ?



Dernière édition par Leo Elensar le Lun 13 Fév 2012 - 14:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 14:02

Le membre 'Leo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jayze Newburry
Fondateur du club des saigneurs de Calliope
Messages : 834 Crédits : .sparkle
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Vendeur au magasin de Quidditch
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Serdaigle.


Rapeltout
Patronus : Aigle
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 22:24

Attaquer Azkaban ? Était-ce même possible ? Ou était-ce encore un plan à nous jeter dans la mort ? Mes yeux étaient pointés vers Lucy Metelli et William Wallas . Ils étaient sérieux, et je lisais bien dans leurs yeux qu'il s'agissait de la seule solution viable pour le moment. J'allais les faire confiance à nouveau. Allié avec les modérés, du moins les héritiers désormais ? C'était surement parfait comme ça, on avait tout les deux un ennemi commun : l'ombre de la rose noire. L'ordre était clair : libérer les prisonnier politique de notre côté et des amis si l'on en trouvait. De plus, on ne devait pas s'attaquer aux héritiers, c'était tout à fait parfait comme cela. Enfin, apparemment, ils avaient prévu tout le monde dans l'urgence et la mission avait été programmé juste à l'instant afin d'éviter les fuites. C'est vrai, c'était obligé qu'il y ait une taupe surement dans l'un des deux camps...

Enfin bref, trêves de bavardages. Nous nous étions tous dirigés vers la prison, et ce fut à Metelli d'ouvrir le passage en faisant le sort pour enlever la protection qui nous empêcher de joindre Azkaban. On y allait en balai, c'était parfait comme cela. J'étais un joueur de Quidditch et donc le balai et moi, ça faisait une personne. De plus, dans mon groupe, je connaissais quelques personnes à l'image de Leo et Bexie. Il y avait également le célébre attrapeur de l'équipe d'Angleterre, parfait. Nous étions à l'intérieur de la prison désormais, mais tout ne se passe pas comme cela devait se passer. En effet, toutes les cellules étaient ouvertes. Les prisonniers vagabondaient dans la prison, et nous étions là, face à eux. Lucy nous ordonna de ne pas les provoquer, et je préférais suivre ses instructions. Je soupira, et je vis Metelli se mettre à l'abri près des cellules. Je regardais alors l'une des personnes avec nous s'exclama sur la situation. Je soupira, elle avait raison. J'avançais doucement mais rapidement vers Lucy, un homme se positionna devant moi. Je tendis ma baguette, mais il la fit tomber au sol. Je ne pouvais la prendre directement, et tenta un coup de poing dans sa machoire. Je ramassais ma baguette et me dirigea rapidement vers Lucy. « ... Et maintenant ? Ma baguette ? Oh zut... », demandais-je avec un peu de stress, et en voyant ma baguette toujours au sol.

Spoiler:
 


Dernière édition par Jayze Newburry le Lun 13 Fév 2012 - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 13 Fév 2012 - 22:24

Le membre 'Jayze Newburry' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Misha V. Moskovski
Nanouchka Machinski à son Caïus
Messages : 533 Crédits : Shiya
Age du personnage : 26 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Spécialiste de la sécurité magique à Pré-Au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Tigre de Sibérie
Epouvantard : Billy emporté par la démence.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 10:49

(HJ : boulet qui a du se dépécher pour poster en moins de 30 minutes et qui du coup a posté avec Misha... Imaginez Zahid, & mea culpa!)


    Toutes les cellules s'étaient ouvertes, libérant tous les prisonniers, qui, avide de liberté, se ruaient vers eux. Zahid déglutit, un frisson parcourut son échine. Ce n'était pas le moment d'avoir peur ni de paniquer. Sa main resserra sa prise sur sa baguette, avec force. Ce n'était pas la sienne mais il pouvait essayer de faire au mieux avec. Les bagnards hurlaient, et Lucy Metelli balançait ses ordres. Rester groupés, les laisser passer? Zahid voulait bien mais, en attendant, ils avaient des balais. Et des baguettes magiques. Eux, en face, n'avaient rien. Juste le fol espoir de la liberté qui miroitait juste devant leurs yeux. Malgré tout, la folie du aux sévices qu'ils avaient du subir devait altérer leur réflexion, et également cette ouverture inespérée des geôles. Néanmoins, il ne fallait pas les sous-estimer. Il ne fallait jamais sous estimer ses ennemis. La seule héritière du groupe explosa, et bien que Zahid se fit la réflexion que c'était inutile, il préféra se taire, les excès c'était son rayon, il connaissait. Et parfois pousser un coup de gueule en pestant, c'est un assez bon exutoire, même si souvent, ça déconcentre. Et ça peut causer notre perte.
    Se diriger vers les cellules qui se vidaient était la meilleure solution: mais pour cela, il fallait traverser la horde sauvage qui courrait en criant vers eux. Il se mit à courir, suivi par tous ses coéquipiers. Juste devant lui, Leo lança un heureux stupéfix, envoyant valser plusieurs prisonniers.
    Jouant des coudes violemment sur deux ou trois détenus, il aperçut l'un de ses coéquipiers, devant lui, qui venait de se prendre un violent coup de poing et qui avait perdu sa baguette. Ce n'était pas le moment de perdre leurs armes, sinon ils n'étaient pas dans la merde! S'élançant vers lui, il cria :

    - AVIS FULGURATOR

    Sans voir l'étendue de son sort, il poursuivit aussi vite:

    - ACCIO BAGUETTE!




Dé Un : Avis Fulgurator :
Oui: Le sort fonctionne plus ou moins bien, quelques détenus sont occupés pendant quelques secondes, précieuses, et leur permettent d'avancer
Non: Trop occupé par ce qu'il souhaite faire par la suite, Zahid rate son sort.

Dé 2: Accio
Oui : le sort fonctionne, la baguette de Jayze atterit dans les mains de Zahid et, passant rapidement à ses côtés, il lui redonne
Non: la baguette se rapproche juste un peu de Jayze et Zahid.




Dernière édition par Misha V. Moskovski le Mar 14 Fév 2012 - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 10:49

Le membre 'Misha V. Moskovski' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 18:24

    C'était le chaos. Bexie retint un cri de terreur en voyant les visages des prisonniers sur le point de s'évader. Ils semblaient possédés, prêts à faire n'importe quoi aux membres du groupe qui étaient présents à cet étage là. Comment cet évènement était-il possible ? Comment les portes avaient-elles pu s'ouvrir ainsi. Toutes. En même temps. Bexie aperçu deux femmes devant le groupe, elle s'empressa de les suivre. Son instinct quelque peu éteint l'attirait vers elles, assurant une certaine protection. Leur folie était impossible à gérer. C'était une foule entière qui se bousculait et les empêchait de passer. Petite, Bexie parvint à se faufiler sans mal pour suivre Lucy et Daphné de près.

    Elle entendait des sorts lancés à tout va, mais malgré l'insécurité qu'elle ressentait, elle se contenta de maintenir avec force sa baguette dans sa main droite et d'accepter les coups d'épaule, les coups de tête et autres dus à la bousculade générale.

    Elle souhaitait simplement poursuivre sa route avec les deux autres, regardant autour d'elle les dégâts causés par les prisonniers. Quand l'un d'eux la poussa contre le mur, elle fut sonnée pendant quelques instants et perdit de vue les membres du groupe qu'elle suivait avec tant de précision. Elle rasa le mur pendant quelques pas, et aperçu quelques têtes qu'elle connaissait, ou qu'elle venait de connaître quelques dizaines de minutes plus tôt. A quelques pas, Léo stupéfixait un prisonniers tandis que Jayze galérait à retrouver sa baguette après le coup qu'il venait de se prendre. L'attaque du manoir lui paraissait soudainement calme à côté de la situation infernale qui se déroulait ici.


[post un peu court (et un peu inintéressant) mais je ferai mieux au prochain tour!]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 18:36

Que pouvait ressentir un homme à qui on avait arraché la liberté depuis des mois, des années, qu'on avait enfermé entre quatre murs sombres, à qui on avait ôté tout désir de vivre ? Que pouvait-il ressentir alors que dans un ultime moment il voyait naître la chance inespérée de rejoindre enfin l'extérieur, de pouvoir respirer à nouveau ? Pour être sincère, Zakary n'en savait strictement rien et ne s'était jamais posé la question. Cependant, lorsque le déclic du déverrouillage général des serrures de cellules se fit entendre, il sentit que les minutes qui allaient suivre seraient intensives.

Ce n'était pas vraiment prévu, ou alors, on avait omis de leur mentionner cette partie du plan. Non, certainement pas. Alors pourquoi, à cause de qui ? Le moment de réfléchir n'était pas venu, même si à priori, les Héritiers et les Phénix avaient de grandes chances de se faire idée sur la question.

Le joueur de Quidditch serra sa baguette dans sa main droite en déglutissant difficilement tandis que Lucy donnait ses premiers ordres. Un premier cri de joie retentit, puis d'autres, jusqu'à ce que Zakary se retrouve tout simplement incapable de percevoir quoi que ce soit dans cette cacophonie. Trop de désordre auditif pour sa semi-surdité.

Les premiers hommes déboulèrent dans le couloir comme des bêtes sauvages, et c'est certainement à cet instant que le Phoenix réalisa ô combien Azkaban pouvait être chargée. Ceux qui se chargeaient de la « justice » - s'il était encore possible d'appeler cela ainsi - et de la « loi » ne chômaient visiblement pas.

En jouant des coudes, se frayant un passage tant bien que mal dans la horde humaine, Zakary aperçut le jeune Newburry perdre sa baguette. Par Merlin, ce n'était décidément par le moment ! Lucy, quelques instants plus tôt, avait hurlé quelque chose, qu'il ne parvint pas à percevoir. Inutile de lui demander de répéter, évidemment : il se contenta de suivre le mouvement de ses camarades et de continuer d'évoluer en direction des cellules. Il pesta en sentant quelqu'un se heurter violemment contre son épaule, sachant pertinemment qu'à cause d'un coup de cognard bien placé cet endroit de son corps avait tendance à se déboîter un peu trop facilement. Leo, quant à lui, effectua un splendide strike avec quelques prisonniers, à deux ou trois mètres plus loin.

La baguette de leur coéquipier était toujours laissée libre d'accès à qui prendrait le temps de la saisir, c'est-à-dire, au sol. Noah avait bien tenté un sortilège, mais dans la bousculade, il échoua. Alors que Zakary se rapprochait à la fois des cellules et de la baguette en question, il vit un prisonnier se baisser, le regard fou, et... Non ! Ils avaient tous besoin de pouvoir utiliser divers sortilèges, hors de question de laisser ces cinglés avec ces mêmes armes. Zak, coupant le passage à quelques autres hommes qui hurlaient, s'en rapprocha et envoya valser son pied contre la clavicule de celui qui espérait s'emparer de la baguette, qui se retrouva d'ailleurs allongé par terre, au beau milieu de la cohue apocalyptique.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 18:36

Le membre 'Zakary Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 20:48

De la folie pure et simple. Lucy ne comprenait plus rien tant les choses s’accéléraient. Elle se sentait balancée de toutes parts par les fugitifs en devenir. Ses camarades étaient en tout aussi mauvaise posture qu’elle. Merde, l’un d’eux avait même perdu sa baguette ! C’était le chaos, tout simplement.

Elle avait été naïve. Elle pensait qu’en se contentant de ne pas les attaquer, les prisonniers sortiraient sans faire d’histoire mais il n’en était rien. Non contents d’être libres, ils voulaient en plus voler les baguettes et balais de ceux qui les avaient libérés. Bande d’ingrats ! Bon, certes, ils n’avaient pas fait exprès de les libérer mais un peu de reconnaissance tout de même ! Lucy laissa s’échapper un petit rire. Au final, elle était ravie de la tournure que prenaient les évènements. Tous ces prisonniers évadés signifiaient heures sup’ pour les larbins du ministère et discréditation pour cet enfoiré de Kark. Kark… Elle se souvenait encore de leur dernière rencontre au ministère, comment elle avait cru voir venir sa dernière heure… La jeune veuve serra sa baguette avec plus d’ardeur. La prochaine fois elle serait préparée ; la prochaine fois elle lui ferait payer…

Ces hommes étaient des abrutis ou quoi ?! Il y avaient plein d’autres passerelles, pourquoi choisir celle ou ses hommes étaient présents pour passer ?! Elle devait les protéger. La Metelli pointa sa baguette vers la foule regroupée au début de la passerelle et déclama « Expulso ! » en espérant que l’explosion les dissuade de passer par-là.

Lancer de dé :
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 14 Fév 2012 - 20:48

Le membre 'Filet du Diable' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jayze Newburry
Fondateur du club des saigneurs de Calliope
Messages : 834 Crédits : .sparkle
Age du personnage : 20 ans.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Vendeur au magasin de Quidditch
Faction : Ordre du Phenix
Maison : Serdaigle.


Rapeltout
Patronus : Aigle
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 22:07

C'était bizarre, comment avaient-ils pu savoir que l'on allait attaquer Azkaban cette nuit ? Une fuite, non, les informations avaient été passé au dernier moment pour éviter cela. Une taupe parmi les organisateurs ? Pas possible, le leader des Héritiers ne pouvait en être le partisan. Sa femme été retenue par l'Ombre. Et cela ne pouvait pas être Lucy, son mari avait été tué par ces derniers. Et Williams... je ne savais pas, mais je ne le pensais pas du tout capable de faire cela, il haïssait les Ombres. Enfin, je préférais ne pas me mêler à ce genre de choses. On saurait bien tôt ou tard comment ils avaient su. Revenons à nos moutons, je regardais la situation. J'étais aux côtés de Lucy, et je venais de perdre ma baguette. Bordel, il fallait que je retourna la chercher. Je vis un des mes camarades tenter de la récupérer, mais rien du tout et ce fut le célèbre Attrapeur Zak, qui réussit à prendre ma baguette d'un Accio et à me l'envoyer. « Merci. », disais-je seulement, mais avec de la reconnaissance.

Je tournais ma tête et je vis Lucy Metelli lançait un sort qui expulsa au loin quelques détenus. Il fallait sortir d'ici, mais réussir à prendre des personnes politiques, ce qui était notre mission de base. Ma baguette était tendue, et j'attendais qu'ils viennent ou un ordre de Metelli. A nouveau, un détenu s'approchait de moi et du reste du groupe. Ma baguette droite et dirigée vers lui, je disais : « Petrificus Totalus. ». L'homme tomba raide au sol, et je fis un petit sourire. Je ne savais pas s'il avait réellement marché, mais en tout cas, je me retournais pour voir les autres. Je voulais aider, et ne pas rester planter là à ne rien faire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 22:07

Le membre 'Jayze Newburry' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 0:30

    Jayze avait récupéré sa baguette et Leo poussa un soupir de soulagement. C’était le principal. Metelli avait envoyé valser plusieurs détenus et, là aussi ce fut un soulagement. Mais la marée humaine ne semblait vouloir cesser. N’y avait-il donc qu’une seule passerelle ? Il lui semblait que non mais Azkaban n’avait pas été l’objet d’une excursion scolaire et ... en fait .... ce n'était pas plus mal ... vu l'endroit. La mauvaise était que la marée humaine les contrant dans leur avancée ne faisait qu’augmenter. Ils restaient en groupe mais ces hommes avides de liberté tendaient à les séparer plus qu’autre chose.

    Le point positif dans tout cela était que, pour le retour, ils pourraient peut-être transplaner puisque les protections de la prison avaient été détruites. Peu lui importait qu’il se plante de dix kilomètres à l’atterrissage mais marcher, même dix kilomètres, était mille fois mieux que de voler. « Bah alors mes mignons, on s’est perdu ? » Leo tourna la tête vers le son de la voix moqueuse qui avait claqué en l’air tel un fouet. Il se retourna et n’eut pas besoin de prononcer le sort pour lui montrer que, non il ne s’était pas perdu et que oui il l’avait agacé.

    Spoiler:
     

    Ne prenant pas la peine de voir si son sort avait fonctionné, le brun poursuivit sa route et fut à nouveau contré par d’autres prisonniers. Mince, qu’ils étaient butés. Leo attaquait que s’il se sentait attaqué. Ils avaient la voie libre, par Merlin, qu’ils s’échappent et basta. « Par la barbe de Merlin mais qu’est-ce que vous attendez, chopez leurs baguettes ! », beugla un inconnu dans la masse.

    La, c’est sur … ils étaient dans la merde. Leo n’avait pas besoin d’être devin pour comprendre ce qui allait se passer par la suite. Son premier assaillant reçu un coup dans les parties génitales, le second le manqua de peu. Il était presque arrivé au bout de la passerelle. Un bon moyen de les empêcher de fuir était de détruire la passerelle mais Noah et Zakary s’y trouvaient encore. Bexie peut-être mais il ne la voyait pas.

    « Avis Fulgurator ! », cria t-il en pointant sa baguette vers les prisonniers qui s’approchaient, de plus en plus menaçants.

    Spoiler:
     



Dernière édition par Leo Elensar le Jeu 16 Fév 2012 - 13:29, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 0:30

Le membre 'Leo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 12:59

    La situation était devenue, en l'espace de quelques secondes, totalement incontrôlable. La masse de foule qui s'avançait sur eux était hostile et l'on peinait à garder dans son champs de vision ses alliés. Daphné était une femme de sang froid et, même si elle n'avait effectué que peu de mission - et certainement pas aussi périlleuses - elle mit un point d'honneur à ne pas céder à la panique. Autour d'elle, ce n'était que tourbillon de sorts, cris, bousculades et cohue et l'un d'eux, le plus jeune, avait perdu sa baguette.

    Zakary récupéra agilement la baguette du jeune sorcier. Lucy lança un excellent Expulso qui ne laissa pas leurs ennemis indemne. Léo avait tour à tour libéré un Serpensortia et envoyé ses oiseaux électriques sur les ennemis qu'il parvint à tenir brillament à distance. Seul Jayze, qui n'avait décidemment pas de chance au cours de cette mission, ne parvint pas à pétrifier son ennemi comme prévu. Il lui tourna négligemment le dos et ne le vit pas l'attaquer par derrière.

    Rapide, Daphné s'avança, la baguette en avant et s'écria :

    ▬ Stupéfix !

    Spoiler:
     

    A peine le sort lancé, Daphné reçu un coup dans les côtes qui l'envoya voler contre le mur, avant même d'être sûre que Jayze était hors de danger. Elle espérait qu'au moins le sort lui aurait donné l'alerte. Quelque peu surprise et endolorie, elle n'était pas sonnée pour autant et répliqua d'un violent coup de pied dans le ventre du détenu qui l'avait attaqué et se jetait déjà sur elle. Plus énervée qu'apeurée, Daphné décida qu'il était tant qu'elle réplique vraiment. Se concentrant plus que jamais, elle pointa sa baguette sur l'une des portes de fer qui fermaient les cellules et s'écria :

    ▬ Waddiwasi !

    Pivotant au plus vite, elle tentait d'envoyer cette porte sur son assaillant afin de le sonner un bon coup. Attaquez Daphné Isis Wallas et celle-ci vous rendra la pareil, en pire.

    Spoiler:
     

    Daphné regarda autour d'elle, espérant ne pas avoir perdu de vue ses co-équipiers - si on pouvait les appeler ainsi, au vu de leur sdivergences politiques - afin de rester près d'eux. Ils se trouvaient quelques pas derrière elle, Lucy en tête, et elle s'empressa de les rejoindre.


Dernière édition par Daphné I. Wallas le Jeu 16 Fév 2012 - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe V
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Azkaban