ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe VII - Page 2



 



ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe VII
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Azkaban
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 10:30

Ian allait péter un câble. Officiellement, purement et simplement piquer une bonne petite crise d'hystérie qui ne lui ressemblait pas du tout. Comme d'habitude, les opérations des modérés, des héritiers, des lopettes ou des tarlouzes, quel que soit le nom, c'était du grand n'importe quoi. Pendant une seconde il avait cru que quelqu'un allait prendre un peu les choses en mains, en la personne du beau gosse du restau là, mais non. Bien sûr, car comme ça, c'aurait été BEAUCOUP trop simple.

Miss Lestrange aurait regardé avec plus d'affection un gnome qui viendrait envahir son jardin. Sympathique la demoiselle. Ian n'allait pas jouer son chevalier blanc pour le type, après tout il n'avait absolument aucune légitimité à leur balancer des ordres comme ça. Mais quand même, au moins lui il se bougeait le cul pour faire quelque chose, et ça marchait par les couilles de Merlin!! Ils avaient réussi à bien repousser les prisonniers et Misha s'était pas mal éloigné. Bien, il ne servirait de toute manière à rien s'il faisait pipi dans sa culotte. Et puis s'il y avait des gardes ou des détraqueurs du côté de l'escalier, il pourrait les prévenir, parce qu'eux pour l'instant étaient en train de jouer à qui a la plus grosse. Etrangement c'était la seule fille du lot qui avait lancé le truc, et elle avait réussi à faire bloquer tout le monde pendant une bonne seconde de flottement. Par contre Ian avait failli lui aboyer dessus, s'il ne s'était pas retenu. Elle venait de prendre Murph' pour un larbin ou il avait rêvé? Faudrait voir à se calmer là, aux dernières nouvelles ce n'était pas Isis et sa cours, et si elle continuait sur cette lancée elle allait se faire gentiment remettre à sa place.

Ian sentait l'adrénaline bouillonner dans ses veines, et Loup était fou-furieux, il voulait son quota de bagarre, de sang et de larmes. Cette bestiole avait beau être une grosse peluche blanche en temps normal, quand il était en meute, c'était tout de même un alpha, et ça avait tendance à poser problème à Ian. Et en plus voilà que Caïus-des-cavernes s'y mettait. Bien sûr, un concours de qui a la plus grosse baguette n'en serait pas un sans lui. Et cet abruti venait de faire un bon gros trou au milieu du passage. Bon, c'était plus ou moins bien, à part pour tous les prisonniers qu'il entendait hurler jusqu'au BAM aux accents de sentence fatale quelques dizaines de mètres plus bas, mais quand même, ce type était un grand malade.

Ian grogna et se retint de lui mettre son poing en travers de la figure et se contenta de passer devant en touchant un rien sèchement son épaule, se mit stratégiquement devant Miss Lestrange et repoussa un prisonnier dans le trou d'un coup de pied. Marre d'être gentil. Il leva sa baguette et rugit un Carcer Ignis Minima. Il aurait bien lancé la version king size, mais il se serait sûrement brûlé les sourcils...

Dé #1:
Spoiler:
 

Il se retourna vers ses collègues et grogna à nouveau

"Bon allez les filles, fini de jouer, on se casse"

Et voilà, maintenant il prenait des habitudes de Caïus. On était mal partis.

Dé #2 :
Spoiler:
 



Dernière édition par Ian Blackburn le Mer 15 Fév 2012 - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 10:30

Le membre 'Ian Blackburn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 15:35

Murphy était à peine en train d'envisager son nouveau sort quand il fut soudain coupé dans son élan par un balais sorti de nul part qui lui atterrit dans les bras. Enfin, sorti de nul part, c'était vite dit. Il venait en réalité de la seule fille du groupe qui semblait vouloir démontrer à ces messieurs qu'elle valait bien mieux qu'eux et qu'elle était bien plus efficace. Du moins était-ce ainsi qu'il interprétait le regard plein de méprit qu'ils avaient reçus et son ton qui ne valait pas mieux.

Bon. En fait, peut-être avait-elle tout compte fait raison. Fallait bien l'avouer, son sortilège avait pendant un instant cloué sur place assaillants et prisonniers -pour ceux qui ne s'étaient pas retrouvés pris directement dans les flammes bien sûr-. Cependant, la lutte était loin d'être terminée, et ils se devaient de reprendre tous leurs esprits en vitesses. Caïus avait juste mit ce temps à profit pour les désorganiser un peu plus, en interdisant à la seule personne qui semblait apte à amener un minimum de structure au sein de leur groupe de prendre les choses en main. Alors quoi, ils étaient seulement là pour montrer qui avait la plus grosse ? Ca allait les mener loin tiens! Les sorts spectaculaires, c'était gentil un temps, mais sans se coordonner ça n'allait pas les mener très loin! D'autant plus que maintenant, ils avaient une partie de passerelle en moins. Alors certes, cela venait de limiter efficacement le nombre de leurs assaillants venus d'un côté, mais si jamais un danger venait de l'autre, ils allaient se retrouver piéger comme des rats!

"Everte Statum!"

Dé :

Spoiler:
 

Peut être pas une des meilleures idées que Murphy ait jamais eu, mais au moins, ça avait marché pour un temps. Au moins, ils auraient la paix avec un nombre bien réduit d'assaillants, et aurait le temps de fuir, comme venait de l'ordonner Ian, qui d'ailleurs venait de se faire attaquer dans le dos. Ian venait de quoi? Avant même que Murphy n'ait le temps de réfléchir à ce qu'il faisait, le balais d'Iris partit vers le prisonnier qui venait de tenter de s'en prendre à son ami.

Dé 2 :

Spoiler:
 

Bon. Il était définitivement meilleur en potion qu'au corps à corps. Mais au moins, cela laissait à Ian le temps de se dégager, et tant pis pour les trainards qui resteraient derrière. Après tout, ils avaient une mission à accomplir, ils n'allaient pas passer leur nuit ici!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 


Dernière édition par Murphy O'Ryan le Jeu 16 Fév 2012 - 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 15:35

Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Isis Lestrange
Dark Pipou
Messages : 2305 Crédits : Home made
Age du personnage : 24 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Archéomage et ethnologue attitrée des Héritiers
Faction : Les Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Une loutre, mais elle ne peut plus l'invoquer depuis quelques temps
Epouvantard : Un bain de sang, trauma de son enfance au manoir Malefoy pendant la guerre
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 17:50

Les hurlements de douleur étouffèrent rapidement la clameur des prisonniers lorsque trois d’entre eux s’enflammèrent comme des torches. L’un d’eux se jeta au sol mais les autres avaient passé trop de temps à Azkaban pour avoir un raisonnement aussi cohérent. Ils reculèrent brusquement en gesticulant dans tous les sens pour essayer d’arracher leurs vêtements par tous les moyens, semant la déroute parmi le reste des détenus qui ne tenaient guère à subir le même sort. Dans la cohue, des corps basculèrent alors par-dessus les rambardes de sécurité. La situation commençait à devenir incontrôlable. Isis s’en rendit compte tandis que le fouet de feu disparaissait au bout de sa baguette et qu’un prisonnier se ruait droit sur elle, les yeux plus exorbités que jamais. Trop tard pour réagir. Elle fit un pas en arrière et ferma les yeux lorsqu’elle crut que le choc serait inévitable, mais rien ne vint. Endossant pour une fois à la perfection son rôle de leader, Caïus Salamander venait de se précipiter en avant en rugissant la formule d’un sortilège d’affaissement. La passerelle s’effondra alors dans un grondement terrifiant juste devant Isis, qui rouvrit l’œil juste à temps pour croiser le regard terrifié d’un homme en train de chuter dans le vide. L’expression désespérée de son visage aurait certainement dut déclencher en elle une once de compassion, mais en cet instant le seul sentiment dont l’héritière était capable était le soulagement. À ses yeux sa vie avait plus de valeur que celle de tous ces forcenés réunis. Cela aurait été navrant d’hypocrisie de ne pas le reconnaître.

Grâce à son intervention musclée le chasseur de dragons venait de leur faire gagner de précieuses secondes. Isis en profita pour se reculer derrière ses coéquipiers et mettre ses neurones en activité. Elle était censée être brillante, ses proches la qualifiait souvent de petit géni à l’esprit ultra-rationnel, il était peut-être temps qu’elle s’en souvienne. Il devait y avoir des dizaines et des dizaines de prisonniers à chaque étage de la prison, les combattre était une perte d’énergie incroyable sans compter que ce n’était pas leur but. Ils étaient venus jusqu’ici pour libérer ceux qui étaient des leurs et retrouver Wilhelmina par-dessus tout. Wilhelmina… Isis n’avait rien oublié de la culpabilité qu’elle éprouvait à l’égard de sa disparition. Peu importe si elle se trouvait sous une pile de gravas lorsqu’elle avait été attaqué par Travers et Rosier, elle aurait dû trouver un moyen de la protéger malgré tout. Même si elle ne se blâmait pas entièrement de ce qui était arrivé elle en conservait une sacrée rage de réparer ce qu’elle avait foiré. Alors il fallait qu’elle réfléchisse ! En y pensant, son regard se posa sur la tour de contrôle. Derrière les baies vitrées elle pouvait voir les gardiens s’agiter dans tous les sens sans pour autant intervenir directement. Ils comptaient probablement sur la libération des prisonniers pour endiguer l’invasion, tout comme les détraqueurs attendaient sûrement le moment opportun pour se décider à participer aux festivités. La tour de contrôle devait également contenir le seul moyen d’accéder à la sortie pour peu qu’on ne soit pas équipé de balais volant.

Isis prit sa décision en un quart de seconde. Laissant à ses coéquipiers le soin de lancer des Brakium Emendo et autres sortilèges tout aussi sympathiques, elle rejoint le Moskovsky à grandes enjambées et lui intima de la suivre. Jusque-là il n’avait pas servi à grand-chose alors autant qu’il se rende utile. Elle comptait sur lui pour l’épauler s’il s’avérait qu’elle aurait besoin de la puissance de deux baguettes pour mettre son plan à exécution. Ils marchèrent ainsi jusqu’à la porte blindée qui séparait les passerelles de la tour centrale.

_ Bombarda Maxima, s’exclama alors Isis en pointant sa baguette droit devant elle.

Le plan était simple : les prisonniers ne cherchaient qu’à s’enfuir, non à leur mettre des bâtons dans les roues, il suffisait donc de leur donner ce qu’ils désiraient tant. S’ils les laissaient passer et qu’ils parvenaient à atteindre l’intérieur de la tour ils se chargeraient même d’occuper les gardiens, exactement comme ils l’avaient fait avec eux. Malheureusement, la porte semblait protégée par un sortilège de renforcement qui aspira la majorité de la puissance du sortilège. Un gong grave résonna sur la prison mais le passage resta résolument clos. C’est ce qu’Isis avait craint et c’est pour cela qu’elle avait réquisitionné Moskovski.

_ À moins que vous n’ayez une meilleure idée c’est le moment de réessayer ensemble.


    Dé 1 :
    Oui : La porte de la tour centrale est arrachée de ses gonds.
    Non : La porte est protégée par un sortilège de renforcement, il va falloir faire un peu mieux que ça pour finir de la défoncer.

    Dé 2 : (seulement si oui au premier)
    Oui : Isis se fond parfaitement avec le mur derrière elle.
    Non : Le sortilège de désillusion rate, il va falloir trouver un autre moyen pour éviter de se faire enquiquiner par les vilains prisonniers.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


They're going to bitch about me anyway,
so I might as well give them something to bitch about.


Dernière édition par Isis Lestrange le Mer 15 Fév 2012 - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 15 Fév 2012 - 17:50

Le membre 'Isis Lestrange' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
François Loiseau
Jeanne d'Arc
Messages : 905 Crédits : deadpool
Age du personnage : Quarante et un ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Détective
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Raton-laveur
Epouvantard : Un loup-garou, un loup-Grendel, recouvert de boue noire et sirupeuse, aux yeux bleus, de glace
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 7:31

    En fait, vous êtes perdus.
    Si tu as regardé avec admiration la jeune Lestrange se montrer probablement plus forte que tous les hommes que vous êtes (en même temps, ton idole est ta soeur, ce n'est pas surprenant que tu admires une jeune femme, en ce sens), tu as retenu difficilement un soupir agacé lorsque Salamander a réprimandé Clark comme s'il était un... un quoi ? Un inconnu, tout simplement, ou un idiot qui ne savait pas ce qu'il faisait.

    Et il avait fait s'effondrer la passerelle.

    Immobile, pétrifié, tu regardes le trou dans la passerelle. Les prisonniers qui tombent. Tu trembles un peu. Ils meurent tous. Et tu ne l'avais pas entendu auparavant. Tu crains le pire : tu as peur de ton esprit quand celui-ci se tait, autant que lorsqu'il se fait trop insistant. Tu échanges un regard sceptique et choqué avec Clark, côté diplomatie et efficacité disons que votre « leader » est probablement au niveau le plus inférieur. Tu grimaces en entendant les corps se fracasser au sol. Tu n'es pas un peureux, ni un faiblard, juste un profond pacifiste qui n'aime pas cela. La mort gratuite. Ces corps qui se fracassent.
    Les autres lancent des sorts, se fâchent, et toi, tu te demandes encore quoi faire.
    Tu voudrais te rattraper à Clark, qui connaît tes faiblesses. À Misha, aussi. À Murphy, même, s'il le fallait. Tu n'es pourtant pas là pour ça : tu dois montrer que tu vaux quelque chose, dans cette faction, que tu n'es pas qu'une fougère. Lestrange prend Misha avec elle, prenant l'initiative d'aller défoncer la porte de la tour, chose que tu les laisses faire, et tu décides de t'assurer qu'aucun de vos nouveaux amis ne viendra vous rejoindre de votre côté.

    Et dans ta tête, tout explose.

    Tu cries. Tu ne peux pas t'en empêcher. Tu mets tes mains sur ta tête et le monde s'efface autour de toi. Tout hurle. Les prisonniers, toi, Evan Rosier lorsque tu l'as attaqué, Ian, Isis, Ian, un morceau de pierres sur Ian, sa tête, « ATTENTION IAN ! », les voix, toujours les voix, « Vous allez bien ? VOUS ALLEZ BIEN ? NON NE ME TOUCHEZ PAS, JE VAIS VOUS DIRE TOUT CE QUE VOUS VOULEZ, MAIS NE ME FAITES PAS MAL ! ATTENTION, IAN, LA PIERRE ! ». Tu rouvres les yeux.
    Et tu la vois.
    La pierre, qui tombe d'un des niveaux supérieurs, qui ricoche contre la tour centrale et se dirige sur vous. Immédiatement, tu te dirige vers Blackburn, qui vous a tourné le dos avec mécontentement. Tu vois la pierre, tu la vois se diriger, et si dans ta tête tout explose, dans tes yeux, c'est la mort que tu vois.

    « ATTENTION, IAN, LA PIERRE ! »

    Tu te jettes sur lui.

    Dé #1:
     

    Tu te relèves lentement, sonné de ta vision. Trop forte, trop présente, trop imminente, trop là : ce n'est pas normal. Azkaban te tuera. Aucune conscience de rien, juste de ta tête, de ton corps qui vibre et de ta main qui aide Blackburn à se relever du sol. Les voix chuchotent encore dans ton esprit. C'est commencé. Tu ne veux pas que ça continue. Tu sais que ton esprit est atteint, affecté. Ta baguette se pointe sur ce qui reste de passerelle et, les yeux dans le vague, tu prononces un sort clairement, tes iris clairs fixés sur la pierre :

    « Deprimo. »

    Dé #2:
     


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



mécaniques générales Ma bouche est orpheline, ta peau de mescaline. Reste-là encore quelques minutes, pour me dire : ho mon bel ami, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts ? Je disais, ho ma belle amie, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts avec toi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 7:31

Le membre 'François Loiseau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Misha V. Moskovski
Nanouchka Machinski à son Caïus
Messages : 533 Crédits : Shiya
Age du personnage : 26 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Spécialiste de la sécurité magique à Pré-Au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Tigre de Sibérie
Epouvantard : Billy emporté par la démence.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 18:28

    Leur leader remplaçant bien aimé venait une nouvelle fois de montrer, accompagnée de sa voix mélodieuse, sa tendance à l’excès en provoquant l’affaissement d’une bonne partie de la passerelle. Mais bien sûr, et si le sort avait été trop puissant, hein ? Ils auraient tous eu l’occasion de faire des coucous à leur coéquipiers des étages inférieurs avant de s’écraser lamentablement au sol ! Quel éclat de génie ce Caïus, vraiment.

    C’était le chaos. Le sang, les cris, le désordre. Les détenus hurlaient, et Misha ne put s’empêcher de penser qu’ils venaient de mourir gratuitement, tous. Certes, ils avaient besoin qu’ils soient hors d’état de nuire, c’était un fait, ils n’étaient pas ici pour leur taper la causette et leur donner gentiment leur baguette et leur balai. Mais s’en débarrasser de cette manière ? C’était la dure loi de la guerre, après tout, et il en avait parfaitement conscience. Dans n’importe quel conflit, des innocents sont touchés, c’est le prix à payer pour revenir à la tranquillité. Et Caïus, avoir des remords ? C’était beaucoup trop lui demander, il poursuivait son chemin. Pendant quelques secondes, Misha se fit la réflexion que c’était peut-être le bon plan, d’être dépourvu d’humanité ? Quand on se bat, ça aide pas mal.
    Et quand bien même ces prisonniers avaient été condamné, certains d’entre eux ne devaient pas être plus dangereux qu’eux. Les arrestations arbitraires étaient nombreuses depuis la prise au pouvoir de Mervyn Kark. Les sorts pleuvaient du côté de Ian, Murphy, et celui qui avait pris les initiatives quelques minutes auparavant – et qui pour ça s’était vu recevoir un joli sobriquet par leur leader intérimaire, presque aussi laid que Nanouchka.
    Un peu plus loin, il vit François, qui semblait être dans un mauvais état. Les corps qui tombaient et qui affrontaient la mort devaient sans nul doute jouer sur son esprit tourmenté, et le russe s’en voulut de ne pas être à ses côtés pour tenter de soulager ce qui semblait se transformer en une crise comme l’une de celles auxquels il avait déjà assisté. Mais avant qu’il ait pu s’élancer vers lui alors qu’il hurlait quelque chose à l’adresse de Ian, la seule femme de leur groupe s’avança vers lui et lui intima de le suivre. Lançant un rapide coup d’œil à François qui aidait Ian à se relever et qui semblait donc avoir plus ou moins repris ses esprits, il emboîta le pas à sa coéquipière, retenant son agacement quant à la façon dont elle l’avait apostrophé et le regard hautain qu’elle avait posé sur lui. Non mais elle allait vite se détendre elle ! Néanmoins, dans un sens, elle avait raison. Observer les actions de ses collègues n’allait pas les aider, quand bien même il voulait s’assurer qu’ils allaient bien.

    Le plan de Lestrange était simple : défoncer la porte blindée de grande tour centrale de la prison. Il lança un rapide coup d’œil en hauteur : les gardiens semblaient complètement débordés – en même temps, Azkaban était considéré comme une forteresse imprenable, cela devait leur faire tout drôle. Pendant une seconde, Misha s’imagina la tête qu’allait faire leur premier ministre en apprenant la nouvelle. Jouïssif.

    La première tentative de sa collègue fut vaine. Derrière eux, François venait de détruire ce qu’il restait de passage pour les prisonniers qui se trouvaient au-delà du trou fait par Caïus. Et alors que Lestrange lui demandait gentiment s’il avait une meilleure idée pour détruire la porte, le russe ravala sa fierté – ce n’était pas le moment-, lança un regard entendu avec Lestrange et leva sa baguette avec détermination.

    « BOMBARDA MAXIMA ! » hurla-t-il avec hargne, en chœur avec sa coéquipière. Aussi vite, il se protégea instinctivement le visage, anticipant la force des deux sorts combinés.



OUI : Le sort fonctionne, et même si la porte blindée n’est pas totalement détruite, le trou est suffisamment grand pour laisser passer au moins trois personnes en même temps. Quelques débris volent mais ne font qu’effleurer Misha et Isis. En somme, que des égratignures.

NON : Le sort fonctionne plutôt bien, mais la puissance du sort est telle que des débris touchent Isis et Misha, blessés pas gravement mais ça reste embarrassant(where you want girl) pendant que les autres derrière eux parviennent de justesse à échapper à ces débris. Le sol a tremblé sous leurs pieds.


Dernière édition par Misha V. Moskovski le Jeu 16 Fév 2012 - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 18:28

Le membre 'Misha V. Moskovski' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 16 Fév 2012 - 21:42

Le calme après la tempête. Caïus observait le champ de bataille dévasté, abandonné et plus troué qu’un morceau d’emmental suisse. Tous les prisonniers s’étaient échappés petit à petit, ne laissant derrière eux que des ruines fumantes et poussiéreuses.

Bon, c’est pas tout ça mais il avaient du boulot ! « Bon, vous allez vous répartir en binômes pour faire le tour de l’étage. Loiseau avec O’Ryan, Capucine avec Blackburn et Lestrange avec Machin-ski ! » Le ton du Salamander était sans appel. « Loiseau, il faut qu’on parle avant. » Alors que les binômes s'éloignaient, le chasseur de dragon prit le détective à part et posa sa grosse main sur son épaule, puis lui demanda d’un ton inquiet. « Hé, ça va ? » Caïus était une brute, un rustre, un idiot ou tout ce que vous voulez, mais Caïus n'était pas un connard sans cœur comme cet enfoiré de Kark. Bien sûr, il charriait ses hommes de temps en temps et se plaignait quand ils faisaient des conneries mais il n’était pas du genre à les laisser crever la gueule ouverte, surtout quand ils étaient là pour l’aider à retrouver sa femme. La crise de François l’avait inquiété, aussi il voulait s’assurer personnellement qu’il allait bien.

Une fois parfaitement sûr que François n’était pas sur le point de faire un AVC, Caïus l’envoya rejoindre Murphy. C’est à ce moment-là qu’il se rendit compte du froid pénétrant qui venait de tomber sur tout l’étage. Des détraqueurs… Merde ! Quatre silhouettes sombres flottaient lentement vers eux, aspirant le peu de joie de vivre qu’ils ressentaient à ce moment.

Informations rp

ϟ Il y a un détraqueur par couple plus un dernier pour Caïus Brutus.
ϟ Il vous faut deux lancers de dé positifs pour faire fuir votre détraqueur !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
François Loiseau
Jeanne d'Arc
Messages : 905 Crédits : deadpool
Age du personnage : Quarante et un ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Détective
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Raton-laveur
Epouvantard : Un loup-garou, un loup-Grendel, recouvert de boue noire et sirupeuse, aux yeux bleus, de glace
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 4:28

    Tu n'as pas le temps de lever un pouce approbateur en direction de Misha, qui a réussi à défoncer la porte de la tour de garde avec l'aide d'Isis, que Salamander vous aboie des ordres. En binôme. Tu te retrouves une nouvelle fois avec O'Ryan, ce qui te conforte grandement. Tu aimes la routine, plutôt paradoxal pour un ancien policier, et travailler avec quelqu'un que tu connais te rassure. Tu sais que vos gestes seront mieux accordés, peut-être, ou tout simplement que tu seras mieux répondre à ses idées.
    Tu esquisses un mouvement pour aller rejoindre Murphy, mais Salamander t'arrête dans ton geste. Il veut te parler. Immédiatement, une boule d'angoisse commence à naître dans ta poitrine. Il a remarqué -qui ne l'a pas remarqué ?- ta crise, rapide, passagère, fulgurante. Il va te renvoyer de la mission. Ou sinon te traiter de faiblard imbécile peureux (chose que tu peux être, tout dépendant du point de vue). La lourde main de Salamander se pose sur ton épaule et sa voix se fait basse, inquiète :

    « Hé, ça va ?
    - Oui, je... Tu hésites et te reprends. Là ça va. Si ça tourne vraiment mal, vous allez vous en rendre compte. Merci. »

    Tu sens que tes mots ne rassurent votre chef par intérim qu'à moitié, mais tu es content de voir qu'il s'inquiète de ta santé. Mentale, actuellement, surtout. Tu hoches la tête lorsqu'il te fait signe d'aller rejoindre O'Ryan, aux côtés duquel tu te places. Laissez-moi voir mes enfants ! Je n'ai rien fait de mal, LAISSEZ-MOI VOIR MES ENFANTS. Regardez-moi cette belle plante, pas mal mieux que toutes ces gourgandines de sang-de-bourbe... alors, ma jolie, t'as peur ? ») Ta main droite tient ta baguette si fermement que tu peux sentir les reliefs de son bois s,imprimer dans la paume de ta main. Tu en oublies presque le froid qui te prend aux os et qui te rappelle douloureusement tout ce que tu as vécu ici.

    Ton souffle se bloque dans ta poitrine. Tu ne respires plus. Tes yeux sont obnubilés par le Détraqueur, tandis que celui-ci semble hésiter entre O'Ryan et toi. Tu lèves ta baguette en tremblant et fermes les yeux, tentant de trouver un souvenir extrêmement heureux. Le silence, un instant, puis tu repenses à Poudlard. Poudlard et Clark, les soirées dans la salle commune avec lui, vos rires, les balades autour du lac Allez, chérie, aies pas peur, je vais pas te manger, tu vas aimer ça, j'en suis certain, JE VAIS VOUS TUER SALE CREVURE DE RAT D'ÉGOÛT, mes enfants, laissez-moi voir mes enfants »), Poudlard, la neige, oui, Clark, Clark, Clark, vos récentes retrouvailles. « Spero Patronum » dis-tu clairement, n'ouvrant pas rouvrir tes yeux pour voir la Chose.

    Dé #1:
     

    Et rien. Tu gémis et ouvres les yeux, pour trouver le Détraqueur beaucoup trop proche de ton visage. Trop proche de toi, intéressé par cette faiblesse, ce désespoir qui s'échappe de toi, qui émane de toi comme une aura. Tu vas hurler, pleurer, tu ne sais pas encore, mais pour l'instant, tu restes immobile et entends les voix se cogner dans ta tête, se chevaucher, des cris se superposer à des litanies endormantes. Tu veux dire à O'Ryan de faire quelque chose, mais impossible de bouger. Tu te mords la langue nerveusement et tu sens le goût de sang inonder ta bouche, salé et métallique. Pas foutu de faire un Patronus, pas foutu d'être utile, ni même de faire des prédictions complètes, justes, exactes. Juste bon à être un poids.
    Tu as peur.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



mécaniques générales Ma bouche est orpheline, ta peau de mescaline. Reste-là encore quelques minutes, pour me dire : ho mon bel ami, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts ? Je disais, ho ma belle amie, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts avec toi ?

Spoiler:
 


Dernière édition par François Loiseau le Ven 17 Fév 2012 - 4:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 4:28

Le membre 'François Loiseau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ian Blackburn
Léchouilleur en puissance
Messages : 1146 Crédits : Bazzart
Age du personnage : 27
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Grade-chasse à Poudlard
Faction : Héritier
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Panthère Longibande
Epouvantard : Allister, mort.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 14:57

Ian aurait presque eu le temps d'être blessé dans son orgueil par le manque de réaction de ses collègues devant sa démonstration de virilité si le balafré du groupe, Loiseau c'est ça? Pétait un câble et se jetait sur lui en hurlant son nom. Ian grogna en touchant lourdement le sol, à peu près aussi gracieux qu'un ivrogne rencontrant le caniveau. Il manqua de repousser violemment François et s'arrêta en voyant le gros morceau de pierre se fracasser à l'endroit même où il se trouvait quelques secondes plus tôt. Non mais c'était quoi cette lose là? D'abord le fou furieux qui tente de l'assommer et ensuite le bâtiment lui-même qui lui tombait dessus.

Il avait la tête qui tournait salement en se relevant avec l'aide de François. Deux coups sur la tête à moins de quelques minutes d'intervalle, il commençait à voir des petits poussins lui voleter autour du crâne. Il donna une tape amicale sur l'épaule de François et lui passa une seconde la main sur la nuque, hochant la tête en signe de remerciement avant de se reconcentrer sur ses environs, histoire de ne pas se reprendre un truc sur le crâne tout de suite. Sa baguette était serrée dans son poing, et heureusement d'ailleurs, il aurait sûrement piqué une crise si elle était tombée par-dessus bord.

Alors qu'il reprenait ses esprits, Loiseau finit de détruire la passerelle qui les séparait des prisonniers de toute façon toujours coincés dans son cercle de flammes. Il sentait toujours la chaleur des flammes sur son côté. Les autres prisonniers avaient profité de la confusion pour filer. Il prit une seconde pour exhaler une expiration un rien sifflante et écouta Caïus qui pour une fois se décida à jouer au leader. Et être utile même. Une fois n'était pas coutume.

Il se vit mis en binôme avec Capucine. Enfin machin quoi, beau gosse. Bien, le mec semblait savoir ce qu'il faisait, et c'était toujours mieux qu'être calé avec Lestrange. Bon, si on lui avait demandé il aurait préféré avoir Murphy sous la main, ne serait-ce que pour être là s'il lui arrivait quelque chose, pour pouvoir le protéger. Il savait aussi qu'il était bon avec Misha en duo, malgré toutes leurs blagues. François quant à lui avait l'air prêt de péter une durite… bref tout allait bien quoi. Il hocha la tête en direction de BeauGosse et ils partirent de leur côté, et en trois pas il sentit la température tomber de dix degrés au moins. Ho ho.

Sa respiration se fit tremblante alors que toute la motivation s'échappait et que la peur et la déprime l'envahirent. Il ravala sa salive et fronça les sourcils, tentant de se rappeler qu'ils étaient là pour sauver Willie, qu'ils allaient tout poutrer et qu'il fallait qu'ils réussissent. Ne serait-ce que pour ne plus avoir à subir Caïus.

"Spero Patronum"

Dé :
Spoiler:
 





Dernière édition par Ian Blackburn le Ven 17 Fév 2012 - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 14:57

Le membre 'Ian Blackburn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 21:26

Hum…Il rouillait le tireur d’élite là. En même temps quand on a pas lancé d’autres sorts que des sorts du quotidien, demandant peu de concentration et de savoir-faire pendant plus de dix ans…C’est sûr que ça a parfois du mal à revenir comme ça. Mais le gros avantage de cette opération, il n’était pas seul, si lui ratait, ce n’était pas la fin des mandragores. La preuve, il venait de rater son Brakium Emendo que l’autre Blackburn du groupe lançait un bon sortilège que lui-même ne connaissait que de nom ; surement un sortilège mis au programme depuis que les matières s’étaient transformées après son départ de Poudlard (après la mort du Survivant, lui susurrait une petite voix insidieuse dans sa tête). Il se sentait très vieux d’un coup. Bah, ce n’est pas comme si c’était nouveau.

Sans aucun ordre et aucune coordination, ça tirait de tous les côtés, des sorts divers et variés, plus ou moins puissants, plus ou moins violent. Il devait bien avoué qu’il n’était pas habitué à être aussi désorganisé dans une opération. Tout le monde faisait de tout, et lui ne savait plus quoi faire. Il vit cependant Ian partir comme un hippogriffe enragé vers la tour, leur objectif commun, et entendit plus qu’il ne vit la seule femme de leur petit groupe lancer un sort très puissant, n’ayant pourtant que peu d’impact. Même s’il ne lançait pas se sorts, Clark n’étaient pas resté inactif pour autant ; il avait juste agi à l’instinct plutôt qu’aux ordres. Un prisonnier un peu trop proche ? Hop, un bon crochet du droit. L’abruti qui avait failli frapper un grand coup son neveu ? Balancé sans ménagement par-dessus bord après que Murphy ait tenté de l’assommer. Non, Clark ne faisait pas franchement dans la dentelle quand il en venait à la méthode moldue. Surtout que pour le moment il ne servait à rien et ça l’énervait.

Celui qui le fit sortir de cet énervement idiot et qui lui remit les pieds sur terre, ce fut François avec son cri d’avertissement. Bien que non dirigé vers lui, il interpella Clark par son urgence et parce qu’il connaissait suffisamment bien son vieil ami pour savoir que ça n’était pas bon. Comprenant la situation en moins d’une demi-seconde, il eut pourtant l’une des visions les plus horrible de sa vie : la pierre qui tombait vers Ian, qu’il s’était promis de protéger lors de cette mission par respect pour son frère, comme au ralenti et lui, sachant pertinemment qu’il était trop loin pour atteindre son neveu à temps pour lui empêcher une rencontre douloureuse avec la pierre. Tout se déroulait au ralenti, terriblement et affreusement au ralenti. Jusqu’à ce que François, ce cher François, ne fasse ce que lui avait voulu faire. D’un coup la respiration qu’il ne se rappelait pas retenir lui échappa en un soupir soulagé qui ne dura pas bien longtemps, vu l’état dans lequel se trouvait son ami. Dire qu’il était inquiet aurait été un euphémisme, un beau avec cela. Loiseau était pâle, semblait un peu perdu, alors qu’il lançait un Déprimo avec le plus grand professionnalisme dans une situation comme celle-ci. Ca ne l’empêchait pas de vouloir aller voir comment il se portait.

Cet élan fut subitement coupé par une forte explosion qui le désorienta quelque peu, puis par Caïus qui réussit à se rendre utile. Comme quoi, il pouvait très bien arriver à prendre ses responsabilités de leader et cela avec brio. Seule chose à corriger : Son timing…Parce que là, même si ça n’était pas trop tard non plus, il fallait bien avouer qu’il avait pris son temps. Maintenant il lui était impossible d’aller voir François, de s’assurer que tout allait bien. Caïus venait de le prendre en aparté, mauvais signe. Clark se fit une promesse, à la fin de tout cela, il irait voir François et ne le quitterait pas tant qu’il ne serait pas sûr que tout aille bien.

Se retrouver avec Ian fut une bonne chose. Il ne connaissait que peu de personne dans ce groupe, beaucoup de vue, peu de connaissances réelles…Soudain, la température chuta de manière drastique et un sentiment d’effroi et de terreur s’empara de lui. C’est vrai, les Detraqueurs ! Comment avait-il pu oublier ces horribles êtres ? Très vite, il passa en revue tous les souvenirs heureux qu’il ait en mémoire : Ses années à Poudlard, Anna, son fils, Bruce…Cependant Ian fut plus rapide que lui et le détraqueur fuit avant même que Clark n’ait pu lever sa baguette. Il prit un carré de chocolat pour se remettre de la créature et reprit ses esprits : Pour l’instant, plus personne à mettre hors du chemin, autant se mettre à chercher leur cible : Mme Salamander, leur cher leader. Dessinant deux cercles et une croix dans ces cercles, il prononça la formule.

"Revela Te" Clark attendit que la carte apparaisse complètement, puis prononça le nom qu’il cherchait "Wilhelmina Salamander"

Ahah! Pas si rouillé que cela le papy! Il aurait bien voulu courir à son leader pour le tenir au courant de la situation, mais ça serait perdre la carte. Restant concentré, Clark se contenta d'appeler Ian.

"Ian, préviens Caïus qu'on sait où est sa femme..."
le plus vieux des Blackburn observa attentivement la carte, cherchant à la mémoriser au mieux, sachant pertinemment qu'il ne pourrait maintenir ce sortilège très longtemps; pas avec les gardes, les détraqueurs et toutes les autres perturbations qui grouillaient dans cette prison...

Spoiler:
 


Dernière édition par Clark Blackburn le Ven 17 Fév 2012 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 21:26

Le membre 'Clark Blackburn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Misha V. Moskovski
Nanouchka Machinski à son Caïus
Messages : 533 Crédits : Shiya
Age du personnage : 26 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Spécialiste de la sécurité magique à Pré-Au-Lard
Faction : Héritiers
Maison : Gryffondor


Rapeltout
Patronus : Tigre de Sibérie
Epouvantard : Billy emporté par la démence.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 17 Fév 2012 - 23:10

    Les prisonniers s'étaient enfuis les uns après les autres, ou étaient morts. En tout cas, il n'étaient plus là. Le silence relatif qui régnaient était pesant, lourd, et étrange, dans le sens où cela faisait maintenant plusieurs longues minutes que les hurlements et les cris n'avaient cessé de fuser dans leurs oreilles. Maintenant, il s'agissait de reprendre son sang froid, et de se recentrer sur la mission. Retrouver leur leader respecté, Wilhelmina.

    Profitant de cette accalmie, Caïus lança ses directives, et Misha retint un grognement de mécontentement. ça allait bien deux minutes, les surnoms pourris! Après Nanouchka et Machinski, il se demandait bien ce qu'il allait bien pouvoir trouver pour se foutre de sa gueule. En attendant, il se retrouvait avec Lestrange, et ça ne l'enchantait guerre non plus. Pas qu'elle était foncièrement méchante ou insupportable, mais elle était agaçante, et il est certain qu'il aurait préféré se retrouver avec Ian - en général, à deux ils géraient plutôt bien. Ou même avec François, comme ça, il aurait pu faire attention à lui -il espérait que Murphy le ferait. Au moins, et c'était tout de même une consolation, il n'aurait pas à supporter Caïus pendant un certain temps. Et ça, c'était quand même un gros avantage.

    D'un commun accord avec la seule femme du groupe - mais qui était plus doué qu'eux, ou du moins de lui, pour le moment, c'était clair, enfin, il ne l'avouerai jamais mais c'était un fait avéré même s'il pouvait se rattraper plus tard-; il enfourcha son balai et ils se rendirent de l'autre côté de la passerelle, au niveau des cellules. Juste avant de partir, il put apercevoir Caïus qui semblait.... s'inquiéter pour François, et à dire vrai il eut du mal à y croire. Caïus, s'inquiéter pour ces hommes? C'est bien la première fois qu'il voyait ça -ou du moins, de manière aussi flagrante.

    Mais alors qu'il posait pied à terre, il sentit un froid glacial et humide l'envelopper, et engourdir ses muscles. L'abattement commençait à se faire sentir, il comprit tout de suite ce qu'il se passait:

    Les détraqueurs étaient là.

    Il lança un rapide coup d'oeil à sa coéquipière. Il n'avait encore jamais eu affaire à ce genre de créature, et il n'avait pas envie de tester l'expérience.

    Mais quelques secondes passèrent, et il comprit que cela ne devait sans doute pas être un centième de ce qu'il avait imaginé.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Murphy O'Ryan
Messages : 599 Crédits : deadpool
Age du personnage : 28 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Professeur de potion
Faction : Héritier infiltré Ombre
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 13:32

La passerelle qui volait en éclat, la porte blindée explosée par un sort, le fracas des pierres sur le sol ! Tout cela en quelques secondes à peine, si rapide qu'il faut un instant à Murphy pour réaliser ce qu'il vient de se passer. D'autant plus que son attention a été largement accaparée par le cri de Loiseau et son sauvetage in extremis de Ian. Et Murphy ne put s'empêcher de le fusiller du regard, comme s'il était lui-même responsable de ce qui avait faillit arriver, alors qu'il vérifiait que son ami se relevait bien. Mais son instant de rancœur se transforma rapidement en une forme d'inquiétude se traduisant par un froncement de sourcil alors qu'il remarquait l'état de Loiseau, son teint pâle, son air.. nerveux? Il ne le connaissait pas très bien, mais il n'en avait pas non plus besoin pour voir que son ancien coéquipier n'était pas vraiment dans son état normal.

Cependant, Murphy n'avait pas vraiment le temps de s'interroger plus longtemps sur cela. Profitant d'une accalmie de leur situation alors que tous les prisonniers semblaient pour le moment hors d'état de leur nuire, Caïus sembla enfin vouloir se montrer efficace dans son rôle de leader et commença à organiser des groupes. Murphy sentit sa mâchoire se crisper, ses dents grincer alors que Ian était mit en groupe avec le restaurateur qui avait déjà su se montrer si efficace. Bon, il se retrouvait avec François... Il le connaissait assez pour savoir que l'homme avaient des atouts certains, notamment ses anciennes fonctions de membre de la Brigade. Bon. Au moins ne se retrouvait-il pas avec cette femme qui semblait tous les mépriser ouvertement. Enfin, Lestrange.... Ceci expliquant cela. Et d'ailleurs, en parlant d'elle :

"Hey, Lestrange, c'est à toi ça."

Le ton était loin d'être aimable, mais en même temps, Murphy n'avait pas vraiment apprécier de se faire refourguer ce balais en plein combat, l'encombrant plus qu'autre chose. Bon, il lui avait au final servi malgré tout, et il lui rendait avec quelques branches tordues après s'en être servi comme batte de Quidditch. En même temps, si elle s'était débrouillé pour le garder, hein... Aussi Murphy s'était-il approché pour lui rendre le-dit balais en attendant que Loiseau en est fini avec Caïus. Il aurait pu le lui lancer, mais bon, vu le vide alentour, mieux valait choisir la précaution. Il n'aimait pas beaucoup cette fille, mais ce n'était pas pour autant qu'il allait prendre le risque de lui faire perdre leur meilleur outil d'évasion. Et lui avait au moins maintenant les mains bien plus libres pour rejoindre Loiseau.

Il ne dit rien, ne fit aucun commentaire sur ce qu'il s'était passé. Juste un regard un rien plus appuyé, ça allait aller? Et soudain, le froid, augmentant lentement, l'impression latente de perdre toute joie... Oui, ça avait intérêt à aller en fait, parce que sinon, ils allaient vite se retrouver dans un pétrin pas possible! Car déjà, la silhouette d'un Détraqueur apparaissait, tournant lentement son corps vers eux. Murphy avait l'impression de pouvoir déjà sentir l'air se putréfier autour d'eux, alors qu'il avait froid, tellement froid... Les yeux légèrement écarquillés, on aurait pu le croire pétrifier, pendant quelques instants.

Mais c'était de la panique, juste de la panique, et il était hors de question qu'il se laisse dominer ! D'un geste brusque, il se mordit l'intérieur de la joue pour reprendre ses esprits, se concentrant au maximum. Ils devaient l'éloigner maintenant, plus il serait prêt, plus cela deviendrait difficile. Un souvenir heureux, vite ! Ian, Ian... Le premier noël chez les Blackburn, le premier noël qu'il avait passé avec une vrai famille, le premier vrai noël de sa vie... Le regard du jeune irlandais se fit plus sûr, plus décidé. Il pouvait le faire, il pouvait y arriver. Il ne comptait pas vraiment sur Loiseau en cet instant, il avait eut l'air trop mal en point pour pouvoir affronter maintenant une de ses fétides créatures. Alors Murphy se raccrocher à son souvenir, serrant sa baguette à s'en faire mal, suivant instinctivement les leçons données il y a tant d'années par Ian pour l'entraîner aux sortilèges :

"Spero Patronum !"

Dé :

Spoiler:
 

Murphy aurait pu en hurler de joie dans d'autre circonstances devant une tel résultat. Il se savait capable de faire apparaître un Patronus en temps normal mais il avait douté de lui-même face à un Détraqueur en chaire et en os, si tant est qu'ils en aient réellement. Cependant, il n'était pas temps de se reposer sur ses lauriers. Au contraire, une telle réussite ne fit que renforcer la détermination de Murphy, qui serra plus fort encore sa baguette, presque à l'en briser. Il ne devait pas faiblir, il devait le renvoyer, se concentrer, plus fort encore!

Dé 2 (seulement si oui au premier dé)

Spoiler:
 

Murphy plissa les yeux sous l'effort que lui demandait son Patronus. Mais déjà, il sentait des perles de sueurs naître sur son front. Il devait vraiment faire appel à toute sa concentration pour faire reculer le Détraqueur. Et pourtant le froid s'insinuait, perfide, alors que les souvenirs et le sentiment de bonheur qui leur était lié semblait vouloir lui échapper....

"Loiseau!"

Il avait besoin d'aide, il n'y arriverait pas seul! Loiseau pouvait le faire, il en était certain. Le Détraqueur avait déjà perdu de son influence sur eux. Juste un petit effort, et à eux deux, ils y arriveraient!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Spoiler:
 


Dernière édition par Murphy O'Ryan le Sam 18 Fév 2012 - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 13:32

Le membre 'Murphy O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Isis Lestrange
Dark Pipou
Messages : 2305 Crédits : Home made
Age du personnage : 24 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Archéomage et ethnologue attitrée des Héritiers
Faction : Les Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Une loutre, mais elle ne peut plus l'invoquer depuis quelques temps
Epouvantard : Un bain de sang, trauma de son enfance au manoir Malefoy pendant la guerre
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 14:42

Isis leva les bras devant son visage pour se protéger du souffle de l’explosion qui charria avec lui une fine pluie de débris. Elle sentit quelques-uns d’entre eux écorcher la blancheur de sa peau mais rien de cela n’était grave. Cinq ou six écorchures, à peine. L’important c’est qu’ils avaient réussis. En combinant leurs efforts les deux sorciers étaient parvenus à creuser un trou béant à travers la porte blindée de la tour de contrôle. Isis se retourna alors vers son camarade et avec un naturel foudroyant elle lui décocha un grand sourire qui illumina son visage d’une lueur candide. L’espace d’une seconde, le masque de l’héritière d’une des plus prestigieuses familles de sang-pur venait de lui glisser entre les doigts, emporté par l’imprévisible de la situation dans laquelle ils se trouvaient. Lorsqu’elle s’en rendit compte, la jeune femme rougit violement et détourna prestement le regard tandis que son sourire désertait ses lèvres encore plus rapidement qu’il n’y était apparu. Le Moskovski était un sorcier de sang basique, un homme dont elle ignorait jusqu’à l’existence avant ce jour, faire preuve d’une telle familiarité à son égard était loin de faire honneur à la retenue que lui imposait son rang. Aussi gênée fut-elle, Isis eut pourtant la chance de ne pas côtoyer le sentiment bien longtemps. Un prisonnier auquel il n’avait pas échappé que la voie était dorénavant libre venait en effet de la bousculer, la projetant contre la rambarde avant de se précipiter dans la tour. Il fut imité par la majorité des bagnards se trouvant de leur côté de la passerelle. Quant à ceux qui avaient encore dans l’idée de les dépouiller de leur baguette, ils furent gentiment assommés ou expédiés par-dessus bord par le reste de son équipe.

Bientôt les Héritiers se retrouvèrent enfin seuls au milieu d’un nuage de poussière. On entendait encore le tumulte des combats provenant des autres étages mais ils se regroupèrent dans ce qui semblait être un calme relatif comparé à la confusion des dernières minutes. « Effectivement, merci, mais la prochaine fois que vous vous permettez de me tutoyez de la sorte je ne serais pas aussi conciliante alors rappelez-vous vos manières. » Isis "remercia" rapidement le O’Ryan qui lui rendait son balai, puis elle écouta attentivement les directives de Caïus qui les répartit en duo pour fouiller l’étage. Elle se retrouvait à nouveau avec Moskovski, ou Machinski d’après les dires de leur leader - elle avait probablement mal compris le nom du commerçant lors de la réunion au QG. Cette répartition la laissa indifférente. Les seuls personnes en lesquelles elle avait confiance pour protéger ses arrières n’étaient pas présentes, alors lui ou un autre… Après tout quelle différence ? La Lestrange enfourcha alors son balai et elle et son coéquipier survolèrent le gouffre pour atterrir de l’autre côté de la passerelle, à la hauteur des cellules. Ils avaient à peine posés le pied par terre lorsqu’un froid glacial, plus mordant encore que celui de l’hiver le plus terrible, les saisit jusqu’à l’os. Une couche de givre était apparue sur le manche du balai d’Isis. Étouffant une exclamation de surprise, elle le lâcha alors avant que la glace n’ait eu le temps d’atteindre sa main.

Les détraqueurs passaient à l’attaque.

Enfin, ne put s’empêcher de penser l’héritière avant de se rendre compte de l’aberration de ses propos. Mais il était déjà trop tard. Le malheur et le désespoir s’insinuant en son être s’était déjà emparé d’elle, réveillant le glaive dans ses pensées, la poussière dans ses rêves, et la folie qui sommeillait profondément dans les plis de son esprit déchiré par l’éclair s’élançant de derrière le tonnerre. Tout ce qu’il y avait encore de bon en ce monde était en train de disparaître. Un frisson remonta alors le long de sa colonne vertébrale et elle se retourna lentement tandis que sa bouche exhalait un nuage blanc. Elle était là, la silhouette drapée de noir ayant si longtemps nourrit ses cauchemars. Là. Devant elle. Toute proche. Flottant dans les airs à quelques mètres à peine. Isis sentit ses doigts se crisper autour de sa baguette mais son bras resta immobile le long de son corps. Une part d’elle lui hurlait de fuir, de se défendre, de se débattre comme un dragon furieux face au danger qui la guettait, mais quelque-chose l’en empêchait. C’était une petite voix, un murmure à la fois tendre et inquiétant qui répétait son nom inlassablement. Isis, Isis, Isis, Isis, Isis… La voix de sa mère. Elle l’entendait fredonner une chanson par-dessus les hurlements et les cris de panique. Ils mouraient. Des gens mouraient, des dizaines, et des dizaines. Des éclairs de lumière verte traversaient son esprit tandis que le rire d’un homme martelait les parois de son crâne. Dur et froid. Du sang. Il y avait tellement de sang. Partout. Sur ses pieds, sur ses mains, sur sa jolie robe blanche que lui avait offerte sa tante pour son premier anniversaire. Narcissa. Morte, elle aussi. Disparue dans le sang, comme celui qui recouvrait les cadavres de ses parents. Elle était petite, si petite, minuscule, mais elle se souvenait. Les corps étendus sous les draps blancs. Les corps mutilés avalés par le serpent. Et ce sang sombre aspiré par le tissu blanc.

Obéissant à une pulsion morbide, Isis se mit à marcher vers le Détraqueur. Sa baguette lui glissa entre les doigts et elle tendit lentement sa main vers l’avant. Elle voulait seulement les revoir, ces fantômes qui hantaient ses souvenirs. Les revoir une toute dernière fois. Une toute dernière fois. Car malgré l'horreur ils étaient ce qu'il lui manquait le plus au monde.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


They're going to bitch about me anyway,
so I might as well give them something to bitch about.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 19:30

Un Détraqueur. Il n’avait pas de temps à perdre avec un Détraqueur. Il sentit le froid, et bla, et bla. Mais bon, ce n’était pas comme si Caïus Salamander craignait un Détraqueur. Il lui jeta son Patronus à la gueule, le regarda fuir loin, très loin –normal d’avoir peur d’un mec aussi balèze que lui- et reporta son attention sur les pignoufs qu’on lui avait attribué. Il plissa les yeux, tous semblaient s’être débarrassés de leurs Détraqueurs. Non, pas tous. BORDEL LESTRANGE ! A QUOI TU JOUES ?! Cette conne se dirigeait droit sur le Détraqueur, et avait laissé tomber sa baguette au sol. Ni une, ni deux, il se jeta vers elle et le russe, pour sortir un nouveau Patronus. Une seconde, un flottement régna alors que le dernier bouffeur d’âmes s’en allait emmerder quelqu’un d’autre. Non mais tu fous quoi ?! On est en mission j’te rappelle ! Tu vas me faire le plaisir d’arrêter tes conneries ! Puis il se tourna vers Machinski. Et toi Nanouchka ? Tu ne sers à rien si tu restes planté devant celui que tu dois défoncer ! T’es pas là pour faire la décoration ! Il était furieux ! Tout simplement furieux ! Qui lui avait foutu de pareils abrutis ?! Puis il en remarqua encore un autre. CAPUCINE ! Quelqu’un t’a demandé de partir à la recherche de ma femme ?! Rends-toi utile : aides tes camarades au lieu de faire n’importe quoi ! Tu ne crois pas que si c’était aussi simple, un petit Revela Te, on se serait emmerdé à fouiller chaque étage ? Les perceptions magiques sont brouillées ici ! Il y a trop souvent eu des expériences louches… Alors annules ton sort illico presto ! Caïus voyait rouge, c’était le moins de le dire. Fallait vraiment tout leur expliquer à ces tarlouzes-là ! Bon, y a personne ici ! On descend au septième étage. On fouille et on descend si on trouve rien. Saisissant son balai, Caïus grimpa dessus et se dirigea vers l’une des passerelles du 7e, sur laquelle il se posa.

*

Elle ouvre les yeux difficilement. Elle repousse les pierres. Elle a mal. Elle est habituée à la douleur. Non. On ne s’habitue jamais à la douleur. Elle a mal. Elle se relève. Essaye de se relever. Elle rampe. Elle veut sortir de sa cellule. La porte est ouverte. Peut-elle être libre ? Elle entend des voix. Des voix d’hommes. Une voix d’homme. Bourrue. C’est lui ! Est-ce que c’est lui ? Peut-être. Peut-être pas. Elle doit savoir. Elle se lève. Elle sort. Et elle le voit. Elle les voit. Six hommes. Tous comme lui. Non. Pas comme lui. C’est lui. Il revient ! Il revient pour elle ! Elle voit le premier. Ne pense plus qu’à lui. En plusieurs exemplaires, pour mieux la torturer ! Elle hurle ! Elle se jette sur lui ! Elle va lui faire payer ! Elle prend son poignet qui tient sa baguette ! Elle mord dedans. La baguette tombe. Elle la récupère. Son regard est vitreux. Elle va le tuer. Elle va les tuer. Mais d’abord, elle va le faire souffrir ! Le premier exemplaire a le poignet en sang. Elle s’intéresse aux deux derrière lui. ENDOLORIS ! Elle sent la fatigue. Elle entend les hurlements. Le sort n’a duré que dix secondes. Mais elle s’arrête. Elle ne s’enfuit pas. Elle n’a pas peur. Elle va le tuer.

Informations rp

ϟ Vous avez à faire avec votre premier psychopathe d'Azkaban : l'assassin fou !
L’assassin fou : (30ans) Cette femme est folle, voici ce que tout le monde vous dira. Cette femme a vécu le martyre. Dolorisé par un homme qui est aujourd’hui en cavale, elle a vécu terrée ne pouvant plus voir personne. Quand enfin elle c’est mêlée à la population, elle voyait son tortionnaire dans chaque homme brun d’une trentaine d’année. Folle de rage, elle tuait son tortionnaire, sauf qu’il réapparaissait constamment, la rendant chaque fois un peu plus folle. Elle fut arrêtée et elle purge sa peine depuis sept ans. On ne compte pas le nombre de victimes qu’elle a fait.
ϟ Vous ne pouvez pas la tuer, même pas avec deux lancés de dés, seulement l'attaquer. Vous ne pourrez l'éliminer que quand on vous l'aura dit.
ϟ Celui qui a le poignet mordu est Clark. Ceux qui ont subit le Doloris sont Ian et Murphy.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
François Loiseau
Jeanne d'Arc
Messages : 905 Crédits : deadpool
Age du personnage : Quarante et un ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Détective
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Raton-laveur
Epouvantard : Un loup-garou, un loup-Grendel, recouvert de boue noire et sirupeuse, aux yeux bleus, de glace
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 20:05

    Le cri de Murphy te sort de ta torpeur. Tu t'es perdu, quelques instants, dans ta tête. ENDOLORIS ! Laissez-moi voir mes enfants ! Allez, ma jolie, ne te débats pas... ») Tu reviens à la réalité et voit un renard d'argent sauter à la gorge du Détraqueur, qui recule sous l'attaque. Murphy a réussi. Il a réussi, lui. Tu lèves ta baguette, bien décidé à retenter une attaque, mais le Patronus de Salamander finit de repousser les Détraqueurs avant que tu aies le temps de faire quelque chose. Puis, il hurle. Pas sur toi, tu en es fort content, mais il hurle. Sur Isis, depuis quand te permets-tu de l'appeler Isis même en pensées ?, sur Clark qui a eu le malheur de prendre une initiative quelconque, sur Misha, mais pas sur toi. Tu tournes la tête vers Ian, encore en vie et dont le Patornus s'évapore lentement, et tu remercies O'Ryan en silence, un « Merci » silencieux sur tes lèvres. Sans lui...
    ... peu importe.

    Tu te penches et prends la baguette de Lestrange dans ta main. Tu la lui tends avec un « Mademoiselle » respectueux, avant de suivre tes coéquipiers à l'étage inférieur, par un court voyage en balai. Vous avancez tranquillement à l'étage quand des bruits parviennent à ton oreille. Comme si quelqu'un était enfoui sous des gravats. Immédiatement, deux options se présentent à toi. Première : Wilhelmina. Deuxième : Prisonnier.
    Tu murmures un « Lumos », éclairant le couloir. Difficile de voir quelque chose, même ainsi. Les bruits se font de plus en plus fort, tandis que dans ton esprit, des sons s'enchaînent. Tu peux entendre des cris se superposer à la chute des pierres, des sorts, des sanglots, et tu vois la femme sortir d'une pièce. Wilhelmina ? Non. Trop maigre, décharnée. Et ces yeux... des yeux fous qui vous dévisagent, vous détaillent et qui reflètent la mort.
    Un saut vers l'arrière quand elle se jette sur vous, sur Clark, même, et lui mord violemment le poignet. Tu la vois voler la baguette de ton ami, mais quand tu tentes de la lui reprendre par un Expelliarmus bien placé, elle attaque Ian et Murphy. Un Doloris. Immédiatement, tu réagis, tes réflexes et ton incapacité à supporter la violence gratuite prenant le dessus avant n'importe quoi :

    « Everte Statum ! »


Dé #1:
 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



mécaniques générales Ma bouche est orpheline, ta peau de mescaline. Reste-là encore quelques minutes, pour me dire : ho mon bel ami, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts ? Je disais, ho ma belle amie, ho mon ange gris, pourquoi les jours sont si courts avec toi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 20:05

Le membre 'François Loiseau' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Sam 18 Fév 2012 - 21:12

Quoi qu’est-ce qu’il faisait à rechercher sa femme ? Ce n’était pas un peu le but de cette mission ?! Clark allait vraiment finir par le frapper ce type, advienne que pourra. Cependant, le gallois avait encore assez de self-control pour prendre sur lui une nouvelle fois, et annula son sort. Ca au moins, ce n’était pas bien compliqué. Il enrageait, définitivement. Lui qui avait été habitué aux opérations structurées, où l’on donnait des ordres avec aplomb et qui leur permettait de savoir exactement ce que l’on attendait d’eux. Parce qu’il croyait quoi Caïus ? Qu’ils étaient tous légilimens et qu’ils allaient tous savoir ce qu’il avait comme plan ? Sérieusement ? En plus, il était certain que s’il ne faisait qu’attendre de savoir ce qu’ils devaient faire, en prenant soin de ne pas se faire assommer avant, Caîus les traiterait des tantes qui ne savent pas prendre d’initiatives. Ce mec avec un gros problème dans sa tête. En même temps, les chasseurs de dragons, ça n’avait jamais de plans, ça fonçait dans le tas, ça cognait, ça ligotait du dragon et puis VOILA ! Ca réfléchissait pas plus loin ça n’avait pas besoin de gérer une équipe. Alors forcément que MOSSIEUR Salamander avait du mal à gérer une équipe de six personnes !

Prenant de grandes respirations dans une vaine tentative de se calmer, Clark allait lui dire deux mots à son leader quand ce dernier partit en leur disant, ENFIN, quoi faire de manière claire, concise et précise. Ca ne l’empêcherait pas de lui dire le fond de sa pensée. Se faire frapper ? Et alors ? Il lui rendrait coup pour coup. Il n’était pas un de ce jeunes qui les accompagnaient (François exclut), il avait de l’expérience, savait se battre et se défendre et avait presque son âge. Il ne fallait pas que le fait d’être leader lui monte trop à la tête non plus, la personne que le gallois considérait comme son leader légitime était la femme de cet abruti et personne d’autre. Avantage, maintenant qu’il savait quoi faire, il allait le faire et bien, il ne l’écouterait plus. Il devait chercher ? Il chercherait. Caïus n’est pas content avec sa façon de chercher, qu’il aille se faire voir chez les hippogriffes. A moins de lui donner un ordre constructif, il pouvait ordonner ailleurs. Montant sur son balai, Clark suivit Salamander jusqu’au 7ème étage. Pas de détraqueur. Pas de prisonniers enragés à première vue. Restant cependant sur ses gardes, l’ancien tireur d’élite observa autour de lui, cherchant à repérer les dangers potentiels.

Un Lumos est lancé. Tout se passe si vite ensuite.

Il voit un vague silhouette qui se jette sur le groupe. François s’écarte tandis que son ancien collègue n’a pas le temps de comprendre ce qu’il se passe et une mâchoire se referme, fort (trop fort), sur son poignet. Il crie de douleur et sa baguette tombe au sol, prestement ramassée par la jeune femme (définitivement pas leur leader) qui lance un Doloris à Ian et Murphy. Là, il voit rouge, et ce n’est pas à cause du sang sur son poignet. La douleur, il la sent, très bien même, mais il la relègue au second plan, au premier, cette femme, qui a osé doloriser son neveu. Au diable les ordres, au diable la bienséance et la compassion pour des gens enfermer depuis longtemps. Grâce à François, sa baguette est au sol de nouveau, il va la ramasser puis passe près de son vieil ami, à qui il demande une faveur, clair et précise, assez bas pour que Caïus ne l’entende pas trop.

"S'il te plait, va voir comment vont Ian et Murphy."

Puis il dirige sa baguette sur elle. Clark ne lui ferait pas de cadeau. Elle avait attaqué de la famille, hors de question qu’elle s’en tire si vite. Les yeux habituellement rieurs bien que mélancoliques du Gallois sont maintenant froids, durs, presque cruels.

"Catenae Ferrum"

Malgré ses yeux qui hurlent vengeance, sa voix est posée, calme, bien que forte. Ca n’annonce pourtant rien de bon et ça se sent. C’est comme le calme avant la tempête…Enfin, si elle n'était pas du genre folle surexcitée. Pour le coup, Clark fut frustré dans sa raclée en règle. Tant pis, il se défoulerait autrement, à un autre moment. Pour le moment la jeune femme ne pouvait pas faire beaucoup de mal, alors autant aller fouiller l'étage comme le demandait Caïus. Mais encore une remarque sur son travail et il allait exploser.

Spoiler:
 


Dernière édition par Clark Blackburn le Dim 19 Fév 2012 - 7:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

ϟ LIBERATE ME EX INFERIS ϟ EVENT V ϟ Groupe VII
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin :: Azkaban