the Great Conversation [feat Zak]



 



the Great Conversation [feat Zak]
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin
Elie Brights
Elie Brights
Schtroumpf Grognon
Messages : 1100 Crédits : Me
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Medicomage à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : L'Ombre de La Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Alligator
Epouvantard :
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Mer 25 Jan 2012 - 22:18

    The Great Conversation


    Another head hangs lowly
    Child is slowly taken
    And the violence cause of silence
    Who are we mistaken?



    Elie avait tout d’abord transplané dans la grotte. Il y avait ses affaires mais également le Portoloin qu’il avait laissé sur place par peur de le perdre dans chute mal réceptionnée. À tous les coups, ce sac, il avait faillit le perdre. De plus, l’activation du Portoloin était prévue pour dans quatre heures tapantes. Pendant se laps de temps il s’était acharné à soigner les blessures les plus profondes de Zakary. Les plaies principales lui avaient été administrées par la dragonne et étaient bien vilaine. Il avait perdu un peu de sang mais pas trop. il s’en sortirait. Elie le sentait. Il avait nettoyé les plaies comme il le pouvait. Le froid et le vent restaient un handicap. L’ancien Serdaigle devait être au chaud et non dans cette grotte sombre. Le vent leur mordait la peau et Elie n’avait aucun antidouleur dans son sac à lui administrer. Sans matériel digne de ce nom, il était bien incapable de faire grand-chose. Panser les plaies et tenter de les désinfecter. C’était ce qu’il pouvait faire le mieux. Et aussi espérer que le voyage en Portoloin de les rouvre pas.

    Zak était inconscient mais avait repris conscience plusieurs fois. Principalement pour sortir des phrases qui n’avaient aucun sens mais aussi, et c’était un signe qui disait qu’il allait s’en sortir, pour le charrier. Il était stupide par Merlin. Il devait économiser sa salive pour le prochain voyage qu’ils allaient effectuer. Le Medicomage se mordit la lèvre inférieure et fouilla dans son sac pour récupérer l’objet précieux. C’était l’heure. Les affaires étaient prêtes, sur son dos. Fin prêt pour retourner chez ses parents. Sauf que ses parents s’attendaient à le voir venir seul, pas avec un blessé dans les bras.

    Une mauvaise chute en montagne. Très mauvaise, la chute. La montagne ne l’avait pas épargné. Probabilité pour que son meilleur ami (en même temps ses parents n’avaient jamais vu un ami d’Elie dans les environs et Elie était toujours très secret sur sa vie privée) vienne s’éclater en montagne à des kilomètres de Londres ? Zéro. C’était bien simple. Si Elie aimait beaucoup escalader les montagnes les plus dangereuses, Zak en avait horreur. Enfin ses parents n’étaient pas supposés le savoir puisqu’au final, ils ne savaient rien ou presque rien de leur fils. Mais avant tout, son père était un bon samaritain et c’était l’occasion de rencontrer (de façon un peu inattendue, certes), un ami de leur fils alors …

    Lorsque l’ancien Poufsouffle arriva dans le jardin familial, à moitié épuisé, son père accourait déjà dans sa direction. Elie soupira, agacé. Il ne guettait quand même pas son arrivée, si ? Mais il s’en fichait. Tout ce qui l’importait était en premier lieu ses courbatures (parce que, blessé, il n’arriverait jamais à soigner l’imbécile qu’il portait, avec l’aide de son père, jusque dans sa chambre) et ensuite l’espèce de sac de pomme de terre de cent kilos qu’ils portaient. Par Merlin qu’il était lourd !

    « Un imprévu. », grogna Elie lorsque son père le regarda d’un air interrogatif. Il n’aimait toujours autant pas se retrouver dans cette ancienne chambre. Pourtant il rappliquait dès que sa mère avait besoin de lui. Les tentures déchirées, le papier peint arraché étaient toujours intacts, résistant au temps afin de montrer ses crises de colères passagères. Le Medicomage ferma les yeux lorsqu’ils allongèrent Zakary sur le lit. C’était du passé, du passé. Il essayait de s’en convaincre depuis tant d’années. Des cris s’entendirent à l’étage du dessus. Sa mère.

    Sa mère et sa maladie. Maladie moldue ou sorcière, ils ne savaient pas. Au tout début, lorsque ses trous de mémoire n’étaient que passagers, elle leur avait fait promettre de la soigner à la maison et ils avaient idiotement acceptés. Maintenant ils étaient coincés et ne pouvaient rien faire sauf atténuer la douleur avec des calmants. Parfois, elle redevenait elle-même et était la femme qu’il avait toujours connue et adorée. Dans les autres moments, elle était juste insupportable, comme à présent.

    « Tu devrais aller la voir. », lui fit son père d’un ton sentencieux. C’était un reproche, clairement. « Tu me laisse m’occuper de Zak d’abord ? », lui fit-il d’un ton peu agréable.

    « Elie, par Merlin. C’est ta mère ! »

    « Je sais. », lui répondit-il d’un ton las. « Mais son état n’empirera pas parce que je ne serais pas venue la voir tout de suite. J’ai tord ? » Elie continua sans laisser le temps à son père de répliquer. « Il a une côte fêlée, deux même. Et il a perdu assez de sang pour que je ne parte faire une balade de santé voir maman. » La gifle parti au quart de seconde. Le Medicomage ne broncha pas, il l’avait cherché. Mais il était têtu. Il ne bougerait pas d’ici avant d’avoir soigné Zakary Cooper. Tournant le dos à son père, il fouilla dans l’étagère située sur la gauche pour y trouver des potions calmantes et les tendit à son père qui regardait sa main d’un air coupable. L’ancien Poufsouffle s’en foutait. Il avait vécu pire alors une baffe, sérieusement ? Mais papa semblait se découvrir pour la première fois. « Donnes lui en une. Elle se calmera. Dès que j’ai fini, je te le promets. Je monte la voir. »

    Et son père monta. Parfait. Maintenant, il pouvait bosser tranquille.

    Il devait tout d’abord mieux désinfecter les plaies. Il avait commencé mais n’avait pas eu les pommades nécessaires pour que le désinfectant fonctionne correctement. Il lui avait donné un désinfectant primaire et c’était déjà bien. La texture était gluante et froide mais c’était le meilleur désinfectant que le Medicomage connaissait. En plus de désinfecter, la crème refermait petit à petit les plaies. Celles de Zak étaient profondes. Quelques jours seraient nécessaires avant qu’elles ne se referment totalement. Des petites cicatrices en forme d’étoile se verraient mais il faudrait examiner l’attrapeur à la loupe pour espérer les remarquer. Zak était sauf mais il ne voulait pas l’envoyer chez lui et sa fiancée blessé comme il l’était à son arrivée. Sa future femme était un dragon. Elle l’aurait doublement abîmé en l’engueulant sans raison. Cooper était sauf, c’était le principal non. Zak reprenait conscience petit à petit mais là, il avait besoin qu’il dorme. Premièrement ce n’était pas facile de réparer les os d’une personne éveillée mais la pression était double si la personne éveillée était Zak. Il boirait cette potion ou l’assommerait pour qu’il soit inconscient à nouveau. Il était cool, il lui laissait le choix !

    Ca y’est. Il était prêt. Les choses sérieuses pouvaient commencer.

Revenir en haut Aller en bas

Zakary Cooper
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Dim 5 Fév 2012 - 21:18

Le transplanage fut on ne peut plus brutal et le cri de douleur spontané que Zakary poussa se perdit en plein milieu du trajet. Arrivé sur place, il sentit le sol se rapprocher brusquement et l’instant d’après, il était allongé par terre. Un mal de chien, Elie avait dit, hum ? Ca se voyait que l’ancien Poufsouffle ne s’était jamais fait mettre en pièce par un dragon. D’ailleurs, où est-ce qu’il était passé ? Les pensées du joueur de Quidditch transformé en steak encore cru se mélangèrent, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il avait vraiment sommeil. La douleur s’estompait légèrement, ses yeux peinaient à rester ouverts.

Elie réapparut à ses côtés, distribuant à Zakary des paires de petites baffes pour l’obliger à rester conscient. Il lui parlait, du moins, c’était ce qu’il semblait au Phoenix qui de toute façon ne saisissait pas du tout le sens de ses phrases. L’instant d’après, il sentit les mains de son « meilleur ami » appuyer sur son torse. Qu’est-ce qu’il faisait à moitié à poil ? En temps normal, il lui aurait sorti en riant qu’Améthyste risquait d’être jalouse et de ne vraiment pas apprécier. Cette fois-ci, il se contenta de serrer très fort les dents.

Les heures d’après, Zakary les passa à s’endormir, puis se réveiller quand Elie recommençait ses soins, ce qui avait pour effet de le dégriser totalement pendant au moins dix secondes. Après un nouveau cri/gémissement de douleur, il perdait à nouveau conscience.

Pour la énième fois, il ouvrit les yeux mais cette fois-ci, parvint à les garder ouverts plus d'une seconde. Il y avait des voix, mais il ne parvenait pas à saisir le sens des mots qui volaient en éclats dans l'air. Elie. Et un inconnu. Les deux semblaient pourtant se connaître... Zakary jeta un coup d’œil sur le côté alors que la porte claquait, le laissant seul avec un Elie visiblement frustré. Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée, beaucoup trop plongé dans un brouillard cérébral pour avoir un semblant de réflexion. Où étaient-ils ? Bonne question, mais il ne s'attarda pas non plus sur le sujet. Visiblement, il était sur un... Lit. Quelque chose de mou, dans une chambre, donc. Il ne connaissait pas encore cet endroit, mais là non plus ne se questionna pas d'avantage.

Zakary fixa un moment le plafond blanc, puis détourna le regard vers Elie, qui faisait des allers retours vers on ne sait trop quoi dans la pièce, juste à côté, puis retournait à son chevet avant de repartir une fois de plus. Il lui sembla que le médicomage demanda quelque chose, mais l'attrapeur était encore trop perdu et la voix lui semblait trop lointaine pour en comprendre le sens. Machinalement, il rapprocha ses bras de son corps et en prenant appui dessus, tenta de se relever. A peine fut-il soulevé de quelques centimètres qu'il se retrouva à nouveau plaqué contre le matelas, la douleur cuisante rendue un peu plus vive. Il grimaça. Bon sang, ce qu'il avait mal ! Son ventre le brûlait, son torse tout entier à vrai dire. A un tel point que si ça se trouve, un œuf pourrait cuire si on le posait dessus. Pas comme quand il avait failli se retrouver en torche humaine dans le Poudlard Express, cette fois-ci, c'était différent mais tout autant désagréable. Alors, il tenta de porter une main au niveau de la douleur et se rendit compte que : d'une, c'était une mauvaise idée, puisque justement, il avait mal. De deux, il y avait une sorte de substance gluante et poisseuse. Berk... Il serra à nouveau les dents quand Elie reprit ses « soins ».

Ce dernier attrapa une fiole, l'approcha de Zakary qui se laissa faire docilement, jusqu'à ce qu'il sente la potion dans sa bouche, et surtout, le goût infect qu'elle avait. Complètement sonné, peut-être, mais pas au point d'avaler tout et n'importe quoi. Sur le coup, il manqua de tout recracher et articula même une sorte de :

« Beuuuuuaahhh... C'est pas boooon... »
Revenir en haut Aller en bas

Elie Brights
Elie Brights
Schtroumpf Grognon
Messages : 1100 Crédits : Me
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Medicomage à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : L'Ombre de La Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Alligator
Epouvantard :
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Jeu 23 Fév 2012 - 13:08

    « Beuuuuuaahhh... C'est pas boooon... »

    La, c’est sur, Zak était réveillé. Il avait dormi pas moins de quatre heures et devrait encore dormir d’avantage pour se remettre de leur escapade en Roumanie. Enfin escapade n’était pas le mot le mieux choisi mais il n’avait pas la tête à réfléchir correctement aujourd’hui.

    Zak, sa mère, son père. Zak. C’était un bon résumé de la situation. Sa mère était malade depuis quelques années maintenant et refusait toujours de venir se faire soigner dans un hôpital, le quémandant à chaque fois qu’une crise plus forte se faisait sentir. Mais Elie ne pouvait pas toujours venir. Ce n’était pas évident. Il ne pouvait pas, en plein milieu de la journée, s’esquiver de son boulot pour venir ici. Il avait des horaires à respecter, des patients à soigner. Alors oui, c’était sa mère mais il ne pouvait pas faire tout et n’importe quoi, parce qu’elle lui avait donné la vie. C’était entre autre, cette façon de penser qui lui avait valut la gifle de son père mais Elie n’avait pas réellement réagit à cette attaque frontale. Il l’avait peut-être cherché, peut-être pas, peut-être que oui … Bref il n’en savait trop rien. Tout ce qu’il savait c’était que sa mère n’avait pas risqué de se faire bouffer par un dragon quelques heures plus tôt mais cela, évidemment, il ne pouvait pas le leur dire.

    Cooper aurait dû réagir bien avant. L’odeur de cette potion était douteuse. Il l’avait fait avec les ingrédients qu’il possédait. A Sainte-Mangouste, il parvenait à masquer l’odeur et le gout infect des potions pour ses patients mais ici, c’était autre chose.

    « Tais-toi et bois., lui marmonna Elie qui n’était pas d’humeur à supporter des jérémiades. « Touches pas à ça. », lui fit-il lorsqu’il vit Zakary tenter de porter la main à ses blessures. « C’est gluant, ça pue, je te l’accorde mais je fais avec les moyens du bord. D’ailleurs tiens.[/color] », lui fit-il en lui bouchant le nez pour qu’il boive une deuxième potion sans rouspéter. Le goût était tout aussi infect que le premier mais là au moins il récupérerait son odorat.

    La tête de Zak fut adorablement amusante à regarder. Grimace par-ci, grimace par-là. Et lui lorsque l’on rajoute la délicieuse odeur de la crème qu’il avait sur le torse au gout succulent de la potion qu’il venait d’avaler, nul doute que cela devait être particulièrement … infect et gerbant. Mais d’un regard, Elie lui interdit de recracher la potion si telle était son intention. Il n’avait aucune envie de la préparer une deuxième fois parce que Monsieur Cooper faisait des siennes. De toute façon il n’avait pas le choix. S’il voulait que les blessures internes et externes se cicatrisent, il lui fallait supporter l’odeur et le gout infect de ce qu’il venait de lui prodiguer. « Tu devrais te sentir mieux d’ici quelques minutes. », lui expliqua Elie comme il l’aurait fait à un patient.

    « Les plaies laissées par la dragonne étaient profondes. J’ai du te lancer plusieurs Vulnera Samento pour les soigner. Il faudra que tu évites les mouvements brusques pendant au moins une semaine. Ce qui veut dire pas de Quidditch. Ne me regarde pas avec ces yeux-là. Tu donnes cours, je sais tu fais partie de l’équipe nationale, je le sais aussi. Mais les cours tu peux les donner en restant sur le terrain. Un Sonorus et ces gamins t’entendront parfaitement. Quant à l’entrainement … j’ai lu quelque part que les entraînements de l’équipe d’Angleterre ne commenceront que dans deux semaines. Alors tu n’as pas d’excuse. », termina t-il en le regardant. « Autrement je t’assure que j’achète une poupée Vaudoue… oui je sais à quoi cela sert … et je m’en sers contre toi. Oh j’allais oublier. La pommade, il faudra t’en mettre deux fois par jours. Elle pue, je te l’accorde mais elle aidera ta peau à se cicatriser avant que tu ne rentres. Elle ne sera peut-être pas totalement cicatrisée mais la pommade empêchera Améthyste de t’engueuler lorsque tu rentreras. Tu n’auras qu’à prétendre une bête chute dans les escaliers pour les courbatures et le reste. », marmonna t-il en se retournant près de ses potions. Sa bouche était sèche, il n’avait pas l’habitude de parler autant. Généralement c’était plutôt l’inverse.
Revenir en haut Aller en bas

Zakary Cooper
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Lun 5 Mar 2012 - 15:18

A peine Zakary eut-il le temps d’ouvrir la bouche, que déjà Elie lui ordonna de la fermer. Mais… Il n’avait rien dit ! Enfin presque. Et puis de toute façon, sa potion était réellement infecte. Il ne savait pas ce qu’elle contenait, et franchement, il préférait rester dans l’ignorance pour le moment, cela vaudrait mieux : il n’y avait qu’à voir la couleur surréaliste qu’elle abordait. Alors, l’attrapeur essaya de se redresser en songeant que non, ce n’était pas une bonne idée, c’était un peu comme… Remuer le couteau dans la plaie. Très douloureux. Il grimaça et jugea bon de rester allongé sans bouger pour les cinq minutes – au moins – qui viendraient. En détournant un instant son attention du médicomage, il releva son bras droit pour approcher ses doigts de la texture gluante étalée sur son torse : jamais il n’avait autant eu l’impression d’être une tartine vivante.

Là encore, Elie le stoppa au dernier moment en quelques mots. Zakary se ravisa donc et laissa retomber sa main, fermant les yeux encore quelques secondes. C'était pas possible, ce type avait des yeux derrière la tête ! Et pourtant, il avait bougé discrètement... Il soupira et releva le regard vers lui. Le médicomage reprit la parole et sans laisser le temps au Phénix de bouger ou même tenter de se débattre, il lui attrapa le nez avec une « infinie douceur », lui relevant au passage la tête pour lui ouvrir la bouche, où il fourra le bout de la fiole qui contenait la potion. L'attrapeur manqua de s'étouffer avec : merde, Elie, verse pas tout d'un coup! Il avala le liquide avec difficulté, c'était... Carrément immonde ! En croisant le regard du poufsouffle, il comprit qu'il n'avait pas intérêt à la recracher dessus, ou, pire encore, tout revomir à ses pieds. Grimaçant une fois de plus, il articula : « C'est dégueu... » Il faillit lui demander ce qu'il venait de lui administrer, mais se ravisa au dernier moment. Plus tard, quand il certain de ne plus devoir en avaler. Mais il était tout de même curieux eeeet... Bref. Zak était vraiment trop curieux et changea d'avis immédiatement: « Qu'est-ce que t'avais mis dedans ? Du jus de limace ? »

Le ton d'Elie s'adoucit, et le type agacé par les pitreries de son meilleur ami laissa place au médicomage, professionnel, tout ça. Il se sentirait mieux dans quelques minutes... Tant mieux. Et est-ce que ses potions miracle avaient aussi le don de lui redonner un peu d'énergie ? Puisque même en ayant passé la journée à dormir – du moins, des heures, il en avait l'impression – il ne se sentait même pas capable de tenir debout sur ses deux jambes. Puis, il écouta le discours qui suivit :

« Ce qui veut dire pas de Quidditch. » Cette phrase eut pour effet de le dégriser immédiatement. Il se redressa brusquement – aïe, Zak, pas de mouvement aussi rapide, crétin – et s'exclama : « Quoi ?!» Non, mais non, ce n'était possible ! Il fallait plus qu'une dragonne pour l'empêcher de faire ce qu'il voulait. Coriace ? Certainement. Têtu ? Juste un peu. « Ne me regarde pas avec ces yeux-là. » Avec quels yeux ? Il soupira et se laissa tomber pour retrouver sa position initiale. Faire cours avec un Sonorus plutôt que de rester en l'air... Et puis quoi encore ? Ca se voyait qu'il bossait à Sainte-Mangouste, lui ! Quand Zakary commençait quelque chose, il allait jusqu'au bout et tenait à ce que le travail soit bien fait. Quant aux entraînements de Quidditch... Certes, il leur arrivait – de temps en temps – d'avoir des trêves, mais cela ne signifiait pas rester tout leur temps libre posés dans un fauteuil avec des Bieraubeurre ! Non, et puis après tout, il avait un poste en équipe nationale, qu'il avait été difficile d'obtenir, et puis il fallait surtout le conserver. Entrer dans l'équipe, c'était bien beau, mais encore fallait-il garder le niveau, c'était le minimum syndical ; ou mieux encore, continuer de progresser. Et puis, sans compter qu'on ne maintenant pas Zakary Cooper au repos si facilement, non. Il avait besoin de bouger, sinon il devenait rapidement insupportable.

De toute façon, songea-t-il, les médicomages exagéraient toujours sur les délais nécessaires de repos après une blessure. Une ou deux semaines minimum... Hum... Il effectua un rapide calcul mental. « Ouais, dans deux trois jours c'est bon, quoi. » Il serait rétabli et libre de s'occuper ou de travailler comme bon lui semblait.

« La pommade empêchera Améthyste de t’engueuler lorsque tu rentreras » Mais oui bien-sûr ! Il n'avait pas précisé à Améthyste où il allait, combien de temps il partait, alors quand il serait de retour, il n'aurait qu'à brandir la pommade pour être immunisé. Certes, sa fiancé avait du caractère – et tant mieux d'ailleurs – mais ils ne se disputaient pas souvent ! Enfin, pas plus que les autres couples.

Une fois qu'Elie eut fini son discours il... Minute. Elie, discours. Depuis combien de temps Zakary ne l'avait-il pas entendu parler autant ? C'en était presque impressionnant. Encore un peu dans le brouillard, il ne le fit même pas remarquer et préféra laisser le sujet du temps et des méthodes nécessaires pour la guérison. Après avoir jeté un coup d’œil aux alentours, il demanda : « Bon... On est où là ? Et j'ai des hallucinations, ou il y avait quelqu'un d'autre tout à l'heure ? »
Revenir en haut Aller en bas

Elie Brights
Elie Brights
Schtroumpf Grognon
Messages : 1100 Crédits : Me
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Medicomage à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : L'Ombre de La Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Alligator
Epouvantard :
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Jeu 8 Mar 2012 - 11:26



    La prochaine fois, il laisserait Zak dans les montagnes si c'était pour l'entendre se plaindre de tout. Non sérieusement, il avait autre chose à faire que d'entendre ses jérémiades dignes d'un enfant de dix ans. Et même eux, parfois, ne se plaignaient pas tant que le remède en fonction les aidait à se remettre rapidement sur pieds. De plus l'ancien Serdaigles ne se contentait pas de critiquer le goût de son mélange fait maison, il contestait ses prescriptions. Deux trois jours ... non mais il rêvait !

    Pas de Quidditch ... pas de Quidditch un point c'est tout.

    Enfin, il faisait ce qu'il voulait après tout. C'est lui qui jouait avec sa santé, pas Elie. Au fond il n'en n'avait rien à cirer. S'il voulait voler et se retrouver coincé sur le lit de l'infirmerie trois jours plus tard parce qu'il avait trop forcé, ce n'était pas son problème. L'idiot allongé sur le lit ne pourrait s'en prendre qu'à lui-même.

    "Tu t'en approches pas loin.", lui fit Elie avec un sourire moqueur. "T'as pas le choix. C'est ça ou une mort lente servie par ta fiancée. Tu fais comme tu veux, t'es majeur et vacciné mais s'il t'arrive des bricoles après tu te démerderas avec Newton à Poudlard. C'est bien elle qui s'occupe de l'infirmerie pas vrai?" Ce n'était pas une question. Zak lui en avait beaucoup parlé et pas en bien. Peut-être que la perspective de rester coincé pour plusieurs jours à l'infirmerie avec cette femme le ferait changer d'avis. Mais Cooper étant Cooper, rien était sur.

    Où étaient-ils ? Bonne question, très bonne question, même. "Chez moi.", lui répondit-il après un moment. "Enfin... chez mes parents.", expliqua t-il sans pousser plus loin les réponses à ses questions. Enfin, ce n'était pas comme s'il était amené à le savoir mais Elie lui avait rarement parlé de ses parents. Les rares fois avaient été des discussions courtes commençant par une question, se terminant par une réponse. Point final. Elie restait toujours très discret sur sa vie privée et ses parents restaient un sujet sensible parce que sa mère était malade et également parce qu'il ne voulait pas trop penser à eux. Penser à ses parents lui rappelait les mensonges qui avaient changé drastiquement sa vie. Il leur en voulait encore et c'était surement pour cette raison qu'il avait d'abord voulu s'occuper de Zak avant d'affronter sa mère et son père à qui il devrait des explications sur son escapade. La chute dans les montagnes... l'excuse était bidon et son père n'y avait pas cru. Réellement pas. "Il y avait bien quelqu'un.", se rembrunit Elie en posant une main sur l'épaule de Zak pour le forcer à se rallonger. "La tu es dans ma chambre ... enfin mon ancienne.", continua t-il pour ne pas lui laisser de temps de lui poser des questions. L'état de la pièce était pareille à son origine, rien avait été changé. Lorsqu'il venait soit il ne restait pas assez longtemps pour y dormir, soit il dormait dans le salon.

    Cette pièce était emplie d'ondes négatives. Ormis les dégâts causés par ses crises de colère, il avait toujours pu les sentir et ne savait pas si Zak les sentait aussi. La colère qu'il avait ressenti plus jeune était toujours présente, dans les murs, le papier peint déchiré par endroits. "Tu devrais domir.", lança Elie en se levant. Il avait envie de sortir de prendre l'air...

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas

Zakary Cooper
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Jeu 8 Mar 2012 - 13:57

Avec les limaces, Zakary n’était pas très loin…. Glups. Plus jamais il n’avalerait ce truc, plus jamais ! Même mourant, avec la moitié des organes du ventre arrachés, avec les deux bras en moins, se vidant de son sang… Qu’importe, plus jamais ! « Je veux pas savoir, en fait. » Conclut-il. Voilà qui suffisait à couper net ses élans de curiosité, d’autant plus que l’attrapeur avait une imagination débordante, même si ralentie à cause de son état, et il n’osait penser à ce qu’Elie avait pu rajouter dans cette fameuse potion.

Le Médicomage enchaîna en déclarant qu’après tout, c’était ça ou Améthyste l’assassinait à petit feu. Pfeuh, n’importe quoi ! Certes, sa fiancée risquait de peu apprécier s’il lui apprenait qu’il était allé jouer avec un ou deux Magyar à Pointes dans les montagnes, à des milliers de kilomètres de Londres, mais… Elle ne le massacrerait pas pour autant ! Elle avait du caractère, oui, mais elle ne ferait rien pour ça. Enfin normalement. « Mais non… » Déclara-t-il avec un sourire en coin. « Améthyste jouera plutôt aux infirmières et…» En voyant la tête d’Elie, il comprit qu’il ne voulait pas en savoir plus. Soit. Par contre, il était hors de question d’aller voir Evoline, ça non ! Sauf en cas de force majeur, comme quand par exemple Amé s’évanouissait pendant une dispute. Il aurait bien haussé les épaules, mais là… Et bien il ne pouvait pas trop. « Sauf si je me vidais de mon sang, elle me laisserait pas entrer à l’infirmerie de toute façon… Et encore, j’en suis pas certain. » Bon, il semblerait que Zakary redevenait petit à petit lui-même : la preuve que même un dragon ne suffisait pas à le faire taire plusieurs heures de suite.

Zakary avait alors enchaîné en lui demandant où est-ce qu’ils se trouvaient. Elie prit quelques secondes pour répondre, comme s’il réfléchissait, avant de dire qu’ils étaient chez lui. Ah bon ? Enfin, chez ses parents. Ah. Oui, c’était normal qu’il ne reconnaisse pas alors, puisqu’il n’était jamais venu. Il rapprocha ses bras de lui et commença à prendre appui sur ses mains, tandis qu’Elie expliquait qu’il y avait bien quelqu’un et qu’ici, c’était sa chambre. Vloum. Zakary se retrouva à nouveau étalé, enfin allongé sur le lit, quand Elie lui appuya sur les épaules pour qu’il reste calme.

Sans tenter de se relever, cette fois, il jeta un coup d’œil aux alentours. La chambre d’Elie était totalement différente de celle que lui avait pu avoir, étant enfant, puis adolescent. La sienne était pleine de dessins, photos, posters en tous genre, les murs totalement customisés par divers souvenirs, parfois victimes d’expériences de Zakary qu’il vaudrait mieux éviter de détailler. Là, non, c’était plus… Froid. Même si les deux jeunes hommes avaient toujours étés différents, évidemment, il ne s’attendait pas à ce qu’il y ait du papier peint avec des petites fleurs dessus, non non. Il y avait quelque chose de plus étrange. Le joueur de Quidditch décida de ne pas chercher plus loin, concluant simplement que c’était parce que la pièce était souvent inoccupée. Même chez ses parents, il avait cette impression parfois : la pièce était vide la majeure partie de l’année, dénuée de toute âme d’enfant, et parfois cela se ressentait.

Une seconde plus tard, il songea qu’il ne connaissait absolument rien sur les parents d’Elie. L’ancien Poufsouffle n’était pas bavard de nature, mais ne s’était encore moins étalé sur sa vie familiale. Zakary savait juste que sa mère était malade, Elie avait brièvement évoqué le sujet un jour. Il n’avait donc pas insisté, ne sachant pas si le sujet était trop sensible, ou si cela faisait tout simplement parti du caractère renfermé de son meilleur ami.

Elie conclut en disant que Zakary devait dormir. Celui-ci ne le contredit pas, de toute façon, depuis qu’il avait ouvert les yeux, il luttait pour ne pas sombrer dans les bras de Morphée une fois de plus. Cependant, sans vouloir l’embêter, il interpella le Médicomage avant qu’il ne quitte la pièce : « Elie ? ». Il n’aimait pas voir son visage aussi fermé, plus qu’à l’ordinaire, et il était vrai que parfois il s’inquiétait pour Elie. Là, ils venaient de manquer de se faire brûler vif/dévorer/déchiqueter par deux dragons, mais… Bon. « Ca va pas ? »
Revenir en haut Aller en bas

Elie Brights
Elie Brights
Schtroumpf Grognon
Messages : 1100 Crédits : Me
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Medicomage à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : L'Ombre de La Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Alligator
Epouvantard :
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Jeu 15 Mar 2012 - 14:20



    « Si tu es tellement sûr, j’peux lui envoyer un hibou alors ? », lui répondit-il en levant les yeux au ciel à sa réflexion. Tant que Zak serait capable de lancer des vannes aussi lourdes, c’était qu’il allait bien. C’était sa seule certitude. Il n’avait pas noté de venin dans les plaies et celles-ci étaient moins profondes qu’il ne l’aurait cru. Elie avait souvent l’habitude de voir plus de noir que de blanc. Son pessimiste le poussait à craindre le pire alors que tout semblait bien aller. Tout irait bien. Maintenant … il lui fallait aller voir sa mère et ça c’était autre chose. Il pouvait entendre les pas de son père à l’étage du dessus. Il s’impatientait et c’était une mauvaise chose. Il avait promis. D’habitude il n’était pas le premier à tenir ses promesses surtout si celle-ci étaient dites pour se débarrasser d’une personne épineuse. En l’occurrence son père. Il pouvait rester ici, ignorer les pas pressants de son père à l’étage du dessus mais ne l’éviterait pas éternellement. Il ne pouvait pas rester dans cette chambre, attendre que Zak guérisse et transplaner en suite chez lui.

    Il devait monter.

    Il devait monter mais ne voulait pas.

    Le médicomage leva la tête à la question de Zak. « Elle est malade. », lui murmura-t-il en s’asseyant à même le sol. « Elle refuse d’aller à Sainte-Mangouste.C’est … je sais pas. Mais c’est en train de lui bouffer le cerveau. »

    Il ne savait pas réellement quoi lui dire d’autre. Elie ne lui parlait pas souvent de son père et de sa mère. Le Poufsouffle restait très secret sur sa vie privée. Moins les gens savaient, moins ils étaient à même de le blesser, de les blesser. Son père n’avait pas confiance en lui et c’était réciproque mais ils restaient ses parents et s’il pouvait les maintenir éloigné de la vie tumultueuse londonienne, c’était un plus. En réalité, que sa mère refuse d’aller se faire soigner à Sainte-Manguste était un plus. Mais elle allait mourir et Elie ne pourrait rien faire pour l’en empêcher. Il n’avait aucun pouvoir contre la mort et il se désolait de ne pouvoir faire autre chose. « Tout ce que je peux faire, c’est atténuer la douleur mais cela ne sert à rien. » Elie se releva lorsque les bruits de pas se firent plus rapprochés au-dessus de leurs têtes. Il n’avait aucun pouvoir contre la mort et il se désolait de ne pouvoir faire autre chose. « Il faut que j’y aille mais je ne veux pas. Si j’y vais pas, mon père va s’énerver mais ce n’est pas grave. Si j’y vais pas elle va souffrir mais je peux pas. J’ai pas envie de la voir partir, tu comprends ? »

Revenir en haut Aller en bas

Zakary Cooper
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Jeu 12 Juil 2012 - 8:33

« On va éviter. »

J’ai laissé basculer ma tête légèrement en arrière, allongé et les yeux fermés. De toute manière, j’avais déjà l’impression d’être passé sous un troupeau de Grapcornes en colère et pour être honnête, je n’avais pas pour intention de bavarder des heures et des heures sur qui que ce soit, y compris ma fiancée. Ma tête me tournait de plus en plus, je me sentais nauséeux et je pense que la potion infecte donnée par Elie n’arrangeait en rien la situation. Sans parler de ce qu’il pouvait y avoir dedans… Je préférais ne pas savoir. Si je m’endormais maintenant, je sentais que je risquais de faire une sieste de plusieurs heures voir même jours alors qu’Elie n’allait visiblement pas bien. Ce n’était pas le moment. J’ai rouvert les yeux et essayé de me redresser mais la douleur se raviva. Grimaçant, je me suis donc contenté de me tourner sur le côté.

Mine de rien, Elie m’inquiétait… Il avait beau ne jamais parler de lui, passer son temps à grogner, râler, voir le côté négatif des choses, je commençais à le connaître, le bougre. Je savais faire la différence entre sa tête des mauvais jours parce qu’il s’était levé du pied de gauche et sa tête qui montrait que son moral n’était pas au plus haut. Elie s’était arrêté pour venir s’asseoir par terre.

« Elle est malade. »

Honnêtement, je ne m’attendais pas à une nouvelle aussi… Directe. En temps normal, le Poufsouffle m’aurait remballé ou marmonné une réponse bateau pour éviter d’aborder le sujet directement. Elle ? Sa mère, à coup sûr… Je ne voyais pas de qui il pouvait parler, sinon. Et puis à mon avis, mis à part la femme qui l’avait mis au monde, l’état de santé de peu gens pouvaient vous mettre dans un tel état.

« Elle refuse d’aller à Sainte-Mangouste.C’est … je sais pas. Mais c’est en train de lui bouffer le cerveau. »

Je l’ai écouté entièrement, sans rien dire, sans chercher à l’interrompre. Merde… Il ne m’en avait jamais parlé et je ne savais que peu de choses sur sa famille. C’était vraiment moche, comme nouvelle… Je me suis retrouvé là, comme un con, sans savoir quoi dire. Il était Médicomage, il était le plus placé pour savoir ce qu’il y avait à faire.

« J’suis désolé… »

C’était naze. Je n’avais pas de meilleurs mots pour le réconforter, à supposer que cela soit possible. De toute façon je n’avais été doué pour remonter le moral des gens, alors bon… En revanche, j’étais réellement et profondément attristé par la nouvelle, pour lui. Mais je n’avais pas de solution miracle…

« Et… Ca changerait quelque chose à Sainte Mangouste ? »
Revenir en haut Aller en bas

Elie Brights
Elie Brights
Schtroumpf Grognon
Messages : 1100 Crédits : Me
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Medicomage à la clinique de Pré-au-Lard
Faction : L'Ombre de La Rose Noire
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Alligator
Epouvantard :
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Sam 28 Juil 2012 - 21:59

    « Je sais pas. », lui avoua t-il. Ce truc était juste entrain de lui bouffer le cerveau. C’était quoi ça, encore une maladie incurable pour punir les impurs ? Il n’en savait rien. Entre tout ce qu’on leur avait dit à Poudlard et ce qu’il se passait maintenant, il ne savait plus vraiment il en était. Avec toute cette propagande subie sans rien vraiment y faire, il ne savait plus quelles étaient les bonnes personnes et les mauvaises. Devait-il considérer ce qu’il arrivait à sa mère comme étant normal parce qu’elle était inférieure à lui dans la hiérarchie du sang ? Le jeune homme se passa la main dans les cheveux. « J’sais même pas si c’est une maladie sorcière et l’envoyer dans un hôpital moldu c’est la tuer, me tuer. De toute façon, ça marcherait pas. », termina t-il en repensant aux personnes qui avaient osé défier l’ordre établit par l’Ombre de la Rose Noire. Il n’était pas assez fou, ne croyait pas assez aux valeurs des factions présentent, n’avait pas de valeur propre à défendre pour se mouiller à son tour. C’était tout simplement hors de question.

    Il n’eut pas besoin de croiser le regard de Zak pour savoir qu’il était contre son cheminement de pensée. Savait-il se qu’il pensait là, tout de suite ? Elie secoua la tête. Non, valait mieux pas qu’il puisse les lire ni même les deviner. « J’suis coincé. J’devrais rester mais y’a Sainte-Mangouste et puis mon père est là pour s’occuper d’elle avec les conseils que je lui donne. J’sens sa colère d’ici. Il n’a pas besoin de venir s’égosiller pour me montrer son désaccord. Je sais. Mais j’me suis jamais soucié de son avis. D’ailleurs … si tu leur dis que je suis chez les Ombres, tu ne sortiras pas de cette chambre en vie. » Une menace ? Peut-être mais il savait que Cooper ne s’en formaliserait pas. Comme d’habitude. Il trouverait une parade pour tenter de le déstabiliser encore. Elie ne parlait rarement de lui. Devait-il le lui raconter ? Certaines choses devaient rester cachées. C’était mieux pour tout le monde. Il n’était pas vraiment prêt. La seule vraie décision non opportuniste de sa vie avait été de travailler à Sainte-Mangouste. Toujours, le seul endroit où il se sentait bien c’était l’hôpital, son service, être enfin utile à quelque chose. Sauver les plus jeunes, les aider dans leurs interrogations là ou aucun adulte n’avait réussi à l’aider. Oh il ne se considérait pas comme meilleurs aux autres mais il y avait un peu de cela … aussi.

    « Essaye de te redresser pour voir ? » Cela allait mieux. Avec un peu de chance, ils pourraient repartir ce soir. « Prépare une excuse béton pour Améthyste. T’en auras besoin. », lui fit-il avec un sourire tout en lui tendant à nouveau la mixture à appliquer sur sa peau. C’est bon, maintenant il était capable de le faire tout seul.

Revenir en haut Aller en bas

Zakary Cooper
Zakary Cooper
Fécondator
Messages : 3502 Crédits : tumblr + the xx : intro
Age du personnage : 29 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Août 2011 à Juin 2017 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch de Flaquemare ; Décembre 2011 à Juin 2017 - Septembre 2019 à Décembre 2020 : Attrapeur de l'équipe de Quidditch d'Angleterre ; De septembre 2017 à décembre 2020 : Professeur de vol à Poudlard. Depuis mars 2021 : Employé dans le Département des jeux et sports magiques, spécialisé dans la corruption.
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Pygargue à tête blanche.
Epouvantard : Coincé entre quatre murs, il est soudainement incapable de se transformer/de s'envoler tandis que la pièce se remplit peu à peu d'eau ; le tout dans le silence le plus total.
Baguette magique:
the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté Jeu 8 Nov 2012 - 13:07

«  J’sais même pas si c’est une maladie sorcière et l’envoyer dans un hôpital moldu c’est la tuer, me tuer. De toute façon, ça marcherait pas. » Une maladie moldue qui affecterait une sorcière, sans qu'un Médicomage ne puisse vraiment la soigner ? C'était réellement possible ? Zakary n'en savait trop rien : après tout, l'expert en médicomagie, ici, c'était Elie, pas lui. A supposer que les Moldus puissent quoi que ce soit pour elle, il resterait à trouver comment l'envoyer chez eux sans que personne ne remarque quoi que ce soit. Ca, c'était beaucoup plus compliqué. Enfin, Elie avait déjà visiblement réfléchi à toutes les facettes du problème.

«  J’suis coincé. J’devrais rester mais y’a Sainte-Mangouste et puis mon père est là pour s’occuper d’elle avec les conseils que je lui donne. J’sens sa colère d’ici. Il n’a pas besoin de venir s’égosiller pour me montrer son désaccord. Je sais. Mais j’me suis jamais soucié de son avis. » S'il avait pensé à une solution miraculeuse, Zakary la lui aurait soumise depuis le début de la conversation : ce n'était, évidemment, pas le cas. Aussi, jugea-t-il bon de ne rien répondre. Il n'était de toute manière pas franchement la meilleure personne pour remonter le moral des gens et trouver quels étaient les bons mots à employer dans telle ou telle situation. «  D’ailleurs … si tu leur dis que je suis chez les Ombres, tu ne sortiras pas de cette chambre en vie. » Zakary laissa s'échapper un long soupir, las. Il ne réagissait plus depuis longtemps à toutes les fois où Elie s'exprimait d'un ton un peu trop brutal, aux menaces qu'il lançait sans réellement les penser – enfin, ça, c'était ce que pensait le Serdaigle. D'autant plus qu'il était tout même censé être son meilleur ami, c'est-à-dire la possibilité de lui rendre service, le couvrir, l'aider ou toute autre chose du genre, sans qu'en face Elie ait besoin de le menacer de mort. Enfin bon. « Qu'est-ce qu'ils s'imaginent ? » Il laissa s'écouler quelques secondes avant de soupirer à nouveau. « Laisse tomber. Aucune importance. » Il n'avait pas encore récupéré suffisamment ses esprits pour avoir la force de tenir un énième débat qui se terminerait logiquement en dispute à propos de leurs idées politiques radicalement opposées. Surtout, il n'en avait pas envie.

«  Essaye de te redresser pour voir ? » Sagement, il s'effectua, lentement, et grimaça. C'était douloureux, les plaies le brûlaient toujours, mais au moins c'était supportable. A l'avenir, il éviterait de faire à nouveau ami-ami avec des dragons. «  Prépare une excuse béton pour Améthyste. T’en auras besoin. » « Aucun problème. » Sincèrement, ce qu'elle allait pouvoir lui dire ou lui reprocher était loin d'être le principal de ses soucis. Il attrapa le pot avec la mixture ignoble mais visiblement efficace d'Elie, en le remerciant. Huuum il se faisait déjà une vraie joie de pouvoir en appliquer... Berk. Et surtout, il ne voulait toujours pas savoir ce qu'elle contenait. Bon, et bien... Il n'allait pas tarder. Il n'avait pas prévu de s'absenter longtemps de Poudlard et surtout, avant, il allait falloir repasser voir Wallas. Mission accomplie. Presque.

RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

the Great Conversation [feat Zak] Empty
Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

the Great Conversation [feat Zak]
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Royaume-Uni :: Plus loin