ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE V ϟ Event final



 



ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE V ϟ Event final
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Ministère de la Magie
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 27 Aoû 2011 - 16:18

ϟ HEADS WILL ROLL ! ϟ

GROUPE V
Amber Helheim, Eireann Callaghan, Hayley Travers, Helen Ann Rookwood, Isis Lestrange, Julian Harper & Wilhelmina Salamander-Kark

INFORMATIONS HORS RP

ϟ L’event dure trois semaines IRL.
ϟ Un tour ne dure que 48h . A partir du moment où le PNJ a posté vous avez 48h pour répondre, sans quoi votre tour sera passé.
ϟ Au bout de 3 tours manqués vous êtes exclus de l’event. Votre personnage sera alors blessé au point d’en être inconscient pendant toute la durée des combats. Etre exclu entraine également une perte de points pour votre faction. Chaque abandon fait perdre 3 points à votre faction.
ϟ Vous serez prévenus par mp à chaque fois que ça sera à votre tour de RP.
ϟ Des sujets de flood ont été créés pour vos groupes, afin que vous puissiez discuter des scenarii, tactiques ou autre que vous souhaitez développer durant cet event.

SORTILEGES & LANCE DE DE


ϟ Vous n’avez le droit qu’à 1 sort offensif et un 1 sort défensif par rp.
ϟ Pour chaque sort offensif ou défensif lancé, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si le sort fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancées comme bon vous semble.
ϟ En ce qui concerne les sorts de soin le lancé dé est obligatoire également, et déterminera la réussite du sort ou non. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires tels que William Wallas, Hudson K. Higgs ou Nathaniel Hansen.
ϟ Quant aux sorts accessoires, tel que « accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utilisez autant que vous voulez, et sans avoir à lancer le dé.
ϟ Attention, toute tentative de grosbillisme même cachée via un lancé de dé heureux, sera sanctionnée in rp et hors rp.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 27 Aoû 2011 - 16:19

        Manoir Kark, 30 août 2019 , 18h45

Une table. Pas ronde, mais longue. Très longue, il faut de l’espace, de la place pour accueillir leurs égos, ne pas laisser leur incommensurable orgueil se froisser. L’une s’humecte les lèvres, l’autre observe un sourire goguenard. Pour parfaire le spectacle, la pluie qui grise la salle aux imposantes baies vitrée, et surtout peuple les longs silences de ces « plocs, plocs ».

Une journée exécrable, le ciel s’était gorgé de nuages gris et lourds dès l’aube, suivit rapidement d’une pluie chaude étouffante. Les éclairs ne vinrent qu’en pleine après-midi. C’était à croire que Mère Nature cherchait à refléter dans le temps les tensions agitant le monde des sorciers. Mais personne, non personne en ce vendredi 30 août 2019, ne se souciait de la météo. L’heure n’était plus aux vacances, aux ballades ensoleillées, la volupté des jours d’été s’était envolée et il n’y avait pas besoin de l’orage pour le signifier. Non aujourd’hui était le point paroxystique d’un an et demi de tensions, d’inquiétudes, de cauchemars. Aujourd’hui tout se jouait. Ce 30 août 2019 on allait enfin savoir qui allait être élu ministre de la magie. L’évènement était suffisamment important pour qu’on banalise cette dernière journée. Tous les sorciers majeurs doivent voter, l’abstention n’est pas permise. Encore qu’il faudrait être fou pour renoncer à ce droit. Pour tous aujourd’hui c’était un devoir.

« Je devrais être à la Tour des médias pour l’interview. Les résultats seront bientôt annoncés. Toi aussi d’ailleurs tu devrais y être. » Comme toujours le ton de Wilhelmina était glacial. Peut-être même un peu plus qu’à l’accoutumé. A son agacement perpétuel s’était greffé un stress intense, qu’elle avait dû mal à conditionner dans son seul frêle corps. Nerveusement, elle avait même laissé ses doigts pianoter un peu sur plateau en bois de la table. « Qu’est-ce que tu me veux Mervyn ? Et qu’as-tu d’aussi odieux à me dire pour que même Caïus n’ait pas le droit de venir ici ? »
- Un grand frère n’a pas le droit d’inviter cordialement sa chère petite sœur sans avoir d’arrière-pensée ? » Non. Il marque une pause pour laisser son sourire s’élargir un peu plus. « Te sentirai-tu perdue en l’absence de ton gorille d’époux Willie ? » Les lèvres de la belle Salamander s’étaient pincées.
« Qu’est-ce que tu veux, Mervyn ?
- Rien. Juste t’informer.
- De ?
- De ta défaite. » Le sourire de Mervyn avait disparu, tandis que les yeux bleus de sa cadette roulaient doucement, un signe de son agacement. Elle manqua de se lever pour partir, mais Mervyn avait piqué sa curiosité.

« Ma défaite ? Aurais-tu réussi à dérègler les urnes magiques ? Et puis comment peux-tu affirmer ça, les résultats n’ont pas encore été communiqués ? » Elle parlait d’une voix sèche et acerbe telle une lanière de fouet.

« Du calme Willie chérie, du calme. Ma pauvre petite naïve petite sœur, tu devrais savoir avec le temps que j’ai des informateurs un peu partout. Et je n’ai pas truqué les urnes, non.
- Alors comment as-tu réussi à remporter les élections ? Tu as arrosé le monde des sorciers avec les dotes des épouses que tu as saigné ?
- Qui a dit que j’avais gagné ? » Le sourire de Mervyn avait disparu tandis qu’un léger silence s’installait. Sa sœur le dévisageait, visiblement elle avait peur de comprendre. Echouer face à son frère était une chose, voir le régime du seigneur s’effondrer à cause d’utopistes en était une autre.
« Tu veux dire que Metelli a gagné ? » Il se contenta d’acquiescer d’un signe de la tête. Wilhelmina ne put s’empêcher de poser soucieusement la main sur sa bouche. « Qu’est-ce que tu comptes faire ?
- A ton avis ? » Son visage se peupla d’un sourire carnassier tandis que son regard sombre ne laissait rien présager de bon, alors qu’il marquait une nouvelle pause. « Je vais réunir mes troupes, et dans les prochains jours il y aura un peu moins de sang-de-bourbe et de traitres à leurs sang dans le monde des sorciers. Mais la vraie question Wilhelmina, est : est-ce que tu es avec moi ? Est-ce que tu vas laisser notre héritage ce perdre au profit de querelles de famille ? »
Dans l’instant l’ancienne tireuse d’élite ne sut quoi répondre, trop de questions, trop de paramètres à analyser, elle se contenta de ficher son regard clair dans l’anthracite de celui de son frère.

        Residence Wallas, 31 août 2019 , 14h35


William s’était endormi presque ivre, mais le cœur léger. A 20h la victoire de son poulain avait été annoncé provoquant un raz-de-marée dans le monde des sorciers. Une liesse formidable s’était emparée des rues et bâtiments grisés par vingt-et-un ans de terreur. Les fêtes furent mémorables. Et William en se couchant eut l’impression de redécouvrir un goût perdu depuis bien longtemps, celui de l’espoir. Enfin tout redeviendrait comme avant. Certes il n’avait pas la naïveté de penser que les changements se feraient du jour au lendemain, et savait pertinemment qu’avec Metelli il y aurait encore de nombreux combats à mener. Mais le plus dur était fait, et maintenant ils savaient qu’ils avaient le soutien de la majorité des sorciers, enfin la démocratie allait reprendre ses droits. Il s’était couché au petit matin, et entendait bien ne pas sortir de son lit avant 18h. Mal lui en prit d’espérer un tel répit.

Des coups. Un tambourinement désespéré et désespérant pour le médicomage le tirèrent bien trop de son sommeil plein de doux rêves. Etouffant un grognement, il maudit les fêtards qui frappaient à sa porte. Il dégrisa bien vite, lorsqu’il entendit des sanglots et de déchirant « Ouvres William. Par Merlin, OUVRES ! ». Se hâtant, il ouvrit sa porte à la volée pour découvrir une Lucy Metelli aux visages striés de larmes, et dont le frêle corps tremblait, agité par de violents sanglots. William comprit instantanément que le temps de la joie était terminé.
« Ils l’ont tué William. » avait réussi à articuler la journaliste. « Ils l’ont tué » répétait-elle nerveusement. Le médicomage l’a pris doucement par les épaules et tenta vainement de la calmer, et lui demanda doucement :
« Qui Lucy ? Qui est mort ? » La question ne fit qu’empirer les choses, la belle américaine semblait au bord de la folie, ses sanglots s’accroissaient et elle parlait avec encore un peu plus de difficultés. Les mots se coinçaient dans sa gorge, comme si le simple fait de les retenir rendait moins réelles, moins douloureuses ses allégations.
« ILS L’ONT TUE ! Ils sont venus et ils l’ont tué. Ernest est…Ils l’ont… »
William écarquilla les yeux tandis que dans ses yeux venaient poindre quelques larmes, qu’il sécha bien vite. Dans l’instant il ne sut pas s’il pleurait la perte de son ami, ou la mort de l’espoir tout juste né.

        Manoir Kark, 31 août 2019 , 21H20



« Il n’y a plus de factions.
- Plus de camps, plus d’ombres de la rose noire.
- Plus de modérés.
- Cette dernière année nous avons laissé les terroristes nous diviser.
- Et nos ambitions personnelles nous aveugler. Mais il est temps de mettre un terme à tout ça, pour faire honneur à notre seigneur à tous, même à travers la mort. Lord Voldemort.
- Vous n’êtes plus des modérés, vous n’êtes plus des ombres, vous êtes des mangemorts. »

Le spectacle valait le détour pourtant en dépit du monde s’entassant dans le manoir Kark, peu de gens avaient le privilège de voir de près le frère et la sœur réconciliés annoncer leurs alliances et exhibant à leurs bras leur nouvelle marque des ténèbres.

        Atrium, 1er septembre 2019, 17h00

« Je vais être brève. Si vous êtes tous réunis ici, c’est que vous avez entendu des rumeurs. » Lucy marqua un temps d’arrêt pour observer la foule massée dans l’Atrium. Tous la regardaient elle, femme de médias les caméras et les appareils photos ne la dérangeaient pas. Non ce qui la troublait c’était ces regards dans l’attente d’une nouvelle qui serait forcément mauvaise. Elle respira un grand coup pour se donner du courage. Elle n’était pas Ernest. Cette seule pensée faillit la faire défaillir sur scène. Elle tenu bon, elle le leurs devait à lui et à sa fille, pour qu’Ernest ne soit pas mort pour rien.

« J’aimerai vous dire qu’elles sont fausses, mais ce n’est pas le cas. » Sa voix faillit se briser. Mais elle serra les dents, hors de question de craquer. Elle avait promis à William de faire ce discours, elle ferait. « Hier, en début d’après-midi trois assassins, car c’est bien comme ça qu’on doit les appeler, ont forcé les sorts de sécurités de notre demeure, et ont abattu mon mari, sans qu’il ait eu le temps de dégainer sa baguette. » Il fallait qu’elle marque une pause, pas pour donner une dimension dramatique, non pour encaisser elle aussi le coup. Ernest était mort. Et elle ne s’y faisait toujours pas.

« Pour parfaire le tout, les coupables se sont dit qu’il serait charmant de marquer notre demeure, de leur détestable marque. » Des murmures, une clameur. Elle voulut chercher William des yeux pour savoir quoi faire ? Reprendre le discours ? Attendre ? Elle était seule sur scène, et ne pouvait se fier qu’à son instinct. William avait dit qu’il fallait que ça soit elle qui fasse le discours, mais elle n’était pas une oratrice. Il lui avait dit de parler avec son cœur et que tout irait bien. Mais que faire quand celui-ci s’est asséché ? Que la seule chose qui le fasse battre est cette violente envie de vengeance ? Elle reprit tout de même.

« De tout temps, il a existé des brutes, des êtres qui affirmant une pseudo supériorité se permettent de rabaisser d’opprimer les plus faibles. Vendredi, vous avez dit non. Vous avez fait entendre votre droit à ne plus être une victime. Votre envie de vous battre, de repousser ces brutes. Et qu’ont-ils fait ? Ils ont voulu nous faire taire encore une fois, en mettant à terre la voix qui portait c’est non. Est-ce pour autant une nouvelle victoire de ces brutes ? Je ne crois pas. Vous n’avez pas voté pour mon époux, mais pour des idées, une idéologie. Et tout ça, tous ces rêves de liberté, d’égalité ne vont pas disparaitre parce qu’Ernest est mort. Ils ne vont pas s’envoler parce que des brutes nous ont dit de nous taire et de nous écraser. Il est temps de montrer à ces hommes, à ces femmes, à ces brutes que nous ne nous écraserons plus devant eux. Le temps de la soumission est fini. Peu importe leurs assauts, peu importe leurs humiliations, nous ne plieront plus devant eux. Nous ne nous laisserons plus intimidés. Ernest avait déjà formé un gouvernement, choisi des chefs pour chaque département et établis un programme clair de réformes qui peut être lancé dès ce lundi. Messieurs les brutes ce message est pour vous, brandissez vos baguettes, affichez vos marques des ténèbres partout où il vous plaira car désormais nous nous en fichons. Votre campagne de terreur ne fonctionnera plus, parce que nous continuerons de nous battre jusqu’à ce qu’enfin vous compreniez que vous ne nous écraserez plus jamais. »

        Atrium, 1er septembre 2019, 17h00

Un alliance. Un alliance à part égale, voilà ce que c’était. Alors pourquoi avait-elle l’horrible impression qu’elle allait se faire poignarder dans le dos ? Non Mervyn ne le ferait pas, pas par amour fraternelle mais parce qu’il avait besoin d’elle et de ses troupes. Et qu’elle avait des choses sur lui si terrible qu’il n’oserait jamais attenter à sa vie de peur que Caïus révèle tout.

Caïus. Ses lèvres se pincèrent. Il lui manquait. Rien de sentimental, elle s’était seulement habituée à sa présence lors des situations de crises. Elle regretta presque de l’avoir envoyé dans le Poudlard Express. Presque. Il lui fallait quelqu’un de confiance à bord du train pour que s’assurer que la perfide rousse et locataire perpétuelle du lit de son frère, ne fasse pas de coup fourré.

Elle avait à peine écouté le discours de la Metelli, trop concentrée sur l’attaque à venir pour prêter un tant soit peu d’attention à ces propos inutiles. Tout devait rester limpide dans son esprit. Elle croisa le regard d’une jeune tireuse d’élite, Miss Travers vendu à son frère mais rattachée depuis ses 18 ans à son département. Deux autres ombres l’accompagnait la jeune Rookwood avait laquelle elle partageait des liens de parentés, et une illustre inconnue. De chez les modérés il n’y avait à côté d’elle que la jeune Lestrange. Elle poussa un long soupir en caressant le manche de sa baguette. Elle était prête.



♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 27 Aoû 2011 - 16:19

INFORMATIONS RP

ϟ L’event commence pour vous dans l’Atrium du Ministère de la magie. Vous serez amené à bouger dans une autre partie du ministère aux tours suivants.
ϟ Le premier tour de cet event est consacré à l’introduction de vos personnages, parlez-nous de la façon dont il est arrivé au ministère.
ϟ Si vous faites partie de l’ordre du phénix, vous êtes venu pour écouter les déclarations de Lucy Metelli.
ϟ Si vous êtes un mangemort, donc soit un membre des ombres de la rose noire soit un membre des modérés, vous faites profil bas en attendant que le signal de l’attaque soit lancé. Tout en restant à proximité de vos alliés.
ϟ Tous les modérés et ombres de la rose noire ont reçu le samedi 31 août une marque des ténèbres temporaires, qui s’effacera une fois l’event terminée. La marque brûlera le bras de ses porteurs en guise de signal lorsque l’attaque sera lancée.
ϟ Lors de ce tour les membres de factions différentes ne sont pas obligés de se prêter une attention particulière.
ϟ Les modérés et ombres doivent se trouver à proximité de Wilhelmina Salamander-Kark pour obéir à ses ordre dès le lancement de l’attaque.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hayley Travers
Bouledogue des Kark
Messages : 716 Crédits : K
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Brigadière à Pré-au-Lard
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Loup
Epouvantard : Son reflet moldu
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 28 Aoû 2011 - 0:31

Elle. Lucy Metelli. Comment pouvait-elle encore vivre? Comment pouvait-elle encore prononcer un discours? Hayley avait tenu sa vie entre ses mains, à quelques secondes près...l'épouse d'Ernest n'aurait été qu'un simple souvenir, et à l'heure qu'il est ils seraient réunis dans la mort. Mais la tireuse d'élite restait patiente, faisant semblant d'écouter le discours. Maître Kark avait été clair, il fallait attendre le signal, que la marque brûle la chair pour attaquer et réduire en cendres les partisans des phénix et des Metelli. Une marque de mangemort.

Tout c'était passé tellement vite...il y a seulement deux jours de cela, l'intrépide sorcière s'était résignée à vivre encore plus dans l'ombre. Ernest Metelli avait gagné les élections. Un vent de liberté balayant l'ère du Lord faisait son apparition. La nuit fut extrêmement difficile. Elle n'avait su que faire. Commettre les même erreurs que son père et abandonner sa couverture, ou bien se terrer pour mieux réapparaitre comme un Malefoy? Toutes ses questions furent oubliées le lendemain. Kark invita tout ses mangemorts dans son manoir. Ernest avait été liquidé. Les modérés et l'Ombre ne formaient plus qu'une seule et même force face à l'envol du phénix. Même blessé, le phénix respirait toujours. Mais les insoumis allaient bientôt rejoindre leur leader, dans une tombe. Hayley fut satisfaite de l'alliance des Kark, elle avait toujours trouvé farfelue l'idée de séparer les forces fidèles aux idées du Lord. Ensemble, ils seraient tous mangemorts, tous porteurs d'un message d'ordre et de pureté.

Ce message allait être délivré aujourd'hui. Dans l'atrium du Ministère de la Magie, le lieu du pouvoir. Lucy Metelli vomissait son discours niais et rempli de tristesse. Hayley avait passé la journée au bureau pour attendre l'acte final, attendre les paroles inutiles de Metteli et enfin réduire à néant les espoirs des sangs impurs. L'annonce de la mort d'Ernest fit frémir son auditoire, mais tout le monde savait déjà ce qui en résultait. Hayley observait avec amusement le changement d'humeur de l'oratrice. Lucy ne semblait guère à l'aise dans ce rôle, mais la rage de vengeance l'aida quelque peu. La marque des ténèbres avait surplombé le manoir des Metelli...cette marque qu'Hayley aurait adoré placer au dessus du corps sans vie de la journaliste métissé. Mais il ne fallait pas vivre dans le passé...l'heure était à la concentration. C'était aujourd'hui qu'Hayley Travers devait se réveler, prouver qu'elle était une fidèle mangemorte. Elle n'avait pas parcouru les Etats-Unis et la Bretagne pour rester une simple esclave de Kark. Travers voulait monter en grade pour ne pas connaître le destin de ses incapables de parents.

L'attention d'Hayley pour le discours de la veuve s'estompa donc.La foule était nombreuse, mais le plan était prêt. Chaque mangemort était dans un groupe sous les ordres d'un chef. La tireuse d'élite lanca un regard furtif vers son commandant d'un soir. Wilhelmina Salamander Kark. L'ancienne candidate au poste de Ministre de la magie, la soeur de Mervyn, et surtout la supérieure d'Hayley. Travers ne s'était jamais véritablement plongée dans les histoires familiales des Kark, mais le frère et la soeur ne semblaient pas être enchantés de leur alliance. Tout ce qu'elle savait de Wilhelmina, c'était son passé de tireuse d'élite. Elle en connaissait bien plus sur les autres mangemortes qui l'entouraient. Isis Lestrange et Helen Ann Rookwood étaient aussi sous les ordres de miss Kark. La première était une grande amie d'Hayley, mais l'âge adulte et leurs opinions les avait quelque peu éloignés l'une de l'autre. La deuxième était en quelque sorte la mentor d'Hayley. Helen Ann était en apparence LA fille charmante. Mais il n'en était rien. L'ancienne Gryffondor était fidèle à son nom et vouait une haine profonde aux moldus. Une haine qu'elles avaient partagé à Poudlard.


Lestrange, Travers, Rookwood...les décennies se suivaient et se ressemblaient. De nouveau ces trois noms étaient réunis pour mettre un terme à la démocratie et aux discours idéalistes des sangs-de-bourbe. Mais ces femmes fatales étaient accompagnées d'une autre baguette de choix en la personne d'Amber Helheim, ancienne Ombre. Tout ce petit groupe attendait le signal, et les ordres de Wilhelmina Kark. La chef du département de la justice magique croisa le regard d'Hayley. Les deux femmes se tenaient non loin l'une de l'autre. Toute les deux ne laissaient rien transparaître, si ce n'est de la tension. Pourtant, le sang de Travers bouillait d'impatience. Elle n'avait qu'une envie, s'était laver l'affront que lui avait fait Lucy Metelli en s'extirpant de ses griffes. Hayley esquissa un petit sourire, tout en essayant de trouver les regards d'Isis et d'Helen. Elle était sereine. Habillée d'un pantalon et d'une veste pourpre, Hayley savait quoi faire. Quand son bras droit sentirait sa peau se consumer, la tireuse d'élite n'aura plus qu'à laisser glisser sa baguette de sa manche gauche. Et la logique reprendrait enfin ses droits.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Dim 28 Aoû 2011 - 8:18

Amber avait attendu les élections avec impatience, et les résultats encore plus. Elle était allée voter avec fierté, glissant le bulletin au nom de Merwyn Kark fièrement dans l'urne. Mais lorsque le résultat officiel fut déclaré, la jeune sorcière déchanta. Car selon elle, la pire possibilité la plus probable, c'était que ce soit la leader des Modérés qui gagne, donc il y aurait eu moindre mal. Mais voir Ernest Metelli remporter les élections, jamais elle n'aurait imaginé que ce soit réalisable. C'est alors qu'elle se rendit compte d'une chose : l'Ordre du Phénix n'était pas aussi petit et craintif qu'elle le pensait. Toutes ces personnes qui avaient osé voter contre le régime en place, ne craignaient-ils pas de représailles ? Peut-être étaient-ils suicidaires, après tout. Puis Amber réfléchit : entre les Modérés et l'Ombre de la Rose Noire, ils devaient bien être majoritaires... sauf qu'ils n'étaient pas alliés, mais se tiraient dans les pattes. C'était peut-être normal donc, l'ennemi avait profité de la faiblesse engendrée par les querelles fraternelles et s'était imposé. Pas pour longtemps, espérait la jeune sorcière.

Le lendemain des élections, les partisans du Lord avaient été convoqués au manoir Kark. Amber y était, évidemment. Elle prenait les choses très à coeur, elle voulait que ces faibles qui croient pouvoir changer le monde voient la puissance du Lord, même s'il n'est plus physiquement présent. Le discours de la fratrie Kark avait plu à Amber, elle l'approuvait entièrement, malgré sa déception. Elle était fière d'appartenir à l'Ombre, mais maintenant qu'elle avait fusionné avec les Modérés, c'était différent. Maintenant ils étaient tous des Mangemorts. Ce mot, prononcé dans le discours par Merwyn Kark, avait profondément touché la jeune sorcière. Elle, simple sorcière basique (on ne choisit pas sa famille), était gratifiée de ce nom dont elle avait entendu parler et qui la faisait rêver depuis toute petite. Lorsque lui fut apposée la Marque des Ténèbres sur le bras, elle se sentit encore plus fière d'appartenir à cette désormais grande famille. Tous ensemble, ils allaient s'unir pour lutter contre cet ennemi commun. Et qui sait, peut-être qu'une fois le Phénix terrassé pour de bon, l'Ombre pourrait refaire surface et imposer ses idées. Mais avant tout, il fallait étouffer ces utopistes trouble-fête.

Le lendemain, Lucy Metelli, veuve depuis la veille, donnait un discours dans l'atrium du ministère. Comment pouvait-on la laisser faire ça ? Son oraison donnait envie de vomir à Amber. "Bouh les vilains méchants qui ont tué mon pauvre mari, vous allez voir, on n'a pas peur de vous, on va changer le monde et vous pourrez plus rien contre nous!". Quel enfantillage ! Amber piétinait d'impatience de passer à l'offensive. Elle avait sa baguette cachée dans sa manche et la main posée sur l'avant-bras portant la Marque. Elle n'attendait qu'une chose : que son bras la brûle, qu'elle puisse dégainer sa baguette et punir tous ces imbéciles qui croyaient qu'on pouvait s'attaquer impunément aux idées du Lord. Elle jeta un regard vers Willemina Slamander Kark. C'était elle qui dirigeait le petit groupe dont elle faisait partie, avec Hayley Travers, Isis Lestrange et Helen Ann Rockwood. Bien que la femme soit la leader des anciens Modérés, Amber se sentait fière de travailler avec elle. Honorée même. Elle guettait les réactions de ses collègues en attendant le signal, bien déterminée à faire payer à tous ces faibles leur audace.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 28 Aoû 2011 - 13:30


Ils avaient fêté ça. Ils avaient fêté ça longuement, débordant de joie, d'allégresse. Ils avaient gagné ! Ils avaient réussi à triompher pour enfin apercevoir les rayons d'un soleil annonçant de jours meilleurs. Ils avaient bu plus que de raison, ri de plein coeur, chanté à tue-tête... Oui, ils avaient enfin laissé éclater cet aperçu du bonheur qui allait enfin venir éclairer leurs vies. Pendant ces instants, Eireann avait laissé de côté ses problèmes : beaucoup de choses allaient changer pour le meilleur et le pire allait rester derrière eux. Jane aussi avait fêté ça avant de partir à l'étranger encore une fois pour débriefer la nouvelle avec ses homologues des pays du monde entier. La vie avait été belle pendant ces instants-là, l'irlandaise avait eu l'impression que tout était alors possible.

Eireann sentant les larmes monter... Ah, elle les sentait couler aussi... C'était fini. C'en était fini de l'espoir, elle le savait. Elle l'avait su quand Lucy Metelli avait annoncé la mort de son mari, de leur Premier Ministre fraîchement élu. Elle y avait cru pourtant, ils y avaient tous cru : le peuple avait choisi le changement, la liberté bon sang ! Les sorciers avaient voté pour un monde meilleur ! Ils avaient fait tous ça pour ça ?! Pourquoi ? Pourquoi ces salauds s'entêtaient-ils à vouloir bafouer la voix du peuple ? Leurs discours avaient prônaient un monde d'élite, un gouvernement tourné vers la puissance et le sang mais les sorciers avaient dit non ! Ils avaient refusé cette voie et pourtant, ça n'avait pas été suffisant. Lucy Metelli ne voulait pas baisser les bras, elle voulait se battre, elle voulait faire entendre aux assassins de son mari que le combat allait continuer. Eireann n'y croyait presque plus. Elle se demandait à quoi cela pouvait bien servir : ils avaient obtenu le soutien du peuple mais venaient une nouvelle fois d'être mis à terre. Que pouvaient-ils faire de plus ? Employer les mêmes moyens que leurs adversaires ? Elle s'y refusait. Elle était contre, tout simplement. Elle lutterait à leur côté parce qu'elle ne pouvait se résoudre à abdiquer, ça n'était pas dans son tempérament et puis elle était une poufsouffle, une fille loyale envers ses amis. Elle se battrait aussi mais comment faire sans espoir ?

Elle regarda alors Thomas, Nora, Keenan, Cleona et tous ses proches présents. Et si c'était ça, son espoir ? Se battre pour eux ? Elle glissa une main tremblante dans celle de Julian qui était placé à ses côtés. Jane lui manquait, Ciaran n'avait pu venir, ses parents étaient retenus en Irlande... Elle se sentait bien trop seule. Malgré la présence des autres, elle était seule avec elle-même, avec ses désillusions, ses doutes, sa rancoeur. Elle serra la main de Julian plus fort, elle avait besoin de ça. Il était là pour elle à ça façon, en étant lui-même, en ne la laissant pas, en l'ayant soutenue durant l'absence de Tom. Elle lui en était redevable. Elle essuya une autre larme. Elle n'y pouvait rien, tous les visages fermés autour se répercutaient en elle et ne faisaient que faire grossir sa souffrance. Tous ces visages... Ils étaient incroyablement nombreux, il y avait même parmi l'assemblée des personnes qu'Eireann n'aurait jamais imaginé ici, au sein des partisans du changement. Elle prit alors conscience d'un truc : ça sentait tout sauf bon, ça sentait la mort et la haine... « Julian... Je... je n'aime pas ça... » Elle ne finit pas sa phrase. Elle n'avait rien à expliquer, c'était une sensation, elle ne savait pas comment définir tout ça. Sa joie de vivre s'était envolée si vite que tout ça n'était peut-être du qu'à l'atmosphère macabre qui planait au-dessus de leurs têtes.

Elle avait peur de l'avenir qui se profilait à l'horizon...

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Isis Lestrange
Dark Pipou
Messages : 2305 Crédits : Home made
Age du personnage : 24 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Archéomage et ethnologue attitrée des Héritiers
Faction : Les Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Une loutre, mais elle ne peut plus l'invoquer depuis quelques temps
Epouvantard : Un bain de sang, trauma de son enfance au manoir Malefoy pendant la guerre
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 28 Aoû 2011 - 15:29

Un claquement de langue désapprobateur lui échappa bien malgré elle lorsque la douce Lucy osa l’insulte audacieuse de comparer les siens à de vulgaires barbares. Visiblement, la mort de son époux la rendait hargneuse… Elle n’hésitait plus à sortir les crocs. Isis roula les yeux vers le ciel avec mépris, elle préférait encore détailler les lignes et les courbes du plafond que de continuer à supporter la vue d’une idiote en train de s’agiter frénétiquement dans tous les sens comme un poisson qu’on aurait tiré hors de l’eau. Comment avait-on pu en arriver là ? Cette question n’avait eu de cesse d’empoisonner ses pensées depuis que le nom de Metelli était sorti des urnes. À l’annonce de la nouvelle, ses entrailles s’étaient glacées sous le coup de la stupeur. Pendant près d’une minute elle était restée parfaitement immobile, le regard braqué sur l’œil grésillant du vieux mégaphone, n’arrivant pas à en croire la triste fable qui parvenait jusqu’à ses oreilles. Le peuple sorcier d’Angleterre ne pouvait pas s’être mépris à ce point et feindre d’ignorer la supériorité irréversible du sang-pur. Il en avait été ainsi de tout temps. À l’hébétude des premiers instants avait alors succéder une vague de fureur indignée. Ce résultat n’était que le fruit d’un discours mensonger prêché par une bande de renégats dont l’unique intention était de les faire replonger dans l’obscurantisme d’une société gouvernée par l’hypocrisie. Il était inimaginable de penser qu’elle, Isis Lestrange, ne ferait rien pour empêcher cela et resterait sagement chez elle les bras croisés en attendant de voir tout ce pour quoi sa famille s’était battue s’écrouler comme un château de cartes. Un sourire féroce s’empara de ses lèvres à cette pensée et elle reporta alors son attention sur la foule assemblée dans l’atrium du ministère, ses yeux sombres se posant sur chacun des visages tendus qui l’entouraient. Les blagues les plus courtes étaient les meilleures, mais celle-ci aurait au moins le mérite de faire tomber les masques. Cela avait même déjà commencé…

Du coin de l’œil, Isis aperçut Helen Ann et Hayley qui se tenaient un peu plus loin sur sa gauche, et cela suffit à détendre le nœud qui s’était invité au creux de son ventre à mesure que la tension devenait de plus en plus palpable au-dessus de leurs têtes. La surprise n’avait pas été très grande de découvrir leur visage parmi les militants de Mervyn Kark, elle ne connaissait que trop bien leurs avis arrêtés sur certains points de politique où elles étaient en désaccord, mais elle s’était sentie légèrement mise à l’écart par leur silence. Un sentiment qui avait rapidement été balayé par celui que lui inspirait le bien-fondé de la bannière sous laquelle ombres et modérés s’étaient enfin ralliés. Depuis le début cette scission lui avait paru contre nature. Elle n’y était d’ailleurs certainement pas pour rien si la dispersion des votes avait permis à une aberration telle que Metelli de l’emporter. Mais tout cela était fini, et à cette heure Isis était fière de pouvoir se battre aux côtés de celles qu’elle avait toujours considéré comme ses amies les plus proches. Dans un geste inconscient, le bout de ses doigts vint effleurer la dentelle noire qui recouvrait ses bras, pianotant au-dessus de l’endroit où la marque des Ténèbres teintait dorénavant sa peau d’un feu sombre. Rookwood, Travers, Lestrange, certains avaient cru que la volonté de ces familles s’était endormie paresseusement au coin du feu en vingt ans de paix, mais aujourd’hui ils devraient subir les conséquences de leur erreur. La flamme de la vieille noblesse anglaise était toujours aussi ardente, elle continuait de perdurer à travers ses enfants. Même Callista. « Sois-en digne », voilà ce qu’elle lui avait murmuré à l’oreille tout en pressant son bras tatoué avant qu’elle ne transplane pour King’s Cross, et elle savait qu’elle ne la décevrait pas.

La riposte était en branle, les responsables de toute cette mascarade ne pourraient bientôt plus se cacher. Et leur tête tomberait. La jeune archéologue inspira profondément tout en faisant glisser sa main dans celle de l’homme qui se tenait contre son épaule. Elle s’était déjà retrouvée dans des situations périlleuses à cause de son métier, mais jamais elle n’avait encore participé à une bataille de cette ampleur. Cela avait beau lui sembler absurde elle avait soudain besoin de sentir l’appui de son ami d’enfance, d’un geste de réconfort idiot qui la soulagerait d’un poids sans visage. Ewen ne tourna pas la tête mais il pressa légèrement ses doigts entre les siens. L’heure n’était plus à l’hésitation ni aux demi-mesures. Isis le savait très bien.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


They're going to bitch about me anyway,
so I might as well give them something to bitch about.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 29 Aoû 2011 - 13:06

Mémorable, cette soirée avait été mémorable. Il avait fini totalement saoul à faire le con sur un balai et avait adoré ça. Il avait aussi ramené une jolie rousse jusqu’à son lit avec qui il avait fait des galipettes sans vraiment d’enthousiasme. Depuis des semaines de toute façon c’était une jolie brunette qui hantait ses pensées parvenant même a reléguer sa passion d’adolescent pour Ely au second plan. Eire… Elle était craquante et exaspérante tout ce qu’il aimait.

Il y pensait encore allongé sur son lit défait tandis que sa conquête du jour essayait d’attirer son attention. Un signe de tête exaspéré et un accompagnement expéditif à la porte plus tard il était enfin seul. Il soupira de bien être et s’étira avant de se laisser retomber sur le lit. Il était déjà tard en fait c’était même l’après-midi mais il était toujours imbibé d’alcool. Son esprit restait embrumé et il avait une migraine à se cogner la tête contre un mur.

Il mit du temps a réaliser que le bruit qu’il entendait n’était pas une enclume sous son crane mais bien le bec d’un hibou contre la fenêtre. Il se leva et ouvrit à l’animal avant de se saisir du courrier et de le décacheter. Aussitôt son acuité visuelle lui revint tandis que tout son sang semblait refluer. Il était pâle à faire peur et il chancela.

C’était un court billet non signé mais dont il connaissait tout de même la provenance. L’ordre, le QG… Une rumeur… La mort de Metelli? Non ça n’était tout de même pas possible? Il serrait les poings et marchaient en tout sens peinant à déchiffrer la suite du message. Il y’avait une conférence à l’atrium sa femme…
Julian se prépara plus vite que l’éclair en enfilant une robe de sorcier par-dessus un jean moldu et un tee-shirt noir. On n’était jamais trop prudent et si il devait rejoindre précipitamment l’autre monde autant y être préparé. Il n’avait pas faim mais il se força a avaler quelque chose pour regrouper ses forces. Il ne trouva qu’un part du gâteau de fête de la veille et son goût lui parut nettement plus amer…

Il sortit et transplana pour rejoindre le ministère ses cheveux décoiffés et sa barbe naissante ne changeant pas beaucoup de d’habitude. Il rejoint une entrée habituelle surpris par le nombre de personnes qui le précédaient ou qui le suivaient. Il reconnaissait de nombreux visages de sympathisants mais aussi d’autres qui venaient sans doute se repaître du malheur de Lucy Metelli.
Il ne parla a personne répondant parfois à un salut par un vague signe de tête. Il cherchait ses amis, ses proches, les autres membres de l’ordre. Il aperçu Thomas au bout d’un long moment accompagné de sa sale clique d’O’Broin. Il salua son ami et le fixa un instant dans les yeux avant de recommencer à chercher parmi la foule pour trouver Eireann. Il s’approcha d’elle et s’installa à son coté sans dire un mot, toute son attitude signifiant qu’il était là pour elle et qu’elle pouvait se reposer sur sa force.

Il écouta le discours de Miss Metelli et sentit la petite main d’Eire chercher la sienne. Des larmes coulaient sur le visage de la jeune femme tandis que les traits de Julian se crispaient. Il observait la foule autour de lui et n’était pas ravi de ce qu’il voyait. De trop nombreux mangemort se tenaient dans cette pièce et ils n’avaient pas l’air malheureux le moins du monde plutôt en attente.
Eire partageait son ressenti et elle le lui fit savoir en disant qu’elle n’aimait pas du tout ça. Il libéra sa main et passa un bras autour de ses épaules pour la blottir contre son torse déposant même un baiser sur ses cheveux tout en cherchant sa baguette de l’autre main.

Il valait mieux être prêt c’était indéniable. Il était à l’affut du moindre mouvement n’écoutant plus rien du discours et se contentant de laisser aller son regard de l’un a l’autre. De toute façon l’ordre nouveau il n’y avait jamais cru. Croire que les mangemort pouvaient laisser tomber pour un truc aussi dérisoire qu’une élection c’était mal les connaitre. L’élection était là pour choisir le nouveau leader mangemort si elle n’allait pas en ce sens et bien on faisait en sorte de l’annuler. C’était évident pour Julian, peut être parce qu’il avait grandit dans une famille ultra conservatrice il n’en savait rien…
Pour les mangemort la violence et le sang était toujours la bonne réponse ils l’avaient encore prouvé. Il lança un bref regard vers Thomas et secoua la tête d’un air dégouté en voyant qui l’entourait. Il faisait confiance à son ami pour se défendre mais tout de même… Enfin ceci dit ils n’étaient pas vraiment dans de meilleurs draps avec Eireann.


    « Ca va aller ne t’inquiete pas je suis là. Quoi qu’il arrive d’ailleurs Eireann promet moi de rester avec moi? »


Il parlait très bas tout contre son oreille comme s’il lui murmurait des mots d’amour ce qu’il aurait préféré faire d’ailleurs. Quoi? Non mais ça n’allait pas mieux, il ne pouvait pas aimer Eireann pas comme ça… Il repoussa cette pensée et recommença à guetter tout signe ou mouvement suspect autour de lui essayant par la même occasion de faire le point sur le dispositif qui protégeait Lucy Metelli.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Lun 29 Aoû 2011 - 17:36

Helen Ann avait imaginé des vacances paisibles pendant lesquelles elle n’aurait pas à s’encombrer des tracas de la vie active. Si le mois de juillet fut plus ou moins en accord avec ses attentes, le mois d’août lui succéda dans une ambiance bien différente. La société magique entière était plongée dans une sorte de malaise étrange, comme si le temps avait interrompu son cours et restait suspendu au-dessus d’une date précise parmi les autres. Le jour où le nom de l’héritier du Lord devait sortir des urnes approchait à grands pas. Cela faisait plus d’un an que tous étaient dans l’attente de ce moment, les enjeux n’étaient pas maigres, et la tension commençait à devenir palpable dans les rues de la capitale. La petite dernière des Rookwood était confiante, elle ne croyait pas une seconde qu’un esprit aussi déviant que Metelli puisse l’emporter, et si le clan Salamander sortait vainqueur cela ne serait pas une atteinte dramatique à ses convictions, mais elle se laissait malgré tout gagner par le climat général. Certains jours elle était profondément empêtrée dans une torpeur assommante, elle restait avachie dans le canapé à zapper de chaîne en chaîne durant des heures, tandis que le lendemain la nervosité avait du mal à la garder en place. Ce jeu de montagne russe était assez éprouvant ! Malgré la boule de stress qui lui comprimait le ventre, elle ne fut donc pas fâchée de voir le 30 août arriver. Ce fut malheureusement pour mieux déchanter.

Toute la famille était rassemblée devant le JT magique lorsque le visage d’Ernest Metelli était apparu à l’écran. Helen Ann n’en croyait tout simplement pas ses yeux, pendant une dizaine de secondes durant lesquelles les paroles animées du présentateur devinrent un bourdonnement sans importance elle resta bouche-bée, puis tout repris brusquement son rythme, et elle se retourna vivement vers les siens. Fidèle à lui-même, son père n’exprimait aucune émotion particulière si ce n’est que le bleu de ses yeux pâles semblait s’être refroidi de quelques degrés, mais la métamorphose la plus saisissante était celle de sa sœur dont le visage était plus blême que la mort. En apercevant ses mains crispées sur ses genoux comme si l’univers entier s’était ouvert sous ses pieds, Helen Ann se sentit gagner par une indignation brûlante qui lui fit monter les larmes aux yeux.
« Ce n’est pas possible, ils ne peuvent pas faire ça ! Ce… Cet adorateur des moldus ne peut pas prendre la place du Lord ! C’est n’importe quoi ! » Elle s’était dressée sur ses pieds sans s’en rendre compte, mais elle fut rapidement rejoint par son frère dont les poings serrés témoignaient assez bien de son état à lui aussi. « Arrête, tout le monde sait que depuis la mort du Seigneur des Ténèbres cette racaille de l’Ordre du Phénix en a profité pour colporter sa sale petite idéologie de frustrés, et qu’il y en a un certain nombre qui sont assez bêtes pour avaler leurs salades. Ils empestent tous l’avidité et la jalousie. » cracha-t-il finalement. Helen Ann ouvrit alors la bouche pour s’apprêter à répliquer sur le même ton acerbe, mais la main de William Rookwood se leva au même moment, et fit aussitôt taire ses deux enfants. « Ça suffit. Cette confrontation n’a pas lieu d’être. Au lieu de vous chamailler comme des forcenés vous feriez mieux de faire fonctionner vos méninges. » « Qu’est-ce que tu comptes faire ? Quoi que ce soit, je suis avec toi. » « Moi aussi ! » Le chef de la Brigade de Police Magique ne put empêcher le coin de ses lèvres de tressaillir. Il se sentait soudain emplit de fierté. « Je crois qu’il est temps de recourir aux anciennes méthodes. » expliqua-t-il simplement, dans un souffle, en refermant sa main autour de l’avant-bras où sa vieille marque des ténèbres était incrustée dans sa chair.

L’atrium était bondé. Une foule de curieux s’était pressée au ministère pour écouter le discours de la veuve éplorée. Ses paroles ne ressemblaient pas vraiment à un discours politique de haute voltige, mais il fallait reconnaître que sa hargne poignante ne laissait pas indifférent une bonne partie de l’auditoire. Helen Ann n’y prêtait pas grande intention cependant, toutes ses pensées étaient tournées vers l’attaque à venir, et le rôle qu’elle était sensée y jouer. Dire qu’elle n’avait pas le trac ou qu’une dose d’appréhension n’essayait pas de jouer avec ses nerfs aurait été mentir, mais son courage était galvanisé par le tatouage ornant dorénavant son bras. Toutes ces années, elle avait rêvé de cet instant, celui de faire ses preuves, il n’était pas question qu’elle recule maintenant. Elle aurait encore préféré se stupéfixer elle-même ! Il n’y avait aucune raison de craindre l’échec de toute façon. Helen Ann ne connaissait pas la brune au visage en forme de lune qui faisait partie de son groupe d’intervention, mais elle avait une totale confiance en ses deux petites protégées. Quant à leur chef de file, était-il besoin de rappeler que Wilhelmina était une Kark ? Le même sang que celui de sa mère coulait dans les veines de cette femme, c’est donc qu’elle était un roc.


Dernière édition par Helen Ann Rookwood le Lun 29 Aoû 2011 - 20:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Wilhelmina M. Salamander
Messages : 339 Crédits : © FDD
Age du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Chômeuse
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 29 Aoû 2011 - 19:59


Suite du discours de Lucy :
Spoiler:
 

Silencieuse comme une ombre Wilhelmina attendait. Sagement. Mais nerveusement. La délivrance prit la forme d’une exquise douleur émanant de son bras gauche. Cette même douleur qu’elle avait cru le 2 mai 2018 ne plus jamais ressentir. Un bruit sourd était survenu au même instant. Comme prévu toutes les cheminées venaient d’être scellées, enfermant mangemorts et victimes ensembles. Place à l’action. C’était dans l’action qu’elle s’était toujours le mieux illustrée. La Salamander vit avec fierté la marque des ténèbres resplendir dans l'Atrium. Elle avait beaucoup de choses à reprocher à son frère, mais pas son sens de l'esthétisme.

Elle. Ou plutôt, elles – il fallait bien compter les quatre jeunes femmes à son service - avaient une mission à accomplir. Barrer tous les issues s’était bien beau, mais il fallait maintenir le barrage magique. Il y avait cher à gager que des gus de l’ordre du phénix allaient vouloir le faire céder. Tout allait se jouer dans une des salles du département des transports magiques aux sixièmes étages, là où se concentraient les artefacts contrôlant les réseaux de cheminettes, et portoloins. D’un signe autoritaire de la main, elle intima à son escouade de se diriger vers les ascenseurs, pendant que le gros des troupes s’occupaient des membres de l’ordre du phénix dans l’Atrium.

Tout en avançant Wilhelmina distribuait quelques stupéfix ci et là, sans jamais rater sa cible. Rien de bien glorieux pour une tireuse d’élite confirmée.

INFORMATIONS RP

ϟ Toutes les cheminées ont été bloquée.
ϟ Les mangemorts ne font pas que terroriser la foule, ils s’attaquent également à des points stratégiques.
ϟ Les mangemorts suivent Wilhelmina pour l’aider à garder le contrôle des moyens de transports magiques permettant aux sorciers d’évacuer.
ϟ Les mangemorts de ce groupe doivent donc se diriger pour le moment vers le fond de la salle dans le but de prendre un des ascenseurs.
ϟ N’oubliez pas que c’est une action planifiée par votre faction, ce n’est pas par hasard ou juste pour écouter le discours de Lucy que vous êtes là. Cette remarque ne s’applique pas aux membres de l’ordre du phénix bien sûr.
ϟ Vous ne pouvez plus transplaner.
ϟ Mervyn Kark a fait apparaitre la marque des ténèbres dans les airs
ϟ Eireann et Julian peuvent avoir reconnu la leader des modérés se diriger vers les ascenseurs et décider de la suivre pour la stopper.
ϟ Une petite image pour vous aider à vous situer.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mar 30 Aoû 2011 - 8:12

Amber attendait patiemment, bien que le discours de Lucy Metelli l'exaspère de plus en plus. Soudain, une douleur se fit ressentir sur son avant-bras gauche. Elle remonta sa manche pour observer la marque qui la brûlait, puis elle se concentra à nouveau sur ce qui se passait dans l'atrium.

La Marque des Ténèbres planait majestueusement dans les airs. Wilhelmina Salamander-Kark fit un signe de la main. Il avait été prévu que le groupe dont faisait partie Amber s'occupe dans un premier temps de prendre le contrôle du sixième étage, d'empêcher quiconque de rentrer ou sortir. Les cheminées aux manteaux dorés étaient verrouillées, le Ministère empêchait les personnes de transplaner en son sein. Il suffisait de contrôler le sixième étage pour que personne ne puisse s'échapper.

Amber sortit sa baguette et, malgré la douleur dans son bras, elle lançait quelques stupéfix tout en suivant la co-leader des Mangemorts. Celle-ci se dirigeait vers les ascenseurs, et en voyant les portes dorées, Amber pensa qu'il serait stratégique si quelqu'un y restait pour garder la porte afin de faire gagner du temps au reste de l'équipe. Elle prit donc l'initiative de se poster derrière la porte, tout en lançant des sorts aux personnes qui tentaient de les suivre.

C'était la cohue la plus totale dans l'atrium, certains criaient, d'autres se battaient, tentaient de fuir. Amber n'était pas dupe, l'ordre reviendrait bientôt et les partisans de Metelli allaient bientôt se ressaisir et ne former qu'un seul corps pour lutter contre eux. Il fallait profiter de ce court moment pour prendre le plus d'avance possible.

La jeune femme avait toujours rêvé se retrouver dans une telle situation. Enfin, pas celle-là exactement, mais au moins une sorte de mission dans ce genre, lutter aux côtés des Kark pour les idées du Lord. Elle prenait son rôle très à coeur, ne voulait surtout pas les décevoir, ni se décevoir. Bien entendu, elle ratais quelques unes des cibles qu'elle visait, elle n'était pas tireuse d'élite. Mais elle faisait de son mieux. Elle se cachait derrière la porte pour se protéger des sorts qu'on pouvait lui lancer. Elle s'était fixé un but : protéger et aider la co-leader des Mangermorts. Et en cet instant précis, elle pouvait faire d'une pierre deux coups, en faisant barrage. Mais elle savait qu'elle ne tiendrait pas longtemps. Les personnes dans l'atrium étaient trop nombreuses, c'était toujours la pagaille, et elle était seule face à eux.

Elle jeta un oeil à ses coéquipières pour voir ce qu'elles faisaient, afin de savoir combien de temps il serait indispensable qu'elle tienne le barrage du mieux qu'elle put. Elle réfléchissait à un moyen de continuer à retarder les personnes lorsqu'elle devrait monter dans un ascenseur avec ses collèges. Ce n'était pas chose aisée, mais il fallait y arriver, sinon la jeune femme risquait de se faire toucher. Elle cherchait les différentes options, tout en lançant ça et là quelques stufpéfix, et en restant attentive aux ordres de l'ancienne leader des Modérés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Isis Lestrange
Dark Pipou
Messages : 2305 Crédits : Home made
Age du personnage : 24 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Archéomage et ethnologue attitrée des Héritiers
Faction : Les Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Une loutre, mais elle ne peut plus l'invoquer depuis quelques temps
Epouvantard : Un bain de sang, trauma de son enfance au manoir Malefoy pendant la guerre
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 30 Aoû 2011 - 20:57

Et la comédie, aussi divine fut-elle, déchaîna sa fureur. La douce chaleur qui se dégageait de la main d’Ewen et l’emplissait de quiétude fut brusquement repoussée par la douleur fulgurante qui lui transperça le bras. Elle eut à peine le temps d’esquisser un rictus de surprise que son visage embrassait pourtant déjà une expression à la fois stupéfaite et émerveillée. Le feu sombre de la marque des ténèbres se déversait dans ses veines avec la violence d’un troupeau de chevaux lancés au galop. Il lui semblait presque sentir le souffle brûlant de leurs narines frémissantes dans son dos. Isis avait du mal à croire qu’une si petite chose puisse inspirer une telle puissance, pourtant elle se sentait inexorablement porter par elle. La sensation était exquise. Il n’y avait pas l’ombre d’un doute dans son regard de glace lorsque sa main s’empara alors de sa baguette et qu’elle la brandit droit devant elle. Le sort de stupéfixion qui s’en échappa frappa de plein fouet le dos du pauvre homme qui avait eu le hasard malheureux de se tenir dans son chemin. Elle enjamba son corps sans lui accorder la moindre attention et se dirigea aussitôt vers le fond de la salle, là où s’alignaient les nombreux ascenseurs desservant les différents départements du ministère.

Des détonations et des cris s’élevaient dorénavant un peu partout au-dessus de l’atrium, propageant la confusion et accroissant le désordre. La plupart des gens n’avaient aucune idée de ce qui se passait réellement ou de ce contre quoi ils étaient sensés se défendre. Ils couraient dans tous les sens à la recherche d’une issue, se heurtant de toute part à des grilles qui réduisaient à néant leurs vains espoirs. Se frayer un passage à travers cette foule de sorciers paniqués n’était pas aussi laborieux qu’on aurait pu le penser. La terreur dont ils étaient saisis en faisait des proies faciles. Ainsi, Isis avançait d’un pas égal et rapide que rien ne semblait pouvoir enrayer. Au milieu de la pagaille ambiante, son imperturbable froideur la faisait passer pour un ovni. Sa baguette magique fendait parfois l’air pour la débarrasser d’un obstacle, mais l’aura à la fois farouche et inquiétante qui émanait d’elle suffisait souvent à lui ouvrir la voie. Elle s’était rapidement rendue compte qu’Ewen n’était plus derrière elle cependant elle avait pris le parti de ne pas s’en préoccuper. Même si elle aurait préféré le savoir à ses côtés, que ce soit pour protéger ses arrières ou la rassurer, elle avait confiance en lui pour se tirer d’affaire quoi qu’il arrive. En revanche, la jeune archéologue était beaucoup moins à l’aise avec l’idée de laisser Wilhelmina seule au milieu de trois Ombres… Elle avait beau se répéter que leur alliance avait un caractère sacré que même Mervyn Kark ne pouvait négliger, un pressentiment désagréable persistait à lui glacer les entrailles dès que ses pensées flirtaient de trop près avec toute cette histoire. Elle se mordit la lèvre et accéléra alors un peu plus la cadence. Peut-être faisait-elle preuve d’une certaine paranoïa en redoutant ces choses, elle doutait d’ailleurs fortement que ses amies se retournent contre elle, mais elle n’avait jamais entendu dire que l’on puisse faire preuve d’un excès de méfiance dans ce genre de situation…

Arrivée à la hauteur de sa meneuse, elle utilisa un sort informulé pour faire apparaître un fouet à la pointe de sa baguette. Mue par une volonté propre, celui-ci se précipita alors aussitôt vers la femme qui courait dans leur direction et ne tarderait pas à se mettre en travers de leur chemin. Il s’enroula autour de son cou puis il l’écarta violement, soulevant son corps de plusieurs mètres dans les airs avant de l’abandonner à l’attraction terrestre. Isis se fichait bien que l’atterrissage ne se fasse pas en douceur, elle n’était pas là pour épargner la bienséance, et encore moins l’amour-propre de tout ceux qui avaient osé se détourner de leur loyauté.



La femme victime du Flagelum utilisé par Isis retombera-t-elle sur Julian ?
Oui : Elle est projetée violement sur lui et le renverse sous son poids.
Non : Elle ne fait que passer à quelques centimètres de lui mais masque tout de même sa visibilité pendant un cours instant.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


They're going to bitch about me anyway,
so I might as well give them something to bitch about.


Dernière édition par Isis Lestrange le Mar 30 Aoû 2011 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mar 30 Aoû 2011 - 20:57

Le membre 'Isis Lestrange' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 12:20


Tout alla très vite : le clic sonore retentit et aussitôt, des éclairs multicolores commencèrent à fuser. La panique envahit la salle et Eireann sentit son sang se glacer : un piège se refermait sur eux... Encore une fois, ils étaient pris pour cible, encore une fois, ils étaient attaqués en traître, comme ça, d'un seul coup. « Les lâches... » cracha-t-elle emportée par la colère naissante en elle. Elle essuya ses larmes d'un geste vif et croisa le regard de Julian : ils se comprenaient. Il était hors de question de les laisser gagner. Metelli avait été élu à la majorité, il fallait qu'ils le comprennent et puisqu'ils souhaitaient la jouer à la déloyale, la petite irlandaise allait faire de même. Ils n'étaient pas masqués cette fois et elle comptait bien imprimer chacun des visages ennemis, un par un, quitte à avoir de très mauvaises surprises. Le monde avait encore changé et il était temps de se méfier de son voisin, de ses amis et peut-être même de sa famille. Heureusement, elle était la seule Callaghan présente : elle savait que son clan était à l'Ordre et qu'ils y resteraient tous jusqu'à la fin...

Le clic retentissant était clair : issues bloquées. Ils étaient faits comme des rats... Mais des rats qui avaient une hargne bien plus forte que ce à quoi s'attendaient ces types sans courage. Julian et Eireann se dirigèrent vers un petit groupe. La sorcière ne comprit que quelques secondes plus tard que Julian avait suivi Wilhelmina Salamander en personne. Un frisson lui parcourut l'échine : cet affrontement allait sonner la fin de sa carrière au Ministère, elle le savait... Mais il y avait plus important que ça : elle ne pouvait pas se terrer dans un coin et attendre que ça passe. Elle ne pouvait pas ne rien faire pour se préserver et laisser des dizaines de personnes mourir pour leur cause. Elle était prête, enfin presque. Malgré la peur, elle allait tout faire pour ne pas abandonner... Et elle vit une femme être ligotée par un fouet étrange puis propulsée sur Julian qui tomba au sol. Il était à terre et elle était seule face à l'accès aux ascenseurs... Apparemment, les mangemorts avaient décidé d'investir les étages et une armada de jeunes joueuses de baguette bloquait l'accès. Julian se relevait doucement : Eireann lui fit un signe de tête entendu et s'élança. Ils avaient déjà combattu côte à côte dans une mission et le plan était simple : Eireann faisait diversion tandis que Julian en profitait pour jouer les bourrins. C'était le moment. Elle esquiva un stupéfix ainsi qu'un éclair vert qui brilla dans ses yeux tandis qu'elle tentait de garder le contrôle de sa peur grandissante. Elle repéra les jeunes femmes qui bloquaient l'accès et notamment une qui semblait s'être faite maitresse de tous, derrière une porte. Elle esquiva un autre éclair involontairement grâce à un déséquilibre provoqué par un corps figé sur le sol. Elle déglutit, se releva et leva sa baguette : « AVIS FULGURATOR ! » Des oiseaux électrisants sortirent de sa baguette et se dirigèrent vers le groupe de femmes...

Eireann remerciait Scrat pour ce sort qu'elle avait vu exécuter à maintes reprises. La dernière fois, c'était lors de leur mission commune... Etait-elle là, elle aussi, auprès des Ombres ?


Oui : Les oiseaux se dirigent vers les quatre jeunes femmes
Non : Les oiseaux se dirigent uniquement vers Amber

Oui : La puissance du sort permet de faire une bonne diversion.
Non : Le sort laisse juste le temps à Julian de se préparer à attaquer.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh


Dernière édition par Eireann N. Callaghan le Mer 31 Aoû 2011 - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 12:20

Le membre 'Eireann N. Callaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 13:17

Une nuit, une seule nuit c’était tout ce que ces maudits mangemort avaient bien voulus leur laisser. Julian ne put se retenir et il cracha par terre devant lui en voyant briller la marque des ténèbres au dessus d’eux. C’était pathétique qu’ils ai encore recours à ce vieux symbole mais très efficace si on en jugeait par la panique qui semblait prendre possession des personnes présentes.

Cette marque, la voir lui donnait la nausée, lui rappelant l’avant-bras de son père qui l’exhibait si fièrement avant de lui faire subir les pires horreurs parce qu’il sortait du rang. Il entraina Eire par la main sa baguette dans l’autre depuis l’instant ou avait retentit le bruit du premier sortilège. Il était en colère et ça ne s’arrangea pas quand il vit passer un abruti finit qui hurlait à la mort sans avoir la simple idée de sortir sa baguette pour se défendre. Lâchant la main d’Eire il stoppa la course du neuneu d’un coup de poing en pleine face qui n’avait aucun interêt si ce n’était celui de l’apaiser un peu. Il avait envie de hurler, de tordre le cou de quelqu’un et il ne mit pas longtemps à trouver une cible pour sa rage.

Salamander, Wilhelmina Salamander. Elle s’éloignait à vive allure entourée de ses sbires et il fit aussitôt le rapprochement avec ce marasme. Elle n’était peut être pas responsable de la mort de Metelli mais elle n’était pas une oie blanche et elle avait forcément a voir avec le carnage qui semblait se dessiner. Toutes les issues avaient été bloqué et Julian reprit la main d’Eire pour l’entrainer rapidement dans le sillage de la Salamander.

Il se fit bousculer une nouvelle fois et du lâcher la mains d’Eireann pour rétablir son équilibre juste assez rapidement pour voir une femme fondre sur lui par la voie des airs. Trop tard cependant pour amortir le choc. Il l’a prit en pleine poitrine et malgré son habitude d’encaisser les coups s’écroula sous le choc.
Il se tordit la cheville et grimaça de douleur avant de se débattre comme un beau diable sous le poids de la femme inerte pour pointer sa baguette sur Eireann en hurlant. « PROTEGO »

La barrière magique se dressa devant la jeune femme suffisamment longtemps pour qu’ils échangent un regard de connivence avant qu’elle ne la dépasse et se jette à son tour dans la bataille. Julian avait bien vu d’où venait l’attaque et entendait rendre très vite la monnaie de sa pièce à cette garce de fille Lestrange.

Il se leva d’un bond et lui lança aussitôt un sortilège « Tarantallegra » qui la manqua de peu et se perdit dans le décor.

    Lancé N°1 Oui : Isis a remarqué qu'il la prise pour cible
    Non : elle poursuit sa route.


Il se dit que ce n’était que partie remise avant de rejoindre Eireann qui venait de balancer un avis fulgurator de toute beauté en plein sur Amber qui semblait vouloir ralentir leur progression.
Il n’avait aucune envie de rester planté dans cette salle et l’évidence lui sauta aux yeux. Malgré sa rage et son envie de faire la peau à Miss Lestrange et encore plus à Miss Salamander il avait une cible toute désignée en la personne d’Amber.

Il connaissait cette femme comme toutes les autres personnes qui prenaient maintenant les armes contre le vent de liberté que Metelli avait fait souffler. Il avait été élevé par une famille qui louait les valeurs de mangemort et aurait sans doute été marié a une de ses furies s’il n’avait pas eu la force de s’opposer à son père malgré les souffrances endurées.

Il les connaissait mais ça ne le rendrait pas plus doux pour autant. Eireann était la reine des diversions et lui le bourrin de service c’était la base de leur duo et elle fonctionnait très bien. Il avisa une statue derrière la jeune femme étourdie par les oiseaux électriques qui avaient fondus sur elle Une bonne grosse armure avec des gras comme des jambes sur qui il lança. « Piertotum Locomotor » La statue se redressa et descendit lentement de son socle tandis que Julian lui désignait sa cible et hurlait.


« Fais ton devoir ! Protège le ministère! »

Après tout il ne mentait pas Metelli avait gagné et il était de droit le maitre en ces lieux que les mangemort le veuillent ou non.

    Lancé N°2 Oui : La statue enserre Amber de ses bras et l’empêche de bouger.
    Non : Elle se tourne vers le combat dans la salle pour y prendre part et détruit au passage la porte derrière laquelle la jeune femme se dissimule.


Dernière édition par Julian T. Harper le Mer 31 Aoû 2011 - 13:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 13:17

Le membre 'Julian T. Harper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hayley Travers
Bouledogue des Kark
Messages : 716 Crédits : K
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Brigadière à Pré-au-Lard
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Loup
Epouvantard : Son reflet moldu
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 16:27

Les paroles de Lucy Metelli résonnaient dans le vide. Un grande partie de l'audience ne prêtait attention qu'au signe déclencheur de l'attaque, l'attaque qui ruinerait à jamais tout les espoirs des phénix. Patiente et faussement interessée par le discours, Hayley le sentit alors. Le signal. L'horrible voix niaise de Metelli ne se faisait plus entendre. Pendant que le bras de Travers, et de tout les autres mangemorts, brûlait, un splendide marque fit son apparition dans l'Atrium. La marque des ténèbres, lancé par Mervyn Kark en personne.

L''extase avait envahit le corps de la tireuse d'élite. Elle ne savait pas vraiment pourquoi. Peut-être étais-ce l'idée d'être présente à un moment historique pour les mangemorts? Ou bien étais-ce tout simplement le plaisir de pouvoir tuer des traîtres à leur sang et des sang-de-bourbe? Vaste question. Néanmoins le temps n'était pas aux actes de sadisme. Une victoire ne se construisait qu'en respectant les instructions de ses supérieurs. Wilhelmina avait été clair. Il fallait coûte que coûte empêcher ces sales piafs de se rendre au sixième étage, au département des transports magiques. Miss Kark intima l'ordre à son petit groupe de femmes fatales de la suivre. La baguette d'Hayley avait déjà depuis longtemps glissé de sa manche. La brûlure sur son bras droit excitait encore plus sa perversion. Lucy était tellement près, il était si simple de terminer le travail, de la torturer une nouvelle fois. Mais la jeune Travers avait appris à contrôler ses émotions, même les plus sombres, c'était cela être un soldat d'élite. Comme pour rester connectée avec la réalité, la sorcière balança un Sectumsempra au visage d'un fuyard qui se dirigeait dans sa direction. Il n'avait certainement pas compris que toute les cheminées étaient bloquées, que tout espoir était perdu. Le seul qui demeurait se trouvait au niveau des ascenseurs, mais ils allaient être garder par une troupe de choc.

L'avancée fut des plus rapides. La majorité des phénix étaient trop surpris par les mangemorts. Hayley cachait sa joie au maximum, elle adorait ce qu'elle était en train de faire. Elle faisait de son mieux pour protéger son leader, miss Kark. Wilhelmina n'était d'ailleurs pas leur chef pour rien, chaque tir de baguette touchait une cible bien précise. Même Travers n'arrivait pas à faire mieux. Mais la descendante des Lestrange ne se débrouillait pas trop mal non plus. La pauvre femme qui essayait de stopper le groupe de mangemorts fit la rencontre d'un énorme fouet, qui la propulsa en plein sur un homme, un Oubliator d'après les souvenirs d'Hayley. Les jeunes femmes étaient proche des ascenceurs, seul Amber restait en retrait, décider à jouer l'avant garde de la troupe d'élite.

Mais quelques fous tentaient désespérement de contrecarrer les plans des Mangemorts. Une incantation s'échappa de la bouche d'une jeune femme, elle faisait apparaître des oiseaux chargés de foudre. Ces horribles volatiles se dirigeaient droit vers Amber et le choc éblouit quelque peu la sorcière. L'Oubliator qui avait reçu la grosse bonne femme sur lui prit le relai. Il donna vie à une statue se trouvant juste derrière Heilhem. La statue n'était qu'une énorme armure mais ce tas de pierre fit quand même des ravages, elle enserra Amber. La pauvre mangemort était mal en point, Hayley ne supportait pas de voir des phénix malmener une mangemort et encore moins se la péter avec des sortilèges pareil. Hayley quitta un temps le groupe et se dirigea rapidement vers les portes dorées. Elle aperçut l'Oubliator et prit bien soin de ne pas être trop près de la statue. Sans prendre le temps de se faire repérer elle balança un sort à la figure de ce sale Oubliator.

- SECTUMSEMPRA

Spoiler:
 

Malgré la distance, Hayley était une tireuse d'élite. Le sort toucha l'épaule du pseudo enchanteur, et le sang se répandait petit à petit autour de lui. Trop contente d'elle, Hayley hurla sa joie de victoire.

- Fais ton devoir de traître! Meurs !

Travers était néanmoins un peu présomptueuse. Elle était désormais à la merci de l'ornithologue magique. Et Amber restait toujours prisonnière de la statue.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦



Dernière édition par Hayley Travers le Ven 2 Sep 2011 - 12:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 16:27

Le membre 'Hayley Travers' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 17:51

L’attente commençait à devenir insoutenable. À tout moment maintenant, Helen Ann s’attendait à sentir son bras la brûler, mais rien ne venait. Chaque seconde de plus qui s’écoulait, avec pour seul fond sonore la voix écorchée de Lucy Metelli, rajoutait à son angoisse. Par peur que des gens finissent par remarquer ses regards insistants en direction des ascenseurs, elle avait pourtant fini par se forcer à garder ses yeux résolument fixés sur l’américaine. Les mots qui s’échappaient de sa bouche ne l’aidaient pas à se détendre malheureusement. Ses fausses accusations étaient blessantes, pour commencer, mais sa façon de se poser en tant que donneuse de leçons était plus agaçante encore. Que quelqu’un la fasse taire une fois pour toute, fulminait-t-elle en son fort intérieur ! La professeure n’oubliait pas, elle n’oublierait jamais, que c’était à cause de personnes comme elle et son mari que sa sœur chérie n’arrivait toujours pas à panser complètement ses blessures. Ces idiots étaient tellement aveuglés par leur soif d’équité qu’ils étaient incapables de voir les moldus et leurs engeances pour ce qu’ils étaient vraiment : non pas des êtres dotés de raison, mais des animaux qu’il ne fallait pas hésiter à saigner avant qu’ils montrent les crocs. Elle en aurait craché son dégoût sur le sol du ministère si elle n’avait pas eu une couverture à maintenir.

L’heure des apparences touchait cependant à sa fin. Au milieu du vacarme métallique qui retentit soudain de toute part, Helen Ann laissa échapper un couinement partagé entre la surprise et la douleur. Le signal. Le signal tant attendu était enfin donné. Le plus dur n’était pas d’affronter la bataille, mais de s’y jeter. Pendant une poignée de secondes, la cadette de la famille Rookwood eut l’impression que le sol se dérobait sous ses pieds. Elle n’était pas son père, son frère, ou même Hayley, une tireuse d’élite rompue à la violence des affrontements, ni un petit génie à la tête bien remplie et au sang-froid imperturbable comme Isis. Non, sa formation à elle se résumait à une scolarité en dents de scie, puis à des années tranquilles à Sainte-Mangouste. Elle déglutit alors avec difficulté. Bouge, bouge, s’intimait-elle avec colère, mais elle avait beau y faire elle restait tétanisée, sa main moite serrant de toutes ses forces sa vieille baguette en bois de sorbier. Les gens avaient commencé à courir. Des jets de lumières verts et rouges fusaient dans tous les sens. Finalement, le déclic se fit lorsqu’une bousculade éclata près d’elle et qu’un vieux bonhomme au crâne dégarni la percuta de plein fouet. Déstabilisée, Helen Ann dut se rattraper avec les mains, mais, une fois relevée, elle découvrit avec un soulagement énorme qu’elle était enfin redevenue maîtresse de son corps. Elle avait perdu assez de temps comme ça. Lançant un stupéfix de convenance au premier qu’elle vit, elle se précipita alors vers les ascenseurs pour rejoindre ses camarades.

L’inconnue au visage lunaire était visiblement en mauvaise posture. L’une des statues qui ornait d’ordinaire la fontaine centrale de l’atrium était en effet descendue de son socle et enserrait maintenant son corps de ses bras puissants. À ce rythme elle n’allait pas tarder à lui broyer la cage thoracique. Helen Ann avait beau ne pas la connaître, il était hors de question qu’elle laisse une de ses précieuses alliées se faire mettre au tapis. Elles étaient toute embarqué dans la même galère après tout, soit elles en ressortaient toutes indemnes en s’épaulant, soit elles se faisaient bouffer. La seconde option n’était pas envisageable. Helen Ann pointa alors sa baguette en direction de la statue et s’écria de toutes ses forces :
« Confringo ! » Elle ne s’attarda pas pour voir si son sort avait eut l’effet escompté qu’elle se tournait déjà vers la jeune Travers, tout en courant se mettre à couvert derrière les grandes portes dorées. « Hayley, continue, continue ! Je reste avec elle, cria-t-elle par-dessus le tumulte en faisant un signe en direction d’Amber, on vous rejoint dès que vous aurez pris un peu d’avance ! »

Le sort fonctionne-t-il parfaitement ?
Oui : La statue explose en mille morceaux dont certains blessent les personnes environnantes.
Non : Seul un de ses bras est brisé, permettant peut-être à Amber de se libérer plus facilement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 17:51

Le membre 'Helen Ann Rookwood' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Wilhelmina M. Salamander
Messages : 339 Crédits : © FDD
Age du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Emploi/Etude : Chômeuse
Faction : Héritiers
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 31 Aoû 2011 - 19:55

Au moins elle n’était pas avec des empotés, et ça , ça faisait plaisir à voir. Son frère avait eu le bon goût de lui confier des gens à peu près capable. Après tout, elle aussi s’était montrée généreuse en plaçant à ses côtés les O’Broin. Quoique après réflexion leur « Justice et Tradition » risquait de se heurter aux sourires goguenard de son ainé. Les trois ombres étaient à la traine assurant ses arrières.

Wilhelmina ne fut même pas tenté de les aider, elle gérait la situation, et si la Kark avait bien apprit une chose en étant à la tête du département de la justice magique, c’est qu’il fallait savoir déléguer dans la vie. Elle se contenta donc d’appeler un des ascenseurs, elle vit son neveu et sa nièce faire de même. Impassible, elle les observa un instant. Ils ne lui inspiraient rien, pas d’amour, ni de compassion, même plus un peu de mépris, rien. Non, le frère et la sœur lui rappelèrent juste que Logan et Robin aussi était au front. Son cœur se serra un instant. Elle n’avait peut-être pas la fibre maternelle, mais ils restaient ses fils, ses petits garçons. Le « ding » annonçant l’arrivée de l’ascenseur mis fin à son quart d’heure sentimental.
« Miss Travers, Miss Lestrange » Elle les avait hélé afin que ces dernières la suive dans l’étroit ascenseur. Les autres continueraient de ralentir les raids de l’ordre du phénix. « Direction le niveau 6 » dit-elle en appuyant sur le bouton permettant d’enclencher le mécanisme magique. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’on les laisse partir en paix.


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Ce message a été posté Jeu 1 Sep 2011 - 16:07

Amber tenait du mieux qu'elle pouvait les portes d'or, mais ce n'était pas chose aisée. Elle permis quand même à quelques Mangemorts de passer, avant de se faire attaquer par des oiseaux électriques. La jeune Callaghan, qui travaillait au ministère des bébêtes magiques, lui avait envoyé ce sort. Elle voulait jouer à ça? Elle allait le payer, maintenant ou plus tard, la vengeance est un plat qui se mange froid. Mais emportée par la haine qui l'envahit en cet instant, la Mangemort concentra son attention sur son ennemie. Enfin, lorsqu'elle eut repris ses esprits après l'attaque des oiseaux. Erreur fatale : elle n'avait pas remarqué l'oubliator qui semblait s'être allié avec sa collègue de l'ordre. Amber fut donc surprise quand elle sentit qu'on l'enserrait et qu'elle se soulevait de terre. Elle avait beau se débattre, la statue semblait resserrer son étreinte sans cesse. La jeune femme avait mal, des difficultés à respirer, elle tenait sa baguette avec le plus de force possible, afin de ne pas la lâcher, de ne pas la laisser tomber et être susceptible de se faire ramasser par le premier phénix qui passerait par là.

Elle vit Hayley Travers lancer un sectumsempra à l'ensorceleur de statue, et malgré la douleur; Amber illumina son visage d'un sourire sadique. Elle n'arrivait pas à parler mais si elle avait pu, elle aurait lancé un "joli coup" à sa collègue. Et de toute façon, cette dernière était déjà partie. La jeune Mangemort commençait à vraiment se demander si sa vie allait s'arrêter là, si sa finalité n'était pas de permettre à ses collègues d'atteindre les ascenseurs, puis mourir, lorsqu'elle fut projetée au sol en avant. Elle sentit les débris de la statue retomber sur son dos. Avec tout le brouhaha environnant, elle n'avait pas entendu d'où venait le sort, ni quelle était sa nature. Encore un peu étourdie par la lutte et la chute, elle se releva péniblement, la baguette toujours à la main. Sa tête lui tournait, et sa priorité était d'emmagasiner un maximum d'air dans ses poumons. Elle avait mal de partout mais commençait à se relever. Elle aperçut Wilhelmina attendre un ascenseur, avec Travers et Lestrange. Leur dernière coéquipière, une certaine Helen Ann Rookwood, était restée près d'elle pour l'aider. Amber comprit que c'était elle qui l'avait libérée de la statue, et lui adressa un signe de tête avec un sourire en guise de remerciement.

La jeune femme, un peu ravivée par le fait d'avoir servi à ses supérieurs et de ne plus être seule à faire barrière, se remit à lancer des stupéfix. Cependant, elle n'avait pas encore recouvré ses forces et ses sorts n'atteignaient pas toujours les cibles. Elle entreprit donc de tenter la création d'un bouclier de protection des ennemis, lorsqu'une nouvelle salve d'oiseaux électriques se mit à attaquer Helen Ann et elle-même. Une fois, mais pas deux ! Amber lança un débris de la statue vers les oiseaux pour s'en débarrasser. Mais la diversion permit quand même à un ennemi de passer.

La jeune femme commença à être vraiment en colère. Elle avait envie d'être un géant, ou un troll des montagnes, et de marcher sur tous ces sales phénix qui se croyaient plus forts qu'eux, qui pensaient pouvoir s'en sortir et leur tenir tête. Mais elle ne le pouvait pas, alors elle se contenta de lancer des sorts. Elle chercha du regard la jeune Callaghan. Elle allait payer son affront : on ne l'électrocutait pas impunément.


-Endoloris !

Le sort fonctionne-t-il correctement?
Oui : Eireann est touchée par le sortilège durant une dizaine de secondes (Amber est encore affaiblie, elle ne peut pas le tenir trop longtemps)
Non : Eireann ressent juste un léger pincement au bras
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 1 Sep 2011 - 16:07

Le membre 'Amber Helheim' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Eireann Callaghan
Poulpe d'Or du plus beau fessier
Messages : 7268 Crédits : © mind dreamer
Age du personnage : 27 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Professeur de SCM à l'Institut - Congé forcé
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Harpie Féroce
Epouvantard : Un Filet du Diable
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 2 Sep 2011 - 10:39

« Juliiiaan ! » Le cri d'Eireann se perdit aussitôt dans le brouhaha terrifiant qui emplissait l'atrium. Ses yeux s'emplissaient de larmes tandis qu'elle rebroussait chemin, oubliant qu'elle était sur le point de traverser la limite entre la pièce aux ascenseurs et la zone d'horreur qu'était devenu la grande salle du Ministère. Elle ne pouvait pas le laisser comme ça. a eux deux, ils avaient réussi à semer une sacré zizanie auprès des femmes qui gardaient l'accès aux étages supérieurs et ils ne pouvaient s'arrêter là. Il s'était mis à découvert en la protégeant elle, elle ne pouvait le laisser se vider de son sang. Son visage était déformé par la douleur mais il trouvait le moyen de lui dire que tout allait bien, évidemment. Son épaule était lacérée, du côté où il n'avait pas sa baguette. Elle se mordit violemment la lèvre pour ravaler ses larmes et se ressaisir. La blessure était profonde, pas forcément grave à première vue, mais le sang s'en écoulait bien trop rapidement. Elle ne pouvait pas s'imaginer le perdre. Elle tenait à lui bien plus que ce qu'elle avait pu le croire. Elle s'en rendait compte maintenant et ne plus l'avoir à ses côtés était hors de question. Elle se concentra tant qu'elle le put et tenta de se rappeler ce que Ciaran lui avait dit sur la réussite d'un sortilège soin : elle le savait, elle allait lancer un Vulnera Samento inexpérimenté. En règles générales, elle n'en lançait que sur ses collègues lorsqu'une bébête se frottait à eux de trop près. Il y avait eu cette fois aussi où Jane c'était fait une grande entaille dans la main... Mais soigner de telles blessures, ça, jamais. Elle luttait pour ne pas laisser les doutes l'envahir, elle devait avoir pleinement confiance en elle et en ses capacités. Elle devait croire qu'elle pouvait y arriver pour réussir, c'était ce que son frère lui avait confié. Elle pensait sans cesse à sa famille au cours de tout ça et ça lui remontait le moral, ça lui redonner de la force et du courage. Elle passa rageusement la manche de sa robe de sorcier sous ses yeux humides, ravala enfin les larmes qui voulaient enfreindre sa volonté et commença à brandir sa baguette : « Vulnera Samento, Vulnera Samento, Vulnera Samento... » Elle énonçait la formule distinctement en faisant aller sa baguette sur chaque morceau d'épaule touché. Elle en oublia le reste de la salle et heureusement que le sort de protection lancé par Julian sur elle fonctionnait : deux à trois éclairs colorés rebondirent sur elle pour aller se perdre dans le décor. Elle voyait le sang couler moins vite, les plais se refermer peu à peu. Elle ne savait pas si c'était une preuve d'efficacité ou si c'était juste une façade, une impression de guérison qui masquait en fait une hémorragie interne ou une connerie du genre mais elle n'avait pas le temps de se pauser ce genre de questions...

En une fraction de seconde, elle vit le monde basculer autour d'elle. Elle n'avait jamais ressenti une telle douleur. Elle était pliée en deux, au sol, pleurant sans pouvoir s'arrêter, sentant ses muscles se crisper, certains s’arquant douloureusement. Elle pouvait sentir chaque parcelle de son corps assaillie par cette horreur... Le Doloris... C'était la toute première fois qu'elle y était réellement soumise et elle ne regrettait pas d'avoir pu éviter une telle douleur aussi longtemps. Elle voulait mourir là, tout de suite, elle se jetterait d'un pont si elle en avait un à portée de main, elle était prête à tout pour que la douleur cesse. Elle ne savait même pas d'où venait le sortilège et elle ne le saurait sûrement pas. Elle ne voyait plus rien, le décor s'était troublé autour d'elle. Elle pouvait entendre Julian, le son de sa voix, son timbre, mais elle ne distinguait pas ses paroles. Elle était plongée comme dans un cauchemar : la douleur altérait ses sens et plus rien n'avait l'aspect qu'elle connaissait. Elle hurlait sans s'en rendre réellement compte, ce fut l'assèchement de sa gorge qui le lui fit comprendre. Elle se mordit la langue au cours d'un soubresaut et elle sentit le goût ferreux du sang s'écouler dans sa bouche puis dans sa gorge. Elle toussa, cracha un peu de sang au passage qui se mêla à ses larmes. Si elle n'avait pas connu le sort, elle aurait cru que c'était la fin, que la mort ressemblait à ça. Elle n'avait pas la force nécessaire pour lutter contre ce sortilège. Ce qui dura une dizaine de secondes parut durer une éternité pour elle. Lorsque la douleur commença à se dissiper, elle se releva... Et retomba à terre. Elle avait user bien trop d'énergie dans sa défense contre la douleur, elle était épuisée, à bout, il lui fallait quelques minutes pour se reprendre...


Effet du Vulnera Samento lancé sur Julian
Oui : Le sort est assez efficace et permet de stopper l'hémorragie.
Non : Le sort ne stoppe pas totalement l'hémorragie mais permet à Julian de ne pas perdre plus de forces. (Second lancer)

Si la réponse est non au premier
Oui : Un simple episkey sera suffisant par la suite.
Non : Une nouvelle session de Vulnera Samento est nécessaire




♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry,
While i sing oh
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE V ϟ Event final
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Ministère de la Magie