ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE IV ϟ Event final - Page 3



 



ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE IV ϟ Event final
PORTOLOIN Filet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Ministère de la Magie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Nathaniel Hansen
Poney rose officiel
Messages : 2861 Crédits : Myself - TUMBLR.
Age du personnage : 27 ans - né le 4 Janvier 1995.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Aide-soignant au black à l'hôpital de Melbourn (au sud de Cambridge)
Faction : Ombre de la Rose Noire infiltré chez les Phénix.
Maison : Serpentard.


Rapeltout
Patronus : Un labrador brun.
Epouvantard : Etre responsable de la mort des gens qu'il aime. Concrètement : voir un couteau planté dans l'abdomen de sa fiancée et se retrouver avec son sang sur les mains.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 13:17

You'll see that you can breathe without no back up.
Some much things you got to understand...


L'étagère derrière laquelle il se trouvait explosa. Nathaniel n'eut pas le temps de réagir. Choqué, il restait derrière sans rien faire, la baguette à la main. Comme déconnecté de la réalité. Fort heureusement, elle n'explosa pas au sens fort du terme, mais se contenta de s'écrouler, le laissant à découvert. L'ancien Serpentard s’apprêtait à répondre vertement avec un Deprimo ou quelque chose du genre, mais des chaînes l'enserrèrent sans qu'il puisse réagir. Il tourna la tête afin de voir la tête de son agresseur. Metelli. Le regard de Nathaniel se fit plus froid alors qu'il la fixait tandis qu'elle lui demandait gentiment de bien vouloir lui dire ce qu'ils fichaient ici. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Pourquoi tentait-elle de lui arracher le morceau ? Au fond d'elle-même, elle devrait savoir, non ? Il ne parlerait pas. Cette détermination dut se lire sur son visage, car cette sang-de-bourbe américaine leva la baguette sur lui en haussant le ton. Nathaniel se renfrogna. Elle n'allait pas... Il croisa son regard empli de haine. Si, elle pouvait. Elle souhaitait suffisamment sa souffrance pour lui infliger un Doloris. L'infirmier ferma les yeux en entendant la première syllabe de la formule tant haïe. Ce n'était pas son premier Doloris, mais à chaque fois, il avait l'impression que c'était pire qu'avant.

Il ne se sentit pas tomber. Il criait, mais ses cordes vocales agissaient par pur réflexe. Allongé sur le dos, Nathaniel ne pouvait empêcher chaque parcelle de son corps de souffrir atrocement. Il était en feu, transpercé par des milliers d'aiguilles glacées, on lui arrachait la peau. Toute cette souffrance... Elle durait, pendant une éternité. Il savait que le temps ne s'était pas arrêté, mais le temps semblait s'allonger, indéfiniment. Ses yeux le brûlaient, il ne voyait plus rien. Et une voix haineuse, lointaine, exigeait des réponses. Enfin, au bout d'interminables fractions de secondes, une information qui ne concernait pas la douleur qu'il ressentait chemina vers son cerveau : il fallait qu'il dise ce qu'ils étaient venus faire pour arrêter la douleur. Arrêter cette souffrance interminable. Mais il ne fallait pas qu'il crache le morceau. Mervyn Kark ne serait pas content, il serait relégué au rang de moins-que-rien. Nathaniel lutta pour fermer sa boucher et serrer les dents. Comme si, si elle restait ouverte, des mots pourraient s'en échapper sans qu'il y prenne garde. A travers ses larmes (des larmes? il ne pleurait jamais, pourtant), l'infirmier regarda la femme du candidat de l'Ordre. Elle l'observait, un rictus de rage apposé sur son visage. L'infirmier ferma les yeux. La douleur reprenait de plus belle. Il se cambra, cherchant à lutter contre la souffrance qui imprégnait sa colonne vertébrale. Malgré lui, un autre cri s'échappa de sa gorge quand il se rendit compte que ça ne faisait qu'empirer les choses.

Et puis, plus rien. Plus aucune sensation. Nathaniel ferma les yeux. Le sort était fini. Il tremblait. Son corps n'avait jamais très bien supporté les Doloris. Peu à peu, il prit conscience de ce qui l'entourait. Le sol de marbre froid sous son dos, la pellicule de sueur qui recouvrait son visage, les bruits qui l'entouraient. Les chaînes qui le maintenaient par terre, dans l'impossibilité de bouger. Le calme. L'absence de douleur intense ; c'est dans ces moments-là qu'on apprenait à apprécier le simple picotement qui le parcourait des pieds à la tête. Quelqu'un d'autre aurait serré les dents, mais lorsque l'on vient de se prendre un Doloris en pleine face, cela semble tellement... Léger, comme souffrance.
Après quelques secondes pour reprendre son souffle, Nathaniel rouvrit les yeux et regarda autour de lui, dans la mesure du possible. Être allongé par terre, enchaîné, n'avait rien de bien pratique pour évaluer la situation. Avoir des larmes de douleurs dans les yeux non plus. En bougeant légèrement pour mieux voir ce qu'il en était de Metelli, l'infirmier se rendit compte que les liens étaient desserrés – Bonne nouvelle ! – et que chaque mouvement qu'il pouvait faire était d'une raideur absolue à cause du sortilège. Ça ne faisait pas mal à proprement parler, si on exceptait les picotements incessants, mais c'était dérangeant pour bouger, lorsqu'on avait besoin de le faire avec rapidité et souplesse.

Une paire de yeux bleus le regardaient, un peu plus loin. C'était Léo. Nathaniel capta son regard, presque automatiquement : de là ou il était, il voyait l'hésitation de son regard, mêlé à un sentiment que l'infirmier n'avait pas souvent vu pour lui, mais souvent pour les patients dont il s'occupait à l'infirmerie, ou à Sainte Mangouste avant.. De l'inquiétude ? L'irlandais détourna le regard, et Nathaniel sourit. Ainsi, Léo s'inquiétait pour lui. Comme c'était touchant. Malheureusement, il était dans le mauvais camp, observa l'ancien Serpentard pour lui-même alors que Léo lançait un Everte Statum sur Miranda. Heureusement, le sort loupa, et atterrit à côté de Nathaniel, desserrant encore un peu les liens. L'infirmier ferma les yeux un moment, le temps de rassembler ses forces pour se dégager. Il sortit son bras droit des chaînes en serrant les dents. Ses muscles lui faisaient mal au moindre mouvement. Le Doloris les avaient trop tendus, l'infirmier les sentaient à deux doigts du claquage à chaque fois qu'il bougeait. Rester allongé aurait été tellement plus simple pour lui, mais il ne pouvait pas se le permettre. Il essuya le reste des larmes de douleur qui avaient coulé sur ses joues, et pinça ses lèvres en reprenant soigneusement sa tâche libérative.

Après s'être dégagé des chaînes, l'infirmier les repoussa du pied et observa la salle autour de lui. Il était à présent assis par terre. S'il se levait trop vite, sa tête risquerait de tourner et de lui faire perdre l'équilibre. Il avisa Metelli à quelques pas de lui. Brutalement, il se rendit compte que c'était elle qui lui avait fait ça. Elle était la fautive, c'était à cause d'elle qu'il avait tant souffert. Et par un sort de magie noire, en plus ! Et après elle osait se dire du côté de le Justice ! Elle n'était qu'une moins que rien. La rage qui l'envahit lui donnait des forces qu'il ne pouvait pas soupçonner avoir. Avisant la baguette de la sang-de-bourbe à un mètre de lui, il se redressa pour l'atteindre. Sa dignité habituelle ne lui aurait sans doute pas permis de se déplacer à quatre pattes, mais Nathaniel n'en avait strictement rien à faire. Il attrapa la baguette de Metelli et la mit dans sa poche intérieure, avec celle de l'employé du ministère qu'il avait neutralisé un peu avant. L'infirmier rechercha alors la sienne, et l’aperçut finalement un peu plus loin. Elle avait roulé près des débris de bibliothèque, et était bloquée contre une horloge dont le coucou était sorti, sans vie, par terre. Pour l'atteindre, il lui faudrait se relever. Les dents serrées, Nathaniel prit appui sur ses bras pour se mettre debout. Les jambes tremblantes et douloureuses, il dut rapidement s'appuyer sur une table qui avait été épargnée par l'affaissement des étagères avant de s'écrouler lamentablement par terre. A ce rythme-là, il n'allait pas aller bien loin. Il était stupide : s'être relevé, comme ça, à découvert. Il pouvait se faire attaquer à n'importe quel moment par le phénix brun. Léo ne l'attaquerait pas, ou du moins pas tout de suite. Et Metelli, cette affreuse garce, était toujours aux prises avec une Miranda à moitié invisible. Bref, il lui fallait sa baguette, absolument. Si ce n'était pas la sienne, il avait plus de mal pour viser. Normal, après tout, chaque baguette choisissait son sorcier, c'était bien connu. Il reprit l'une de celles qui étaient dans sa poche, et murmura d'une voix éreintée à force d'avoir trop crié : « Accio baguette. »

Avec satisfaction, il vit sa propre baguette atterrir dans ses mains. Il laissa alors l'autre de côté et lança un « Protego Totallum ». Il fallait protéger Miranda, et lui-même. Il était trop affaibli, et même s'il se sentait un peu mieux qu'avant, le fait de se lever n'avait pas aidé. Il jeta un regard vers Metelli et Miranda. Celle-ci restait invisible, mais tentait d'accaparer l'attention de la sang-de-bourbe. Nathaniel se tourna alors vers Léo. Il lui faudrait gagner du temps, pour se sentir un peu mieux. Dans ce cas-là, autant faire la conversation, non ? « Alors, Léo, comment vas-tu, depuis l'Irlande ? » Nathaniel sentit le bras sur lequel il s'était appuyé sur la table trembler violemment, et grimaça. « J'espère que tu as pu constater à quel point les Phénix peuvent parfois être vicieux. C'est ça, ton idéal de société ? »

    Dé #1 – Protego Totallum.
    OUI : Bon, c'est encore loin d'être ça, mais au moins le prochain sort lancé contre Miranda, Metelli (pas le choix, elles sont en train de se battre, et il est pas en état de trier) ou Nathy perd un peu de puissance, mais c'est pas encore ça, le bouclier. C'est de la faute de Metelli, si elle avait pas lançé un Doloris aussi hein !
    NON : Ca ne sert, mais alors, à RIEN, ce que tu fais mon petit !


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


'coz a heart that hurts
is a heart that works.
So I haven't given up , but all my choices, my good luck appeared to go and get me stuck in an open prison. Now I am trying to break free, be in a state of empathy, find the true and inner me ; eradicate the schism. No one can take it away from me, and no one can tear it apart.


      .                     [color=#8c6fb3]





.


Dernière édition par Nathaniel Hansen le Ven 9 Sep 2011 - 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 13:17

Le membre 'Nathaniel Hansen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 17:41


Ne vois-tu pas mes yeux
Saigner comme mille artères
Non, ne vois-tu pas les cieux
Embrumés de ma colère

En fait tu ne vois rien
Juste le bleu de ses yeux
Il fait trop noir dans les miens
Mais je fais ce que je peux


J'Y CROIS ENCORE - YCARE


    Les cris de Metelli emplissaient la pièce. L’air était lourd, comme chargé d’électricité, et les tik-tak incessants des horloges et des pendules n’arrangeaient pas les choses. Un peu en retrait, il observait la scène, tentant en même temps de reprendre totalement ses esprits, et de faire abstraction de sa blessure qui le lançait à peine appuyait-il son pied sur le sol. Il n’y parvint pas, et fut pris d’un léger vertige. Profitant du léger avantage qu’ils avaient, il préféra se rassoir à terre pour reprendre le plus de force possible. Il se pencha sur sa blessure, resserra le garrot qu’il avait fait trop rapidement.

    « Episkey »lança-t-il distinctement avant de reporter son attention autour de lui sans savoir si le sort allait l’aider ou non.

    Ses yeux fixaient le mangemort qui ne desserraient pas les dents. Tu m’étonnes. C’aurait été bien trop beau qu’il leur explique docilement ce qu’ils venaient faire/chercher ici.
    Quand il l’entendit lancer un sortilège impardonnable, ses yeux se posèrent de nouveau sur Metelli. Son visage était marquée par une haine sans nom, il avait rarement vu autant de rancœur sur un visage. Ses gestes, ses traits et ses paroles étaient autant de manifestations de la soif de vengeance inaltérable qui devait la traverser. Il la comprenait. Il aurait agit de la même façon. Comment aurait-elle pu rester calme et garder son sang-froid alors qu’on venait de lui enlever l’autre partie d’elle-même ? C’était une réaction humaine. Ce qui ne l’est pas, c’est d’assassiner une personne de sang-froid alors qu’elle ne vous a rien fait.
    Le mangemort hurla à lui en percer les tympans. Il le regarda d’un air froid, traversé par des questions de bon sens, de justice. Ce n’était certainement pas lui qui avait assassiné Ernest Metelli. Il n’aurait pas du payer pour ça. Certes. Mais c’était la guerre, et il avait choisi le mauvais camp.
    Son regard se posa ensuite sur Léo, et ce qu’il vit sur son visage le paralysa. Il connaissait ce regard là pour l’avoir croisé plusieurs fois : son ami était inquiet. Inquiet, pour… ce mangemort qui était en train de souffrir. Il fronça les sourcils, ferma les yeux, se pinça l’arrête du nez avant de secouer la tête. Il devait se tromper. La douleur occasionnée par sa blessure à la jambe devait le faire délirer, ce n’était pas possible autrement. Mais lorsqu’il posa de nouveau ses yeux sur lui, il fut obligé de se rendre à l’évidence : Léo s’inquiétait pour cette ordure, et ça, même s’il essayait d’afficher une neutralité à toute épreuve. Ça ne marchait pas avec lui, il le connaissait trop bien. Il ne comprenait pas. Quelque chose lui échappait, et ça le frustrait au plus haut point.

    C’est quand il entendit la mangemorte crier un sort de désarmement qu’il releva la tête et avisa la provenance du bruit. Elle semblait avoir raté son sort, c’était une bonne chose… Mais quelques secondes plus tard, elle sautait sur Metelli, rompant le doloris et libérant le mangemort de son agonie.
    Tout alla très vite : Léo tenta de lancer un Everte Statum sur la blonde, sort qui échoua. Il serra les dents, et se mit à réfléchir. Cette histoire avec Léo et ce type allait attendre un peu.
    La blonde était toujours invisible, l’autre mangemort était toujours sous le choc de son doloris, et, de toute façon, immobilisé par les chaînes de l’incarcerem. Il lui fallait stopper la blonde. Il se concentra, brandissant sa baguette en direction des deux femmes qui se battaient, et attendit le moment propice pour lancer son sort.

    Malheureusement, alors qu’il se concentrait pour ne pas rater sa cible, il n’aperçu que trop tard le mangemort se libérer de ses liens et s’emparer de la baguette de Metelli, à terre, à quelque mètres de lui. Sa colère contre lui, contre eux, augmenta d’un cran. Il fit abstraction de l’homme pour se focaliser sur la fille invisible. Il fallait faire vite, avant que l’autre reprenne complètement ses esprits et se décide de les attaquer de nouveau.

    « STUPEFIX ! » lança-t-il dans l’espoir qu’il n’allait pas se tromper de cible.
    S’il stupéfixait la blonde, il pourrait aller piquer sa baguette, et Metelli pourrait se remettre d’aplomb.

    Mais il devait être encore trop déconcentré par sa blessure, puisqu’il rata le sort. Il jura. Ce que ça pouvait l’énerver. Il hésita un instant, mais il ne pouvait pas laisser Metelli ainsi. Alors, ignorant la douleur qui le lançait violemment à chaque fois qu’il appuyait le pied droit à terre, il se rua vers les deux femmes, et, profitant de l’avantage de la mangemorte –qui se trouvait donc au dessus – il l’attrapa par les épaules à l’aveuglette, et avec colère, lui donna un coup de poing au niveau de ce qu’il pensait être le visage, et, pensant qu’il l’avait assez sonné, il la lâcha ( VOIR DE N° 4 !) et revint aider Metelli à se relever rapidement. Il s’apprêtait à faire volte face pour lancer un sort à la blonde afin de la mettre définitivement hors d’état de nuire, mais les paroles que l’autre mangemort lança à Léo l’immobilisèrent.

    Son sang se glaça. Son esprit entrant en ébullition, son regard passa de Léo au mangemort, sans comprendre. Ou plutôt, sans vouloir comprendre ! Léo… Son voyage impromptu… Ce qu’il n’avait pas voulu lui raconter… Tout ça… Tout ce temps, là où il se faisait un sang d’encre pour lui, il était… En Irlande ??? Avec un des sbires des Kark ??? Un mangemort qu’il semblait apprécier, en plus, puisqu’il s’inquiétait pour lui ? Ça ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Sa main se crispa sur sa baguette, il la brandit en direction du mangemort, le dissuadant d’aller plus loin dans ses provocations. Ses yeux lançaient des éclairs, il avait des envies de meurtre. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait, mais ce qu’il savait en revanche c’est que ce qu’il s’était passé en Irlande devait être sacrément grave pour que Léo ne veuille pas lui en parler. Ce qu’il ne comprenait pas, c’est pourquoi son ami semblait tenir à cet homme là.

    « En Irlande ? Léo, c’est quoi cette histoire ? Tu te fous de moi ? Qu’est ce que tu es allé foutre en Irlande avec un mangemort ! » fit-il en s’adressant à Léo sans lâcher du regard l’autre homme, qu’il menaçait toujours avec sa baguette.

    « Vous ! » cracha-t-il avec hargne. « Que lui avez-vous fait pour qu’il vous prenne en pitié ? Vous le faîtes marcher ? » L’autre se taisait, apparemment content de son effet. Il perdit patience. « REPONDS ! »

    Sa jambe lui faisait mal mais il était hors de question de flancher.



OUI : Noah a -un peu- moins mal
NON : Le sang coule un peu moins mais Noah a toujours aussi mal.

OUI : Miranda est stupéfixé
NON : Le sort passe au dessus, rien ne se passe.


OUI : Le tik tak incessant se tait
NON : Le tik tak devient moins assourdissant.
A ANNULER!!!

+ VOIR DE NUMERO 4 DANS LE POST EN DESSOUS!




Dernière édition par Noah Zahid Maxwell le Ven 9 Sep 2011 - 20:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 17:41

Le membre 'Noah Zahid Maxwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :


--------------------------------

#3 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 19:00

Double post, sincèrement désolée, c'est naze, et je sais que j'en ai supprimé un au dessus, mais c'est pour être vraiment impartial dans les choix du dé sinon j'aurais pu décider ce que je mettais en oui et en non puisque j'ai décidé après de mettre un quatrième dé !


OUI : Le coup de poing de Noah atteint la machoire de Miranda, elle est sonnée pour un moment et son sort de desillusion va disparaître dans le prochain tour
NON : Le coup de poing de Noah fait bobo à Miranda mais elle est un peu moins sonne et son sort de desillusion tient encore bon.


Dernière édition par Noah Zahid Maxwell le Ven 9 Sep 2011 - 19:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 19:00

Le membre 'Noah Zahid Maxwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 9 Sep 2011 - 22:13

Rien ne s'était passé comme prévu... Son envie de remotiver les troupes s'était transformée en massacre sanglant... Elle ne savait toujours pas pourquoi le Département des Mystères était si important mais elle avait décidé qu'elle le saurait, coûte que coûte...

Sauf qu'un nouveau protagoniste se ramena bien gentiment pour emmerder tout le monde. Lucy était au bord de la crise de rage. Un type chauve mais dont la carrure exprimait toute sa force intervint et se posta aux côtés des deux sbires de Kark. Lucy le connaissait pour l'avoir interviewé une fois : James Bromingger... Un rat ! Elle l'avait toujours su ! Il avait sa baguette tendue en direction des membres de l'Ordre, criant ses ordres aux deux autres : « Allez accomplir votre tâche tous les deux ! C'est à mon tour de me distraire. » Il se mit alors à rire. Un rire sourd et terrifiant. « Carcer Ignis ! » Un cercle de flammes entoura alors les trois membres de l'Ordre ainsi que leur nouveau copain... Qui commença à attaquer en lançant à tour de bras des stupéfix.

Lucy, elle, sentait la colère l'envahir pour de bon. Elle esquiva deux éclairs rouges et se releva rapidement, levant sa baguette : « Everte Statum ! » Le mangemort fut alors éjecté contre les flammes de sa création et ne put que subir l'incinération en hurlant... Le sortilège se dissipa en plusieurs minutes, tandis que Lucy se posta au chevet de ses acolytes...

Passage à ne pas manquer dans le sujet V
Spoiler:
 

INFORMATIONS RP

ϟ L'information capitale à ne pas rater dans ce post est la suivante : les Ombres trahissent les Modérés.

ϟ A partir de ce tour, le but est, pour les Ombres, de suivre les ordres donnés par Kark : chaque ombre a reçu, en plus de la marque des ténèbres commune aux modérés, une marque supplémentaire qui les lie par magie noire à Mervyn Kark. Pas ce biais, Kark peut donner des ordres à ses hommes directement dans leur tête : c'est comme ça que les Ombres sont informés de la trahison. A savoir que tous les OMbres n'étaient pas au courant de ce que Mervyn préparait réellement.

ϟ Dès que la marque des Ombres s'active, la voix de Kark résonne dans la tête de tous les ombres. Ensuite, il passe au cas par cas et seuls ceux concernés l'entendent.

ϟ Une fois que Kark a passé son message, les ombres savent que les issues sont à nouveau débloquées mais en plus de ça, Kark a aussi débloqué l'interdiction de transplaner. Les médicomages sont chargés d'aller au QG de l'Ombre pour y accueillir les blessés.

ϟ Les Ombres transplanant montrent à ceux présents que les artefacts des transports ont été détruits : les Modérés et les Ordres doivent retourner dans leurs QG avec les blessés quand cela est possible mais pas tout de suite, patientez encore un ou deux tours, le temps de comprendre.

ϟ Le sorcier rajouté dans le post permet à Nathaniel et Miranda de semer pour de bon les membres de l'Ordre. Ceux-ci attendent que le cercle de feu se dissipe. Nathaniel doit soigner la mâchoire de Miranda car elle a une mission spécialement confiée par Kark : il lui a enseigné un sortilège puissant qui va lui permettre de modifier tout le système de sécurité du Département des Mystères pour ne permettre l'accès qu'aux langue-de-plombs qui font partie des Ombres. Une fois ceci accompli, les deux Ombres transplanent au QG de l'Ombre où Nathaniel est chargé de s'occuper des blessés. Miranda, tu n'as pas besoin de détailler le sortilège : tu dis juste que ton personnage l'exécute. Les membres de l'Ordre arrivent juste au moment où les Ombres transplanent et comprennent donc qu'ils peuvent quitter le Ministère : ils faut d'abord recueillir quelques blessés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 10 Sep 2011 - 12:45

    « J'espère que tu as pu constater à quel point les Phénix peuvent parfois être vicieux. C'est ça, ton idéal de société ? »

    Léo se tendit en entendant les paroles de Nathaniel. Ce n’était pas le moment ni même le lieu pour en parler. Léo leva les yeux vers l’ancien Serpentard. Alors cela déroulerait ainsi ? L’attaquerait-il de cette façon à chaque fois qu’ils se retrouveraient dans des situations comparables ? Sa baguette était dans sa main gauche, pourtant, il se savait pertinemment incapable de lancer un sort contre Hansen. Ce dernier se servait de sa faiblesse contre lui. Cette attaque rendait l’infirmier encore plus détestable. Léo s’apprêtait à lui rétorquer le fond de ses pensées mais Zahid ne lui en laissa pas le temps.

    Léo sentit son battement cardiaque redoubler de vitesse. Si Léo lui avait déjà parlé d’Hansen, il ne lui avait rien dit sur l’Irlande, son chantage et encore moins sur les sentiments complexe qu’il ressentait à l’égard de l’homme qui se trouvait en face d’eux. Zahid était déjà suffisamment énervé et il s’énerverait d’avantage en apprenant toute la vérité. Léo ne savait pas combien de temps il comptait lui cacher ce qu’il s’était réellement passé mais en entendant Zahid s’adresser violemment à l’infirmer, nul doute que les mensonges ne seraient plus permis.

    « Que lui avez-vous fait pour qu’il vous prenne en pitié ? Vous le faite marcher ? »

    « Ce n’est pas le …

    Sa réplique fut soufflée par l’arrivée d’un inconnu. Inconnu qui, aux traits haineux qui ornaient son visage, n’était très certainement pas de leur côté. «Allez accomplir votre tâche tous les deux ! C'est à mon tour de me distraire.» Léo se figea lorsqu’il entendit ce rire, plus encore lorsqu’il reconnut le sort que leur ennemis leur lança. De loin, il pouvait voir les deux autres Mangemorts partir vers une porte. Ses yeux commençaient déjà à le piquer, il n’avait jamais réellement supporté la fumée et cette fumée et était plus noire et plus toxique que les fumées des incendies ordinaires. Car ce n’était pas un incendie. Ils étaient bel et bien enfermés dans les flammes avec ce fou furieux qui voulait… se distraire. L’infirmier pouvait se la fermer question actes vicieux. Metelli lui avait lancé un Doloris parce que la rage avait aveuglé ses pensées, elle s’en voudrait peut-être après coup même si rien n’était sur. En contrant comme il le pouvait les sorts que leur ennemi leur lançait à la pelle, il savait que ce dernier n’aurait aucun remord si l’un d’entre eux était touché vitalement. Questions coup bas et actes vicieux, les Mangemorts l’emportaient haut la main.

    Léo tentait de se protéger mais également de protéger Zahid qui était déjà sérieusement touché à la jambe et qui peinait à se maintenir debout. Léo jura lorsque sa baguette lui échappa des mains à cause un sort. Avec frayeur, il la vit se diriger droit vers vers les flammes. Merde, pas sa baguette, non.

    Spoiler:
     

    Léo jura lorsque son bras parti dans les flammes. Il serra des dents pour ne pas crier mais ne put empêcher les larmes de douleur couler sur ses joues. Le temps de retirer son bras, la magie noire avait déjà fait son œuvre. Ce n’étaient pas des flammes normales. Elles étaient plus dangereuses, plus brulantes que les flammes ordinaires. Fébrilement, il lança l’Aguamenti en espérant que les flammes s’atténuent.

    Spoiler:
     

    Merde, merde. Ce n’était qu’un sort bénin, de première année. La fumée l’empêchait de se concentrer et la douleur ne fut pas un facteur favorisant sa concentration. D’un geste maladroit, il déroula son écharpe alors que leur ennemi mourait dans les flammes. L’écharpe n’allait rien changer mais il ne voulait pas rester sans rien faire. Il ne voulait pas perdre son bras mais dans son état, il était incapable de lancer un sort correctement. Même l’Aguamenti, il en avait été incapable. Le sortilège de sa mère devait l’avoir bien épuisé s’il était incapable de lancer un sort aussi facile…




Dernière édition par Léo Elensar le Sam 10 Sep 2011 - 13:42, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Sam 10 Sep 2011 - 12:45

Le membre 'Léo Elensar' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miranda Carrow
Louve cumularde
Messages : 1383 Crédits : moi :3
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Chômage, pour le moment.
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Un paon
Epouvantard : La pleine lune...
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 11 Sep 2011 - 1:37



Miranda Carrow

Miranda était toujours sur Metelli à se battre comme des chats. Tout d'un coup, sans qu'elle ne le vît venir, elle sentir un grand coup sur sa mâchoire, qui finit par craquer comme il faut. Miranda tomba sur le côté en se tenant le bas du visage : elle avait terriblement mal. Elle avait peur qu'elle ne puisse plus vraiment parler. Elle se redressa sur ses genoux pour regarder comment était Nathaniel, et en plongeant son regarda dans celui de son compagnon de mission, elle entendit une voix résonner dans sa tête : celle de Mervyn Kark. Ce dernier disait qu'ils avaient été trahis par les modérés et de retourner au QG. Ils pouvaient transplaner. Pour le moment, cela ne changeait rien, ils n'avaient aucun modéré avec eux. Mais ils étaient si proches du but, il fallait réussir.

C'est à ce moment-là qu'un autre mangemort arriva sur place et emprisonna les membres de l'Ordre dans un cercle de feu. C'était impressionnant, elle recula pour ne pas faire partie du cercle. Miranda ne comprit pas bien ce qui se passait... Il leur cria d'aller accomplir leur mission. « PARFAIT » se dit Miranda. Elle se leva, toujours en tenant sa mâchoire. Elle était a présent visible, donc en soutien-gorge et les cheveux tout mouillés, mais ne s'en préoccupa pas pour le moment. Elle voulait que Nathaniel lui arrange la bouche, il fallait qu'elle jette le sort prévu. Il y avait sûrement un sort simplement pour que sa mâchoire tienne pendant 5 minutes, elle ne demandait pas plus. L'infirmier fit les premiers soins rapidement, et Miranda demanda discrètement le veston de Nathaniel, question de se couvrir : elle avait terriblement froid... Et elle réalisa qu'elle était un peu trop nue pour la circonstance. Elle le remercia, et fonça vers le bureau du chef du département.

Cette dernière ouvrit la porte : le chef était là.


— Miranda, mais qu'est-ce qui se passe ? C'est quoi ce boucan, et cette tenue...

— Fermez là. Restez assis et ne bougez pas. Tout ira bien ainsi.

Elle avait utilisé une voix plutôt imposante qui n'était pas dans ses habitudes. Mais le fait qu'elle touchait au but, le fait qu'elle savait qu'elle rendrait fière sa faction et sa famille, le fait qu'elle était en situation de pouvoir la gonflait à bloc. Elle n’avait mie sa baguette sur la tempe de l'homme assis dans sa chaise, pour qu'il comprenne bien que ce n'était pas des blagues.

— Peux-tu simplement m'expliquer c'est quoi ce bord...

— FERMEZ-LÀ, C'EST PAS CLAIR ?! Argh... Nathaniel, tu peux le sortir ? Occupe t’en, fais lui oublier, bref... Je ferais ce que j'ai à faire en attendant.

Elle attendit que Nathaniel s'en occupe. Il ferma la porte. Miranda se fichait bien de ce qui pouvait arriver à chef de département, elle faisait amplement confiance à son infirmer de coéquipier. Elle s'installa pour commencer à jeter le sort, qui était assez complexe. Mervyn l'avait fait venir plutôt dans la semaine pour la préparer. Elle s'était sentie tellement privilégiée comparer aux autres. Cela avait été un processus quand même compliqué, mais elle avait bien réussi à maîtriser le sortilège. Et à présent, c'était le moment de le mettre en action. Elle sortit sa baguette et fit les gestes que Mervyn lui avait enseignés, ainsi que l'incantation.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Noah Zahid Maxwell
Mervyn y en a marre, on veut William au pouvoir! ♫
Messages : 1196 Crédits : (c) ptikiwi
Age du personnage : 23 ans
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Photographe / Photojournaliste
Faction : Ordre du Phoenix
Maison : Poufsouffle


Rapeltout
Patronus : Goéland
Epouvantard : Le cadavre de Léo.
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 11 Sep 2011 - 10:50

You're falling, you're screaming
You're stuck in the same old nightmare
He's lying, you're crying
There's nothing left to salvage
Kick the door cause this is over
Get me out of here

NO LOVE - SIMPLE PLAN



    L’ignorance le rendait malade, il avait besoin de savoir. Malheureusement, alors que, n’y tenant plus, il allait lancer un sort sur le mangemort, un homme apparu aux côtés des deux pro-Kark. Il fronça les sourcils, cet homme-là ne lui disait rien qui vaille. Il était certain qu’il était du côté de la blonde et de l’autre enfoiré, mais il avait l’air plus… dangereux. Et plus vil. Déjà, il était bien plus impressionnant avec sa carrure imposante. Il cria aux deux autres d’aller accomplir leur tâche. Zahid n’eut même pas le temps d’amorcer un geste pour changer de cible avec sa baguette que déjà l’homme leur jetait un sort. Un sort qu’il ne connaissait pas mais qui n’avait pas l’air bien sympathique : En effet, un cercle de feu les entoura, lui, Lucy Metelli et Léo, ainsi que l’auteur du sort. De la magie noire… Sans doute. La fumée acre qui s’échappait des flammes commençait à lui piquer les yeux, mais il n’eut pas le temps de penser à un quelconque sort qui aurait pu neutraliser le feu : l’homme leur lançait des sorts à tour de bras, sorts qui, s’ils ne les touchaient pas, certains ricochaient sur les flammes, ce qui rendait les choses encore plus difficiles à gérer.

    Il tenta de les éviter, mais avec sa jambe qui le faisait souffrir il avait quelques difficultés, néanmoins il faisait du mieux qu’il le pouvait, d’autant plus qu’il remarquait que Léo essayait de le protéger. Ça l’agaçait, il aurait préféré être en mesure de le protéger lui, plutôt que son ami tente de faire le contraire. Soudainement, voyant un sort qui allait frapper Léo s’il n’intervenait pas, il sauta en avant pour le pousser sur le côté et tenter de lui éviter de se prendre le sort…. Mais ce fut lui qui se senti projeté en arrière par un sort inconnu qu’il n’avait pas du discerner. La peur d’atterrir dans les flammes lui broya les entrailles une seconde… mais heureusement il s’effondra avant, dans un bruit mat.

    Un vive douleur lui traversa le crâne de part en part, sa vue se brouilla, non seulement à cause du choc qu’il venait de recevoir, mais également à cause de la fumée qui lui brûlait les yeux. Il ferma ses derniers, un éclair blanc passa devant ses paupières, il avait chaud, sa tête lui tournait et il avait l’impression d’être au beau milieu d’un brouhaha incessant, entre cris, déflagrations et détonations.

    Du rouge, du jaune, du bruit, des cris….
    Des coups de feu et des cris fusent. L’ambiance est étouffante, il fait chaud. Une cavalcade se fait entendre et un homme traverse les ruelles en criant.
    « Ils arrivent, ils arrivent ! » La nouvelle se répand comme une traînée de poudre et la peur envahit la population du quartier.
    Dans une maison un peu reculée, un homme se lève brusquement, va à la fenêtre et soulève les rideaux, jetant un coup d’œil à l’extérieur. La femme présente à ses côtés commence à s’affoler. Un bébé se met à sangloter, réveillé par le vacarme du dehors. Les yeux des deux adultes se croisent, et ils se ruent dans la chambre de l’enfant. L’empressement marque tous leurs gestes, la femme prend l’enfant dans ses bras et le serre contre lui alors que l’homme, fébrile, attrape un sac dans un coin de la pièce. Les bruits de cavalcade se rapprochent dangereusement, ils reconnaissent les cris de l’un de leur voisin. Ils se figent, l’homme délaisse le sac pour le donner finalement à sa femme.



    Un hurlement plus fort que les autres le fit sursauter et reprendre conscience du monde réel. Il poussa un gémissement de douleur sans s’en rendre compte, et ouvrit difficilement les paupières. Il fallut quelques secondes pour que le flou s’efface, laissant place à plus ou moins de netteté. Il tremblait, encore sous le choc de sa vision. Il aperçu les flammes qui se tarissaient, disparaissant peu à peu. L’homme, par contre, s’était volatilisé. Il essaya de savoir où il se trouvait mais il ne le vit nulle part. Il ne savait pas trop combien de minutes il était resté assommé, mais il avait dû louper quelque chose. Son regard tomba sur Metelli, non loin de lui, et ensuite sur Léo qui se dirigeait vers lui, apparemment inquiet. Léo qui se tenait le bras. Il ferma les yeux de nouveau, se redressa en position assise. Mauvaise idée, un vertige lui pris.

    Il grimaça, porta une main à son crâne, sentit un liquide chaud s’en échapper et, abaissant sa main, constata d’un air absent qu’il saignait. Pas étonnant qu’il ait eu un moment de délire et qu’il ait revu la scène de ses cauchemars incessants passer devant ses yeux.

    Anticipant la réaction de Léo, il lui lança un sourire rassurement alors que ce dernier –accompagné de Metelli – arrivait à sa hauteur. Il repris sa baguette sur laquelle il se crispa. Reprenant totalement ses esprits – bien que le vertige, et la douleur, était toujours présents – il se força à se relever et à faire abstraction de ses vieux démons, ce n’était absolument pas le moment de rester inactif. Sentant le sang couler lentement sur sa tempe, il lança un coup d’œil à terre et remarqua que sa blessure, il la devait à sa chère table bien aimée qui lui avait déjà bousillé la jambe. Dis donc, c’est qu’elle l’aimait beaucoup !

    « Où est parti l’homme ??... Vous l’avez neutralisé ? » demanda –t-il avant de s’éclaircir la voix qui ressemblait pas à grand-chose.

    Puis, il reporta son attention sur Léo.

    « Comment tu te sens ? Qu’est ce qu’il t’a fait ? » lança-t-il en désignant le bras de son ami. Il n’avait pas vraiment l’air d’aller bien.

    « Et les deux autres ?! Ils sont où ? »




OUI : Noah a été propulsé sur sa table bien-aimée, il se fait bobo au crâne, ça saigne et il a du mal à reprendre ses esprits – ça touuuurne ! Cependant, la plaie n’est pas très profonde – pas de risques de séquelles graves.
NON : Noah a été propulsé sur sa table bien-aimée, et en plus du bobo au crâne sa blessure à la jambe s’aggrave un peu.



Dernière édition par Noah Zahid Maxwell le Dim 11 Sep 2011 - 13:05, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Dim 11 Sep 2011 - 10:50

Le membre 'Noah Zahid Maxwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Nathaniel Hansen
Poney rose officiel
Messages : 2861 Crédits : Myself - TUMBLR.
Age du personnage : 27 ans - né le 4 Janvier 1995.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Aide-soignant au black à l'hôpital de Melbourn (au sud de Cambridge)
Faction : Ombre de la Rose Noire infiltré chez les Phénix.
Maison : Serpentard.


Rapeltout
Patronus : Un labrador brun.
Epouvantard : Etre responsable de la mort des gens qu'il aime. Concrètement : voir un couteau planté dans l'abdomen de sa fiancée et se retrouver avec son sang sur les mains.
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 12 Sep 2011 - 6:24

.



Voilà qu'il avait à peine refermé sa bouche, que le petit brun se mit à gesticuler dans tous les sens, criant au scandale, au non-dits. Il était son amant, pour réagir comme ça ? L'infirmier fronça les sourcils. Peu importe, mais il était bruyant. Nathaniel soupira et regarda ses mains. Il tremblait encore, des ondes de douleurs se propageaient le long de sa colonne vertébrale. Certes, elles étaient moins intenses qu'avant et se calmaient de seconde en seconde, mais ça rendait Nathaniel irascible. C'est sans doute pour cela qu'il jeta un regard noir lorsque le petit nerveux le prit pour cible. Comme s'il allait faire quelque chose à Léo ! S'il savait, s'il avait la moindre idée de pourquoi son petit ami s'inquiétait pour lui. Nathaniel eut envie de tout lui dire, de raconter comment Léo sous son charme, même s'il n'avait absolument rien fait pour. Il haussa les épaules, fixant le brun des yeux. Un sourire apparut sur ses lèvres au moment ou il entendit Léo tenter de se justifier. Il voulait tourner la tête, mais croisa le regard de Miranda qui le fixait sans doute depuis un petit moment. Sans réellement se rendre compte qu'elle était redevenue visible suite au crochet que le nerveux lui avait donné, l'infirmier plongea son regard dans le sien. Elle s'était figée, et il comprenait pourquoi. Mervyn, leur maître, leur parlait à tous. Les Ombres. Ils étaient à nouveau soudés, contre les Modérés.

Nathaniel ferma les yeux. C'était bon d'entendre cette voix, de recevoir des ordres et de se savoir utile à la faction. Car les Modérés les avaient trahis, ils n'étaient pas des leurs. Pour l'instant, ça n'avait pas d'importance, Nathaniel et Miranda étaient tous les deux des Ombres, et fort heureusement, car ils avaient une mission. Son sourire s'élargit alors qu'il entendit une voix qu'il connaissait déjà depuis quelques semaines. Brominger. Nathaniel l'avait plusieurs fois croisé aux réunions au QG, et avait fait connaissance dans les couloirs. L'infirmier rouvrit les yeux et se redressa. Il était là pour leur prêter main-forte, alors autant partir. Brominger était un sorcier assez puissant, mais son amour de la magie noire pouvait le rendre par moments assez malsain.

Miranda le rejoignit alors qu'il s'éloignait vers les bureaux. Il se sentait mieux, mais il lui fallait éviter de marcher trop vite. La jeune femme avait sa main sur sa mâchoire. Ça n'irait pas, elle devait parler. Nathaniel savait qu'ils étaient là pour jeter un sort dans le département des Mystères, il n'en savait pas forcément plus, mais elle aurait en toute logique besoin de prononcer correctement ses mots. Il s'arrêta et la regarda un moment. Elle était en sous-vêtements, les cheveux dégoulinants, et sa mâchoire semblait avoir pris un bon coup. L'infirmier sortit sa baguette et utilisa les sortilèges informulés pour lui donner les premiers soins et atténuer sa douleur. Fort heureusement, c'était assez rapide à faire. Une fois cela fait, elle le remercia et lui demanda sa veste.

« Il suffisait de demander. » Nathaniel sourit et l'enleva pour la poser sur les épaules de la jeune femme. Lui-même avait une chemise moldue en dessous, histoire d'éviter d'attirer l'attention sur lui au beau milieu de Londres. Il la regarda boutonner une partie de sa veste et retrousser ses manches avant de repartir vers les bureaux. Elle prenait la direction des opérations. A partir de là, il ne faisait que l'assister, et il en avait conscience. Il se mordit la lèvre au moment ou elle ouvrait la porte du premier bureau. Apparemment, une connaissance était à l'intérieur. Et au ton qu'employait la jeune femme, ce devait être quelqu'un de mieux placé qu'elle. Nathaniel entra dans la pièce à sa suite, s'adossa au mur, baguette à la main. Elle avait placé la sienne contre la tempe du sorcier, insistait pour qu'il se taise. Le ton monta, et la jeune femme se tourna vers lui. A son regard excédé, il comprit sa demande avant même qu'elle ne le dise à voix haute. L'ancien Serpentard acquiesça, et se rapprocha de l'employé en pointant sa baguette sur sa poitrine. Il devait user de sa patience pour ne pas . « Allez, maintenant tu viens bien sagement vers moi, sans mouvements brusques, et tu sors. » Le sorcier le regardait comme s'il était devenu fou, ce qui l'agaça profondément. Il n'était pas assez clair, sans doute ? Ce Langue-de-Plomb était un peu long à la détente, et son manque de réaction énerva l'infirmier. Il se pencha sur le bureau, rapprocha son visage de celui du sorcier et haussa le ton. « Tu m'as compris ? TU SORS. »

Satisfaction que celle de voir un éclair de peur dans les yeux d'un homme que l'on tient en joue. Que celle de le voir se lever précipitamment, renversant des dossiers qui étaient près du bord du bureau. L'infirmier fit un signe de tête en direction de la porte, lui indiquant le chemin d'une voix froide. « Dehors. » Avant de fermer la porte, il jeta un regard entendu à Miranda qui le regardait. Cette fille était d'un calme absolu malgré la situation. Nathaniel hocha la tête en guise de salut. Il en aurait pour quelques instants.

Dehors, le Langue-de-plomb le regardait fixement, sans rien dire. Soudainement, au moment ou l'ancien infirmier jetait un coup d'oeil en direction de l'entrée pour voir quelle était la situation, le directeur jeta un sort dans sa direction. Nathaniel le vit du coin de l'oeil et l'évita de justesse. Il pesta entre ses dents : il avait été d'une stupidité. Ne pas avoir vu qu'il avait pris sa baguette en partant. Cette erreur de débutant l'énerva encore plus, et il répliqua par un « DIFFINDO ! » rageur.

    Dé #1 – Diffindo
    OUI : Le sort atteint le sorcier au cou, ouvrant une large plaie. S'il ne reçoit pas de soins urgents, il se videra de son sang. Au point ou on en est, un sortilège d'Oubliettes n'est plus qu'une simple précaution.
    NON : Lancé trop bas, le sort atteint le Langue-de-Plomb à la jambe et ouvre une large plaie. Cela suffit à Nath pour se reprendre et lui lancer calmement un sort d'Oubli.


Le sortilège atteignit sa cible, Nathaniel sourit d'un air mauvais. Voilà ce qu'il en coûtait de vouloir s'en prendre à une Ombre ; on en subissait les conséquences, tôt ou tard. L'infirmier regarda la forme qui agonisait à ses pieds, lança un sortilège d'Oubliettes par simple précaution, puis s'en détourna sans aucun regret. Il ne le soignerait pas, pas lui. Il regarda les trois membres de l'Ordre encore prisonniers du cercle de feu, et revint vers la porte du bureau ou se trouvait Miranda. Nathaniel la poussa avec discrétion, jeta un coup d'oeil à l'intérieur. La jeune femme lui tournait le dos, et était occupée à incanter. L'infirmier referma discrètement la porte derrière lui et s'adossa contre le mur.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


'coz a heart that hurts
is a heart that works.
So I haven't given up , but all my choices, my good luck appeared to go and get me stuck in an open prison. Now I am trying to break free, be in a state of empathy, find the true and inner me ; eradicate the schism. No one can take it away from me, and no one can tear it apart.


      .                     [color=#8c6fb3]





.


Dernière édition par Nathaniel Hansen le Lun 12 Sep 2011 - 18:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 12 Sep 2011 - 6:24

Le membre 'Nathaniel Hansen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Filet du Diable
The Big Boss
Messages : 7384 Crédits : © FDD


Rapeltout
Patronus :
Epouvantard :
Baguette magique:
Ce message a été posté Lun 12 Sep 2011 - 21:15

L’homme aux flammes meurtrières ne fut pas le seul, un autre arriva à sa suite, alors que ses compagnons reprenaient à peine leurs esprits qu’un nouvel ombre faisait leur apparition. Apparition c’était bien le mot. Il venait de transplaner. La journaliste écarquilla un instant les yeux, avant d’à nouveau lever sa baguette pour projeter l’homme contre le mur grâce à Everte Statum particulièrement violent. Ce ne fut que son ennemi terrassé que Lucy prit de temps de réaliser ce qui signifiait un tel geste. Les sortilèges de protection avaient été levé permettant le transplanage, mais aussi d’utiliser les cheminées. Ils pouvaient désormais fuir …Une telle réalité la laissait songeuse…« Et les deux autres ?! Ils sont où ? »La question de jeune sorcier la ramena sur terre.

« Partis. Et vous devriez faire de même. On peut à nouveau transplaner, et vous êtes blessés, regagnez le Q.G ! Je vous y rejoindrai plus tard. J’ai encore quelque chose à faire avant… »

Elle transplana alors presque aussitôt, pour atterrir au premier étage. Curieusement pour elle le retour des issues ne signifiaient rien de bon. La Journaliste avait un mauvais pressentiment, une certitude irrationnelle que cette éclaircie cachait quelque chose de bien pire. Alors, elle voulait voir, d’elle-même si elle était bonne à interner à Sainte-Mangouste pour se fier à ce point à son instinct ou pas….

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Leo Elensar
Petit Serpent
Messages : 4454 Crédits : Avatar: lemontart, Signa: Tumblr, Lumos Maxima, Daft Punk: instant crush
Age du personnage : 25
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Serveur dans le Londres sorcier
Faction : Ordre du Phénix
Maison : Serdaigle


Rapeltout
Patronus : Le Renard Roux
Epouvantard : La mort de Noah
Baguette magique:
Ce message a été posté Mer 14 Sep 2011 - 19:52

    Léo soupira lorsque Lucy Metelli parti. Ils étaient blessés mais tant qu’ils vivaient, peu importe les blessures. La jambe de Noah l’inquiétait, le bandage n’était que peu solide et la blessure de Zahid saignait. Léo sourit à Zahid pour le rassurer. Il allait bien. Du moins, aussi bien qu’on pouvait l’être avec un bras qui se brisait de l’intérieur. Il sentait cette magie noire le consumer de l’intérieur. Ses os étaient plus fragiles et la douleur ne devenait que peu supportable.

    L’ancien Serdaigle vit le regard de son ami se fixer sur les dizaines de portes qui se trouvaient en face d’eux. Léo se mordit la lèvre inférieure. Nathaniel se trouvait dernière l’une de ces portes. Le jeune serveur le sentait. Il devait recevoir les premiers soins avant de transplaner. Il ne savait pas si son bras blessé supporterait le voyage. Être sang-mêlé, il le supportait assez bien mais devoir rester sur la touche à cause d’un fichu bras il aurait beaucoup de mal. Hansen ne le blesserait pas, Léo le savait. Pourquoi le ferait-il à présent alors qu’il ne l’avait pas visé de tout le combat ? Le tout restait de convaincre Zahid… A la mine de ce dernier Léo su que, quoiqu’il dise, le brun allait rester avec lui jusqu’à la fin. D’un côté cela le soulageait, savoir que son ami de longue date le soutiendrait quoiqu’il fasse lui ôtait une crainte qui restait profondément ancrée en lui.

    Que ferait-il si Zahid venait à ne plus vouloir lui parler ? Léo préférait ne pas y penser même si ils n’allaient pas tarder à avoir une petite discussion à propos du blond, surtout après ce que ce dernier avait dit tout à l’heure. L’irlandais tenta de retirer l’écharpe qui l’avait aidé un tant soit peu à faire partir les flammes. Ce n’était peut-être pas une bonne idée. Cela allait s’infecter avant même que les Medicomage n’interviennent. Sa peau était brunie à certains endroits et noircie à d’autres. La magie noire allait le marquer mais il s’en fichait tant que son bras puisse le servir à nouveau. C’était pour cette raison qu’il ne voulait pas transplaner. Léo fixa à son tour les portes qui leurs faisaient face. « Je ne peux pas transplaner, Zahid. », lui fit-il en se retournant après un moment. Léo s’accroupi, déchira un pan de sa robe de sorcier pour remplacer le bandage de fortune de son ami. S’entêter à combattre avec une telle blessure n’avait pas été la meilleure idée du brun mais Léo savait que l’ancien Poufsouffle n’aurait jamais voulu rester derrière. La blessure saignait à nouveau. « Et tu ne peux pas nous emmener tous les deux. » La pièce était calme, ils n’étaient que deux cependant il fallait faire vite. Ils avaient perdu et rester dans le Ministère désormais aux mains des ennemis, relevait du suicide.

    « Il m’a soigné tu sais. » Par cette phrase, Léo espérait ne pas avoir à nommer le nom de l’infirmier. Léo espérait que son ami comprenne. Il n’avait pas envie de tout lui raconter maintenant mais avec cette phrase, l’ancien Serdaigle espérait que l’animosité de son ami pour l’ancien Serpentard baisserait d’un cran même s’il savait cet espoir vain.

    Oh, il n’espérait pas que Nathaniel sorte de la pièce, dise à la blonde de les laisser, le soigne et les laisse partir. Qu’espérait-il au fond ? Que le blond le prenne en pitié, qu’il s’inquiète tout comme lui s’était inquiété ? Il se savait idiot d’espérer ainsi et le regard du photographe en disait long sur ce que ce dernier pensait. Zahid restait à ses côtés mais il ne fallait pas être Einstein pour deviner qu’il demandait des explications sans le faire explicitement, qu’il n’était pas d’accord sur cette idée de l’attendre lui.

    Léo senti le photographe se tendre avant même que la porte ne s’ouvre complètement. L’ancien Serdaigle fini de refermer le bandage de Zahid avant de se retourner. Nathaniel sortait, le regard concentré, nullement perturbé par le chaos de la pièce. Noah et lui étaient toujours dans le cercle auparavant entouré de flammes et c’était comme si ils n’existaient pas. L’infirmier semblait profondément plongé dans ses pensées. Le regard déterminé, la poussière plein le visage. Léo senti Noah le frapper dans les côtes alors que son regard se faisait trop insistant. Que quelqu’un lui vienne en aide. Il était tellement plongé dans sa contemplation qu’il ne pipa un mot lorsque Noah lui donna un coup de coude plus prononcé. Il avait désespérément besoin que l’infirmier l’aide. Léo l'aurait bien appelé mais il savait Noah capable de retirer son bandage pour le bâillonner s’il tentait quoique ce soit. Alors il ne lui restait plus que la télépathie. Avec un peu de chance, cela marcherait. Nathaniel, s’il te plait.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Nathaniel Hansen
Poney rose officiel
Messages : 2861 Crédits : Myself - TUMBLR.
Age du personnage : 27 ans - né le 4 Janvier 1995.
Ascendance : Sorcier basique
Emploi/Etude : Aide-soignant au black à l'hôpital de Melbourn (au sud de Cambridge)
Faction : Ombre de la Rose Noire infiltré chez les Phénix.
Maison : Serpentard.


Rapeltout
Patronus : Un labrador brun.
Epouvantard : Etre responsable de la mort des gens qu'il aime. Concrètement : voir un couteau planté dans l'abdomen de sa fiancée et se retrouver avec son sang sur les mains.
Baguette magique:
Ce message a été posté Jeu 15 Sep 2011 - 17:08

And all the memories of the pubs
and the clubs and the drugs and the tubs
we shared together,
Will stay with me forever.



Miranda s'était relevée. Elle avait fini son sort, et rayonnait de joie et de fierté. Sans même croiser son regard, Nathaniel sut qu'elle avait réussi. Il inclina légèrement la tête, et lui sourit. Il n'avait pas réellement compris le but du sortilège, mais ses connaissances lui permettaient d'en deviner une partie. C'était un sortilège de tri, basé sur les Ombres. Après, le fait qu'il soit basé au département des Mystères ne disait pas forcément ou il était situé. De toute manière, il n'auraient pas pu lancer un tel sortilège dans l'Atrium, au milieu de la bataille. Et puis, Mervyn Kark lui avait explicitement demandé d'aller dans le département des Mystères avec Miranda. Une fois là, il la laisserait faire ce qu'elle devait faire, se contentant d'assurer ses arrières. L'infirmier se sentait à la fois investi d'une mission importante, mais complètement inutile. L'ordre de Kark lui avait rappelé sa condition. Il n'était pas un sang-pur, et à ce sens, il n'aurait jamais des missions aussi gratifiantes qu'un Carrow. Il secoua la tête : il fallait qu'il arrête de penser à ce genre de choses, au moins, il avait été reconnu par le leader de sa faction. Il lui fallait penser aux nombreux membres de l'Ombre qui avaient juste eu pour consigne de semer le trouble en bas. Lui avait été reconnu.

« Félicitations pour ton sort. Tu as fini ? » Un mouvement de tête affirmatif lui répondit. L'infirmier tourna la poignée de la porte et laissa Miranda retourner dans la pièce du Temps avant de marcher à sa suite, refermant derrière lui. De là ou il était, il voyait la jeune femme jeter un coup d'oeil au corps de son directeur. Lui avançait, sans se soucier d'autre chose. Il lui fallait maintenant endosser son costume de médicomage. Il y aurait beaucoup de blessés, il fallait faire vite. « Miranda, tu retournes au QG maintenant, ou tu m'accompagnes à l'Atrium chercher les blessés ? »

L'infirmier ne regardait pas ce qu'il se passait autour de lui. Il n'y avait pas de temps à perdre, il le savait. Les ascenseurs n'étaient pas loin, en deux minutes il serait à l'Atrium. L'idée de transplaner ne l'effleura même pas, il pensait trop à autre chose. Et cette sensation bizarre depuis quelques secondes... Comme si quelqu'un, non loin d'ici, avait besoin de lui. C'était un sentiment qui l'étreignait souvent quand il était à Sainte Mangouste, ou dans des cas d'urgence comme celui-ci, ou les blessés étaient nombreux, et ou toute l'aide médicale était nécessaire. Nathaniel jeta un coup d'oeil autour de lui, quittant enfin les ascenseurs des yeux. Presque aussitôt, il croisa le regard de Léo. Il était assis par terre, à une vingtaine de mètres de lui. Il allait passer devant lui, devant eux, sans les voir. Ses adversaires. Le premier réflexe de l'ancien Serpentard fut de leur jeter un regard froid et triomphant. Les Ombres avaient gagné, et ils ne le savaient même pas. Pourtant, maintenant ils pouvaient s'enfuir. Tous les deux... Car Metelli avait disparu. L'infirmier serra les dents. Elle avait encore une fois échappé aux Ombres ; elle était coriace. Il en avait eu la preuve.
Léo l'implorait du regard. Nathaniel n'arrivait pas à détacher ses yeux de ceux de son ancien patient. Sans doute parce qu'il se tenait le bras en grimaçant à moitié de douleur, l'air complètement désemparé... Et suppliant. L'Ombre avait seulement vu Brominger lancer un Carcer Ignis avant de partir. Il ne savait pas le lancer, mais connaissait son existence. Et, pour en avoir déjà soigné des victimes, il savait qu'il pouvait faire très mal. L'infirmier hésita. Une partie de lui répétait qu'il avait des sorciers à soigner, qu'il devait se dépêcher. Mais d'un autre côté, Léo était un sorcier. Il était juste dans le clan ennemi, par stupidité. Il croyait juste à un idéal utopique. Mais il ne lui avait pas lancé de sort, ou du moins rien qui ne justifiait qu'il ne le soigne pas. Le regard de Nathaniel quitta le Serdaigle pour se poser sur Noah pendant quelques secondes – qu'il était énervant, ce petit nerveux – , puis ouvrit la bouche pour interpeller Miranda. « Pars avant, je te rejoins... »

Un instant d'hésitation, le temps de se demander s'il ne faisait pas une énorme connerie. Si Miranda le répétait, et que ça revenait jusqu'aux oreilles de Mervyn. Il ne donnait pas cher de sa peau. Mais il était infirmier, et il connaissait Léo. Ça changeait la donne. Il l'avait bien aidé pour ses recherches en Irlande, il ne pouvait pas, une part de sa conscience, celle qui s'occupait de soigner les gens, refusait de le laisser dans cet état. Il ne lui avait rien fait personnellement.

En s'approchant, il observa la blessure de Léo. Elle paraissait vilaine. Vraiment moche. L'infirmier sortit sa baguette et releva la manche alors qu'il était encore à quelques pas. Enfin, les lambeaux de manche qu'il restait. Léo serra les dents. Sans s'en soucier, Nathaniel s'agenouilla à ses côtés. Ses gestes étaient précis et mesurés. « Tu vas avoir une marque, c'est inévitable. » Il plongea son regard dans celui de Léo et, pendant quelques secondes, il eut l'impression de revenir quelques semaines en arrière, alors qu'ils étaient seuls tous les deux en Irlande, à la recherche de sa famille. L'infirmier sourit, plus pour lui-même que pour rassurer l'irlandais, et pointa sa baguette, lançant des sortilèges informulés pour donner les premiers soins. Le bras du barman était brûlé, brun, presque noir à certains endroits. Ce n'était pas beau à voir. C'était les inconvénients des sortilèges de magie noire. Ça, et parce que ça faisait encore plus mal qu'un simple sortilège de flamme normal.

« C'est bon pour les premiers soins, mais il faudra que tu ailles voir un médic... Hudson. » termina-t-il dans un souffle.
L'infirmier se redressa soudainement. Son nom était sorti par réflexe, et il tenta de reprendre une contenance quand il s'aperçut que Léo le regardait avec étonnement. Pendant tout ce temps, il n'y avait pas pensé, trop absorbé qu'il était par sa mission, mais maintenant qu'il n'avait plus d'urgence (façon de parler), l'image de sa fiancée transformée en mangemorte lui hérissait les poils. Pourquoi avait-elle fait ça ? Allait-elle bien ? Par Merlin, faites qu'elle aille bien... L'Ombre se releva et salua Léo d'un bref signe de tête. Il fallait qu'il y aille. Il accéléra le pas, courant presque en direction des ascenseurs, avant de se rappeler qu'il pouvait transplaner. Dans un craquement sonore, l'infirmier disparu en direction de l'Atrium.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


'coz a heart that hurts
is a heart that works.
So I haven't given up , but all my choices, my good luck appeared to go and get me stuck in an open prison. Now I am trying to break free, be in a state of empathy, find the true and inner me ; eradicate the schism. No one can take it away from me, and no one can tear it apart.


      .                     [color=#8c6fb3]





.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miranda Carrow
Louve cumularde
Messages : 1383 Crédits : moi :3
Age du personnage : 20 ans
Ascendance : Sang-mêlé
Emploi/Etude : Chômage, pour le moment.
Faction : Ombre de la Rose Noire
Maison : Serpentard


Rapeltout
Patronus : Un paon
Epouvantard : La pleine lune...
Baguette magique:
Ce message a été posté Ven 16 Sep 2011 - 12:30


Elle avait accompli son sort. Elle était heureuse d'avoir accompli sa mission. Elle savait que cela lui apporterait de la reconnaissance de la part de sa faction et de sa famille. Elle sortit du bureau et vie son directeur par terre... Elle ne put s'empêcher de faire un léger saut et d'avaler sa salive à la vue du cadavre... La vue de quelqu'un de mort, Miranda ne pourra jamais s'y faire...

— Tu n'y es pas allé de main morte...

Puis il la félicita pour son sort. Il lui demanda ensuite si elle allait rester pour aider les blesser, ou aller directement au Q.G. Elle répondit simplement qu'elle pourrait bien aller à l'Atrium faire voyage avec quelque blessée, mais elle resterait ensuite au Q.G., à cause de son état. Il était stable pour le moment, mais elle avait peur que les sorts qui la soutenaient pour le moment de la lâche d'un moment à l'autre. On se rappelle que Miranda à une commotion cérébrale, et une mâchoire pas trop stable. Mais faire un voyage avec des blessés serait possible. Elle regarda sa salle du Temps : ravagée. Elle eut un pincement au coeur à la vue du champ de bataille. C'était sa salle, ses recherches, son travail... Bref, il y aurait des gens pour réparer le tout...

Les deux marchèrent vers la sortie. Ils ne transplanèrent pas, probablement qu'ils n'avaient pas réalisé qu'ils le pouvaient... même s'ils le savaient. Depuis le début qu'ils ne s'en servaient pas... bref. Ils passèrent devant les fourmis de l'Ordre... Un était bien mal en point... PFFF Tant pis se dit Miranda, et continua sa marche. Puis, elle entendit la voix de Nathaniel :


— Pars avant, je te rejoins...

— Mais qu'est-ce... Mais non tu peux pas faire ça, tu sais bien...

Mais il le fit quand même. Miranda regarda ailleurs... Elle ne voulait pas voir ça. Ainsi, elle ne serait pas témoin, et ne pourra pas le raconter à personne, même si elle le savait. Principe simpliste, vous me direz, mais pris au bas de l'échelle, véridique. De toute façon, elle appréciait trop Nathaniel, elle n'aurait jamais pu le vendre... Et d'après les répliques échangées plutôt, ils avaient l'air d'entretenir un lien. Bref, ce n'était pas de ces affaires, mais elle ne pourra pas le défendre le moment venu.

Il revient vers elle, et elle regarda le jeune homme qui avait l'air de mieux se porter. Elle regarda à nouveau Nathaniel...


— T’en a mie du temps.

Elle se retourna froidement, et transplana vers l'Atrium, vers les blessés.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Ce message a été posté

Revenir en haut Aller en bas

Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

ϟ HEADS WILL ROLL ϟ GROUPE IV ϟ Event final
PORTOLOINFilet du Diable : Il vous tend un piège :: Londres :: Batiments officiels magiques :: Ministère de la Magie